Version classiqueVersion mobile

René d’Anjou (1409-1480)

 | 
Jean-Michel Matz
, 
Noël-Yves Tonnerre

Deuxième partie. L’état princier : lieux, institutions, personnel

La Chambre des comptes de Provence sous le règne du roi René

Noël Coulet

Texte intégral

  • 1 Coulet N., « Aix, capitale de la Provence angevine », L’État angevin. Pouvoir, culture et société e (...)
  • 2 Arch. dép. des Bouches-du-Rhône (désormais ADBdR), B 7, fo 5 vo-7, édité dans Coulet N., « La Cham (...)

1La Chambre des comptes de Provence s’émancipe lentement de la grande cour royale de Naples sous les règnes de Charles II († 1309) et de son fils Robert Ier († 1343)1. Sa composition et sa compétence sont fixées dès le règne de Jeanne Ire († 1382). L’enquête de Véran d’Esclapon de 1379 la décrit telle que la seconde maison d’Anjou en hérite. Elle est, disent les enquêteurs, installée au palais d’Aix dans la tour dite du Trésor. Là se trouvent les archives intrinsèquement liées à la Chambre des comptes, toujours désignée dans les textes comme « Chambre des comptes et archives ». Elles sont gardées par des archivaires qui ne peuvent communiquer aucun document sans autorisation du sénéchal ou des maîtres-rationaux. La salle des archives est le siège ordinaire des rationaux. C’est là qu’ils entendent les comptes des clavaires et des autres receveurs de droits fiscaux, selon la répartition faite entre eux par les maîtres-rationaux. Ils transmettent ensuite les comptes aux archivaires qui les conservent. Les rationaux et les archivaires reçoivent et conservent également les instruments de caution de tous les officiers. Dans cette tour se trouve aussi l’auditoire des maîtres-rationaux, avec la chambre secrète dans laquelle ils procèdent à l’audition des comptes des clavaires et de tous ceux qui reçoivent des revenus fiscaux et ils y tiennent leur conseil pour délibérer sur l’administration du domaine. Ils sont compétents pour connaître des débats entre le fisc et les personnes privées, enquêtent contre les fraudeurs… Leur compétence s’étend aux poids et mesures. Les maîtres-rationaux, conjointement avec le sénéchal, procèdent à la vente aux enchères des péages et gabelles et des autres droits ainsi que de l’atelier monétaire. Il leur revient de donner quitus aux clavaires et aux autres percepteurs de droits royaux2. On retrouve dans cette description les trois fonctions classiques des chambres des comptes : conserver, surveiller et dénoncer les abus. La Chambre des comptes de Provence a, en outre, pouvoir pour les réprimer.

2C’est toujours la situation au début du règne de René. Nous examinerons d’abord les modifications que ce prince a apportées à cette institution, quant à sa localisation, sa compétence et son organisation, avant de voir comment il recrute son personnel.

L’institution

La localisation

  • 3 Arch. communales (désormais AC) de Marseille, AA 147.

3Au lendemain de sa libération de la prison de Dijon, René se rend en Provence au début de 1438. Il se rend à Aix où il est reçu comme chanoine de la cathédrale en décembre. Très vite, il s’installe à Marseille pour y préparer l’expédition qui lui permettra de s’emparer du royaume de Naples. Il y réside du 23 janvier au 12 avril 1438, date de son départ pour l’Italie. Durant ce séjour, il prend la décision le 23 mars de transférer à Marseille les institutions centrales du comté, dont la Chambre des comptes3. Il justifie sa décision par le besoin d’assurer la sécurité de Marseille face à la menace d’une nouvelle incursion du roi Alphonse d’Aragon, qui pourrait profiter de l’absence du roi occupé à reconquérir le royaume de Naples, et par la nécessité de repeupler Marseille et de restaurer sa prospérité affectée par le sac de la ville en 1423.

  • 4 Hébert M., Regeste des États de Provence, 1347-1480, Paris, 2007, p. 357.

4Les États de Provence réunis à Aix en février 1439 émettent une solennelle protestation contre ce transfert. Ils rappellent que les institutions centrales du comté ont été de tout temps – un temps immémorial que excedis memoria d’om et donnes – établies à Aix « comme lieu situé au milieu du pays et plus convenable que tout autre ». L’initiative récente du roi entraîne de graves dommages pour le pays et pour ses habitants, parce que le chemin à parcourir pour aller chercher justice est allongé de deux journées, l’une pour l’aller et l’autre pour le retour, et parce qu’il est difficile de trouver des avocats et des procureurs à Marseille. Ils demandent donc le rétablissement de la bonne coutume4.

  • 5 AC Aix, AA 2, fo 13.
  • 6 Ruffi H. de, Histoire de la ville de Marseille, Marseille, Henri Martel, 1696, p. 270.

