Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

René d’Anjou (1409-1480)

 | 
Jean-Michel Matz
, 
Noël-Yves Tonnerre

Deuxième partie. L’état princier : lieux, institutions, personnel

Réseau défensif et résidences princières dans le Barrois sous René Ier d’Anjou

Gérard Giuliato et Charles Kraemer

Texte intégral

  • 1 Pour cette histoire politique, on se reportera à Poull G., La Maison ducale de Lorraine, Nancy, 19 (...)

1La principauté du Barrois est une construction territoriale née de la volonté et de l’action d’un grand lignage descendant, par les femmes, de la première maison ducale de Haute-Lorraine. Elle se constitua par étapes à partir de 1033 et passa du rang de comté à celui de duché en 1354, par décision du roi de France Jean II le Bon. En 1415, le pouvoir fut confié au cardinal Louis de Bar, seul survivant mâle de la lignée après la mort de ses frères Édouard et Jean et de son neveu Robert à Azincourt. Son statut de clerc créait une situation paradoxale et forcement transitoire. Aussitôt, deux revendications se firent jour, l’une formulée par sa sœur Yolande la Jeune, l’autre par sa nièce Yolande d’Aragon. Après d’âpres négociations, le cardinal conserva l’usufruit du duché jusqu’à sa mort, en 1430, mais céda les droits d’héritage à son petit-neveu, René, fils de Yolande d’Aragon et de Louis II d’Anjou. Celui-ci manifesta toute sa vie un grand attachement à cette principauté dont la partie occidentale (le Barrois mouvant) relevait en fief du royaume et le reste de l’Empire. Jamais il ne s’en dessaisit et il fallut attendre 1474 et 1479 pour qu’il les lègue par testament à son petit-fils René II qui n’en prit possession pleinement qu’en 1480. Durant son long règne, le Barrois fut marqué par des guerres continuelles en raison de sa position géographique, mais aussi des multiples convoitises politiques qu’il suscitait. Il convenait donc de se pencher sur la réalité de l’armature défensive de cette principauté et de mesurer sa capacité à faire face à autant d’adversités1.

Le réseau défensif dans le Barrois

2Louis de Bar et René d’Anjou héritèrent d’un réseau défensif particulièrement dense mis en place par leurs prédécesseurs à partir du XIe siècle, par étapes, pour répondre aux nécessités de leur époque. Cette addition de fortifications aboutissait à un maillage très complet des possessions ducales reposant sur deux éléments principaux, le château et la ville forte, qui feront l’objet de cette étude, et sur deux éléments complémentaires, les maisons fortes et les aîtres fortifiés sur lesquels le pouvoir ducal s’exerçait généralement de façon indirecte mais dont le nombre interdit la prise en compte dans les limites de cet article.

Fig. 1. – Enceintes urbaines du duché de Bar.

  • 2 Coudert J., « Le fief de danger en Lorraine jusqu’à la rédaction des coutumes », Mémoires de la So (...)

3Au début du XVe siècle, le prince pouvait s’appuyer sur trente et une enceintes urbaines (fig. 1) et cinquante-six châteaux (fig. 2) dont 80 % étaient tenus par des agents du prince, châtelains ou prévôts, le reste étant inféodé, mais avec le statut particulier au Barrois de « fief de danger ». Cette coutume assurait au duc un contrôle efficace sur les vassaux qui étaient tenus de prêter hommage sans tarder à chaque changement de titulaire et de mettre leurs châteaux sans restriction au service du prince et de ses troupes sous peine de perdre leurs fiefs2. Le réseau occupait toute la partie occidentale de l’ancienne Haute-Lorraine et se trouvait environné par plusieurs autres principautés dans un enchevêtrement caractéristique des Pays de l’Entre-Deux. L’étirement considérable de la principauté entre le nord et le sud sur plus de deux cents kilomètres, introduit des différences régionales dans l’activité des forteresses, différences qui permettent de distinguer trois ensembles.

Fig. 2. – Châteaux du duché de Bar.

Le réseau fortifié du Pays Haut (fig. 3)

  • 3 Parisse M., Histoire de la Lorraine. L’époque médiévale, Nancy, 1990, p. 200-223 et, du même, Alle (...)

4Constitué de sept villes fortes (Arrancy-sur-Crusnes, Briey, Conflans-en-Jarnisy, Étain, Longwy, Longuyon, Marville, Sancy) et de treize châteaux (Arrancy, Briey, Conflans, Étain, Hayange, Longwy, Louppy-sur-Loison, Latour-en-Woëvre, Marville, Mercy-le-Haut, Mussy, Norroy-le-Sec, Pierrepont), ce réseau assurait le contrôle d’une région limitrophe avec le duché de Luxembourg. Cette proximité avait entraîné la naissance d’enclaves luxembourgeoises comme Damvillers et les rivalités avaient parfois abouti à la constitution d’un système de coseigneuries comme à Marville et Arrancy dès le XIIIe siècle. En 1419, quand le cardinal de Bar choisit René d’Anjou pour héritier, sa sœur, Yolande la Jeune fit connaître son mécontentement. Son mari, Adolphe, duc de Juliers et de Berg, bénéficia de l’appui de l’empereur Sigismond qui l’investit du marquisat de Pont-à-Mousson et il prit les armes pour faire valoir ses droits, multipliant les coups de force depuis le Luxembourg. Ses troupes s’emparèrent de Pierrepont et Sancy, menacèrent Briey et multiplièrent les ravages dans la région jusqu’en 1422. René découvrit à cette occasion la pratique de la guerre privée en lieu et place de l’arbitrage et de la justice pour régler les différends dans la noblesse d’Empire3. Il fut frappé de la violence que cette coutume déchaînait.

5Le jeune duc ou ses vassaux utilisèrent les forteresses du Pays Haut dans leurs conflits avec la ville de Metz. Ce fut le cas en 1429 durant la guerre dite de « la Hottée de Pommes », puis en 1441 et surtout en 1444. Cette année-là, René y reçut les troupes royales connues sous le nom d’Écorcheurs qui assiégèrent la cité et ravagèrent le Pays messin durant plusieurs mois. Par ailleurs, l’éloignement de certains sites fortifiés encouragea de petits groupes de soldats à les occuper et à les utiliser comme repaires depuis lesquels ils vivaient sur les campagnes. En novembre 1430, pour rétablir son autorité, René dut mettre le siège devant Pierrepont, puis il fit raser les fortifications et rattacha la châtellenie à la prévôté de Sancy, plus facile à contrôler.

Fig. 3. – Le réseau fortifié du Pays-Haut.

6Au traité d’Arras en 1435, le duc de Bourgogne exigea la neutralisation de Longwy et l’hommage sur Briey, signe de l’intérêt qu’il commençait à porter à ce secteur connu pour la richesse de ses mines de fer et de ses forges. Cet intérêt déclina quand il acquit, en 1441, le Luxembourg et avec lui les places de Damvillers, Marville et Arrancy, suffisantes pour tenir en respect les autres places barroises qui furent toutes occupées entre 1475 et 1477.

Le réseau fortifié de la région centrale (fig. 4)

7Ce secteur situé entre Saint-Mihiel, Metz et Nancy s’appuyait sur les enceintes urbaines de Lachaussée, Trognon (Heudicourt), et Foug, d’importance secondaire, mais surtout sur Mousson et Pont-à-Mousson. Une guirlande de douze châteaux renforçait l’autorité du prince (Lachaussée, Nonsard, Trognon, Mandres, Bouconville, Pierrefort, Mousson, Pont, Custines, Toulon, Pompey, Viviers).

  • 4 Giuliato G., « Les enceintes urbaines et villageoises en Lorraine médiévale », Bur M. (dir.), Les (...)
  • 5 Collin H., « Le compte de la construction de la maison forte de Pont-à-Mousson de 1395 à 1398 », B (...)
  • 6 Girardot A., « René d’Anjou sous tutelle : sa Maison (1420-1424) », Lotharingia, t. 15, 2009, p. 9 (...)
  • 7 Lefebvre H., « Les sires de Pierrefort de la Maison de Bar », Mémoires de la Société d’archéologie (...)

8Le système s’articulait autour de la châtellenie de Pont-à-Mousson érigée au rang de marquisat en 1354 et dont René avait reçu le titre en 1419. L’agglomération se composait du château et du bourg fortifié de Mousson perchés sur une butte témoin à 380 m d’altitude du haut de laquelle on surveillait la vallée de la Moselle et le Pays messin4. À son pied, une ville s’était développée grâce à l’octroi d’une charte de franchise en 1261. Bien située à un carrefour de voies commerciales, la ville connut un rapide succès et se composait de deux éléments reliés par un pont construit en pierre en 1336 (fig. 5). Le quartier de la rive droite bénéficiait d’une enceinte de 1 660 m. Les quartiers de la rive gauche, plus étendus, étaient enveloppés par une enceinte de 2 540 m qui venait s’appuyer, dans l’angle nord-est, sur un château urbain qualifié de maison forte bâtie en 1359 et reconstruit en 1395-13985. Le cardinal-duc séjourna longuement dans la ville en 14206 ; René et sa jeune épouse firent de même jusqu’en 1424 car la ville abritait de nombreux commerces et banquiers. Depuis 1380, elle exerçait une autorité directe sur un ensemble de résidences fortifiées confisquées au damoiseau Pierre de Bar-Pierrefort qui jalonnaient la route de Saint-Mihiel (Bouconville, Nonsard, Pierrefort et Pompey)7. Celle-ci, autre capitale de la principauté, contrôlait le passage sur la Meuse. La défense s’y articulait autour d’un château perché dominant trois enceintes juxtaposées : celle du bourg, celle de l’abbaye Saint-Michel et celle du faubourg (voir planche couleur IV).

