Version classiqueVersion mobile

Habiter Le Corbusier

 | 
Sylvette Denèfle
, 
Sabrina Bresson
, 
Annie Dussuet
, 
et al.

Chapitre IV. Vie sociale dans le « village vertical »

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1À la Maison Radieuse, pour désigner leur mode de vie collective les habitants font souvent référence au terme de village et la configuration de l’immeuble conduit plutôt à parler de « village vertical ». En 2005, lors de la fête du cinquantenaire, cette notion a servi de référence centrale pour organiser et décliner l’ensemble des animations, visites, conférences, etc. L’idée de village renvoie à l’image très positive et quelque peu mythique d’une vie sociale qui n’existerait pas dans les zones urbaines et encore moins dans les quartiers d’habitat collectif. Dans ces représentations du sens commun, le village évoque une vie plus communautaire par rapport à la ville où régneraient l’individualisme et une certaine indifférence. Mais qu’en est-il vraiment des relations sociales dans cet immeuble ?

2Dans ce chapitre à partir des résultats de notre enquête nous analyserons comment s’est développée la vie sociale au cours des 50 années passées, nous observerons si la co-présence des individus dans ce lieu construit un tissu social spécifique que nous pourrions caractériser et expliciter.

3Dans les pages précédentes qui traitent de la vie des familles, on a vu apparaître des formes de sociabilités, en particulier autour des enfants, qui mettent en évidence le fait que des relations sociales spécifiques se développent au sein de la Maison Radieuse. Mais la question des sociabilités pose le problème plus général de l’articulation individu/collectif. Cette dimension a été particulièrement prise en compte par Le Corbusier car la condition préalable au bien-être collectif des habitants, passe par la réalisation du « plan » qui favorisera le développement d’une vie harmonieuse. Le soin apporté au choix du lieu, à l’architecture, à l’urbanisme peut être propice à la création de relations sociales de qualité. En concevant les « unités d’habitation de grandeur conforme » et les « cités radieuses », Le Corbusier cherche à trouver cet équilibre entre individu et collectif qui permet de vivre à proximité les uns des autres tout en préservant l’intimité de chacun.

  • 1 La prise en compte par les architectes et les urbanistes des rapports de voisinage fait l’objet d’u (...)

4Il se peut que cette démarche architecturale, une façon de concevoir et d’organiser l’espace produisent un immeuble favorisant le développement d’une vie sociale originale. Le rôle joué par l’architecture dans le bonheur éventuel des habitants à vivre ensemble est à interroger car des lieux d’échanges comme le hall, le parc, le toit-terrasse, les salles proposant des services ou offrant des lieux récréatifs ont été pensés pour favoriser ce « vivre ensemble1 ». Nous analyserons la manière dont ils ont été investis, le type de relations qu’ils ont produits, s’ils ont contribué à l’émergence d’une vie collective et à la construction d’un groupe d’individus vivant en « harmonie ».

5Mais l’architecture n’est qu’une pièce dans un puzzle combinant des données historiques, économiques, sociales et humaines. Et notre démarche sociologique qui s’inscrit dans la confrontation d’une accumulation de différents travaux antérieurs, et de données originales, entretiens, enquêtes par questionnaires, dépouillement systématique d’archives non inventoriées, permet de tenter une recomposition de ce puzzle.

6Ce chapitre va nous donner à lire différents types de relations sociales qui se construisent soit de manière interpersonnelle, à travers le voisinage, soit par la médiation d’une organisation, l’association des habitants.

7Le premier aspect que nous considérons sera celui des relations de voisinage qui marquent un premier niveau de sociabilité ordinaire, quotidienne. Aujourd’hui ces relations sont à interroger dans une perspective diachronique car elles sont le résultat d’une sédimentation d’échanges sans cesse renouvelés en 50 ans d’existence de la Maison Radieuse.

  • 2 P. H. Chombart de Lauwe, Famille et Habitation, t. 2, Un essai d’observation expérimentale, p. 254.

8Les chercheurs de l’équipe de Paul-Henry Chombart de Lauwe repèrent dès les années soixante que la vie collective et l’ambiance sont meilleures à la Maison Radieuse que dans les autres cités observées2 lors de leur enquête. Nos données révèlent une certaine continuité par rapport à ces observations. Un consensus assez large des habitants s’exprime autour de l’idée que « c’est convivial au Corbu ».

9Quelle est la pertinence de cette affirmation ? À travers quelles pratiques se manifeste cette convivialité aujourd’hui ? Y a-t-il eu une continuité dans le maintien d’un tissu social ? Est-ce le lieu lui-même ou son mode de peuplement sur l’ensemble de la période qui ont contribué à la construction de liens sociaux spécifiques qui se reproduisent ?

10L’immeuble n’est plus habité par ceux que l’équipe de Chombard de Lauwe a interrogés. Nous verrons qu’un certain turn-over a conduit à un renouvellement assez large de la population.

11Le consensus ne fait pas l’unanimité, et même s’il n’y a pas d’expression complètement négative sur l’ambiance qui règne au Corbu, quelques anciens habitants regrettent une époque révolue et d’autres expliquent pourquoi ils restent à distance et ne veulent pas se retrouver piégés dans des relations trop intégrantes de type villageois qui ont aussi des mauvais côtés.

12Ainsi, il est possible de dessiner une typologie des diverses relations qui en fonction des périodes, des appartenances sociales et des modes de vie permettent de comprendre comment les gens se lient entre eux avec plus ou moins d’implication et surtout d’observer que l’hétérogénéité de ses relations participe à l’équilibre de l’ensemble social qui fait de la Maison Radieuse bien autre chose qu’une communauté fermée.

13Pour comprendre la vie sociale dans la Maison Radieuse, il convient aussi de prendre la mesure du rôle qu’a joué et joue encore l’Association des Habitants de la Maison Radieuse (AHMR), en particulier en matière de construction de la vie collective. Nous verrons que cette association d’immeuble, et non de quartier, présente un ensemble de caractéristiques spécifiques complètement imbriquées avec l’histoire et la conception même du bâtiment qui propose des solutions spatiales originales aux questions des formes de sociabilité.

14La deuxième partie de ce chapitre propose donc une lecture de l’histoire de l’immeuble et de ses habitants à travers le prisme de la vie associative. Nous allons découvrir des habitants militants fortement impliqués dans la vie de la Maison Radieuse. Nous verrons que leur arrivée est liée à la façon dont l’offre des logements a été diffusée à travers les réseaux qui ont porté localement le projet de la construction.

  • 3 Voir chapitre I.

15L’entrée associative va nous plonger au cœur de tout un ensemble de luttes externes et internes. Tout d’abord celle de la défense du statut de locataire-coopérateur, précédemment décrit3, contre la mise en place d’un nouveau cadre légal, la loi Chalandon qui le remet en question. Ce statut des habitants va marquer les vingt premières années de la vie collective de l’immeuble et en particulier par son mode de gestion dont l’association est complètement partie prenante. Nous verrons que cette pratique de gestion apparaît comme particulièrement constitutive d’une identité collective où des liens spécifiques unitaires se nouent que ce soit dans le fait de résoudre collectivement les problèmes ou dans l’adversité. Ensuite, des luttes internes apparaissent, une certaine cohésion sociale se fissure et nous verrons comment l’association en porte les marques dans la redéfinition de son rôle et de sa place par rapport aux nouveaux gestionnaires, le conseil syndical et la société HLM, Loire-Atlantique Habitation et par rapport à l’ensemble des habitants.

16Le rôle considérable de l’association comme médiatrice dans la construction d’un certain type de relations collectives sera particulièrement développé dans un troisième temps. Autour de l’intitulé « animer la Maison Radieuse », nous allons découvrir 50 années d’animations socioculturelles et d’offres de services variant selon les différents contextes sociétaux avec en début de période des habitants qui ont pour seules offres celles de l’association alors que dans la suite, se développe, à l’extérieur de l’immeuble, une grande diversité d’activités. Cette externalisation a participé à l’évolution de la vie collective.

17Nous verrons qu’elle a, entre autre, contribué à la décomposition de l’identité collective qui est particulièrement lisible dans le passage d’une sociabilité solidaire à des logiques d’aide sociale. D’autres évolutions des pratiques au sein de l’association viennent étayer cette thèse d’un éclatement des valeurs communes et partagées notamment celles qui concernent le rapport à la nature.

18Ces constats de désagrégation/recomposition sont pourtant à nuancer car force est de constater qu’une vie sociale collective se maintient et que celle-ci se densifie autour des moments festifs spécifiques que sont les célébrations des anniversaires de la Maison Radieuse, notamment ceux des 30 et 50 ans de l’immeuble. Un tel engouement d’une partie des habitants et en particulier de ceux qui sont membres de l’association n’est pas sans effet sur l’ensemble de la vie sociale. Il est un indicateur important d’une identité collective qui sert de toile de fond aux sociabilités riches et complexes que connaît la Maison Radieuse.

VOISINAGE ET LIEN SOCIAL

19Les relations interpersonnelles que les habitants établissent entre eux constituent la base des liens sociaux et on les appréhendera dans un premier temps à travers les relations de voisinage qui n’apparaissent pas complètement homogènes.

  • 4 F. Héran, « Comment les Français voisinent ? », Économie et statistique, n° 195, INSEE, Paris, 1987

20On ne peut manquer de noter les discours récurrents sur la convivialité particulière du « village vertical » mais on s’efforcera de les moduler par les propos discordants qui les nuancent sans toutefois les dénaturer profondément. En effet, comme partout ailleurs, les habitants ont entre eux une grande diversité de relations qui s’avèrent plus ou moins distantes, selon les personnalités concernées. Le voisinage est une sorte de relation minimum obligée, largement partagée. Selon une enquête de l’INSEE de 1987, 90 % des ménages français affirment avoir des relations de voisinage mais elles se limitent, pour 19 % d’entre elles à des conversations et visites, pour 45 % à des échanges de petits services. Il n’y a que 28 % de ces relations de voisinage qui construisent des relations étroites d’entraide et d’amitié4.

21Le voisinage sera donc une entrée qui nous permettra d’évaluer différents niveaux d’implication et d’éclairer le tissu social dans l’ensemble de l’immeuble. L’analyse de nos données d’enquête plus qu’une quantification des pratiques de voisinage permet d’en montrer la diversité et d’établir une typologie des comportements correspondant à des modes de vie, déterminés par un degré d’intégration ou une appartenance sociale.

22Le premier type de comportements que nous observons, « convivialité et entraide », met en évidence les relations de voisinage heureuses, régulières ou pérennes de ceux qui sont les plus attachés au projet corbuséen. Cette ambiance se manifeste à travers des pratiques qui perdurent depuis 50 ans et que nous allons expliciter avant de les situer dans les lieux que Le Corbusier avait prévu pour favoriser cette forme de sociabilité.

23Face à cet enthousiasme, nous présenterons également ceux qui sont plus réservés et mettent à distance les sociabilités identitaires de l’immeuble pour des raisons diverses qui ne sont pas forcément l’expression d’une forme d’hostilité vis-à-vis du voisinage ou de comportements ségrégatifs mais s’inscrivent dans une combinaison complexe de rapports à l’environnement social.

Convivialité et entraide

  • 5 J. Gracq, La forme d’une ville, éd. José Corti, Paris, 1985, p. 136.

24Une « barre de béton », une « cage à lapins » où il ferait bon vivre ! C’est peut-être ce qui est le plus incroyable. De l’extérieur, l’immeuble Le Corbusier fait immédiatement penser, par son aspect, aux représentations négatives des grands ensembles. Il écrase par sa seule présence tout son proche environnement : les petits pavillons auxquels il fait de l’ombre, l’église à laquelle s’accolent les maisons anciennes du bourg, recroquevillées comme si elles cherchaient refuge face au mastodonte gris. Julien Gracq le compare à un donjon qui domine la « plate » rive de Rezé5.

  • 6 D. Duprez, M. Leclerc-Olive, M. Pinet, Vivre Ensemble. La diversité des quartiers « sensibles » à l (...)

25À la vue de cette barre de béton, tous les a priori sur les modes de vie des grands ensembles ressortent, c’est-à-dire des lieux où règnerait un climat « du chacun pour soi », anonyme et peu solidaire6. À l’inverse, à ses pieds, le paysage du centre bourg renvoie l’image d’un village où tout le monde se connaît depuis des générations et où se forgeraient des liens sociaux d’une certaine intensité. Pourtant, les chapitres précédents laissent percevoir qu’il existe à la Maison Radieuse des relations spécifiques entre les habitants qui n’ont rien à envier à celles de la population du bourg de Rezé.

26Les résidents que nous avons rencontrés évoquent volontiers les liens qui les unissent. À la Maison Radieuse, il régnerait un climat qualifié par beaucoup de « convivial » qui serait un héritage du mode de vie passé, alors que dans d’autres immeubles, seuls sont connus les voisins de palier ou de la cage d’escalier. À la Maison Radieuse tout le monde accède aux étages supérieurs par les quatre ascenseurs regroupés dans la même artère au centre du bâtiment.

27La majorité des personnes interrogées dans la Maison Radieuse expriment une certaine satisfaction de la qualité des relations qu’ils ont entre eux. Un énoncé du type : « c’est convivial au Corbusier », revient régulièrement dans les propos. Certains tiennent même à souligner qu’ils ne connaissent pas d’équivalent ailleurs et que c’est particulier à la Maison Radieuse.

« Depuis qu’on est là, il existe une convivialité, dans l’ascenseur, on rencontre toujours les mêmes têtes aux mêmes horaires, donc c’est vrai que certains visages, on les voit un peu plus souvent que d’autres. Il y a une convivialité que dans d’autres immeubles, quand on compare avec d’autres immeubles, il n’y a pas. » M. Larty.
« Et ce que je trouve génial ici, c’est que tout le monde est très… euh, tout le monde se salue, dit bonjour et au revoir. On est toujours prêt à rendre service. Quelqu’un a les mains chargées : c’est quel étage ? Hop, on l’aide à porter ses paquets. C’est vrai que c’est… Toutes les personnes qui viennent de l’extérieur sont toujours étonnées, le fait qu’il y ait toujours ce côté convivial qui se maintienne. Et heureusement d’ailleurs, oui, le fait de se dire bonjour, au revoir et puis de parler un petit peu, je trouve ça… c’est vraiment humain quoi, ça me plaît ça ouais ! » Mme Brémont.

28Des habitants se plaisent à décrire cette atmosphère particulière : « on se sourit », « c’est gai », « on a confiance ».

29Il serait pourtant abusif de laisser croire à l’unanimité de ce point de vue. D’autres habitants n’hésitent pas en effet à qualifier cette ambiance de superficielle et « forcée ».

« Bah oui tous les jours, puisqu’il y a un ascenseur commun, on est obligé de les voir, mais c’est superficiel, vous savez, y’a quelques personnes avec qui je parle parce qu’on a des enfants en commun qui sont copains ou copines donc on est ami… enfin on va se côtoyer… » M. Nollier.

30Quelques anciens résidents pensent également que quelque chose s’est perdu par rapport à avant. Ils se souviennent d’une période passée qui aurait été plus communautaire et plus harmonieuse.

« Mais je crois que ça a sans doute été plus vrai autrefois que maintenant, c’est sans doute maintenant un peu plus superficiel, parce qu’avant on vivait plus dans l’immeuble, on partageait plus de choses… » Mme Bialas.

31Mais ces voix dissonantes sont vite étouffées par celles qui veulent faire savoir la spécificité des relations propres à la Maison Radieuse. Ainsi la critique formulée par les anciens habitants est pondérée par ceux qui comparent l’ambiance actuelle de la Maison Radieuse avec ce qui se passe ailleurs dans l’habitat collectif ou même dans les lotissements.

« C’est sûr qu’on peut rencontrer des gens, c’est familial, c’est… Ah oui, on connaît des gens, oui. On ne se sent pas seul, quoi. Comme dans une maison, des fois dans un lotissement, moi je vois ma fille des fois, ils sont quand même… [isolés]. » Mme Dias.
« Moi ici, j’ai parlé avec les gens âgés, dans les années cinquante ou soixante, y’avait une vraie convivialité, les gens se respectaient, y’avait euh… Par exemple, y’avait des choses en commun et ça c’était vraiment respecté quoi, mais après, ça s’est dégradé sans doute en même temps que la société, ça a suivi ce qui s’est passé à l’extérieur quoi [...]. Alors vous voyez, y’a eu un moment ici donc ça a été très apprécié pour ce qu’on appelait une convivialité ou un mode de vie, hein… Mais parce que les gens n’avaient pas de problèmes professionnels, n’étaient pas dans les difficultés… Ouais, y’avait du travail pour tout le monde… Ici, y’a des familles qui ont élevé, il paraît huit gosses dans les petits appartements, mais y’avait du travail, c’est pas pareil qu’aujourd’hui… » M. Nollier.

32Et comme l’analyse cet habitant, même si la dégradation du climat interne à l’immeuble concorde avec celle d’un phénomène social plus large, il semble bien qu’au Corbusier, il y a eu une forme de résistance à cette détérioration. Au point que cette moindre montée de l’indifférence vis-à-vis du voisinage se sait et devient un critère de choix pour des locataires HLM.

« Je souhaitais venir vivre ici, oui, plus qu’au Château de Rezé, où c’est des grands immeubles, où les gens ne se connaissent pas. » M. Esteban.

33Lorsque ce locataire a formulé sa demande, il s’est déterminé par rapport à la « réputation » de la Maison Radieuse où contrairement à ailleurs les gens se connaissent. Dans le propos d’une autre personne interrogée, la référence à l’idée du village pour décrire les relations entre habitants renforce ce constat d’une inter-connaissance significative.

« Un village à la verticale et c’est vrai, autant on apprécie les côtés positifs qui seraient dans un village où on connaît les gens, où il y a des rapports tout à fait chaleureux, autant comme dans un village ça peut être vite envahissant et tout le monde sait tout et tout le monde est au courant de tout. Et ça, ce n’est pas quelque chose qui nous emballe beaucoup. Donc, c’est vrai que nous on met une distance par rapport à ça et puis du coup on vit très bien par rapport à ça. On prend les avantages et puis on laisse les inconvénients. » Mme Hamon.

34Les « commérages », évoqués marginalement par quelques habitantes, ne viennent pas altérer leurs impressions générales plutôt positives sur la qualité des relations qui existent entre habitants et qui vont parfois bien au-delà de simples échanges courtois.

35L’entraide est mise en avant par les trois quarts des personnes que nous avons interrogées et cela apparaît aussi comme une conséquence du mode de vie « villageois » de la Maison Radieuse. Certains vont prendre des nouvelles d’un voisin quand ils ne l’ont pas vu depuis longtemps. Toutes sortes de service sont évoqués selon les demandes des uns et des autres : un chien à sortir, des courses à faire en ville, des médicaments à aller chercher, une réparation à faire ou du bricolage, une déclaration d’impôt à compléter et surtout, le plus courant, nous l’avons vu, faire garder les enfants.

« Et puis j’ai appelé un voisin qui habite à la deuxième rue et qui est bricoleur. Il est venu tout me consolider et me réparer mon armoire et il m’a aidé à monter le meuble. J’ai un autre voisin avec qui j’ai bavardé pour repeindre mon mur, il m’a fait un mélange spécial. Il m’a repeint tout le mur. Moi ça m’a coûté, ça m’a coûté quoi ? Un barbecue, un dimanche midi en famille. Donc, je dirais qu’on arrive à se rendre des services en fonction des compétences de chacun. [...] En échange, quand sa femme a travaillé, j’ai gardé un petit peu leurs enfants pour les dépanner parce que c’était plus facile. Moi ça ne m’a pas demandé, ça ne m’a pas posé de contraintes particulières et puis ça m’a fait plaisir de les dédommager en payant mon mur. Alors que pour moi, mon mur c’était un gros boulot. J’ai pas l’impression que d’avoir gardé des enfants c’est… Alors c’est comme ça, c’est un petit peu des services, un système un peu d’entraide entre gens qui s’entendent bien, chacun peut mettre ses compétences au service des autres à un moment donné. Moi c’est ça que je trouve sympa. Moi je ne me sens pas isolée ici. Si jamais j’ai un souci, il y a toujours quelqu’un à qui je vais pouvoir demander de me filer un petit coup de main ou… » Mme Auger.

  • 7 M. Mauss, « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », in Socio (...)

36Le Système d’Échanges Local (SEL) n’a pas besoin d’être formalisé à la Maison Radieuse. La pratique sociale de don - contre don décrite par Marcel Mauss7, s’est actualisée ici autour de l’échange de services. Le fait de se connaître, d’être proche autorise ce type de relation. Et la réciprocité n’est pas forcément attendue, car les rapports sociaux se jouent aussi dans le registre du don de soi, de la solidarité.

« Ah oui, quand même (on s’entraide) un petit peu, mais entre gens qui se connaissent, quoi. Par exemple, entre gens qui ont perdu leur mari, entre personnes âgées, on s’occupe d’elles, ah oui, oui, oui. Ce qui n’est pas forcément vrai dans tous les immeubles, en fait. » Mme Tabory.

37Quelles que soient les formes prises par l’entraide, échange, don de soi ou solidarité, elles se cumulent toutes et permettent d’établir le fait qu’à la Maison Radieuse règne un climat particulier.

38Mais l’architecture semble aussi jouer un rôle important, et les habitants l’expriment très nettement comme un élément explicatif de la construction de ce tissu social. Cette architecture avec des espaces communs et des espaces intermédiaires partagés favorise le développement d’une vie collective.

Les lieux qui font la sociabilité

39Le lieu, et en particulier les espaces intermédiaires comme le hall, les rues, sont des éléments à prendre en compte pour observer et expliquer ce qui est différent au Corbusier. À chaque espace conçu correspond une fonction, une activité : la rue pour circuler, le hall comme point de passage idéal pour s’approvisionner, le toit pour l’école et le parc pour se détendre. Mais, outre le fait de proposer des services et de répondre à des besoins, ces espaces semblent être porteurs de toute une vie sociale qui vient s’ajouter à la simple fonction qu’ils devaient remplir.

  • 8 La Charte d’Athènes, la partie sur la circulation, § 63.
  • 9 Le Corbusier, Urbanisme, Champ Flammarion, Paris, 1994, p. 205.

40Le Corbusier a prévu dans son projet urbanistique une organisation stricte des rues selon leurs fonctions : « Les rues doivent être différenciées selon leurs destinations : rues d’habitation, rues de promenades, rues de transit, voies maîtresses8 » comme nous l’avons vu dans le chapitre 2. Les rues d’habitation doivent répondre à l’exigence suivante : « Les rues d’habitation et les terrains destinés aux usages collectifs réclament une atmosphère particulière. Pour permettre aux logis et à leurs « prolongements » de jouir du calme et de la paix qui leur sont nécessaires, les véhicules mécaniques seront canalisés dans des circuits spéciaux ». Pour Le Corbusier, en effet, « la rue n’est pas que celle des voitures, elle se continue en hauteur par les vastes escaliers (avec ascenseurs et monte-charges) qui desservent chacun 100 à 150 villas9 » de ces immeubles-villas.

41Les « rues intérieures » de la Maison Radieuse desservent une cinquantaine de logis. Ce cheminement strictement piéton a essentiellement pour fonction la circulation. Dans les écrits de l’architecte, on ne trouve pas trace d’une autre sorte d’utilisation.

« Oui, mais je crois que ce n’était pas prévu au début. À la base, Le Corbusier, enfin, vous le savez peut-être… Moi j’ai lu que la pénombre était un petit peu faite pour que les gens rentrent chez eux et ne traînent pas dans le couloir, quoi. » Mme Toniolo.

42Mais, même si elles n’ont pas été conçues pour qu’une vie sociale s’y installe, les « rues intérieures » permettent au quotidien des micro-échanges qui créent une ambiance reflétant l’esprit qui règne à la Maison Radieuse car au-delà de la simple familiarité des visages et des relations d’échanges polis, les habitants se reconnaissent. Et on a vu que les habitants les ont investies : les jeux des enfants ainsi que les conversations entre habitants s’y abritent des intempéries.

43Ces occupations des rues intérieures qui construisent des liens sociaux portent cependant atteinte au calme recherché et préconisé par Le Corbusier en provoquant du bruit pour le voisinage. Les activités bruyantes sont en principe interdites mais dans la pratique, les enfants bravent cet interdit depuis toujours. Cet habitant témoigne que déjà dans son enfance :

« Et bah nous euh… En fait, on avait plus ou moins pas le droit parce que si vous voulez, ce qui roule, ça communique dans les appartements. Des fois, on faisait un peu de vélo, un peu de patins à roulettes, on courait. Les gens ouvraient leur porte et nous disaient de faire moins de bruit… » M. Richa

44Selon les rues, les enfants sont plus ou moins tolérés.

« — Donc, les enfants ne peuvent pas trop jouer dans les rues ?
— Bah, pendant les vacances un petit peu. Mais bon, ils se font engueuler par les vieux. […] Bah, du coup, moi je trouve que c’est de l’espace perdu, oui. […] On ne voit jamais personne. » Mme Montigny.

45À certains moments de la journée, ces rues sont complètement désertées, mais elles sont « aux heures de pointe » particulièrement animées. Et elles deviennent un lieu de rencontres qui permet aux personnes isolées de rompre quotidiennement leur solitude en choisissant, par exemple, ce moment-là de la journée pour aller chercher leur courrier aux boîtes aux lettres toutes rassemblées au milieu de la rue au niveau de la desserte des ascenseurs.

46Cette pratique, et la circulation quotidienne, permettent que des relations sociales spécifiques à chaque rue s’établissent entre habitants. Et plus précisément dans une même rue, les relations se construisent aussi selon des zones géographiques, c’est-à-dire de part et d’autre de l’ascenseur ou entre les habitants qui partagent le palier d’accès aux appartements de la façade sud.

47Au-delà de cette première proximité, un réseau se tisse au sein de l’immeuble. Et l’identification entre habitants va jusqu’à se faire par rapport aux rues comme cela se ferait par « pâté de maisons » ou petits quartiers dans un habitat horizontal.

« Non, je connais pas mal de monde à la première rue, pas trop à la deuxième, un peu à la troisième, beaucoup à la quatrième, entre la quatre, la cinq et la six. » Mme Auger.

48La superposition des rues formerait un « village vertical » comme l’a souhaité Le Corbusier et finalement comme le vivent certains habitants, même ceux récemment arrivés dans l’immeuble :

« Quand les gens veulent communiquer, ils communiquent. Mais c’est vrai que c’est peut-être plus propice, oui. Il y a déjà des petits trucs, des petites choses toutes bêtes mais quotidiennes, c’est le fait de dire bonjour et au revoir aux gens, avoir ce rapport un petit peu villageois, auquel tout le monde ne participe pas, ne répond pas, mais ça donne un petit côté chaleureux même si pour certains ça peut paraître artificiel. » M. Lubin.