5C’est chose faite au moment même où ils se réunissent. Une lettre est expédiée de Naples dès le 27 juillet 1438 pour annuler le transfert5. Si l’on en croit l’historien de Marseille, Louis de Ruffi, qui écrit au XVIIe siècle, les différents magistrats concernés « déférèrent fort peu » aux ordres du roi et retournèrent au bout de quelques mois à Aix en dépit de l’envoi par les Marseillais de deux ambassadeurs pour les convaincre6.

La compétence

  • 7 Busquet R., Les Bouches-du-Rhône. Encyclopédie départementales, Paris, 1924, t. 2, p. 668.
  • 8 ADBdR, B 604.

6Raoul Busquet a justement attiré l’attention sur la création en 1472 du juge des crimes destinée à accélérer le règlement des procès criminels dont le règlement traîne faute d’une juridiction spéciale7. Ce magistrat est principalement compétent pour les procès susceptibles d’intéresser le fisc royal. De ce fait, il se substitue à la Chambre des comptes dans une de ses attributions. Mais les appels des sentences de ce juge relèvent de la Chambre des comptes. Par ailleurs, une ordonnance de 1443 sur la justice modifie la procédure de recours contre les sentences rendues par les maîtres-rationaux. Jusque-là il n’y avait pas d’appel à proprement parler, mais la possibilité d’adresser une supplique de male informatis ad eisdem bene informatis pour obtenir une nouvelle délibération de la même cour. Le roi ajoute aux maîtres-rationaux pour cette délibération un certain nombre de notables jurisperiti en nombre impair8.

L’organisation

  • 9 Albanès J.-H., Gallia christiana novissima. Marseille, Valence, 1899, col. 473-475.

7René modifie l’organisation de la Chambre des comptes en 1460 lorsqu’il la dote, le 9 mai, d’un président qualifié de « grand président9 ». Il justifie cette décision par le mauvais fonctionnement de l’institution qui tient au trop grand nombre (copia) de maîtres-rationaux ou à leur défaillance (inertia) qui aboutit à ce que chacun se repose sur l’autre de l’accomplissement de leurs tâches, faisant preuve d’une attention insuffisante à la défense des droits domaniaux et fiscaux du souverain. Il devra entre autres faire dresser par les rationaux et archivaires un inventaire des droits royaux avec référence aux livres et feuillets concernés. Les redditions de compte des trésoriers et des clavaires devront se dérouler en sa présence, ou, s’il ne peut y assister, avec son consentement. Les sentences de la cour et toutes les lettres qui en émanent devront être expédiées sous son sceau et en son nom. Lui sont donc transférées des attributions qui relevaient jusqu’alors du sénéchal.

  • 10 Ibid., col. 458-477.
  • 11 Busquet R., Les Bouches-du-Rhône…, op. cit., t. 2, p. 666.
  • 12 Albanès J.-H., Jean Huet, évêque de Toulon. Ses fonctions à la cour du roi René, son épiscopat, To (...)
  • 13 Bénet J., Jean d’Anjou, duc de Calabre et de Lorraine (1426-1470), Nancy, 1997, p. 20.
  • 14 Clapiers B. de, Chronologie des officiers des cours souveraines de Provence, Aix-en-Provence, 1904 (...)

8Le premier titulaire de cette charge, Nicolas de Brancas, est choisi hors de la Chambre des comptes. Nicolas de Brancas, sans doute d’origine napolitaine, évêque de Marseille depuis 1445, et, en outre, abbé commendataire du monastère de Silvacane10, siège au Conseil du roi René depuis 1446 et est un agent actif de sa diplomatie. La lettre ne précise pas le montant de ses gages. On peut se demander avec Busquet si ses autres responsabilités lui permettaient d’exercer avec efficacité sa charge11. À sa mort, survenue en 1466, René lui choisit un successeur parmi le personnel de la Chambre des comptes en la personne du Lorrain Jean Huet, un clerc lui aussi, qui fut prévôt du chapitre de Saint-Nicolas de Darney dans les Vosges en 1447, archidiacre de Marseille en 1452 et évêque de Toulon en 145412. Notaire et protonotaire apostolique, il a une longue expérience administrative comme secrétaire du roi, d’abord à Naples en 1439, puis, à partir de 1448 en Provence. Conseiller du roi à partir de 1450, il est nommé maître-rational en 1455. Il a, en outre, une compétence en matière de finances publiques puisque René l’a nommé, en 1458, général conseiller sur le fait et gouvernement et administration de toutes les finances, un office qui fait de lui l’équivalent du général des finances dans le royaume de France. Nommé à la présidence de la Chambre des comptes le 18 mai 1466, il percevra 600 florins de gages. Il reçoit le titre de grand et premier président. En effet, René lui adjoint le même jour un second président aux gages de 400 florins en la personne de Palamède Forbin, choisi en dehors du personnel de la Chambre des comptes. Ce fils d’un grand marchand marseillais, formé au droit à l’université de Turin, est aussi un homme de confiance de René qu’il a servi dans sa politique italienne. Il a participé à l’éducation de son fils Jean de Calabre13. Il remplace Huet le 8 août 1470 lorsque ce dernier renonce à sa charge pour se consacrer à son diocèse, et aucun second président ne lui est alors adjoint14.

