Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être dreyfusard hier et aujourd’hui

 | 
Gilles Manceron
, 
Emmanuel Naquet

Première partie. Quelques dreyfusards méconnus

Mathieu Dreyfus, le « frère admirable »

Gilles Manceron, Emmanuel Naquet et Philippe Oriol

Texte intégral

  • 1 L’expression « frère admirable » a été reprise ensuite par Joseph Reinach et par d’autres, tel Vic (...)
  • 2 Madeleine Rebérioux, La République radicale ? (1898-1914), Le Seuil, « Points Histoire », 1975, p. (...)

1Le frère aîné du capitaine, Mathieu Dreyfus, né à Mulhouse le 2 juillet 1857, gérait dans cette ville, avec ses deux autres frères, Jacques et Léon, l’entreprise prospère qu’était la filature familiale, quand, le 31 octobre 1894, il est appelé d’urgence par sa belle-sœur, Lucie, qui, à son arrivée à Paris le lendemain, lui apprend l’arrestation d’Alfred et les accusations portées contre lui. Dès lors, ce « frère admirable », selon la formule de Bernard Lazare souvent reprise1, sacrifiant ses activités personnelles et professionnelles, prit complètement en main sa défense et combattit sans relâche en sa faveur ; comme l’affirme Madeleine Rebérioux, « sans le dreyfusisme familial, il n’y aurait pas eu d’affaire Dreyfus2 ».

2Joseph Reinach, qui l’a fréquenté quasi quotidiennement à partir de 1896, en a brossé ce portrait :

  • 3 Joseph Reinach, Histoire de l’affaire Dreyfus, édition et introduction par Hervé Duchêne, préface (...)

De deux ans plus âgé que son frère, il lui ressemblait beaucoup, de taille plus élancée cependant, la figure plus virile, aux traits réguliers, l’œil vif et franc, avec quelque chose de militaire, si bien qu’à les voir l’un près de l’autre, le capitaine avait l’apparence d’un professeur, et le filateur d’un officier. D’intelligence robuste et claire, avec plus de connaissance des hommes, le jugement délié, subtil, dès lors susceptible d’écarts, raisonnant tout et trop, l’esprit cultivé, pratique, il professait le même mépris que son frère pour toute déclamation, pour les effets scéniques, pour le « geste ».
Il était ardemment patriote, s’était battu en duel avec un Allemand qui, devant lui, avait mal parlé de la France. Tous les siens étaient encore abattus sous la catastrophe, courbés sous le destin qui semblait invincible, qu’il se mit à l’œuvre, c’est-à-dire à chercher dans les ténèbres3.

3Dans un premier temps, Mathieu chercha un avocat ; il racontera qu’en compagnie de Lucien Lévy-Brühl, professeur de philosophie au lycée Louis-le-Grand et cousin de Lucie Dreyfus, il se rendit chez Waldeck-Rousseau :

  • 4 Mathieu Dreyfus, L’Affaire telle que je l’ai vécue, Paris, Grasset, 1978, p. 24.

Me Waldeck-Rousseau demanda à réfléchir et, quelques jours plus tard, il nous prévint qu’à son grand regret, étant donné sa situation politique, il ne pouvait assumer la défense de mon frère mais qu’il nous aiderait de ses conseils4.

  • 5 Ibid., p. 36.

4C’est lui qui recommanda à Mathieu son ami Me Demange. Celui-ci essaya, avant le procès, d’obtenir les témoignages d’anciens collègues de son frère, mais la plupart se dérobèrent5. Après la condamnation, il retourna voir, à la prison du Cherche-Midi, le commandant Forzinetti, qui lui remit la copie de l’acte d’accusation.

  • 6 Ibid., p. 75.
  • 7 Jean-Denis Bredin, L’affaire Dreyfus, Paris, Julliard, 1983, p. 16.