Fig. 4. – Le réseau fortifié de la région centrale.

Fig. 5. – Pont-à-Mousson (XIIIe-XVIIe siècles) : enceinte fortifiée et situation de la maison forte urbaine d’après le cadastre napoléonien.

  • 8 Giuliato G., Châteaux et maisons fortes en Lorraine centrale, Paris, 1992 (DAF, no 33).

9À l’est, Pont-à-Mousson pouvait compter sur une ceinture de fortifications qui contrôlaient les points de franchissement de la Moselle à Pompey et Custines. Devant la cuesta de Moselle, le duc pouvait encore prendre appui sur Toulon et surtout sur Viviers pour surveiller le commerce du sel dans la vallée de la Seille. Un chapelet de maisons fortes complétait le dispositif. Celle de Port-sur-Seille, fut reconstruite entre 1429 et 1431 par un homme de guerre enrichi au service du duc, Philippe de Norroy, qui adopta les nouvelles formes d’architecture militaire adaptées à l’artillerie. Ces forteresses servirent également de bases arrière lors des guerres contre Metz. Ainsi, en 1429, le château de Custines reçut René et Charles II accompagnés d’une troupe de trois cents cavaliers pendant la guerre dite de la « Hottée de Pommes ». En 1432, René s’engagea à rembourser 1 500 francs au châtelain Wautrin Hazard qui avait entretenu à ses frais des hommes d’armes et payé la restauration du château devenu inhabitable. Cette période marqua un profond changement dans le rôle de ces châteaux qui précédemment servaient à protéger la frontière entre le Barrois et le duché de Lorraine8.

Le réseau défensif occidental (fig. 6)

10La région correspond au Barrois situé à l’ouest de la Meuse et qu’on qualifie de Barrois mouvant depuis le traité de Bruges, en 1301, car repris en fief du roi de France. Étirée sur plus de deux cents kilomètres, cette zone frontière avec la Champagne fut l’objet de fréquentes menaces dès le Xe siècle et dut se doter de solides points de résistance qui s’élèvent à quinze villes fortes et vingt-sept châteaux.

  • 9 Kraemer Ch., « Entre Woëvre et Argonne : les grands et les petits châteaux du Verdunois médiéval ( (...)

11Dans le secteur nord, de Stenay à Souilly9, ils contrôlent le passage vers l’Ardenne et surtout les franchissements de l’Argonne. Au centre, ils protègent la vallée de l’Ornain et la haute vallée de la Meuse, tandis qu’au sud (le Bassigny), ils surveillent les communications avec la Champagne méridionale, la Bourgogne et la Franche-Comté. C’est cet ensemble qui se trouva au cœur des événements politiques et militaires du XVe siècle.

Fig. 6.– Le réseau fortifié du Barrois mouvant et du comté de Vaudémont.

  • 10 Arch. dép. Meuse (désormais ADM), B 495, fo 62, 64 et 65 vo.
  • 11 ADM, B 687, fo 54 vo.
  • 12 ADM, B 1430, fo 54 vo. En avril 1423, le sire de Salm se rend « à route d’environ 180 chevaulx… po (...)
  • 13 ADM, B 496, fo 8-9. La Hire, Raoulet et Perrin de Montdoré ravagèrent vingt-trois villages de la p (...)
  • 14 Poull G., La Maison ducale de Lorraine…, op. cit., p. 120-123. ADM, B 497 bis, fo 201 et 210.
  • 15 ADM, B 1316, fo 106.
  • 16 ADM, B 497, fo 136.
  • 17 ADM, B 497 bis, fo 122 et B 1141, fo 143 vo.
  • 18 ADM, B 497 bis, fo 177 vo, 169, 176 vo, 222, 180.
  • 19 ADM, B 1141, fo 155-158.
  • 20 ADM, B 497 bis, fo 220 et B 498, fo 177.
  • 21 Paris, Arch. nat., J. 582, no 33.

12Dès le mois d’octobre 1420, Charles II devint tuteur de René et gouverneur du duché de Bar. À ce titre, il mit en place un Conseil qui ordonna de réparer les places fortes et y nomma des garnisons où figuraient des capitaines français comme Jean Raoulet10 et Étienne de Vignolles, dit la Hire11. Henri V, inquiet de cette politique, envoya des troupes qui menacèrent Gondrecourt et quelques maisons fortes au printemps 1421, puis il confisqua le comté de Guise à René. Charles dut se rendre à Dijon en mai 1422, pour promettre de respecter le traité de Troyes et obtenir en retour la promesse que les attaques contre le Barrois cesseraient. La trêve fut de courte durée et les incursions reprirent dès la fin de l’année12, aggravées par les pillages des garnisons françaises mécontentes de n’avoir pas touché leurs soldes13. Dans les années qui suivirent, les attaques continuèrent, souvent sous la conduite du bâtard de Vergy14. En 1428, Antoine de Vergy, capitaine général de Champagne reçut l’ordre de prendre les dernières places fortes fidèles au dauphin comme Mouzon, Beaumont-en-Argonne, Laneuveville-sur-Meuse qui tombèrent aux mains des Anglo-Bourguignons. Seule Vaucouleurs, défendue par Robert de Baudricourt résista à la pression ainsi que le château de Passavant-en-Argonne tenu par Eustache de Vernancourt15. Ce dernier, irrité de n’être pas payé, multiplia les attaques contre des villages du Barrois en 142416. Le duc décida alors d’assiéger ce château français et de le reprendre afin qu’il ne passe pas dans l’alliance anglaise. Les comptes de prévôtés permettent de suivre les préparatifs dès le mois d’août 142817 puis le siège qui se termina au début d’octobre18. René obtint la reddition du château contre la promesse de verser à Eustache 1 000 écus, mais pour se procurer cette somme, il dut emprunter 700 écus à des banquiers messins à qui il remit en gage plusieurs bijoux et pièces d’orfèvrerie19. Il y installa une garnison sûre20. Cet épisode souligne les faibles possibilités des troupes de René et l’impécuniosité de ce dernier. Conscient de ses limites, le duc autorisa le cardinal de Bar à prêter serment en son nom pour le Barrois mouvant à Henri VI et à signer un traité d’alliance avec celui-ci en mai 1429, puis il ratifia ces accords à Pont-à-Mousson le 15 juin21.

  • 22 Monstrelet E. de, Chronique, Paris, 1840, p. 624.

13Mais très vite, les événements survenus en France le conduisirent à changer de politique. René décida de rejoindre l’armée de Charles VII qui se dirigeait vers Reims pour faire sacrer le roi. S’il arriva trop tard pour participer à la cérémonie, il rejeta toute vassalité envers le roi anglais le 3 août puis participa aux opérations militaires en Champagne jusqu’à la mi-septembre où il fut armé chevalier par le roi. Dès le printemps 1430, il combattit à nouveau dans cette région et participa au siège du château de Chappes, près de Troyes, avec le capitaine français Arnaud Guilhem sire de Barbazan. Ensemble, ils infligèrent une défaite aux troupes bourguignonnes venues au secours de la place et la firent raser22.

14Cette coordination des forces lorraines et champenoises fit craindre aux Bourguignons pour la sécurité de leurs lignes de communication (fig. 7) qui, depuis Bar-sur-Aube remontaient par Brienne-le-Château, Vitry-en-Pertois, Suippes et Rethel ou, plus à l’est, par Saint-Dizier, Sainte-Menehould et Rethel avant de traverser la Thiérache ou le Hainaut et rejoindre la Flandre. Ils se préparèrent à l’affrontement et les États de Bourgogne, réunis à Dijon au début de juillet 1431, acceptèrent de verser un impôt de 25 000 francs pour financer la guerre.

Fig. 7. – Itinéraires bourguignons en Champagne (d’après Schnerb B., Bulgnéville).

  • 23 François M., Histoire des comtes et du comté de Vaudémont des origines à 1473, Nancy, 1935, p. 194 (...)
  • 24 Giuliato G., Châteaux et villes fortes du comté de Vaudémont en Lorraine médiévale, Nancy, 2008, p (...)

15C’est dans ce contexte, que le comte Antoine de Vaudémont qui revendiquait à son profit le duché de Lorraine23 reçut le soutien de Philippe le Bon. Fort de cet appui, il refusa de prêter hommage à René Ier pour ce comté qui relevait en fief du duché de Bar depuis 1200. René prononça la commise du fief, rassembla une armée qui pénétra dans la petite principauté au mois de juin 1431 et mit le siège devant la ville forte de Vaudémont24.

  • 25 ADM, B 1246, fo 96. Le prévôt de Souilly reçoit plusieurs hommes d’armes « pour ce que on lui avai (...)
  • 26 ADM, B 1246, fo 105.
  • 27 Schnerb B., Bulgnéville (1431). L’État bourguignon prend pied en Lorraine, Paris, 1993, p. 60.
  • 28 Ibid., p. 52.

16Les forces bourguignonnes descendues de Flandre ne s’attardèrent pas devant les forteresses barroises dont les garnisons venaient d’être renforcées25 et pourvues d’artillerie26. Elles firent leur jonction avec les troupes venues de la région de Dijon dans la région de Langres, à Montsaugeon pour constituer une armée d’environ quatre mille hommes27. Antoine de Toulongeon qui en était le chef choisit de lancer une chevauchée dévastatrice sur les frontières du Bassigny, au sud de Neufchâteau. L’armée de René Ier quitta alors Vaudémont, en laissant sur place quelques troupes pour maintenir le siège et le gros de l’armée se porta au contact des Bourguignons. La rencontre eut lieu en rase campagne, près du village de Bulgnéville le 2 juillet et tourna à la déroute pour les Barrois malgré la supériorité de leurs effectifs qui se montaient à six mille cavaliers et mille cinq cents fantassins28.

