Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être dreyfusard hier et aujourd’hui

 | 
Gilles Manceron
, 
Emmanuel Naquet

Première partie. Quelques dreyfusards méconnus

Émile Duclaux ou la science en action

Vincent Duclert

Texte intégral

  • 1 Voir Vincent Duclert, « Émile Duclaux », in Jacques Julliard et Michel Winock (dir.), Dictionnaire (...)

1Duclaux est né à Aurillac le 24 juin 18401. Sa rencontre avec Louis Pasteur date de son entrée à l’École normale supérieure, en 1859, à l’époque où celui-ci occupait les fonctions de directeur des études scientifiques. Les deux hommes ne devaient plus se quitter et, à la mort de Pasteur en 1895, Duclaux fut élu à l’unanimité directeur de l’Institut qu’il avait contribué à bâtir comme sous-directeur, fondateur des Annales scientifiques et chargé de l’une des cinq sections de recherche, la microbiologie.

2Avec Pasteur, le microbe est devenu une affaire politique. On sait que plusieurs membres de l’Académie de médecine n’acceptèrent jamais les théories pastoriennes, tout en reconnaissant le bien-fondé de l’asepsie. Demeurant de farouches partisans de la génération spontanée, ils cherchaient leurs soutiens du côté du catholicisme et de ses représentants comme Léon Bloy qui détestait Pasteur et en faisait tout un symbole : celui d’une ère de progrès qui ne convenait pas à ceux qui s’acharnaient à penser la décadence.

  • 2 Cité par Christophe Prochasson, Les Années électriques 1880-1910, Paris, La Découverte, « Texte à (...)

3Cet affrontement scientifique qui informait le politique et le social rebondit avec l’affaire Dreyfus. L’événement vit cette fois Émile Duclaux en tête du combat pour le progrès. Ses étudiants qui pourchassaient les bandes nationalistes en criant : « À bas les microbes2 ! » indiquaient clairement la filiation entre la révolution pastorienne et la lutte dreyfusarde. Les antidreyfusards ne s’y trompèrent point, et l’un des thèmes de leur offensive fut de s’attaquer à la science.

4De tous les savants qui s’engagèrent en faveur de Dreyfus, Émile Duclaux fut assurément le plus exemplaire. Les nombreux articles et brochures qu’il écrivit pendant l’Affaire attestent d’un engagement étendu et permanent, emblématique même. Ces nombreux textes publics représentent à la fois l’un des modes d’intervention et la justification d’une telle « sortie hors de laboratoire » qui lui sera violemment reprochée par ses adversaires. Cet engagement est peut-être celui d’un « solitaire », comme l’indique le titre générique que Duclaux donna à ses brochures. En même temps, il poussa à la mobilisation des savants, il suscita la constitution d’un pôle scientifique déterminant dans l’extension du combat dreyfusard, et il révéla la formation d’une véritable communauté intellectuelle.

5Savoir comment Émile Duclaux, directeur de l’Institut Pasteur, est devenu dreyfusard conduit à s’intéresser à un chimiste devenu bactériologue, et à un savant devenu intellectuel. Et qu’il soit parvenu au sommet de la recherche française n’est pas sans rapport avec l’archétype de l’intellectuel que propose son engagement.

6L’intervention d’Émile Duclaux dans l’affaire Dreyfus est connue le 10 janvier 1898, par la publication dans Le Siècle de sa réponse à une lettre du vice-président du Sénat. Auguste Scheurer-Kestner lui demande en effet ce qu’il pense, « comme savant », de l’acte d’accusation du procès de 1894, déjà révélé par le même journal. Il répond qu’il ne voit rien qui relève d’une recherche de vérité, et appelle à une révision.

  • 3 Émile Duclaux, « Lettre à Auguste Scheurer-Kestner du 8 janvier 1898 », Le Siècle, 10 janvier 1898 (...)

