Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

René d’Anjou (1409-1480)

 | 
Jean-Michel Matz
, 
Noël-Yves Tonnerre

Quatrième partie. Culture, pouvoir et gouvernement

L’emblématique du roi René : outil de pouvoir et de gouvernement

Laurent Hablot

Texte intégral

1René d’Anjou est, peut-être plus que les autres, un prince dont la vie politique et sociale fut forgée par les caprices du destin. Cadet devenu aîné, comte de Guise devenu roi de Jérusalem, de Sicile, de Hongrie et d’Aragon, chevalier de roman sur les lices et dans les livres, mais chef de guerre déconfit sur le champ de bataille, croisé retenu sur les rives, géniteur mort sans héritier, amant éploré par le veuvage.

2Ces déconvenues successives ou ces retournements improbables pourraient avoir encouragé René d’Anjou à développer les multiples miroirs de son pouvoir comme autant de moyens compensatoires. Des reflets d’une vaine puissance qui toutefois nous laissent encore aujourd’hui l’image d’un prince brillant, mécène munificent, esthète et talentueux. Un prince pour qui la théâtralisation du pouvoir et le développement des outils de représentation deviennent de véritables moyens pour asseoir son autorité et l’exercer. Les hasards même de son histoire l’ont conduit à sillonner l’Europe et à se nourrir des cultures curiales des antipodes de l’Occident médiéval pour réinvestir avec génie le meilleur de ces pratiques au service de son État. Car assurément, René d’Anjou excelle à mettre en scène le pouvoir, tant par devoir que par goût. Plus particulièrement encore dans l’exploitation du discours emblématique des devises et des armoiries qui sont les deux grands systèmes de signes qui ordonnent la société du Moyen Âge finissant.

  • 1 Le mot devise a fait l’objet d’un glissement de sens au tournant du XVe siècle. Au temps du roi Re (...)

3René d’Anjou est presque né avec la devise1, ce système d’emblèmes qui renouvelle les modes et les pratiques de la sémiotique médiévale. Ces figures, librement composées et choisies s’accompagnent fréquemment d’une courte sentence, le mot, d’un monogramme, de couleurs de livrées. Signes d’identité du prince, ses devises sont aussi chargées d’un message symbolique qui lui permet de faire connaître certains de ses goûts, de ses sentiments, de ses désirs. Elles donnent corps au prince-personne tel qu’il veut bien se révéler à ceux qui le servent. Mais ces devises sont aussi un outil de gouvernement qui fonctionne à des échelles variées. Au temps de René, elles existent depuis déjà près d’un siècle, même si leur plein épanouissement ne date que du tournant du XIVe siècle. Au sein de l’Hôtel, elles désignent alors, sous de modestes mises en forme, le personnel du prince depuis les marmitons jusqu’aux archers de corps. Et si le temps des livrées de prestige brodées des signes et des couleurs du prince touche à sa fin, ce dernier peut encore partager son identité emblématique au moyen de devises prodiguées par des concessions héraldiques, de présents d’orfèvrerie ou de l’insigne de sociétés chevaleresques plus ou moins exclusives.

4Mais René d’Anjou est aussi l’héritier d’une riche expression héraldique que les frères de Charles V (1364-1380) ont su porter à son apogée. Les armoiries sont, et pour longtemps encore, le signe d’identité politique le plus performant et le plus exploité. Chargées de dire l’individu en fonction là où il se trouve mais aussi là où il n’est point, de le situer dans sa parenté, de signaler l’espace qu’il contrôle, ces armoiries sont désormais aussi un moyen de proclamer des droits autant qu’un lieu de mémoire lignagère, généalogique et même eschatologique. Ces armes, associées à des ornements extérieurs, matérialisent l’identité royale, princière ou chevaleresque par la couronne et le heaume dont le cimier proclame une parenté mythique tandis que les tenants ou supports renvoient à de multiples registres symboliques et emblématiques : insignes d’ordres, devises, animaux aux vertus multiples, personnages prestigieux ou légendaires. L’insigne d’ordre de chevalerie qui encadre de plus en plus fréquemment l’écu survalorise encore ce discours en proclamant le statut d’exception du titulaire et les valeurs auxquels il adhère. Le contenu même de l’écu prolonge, de façon innovante, les possibilités du discours héraldique : aux armes familiales s’ajoutent désormais de multiples quartiers qui exposent, dans une savante hiérarchie, l’ensemble des titres, des droits virtuels ou réels sur des terres, les branches les plus valorisantes de la parenté et jusqu’au patronage de saints.

5Mais l’exploitation de cet arsenal de signes dépend en grande part des besoins et des goûts du prince. Or assurément, René d’Anjou, précieusement assisté par de célèbres pinceaux, des plumes agiles et de brillants esprits, manifeste un véritable engouement pour ces questions (voir planche couleur VIII, no 12).

