Version classiqueVersion mobile

René d’Anjou (1409-1480)

 | 
Jean-Michel Matz
, 
Noël-Yves Tonnerre

En guise de conclusion. Échec au roi !

Patrick Gilli

Texte intégral

1En recentrant le projet de cette rencontre autour d’un personnage, les organisateurs prenaient un risque calculé : celui de rabattre les études angevines profondément renouvelées ces dernières années sur la biographie d’un personnage aussi fastueux que pathétique. En réalité, les travaux ont largement évité l’écueil de la cécité méthodologique et ont fait honneur à l’« angevinisme », cet étrange objet politique fait de chimères, de désillusions, de désastres, mais aussi d’indéniables audaces. Sous cette appellation, on a tendance à subsumer des pratiques et une culture politiques qui seraient communes à toutes les maisons d’Anjou, de Charles Ier à René. Il était intéressant de voir si le dernier surgeon royal de la dynastie avait apporté du neuf à cette tradition familiale.

2Il faut le reconnaître : la figure elle-même du roi René est pour le moins troublée ; il n’est pas sûr qu’elle sorte plus nette à la lecture des communications qui ont abondamment montré les contradictions et les ambiguïtés du personnage et du règne.

3Figure ambiguë, présentée comme telle dès l’introduction du colloque par Laurent Bourquin qui a brossé l’historiographie de notre héros, renvoyé dès Michelet vers les ténèbres extérieures de l’histoire : ce malheureux René avait raté le coche face à ce représentant de la modernité sans vergogne qu’était Louis XI. Dans le fond, cette bipolarité a animé, explicitement ou implicitement, de nombreuses communications qui balançaient entre deux termes : cynisme versus esprit chevaleresque ou archaïsme versus modernité ! Il n’est qu’à consulter le titre de plusieurs exposés pour s’en convaincre. Comme les organisateurs avaient judicieusement orienté la rencontre vers les questions politiques, il était naturel de mesurer à l’aune des catégories usuelles en la matière, celles de la « naissance de l’État moderne », l’action de René. La difficulté commence lorsque l’on sort de cette catégorie quasi allégorique « État moderne » pour voir ce qui se trouve dans les entrailles du pouvoir. Le raisonnement en termes binaires (modernité versus archaïsme) renvoie à une conception téléologique de l’histoire qui privilégie les vainqueurs. À ce titre, René est assez mal loti : c’est presque une figure emblématique du perdant. Un serial looser même, comme de nombreuses communications en témoignent : il se fait évincer pitoyablement d’Angers par Louis XI ; il doit faire d’importantes concessions à la chevalerie lorraine, mal rattachée au reste des États angevins : son beau-père avait si peu confiance en lui qu’il lui interdit d’entrer dans le Trésor de Lorraine, ce qui en dit long sur l’hypothèque qui régnait dès l’origine quant à la construction de la souveraineté ou, plus simplement, du contrôle territorial ; à Marseille même, il doit prêter un humiliant serment avec la ville, inaugurant une sorte de pactisme à la catalane entre le souverain et la capitale (Jean-Paul Boyer) ; même sa cérémonie mortuaire lui a échappé et les épisodes rocambolesques de ses enterrements multi-localisés attestaient que dans sa vie comme dans sa mort, il avait rarement été maître de son destin (Murielle Gaude-Ferragu) ; que dire enfin de l’Italie, sépulcre des ambitions méditerranéennes de la dynastie.