  • 10 P. H. Chombart de Lauwe, Famille et Habitation, t. 2, Un essai d’observation expérimentale, p. 246.
  • 11 M. Young et P. Willmott, Le village dans la ville, CCI, Paris, 1983.

49Dès les années cinquante, les enquêteurs de P. H Chombart de Lauwe10 avaient souligné, dans le cadre de leur étude comparative, cette spécificité : « La Maison Radieuse se distingue de la cité de la Plaine car “on peut si l’on veut, se faire rapidement des amis”. » Le modèle de sociabilité de voisinage y apparaissait déjà proche de celui, communautaire, du « village dans la ville », observé par Young et Wilmott11 à la même époque. Indéniablement ce mode de vie passé a des continuités aujourd’hui où cet aspect est renforcé par le fait que des habitants se connaissent depuis longtemps et sont amis.

« Oui, mais c’est-à-dire que malheureusement vu l’âge que j’ai, j’en avais qui étaient plus âgés que moi, donc j’en ai perdus quand même [des amis]. Je n’en avais pas tellement, mais ceux auxquels je tenais sont partis. J’ai mon amie de la deuxième rue qui est dans mes âges avec qui je m’entends très bien d’ailleurs, on se voit tous les jours. Mais on se connaît depuis 25 ou 26 ans et c’est une amitié qui est fidèle. » Mme Poirel.

50Certains habitants ont eu toute une trajectoire résidentielle interne à l’immeuble. En fonction de la composition de la famille, ils ont changé de type d’appartement et ont habité dans différentes rues. Certains jeunes, au moment de quitter l’appartement parental ont fait une demande auprès des HLM et ont attendu qu’un appartement de petite dimension se libère dans l’immeuble. D’autres dont les parents étaient parmi les premiers habitants ont acheté un appartement dans l’immeuble quand une opportunité s’est présentée. Plusieurs cas sont recensés dans la Maison Radieuse, de membres d’une même famille qui habitent des logements différents et cela contribue aussi à cette image de village. Si l’organisation spatiale de l’immeuble avec ces artères que sont les rues a contribué et contribue encore à ce qu’un type de vie sociale puisse éclore, le temps a lui aussi fait son œuvre et pas uniquement en termes de déstructuration, au contraire.

51Sur le toit, un autre lieu est vecteur de sociabilité : l’école. Comme nous l’avons vu dans le chapitre précédent, les femmes jouent un rôle important dans le tissage des liens sociaux entre les habitants, même si aujourd’hui la plupart d’entre elles travaillent. Elles sont celles qui contribuent le plus à la sociabilité interne à l’immeuble, en particulier, du fait des enfants, autour de l’école.

« Je pense qu’on peut le dire, l’école a été un super avantage quand même […] Je dirais que ça permet de connaître plein de gens et, globalement, les gens les plus intéressants du Corbu. [...] Et l’école, j’ai trouvé ça assez génial. Ce sont des familles assez jeunes avec des enfants, et on se rend des services et effectivement on prend un café ensemble, et ça, j’ai bien aimé ce côté-là. […] Je ne dis pas forcément que j’ai sympathisé et fait la fête tous les soirs avec tous les gens mais oui, se croiser, faire un bout de chemin pour aller à l’école des plus grandes ou se prendre un café ensemble, oui, ça je l’ai fait. Donc ça, c’est l’avantage. » Mme Toniolo.

52S’inviter à prendre un café après avoir déposé les enfants à l’école est une chose courante entre ces femmes quand elles ne travaillent pas à l’extérieur. La sociabilité des mères de famille ou des femmes au foyer est facilitée par l’intermédiaire des enfants. Mais la proximité spatiale favorise certainement le renforcement des échanges qui est perceptible à travers le fait de se retrouver chez l’une ou l’autre autour d’un café.

« Non, [je ne suis] pas trop à part, [à] rester chez moi, [je suis plus] à voir quelques parents d’élèves, on va dire, on se rencontre, on se dit bonjour, on discute. De temps en temps on prend des cafés chez l’une, mais c’est de temps en temps. Il y a une époque, j’étais, j’avais deux bonnes copines, tous les matins, comme on ne travaillait pas toutes les trois, tous les matins c’était pause-café. » Mme Delacour.

53À la Maison Radieuse, il n’est pas nécessaire de faire un détour sur le trajet domicile-école pour partager un moment tranquille entre mamans comme cela pourrait être le cas pour des mères vivant dans un environnement spatial organisé horizontalement avec des maisons individuelles éparses autour de l’école. La configuration du lieu semble bien jouer en faveur d’une sociabilité accrue qui existe depuis toujours, comme le souligne cette ancienne habitante.

« Non, il y avait un réel système d’entraide au Corbusier. Et c’est vrai que le Corbusier tu t’y intégrais quand tu avais des enfants petits. Et c’est pour ça qu’on faisait beaucoup de connaissances à l’école maternelle. Ma mère me racontait que, pour elle, ça avait été pareil, mais pour nous c’était pareil. On se faisait plein de copines. Quand les enfants allaient à l’école maternelle, c’est évident. Ceux qui vivaient dans le lieu aussi. Alors ça, il y avait de l’entraide pour récupérer les enfants. » Mme Martineau.

54Les relations entre ces mères vont, là aussi, bien au-delà d’un simple échange de politesse : l’entraide, l’échange de services autour de la garde des enfants est chose courante.

« Souvent des mamans dépannent d’autres mamans pour aller chercher un autre enfant. Et puis il y a la nourrice qui va en prendre un ou deux. » Mme Saulnier.

55Le lieu favorise la multiplication de ces échanges : la facilité de circulation d’un étage à l’autre avec les enfants pour les déposer chez une voisine le temps d’une course, un simple coup de téléphone à une autre maman voisine pour lui demander si elle peut prendre les enfants en même temps que les siens à la sortie de l’école quand on a un peu de retard… Même si on peut dire qu’on retrouve ce type de sociabilité parentale autour de toutes les écoles, l’unité de lieu école/logement offre ici des possibilités particulières d’échanges contribuant à une qualité de vie indéniable.

« C’est hyper bien… tu vois t’as l’école, t’as ton lieu d’habitation, t’as la nourrice, y’a les copains et les copines, voilà c’est hyper pratique. » Mme Larcher

  • 12 Le Corbusier, Urbanisme, Champ Flammarion, Paris, 1994, (1re éd. 1925), p. 189.

56Comme les « rues intérieures » faites pour circuler, le parc est prévu pour remplir une fonction qui lui est propre : « la machine à souffler ». « L’heure du repos, c’est l’heure de souffler12. » Et si Le Corbusier n’a pas spécifiquement envisagé que cet équipement contribuerait également à l’établissement de relations sociales entre les habitants, ce lieu en est cependant, lui aussi, un vecteur important.

57Tout d’abord, on retrouve la sociabilité autour des enfants, en particulier avec les plus petits qu’on accompagne. Comme ce jeune père, né dans l’immeuble, qui est revenu y vivre avec ses enfants, pour y retrouver le mode de vie qu’il y a connu lors de sa propre enfance :

« Je suis revenu aussi pour mes enfants beaucoup, puisque j’avais le souvenir de mon enfance et je me suis dit, je vais revenir avec mes enfants, ça va être super pour eux. » M. Richa.

58Aujourd’hui séparé de sa compagne, il a la garde de ses enfants une semaine sur deux. Cet homme qui se retrouve seul avec ses enfants adopte les mêmes pratiques que les autres personnes ayant « naturellement » la charge des enfants, les femmes :

« Dans le bac à sable, comme il y a tout le temps des parents et des enfants, on peut les laisser un peu, acheter du pain, et puis dire aux gens… Il y a toujours surtout des dames d’ailleurs. C’est pour ça aussi que c’est un peu spécial pour moi. J’y vais des fois, les hommes, c’est assez rare. C’est souvent des discussions de dames. Souvent, je suis un peu… Je me sens des fois un peu dépassé. Enfin comme je connais bien les gens… les gens plus vieux, ça va. Mais autrement, ce n’est pas… ce n’est pas… Je me sens un peu décalé quoi. » M. Richa.

59Dans n’importe quel parc de la ville, il y a des mères de famille qui discutent autour des jeux et du bac à sable. Mais dans combien de cas en trouvera-t-on une qui en interpellera une autre pour garder un œil sur son enfant pendant qu’elle va faire une course ? La régularité des rencontres et la forte interconnaissance entre les habitants permettent de parvenir à ce climat de confiance qu’on a analysé dans le chapitre précédent.

  • 13 Comme nous l’avons vu dans le chapitre II.

60Le parc est un lieu où se déroulent des activités diverses : les jeux d’enfants, les jeux d’adolescents plus remuants, la promenade du chien, la recherche d’un moment calme sur un banc. Même si ces activités opposent parfois les habitants13, elles contribuent toutes à la construction de liens sociaux entre les habitants. Le parc joue un rôle d’interface plus large que l’école sur le toit dans les sociabilités entre les habitants car tous, même ceux qui n’ont pas d’enfants, s’y côtoient.

61Le hall et les activités qui s’y déroulent relèvent un peu du même mécanisme d’échanges élargis entre les habitants. Mais, à la différence du parc où on se rend parce qu’on l’a choisi, le hall est un passage obligé où se déroulent des échanges plus ou moins informels. La conception de Le Corbusier en a fait plus qu’un simple lieu de passage.

62Sur la droite en entrant, un espace composé d’un banc en béton est prévu pour s’asseoir et discuter. À gauche, il y a une sorte de comptoir, dont la première partie est ouverte, laissée en libre accès et dont la seconde partie est fermée par une paroi vitrée. Le bureau de poste y était installé jusqu’en 2002. La présence du guichet dans le hall donnait l’occasion de se retrouver à plusieurs et de bavarder. Bien plus que le service rendu, c’est l’espace de sociabilité que les habitants regrettent aujourd’hui. La majorité des personnes que nous avons rencontrées s’accordent pour dire que la Poste animait le hall et créait des liens entre les habitants qui s’y rencontraient :

« Bah oui parce qu’il y avait la postière toute seule là dans son aquarium, elle s’ennuyait un petit peu. Donc c’est vrai qu’il y avait facilement des gens qui restaient discuter avec elle en allant mettre le courrier. Et puis il suffisait qu’il y ait une autre personne qui descende et qui connaissait la personne déjà là… Oui, des fois il y avait quelques personnes qui se retrouvaient ensemble à bavarder. Ça créait une petite animation. » Mme Auger.
« Pour nous c’était utile, et en plus, c’est vrai que ça rendait service, mais on avait repéré que c’était vraiment un petit lieu de vie, parce que tu vois les petites mères qui sont chez elles, elles sont toutes seules, elles descendaient dans le hall, elles restaient une heure facilement à parler aux voisines parce que y’avait la Poste, donc c’était le prétexte du timbre ou quelques fois elles avaient juste une lettre à poster, mais elles se parlaient, ça faisait des liens alors que maintenant y’a plus ça. » Mme Meira.

63Même si les habitants regrettent aussi de perdre une « commodité », un confort de vie, pour eux, autour de ces échanges commerciaux et/ou de services, d’autres dimensions sont à prendre en compte. Ils constatent aujourd’hui avec la fermeture de la Poste que, peu à peu, une forme de sociabilité qui existait autour de cet équipement partagé a disparu. Ils en avaient déjà pris la mesure par le passé avec la disparition du taxiphone, quand les ménages se sont dotés de téléphones personnels. La file d’attente était une occasion de prendre et de se donner des nouvelles, y compris sur la famille élargie dont on venait de contacter un membre.

64À chaque fois qu’il y a une fermeture, le hall affiche comme un air d’abandon, il devient une sorte d’espace en friche. Les habitants ne regrettent pas le guichet de poste uniquement pour des raisons fonctionnelles : depuis le départ de la postière, le hall paraît déserté. L’entrée de l’immeuble n’est plus le lieu de convivialité d’antan, on ne s’y arrête plus pour discuter, il n’y a plus cette présence permanente qui jouait aussi indirectement un rôle de gardiennage à l’entrée de l’immeuble.

« Mais le hall, il fait peur, les gens ne sont pas à l’aise, enfin oui ils ont un sentiment d’insécurité. Qu’est-ce qu’on pourrait faire pour le rendre plus accueillant ? Et voilà, moi c’est cette impression que ça m’a donné quoi, je me suis dit que c’était dommage, ça lui enlève encore un truc. Et puis ça lui donnait une petite vie, c’était sympa cette dame qui était là tout le temps et qu’on finissait par connaître aussi, enfin c’est tout simple, mais c’était agréable… » Mme Amary.
« Moi je me souviens que quand j’étais petite il y avait un bureau de presse en bas, c’était à la place de la loge du gardien, là je pense que ça devait être un réel lieu de convivialité. Ce qui manque en bas c’est un commerce, quoi, c’est clair. » Mme Angélini.

65Mais croire que les choses vont rester en l’état, c’est compter sans le dynamisme de la vie sociale de la Maison Radieuse. Au moment de notre enquête, des idées circulent déjà sur ce qui pourrait être fait pour rendre à nouveau le hall plus hospitalier :

« Non, y’a un autre projet de mettre dans le hall, soit dans le local du régisseur, soit dans l’ancienne Poste, pour que les gens là prennent un café et fassent un Scrabble, y’a un projet pour que les gens jouent ensemble, pour qu’on se rencontre [...] » Mme Meira.
« C’est ce qui est, d’ailleurs, plus ou moins en projet là, d’installer différentes permanences dans la loge actuelle du gardien. Des permanences de l’association dans un premier temps, puisque, au sein de l’association, il suffit de deux ou trois bonnes volontés pour commencer, et puis peut-être étendre à une permanence du bailleur. Ça pourrait être intéressant d’avoir quelqu’un de L.A.H. qui viendrait une demi-journée par semaine et puis les locataires pourraient poser leurs questions. » Mme Auger.

66En fait, dans l’année qui a suivi la fermeture, dès janvier 2004, une permanence a été ouverte dans l’ancien bureau du régisseur. Dans le contexte de préparation du cinquantenaire et avec toute l’énergie des membres de l’association des habitants, le triste bureau gris aux armoires métalliques est transformé en point d’accueil aux meubles colorés affichant des dessins d’enfants de la Maison Radieuse. L’association des habitants, Loire Atlantique Habitation et le syndic de co-propriété y assurent à tour de rôle un accueil. Selon les jours de la semaine, en fin de journée, on trouve régulièrement soit des membres de l’association, soit le médiateur de la société HLM.

  • 14 Journal de l’Association des Habitants de la Maison Radieuse.

67À la Maison Radieuse comme ailleurs, on voit apparaître ce nouveau type d’emploi, « médiateur social ». Il reste dans le hall, mais peut aussi intervenir à domicile pour ceux qui souhaitent garder l’anonymat. Dans le journal Ici Corbu de mars 200414, il est précisé : « Vous pouvez le consulter pour tout problème de voisinage, il est à même d’intervenir dès qu’un locataire LAH est en cause. Son but est de faire en sorte que les échanges soient facilités. » Il n’intervient pas pour tout ce qui relève de l’aspect technique, c’est-à-dire ce qui est lié aux logements et aux locaux eux-mêmes, mais plutôt pour tout ce qui est de l’ordre des relations sociales et en particulier quand il y a des frictions ou des différends entre habitants. Il fait une permanence de deux heures tous les quinze jours. Il semble donc qu’il n’y ait pas un besoin important ou/et que certaines tensions se régulent en interne sachant que l’association des habitants joue certainement elle aussi un rôle dans cette fonction. Mais même si l’ambiance qui prédomine est la convivialité, des tensions se manifestent parfois ce qui donne à voir que les relations de voisinage ne sont pas toutes aisées.

68Quoi qu’il en soit, les espaces intermédiaires et communs conçus pour remplir une fonction sociale reçoivent aussi une vie sociale qui déborde du cadre pensé. Quand les lieux sont désaffectés par la fonction, ils ne sont pas corollairement désertés par la vie sociale. Celle-ci s’adapte et prend d’autres formes. Si parfois, les habitants se plaignent de formes d’occupation, qu’ils jugent plus ou moins hostiles, comme le stationnement des jeunes dans le hall, il semble bien qu’à la Maison Radieuse une forme de résistance collective s’organise pour maintenir la vie sociale et par conséquent le lien social.

Des rapports de voisinage socialement déterminés

  • 15 Divers travaux de recherche montrent aussi que les relations de voisinage sont des pratiques social (...)

69D’autres facteurs explicatifs de cette ambiance si particulière à la Maison Radieuse sont en effet peut-être à chercher dans la composition sociale de la population de l’immeuble. La Maison Radieuse présente une certaine hétérogénéité sociale, que ce soit de génération, d’appartenance sociale, de composition des familles. Or chacune de ces dimensions n'est pas pas sans effet sur les relations de voisinage15. De plus, le statut d’occupation du logement clive les habitants en deux groupes distincts : les locataires et les propriétaires.

70Le fait qu’il fasse « bon vivre » dans cet immeuble pourrait alors être rapproché du fait que sa population présente justement une certaine « mixité sociale ». Ce rapprochement vient d’autant plus rapidement à l’esprit que cette voie est actuellement explorée comme solution aux problèmes « des quartiers ».

71Pour mesurer les effets de cette mixité sur les relations de voisinage, il faut mettre en évidence la manière dont s’articulent précisément les rapports entre les habitants. Mais dans un contexte où la majorité d’entre eux donnent à voir la « convivialité » comme couleur dominante dans les relations sociales, cela n’a rien d’évident, d’autant plus qu’il peut s’agir d’un discours servant à masquer d’autres relations. En fait, il y a plutôt une superposition de différents types de relations, de différentes façons d’habiter dans l’immeuble mais aussi un dépassement de certains clivages sociaux qui permettent de construire une cohésion sociale spécifique.

72La constitution du groupe d’habitants actuels s’inscrit dans les 50 années d’histoire sociale de l’immeuble qui a produit une certaine diversité sociale. Les relations de voisinage ont forcément évolué, entre une époque où il y avait une certaine homogénéité sociale et une autre où la population s’est diversifiée, entre une période où tous les habitants ont vécu un même processus d’intégration et la situation actuelle où chacun des habitants a sa propre trajectoire résidentielle et s’inscrit plus ou moins durablement dans cet immeuble.

  • 16 Voir chapitre I.

73On trouve encore quelques habitants des premières années ou leurs enfants. Anciens locataires-ccopérateurs, la majorité d’entre eux vit désormais sous le statut de propriétaire et quelques-uns ont encore celui de locataire. Après la loi Chalandon16 et le départ de beaucoup de ces primo-habitants, de nouveaux résidents sont arrivés. Certains ont choisi de rester car cet immeuble leur a plu. Quelques-uns ont acheté un appartement quand l’opportunité s’est présentée, d’autres restent sous le statut de locataire.

74Les autres locataires ne souhaitent pas s’installer durablement au Corbusier. Une partie d’entre eux reste en attendant de trouver mieux ailleurs, en particulier avant d’accéder à la propriété. Enfin quelques habitants du logement social iraient bien ailleurs mais ne peuvent pas, faute de moyens ou de propositions des bailleurs sociaux.

75Ces quelques éléments indiquent déjà que le clivage propriétaire/locataire sera à articuler avec l’ancienneté de résidence et le choix de rester vivre à la Maison Radieuse, pour comprendre les relations qui s’établissent entre les habitants.

  • 17 A. Degenne, « Un langage pour l’étude des réseaux sociaux », dans Collectif, L’esprit des lieux. Lo (...)

76Toutes les personnes que nous avons interrogées ont été sollicitées sur le thème des relations qu’elles entretiennent avec leurs voisins. À partir de l’analyse de leurs propos, il est possible de caractériser trois autres types de relation, en plus de celui de la convivialité précédemment explicité, que nous appellerons « limité », « distant » et « investi ». Ces comportements ne sont pas exclusifs les uns des autres, ils se combinent. Nous verrons que cette modèlisation a quelques points communs avec celle de Alain Degenne17 qui avait, à partir de plusieurs monographies et d’une enquête spécifique, dégagé trois principaux types de sociabilité locale : les « enracinés » qui ont un fort investissement dans la sociabilité du lieu associé à une forte interconnaissance, le « traditionnel discret » se caractérisant par une attitude de réserve vis-à-vis des voisins, et le « néo-convivial » qui prend appui sur la vie associative et qui contrairement aux précédents a des liens nombreux mais peu intenses. S’il y a des similitudes, nous observons cependant une véritable spécificité liée à l’immeuble qui a contribué à façonner un type de relations de voisinage originales, notamment autour de l’association des habitants.

77Les personnes aux relations « limitées » avec le voisinage sont identifiées comme celles qui ont le minimum de relations avec leurs voisins : jamais un contact pour demander un service, jamais d’invitation, le minimum de mots échangés, « bonjour/bonsoir ». Les autres habitants de la Maison Radieuse estiment d’ailleurs qu’une telle attitude est plus voulue que subie :

« Mais il faut aussi respecter la vie privée des gens. Il y a des gens qui souhaitent avoir des relations, d’autres qui n’en souhaitent pas. Voilà, c’est tout ! » M. Chatillon.

  • 18 Il y a 29 studios de 23 m 2 et 45 logements de 2 pièces dans l’immeuble.

78Et de fait, une partie des habitants qui vit en retrait des autres et que nous avons identifiés dans notre enquête sont plutôt des hommes, célibataires, sans enfant, jeunes et locataires qui vivent dans des petits appartements18. Il semble que leur vie sociale soit ailleurs. Ils habitent ici pour être à proximité de leur travail, et certains disposent en fait d’un autre lieu de vie où ils se rendent dès qu’ils ont du temps libre. Ils vivent partiellement à la Maison Radieuse.

« Moi, dans ma rue, le samedi et le dimanche, vous ne voyez personne, hein. Étant donné qu’il y a plein d’appartements, il y a plein de jeunes hommes seuls en plus. Bon, ben les week-ends ils rentrent chez eux. Oui, dans cette rue-là, il n’y a pas des masses de monde pendant le week-end, hein. » Mme Poirel.

79L’autre partie des habitants ayant des relations « limitées » avec les autres résidents de la Maison Radieuse sont des propriétaires, d’un âge plus avancé, qui vivent dans des logements un peu plus grands. À une époque, ils ont été intégrés à la vie de l’immeuble, mais ils ont pris leur distance. Même s’ils gardent quelques liens avec d’autres anciens habitants, ils ont en fait investi un autre espace de vie, une résidence secondaire en général et ils vivent en alternance entre les deux endroits, en fonction de la saison.

80Donc, l’affirmation « je n’ai pas de relation avec mes voisins » qui se vérifie à travers l’absence de pratiques de voisinage, concerne des personnes qui choisissent de ne pas ou de peu s’investir dans la vie sociale au sein de la Maison Radieuse ou qui s’en sont détachées, essentiellement en raison d’une utilisation à temps partiel de leur logement.

81Les habitants de notre échantillon sans relations de voisinage ne semblent donc pas être des personnes confrontées à un isolement social ou à l’anonymat du grand ensemble. Et la raison de leur pratique asociale n’a pas forcément de lien avec un rejet quelconque de leur environnement. Elle correspond plutôt à un nouveau mode de vie d’une partie de la population urbaine qui partage son temps entre deux résidences.

82L’attitude « distante » est similaire dans la pratique au comportement précédemment décrit, mais elle concerne les habitants qui résident en permanence à la Maison Radieuse et qui ont choisi volontairement d’instaurer un minimum d’échanges avec les autres : « on met une distance par rapport à la proximité qui existe au Corbusier ». Parmi eux, il est possible de distinguer des degrés plus ou moins forts de cette mise à distance. Ces habitants distants sont plutôt jeunes et locataires. Leur installation dans cet immeuble est une étape qui s’inscrit dans une trajectoire résidentielle. Dès leur arrivée, ils ont déjà en ligne de mire un prochain départ, ce qui les conduit à limiter leur investissement relationnel en interne qu’ils cantonnent à des échanges polis, courtois. Ils adoptent une attitude réduisant leurs relations de voisinage au strict minimum. Leur vie sociale (amis, travail, loisirs) est tournée vers l’extérieur de l’immeuble. Ils habitent ici en attendant de stabiliser leur situation sociale, de conforter un apport financier nécessaire pour réaliser le rêve de l’accession à la propriété et cela se traduit par un passage obligé par le logement social.

  • 19 P. H. Chombart de Lauwe, Famille et Habitation, t. 2, Un essai d’observation expérimentale, p. 250.

83Une des raisons qu’ils invoquent pour expliquer leur attitude distante est : « on cherche davantage à être tranquille chez nous ». On y retrouve la préoccupation de Le Corbusier cherchant à préserver l’intimité de la famille dans l’habitat collectif. À la fin des années cinquante, les chercheurs avaient isolé les mêmes arguments de la part des habitants pour justifier la plus ou moins grande densité des contacts : « Nous avons fait le tour des opinions les plus nettes mais restent quantité de réponses montrant la recherche d’un équilibre entre tranquillité et voisinage, l’autonomie nécessaire au foyer et la participation à une vie collective en évitant trop d’histoires »19.

84C’est finalement une posture « semi-distante » qui s’impose car ce n’est pas aussi évident que cela de tenir véritablement à distance les autres dans un contexte comme celui de la Maison Radieuse où l’interconnaissance est forte. Une personne sur quatre dans notre échantillon affirme opter pour cette posture car « la promiscuité qui existe au Corbu peut être un inconvénient ».

« — Est-ce que tu penses qu’ici tu rencontres plus de gens que… ?
— Alors oui mais en même temps il y a un double tranchant, c’est-à-dire que les gens sont au courant de ta vie. [...] Parce que dès que tu fais un faux-pas, moi j’ai une très mauvaise réputation ici. J’ai fait des faux-pas et ça y est, je suis grillée. [...] Des cancans, il y en a partout, mais ici ils sont plus forts. [...] Parce qu’il y a plus de monde, parce que ça circule plus à cause de la proximité. Donc tu vois, c’est comme un serpent qui se mord la queue un peu, ça se retourne contre le truc. » Mme Mazelier.

85Presque un tiers des personnes justifient leur posture « semi-distante » par le fait de se préserver des commérages. Cet équilibre s’observe à travers leurs pratiques. Ces habitants tout en affirmant le maintien d’une distance avec les autres habitants ont une vie sociale dans l’immeuble. Une femme interrogée signale qu’avec les enfants, toute la famille est tirée vers une sociabilité interne à l’immeuble, mais elle en limite autant que possible la portée.

