Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être dreyfusard hier et aujourd’hui

 | 
Gilles Manceron
, 
Emmanuel Naquet

Première partie. Quelques dreyfusards méconnus

Émile Kahn, ou soixante ans de dreyfusisme

Gilles Manceron et Emmanuel Naquet

Texte intégral

1Émile Kahn, né à Paris en 1876, était étudiant en licence d’histoire à la Sorbonne pendant l’année universitaire 1897-1898. Il racontera, quarante ans plus tard, comment il s’est engagé dans l’Affaire :

  • 1 Émile Kahn, « La Ligue des droits de l’Homme vient d’avoir quarante ans », Cahiers des droits de l (...)

Le « J’accuse !… » de Zola, lu au cours de Lavisse, un matin de janvier, en attendant l’entrée du maître, m’avait fait une conviction. Je doutais que Dreyfus fût coupable ; Zola m’imposait la certitude de son innocence. Je croyais à l’erreur possible des accusateurs ; Zola démontrait leur crime certain. Dès lors, j’étais acquis à la lutte sans repos contre le mensonge et l’injustice. Les hommes de mon âge qui ont reçu cette empreinte l’ont gardée comme un stigmate ineffaçable. Je suivis, avec une passion exaltée et anxieuse, les débats du procès d’Émile Zola en cour d’assises. […] Zola condamné, les menteurs triomphants, la meute militariste, antisémite et jésuite dominant Paris, un camarade me fit connaître qu’une ligue allait se fonder pour la revanche de la liberté et de la justice. Il me donna le nom d’un de ceux qui recueillaient les adhésions : Jean Psichari, gendre d’Ernest Renan. J’allai, le cœur battant, voir M. Psichari. […Il] m’apprit, comme une grande victoire, la conversion au dreyfusisme du plus illustre des rédacteurs du Temps, prince des chroniqueurs de politique étrangère, Francis de Pressensé. Et il employa, pour la première fois, dans un sens favorable, le nom de « dreyfusard », que les adversaires avaient forgé par dérision, et qu’il prononçait avec emphase en mettant sur l’a une série d’accents circonflexes1.

  • 2 Élie Halévy (1870-1937), normalien qui avait fait des études de philosophie et d’histoire et avait (...)
  • 3 Cahiers des droits de l’Homme, octobre-novembre 1953, cité in Émile Kahn, Au temps de la République (...)
  • 4 Émile Kahn, « La Ligue des droits de l’Homme vient d’avoir quarante ans », Cahiers des droits de l (...)

2C’est probablement son ami Élie Halévy, plus âgé que lui et déjà agrégé d’histoire2, qui l’a mis en contact avec ceux qui étaient en train de fonder la Ligue. Quoi qu’il en soit, il les a rejoints dès janvier ou février 1898 et était présent, « obscur, silencieux, mais ardemment admiratif »3, à l’assemblée constitutive du 4 juin 1898, salle des sociétés savantes, rue Danton, au Quartier latin, assis « entre [son] père [Gustave Kahn, négociant en gros à Paris], qui devint secrétaire général de la fédération de la Seine, et Charles Seignobos, le plus cher de [ses] maîtres4 ».

3Reçu en 1901 à l’agrégation d’histoire, il participa, avec Élie Halévy, aux universités populaires et adhéra aussi en 1906 à la SFIO. En 1909, lors du congrès de Rennes de la LDH, il a été élu au comité :

  • 5 Cahiers des droits de l’Homme, octobre-novembre 1953, cité in Émile Kahn, Au temps de la République (...)

J’avais le bonheur d’entrer au comité central, que présidait alors Pressensé. C’était l’époque des grands conflits sociaux, grève des postiers, grève des cheminots : en apparence, la lutte avait changé l’objet, mais pour la Ligue, c’était toujours la lutte, et toujours la lutte pour la justice5.

  • 6 Émile Kahn, La Démocratie et la guerre, Paris, 1917, conférence faite à la section de Nice de la L (...)
  • 7 Voir l’ouvrage de Félicien Challaye, La Paix sans aucune réserve, Le Vésinet, chez l’auteur, 1932 (...)
  • 8 Plusieurs de ces minoritaires au comité central démissionnèrent de cette instance en 1937, certain (...)