  • 29 Lecoy de La Marche A., Le roi René. Sa vie, son administration, ses travaux artistiques et littéra (...)
  • 30 Paris, Arch. nat., J. 1039, no 6.

17En 1432, René dut livrer à Philippe le Bon quatre places fortes situées sur les frontières du Barrois, Châtillon-sur-Saône, Bourmont, Charmes près de Saint-Dizier et Clermont-en Argonne29. Au traité de Lille, signé en 1437, les exigences portèrent sur celles de Conflans-en-Bassigny, Châtillon-sur-Saône, Lamarche, Neufchâteau, Clefmont et Clermont-en-Argonne30, mais le rapprochement franco-bourguignon scellé par le traité d’Arras en 1435 apaisa la tension en garantissant la sécurité des voies de circulation en Champagne. Un nouveau changement intervint en 1441 quand le duc de Bourgogne acquit les droits d’Élisabeth de Görlitz sur le duché de Luxembourg. Désormais, la route la plus directe entre les possessions bourguignonnes passait par la Lorraine, plus précisément en suivant la vallée de la Moselle. Ce contexte particulier fit prendre à Châtel-sur-Moselle une fonction de première importance (fig. 8).

  • 31 Giuliato G., Châteaux et villes fortes du comté de Vaudémont…, op. cit., p. 50-52 et 58-118.
  • 32 Salamagne A., Construire au Moyen Âge. Les chantiers de Douai, Arras, 2001, p. 90.
  • 33 Chastelain G., La Chronique des ducs de Bourgogne, éd. J. Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, 1863-18 (...)

18Cette seigneurie, démembrée du comté de Vaudémont à la suite d’un partage successoral en 1373, passa à la famille comtoise des Neufchâtel tout en restant fief du duché de Bar. Elle fit fortune au service des ducs de Bourgogne qui lui confièrent de hautes charges et de nombreux fiefs dont les revenus rendirent possible la reconstruction du système fortifié, faisant de cette place la plus moderne de la région. Les deux enceintes castrales et l’enceinte du bourg édifiées autour de 1450 se caractérisaient par une remarquable adaptation à l’artillerie à poudre31, à l’image de ce qu’on construisait alors en Flandre et en particulier à Douai32. L’entreprise fut réalisée sous l’autorité de Thiébaud IX, nommé maréchal de Bourgogne en 1444. Le dauphin Louis y séjourna en 1456 et fut impressionné par la puissance33 et la situation de la forteresse. Jusqu’en 1448, les relations entre les sires de Neufchâtel et le duc de Lorraine furent paisibles et on sait que Thiébaud VIII fut un des cinq membres du conseil mis en place par le duc de Bourgogne pour veiller à l’application du traité de Lille imposé à René Ier en janvier 1437.

Fig. 8. – La stratégie bourguignonne après 1441.

  • 34 Arch. dép. Meurthe-et-Moselle (désormais ADMM), B 608, no 25.
  • 35 ADMM, B 611, no 6.
  • 36 Chronique de la Lorraine, Calmet dom A., Histoire de la Lorraine…, op. cit., 1757, t. 7, Preuves, (...)
  • 37 Acte d’hommage du 22 décembre 1472 : ADMM, B 608, no 16.
  • 38 Paris, BnF, collection Lorraine, vol. 386, fo 161-162.
  • 39 ADM, B 510.
  • 40 ADMM, B 611, no 610.
  • 41 Paris, Arch. nat., J. 586.

19La situation se dégrada brusquement en 1448, quand le duc Jean de Calabre, demandant à son vassal de recevoir dans la forteresse des troupes lorraines, essuya un refus34 auquel il répondit en confisquant le fief35. L’opposition d’intérêts rebondit en 1466 quand Thiébaud IX vint mettre le siège devant Épinal, ville soutenue par les Lorrains. Une guerre opposa les deux partis, faite d’escarmouches et de pillages et marquée par la résistance victorieuse de Châtel au siège de juillet 147136. Il fallut l’intervention de Charles le Téméraire en 1472 pour que cesse le conflit qui ne servait plus ses intérêts et le sire de Neufchâtel accepta alors de reprendre en fief du duc de Bar-Lorraine les châteaux de Châtel, Bainville et Chaligny37. L’entente fut de courte durée puisque la guerre éclata de nouveau entre les deux principautés en 1475. À la bataille de Nancy en 1477, Henri de Neufchâtel fut capturé et René II tenta d’obtenir Châtel en exigeant une rançon de 22 000 florins au traité de Lunéville en 147938. La situation semblait désespérée pour le vassal rebelle quand l’intervention de Louis XI changea le rapport de force. Ce dernier n’avait pas oublié la position stratégique idéale de Châtel pour nuire aux intérêts lorrains et empêcher la réunification territoriale de la région. Fidèle à sa politique de captation de l’héritage angevin, le roi s’attacha les services d’Henri, lui versa d’importantes sommes pour l’aider à payer sa rançon, et, comble de la duplicité, il le nomma au poste de gouverneur de la châtellenie de Bar-le-Duc de 1480 à 1483 puisque les troupes françaises avaient occupé le Barrois39 à partir du 10 juillet 1480, à la mort de René Ier. Profitant de la vieillesse de ce dernier, le roi de France le persuada de lui céder l’hommage sur Châtel pour la somme de 60 000 livres tournois, le 15 avril 148040. Le 3 juin, René Ier accepta d’échelonner le paiement en recevant 10 000 livres comptant et le reste sous forme d’une rente sur cinq ans41. Son décès priva son héritier de cette somme et du fief.

  • 42 ADMM, B 611, no 12.

20Les Français disposaient ainsi d’une forteresse capable de menacer les Lorrains et les empêcher de se rapprocher de Maximilien de Habsbourg. Le souci de protéger les frontières orientales du royaume explique que Charles VIII et Louis XII conservèrent Châtel. Il fallut attendre qu’Antoine de Lorraine épouse Renée de Bourbon et adopte une politique de neutralité pour que François Ier accepte de lui céder l’hommage sur la forteresse en 151642, décision ratifiée par le Parlement de Paris en 1518. Le duc mit à profit les rivalités familiales qui divisaient les nombreux héritiers pour acquérir leurs parts et devenir le seul propriétaire, chose qui ne fut réalisée qu’en 1543.

21L’analyse attentive des vestiges architecturaux des châteaux et des enceintes urbaines du duché de Bar au XVe siècle ne montre pas de grande politique de construction d’édifices nouveaux et originaux. L’étude des comptabilités des prévôtés confirme que l’essentiel des dépenses servit à des opérations d’entretien et de consolidation d’édifices construits aux XIIIe et XIVe siècles. Les véritables initiatives furent le fait de vassaux enrichis au service du prince et qui disposaient des moyens suffisants pour financer des constructions adaptées à l’artillerie à poudre comme à Port-sur-Seille, à Châtel et Bainville où la fonction militaire l’emporta. Toutefois, le poids de la guerre ne fit pas totalement disparaître la résidence d’agrément.

Les résidences barroises des Angevins : des demeures de capitales

22Des quelque quatre-vingts châteaux et villes fortes – une quarantaine pour le Barrois (voir planche couleur V) et autant pour la Lorraine – dont il hérite de son oncle le cardinal Louis de Bar et de son beau-père le duc Charles II, René Ier n’en fréquente que quelques-uns, pour des séjours de courte durée, au mieux de quelques semaines. Tous ou presque sont situés dans son duché de Bar, exception faite du palais ducal de Nancy où il est reçu, le 23 octobre 1420, à l’occasion de son mariage célébré le lendemain avec Isabelle de Lorraine. C’est dans ce palais, où naquit son fils Jean en 1427, qu’il reçut naturellement la mainbournie du duché de Lorraine, à la mort de Charles II, en 1431, et y séjourne encore en 1432, puis en avril 1433, juste avant de rencontrer son rival, Antoine de Vaudémont, à Saint-Nicolas-de-Port. On l’y retrouve, immédiatement après sa seconde libération par Philippe le Bon, le 7 novembre 1436. Il y revient une dernière fois, après une longue absence, pour le mariage, en grande pompe, de sa fille Marguerite avec Henry VI d’Angleterre, en présence du roi de France Charles VII. C’est à Nancy toujours que son fils Louis et Isabelle, son épouse, se retrouvent après leur séjour en Calabre, c’est à Nancy encore, que son petit-fils Nicolas, fils de Jean de Calabre et de Marie de Bourbon, voit le jour.

23À cette résidence obligée, relative à sa fonction, qui sera reconstruite à partir de 1502 par René II, René Ier, seul ou en famille, préfère, pour des raisons mal expliquées, séjourner dans des demeures, fortifiées ou non, du Barrois. Elles sont au nombre de huit ; trois sont en contexte urbain, les autres des maisons de campagne.

24Au même titre que Nancy pour le duché de Lorraine, Bar-le-Duc, Saint-Mihiel et Pont-à-Mousson, sont, successivement ou simultanément, considérées comme des capitales du Barrois. Toutes sont associées à un château y compris Saint-Mihiel, dont on sait qu’elle tient son origine, au haut Moyen Âge, d’un noyau de peuplement concentré autour d’une église et d’une abbaye bénédictine.

Bar : un château de hauteur dominant la ville

  • 43 Servais V., Annales du Barrois (1410-1431), Continuation manuscrite. Bibl. mun. Nancy, ms. 840 (62 (...)

