Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être dreyfusard hier et aujourd’hui

 | 
Gilles Manceron
, 
Emmanuel Naquet

Première partie. Quelques dreyfusards méconnus

Léon Bourgeois, ou l’entrée tardive en révisionnisme du père du solidarisme

Michel Dreyfus

Texte intégral

  • 1 Pierre Guillaume, « Léon Bourgeois et les solidarités », in Pierre Guillaume (dir.) Les solidarité (...)
  • 2 La Ligue de l’enseignement « n’a jamais pris officiellement position en faveur de la révision », J (...)

1Léon Bourgeois (1851-1925) est assez oublié de nos jours. Son engagement en faveur du social, que l’on redécouvre aujourd’hui1, devient plus important que son action proprement politique, à partir de la fin des années 1890. Après une formation d’avocat, il est devenu préfet du Tarn en 1881, et, lors d’une grève survenue à Carmaux, a su nouer le dialogue avec les grévistes. Député de la Marne de 1888 à 1905, franc-maçon, il préside la peu dreyfusarde Ligue de l’enseignement de 1894 à 18982, avant d’être un des fondateurs du parti radical en 1901 ; il est aussi le père du solidarisme dont il expose les principes en 1896.

  • 3 Joseph Reinach, Histoire de l’affaire Dreyfus, Paris, Charpentier et Fasquelle, 1901-1911, t. 2, p (...)
  • 4 Selon Paul de Cassagnac, L’Autorité, 18 novembre 1897, cité par Joseph Reinach, op. cit., t. 3, p. (...)

2L’affaire Dreyfus constitue un tournant dans sa carrière politique : le 1er novembre 1895, il devient président du Conseil et ministre de l’Intérieur, avec deux autres futurs dreyfusards, Louis Ricard à la Justice et Paul Guieysse aux Colonies. En janvier 1896, il confie à Félix Faure ses doutes sur la culpabilité du capitaine, mais le président de la République le rassure alors sur le fait que Dreyfus est « certainement un traître3 ». À la veille du premier procès Esterhazy, Léon Bourgeois prédit que les incidents qu’il va entraîner amèneront nécessairement le ministère à ordonner la révision4. Il jouit alors d’une grande autorité et, selon Joseph Reinach, son intervention en faveur de Dreyfus eût été efficace :

  • 5 Joseph Reinach, op. cit., t. 3, p. 34.

Il y eut une heure où d’un mot, il eût pu retourner les événements mais il laissa fuir cette heure rapide, soit indécision, soit faiblesse. L’exemple de Scheurer-Kestner n’était pas pour lui faire envie ; il s’en confessait : « Le courant est par trop fort ; je ne veux pas être emporté5.

3Toutefois, le 16 novembre 1897, dans un discours très remarqué, il dénonce l’influence du cléricalisme dans l’armée.

  • 6 La Dépêche, 31 janvier 1898, citée par Gérard Baal, « Les radicaux et l’affaire Dreyfus », Jean Ja (...)

4L’antisémitisme imprègne alors un grand nombre de radicaux. Le 30 janvier 1898, Léon Bourgeois siège, à Royat, sur la même estrade que le radical Albert Baduel, antisémite affiché qui dénonce « la campagne poursuivie par la haute finance juive en faveur d’un traître6 ». De son côté, Bourgeois regrette que le gouvernement n’ait pas mis « l’armée en dehors et au dessus de toute discussion », ce que Joseph Reinach commente en ces termes :

  • 7 Joseph Reinach, op. cit., t. 3, p. 328.

Il eût pu aider à dissiper la douloureuse équivoque créée par les protecteurs d’Esterhazy, exploitée par les ennemis de la République ; il l’accepte au contraire et l’entretient7.

  • 8 Ibid., p. 580.

