Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être dreyfusard hier et aujourd’hui

 | 
Gilles Manceron
, 
Emmanuel Naquet

Première partie. Quelques dreyfusards méconnus

Célestin Bouglé, un durkheimien gagné à la « cause »

Michel Dreyfus et Emmanuel Naquet

Texte intégral

1Le nom de Célestin Bouglé (1870-1940) est aujourd’hui tombé dans l’oubli, sans doute parce que cet intellectuel, qui a pourtant laissé une œuvre considérable, fut davantage un vulgarisateur des doctrines sociales qu’un penseur original.

  • 1 Michel Dreyfus, notice sur Célestin Bouglé, in Jean Maitron et Claude Pennetier (dir.), Dictionnai (...)

2Entré à l’École normale supérieure en 1890, Bouglé en est sorti agrégé en 1893, premier de sa promotion. Il obtient alors une bourse de voyage d’un an pour l’Allemagne où il fait la connaissance à Berlin, en mars 1894, de Georg Simmel qui enseigne à la Faculté de philosophie. De retour en France, Bouglé publie en 1895, sous le pseudonyme de Jean Breton, ses Notes d’un étudiant français en Allemagne. Ce séjour influe fortement sur sa pensée, comme le montre un nouvel ouvrage, Les sciences sociales en Allemagne, en 1896. Célestin Bouglé est alors professeur de philosophie au collège de Saint-Brieuc, sa ville natale. En 1899, il est nommé à la Faculté de lettres de Montpellier, puis, en 1901, à celle de Toulouse. Élu en 1908 à la chaire d’histoire d’économie sociale à la Sorbonne grâce au soutien d’Émile Durkheim, il en devient le titulaire en 1919 jusqu’à sa nomination comme directeur adjoint de l’École normale supérieure en 1927 ; il en sera le directeur de 1935 jusqu’à sa mort en 19401.

  • 2 Christian Güllich, art. cit., p. 61.
  • 3 Célestin Bouglé, Le solidarisme, Paris, M. Giard, 1907, réédité en 1913.
  • 4 W. Paul Vogt, « Un durkheimien ambivalent : Célestin Bouglé (1870-1940) », Revue française de soci (...)

3Devenu très vite un des collaborateurs d’Émile Durkheim, Célestin Bouglé appartient à l’équipe de L’Année sociologique — dont le premier numéro paraît en 1898 —, aux côtés de Marcel Mauss, François Simiand et Maurice Halbwachs, tout en conservant son indépendance à l’égard de l’auteur du Suicide. Cette posture se traduira ultérieurement sur le plan politique : Bouglé est en effet un des rares disciples de Durkheim à ne pas s’engager dans le socialisme réformiste autour de Jaurès, mais au sein du parti radical « en soutenant l’aile radicale-socialiste autour de Léon Bourgeois2 ». Proche de ce dernier mais engagé bien plus rapidement que lui en faveur de Dreyfus, Bouglé exposera d’ailleurs en 1913 les thèses du solidarisme3. « Durkheimien ambivalent4 », Célestin Bouglé est un penseur éclectique qui s’efforce de concilier le durkheimisme avec le rationalisme néo-kantien, alors si répandu.

  • 5 Jean-Claude Filloux, « Émile Durkheim : au nom du social », Mil neuf cent, no 11, 1993, p. 27-30, (...)
  • 6 Emmanuel Naquet, La Ligue des droits de l’Homme : une association en politique (1898-1940), thèse (...)
  • 7 Cette pétition est reproduite in Jacques Julliard et Michel Winock (dir.), Dictionnaire des intelle (...)

4Bouglé participe très vite à la vie politique et d’abord à l’Affaire. Durkheim est dreyfusard depuis novembre 1896, date où Le Matin publie le fac-similé du fameux bordereau ; un mois plus tard, il fait allusion à l’innocence de Dreyfus dans son enseignement à la Faculté des lettres de Bordeaux. Toutefois, il ne signe ni la pétition de 1897 demandant la révision du procès de 1894, ni les manifestes des intellectuels publiés en janvier 1898 : est-ce en raison de son éloignement de Paris ? Cependant Durkheim ne fait nullement mystère de son dreyfusisme5, ce qui n’est certainement pas sans influencer Célestin Bouglé qui est également lié à Élie Halévy par lequel il semble être gagné à la « cause6 ». Bouglé prend parti pour le capitaine à la fin 1897. Il est l’un des premiers signataires d’une « protestation » parue dans L’Aurore quelques jours après l’acquittement d’Esterhazy le 11 janvier 1898 et deux jours avant le « J’accuse !… » d’Émile Zola7.

  • 8 Emmanuel Naquet, op. cit., notamment p. 61-62 et 69-70.

5Menant de front engagement civique et scientifique comme beaucoup de savants devenus dreyfusistes, Bouglé fréquente alors les salons dreyfusards, notamment celui de la ligueuse Aline Ménard-Dorian8. Également lié à Lucien Herr, il adhère à la Ligue des droits de l’Homme à sa fondation, non sans émettre quelques réserves sur la personnalité de son premier président Ludovic Trarieux. Dès lors, il parcourt la France pour plaider la défense de Dreyfus et aider la LDH, ce qui lui vaut de nombreuses attaques dans la presse bretonne.