25Bar, la plus occidentale de ces capitales, est, en juillet 141943, la première étape hors du royaume pour le jeune René après son départ d’Anjou, le 23 juin, et avant Nancy pour son mariage. Le château qu’il y découvre, au nord de la ville haute, occupe l’extrémité d’un promontoire et domine un second bourg castral, blotti entre la côte et l’Ornain (voir planche couleur VI, no 6). Il se compose d’une vaste enceinte quadrangulaire de 140 m de longueur sur 40 à 50 de largeur aux angles cantonnés d’une tour ronde ou carrée. L’entrée s’y fait par une grande porte aménagée dans l’angle nord-ouest. Elle ouvre sur une grande cour limitée au sud par la collégiale Saint-Maxe, contemporaine du premier château du Xe siècle, et, à l’ouest et à l’est, par deux ailes de bâtiments adossés aux courtines. La première abritait la conciergerie, le trésor des chartes, les bâtiments du chapitre, la seconde le logis seigneurial et ses annexes (cuisines et fournil, paneterie et bouteillerie).

26L’état général de ce château qui subit toutefois des aménagements dans la seconde moitié du XIVe siècle, sous le règne de Robert, reste mal connu. Mais l’on peut conjecturer qu’il n’a pas été l’objet de beaucoup de soins depuis le traité de Bruges de 1301, date de l’annexion par le royaume de la partie orientale du Barrois, motivant le glissement progressif de la capitale vers les deux villes de Saint-Mihiel et de Pont-à-Mousson.

  • 44 ADM, B 497, fo 182 vo, 183 vo, 188, 192 vo. Auparavant, en 1422, Jean de Haussonville puis Jean co (...)
  • 45 Poull G., La maison ducale de Lorraine devenue la maison impériale et royale d’Autriche, de Hongrie (...)
  • 46 ADM, B 508, fo 165 vo.
  • 47 ADM, B 502, fo 133 vo, 140 vo et 143 vo.
  • 48 Poull G., La maison ducale de Lorraine…, op. cit., p. 154 et note 197.

27Duc de Bar avant d’être duc de Lorraine, René Ier demeure dans cette ville dès la fin d’octobre 1420 en compagnie d’Isabelle de Lorraine. On l’y revoit en 1424, peu avant sa majorité, envoyé par Charles II qui, pour l’occasion, y ordonne des réparations44 ; on l’y retrouve en 1428, pour les naissances de son fils Louis et de sa fille Yolande, puis en 1433 pour les fiançailles de cette dernière avec le jeune Ferry de Vaudémont45. René s’y arrête le 21 février 1437, à son retour de Lille où il s’était rendu pour négocier sa rançon. Il y revient pour de brefs séjours entre juillet 1463 et août 1464, lors de sa dernière visite dans ses duchés de l’Est. Jean de Calabre, son fils, y est signalé vers 145546 ; de même, le futur René II y séjourne quelque temps au même moment que son grand-père47. Chaque séjour est l’occasion de travaux d’embellissement et d’aménagement des appartements qui témoignent de la volonté d’entretenir le patrimoine immobilier. Il en est de même de l’entretien des fortifications des alentours pour lesquelles on n’observe guère, avant les années 1460, de travaux d’ampleur. Tout porte donc à croire que la volonté du roi René, exprimée depuis Naples en 1438, de renforcer les défenses de Bar-le-Duc, notamment les barbacanes48, n’a pas été suivie d’effet.

  • 49 ADM, B 511, fo 133 : en 1483-1484, le receveur Jacquemin de Génicourt note une très grosse dépense (...)

28Concernant les logis princiers, il faut attendre René II et les années 1480-150049 pour qu’un nouvel ensemble résidentiel soit construit, augmentant certes la capacité d’accueil, mais sans le faste des travaux de reconstruction du palais ducal de Nancy.

Pont-à-Mousson : un château dans la ville

  • 50 Girardot A., « Les origines de la ville de Pont-à-Mousson », Annales de l’Est, t. 2, 1972, p. 107- (...)
  • 51 Collin H., « Pont-à-Mousson, ville impériale et le fonctionnement de sa prévôté, de 1322 à 1425 »,(...)

29La ville de Pont est née juridiquement d’une charte de franchise accordée en 126150 par le comte de Bar Thiébaut II aux habitants de plusieurs villages situés au voisinage et dans la mouvance de son château de Mousson édifié vers l’An mil sur une butte témoin de la côte de Moselle. Construite de part et d’autre d’un pont permettant de passer d’une rive à l’autre du fleuve, la ville de Mousson, qui avait déjà profité du rattachement de la cité de Bar au royaume par le traité de Bruges de 1301, bénéficia du glissement de l’administration barroise en devenant chef-lieu de prévôté ; elle fut ensuite érigée en marquisat et élevée à la dignité de ville impériale, en 135451.

  • 52 ADMM, B 9093, fo 38 vo-40 vo.
  • 53 Collin H., « Le compte de la construction de la maison-forte du duc de Bar à Pont-à-Mousson de 139 (...)
  • 54 ADMM, B 8096, fo 87-127.

30Très tôt, sans doute dès la seconde moitié du XIIIe siècle, les comtes de Bar y possédaient une résidence, abandonnant à la garnison leur vieux château. Elle est en ruine en 1323, réparée en 135852 et rebâtie entre 1394-95 et 139853. Cette « nowe maison » comportait alors deux beffrois, « une fermetée avec poterne, pont-levis, cour et fossés54 ». Ce château urbain, construit en bordure de la Moselle, sur la rive gauche, nécessita la pose de 311 pieux verticaux afin de stabiliser les terres alluviales. Il occupait l’angle nord-est de l’enceinte urbaine, en aval du pont et en face de l’abbaye des Prémontrés, bâtie sur la rive droite (fig. 5).

  • 55 À proximité de Pont-à-Mousson, elle se fait dévaliser par des soudoyeurs à la solde des bourgeois (...)
  • 56 Des travaux importants sont réalisés dans la maison forte à partir de 1496. Ils sont connus par de (...)

31Ce château est à peu près neuf lorsque le nouveau marquis de Pont en hérite, en 1420. Il en prend réellement possession à sa majorité en 1424 et y séjourne fréquemment. Isabelle de Lorraine l’y retrouve pour la première fois en février 1425 et y donne le jour à Marguerite en 1430. Le 11 mai 1434, René y organise fêtes et joutes pour célébrer sa victoire sur Antoine de Vaudémont. Il y revient encore en juin, en août, en octobre et en novembre de la même année, en compagnie de grands officiers et/ou de la duchesse. On l’y revoit en 1436, sitôt sa libération, puis au début de l’année 1437, au retour du traité de Lille, après une étape à Bar et à Kœur. Isabelle y revient encore en mai 1444, au retour d’un voyage en Anjou55. Leur attachement à Pont-à-Mousson se manifeste par leur choix d’y faire ensevelir leur plus jeune fils, Louis, décédé cette même année, et par celui d’achever le couvent des Clarisses fondé par Charles II. Avant de quitter, définitivement pour elle, la région, ils cèdent le marquisat de Pont-à-Mousson à leur fils Jean II, dit de Calabre. Comme bien d’autres, le château est rebâti sous le règne de René II56.

Saint-Mihiel : une résidence dans le quartier de la Halle

32Née au haut Moyen Âge d’une curtis blottie, à la croisée de deux grands axes de communication, autour d’une église et de son aître (cimetière), Saint-Mihiel doit son essor au déplacement, vers 820, entre elle et la Meuse, d’une abbaye bénédictine établie quelques décennies auparavant au fond d’un vallon sylvestre. L’importance stratégique de ce lieu de passage qui n’avait pas échappé aux religieux est probablement la raison essentielle qui pousse la comtesse Sophie de Bar à s’imposer comme avouée de cette terre d’Église, en construisant, vers 1089, un château.

  • 57 Kraemer Ch., « Genèse et développement des bourgs castraux aux confins du Barrois et du Verdunois (...)

33Juché sur une hauteur qui domine d’environ 35 m le fond de vallée, ce château, dont l’emprise était limitée par le relief naturel abrupt et par un fossé toujours visible, surveillait les voies de communications et le marché. Il fut détruit en 1111 ainsi que le bourg satellite de l’abbaye lors d’une guerre qui opposa l’évêque de Verdun à Renaud de Bar et c’est à l’occasion de sa reconstruction que le bourg fut castralisé, c’est-à-dire enfermé dans une enceinte topographiquement indissociable du château et commandé par lui. Son existence n’est pourtant certaine que vers 1250, lorsque les bourgeois furent tenus de payer l’aide pour l’entretien des murailles et qu’un nouveau quartier, la neuve ville de la Halle, fut décrétée au nord de l’abbaye et à proximité du pont franchissant la Meuse, sur une terre appartenant aux religieux. Il est rapidement peuplé par des drapiers de Verdun, attirés par les privilèges comtaux et abbatiaux, et loti selon quatre rues qui soulignent le périmètre de La Halle (voir planche couleur IV)57.

  • 58 ADM, B 1042, fo 178.
  • 59 Burnand M.-Cl., La Lorraine gothique, Paris, 1989, p. 291-292.
  • 60 Choux J., Dictionnaire des châteaux de Lorraine, Paris, 1978, p. 205. Est-ce pour cet hôtel du duc (...)
  • 61 Munier J., L’architecture civile à Saint-Mihiel, mémoire de maîtrise, université Nancy II, 1978, p (...)