« Et du jour où j’ai été enceinte, où ça s’est vu vraiment, ça n’a plus du tout été les mêmes rapports. [...] Et en fait maintenant, ce n’est plus du tout la même chose. Et c’est vrai que c’est plutôt agréable, évidemment du coup, avec Nina [sa fille], ça facilite aussi les conversations. Elle s’arrête plus facilement que moi je ne m’arrête. Mais c’est vrai qu’une fois encore, on a un voisinage qui peut être très vite envahissant. On mettait vraiment des freins à ça parce que c’était… On s’est vite rendu compte qu’ils étaient au courant d’absolument tout ce qui se passait chez nous. » Mme Hamon.

86Comme nous l’avons vu précédemment, l’enfant apparaît comme un élément fort d’intégration à la vie de l’immeuble et cette habitante s’en protège. Un autre habitant évoque cette dynamique sociale qui l’entraîne malgré lui dans des relations plus suivies avec les autres habitants mais qui sont sans investissement affectif.

« Des relations assez courtoises sans… ça ne passe pas en fait le stade de la… des amis quoi, on n’a pas d’amis en fait ici. Mais on se rend très bien compte qu’il y a une vie extrêmement forte socialement ici et qui est très importante. » M. Marlin.

87Même si cette dynamique peut les entraîner à dépasser leur réserve, cela ne fabrique pas forcément une intégration à la vie collective de l’immeuble, à la participation aux réseaux de sociabilité liés à la résidence. Ces habitants « semi-distants » ont une attitude passive, de non participation à cette vie sociale. Ils sont en transit et ils n’ont pas de jugement négatif sur leur environnement ; ils ne s’y investissent pas, c’est tout. Ils sont proches des « traditionnels discrets » qu’A. Degenne met en évidence. Comme dans le cas des personnes aux relations « limitées », leur attitude ne se veut pas dans la distinction par rapport aux autres, leur vie est ailleurs, mais il existe à la Maison Radieuse une force de la vie collective, qui d’une certaine façon, les intègre.

88Le dernier type de comportements repéré est celui des habitants « investis » dans les relations de voisinage. C’est un groupe socialement hétérogène qui se caractérise majoritairement par le fait d’être proche de l’association des habitants. La compréhension de leur propos est complexe car ils combinent à la fois une attitude de ségrégation, c’est-à-dire un discours de différenciation par rapport aux autres habitants, et d’agrégation, c’est-à-dire des pratiques constituant des liens, des réseaux avec les autres. Contrairement aux deux types précédents, ils ne sont pas indifférents à leur environnement et ils participent activement à la vie de l’immeuble. Mais en même temps, ils mettent à distance d’autres résidants tout en prétendant qu’il n’y a pas de différences entre les habitants. Cette mise à distance consiste tout autant à se distinguer des propriétaires qui vous « snobent », que des locataires « cas sociaux ».

89Quand le mal-être relève du fait de vivre dans ce qui pourrait être assimilé à du logement social, ces habitants se plaignent du bruit, des voisins, de leurs comportements.

« Mais ça va avec ce que je vous disais, le côté provoc, la musique à tue-tête… On ne peut pas discuter avec les gens parce qu’on vous saute tout de suite dessus et puis voilà. Alors vous me direz que c’est peut-être partout pareil. Je ne dis pas que c’est propre au Corbusier, c’est propre aux lieux collectifs, je pense. Mais comme il y a énormément de monde ici, il y a 300 apparts, je pense. Enfin, vous devez mieux le savoir que moi. ça fait beaucoup de monde, c’est clair. […] Maintenant, je pense que l’appartement va nous manquer. L’appartement et mes copines voisines, quoi. Pour le reste, ce que je vous disais ce qui ne va pas me manquer c’est tout l’aspect agression, quoi, qui, moi, me gêne.» Mme Toniolo.

90Ils ne se sentent pas ou plus, particulièrement bien à la Maison Radieuse et envisagent de partir. Ce sont plutôt des jeunes, locataires ou des propriétaires en première acquisition, tous d’un milieu social assez proche. Quel que soit leur statut dans le logement, ils s’inscrivent plutôt en situation de mobilité résidentielle.

91Les locataires tentent de stabiliser leur situation sociale, et ils font des économies pour acheter une maison. Les propriétaires dont on peut penser qu’ils occupent leur logement de façon plus durable, ne se voient pas vivre ici toute leur vie. Cet appartement est en fait une première opportunité. Loire Atlantique Habitation a eu, à plusieurs reprises, une politique de vente de ses logements. La société HLM les cédait aux locataires à un tarif préférentiel, développant une politique d’accession à la propriété pour la population qu’elle logeait. Ainsi des personnes logées par des bailleurs sociaux peuvent à des conditions intéressantes accéder à la propriété. Certains jeunes en situation professionnelle précaire ont pu ainsi transformer leur loyer en remboursement de prêt et commencer à accumuler un capital qui leur permettra de passer à l’étape suivante, l’achat d’une maison.

92Ces habitants tentent de tenir à distance et de se distinguer d’une catégorie d’habitants avec lesquels ils estiment vivre dans une trop grande promiscuité. Le fait de vivre au même endroit que des « cas sociaux » ternit leur propre image. Ils ne sont pas hostiles à tous les locataires. Mais ils constatent qu’il y a parmi les habitants HLM des personnes à côté desquelles ce n’est pas facile de vivre.

« Il y a des inconvénients à habiter au Corbu car il n’y a pas que des gens intéressants. » Mme Toniolo
« J’ai des voisins à qui je ne dis pas bonjour car je sais comment ils vivent et je ne suis pas d’accord avec leur façon de vivre. » Mme Villèle.

93En termes de sociabilité, ils ont un rapport ambivalent. Ils sont à la fois impliqués et distants. Ces propriétaires et locataires investis dans les relations de voisinage font partie de l’association des habitants, ont des enfants et échangent avec d’autres parents. Mais ils ne parlent pas à n’importe qui, ils ne laissent pas leurs enfants sortir seuls car ils pourraient avoir de mauvaises fréquentations. Cette mère de famille envisage de quitter l’immeuble quand ses filles seront adolescentes :

« Non, honnêtement non, parce qu’en plus de ça moi je veux pas faire de ségrégation au niveau du choix des copains et des copines, et tu vois, je me rends compte que je suis obligée d’en faire. Y’en a, j’ai pas du tout envie… ma fille peut être attirée par des enfants, soit j’ai rien à reprocher aux enfants mais j’ai pas du tout envie qu’elle aille chez eux parce que je sens pas du tout les parents. [...] et y’a des enfants… Ouais j’ai pas du tout envie qu’elle passe son adolescence avec eux. Mais ça, je pense que c’est le problème des cités, il faudrait que je sois constamment présente, et justement c’est là que ma fille aurait des raisons de me dire : tu commences à me plaire et va voir ailleurs ! quoi… » Mme Larcher.

94Ils mettent à distance une réalité sociale qui les dérange, qui ne correspond pas à leur mode de vie. Ils ont une vie sociale interne à l’immeuble mais des relations choisies et limitées et ils développent également des sociabilités à l’extérieur de l’immeuble.

95Ils ont une attitude volontaire dans le fait de tenir à distance certains voisins. Ils désignent explicitement la situation sociale comme cause du rejet des voisins.

« Oui, ça va, sauf quand ils s’engueulent à côté, je les entends, quoi. Ça c’est nul. Mais bon, ce serait dans n’importe quel appart, ce serait pareil, quoi. Mais j’en ai marre d’entendre des voisins s’engueuler. À chaque fois qu’ils s’engueulent, ça m’oppresse, enfin, tu vois ? Je n’aime pas, quoi, ça me bouleverse et je n’ai plus envie d’entendre ça. Et ça, dans une maison, tu ne l’entends pas. » Mme Villèle.

  • 20 P. H. Chombart de Lauwe, Famille et Habitation, t. 2, Un essai d’observation expérimentale, p. 253.

96À la Maison Radieuse, les réserves à l’encontre des voisins s’expriment comme partout ailleurs dans l’habitat collectif à travers la gêne, le dérangement qu’ils occasionnent en particulier au niveau du bruit. Cela renvoie plus à la question de l’altérité qu’à un réel problème d’insonorisation. Sur ce rapport au bruit, quelle que soit la période, tous les chercheurs sont d’accord. Pour P-H. Chombart de Lauwe, ce n’est pas une bonne isolation qui fait les relations. « L’insonorisation, en diminuant les causes de tension, facilite le développement d’une vie collective meilleure, mais ne crée évidemment pas les relations. [...] Les occasions naturelles de rencontre dépendant beaucoup plus de l’équipement collectif dont disposent les habitants de la cité20. » Et sur cet aspect, les unités d’habitation ont fait leur preuve, même celle de Rezé où, comme nous l’avons vu, on a considérablement réduit cet aspect du projet en supprimant la rue marchande.

  • 21 P. Bataille et D. Pinson, Rezé évolution et réhabilitation Maison Radieuse, juin 1990, p. 54.

97Dans ce même immeuble après trente ans d’utilisation, d’usage et d’usure, Philippe Bataille et Daniel Pinson affirment aussi que ce n’est pas une mauvaise isolation qui fait la dégradation des relations mais : « la population semble désormais éclatée, écartelée par ses origines sociales, des trajets résidentiels, des statuts résidentiels, des projets résidentiels, des anciennetés résidentielles profondément différentes21 ». La Maison Radieuse est passée d’une situation où la population était homogène socialement à une situation où elle s’est diversifiée, ce qui expliquerait le développement de relations plus tendues.

  • 22 J. -C. Chamboredon et M. Lemaire, « Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et (...)

98L’attitude précédemment décrite montre la difficulté qu’éprouvent certains habitants à vivre une situation dite de « mixité sociale » qui est aussi une situation de proximité spatiale22. Ce sont les habitants les plus investis dans les relations internes à l’immeuble qui expriment le plus leur mal-être en critiquant des « habitants qui ne savent pas vivre en collectivité ». Ils se situent en ascension sociale et n’ont pas vraiment d’assurance sur leur avenir, pas de certitude sur le fait de pouvoir accéder au rêve pavillonnaire. Symboliquement, il s’agit de sortir de l’habitat social, du collectif HLM. La première étape pour s’en sortir tout en y étant, c’est peut-être de dire qu’ici, ce n’est pas comme ailleurs. Parallèlement à leurs critiques, à leur envie de partir, ils valorisent l’immeuble Le Corbusier, la création d’un architecte, un endroit pas comme les autres, avec une ambiance et des habitants différents.

  • 23 Le documentaire de Christian Rouaud, intitulé « Dans la Maison Radieuse » et diffusé sur France 3, (...)

99Toute l’ambivalence de la situation est réintroduite dans les relations sociales entre habitants. Vivre au Corbusier permet un certain brouillage car l’immeuble est aujourd’hui à la fois de l’habitat social et porteur, depuis sa conception, de promotion par l’accession à la propriété. La difficulté pour certains jeunes propriétaires est peut-être de se retrouver extrêmement proches de la réalité à laquelle ils aspirent à échapper, et pour les locataires qui se voient en futurs accédants à la propriété, de côtoyer un rêve qu’ils n’ont pas encore atteint. Parfois ils se sentent « snobés » par d’autres habitants. Ils interprètent cette attitude à travers la différence locataire/propriétaire. Ils sont atteints dans leur dignité par un tel comportement et ils sont tentés de répliquer à ceux qui « font les fiers », qu’ils ne doivent pas valoir tellement plus qu’eux puisqu’ils vivent tous ensemble dans le même endroit. Cette tension entre habitants s’explique par rapport aux représentations qu’ils ont d’un certain ordre social, une hiérarchie au sein de laquelle chacun aspire à progresser et il y a une marche qui se situe autour du clivage propriétaire/locataire23.

100Les locataires investis dans la vie interne à l’immeuble vivent cette tension plus que les propriétaires qui n’éprouvent pas ce sentiment d’illégitimité, plus que ceux qui sont présents épisodiquement à la Maison Radieuse ou qui gardent leurs distances. Et c’est peut-être ces deux premiers types d’attitudes qui donnent aux locataires investis l’impression d’être « snobés », alors que nous l’avons vu, ces attitudes correspondent plus à des modes de vie urbains qu’à un rapport aux autres.

101Cette typologie des attitudes permet de dépasser une contradiction qui se lit d’emblée dans les données. Un tiers des personnes interrogées fait référence à la distinction propriétaire/locataire à propos de la façon dont les relations s’établissent entre habitants et une proportion identique, parfois les mêmes, disent qu’il n’y a pas de différence.

  • 24 J. Guibert, Les locataires de la Maison Radieuse, opinions et pratiques, LERSCO, Nantes, 1987.

102Il existe des réseaux de sociabilité liés à l’ancienneté de résidence. Or si les propriétaires sont plus stables que les locataires, il existe aussi, dans cet immeuble, des locataires présents depuis plus longtemps que certains nouveaux propriétaires. 42 % des locataires interrogés par Joël Guibert en 198724 habitaient la Maison Radieuse depuis plus de 10 ans alors qu’il s’agissait d’une période de forte rotation parmi les locataires en raison des travaux de rénovation des logements HLM.

103Même s’il existe quelques attitudes individuelles de ségrégation, l’organisation spatiale et sociale de la Maison Radieuse a résisté au fait qu’une coupure nette puisse s’établir autour de la distinction locataire/propriétaire.

« La population est mixée, il n’y a pas des rues de propriétaires ou des bouts de rues de propriétaires ou des bouts de rues de locataires. » Mme Auger.

104Depuis 1971, la société HLM est propriétaire majoritaire, la répartition entre propriétés individuelles et logements sociaux s’est rééquilibrée peu à peu en faveur des premières. Les propriétaires sont disséminés dans l’ensemble de l’immeuble, même si les rues situées en haut ont plus attiré les acquéreurs en raison de leur situation et de la taille des appartements. Pourtant, il serait faux de faire croire à un équilibre parfait, bien qu’elle soit diffuse, il y a quand même à l’intérieur de l’immeuble, une organisation sociale de la répartition spatiale.

« Non, je connais pas mal de monde […] beaucoup à la quatrième, entre la quatre, la cinq et la six. Les meilleures rues d’ailleurs. Je pense qu’on peut dire ça, au niveau de la fréquentation, c’est les rues les plus calmes. Il y a des rues mal famées, la deux n’est pas très bien… Elle n’est pas géniale la deux. » Mme Auger.

105Cette habitante propose un classement en différentes catégories qui permet de retrouver l’idée d’une différenciation en interne.

  • 25 P. H. Chombart de Lauwe, Famille et Habitation, t. 2, Un essai d’observation expérimentale, p. 256.

106D’après P-H. Chombart de Lauwe25 un processus de ségrégation a commencé dès le début dans les grands ensembles qu’il a étudiés : « Il semblerait que, selon un processus déjà observé dans d’autres cités, une lente ségrégation s’opère par le départ, puis l’arrivée, des familles de catégories socioprofessionnelles différentes. La Cité de la Plaine tendrait à devenir ouvrière [...] À la Maison Radieuse au contraire, le nombre des ouvriers diminuerait par rapport aux autres catégories socioprofessionnelles. Ce qui se produit à l’échelle des cités entières semble jouer également à l’intérieur de celles-ci. De fortes pressions s’exercent pour opérer une ségrégation par bâtiment ou par rue dans le cas de la cité Radieuse. » Donc, s’il y a un phénomène de ségrégation interne à l’immeuble, il serait amorcé dès la première phase de peuplement. Mais ce processus n’a pas pu aller jusqu’à son terme puisque la loi Chalandon est venu perturber le jeu social en imposant aux habitants de se déterminer comme acquéreur ou non de leur logement.

107Tous n’étaient pas en capacité financière d’acheter leur logement au moment imposé. Ceux qui avaient le plus de possibilité, les plus nantis, ont peut-être choisi alors la maison individuelle puisque le début des années soixante-dix est marqué par l’explosion du pavillonnaire comme modèle dominant de l’accession à la propriété. C’est à ce moment-là que s’est opéré véritablement un clivage entre les habitants, modifiant la cohésion du groupe initial. Tout d’abord entre ceux qui partent et ceux qui restent, et c’est seulement ces derniers qui nous intéressent ici. En restant, que ce soit sous le statut de locataire ou de propriétaire, ils ont œuvré pour maintenir et transmettre l’esprit qui existait au départ, l’unité qu’ils avaient vécue et, malgré les changements sociaux, leur fidélité à la Maison Radieuse a certainement contribué à faire de la vie sociale de cet immeuble ce qu’elle est aujourd’hui.

108Les habitants interrogés lors de notre enquête relatent majoritairement une réelle convivialité à la Maison Radieuse qu’ils identifient comme spécifique, et même les habitants aux relations limitées, distantes ou ségrégatives ne la renient pas. Les attitudes des habitants entre eux sont d’emblée inscrites dans ce climat a priori positif et communicatif, cependant il convient de nuancer et de montrer que la Maison Radieuse n’est pas un îlot coupé des réalités sociales même si les évolutions sociales, les problèmes sociaux n’ont pas réussi à dénaturer complètement le projet initial.

109Cette cohabitation réussie et plus harmonieuse qu’ailleurs se donne à lire et s’explique peut-être parce que le projet dans son ensemble c’est-à-dire à la fois architectural et social, a été et est toujours défendu par les acteurs sociaux, dont les habitants et en particulier par ceux qui sont regroupés au sein de l’association des habitants. Le contexte socio-économique a changé, la population a changé, tout le monde n’est pas également investi dans la vie collective, associative, mais il reste dans les relations quotidiennes entre les habitants une habitude, un esprit qui a été transmis et qui se manifeste à travers une ambiance propre « au Corbu ». La dynamique sociale d’une vie collective a traversé les décennies et a réussi à se maintenir y compris dans des moments de profonde restructuration. Il semble que l’histoire et les activités de l’Association des Habitants de la Maison Radieuse éclairent cette réalité.

L’ASSOCIATION DES HABITANTS DE LA MAISON RADIEUSE

110Les associations formalisent et construisent du lien social. Les travaux de recherche en sciences sociales qui se sont multipliés autour de la célébration du centenaire de la loi 1901 l’ont largement montré. Et le tissu associatif apparaît aujourd’hui toujours dynamique, même si certains déplorent la montée de l’individualisme et la fin de la vie collective. D’une très grande diversité, les associations couvrent une multitude d’aspects de la vie sociale en s’adaptant aux évolutions sociétales : loisirs, culture, sport, éducation, santé, environnement, consommation, cadre de vie, usagers… C’est par des associations ou des comités de quartier, par exemple, que les habitants se saisissent de toutes sortes de problèmes relatifs à leur lieu de résidence, du raccordement au tout-à-l’égout au bus de nuit qui ne vient pas jusqu’à chez eux…

111L’Association des Habitants de la Maison Radieuse (AHMR) participe de cette logique et son histoire et sa raison d’être sont étroitement liées à l’immeuble. Si la Maison Radieuse est un village, alors une association, l’AHMR, en est l’âme collective. Cette particularité est d’autant plus remarquable que les quatre autres unités d’habitation de grandeur conforme de Le Corbusier ont aussi leur association. Toutes ces associations fonctionnement depuis longtemps en réseau d’échanges et de solidarité pour défendre l’intégrité de leurs immeubles. Leurs membres s’invitent, s’hébergent mutuellement autour des événements célébrant l’œuvre de Le Corbusier. Une fédération regroupant les associations de Marseille, Briey-la-Forêt, Firminy, Rezé et Berlin est en gestation.

112Ces associations existent parce que ces immeubles existent et elles se fédèrent sur un point commun essentiel, l’aspect patrimonial des unités. Mais elles ont chacune leur histoire et leur spécificité imbriquée avec l’histoire de leur propre immeuble implanté dans un environnement local particulier. Leur spécificité tient aussi à la composition sociale de l’unité et, dans l’immeuble, à la fraction d’habitants qui s’y investit marquant les sociabilités collectives d’une orientation ou d’une autre en fonction des périodes.

113À Rezé, l’association des habitants est née lorsque que l’immeuble sortait de terre. Avant même d’y habiter, les locataires-coopérateurs qui avaient réservé leur futur logement se réunissaient et commençaient à construire leur future vie collective ! Les premiers habitants se sont complètement approprié le projet, au point de souhaiter un fonctionnement indépendant de la Maison Familiale, la société coopérative privée d’habitations à loyer modéré, qui a porté le projet. Comment expliquer un tel engouement ? Il semblerait que le projet Le Corbusier rencontrait ici un terreau, un tissu social favorable. Différents éléments du contexte social et local nantais dans lequel s’inscrit le projet de l’unité d’habitation de Nantes-Rezé, permettent d’éclairer cette particularité.

  • 26 J. -P. Le Goff, mai 1968, l’héritage impossible, éd. La Découverte & Syros, Paris, 1998, 2002, p. 2 (...)

114Dans les années soixante-dix, le modèle de location coopérative flirte avec celui de l’autogestion. La naissance de la société coopérative « Maison Radieuse » s’inscrit certainement dans l’ensemble du mouvement social de ce temps, porté dans l’Ouest de la France par les courants humanistes et chrétiens26 et prédisposant les habitants à cette action collective. Les pratiques sont virulentes avec des engagements dans des rapports de force qui construisent des liens intenses, en particulier dans l’action. La loi Chalandon en 1971 donne un coup d’arrêt brutal au développement de ce modèle qui, après un temps de résistance, finira par s’effriter au milieu des années soixante-dix.

115L’association s’adapte. Elle se replie sur les activités d’animation et parvient à les maintenir malgré un recul de l’engagement des habitants. De nouveaux habitants arrivent, marqués par un contexte où le chômage est de plus en plus prégnant. L’association tente de répondre et d’encadrer ces changements sociaux et leurs effets dans l’immeuble. D’autres interlocuteurs, le syndic de co-propriété, Loire-Atlantique-Habitation, des associations de locataires, entrent en scène et participent à la construction de la vie collective, à la gestion de l’immeuble. Entre effritement et diversification des sociabilités, nous verrons comment la vie collective organisée au sein de l’immeuble se transforme.

Des habitants militants

116Pour comprendre la constitution de cette association, sa composition sociale et son évolution, il faut la situer dans le contexte global de son environnement politique, économique et social, à la fois national et local, pour expliquer ce qui se passe à ce niveau micro-social.

117Comme on l’a vu dans le chapitre I, le projet d’unité de grandeur conforme est porté à Rezé par une petite société d’habitat social, la Maison Familiale. Le projet de cette construction est soutenu par des organismes sociaux comme la Caisse d’Allocation Familiale (CAF) qui donnent d’emblée au projet une coloration sociale particulière. Ces organismes sociaux sont gérés par des administrateurs issus d’organisations représentatives des employeurs et du mouvement ouvrier parmi lesquelles des catholiques qui vont jouer un rôle important dans la vie locale, voire nationale.

  • 27 G. Noiriel, Les ouvriers dans la société française, XIX-XXe siècle, éd. du Seuil, Paris, 1986, p. 1 (...)

118Le monde ouvrier dans l’immédiat après-guerre est en effet partie prenante de la reconstruction de la France, tant au niveau matériel, avec la remise en marche de l’ensemble de l’appareil productif, qu’au niveau social. « D’ailleurs, les travailleurs de la grande industrie sont portés aux nues pendant les années de reconstruction, parce que le pays a besoin d’eux pour se remettre du cyclone. Et c’est pourquoi on leur accorde nombre d’avantages “statut des mineurs et des dockers, sécurité sociale, etc.27”. ». Les syndicats créeront ou consolideront les organismes sociaux, publics ou parapublics, dont la CAF fait partie, et participeront à la reconstruction sociale à travers leur gestion paritaire.

  • 28 N. Roux, Sociologie du monde politique d’ouvriers de l’Ouest, éd. L’Harmattan, Paris, 2002.

119Le mouvement syndical nantais offre une certaine pluralité de forces en présence. Nantes est une ville ouvrière située au cœur d’une région à la fois agricole et industrielle, plutôt conservatrice. Sur ce territoire se juxtaposent des mondes ouvriers, les uns ruraux, encore ouvriers-paysans et les autres urbains, ouvriers de l’industrie lourde. Lors de la phase d’exode rurale des années 50-60, les premiers vont venir renforcer les rangs des seconds et tous vont cohabiter dans la ville. Les uns, enracinés en ville, sont marqués par une socialisation ouvrière, voire de classe, et les autres, immigrants, ont reçu une éducation catholique. Dans ce contexte ouvrier, la CFTC trouve une audience significative dans de nombreuses entreprises nantaises. Ce monde ouvrier nantais caractérisé par sa diversité sociale et syndicale28 va se retrouver dans les organismes sociaux paritaires.

  • 29 J. Ancelin, L’action sociale familiale et les caisses d’Allocations familiales. Un siècle d’histoir (...)
  • 30 A. Bovar, Emile Decré, un grand commerçant chrétien, éd. Siloé-Kerdoé, Paris, 2003.
  • 31 P. Saddy, « Le père de la Maison Radieuse », entretien avec Gabriel Chéreau, Revue 303, revue de la (...)

120La Caisse d’Allocation Familiale29 est donc un de ces organismes sociaux à gestion paritaire qui contribue à la reconstruction sociale. Elle est chargée de tout ce qui concerne les aides sociales aux familles et la qualité de leur hébergement fait partie de ses prérogatives. Localement, outre la CGT et la CGT-FO, la CFTC y occupe une place non négligeable. On y trouve également des représentants des employeurs, comme Émile Decré30 et aussi Gabriel Chéreau, avocat nantais spécialiste du droit maritime et avocat de Le Corbusier31.

  • 32 Entretien réalisé le 10 octobre 2003 avec Jacques Gauducheau.
  • 33 H. Puel, Économie et humanisme dans le mouvement de la modernité, Paris, 2004.
  • 34 Le Corbusier est lui aussi proche des dominicains, il réalisera pour eux le couvent de la Tourette, (...)

121Dans un contexte de pénurie de logements, pour mieux orienter son action, la commission logement de la CAF commande un diagnostic et contacte un cabinet d’étude créé par Jacques Gauducheau32 qui deviendra par la suite directeur de la Maison Familiale. Jacques Gauducheau remet un rapport où il préconise comme solution pour répondre aux besoins de logements, la formule coopérative qui lui est inspirée par les formations qu’il a suivies auprès du mouvement Économie et humanisme33 fondé en 1942 par le dominicain, Louis Joseph Lebret (1897-1966)34. Lors de son diagnostic, Jacques Gauducheau a repéré un organisme possible pour porter le projet coopératif : la Maison Familiale (MF).

122La Maison Familiale est une Société Coopérative Privée d’Habitations à loyer Modéré, fondée en 1911. Son conseil d’administration est composé des représentants au titre de la Caisse d’Allocation Familiale des employeurs, des travailleurs indépendants, des salariés appartenant aux trois centrales syndicales et aux associations familiales. Cette ancienne structure « endormie » a pour but de « favoriser par les moyens les plus divers l’accession à la propriété de leurs logements par les travailleurs de Loire-Inférieure ». Elle sera réactivée par les militants de la CFTC. Pour le projet de l’unité d’habitation de grandeur conforme, la CAF y délèguera plusieurs administrateurs dont Maître Chéreau.