Cher Monsieur,
Vous voulez bien me demander ce que je pense, comme savant, de l’acte d’accusation porté contre le capitaine Dreyfus, tel qu’il a paru hier dans les journaux. Je pense tout simplement que si, dans les questions scientifiques que nous avons à résoudre, nous dirigions notre instruction comme elle semble l’avoir été dans cette affaire, ce serait bien par hasard que nous arriverions à la vérité.
Nous avons des règles tout autres, qui nous viennent de Bacon et de Descartes : garder notre sang-froid, ne pas nous mettre dans une cave pour y voir plus clair, croire que les probabilités ne comptent pas et que cent incertitudes ne valent pas une seule certitude. Puis, quand nous avons cherché et cru trouver la preuve décisive, quand nous avons même réussi à la faire accepter, nous sommes résignés à l’avance à la voir infirmer dans un procès de révision auquel souvent nous présidons nous-mêmes.
Nous voilà loin de l’affaire Dreyfus ; et vraiment c’est à se demander si l’État ne perd pas son argent dans ses établissements d’instruction, car l’esprit public est bien peu scientifique.
Bien cordialement à vous.
Duclaux3.

  • 4 Joseph Reinach lui dédie le premier tome de l’Histoire de l’affaire Dreyfus, Paris, Éditions de la (...)

7Après l’historien Gabriel Monod en novembre 1897, Duclaux est la seconde grande figure de savant à s’engager. L’historien avait supposé un manque de méthode dans la conduite du procès Dreyfus, Duclaux l’affirme. Il inaugure ainsi une forme d’engagement où l’éthique professionnelle impose de ne pas rester silencieux. Cet engagement sera constant jusqu’à une attaque d’hémiplégie qui le frappe lors d’une réunion du comité central de la Ligue des droits de l’Homme, le 13 janvier 1902, précédant sa mort un an plus tard. Son engagement est enfin décisif, pour l’issue de l’affaire4 comme pour une réflexion contemporaine sur l’engagement des savants et la définition des intellectuels.

  • 5 « Lettre de M. Émile Duclaux », Le Siècle, 8 janvier 1898.

8Duclaux entre donc dans l’Affaire sans affirmer l’innocence de Dreyfus, mais en dénonçant, plus qu’une erreur judiciaire, le scandale intellectuel d’un système, la justice militaire. Elle n’applique aucune des règles élémentaires de la recherche de la vérité, systématiques en science. Mais pourquoi une intervention précisément dans l’affaire Dreyfus, et le silence dans d’autres affaires où, comme il l’écrit au terme de sa lettre, « l’esprit public est bien peu scientifique5 » ?

  • 6 Émile Duclaux, Avant le procès, Paris, P.-V. Stock, 1898, p. 35.
  • 7 Voir Pierre Vidal-Naquet, « La guerre d’Algérie », in Michel Drouin (dir.), L’affaire Dreyfus de A (...)

9Occupant des positions institutionnelles fortes et multiples, Duclaux réussit à animer des réseaux considérables de savants devenus des « intellectuels ». On considère qu’il est l’un des principaux instigateurs, avec le groupe de Lucien Herr, de la première « protestation » dite « pétition des intellectuels » publiée dans L’Aurore et dans Le Siècle le 14 janvier 1898. Lui qui s’est écrié le 1er mai 1898, en face du pouvoir et des antidreyfusards, « Je ne sais pas quel choix fera mon pays. Mais le mien est tout fait : je reste “intellectuel”6 » apporta les motifs les plus clairs de son engagement et une définition éclatante de l’intellectuel dreyfusard — permettant à celui-ci de se maintenir dans l’histoire7. Car cet engagement ne témoigna pas seulement du rapport entre savant et société au tournant du siècle, il l’éclaira aussi. L’intervention d’Émile Duclaux, si elle relève bien de l’engagement dreyfusard le plus abouti, traduit aussi l’existence d’une éthique scientifique débouchant sur une conscience de la citoyenneté démocratique et du rôle civique du savant. Dans cette rencontre entre savoir et citoyenneté émergea la figure d’un intellectuel, critique et républicain.