34Depuis longtemps sans doute, le château n’est plus la résidence des comtes de Bar. Très tôt en effet, ils édifièrent à proximité de l’église et de l’enceinte du bourg, sur la place de l’Aitre, un palais, connu sous le nom de Palliole. Cette maison est restaurée vers 139558, puis abandonnée en 1417 au profit d’une maison construite par un drapier dans le courant du XIVe siècle. Cette dernière est située entre la halle et l’abbaye, à l’angle de deux rues dont l’une est un des axes principaux de la ville ; elle est connue sous le nom de « maison du roi », existe encore, et est l’un des rares spécimens d’architecture civile gothique de la Lorraine (fig. 9)59. Elle est acquise, pour 1 000 francs, par le roi René en 1428, pour séjourner plus commodément dans sa deuxième capitale60. La restaura-t-il ? Rien ne l’indique précisément, mais l’on sait qu’elle dispose alors d’un escalier en vis placé dans une tour, d’une chapelle voûtée, d’une salle de réception à l’étage éclairée par onze croisées. Cette demeure qui passe pour avoir été « royalement meublée » et dans laquelle peut-être se tenaient les assises du bailliage de Saint-Mihiel, reste, au XVIe siècle, la résidence du duc de Lorraine. En 1587, alors qu’elle ne servait plus qu’à loger le prévôt, elle fut vendue au bailli de Nancy « pour obvier à la ruine qui se préparait61 ».

Fig. 9 et 9 bis. – Saint-Mihiel : la « Maison du Roy » (photogaphie extraite de Matz J.-M. et Verry É. [dir.], Le roi René dans tous ses États, Paris, 2009, et lithographie du XIXe siècle, extraite de Dumont Ch.-E., Histoire de la ville de Saint-Mihiel, 1860-1862).

Les résidences barroises des Angevins : des maisons de campagne

  • 62 Poull G., La maison ducale de Lorraine…, op. cit., p. 148.
  • 63 ADM, B 2751 : 1445-1446, adjudication de réparations à faire au donjon de Morley, excepté les 6 to (...)

35Centres de la vie publique, ces résidences urbaines, castrales ou non, trouvent, a contrario, leur raison d’être dans des résidences éloignées des contingences politiques. Tel est le cas du château de Lachaussée, qui, après l’abbaye de Bouxières-aux-Dames, accueille sitôt sa première libération, en 1433, René et sa famille pour une quinzaine de jours de repos et de retrouvailles62. Tel aurait pu être le cas, aussi, de la maison forte de Morley, au sud de Bar, qu’il acquiert en 1444 dans la perspective d’y résider, mais qui ne semble jamais l’avoir reçu en dépit des travaux d’embellissement qui y furent réalisés63. En fait, c’est à Kœur et Bouconville, sur la route de Bar à Pont-à-Mousson, en passant par Saint-Mihiel et au château de Louppy dont il hérite du cardinal de Bar sitôt son décès en 1430 que René d’Anjou prenait plaisir à se retirer, entouré des siens et/ou de sa cour.

Un château sur motte réhabilité à Louppy

  • 64 Kraemer Ch., « De l’enclos ecclésial au bourg castral : l’exemple de Louppy-le-Château » (actes de (...)

36À treize kilomètres au nord de Bar-le-Duc, le château sur motte et bassecour de Louppy est, dès le XIIe siècle, le centre d’une châtellenie barroise située en position frontalière aux confins des diocèses de Châlons et de Verdun, aux marches de l’Empire et de la France et au contact des comtés de Champagne et de Grandpré. Aussi, lorsqu’à la fin du XIVe siècle le seigneur de Louppy, sans descendance, prévoit sa succession, il insiste sur cette situation et sur les convoitises des princes voisins pour justifier la cession de la châtellenie au duc de Bar qui en assurait déjà l’entière suzeraineté64.

  • 65 ADM, B 1316.

37Peu de temps après qu’il a cédé le Barrois au jeune duc de Guise, le cardinal Louis de Bar se retire dans son château de Louppy. Associée à un bourg castral, la forteresse, qui semble avoir gardé toutes les caractéristiques de la résidence des chevaliers du XIIe siècle, se compose alors d’un baile ou basse-cour et d’un donjon ou « tour de la Motte », avec quatre beffrois restaurés entre 1423 et 1426 (fig. 10)65.

  • 66 ADM, B 1323. C’est là que le roi, après avoir pris conseil de René, du dauphin, du duc de Calabre, (...)
  • 67 ADM, B 1326.
  • 68 ADM, B 1333.
  • 69 ADM, B 1327.
  • 70 ADM, B 1321, 1333, 1335, 1340.

38D’autres travaux d’entretien et de consolidation des logements et chapelles y sont régulièrement exécutés à l’occasion ou en prévision des séjours qu’y firent successivement le roi de France Charles VII en 144566, le jeune prince Nicolas, petit-fils de René d’Anjou qui y sera élevé quelques années durant, de 1448 à 145467, de René lui-même lors de son retour en Lorraine entre 1463 et 1464, ou de sa fille Marguerite lors de son exil d’Angleterre68. Des constructions nouvelles contribuent à mettre au goût du jour les infrastructures dont hérite le jeune duc en 1420. Elles sont dues notamment à Jean de Calabre, qui en 1451-52, fait édifier « delez la motte », un vaste pavillon, dont on ne sait plus rien69. Les fortifications sont elles aussi entretenues voire précocement adaptées aux règles de la poliorcétique imposées par l’artillerie à poudre avec une tour dite « de l’artillerie » signalée dès 1420, et des armes à feu et de la poudre achetées à plusieurs reprises70.

Fig. 10. – Louppy-le-Château : extrait de la carte topographique des Naudin (1728-1739) ; Zone C09/Z04-01 (http://www.chr-lorraine.fr/​naudin).

  • 71 ADM B 1328 et 1331.
  • 72 En 1456-1458, Simonnin le peintre, demeurant à Bar, restaure la chapelle ; la voûte est peinte en (...)
  • 73 ADM, B 1329.
  • 74 ADM, B 1339.
  • 75 ADM, B 1333.
  • 76 ADM, B 1342.

39Les registres de comptes grâce auxquels on en garde mémoire permettent, sans pouvoir les situer, de connaître l’existence de telle ou telle chambre « aux Daims », « aux Barbeaux », « de l’Horloge »71 et d’apprécier le souci qu’ont les princes barrois de rendre cette résidence agréable. L’embauche, régulière durant près de vingt ans, entre 1456 et 1474, d’artistes et d’artisans demeurant à Bar, pour décorer chambres et chapelle72, en témoigne. On retiendra parmi toutes leurs interventions la réalisation par Simonnin, en 1456, du décor d’une galerie dans laquelle furent suspendus « plusieurs escus de la genealogie et nativyté du Roy », celle, la même année, de Vincent, le verrier, pour « douze pieds de verre en deux panneaux, où sont les armes du Roi et de la Reine73 », celle encore, en 1480, de Jacquemin le peintre, demeurant à Bar, chargé de faire les écussons et blasons nécessaires à la décoration de la chapelle du château pour la célébration d’un service funèbre en mémoire du roi défunt74. Ce même souci est, semble-t-il, également apporté à l’ameublement, tapisserie que le cardinal de Bar fait venir de Verdun, lits transportés du château de Kœur pour le séjour du roi en 146575, lits et meubles amenés de Bar à Louppy lorsque le duc René II se rend, en 148576, au service anniversaire de la mort du roi de Sicile.

Une maison-tour à Kœur

  • 77 Dumont Ch.-E., Les ruines de la Meuse, Bar-le-Duc, 1869, t. 2, p. 321.
  • 78 Ibid., t. 2, p. 325 et 328.

40Connu dès 1296, le château de Kœur est propriété, dès cette époque, des comtes de Bar qui y séjournent régulièrement. Parmi eux le duc Robert de Bar et son épouse Marie de France s’y retrouvent à plusieurs reprises de 1367 à 1394, le plus souvent accompagnés d’une suite nombreuse. Au début du XVe siècle, ce château échoit à Bonne de Bar77, épouse du comte de Ligny, Valeran de Saint-Pol, puis à son décès en 1436, à sa nièce par alliance, Isabelle de Lorraine, alors en Calabre. C’est de Naples, où elle s’était rendue accompagnée de son fils Louis pour régler des questions de succession, qu’elle reconnaît être entrée en possession de ce « delectable lieu » où les duchesses de Bar précédentes aimaient à se retirer78.

Fig. 11. – Extrait d’une « Carte très particulière du cours et des environs de la Meuse depuis Saint-Mihiel jusques à une demie lieüe au dessus de Dun », du début du XVIe siècle, Bibl. mun. Nancy, ms. 1388, Fonds Noël.

Fig. 12. – Emprise du château de Kœur, d’après le cadastre de 1825.

  • 79 Kraemer Ch., L’habitat seigneurial fortifié dans le Verdunois méridional au Moyen Âge, thèse de do (...)
  • 80 Des exemples semblables existent en Lorraine aux XIVe et XVe siècles. Voir à ce sujet Giuliato G., (...)
  • 81 ADM, B 2793.
  • 82 ADM, B 2795.
  • 83 ADM, B 2798.
  • 84 ADM, B 2798.
  • 85 ADM, B 2799, voir aussi Dumont Ch.-E., Les ruines de la Meuse, op. cit., t. 2, p. 316-317. L’une d (...)

