Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être dreyfusard hier et aujourd’hui

 | 
Gilles Manceron
, 
Emmanuel Naquet

Première partie. Quelques dreyfusards méconnus

Charles Gide, « le vrai dreyfusard… le juge imperturbable »

Marc Pénin

Texte intégral

  • 1 Son nom se trouve sur la seizième liste de cette deuxième protestation (dite « pétition des intell (...)
  • 2 William Jaffé, Correspondance of Leon Walras and related papers, Amsterdam, North-Holland Publishi (...)

1Début 1898, alors même qu’il est encore en Suisse et se pose la question d’une installation définitive dans ce pays, Charles Gide figure parmi les signataires de la deuxième pétition de soutien à Zola1. Au cours de cette même année, il publiera une demi-douzaine d’articles qui le situent clairement dans le camp des intellectuels dreyfusards et qui lui vaudront de voir, à la fin de l’année, son enseignement à la Faculté de droit de Paris perturbé par les anti-dreyfusards2.

  • 3 Le Siècle, 5 février 1900.
  • 4 L’Émancipation, janvier 1899.
  • 5 « La petite musique huguenote », in Pierre Birnbaum (dir.), La France de l’Affaire Dreyfus, Paris, (...)
  • 6 Charles Gide, « Soloweitschik : un prolétariat méconnu », Revue d’économie politique, 1899, p. 427

2Dans ses articles, il emploie les arguments d’un juriste républicain, dénonçant le déni de justice et les conseils de guerre, cette survivance des « juridictions médiévales » et des « tribunaux ecclésiastiques »3. Mais surtout il met en cause « l’infection de l’antisémitisme4 », position peu fréquente parmi les dreyfusards, sauf chez les protestants — comme l’a bien souligné André Encrevé5 —, la proximité entre gens du Livre jouant évidemment un rôle, mais aussi le souvenir de persécutions parallèles sinon communes et le fait que l’antidreyfusisme catholique, largement dominant, était antisémite mais aussi très souvent antiprotestant. La contribution la plus importante de Charles Gide à la conquête de l’opinion réside d’ailleurs peut-être dans une notice bibliographique d’une quinzaine de lignes qu’il donne à la Revue d’économie politique en 1899 sur une thèse belge qui démontre que la très grande majorité des juifs appartiennent à un prolétariat misérable et exploité : ce travail, écrit-il « demanderait à être résumé sous la forme d’une brochure et à être distribué à des millions d’exemplaires. Ce serait le moyen le plus efficace de lutter contre le mensonge de l’antisémitisme6 ». Cette notule, publiée dans une revue assez largement diffusée, a pu donner à réfléchir sur la conception traditionnelle du juif usurier, capitaliste et exploiteur, alors encore très prégnante même — et surtout — chez les socialistes.

  • 7 Madeleine Rebérioux a analysé la carrière ligueuse de Charles Gide dans la préface à Charles Gide,(...)

3Charles Gide ne pouvait qu’envisager favorablement la création par les dreyfusards d’une association destinée à prolonger leur action et qui serait placée sous le patronage de la Déclaration des droits de l’Homme et on le trouvera donc rapidement à la Ligue des droits de l’Homme. Comme il ne rentre de Lausanne qu’à l’été 1898, il ne participe pas aux premiers pas de celle-ci. Mais il figure parmi les adhérents de cette première année, et commence là un long compagnonnage avec elle qui le mènera en 1919 à une élection au comité central et à une des vice-présidences de la Ligue7.

4Provincial fraîchement débarqué à Paris, Charles Gide n’a joué qu’un rôle très secondaire dans l’Affaire, mais celle-ci fut certainement un tournant dans sa vie. D’abord parce qu’elle l’insère dans un réseau d’institutions et de relations plus large que celui dans lesquels il était jusque-là confiné. Ensuite, et peut-être surtout, parce qu’elle fixe chez lui une posture intellectuelle — esprit critique, volonté de témoigner de la vérité, confiance dans l’efficacité de la protestation, refus de sacrifier l’individu aux institutions, volonté d’agir au niveau de la société civile — dont il ne se départira plus par la suite. Il va rester dreyfusard précisément parce qu’il ne sera pas l’homme d’un seul combat mais d’une multitude d’autres — grands ou petits — qui lui semblent mériter le même type de traitement.