5Ses efforts furent quasiment vains pendant toute l’année 1895. « Je me débattais dans le vide. Cette sensation de l’impuissance, du néant de nos efforts était atroce6 », écrira-t-il. Sa première stratégie fut le recours à l’opinion publique, cette opinion publique qui a si rapidement condamné son frère : ce n’est donc pas le hasard qui dirige Mathieu Dreyfus d’abord vers la presse. Ernest Judet le reçoit, « consent à l’écouter, paraît ému, lui tend la main », raconte Jean-Denis Bredin, mais sans résultat. Frappant à la porte du Figaro, du Journal, du Rappel, on lui répond qu’il doit patienter7. Ses démarches auprès d’hommes politiques devaient porter leurs fruits. Si Jules Siegfried, ancien ministre du Commerce, ne lui accorde que cinq minutes et une vague promesse de démarche pour que son frère soit traité avec humanité, sa visite au vice-président du Sénat Auguste Scheurer-Kestner, en février 1895, avait jeté le doute dans l’esprit de ce dernier et l’avait conduit à entreprendre une enquête personnelle, tout en le poussant à rester silencieux, tandis que les députés Alfred Naquet et Auguste Lalance disaient ne pouvoir agir. Sa rencontre avec le directeur du Siècle, Yves Guyot, avait fait de celui-ci un soutien. Il n’avait pas eu de mal à convaincre de l’innocence d’Alfred Dreyfus Bernard Lazare, dont le nom lui avait été indiqué par le directeur de la prison de la Santé, Patin, où le capitaine avait été incarcéré après sa dégradation, et qui, comme Forzinetti, avait compris que l’attitude du détenu n’était pas celle d’un coupable et avait cherché à l’aider. Mathieu s’entendit avec Bernard Lazare pour qu’il écrive un mémoire en défense qui fut dans un deuxième temps — Me Demange ayant d’abord retardé son envoi à la demande de la famille —, adressé à toute la presse, aux députés, sénateurs, etc. Mais le Parlement enterra l’affaire et les quelques journaux qui avaient publié des articles, sinon favorables au capitaine tout du moins s’interrogeant sur son cas et sur la réalité de son crime, firent machine arrière sous la pression du reste de la presse, outrée et vindicative.

6À la recherche du véritable traître à la place duquel son frère avait été condamné, il eut recours à tout ce qui pourrait l’aider : des détectives privés, un médecin féru d’hypnotisme, le docteur Gibert — c’est ce futur ligueur du Havre —, et, par son intermédiaire, une voyante nommée Léonie dont les propos le mirent sur la piste d’un dossier secret. Il tenta, à l’automne 1896, de relancer l’Affaire en faisant courir, grâce à un journaliste anglais, le bruit de l’évasion d’Alfred Dreyfus. L’émoi que provoqua la nouvelle réveilla, en effet, l’attention sur l’Affaire et quelques voix discordantes se firent entendre émettant des doutes sur la netteté d’une affaire traitée jusque-là dans la plus totale obscurité.

7De son côté, le lieutenant-colonel Picquart menait ses propres investigations et en avait informé l’avocat Louis Leblois, qui lui-même avait confié son lourd secret à Auguste Scheurer-Kestner. Le hasard fit que, au moment même où Scheurer-Kestner lui avait fait part, sans le nommer, de sa conviction sur l’identité du traître, Mathieu découvrit son nom, grâce à un courtier, Jacques de Castro, qui avait reconnu l’écriture d’un de ses clients, Esterhazy, sur les affiches faites par Mathieu reproduisant le fac-similé du bordereau. Cela permit à Mathieu de dénoncer, le 15 novembre 1897, Esterhazy.

  • 8 Voir BNF, département des manuscrits, notamment la correspondance reçue par Mathieu Dreyfus, NAF 1 (...)

8Le mouvement prenant de l’ampleur avec le ralliement de collaborateurs du Figaro puis du Radical et de L’Aurore, Mathieu eut par la suite une place moins importante, se tenant en arrière, par exemple lors du procès Zola, même s’il demeurait pour tous la voix de la famille Dreyfus8. Il joua toutefois, encore, à deux reprises, un rôle essentiel. Soucieux de sauver son frère, il fut à l’origine, lors du procès de Rennes, de la demande à Labori de ne pas plaider et de laisser la place à Demange, plus prudent et conciliateur. Il fut ensuite, après la condamnation du capitaine à l’issue de ce procès, celui qui, à la demande de Joseph Reinach et d’Alexandre Millerand, sut trouver les mots pour qu’il retirât son recours en révision, et donc acceptât la grâce lui permettant de rester en vie tout en continuant le combat pour recouvrer son honneur.

