Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être dreyfusard hier et aujourd’hui

 | 
Gilles Manceron
, 
Emmanuel Naquet

Première partie. Quelques dreyfusards méconnus

Louis Havet, ou la nécessité de la révision jusqu’au bout

Emmanuel Naquet et Philippe Oriol

Texte intégral

  • 1 Christophe Charle, Naissance des « intellectuels », 1880-1900, Paris, Éditions de Minuit, « Le sen (...)
  • 2 BNF, département des manuscrits, NAF 23 821, fo 103.
  • 3 Repris dans E. de Haime, Affaire Dreyfus : les faits acquis à l’histoire, Paris, Stock, 1898, p. 2 (...)
  • 4 BNF, département des manuscrits, NAF 23 821, fo 100.
  • 5 Lettre du 1er mai 1898 à Auguste Scheurer-Kestner, BNF, département des manuscrits, NAF 23822, fos(...)

1Louis Havet, élève de l’École pratique des hautes études, dirigée par son père Ernest, fait une brillante carrière de philologue qui le mène à la Sorbonne, au Collège de France puis à l’Institut. Libre « des préjugés et des conformismes » par son statut d’« héritier »1, son ardent engagement dreyfusard commence avec la carte de soutien envoyée à Auguste Scheurer-Kestner, le 12 janvier 18982. Quelques jours plus tard, il signe la deuxième protestation (4e liste) et proclame la « nécessité de la révision », soutenu par son collègue Alexandre Bertrand3. Le 15 février, à la demande d’Émile Zola, Louis Havet dépose à son procès en y expliquant en quoi le bordereau est l’œuvre d’Esterhazy. Par la suite, après avoir souscrit pour offrir une médaille à l’écrivain (2e liste) et lui avoir fait savoir qu’il était prêt à témoigner encore4, Havet participe au comité constitué pour rendre hommage à Édouard Grimaux, révoqué au lendemain du procès Zola, qui lui remettra un bronze du sculpteur Chapu5.

  • 6 Henriette Psichari, Des jours et des hommes, 1890-1961, Paris, Grasset, 1962, p. 44 et suiv.
  • 7 Jean Psichari, Bulletin officiel de la Ligue des droits de l’Homme, 15 juillet 1904, p. 887 et sui (...)

2Également proche de Ludovic Trarieux qui fréquente « le vaste salon de l’île Saint-Louis6 », il est des réunions préparatoires à la création de ce corps intermédiaire inscrit en politique qu’est la LDH, dont il sera l’un des viceprésidents et pour laquelle il sollicite Georges Dottin, Daniel Halévy comme beaucoup d’autres7, tandis que sa femme signe « l’Appel aux femmes de France » lancé par Jean Psichari. Car, ainsi qu’il l’explique en février 1899,

  • 8 Louis Havet, Le Devoir du citoyen français, Paris, Stock, 1899, p. 7-8 et La Dépêche de Rouen, 14 (...)

ce n’est pas pour tirer d’affaire un homme que nous nous sommes groupés […] c’est pour arracher la France […] à pis qu’un suicide, car la destinée la plus affreuse qui puisse être réservée à la plus glorieuse des nations, ce serait de finir par le crime […]. Ce qui est grave, c’est […] l’injustice commise et maintenue au nom du pays8.

  • 9 « Lettres à Joseph Reinach, 25 septembre 1898 et non datée, BNF, département des manuscrits, NAF 1 (...)

3Craignant que l’État-major ne fasse du colonel Picquart « un second Dreyfus », il intervient auprès d’Henri Buisson et de ses amis pour demander le report des poursuites après l’arrêt de la Cour de cassation, préconisant de renouveler l’emploi des listes de signatures9. Quelques jours plus tard paraissait la première liste de protestation en faveur du colonel Picquart sur laquelle, parmi les premiers, figure son nom. Et le 9 décembre suivant, il signe la pétition réclamant l’ajournement du procès.

  • 10 Voir « Les “Intellectuels”. Chez M. Louis Havet », La Petite République, 30 décembre 1898.

4Louis Havet se détache alors d’un parti républicain libéral, ayant selon lui failli, pour se rapprocher de Jaurès et des socialistes10, clamant son compagnonnage :

  • 11 « La Ligue de la “Patrie française” », Le Temps, 2-3 janvier 1899.