  • 15 Busquet R., Les Bouches-du-Rhône…, op. cit., t. 2, p. 665.
  • 16 ADBdR, B 12, fo 112 vo (26 octobre 1440), acte publié par Cortez F., Les grands officiers royaux d (...)

9Dans la lettre de provision du premier grand président, le roi René justifiait cette réforme par le mauvais fonctionnement de la Chambre dont une des raisons était le nombre excessif des maîtres-rationaux. Il avait déjà décidé en 1439 de ramener leur nombre à trois, au lieu des cinq alors en fonction15. Mais, très vite, la reine Isabelle réintègre le 26 octobre 1440 un des maîtres-rationaux alors destitué, Marc de Ricci16. Avec la nomination de Jean Hardouin en février 1443, le nombre des maîtres-rationaux est revenu à cinq.

10En 1440, on constate, que le roi a fusionné les deux offices jusque-là distincts de rationaux et d’archivaires. On n’a pas conservé le texte de cette décision qui pourrait procéder du même effort de rationalisation et d’économie qui a provoqué la réduction éphémère du nombre des maîtres-rationaux. Mais ce choix, lui, fut définitif.

  • 17 ADBdR, B 18, fo 171.

11À la fin de son règne, en 1479, le roi René publie une ordonnance qui fait droit, dit-il, aux recommandations de son Conseil. Il y constate que, depuis un certain temps, « tant par inadvertance, importunité de requérants que autrement », il a procédé à des nominations excédant le nombre fixé par la tradition – « oultre et pardessus le nombre de officiers que, de toute ancienneté, soloit et avoit accoustumé être en la dite Chambre » – ce qui eut pour conséquence que les gages de ces officiers surnuméraires ne furent pas versés régulièrement – « dont est entrevenue aucune confusion et roupture des payemens de leurs gaiges » –, si bien que certains de ces officiers étaient obligés de s’employer à une autre tâche pour assurer leur subsistance – « ont été contraints de pourchasser en autre manière l’entretenement de leur état » au lieu de « faire leur devoir selon les qualités des dits offices ». Il ramène donc le nombre des maîtres-rationaux, alors de dix, à trois dont deux, Jean Matheron et Guillaume de Remerville, recevront les gages accoutumés de 300 florins tandis que le troisième, Honorat Ganhon, ne recevra que cent florins jusqu’à ce que le roi en décide autrement17. La réduction des effectifs s’applique aussi, par la même ordonnance, aux rationaux et archivaires, dont le nombre est réduit à trois, deux titulaires et un suppléant. Les deux premiers recevront 150 florins de gages et auront la plénitude des attributions de l’office, nommément la garde des clés de l’archive, le troisième, Honorat de la Mer ne percevra que 100 florins jusqu’à ce qu’il succède à l’un des deux autres. On notera toutefois que le roi se réserve le droit de l’augmenter auparavant, « ou autrement quand il nous plaira ». Une dérogation est, en outre, prévue au bénéfice de Jean Thomas, « fort ancien et debileté de sa personne », en service depuis trente-cinq ans. Il bénéficie de ce que l’on peut appeler une pension de retraite et recevra 50 florins assignés sur les revenus de la gabelle de Toulon – ville dont il est originaire – « affin qu’il se puisse entretenir plus honnêtement en sa maison sans travail de sa personne ».

  • 18 ADBdR, B 18, fo 240.
  • 19 ADBdR, B 18, fo 210 vo.

12Cette réforme n’est pas appliquée. La clause laissant libre jeu au bon plaisir du roi bénéficie à Honorat Gagnon moins de deux mois plus tard18. L’année suivante, en 1480, Jean Thomas apparaît avec les titres de rational et d’archivaire pour enregistrer une lettre du souverain19. En sus des deux rationaux et archivaires confirmés dans l’ordonnance de 1479, deux autres sont en activité dans les années qui suivent.

  • 20 Cortez F., Les grands officiers royaux de Provence…, op. cit., p. 328.
  • 21 Gouiran G. et Hébert M., Le livre Potentia des États de Provence (1391-1523), Paris, 1997, p. 414.

13Il en va de même pour les maîtres-rationaux. C’est un effectif de huit maîtres-rationaux que René lègue à son successeur. L’un d’eux n’est pas renouvelé par Charles III, mais il est aussitôt remplacé par un autre titulaire20. Les États de janvier 1482 réclament et obtiennent que le nombre des maîtres-rationaux soit ramené à trois21. Mais, à lire le catalogue compilé par Cortez, il ne semble pas qu’il en ait été ainsi.