  • 2 Il faut citer en premier lieu Mérindol Ch. de, Le roi René et la seconde maison d’Anjou. Emblémati (...)
  • 3 Pastoureau M., « Aux origines de l’emblème : la crise de l’héraldique européenne aux XVe et XVIe s (...)

6Les travaux de Christian de Mérindol ont rendu justice à cet art consommé des princes d’Anjou pour la démonstration emblématique2. Une rapide lecture comparée des usages emblématiques des princes et souverains contemporains de René d’Anjou suffit à prouver que cette fougue sémiotique s’inscrit en partie dans les usages du temps dont Michel Pastoureau dénonce la « suremblématisation3 ». Mais elle reste toutefois par son ampleur et son aboutissement, tout à fait exceptionnelle chez le roi René. Armoiries et devises sont donc pour lui un très utile outil de pouvoir et de gouvernement dont l’utilisation oscille entre un nécessaire conformisme et de brillantes innovations. Un moyen, comme nous le verrons, de bâtir une image emblématique et de partager son identité politique. Mais, en réalité, quelles sont les motivations profondes de cette saturation emblématique ? Effet compensatoire ou génie de la communication ? Cette image du prince n’apparaît-elle pas a posteriori comme un révélateur des fragilités du règne ?

Bâtir une image emblématique, un outil de pouvoir

7Durant la totalité de son principat, René d’Anjou exploite donc les fonctionnalités du discours héraldique pour bâtir une image emblématique qui apparaît comme un véritable outil de pouvoir. L’image héraldique qu’il compose le désigne bientôt comme un autre roi des lis, alter ego de son royal cousin et beau-frère Charles VII (1422-1461), à tout le moins comme le premier et le plus titré des princes des lis, incarnation des vertus chevaleresques et royales de la sainte lignée.

Le premier des princes ?

8Fait bien connu, les armoiries de René d’Anjou se distinguent par leurs multiples quartiers dont les combinaisons et les contenus évoluent au gré de l’histoire de ce prince (voir planche couleur IX, nos 13, 14 et 15). Toutefois, les combinaisons héraldiques aussi complexes restent encore peu fréquentes à cette époque. Leur usage révèle le désir de René d’Anjou de s’appuyer sur la représentation héraldique pour souligner son statut d’exception et l’étendue de ses pouvoirs.

  • 4 Le parti sépare l’écu verticalement en deux moitiés, l’écartelé en quatre quartiers symétriques. L (...)
  • 5 L’écartelé des armes de Philippe le Hardi mêle l’écu aux lis à la bordure componée du cadet de la (...)

9Depuis le milieu du XIIIe siècle en effet, des combinaisons d’armoiries permettent aux puissants d’exposer leurs droits sur les différentes terres qu’ils détiennent ou revendiquent. Comme l’a souligné Michel Nassiet, cette pratique de partition de l’écu devient même courante dans les cas de relèvements d’armoiries destinés à prolonger la mémoire et les droits de familles éteintes4. Cet usage héraldique s’observait déjà chez les Capétiens avec les fils de Blanche de Castille, les rois de Navarre et les dauphins de Viennois. En surajoutant l’écu de Flandre aux armes de Philippe le Hardi († 1404) qui écartèlent les lis brisés aux armes de Bourgogne, Jean sans Peur († 1419) institutionnalise chez les Valois ce système d’armes évolutives5. René d’Anjou hérite des pratiques similaires développées par ses parents à partir de l’héritage napolitain. Mais il exploite à l’extrême – et parfois jusqu’à l’illisible – cette modalité héraldique que structure la stricte hiérarchie des quartiers. Cette mode se développe alors dans toute l’Europe, mais elle reste longtemps exceptionnelle jusqu’à la seconde moitié du XVe siècle dans le royaume. En mêlant armoiries de lignage et de fiefs, en exposant royaumes et duchés détenus ou revendiqués, René d’Anjou fait de son écu de véritables armes à enquerre : ces compositions non conformes aux règles du blason (ici toutefois elles le sont) et qui conduisent leur lecteur à « s’enquérir » de leur sens. Pourquoi les lis de France ne tiennent-ils pas le quartier d’honneur ? Pourquoi les armes de Jérusalem sont-elles souvent passées au troisième rang après Hongrie et Sicile ? Pourquoi Bar et Lorraine ? Pourquoi Aragon en abîme ? Pourquoi les mutations entre partis, écartelés, coupés ? Quoi qu’il en soit, ces armoiries soulignent, y compris par leurs fréquentes mutations, la singularité et le rang de ce prince qui l’élèvent bien au-dessus des autres princes des lis.