  • 9 Alfred Dreyfus, Carnets (1899-1907), édition établie par Philippe Oriol, préface de Jean-Denis Bre (...)
  • 10 Le manuscrit a été remis en 1961 par sa fille, Mme Ernest Mercier, au cabinet des manuscrits de la (...)

9Alfred Dreyfus prenant désormais en main la lutte pour sa réhabilitation, Mathieu se tint en retrait, tout en demeurant le soutien et le conseil de son frère, malgré les tentatives de Louis Havet pour l’écarter, à la suite des divisions du camp dreyfusard et de la rupture avec Labori9. À sa mort, à Paris, le 22 octobre 1930, il a laissé un manuscrit, rédigé après la grâce du capitaine et, pour l’essentiel, avant sa réhabilitation, et achevé en tout cas avant 1914, qu’il n’a pas souhaité publier de son vivant, peut-être parce qu’il craignait que le récit de certaines démarches auprès d’officiels allemands ne relance les accusations contre les dreyfusards. Il y évoque, en effet, en 1897, celle auprès de l’ancien attaché militaire allemand à Paris, Schwartzkoppen, par l’intermédiaire d’un journaliste italien, et, l’année suivante, celle auprès du secrétaire d’État allemand aux Affaires étrangères, von Bülow, par l’un de ses amis alsaciens, Sandoz, et un administrateur du Siècle, A. Massip. Peu après le dépôt de ce document, en 1961, à la Bibliothèque nationale, Madeleine Rebérioux a été la première à signaler, dans Le Monde du 25 juillet 1962, son intérêt pour la connaissance de l’Affaire10.

10Plus encore que son frère Alfred, Mathieu restera proche des dreyfusards comme Jaurès et des dirigeants de la Ligue des droits de l’Homme, et il conserva leur estime, comme le montre sa présence aux obsèques de Francis de Pressensé en 1914. Il a été, plus que tout autre, celui qui a joué le rôle d’élément déclencheur de la protestation dreyfusarde.

Notes

1 L’expression « frère admirable » a été reprise ensuite par Joseph Reinach et par d’autres, tel Victor Basch dans son intervention au congrès de Rennes de la Ligue des droits de l’Homme en 1909, ou Fernand Labori, qui a continué à l’appeler ainsi, même après leur rupture. Clemenceau a parlé du « noble Mathieu » et Zola a écrit, en juillet 1899, à Alfred Dreyfus : « Ce frère héroïque, il a été le dévouement, la bravoure et la sagesse. C’est grâce à lui que, depuis dix-huit mois, nous crions votre innocence. »

2 Madeleine Rebérioux, La République radicale ? (1898-1914), Le Seuil, « Points Histoire », 1975, p. 6.

3 Joseph Reinach, Histoire de l’affaire Dreyfus, édition et introduction par Hervé Duchêne, préface de Pierre Vidal-Naquet, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 2006, p. 416 (1re éd. Paris, Charpentier et Fasquelle, 1901-1911, 6 t. et un index général).

4 Mathieu Dreyfus, L’Affaire telle que je l’ai vécue, Paris, Grasset, 1978, p. 24.

5 Ibid., p. 36.

6 Ibid., p. 75.

7 Jean-Denis Bredin, L’affaire Dreyfus, Paris, Julliard, 1983, p. 16.

8 Voir BNF, département des manuscrits, notamment la correspondance reçue par Mathieu Dreyfus, NAF 17 381, 17 386.

9 Alfred Dreyfus, Carnets (1899-1907), édition établie par Philippe Oriol, préface de Jean-Denis Bredin, Paris, Calmann-Lévy, 1998, p. 79 et suiv.

10 Le manuscrit a été remis en 1961 par sa fille, Mme Ernest Mercier, au cabinet des manuscrits de la Bibliothèque nationale. De larges extraits sont parus dans Robert Gauthier, « Dreyfusards ! » Souvenirs de Mathieu Dreyfus et autres inédits, Paris, Julliard, « Archives », 1965, rééd. Paris, Gallimard, « Folio histoire », 1990. Il a été publié dans son intégralité en 1978, avec un avant-propos de Jacques Millerand : Mathieu Dreyfus, L’Affaire telle que je l’ai vécue, op. cit.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540