Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être dreyfusard hier et aujourd’hui

 | 
Gilles Manceron
, 
Emmanuel Naquet

Première partie. Quelques dreyfusards méconnus

Paul Guieysse, l’Affaire et au-delà

Michel Dreyfus

Texte intégral

  • 1 Yannick Marec, « Deux experts provinciaux républicains : Louis Ricard (1839-1921) et Paul Guieysse (...)
  • 2 Outre Yannick Marec, op. cit., voir Emmanuel Naquet, op. cit., p. 696 et 958, ainsi que Bruno Dumo (...)

1Fils d’un sous-commissaire de la Marine, Paul Guieysse (1841-1914), né à Lorient, sort de l’École polytechnique en 1863 et entreprend une carrière d’ingénieur hydrographe. En 1874, il est détaché de l’École polytechnique comme répétiteur de mécanique et il y restera jusqu’en 1863. Attiré par l’égyptologie, il effectue également de nombreuses recherches et publie divers travaux en ce domaine en tant que président de la Société d’ethnographie. D’origine catholique, Paul Guieysse se convertit au protestantisme libéral, sans doute à partir de son second mariage en 18731. Il est également franc maçon, affilié au Grand Orient de France2.

  • 3 Jean-Paul Martin, La Ligue de l’enseignement des origines à 1914, thèse de doctorat, IEP de Paris, (...)

2Paul Guieysse embrasse rapidement une carrière politique puisqu’il est conseiller général de Lorient de 1881 à 1889. Républicain convaincu, radical modéré, fortement anticlérical, il est président des Bleus de Bretagne, association de sensibilité radicale, de sa fondation en 1899 à 1905 ; il combat également les Blancs à Lorient. Engagé dans la vie politique nationale, il est député, bientôt radical, de Lorient de 1890 à 1910. Proche de Léon Bourgeois, il est ministre des Colonies dans son Cabinet, du 2 novembre 1895 au 24 avril 1896. Il est enfin un des quatre vice-présidents de la Ligue de l’enseignement3.

  • 4 Selon John Horne, Le Musée social. Aux origines de l’État Providence, Paris, Belin 2004, p. 137. T (...)
  • 5 John Horne, op. cit., p. 137 et 155.

3Actuaire de la compagnie d’assurances L’Union depuis 1877, Paul Guieysse se spécialise dans les questions d’actuariat et fonde en 1890 l’Institut des actuaires français dont il deviendra ultérieurement le président. Membre du comité central de la Ligue nationale de la prévoyance et de la mutualité fondée par Hippolyte Maze en 1889, il se consacre dès lors toujours davantage aux questions de protection sociale en accordant un intérêt croissant à la mutualité. Guieysse est un des représentants du protestantisme social4 avec Jules Siegfried, président du Musée social de 1895 à 1921, Charles Gide le père de la coopération, Charles Robert, l’animateur du Mouvement français pour la participation aux bénéfices, l’ingénieur Édouard Grüner, Henri Monod, directeur de l’Assistance publique, l’économiste libéral Paul Leroy-Beaulieu ; tous sont aussi des républicains réformateurs. Un des promoteurs du Musée social, fondé en 1895, Paul Guieysse est avec Jean Audiffred, Jules Siegfried et Louis Ricard parmi les quatre députés qui participent activement à ses travaux5. Il joue un rôle important dans l’élaboration de la loi du 1er avril 1898 dite Charte de la mutualité, tout en soulignant le rôle des actuaires en matière d’assurance et de prévoyance sociale, spécialement de prévoyance mutualiste. Il s’efforce de convaincre les mutualistes de la nécessité de calculs plus scientifiques pour qu’ils puissent mieux évaluer leurs engagements en matière de retraite.

  • 6 Ibid., p. 193.
  • 7 Ibid., p. 193 et note 54, p. 337, non sans une erreur quand elle fait naître la LDH en 1897.

4Le Musée social ne prendra jamais publiquement position sur l’Affaire et il n’en reste aucune trace ni dans ses publications ni dans ses archives6. Ses membres prennent à titre individuel des positions différentes, voire opposées : Melchior de Vogüe est antisémite alors que le fondateur et le mécène du Musée, le comte de Chambrun, dénonce l’antisémitisme et congédie même un de ses collaborateurs du Musée pour cette raison. Paul Guieysse, Jules Siegfried, Paul Leroy-Beaulieu, Charles Gide et Arthur Fontaine s’expriment assez rapidement en faveur de la révision du procès7.

  • 8 Vincent Duclert, Alfred Dreyfus. L’honneur d’un patriote, Paris, Fayard, 2006, p. 439.
  • 9 Joseph Reinach, Histoire de l’affaire Dreyfus, Paris, Charpentier et Fasquelle, t. 2, 1903, p. 181 (...)

5Paul Guieysse n’est pourtant pas un dreyfusard de la première heure. En novembre 1895, il demande, en tant que ministre des Colonies, un redoublement de surveillance à l’égard du déporté Dreyfus en raison du fait que l’un de ses surveillants lui aurait adressé la parole8. Le 3 janvier 1896, Lucie Dreyfus lui annonce dans une lettre son intention de rejoindre son mari à l’île du Diable : Paul Guieysse la reçoit peu après et cherche, avec humanité, à la dissuader de ce projet. Il refuse d’aborder avec elle la question de l’innocence de son mari, mais l’assure qu’il saisira le conseil des ministres de sa demande. Toutefois, le 23 janvier 1896, il lui transmet avec ses regrets, le rejet de sa requête par le gouvernement en raison de la situation spéciale dans laquelle se trouve le déporté Dreyfus ainsi que des nécessités de sa surveillance9.

