Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être dreyfusard hier et aujourd’hui

 | 
Gilles Manceron
, 
Emmanuel Naquet

Première partie. Quelques dreyfusards méconnus

Léon Blum, un simple « juriste » ?

Serge Berstein

Texte intégral

  • 1 Léon Blum,Souvenirs sur l’Affaire, Paris, Gallimard, 1935, rééd. avec une préface de Pascal Ory, « (...)

1Sur le rôle joué par Léon Blum dans l’affaire Dreyfus, on sait ce qu’il en a confié à l’hebdomadaire Marianne après la mort d’Alfred Dreyfus, dans une série d’articles réunis en volume en novembre 1935 et intitulés Souvenirs sur l’Affaire1. Il en ressort le portrait d’un acteur très secondaire du combat dreyfusard, mais aussi le caractère déterminant de l’épisode pour la culture et l’action politiques du futur chef du gouvernement de Front populaire.

  • 2 Ibid., p. 44-48.

2Léon Blum, à la fin du XIXe siècle, n’est ni un homme politique connu, ni un écrivain renommé. En 1897, lorsque son ami Lucien Herr, dans un fougueux plaidoyer, le convainc de l’innocence de Dreyfus, c’est un jeune homme de 25 ans qui vient d’entrer comme auditeur au Conseil d’État et qui aspire à se faire un nom dans les milieux littéraires d’avant-garde en donnant des chroniques et des critiques à La Revue blanche. Comme tout le monde, il a entendu parler de la condamnation de Dreyfus pour haute trahison par un tribunal militaire en 1894, mais ne se sent en rien concerné par cet épisode. Il a le souvenir de la visite de Bernard Lazare venu présenter l’ancien commandant du Cherche-Midi, Forzinetti, à Lucien Muhlfeld, rédacteur en chef de La Revue blanche, pour tenter de l’intéresser (en vain d’ailleurs) au sort du condamné de l’île du Diable. Son ami, le grammairien Michel Bréal, a émis devant lui les plus grands doutes sur la culpabilité de Dreyfus au motif qu’il ne voyait pas de raison valable à son éventuelle trahison. Mais ni la pitié, ni la raison ne sont de nature à convaincre Blum, d’autant qu’il observe que Lazare et Bréal sont juifs et qu’il ne se sent aucune vocation à adhérer à un « syndicat » rassemblé pour la défense d’un coreligionnaire sans doute coupable. Si l’éloquence de Lucien Herr finit par l’emporter sur ses réserves, c’est que celui-ci a su faire vibrer la seule corde capable d’émouvoir le haut magistrat débutant, la révélation de l’injustice2.

  • 3 Archives Blum, inventaire 4, dossier 59, pièces 15-16 ; ibid., dossier 23, pièce 27 et pièce 36. V (...)

3Derrière Lucien Herr et les intellectuels rassemblés par lui, Jean Jaurès, Charles Seignobos, Charles Andler, Paul Dupuy, Victor Bérard, Arthur Fontaine, Léon Blum s’engage donc à la fin de l’été 1897 dans la cohorte de ceux qui, à travers la personne de Dreyfus, entendent combattre pour la vérité et la justice. Ce qui ne va pour lui ni sans déceptions, ni sans ruptures. Déception de la prudence excessive de ceux qui entendent rester à l’écart pour construire tranquillement leur œuvre sans prendre parti, comme les poètes admirés de Blum, Stéphane Mallarmé ou José Maria de Heredia, voire des proches comme ses anciens condisciples du lycée Henri IV, René Berthelot et André Gide (qui finira par rejoindre le camp dreyfusard après la parution du « J’accuse !… »). Drame de voir des amis chers se ranger sans hésiter dans le camp antidreyfusard, à l’instar de Philippe Berthelot, de Pierre Louÿs, le compagnon de ses premiers pas littéraires et fondateur de la revue La Conque, de Lucien Muhlfeld, son mentor à La Revue blanche. Et véritable déchirement que la semi-rupture avec Barrès, le modèle littéraire admiré, le frère aîné attentif, que Blum se faisait fort d’enrôler dans le camp dreyfusard et qui, au terme d’une période d’atermoiements, finit par lui signifier qu’il a choisi son camp, celui des « principaux éléments nationaux3 ».

  • 4 Serge Berstein, Léon Blum, Paris, Fayard, 2006, p. 60-63.
  • 5 Léon Blum, op. cit., p. 540.