4Malgré tout, les communications ont été au-delà de ce simple balancement. Pour sortir des ornières d’une problématique appauvrissante, il faut partir des forces et faiblesses de la construction angevine du XVe siècle. C’est plutôt à l’aune des défis qu’eut à affronter le roi que l’on peut donner plus de substance à ce règne. Ces défis, ils sont triples : le problème des dynamiques internationales est ici central. Henri Bresc a rappelé que c’est au XVe siècle que le mot Europe apparaît pour désigner un espace unitaire menacé à ses frontières. Cette pression externe dans le bassin oriental de la Méditerranée, mais aussi aux frontières des possessions de René a pesé d’une force considérable. À toutes ces frontières, René était menacé ou fragilisé : en Anjou bien sûr avec l’intrusif royaume de France, en Lorraine et en Bourgogne, même s’il bénéficiait d’un dense réseau castral censé quadriller le territoire, en Italie évidemment. Il était menacé à un moment où le lien entre territoire-nation-État partout ailleurs s’affermissait. C’est là le deuxième défi : l’État-territoire. L’État angevin est une illustration extrême d’un Kumulativreich, un État composite particulier. Ce n’est pas tant la mosaïque de populations aux langues diverses qui pose problème que les discontinuités territoriales. En dépit de l’intense circulation des élites des pays d’en deçà et des pays d’au-delà, ces discontinuités n’ont pu être comblées. Enfin, ce roi qui a semblé toujours sur la corde raide a dû innover et inventer des techniques de gouvernement ou améliorer des institutions. Ces innovations posent la question essentielle : à qui profite les institutions et à quelles fins le roi et ses élites administratives modifient-ils les dispositifs antérieurs ? L’interrogation ne se résout pas dans la pure comptabilité économique ou prosopographique. Elle renvoie aussi à la création inachevée d’un sentiment d’appartenance à un espace monarchique commun dont on ne voit guère qu’il ait été au cœur des préoccupations du roi. C’est autour de ces trois questions que je vais recentrer mes propos.

5Quelle place pour le puzzle angevin dans la dynamique internationale du deuxième XVe siècle ? La question est revenue très souvent, même si dans le programme du colloque, il y avait une lacune : l’Italie, évoquée seulement à travers la question napolitaine par Giovanni Vitolo. Or, ce qui conditionna largement l’échec angevin, ce fut l’échec italien. Perdu le royaume de Naples en 1442, l’État angevin disparaissait corps et biens. C’était l’Italie qui donnait un sens et un horizon aux projets de la dynastie. La défaite de 1442 hypothèque mortellement l’avenir angevin. René demeure un simple prince apanagé qui doit tout négocier. La fermeture par les Catalano-Aragonais du bassin occidental de la Méditerranée sonnait le glas de cet État hybride. Pourtant, le guelfisme dont la maison d’Anjou demeurait, avec la maison de France, la protectrice naturelle n’était pas mort en 1442. À Florence, patrie italienne du guelfisme, le courant pro-angevin demeurait fort, en dépit des Médicis, louvoyant mais faisant le choix décisif des Aragonais contre les Anjou. Jusqu’à la conjuration des Pazzi en 1477, l’attachement guelfe et donc pro-angevin restait une option possible. Lorsque les barons napolitains appellent René et Jean de Calabre à la rescousse, un espoir renaît. À Florence, on attend fébrilement les nouvelles de la grande bataille qui s’annonce ; les Pazzi, les Acciauoli qui ont tant de liens financiers et politiques avec Naples guettent les messagers : la défaite de Troia en 1462 liquide les dernières illusions. Cet échec a fini par modifier la nature même des soutiens internationaux du guelfisme, réduit à la seule maison de France désormais… et encore faudrait-il préciser que Louis XI n’a guère semblé intéressé à relever cet encombrant héritage idéologique, préférant négocier avec les Sforza plutôt que revendiquer un rôle pour une dynastie française en Italie.

6Même les rêves d’Orient (eux aussi partie prenante du « projet angevin » initial) se dégradent en vague exotisme. Les turqueries si prisées à la cour du roi prennent la nette coloration de motifs dérivatifs et ludiques : le blingbling de l’époque, en somme (Jacques Paviot). Il n’est pas jusqu’aux armoiries du roi qui ne trahissent cet oubli de Jérusalem puisque les symboles de la ville sainte passent au second plan sur l’écu royal (Laurent Hablot). Étrange effacement alors que le roi a créé l’ordre du Croissant supposé rappeler l’engagement oriental de la dynastie et que l’éloge courtisan, comme celui du Hongrois Janus Pannonius, ne mette en avant la maîtrise de la langue arabe par René (Géza Szentmártoni Szabó), même si on peut légitimement douter de la véracité du fait. En revanche, il est clair que le mécénat curial n’a jamais suscité de grands travaux historiographiques, voire ethnographiques, sur l’Orient, à l’instar de ce qui se pratiquait dans les cours italiennes du temps ou en Bourgogne.