5Puis le 3 avril 1898, Léon Bourgeois affirme que « si l’armée doit être subordonnée au pouvoir civil, celui-ci doit lui assurer qu’en aucun cas, elle ne sera l’objet de critiques8 ». Le protestant Félix Pécaut, ancien directeur de l’École normale supérieure de Fontenay et révisionniste en puissance dès 1894, essaie, mais en vain, dans une lettre du 23 avril 1898 qui est publiée le 2 juin 1898 dans Le Siècle, de rallier Bourgeois au camp dreyfusard.

  • 9 Ibid., p. 633-634.
  • 10 Denis Pernot, « Paul Stapfer : un universitaire dans l’Affaire », in Eric Cahm et Pierre Citti (di (...)
  • 11 Joseph Reinach, op. cit., t. 4, p. 130.
  • 12 Denis Pernot, op. cit., p. 196, note 17.
  • 13 Joseph Reinach, op. cit., t. 4, p. 135.

6Le 30 juin 1898, Léon Bourgeois accepte le ministère de l’Instruction publique dans le cabinet Brisson : la présence, en son sein, de Godefroy Cavaignac au ministère de la Guerre bloque tout espoir de révision9. Le 27 juillet 1898, Bourgeois suspend le recteur Paul Stapfer : lors des obsèques d’Auguste Couat, recteur de la Faculté de Bordeaux, Paul Stapfer a rappelé les angoisses de ce dernier avant sa mort au sujet de Dreyfus10. Cette suspension vaut à Bourgeois de vives critiques dans la presse dreyfusarde11 ; Léon Bourgeois aurait même envisagé de relever de ses fonctions Paul Stapfer12. Le 3 août 1898, Félix Pécaut meurt à son tour : Bourgeois se contente d’envoyer « une dépêche officielle simple mais douloureuse où il y a […] comme du remords13 » ; il reste donc encore très prudent à cette date.

  • 14 Ibid., t. 4, p. 201, 206, 235 et 256.
  • 15 Jean-Denis Bredin, L’Affaire, Paris, Fayard/Julliard, 1983, p. 459.

7En voyage en Suisse lors des aveux du colonel Henry (30 août 1898), Léon Bourgeois est donc absent du conseil des ministres où il est débattu des démissions du général de Boisdeffre et de Cavaignac : on convient alors d’attendre son retour pour prendre une décision. Quelques jours plus tard, Léon Bourgeois, convaincu qu’il n’est plus possible de s’opposer à la révision, cherche à raisonner Godefroy Cavaignac, son camarade de lycée et son ami ; mais en vain. Dès lors, Bourgeois va se prononcer en faveur de la révision et convaincre plusieurs ministres du cabinet Brisson grâce à « son charme personnel et [aux] ressources d’un esprit ingénieux et subtil14 ». Il fait également remplacer au ministère de la Guerre le général Zurlinden par le général Chanoine « qui a promis d’aider à la révision15 ».

  • 16 Joseph Reinach, op. cit., t. 4, p. 542 et 555.
  • 17 Ibid., t. 5, p. 157.

8En février 1899, Léon Bourgeois signe le Manifeste des républicains contre la loi de dessaisissement, puis s’efface au profit d’Émile Loubet à la présidence de la République16. Pressenti pour le gouvernement Poincaré en mai 1899, il se récuse, en alléguant qu’il doit se rendre à la Conférence internationale pour le désarmement, prévue le 18 mai à La Haye. Aussi, L’Aurore et La Petite République attaquent-ils vivement Bourgeois, « réfugié sur ses tréteaux en Hollande […] en train de prêcher la paix internationale quand la guerre civile menace en France17 ». Il ne joue aucun rôle durant le procès de Rennes.

  • 18 Serge Berstein, Histoire du Parti radical, t. 1, La recherche de l’âge d’or, Paris, Presses de la (...)
  • 19 Ibid., p. 38.
  • 20 Michel Dreyfus, Liberté, égalité, mutualité. Mutualisme et syndicalisme (1852-1867), Paris, Éd. de (...)