Le personnel

Les rationaux et archivaires

  • 22 Lecoy de La Marche A., Le roi René. Sa vie, son administration, ses travaux artistiques et littéra (...)
  • 23 Le premier Matheron connu, Bertrand, est un maçon appelé en 1366 à Toulon pour bâtir l’enceinte de (...)
  • 24 Coulet N., « Une famille aixoise d’origine florentine au bas Moyen Âge : Chiaro di Bernardo et ses (...)

14Comment s’effectuent les choix de René pour pourvoir les charges de la Chambre des comptes ? Presque tous les rationaux pourvus sont des notaires. Ils exercent ce métier depuis longtemps : on conserve les écritures de Michel Matheron, nommé rational en 1452, depuis 1422 ; celles d’Honorat de Mari (ou de la Mer), notaire à Aix et à Toulon, pourvu en 1469, depuis 1439 ; celles de son substitut Antoine Seguier, pourvu en 1469, depuis 1467. La moitié d’entre eux – sept sur quatorze – sont, à leur nomination comme rationaux, secrétaires du roi, c’est-à-dire greffiers du Conseil royal, un titre distribué avec générosité par René. Guillaume Delessart, secrétaire du roi, dont il n’est pas certain qu’il ait été notaire, est procureur fiscal en 1462 avant d’être nommé rational en 1466. Ils sont presque tous – neuf sur quatorze – d’origine provençale. Seuls Guillaume Delessart et Étienne de Cornalhis, lui aussi secrétaire du roi pourvu en 1467, viennent sûrement des pays de par-deçà. Jean Avril et Jean Blandin, eux aussi secrétaires du roi, semblent avoir la même origine22. Les autres sont aixois. Ils appartiennent à de vieilles familles comme Michel Matheron23, mais plus souvent à des familles d’implantation relativement récente. Amédée de Claro est fils et petit-fils de Florentins établis à Aix à la fin du XIVe siècle24, et le père d’Urbain Chaussegros est originaire de Digne. Honorat de Mari s’est récemment établi dans la capitale en venant de Toulon et a, un temps, partagé son activité de notaire entre les deux villes. Antoine Seguier, lui aussi, est originaire de Toulon, et Louis Clément de Tarascon où sa famille s’est installée en venant de Fréjus.

  • 25 Mireur Fr., Les rues de Draguignan et leurs maisons historiques, Draguignan, 1928, t. 7, p. 125.
  • 26 Il est associé à Bertrand Reboul et Bertrand Aygosi, puis à la société de Laugier Guiran, dans le (...)
  • 27 ADBdR, 306 E 37 (non folioté, 30 octobre 1426). Il s’est remarié à une date inconnue avec Anne Bou (...)

15Ils tirent presque tous leur origine sociale des milieux de la bourgeoisie urbaine. Seul Louis Clément pourrait avoir de lointaines origines nobles25. Amédée de Claro est fils d’un marchand, Urbain Chaussegros d’un jurisconsulte et Michel Matheron d’un notaire. Leurs alliances les enracinent dans ce même milieu : Michel Matheron, qui est aussi marchand26, est marié à la fille d’un jurisconsulte27, et Amédée de Claro à la fille d’un médecin, elle-même petite-fille d’un maître-rational. Dans un cas, un lignage colonise l’office de rational : Jean Thomas, rational nommé en 1444 et mis – mais sans efficacité – à la retraite en 1479, est sans doute à l’origine du recrutement de Jacques Thomas, lui aussi de Toulon, pourvu à vie en 1464 et Antoine Séguier, nommé en 1469, est son neveu. Jean Thomas est un cas exceptionnel de longévité : il occupe son office durant trente-six ans. Un seul rational, Jean Avril, résigne au bout de trois ans et Jean Blandin, qui n’est attesté qu’en 1439, ne semble pas avoir exercé longtemps. Les rationaux dont on peut établir la durée d’exercice ont occupé l’office entre douze et quinze ans. Aucun de ces hommes n’a de formation universitaire. Aucun n’est clerc.

  • 28 ADBdR, B 13, fo 5 et 31.
  • 29 ADBdR, B 18, fo 35.
  • 30 Notice dans Cortez F., Les grands officiers royaux de Provence…, op. cit., p. 313 et 329.

