Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être dreyfusard hier et aujourd’hui

 | 
Gilles Manceron
, 
Emmanuel Naquet

Première partie. Quelques dreyfusards méconnus

Le commandant Forzinetti, premier dreyfusard de l’armée française

Michel Drouin

Texte intégral

1Si le colonel Picquart fut l’un des plus grands héros de l’affaire Dreyfus, il n’est pas le premier partisan du capitaine au sein de l’armée. Cet honneur revient incontestablement au commandant Ferdinand Forzinetti qui, avant Me Demange ou Bernard Lazare, fut persuadé de l’innocence du « traître », au point de proclamer ouvertement sa certitude, en dépit du devoir de réserve auquel il était soumis comme officier, directeur des prisons militaires de Paris, depuis le 15 octobre 1890, dont celle du Cherche-Midi.

2En effet, à peine Dreyfus avait-il été mis au secret, sous sa garde étroite, qu’il acquit l’intuition, puis la conviction, que son prisonnier d’État était la victime d’une effroyable injustice. Sa longue expérience des détenus, dans les établissements pénitentiaires qu’il avait dirigés, lui fit saisir très vite que l’état de folie où se trouvait Dreyfus était la preuve de sa non-culpabilité. Sans égard à l’ordre du ministre de la Guerre, exigeant de garder l’incarcération secrète, il n’hésita pas à en informer le général Saussier, gouverneur militaire de Paris, qui tenait le commandant en haute estime. Remué par l’inlassable protestation — hurlée —, d’un homme à l’agonie, victime de la fureur antisémite — « mon seul crime est d’être né juif » —, Forzinetti indigné s’opposa aux procédés les plus odieux dont voulait user le commandant Du Paty de Clam pour faire avouer Dreyfus dans sa cellule. C’est Forzinetti qui, interrogé par le général de Boisdeffre, chef d’état-major, lui fit part de son sentiment : « On fait fausse route, cet officier n’est pas coupable ! » C’est lui qui évita un geste désespéré : le suicide. Lui encore qui favorisa les rencontres entre le condamné et ses proches, et qui s’éleva, au matin du 5 janvier 1895, contre les préparatifs, ignobles, du supplice de la dégradation, serrant la main du capitaine avec une émotion poignante, et réciproque, avant de le perdre de vue jusqu’au procès de Rennes. Et c’est lui qui remit à Mathieu, le 10 janvier 1895, la copie de l’acte d’accusation de Bexon d’Ormescheville, annotée par Alfred, base véritable du procès.

3Une attitude aussi chevaleresque et désintéressée chez un militaire très attaché à ses devoirs ne pouvait provoquer que l’étonnement, et des sanctions, d’autant plus que Ferdinand Dominique Forzinetti, né à Marseille le 6 février 1839, fils de Jean Forzinetti, maçon, et de Victoire Carenzo, marié, en 1877, à Mathilde Ravan, engagé volontaire en 1857, chef de bataillon depuis 1884, tenait beaucoup à son poste où on l’avait maintenu, bien qu’il fût retraité, en raison de ses charges de famille — trois fils, et une fille de santé délicate. Mais ce valeureux soldat, officier de la légion d’honneur, médaillé des campagnes d’Italie, du Mexique, d’Algérie, commandeur du Nichan-Iftikhar, mettait le courage civique aussi haut que la vaillance devant le feu des canons. Aussi allait-il payer très cher sa lutte pour la révision.

  • 1 « Le capitaine Dreyfus à la prison du Cherche-Midi. Historique de la détention ».

4Accusé par la presse immonde d’être un membre du « Syndicat », payé par la famille Dreyfus, tout comme Bernard Lazare qu’il renseignait, Forzinetti fut piégé, le 7 novembre 1896, par Henri Rochefort, acceptant de le recevoir, en compagnie de Bernard Lazare, pour l’entendre plaider la cause de l’erreur judiciaire. Un an après, Rochefort, dans son journal L’Intransigeant, dénonçait cette démarche, alors qu’il avait promis le secret au fonctionnaire encore en activité. Cette félonie devait entraîner la révocation du directeur du Cherche-Midi en date du 16 novembre 1897. Libéré du devoir de réserve, Forzinetti donnait au Figaro un récit détaillé des quatre-vingts jours passés à surveiller Dreyfus dans sa cellule1. Zola s’inspirera de ce témoignage capital dans « J’accuse !… » pour accabler Du Paty de Clam et faire citer le commandant comme témoin à son procès. Mais l’on sait que l’officier se verra interdire par le président de la Cour d’assises de répondre aux questions de Me Labori, lequel contournera l’obstacle, dans sa plaidoirie, en citant largement le texte du Figaro, et en louant l’auteur de n’avoir « jamais abdiqué la liberté de son jugement ni l’indépendance de sa conscience ».