4En revanche, la plupart des amitiés littéraires ou intellectuelles de sa jeunesse se retrouvent dans les réseaux dreyfusards que Blum fréquente désormais, ses anciens amis de la revue La Conque, Fernand Gregh, Marcel Proust, Daniel Halévy, l’équipe de La Revue blanche (qui a répudié le parrainage de Barrès) au grand complet, le groupe de la librairie Bellais, un des centres nerveux du dreyfusisme avec Charles Péguy, Albert Thomas, Paul Langevin, Jean Perrin, les maîtres de l’École normale supérieure entraînés par Lucien Herr, Paul Dupuy, Charles Seignobos, Charles Andler, la mouvance d’Anatole France rassemblée dans le salon de Mme de Caillavet et où se retrouvent les dramaturges Robert de Flers et Gaston de Caillavet, la poétesse Anna de Noailles et les ténors politiques du dreyfusisme, Joseph Reinach, Clemenceau, Briand, Jaurès4… C’est par l’entremise de Lucien Herr que Blum fait la connaissance de ce dernier fin octobre 1987 et devient un admirateur et un ami du tribun en qui il voit le redresseur de torts de toutes les injustices humaines. Et c’est dans le sillage de Jaurès que Blum conforte, dans un sens idéaliste et humaniste, le socialisme un peu formel qu’il professait jusqu’alors sous l’inspiration de Lucien Herr et dont la seule manifestation visible était la coloration socio-politique de ses critiques littéraires5.

  • 6 Ibid., p. 562-564 ; La Revue blanche, 15 mars 1898, in L’œuvre de Léon Blum, vol. 1, Paris, Albin (...)
  • 7 Léon Blum,Nouvelles conversations de Goethe avec Eckermann, 7 juin 1898, in L’œuvre de Léon Blum, (...)
  • 8 Ibid., 12 avril 1899, p. 267.

5L’action de Léon Blum dans le combat dreyfusard est importante, mais peu visible, ne serait-ce que parce que ses fonctions au Conseil d’État lui imposent un devoir de réserve. Il sera démarcheur de signatures en faveur de Dreyfus, puis de Zola, familier de la librairie Bellais ou des salons dreyfusards et surtout conseiller juridique (puisqu’il appartient à une institution qui fixe la doctrine en matière de droit) des avocats de Zola. Il suit de près le procès de celui-ci et en rédigera un compte rendu pour La Revue blanche sous la signature, transparente, mais qui préserve les apparences de l’anonymat, d’« un juriste », concluant, à l’issue d’une démonstration rigoureuse, que le procès apporte la preuve de l’innocence de Dreyfus6. Sur ses sentiments plus personnels, on est mieux renseigné par ses chroniques de La Revue blanche, publiées anonymement sous le titre des Nouvelles conversations de Goethe avec Eckermann. Il y reprend la célèbre phrase de Goethe utilisée par les antidreyfusards : « Mieux vaut une injustice qu’un désordre » pour la réinterpréter en expliquant que le pire des désordres a été la condam nation d’un innocent car elle « atteint jusqu’au cœur les institutions, les principes fondamentaux qui sont la garantie de toute société organisée. Ceux qui l’ont envoyé ou qui le maintiennent dans son île agissent seuls en ennemis de l’ordre social7 ». Et surtout, il minimise la portée de l’antisémitisme et va jusqu’à considérer que les juifs grossissent par leurs plaintes excessives un courant somme toute secondaire. Il n’est pas loin de considérer que la propension des juifs à choisir des carrières dans la fonction publique civile et militaire les expose à des attaques ciblées, ce qui est remettre en cause la voie qu’il a lui-même choisie, ce dont il paraît éprouver quelque regret8.

6Si le rôle de Blum dans le combat dreyfusard est réduit, l’épisode sera déterminant pour l’avenir. Et avant tout pour la culture politique du futur dirigeant socialiste. Il fait intégralement partie de cette génération Dreyfus venue à la politique au nom du combat pour la vérité, le droit et la justice et imprégnée des valeurs humanistes qui caractérisent désormais la culture républicaine. Ce sont ces valeurs qu’à la suite de Jaurès, il s’efforce de combiner à l’idéal socialiste de justice sociale par la transformation du régime juridique de la propriété permettant de substituer la propriété collective à la propriété individuelle. Et il semble bien que l’affaire Dreyfus conduise Léon Blum vers l’action politique directe. Il est désormais un adepte convaincu du socialisme jaurésien. En 1899, avec Lucien Herr et quelques-uns de ses amis, il s’associe à Péguy pour sauver de la faillite la librairie Bellais, participant au renflouement de celle-ci par la fondation de la Société nouvelle de librairie et d’édition dont il demeurera administrateur jusqu’en 1904.