4Mobilisé en 1914 et remobilisé en 1916, Émile Kahn a été, pendant la Grande Guerre, partisan de la défense nationale, hostile, en 1917, à l’idée d’une paix sans annexions ni sanctions, et persuadé de la nécessité de fonder, après la victoire, pour organiser les relations internationales sur la base du droit, une Société des nations. Une idée que la Ligue a reprise lors de son congrès de novembre 1916 et que le président américain Woodrow Wilson devait populariser dans son message du 22 janvier 19176. À la fin du conflit, il devint, à la demande de Léon Blum, rédacteur en chef adjoint du Populaire et collabora au journal de Georges Boris La Lumière. Il devint vice-président de la Ligue en 1929, et succéda à Henri Guernut comme secrétaire général en 1932. Confrontée à l’accession au pouvoir de Hitler et au risque d’une nouvelle guerre en Europe, la Ligue des droits de l’Homme, au même titre que le Comité de vigilance des intellectuels antifascistes et l’ensemble des organisations politiques et syndicales, s’est trouvée profondément divisée entre les « pacifistes intégraux », pour qui la paix était un objectif absolu, « même avec Hitler »7, et ceux qui, comme le président, Victor Basch, ou le secrétaire général, Émile Kahn, défendaient la nécessité de s’armer contre le fascisme. Au lendemain du 6 février 1934, il a présidé avec Madeleine Paz, qui appartenait à ce premier courant, minoritaire mais important dans l’association8, la commission d’information de la Ligue chargée d’étudier le déroulement de l’émeute et ses conséquences, qui a conclu qu’elle résultait de tentatives fascistes d’en finir, en profitant de la crise, avec le régime démocratique et parlementaire. Kahn a dénoncé la diffusion croissante de cette idéologie en France :

  • 9 Cahiers des droits de l’Homme, octobre 1934, cité in Émile Kahn, Au temps de la République…, op. ci (...)

La contagion du fascisme, plus spécialement de l’hitlérisme, envahit des esprits jusqu’alors démocrates. Le vocabulaire fasciste devient à la mode, comme l’engouement pour l’ordre imposé par la force autoritaire. Une mystique sentimentale et confuse éclipse l’idéal démocratique, fondé sur la raison. […] Véritable trahison des clercs, des intellectuels renient l’intelligence, et souscrivent au sacrifice de la pensée indépendante à la discipline imposée9.

5En 1935, Émile Kahn devint le secrétaire général du Comité national de rassemblement populaire, dont Basch était président, qui a organisé la manifestation populaire du 14 juillet contre le fascisme et pour la défense de la République, et participa à l’élaboration de son appel du 8 août 1935, dont la Ligue était le premier signataire. Après la victoire électorale du Front populaire en juillet 1936, il s’est impliqué fortement dans le soutien à l’Espagne républicaine et a publié de nombreux articles pour dénoncer les accords de Munich.

6En juin 1940, au moment où les nazis investissaient le siège de la Ligue et s’emparaient de ses dossiers, Émile Kahn quitta Paris pour Clermont-Ferrand. Il n’hésita pas à assister, le 9 mai 1941, au procès fait par les autorités de Vichy devant un tribunal militaire à Pierre Mendès France dans l’affaire dite du Massilia. Celui-ci dira combien l’avait réconforté la présence de Kahn, venu lui « témoigner sa solidarité et sa confiance dans un moment où l’on cherchait à [le] déshonorer » :

  • 10 Pierre Mendès France, « Introduction », in Émile Kahn, Au temps de la République…, op. cit., p. 8.