41Le château de Kœur79, établi dans un site de plaine, entre la côte et la Meuse qui décrit de larges méandres, se compose alors probablement d’une tour unique80 dotée d’une tourelle et d’un pont-levis. C’est du moins ce que l’on peut déduire d’un compte de peu postérieur au séjour qu’y fit René pour s’y reposer après sa libération définitive, en mars 1437, qui évoque cette « grosse tour » ou « vieille tour », les appartements qui s’y trouvent et les réparations qui y sont entreprises81. Sa longueur et sa largeur ne sont pas connues, mais sa hauteur d’une vingtaine de mètres sous toiture peut être déduite de l’achat d’une corde de 156 pieds de long pour hisser des charges à son dernier niveau. Malgré les réfections qui lui sont apportées entre 1449 et 145382, cet édifice s’écroule entre 1461 et 146283, nécessitant la reconstruction d’une nouvelle tour ordonnée84, sans doute, par le roi René lui-même qui y réside à plusieurs reprises entre 1463 et 1464, lors de son dernier séjour en Lorraine. D’autres tours, deux, peut-être trois85, sont construites à cette occasion, donnant à l’ensemble une allure de petit château (fig. 11) posé sur une plate-forme fossoyée de 60 sur 75 m de côté (fig. 12). Ce château est donc amplement rénové et remis aux goûts du jour lorsque René d’Anjou y loge sa fille Marguerite, son petit-fils Édouard et quelques fidèles dont leur chapelain et l’archevêque de Canterbury, exilés d’Angleterre durant la guerre des Deux-Roses.

  • 86 Kraemer Ch., L’habitat seigneurial fortifié…, op. cit., et Calmet dom A., Notice de la Lorraine, Lu (...)

42On ne sait rien de la distribution des appartements qui devaient compter une salle d’apparat, composée de plusieurs travées définies par des piliers en pierre de taille et éclairée d’au moins seize fenêtres, une grande et une petite cuisines et leurs annexes – paneterie, saucerie et rôtisserie – et une quinzaine de chambres, dont celle du roi, de la reine, de mademoiselle Yolande, de madame de l’Isle, de monsieur le marquis, des enfants, toutes ou presque équipées de verrières remises en état peu avant 1470 et sur lesquelles figuraient, selon le témoignage de dom Calmet, quelques peintures dont les armes de Marguerite86. Les registres de comptes livrent occasionnellement des informations sur l’ameublement, transporté à Bar en 1438, pour la venue du roi, ou refait à neuf en 1465 à la demande de la reine d’Angleterre, notamment les lits et charlits envoyés l’année suivante au château de Louppy.

  • 87 Dumont Ch. E., Les ruines de la Meuse, op. cit., t. 2, p. 348-353.
  • 88 ADM, B 2805.

43Une chapelle signalée en 1296, complète le dispositif résidentiel, tandis que des « maisonnements, grange, usuaire et pourpris87 » qu’il faut situer à l’est du château, constituent avec le jardin les espaces de services et participent au confort des princes. Résidence de campagne, le château de Kœur appartient néanmoins au réseau défensif du Barrois. L’entretien épisodique d’une petite garnison en témoigne, de même que son adaptation à l’artillerie par l’achat de couleuvrines dès 1437 et l’aménagement d’un boulevard vers 148088.

Un château de type philippien à Bouconville

  • 89 Lesort A., Chroniques et chartes de l’abbaye de Saint-Mihiel, Paris, 1909-1912, p. xxix.
  • 90 Dumont Ch. E., Les ruines de la Meuse, op. cit., t. 2, p. 1.
  • 91 Sœur de l’évêque de Metz, Louis de Poitiers ; ce dernier avait déjà fixé en 1326 le douaire d’Alié (...)

44La terre de Bouconville, dans la Woëvre, devient possession barroise à l’occasion d’échange opérés avec l’abbaye Saint-Vanne de Verdun dans la seconde moitié du XIIIe siècle89. Le comte Thiébaut II y fait alors construire une maison, probable gîte d’étapes90 entre Bar et Mousson qui compose, en 1300, une partie de l’apanage de son plus jeune fils Pierre de Bar. Ce dernier l’assigne en 1337 en douaire à sa femme Aliénor de Poitiers91.

  • 92 ADMM, B 347.
  • 93 Henri son père était décédé de mort naturelle en avril de la même année ; à ce sujet, et sur l’épi (...)
  • 94 Ibid., pièces justificatives, p. 485.
  • 95 ADM, B 1551.
  • 96 ADM, B 1552.

45Qualifié pour la première fois de forteresse et forte maison en 136192, cet édifice entre dans l’héritage des chevaliers brigands de Bar-Pierrefort dont le renom a amplement dépassé le cadre des duchés de Bar et de Lorraine. Il devient alors l’un de leurs principaux repaires avant d’être confisqué en partie par le duc Robert de Bar en 1380, à la suite d’une ultime bataille93. Il est alors élevé au rang de chef-lieu de prévôté, s’inscrivant de la sorte dans le réseau serré des places barroises qui séparent le Verdunois du pays messin. Toutefois, cette terre n’entre en totalité dans le domaine ducal qu’en 1444, lorsque René Ier acquiert la part que les comtes de Nassau-Sarrebrück avaient reçue par mariage94. Il ne semble pas y résider avant 1445, mais l’occupe régulièrement après vingt ans d’absence de ses duchés de l’Est : le 7 novembre 1464, il y arrive accompagné de la reine Jeanne de Laval et d’une suite de vingt-deux personnes, dont l’archevêque d’Aix et un ingénieur qui reste à Bouconville pour y entreprendre des travaux95, manifestement inachevés le 11 novembre de l’année suivante lorsque Marguerite se rendant à Nancy y fait escale, mais refuse d’entrer dans le château « par le doubte du pont96 ».

  • 97 Kraemer Ch., L’habitat seigneurial fortifié…, op. cit., t. 3, p. 88-104.

46Situé à moins de 200 m à l’est de l’église, autrement dit de l’ancienne chapelle castrale, le château de Bouconville est construit à la périphérie du village, dans une zone marécageuse alimentée par de nombreux ruisseaux. Un réseau de fossés, aujourd’hui à peine perceptible, en protégeait l’accès et participait à sa défense. Précédée d’une basse-cour fortifiée et ceinturée d’un fossé d’une trentaine de mètres de largeur, la maison forte de Bouconville est caractéristique des châteaux philippiens. Une plate-forme quadrangulaire entourée de fossés qu’enjambe un pont-levis de 54 pieds sur 18 (soit 18 sur 6 m de large) servait d’assise à une maison-forte pourvue d’une tour circulaire à chacun de ses angles. Deux portes, une charretière et une piétonnière (voir planche couleur VI, no 7), percées dans une muraille construite en opus quadratum, ouvraient sur une cour dans laquelle le logis, entre deux tours hautes de 55 pieds pour 4 d’épaisseur, était adossé à la courtine ouest97.

47Si l’on en juge par deux inventaires de 1460 et de 1485, ce logis comprenait une quinzaine de chambres dont certaines, plus confortables que d’autres, étaient équipées de cheminée ; le rez-de-chaussée comptait au moins une chambre près de la porterie, qui pourrait être celle du prévôt, une cuisine et une petite chambrette attenante ; outre la grande salle, au-dessus de la cuisine, l’étage disposait de plusieurs chambres dont une qui pourrait être celle dite de la Reine. Parmi celles qu’on ne sait où placer, deux sont neuves dont une au-dessus d’un four, une seconde possède le poêle et une troisième l’écritoire du prévôt. Mais la plupart semblent servir de grenier lorsque le château est inhabité ; les murs sont blanchis à la chaux dès lors qu’elles sont occupées, et les sols recouverts d’une chape de mortier, sauf celle de la Reine qui était planchéiée.

  • 98 ADM, B 1551.

48Cette chambre, sans doute la plus luxueuse du château, était également éclairée par des carreaux en losange attachés par des plombs. Toutes les autres verrières, notamment celles aux armes du roi et de la reine de Sicile, du duc de Calabre et du comte de Vaudémont, assemblées en 1461, probablement par le même verrier qui travailla au château de Kœur, ornaient quelques baies de la chapelle castrale98.

*

  • 99 ADM, B 1335 et B 2802 et Poull (G.), op. cit., p. 159.

49On retiendra, en guise de conclusion, que les demeures barroises de René d’Anjou ne se laissent entrevoir que partiellement au travers des sources textuelles et iconographiques. Leur physionomie est parfois incertaine, mais quelques grands types se dégagent parfaitement, qui traduisent d’une façon générale la diversité des formes d’habitat princier du XVe siècle, et, pour en revenir à René, son goût prononcé dans le Barrois, dès 1433, sitôt sa première libération, pour quelques petites résidences fortifiées rurales, sans négliger toutefois ses châteaux et hôtels urbains. Cet intérêt s’exprime d’ailleurs par la commande qu’il passe de Provence en 1473-1474 au peintre Simonnin de Bar des « pourtraicts […] de plusieurs couleurs » des châteaux de Louppy, « de hors et dedans », et de Kœur99.

  • 100 Favier J., Le roi René, Paris, 2008, p. 285-325 ; voir aussi Robin Fr., « Les chantiers des prince (...)
  • 101 On renverra ici, aux travaux suivants de Mérindol Ch. de, « Les demeures du roi René en Anjou et l (...)
  • 102 On donnera ici quelques exemples de ces aménagements. À Kœur, en 1456-1457, le produit des arbres (...)

50Pour autant qu’on puisse en juger, la passion pour la pierre que René exprime si bien par ses constructions nombreuses en Anjou et en Provence100, se résume, dans ses duchés de l’Est, à quelques aménagements plutôt sobres de ses résidences, à chacun de ses rares retours. Exception faite du château de Kœur, largement rénové, les travaux qu’il entreprend sont pour l’essentiel de l’entretien et des réparations, exceptionnellement de la décoration de quelques chambres et des chapelles castrales qu’il fait peindre et équiper de verrières historiées, le plus souvent à ses armes ou à son effigie ou celles d’un membre de sa famille101. Il les agrémente de jardins et de vergers, parfois d’animaleries et de jeux de paume, pour en faire de véritables maisons de campagne102. Mais il ne perd pas de vue qu’elles participent à la défense de ses duchés ; à ce titre il renforce leurs fortifications, les adapte à l’artillerie, y entretient une garnison.