  • 2 Voir notre étude, « Le commandant Forzinetti : autour d’une correspondance inédite », Les Cahiers (...)

5La presse antisémite se déchaînera contre l’officier qui, en marge du procès, avait réduit à néant la légende des aveux, en traitant publiquement « d’infâme menteur » le capitaine Lebrun-Renault. On insultera le « vieux geôlier », le « glorieux débris », « italien mâtiné de juif » — il n’était pas juif. On moquera le « gnome » et sa claudication — suite à une blessure dans le service, il boitait. Les calomnies abjectes culmineront avec une sordide attaque de Quesnay de Beaurepaire dans L’Écho de Paris du 23 avril 1899, lequel refusera de publier la réponse fulgurante du commandant qui a été conservée2.

6En 1899, la gloire de Picquart, admiré comme un héros par la famille Forzinetti, tendait à éclipser celle du commandant au point de susciter une noble protestation de Bernard Lazare dans une « Lettre ouverte à M. Trarieux », parue dans L’Aurore, le 7 juin 1899, quelques jours après l’arrêt de la Cour de cassation ordonnant la première révision :

  • 3 Il venait de perdre sa fille, Fernande.

Il en est d’autres [parmi les champions de la Vérité et de la Justice] auxquels l’hommage de la Ligue [des droits de l’Homme] a manqué, au jour où le droit et la victorieuse justice s’imposaient enfin. Ainsi Fornizetti [sic], qui souffrit des souffrances journalières de l’innocent et qui, simplement, héroïquement, rompant avec ses vieux préjugés militaires, sut se sacrifier pour proclamer hautement la vérité. Permettez-moi de lui envoyer mon salut en ce jour où le deuil3 l’empêche de goûter la satisfaction du triomphe. Je l’ai vu en ces jours amers et doux, où je connaissais la joie si âpre de lutter solitaire, sous la boue et les injures, pour cette vérité à laquelle, depuis vous vous êtes tous ralliés, et il se souvient, sans doute, du jour où, comme un simple, comme un bel honnête homme, il est venu bravement, dédaignant tous risques, se mettre à mes côtés à l’aube de la bataille.

  • 4 On trouvera des extraits de lettres inédites de Forzinetti et de sa fille Fernande, tirés de la Bi (...)

7Oublié, donc, et tellement même que le prote ne put qu’écorcher son nom. Forzinetti, une fois sa carrière brisée, aurait connu la gêne sans le soutien de Joseph Reinach qui le recommandera au prince Albert de Monaco, ardent dreyfusard. Nommé commissaire près les sociétés par action de la Principauté (Casino, Bains de Mer), Forzinetti déposera devant la Cour de cassation, le 24 décembre 1898, puis devant le conseil de guerre de Rennes, le 31 août 1899. Les vexations n’épargneront pas ses fils, au sein de l’armée. Premier — hormis les proches — à être reçu par Dreyfus, et « avec joie », à Carpentras, après la grâce, Forzinetti était très lié aussi avec Eugène Naville, publiciste suisse au Journal de Genève, et avec sa femme Hélène, auteur d’un Dreyfus intime publié en 1898 sous le pseudonyme de Villemar. La correspondance échangée entre les familles Forzinetti et Naville est tout à fait passionnante4.

  • 5 Le dossier militaire de Forzinetti, que nous avons consulté, est conservé au Service historique de (...)

8À sa mort, le 7 mai 1909, l’abbé Pichot, autre dreyfusard persécuté recueilli à Monaco, saluera le défunt, tandis que le colonel Lemoël fera l’éloge de ce soldat « intraitable dans ses convictions » et « n’écoutant que ce que lui dictait sa conscience ». Alfred Dreyfus rendra hommage à ce « brave cœur » qui « avait su allier les sentiments les plus élevés d’humanité aux devoirs les plus stricts du soldat ». Trop peu connu, le commandant Forzinetti mérite de figurer à la première place sur le Mémorial des dreyfusards, après la famille du capitaine. À sa manière, qui n’a jamais varié, il a, le premier, sauvé l’honneur de l’armée5.

Notes

1 « Le capitaine Dreyfus à la prison du Cherche-Midi. Historique de la détention ».

2 Voir notre étude, « Le commandant Forzinetti : autour d’une correspondance inédite », Les Cahiers naturalistes, no 70, septembre 1996, p. 342-347.

3 Il venait de perdre sa fille, Fernande.

4 On trouvera des extraits de lettres inédites de Forzinetti et de sa fille Fernande, tirés de la Bibliothèque publique et universitaire de Genève, dans « Le commandant Forzinetti : autour d’une correspondance inédite », op. cit.

5 Le dossier militaire de Forzinetti, que nous avons consulté, est conservé au Service historique de la Défense, Armée de Terre, à Vincennes.

Auteur

Attaché de recherche au Cnrs et secrétaire de la Société internationale d’histoire de l’affaire Dreyfus.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540