Il était venu, me dit-il, ès qualité : la Ligue des droits de l’Homme refusait d’abdiquer, même si elle ne pouvait pas agir utilement dans l’immédiat ; elle subsistait dans le principe même de sa mission et de son combat ; là où un abus, un acte arbitraire, une injustice étaient commis, la Ligue devait être présente, elle devait, même réduite au silence, préparer déjà les révisions que le droit et la vérité exigeraient un jour. Émile Kahn ne doutait pas de la condamnation dont je serais l’objet, mais pas non plus d’un avenir au cours duquel elle serait jugée à son tour. Ce jour-là, la Ligue aurait à intervenir. Il en était le secrétaire général ; il évoquait, dès maintenant, les tâches qui lui incomberaient plus tard — ou à un autre après lui, si sa fidélité à la mission acceptée devait susciter ces représailles, ces violences, dont il se savait menacé, mais qui n’altéraient ni sa sérénité ni sa volonté. Je fus impressionné par cette tranquille obstination dans l’accomplissement de son devoir, par cette foi irréductible, au milieu des bouleversements et des périls. Je me sentis pénétré de l’optimisme qui l’animait ; malgré les humiliations de cette journée odieuse, je sentis qu’elle ne serait pas sans lendemain — et que c’était l’essentiel10.

  • 11 « Cette prison de Riom, j’ai eu le privilège d’y voir Jean Zay à peu près chaque semaine, à l’époq (...)

7Émile Kahn rendit également visite à Léon Blum et à Jean Zay, incarcérés à Riom11.

  • 12 Il s’agit de six « membres résidents » : Marc Casati (1900-1986), Francis Delaisi (1873-1947), Ren (...)
  • 13 Emmanuel Naquet, La Ligue des droits de l’homme : une association en politique (1898-1940), thèse (...)
  • 14 Sur la conduite et le sort pendant l’Occupation des membres du comité central de la LDH en 1940, v (...)

8À l’invasion de la zone sud, afin d’échapper à la Gestapo, il quitta Clermont-Ferrand pour Montpellier et Toulouse, où, se cachant sous le nom d’Émile Clerc, il fut en contact avec des mouvements de Résistance. Après la Libération, compte tenu de l’assassinat de Basch, il joua un rôle essentiel dans la reconstitution de la Ligue, dressant, en octobre 1944, une liste de onze membres du comité central qui n’étaient plus dignes d’y siéger du fait de leur attitude durant l’Occupation12. Ils représentaient moins de 15 % de l’effectif du comité, qui comptait quatre-vingt-deux membres à la veille de la défaite13, les autres ayant été victimes de la répression de Vichy et des nazis, ont souvent dû se cacher, plusieurs s’étant engagés dans la Résistance ou ayant été emprisonnés ou déportés14.

9Élu président de la LDH, à l’âge de 76 ans, en 1953, Émile Kahn présida notamment le Comité de défense des Rosenberg, il engagea la Ligue en faveur d’une solution négociée en Algérie, et, à l’été 1957, peu après la disparition de Maurice Audin, demanda en son nom la vérité sur son sort. Son caractère difficile était souvent mal perçu et son exercice de la présidence n’a pas contribué au renouvellement des militants et responsables de la Ligue, ni à la relance de ses activités.

  • 15 Écrite alors qu’il était hospitalisé à Montpellier, la chronique fut diffusée le 11 janvier 1958, (...)

10Quelques semaines avant sa mort, à Montpellier, le 21 janvier 1958, il était allé témoigner au procès du militant du FLN algérien Mohammed Ben Saddok, meurtrier d’Ali Chekkal au stade de Colombes. Et seulement dix jours avant son décès, il consacra sa chronique radiodiffusée au soixantième anniversaire de la parution du J’accuse !… de Zola15. Dans le contexte de la guerre d’Algérie, il l’acheva en demandant si la France pouvait encore être considérée comme le pays des droits de l’Homme. C’est Daniel Mayer qui, démissionnant de son siège de député pour marquer son désaccord avec la politique de Guy Mollet en Algérie, lui succédera à la présidence de la Ligue.

Notes

1 Émile Kahn, « La Ligue des droits de l’Homme vient d’avoir quarante ans », Cahiers des droits de l’Homme, du 10 juin au 8 juillet 1938, cité in Émile Kahn, Au temps de la République. Propos d’un républicain, Paris, Ligue des droits de l’Homme, 1966, p. 199-200.