  • 10 Emmanuel Naquet, op. cit., p. 138.
  • 11 Ibid., p. 166.
  • 12 Cité par Jean Guiffan, La Bretagne et l’Affaire Dreyfus, Rennes, Terre de Brume, 1999.
  • 13 Vincent Duclert, op. cit., p. 763 et note 153, p. 1150.
  • 14 Joseph Reinach, op. cit., t. 6, p. 142.

6Guieysse devient ensuite un partisan déterminé de la révision à partir de 1897, ce qui lui vaut de multiples attaques d’Édouard Drumont dans La Libre parole. Il est un des signataires de l’Appel à l’union paru dans Le Temps, initié notamment par Ernest Lavisse à partir du 24 janvier 189910. Fondateur et président de la section de Lorient de la LDH, il semble estimer, lors du procès de Rennes, que la tactique de Fernand Labori est préférable à celle d’Edgar Demange11. Le 14 septembre 1899, au lendemain du verdict, il dénonce dans Le Rappel du Morbihan les circonstances atténuantes comme « un aberration mentale (ou) un marchandage abominable entre le respect dû aux galons par des inférieurs hypnotisés et le doute invincible qui a saisi leurs consciences12 ». Au même moment, il est un des signataires d’une « Adresse à Dreyfus13 ». Il est enfin un des rares parlementaires hostile à la loi d’amnistie proposée dans un but d’apaisement, au nom de la raison d’État et votée le 27 décembre 1900. Paul Guieysse dépose alors un amendement restreignant l’amnistie afin de pouvoir juger les responsables du procès de 189414.

  • 15 Emmanuel Naquet, op. cit. p. 103.
  • 16 Ibid., p. 221, 234 et 237.

7Guieysse est l’un des animateurs de la Ligue d’action républicaine fondée en 1900, notamment par Ferdinand Buisson15, il démissionne fin 1904 du comité central de la Ligue des droits de l’Homme en guise de protestation de la position de cette dernière sur l’affaire des fiches, puis prend des positions très tranchées en faveur de la séparation de l’Église et de l’État en 1905. En 1909, il est président du Comité d’action républicain aux colonies16. Paul Guieysse joue également un rôle essentiel dans l’élaboration de la loi de mai 1910, dite des retraites ouvrières et paysannes, première forme de retraite obligatoire qui ouvre la voie aux assurances sociales (1930) puis à la sécurité sociale à la Libération. Un de ses fils, Charles Guieysse (1868-1920), parfois surnommé le « fils Guieysse », est un des animateurs du mouvement des universités populaires.

Notes

1 Yannick Marec, « Deux experts provinciaux républicains : Louis Ricard (1839-1921) et Paul Guieysse (1841-1914) », in Pauvreté et protection sociale aux XIXe et XXe siècles. Des expériences rouennaises aux politiques nationales, Rennes, Presses universitaires de Rennes, notamment p. 259-260. Selon Emmanuel Naquet, La Ligue des droits de l’Homme. Une association en politique (1898-1940), thèse de doctorat, IEP de Paris, p. 193, Guieysse serait membre de la Libre pensée.

2 Outre Yannick Marec, op. cit., voir Emmanuel Naquet, op. cit., p. 696 et 958, ainsi que Bruno Dumons et Gilles Pollet, L’État et les retraites : genèse d’une politique, Paris, Belin, 1994, notamment p. 196.

3 Jean-Paul Martin, La Ligue de l’enseignement des origines à 1914, thèse de doctorat, IEP de Paris, 1992.

4 Selon John Horne, Le Musée social. Aux origines de l’État Providence, Paris, Belin 2004, p. 137. Toutefois, Paul Guieysse n’est pas mentionné par André Encrevé, « La petite musique huguenote », in Pierre Birnbaum (dir.), La France de l’affaire Dreyfus, Paris, Gallimard, 1994.

5 John Horne, op. cit., p. 137 et 155.

6 Ibid., p. 193.

7 Ibid., p. 193 et note 54, p. 337, non sans une erreur quand elle fait naître la LDH en 1897.

8 Vincent Duclert, Alfred Dreyfus. L’honneur d’un patriote, Paris, Fayard, 2006, p. 439.

9 Joseph Reinach, Histoire de l’affaire Dreyfus, Paris, Charpentier et Fasquelle, t. 2, 1903, p. 181-182.

10 Emmanuel Naquet, op. cit., p. 138.

11 Ibid., p. 166.

12 Cité par Jean Guiffan, La Bretagne et l’Affaire Dreyfus, Rennes, Terre de Brume, 1999.

13 Vincent Duclert, op. cit., p. 763 et note 153, p. 1150.

14 Joseph Reinach, op. cit., t. 6, p. 142.

15 Emmanuel Naquet, op. cit. p. 103.

16 Ibid., p. 221, 234 et 237.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540