Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être dreyfusard hier et aujourd’hui

 | 
Gilles Manceron
, 
Emmanuel Naquet

Première partie. Quelques dreyfusards méconnus

Louis Leblois, l’avocat qui joua davantage qu’un second rôle

Gilles Manceron, Emmanuel Naquet et Philippe Oriol

Texte intégral

  • 1 Paul Desachy, Louis Leblois : une grande figure de l’Affaire Dreyfus, Paris, Éd. Rieder, 1934.
  • 2 Joseph Reinach, Histoire de l’Affaire Dreyfus, préface de Pierre Vidal-Naquet, édition et introduc (...)

1Fils d’un pasteur qui était une figure importante du protestantisme libéral en Alsace, Louis Leblois, né à Strasbourg le 28 juin 1854, était lié depuis l’adolescence avec Georges Picquart, élève comme lui, et comme Paul Appell, au lycée de cette ville. Il avait quitté l’Alsace avec sa famille au lendemain de la défaite de 1870 pour poursuivre ses études au lycée Louis-le-Grand et à la faculté de droit, à Paris, où il s’établit comme avocat. Après avoir été sept ans magistrat, procureur à Dijon, Nancy et Lille, il redevint, à Paris, avocat à la cour d’appel1. C’est à lui que le lieutenant-colonel Picquart, après sa découverte du véritable traître durant l’été 1896, se sentant menacé après sa mise à l’écart puis son affectation dans le Sud tunisien en janvier de l’année suivante, confia son secret, profitant d’un passage à Paris en juin 1897, et remit un document essentiel, les lettres que lui avait envoyées le général Gonse. Mais il lui fit promettre de ne rien révéler, sauf si lui-même venait à disparaître. Défense formelle, en particulier, d’aviser le frère de Dreyfus ou son avocat, Edgar Demange, toute indiscrétion étant « un abus de confiance à son égard2 ».

  • 3 Ibid., p. 686-687.

2Le 13 juillet 1897, décidant de ne pas respecter sa parole, Leblois en parla à son compatriote alsacien et protestant comme lui, le vice-président du Sénat Auguste Scheurer-Kestner, tout en lui faisant promettre de ne pas trahir sa source ni diffuser le nom d’Esterhazy sans son accord. En septembre, Leblois et Scheurer-Kestner décidèrent d’effectuer une série d’interventions auprès de hauts personnages de l’État, dont le président de la République Félix Faure, et le président du conseil, Jules Méline, qui refusèrent de les recevoir, mais aussi le ministre de la Guerre, Billot, qui accepta sans que cela aboutisse à un résultat3. Il n’en fut pas de même des visites de Leblois à Émile Zola, les 8 et 10 novembre et, surtout, du déjeuner qui suivit, le 13 novembre, avec Scheurer-Kestner, dont l’écrivain sortit bouleversé et où il commença à s’interroger sur la possibilité de son intervention dans l’Affaire. Son « J’accuse !… » paraîtra deux mois plus tard.

3C’est également en novembre 1897 que Mathieu Dreyfus fit la connaissance de Leblois chez Scheurer-Kestner. Choqué par ce qu’il percevait comme les atermoiements et les hésitations permanentes de l’avocat, Mathieu fera de lui un portrait peu flatteur :

  • 4 Mathieu Dreyfus, L’Affaire telle que je l’ai vécue, Paris, Grasset, 1978, p. 298-300.

Leblois, en se jetant courageusement dans une lutte pour une cause qu’il savait juste, espérait en compensation des risques, des dangers qu’il allait courir, y trouver l’occasion d’exercer des facultés qu’il croyait supérieures, et d’acquérir une notoriété dont il avait le désir. […] Chez Leblois, le langage comme l’action en aimait les détours. La parole était enveloppée, voilée, la pensée ne se dégageait pas clairement et avait quelque chose d’obscur, de mystérieux. […] Si je crois devoir parler ainsi de Leblois, c’est pour établir nettement les responsabilités des erreurs qui furent commises depuis juillet 1897 jusqu’au jour de l’acquittement d’Esterhazy, époque à laquelle je me libérai définitivement de la direction de Leblois. C’est à Leblois qu’elles incombent et non pas à M. Scheurer-Kestner, dont je vénère profondément la mémoire4.

4C’est pourtant Leblois qui suggérera à la famille Dreyfus de prendre pour avocat Labori.

5Mathieu ayant découvert fortuitement, de son côté, le nom du vrai coupable et l’ayant dénoncé au ministre de la Guerre, Leblois a libéré Scheurer-Kestner de son serment et proclamé lui-même sa conviction quant à la culpabilité d’Esterhazy. En collaboration avec Joseph Reinach, il publie, les 1er et 2 décembre 1897, dans Le Figaro, des articles posant la question :

  • 5 Joseph Reinach, Histoire de l’affaire Dreyfus, op. cit., p. 781-782.

