Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être dreyfusard hier et aujourd’hui

 | 
Gilles Manceron
, 
Emmanuel Naquet

Première partie. Quelques dreyfusards méconnus

Arthur Giry, un homme de science au service de la vérité et de la justice

Emmanuel Naquet

Texte intégral

  • 1 Voir Antoinette Blum, « L’ascendant intellectuel et moral de Lucien Herr sur les dreyfusards » ; G (...)
  • 2 Archives de la Préfecture de police de Paris, Ba 1191, dossier Gabriel Monod. Voir aussi Rémy Riou (...)

1Si l’Affaire a été une cause pour des intellectuels, c’est en partie parce qu’aux côtés de publicistes, d’écrivains, de juristes, nombre de savants se sont mobilisés afin de faire éclater la Vérité, et, pour certains d’entre eux, de faire venir la Justice. On connaît les rôles pionniers du philosophe Lucien Herr1 ou encore de l’historien Gabriel Monod2. On sait également qu’au-delà de la sphère pastorienne des médecins se sont ajouté des mathématiciens (Paul Appell, Émile Borel, Jacques Hadamard ou Paul Painlevé), des physiciens (Paul Langevin), des chimistes (Édouard Grimaux ou Charles Friedel) et des biologistes (Émile Roux ou Émile Gley).

  • 3 Voir les travaux de Vincent Duclert, « La Ligue de l’époque héroïque : la politique des savants »,(...)

2Héritiers des Lumières et vouant un culte à la Raison, ces clercs ont trouvé des lignes de fuite idéologiques et même un horizon social et politique avec cette perspective de démocratisation de la « chose publique3 ». Mais les contours d’autres visages sont moins connus : si dans le cercle des linguistes, on cite à juste titre Paul Meyer, Gaston Paris ou Louis Havet, plus floue est la perception d’Arthur Giry, cet archiviste-paléographe ayant touché au droit, qui occupe alors un poste de professeur à l’École des chartes et de directeur-adjoint à l’École des hautes études après avoir travaillé au département des manuscrits de la Bibliothèque nationale. Ce peu d’échos s’explique sans doute par le fait que l’Affaire emporte sa vie, arrêtant les combats d’un expert soucieux d’érudition, d’un maître attentif aux méthodes et s’inscrivant dans un avenir de progrès.

  • 4 Madeleine Rebérioux, « Histoire, historiens et dreyfusisme », Revue historique, no 518, avril-juin (...)
  • 5 Charles Andler, Vie de Lucien Herr (1864-1926), Paris, Éd. Rieder, 1932, rééd. Maspéro, 1977, p. 1 (...)
  • 6 Bertrand Joly, « L’École des chartes et l’affaire Dreyfus », Bibliothèque de l’École des chartes, (...)
  • 7 Le Siècle, 24 mars 1898.
  • 8 Voir Emmanuel Naquet, « Aux origines de la Ligue des droits de l’Homme : Affaire Dreyfus et intell (...)

3Et pourtant, à l’instar d’autres figures4, Arthur Giry signe très tôt la pétition de l’École normale supérieure5, franchissant le seuil de l’affaire Dreyfus par la porte du procès Zola. Les correspondances, les journaux ou les mémoires permettent à cet égard d’approcher les liens intellectuels, professionnels ou personnels, noués depuis plusieurs décennies parfois et resserrés avec l’Affaire. Arthur Giry retrouve d’autres philologues, Auguste et Émile Molinier, Paul Meyer et Gaston Paris6. Lui-même est de la dixième audience du procès du 17 février. Tandis que, pour soutenir Lucie Dreyfus et demander l’adoucissement des conditions de détention du condamné, le premier secrétaire de la Ligue des droits de l’Homme, Jean Psichari, lance en parallèle son « Appel aux Femmes de France » signé par son épouse7, Arthur Giry participe avec Louis Havet et Paul Meyer à la fondation de la Ligue et notamment à la réunion, le 20 février, au domicile de Ludovic Trarieux8, puis à la rédaction des statuts de l’association et à son premier comité directeur.

  • 9 Voir ses « Réflexions d’un critique », Le Siècle, 23 et 31 août 1898.
  • 10 Voir Christophe Charle, Naissance des « intellectuels », 1880-1900, Paris, Éd. de Minuit, « Le sen (...)
  • 11 Le Siècle, 6 et 7 juillet 1898.

4Arthur Giry combat ainsi pour le « vrai » et le « libre »9, en d’autres termes pour une patrie éclairée. En position dominante au sein de l’institution10, il est de ces modérés qui rejoignent la réprobation des Havet, Viollet, Meyer, Monod — son mentor — à propos des excès polémiques d’Urbain Gohier11. Né avec la IIe République, il lutte aussi pour la Justice, comme le montre son adhésion aux universités populaires, avec Alphonse Aulard, Victor Basch, Paul Guieysse, Émile Duclaux, Charles Seignobos ou Gabriel Monod, mais aussi avec des étudiants tels Francis Delaisi, Émile Kahn ou Élie Halévy. Mais ce franc-maçon, un temps proche de Gambetta et collaborateur de La République française, « radical repenti », membre de la Ligue de l’enseignement, œuvre également à la création du Comité de protection et de défense des indigènes et appartient au Comité des Arméniens. Bref, ce spécialiste des institutions municipales du Moyen Âge est en résonance avec ce désir collectif de faire progresser la société, au profit de tous, ceux d’ici et ceux de plus loin, et ne se contente pas d’être, par rapport à l’imaginaire social, une incarnation idéale de la réussite.