  • 8 André Gide,Journal, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1948, p. 1219.
  • 9 Sur l’histoire de celle-ci, voir Emmanuel Naquet, « La société d’études documentaires et critiques (...)

5La Grande Guerre va lui donner l’occasion de manifester cette attitude critique. Dès le début, il avait refusé de partager l’hystérie nationaliste — ainsi qu’en témoignera en 1934 son neveu André dans son Journal8. Mais c’est sa participation à la Société d’études critiques et documentaires sur la guerre9 qui va le faire connaître d’une plus jeune génération : la Société, fondée par Mathias Morhardt et Georges Demartial, deux ligueurs qui ne se satisfont pas de l’unanimisme patriotard de l’union sacrée, devint de fait un rassemblement de critiques et d’opposants à la guerre et il en est la caution morale et institutionnelle.

  • 10 L’Émancipation, octobre 1925, p. 156-157. Sur cette question, voir Marc Pénin, Charles Gide 1847-19 (...)
  • 11 La Russie soviétique (1924). Voir Marc Pénin,ibid., p. 216-225.

6L’après-guerre le verra multiplier l’examen (très) critique des politiques françaises. Cela va du brûlot honni de John Maynard Keynes, Les conséquences économiques de la paix, dont il approuve hautement la partie économique, à l’occupation de la Ruhr qu’il condamne, en passant par les guerres du Rif et de Syrie ; et cela n’épargne pas non plus ses propres convictions qu’il réexamine à mesure que de nouvelles dimensions des problèmes s’imposent à lui. Ainsi en va-t-il du colonialisme dont il s’était fait le héraut dans les années 1880 et dont il va progressivement déchanter pour en arriver aux frontières d’un anticolonialisme de déception : « Il y a une question coloniale comme il y a une question sociale. Et elles sont du même ordre » écrira-t-il en 192510. Ou bien de la toute jeune Union soviétique, qui l’intrigue beaucoup et où il se rend en 1923 — à 76 ans ! — pour en revenir avec beaucoup d’interrogations, mais aussi avec l’espoir « qu’elle laissera le monde en paix et qu’on lui laissera aussi la paix11 ».

  • 12 L’Émancipation, janvier 1918.
  • 13 La Menorah, juin 1927.
  • 14 L’Émancipation, septembre 1929.
  • 15 « Charles Gide, grand ami du sionisme », La terre retrouvée, 25 avril 1932, p. 5. Sur tous ces poi (...)

7Sa position sur le sionisme mérite également d’être citée. Charles Gide ne s’est pas seulement opposé à l’antisémitisme : il s’est affirmé très tôt favorable au sionisme, position peu fréquente à l’époque. En 1918, il soutient l’idée de donner aux juifs la Palestine libérée du joug ottoman12, publie au début des années 1920 une étude sur « la colonisation sioniste » qui sera reprise dans divers journaux sionistes, se rend au printemps 1925, à 78 ans, en Palestine pour l’inauguration de l’université hébraïque de Jérusalem et fait en 1927 une conférence à la Sorbonne sur « La défense du sionisme »13. Mais il a pris aussi conscience de l’existence d’une population arabe également attachée à cette terre : il y a « conflit de nationalités » écrit-il en 1928, et qui risque fort de dégénérer. L’année suivante, il publie « L’avenir de la Palestine14 ». Les droits des Arabes sur cette terre, dit-il, ne sont pas moindres que ceux des juifs. Sans doute vingt années de colonisation juive ont fait plus que treize cents ans d’occupation arabe, mais ce vieil argument colonialiste ne peut tout justifier. Dans ces conditions, il faut consentir aux Arabes l’égalité des droits et comme ils sont quatre fois plus nombreux, ils auront la majorité. La minorité juive n’en sera pas balayée pour autant : elle possède les capitaux et la supériorité culturelle, peut trouver un appui dans la population chrétienne et bénéficiera du soutien de la diaspora. Il conclut qu’il y a encore un espoir pour une « Palestine judéo-arabe de population et de langue, mais juive de culture ». Et ceci ne l’empêchera pas de continuer à se considérer (et à être considéré) comme un « grand ami du sionisme15. » Il n’y a d’ailleurs pas que la posture intellectuelle qui est dreyfusarde. Les modes d’action proposés qui consistent à tenter d’influencer le politique en agissant sur l’opinion publique par un effort de conviction et le relais d’organisations de la société civile ou d’associations que l’on créée ad hoc rappellent aussi l’Affaire.

