Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être dreyfusard hier et aujourd’hui

 | 
Gilles Manceron
, 
Emmanuel Naquet

Première partie. Quelques dreyfusards méconnus

Édouard Grimaux, la figure du savant engagé

Vincent Duclert

Texte intégral

  • 1 Sa thèse, qui lui décerna le grade de docteur ès sciences physiques en 1877, s’intitulait Recherch (...)
  • 2 Alfred Dreyfus, qui quitta l’École en 1880, ne l’eut donc pas comme professeur.
  • 3 Notice sur les travaux scientifiques, Paris, Gauthier-Villars, 1891.
  • 4 Grimaux est l’auteur de Lavoisier 1743-1794, d’après sa correspondance, ses manuscrits, ses papier (...)

1Édouard Grimaux est né le 3 juillet 1835 à Rochefort-sur-Mer, où son père, pharmacien militaire, avait fini sa carrière à l’Hôpital maritime, et où il commença ses études. Il renonça à l’armée, se maria, obtint un diplôme de pharmacien et tint une officine à Sainte-Hermine en Vendée où il mena des expériences de chimie, discipline qui l’intéressait particulièrement, comme elle avait naguère intéressé son père. Sa rencontre avec Alfred Naquet, proche collaborateur du maître Charles-Adophe Wurtz, le confirma dans sa voie. Sur les conseils du grand chimiste, principal concurrent et adversaire de Marcelin Berthelot, il passa successivement ses thèses de médecine (1865) puis de sciences (1877)1. Il accéda alors aux postes universitaires, obtint en 1881 la chaire de chimie de l’École polytechnique2 et enseigna à l’Institut agronomique3, comme son collègue et ami, le directeur de l’Institut Pasteur Émile Duclaux. Expérimentateur réputé, dont le talent avait été remarqué par Louis Pasteur, il était aussi un historien de la chimie4. Élu en 1894 à l’Académie des sciences, il présida à trois reprises la Société de chimie, particulièrement en 1900, et fut placé en 1898 à la tête de l’Association française pour l’avancement des sciences (AFAS), année où lui furent enlevés sa chaire et son laboratoire de l’École polytechnique.

  • 5 Grimaux est membre de la loge maçonnique « Accord parfait » de Rochefort, sous obédience du Grand (...)
  • 6 Bulletin officiel de la Ligue des droits de l’Homme, no 15, 15 août 1907, p. 1052.
  • 7 En 1940, sous l’occupation allemande, le buste d’Édouard Grimaux fut envoyé à la fonte. À la Libér (...)

2Personnage haut en couleur, fidèle à ses racines vendéennes et à ses amis de jeunesse comme Georges Clemenceau, il professait des convictions républicaines mâtinées d’anarchisme. Très patriote, franc-maçon5, engagé volontaire en 1870, défenseur de Paris, il occupait aussi les fonctions de maire adjoint de la municipalité de Montmartre aux côtés de Clemenceau lorsqu’éclata la Commune. Puis il soutint l’avènement de la République républicaine et participa, avec un de ses autres amis, Gambetta, à la création du journal La République française. Il fut même candidat gambettiste aux élections sénatoriales. Il était au sommet de sa carrière et des honneurs quand il s’engagea dans l’Affaire, en faveur de la défense de la vérité et de la justice qu’il identifiait aussi bien aux valeurs patriotiques qu’à celles de la science. Dans sa déposition du 15 février 1898 devant la Cour d’assises de la Seine qui jugeait l’auteur de « J’accuse… ! », il rapporta plusieurs de ses faits d’armes et justifia hautement de son engagement dans la présente affaire. Cet héroïsme républicain fut rappelé par le général Picquart, ministre de la Guerre du gouvernement Clemenceau lors de l’inauguration du monument de Rochefort-sur-Mer, édifié à sa mémoire le 15 août 19076, après son décès le 2 mai 1900 à Suresnes, sur lequel serait gravée sa devise : « Science, conscience7 ».

  • 8 Le Siècle et L’Aurore, 15 janvier 1898.

3Dès le début de l’Affaire, en janvier 1898, Grimaux prit, avec son ami Charles Friedel, chimiste alsacien, proche lui aussi d’Auguste Scheurer-Kestner, l’initiative de la seconde protestation8 dite du « maintien des garanties légales » :

  • 9 Le Siècle du 21 janvier 1898.