2 Élie Halévy (1870-1937), normalien qui avait fait des études de philosophie et d’histoire et avait six ans de plus que lui, était l’ami d’Émile Kahn. Il figure, avec la mention « agrégé de l’Université », dans la première liste pour la création de la Ligue des droits de l’Homme parue dans L’Aurore du 1er mars 1898.

3 Cahiers des droits de l’Homme, octobre-novembre 1953, cité in Émile Kahn, Au temps de la République…, op. cit., p. 28.

4 Émile Kahn, « La Ligue des droits de l’Homme vient d’avoir quarante ans », Cahiers des droits de l’Homme, du 10 juin au 8 juillet 1938, cité in Émile Kahn, Au temps de la République…, op. cit., p. 201.

5 Cahiers des droits de l’Homme, octobre-novembre 1953, cité in Émile Kahn, Au temps de la République…, op. cit., p. 28.

6 Émile Kahn, La Démocratie et la guerre, Paris, 1917, conférence faite à la section de Nice de la Ligue des droits de l’Homme et du citoyen le 1er avril 1917, Nice, Éd. Gandini, s. d.

7 Voir l’ouvrage de Félicien Challaye, La Paix sans aucune réserve, Le Vésinet, chez l’auteur, 1932 et Pour la paix désarmée, même en face d’Hitler, Paris, Le Vésinet, chez l’auteur, 1933.

8 Plusieurs de ces minoritaires au comité central démissionnèrent de cette instance en 1937, certains quittant la Ligue, en même temps qu’une vague de départs se manifestait dans l’ensemble de la LDH, dont les effectifs passèrent de 179 355 membres en 1932 à moins de 136 704 au 30 juin 1939. C’est parmi ces démissionnaires en désaccord avec l’orientation antifasciste de la LDH que l’on trouva de nombreux cas de dérives vers la Collaboration.

9 Cahiers des droits de l’Homme, octobre 1934, cité in Émile Kahn, Au temps de la République…, op. cit., p. 45.

10 Pierre Mendès France, « Introduction », in Émile Kahn, Au temps de la République…, op. cit., p. 8.

11 « Cette prison de Riom, j’ai eu le privilège d’y voir Jean Zay à peu près chaque semaine, à l’époque où sa famille demeurait par force au Maroc », « À la mémoire de Jean Zay », allocation radiodiffusée d’Émile Kahn, sur les ondes de la RTF, du 7 mars 1953, in Émile Kahn, Au temps de la République…, op. cit., p. 376.

12 Il s’agit de six « membres résidents » : Marc Casati (1900-1986), Francis Delaisi (1873-1947), René Gérin (1892-1957), Paul Perrin (1891-1950), Jean Piot (1889-1948), Théodore Ruyssen (1868-1967) ; de quatre « membres non-résidents » : René Château (1906-1970), René Gounin (1898-1983), Camille Planche (1892-1961) et Maurice Thiolas (1901-1964) ; et d’un membre honoraire : Robert Jardillier (1890-1945). Aucun n’avait siégé au comité central avant la guerre de 1914-1918, la plupart y accédant après 1930 (c’était le cas de dix d’entre eux, Ruyssen y entrant en 1921). Seuls deux d’entre eux, Delaisi et Ruyssen, étaient dreyfusards dans l’acception historique du terme.

13 Emmanuel Naquet, La Ligue des droits de l’homme : une association en politique (1898-1940), thèse de doctorat, IEP de Paris, 2005, p. 1191.

14 Sur la conduite et le sort pendant l’Occupation des membres du comité central de la LDH en 1940, voir Wendy Ellen Perry, Remembering Dreyfus : The Ligue des droits de l’Homme and the Making of the Modern French Human Rights Movement, thèse de Ph. D., Université de Caroline du Nord à Chapel Hill, 1998, 2 vol. 

15 Écrite alors qu’il était hospitalisé à Montpellier, la chronique fut diffusée le 11 janvier 1958, lue par une autre voix que la sienne. Émile Kahn, Au temps de la République : Propos d’un républicain, op. cit., p. 400.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540