  • 9 Serge Berstein,op. cit., p. 70-89.

7Fidèle de Jaurès et approuvant sa décision de prolonger sur le terrain politique et électoral le courant dreyfusard, il se brouille avec Péguy qui vend ses actions et commence la publication des Cahiers de la Quinzaine. Cette société va servir de creuset à trois initiatives politiques qui intègrent Blum dans le socialisme post-dreyfusard : la création d’une université populaire socialiste au sein de laquelle il dispense des cours de 1899 à 1902, la publication en 1901 par la société de sa brochure sur l’Histoire des congrès ouvriers et socialistes français qui révèle sa volonté d’acquisition d’une culture socialiste, enfin sa participation aux côtés des administrateurs de la société au groupe jaurésien de l’Unité socialiste. C’est comme représentant de ce groupe que Léon Blum assiste en décembre 1899 au congrès socialiste de Japy. Il est désormais un militant jaurésien, fort critique envers le marxisme de Guesde, membre du Parti socialiste français de Jaurès, participant aux côtés de ce dernier à la création de l’Humanité en 1904, se chargeant du recrutement des rédacteurs de la partie culturelle du journal, l’aidant financièrement dans ses difficiles débuts, et il y tient jusqu’en juillet 1905 une rubrique hebdomadaire intitulée « La Vie littéraire ». Il est tout naturellement membre du parti socialiste SFIO créé en 1905 et ne cessera d’y adhérer jusqu’en 1940. Mais, contre toute attente, il n’y milite guère dans ces années, quitte L’Humanité en juillet 1905 et se tient en marge de la vie politique jusqu’en 19149.

8Comment expliquer que Blum, ardent dreyfusard, imprégné des valeurs humanistes qu’il partage avec Jaurès, resté l’ami de celui-ci, ait finalement choisi en 1905 de ne pas participer à une vie politique qui paraît le tenter depuis 1897 ? Sans doute faut-il y voir le regret que le socialisme se soit uni non autour du socialisme réformiste de Jaurès, mais autour du marxisme et de l’antiministérialisme des guesdistes, L’Humanité devenant un organe officiel du parti dominé par ces derniers. Des motifs plus personnels, l’hostilité de l’épouse de Léon Blum à voir celui-ci s’engager dans un parti dont ni elle ni sa famille n’approuvent les idées, et, peut-être, le recul de Blum devant l’abandon d’une vie rangée et confortable ont sans doute également joué. Il ne faudra pas moins que l’assassinat de Jaurès, le déclenchement de la guerre de 1914 et la liaison de Blum avec Thérèse Pereyra qui, elle, est une ardente socialiste, pour décider Blum à franchir le pas et à reprendre l’héritage jaurésien afin de tenter de convaincre le socialisme français de marier le néo-guesdisme marxiste et l’humanisme républicain issu de l’affaire Dreyfus.

Notes

1 Léon Blum,Souvenirs sur l’Affaire, Paris, Gallimard, 1935, rééd. avec une préface de Pascal Ory, « Folio histoire », 1981.

2 Ibid., p. 44-48.

3 Archives Blum, inventaire 4, dossier 59, pièces 15-16 ; ibid., dossier 23, pièce 27 et pièce 36. Voir également Alice Bénard, Léon Blum-Maurice Barrès, correspondance inédite 1891-1919, mémoire de DEA, université Paris-IV Sorbonne, 2001.

4 Serge Berstein, Léon Blum, Paris, Fayard, 2006, p. 60-63.

5 Léon Blum, op. cit., p. 540.

6 Ibid., p. 562-564 ; La Revue blanche, 15 mars 1898, in L’œuvre de Léon Blum, vol. 1, Paris, Albin Michel, 1954.

7 Léon Blum,Nouvelles conversations de Goethe avec Eckermann, 7 juin 1898, in L’œuvre de Léon Blum, vol. 1, op. cit., p. 236-237.

8 Ibid., 12 avril 1899, p. 267.

9 Serge Berstein,op. cit., p. 70-89.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540