  • 8 Vincent Duclert, « Mary Robinson Darmesteter et Émile Duclaux. Le sens d’une rencontre pendant l’a (...)

10Émile Duclaux disparut le 3 mai 1904. Depuis l’affaire Dreyfus, il avait mené de front ses recherches scientifiques, sa direction de l’Institut Pasteur, ses devoirs d’intellectuel dreyfusard et sa nouvelle vie avec la poétesse anglaise Mary Robinson, veuve d’un philologue français, James Darmesteter, dont Duclaux avait défendu la mémoire attaquée par les antidreyfusards8. Cette dimension de « savant de la République » qu’il a incarnée traversa les hommages des contemporains. À l’École normale supérieure, c’est l’historien de l’Antiquité Gustave Bloch qui prononça son éloge, en janvier 1905, à l’assemblée générale de l’Association des anciens élèves :

  • 9 Gustave Bloch, « Notice sur Émile Duclaux », Bulletin de l’Association des anciens élèves de l’Éco (...)

Comment oserais-je parler de Duclaux, comment croirais-je honorer sa mémoire si je craignais de rappeler ce qu’il a été dans la grande crise qui a troublé si profondément la conscience française ? Son attitude a étonné beaucoup de gens. C’est son abstention qui aurait dû surprendre, si elle eût été possible. […] Mais il avait, plus que personne, le sens du devoir civique, de la solidarité sociale, de la communion humaine9.

11Gustave Bloch évoquait ainsi ses funérailles :

  • 10 Ibid., p. 93.

À côté des maîtres de la science, les députations de ces humbles qu’il avait instruits et aimés. Il y avait quelque chose de symbolique, et comme le résumé de toute une vie dans ce cortège aux éléments disparates, confondus en un même hommage à cette noble intelligence, à cette âme généreuse, à ce grand savant et à ce citoyen que fut Émile Duclaux10.

  • 11 Ibid., p. 91.

12Ce maître de conférences à l’École, père du futur historien et résistant au nazisme Marc Bloch, rappelait que Duclaux avait su, dans l’affaire Dreyfus, conserver « le libre jugement, la haute impartialité, la sérénité imperturbable du savant11 ». Il en faisait la parfaite incarnation de l’esprit scientifique :

  • 12 Ibid., p. 92.

Ce qu’il appelait esprit scientifique, c’est une faculté, une habitude plutôt qui trouve son emploi en dehors même de la science, dans toutes les branches de notre connaissance et dans tous les actes de notre vie, l’habitude de se faire soi-même son opinion « avec la crainte salutaire de se tromper et la ferme volonté d’en éviter l’occasion ». […] C’est dans les sciences qu’il est le plus facile de sortir de soi pour se voir réfléchir, et de se rapprocher de cette impartialité sereine qui devrait présider à toutes nos délibérations de conscience. Voilà pourquoi, quand on veut désigner un esprit libre, ouvert et débarrassé de préjugés, on l’appelle esprit scientifique12.

13Mary Duclaux, sa veuve, y insista dans la biographie qu’elle lui a consacrée :

  • 13 Mary Duclaux, La vie de Émile Duclaux, Laval, L. Barnéoud et Cie imprimeurs, 1906.

Ce sont les hommes de science qui ont cherché des faits nouveaux, qui ont classé les faits existants, qui ont comparé, fouillé, scruté, menant dans ce désordre un peu de méthode et de clarté ; c’est eux qui, sachant le prix de la sincérité parfaite, n’ont rien voulu sacrifier à la raison d’État, à l’esprit de corps, à l’intérêt religieux, à n’importe quelle préoccupation d’unité13.

14Le 5 mai 1904, L’Humanité, fondée quelques semaines auparavant par Jaurès et ses amis, lui consacra un double hommage. Francis de Pressensé, président de la Ligue des droits de l’Homme, exalte son civisme :

  • 14 Francis de Pressensé, « Le citoyen », L’Humanité, 5 mai 1904. Duclaux a fait partie des témoins du (...)