Les soussignés, frappés des irrégularités commises dans le procès Dreyfus de 1894, et du mystère qui a entouré le procès du commandant Esterhazy, persuadés d’autre part que la nation est intéressée au maintien des garanties légales, seule protection des citoyens dans un pays libre, étonnés des perquisitions faites chez le lieutenant-colonel Picquart et des perquisitions non moins illégales attribuées à ce dernier officier, émus des procédés d’information judiciaire employés par l’autorité militaire, demandent à la Chambre de maintenir les garanties légales des citoyens contre tout arbitraire9.

4Leurs deux noms ouvrent la première liste des signataires rendue publique le 15 janvier.

5Zola et sa défense demandèrent alors à Grimaux de déposer en justice après la plainte du ministre de la Guerre visant l’écrivain, et la déposition du savant, le 15 février 1898, compta parmi les grands moments du procès Zola. Il déclara d’emblée :

Je dois vous souligner ce mouvement singulier de tant d’hommes de science, tant d’hommes de lettres, d’artistes, de ces hommes qui ne suivent pas les fluctuations de la politique quotidienne et dont beaucoup ignorent même les noms des ministres ! Ces hommes sont sortis de leurs laboratoires, de leurs cabinets de travail, de leurs ateliers, pour faire entendre leurs voix, parce qu’ils ont compris qu’il s’agit aujourd’hui de la liberté et de l’honneur de la patrie.

6À la barre, Grimaux ne se contenta cependant pas de proclamer l’attachement des savants aux valeurs de la démocratie républicaine, il se fit le défenseur de la méthode scientifique capable d’éclairer la faillite de la justice militaire dans les procès Dreyfus et Esterhazy :

Des doutes me sont d’abord venus ; puis peu à peu, lentement, progressivement, par l’examen des pièces officielles non démenties, ma conviction s’est faite.

7Il releva dans l’acte d’accusation issu de l’instruction puis dans la conduite du procès Esterhazy deux ensembles de faits inacceptables à l’origine d’une conviction qui le mena à se prendre la tête de la « deuxième protestation » :

  • 10 Le Procès Zola [1898], réédition, Paris, Stock, 1998, p. 535-536.

D’abord, le rapport du commandant Ravary, qui paraît celui d’un ami de l’accusé, plutôt que celui du Ministère public ; cet acte dans lequel il accuse de faux, d’après les seuls racontars d’Esterhazy, un de ces brillants et jeunes officiers, qui sont l’espoir du pays ; et, dans ce rapport, nous voyons encore cette chose étrange : qu’il est dit qu’une pièce secrète a été volée au ministère de la guerre, qu’elle a passé par les mains d’une dame voilée, au Sacré-Cœur, qu’elle revient dans les mains de M. Esterhazy, et M. Ravary ne s’en étonne pas ! Il semble trouver la chose toute naturelle, et, tout naturel que cette pièce secrète, que le ministère de la guerre a refusé de communiquer au probe et loyal M. Scheurer-Kestner, ce soient des dames voilées qui la promènent !!! Voilà, messieurs, une des causes de ma conviction ! Il en est d’autres encore. La singulière façon dont les débats ont été menés ; ce président, quand il voit l’accusé embarrassé, lui soufflant ses réponses, et, enfin, cette contradiction des experts10 !

8Il poursuivit :

Puis, j’ai examiné les actes d’accusation, je les ai minutieusement étudiés, j’en ai pesé moi-même la valeur et j’en ai tiré une conclusion. Cette conclusion, c’est que jamais homme qui a l’habitude de raisonner, jamais magistrat, jamais homme de science n’aurait voulu signer de telles pièces. On n’y trouve que des insinuations sans preuves, des racontars, des commérages, et enfin les rapports contradictoires des experts. Un examen rigoureux de ces pièces nous montre qu’elles n’ont aucune valeur ; soumises à une critique sévère, il n’en reste rien, rien !

9Pour Grimaux, la méthode scientifique n’était pas indifférente à la compréhension des choses publiques et au progrès des libertés démocratiques. Le savant ne pouvait alors se réfugier dans sa tour d’ivoire. Il avait un devoir d’engagement. Et cette intervention hors de sa sphère professionnelle demeurait fidèle à une éthique des savoirs qui fondait sa vocation de savant :

  • 11 Ibid., p. 575-581.