7Dans cette pression internationale constante, on remarquera une caractéristique constante du roi René : en dépit des avanies subies, il se pense et agit en Français. Il est déjà à la chevauchée du sacre de Charles VII. On trouve cependant dans son entourage des clans qui l’incitent à agir plutôt pour ses propres intérêts et à tisser ses propres réseaux, en particulier autour de Yolande d’Aragon, comme l’ont montré à la fois Laurent Vissière et Claire Ponsich. Il est vrai que les deux reines ont joué un rôle important, mais distinct dans le dispositif politique du roi René, apportant avec elle leur propre réseau (Marion Chaigne). Le seul voisin qui lui ait laissé du répit fut le duc de Bretagne (Jean-Christophe Cassard). C’est qu’en sens inverse, le roi n’a jamais pu bénéficier du soutien de la monarchie française. Bien au contraire, dès qu’elle l’a pu, elle a affaibli son voisin : le coup de main de Louis XI contre Angers en 1474-75 en est le plus clair exemple. Après l’Italie, les Angevins perdaient l’Anjou !

8Affaibli et réduit à quia dans le concert international, le roi pouvait-il au moins compter sur la fidélité de ses sujets ?

9État et territoires : le handicap des discontinuités. Plusieurs communications se sont intéressées à l’action spécifique du roi sur ces territoires, en Provence, en Lorraine, ou en Anjou. Le tableau qui en ressort est particulièrement contrasté. Ces territoires ont des traditions éminemment disparates. Le cas lorrain est peut-être le plus significatif d’un effort pour implanter une proto-administration centralisée : les premiers États généraux se tiennent en 1435, suivis en 1442 par la création d’une Chambre des comptes et en 1445 d’une chancellerie. Assurément le roi fait essaimer « les bonnes pratiques » déjà initiées en Provence ou en Anjou. Toutefois l’aristocratie tient fermement à son monopole judiciaire à travers les assises nobiliaires qui servent de cour d’appel et la fragilité de René lui interdit d’aller à l’encontre de cette déconcentration des pouvoirs judiciaires. En Anjou, le travail d’Isabelle Mathieu a bien mis en relief un autre visage de cette proto-administration. Ici prévalait un maillage judiciaire très dense et bien articulé avec des justices qui ressortissaient à des légitimités et des corpus normatifs différents : aux justices seigneuriales coutumières faisait pendant une justice ducale pétrie de droit savant ; rien d’original en apparence, sauf qu’existent une percolation entre les différentes échelles judiciaires et une grande porosité de ces milieux de robins qui passent, dans une sorte de cursus honorum, des justices seigneuriales à la justice ducale et, pour les plus brillants, aux fonctions politiques comme la Mairie d’Angers, couronnement d’un parcours accompli. Le passage de compétences judiciaires à des responsabilités politiques est un bon marqueur de l’intégration d’élites socialement élargies à des franges non nobiliaires, mais qualifiées par leurs compétences techniques. De l’Italie angevine, il y avait peu à dire sous ce rapport puisque le Méridion restait, au mieux, un horizon d’espoir. Toutefois, Giovanni Vitolo a finement mis en exergue l’importance de Naples comme capitale. Une capitale qui était marquée par une puissance aristocratique considérable dont la représentation statutaire était le témoignage à la fois biaisé et fascinant. Naples avait un système particulier de représentation par sièges, entendons par là des circonscriptions électorales. Cinq d’entre eux revenaient de droit aux nobles, un aux populaires. Mais ici une dynamique sociale souterraine travaillait la représentation statutaire. Les forces entreprenariales, les professions libérales, si denses dans la cité et si notoirement sous-représentées dans ces sièges, avaient trouvé dans la confraternité de Sainte-Marthe un moyen de raccordement à l’élite nobiliaire. Ce n’étaient pas de simples gestionnaires de pieuses fondations, mais des élites avisées avec lesquelles les gouvernants, quels qu’ils fussent, devaient compter. La confraternité de Sainte-Marthe a été un laboratoire d’où sont sorties, lors des grandes crises institutionnelles, des sortes de super-parlements interclassistes. Ce fut le cas en 1386, en 1416 et en 1436 encore. La monarchie aragonaise a dû composer avec elle et se rendre compte qu’à Naples la seule puissance aristocratique n’était pas suffisante pour tenir la ville. Le cas napolitain pose avec acuité la question du rapport entre État, capitale, territoire et fidélité monarchique. Face aux discontinuités territoriales, face aux pressions internationales, face au poids des grandes métropoles, quel type de projet politique le roi René a-t-il pu avancer ?