Notes

1 Pour cette histoire politique, on se reportera à Poull G., La Maison ducale de Lorraine, Nancy, 1991 et, du même, La Maison souveraine et ducale de Bar, Nancy, 1994. Calmet dom A., Histoire de Lorraine, 1745, V, p. 2-122 (règne de René), p. 123-159 (règne de Jean II), p. 160-307 (règne de Nicolas). Une vue d’ensemble des réseaux fortifiés a été présentée par Giuliato G., La politique défensive des princes lorrains (XIIIe-XVe siècle), mémoire inédit d’habilitation à diriger des recherches, université Nancy 2, 2006.

2 Coudert J., « Le fief de danger en Lorraine jusqu’à la rédaction des coutumes », Mémoires de la Société d’histoire du droit, t. 29, 1968-1969, p. 154-194.

3 Parisse M., Histoire de la Lorraine. L’époque médiévale, Nancy, 1990, p. 200-223 et, du même, Allemagne et Empire au Moyen Âge, Paris, 2002, p. 216-223. Rapp F., Le Saint-Empire romain germanique d’Otton le Grand à Charles Quint, Paris, 2000, p. 275-292.

4 Giuliato G., « Les enceintes urbaines et villageoises en Lorraine médiévale », Bur M. (dir.), Les peuplements castraux dans les Pays de l’Entre-Deux, Nancy, 1993, p. 139-190.

5 Collin H., « Le compte de la construction de la maison forte de Pont-à-Mousson de 1395 à 1398 », Bulletin philologique et historique du CTHS, 1966, p. 367-409.

6 Girardot A., « René d’Anjou sous tutelle : sa Maison (1420-1424) », Lotharingia, t. 15, 2009, p. 99, 105-107.

7 Lefebvre H., « Les sires de Pierrefort de la Maison de Bar », Mémoires de la Société d’archéologie lorraine, 1902, p. 202-487.

8 Giuliato G., Châteaux et maisons fortes en Lorraine centrale, Paris, 1992 (DAF, no 33).

9 Kraemer Ch., « Entre Woëvre et Argonne : les grands et les petits châteaux du Verdunois médiéval (XIe-XVIe siècle) et leurs relations avec le peuplement », Ex Animo. Mélanges d’histoire médiévale offerts à Michel Bur, Langres, 2009, p. 318-376.

10 Arch. dép. Meuse (désormais ADM), B 495, fo 62, 64 et 65 vo.

11 ADM, B 687, fo 54 vo.

12 ADM, B 1430, fo 54 vo. En avril 1423, le sire de Salm se rend « à route d’environ 180 chevaulx… pour resister aux entreprinses des ennemis de monseigneur qui se boutoient en son pais comme l’en disoit ».

13 ADM, B 496, fo 8-9. La Hire, Raoulet et Perrin de Montdoré ravagèrent vingt-trois villages de la prévôté de Bar.

14 Poull G., La Maison ducale de Lorraine…, op. cit., p. 120-123. ADM, B 497 bis, fo 201 et 210.

15 ADM, B 1316, fo 106.

16 ADM, B 497, fo 136.

17 ADM, B 497 bis, fo 122 et B 1141, fo 143 vo.

18 ADM, B 497 bis, fo 177 vo, 169, 176 vo, 222, 180.

19 ADM, B 1141, fo 155-158.

20 ADM, B 497 bis, fo 220 et B 498, fo 177.

21 Paris, Arch. nat., J. 582, no 33.

22 Monstrelet E. de, Chronique, Paris, 1840, p. 624.

23 François M., Histoire des comtes et du comté de Vaudémont des origines à 1473, Nancy, 1935, p. 194-224.

24 Giuliato G., Châteaux et villes fortes du comté de Vaudémont en Lorraine médiévale, Nancy, 2008, p. 169-215.

25 ADM, B 1246, fo 96. Le prévôt de Souilly reçoit plusieurs hommes d’armes « pour ce que on lui avait rappourté que le cote de Waudemont estoit logiez acompaigniez d’environ 1 500 chevaulx à Saincte Manehoult ».

26 ADM, B 1246, fo 105.

27 Schnerb B., Bulgnéville (1431). L’État bourguignon prend pied en Lorraine, Paris, 1993, p. 60.

28 Ibid., p. 52.

29 Lecoy de La Marche A., Le roi René. Sa vie, son administration, ses travaux artistiques et littéraires, Paris, 1875-1879, t. 1, p. 97.

30 Paris, Arch. nat., J. 1039, no 6.

31 Giuliato G., Châteaux et villes fortes du comté de Vaudémont…, op. cit., p. 50-52 et 58-118.

32 Salamagne A., Construire au Moyen Âge. Les chantiers de Douai, Arras, 2001, p. 90.

33 Chastelain G., La Chronique des ducs de Bourgogne, éd. J. Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, 1863-1866, t. 3, p. 186-189 : « … le mena à Chasteau-sur-Moselle, une maistresse maison souveraine entre toutes les autres, par laquelle, il pouvoit fort estraindre Lorrains et tenir bride… »

34 Arch. dép. Meurthe-et-Moselle (désormais ADMM), B 608, no 25.

35 ADMM, B 611, no 6.

36 Chronique de la Lorraine, Calmet dom A., Histoire de la Lorraine…, op. cit., 1757, t. 7, Preuves, col. LVI-LVII.

37 Acte d’hommage du 22 décembre 1472 : ADMM, B 608, no 16.

38 Paris, BnF, collection Lorraine, vol. 386, fo 161-162.

39 ADM, B 510.

40 ADMM, B 611, no 610.

41 Paris, Arch. nat., J. 586.

42 ADMM, B 611, no 12.

43 Servais V., Annales du Barrois (1410-1431), Continuation manuscrite. Bibl. mun. Nancy, ms. 840 (624), fo 85-90 vo, d’après ADM, B 494 : 1419-1420, comptes du receveur général, Collet Ricart (dépenses). L’arrivée et l’installation de René à Bar nécessitent l’exécution de travaux d’appropriation et d’ameublement au château pour une somme de 18 livres 14 sous 9 deniers, dont 30 sous pour « natter d’estrain » (de paille) la chambre du prince et 16 sous 8 deniers donnés à un particulier de Tannoy pour la livraison d’une voiture « d’estrain de soile » (paille de seigle) qu’il avait vendue pour « faire le lit du propre corps de monseigneur le marquis » de Guise.

44 ADM, B 497, fo 182 vo, 183 vo, 188, 192 vo. Auparavant, en 1422, Jean de Haussonville puis Jean comte de Salm, sont successivement désignés pour « gouverner » au nom de René Ier, mineur. Le comte de Salm s’installe au château de Bar dès le 8 décembre 1422, avec son fils et les personnes de sa maison ; il fallut faire enlever avant son arrivée des dépôts d’immondices qui couvraient le sol en plusieurs endroits des dépendances du château et que l’on transporta aux champs. Deux tombereaux furent nécessaires pendant dix jours. Voir Servais V., Annales du Barrois…, op cit, fo 112.

45 Poull G., La maison ducale de Lorraine devenue la maison impériale et royale d’Autriche, de Hongrie et de Bohême, Nancy, 1991, p. 149.

46 ADM, B 508, fo 165 vo.

47 ADM, B 502, fo 133 vo, 140 vo et 143 vo.

48 Poull G., La maison ducale de Lorraine…, op. cit., p. 154 et note 197.

49 ADM, B 511, fo 133 : en 1483-1484, le receveur Jacquemin de Génicourt note une très grosse dépense de 472 livres 12 sous 7 deniers « pour avoir […] fait en la chambre de mon très redoubté seigneur, monseigneur le duc de Bar et de Lorraine une fenestre a croisée et reprins les murailles à costé à l’afflorement desdictes fenestres, fait huisserie à lentrée de ladicte chambre, […] rapareillier la cheminée et le pas en alant en l’autre chambre joignant en tirant à la corcelle, fait ung pan de mur nuef en ladite courcelle de 25 pieds de hault pour esclargir ladicte chambre joindant de celle de Monseigneur tant hault que bas […] ; à Didier Pendebon, masson et son varlet […] pour avoir par eulx fait deux alées et descendure de pierre, l’une pour descendre en ladicte garde robbe de bas et l’autre pour descendre en la courcelle, pavé de pierre ladicte courcelle et partie de la cuisine du chasteau, reffaict ung aictre nuef au four audict chasteau joindant de ladicte cuisine pour faire la paticerie […], reffaict les jambes de l’uix de la chambre appelet la chambre du conseil joindant la conciergerie… »

50 Girardot A., « Les origines de la ville de Pont-à-Mousson », Annales de l’Est, t. 2, 1972, p. 107-126.

51 Collin H., « Pont-à-Mousson, ville impériale et le fonctionnement de sa prévôté, de 1322 à 1425 », Bulletin philologique et historique (jusqu’en 1610) du CTHS, actes du Congrès national des sociétés savantes de Lyon, 1964, Paris, 1967, p. 85-111.

52 ADMM, B 9093, fo 38 vo-40 vo.

53 Collin H., « Le compte de la construction de la maison-forte du duc de Bar à Pont-à-Mousson de 1395 à 1398 », Bulletin philologique et historique du CTHS (1966), 1968, p. 367-409.