C’est qu’en effet, messieurs, nous autres, hommes de science, nous avons une autre manière de raisonner. Quand nous nous découvrons un fait, croyez-vous que nous nous empressons de le publier ? Non ! Nous répétons encore l’expérience, nous en vérifions les conditions : et ce n’est que quand notre certitude est faite, inébranlable, que nous publions le fait. Et pensez-vous alors — car je dois vous dire qu’en science, quelques faits nouveaux ne sont rien ; ce qui a de l’importance, ce sont des conclusions générales qu’on en tire — pensez-vous que, tout d’abord, nous allons présenter, comme des vérités, les hypothèses que nous en tirons ? Non ! Nous les présentons comme des hypothèses, nous disons : il est probable que… et ce n’est qu’après des expériences nouvelles que nous les proclamons comme loi. Voilà la vraie méthode scientifique ! Voilà la méthode qui a manqué aux actes de l’accusation11 !

10Cette déclaration fera grande impression, en raison de son argumentation morale mais aussi de la personnalité de son auteur, savant éminent et qui plus est professeur de l’École dont Dreyfus était lui-même issu.

11Grimaux ne fut pas seulement célèbre pour cette déposition marquante. Son engagement, précoce et décidé, symbolisa, avec celui du biologiste Émile Duclaux ou de l’historien Gabriel Monod, l’intervention exemplaire des savants dans l’affaire Dreyfus. Édouard Grimaux fut frappé par l’arbitraire gouvernemental. À la demande du ministre de la Guerre, le général Billot, le ministère de Jules Méline, hostile aux dreyfusards — et, pour cette raison, allié objectif des antidreyfusards — le sanctionna brutalement en le plaçant à la retraite d’office après sa déposition au procès Zola. Le professeur de l’École polytechnique fut, parmi les savants dreyfusards, celui qui paya le plus lourd tribut. La perte de son laboratoire le plongea dans une profonde détresse qui ne s’acheva que dans la mort et que ne parvint pas à soulager l’important mouvement d’hommage et de solidarité en sa faveur.

  • 12 Avec le bureau de la Ligue, il comparut en justice en 1899 pour infraction à la législation sur le (...)

12Assumant jusqu’à la fin son engagement, Grimaux participa à la création de la Ligue des droits de l’Homme et en devint, avec Émile Duclaux, l’un des deux vice-présidents. Mais la dépression et la progression de sa maladie l’empêchèrent de militer comme il l’aurait souhaité12. Sa disparition en 1900, après celle de Scheurer-Kestner, également chimiste et dreyfusard héroïque, marqua les esprits comme en témoignent les nombreux messages de correspondances conservés à la bibliothèque de l’Institut. Dreyfusard il le fut, ardemment, intellectuellement, civiquement. Méconnu il l’est, en raison de l’histoire des sciences qui considère peu les engagements politiques, et parce que l’histoire politique méconnaît généralement les engagements de scientifiques.

Notes

1 Sa thèse, qui lui décerna le grade de docteur ès sciences physiques en 1877, s’intitulait Recherche synthétiques sur la série urique, Paris, Gauthier-Villars, 1877.

2 Alfred Dreyfus, qui quitta l’École en 1880, ne l’eut donc pas comme professeur.

3 Notice sur les travaux scientifiques, Paris, Gauthier-Villars, 1891.

4 Grimaux est l’auteur de Lavoisier 1743-1794, d’après sa correspondance, ses manuscrits, ses papiers de famille et autres documents inédits, Paris, Alcan, 1888, et de L’Œuvre scientifique d’Auguste Cahours, Paris, Alcan, 1892.

5 Grimaux est membre de la loge maçonnique « Accord parfait » de Rochefort, sous obédience du Grand Orient de France (Archives départementales de Charentes-Maritimes, M. 7/3, « Sociétés politiques et para-politiques, franc-maçonnerie »).

6 Bulletin officiel de la Ligue des droits de l’Homme, no 15, 15 août 1907, p. 1052.

7 En 1940, sous l’occupation allemande, le buste d’Édouard Grimaux fut envoyé à la fonte. À la Libération, le conseil municipal dut procéder à la destruction de la stèle. Ces renseignements proviennent de l’article bien documenté de Claude Viel, Marie-Christine Journaux et Michel Marché, « Un pharmacien célèbre. Édouard Grimaux, membre de l’académie des sciences » (http://seucaj.ifrance.com).

8 Le Siècle et L’Aurore, 15 janvier 1898.

9 Le Siècle du 21 janvier 1898.

10 Le Procès Zola [1898], réédition, Paris, Stock, 1998, p. 535-536.

11 Ibid., p. 575-581.

12 Avec le bureau de la Ligue, il comparut en justice en 1899 pour infraction à la législation sur les associations.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540