  • 16 « Charles Gide », Libres propos, 30 avril 1932.
  • 17 Feuilles libres de la Quinzaine, 10 mai 1936, p. 134, cité par Christophe Prochasson,Les intellectu (...)

8Le dreyfusisme n’est donc pas chez Charles Gide un moment particulier qui aurait particulièrement tranché sur le reste de sa vie publique. Charles Gide n’est pas vraiment un dreyfusard méconnu. Il est quelqu’un qui a été marqué par l’Affaire — comme beaucoup d’intellectuels de sa génération — et qui n’y a tenu qu’un petit rôle — comme le gros des bataillons intellectuels dreyfusards. Mais il en a tiré des leçons qu’il a essayé d’appliquer le reste de sa vie, ce qui est moins fréquent. Et cela fera de lui, pour certains, le paradigme même du dreyfusard. Ainsi Michel Alexandre, le disciple d’Alain, l’évoquera lors sa disparition, « inlassable, insociable, indomptable, […] sans puissance et souverain, dont on savait qu’il démêlerait toute ruse, qu’il dénoncerait toute injustice, et premièrement des siens16 » et, en 1936, quatre ans après sa mort, le décrira encore comme « le vrai dreyfusard, c’est-à-dire le juge imperturbable17 ».

Notes

1 Son nom se trouve sur la seizième liste de cette deuxième protestation (dite « pétition des intellectuels »), publiée par L’Aurore en février 1898.

2 William Jaffé, Correspondance of Leon Walras and related papers, Amsterdam, North-Holland Publishing Company, 1965, vol. III, p. 39, note 5.

3 Le Siècle, 5 février 1900.

4 L’Émancipation, janvier 1899.

5 « La petite musique huguenote », in Pierre Birnbaum (dir.), La France de l’Affaire Dreyfus, Paris, Gallimard, 1994, p. 451-504.

6 Charles Gide, « Soloweitschik : un prolétariat méconnu », Revue d’économie politique, 1899, p. 427.

7 Madeleine Rebérioux a analysé la carrière ligueuse de Charles Gide dans la préface à Charles Gide, Écrits 1869-1886, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 12-15.

8 André Gide,Journal, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1948, p. 1219.

9 Sur l’histoire de celle-ci, voir Emmanuel Naquet, « La société d’études documentaires et critiques sur la guerre », Matériaux pour l’histoire de notre temps, no 30, janvier-mars 1993, p. 6-10.

10 L’Émancipation, octobre 1925, p. 156-157. Sur cette question, voir Marc Pénin, Charles Gide 1847-1932 : l’esprit critique, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 68-72 et 227-229.

11 La Russie soviétique (1924). Voir Marc Pénin,ibid., p. 216-225.

12 L’Émancipation, janvier 1918.

13 La Menorah, juin 1927.

14 L’Émancipation, septembre 1929.

15 « Charles Gide, grand ami du sionisme », La terre retrouvée, 25 avril 1932, p. 5. Sur tous ces points, voir Marc Pénin,op. cit., p. 230-234 et 312.

16 « Charles Gide », Libres propos, 30 avril 1932.

17 Feuilles libres de la Quinzaine, 10 mai 1936, p. 134, cité par Christophe Prochasson,Les intellectuels, le socialisme et la guerre, Paris, Le Seuil, « L’Univers historique », 1993, p. 221.

Auteur

Maître de conférences à l’université Montpellier 1.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540