Quand l’affaire Dreyfus a éclaté, il fut — et des premiers — un de ces intellectuels qui se sentirent appelés à sortir de leur cabinet ou de leur laboratoire, pour empêcher que, sous le masque mensonger du patriotisme, une suite de crimes sans nom assurassent l’impunité du crime initial. […] Il fut avec Grimaux, avec tant d’autres paisibles savants, l’un des fondateurs de la Ligue des droits de l’Homme et du Citoyen14.

15Et Étienne Burnet, médecin, pastorien, salue celui qui fut

  • 15 Étienne Burnet, « Le savant », L’Humanité, 5 mai 1904.

un militant en même temps qu’un sage, [qui] dénonçait l’institution des conseils de guerre dans les Propos d’un solitaire, [un] savant vraiment moderne […], prêt à travailler dans la solitude des laboratoires, et, quand il le faut, au grand soleil de la place publique, pour un avenir dont ne sont exclus aucun individu, aucune conscience15.

16Le savant apparaissait donc bien, chez lui, indissociable du citoyen.

Notes

1 Voir Vincent Duclert, « Émile Duclaux », in Jacques Julliard et Michel Winock (dir.), Dictionnaire des intellectuels français, Paris, Le Seuil, 1996, p. 398-399 ; « Émile Duclaux, le savant et l’intellectuel », Mil neuf cent, no 11, 1993, p. 21-26 ; « Le savant, l’intellectuel et le politique. L’exemple d’Émile Duclaux dans l’affaire Dreyfus », in Michel Woronoff (dir.), Savant et société aux XIXe et XXe siècles, Besançon, Université de Franche-Comté, 1996, p. 133-158. Le présent texte est adapté de ces travaux déjà publiés.

2 Cité par Christophe Prochasson, Les Années électriques 1880-1910, Paris, La Découverte, « Texte à l’appui/l’aventure intellectuelle du XXe siècle », 1991, p. 235, extrait du dossier Duclaux des archives de la Préfecture de Police.

3 Émile Duclaux, « Lettre à Auguste Scheurer-Kestner du 8 janvier 1898 », Le Siècle, 10 janvier 1898. Republiée in Vincent Duclert (dir.), Savoir et engagement. Écrits normaliens sur l’affaire Dreyfus, préface de Monique Canto-Sperber, postface de Jean-Noël Jeanneney, Paris, Éd. de la Rue d’Ulm, 2006, p. 75-76.

4 Joseph Reinach lui dédie le premier tome de l’Histoire de l’affaire Dreyfus, Paris, Éditions de la Revue blanche, 1901.

5 « Lettre de M. Émile Duclaux », Le Siècle, 8 janvier 1898.

6 Émile Duclaux, Avant le procès, Paris, P.-V. Stock, 1898, p. 35.

7 Voir Pierre Vidal-Naquet, « La guerre d’Algérie », in Michel Drouin (dir.), L’affaire Dreyfus de A à Z, Paris, Flammarion, 1994, p. 581-585.

8 Vincent Duclert, « Mary Robinson Darmesteter et Émile Duclaux. Le sens d’une rencontre pendant l’affaire Dreyfus », Jean Jaurès. Cahiers trimestriels, no 145, juillet-septembre1992, p. 73-92.

9 Gustave Bloch, « Notice sur Émile Duclaux », Bulletin de l’Association des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1905, p. 91.

10 Ibid., p. 93.

11 Ibid., p. 91.

12 Ibid., p. 92.

13 Mary Duclaux, La vie de Émile Duclaux, Laval, L. Barnéoud et Cie imprimeurs, 1906.

14 Francis de Pressensé, « Le citoyen », L’Humanité, 5 mai 1904. Duclaux a fait partie des témoins du procès Zola qui se sont retrouvés le 20 février 1898 chez Ludovic Trarieux pour préparer la fondation de la LDH. Il a siégé à son comité central dès sa création, et, comme vice-président de la Ligue, le présida à plusieurs reprises en l’absence de Trarieux en 1899 et 1900.

15 Étienne Burnet, « Le savant », L’Humanité, 5 mai 1904.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540