  • 6 À la suite de son frère aîné, chef de nom et d’armes, Jeanne de Laval et ses frères et sœurs retie (...)

10Cette « démesure » trouve d’ailleurs un écho très surprenant, du point de vue des usages héraldiques, dans les modifications des armes de Jeanne de Laval. Jusqu’alors, sur les figurations des armes d’alliance du couple royal, les complexes compositions de René s’opposaient à la simplicité des armes de Lorraine. À partir de 1480, sa seconde épouse adopte avec ses frères et sœurs une nouvelle formulation héraldique qui, par une série de choix de quartiers, oblitère les hermines de leurs ancêtres masculins Monfort, portées jusqu’ici écartelées aux armes Montmorency-Laval, au profit des lis de France héritées de leurs ancêtres féminins6. Ce changement, cautionné par le souverain, est la possible traduction héraldique de l’attribution du titre de « cousin du roi » à la maison de Laval alors engagée dans une politique de promotion nobiliaire. Ces nouvelles armoiries mettent en tout cas Jeanne de Laval au diapason de la démonstration héraldique et du rang de son époux et annoncent l’avènement dans l’héraldique de ces pennons généalogiques qui se multiplient au tournant du XVe siècle (voir planche couleur X, no 16).

11Ces exemples soulignent le fait que ces compositions armoriales résultent de choix qui ne sont que très partiellement imposés par les usages du blason et qui offrent au prince un véritable outil d’expression politique. Principe que René d’Anjou applique également en ce qui concerne les ornements extérieurs, façonnant l’image d’un autre roi des lis.

Un autre roi des lis ?

12Au milieu du XIVe siècle, les princes des lis partagent en effet avec leur aîné le privilège d’user d’ornements extérieurs attachés aux armoiries royales : le cimier au lis carré et les tenants angéliques.

  • 7 C’est le cas par exemple des Bourbon qui portent moins fréquemment leur plumail de paon, des Bourg (...)
  • 8 Pour ces différentes représentations voir, pour les sceaux, Mérindol Ch. de, Le roi René…, op. cit (...)
  • 9 Saint-Pétersbourg, Bibl. nat. de Russie, ms. fr. F. p. XIV, 4, fo 24 vo.

13On sait que René d’Anjou emploie tour à tour différents cimiers en liens avec les principautés qu’il contrôle : Bar, Hongrie, Aragon. Son titre de duc d’Anjou et l’écu fleurdelisé qui lui est associé l’autorisent également à se parer du cimier au lis que l’ensemble du lignage retient de plus en plus fréquemment à cette date, abandonnant partiellement leurs cimiers territoriaux7. S’il est virtuellement représenté dans les figurations héraldiques du prince, comme sur les sceaux équestres, dans les Heures Egerton ou sur l’armorial du Croissant par exemple (voir planches couleur VIII, no 12 et IX, no 15)8, l’utilisation réelle de ce cimier permet de proclamer publiquement ce mérite généalogique. Ainsi, par exemple, lors du Pas de Saumur de 1446 où deux princes des lis s’affrontent – Anjou contre Alençon – mais où seul René surmonte son heaume d’une couronne fleurdelisée également associée à ce cimier dans l’image9.

  • 10 Jones M., « L’image du duc de Bretagne », Blanchard J. (éd.), Représentation, pouvoir et royauté à (...)

14Car le statut royal de René d’Anjou l’autorise à porter couronne sans contestation possible du roi de France, contrairement au débat qui l’oppose alors au duc de Bretagne10. Et le prince ne se prive pas d’exposer au-dessus de ses armes cet insigne dont la mise en forme alterne entre fleurons ou lis mais qui renvoie, de façon matérielle, au couronnement dont il est bénéficiaire et, de façon conceptuelle, à la notion de Couronne – un état gouverné par un prince – dont il est l’incarnation (voir planche couleur IX, no 14).

  • 11 Sur le sujet, revoir l’ouvrage fondamental de Beaune C., Naissance de la nation France, Paris, 198 (...)

15Le discours des anges soutenant l’écu de René d’Anjou s’apparente au même processus de partage des ornements capétiens. Et son message est également très fort dans la mesure où il renvoie au légendaire du don des lis particulièrement développé sous Charles V et qui fait des armes royales une concession divine, le signe délégué de la puissance céleste11. Louis Ier, Marie de Blois, Louis II et Yolande d’Aragon avaient particulièrement mis en valeur cette prestigieuse figure sur leurs représentations armoriales qui faisaient d’eux des princes des lis, descendants et parents de Clovis, de saint Louis de France et de saint Louis d’Anjou. Jean de Dunois exploitera encore ce moyen pour compenser sa bâtardise. L’ange écuyer à la fin du Moyen Âge s’apparente aussi à la fonction eschatologique des armoiries chargées de représenter leur titulaire à l’heure du jugement. Un thème que l’on retrouve dans la figure du roi mort des Heures du roi René où le souverain est pourvu d’une tenture armoriée des écus royaux en guise de suaire (voir planche couleur X, no 17).