Qui donc tremble devant Esterhazy ? Quel pouvoir occulte, quelles raisons inavouables s’opposent à l’action de la justice ? Qui lui barre le chemin ? S’il le faut, nous le dirons5.

  • 6 Marguerite-Fernand Labori, Labori : ses notes manuscrites, sa vie, Paris/Neuchâtel, Éd. Victor Att (...)

6Et, le 14 décembre, contacte Henri Labori pour publier dans La Revue du Palais une lettre de Ludovic Trarieux au ministre de la Guerre6.

  • 7 Ibid., p. 825-830. Pour ses dépositions, voir L’affaire Dreyfus : le procès Zola devant la Cour d’a (...)
  • 8 Pierre-Victor Stock, Mémorandum d’un éditeur : l’affaire Dreyfus anecdotique, Paris, Stock, 1938, (...)

7En janvier 1898, Leblois témoigne au procès d’Esterhazy, contradictoirement avec le colonel Henry, auquel il s’affronte7. Il y fait la connaissance de l’éditeur Pierre-Victor Stock8. Il devient l’avocat de Picquart dans les procédures engagées contre lui. En février, il appartient au conseil de défense lors du procès Zola, où il manque d’être agressé à la sortie d’une audience. Dès lors, il fut l’objet de diverses persécutions : sur arrêté du ministre de l’Intérieur, il fut congédié du conseil municipal du 7e arrondissement où il était maire adjoint, puis, en mars 1898, fut suspendu du Barreau pour six mois sur décision du conseil de l’Ordre. En juillet, enfin, sur plainte du ministre de la Guerre, Godefroy Cavaignac, il fut accusé de complicité de trahison, le traître étant Picquart, « coupable » d’avoir « livré ou communiqué à une personne non qualifiée pour en prendre connaissance, ou d’avoir divulgué des écrits ou documents intéressant la défense du territoire ou la sûreté de l’État ». Il devint même ensuite, au terme de l’instruction Fabre, « auteur principal du délit », risquant une lourde peine d’emprisonnement. Remis à une date ultérieure après la mort de Henry, le procès de Leblois et de Picquart n’eut jamais lieu, un non-lieu fut prononcé et les poursuites s’éteignirent finalement en 1900 du fait de la loi d’amnistie.

8Mais il apparaît comme l’un des principaux acteurs du combat dreyfusard, comme l’illustre cette lettre que lui adresse en février 1898 Jean Psichari, qui deviendra quatre mois plus tard le premier secrétaire de la LDH :

  • 9 Lettre de Jean Psichari à Louis Leblois, 26 février 1898 (BNF-Richelieu, département des manuscrit (...)

Nous ne sommes pas au bout de nos épreuves, cher Monsieur, et je trouve que notre horizon s’assombrit de jour en jour. Je ne sais plus à quel moment nous vivons. Pour moi, je ne cesse de broyer du noir. Peut-être ai-je tort et vaudrait-il mieux s’exhorter à l’espoir. Il est impossible que nous ne voyions pas bientôt des jours meilleurs, mais l’atmosphère du Deux décembre envahit décidément le poumon. On a besoin de respirer. Vous avez fait votre devoir, et cela est déjà beau. Je vous serre bien les deux mains9.

9Cependant, quand le président de la LDH organise un grand dîner en l’honneur de Picquart pour saluer les « apôtres du verbe libérateur », il n’invite ni le commandant Forzinetti, ni Mathieu Dreyfus, ni Louis Leblois, ce que Bernard Lazare ne manque pas de regretter dans sa lettre ouverte à Ludovic Trarieux publiée en première page de L’Aurore du 7 juin 1899.

  • 10 C’est l’un des conseils dans l’affaire de la congrégation du Bon Pasteur, qui inspirera la pièce d (...)
  • 11 Pierre-Victor Stock, op. cit., p. 193.

10Toujours est-il qu’après avoir fait partie des fondateurs de la Ligue des droits de l’Homme en juin 1898, il devint, en 1900, l’un de ses conseillers juridiques10, puis, après avoir décliné l’offre d’en faire partie en 1899, il accéda à son comité central en 1903, en remplacement de Lucien Herr, jusqu’en 1905, date où il est redevenu conseiller juridique. Il sauva L’Aurore en 1903 en devenant pratiquement l’unique actionnaire du journal — Pierre-Victor Stock a témoigné de ce soutien également financier11 — et laissa toute liberté à son ami Clemenceau de s’y exprimer.