123Dans cette ville de l’Ouest de la France marquée par son attachement religieux, des catholiques engagés, que ce soit au niveau du syndicalisme ouvrier chrétien ou des décideurs provenant de la branche humaniste et progressiste de ce milieu, ont créé le projet de location coopérative de l’unité d’habitation de Nantes-Rezé pour « loger les travailleurs » en s’appuyant sur les organismes sociaux où ils étaient représentés. Ce projet a rencontré celui de Le Corbusier, Gabriel Chéreau a fait le lien comme on l’a vu au premier chapitre, mais déjà un ensemble de conditions, de concordances étaient réunies pour que la rencontre ait lieu.

124Au-delà des décideurs, il fallait aussi que le projet rencontre les habitants, c’est-à-dire les persuade de l’intérêt de s’y investir et d’y consacrer un apport financier. Dès 1952, le document d’appel ou de promotion de l’unité d’habitation est diffusé par la Maison Familiale et s’adresse aux particuliers, dont les allocataires de la CAF qui bénéficient de conditions particulières, et aux employeurs. La société coopérative doit trouver 15 % du montant global du projet, l’État ne le finançant qu’à hauteur de 85 %. La MF incite donc le plus tôt possible de futurs sociétaires à réserver leur logement. Ce document a vraisemblablement été relayé par les différents membres du conseil d’administration de la MF auprès de leurs organisations respectives, les syndicats et les associations familiales, dont certaines participent au mouvement catholique. La CAF qui est, elle aussi, partie prenante du projet, l’a relayé auprès de ses administrateurs, dont les représentants du mouvement ouvrier nantais, et de ses allocataires.

  • 35 B. Bretonnière, F. Colson et J-C. Lebossé, Bernard Tharreau, militant paysan, éd. de l’Atelier, Par (...)

125Par ce mode de diffusion et de promotion, par son contenu, « l’accès progressif à la propriété coopérative de son logement », l’appel a pu toucher nombre de candidats au logement appartenant aux divers réseaux militants. Ainsi une partie des futurs habitants qui a pu s’approprier ce projet évolue dans un univers social sous influence du mouvement ouvrier catholique local incarné par des figures emblématiques comme Gilbert Declercq (1920-2004) pour les ouvriers, et Bernard Lambert (1931-1984) pour les paysans-travailleurs. Eux-mêmes sont issus des mouvements de jeunesse catholiques, JOC et JAC (Jeunesse Ouvrière Chrétienne et Jeunesse Agricole Chrétienne) qui ont socialisé nombre de jeunes ouvriers et paysans, qui relaient ensuite l’idéal d’un humanisme et d’un progressisme social à travers leur engagement syndical. Dans ce mouvement, le pragmatisme social est le moteur de l’action. Et le projet de location-coopérative de logements fait écho au modèle d’organisation de la société qu’ils préconisent dans les secteurs de production. Ces ouvriers et ces paysans défendent toutes les formes d’auto-organisation collective du travail, et par conséquent les logiques coopératives, que ce soit dans les secteurs de production secondaire ou primaire (comme la coopérative agricole la CANA d’Ancenis)35 qui se développent en Loire-Atlantique. Le modèle coopératif diffusé et expérimenté, lors de cette période, est porté par des univers sociaux où le syndicalisme prime sur le politique, où le pragmatisme social prime sur l’économique.

  • 36 J. Ancelin, L’action sociale familiale et les caisses d’Allocations familiales. Un siècle d’histoir (...)

126Ainsi, il est probable qu’une partie des futurs habitants de l’unité d’habitation proviennent de cet univers du mouvement ouvrier local et, parmi eux, de la frange supérieure qui a la capacité de fournir un apport financier initial. D’après J. Ancelin36, la politique de la CAF à l’époque ne s’adresse pas aux moins nantis et favorise l’accession à la propriété : « Ainsi, au cours des décennies suivant la fin de la guerre, le champ de compétence des CAF s’étend considérablement. Affectée principalement à l’accession à la propriété, l’aide au logement est considérée comme facteur de promotion sociale. Elle représente, en 1957, le tiers des dépenses des caisses ».

  • 37 P. Bataille, D. Pinson, Rezé évolution et réhabilitation, Maison Radieuse, Plan Construction et Arc (...)
  • 38 Archives non classées, non inventoriées du syndic de co-propriété.

127Les premiers habitants qui entrent le 15 mars 1955 ont donc un profil d’ouvriers et surtout d’employés, voire de fonctionnaires, plutôt qualifiés, bénéficiant d’un statut stable. « Si l’immeuble contient un tissu social populaire, c’est malgré tout dans le haut du panier qu’il recrute37. » Sur le plan d’attribution des logements, consulté dans les archives du syndic de co-propriété38, en plus des noms des habitants figurent des mentions comme « Decré », « PTT » montrant que des employeurs ont répondu à la proposition de la MF. Les premiers occupants de la Maison Radieuse constituent une population socialement homogène, dans laquelle des militants proches des organisations collectives, syndicats et associations, sont présents. Ils sont tous convaincus par l’idée de coopérative comme modèle alternatif d’accession à la propriété étant donné leurs moyens. Tous ces éléments permettent de supposer qu’ils sont prêts à recevoir le projet tel qu’il est porté et conçu, prêts à se l’approprier et prêts à l’investir, au moins dans sa dimension de gestion collective.

  • 39 L’association dispose d’un fond d’archives non inventorié. Une lecture de l’ensemble des documents (...)

128Et l’on voit en effet que les locataires-coopérateurs se sentent concernés par leur futur logis. Dès l’hiver 54, quelques futurs habitants se réunissaient « pour étudier les problèmes pratiques de la future collectivité39 ». Très vite, ils se « mêlent » de tout un ensemble de problèmes, que ce soit des questions techniques liées à la réalisation de cet immeuble, des questions de gestion ou de l’animation de la vie collective et ils tiennent à ce que l’on prenne en compte leur point de vue. De façon plus ou moins formelle, ils rencontrent les architectes de l’atelier et les gestionnaires de la Maison Familiale.

129Ces premiers contacts constituent l’embryon du regroupement des habitants, mais il faudra attendre qu’ils emménagent pour que l’organisation se dote de statuts. À peine trois semaines après l’emménagement des premiers habitants, une première équipe constitue un bureau provisoire. L’ordre du jour comprend des questions aussi diverses que : « transport public avec Nantes, laverie, aménagement du parc, protection de l’étang, programme de l’inauguration fixé au 29 juin, nom de l’immeuble, lavage des vitres, concierge-réceptionniste ». Cette première liste permet de mesurer l’étendue des questions qui intéressent collectivement les habitants et qui se révèlent être des préoccupations prises en compte par Le Corbusier dans la conception de son projet.

130Par exemple, en ce qui concerne le désenclavement de l’immeuble par rapport au transport urbain, l’urbaniste Le Corbusier concevait des dessertes de transport collectif pour ses « cités radieuses ». L’argumentaire de promotion de l’unité d’habitation indique que « Le centre de Nantes est à moins de 10 minutes d’autobus ». Dans la réalité, les habitants devront se mobiliser pour obtenir d’être reliés à Nantes avec des cadences suffisantes.

131Pour ce qui est du développement des services internes, si un certain nombre de services sont prévus par le projet de l’architecte, ils ne sont pas encore tous organisés. La société coopérative MF en a programmé quelques-uns autour de la gestion et de l’entretien de l’immeuble, mais un certain nombre de demandes des habitants seront laissées à l’initiative et à la charge de la future association.

132Dans l’attention que les habitants portent à la qualité des espaces communs extérieurs, on reconnaît la conception de l’architecte. Le pied de l’immeuble ressemble encore à une sorte de terrain vague d’après chantier, mais très vite les habitants vont avoir toutes sortes de projets pour l’aménager et le vivre comme espace de respiration.

133Enfin ce groupe d’habitants préparent l’inauguration et la fête qui y sera associée durant laquelle, en présence de Le Corbusier, on baptisera l’immeuble « Maison Radieuse » sur proposition des habitants totalement approuvés par le concepteur. Par cette manifestation, les habitants montrent combien ils se sont appropriés le projet qui leur permet d’accéder à un confort enviable.

134Tous les ingrédients de la future vie collective sont là. Les habitants vont sans cesse solliciter la Maison Familiale sur toutes sortes de problèmes. L’association dispose des premiers cahiers de réunions qui ont gardé la trace de ces rencontres et des discussions engagées avec le maître d’ouvrage souvent représenté au départ par son directeur M. Gauducheau et son conseiller Maître Chéreau. L’ordre du jour d’une de ces réunions propose par exemple : « gestion de l’immeuble : le rapport entre l’association des habitants et la Maison Familiale, charges locatives, visites organisées et inauguration du 2 juillet ». Avant même la création de l’association, se pose la question de la co-gestion entre les habitants et la MF.

135Avant même de l’habiter, les habitants s’approprient collectivement le projet Le Corbusier réalisé par la Maison Familiale. Le statut de location coopérative et le profil social des habitants contribuent à cette entente entre l’unité d’habitation et ceux qui vont y vivre. Le projet de la Maison Familiale qui consiste à faire de l’habitat social de qualité et du collectif plutôt que de l’individuel correspond à ce que préconise Le Corbusier. L’aspect location-coopérative répond à une aspiration dans une frange de la population qui se laisse aussi convaincre par la qualité proposée. Finalement cette population va collectivement s’approprier l’immeuble dans toutes ses dimensions et en faire sa « Maison Radieuse ».

136L’Assemblée Générale constitutive de l’association se tiendra le 25 juin 1955. Après l’inauguration en juillet, parmi ses premières activités, figure l’organisation d’une fête les 1 er et 2 octobre 1955 au profit des « lock-outés » des grèves des « métallos » de l’été précédent. Les habitants militants provenant de différents horizons dont le mouvement ouvrier et/ou le mouvement catholique, qui participent à l’animation de la vie collective de l’immeuble sont bien là. Ils vont y insuffler un esprit qui pourrait se caractériser par un ensemble de termes comme solidarité, entraide, conscience collective, identité de classe, et donnant suite à la coopérative, l’autogestion qui va marquer l’ensemble de la vie sociale de l’immeuble jusque dans les années soixante-dix.

La gestion de la Maison Radieuse par l’Association

137Au sein de l’activité de l’association, de son organisation et de ses choix se trouvent disséminés tout un ensemble d’indices qui permettent de comprendre la manière dont les habitants militants ont investi la vie collective. La première période de la vie associative a donné une coloration particulière à la vie collective dans l’immeuble. Cette vie sociale organisée est consignée dans des cahiers de comptes-rendus qui contiennent les traces de leurs débats, de leurs arbitrages, de leurs projets, réalisés ou non, et de leurs difficultés à résoudre tel ou tel problème.

138Avant d’entrer dans les détails de leurs diverses activités, il nous faut comprendre l’organisation de l’association et sa mobilisation autour d’une activité essentielle pour ces locataires-coopérateurs, la gestion de l’immeuble, pour appréhender comment s’est forgée l’identité collective « des Corbus ».

139Plus de quatre-vingts habitants étaient présents à l’Assemblée Générale constitutive qui s’est déroulée quatre mois après les premiers emménagements. Dix-sept candidats se présentaient au Conseil d’Administration pour neuf postes. Six des neuf membres du bureau provisoire sont officiellement élus, mais ils ne sont pas tous plébiscités, deux ne recueillent qu’un tiers des voix. Trois « nouveaux » dont une femme viennent les rejoindre. Ces quelques données reflétant la participation à la vie associative des premiers habitants montrent qu’une dynamique est en marche. Dès le départ, les ordres du jour des réunions de bureau et de CA confirment la logique de lancement de l’association et soulignent l’enjeu de ses relations et de son positionnement par rapport à la Maison Familiale. Une des tâches de cette première équipe sera donc de définir son rôle au sein de l’immeuble et de créer le cadre de fonctionnement de l’association.

140Devant l’essor des initiatives et des demandes des habitants, lors d’une réunion de bureau le 5 septembre 1955, le CA formalise la création de cinq comités : le comité des fêtes, le comité d’entraide, le comité de plein air, le comité « art et vie » et le comité de gestion. Chacun est chargé d’assurer et de gérer l’encadrement de ses propres activités. Le rapport moral, établi pour l’AG du 15 juin 1956, entérine cette organisation et regroupe les diverses activités sous ces intitulés. Le comité d’entraide s’occupe de l’aspect social et solidaire, prêt d’honneur ou de secours, aide pour trouver un emploi. Le comité des fêtes, comme son nom l’indique, s’occupe de cet aspect mais aussi, déjà, des visites de l’immeuble. Le comité de plein air se charge du parc et des activités sportives. Le comité « art et vie » regroupe tous les clubs d’animation socioculturelle, bibliothèque, musique, conférences, chorale, disques… L’association compte alors 241 inscrits et ils seront 174 à participer à la deuxième Assemblée Générale et par conséquent à l’élection du nouveau Conseil d’Administration qui reconduira quatre des anciens membres. La précédente équipe n’est pas désavouée, les statuts prévoient en effet un renouvellement par tiers chaque année. Au fur et à mesure de leur arrivée et de leur installation, presque tous les habitants se trouvent en contact avec l’association, et ils répondent massivement et positivement pour y prendre part.

141Une nouvelle année de fonctionnement conduit les membres du CA à faire le constat qu’ils sont encore débordés par l’hyper-activité des comités dont ils n’arrivent plus à suivre les orientations, les prises de décision. Ils s’accordent sur le fait qu’il convient de renforcer le CA. À l’AG suivante en 1957, ils proposent une modification des statuts de l’association qui permet de composer un CA de quinze membres ainsi répartis : cinq du comité de gestion, trois du comité d’entraide, deux du comité « art et vie », deux du comité plein air et trois suppléants. Le but affiché est de formaliser et de stabiliser les liens entre le CA et les comités. Vingt candidats se présentent, quinze seront élus par 95 votants sur 181 inscrits. L’euphorie de l’arrivée est un peu retombée, mais la participation reste importante.

142La nouvelle organisation du CA ne portera pas tout de suite ses fruits. En 1958, les comités atteignent un niveau de développement encore plus important et le CA de l’association se vit de plus en plus comme une fédération des comités, chaque comité prenant une autonomie de fonctionnement, voire de financement. Mais en même temps, la gestion par les utilisateurs eux-mêmes est souhaitée par l’association même si cela pose quelques problèmes : « les comités prenant des décisions sans en référer au bureau, le bureau ne peut plus se faire le relais auprès des autres comités » (Cahier de fonctionnement et de réunions, janvier 1958). Cette question sera récurrente encore une année puis disparaîtra des comptes-rendus. Non pas, parce que le CA aura réussi à centraliser les choses, mais parce qu’il adoptera le mode de fonctionnement que lui impose la pratique, parce que les membres du CA eux-mêmes répartis entre les comités joueront finalement assez bien le rôle de relais. Et puis une sorte de routine de fonctionnement s’instaure au fil des années, ainsi qu’un climat de confiance avec des habitants qui se connaissent de plus en plus entre eux.

143Les cinq premières années de vie collective au sein de l’association se caractérisent par un dynamisme de création des activités et une construction de la structure associative. Elle stabilisera son organisation avec des comités ayant un fonctionnement propre et un CA qui assure l’unité de l’association et la péréquation au niveau financier entre les comités, mais sans tenir un rôle de contrôle. En AG, les comités assument leur part du rapport moral et font état des ajustements nécessaires et de leurs nouvelles demandes.

144Le fonctionnement des comités est déterminé par le degré d’implication des habitants qui font preuve d’initiatives et prennent leurs responsabilités pour réaliser leurs projets. Les habitants ne sont pas dans la totale délégation au sein de l’organisation, ni dans la consommation du service offert par l’association. Les comités sont à la fois indépendants et liés à l’association car ils participent tous du même projet pour la Maison Radieuse. L’autonomie des comités est telle que le comité de gestion va pouvoir se détacher de l’association sans la remettre fondamentalement en cause. En se détachant, il prolonge de façon cohérente la même logique : conquérir l’autonomie des habitants par rapport à la Maison Familiale.

145Le problème de gestion occupera une place prépondérante au sein de l’association des habitants qui, du fait de leur statut de locataire-coopérateur, s’estiment directement concernés par toutes ces questions. Dès le 25 août 1955, le premier bureau de l’association envoie à la Maison Familiale une lettre au sujet de tous les problèmes restés en suspens : « éclairage extérieur, coupe-vent et aménagement du hall, gardiennage-réception, règlement d’accès au parc, règlement pour l’accès des fournisseurs d’alimentation, protection contre l’incendie, recette postale, laverie, droit de passage, visites, création de ligne d’autobus Nantes-Rezé ». Dans cette liste, des problèmes déjà évoqués précédemment sont encore à l’ordre du jour et ils le resteront jusqu’à ce que la question soit réglée ou que le projet soit abandonné. Tous les aspects évoqués concernent la vie en collectif, les espaces et les services communs. Le comité de gestion créé en même temps que les autres comités, a pour mission de « régler tous les problèmes de la vie quotidienne ». D’emblée cette mission représente une telle somme d’activités que l’association affecte cinq des membres de son CA à ce comité contre deux ou trois pour les autres.

146Cette mission est importante car les habitants s’adressent à l’association quand ils rencontrent telle ou telle difficulté puisqu'elle est sur place, elle regroupe presque tout le monde et elle est en lien avec la Maison Familiale. Les problèmes individuels ainsi collectés prennent une dimension collective. Et le poids du collectif est mis dans la balance pour obtenir gain de cause en particulier auprès de la Maison Familiale.

147La MF est présentée à la fois comme un interlocuteur et un allié. Par exemple, le premier rapport moral de l’association fait état des actions et des démarches communes à l'AHMR et la MF auprès des autorités compétentes pour obtenir une ligne d’autobus ou l’installation d’une recette postale. Dans ce rapport figure aussi la candidature des membres de l’AHMR comme administrateur de la MF puisqu’il s’agit d’un organisme paritaire, une société coopérative privée d’habitations à loyer modéré où les syndicats de salariés et les associations familiales sont représentés.

  • 40 P. Bataille, D. Pinson, Rezé évolution et réhabilitation, Maison Radieuse, Plan Construction et Arc (...)

148Les responsables de l’association des habitants entretiennent donc un rapport privilégié avec la MF et se perçoivent très rapidement comme co-gestionnaires de la Maison Radieuse. Mais au bout de 5 ans, l’AHMR exprime déjà le souhait d’être le seul « maître à bord ». Dans le rapport d’activité pour l’AG du 17 juin 1960, le rapport moral fait état sous la rubrique du « statut de la location coopérative » de « la demande de séparation de la Maison Familiale avec reconnaissance « du loyer d’équilibre » et le droit de bénéficier des conditions d’occupation des logements prévus pour la location attribution ». Ensuite toutes les années soixante sont jalonnées de réunions, voire de journées d’études permettant de comprendre la distinction entre location-attribution et location-coopérative. Quelques membres de l’AHMR participent au congrès des coopératives HLM de février 1963 et de janvier 1965 où l’esprit coopératif apparaît mis à mal par « la spéculation immobilière du modèle capitaliste ». En même temps, au bout de 10 ans, les habitants commencent à s’interroger sur « la rétribution de leur apport initial », sur « son amortissement par rapport au loyer d’équilibre ». Ils se rendent compte que tous les habitants ne sont pas dans la même situation : certains ont emprunté aux organismes sociaux pour faire leur apport, d’autres ont effectivement fait un apport personnel, certains ont bénéficié du logement par l’intermédiaire de leur employeur… Quelle part reviendrait aux uns et aux autres si les statuts changent ? Qui a fait un placement immobilier ? Qui s’enrichit ? Philippe Bataille et Daniel Pinson expliquent que, cette fois-là, la réforme législative servira la cause des habitants : « La réforme législative du statut de la coopération en 1965 et qui impose aux sociétés HLM, une situation juridique par activité, va indirectement satisfaire ce souhait en obligeant à la restructuration de la Société coopérative la “Maison Familiale”. En 1968, trois sociétés distinctes vont ainsi naître, même si elles continuent à former une même entité économique : la Société Anonyme HLM de location simple Loire-Atlantique-Habitation, la société coopérative de location attribution la “Maison Familiale”, et enfin la société coopérative de location-coopérative “la Maison Radieuse” uniquement composée comme son nom l’indique de l’unité d’habitation de grandeur conforme de Rezé40

  • 41 Texte d’exposé de G. Vittu, président de l'AHMR, 15 juin 1985.

149Les habitants les plus actifs sur cette question au sein de l’AHMR et membres du comité de gestion se retrouveront administrateurs de cette société coopérative. En même temps, l’association abandonne la fonction de gestion alors que tous les autres comités continuent à fonctionner. Neuf des onze administrateurs de la nouvelle société seront des habitants. « Nous sommes entre nous, rien qu’entre nous… Pour le meilleur et pour le pire ». (M. Vittu, discours des « 30 ans » en juin 198541).

150À partir de ce moment-là, tout ce qui figure dans les comptes-rendus de l’association est un peu moins précis sur cet aspect de la gestion de l’immeuble. Contrairement à ce que croyaient les administrateurs-habitants, leurs relations avec les autres habitants ne vont pas se simplifier. Deux tendances se dégagent : l’une où les habitants se plaignent toujours des gestionnaires et l’autre où ils soutiennent la coopérative. Auparavant, les habitants gestionnaires pouvaient faire valoir auprès des mécontents qu’ils n’étaient pas majoritaires au sein de la société Maison Familiale. À présent, ils doivent assumer pleinement toutes les décisions et les justifier dans l’intérêt de tous. Et quand il faut augmenter les loyers pour provisionner en prévision de futurs travaux, les locataires-coopérateurs ne sont pas toujours d’accord.

151Les nouveaux administrateurs de la Maison Radieuse n’auront pas le temps nécessaire pour faire leurs preuves et démontrer l’intérêt d’une coopérative autogérée. En effet, à peine l’autonomie de gestion est-elle conquise, que la loi Chalandon vient briser le rêve en interdisant ces pratiques coopératives. Plusieurs années de lutte et de procédures commencent alors et vont contribuer à construire l’identité de la coopérative qui n’a, en fait, été de plein exercice que sur deux années. Entre 1971 et 1974, la gestion par les habitants continue sous des formes dissidentes ou plutôt de résistance. L’assemblée générale de la société coopérative « Maison Radieuse » refuse de se saborder pour se conformer à la loi. La même loi impose en cas d’absence de décision la transformation en SA d’HLM à forme simple. Et c’est ce statut qui prendra effet le 23 mars 1972. Un conseil liquidateur de la société composé des anciens administrateurs va permettre de prolonger au maximum la vie de la société coopérative de la « Maison Radieuse » qui, après une mise en demeure de la Préfecture, lors d’une AG le 25 juin 1974 concrétise la transformation. Cette société finira par fusionner en 1976 avec Loire-Atlantique-Habitations (LAH). Pendant toute cette période, les habitants militants vont se battre, mais ne parviendront pas à maintenir cette organisation qui réalisait l’idée que l’on pouvait être propriétaire de son logement autrement qu’en propriété individuelle.

  • 42 Il y a LIP, mais aussi les ouvrières de CIP, Confection Industrielle du Pas-de-Calais, voir par exe (...)

152Ces six années de lutte unitaire et solidaire au sein de l’association vont laisser des traces dans la mémoire collective. Elles se déroulent dans la période de l’après-68, avec d’un côté un mouvement social actif qui se manifestent par des grèves qui prendront par la suite un caractère symbolique car les ouvriers et les ouvrières s’approprient les moyens de production42. En même temps, sur la scène politique, Valéry Giscard d’Estaing est élu, l’assemblée parlementaire rétablit un certain ordre dans les affaires sociales. La lutte des habitants et leur échec sont significatifs de ce contexte général. Ils auront vécu presque vingt ans de vie collective avec un même statut pour tous les habitants, une situation égalitaire, avec l’idée qu’on ne pouvait pas leur prendre, ou les priver de leur logis, que d’une certaine façon ils étaient enfin chez eux.

153Les locataires-coopérateurs ont poussé l’expérience de l’organisation coopérative jusqu’au bout, c’est-à-dire jusqu’à l’autonomie de gestion, en se dégageant de toutes formes de tutelle. La propriété individuelle était remise en cause comme modèle unique d’organisation sociale et pour autant ils ne faisaient pas la révolution.

  • 43 Le Corbusier, Vers une architecture, Flammarion, Paris, 1995, p. 236.

154Le Corbusier, pour d’autres raisons que les habitants, avait lui aussi une certaine aversion pour la propriété : « La vieille propriété est assise sur des héritages et elle ne rêve que d’inertie, que de ne rien changer, que de perpétuer le statu quo.[…] Sur le principe actuel de propriété, il est impossible d’établir un budget de construction qui tienne. Donc on ne bâtit pas. Mais si les modalités de propriété changeaient, et elles changent […] on pourrait bâtir, on serait enthousiaste à bâtir et on éviterait la révolution43

155L’association a contribué à construire vingt ans de vie collective, une vie dynamique, portée par un grand nombre d’habitants qui sont liés par un intérêt commun, par le projet de société auquel ils ont adhéré quand ils sont devenus locataires-coopérateurs. Cette unité, cette solidarité vont-t-elles complètement voler en éclats dans la suite ?

Changement de statut et évolution

156La fin des locataires-coopérateurs s’impose comme un moment charnière dans l’histoire de la Maison Radieuse et dans l’organisation de la vie collective. L’émergence d’une différence de statut entre les habitants va construire un nouveau paysage associatif, va modifier les relations entre les habitants, ainsi que leurs relations avec les structures de gestion.

157L’AHMR va traverser les trois dernières décennies avec des périodes plus ou moins actives, une plus ou moins grande reconnaissance de sa représentativité, des remises en cause plus ou moins virulentes par les autres habitants. Dans cet espace en recomposition sociale, l’association transmet la mémoire d’une histoire collective. Les habitants engagés dans la vie collective restent toujours présents, actifs. Ils continuent à tisser les liens d’une vie sociale commune et partagée, dans laquelle de nouveaux habitants peuvent s’engager à leur tour. Mais leur forme d’engagement et leurs projets sont probablement un peu différents, décalés par rapport à ceux de l’habitant-militant de la période antérieure, car le contexte social s’est profondément modifié.

  • 44 Intervention pour le 30e anniversaire de la Maison Radieuse de G. Vittu, 15 juin 1985, « préparé av (...)
  • 45 P. Bataille, D. Pinson, Rezé évolution et réhabilitation, Maison Radieuse, Plan Construction et Arc (...)
  • 46 Intervention pour le 30e anniversaire de la Maison Radieuse de G. Vittu, 15 juin 1985, « préparé av (...)
  • 47 J. Guibert, Les locataires de la Maison Radieuse, LERSCO, Nantes, 1987.