10Techniques et culture de gouvernement. Le roi René était peut-être cette figure nonchalante que ses récents biographes ont tracée, aimant se promener dans ses jardins plutôt que chasser en forêt, et vivant dans des gentilhommières plutôt que dans des forteresses. Il participait cependant d’une culture politique assez singulière, volontiers archaïsante. Plusieurs communications ont clairement mis en exergue cette dimension. C’est en particulier le cas de toutes les innovations de l’emblématique de cour dont Laurent Hablot a dégagé l’extrême inventivité, tendue à maîtriser une communication symbolique à ce point ésotérique qu’elle ne pouvait satisfaire qu’un nombre très réduit de spécialistes. La démesure même de l’inventivité héraldique fonctionnait comme technique pour susciter l’intérêt et singulariser son inventeur parmi les autres princes. Ses innovations ont séduit et ont été diffusées largement, y compris en Italie chez les Médicis, qui ont même à leur tour autorisé certains de leurs clients à les utiliser, preuve, si besoin était, aussi que René avait utilisé les techniques de la communication politique moderne pour séduire l’Italie et Florence. Plus classique en revanche fut son goût libraire. On connaît mal sa bibliothèque évoquée ici par Jean-Michel Matz, en raison de l’absence d’inventaire, mais par des recoupements et la connaissance des ouvrages conservés, il apparaît que cette petite bibliothèque (pas plus de deux cents volumes) était d’un grand conformisme : patristique, géographie ptolémaïque. Peu de sensibilité aux courants littéraires novateurs du temps. Bien sûr, en ce domaine aussi, René ne se laisse pas réduire à un jugement univoque : il a certes peu cultivé les savoirs nouveaux, mais à la différence de bien des princes de son temps, il a pratiqué la littérature, avec un talent indéniable. Ce qui en revanche était moins connu et que la contribution de notre collègue hongrois Géza Szentmártoni Szabó a bien éclairé, c’est l’apparition d’écrits humanistes à la cour de René, dont l’intéressant panégyrique du roi par Janus Pannonius. Rédigé à la demande d’un ami et soutien politique vénitien du roi, le patricien Jacopo Antonio Marcello, membre de l’ordre du Croissant, le De laudibus Renati Siciliae regis libri tres est destiné à soutenir les droits du souverain sur le Royaume, quelque dix ans après l’échec militaire des Angevins à Naples. Par-delà la richesse du texte épico-historiographique, se dégage une démarche singulière de mécénat humaniste (probablement d’ailleurs moins à la demande du roi que de son ami vénitien) qui ouvrait des horizons culturels inattendus dans cette cour qui n’était pas réputée pour sa sensibilité à l’humanisme ; il n’est pas jusqu’à l’apparition de certaines devises royales, comme celle créée à la mort de la reine Isabelle de Lorraine qui porte Arco per lentare, piaga non sana (Relâcher l’arc ne guérit pas la plaie) qui ne renvoie au modèle humaniste. Cette phrase en effet, imitant le vers final du sonnet XC de Pétrarque du Canzoniere (Piaga per allentar d’arco non sana), fut peut-être puisée par René dans un poème de Jacopo Marcello lui-même. L’Italie toujours, pour ne pas oublier l’héritage napolitain.