  • 12 Louis Leblois, Discours prononcé par M. Leblois à l’inauguration du monument de Scheurer-Kestner, (...)
  • 13 Louis Leblois, Comment fut rouverte l’affaire Dreyfus, le rôle du colonel Picquart, celui de maîtr (...)
  • 14 Wendy Ellen Perry, Remembering Dreyfus : The Ligue des droits de l’Homme and the Making of the Mod (...)
  • 15 Louis Leblois, L’Affaire Dreyfus : l’iniquité, la réparation, les principaux faits et les principa (...)

11Après la réhabilitation de Dreyfus, en 1906, il fut nommé maire honoraire du 7e arrondissement. Il prit la parole en 1909 lors de l’inauguration d’un monument dédié à Scheurer-Kestner pour le dixième anniversaire de sa mort12. En 1914, la Ligue publia une brochure de Leblois revenant sur l’enquête de Picquart, la communication du nom d’Esterhazy à Scheurer-Kestner et le rôle décisif qu’avait joué ce dernier13. En 1918, après la défaite de l’Allemagne, il retourna en Alsace et présida la section de Strasbourg de la LDH, où il retrouva un autre dreyfusard alsacien, Franz Œsinger, ami de Scheurer-Kestner, qui en devint secrétaire en 1924 et auquel il laissa la présidence l’année suivante, devenant président d’honneur14. Ce n’est qu’après sa mort, à Strasbourg, le 5 janvier 1928, que sera publié, en 1929, son gros livre tirant parti des dossiers qu’il avait conservés, L’Affaire Dreyfus : l’iniquité, la réparation, les principaux faits et les principaux documents15.

Notes

1 Paul Desachy, Louis Leblois : une grande figure de l’Affaire Dreyfus, Paris, Éd. Rieder, 1934.

2 Joseph Reinach, Histoire de l’Affaire Dreyfus, préface de Pierre Vidal-Naquet, édition et introduction d’Hervé Duchêne, 6 vol., Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 2006 (1re éd., 6 vol. et un index général, Charpentier et Fasquelle, 1901 à 1908), p. 615-616.

3 Ibid., p. 686-687.

4 Mathieu Dreyfus, L’Affaire telle que je l’ai vécue, Paris, Grasset, 1978, p. 298-300.

5 Joseph Reinach, Histoire de l’affaire Dreyfus, op. cit., p. 781-782.

6 Marguerite-Fernand Labori, Labori : ses notes manuscrites, sa vie, Paris/Neuchâtel, Éd. Victor Attinger, 1947, p. 14.

7 Ibid., p. 825-830. Pour ses dépositions, voir L’affaire Dreyfus : le procès Zola devant la Cour d’assises de la Seine (7 février-23 février 1898), Paris, Stock, rééd. 1998, p. 101 et suiv., 2e audience, 8 février 1898, p. 173 et suiv., 3e audience, 9 février, p. 245 et suiv., 4e audience, 10 février, p. 384 et suiv., 6e audience, 12 février.

8 Pierre-Victor Stock, Mémorandum d’un éditeur : l’affaire Dreyfus anecdotique, Paris, Stock, 1938, p. 18, rééd. sous le titre L’affaire Dreyfus : mémorandum d’un éditeur, Paris, Stock, 1994, p. 57.

9 Lettre de Jean Psichari à Louis Leblois, 26 février 1898 (BNF-Richelieu, département des manuscrits, NAF 16459, Papiers Esterhazy, Correspondance reçue Paul Desachy, Louis Leblois et d’autres, fo 118).

10 C’est l’un des conseils dans l’affaire de la congrégation du Bon Pasteur, qui inspirera la pièce d’Octave Mirbeau et de Thadée Natanson, Le Foyer (1907).

11 Pierre-Victor Stock, op. cit., p. 193.

12 Louis Leblois, Discours prononcé par M. Leblois à l’inauguration du monument de Scheurer-Kestner, Paris, Impr. Berger et Chausse, 1909.

13 Louis Leblois, Comment fut rouverte l’affaire Dreyfus, le rôle du colonel Picquart, celui de maître Leblois, celui de Scheurer-Kestner : exposé sommaire des faits, documents, Paris, Ligue des droits de l’Homme, 1914.

14 Wendy Ellen Perry, Remembering Dreyfus : The Ligue des droits de l’Homme and the Making of the Modern French Human Rights Movement, thèse de Ph. D., Université de Caroline du Nord à Chapel Hill, 1998, 2 vol. , p. 697-699 et 738.

15 Louis Leblois, L’Affaire Dreyfus : l’iniquité, la réparation, les principaux faits et les principaux documents, Paris, A. Quillet, 1929. L’ouvrage comporte en effet 1086 pages, alors que sa brochure de 1914 n’en comportait que 24.

Auteurs

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540