16Quelques-uns trouvent dans leur office une source d’ascension sociale. Bertrand de Rousset, pourvu avant l’avènement de René, est anobli en 1442 et obtient, deux ans plus tard, la même faveur pour ses deux frères28. Michel Matheron reçoit, en 1463, donation de la seigneurie de Peynier. Urbain Chaussegros obtient, en 1477, l’érection en fief de la bastide qu’il est en train de construire à Saint-Marc-la-Morée sur le territoire de Meyreuil et qui devient le centre d’un terroir dissocié de cette communauté29. Jean Thomas reçoit des lettres de noblesse en 1480. Pour la quasi-totalité, la progression dans les rouages du pouvoir s’arrête à ce stade. Seul Guillaume Delessart siégera au Conseil du roi. Aucun d’eux ne devient maître-rational. Mais ils ouvrent la voie à d’autres membres de la famille : le fils de Michel Matheron, Jean, sera maître-rational en 1478 et le frère d’Urbain Chaussegros, Guillaume, le devient en 148230.

  • 31 Vue d’ensemble dans Coulet N., « Le personnel de la Chambre des comptes de Provence sous la second (...)

17Rien ne distingue ici les choix de René de ceux qu’avaient effectués les premiers princes de la seconde maison d’Anjou31. Quelques inflexions marquent davantage les choix des maîtres-rationaux.

Les maîtres-rationaux

18René procède à un plus grand nombre de nominations. Pour effectuer la comparaison, il faut mettre à part la période 1381-1388 où la guerre de l’Union d’Aix et ses séquelles entraînent une rotation importante. De 1389 à 1435, vingt-trois nominations interviennent en quarante-six ans ; de 1435 à 1480, trente en quarante et un ans. La différence, sensible, reste assez minime. Les nominations se font plus nombreuses à partir du milieu du siècle : de quatre à six par décennie au début du règne, elles passent à huit pour les décennies 1450-1460 et 1460-1470. Cela contribue à augmenter le nombre des maîtres-rationaux qui exercent concurremment. Ils sont cinq dans les années 1440 et jusqu’en 1454, six à partir de 1456, huit ou neuf en 1458 et l’effectif reste à ce niveau jusqu’à la réforme de 1479.

  • 32 Coulet N., « Notes sur les évêques de Glandèves aux XIVe et XVe siècles », Les prélats, l’Église e (...)

19Comme sous les prédécesseurs de René les maîtres-rationaux restent longtemps en fonction : les deux tiers occupent leur office plus de dix ans, et cinq d’entre eux plus de vingt ans. Quelques carrières sont abrégées par une promotion. Marien Dominici cesse d’être désigné comme maître-rational après son élévation au siège épiscopal de Glandèves32. Jean Martin, un des maîtres-rationaux que René hérite de son frère, quitte l’office lorsqu’il devient chancelier en 1444, et Jacques Guillaume aussi, la même année, quand il devient juge mage. Jean de Jarente abandonne sa charge en 1479, quand il est nommé chancelier. Jean Hardouin quitte, lui, la Chambre des comptes pour le service du roi de France dont il devient trésorier en 1444. Dans un seul cas l’abandon de la charge se double d’une résignation : Jean Alardeau, devenu général des finances en 1466, résigne en 1467 au profit de Jean de Lubières. Il fut pendant un peu moins d’un an concurremment maître-rational et général des finances de René. Il n’est pas le seul à cumuler ainsi les grands offices, ce qui n’est pas une nouveauté du règne de René. Jourdain Brès (ou Brice), que ce prince a trouvé en fonction à son avènement était aussi juge mage et l’est resté jusqu’à la diminution des effectifs de 1439. Jean Barthélemy, qui succède à Brès comme juge mage en 1458, cumule dix ans sa charge avec celle de maître-rational et son successeur Vivaud Boniface pendant quatorze ans. Par ailleurs, Charles de Castillon est en même temps conservateur des Juifs et Antoine Aygosi, juge des premières appellations.

20René fait dans ses recrutements une place importante aux gradués des universités, mais un peu moins que ses prédécesseurs. Un grade est attesté pour la moitié des choix de son règne au lieu des deux tiers avant lui. Ces gradués sont docteurs en majorité, licenciés dans deux cas et bachelier dans un cas. Ce sont surtout des civilistes : onze docteurs en droit pour deux en décret et trois in utroque. comptes. Trois secrétaires du roi deviennent maîtres-rationaux : Charles de Castillon, Louis Durand et Jean Huet. Cinq maîtres des requêtes aussi – et c’est là une nouveauté de ce règne – avec Jean Lesilleur, Jean Matheron, Jean de Cuers, Jean de Lubiéres et Honorat Gagno. Cinq maîtres-rationaux ont été auparavant soit trésorier comme Jean Hardouin, Georges de Fontanilhe et Jacques de Passis, soit général des finances comme Guillaume de Remerville et Jean Alardeau.

  • 33 Gouiran G. et Hébert M., Le livre Potentia des États de Provence…, op. cit., § 13, p. 326-327.