16Mais là encore René a plusieurs visages et son écu s’appuie bien souvent sur d’autres supports qui révèlent un autre prince : lions, aigles à la croix double, souche sèche. Le choix d’ornements spécifiques est donc lui aussi révélateur d’un type d’identité mis en valeur. La valorisation du heaume cimé donne corps au roi chevalier qu’incarne volontiers René d’Anjou.

Un roi chevalier

17À l’instar des souverains contemporains, René d’Anjou ne néglige pas, loin s’en faut, son image de parangon de chevalerie. Cette facette du prince est une nécessité politique à plusieurs ressorts que les Valois ont bien cerné et que la plupart des princes du temps exploitent à leur tour. En effet c’est à ce titre que le roi peut capter la violence, la force et la représentation nobiliaire. C’est par ce biais qu’il peut se poser en modèle des usages courtois et en conservateur des valeurs chevaleresques. C’est de cette façon enfin qu’il peut se muer en dispensateur des honneurs et des distinctions. L’expression emblématique et son contrôle participent de cette identité.

  • 12 Mérindol Ch. de, Le roi René…, op. cit., planche XXXVI.

18Effectivement, l’armoirie est d’abord et avant tout un signe militaire lié étymologiquement et plastiquement au harnois de guerre. Et si, à la fin du Moyen Âge, l’héraldique recule nettement en matière de signalétique et d’ornementation militaire, elle reste néanmoins étroitement associée à l’idée absolue de chevalerie. Ainsi l’image sigillaire équestre du roi René, qui nous présente un prince armé de toutes pièces, l’épée haute et qui porte cote, caparaçon et écu armoriés – en complet décalage avec les usages du temps notons-le – contribue fortement à ce discours. La célèbre médaille de Pierre de Milan coulée vers 1460, ne dit pas autre chose en figurant René d’Anjou, en buste, armé de joutes et accosté de la couronne royale et du heaume de parement : roi et chevalier (voir fig. ci-contre)12.

Le roi René adopte lui aussi le medium de la médaille, nec plus ultra de la représentation princière au milieu du XVe siècle (médaille attribuée à Pietro da Milano, Paris, BnF, cabinet des Médailles, no A. V. 142, vers 1460). Imitant le modèle réalisé pour son rival Alphonse d’Aragon, le prince y est représenté en chevalier tournoyeur – notez le renfort de plate sur l’épaule droite et le heaume de parade avec le cimier au lis – et en roi souverain comme le rappelle la couronne.

  • 13 Hablot L., « Revêtir le prince. Le héraut en tabard, image idéale du prince », Le Héraut, figure e (...)
  • 14 Splendeur, p. 276-283.
  • 15 Si l’hypothèse avancée par notre collègue François Comte lors du présent colloque se vérifie (voir (...)
  • 16 Splendeur, p. 167-177 et 248-255, notices 15, 16, 17, 24, 26, 27, 28 (« lettres de noblesses et co (...)

19L’écriture et l’illustration du célébrissime Livre des tournois participe du même courant d’idée. Même si le roi René ne s’y met pas directement en scène, il brosse le portrait de princes souverains presque égaux – Bretagne et Bourbon – qui ordonnent et façonnent la noblesse de leurs domaines et, par l’intermédiaire de leurs rois d’armes, images idéales de leurs vertus chevaleresques13, discernent l’excellence ou stigmatisent l’indignité de leurs fidèles. Texte et image décrivent ainsi le rituel honorable du droit de « faire blason fenêtre », l’épreuve de la « montre des heaumes » et l’humiliation du réprouvé sur la lice ou dans la subversio armorum, l’inversion de ses signes chevaleresques14. Si ce mirage archaïsant du tournoi ne correspond plus, loin s’en faut aux réalités des lices du XVe siècle15, dans la vie réelle, le roi René met en pratique les usages héraldiques de prééminences au moyen desquels – sur les maîtresses vitres de ses fondations par exemple – il se dit au-dessous du roi et au-dessus des seigneurs de la même façon qu’il utilise ses vertus de dispensateur des honneurs en inventoriant les armes de ses vassaux et en concédant armoiries et noblesse16. Un rare privilège que peu de princes français partagent et qui le désigne à nouveau comme un presque roi.

  • 17 Hablot L., « Aux armes saint Maurice ! Saint Maurice et l’emblématique à la fin du Moyen Âge », Sa (...)
  • 18 Splendeur, p. 219 (Passion de saint Maurice), et sceau de l’ordre dans Mérindol Ch. de, Le roi Ren (...)