158Un des premiers effets importants du changement de statut sur la population de l’immeuble a été les départs. Entre 1957 et 1971, M. Robert et M. Vittu44 estimaient qu’il y avait une quinzaine de départs par an « pour des raisons familiales, professionnelles ou spéculataires ». Puis, c’est l’hémorragie à raison d’une quarantaine de départs par an entre 1972 et 1974, soit 134 familles, environ 45 % des familles de l’Unité d’Habitation partent. En 1974, les habitants d’origine toujours présents doivent se déterminer. Une minorité, soit 12 %, devient propriétaire, car même avec une revalorisation de leur apport initial, le capital restant à rembourser est lourd45. Et les autres choisissent, soit de partir tout de suite, soit de devenir locataires. Finalement, ces derniers partiront au fur et à mesure puisqu’en 1985, pour les 30 ans de la Maison Radieuse, M. Vittu a fait le recensement suivant : 33 appartements sont encore occupés par des habitants d’origine, et 8 appartements par la deuxième génération. « Ainsi 15 % des appartements de la Maison Radieuse sont actuellement occupés par les pionniers de la première heure… ou par leurs enfants. Ils représentent au total 8 à 10 % de la population de l’immeuble46. » Cela veut donc dire qu’encore un tiers des habitants de l’immeuble qui était là à l’origine est parti entre 75 et 85. On peut penser que ce sont ceux qui ont opté pour le statut de locataire qui partent. En 1976, 232 logements sont gérés par Loire-Atlantique-Habitation. Une enquête réalisée dix ans plus tard47 auprès de 140 des 230 locataires de LAH donne la répartition suivante : 27 % résident là depuis moins de deux ans, 15 % depuis deux à cinq ans, autant depuis cinq à dix ans et 42 % depuis dix ans et plus dont 25 % depuis plus de vingt ans. On peut supposer qu’il y a une sur-représentation de cette dernière tranche parmi les répondants à l’enquête. Même ramené à l’ensemble des locataires, cela représente encore 15 % des locataires qui ont emménagé avant la loi Chalandon. Donc les anciens toujours présents à la Maison Radieuse en 1985, se trouvent à la fois parmi les propriétaires et les locataires.

159Ces quelques chiffres suffisent à rendre compte de la complète déstructuration du tissu social qui s’était construit au cours des vingt premières années de vie collective. Une autre forme de vie sociale se recompose alors dans la Maison Radieuse avec une population plus hétérogène du point de vue du statut d’occupation du logement, de l’ancienneté de résidence, des générations et de l’appartenance sociale. Chacune de ses dimensions détermine des strates de sociabilité y compris au sein de l’association qui n’échappe pas au fait de voir bon nombre de ses membres partir sans être forcément renouvelés.

« Oui, et si vous voulez, avec le renouvellement, les générations qui partent, pendant longtemps, on a quand même fonctionné en équipe, des gens ont disparu, sont morts ou sont partis et le remplacement par des militants ne s’est pas forcément vraiment effectué et quand on se sent membre d’une équipe, la situation est différente. » Mme Boissay.

160Il y a une déperdition au niveau des adhésions d’une part, mais surtout au niveau des personnes effectivement actives. En 1969, 80 % des familles adhéraient à l’association. Elle a compté jusqu’à 265 adhérents, soit plus de 90 % des ménages dans la période précédente. Après 1971, les effectifs vont continuellement baisser pour atteindre 65 % des familles en 1981. Ils vont revenir à 77 % en 1984, pour retomber à 58 % en 1987 et osciller à présent au-dessous de 50 %. Au moment de notre enquête, les témoignages concordent pour dire que sur 290 familles, une quarantaine participent aux activités, et que le nombre de familles adhérentes est trois fois supérieur, soit 45 % des ménages. Mais en 2004, comme en 1984, on constate un regain d’adhésions et de participation. Après le trentenaire, le cinquantenaire mobilise à nouveau les habitants.

161Une autre mesure peut s’effectuer à partir du niveau de participation aux Assemblées Générales annuelles. En 1963, ils n’étaient déjà plus que 40 participants à l’AG. Jusque dans les années soixante-dix, ce rassemblement annuel se réduit de plus en plus aux seuls membres très actifs de l’association. Après la rupture de 71, le nombre des militants actifs présents aux AG va encore se réduire, jusqu’à seulement 15 en 1980, soit les membres du CA et les principaux responsables de clubs. Depuis, les comptes-rendus font apparaître une oscillation entre une douzaine et une trentaine de personnes, en fonction de regains d’activité, et autour d’événements comme le trentenaire en 1985 et le cinquantenaire en 2005.

162Ces données permettent de rendre compte d’une mutation importante de la population de la Maison Radieuse. Pour plus des trois quarts, ce ne sont pas les mêmes personnes. Ils n’arrivent pas à la Maison Radieuse dans les mêmes conditions que les précédents. Ils ne peuvent pas reproduire et reconstruire le même tissu social, y compris au sein de l’association.

163Ce qui se passe autour de la gestion est significatif de ce changement. À chaque statut d’occupation du logement correspond maintenant un interlocuteur différent. Les propriétaires s’adressent au syndic de co-propriété où ils ont élu leur représentant au conseil syndical lors d’une assemblée générale annuelle. LAH est le propriétaire majoritaire qui gère. Les locataires s’adressent à LAH, la société HLM. D’une certain façon LAH est le gestionnaire incontournable en tant que propriétaire majoritaire et en tant que logeur. Une certaine confusion s’installe dans l’esprit des habitants qui perdure jusque dans les années quatre-vingt. L’ensemble des habitants cherche de nouveaux repères que ce soit les uns par rapport aux autres, ou par rapport aux différentes structures et organisations qui régissent la vie de l’immeuble : LAH, le syndic et l’AHMR. Cette dernière est prise à partie car, dans la période précédente, elle a été impliquée dans la gestion de la vie de l’immeuble. Les comptes-rendus trouvés dans les archives de l’association des habitants reflètent bien ce flottement. Un extrait du rapport d’orientation de l’association de janvier 1982 donne le ton : « Les habitants assimilent le fonctionnement de l’immeuble à celui de l’association, d’où une détérioration des relations entre les habitants quand certains services fonctionnement mal (ascenseur, chauffage…). La vie collective n’est plus respectée, il y a plus de bruit, un laisser-aller aux vide-ordures, plus de salissures des parties communes, le personnel est de plus en plus méprisé et mal considéré. Qui gère l’immeuble ? Comment les habitants peuvent-ils trouver des solutions à leurs problèmes ? Peut-il y avoir un fonctionnement démocratique ? Comment ? Où est le pouvoir de décision ? Qui représente qui ?»

164Cet extrait concentre toutes les dimensions du mal-être vécu par les membres de l’AHMR que l’on retrouve de façon récurrente dans la plupart des comptes-rendus de l’époque. Une des dimensions abordées est la détérioration des comportements pour tout ce qui concerne la vie en commun. Dans ces années-là, la majorité des anciens habitants se retrouvent encore au sein de l’association et y sont plus actifs que les autres. Ils reviennent sans cesse sur le constat qu’avant, le statut de locataire-coopérateur avait pour effet que les espaces communs étaient considérés par les habitants comme faisant partie de chez eux. Or les trois quarts de la population ont changé en 10 ans. Les nouveaux habitants ont un autre rapport à l’immeuble. De plus, dans les années quatre-vingt, les personnes logées par les bailleurs sociaux se sont paupérisées. Une sorte de tension sociale s’instaure entre les habitants. Mais la difficulté des relations des membres de l’association avec les autres habitants ne relève pas que de cette dimension sociale. En tant que représentants de l’association, ils sont interpellés, un peu comme les administrateurs-habitants de la société Maison Radieuse pouvaient l’être auparavant. La société n’existe plus. Qui doit-on interpeller sur place quand quelque chose ne va pas ? Les propriétaires élus au conseil de syndic ? La question de la représentation est posée. Les membres de l’AHMR sont pris à partie sur place, se demandent même à qui ils doivent s’adresser pour être entendus au nom de tous les habitants. Cette difficulté n’est jamais apparue dans la période précédente. La MF, puis la société coopérative Maison Radieuse, semblaient plus en lien direct avec les habitants et leur association.

165Après 1971, l’AHMR continue de penser qu’elle peut représenter tous les habitants sans distinction de statut. Pourtant, en 1979, l’association est confrontée à la demande d’une création de commission de locataires. Elle n’y donne pas suite car l’AHMR « pour qu’elle puisse fonctionner doit être indépendante de tout le reste », c’est-à-dire du syndic de co-propriété et de Loire-Atlantique-Habitation. Or une commission de locataires risque de se spécialiser dans la défense des intérêts des locataires contre leur bailleur et donc d’orienter la position de l’association. Quelques années après, à l’AG de l’association du 15 janvier 1981, figure à l’ordre du jour une discussion sur la création d’une association de locataires dont on se demande si elle sera concurrente de l’AHMR. L’association n’ayant pas répondu à la demande des locataires, ceux-ci se tournent vers d’autres organisations représentatives au niveau national et chargées de défendre leur intérêt. En janvier 1982, le CA de l’association étudie une demande émanant de LAH pour attribuer une salle de réunion aux locataires de la Confédération Syndicale des Familles (CSF). L’association donne son accord et formule qu’elle se tient à « leur disposition pour chercher en commun à résoudre ou à défendre des problèmes pratiques ». Dans le même mois, un compte-rendu de réunion signale la rencontre de l’AHMR avec Confédération Syndicale du Cadre de Vie (CSCV). Toutes les discussions concernent la défense des locataires, la qualité ou non de l’entretien de leur logement, les loyers, etc. En 1983, le CA de l’association reprend les discussions autour de l’opportunité ou non de créer une section des locataires en raison des dispositions de la loi Quillot visant à assurer une meilleure représentation et défense des locataires face aux bailleurs. L’extrait du rapport d’orientation de l’AG du 18 mars 1983 précise : « La loi Quillot régit les rapports entre locataires et propriétaires. Or l’AHMR n’est pas une association de locataires exclusivement. Faut-il faire le choix entre une association de locataires ou une association de plusieurs catégories d’habitants ?» Le CA fait la proposition d’un projet de modification des statuts de l’association afin d’y faire apparaître le terme de « locataire » qui permettrait d’entrer dans les dispositions de la loi Quillot et donc ferait de l’AHMR un interlocuteur possible, parmi les autres, sur le dossier des relations des locataires avec LAH. Cette modification s’impose d’autant plus que la concurrence associative s’est installée dans l’immeuble. L’association ne veut pas se voir exclue des débats qui vont concerner la majorité des habitants de la Maison Radieuse.

  • 48 P. Bataille, D. Pinson, Rezé évolution et réhabilitation, la Maison Radieuse, juin 1990, Plan const (...)
  • 49 Si l’AHMR avait plutôt bien accueilli la CSF à la demande de LAH quelques années auparavant quand, (...)
  • 50 Presse Océan, 21 janvier 1988.

166Cette nécessité pour les locataires de faire entendre collectivement leur voix s’impose au moment du programme de réhabilitation des logements de LAH en 198548. Une partie des locataires s’est tournée vers la Confédération Nationale du Logement (CNL) car les autres structures ne s’engagent pas avec suffisamment d’élan dans la défense des locataires. Philippe Bataille et Daniel Pinson relèvent que « parmi les trois instances collectives existantes à la Maison Radieuse, la CNL forte de l’adhésion ou du soutien circonstanciel d’un nombre important d’habitants va en effet mener une autre campagne d’opposition au projet de réhabilitation, la CSF demeurant dès lors dans l’ombre et l’AHMR se contentant d’une présence continue mais circonspecte49 ». Dans une note, les auteurs précisent « La CNL d’implantation plus récente à la Maison Radieuse était avant les travaux moins représentative que la CSF. Ces deux structures syndicales ne sont jamais parvenues à s’entendre sur une action commune ». D’après les auteurs, malgré la politique de concertation des locataires, malgré des réunions d’explication sur la prise en charge de l’augmentation des loyers par les allocations, la CNL proteste. Certains locataires refusent de signer le nouveau contrat de location et menacent de faire la grève des loyers50.

167Au début des années quatre-vingt, le paysage de la vie collective a changé. Le front unitaire des habitants qui était regroupés au sein de l’association, unique structure collective présente dans l’immeuble jusque-là, s’est lézardé. L’association doit peu à peu prendre en compte la réalité des divergences de statuts des habitants qui conditionnent leur rapport à l’immeuble et à sa gestion. Lorsque les travaux engagent un effort financier de la part des propriétaires ou des locataires, il n’est pas vécu de la même façon. Pour les premiers, même si cela nécessite pour eux de faire des emprunts, il contribue à la valorisation de leur patrimoine immobilier. Pour les locataires, le niveau de qualité obtenu par rapport à ce que cela leur coûte n’est pas satisfaisant. Pour eux, ce n’est pas un investissement. Il y a un conflit d’intérêt entre les deux statuts, ce qui explique sûrement la difficulté de l’association à prendre fait et cause pour les locataires. Même si la rénovation entraîne une augmentation des loyers, les travaux s’avèrent nécessaires, ils revalorisent l’immeuble comme patrimoine immobilier mais aussi du point de vue de son image sociale et de son peuplement.

  • 51 Philippe Bataille, Daniel Pinson, Rezé évolution et réhabilitation, Maison Radieuse, Plan Construct (...)

168La dégradation du climat social entre les habitants préoccupe autant l’association que LAH et le conseil syndical. Cette campagne de réhabilitation sera l’occasion pour LAH d’infléchir sa politique de peuplement. Pendant toute la période des travaux, les locataires qui partent ne sont pas remplacés. Une trentaine de logements sont vacants. À la fin du chantier, une réflexion et une démarche sont préconisées pour prendre en compte des critères qui permettraient « l’harmonisation des vies sociales ». Cette démarche ne sera pas mise en œuvre. Mais comme le soulignent Philippe Bataille et Daniel Pinson : « Cependant non aboutie pratiquement, il en demeure sans doute la trace d’une attitude différente chez le Maître d’ouvrage, lisible dans son refus d’une politique de remplissage à tout prix, et dans la façon dont la connaissance statistique se double, chez ses agents plus particulièrement chargés de la Maison Radieuse, d’une approche intuitive et personnalisée51

169Il apparaît que, malgré les mutations entraînées par le changement de statut, mais aussi par les évolutions globales qui déterminent la population des logements sociaux, l’ensemble des acteurs gestionnaires et associatifs ont le souci de préserver les intérêts de tous les habitants et leur qualité de vie. Ils ont le souci de réussir une politique de mixité sociale. Ce souci est un héritage de l’histoire sociale de l’immeuble. Aucun des protagonistes ne souhaite que cet immeuble devienne une co-propriété comme une autre, perde son caractère social. L’esprit des locataires-coopérateurs, des premiers habitants-militants est toujours présent à travers les structures, y compris les nouvelles associations de locataires.

« Si vous voulez, c’était beaucoup de militants en fait. Des gens militants parce que le choix de venir ici… C’était un immeuble particulier à l’époque où ça a été construit. C’est… Les gens hésitaient à venir… Je ne sais pas comment vous dire… En même temps, c’était un HLM donc, il y avait un mélange de populations, encore maintenant… Mais à l’époque, c’était plus des militants ce qui fait qu’il y avait beaucoup de choses qui se passaient. Et là, j’ai l’impression que les gens fonctionnent un peu plus en… Comment dire ?… Ce côté-là, il n’existe plus. Ce sont des gens, comme il y a partout en fait. Après il reste un noyau… Justement le fait que ça véhicule un passé associatif assez fort, c’est… Ça perdure, si vous voulez. Mais j’ai l’impression que ça va disparaître. Et puis il y a une évolution dans le temps. » M. Richa.

170L’association a perdu de l’audience. Son rôle, sa place ont changé en 50 ans d’existence. Les rapports entre les habitants, les rapports avec et entre les différentes structures se sont recomposés. Les habitants changent, passent. L’immeuble reste. La matérialisation du projet social qu’il a été s’adapte aux changements sociaux mais ne se dénature pas. L’association des habitants par sa présence et ses activités joue un rôle indéniable dans la transmission de la mémoire collective à tous les habitants, y compris les plus éloignés culturellement des questions architecturales ou d’une culture générale dans ce domaine.

171Par la suite, nous allons voir que la vie collective qu’elle a animée et anime encore au quotidien, avec plus ou moins de succès selon les périodes, joue un rôle de socialisation des habitants à la Maison Radieuse. Cela en fait un immeuble où les relations entre les habitants sont peut-être plus denses et moins anonymes qu’ailleurs.

ANIMER LA MAISON RADIEUSE

172Tout un ensemble de relations sociales ou de sociabilités sont établies grâce à l’association des habitants qui anime la vie collective. Dans le passé, son rôle de co-gestionnaire de l’immeuble a eu tendance à supplanter toutes les autres activités, en raison des enjeux socio-économiques qui lui étaient liés. À tel point, qu’un bulletin d’information de l’association signale que « depuis l’autonomie de gestion, l’association a perdu sa vocation première et son rôle actuel a besoin d’être précisé ». Une réunion, en octobre 1971 propose le maintien de l’AHMR pour les activités « services et loisirs » puisque toutes les activités de gestion reviennent à la nouvelle société de location coopérative « La Maison Radieuse ».

173La gestion était la vocation fondamentale mais toutes les autres actions de l’association coordonnées par les différents comités : le comité des fêtes, le comité d’entraide, le comité de plein air, le comité « art et vie », n’étaient pas pour autant secondaires. L’intérêt commun des habitants en ce qui concerne la gestion de l’immeuble ne suffit pas à construire toutes les sociabilités entre eux. Le comité de gestion jouait un rôle important, mais il ne produisait pas d’interventions directes auprès des habitants. Il manageait plus qu’il n’animait la vie de l’immeuble. En revanche tous les autres comités ont contribué à créer et à maintenir des liens sociaux entre les habitants en proposant des « services pratiques » ou des loisirs. Dans le cadre de toutes ces activités, tous les habitants impliqués dans l’association, du simple adhérent au plus engagé, ont une multitude d’occasions de se rencontrer.

174Le comité « art et vie », par exemple, regroupait au départ tout un ensemble de clubs. Il a été agréé par la direction départementale de la jeunesse et des sports comme mouvement d’éducation populaire. À sa création en 1957, il inscrit des projets d’activités telles que « la bibliothèque, le club audition de musique et de conférences, une chorale, un club-disques, un club-photo, et un ciné-club ».

  • 52 M. Verret, La culture ouvrière, ACL édition, Saint Sébastien sur Loire, 1988, p. 76.

175L’AHMR s’inscrit donc dans le mouvement d’éducation populaire qui se propose d’encadrer et de développer les activités pour tous en dehors du temps de travail et du temps scolaire. « L’oisiveté étant la mère de tous les vices », l’idée d’encadrer le temps libre qui s’étend corrélativement à la diminution du temps de travail, s’impose contre la crainte du désœuvrement. Le patronat, l’Église, l’État et même les organisations politiques et syndicales ont veillé au développement de structures pour accueillir et canaliser cette « oisiveté » du peuple52.

  • 53 Le Corbusier, Urbanisme, p. 204.
  • 54 Ibid., p. 207.

176Le Corbusier avait prévu l’avènement de cette nouvelle société dite « de loisirs ». Il allait même plus loin car il pensait libérer les habitants des cités radieuses du temps de travail domestique : « Si, par une mise en ordre, on vous assurait la presque totalité de votre liberté domestique : que, par l’ordre, vous ayez la liberté ? que l’esclavage moderne soit tué dans l’œuf53 ? » Pour occuper le temps libéré pour toute la famille, l’architecte prévoit des espaces dans lesquels peuvent se développer des activités à proximité des logements : « Là-haut encore, se trouvent les gymnases où des maîtres de gymnastique feront travailler utilement chaque jour les parents comme les enfants [...] Il y a encore des salles de fêtes qui permettent à chacun de recevoir gaiement et grandement quelques fois dans l’année54

177À la Maison Radieuse de Rezé, la création des espaces pour développer ces activités a été limitée. Il y a eu le parc et des salles récupérées sur des espaces situés entre deux rues que l’association des habitants va s’approprier. Mais plus que les espaces, l’association s’est approprié le projet Le Corbusier et elle va le mettre en œuvre, même avec un minimum de locaux.

178Aujourd’hui, le temps de loisir, des activités sportives et socioculturelles, apparaît comme une évidence. Dans les années cinquante, la nécessité de proposer des activités et de prendre en charge l’encadrement et l’organisation de ce temps ne va pas encore de soi. Les bibliothèques pour tous, les centres de loisirs et autres structures d’accueil ne sont pas encore créés en nombre. L’association avec ses propositions au sein de l’immeuble apparaît comme un précurseur. C’est comme si les habitants, militants de la première heure, prenaient en charge globalement la petite société qui allait se créer, en inventant pour elle et pour eux-mêmes une autre façon de vivre.

179Ces activités de l’association ne seront jamais remises fondamentalement en cause. À travers elles, 50 années d’évolution peuvent être analysées. Elles ont certainement contribué à la transmission d’un mode de vie qui peut expliquer en partie le climat actuel dans l’immeuble car la vie collective n’est pas morte avec la fin de la location-coopérative.

180Ainsi il est possible d’observer la façon dont changent les activités de l’association au regard des évolutions sociales, la manière dont l’animation s’adapte et s’ajuste à une demande interne à l’immeuble alors qu’en même temps les habitants trouvent de plus en plus à satisfaire leurs besoins à l’extérieur. Peu à peu l’association se désinvestit des missions qu’elle a initialement prises en charge en particulier en ce qui concerne les « services », elle réinvestit différemment une vie sociale interne et développe de nouvelles activités qui tiennent plus à la particularité de l’immeuble lui-même. L’AHMR a toujours vocation à veiller au bien-être des habitants, mais il semble que l’énergie déployée aujourd’hui vise plutôt à maintenir une dynamique de l’esprit corbuséen. Les raisons d’agir des habitants engagés dans l’association ont changé, se sont diversifiées et, nous allons le montrer, ont des effets sur le développement des sociabilités.

Des animations socioculturelles pour tous

181Quand les habitants se sont installés, la vie collective a colonisé tous les locaux qui lui étaient réservés et les espaces intermédiaires ou communs ont rapidement été submergés par la vie sociale d’une jeunesse bruyante, expansive et surtout nombreuse.

  • 55 Prolongement du dispositif ARVEJ, Aménagement du Rythme de Vie des Enfants et des Jeunes, mis en pl (...)
  • 56 H. Montagner, Les rythmes de l’enfant et de l’adolescent, Stock/Pernoud, Paris, 1996.
  • 57 T. Paquot (coordination), Le quotidien urbain : essai sur les temps en ville, éd. Instituts des Vil (...)

182Une des activités importante de l’association sera d’occuper plusieurs centaines d’enfants. Au sein de l’association, prendre en charge cette question se traduit par la mise en place des activités d’animation socioculturelle et sportive pour occuper ce temps appelé aujourd’hui périscolaire. À l’époque, il n’y avait pas de « contrats éducatifs locaux55 » formalisant un partenariat entre collectivités et associations afin de gérer au mieux l’aménagement du rythme de vie des enfants56. Ces questions s’inscriront à la fin des années quatre-vingt-dix dans une problématique générale du temps des villes57. L’AHMR apparaît comme un des précurseurs d’une politique sociale qui prendra de l’ampleur dans les années soixante-dix et s’institutionnalisera de plus en plus sous forme de structures municipales ou para-municipales dans les années quatre-vingt, avant de nécessiter une coordination interministérielle des interventions, dans les années quatre-vingt-dix.

  • 58 Entretien collectif des membres de l’association 28 octobre 1959, données de l’enquête P-H. Chombar (...)

183En attendant, il faut s’occuper des « gosses ». Les membres de l’association en font très vite le constat : « c’est qu’il y a chaque jeudi une centaine de gosses dans le parc », « par exemple, le football, il y a seulement 2 fois 11 gosses qui sont occupés avec un même ballon », « la plupart du temps les parents ne sont pas là58 ».

184Il apparaît que dans ces années-là, les enfants, dès leur plus jeune âge, circulent très librement et ce jusque dans le milieu des années soixante-dix. Dès 6-7 ans, ils commencent à sortir dans l’immeuble et le parc, ils jouent, courent sous la surveillance plus ou moins rapprochée de l’ensemble des adultes, comme nous l’avons vu dans le chapitre précédent à travers le témoignage de M. Richa qui a passé son enfance à la Maison Radieuse.

185L’évolution démographique va peu à peu réduire le problème d’encadrement qui se posait à l’association. Il y a moins d’enfants dans l’immeuble car les ménages ont moins d’enfants. Mais d’autres facteurs explicatifs jouent : les parents ne laissent plus leurs jeunes enfants circuler aussi librement aujourd’hui : nous l’avons vu précédemment le contrôle s’est accru au sein de la famille. Ajoutons, qu’il y a eu un développement des structures, en particulier les centres de loisirs sans hébergement, pour accueillir les enfants après l’école et pendant les vacances scolaires. Il y a en quelque sorte une externalisation de ce service.

186L’association voit baisser la pression subie par la présence de nombreux enfants livrés à eux-mêmes, elle adaptera sa proposition d’animation. Celle-ci prendra plus l’aspect de petits ateliers ou d’animations ponctuelles, à l’encadrement plus « familial », au sens où on reste entre soi car elles ne nécessitent pas l’intervention extérieure d’un animateur professionnel. Il y avait donc une forte sociabilité collective interne des enfants, qui aujourd’hui se développe pour la plupart d’entre eux à l’extérieur de l’immeuble. Il reste une activité pour occuper les enfants, qui est plus qualitative, sans prétention, plus intergénérationnelle, comme par exemple, une adolescente qui prend en charge un groupe d’enfants plus jeunes pour danser comme à la Star Academy, une habitante qui s’intéresse à la peinture et propose un encadrement amateur…

187D’autres faits viennent corroborer ce constat à la fois d’externalisation et de recentrage de l’animation. À Noël par exemple, à la fin des années cinquante, l’association organisait des opérations d’une certaine envergure : un spectacle, comme Guignol en 1958, était proposé à tous les enfants. Les salles collectives de l’immeuble étaient trop petites et l’association avait recours à une salle municipale à Pont Rousseau, pour recevoir tout le monde. Elle organisait le transport en car des enfants.