21Pour un peu plus de la moitié des nominations, le choix de René se porte sur des Provençaux (dix-sept sur trente, peut-être dix-huit), soit moins que sous ses prédécesseurs, ce qui explique que les États de 1469 rappellent les exigences de l’indigénat33. Parmi les étrangers au comté promus sous ce règne figurent : deux Italiens, le Florentin Jacques de Passis (Pazzi) établi à Marseille en 1444 et Marien Dominici, originaire des Marches, vicaire général de l’archevêché d’Aix ; trois Angevins ou Tourangeaux, Jean Hardouin, Jean Alardeau et son frère Jean Alardeau de Vaux ; deux Lorrains, Jean Huet et Guillaume de Remerville. On ne sait d’où vient Jean Lesilleur, mais son patronyme réfère au nord de la Loire. Parmi les Provençaux figurent deux descendants de familles italiennes installées depuis plusieurs générations dans le comté ou à Avignon, les Castillon, originaires d’Arezzo, et les Ricci venus d’Asti. Les Aixois sont les mieux représentés avec quatre présences, mais les maîtres-rationaux provençaux viennent de toutes les régions du comté et la plupart des villes (Marseille, Tarascon, Toulon, Draguignan, Saint-Maximin, Castellane) figurent, même Nice, qui n’est plus provençale et Gap, qui ne l’est pas.

  • 34 Cortez F., Les grands officiers royaux de Provence…, op. cit., p. 312-313.
  • 35 Respectivement neveu et petit-fils des marchands cités supra, note 26.

22L’origine sociale est bien moins connue que la provenance géographique. Les clercs semblent plus nombreux sous ce règne. On en dénombre huit au lieu de cinq sous les règnes précédents. Quand ils sont nommés, Jean Alardeau tient en commende l’évêché de Toulon et Marc de Ricci l’abbaye du Thoronet, Marien Dominici est vicaire général et official d’Aix, Jean Filholi est prévôt de Grasse et Jean de Cuers de Marseille, Lazare Gaudin et Guillaume de Remerville sont chanoines, l’un de Fréjus et l’autre de Toulon. Les nobles sont encore moins nombreux, un cinquième des nominations de ce règne, là aussi une proportion plus faible que dans la période précédente. Leur noblesse est récente, à l’exception des Lubières de Tarascon qui remontent au XIIe et des Jarente qui sont attestés dès le XIIIe siècle. Le père de Raymond Puget a été anobli en 1444. Jean Matheron l’a été peu avant ou peu après sa nomination. Jean Barthélemy n’arbore pas le titre de miles avant son testament de 1469, Jean Curet n’est intitulé miles qu’en 1479, après avoir reçu, en 1472, les minuscules seigneuries de Gentiac et Saint-Vincent-sur-Jabron en Haute-Provence34. Les roturiers sont issus pour une part du milieu marchand des villes provençales : Antoine Aygosi et Raymond Guiran sont fils de marchands aixois35, Vivaud Boniface, Lazare Gaudin et Jean de Cuers appartiennent à des familles marchandes, l’un de Marseille, l’autre de Draguignan et le troisième de Toulon. D’autres proviennent du monde des notaires : Jean Matheron est fils de Michel, notaire puis rational, le père de Bertrand de Bayons est jurisconsulte et Louis Durand est un notaire de Marseille. Les origines de Jean Barthélemy sont plus modestes, puisque son père était fustier. Le cas de Véran II d’Esclapon révèle l’importance des voies de succession familiale dans ce grand office. Il est, en effet, le petit-fils de Véran Ier d’Esclapon, maître-rational sous la reine Jeanne. Raymond Guiran est neveu de Louis Guiran, un des maîtres-rationaux en fonction à l’avènement de René, Jean de Jarente est l’arrière-petit-fils de Guigonnet, maître-rational du temps de Marie de Blois et Raymond Puget est le gendre de Jean Martin.

*

23Il resterait à envisager l’activité de la Chambre des comptes à partir de sa pratique. La contribution de Jean-Luc Bonnaud dans le présent volume incite à mener cette enquête. Dans l’état actuel des recherches, on ne peut qu’avancer quelques remarques.

  • 36 ADBdR, B 1194.
  • 37 ADBdR, B 1189.
  • 38 ADBdR, B 1090.
  • 39 Coulet N., « L’enquête de Véran d’Esclapon dans la viguerie d’Aix en 1379 », Pécout Th. (dir.), Qu (...)
  • 40 C’est le cas des enquêtes menées par Jean de Aqua de Ravello sous le règne de Charles II, et par L (...)