20L’ordre du Croissant parachève ce discours chevaleresque. Par le choix de son patron d’abord. Maurice, chef des légions thébaines, se confond souvent à la figure de saint Julien et de saint Victor, ses officiers, saints guerriers investis tour à tour du patronage des armées royales17. Par l’iconographie de cet ordre ensuite qui fait presque de saint Maurice un chevalier de cette société parmi les autres en lui attribuant des armes à l’escarboucle entourées de la devise du Croissant à la façon dont les membres portent cette devise (voir planche couleur X, no 18)18. L’adoption enfin de la devise et du mot de l’ordre confirment cette exaltation de l’idéal chevaleresque : une pièce du harnois, le croissant d’armes protégeant l’aisselle, et une sentence los en croissant allusive à la renommée, véritable investissement moteur de l’action chevaleresque et dont le prince est garant par la voix de ses hérauts d’armes. Promoteur de l’ordre, René d’Anjou se transpose, aux yeux de sa noblesse, en défenseur d’un idéal en péril.

21L’ensemble de ces vertus que le prince expose par armoiries interposées le façonne aux yeux de ses contemporains en prince autoproclamé des princes des lis, royal égal ou comme il le dirait lui-même, « per sans per », pair sans pareil, chevalier idéal de papier et de peinture. Mais René d’Anjou est aussi un homme de chair et de sang aux commandes d’autres hommes qu’il convient de séduire et de s’approprier comme viennent le confirmer plusieurs des articles de ce recueil. Ainsi, si l’héraldique permet de bâtir une image qui légitime les droits du prince, c’est dans ces nouveaux codes de fidélisation qu’ont fait naître les guerres et les crises du XVe siècle et où l’affect et l’individu ont remplacé le principe et l’intérêt du groupe que René va trouver de précieux outils de gouvernement.

Partager son identité politique, un outil de gouvernement

22Il ne s’agit donc plus seulement pour le prince de construire une image de sa fonction mais aussi de révéler sa personne et de la donner en partage pour forger des liens plus étroits parce que fondés sur les sentiments plus que sur le devoir. La devise répond prioritairement à ces nouvelles sensibilités politiques.

23Le temps manquerait ici pour tenter de relire à la suite de Christian de Mérindol, la riche panoplie emblématique de René d’Anjou. Retenons simplement qu’il adopte successivement entre 1431 et 1480 près de vingt devises, presque un record en la matière. Ce qu’il importe de souligner ici, ce sont les thématiques qu’exposent les emblèmes qu’il se choisit au fil de sa vie. Presque tous se fondent sur l’expression de sentiments où se mêlent légitimation et ambition politique (aigle couronnée colletée de la croix double – voile déployée – toupin), dévotions (croix double, en dieu en soit, patenôtre, clous de la passion pax, o crux ave), courtoisie (RI, chaufferette, dardant desir, rameau reverdissant) et mélancolie (bâton écôté, branche épineuse – arc détendu – roseraie en flamme et tant – souche sèche) (voir planche couleur XI, no 19).

  • 19 C’est notamment le cas du Diptyque Matheron (Paris, musée du Louvre).
  • 20 Splendeur, p. 257.

24Cet examen de conscience introspectif auquel éduquent les clercs du temps s’expose ici par devises interposées pour livrer un prince tour à tour plein d’espoir et de désir et paradoxalement rongé par la tristesse et les désillusions. Comme les portraits qui le représentent sans concession (voir planche couleur XI, no 20)19, ses devises mettent à nu René d’Anjou pour le livrer au regard de ses contemporains dans une apparente contradiction avec la prétention incroyable de ses démonstrations héraldiques. Mais que l’on ne s’y trompe pas, cette image du prince est sous contrôle et n’est savamment distillée que pour le rendre plus proche et plus présent. La polysémie même des figures rend délicate leur lecture stricte et la souche sèche qui reverdit est autant une évocation de la tristesse que celle de l’espérance d’une progéniture ou encore la figure parlante de René20. Sans compter l’écu pendu à son rameau qui renvoie, par sa forme de targe, à la culture courtoise et chevaleresque du prince et, par sa mise en scène, au monde des pas d’armes et des espaces de justice matérialisés par les écus suspendus aux arbres.

  • 21 Ibid., p. 307.

25Avec ces jeux d’emblèmes, René se rend présent et interpelle, à la manière de Cueur qui dans le Livre du Cœur d’Amour épris, commente les memoriae héraldiques des patients de l’hôpital d’amour21. Le prince se fonde ainsi dans une mode de cour pour laquelle il fait une fois encore figure de modèle, ce qu’il est assurément grâce à sa culture, à son talent, à ses voyages et à son entourage féru de la question, de Barthélemy d’Eyck à Antoine de La Sale. L’adoption par ses proches de devises et de mots le confirme amplement.