188Par la suite ce type de fête s’est plutôt développé dans les comités d’entreprise, avec la fête « des arbres de Noël ». Puis le nombre d’enfants a diminué et l’association a recentré l’animation au sein de l’immeuble. En 1975, les enfants se retrouvaient avec le club des aînés pour fabriquer des « décorations de rue ». La fête des enfants aujourd’hui s’articule autour d’une animation qui dure plusieurs semaines. Les enfants se retrouvent avec des bénévoles de l’association et après plusieurs après-midi de fabrication de guirlandes, le dernier mercredi après-midi prévu pour cette animation, ils les installent, avant de se retrouver avec les parents pour un goûter dans l’ancienne salle du télé-club. En 2002, le goûter a commencé par un petit spectacle de danse préparé par un groupe d’enfants encadré par une adolescente.

  • 59 M. Verret, La culture ouvrière, ACL édition, Saint Sébastien sur Loire, 1988 p. 293.

189Une autre des activités culturelles « phare » de l’association, la bibliothèque, a suivi le même mouvement de recentrage de son offre. Lors de son ouverture, elle accueillait adultes et enfants. L’association dénombrait 120 lecteurs en 1958, puis cinq ou six adultes et une vingtaine d’enfants en 1969, une cinquantaine de familles étaient inscrites en 1975. Avec 52 familles inscrites à la bibliothèque en 1979, la Maison Radieuse a un taux d’inscription de sa population proche de celui de l’ensemble des ouvriers et employés observé lors d’une enquête nationale sur les pratiques culturelles des Français de 198159.

190Le premier mouvement de désaffection de la bibliothèque est certainement à mettre en partie sur le compte de nouvelles offres de détente, comme la télévision. Aujourd’hui, il n’y a plus que vingt familles inscrites à la bibliothèque de l’AHMR, mais bien d’autres habitants utilisent ces services culturels en dehors de l’immeuble.

« Oui, alors là on s’occupe plus d’acheter [des livres] pour les petits, hein, pour les enfants parce qu’il est certain que pour les adultes, on n’est pas en mesure de supporter la concurrence avec la médiathèque la plus proche, hein, et qui offre toutes les nouveautés. » Mme Boissay.

191Les adultes trouvent à proximité ou dans leur entreprise une offre culturelle plus diversifiée, plus actualisée car les fonds de la bibliothèque de l’AHMR étaient pour l’essentiel constitués à partir des dons des habitants.

« Oui, je vais plus à la médiathèque. Avant j’allais à la bibliothèque, mais maintenant je n’y vais plus du tout, du tout. Ah oui, je suis une grosse lectrice et j’y allais dans le temps. Mais j’avais arrêté même avant la médiathèque parce qu’à l’hôpital il y en avait une aussi. Mais depuis qu’il y a la médiathèque, je ne vais qu’à la médiathèque, je ne vais plus du tout ici. » Mme Poirel.

192Outre l’effet de la diversification de l’offre culturelle, cette désertion correspond aussi à une période de ralentissement de la vie associative qui est lié à différents facteurs dont le recul de la vie militante.

193Aujourd’hui, la bibliothèque occupe à la première rue un appartement de type 4. Elle a été dépoussiérée, triée, réactualisée, et dernièrement informatisée.

« La semaine prochaine, on va faire une foire aux livres (dans le hall). Parce qu’on réorganise la bibliothèque, c’est une bibliothèque qui croule sous les livres dont un tiers n’est pas emprunté. Donc on a viré des choses et on se propose de vendre, mais vraiment maximum à un euro, des livres qui sont en bon état, mais qui ne sont pas adaptés parce que je pense qu’on a ciblé sur les enfants. » Mme Auger.

194Ce sont surtout des enfants qui viennent emprunter des livres. Des bénévoles ouvrent les permanences deux fois par semaine. Au moment de l’enquête, cinq jeunes mères de famille se relaient pour les assurer. Les institutrices de l’école maternelle y descendent de temps en temps avec leurs classes. En se spécialisant pour les enfants, la bibliothèque montre qu’elle répond à une certaine demande, et la proximité permet de laisser les enfants y aller seuls. Cette redéfinition de son activité est peut-être à rapprocher de celle des « bibliobus » qui sillonnent les villages en zone rurale permettant aux enfants de venir choisir leurs livres. La bibliothèque de l’AHMR ne cherche pas à s’imposer face à l’ouverture d’équipements municipaux comme la médiathèque de Rezé. Son offre s’adapte à une pratique très locale à destination du jeune public de la Maison Radieuse qui n’a pas la même autonomie de mobilité dans la ville que les adolescents ou les adultes.

« Moi je fais de la permanence bibliothèque une fois tous les quinze jours et on retrouve les mêmes enfants. Mais ça, ça a un côté sympa aussi où on n’a pas besoin de forcément sortir. [...] Les enfants apprécient le service pratique de la bibliothèque à côté, mais ils apprécient autant d’aller à la médiathèque quand l’occasion se présente, ça c’est autre chose. » Mme Auger.

195Outre le service, et la participation au projet d’éducation populaire, la bibliothèque est un lieu de rendez-vous, d’échanges pour les enfants, pour les bénévoles qui l’animent et tous les membres de l’association qui savent qu’à ce moment-là, il y a un espace ouvert où les rencontres sont possibles.

196Les enfants ne sont pas les seuls bénéficiaires des activités d’animation socioculturelle interne à l’immeuble. Les comptes-rendus d’activités des Assemblées Générales de l’association donnent diverses indications sur la vie de l’association et permettent d’observer un renouvellement des propositions en fonction de l’intérêt ou des compétences de tel ou tel habitant porteur de projet, ou en fonction de tel ou tel contexte militant du moment. L’association vit aussi au rythme de l’engagement des habitants et de leur renouvellement.

197Ainsi, par exemple, le club des modèles réduits est créé en 1969, il compte cinq membres. Les premières années, ce sont des modèles réduits de bateaux pour jouer sur l’étang. Puis viendront les avions. Par la suite, il apparaît sous le nom de club maquette. Puis il disparaîtra suite au déménagement de son membre le plus actif.

198Dans l’inventaire des activités en 1969, on a un club-échecs (quinze joueurs), un club-guitare (neuf personnes) et un club reliure (douze personnes). Ce dernier aura une certaine longévité, le vieillissement de la principale animatrice mettra fin à cette activité.

199En 1975 un club des aînés est composé de vingt-huit adhérents. Ils se retrouvent autour de « boissons chaudes, de jeux et pour la conversation ». En 1979, ils ne sont plus que dix et pourtant la population a vieilli, mais comme pour les activités qui concernent les enfants, il y a maintenant une offre à l’extérieur de l’immeuble qui apparaît plus intéressante et diversifiée.

200Des activités de « mini-conseils » ont trois années d’existence d’après le rapport d’activité de 1978. Il s’agit de lieux d’échanges. En novembre 1977, les habitants se retrouvent autour d’un film de la MGEN sur la contraception et l’avortement, 60 personnes sont présentes. En décembre, c’est sur l’accouchement non-violent. Les thèmes abordés sont en phase avec les préoccupations sociétales du moment, avec le militantisme féministe des années soixante-dix, le développement du planning familial. Il s’agit d’une époque militante aujourd’hui révolue. Les investigations dans les archives n’ont pas permis de trouver de traces de ce genre de rendez-vous dans les années 80-90.

  • 60 J. Ion, La fin des militants, Éditions de l’Atelier/Éditions Ouvrières, Paris, 1997.

201Cette période militante est également marquée par l’émergence du mouvement écologiste qui verra pour la première fois un candidat, René Dumont, se présenter aux présidentielles en 1974. À la Maison Radieuse, cela se traduit par un programme de conférences de 1978-1979 centré sur les coopératives biologiques. Cinq chaînes d’approvisionnement en produits biologiques existent et une sixième pour les légumes est à l’étude. Les habitants-militants se regroupent autour de projets de ravitaillement qui prennent une autre dimension que celle imaginée par Le Corbusier, uniquement soucieux pour sa part du service de proximité. Avec l’arrivée des produits « bio » dans les grandes surfaces et la vente directe des producteurs sur les marchés, cette activité va peu à peu péricliter. Mais la disparition de toutes ces activités est surtout concomitante au recul de l’engagement militant60 observé au début des années quatre-vingt dans l’ensemble social.

« Bon, de toute façon, le problème du bénévolat d’abord, il est le même dans toutes les associations Corbusier ou pas Corbusier… C’est vrai que l’association, elle tourne avec une poignée de bénévoles et qu’on a un peu de mal à recruter. Est-ce que ça marche moins bien ? C’est difficile, parce que c’est vrai que nous on a un peu un certain souvenir de l’âge d’or [rires]… » Mme Bialas.

202Le club-photo est une activité qui durera assez longtemps avec des périodes plus ou moins actives. Jusqu’au début de notre enquête, ce club vivotait en fonction des volontaires pour l’animer. Le décès de son animateur va suspendre l’activité à une éventuelle reprise. En 2003, après inventaire, il est décidé de vendre un ou deux agrandisseurs. Une journée d’initiation au développement est programmée. Mais avec l’arrivée du numérique, ce club va devoir s’adapter.

203Le télé-club est un de ceux qui va durablement marquer les esprits. Il ouvrira en 1958 et en septembre de la même année, l’association reçoit déjà quatre demandes d’antenne individuelle. 98 familles sont inscrites en mai 1959. La matinée du jeudi est réservée aux enfants. En 1969, 330 cartes d’accès sont délivrées et on dénombre 1 650 entrées dans l’année. Ensuite en quelques années, l’activité va péricliter. L’immeuble va s’équiper d’une antenne collective, les ménages vont s’équiper individuellement.

  • 61 INSEE, enquête Budget, consommation alimentaire et équipement des ménages.

204Au niveau national, les donnés de l’INSEE61 permettent de mesurer la progression suivante : en 1954, 1 % des ménages est équipé d’un téléviseur, en 1957, 6,1 %, en 1960, 13,1 %, en 1965, 45,6 %, en 1970, 74,2 %, en 1975, 84,2 % et en 1980, 90,11 %. On comprend donc qu’en 1975, le rapport d’activité de l’association ne fait plus état que de 5 participants au télé-club. L’association décide de continuer à le laisser fonctionner jusqu’à ce que le poste de télévision tombe en panne. En 1983, il n’y a plus personne pour en prendre la responsabilité. En 1986, une proposition de relance de l’activité est faite avec l’idée d’un abonnement à Canal + qui restera sans suite. En 1987, l’association ne renouvelle pas le paiement de la redevance. Aujourd’hui encore le télé-club reste une référence dans la mémoire des habitants, comme si, il symbolisait un temps où on vivait de façon plus communautaire. La salle qui l’accueillait continue à s’appeler le télé-club. Sa disparition coïncide avec la fin de la location-coopérative. Le même phénomène social que celui observé autour du taxiphone se renouvelle, l’équipement individuel des ménages fait disparaître une sociabilité qui existait autour d’un équipement partagé. Et aucune activité ne vient se substituer à ce rendez-vous régulier qui permettait aux habitants de se retrouver. Certains nouveaux habitants trouvent même qu’on pourrait le réinvestir pour reconstruire des liens sociaux.

« Moi, le télé-club, je serais tout à fait partisane pour qu’il revienne à son utilisation initiale de télé-club. Il y avait eu un vague projet d’aborder les problèmes concernant cette salle, de l’équiper en sièges et puis en matériel, de la sécuriser au niveau alarme et puis d’en faire une salle qui pourrait permettre à des enfants de se retrouver, admettons le mercredi ou le dimanche pour se regarder une cassette ou un DVD ensemble. Et puis peut-être à des adultes de se retrouver… Moi je sais que quand je suis seule, un week-end sur deux, je ne trouverais pas désagréable de se retrouver à plusieurs, de se regarder un truc ensemble, des films sur un thème ou même des hommes qui se retrouvent à regarder leur soirée foot ou leur soirée boxe. Il y en a certains qui sont foyers d’accueil et il y a cinq, six mecs qui se retrouvent. Ça pourrait être l’occasion de se retrouver à plusieurs autour d’un même thème. » Mme Auger.

205L’association fait un certain nombre de propositions d’animations, mais les habitants ont maintenant bien des offres dans la proximité. Certaines activités (danse, musique, théâtre, sport…) et leur encadrement par des professionnels les entraînent de plus en plus vers l’extérieur.

« Donc les gamins de Rezé, ils se retrouvent tous par les activités diversifiées du Château de Rezé et puis les mamans, on se parle. [...] En fait, [je vais] au château de Rezé, la MJC, où ils organisent plein de choses, des concerts, etc. etc. Et à côté, il y a l’espace convivial où là il y a aussi des animateurs… » Mme Saulnier.

206Au départ, l’offre en extérieur était faible et la mobilité n’était pas aussi évidente, les activités de l’association remportaient un certain succès. Au cours des années quatre-vingt, l’association, tout en perdant des militants et en voyant baisser la fréquentation de ses clubs, a su s’adapter, pérenniser certaines activités et en proposer de nouvelles en fonction des opportunités offertes par les habitants eux-mêmes.

207L’époque actuelle amène également de nouvelles propositions. Par exemple en 2002, il y avait un nouveau « club forme » et un club de conversation en espagnol succèdant à un club d’anglais qui a été très actif et a permis la naissance d’amitiés.

« Quant au club d’espagnol actuellement on est une petite poignée de gens dont je fais partie, on discute en espagnol, voilà. Bah ça va repartir parce que là j’ai volontairement arrêté pendant un mois, un mois et demi parce que je pouvais plus, mais ça va repartir mi-février. Bah ils peuvent continuer même sans moi, mais bon… Bref… Autrement, moi je me souviens, j’avais fait un club d’anglais et d’espagnol, y’a six ans. D’ailleurs, y’a une même personne qui revient au club d’espagnol, [...] elle est mordue d’Amérique latine. Et puis on avait un club d’anglais et d’espagnol, et puis tu vois le club d’anglais on était sept personne, je me souviens, et il a tourné pendant plus de deux ans, mais hyper… très énergique, c’est un club vraiment… [...] Le club d’anglais, on venait, on parlait en anglais, on faisait de l’anglais, mais en conversation. Et on s’est lié d’amitié, un groupe de gens, sept personnes, si tu veux de tous horizons, et on a terminé notre club par un voyage à Londres. Tu vois, on est parti une semaine, on est parti du Corbu, par contre, on a payé chacun notre voyage, c’était pas l’association, mais ça part d’un club, et on a des souvenirs fabuleux ! » Mme Meira.

208Pour le club-forme, c’est une habitante qui met à disposition des membres de l’association son propre matériel dans une des salles communes. Deux habitantes ont la clé que viennent chercher les personnes qui veulent y aller.

« Oui. Tout le matériel est à moi, il est toujours à moi, je n’en ai pas fait don à l’association. [...] En plus, ce matériel-là commençait à m’encombrer donc j’ai demandé à la présidente de l’association s’il n’y avait pas une salle éventuellement. C’était un essai, soit ça marchait, soit ça ne marchait pas, auquel cas je ramenais mon matériel chez moi et puis je faisais comme avant. Donc, j’ai dû installer ça au mois de mai et moi je ne suis pas prof de sport donc je ne prends pas la responsabilité de donner des cours. Je peux donner des conseils à certaines personnes parce que j’ai fréquenté des salles de sport pendant deux ans donc il y a des petites choses qu’on apprend, mais c’est vraiment sous la seule responsabilité de chacun. Le matériel est mis à disposition et après les gens… Je tenais pas non plus à instaurer une permanence parce que j’ai pas envie de me bloquer tel jour à telle heure. » Mme Auger.

209En 2003, le rapport d’activité précise qu’une vingtaine de personnes dont un noyau de cinq à six hommes utilisent le matériel et que : « le club s’est enrichi de quatre nouveaux tapis de sol achetés pour un montant de huit euros par l’AHMR, d’un « abdo trainer » donné par une habitante et d’un autre vélo d’appartement donné également par une habitante ». Le succès de ce club tient à la fois aux nouvelles pratiques physiques qui relèvent plus de l’entretien du corps que de la pratique sportive elle-même, et de sa facilité d’accès. Il suffit de réserver un créneau, de s’organiser pour passer prendre la clé, on sort de chez soi en tenue et ensuite on rentre directement prendre sa douche à la maison.

210En 2004, le club-peinture, accueille cinq habitants ; le club-brico-déco a vu passer une vingtaine de personnes. Dans la plupart des cas, l’animation est gérée de façon autonome par les membres du club, et les habitants, selon leur disponibilité, peuvent accéder aux locaux.

211Il y a donc jusqu’à aujourd’hui toute une vie collective autour de l’animation socioculturelle. Jusque dans les années soixante-dix, elle touchait plus d’habitants, elle était plus organisée et plus militante. Aujourd’hui, la demande relève de plus en plus du registre de la consommation d’un service comme un autre, qui est offert par un service public (bibliothèque) ou commercial (centre de remise en forme) et parfois par des associations du mouvement d’éducation populaire implantée à l’échelle du quartier (amicale laïque, associations de quartier, maison pour tous…). Les habitants peuvent plus facilement satisfaire leurs besoins de loisirs à l’extérieur de l’immeuble car ils sont plus mobiles et l’offre est plus diversifiée. L’association adapte ses propositions en essayant de les organiser par rapport à la spécificité et à l’intérêt d’une activité interne à la Maison Radieuse. La facilité d’accès, un fonctionnement souple, l’interconnaissance sont autant d’atouts qui permettent de garder une certaine attractivité par rapport à l’extérieur.

  • 62 A. Degenne, « Un langage pour l’étude des réseaux sociaux », dans Collectif, L’esprit des lieux. Lo (...)

212En cumulant tous les petits groupes, l’association finit par toucher les membres d’une quarantaine de familles qui, en se retrouvant régulièrement, tissent des liens sociaux durables voire d’amitié comme nous l’avons vu avec le club de langue. Une sorte de réseau de sociabilités spécifiques internes à l’immeuble existe et ce type de relations dépasse le cadre d’un simple « bon voisinage ». Dans sa typologie, Alain Degenne62 isole des relations qualifiées de « néo-conviviales » qui prennent appui sur la vie associative et permettent de tisser des liens nombreux et peu intenses. Si cela peut être vrai pour la vie associative externe à l’immeuble, en ce qui concerne l’AHMR, il faut inventer un nouveau type car la proximité, la durée, la fidélité et l’ancienneté caractérisent au contraire des liens d’une certaine intensité, d’une certaine implication, d’un réel engagement.

De la solidarité de classe à l’aide sociale

  • 63 Cette répartition des rôles de sexe est très largement démontrée par ailleurs dans de nombreux trav (...)

213Le comité d’Entraide en 1956 est le seul qui, au niveau du CA de l’association, est composé d’une équipe mixte, les autres comités sont masculins. Parmi les neuf élus au conseil d’administration de l’association, jusque dans les années 70-80, il y aura toujours entre une et trois femmes élues qui prendront en charge ce qui relève du social63. Pendant plusieurs années, ce comité est renforcé par le soutien de deux habitantes assistantes sociales.

214Le comité s’occupe au début des problèmes posés par les grandes grèves de 55. Sous forme de prêts d’honneur ou de prêts de secours, il permet aux familles prises dans la tourmente du mouvement social de subvenir à leurs besoins. L’argent prêté est puisé dans la réserve constituée par les recettes des fêtes. Une aide individualisée est proposée aux familles.

  • 64 R. Castel, Les métamorphoses de la question sociale, une chronique du salariat, éd. Fayard, Paris, (...)

215En mai 1959, l’association décide de mettre fin aux prêts d’argent et opte pour l’organisation de dons sous forme de colis. À ce moment, le refus de se substituer à ce qui pourrait s’apparenter à une caisse de grève est nettement affiché. Par contre, une activité de solidarité de proximité, sur le modèle du secours populaire, ou du secours catholique, est maintenue. Tout se passe comme si une forme de solidarité de classe disparaissait au profit de l’aide sociale. Le mouvement syndical œuvre par ailleurs pour assurer le développement des organismes sociaux chargés de redistribuer, sous diverses formes d’allocations, des aides sociales64 : le soutien direct entre soi est peu à peu mis à distance par diverses formes d’institutionnalisation.

216Alors qu’à sa création, le comité semble avoir une vocation de solidarité assez large, très vite elle est abandonnée au profit d’un certain pragmatisme social de soutien. Il ne s’agit plus de se serrer les coudes dans la lutte et donc, d’une certaine façon, de soutenir la lutte mais de s’aider entre voisins. L’identité d’habitant vient supplanter l’identité de classe. Les grèves de l’été 55 ont eu une résonance dans l’immeuble, mais il semble qu’on n’entendra plus ce genre d’échos par la suite. Par exemple, autour de mai 1968, aucun élément dans les archives de l’association ne nous indique qu’il y a de l’agitation dans le monde social. Pourtant le militantisme n’a pas complètement disparu puisque les mouvements féministes et écologistes font entendre leur voix dans l’immeuble au cours des années soixante-dix.

  • 65 Le dépouillement des archives de l’association a été effectué dans la cuisine de l’appartement serv (...)

217Peu à peu, les formes de solidarité interne prendront l’aspect d’échanges de services entre femmes, voire de services sociaux. Différentes formes de soutien sont organisées. Ce comité proposera des cours de couture, une permanence ménagère, une permanence pour la mise à jour des vaccins des enfants. En ce qui concerne le prêt électroménager, il y aura quelques propositions, par exemple, l’acquisition d’aspirateurs, de machines à tricoter mais cela ne sera pas concrétisé, contrairement au service des cireuses qui a fonctionné dès le départ. Il s’agissait d’un parc de machines utiles et adaptées à l’entretien du sol qui existait dans les appartements avant que le carrelage et la moquette viennent le recouvrir. En 1969, il y a toujours 63 utilisateurs habituels, ce qui conduit à assurer un renouvellement et un entretien des machines. En 1975, on en dénombre encore 44. Aujourd’hui, il existe toujours une cireuse qui n’est plus utilisée par personne. En électroménager, l’association dispose encore d’une machine à coudre, utilisée ponctuellement, par exemple par une mère de famille pour faire les déguisements de ses enfants65.

218Tous les services de ce comité ont peu à peu disparu, une seule activité a réussi à traverser les cinq décennies : le « vestiaire », créé en 1959. Il deviendra, en 1975, le « club-vêtements ». On y échange des vêtements et des jouets. Dans les témoignages recueillis lors de notre enquête en 2002-2003, quelques personnes tiennent à préciser qu’elles donnent au club, comme s’il était nécessaire de se démarquer de ceux qui reçoivent.

« Bon, bah, c’est vrai que par exemple le local « Troc des vêtements » nous on est plutôt dans le donner que dans le recevoir. Donc on va donner des vêtements, mais c’est vrai qu’on ne fréquente pas dans l’autre sens quoi. » M. Marlin.

219Peu à peu l’esprit de solidarité qui existait entre égaux a été supplanté par une relation plus inégalitaire où les donateurs souhaitent se distinguer de ceux qui sont dans le besoin. Dans notre enquête, les premiers sont plutôt propriétaires. Parmi les seconds, une femme vivant seule avec deux petites filles, sans emploi, locataire, souligne que ce club était « pratique » pour tous les vêtements d’enfants, pour « faire des échanges ». Elle précise que souvent les enfants ont grandi avant d’avoir usé leur vêtement et qu’elle s’y rend comme dans une bourse aux échanges dans l’esprit de ce qu’a voulu l’association.

« Ah oui, parce que je ne peux pas encore être bénévole, mais on y va régulièrement, presque toutes les semaines au dépôt de vêtements, on dépose des sacs. Enfin, là, j’y vais un peu moins parce que maintenant, comme mes filles, elles ont grandi, c’est moche. On trouve surtout pour les bébés, enfin, on trouve pour les plus grands mais c’est… […] C’est un système d’échanges, mais c’est vrai que c’est des vêtements classiques donc quand ils arrivent à onze ans, des fois, c’est plus difficile. Ou alors on va trouver un t-shirt qui va plaire mais… Il y a beaucoup plus, pour les garçons, c’est plus facile, je trouve. » Mme Simon.

220Autour de cette activité, cohabitent des pratiques qui se différencient, mais aussi des valeurs et des raisons d’agir tout aussi différentes. Les uns sont dans le registre de la charité, les autres se situent plus au niveau de la solidarité et enfin il y a les « bénéficiaires » de cette aide. Mais ces derniers, même s’ils participent pour des raisons économiques, assument dans le registre du don/contre don : on ne vient pas uniquement pour consommer de l’aide, on apporte aussi sa contribution. L’évolution de la composition sociale des habitants a conduit à cette situation : on est passé d’une situation où l’homogénéité sociale permettait de se situer dans le registre de l’entraide, à une situation d’hétérogénéité sociale autour d’un clivage entre aidants et aidés.

221Le rapport d’activité de 2004 signale que « les dons de vêtements sont toujours importants. Plusieurs fois dans l’année des dizaines de sacs sont remis à Emmaüs et au Relais ». Le club change peu à peu de nature avec une solidarité qui sort de l’immeuble vers d’autres associations. Mais on perçoit aussi diverses évolutions sociales avec des enfants qui, adolescents, ne veulent pas porter de « l’occasion » mais des vêtements neufs, à la mode et de préférence dont on peut reconnaître la « marque ». Le club-vêtements devient une sorte de centre de tri et de récupération qui bientôt ne pourra même plus écouler ses surplus. Le recyclage des vêtements devient plus cher que le neuf à bas prix importé de différents pays en voie de développement où la production s’est délocalisée.

222On peut lire, autour de l’évolution des activités de ce comité, différents glissements dans l’organisation de la vie collective. Comme pour les autres comités, il y a eu un phénomène d’externalisation de la solidarité, en particulier de celle qui est liée aux conflits du travail. L’association s’est « spécialisée » dans la solidarité de proximité, l’organisation du soutien entre soi, entre voisins qui étaient des « égaux ». Aujourd’hui, on a plutôt affaire à des « inégaux », les uns donnant à ceux qui ont moins. Un écart social s’est creusé entre les habitants. Mais, dans l’association, il reste un esprit et une volonté de niveler cet écart par le développement des activités de rencontres et d’échanges entre tous les habitants, quel que soit leur statut. Même si l’association parvient à faire en sorte que des contacts s’établissent entre les catégories d’habitants, la volonté ne suffit pas toujours à faire tomber les barrières sociales, en particulier pour tous ceux qui restent en dehors de l’association et ne se retrouvent donc pas confrontés à cette forme de sociabilité qui permet une prise de contact qui dépasse les clivages sociaux habituels.

Vie en plein air et nature

223Le parc évoqué à plusieurs reprises comme lieu de sociabilités dans les chapitres précédents est aussi un espace qui a permis à l’association de développer différents types d’activités qui relèvent d’un autre registre que le simple niveau d’échanges et de rencontres entre habitants.