24Une investigation sommaire dans l’inventaire de la série B des Archives départementales des Bouches-du-Rhône montre que l’activité de la Chambre des comptes recouvre l’ensemble des attributions que décrit le texte cité ci-dessus de l’enquête de Véran d’Esclapon. Elle contrôle les comptes de clavaires, mais le nombre de comptes conservés est modeste. Elle donne à ferme les droits du roi – péages, gabelles, droit de ramage, droits domaniaux – comme en témoigne un registre couvrant les années 1437-145336. Elle veille sur l’intégrité du domaine royal comme on le voit par cette enquête que les maîtres-rationaux ordonnent en 1439 pour recueillir des témoignages qui garantissent le droit de la cour de lever un péage sur les troupeaux transhumants à Castellane37. Elle intervient pour censurer les abus des officiers royaux, ainsi lorsqu’une procédure est ouverte en 1444 contre les officiers qui violent les privilèges des habitants d’un quartier d’Hyères38. L’activité d’enquête sur la consistance et les usurpations de droits de la couronne, importante sous les règnes de Robert et de Jeanne, est ralentie sous la seconde maison d’Anjou. L’enquête – interrompue – de Véran d’Esclapon en 137939 est la dernière d’une grande série d’enquêtes générales sur les droits et revenus du comte commencée avec Charles Ier, généralement menées par des maîtres-rationaux40.

  • 41 ADBdR, B 1201.
  • 42 ADBdR, B 1202 à 1208.
  • 43 Février P.-A., « La population de la Provence à la fin du XVe siècle d’après l’enquête de 1471 », (...)

25En un sens, René renoue avec cette tradition en 1469, lorsqu’il lance une grande enquête sur la propriété ecclésiastique dans le comté. La lettre de commission des enquêteurs développe la même thématique, évoquant l’appauvrissement des ressources du prince du fait de l’usurpation des droits et biens comtaux. Dans le premier registre conservé, l’enquête est effectuée dans le diocèse d’Aix par le maître-rational Jean Jarente et le rational Étienne de Cornaglis assistés de Georges Marc, procureur fiscal, et d’un secrétaire du roi41. Mais, dans les autres diocèses visités, les commissaires royaux n’appartiennent pas à la Chambre des comptes42. Aucun des quatre commissaires qui conduisent l’enquête de réaffouagement de 1471 ordonnée par la Chambre n’appartient à cette cour43.

  • 44 Arnaud D’agnel G., Les comptes du roi René, publiés d’après les originaux inédits conservés aux Ar (...)

26À en juger par la documentation conservée, la principale activité de la Chambre des comptes sous René est la vérification des comptes de l’Hôtel du prince et de sa maison. Elle est même mêlée à la gestion des demeures et domaines du roi. Le recrutement du personnel d’exploitation (pâtres, bouviers, vachers et laboureurs) du domaine de Gardanne est ainsi confié à Michel Matheron, rational, « et autres de la Chambre des comptes » en son absence. L’archivaire Honorat de la Mar procède à Saint-Cannat à la « reconnaissance de l’avoir lanut » du roi44. Le volume de cette comptabilité domestique – dont Gustave Arnaud d’Agnel a publié de larges extraits – contraste avec le nombre modeste des comptes de clavaires conservés pour ce même règne et avec le petit nombre de registres documentant les autres activités de la Chambre. En revanche, ce type de compte est pratiquement inexistant pour les règnes précédents.

27On ne saurait s’en tenir à ces observations fondées uniquement sur le volume de la documentation conservée, ce qui biaise l’approche, mais il faudrait reprendre plus largement l’enquête.

Notes

1 Coulet N., « Aix, capitale de la Provence angevine », L’État angevin. Pouvoir, culture et société entre XIIIe et XIVe siècle (actes du colloque de Rome-Naples, 1995), Rome, 1998 (Collection de l’École française de Rome, 245), p. 317-338 (ici p. 328-330).

2 Arch. dép. des Bouches-du-Rhône (désormais ADBdR), B 7, fo 5 vo-7, édité dans Coulet N., « La Chambre des comptes de Provence », Contamine Ph. et Mattéoni O. (dir.), Les Chambres des comptes en France aux XIVe et XVe siècles, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1998, p. 199-232 (et texte p. 208-214).

3 Arch. communales (désormais AC) de Marseille, AA 147.

4 Hébert M., Regeste des États de Provence, 1347-1480, Paris, 2007, p. 357.

5 AC Aix, AA 2, fo 13.

6 Ruffi H. de, Histoire de la ville de Marseille, Marseille, Henri Martel, 1696, p. 270.

7 Busquet R., Les Bouches-du-Rhône. Encyclopédie départementales, Paris, 1924, t. 2, p. 668.

8 ADBdR, B 604.

9 Albanès J.-H., Gallia christiana novissima. Marseille, Valence, 1899, col. 473-475.

10 Ibid., col. 458-477.

11 Busquet R., Les Bouches-du-Rhône…, op. cit., t. 2, p. 666.

12 Albanès J.-H., Jean Huet, évêque de Toulon. Ses fonctions à la cour du roi René, son épiscopat, Toulon, Laurent, 1872. La lettre de nomination est publiée par Albanès J.-H., Gallia christiana novissima. Toulon, Valence, 1901, col. 425-426.