  • 22 Sur cet usage curial à travers l’Europe et son interprétation, voir Hablot L., « “Pour contemplaci (...)
  • 23 C’est du moins de cette façon que Christian de Mérindol interprète la mention iconographique de ce (...)
  • 24 C’est par exemple le cas sur les armes des Pazzi et celles de Jacques Quarrey (Mérindol Ch. de, Le (...)

26Ces devises partagent le prince en exposant son ressenti, mais elles sont également des parcelles de son identité emblématique qui, contrairement aux armoiries, sont faites pour être dispersées au gré des besoins du prince. Si l’époque des doubles parés, le temps d’une fête de cour, de la livrée identique à celle de leur patron est révolu dès les années 1420, la devise sert encore au temps du roi René à honorer ceux que le prince souhaite distinguer, sous de multiples formes. René d’Anjou prolonge donc l’usage devenu classique du bijou à la devise du prince distribué à quelques fidèles choisis. Un partage qu’il structure plus ou moins selon ses besoins. En 1438 notamment, la devise de la voile associée au mot en dieu en soit que René adopte est largement diffusée par l’intermédiaire des Médicis qui la concèdent à leur tour à plusieurs de leurs agents comme les Rucellai, avec l’aval du prince soucieux d’étendre sa renommée et d’élargir une clientèle virtuelle22. Cette figure s’inspire probablement de l’allégorie du festina lente : une voile gonflée attachée à une colonne. Mais la voile est ici libérée de ses attaches – sauf lors de la captivité de René où elle se trouve prise dans les ronces de ce qui semble une couronne d’épines23 – et son destin confié au Père. C’est une très probable allusion à la reconquête sicilienne. Subissant sans doute les influences locales, René la partage aussi, de façon inédite en France mais courante dans le reste de l’Europe, en Italie notamment, comme meuble héraldique24. Une pratique qui renforce encore la portée de la concession héraldique qui non seulement révèle la capacité du prince à créer la noblesse mais en plus fait du nouvel anobli une émanation directe de sa fonction et de sa personne. Les concessions héraldiques apparaissent dès lors comme un nouveau visage du souverain absolu.

*

27Que déduire de ces manifestations emblématiques ? L’emblématique de René d’Anjou doit-elle être lue comme le révélateur de sa puissance ou au contraire comme celui des fragilités de ce règne ? La saturation emblématique doit-elle être perçue comme un outil de représentation ou plutôt comme un reflet d’ambitions inatteignables ? L’effet compensatoire des ambitions déçues de René d’Anjou ou l’image de sa maîtrise des outils de communication ?

28Si l’on compare l’expression emblématique de René d’Anjou à celles des souverains de la fin du Moyen Âge, on constate un lien évident entre la profusion emblématique et le renforcement, voire la redéfinition des termes du pouvoir. Il en va ainsi de Richard II d’Angleterre, de ses compétiteurs Lancastre, de Charles VI, de Louis d’Orléans, des Sforza ou des Este, de Mathias Corvin ou de Ferdinand d’Aragon. Se dire en emblème est donc sans conteste la manifestation d’un dynamisme politique en des temps de ruptures et de contrastes.

29Reste le problème de l’impact de ces signes et de la capacité de lecture des contemporains. Les preuves abondent pour souligner que par ce moyen René d’Anjou partage la culture d’élites dont il se pose comme le promoteur et l’ordonnateur, qu’il subjugue et fédère. Son expérience de la question le conduit même à proposer une synthèse des systèmes de signes en fusionnant leurs souplesses et leurs structures respectives. Avec lui le virtuel prend corps dans le réel et la devise devient institutionnelle quand l’héraldique s’adapte aux besoins du souverain. Le prince absent se rend présent et la polymorphie des états angevins prend corps dans l’écu d’un prince que ses devises humanisent. Bien loin d’un prince déchu et déçu, René d’Anjou donne l’image d’un modèle que les princes modernes ne manqueront pas d’imiter.

Notes

1 Le mot devise a fait l’objet d’un glissement de sens au tournant du XVe siècle. Au temps du roi René, il désigne un emblème figuré, parfois accompagné d’une courte sentence écrite, le mot, et de couleurs qualifiées aussi de couleurs de livrée, auxquels s’ajoutent à l’occasion un monogramme ou lettres. Voir sur le sujet ma thèse à paraître : Hablot L., La devise, mise en signe du prince, mise en scène du pouvoir, Turnhout.