224Au départ, le comité de plein air est chargé de l’aménagement du parc et du développement des activités sportives. Le terrain vague d’après chantier se transforme peu à peu en un lieu de vie possible. Un nettoyage général de l’étang et du parc s’impose. L’équipe en charge du dossier prépare des propositions d’aménagement sur plans et les expose dans le hall pour avis et consultation des habitants. Ils auront trois ou quatre lettres de remarques en retour. En 1956 comme aujourd’hui, les enquêtes consultatives des habitants n’ont rien d’évident. Et pourtant, nous aurions pu croire qu’à l’époque les citoyens participaient davantage, surtout dans cet immeuble où ils semblent plus « militants », où on les supposerait plus concernés en raison de leur statut de locataire-coopérateur. En fait, quelques-uns sont particulièrement actifs et entraînent une dynamique qui trouve ses limites quand ils demandent à l’ensemble des habitants de participer. Devant l’ampleur de la tâche, dans un contexte où l’AHMR cherche ses marques et n’est pas encore prête à gérer un équipement de ce type, très vite, dès 1957, la responsabilité de l’aménagement du parc est cédée à la Maison Familiale (MF). Sur cette question, l’association se limitera à un rôle de « force de propositions » au nom des habitants auprès de la MF, avant de reprendre la main dans les années soixante-dix.

  • 66 Extrait du rapport moral, AG 21 juin 1957.

225Même si, dans un premier temps, l’association abandonne la responsabilité de l’aménagement, elle continue à se soucier de l’animation de cet espace. Le souci « hygiéniste » de l’architecte est relayé par l’AHMR, en particulier pour les enfants, dont la bonne santé et la bonne éducation passent de plus en plus, dans les années cinquante, par une activité physique en plein air : « Dans l’immeuble vivent 600 enfants de moins de 12 ans dont nous sommes collectivement responsables et à qui nous devons assurer, dans les prochaines années, des loisirs sains. [...] Nos gosses nous regardent vivre et sauront bien nous juger sur nos réalisations66. » L’enjeu immédiat pour l’association est d’offrir à tous ces enfants des espaces où ils seront occupés, où ils pourront se défouler dans un contexte où l’offre d’activités sportives en dehors est limitée.

226Le parc fera l’objet dans un premier temps d’aménagements classiques comme la plantation d’arbres et le montage d’un portique. Puis l’association fera pression sur la MF pour un choix d’investissement plus ambitieux avec la création de 1000 m2 en « aggloméré à chaud » pour pouvoir faire du skating, « rink-hocket » (sic), basket, volley-ball et handball : « piste unique dans la région par ses dimensions, son confort et son cadre ». Mais l’équipement ne fait pas tout et le skating n’est pas beaucoup utilisé. En 1961, toujours dans l’euphorie de l’aménagement, différents projets sont étudiés : un stade, une piscine, mais ils ne seront jamais concrétisés.

227Par ailleurs, de façon concomitante, l’association décide d’apporter son soutien à la création d’une société omnisports pour l’agglomération Rezé-bourg. L’AHMR montre ici qu’elle externalise son investissement dans cet aspect de la vie sociale.

228Dans l’idéal de la cité radieuse, certains équipements devaient être communs à un ensemble d’unités d’habitation et non pas être propres à un seul immeuble. Par conséquent, l’association abandonne l’organisation des activités physiques et sportives au profit des associations sportives spécialisées et renonce à la création des équipements qui relève dorénavant de la responsabilité et de l’investissement des collectivités territoriales.

  • 67 G. Ragot et M. Dion, Le Corbusier en France, projets et réalisation, éd. le Moniteur, Paris, 1997, (...)

229L’association, lors de ses premières années d’existence, prend en charge la totalité des problèmes, autant dans leur dimension pratique que « philosophique ». Puis peu à peu, le développement des services à l’extérieur de la Maison Radieuse, qu’elle soutient, l’amène à se dégager d’un certain nombre de responsabilités pour se consacrer à des activités réservées aux seuls habitants. En faisant ce choix, l’association est fidèle au projet global de Le Corbusier67. L’AHMR a assuré l’émergence pour ses habitants des services et ensuite elle a soutenu le développement des activités et des équipements pour tous les habitants à l’échelle du quartier, de la commune. Pour certaines pratiques sportives, comme pour les pratiques socioculturelles, les habitants sont amenés à étendre leur réseau de sociabilité en dehors de la Maison Radieuse et cela empêche un esprit communautaire, clanique de s’installer au profit d’une ouverture enrichissante. Cette politique de l’association est conforme aux préconisations de Le Corbusier.

230Mais le parc n’avait pas pour seule utilité de permettre les activités physiques et sportives. Les habitants l’utilisent au quotidien de façon informelle, pour s’y promener. Il sera aussi investi par des activités de plein air d’une autre nature.

231Ainsi dès le début il y a une animation autour de l’étang. En 1960, deux journées de pêche ont rassemblé les amateurs. Un groupe d’habitants s’occupe de son entretien et de son alevinage. Même si, par la suite, quelques parties de pêche sont encore organisées au moment de la fête des habitants, l’activité qui régnait autour de l’étang va perdre de son intensité.

232Peu à peu, l’étang devient une mare aux canards. La multiplication des oiseaux va entraîner quelques problèmes. Un habitant ayant des fenêtres qui donnent au-dessus de la mare, ne supporte plus de les entendre cancaner à longueur de temps et va tenir l’association pour responsable de son inconfort. À défaut de trouver un terrain d’entente, il menacera de les tuer à coups de fusil. Quelques oiseaux seront retrouvés morts. L’association dépose une plainte, mais après enquête, on s’aperçoit qu’ils ne sont pas morts par balles !

233Ces faits montrent l’existence d’une vie villageoise avec parfois des conflits d’intérêts. Ils rappellent le rôle de co-gestionnaire de l’association qui s’est engagée dans ses statuts à veiller au bien-être des habitants et qui est prise à partie sur tous les aspects de la vie collective.

  • 68 Ouest-France, 28 mars 2005. Avec l’approche du cinquantenaire, la presse locale consacre régulièrem (...)

234Avec la pêche, les oiseaux, l’idée que la nature est dans la ville s’impose. Et cela deviendra une préoccupation à part entière d’un des clubs de l’association. Le « club-nature » regroupant les activités autour du parc et son aménagement est créé depuis 1971. Il est tourné vers les questions écologiques et en particulier l’accueil et l’observation des oiseaux. Il obtiendra en 1972 de la Ligue de la protection des oiseaux que le parc soit reconnu comme refuge. Il s’agit de la période la plus militante de la Maison Radieuse qui laissera en héritage ce classement aux générations futures. Un habitant membre de la Ligue de protection des oiseaux les observe et les recense encore aujourd’hui : « Il a compté pas moins de six espèces de mésanges, trois sortes de pics et de bergeronnettes. Il a également aperçu des grives, des huppes […] des hérons, des aigrettes, des cormorans, des grues cendrées. […] Autre curiosité : des perroquets et des perruches échappés de leur captivité ont trouvé à s’adapter68. »

235De l’activité pêche à la protection des oiseaux, le rapport à la nature a changé et il est devenu plus de l’ordre de la protection de l’environnement. Ce souci de la préservation des espaces naturels va cristalliser un conflit au sein de l’association en particulier contre l’envahissement des automobiles. Comme nous l’avons vu au chapitre II, un problème d’extension du parking va se poser et en fait, il se cristallisera, au sein de l’association, autour d’une opposition entre les gestionnaires et le club-nature.

236Ensuite, les activités en extérieur vont se diversifier. Le club-nature assure, avec l’aide des habitants, l’entretien du parc. Cette activité nécessite des moyens et suscite des débats. Un nouvel habitant qui résidait depuis son enfance à proximité de l’immeuble est entré à la Maison Radieuse par le biais de son activité militante pour l’environnement :

« En fait, j’habitais avant juste à côté, et ce bâtiment […] je le connais, depuis tout petit, mais je n’avais jamais pensé qu’un jour j’aurais pu y habiter, quoi. C’est en fait en septembre 1998, j’avais lancé une opération de nettoyage sur l’environnement, et quelqu’un qui habite ici avait fait la même chose. Moi mon projet était passé avec comme sponsor le Leclerc à Atout Sud à côté, et la personne qui travaillait ici n’avait pas eu ce sponsor. En fait, c’était moi qui l’avait eu et donc après il m’avait contacté et par le biais de cette personne, en fait en octobre 1998, j’ai commencé en fait à m’occuper du club-nature ici. Et ensuite en janvier 1999 pour une raison personnelle, en fait j’ai emménagé ici, et j’ai continué à m’occuper du club-nature ici. » M. Kerhoas.

237Des campagnes de sensibilisation amènent les citoyens les plus actifs à développer des projets, des initiatives qui trouvent un soutien matériel auprès d’entreprises, de groupes ou d’enseignes commerciales. Ces dernières développent aussi de nouvelles pratiques, comme la suppression des sacs plastiques, qui visent tout autant à protéger l’environnement qu’à leur assurer une image positive en termes de communication marketing. Avec cet exemple très local, on observe le passage de la dimension écologique à la dimension environnementaliste et l’intégration de cette problématique à un espace socio-économique beaucoup plus large que le militantisme écologique plus politique de la période précédente.

238Le militantisme politique des années soixante-dix a disparu, mais le club-nature apparaît encore aujourd’hui comme celui où se confrontent des habitants autour de systèmes de valeurs qui pourraient apparaître comme politiques mais qui, au fond, sont plutôt des oppositions sociales et culturelles.

« Des écologistes de salon, à mon avis, ce sont des gens qui ont… qui vont chercher leurs leçons dans des bouquins, mais qui restent théoriques, qui ont aucun sens pratique, aucun savoir pratique. Par exemple la nature, elle se respecte ; mais elle s’aménage. Par exemple, ici, j’avais pris l’initiative de faire un élagage des arbres pour donner de la perspective euh… couper les ronces qui prolifèrent autour du champ. Bah vous voyez, c’est un scandale si vous coupez un brin de ronce ou un rien euh… c’est un scandale. Alors ce que j’appelle ce type de personnes, je les appelle des écologistes intégristes. [Rires] Ils ne comprennent rien à l’environnement. Alors moi, travailler… Moi je suis un homme de pratique, un homme de terrain, travailler avec ce genre de personnes qui ramènent leur science devant tout le monde et qui sont complètement à côté de la plaque, alors moi, j’ai laissé courir ! » M. Chatillon.

239Les habitants n’ont pas tous le même point de vue sur la façon d’entretenir le parc. Cet habitant dit avoir le sens pratique, et être partisan d’un nettoyage systématique. D’autres ont des théories sur la nature sauvage et proposent des expérimentations pour un parc plus naturel. Un entretien sommaire permet à la nature de reprendre ses droits et au parc de jouer son rôle de réserve pour les oiseaux. Cette conception défendue par le club-nature est opposée à celle de M. Chatillon dont la logique serait plus celle du jardin public urbain. Mais l’hostilité que ce dernier exprime à l’égard des livres, de la théorie, auxquels il oppose sa pratique, son expérience de terrain révèle qu’il y a aussi une opposition sociale, culturelle, en fait une opposition de classe et de génération.

240Cette opposition se retrouve dans la conception des jardins familiaux. Avec le club-nature, le projet des jardins familiaux est revenu au goût du jour en 2003. Les habitants ont commencé par se réapproprier et nettoyer l’espace au fond du parc qui avait été réservé au milieu des années soixante-dix pour le stationnement des caravanes. Depuis quelques années, il était laissé en friche, les habitants, suite à divers actes de vandalisme, ayant préféré parquer leurs caravanes et, maintenant, leurs camping-cars dans des hangars fermés. Donc, après une décennie, voire deux d’abandon, cet espace est revenu à la nature. Il a été bêché collectivement et divisé en un nombre de parcelles équivalant au nombre de familles intéressées par l’activité, plus une pour l’école. Une vingtaine de petits carrés d’environ 4 mètres sur 4 sont dessinés et attribués. D’un côté, on voit sortir de terre des rangs de légumes bien alignés, la majorité des habitants optant pour un potager classique. De l’autre, quatre familles décident de regrouper leurs parcelles pour faire un jardin commun, mais un jardin d’agrément. Elles commencent par faire du terrassement, elles creusent des chemins et aménagent des monticules sur lesquels elles plantent et sèment un mélange de fleurs et de légumes. Quelques échanges avec les uns et les autres permettent de repérer que ces familles sont plus jeunes, plus diplômées que les autres et propriétaires. Les premiers sont plus âgés, plutôt locataires ou anciens habitants. Leur différence de pratique fait l’objet d’échanges, de moqueries « bon enfant », de part et d’autre, chacun prodiguant des conseils à sa façon. Dans cette pratique, on peut lire la différenciation sociale, mais il est surtout intéressant et rare de pouvoir observer leur cohabitation, leur proximité. Les habitants eux-mêmes la perçoivent, mais ils n’en font pas une lecture idéologique en termes d’opposition de classe, soit parce que le fait qu’ils appartiennent au même monde social leur apparaît évident, ou alors parce que, en tant que membre de l’association, ils sont porteurs d’un système de valeurs commun égalitaire.

241Quelle que soit l’activité observée, l’externalisation, les évolutions militantes, sociales et politiques sont significatives pour comprendre les sociabilités collectives d’aujourd’hui. Les membres de l’association ont une façon de vivre ensemble dans l’immeuble comme une « grande famille » qui tente sans cesse d’intégrer autant que possible le plus grand nombre d’habitants.

La salle polyvalente et les fêtes

242L’association fait en sorte que les habitants se rencontrent au cours d’activités diverses mais elle propose aussi des rencontres élargies sans condition d’adhésion dans un cadre festif. Elle disposait auparavant d’un équipement très utile pour remplir cette fonction : la salle polyvalente. Ce n’est pas Le Corbusier qui a dessiné ce petit hangar, aujourd’hui très vétuste, situé à proximité du parking Nord. Pourtant, il a imaginé qu’aux pieds des immeubles, on devait trouver ce type de lieu.

243Cette salle a rempli plusieurs fonctions : un espace de renvoi pour bricoler (les habitants ne disposant pas de garages individuels ou de cave), l’accueil de la vie associative mais aussi l’accueil de toutes sortes de fêtes familiales privées.

« Elle a servi, oui, oui, d’abord il y a le gros bricolage là, il y a un atelier, et puis elle était louée pour des fêtes de famille aux adhérents de l’association, hein, parce que effectivement on peut difficilement avoir quinze personnes à manger dans les appartements, c’est impossible… [...] Il y avait une demande, elle était louée pour des baptêmes, des communions, des mariages. On a fait le vin d’honneur du mariage de ma sœur dans cette salle, c’était pratique. Mais il y a un manque là, bon y’a un projet de rénovation etc. Mais c’est vrai que je pense qu’il y avait une vraie utilité, oui, et puis elle a le mérite d’être à l’extérieur, au niveau du bruit on n’a pas les mêmes nuisances que dans les locaux intérieurs. » Mme Bialas.

244Les habitants pouvaient ainsi recevoir toute leur famille. La vie en appartement en ville ne permet pas de pérenniser ce genre de sociabilité familiale où la famille élargie peut se retrouver autour d’événements importants. Pour la population migrante, déracinée, pouvoir bénéficier près de chez soi d’un lieu pour accueillir tous les siens contribue à valoriser leur nouvelle vie, son confort, sa qualité. Et indirectement, tous les voisins participent à cette fête qui jalonne un événement de la vie familiale. Il y a eu aussi des réveillons du premier de l’an, organisés par l’association. Dans les cahiers de comptes-rendus, on en trouve la trace en particulier dans les années quatre-vingt : par exemple 39 personnes sont inscrites en 1985. Cette vie sociale va disparaître avec la limitation de l’accès à cette salle pour des raisons de sécurité.

245Actuellement, elle ne sert qu’exceptionnellement. C’est là par exemple que se sont retrouvés les habitants pour confectionner les grandes banderoles qui ont été accrochées aux façades pour protester contre la fermeture de la Poste. C’est là aussi que viennent encore de temps en temps les « bricoleurs » qui entreprennent des gros travaux et n’ont pas de place dans leur appartement, ni d’espaces de renvoi. C’est aussi là que l’association stocke bancs, tréteaux et planches que l’on sort pour la fête des habitants en juin.

246Ce local ne répond plus aux normes de sécurité exigées aujourd’hui. Pourtant les habitants le regrettent car il était possible d’y faire des activités plus bruyantes que dans les salles communes situées dans l’immeuble, il était possible d’y être plus nombreux. Le Corbusier avait imaginé ce type d’équipement pour ses cités, mais jamais il n’a été réalisé alors qu'il correspond manifestement à un besoin et à une demande qui ne se sont pas démentis au fil du temps.

« [La salle du] niveau onze [ex télé-club], c’est-à-dire deux niveaux en dessous de celui-ci, où quand on fait la fête des enfants au mois de décembre… […] Ça caille un peu et puis c’est surtout que ça résonne quoi. Mais lors de la fête des enfants, il faut reconnaître que c’est, enfin, moi, c’est mon avis mais je ne pense pas être la seule à penser ça, c’est assez désagréable parce que les gamins sont là pour s’amuser donc ils parlent, ils crient, ils rient, et ça résonne vite et on en a vite ras le bol. […] Ah bah moi, la salle polyvalente, je la trouve magnifique. Comme ça, juste comme ça, parce que ça avait soulevé une grosse polémique au moment de la fête des enfants parce que deux ou trois personnes étaient d’accord pour faire le nécessaire dans la salle polyvalente, la décorer pour accueillir les enfants, qu’il y ait de l’espace. Et puis on a senti une certaine résistance d’autres personnes pour que ça ait encore lieu dans cette salle du niveau onze dans les mêmes conditions que les autres années. […] Je pense que rénover la salle polyvalente ça pourrait être quelque chose de très, très sympa, oui. » Mme Auger.

  • 69 Proposition soumise par la vice-présidente du conseil syndical, octobre 2002.

247Au moment de l’enquête, le thème de la « salle polyvalente » revient souvent dans les propos des personnes interrogées car des discussions sont en cours au syndic pour la mettre aux normes ou en construire une autre. Une habitante élue au syndic propose au conseil un projet permettant de revisiter et de « traiter » en vue du cinquantenaire, l’ensemble des espaces communs et en particulier les espaces extérieurs : « Projet pour la Maison Radieuse de Rezé, Cinquante ans : l’âge idéal pour un lifting69 ». Dans ce projet l’idée de maintenir l’actuelle salle polyvalente dans ses fonctions est abandonnée : un transfert des garages à vélos est proposé, un de ces derniers pouvant être transformé en local de répurgation et l’autre détruit pour y implanter une nouvelle salle. « Nous pourrions imaginer qu’elle soit équipée d’un bar (géré par l’AHMR) et d’un espace modulable permettant à la fois d’organiser des fêtes, réunions, spectacles. Ce pourrait être un lieu convivial ouvert pendant certains créneaux horaires les week-ends où les habitants pourraient venir prendre un café ou une boisson sans alcool. Elle pourrait également comme cela se faisait par le passé être louée aux habitants pour les réunions familiales ». Il n’est donc pas question d’abandonner l’idée d’avoir un lieu de vie collective. Ce projet optimiste soulignait qu’il restait 30 mois avant le cinquantenaire pour le réaliser, mais c’était sans compter sur diverses résistances et notamment à propos de son coût. En réponse à cette difficulté, les habitants vont se tourner vers la mairie. Mais ces discussions n’aboutiront pas, en partie parce que se pose alors le problème de savoir si on fait une salle de quartier ou une salle réservée à l’usage des habitants.

« Parce que oui, je voudrais bien une salle en bas mais qui soit faite par la mairie de Rezé. Qui soit construite par la mairie de Rezé, qui soit ouverte à tout le quartier et que ce soit une salle associative où les jeunes puissent aller au lieu de traîner dans les couloirs. Ça je suis vraiment pour qu’il y en ait une mais je suis absolument contre que ce soit les habitants du Corbusier qui la fassent construire, qui la payent et qu’elle soit réservée uniquement pour eux. » Mme Villèle.

248Un peu comme le hall déserté, cette salle est comme le vestige d’une période passée où se déroulait une vie sociale plus dense. Mais cette forme de vie collective n’a pas totalement disparu avec l’impossibilité utiliser cette salle. Heureusement, la fête des habitants se passe en été et en extérieur, par conséquent son déroulement n’a pas été remis en cause même si il s’est modifié.

  • 70 Nous avons vu précédemment qu’à cette période cela avait servi à financer l’aide aux grévistes et p (...)
  • 71 Extrait du compte-rendu du CA du 8 septembre 1981, intitulé « déroulement de la fête de septembre »

249En effet, tous les ans depuis la fête de l’inauguration, ce rendez-vous a lieu. Le rapport moral de juin 1957 fait état d’un échec de la fête de juin 1956 qui se révèle déficitaire et il rappelle la préoccupation de l’équilibre des ressources de l’association70. Dans ces fêtes, l’association tient un bar payant ou vend des « mets » comme des pâtisseries maison, des sandwichs, ce qui sert à financer les activités de l’association. Jusqu’au début des années quatre-vingt, les fêtes se dérouleront sur tout un week-end plus ou moins sous la forme suivante : le samedi après-midi toutes sortes d’activités se chevauchent, se succèdent : il y a un concours de pêche dans l’étang (inscription 1franc pour les enfants et 2 francs pour les adultes) ; en même temps se déroule le marché biologique ; à 15 h 00, un match de volley-ball (inscription 1franc par personne) se déroule ainsi qu’un concours de boules et un Gymkhana (1 franc par personne). Un buffet et une buvette sont tenus et une sonorisation de la fête assurée par Radio Atlantique. De 20 h 30 à 1 h 00 du matin, c’est le bal du samedi soir. Le dimanche, on organise un pique-nique et des animations pour les enfants71.

250Aujourd’hui, les habitants ne se retrouvent qu’un seul jour. Ils dressent contre le pignon extérieur de la salle polyvalente quelques armatures en fer pour y installer le bar et le stand de la sono. On sort les barbecues à l’usage de tous, des bidons coupés en deux et montés sur des pieds. On dispose les bancs et les tables sous les arbres. Le matin, les enfants sont invités à participer à une « bourse aux jouets », l’après-midi un tournoi de pétanque et des tours de poneys dans le parc occupent ceux qui le souhaitent, les autres (surtout des femmes) restant « palabrer » à l’ombre sous les arbres. Ce rendez-vous annuel permet à une cinquantaine de personnes de se retrouver. Ils étaient un peu plus nombreux au cours de l’été 2004.

« Bah, chaque année il y a la fête au mois de juin, où il y a en fait un rassemblement en bas de l’immeuble, où il y a un pique-nique qui est organisé, pour l’arrivée des nouveaux habitants, et ça se passe toujours bien. Non, de toute façon c’est en train de revenir au goût du jour les relations entre voisins dans un même immeuble. Je crois qu’il y avait la fête des voisins, il n’y a pas longtemps. Et c’est en train de revenir, donc je pense que le concept, il continuera, bon après dans le temps je ne sais pas ce que ça peut donner… » M. Kerhoas.

251Au Corbusier, il y a toujours eu cette fête de l’immeuble portée par l’association. Tous les nouveaux habitants y sont invités personnellement par une démarche d’un membre de l’association. Au fil des années, les rendez-vous entre habitants ont changé dans leur déroulement et en nombre de participants. Sur les deux aspects, tout est revu à la baisse. Le déclin se fait tout au long des années quatre-vingt et, depuis, les fêtes entre habitants ont une plus petite dimension. Mais la vie collective est maintenue par la volonté de ceux qui restent actifs dans l’association et pour cette raison, malgré la baisse de fréquentation, les cinq décennies ont pu être traversées. Il se peut que le sens de ces réunions se trouve renouvelé par le besoin actuel de sociabilité de voisinage qu’on voit se développer un peu partout en milieu urbain.

252Les équipements ne font pas tout, même s’ils sont nécessaires au développement d’une vie collective. À la Maison Radieuse, avec un équipement minimum, l’association est parvenue à développer une forme de vie sociale active et en assurer le maintien pendant 50 ans, y compris quand la pratique militante elle-même s’affaiblit. Pour que cette dynamique se maintienne, s’adapte, l’engagement continu d’une partie des habitants a été nécessaire et même si tout change, le contexte, la forme d’engagement et le groupe lui-même, un élément commun assure cette continuité : l’attachement à la Maison Radieuse, un attachement partagé qui forge une identité collective.

Le patrimoine, fêtes et luttes collectives

253Depuis ses débuts, l’AHMR a des activités qui concernent directement la « promotion » de l’immeuble lui-même. Elles vont jouer un rôle important dans la construction du rapport entre les habitants de l’association et leur Maison Radieuse. Plus que du lien entre eux, une identité commune se forge. Et quand leur groupe se désagrège, s’affaiblit, se recompose, à chaque fois, ceux qui restent, conservent leur attachement à l’immeuble et le transmettent. Plus que le groupe de militants lui-même, l’attachement de chacun d’entre eux à l’immeuble permet de pérenniser la vie collective. Cet attachement du départ n’est pas le même aujourd’hui. Les nouveaux habitants actifs dans l’association ne le sont pas pour les mêmes raisons que leurs prédécesseurs et les arguments de promotion de la Maison Radieuse ont changé. Cela se voit tout particulièrement à propos de la promotion de l’architecture de l’immeuble.

254L’association, dès l’ouverture, a pris en charge l’organisation des visites. Un appartement témoin permettait de montrer tout le confort moderne dont bénéficient les habitants. Jusqu’en 1960, une employée était rémunérée par l’association pour assurer cette fonction. Les visites ont ensuite été assurées par les habitants bénévoles : 550 visites en 1976, 282 en 1977 et 277 en 1978. La baisse de cette activité est continue à partir du milieu des années soixante-dix et en 1979, le rapport d’activité de l’association précise qu’il lui faut trouver un responsable et de nouveaux volontaires pour pouvoir continuer. Les difficultés à trouver des personnes disponibles pour faire les visites et entretenir l’appartement témoin, contraignent l’association à se tourner vers la mairie. Dans un premier temps, la mairie prendra à sa charge le salaire d’un guide puis finira par gérer complètement cette activité et versera en contrepartie de la perte de revenu pour l’association une subvention complémentaire, puis la mairie achètera l’appartement témoin. L’association ne pouvant plus assurer bénévolement cette activité se désinvestit de l’organisation des visites réalisées depuis par le syndicat d’initiatives. En 1987, la ville prend un engagement financier afin de permettre l’accueil de visiteurs en plus grand nombre.

255Deux phénomènes se conjuguent pour expliquer le désengagement de l’AHMR de cette activité. Tout d’abord, il y a le recul de l’implication des habitants dans l’association au début des années quatre-vingt où en même temps l’immeuble n’offre plus la même image valorisante qu’à ses débuts. Ensuite, un tournant patrimonial est pris, et tout se passe comme si les visites, au fur et à mesure de la reconnaissance publique de cet immeuble comme patrimoine et comme pôle d’attraction touristique local, ne supportaient plus un certain « amateurisme ».