J’ai lu et relu son admirable livre, les Preuves, ce chef-d’œuvre de droiture, de raison et d’éloquence ; je l’ai fait lire, je l’ai prêté, je l’ai envoyé à des ouvriers, à des bourgeois, à des prêtres. Là où seule la conscience a la parole, je suis avec le socialiste Jaurès comme avec le royaliste Kérohant, comme avec le catholique Viollet et le protestant Pressensé11.

  • 12 Le Devoir du citoyen français, op. cit., p. 12.

5Et de condamner cette « tentative [sans] avenir » dont progressivement les « meneurs dévoilent le complot secret pour lequel a été assemblé et dressé le troupeau des dupes »12. Peu après, comme il avait participé à la souscription du Siècle en réponse à l’affichage du discours de Godefroy de Cavaignac (3e liste), il signe la souscription « pour propager la vérité » (5e liste de L’Aurore), et appartient à son comité.

  • 13 Le Figaro, 10, 13, 16 et 21 juillet 1899.
  • 14 Archives Françoise Basch, lettre non datée, sans doute du 1er ou du 2 juillet 1899.

6Juste avant Rennes, Havet publie dans la presse une série de lettres dans lesquelles il s’en prend à Lebon, « bourreau de Dreyfus13 ». Présent au second procès qu’il prépare avec Victor Basch14 et pour lequel il étoffe son argumentation, il pousse à attaquer, écrivant à Joseph Reinach :

  • 15 Lettre du 8 août, BNF, département des manuscrits, NAF 13574, fo 157.

Ce qui est efficace, c’est de frapper Mercier et consorts, et non de défendre Dreyfus. Ce que veut la tactique élémentaire et évidente, c’est de l’offensive. La consigne de ménager les généraux est chose folle ; jamais la lutte n’aura été si acharnée, et quiconque aura un accès de clémence ou de temporisation trahira la justice, la vérité et le pays, et se ravalera au rôle d’un Ribot. […] Pour qui dis-je cela ? Pour vous, pour tous les nôtres, et pour ceux dont la responsabilité est très haute, et que peut-être vous pouvez atteindre et prêcher. Qu’ils gracient après, s’ils découvrent des motifs de pitié, mais l’heure n’est pas venue15.

  • 16 « Une lettre de M. Louis Havet », Le Petit Bleu, 6 novembre 1899.

7Après le verdict qui a « déshonoré la France aux yeux du monde et aux yeux de l’avenir, déshonoré la justice militaire aux yeux des Français clairvoyants », il signe l’« Adresse au capitaine Dreyfus ». Après la grâce, « indispensable et […] insuffisante16 », il écrit au Siècle contre les tentations de « mutilation de la vérité » que favorise l’ordre du jour de Galliffet, selon lequel « l’incident est clos » :

Il faut que la justice pénale fasse son œuvre et toute son œuvre, non pour le vain plaisir de ne pas laisser échapper quelques coupables ; mais pour ne pas ôter à leur victime les éléments de défense et de réhabilitation qui sont sa propriété intangible. Les Chambres et le gouvernement doivent au condamné Dreyfus, au gracié Dreyfus, de ne pas soustraire aux condamnations ceux qu’ils savent indignes des grâces. Il s’agit de crimes de droit commun.

8Ce même 26 septembre 1899, son nom paraît dans la première liste du Comité pour le monument Scheurer-Kestner.

  • 17 Bulletin officiel de la Ligue des droits de l’Homme, 1er juin 1901, p. 393 et suiv., 15 nov. 1902, (...)
  • 18 Emmanuel Naquet, La Ligue des droits de l’Homme, une association en politique (1898-1940), thèse d (...)

9À la Ligue des droits de l’Homme, il multiplie les prises de position et les conférences, critiquant les conseils de guerre, ces tribunaux d’exception qu’il considère comme injustes, incompétents et aux ordres, défendant l’enseignement laïque, promouvant le droit des peuples à résister à l’oppression17. C’est en novembre 1907, refusant de suivre l’appréciation hostile de la LDH à l’encontre de la politique de Georges Clemenceau, que Louis Havet quitte sa direction tout en restant membre de sa section. Mais la séparation s’était déjà faite en 1904 sur la question de la cassation, Louis Havet voulant renvoyer le capitaine Dreyfus devant un troisième conseil de guerre, contre l’avis du juriste Jean Appleton18.