11Peut-être plus surprenant, le roi René ne s’est guère investi dans une politique édilitaire. Si son investissement dans l’architecture civile a été modeste (sa maison à Tarascon se démarque mal des constructions locales et n’indique guère son origine royale, comme l’a rappelé Claude Roux) l’ensemble des acquisitions et des constructions dans les cités de ses États ne donnent pas l’image d’un grand interventionnisme édilitaire ; même à Angers, les constructions du roi furent assez modestes. Chercherait-on une trace d’un mécénat religieux spécifique que l’on n’aurait guère de chances supplémentaires d’identifier une singularité particulière. Les quelques fondations religieuses de René n’ont guère permis d’identifier une tendance de fond dans le règne, en dehors peut-être d’un effort particulier pour les fondations en faveur des Mendiants qui le distingue des autres princes contemporains (Vincent Tabbagh). On notera toutefois un certain attachement aux oratoires dédiés à la Madeleine. N’y a-t-il pas là une forme de piété que l’on retrouve en Provence où les lieux de culte dédiés à la Madeleine étaient importants et dont le couvent de la Baumette fondé à Angers serait aussi le signe ? Mais les indices sont trop ténus pour que l’on en fasse le marqueur d’une spiritualité commune à l’État angevin.

12En vérité, la faiblesse de l’investissement immobilier et de l’évergétisme princier est directement liée à l’impécuniosité permanente du roi, rendue encore plus criante après la perte des États napolitains qui généraient aussi de gras revenus, ecclésiastiques notamment. Et, paradoxalement, c’est cette pauvreté structurelle qui a généré les innovations les plus singulières, en matière fiscale et financière. À cet égard, les trois communications de Noël Coulet, Michel Hébert et Jean-Luc Bonnaud se répondent parfaitement. Noël Coulet nous a montré le volontarisme institutionnel de René : sous son impulsion, le personnel de la Chambre des comptes d’Aix est hiérarchisé, le nombre de maîtres-rationaux est réduit ; il tente, en vain, de déplacer la chambre d’Aix à Marseille, par un effet de miroir avec Naples et peut-être dans une tentative de se doter d’une capitale qui regrouperait les fonctions de commandement administratif. Dès 1438, les justiciables peuvent faire appel des décisions de ces magistrats aux comptes. Ce bel ordonnancement, complété par une étude prosopographique qui révèle que ce personnel de la « haute fonction publique » circulait dans les États angevins, de la Provence à l’Anjou, voire en Lorraine (Christophe Rivière) n’a pas produit les fruits escomptés. Les travaux de nos collègues québécois en font foi. Jamais les comptes financiers n’avaient été aussi mal tenus que sous le règne de René (Jean-Luc Bonnaud). Une partie considérable des ressources domaniales échappe au contrôle des maîtres-rationaux. Comptablement, les ressources du roi se réduisent pratiquement à ses revenus judiciaires. Quand les droits de justice constituent l’ordinaire de l’État, il n’y a plus grand-chose à espérer ! Les assignations d’office, forme à peine voilée de la vénalité, deviennent une technique de gouvernement pour faire ce que comptablement l’on appelle de la cavalerie (engager des dépenses à partir de recettes à venir). De là, une contradiction insoluble : le roi multiplie les offices pour compenser les prêts que les particuliers lui consentent. Comme les besoins administratifs ne sont pas couverts puisque ces « dons d’office » ne renvoient pas à un service rendu mais à un simple « droit à tirer » sur les ressources publiques, il faut malgré tout étoffer l’appareil administratif par des substituts. Il en résulte moins une rationalisation de l’État qu’une bureaucratisation, voire une tertiarisation de la société. La question que posent ces communications est décisive : au profit de qui tournent les institutions ? Certainement pas pour les sujets. La ponction fiscale ne sert pas à développer un État majuscule et souverain ; elle sert à opérer des formes de redistribution interne à une classe dirigeante élargie. De ce point de vue, la communication de Michel Hébert est particulièrement éclairante. Les stratégies fiscales ont révélé une monarchie aux abois. L’extraordinaire devient l’ordinaire, comme dans beaucoup de monarchies contemporaines. Mais le drainage fiscal révèle le cynisme de l’État, comme lors de cette admirable opération de 1441 : le roi décide d’abroger les douanes, contre un abonnement des droits de sortie. Or, les douanes n’existaient pas et ne fonctionnaient pas. Autrement dit, le roi abroge une forme d’impôt indirect fictif pour le remplacer par un impôt direct réel ! Même inventivité dans la grande réforme de la justice de 1447 où sous couvert de servir les justiciables, on ne fait que fiscaliser à outrance la justice. Enfin, le roi, ou plutôt ses conseillers, ont élaboré une ingénierie fiscale très savante pour remplir les caisses. À preuve, cette réforme de 1439 qui consiste à court-circuiter le personnel des collecteurs en place pour sous-traiter le produit de l’impôt à venir avec des banquiers qui achètent des créances cessibles.