256Pourtant l’AHMR revendique que le fait d’habiter l’immeuble donne à ses occupants une compétence liée à la pratique, à l’expérience d’habiter, une « habilitation » à parler de la vie de l’immeuble qu’un guide extérieur ne peut pas avoir. Le rapport d’activité de l’AHMR, de 2003 rappelle qu’« une convention nous lie à la ville pour l’organisation des visites de la Maison Radieuse. L’AHMR a toujours revendiqué son droit de regard sur les visites. Ne sommes-nous pas les mieux informés et les plus habilités à parler de la vie de l’immeuble ? […] Le nombre de visites enregistrées par la ville est de 1 236 contre 1 552 en 2002. Il faut y ajouter les visiteurs de la Journée du Patrimoine et le nombre de visites que nous assurons nous-mêmes ».

257Pour l’association, les visites sont aussi une source de revenu, d’abord directe puis sous forme de subventions, qui lui permet de développer et de financer ses autres activités. Cet immeuble offre à l’AHMR une double rétribution à la fois symbolique et pécuniaire qui n’est pas sans effet sur le développement de la vie collective. Même si contrairement aux précédentes activités qui animent la Maison Radieuse, celle-ci n’est pas directement un vecteur de sociabilité entre habitants, elle participe à la construction de l’identité des habitants.

258Au départ, il y a une fierté à habiter dans un immeuble neuf, moderne, original, conçu par un architecte de renom. À la fin des années soixante-dix et au début des années quatre-vingt, cette idée s’est émoussée dans l’esprit des habitants. Les militants s’essoufflent, quelques-uns assurent la continuité. Puis en 85-87, suite à la rénovation de façade, puis à celle des appartements HLM, une nouvelle fierté à vivre ici s’impose, celle d’habiter un immeuble patrimonial. Plus encore que cette activité continue d’accueil d’un public extérieur, les fêtes de célébrations et/ou anniversaires sont des moments de mobilisation des habitants qui resserrent et développent les liens entre eux.

259L’association a toujours pris une part active dans leur organisation et leur animation depuis l’inauguration jusqu’au cinquantenaire. Il s’agit de rendez-vous qui permettent de mettre à l’honneur leur immeuble ou/et son architecte, de faire la promotion de la qualité de leur lieu de vie. Ces fêtes-événements prendront peu à peu un tournant patrimonial.

260Au départ, on fête la modernité, l’avant-garde. La première quinzaine de juillet 1957 est marquée par un festival de l’Art d’avant-garde sous le « haut patronage » de personnalités politiques et culturelles de l’époque. Peintres, sculpteurs, spectacles de théâtre et de musique, cinéma, toutes les formes d’expressions artistiques sont invitées. Dans les archives, le programme détaillé atteste de la qualité culturelle de l’événement d’un niveau plutôt relevé : deux soirées musicales sont signalées, un concert de Jazz moderne et un concert de musique de chambre. Le programme cinématographique intitulé « L’avant-garde internationale » permet de découvrir une série de films muets datant de 1910 à 1929 et une période parlante où s’affichent comme films les plus récents O dreamland de L. Anderson, 1956 et un film d’Alain Resnais, Van Gogh. Dans les cahiers de l’association, on trouve trace d’une réunion en août 1957 qui signale l’augmentation des revenus de l’association suite à cet événement.

261En 1975, pour les 20 ans de l’immeuble, l’AHMR organise un fest-noz. Cette fête est plus de la dimension d’une petite fête entre habitants que d’une grande fête célébrant l’architecture et le patrimoine. On pourrait penser qu’il s’agit de la période la plus communautaire autour des luttes pour maintenir aussi longtemps que possible la société coopérative, mais cela correspond plutôt à une fête de maintien de l’activité, vaille que vaille. En 1980, pour le 25e anniversaire, les comptes-rendus laissent paraître une mobilisation très restreinte, un petit noyau d’habitants assure la continuité.

  • 72 Ouest-France, 17 juin 1985, « Les trente ans du « Corbu ».
  • 73 La Tribune, 30 mai 1985.

262En 1985, pour les 30 ans, une autre dimension de fête est atteinte, 4000 personnes72 seront accueillies. Dès février 1984, le CA se mobilise pour établir un projet et prendre des contacts pour l’organisation d’une fête qui s’est déroulée mi-juin 1985. L’AHMR, la mairie de Rezé, LAH et le syndic de co-propriété se retrouvent autour d’une table en juin 1984. « Un copieux programme d’animations sur lequel travaille l’association des habitants du Corbu depuis 1984. Dans le parc, des expositions, dans le parallélépipède de béton truffé de rue et de places des appartements témoins – « duplex » avant la lettre – meublés par l’atelier de recherche Le Corbusier ou par des créateurs contemporains, un restaurant, des montages audiovisuels et des casettes vidéo… Temps fort les 15 et 16 juin… : bureau de poste temporaire avec timbre-date ; fanfares des beaux arts, saut en parachute, marché biologique, escalade de la façade ouest de l’immeuble, jeu de piste dans les jardins et les étages, ou rencontre de foot avec le club Maison Radieuse… Le samedi à la nuit tombante, spectacle de son, lumière et laser sur la façade ouest. Le dimanche soir, grand bal. Dans la salle des Roquios se déroulera également un important colloque d’architectes sur l’habitat solidaire73

263Le tournant patrimoine est pris avec une relève du côté de la collectivité locale dont on peut mesurer alors l’implication à l’égard de l’immeuble.

264En 1987, le centenaire de la naissance de Le Corbusier s’articule autour d’un événement : l’inauguration de l’agence postale.

265Pour les 40 ans de la Maison Radieuse, un rendez-vous avec diverses animations, expositions et conférences est programmé sur un week-end. Le samedi à 12h00, c’est l’ouverture officielle avec un apéritif sur le toit-terrasse. De 15h00 à 17h30, deux concerts avec groupes de chanteurs et de musiciens sont organisés dans le parc, suivis d’un pique-nique à 19 h 00, lui-même suivi d’un spectacle pour enfant à 20h30. Et la nuit se prolonge par un concert Soul et Rythm’n blues à partir de 22h00. Le samedi et le dimanche, des appartements qui accueillent des expositions de photographies, de dessins d’enfants et sur l’architecture du XXe siècle, sont ouverts au public. Le dimanche, à 15h00, une conférence débat invite spécialistes, habitants et public à échanger.

266Pour les 50 ans de la Maison Radieuse, la préparation bat son plein lors de notre enquête. Une association spécifique est créée « L’association du Cinquantenaire ». Une chef de projet est recrutée par la mairie et travaille avec une coordinatrice. L’organisation est plus institutionnalisée et professionnalisée que pour les précédents rendez-vous. Un des soucis importants de cette équipe est de tenter d’impliquer le plus grand nombre d’habitants. Leurs premières tentatives de contacts n’ont pas reçu un franc succès car les organisateurs évoquent leurs difficultés à établir le contact avec les habitants qui ne sont pas dans l’association.

  • 74 11 octobre 2002, nous les avons accompagnés.

267L’AHMR quant à elle se prépare depuis longtemps à ce rendez-vous. Dès 2002, l’association fait peu à peu monter son activité en puissance autour de l’événement à venir. Ils seront une dizaine à prendre le train de nuit au départ de Nantes74 pour se rendre au cinquantenaire de l’unité de Marseille. Et ils affichent la volonté d’aller voir comment cela se passe pour pouvoir bénéficier de cette expérience afin d’organiser leur propre fête. Ils prennent des contacts, organisent l’accueil d’habitants à habitants. Au sein de l’association, toutes les activités se tournent vers l’événement, ce qu’on va montrer aux visiteurs, ce qu’on va leur dire. Entre le moment où notre enquête a débuté et la date anniversaire, nous avons pu observer ces préparatifs. Le réinvestissement du hall, des jardins, des clubs, la préparation des expositions, tout un ensemble de pratiques collectives s’inscrivent dans la dynamique du cinquantenaire.

  • 75 Depuis le mois de mars 2005, la presse locale multiplie les articles sur la Maison Radieuse. Le 16 (...)
  • 76 Le tournage du documentaire de Catherine Tréfousse, production France 3 2005, s’est effectué en mêm (...)

268La présence d’observateurs ou d’enquêteurs qu’ils soient sociologues, journalistes75 ou documentaristes76 pose aux habitants le problème de la présentation de soi, de l’image qu’ils veulent donner à voir de leur immeuble mais également d’eux-mêmes car ils sont d’abord identifiés en tant qu’habitants de la Maison Radieuse. Une telle sur-sollicitation n’est pas sans effet sur le collectif d’habitants.

269Une semaine de festivité s’est déroulée du 20 au 26 juin 2005 : mise en lumière du bâtiment, expositions de rues, visite de l’appartement « année 50 », portraits et histoires d’habitants, conférences-débats, site internet, ateliers pédagogiques, théâtre, danse, musique, foot, buffet géant, fanfare et bal populaire…

270La sociabilité collective apparaît particulièrement dynamisée dans ce contexte. Une partie des habitants participent et s’impliquent dans toutes ces activités qui ont vocation à la valorisation de leur immeuble comme patrimoine. Ils tentent en interne de convaincre les autres de profiter de ces moments de fête et de rencontres. D’anciens habitants sont recontactés. Comme en 1985, après la fête, il y a les photos de la fête, les films de la fête, les livres souvenirs également.

271Puis, peu à peu, la vie associative reprendra sa vitesse de croisière, en attendant qu’un nouvel événement crée un nouveau sursaut d’activités. Tout au long des trois dernières décennies, entre chaque grand rendez-vous pour fêter l’immeuble de Le Corbusier, l’association a su maintenir une activité sociale d’animation qui mobilise en continu un groupe d’habitants. Celui-ci forme un noyau qui permet la continuité du collectif, qui est capable de mobiliser plus largement que ce soit sur les événements commémoratifs, ou de lutte (pour défendre la poste) et qui transmet la mémoire.

272Ce chapitre a permis de mettre en évidence les formes de sociabilités qui existent au sein de l’immeuble. Les relations de voisinage, d’échanges entre les habitants de la Maison Radieuse apparaissent à la fois identiques et spécifiques, comparées à celles que l’on rencontre ailleurs. Elles sont identiques car elles peuvent se retrouver dans n’importe quel village. Elles sont spécifiques car ici c’est en milieu urbain et tout se passe à la verticale. La sociabilité, autour des enfants et de l’école, par exemple, se retrouvera partout, par contre le fait que l’école soit sur le toit, produit des pratiques spécifiques qui ne sont pas sans effet sur les relations entre les enfants et entre les parents. Le « bonjour-bonsoir » n’a rien d’original, et peut se retrouver dans n’importe quel immeuble où les habitants sont au minimum polis. Mais ici, il est perçu comme un indice supplémentaire de convivialité qui règne au sein de la Maison Radieuse. Même si ce constat dominant est à nuancer, il convient de noter que s’il revient avec une telle récurrence, c’est bien parce qu’il est significatif d’une réalité vécue.

273Cette réalité est inscrite matériellement dans la conception même de l’immeuble, de ces espaces communs et intermédiaires (hall, parc, rue) où la vie sociale a pu s’installer. Et les résultats des analyses exposés précédemment permettent de se rendre compte que si la vie sociale a pu s’installer d’une façon aussi intense, c’est parce qu’il y a eu une appropriation individuelle et collective. Cette double appropriation a été rendue possible par le statut de locataire-coopérateur. Elle s’est concrétisée à travers l’organisation collective des habitants en association. L’Association des Habitants de la Maison Radieuse (AHMR) va vivre à l’unisson avec l’immeuble lui-même et surtout elle se donne pour objectif de réaliser la partie sociale du projet de l’architecte : veiller et contribuer au bienêtre des habitants.

274À travers toutes ses activités, l’AHMR a répondu au projet de Le Corbusier : elle a développé des animations collectives dans les espaces que l’architecte a créés pour cela et en a même développées quand ces espaces n’existaient pas. Tous ces rendez-vous collectifs ont contribué à forger des liens entre les habitants mais aussi un attachement des habitants à la Maison Radieuse qui varie selon les périodes. On peut en suivre l’évolution à travers les activités de l’association qui sont soumises à des changements sociaux et qui reflètent à la fois la construction de l’identité collective des habitants et les évolutions sociales larges.

275Dans une première phase très militante, l’association investit toutes les questions sociales, puis peu à peu elle s’en dégage car, à l’extérieur de la Maison Radieuse, l’offre d’animation socioculturelle et sportive se développe et elle-même voit ses forces militantes l’abandonner.

276Après une période plus atone, la vie associative reprend avec des logiques plus culturelles, sur des registres contemporains d’aménagement environnementaux et de patrimonialisation. Cependant, on doit noter que l’AHMR, par sa pratique sur la longue durée, a su trouver un équilibre : elle reste en mesure de développer une offre spécifique qui permet de maintenir le lien entre les habitants, la vie collective, en s’adaptant aux évolutions sociétales les plus diverses.

277Un second schéma d’évolution que l’on voit dans le contenu même des activités proposées, se superpose au premier. Dans la première période, les activités de l’association montrent qu’il existe une solidarité de classe (soutien aux grévistes de 55). Il semble alors que l’identité des habitants est fortement ancrée dans une appartenance sociale. Au cours des années soixante, un glissement s’opère. L’appartenance de classe reste aux portes de l’immeuble et une solidarité interne entre habitants donne un autre sens à leur regroupement. L’identité collective des habitants s’affirme et se forge pour conduire à l’autonomie de la location-coopérative. Ils se déterminent donc plutôt comme habitants locataires-coopérateurs. Ensuite viennent les années soixante-dix, où les problématiques féministes et écologistes trouvent leur place dans diverses activités. L’immeuble vit à l’heure militante comme le reste de la société. Et la vie collective est particulièrement marquée par cette identité militante alors qu’en même temps, l’identité habitante des locataires-coopérateurs est mise à mal par la Loi Chalandon.

278Les années quatre-vingt apparaissent comme une période de transition qui jette un trouble sur leur identité collective. Les activités de l’association vivotent. Des associations de locataires s’installent.

279Puis, à partir des années quatre-vingt-dix, on voit nettement s’imposer la reconnaissance patrimoniale de l’immeuble. Le concepteur, la qualité architecturale sont l’objet d’une reconnaissance manifeste qui transforme progressivement l’habitation à caractère social en un immeuble emblématique du mouvement moderne. Légitimement, les habitants de la Maison Radieuse se retrouvent dans cette évolution et les activités de l’AHMR en portent le reflet.

280À chacune des périodes correspondent des activités et des sociabilités collectives différentes. L’identité collective se décompose et se recompose parce qu’à chaque période il y a un groupe qui se fédère. Et même si tous les habitants ne sont pas également concernés, le groupe des habitants organisés crée une activité collective qui construit une identité propre aux résidents de la Maison Radieuse.

Notes

1 La prise en compte par les architectes et les urbanistes des rapports de voisinage fait l’objet d’une analyse et d’un bilan dans J-Y. Authier et Y. Grafmeyer, Les relations sociales autour du logement. État des savoirs et perspective de recherche, Plan construction et architecture, Paris, 1997.

2 P. H. Chombart de Lauwe, Famille et Habitation, t. 2, Un essai d’observation expérimentale, p. 254.

3 Voir chapitre I.

4 F. Héran, « Comment les Français voisinent ? », Économie et statistique, n° 195, INSEE, Paris, 1987.

5 J. Gracq, La forme d’une ville, éd. José Corti, Paris, 1985, p. 136.

6 D. Duprez, M. Leclerc-Olive, M. Pinet, Vivre Ensemble. La diversité des quartiers « sensibles » à l’épreuve de la vie quotidienne, LASTREE/IFRESI/CNRS, convention CNAF, rapport d’étude, décembre 1996.

7 M. Mauss, « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », in Sociologie et anthropologie, p. 143-277.

8 La Charte d’Athènes, la partie sur la circulation, § 63.

9 Le Corbusier, Urbanisme, Champ Flammarion, Paris, 1994, p. 205.

10 P. H. Chombart de Lauwe, Famille et Habitation, t. 2, Un essai d’observation expérimentale, p. 246.

11 M. Young et P. Willmott, Le village dans la ville, CCI, Paris, 1983.

12 Le Corbusier, Urbanisme, Champ Flammarion, Paris, 1994, (1re éd. 1925), p. 189.

13 Comme nous l’avons vu dans le chapitre II.

14 Journal de l’Association des Habitants de la Maison Radieuse.

15 Divers travaux de recherche montrent aussi que les relations de voisinage sont des pratiques socialement très différenciées selon la catégorie sociale, l’âge, et la composition du ménage. J-Y Authier, « Les relations de voisinage », dans M. Segaud, Jacques Brun, J. -C. Driant, Dictionnaire de l’habitat et du logement, Armand Colin, Paris, 2002, p. 421-425.

16 Voir chapitre I.

17 A. Degenne, « Un langage pour l’étude des réseaux sociaux », dans Collectif, L’esprit des lieux. Localités et changement social en France, éd. CNRS, Paris, 1986.

18 Il y a 29 studios de 23 m 2 et 45 logements de 2 pièces dans l’immeuble.

19 P. H. Chombart de Lauwe, Famille et Habitation, t. 2, Un essai d’observation expérimentale, p. 250.

20 P. H. Chombart de Lauwe, Famille et Habitation, t. 2, Un essai d’observation expérimentale, p. 253.

21 P. Bataille et D. Pinson, Rezé évolution et réhabilitation Maison Radieuse, juin 1990, p. 54.

22 J. -C. Chamboredon et M. Lemaire, « Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et leur peuplement », dans la Revue Française de Sociologie, XI, 1970, p. 3-33.

23 Le documentaire de Christian Rouaud, intitulé « Dans la Maison Radieuse » et diffusé sur France 3, le 19 mars 2004, a exacerbé cette tension. Les appartements filmés étaient ceux de propriétaires ayant fait des aménagements adaptés au projet Le Corbusier, et pouvant donner des envies à des locataires qui n’ont ni le droit, ni les moyens d’aménager leur appartement comme ceux qu’ils ont pu voir dans ce reportage.

24 J. Guibert, Les locataires de la Maison Radieuse, opinions et pratiques, LERSCO, Nantes, 1987.

25 P. H. Chombart de Lauwe, Famille et Habitation, t. 2, Un essai d’observation expérimentale, p. 256.

26 J. -P. Le Goff, mai 1968, l’héritage impossible, éd. La Découverte & Syros, Paris, 1998, 2002, p. 239 : « À travers ces luttes qui peuvent paraître défensives, se manifeste une capacité d’initiative et de mobilisation peu commune qui n’aurait guère été possible sans l’impact de Mai. Mais son inspiration vient beaucoup moins de l’extrême gauche léniniste que d’un courant humaniste et chrétien présent en Mai, porté par une partie du PSU et par la CFDT, proche de ce qu’on va bientôt appeler la « deuxième gauche » ».

27 G. Noiriel, Les ouvriers dans la société française, XIX-XXe siècle, éd. du Seuil, Paris, 1986, p. 197.

28 N. Roux, Sociologie du monde politique d’ouvriers de l’Ouest, éd. L’Harmattan, Paris, 2002.

29 J. Ancelin, L’action sociale familiale et les caisses d’Allocations familiales. Un siècle d’histoire, Paris, Comité d’histoire de la sécurité sociale, 1997.

30 A. Bovar, Emile Decré, un grand commerçant chrétien, éd. Siloé-Kerdoé, Paris, 2003.

31 P. Saddy, « Le père de la Maison Radieuse », entretien avec Gabriel Chéreau, Revue 303, revue de la région des Pays-de-la-Loire, n° 15, 1987, 4e trimestre, p. 25-27.

32 Entretien réalisé le 10 octobre 2003 avec Jacques Gauducheau.

33 H. Puel, Économie et humanisme dans le mouvement de la modernité, Paris, 2004.

34 Le Corbusier est lui aussi proche des dominicains, il réalisera pour eux le couvent de la Tourette, Éveux, à 27 km au nord-ouest de Lyon, 1953-1960.

35 B. Bretonnière, F. Colson et J-C. Lebossé, Bernard Tharreau, militant paysan, éd. de l’Atelier, Paris, 1997, p. 59 : « En 1946, dans le gouvernement d’union nationale, le socialiste Tanguy-Prigent, ministre de l’Agriculture qui a notamment fait voter le statut du métayage et du fermage – véritable révolution dans le droit rural – favorise l’extension de coopératives, notamment les CUMA ».

36 J. Ancelin, L’action sociale familiale et les caisses d’Allocations familiales. Un siècle d’histoire, Paris, Comité d’histoire de la sécurité sociale, 1997.

37 P. Bataille, D. Pinson, Rezé évolution et réhabilitation, Maison Radieuse, Plan Construction et Architecture, Paris, juin 1990, p. 25.

38 Archives non classées, non inventoriées du syndic de co-propriété.

39 L’association dispose d’un fond d’archives non inventorié. Une lecture de l’ensemble des documents disponibles de 1955 à 2004 a été effectuée avec un relevé systématique de différentes informations : nombre d’adhérents, nombre de présents ou de votants aux Assemblées Générales, membres du CA, ordre du jour et problèmes essentiels du moment. Cette mémoire écrite permet de pallier à la « disparition » de certains témoins de l’époque, ainsi qu’à la mémoire sélective des témoins toujours présents, en particulier des descendants qui relaient souvent des faits de seconde main qu’ils n’ont pas eux-mêmes vécus. De plus, la confrontation de la mémoire officielle, écrite, archivée et de la parole des habitants permet différents ajustements pertinents et en particulier de prendre la mesure ce qui est transmis. Pour la période 1965-1981, il n’y a pas de cahier, les documents sont plus limités.

40 P. Bataille, D. Pinson, Rezé évolution et réhabilitation, Maison Radieuse, Plan Construction et Architecture, juin 1990, p. 22.

41 Texte d’exposé de G. Vittu, président de l'AHMR, 15 juin 1985.

42 Il y a LIP, mais aussi les ouvrières de CIP, Confection Industrielle du Pas-de-Calais, voir par exemple A. Borzeix, M. Maruani, Le temps des chemises, la grève qu’elles gardent au cœur, Syros, Paris, 1982.

43 Le Corbusier, Vers une architecture, Flammarion, Paris, 1995, p. 236.

44 Intervention pour le 30e anniversaire de la Maison Radieuse de G. Vittu, 15 juin 1985, « préparé avec la collaboration de Michel Robert qui a participé à la gestion de l’immeuble sous trois sociétés différentes ».

45 P. Bataille, D. Pinson, Rezé évolution et réhabilitation, Maison Radieuse, Plan Construction et Architecture, juin 1990, p. 25.

46 Intervention pour le 30e anniversaire de la Maison Radieuse de G. Vittu, 15 juin 1985, « préparé avec la collaboration de Michel Robert qui a participé à la gestion de l’immeuble sous trois sociétés différentes ».

47 J. Guibert, Les locataires de la Maison Radieuse, LERSCO, Nantes, 1987.

48 P. Bataille, D. Pinson, Rezé évolution et réhabilitation, la Maison Radieuse, juin 1990, Plan construction et Architecture, document établi et produit par l’UNFOHLM, Paris.

49 Si l’AHMR avait plutôt bien accueilli la CSF à la demande de LAH quelques années auparavant quand, dans le prolongement du conflit autour de la réhabilitation, la CNL demande une clé à l’AHMR (CA du 28 mars 1988) pour pouvoir occuper une salle de réunion, l’association renvoie la demande au conseil syndical.

50 Presse Océan, 21 janvier 1988.

51 Philippe Bataille, Daniel Pinson, Rezé évolution et réhabilitation, Maison Radieuse, Plan Construction et Architecture, juin 1990, p. 97.

52 M. Verret, La culture ouvrière, ACL édition, Saint Sébastien sur Loire, 1988, p. 76.

53 Le Corbusier, Urbanisme, p. 204.

54 Ibid., p. 207.

55 Prolongement du dispositif ARVEJ, Aménagement du Rythme de Vie des Enfants et des Jeunes, mis en place dans les années quatre-vingt-dix qui mobilise les ministères de la jeunesse et des sports, de l’éducation nationale, de la culture et de la communication et la délégation à la ville.

56 H. Montagner, Les rythmes de l’enfant et de l’adolescent, Stock/Pernoud, Paris, 1996.

57 T. Paquot (coordination), Le quotidien urbain : essai sur les temps en ville, éd. Instituts des Villes/La Découverte, Paris, 2001.

58 Entretien collectif des membres de l’association 28 octobre 1959, données de l’enquête P-H. Chombart de Lauwe. Archives inventoriées par E. Guiraud, À la découverte des ouvriers : Paul-Henry Chombart de Lauwe, enquête sociales 1950 – 1960, mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine, sous la direction d’E. Cohen, septembre 2003.

59 M. Verret, La culture ouvrière, ACL édition, Saint Sébastien sur Loire, 1988 p. 293.

60 J. Ion, La fin des militants, Éditions de l’Atelier/Éditions Ouvrières, Paris, 1997.

61 INSEE, enquête Budget, consommation alimentaire et équipement des ménages.

62 A. Degenne, « Un langage pour l’étude des réseaux sociaux », dans Collectif, L’esprit des lieux. Localités et changement social en France, éd. CNRS, Paris, 1986.

63 Cette répartition des rôles de sexe est très largement démontrée par ailleurs dans de nombreux travaux sur les associations.

64 R. Castel, Les métamorphoses de la question sociale, une chronique du salariat, éd. Fayard, Paris, 1995.

65 Le dépouillement des archives de l’association a été effectué dans la cuisine de l’appartement servant de bibliothèque où à la demande de l’habitante avait été installée la machine à coudre.

66 Extrait du rapport moral, AG 21 juin 1957.

67 G. Ragot et M. Dion, Le Corbusier en France, projets et réalisation, éd. le Moniteur, Paris, 1997, p. 318.

68 Ouest-France, 28 mars 2005. Avec l’approche du cinquantenaire, la presse locale consacre régulièrement des articles à la Maison radieuse, sous différents angles.

69 Proposition soumise par la vice-présidente du conseil syndical, octobre 2002.

70 Nous avons vu précédemment qu’à cette période cela avait servi à financer l’aide aux grévistes et par la suite des prêts d’honneur pour les habitants traversant des difficultés financières passagères.

71 Extrait du compte-rendu du CA du 8 septembre 1981, intitulé « déroulement de la fête de septembre ».

72 Ouest-France, 17 juin 1985, « Les trente ans du « Corbu ».

73 La Tribune, 30 mai 1985.

74 11 octobre 2002, nous les avons accompagnés.

75 Depuis le mois de mars 2005, la presse locale multiplie les articles sur la Maison Radieuse. Le 16 mars, une conférence de presse dévoilait le futur programme.

76 Le tournage du documentaire de Catherine Tréfousse, production France 3 2005, s’est effectué en même temps que nous réalisions notre enquête.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search