9Le ralliement très tardif et de peu de poids de Léon Bourgeois au camp dreyfusard s’explique, nous semble-t-il, par trois raisons. Tout d’abord, il est « trop timoré pour oser agir18 ». Homme de dialogue, il est mal à l’aise dans les situations conflictuelles : convaincu vraisemblablement très tôt de l’innocence de Dreyfus, il a certainement désapprouvé l’intervention fracassante de Zola dans l’Affaire. Ensuite, l’engagement de Bourgeois dans le radicalisme ne le pousse pas à prendre parti ; de façon générale, le radicalisme politique est peu lié au mouvement dreyfusard19. Enfin, la préoccupation principale de Léon Bourgeois est ailleurs : c’est justement dans ces années 1898-1899 qu’il s’implique fortement dans plusieurs lois sociales, notamment la Charte de la mutualité, votée le 1er avril 1898, peu après le procès Zola. Bourgeois est alors un des hommes politiques qui espèrent que la mutualité pourra apporter des solutions à la question sociale20. Jusqu’à la Grande Guerre, son activité s’orientera principalement dans le domaine de la santé et de l’hygiène publique : il sera notamment un des promoteurs de la loi sur les retraites ouvrières et paysannes, votée en 1910.

Notes

1 Pierre Guillaume, « Léon Bourgeois et les solidarités », in Pierre Guillaume (dir.) Les solidarités. Du terroir à l’État, Pessac, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 2003, p. 47-58.

2 La Ligue de l’enseignement « n’a jamais pris officiellement position en faveur de la révision », Jean-Paul Martin, La Ligue de l’enseignement et la République, des origines à 1914, thèse de doctorat, IEP de Paris, 1992, p. 446-447. Voir sa contribution dans ce volume, p. 221.

3 Joseph Reinach, Histoire de l’affaire Dreyfus, Paris, Charpentier et Fasquelle, 1901-1911, t. 2, p. 181 (rééd. et introduction par Hervé Duchêne, préface de Pierre Vidal-Naquet, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 2006).

4 Selon Paul de Cassagnac, L’Autorité, 18 novembre 1897, cité par Joseph Reinach, op. cit., t. 3, p. 5.

5 Joseph Reinach, op. cit., t. 3, p. 34.

6 La Dépêche, 31 janvier 1898, citée par Gérard Baal, « Les radicaux et l’affaire Dreyfus », Jean Jaurès. Cahiers trimestriels, no 137, juillet-septembre 1995, p. 69.

7 Joseph Reinach, op. cit., t. 3, p. 328.

8 Ibid., p. 580.

9 Ibid., p. 633-634.

10 Denis Pernot, « Paul Stapfer : un universitaire dans l’Affaire », in Eric Cahm et Pierre Citti (dir.), « Les représentations de l’Affaire Dreyfus dans la presse en France et à l’étranger », no spécial hors série de Littérature et nation, revue d’histoire des représentations littéraires et artistiques, Tours, université François-Rabelais, 1997, p. 189-196.

11 Joseph Reinach, op. cit., t. 4, p. 130.

12 Denis Pernot, op. cit., p. 196, note 17.

13 Joseph Reinach, op. cit., t. 4, p. 135.

14 Ibid., t. 4, p. 201, 206, 235 et 256.

15 Jean-Denis Bredin, L’Affaire, Paris, Fayard/Julliard, 1983, p. 459.

16 Joseph Reinach, op. cit., t. 4, p. 542 et 555.

17 Ibid., t. 5, p. 157.

18 Serge Berstein, Histoire du Parti radical, t. 1, La recherche de l’âge d’or, Paris, Presses de la FNSP, 1980, p. 68.

19 Ibid., p. 38.

20 Michel Dreyfus, Liberté, égalité, mutualité. Mutualisme et syndicalisme (1852-1867), Paris, Éd. de l’Atelier, 2001.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540