13Pour que le système fonctionne, il faut bien sûr sécuriser juridiquement les documents. Les créances sont passées devant notaires. Toutes ces innovations ont tiré profit de l’existence d’une véritable culture administrative. Même lorsque les États généraux ne sont pas convoqués, l’impôt rentre parce que la technique de base (les affouagements) et l’iter administratif sont bien rôdés. Il n’est pas jusqu’à la très rétive Lorraine qui n’expérimente des formes importées de modernisation, notamment par les États généraux qui permettent de lever des impôts récurrents.

14Au profit de qui se fait ce drainage fiscal ? Dans le fond, au profit de toutes les fractions de classe qui supportent « la modernité politique ». On le voit à Naples comme à Marseille ou Angers (François Comte et Isabelle Mathieu) : les élites lettrées, les professions libérales, les marchands pour qui le service du roi est une ressource et une promesse d’un cursus honorum juteux ; même dans la très féodale lorraine, René cherche à briser le monopole de commandement de l’antique noblesse par une politique très décriée d’anoblissement qui lui permet de renouveler les élites sur lesquelles s’appuyer (Christophe Rivière). Quant au marché des bénéfices ecclésiastiques étudié par Thierry Pécout, il entre également dans cette dynamique : il en va en effet des bénéfices religieux comme des offices civils. Le prince met la main dessus et les redistribue. Alors bien sûr, le pape cherche à sécuriser ses propres réseaux et ses propres clientèles. Une sorte de concordat prévoit que la centaine de bénéfices laissés au roi doit répondre à une ventilation calculée entre réguliers, séculiers et gradués de l’université. Ainsi cette politique concordataire ne laisse-t-elle pas une totale liberté de manœuvre au roi. Toujours, ce sentiment d’évolutions inachevées, quand elles ne sont pas subies.

15Ici comme ailleurs, l’expérience politique angevine apparaît très ambivalente : des faiblesses de structure hybridées par des innovations d’urgence qui aboutissent à un bilan contrasté. Dans ce paysage en demi-teinte, quelle est la part du roi René lui-même ? Assurément, il a impulsé en première personne ou via ses conseillers proches des changements inspirés de ce qui se faisait dans les royaumes ou les principautés voisines, notamment dans les techniques fiscales et administratives. À sa cour, si des réseaux, voire des clans familiaux, interviennent, comme l’a noté Marion Chaigne, le roi demeure très vigilant et actif ; il est vrai que la nature multi-culturelle de ses États favorisait un brassage et une ouverture ; la présence d’Italiens, notamment de hauts prélats restés fidèles à la cause angevine (Thierry Pécout), le rôle des Provençaux dans la haute administration fiscale (Noël Coulet), tout cela contribuait à colorer de nuances le milieu curial angevin pivotant autour du roi. On aurait aimé d’ailleurs en savoir davantage sur cette cour angevine et la façon dont le roi sélectionnait ses proches (le rôle des élites issues des villes en particulier aurait mérité un traitement particulier) ; les négociations assez humiliantes entre le souverain et Marseille ont-elles réduit la représentation des élites urbaines au sein de la cour ? Comme toujours lorsqu’il s’agit de cerner le profi l d’un règne, le départ entre les évolutions de structures et le rôle d’un homme n’est guère facile. En l’espèce, la physionomie débonnaire du souverain a obscurci les jugements des historiens qui n’ont pas vu dans le bon roi un monarque à la hauteur des défis de cet État composite et entouré d’adversaires sans concession. C’est le mérite de cette rencontre – et de l’année René d’Anjou – de permettre la mise à distance des jugements rapides sur cette figure attachante, à la fois mélancolique et tenace, de gouvernant.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search