  • 19 Le Devoir du citoyen français, op. cit., p. 9 et lettre refusée au Siècle, 22 septembre 1898, BNF, (...)
  • 20 « Lettre au Sénat », 29 mai et « Lettre à M. Loubet », 22 décembre 1900, La Vérité en marche, Pari (...)
  • 21 Lettre du 22 décembre, BNF, département des manuscrits, NAF 24520, fo 104. Voir aussi La Concorde,(...)

10Entre temps, intime du colonel Picquart, « l’incomparable officier », « l’honneur de l’armée », « le noble, le pur, l’héroïque, l’incorruptible »19, et de Me Labori, il avait lutté contre l’amnistie. À la suite des lettres de Zola publiées dans L’Aurore20, Louis Havet avait félicité ce dernier pour sa « grande et belle action, quoiqu’il soit difficile d’espérer un résultat immédiat21 », mais il n’assistera pas à ses obsèques. Si, comme l’écrit Alfred Dreyfus dans ses Carnets, Louis Havet « soutint de toute son ardeur, par la plume et la parole, la cause de la justice », le camp dreyfusard s’était fragmenté, le savant reprochant notamment aux Dreyfus et à Bernard Lazare d’avoir préféré à la « cause » la sauvegarde du seul capitaine.

Notes

1 Christophe Charle, Naissance des « intellectuels », 1880-1900, Paris, Éditions de Minuit, « Le sens-commun », 1990, p. 220-221.

2 BNF, département des manuscrits, NAF 23 821, fo 103.

3 Repris dans E. de Haime, Affaire Dreyfus : les faits acquis à l’histoire, Paris, Stock, 1898, p. 210 et Le Siècle, 19 et 22 janvier 1898.

4 BNF, département des manuscrits, NAF 23 821, fo 100.

5 Lettre du 1er mai 1898 à Auguste Scheurer-Kestner, BNF, département des manuscrits, NAF 23822, fos 74-75 et L’Aurore, 27 mai 1898.

6 Henriette Psichari, Des jours et des hommes, 1890-1961, Paris, Grasset, 1962, p. 44 et suiv.

7 Jean Psichari, Bulletin officiel de la Ligue des droits de l’Homme, 15 juillet 1904, p. 887 et suiv.

8 Louis Havet, Le Devoir du citoyen français, Paris, Stock, 1899, p. 7-8 et La Dépêche de Rouen, 14 août 1906.

9 « Lettres à Joseph Reinach, 25 septembre 1898 et non datée, BNF, département des manuscrits, NAF 13574, fos 154 et 167.

10 Voir « Les “Intellectuels”. Chez M. Louis Havet », La Petite République, 30 décembre 1898.

11 « La Ligue de la “Patrie française” », Le Temps, 2-3 janvier 1899.

12 Le Devoir du citoyen français, op. cit., p. 12.

13 Le Figaro, 10, 13, 16 et 21 juillet 1899.

14 Archives Françoise Basch, lettre non datée, sans doute du 1er ou du 2 juillet 1899.

15 Lettre du 8 août, BNF, département des manuscrits, NAF 13574, fo 157.

16 « Une lettre de M. Louis Havet », Le Petit Bleu, 6 novembre 1899.

17 Bulletin officiel de la Ligue des droits de l’Homme, 1er juin 1901, p. 393 et suiv., 15 nov. 1902, p. 985 et suiv. et Henri Sée, Histoire de la Ligue des droits de l’Homme, Paris, LDH, 1927, p. 33.

18 Emmanuel Naquet, La Ligue des droits de l’Homme, une association en politique (1898-1940), thèse de doctorat, IEP de Paris, 2005, p. 277 et suiv., à paraître chez Fayard.

19 Le Devoir du citoyen français, op. cit., p. 9 et lettre refusée au Siècle, 22 septembre 1898, BNF, département des manuscrits, NAF 13574, fo 153.

20 « Lettre au Sénat », 29 mai et « Lettre à M. Loubet », 22 décembre 1900, La Vérité en marche, Paris, Bibliothèque Charpentier, 1901, p. 181-202 et 205-228.

21 Lettre du 22 décembre, BNF, département des manuscrits, NAF 24520, fo 104. Voir aussi La Concorde, 15 mai 1900.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540