13 Bénet J., Jean d’Anjou, duc de Calabre et de Lorraine (1426-1470), Nancy, 1997, p. 20.

14 Clapiers B. de, Chronologie des officiers des cours souveraines de Provence, Aix-en-Provence, 1904, p. 192. Sur la famille Forbin, Maurel Ch., « Structures familiales et solidarités lignagères à Marseille au XVe siècle. Autour de l’ascension sociale des Forbin », Annales ESC, t. 41, 1986, p. 657-681.

15 Busquet R., Les Bouches-du-Rhône…, op. cit., t. 2, p. 665.

16 ADBdR, B 12, fo 112 vo (26 octobre 1440), acte publié par Cortez F., Les grands officiers royaux de Provence au Moyen Âge, Aix-en-Provence, 1921, p. 289-290.

17 ADBdR, B 18, fo 171.

18 ADBdR, B 18, fo 240.

19 ADBdR, B 18, fo 210 vo.

20 Cortez F., Les grands officiers royaux de Provence…, op. cit., p. 328.

21 Gouiran G. et Hébert M., Le livre Potentia des États de Provence (1391-1523), Paris, 1997, p. 414.

22 Lecoy de La Marche A., Le roi René. Sa vie, son administration, ses travaux artistiques et littéraires, Paris, 1875, désigne Jean Blandin comme « sire de Revesson » ; je ne suis pas parvenu à identifier cette localité.

23 Le premier Matheron connu, Bertrand, est un maçon appelé en 1366 à Toulon pour bâtir l’enceinte de la ville (Agulhon M. [dir.], Histoire de Toulon, Toulouse, 1980, p. 33). La famille est peut-être originaire de Digne.

24 Coulet N., « Une famille aixoise d’origine florentine au bas Moyen Âge : Chiaro di Bernardo et ses descendants », La Toscane et les Toscans autour de la Renaissance, Aix-en-Provence, 1989, p. 257-279.

25 Mireur Fr., Les rues de Draguignan et leurs maisons historiques, Draguignan, 1928, t. 7, p. 125.

26 Il est associé à Bertrand Reboul et Bertrand Aygosi, puis à la société de Laugier Guiran, dans le commerce des laines et des peaux (Coulet N., Aix-en-Provence. Espace et relations d’une capitale [milieu XIVe-milieu XVe siècle], Aix-en-Provence, 1988, p. 424).

27 ADBdR, 306 E 37 (non folioté, 30 octobre 1426). Il s’est remarié à une date inconnue avec Anne Boutaric qui descend vraisemblablement d’Antoine Boutaric, maître-rational de 1386 à 1406.

28 ADBdR, B 13, fo 5 et 31.

29 ADBdR, B 18, fo 35.

30 Notice dans Cortez F., Les grands officiers royaux de Provence…, op. cit., p. 313 et 329.

31 Vue d’ensemble dans Coulet N., « Le personnel de la Chambre des comptes de Provence sous la seconde maison d’Anjou (1381-1481) », Contamine Ph. et Mattéoni O. (dir.), La France des principautés. Les Chambres des comptes XIVe et XVe siècles, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1996, p. 135-148.

32 Coulet N., « Notes sur les évêques de Glandèves aux XIVe et XVe siècles », Les prélats, l’Église et la société (XIe-XVe siècle). Hommage à Bernard Guillemain, Bordeaux, 1994, p. 59-68.

33 Gouiran G. et Hébert M., Le livre Potentia des États de Provence…, op. cit., § 13, p. 326-327.

34 Cortez F., Les grands officiers royaux de Provence…, op. cit., p. 312-313.

35 Respectivement neveu et petit-fils des marchands cités supra, note 26.

36 ADBdR, B 1194.

37 ADBdR, B 1189.

38 ADBdR, B 1090.

39 Coulet N., « L’enquête de Véran d’Esclapon dans la viguerie d’Aix en 1379 », Pécout Th. (dir.), Quand gouverner c’est enquêter. Les pratiques politiques de l’enquête princière. Occident XIIIe-XIVe siècles (actes du colloque d’Aix-en-Provence, 2009), Paris, 2010, p. 443-457.

40 C’est le cas des enquêtes menées par Jean de Aqua de Ravello sous le règne de Charles II, et par Louis de Tabia et Véran d’Esclapon sous le règne de Jeanne Ire en 1361-1362 et 1379.

41 ADBdR, B 1201.

42 ADBdR, B 1202 à 1208.

43 Février P.-A., « La population de la Provence à la fin du XVe siècle d’après l’enquête de 1471 », Provence historique, 1956, p. 139-149.

44 Arnaud D’agnel G., Les comptes du roi René, publiés d’après les originaux inédits conservés aux Archives des Bouches-du-Rhône, Paris, 1908, no 314 et 350.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search