  • 9 Ibid., p. 143.

6Une fois à Montpellier, Célestin Bouglé poursuit son engagement, en particulier sous la forme de nombreuses conférences dans le Midi, notamment aux côtés de Jaurès et de Pressensé. Avec Alfred Westphal et Jules Bouniol, il constitue une section de la LDH, influencée par le protestantisme. À la demande du groupe des étudiants socialistes de la ville et de la Bourse du travail, il fait des conférences dans le cadre du mouvement des universités populaires, non sans exprimer son scepticisme en juillet 18999. Ce souci de vulgarisation se poursuivra jusque dans les années 1930 à la radio et ira de pair avec des recherches sur le syndicalisme en France, les castes en Inde, la démocratie en Europe.

7Hostile, au nom de l’éthique, au projet de séparation des Églises et de l’État comme au soutien de la Ligue des droits de l’Homme à l’égard du général André lors de l’affaire des fiches, il approuve la loi de trois ans en 1911 puis l’Union sacrée jusqu’à la victoire. Favorable ensuite au règlement juridique des conflits, il s’investit dans l’association La Paix par le droit ainsi que dans l’Institut international de coopération intellectuelle. Il prône une colonisation reposant sur davantage de justice ainsi que sur une politique d’association plus attentive aux revendications des minorités et aux droits de l’Homme hors des frontières, ce qui ne l’empêche pas de proposer des quotas pour l’entrée des étrangers en France, en raison des risques que comportent, à ses yeux, leurs flux importants. Enfin, il aide à la création de sections de la Ligue hors de l’Hexagone.

  • 10 Ibid., p. 939.
  • 11 Devenue ultérieurement la Revue internationale de l’économie sociale, qui paraît toujours aujourd’ (...)

8Célestin Bouglé siège au comité central de la LDH de 1909 à 1927 et en est l’un des vice-présidents de 1911 à 1927. Candidat radical, sans succès, aux élections législatives de 1901, 1906, 1914 et 1924, ce collaborateur de La Dépêche du Midi ne cesse de s’intéresser à l’actualité. Dirigeant de la Ligue de la République, vice-président de la Ligue de l’enseignement10, il est de ces intellectuels qui, aux côtés de Charles Gide et de Bernard Lavergne, contribuent après 1918 à la diffusion de la pensée coopérative en signant le « Manifeste des universitaires en faveur de la coopération » (1921), en collaborant à la Revue des études coopératives11 et en vulgarisant la coopération. Désireux de dépasser l’apparente contradiction entre individualisme et socialisme, il s’intéresse également aux Assurances sociales.

  • 12 Sophie Cœuré, « Les centres de documentation sociale, 1920-1940 », in Jeanne Beausoleil et Pascal (...)

9Directeur de l’École normale supérieure, Célestin Bouglé constituera un Centre de documentation sociale de 7 000 ouvrages traitant du droit du travail, de l’histoire du mouvement ouvrier, de sociologie, d’économie, de politique étrangère, etc.12, qui sera ultérieurement recueilli par la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC).

Notes

1 Michel Dreyfus, notice sur Célestin Bouglé, in Jean Maitron et Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, t. 20, Paris, Éd. ouvrières, 1983, p. 69-71. Christian Gülich, « Célestin Bouglé et Georg Simmel. Une correspondance franco-allemande en sociologie », Mil neuf cent, no 1, 1990, p. 59-72.

2 Christian Güllich, art. cit., p. 61.

3 Célestin Bouglé, Le solidarisme, Paris, M. Giard, 1907, réédité en 1913.

4 W. Paul Vogt, « Un durkheimien ambivalent : Célestin Bouglé (1870-1940) », Revue française de sociologie, no 1, janvier-mars 1979, p. 123-140.

5 Jean-Claude Filloux, « Émile Durkheim : au nom du social », Mil neuf cent, no 11, 1993, p. 27-30, p. 28.

6 Emmanuel Naquet, La Ligue des droits de l’Homme : une association en politique (1898-1940), thèse de doctorat, IEP de Paris, 2005, p. 133 ; Michèle Bo Bramsen, Contribution à une biographie intellectuelle d’Élie Halévy, thèse de 3e cycle, IEP de Paris, 1971, notamment p. 76, cité par Emmanuel Naquet, op. cit., p. 54.

7 Cette pétition est reproduite in Jacques Julliard et Michel Winock (dir.), Dictionnaire des intellectuels français, Paris, Le Seuil, rééd. 2002, p. 443.

8 Emmanuel Naquet, op. cit., notamment p. 61-62 et 69-70.

9 Ibid., p. 143.

10 Ibid., p. 939.

11 Devenue ultérieurement la Revue internationale de l’économie sociale, qui paraît toujours aujourd’hui.

12 Sophie Cœuré, « Les centres de documentation sociale, 1920-1940 », in Jeanne Beausoleil et Pascal Ory (dir.), Albert Kahn, réalités d’une utopie, 1860-1940, Boulogne, Musée Albert-Kahn, p. 201-208.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540