  • 12 Séance du 27 mars 1899 (Archives privées de la LDH). Une souscription est lancée.
  • 13 Victor Basch, Le procès de Rennes dix ans après, Paris, LDH, 1928. Il est remplacé au comité direc (...)
  • 14 Selon Marcel Proust dans une lettre à Madame Straus citée par Georges D. Painter, Marcel Proust. I (...)

5La fièvre typhoïde contractée dans la ville bretonne et qui l’emporte le 13 novembre 1899 stoppe une activité réelle au cœur de la LDH : entré dans la commission chargée de « répandre à profusion les documents de l’affaire Dreyfus et notamment l’enquête et les débats de la Cour de cassation12 », ce savant avait fait une forte impression à Victor Basch lors du procès de Rennes13. Cette disparition n’efface pas la trace de cet esprit de rigueur peut-être dépeint dans Élie Greuze. Publié en 1907 par Gabriel Trarieux, alors au comité central de la Ligue, ce roman raconte les amours mouvementées d’Élie Greuze et de Claire de Plat avec, en arrière-plan, les réminiscences du fils de Ludovic Trarieux. L’aîné du premier président de la LDH brosse, sous les traits de Louis Greuze, le portrait d’un professeur à l’École des chartes qui meurt à cause de cette promesse de justice… Toute l’histoire de l’Affaire s’y retrouve, et certains de ses acteurs, de Bernard Lazare à Mathieu Dreyfus, d’Auguste Scheurer-Kestner au colonel Picquart et à Jean Jaurès, avec les temps de cette affaire « balzacienne » devenue « shakespearienne »14.

Notes

1 Voir Antoinette Blum, « L’ascendant intellectuel et moral de Lucien Herr sur les dreyfusards » ; Géraldi Leroy (dir.), Les Écrivains et l’affaire Dreyfus, Paris, PUF, 1983, p. 159-166 ; Daniel Lindenberg, « Lucien Herr », in Jacques Julliard et Michel Winock (dir.), avec la collab. de Pascal Balmand et Christophe Prochasson, Dictionnaire des intellectuels français, Paris, Le Seuil, 1re éd. 1996, p. 591-593 ; Daniel Lindenberg, « Lucien Herr, une nature dreyfusarde », Mil neuf cent, no 11, 1993, p. 31-32 ; Daniel Lindenberg et Pierre-Antoine Meyer, Lucien Herr, le socialisme et son destin, Paris, Calmann-Lévy, 1977.

2 Archives de la Préfecture de police de Paris, Ba 1191, dossier Gabriel Monod. Voir aussi Rémy Rioux, « Gabriel Monod », in Jacques Julliard et Michel Winock (dir.), op. cit., p. 799-800, et « “Saint-Monod-la-critique” et l’“obsédante affaire Dreyfus” », Mil neuf cent, no 11, op. cit, p. 33-38.

3 Voir les travaux de Vincent Duclert, « La Ligue de l’époque héroïque : la politique des savants », Le Mouvement social, no 183, avril-juin 1998, p. 27-60 ; « Les savants », in Michel Drouin (dir.), L’Affaire Dreyfus de A à Z, Paris, Flammarion, 1re éd. 1994, p. 490-495 ; « L’engagement scientifique et l’intellectuel démocratique. Le sens de l’affaire Dreyfus », Politix, no 48, 4e trimestre 1999, p. 71-94, et ceux de Christophe Charle, dont Les intellectuels en Europe au XIXe siècle, essai d’histoire comparée, Paris, Le Seuil, « L’Univers historique », 1996.

4 Madeleine Rebérioux, « Histoire, historiens et dreyfusisme », Revue historique, no 518, avril-juin 1976, p. 407-433.

5 Charles Andler, Vie de Lucien Herr (1864-1926), Paris, Éd. Rieder, 1932, rééd. Maspéro, 1977, p. 117. Voir dans le Fonds Lucien Herr, LH 2, dossier 1 (FNSP-Archives d’histoire contemporaine), cette pétition, initiée semble-t-il par le surveillant de l’École normale supérieure, Paul Dupuy, et la liste manuscrite des personnalités à contacter.

6 Bertrand Joly, « L’École des chartes et l’affaire Dreyfus », Bibliothèque de l’École des chartes, 1989, p. 611-671.

7 Le Siècle, 24 mars 1898.

8 Voir Emmanuel Naquet, « Aux origines de la Ligue des droits de l’Homme : Affaire Dreyfus et intellectuels », Bulletin du Centre d’histoire de la France contemporaine, Université Paris X-Nanterre, no 11, 1990, p. 61-81 ; « De la mystique à la politique ? Intellectuels et édiles de la Ligue des droits de l’Homme pendant l’affaire Dreyfus », Jean Jaurès. Cahiers trimestriels, no 154, octobre-décembre 1999, p. 65-83.

9 Voir ses « Réflexions d’un critique », Le Siècle, 23 et 31 août 1898.

10 Voir Christophe Charle, Naissance des « intellectuels », 1880-1900, Paris, Éd. de Minuit, « Le sens commun », 1990.

11 Le Siècle, 6 et 7 juillet 1898.

12 Séance du 27 mars 1899 (Archives privées de la LDH). Une souscription est lancée.

13 Victor Basch, Le procès de Rennes dix ans après, Paris, LDH, 1928. Il est remplacé au comité directeur, une semaine plus tard, par son collègue Auguste Molinier.

14 Selon Marcel Proust dans une lettre à Madame Straus citée par Georges D. Painter, Marcel Proust. I. Les années de jeunesse (1871-1903), Paris, Mercure de France, 1966, p. 297.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540