2 Il faut citer en premier lieu Mérindol Ch. de, Le roi René et la seconde maison d’Anjou. Emblématique, art, histoire, Paris, 1987.

3 Pastoureau M., « Aux origines de l’emblème : la crise de l’héraldique européenne aux XVe et XVIe siècles », Jones-Davies M. T. (éd.), Emblèmes et devises au temps de la Renaissance, Paris, 1981, p. 129-139.

4 Le parti sépare l’écu verticalement en deux moitiés, l’écartelé en quatre quartiers symétriques. La question de l’usage juridique des combinaisons armoriales a été analysée en détail, dans plusieurs travaux, par Nassiet M., « Signes de parenté signes de seigneurie : un système idéologique », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. 67, 1991, p. 175-232 ; « Alliance et filiation dans l’héraldique des XIVe et XVe siècles », Revue française d’héraldique et de sigillographie, no 64, 1994, p. 9-30 ; « La monographie familiale à la fin du Moyen Âge : quelques problématiques d’histoire de la parenté », Aurell M. (éd.), Le médiéviste et la monographie familiale : sources, méthodes et problématiques, Turnhout, 2004, p. 67-78.

5 L’écartelé des armes de Philippe le Hardi mêle l’écu aux lis à la bordure componée du cadet de la maison de Valois à celui de son « apanage » bourguignon aux couleurs originelles de la maison capétienne (bandé d’or et d’azur à la bordure de gueules). Il est enrichi par Jean sans Peur de l’écu de Flandre (héritage maternel après 1405) en abîme, puis complété par les conquêtes territoriales de Philippe le Bon (Brabant et Limbourg). Il servira de base juridique aux revendications de Marie de Bourgogne. Salet F., « Histoire et héraldique. La succession de Bourgogne de 1361 », Mélanges offerts à René Crozet, Poitiers, Société d’études médiévales, 1966, n. p.

6 À la suite de son frère aîné, chef de nom et d’armes, Jeanne de Laval et ses frères et sœurs retiennent autour de 1480 une nouvelle combinaison d’armoiries qui succède à l’usage des armes des Montmorency-Laval et de Vitré imposées par le contrat de mariage de Jean de Montfort (alias Guy XIII) et d’Anne de Laval en 1405 et qu’une décision royale autorise à modifier en 1464 (Blanchard R., Lettres et mandements de Jean V, t. I, Nantes, 1889, p. 22, et Mérindol Ch. de, Le roi René…, op. cit., p. 84-86). Jeanne de Laval portait jusqu’alors ces armoiries curieusement écartelées au 2 et 3 de Bretagne. En effet, les usages héraldiques du temps ne justifiaient pas de faire mémoire du lignage maternel dans les armoiries, sauf dans le cas d’une héritière ou d’un relèvement d’armoiries. Il semble donc que les Laval – et Jeanne en particulier – cherchent alors à valoriser leur famille. C’est ce que confirme l’utilisation occasionnelle d’un coupé (écu divisé en deux quartiers horizontalement) de Bretagne et de Montmorency-Laval quand Jeanne de Laval partitionne ses armes à celle du roi René, mettant les hermines à l’honneur. L’écartelé que les Laval adoptent vers 1480 retient au premier quartier les armes royales de leur grand-mère maternelle, Jeanne de France, fille de Charles VI et épouse de Jean V de Bretagne (d’azur à trois fleurs de lis d’or) ; au second Montmorency-Laval ; au troisième Évreux (d’azur à trois fleurs de lis d’or à la bande componnée d’argent et de gueules brochant), armes de leur arrière-grand-mère, Jeanne de Navarre épouse de Jean IV de Bretagne ; Vitré brochant sur le tout. La survalorisation du sang de France sans droits précis afférents et l’exclusion de l’identité bretonne jusqu’alors valorisée est nécessairement la résultante d’un discours politique lié aux circonstances. Sur les différentes armoiries de Jeanne de Laval, voir Mérindol Ch. de, Le roi René…, op. cit., planches LVIII-LXIII.

7 C’est le cas par exemple des Bourbon qui portent moins fréquemment leur plumail de paon, des Bourgogne qui usent plus du lis carré que du grand duc, des Alençon qui délaissent leur cimier au griffon.

8 Pour ces différentes représentations voir, pour les sceaux, Mérindol Ch. de, Le roi René…, op. cit., planches XX et XXI ; pour les Heures Ergeton ou l’armorial du Croissant, voir le catalogue de l’exposition d’Angers de 2009 : Gautier M.-É. (dir.), Splendeur de l’enluminure. Le roi René et les livres (catalogue de l’exposition d’Angers, 2009-2010), Arles, 2009, p. 208 et p. 243 (cité désormais Splendeur).

9 Saint-Pétersbourg, Bibl. nat. de Russie, ms. fr. F. p. XIV, 4, fo 24 vo.

10 Jones M., « L’image du duc de Bretagne », Blanchard J. (éd.), Représentation, pouvoir et royauté à la fin du Moyen Âge (actes du colloque de l’université du Maine, 1994), Paris, 1995, p. 253-278 (ici p. 271 sqq.).

11 Sur le sujet, revoir l’ouvrage fondamental de Beaune C., Naissance de la nation France, Paris, 1985.

12 Mérindol Ch. de, Le roi René…, op. cit., planche XXXVI.

13 Hablot L., « Revêtir le prince. Le héraut en tabard, image idéale du prince », Le Héraut, figure européenne, no spécial de la Revue du Nord, t. 88, 2006, p. 755-803.

14 Splendeur, p. 276-283.

15 Si l’hypothèse avancée par notre collègue François Comte lors du présent colloque se vérifie (voir sa contribution dans le présent volume) et que le tournoi décrit dans le livre éponyme correspond à de véritables joutes tenues à Angers, il y a pourtant de multiples raisons de penser que le décor emblématique de ces fêtes n’a correspondu que de très loin aux représentations données par Barthélemy d’Eyck.

16 Splendeur, p. 167-177 et 248-255, notices 15, 16, 17, 24, 26, 27, 28 (« lettres de noblesses et concessions d’armoiries »).

17 Hablot L., « Aux armes saint Maurice ! Saint Maurice et l’emblématique à la fin du Moyen Âge », Saint Maurice (actes du colloque de Besançon, 2010), à paraître.

18 Splendeur, p. 219 (Passion de saint Maurice), et sceau de l’ordre dans Mérindol Ch. de, Le roi René…, op. cit., planche X, XLIII.

19 C’est notamment le cas du Diptyque Matheron (Paris, musée du Louvre).

20 Splendeur, p. 257.

21 Ibid., p. 307.

22 Sur cet usage curial à travers l’Europe et son interprétation, voir Hablot L., « “Pour contemplacion d’icelui”. Formes et fonctions de la délégation de la capacité d’octroi des ordres et devises dans les cours européennes (XIVe-XVe siècles) », Moeglin J.-M. (dir.), Relations, échanges, transferts en Europe dans les derniers siècles du Moyen Âge. Hommages en l’honneur de Werner Paravicini, Paris, 2010, à paraître. L’inventaire des biens de Pierre de Médicis († 1469), dressé en 1456, révèle qu’il possédait un collier avec pour pendant une voile émaillée. On retrouve également cette devise sur un morceau de fresque conservé au Palazzo Pitti sur laquelle le petit-fils de Pierre, René, porte un collier avec le même pendant ; Lightbown R. W., Medieval European Jewellery, Londres, 1992, p. 280 sqq., y voit une devise donnée par René d’Anjou à son filleul René de Médicis lors de son baptême en 1442. Pierre de Médicis était en effet très proche de René d’Anjou. Son inventaire mentionne deux colliers de l’ordre du Croissant. La voile se retrouve associée à d’autres devises Médicis sur les monuments réalisés à la demande de Giovanni Rucellai († 1481), chef de la Banque Médicis à Florence, comme le Palazzo Rucellai à Florence, l’église Santa Maria Novella et la chapelle de cette famille dans l’église Saint-Pancrace, notamment sur la sépulture de Giovanni di Paolo Rucellai. Il pourrait avoir reçu cet emblème de Pierre de Médicis ou bien de René d’Anjou. Certains auteurs supposent que Paolo Rucellai, fils de Giovanni, serait l’initiateur de cette devise allusive à sa victoire sur les Génois (Rykwert J. et Engel A. [dir.], Leon Battista Alberti, Milan, 1994, p. 368-369).

23 C’est du moins de cette façon que Christian de Mérindol interprète la mention iconographique de cette devise dans les Heures de René d’Anjou (Paris, BnF, ms. lat. 1156A, fo 61, 81 vo, 82), et Splendeur, p. 203-205.

24 C’est par exemple le cas sur les armes des Pazzi et celles de Jacques Quarrey (Mérindol Ch. de, Le roi René…, op. cit., planche LI, fig. 220).

Table des illustrations

Légende Le roi René adopte lui aussi le medium de la médaille, nec plus ultra de la représentation princière au milieu du XVe siècle (médaille attribuée à Pietro da Milano, Paris, BnF, cabinet des Médailles, no A. V. 142, vers 1460). Imitant le modèle réalisé pour son rival Alphonse d’Aragon, le prince y est représenté en chevalier tournoyeur – notez le renfort de plate sur l’épaule droite et le heaume de parade avec le cimier au lis – et en roi souverain comme le rappelle la couronne.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/124779/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 43k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540