54 ADMM, B 8096, fo 87-127.

55 À proximité de Pont-à-Mousson, elle se fait dévaliser par des soudoyeurs à la solde des bourgeois de Metz auprès desquels René avait contracté de fortes dettes. Ce coup de main provoque le siège de Metz par René et des troupes de Charles VII. À propos de cet épisode, voir Parisse M., Encyclopédie illustrée de la Lorraine. Histoire de la Lorraine, t. II : Austrasie, Lotharingie, Lorraine, Metz/Nancy, 1990, p. 219.

56 Des travaux importants sont réalisés dans la maison forte à partir de 1496. Ils sont connus par deux registres de comptes. Le plus riche couvre la période 1496-1504 ; il est intitulé « Recepte faite par André de la Chambre prevost et receveur du Pont à Mousson pour aidier aux ouvrages et réparations du palais et maison que le roy faisait faire en la ville et cité du Pont » (ADMM, B 8106) ; le second document ne concerne que les années 1496-1497 (ADMM, B 8113).

57 Kraemer Ch., « Genèse et développement des bourgs castraux aux confins du Barrois et du Verdunois (XIe-XVIIIe siècle) », Bur M. (dir.), Les peuplements castraux dans les Pays de l’Entre-Deux…, op. cit., p. 191-222. Du même et coll., « Saint-Mihiel », Henigfeld Y. et Masquilier A. (dir.), Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace (XIIe-XVe siècle), Revue archéologique de l’Est, 26e supplément, Dijon, 2008, p. 239-260 ; voir aussi Parisse M., « Origines et développement de l’abbaye de Saint-Mihiel » (Actes des Journées d’études meusiennes, Saint-Mihiel, 1973), Annales de l’Est, 1974, p. 23-33, et Girardot A., « Un bourg abbatial en Lorraine : Saint-Mihiel avant 1300 », ibid., p. 35-55.

58 ADM, B 1042, fo 178.

59 Burnand M.-Cl., La Lorraine gothique, Paris, 1989, p. 291-292.

60 Choux J., Dictionnaire des châteaux de Lorraine, Paris, 1978, p. 205. Est-ce pour cet hôtel du duc, déjà, qu’en 1427, des travaux de tapisserie sont réalisés durant six semaines ? Voir ADM, B 1056.

61 Munier J., L’architecture civile à Saint-Mihiel, mémoire de maîtrise, université Nancy II, 1978, p. 19-23.

62 Poull G., La maison ducale de Lorraine…, op. cit., p. 148.

63 ADM, B 2751 : 1445-1446, adjudication de réparations à faire au donjon de Morley, excepté les 6 tours « à recouvrir par Cotte de Fer » ; B 2754 : 1455-1456, Simonin, peintre et verrier, est chargé de décorer la chapelle du château de Morley, d’y peindre « en vaure (verre) recuit » les armes du roi de Sicile, celles du maître d’hôtel, Gilles de Bourmont, celles de madame sa femme… ; B 2755 : 1456-1457, réparations faites aux batailles des bas murs du château de Morley et Consolidation du « baffroy » de la porte du château ; B 2758 : 1470-1473, Gérardin, le verrier, demeurant à Gondrecourt est chargé de restaurer les verrières du château. À partir de cette date, les comptes ne fournissent plus de mention de réparation mais d’achat d’armes à feu.

64 Kraemer Ch., « De l’enclos ecclésial au bourg castral : l’exemple de Louppy-le-Château » (actes des Journées d’études meusiennes, Vaubrécourt, 1993), Bulletin de la Société d’histoire et d’archéologie de la Meuse, 1996, p. 5-28.

65 ADM, B 1316.

66 ADM, B 1323. C’est là que le roi, après avoir pris conseil de René, du dauphin, du duc de Calabre, de Charles d’Anjou, comte du Maine, des comtes de Dunois, Clermont, Saint-Pol, Tancarville et du connétable Arthur de Richemond (Calmet dom A., Histoire de la Lorraine…, op. cit., t. 2, 1728, col. 241) signa la célèbre ordonnance qui instituait les « Compagnies d’ordonnance ». Ce texte réorganisait la cavalerie royale en quinze compagnies comprenant chacune cent « lances », chaque lance se composant d’un homme d’armes, d’un coutelier, de deux archers et de deux valets. L’effectif total s’élevait à six cents combattants et quatre mille valets. Cette réforme fut un des atouts majeurs de la victoire sur les Anglais. Voir à ce sujet Bessey V., Construire l’armée française, t. 1 : De la France des premiers Valois à la fin du règne de François Ier, Turnhout, 2006, p. 102-105.

67 ADM, B 1326.

68 ADM, B 1333.

69 ADM, B 1327.

70 ADM, B 1321, 1333, 1335, 1340.

71 ADM B 1328 et 1331.

72 En 1456-1458, Simonnin le peintre, demeurant à Bar, restaure la chapelle ; la voûte est peinte en bleu, semée de feuilles d’étain dorées, la table de dessus l’autel est ornée de « belle histoire selon le lieu », et celle de devant l’autel d’un « damas pareil à celui de la chapelle d’Alexandre, qui est à Saint Pierre de Bar ». Simonnin, peintre, exécute de nouveaux travaux à la chapelle du château. Il peint un petit autel de fines couleurs, il fait un crucifiement au milieu et quatre images et « le petit tablet » qui est sur l’autel « ou quel y a VII ymaiges de fines couleurs, les cheveulx et dyadesmes d’or ».

73 ADM, B 1329.

74 ADM, B 1339.

75 ADM, B 1333.

76 ADM, B 1342.

77 Dumont Ch.-E., Les ruines de la Meuse, Bar-le-Duc, 1869, t. 2, p. 321.

78 Ibid., t. 2, p. 325 et 328.

79 Kraemer Ch., L’habitat seigneurial fortifié dans le Verdunois méridional au Moyen Âge, thèse de doctorat, université Nancy II, 1995, t. 3, p. 17-29.

80 Des exemples semblables existent en Lorraine aux XIVe et XVe siècles. Voir à ce sujet Giuliato G., « Les maisons fortes de Lorraine à la fin du Moyen Âge », Coulet N. et Matz J.-M. (dir.), La noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge, actes du colloque international d’Angers, 1998, Rome, 2000 (Collection de l’École française de Rome, 275), p. 231-259.

81 ADM, B 2793.

82 ADM, B 2795.

83 ADM, B 2798.

84 ADM, B 2798.

85 ADM, B 2799, voir aussi Dumont Ch.-E., Les ruines de la Meuse, op. cit., t. 2, p. 316-317. L’une d’elles s’appelait la tour Girard, une autre, la tour Jacquet ou Jaconnet de Reims. Une troisième, prescrite par le duc en 1473, qui devait être « du côté d’entre la saillie des prés », ne fut jamais réalisée.

86 Kraemer Ch., L’habitat seigneurial fortifié…, op. cit., et Calmet dom A., Notice de la Lorraine, Lunéville, 1840, p. 212 : « Cœurs […] n’est aujourd’hui remarquable par aucun endroit que par son château qui a servi de demeure à Marguerite de Lorraine, reine d’Angleterre, pendant six ans, depuis 1464 jusque 1470. Nous avons vu l’appartement qu’elle occupait et où l’on remarquait ses armes, et quelques peintres dans les vitraux, avant qu’on eût rétabli ce château en l’état où il est aujourd’hui… »

87 Dumont Ch. E., Les ruines de la Meuse, op. cit., t. 2, p. 348-353.

88 ADM, B 2805.

89 Lesort A., Chroniques et chartes de l’abbaye de Saint-Mihiel, Paris, 1909-1912, p. xxix.

90 Dumont Ch. E., Les ruines de la Meuse, op. cit., t. 2, p. 1.

91 Sœur de l’évêque de Metz, Louis de Poitiers ; ce dernier avait déjà fixé en 1326 le douaire d’Aliénor, d’après Lefèbvre H., « Les sires de Pierrefort de la maison de Bar », Mémoires de la Société lorraine d’archéologie, Nancy, 1902, p. 252.

92 ADMM, B 347.

93 Henri son père était décédé de mort naturelle en avril de la même année ; à ce sujet, et sur l’épisode de la mort de Pierre, voir Lefèbvre H., « Les sires de Pierrefort… », op. cit., p. 386-398.

94 Ibid., pièces justificatives, p. 485.

95 ADM, B 1551.

96 ADM, B 1552.

97 Kraemer Ch., L’habitat seigneurial fortifié…, op. cit., t. 3, p. 88-104.

98 ADM, B 1551.

99 ADM, B 1335 et B 2802 et Poull (G.), op. cit., p. 159.

100 Favier J., Le roi René, Paris, 2008, p. 285-325 ; voir aussi Robin Fr., « Les chantiers des princes angevins (1370-1480) : direction, maîtrise, main d’œuvre », Bulletin monumental, t. 141, 1983, p. 21-65, plus particulièrement pour le Barrois, p. 32, 33, 35, 36, 39, 41, 46, 47, 48, 51.

101 On renverra ici, aux travaux suivants de Mérindol Ch. de, « Les demeures du roi René en Anjou et leur décoration peinte », Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 1980, p. 180-193 ; Le roi René, 1409-1480. Décoration de ses chapelles et demeures. Catalogue de l’exposition présentée par le Musée des monuments français, Paris, 1981 ; « Programmes de la décoration des demeures et des chapelles du roi René d’après l’héraldique et l’emblématique », Barral y Altet X. (dir.), Artistes, artisans et production artistique au Moyen Âge, t. II, Paris, 1987, p. 235-255.

102 On donnera ici quelques exemples de ces aménagements. À Kœur, en 1456-1457, le produit des arbres du grand jardin est donné au châtelain (ADM, B 2797) ; à Louppy, vers 1459-1461, le receveur fait acheter des serpes, haches et outils nécessaires « pour nettoyer les aubres » du jardin du château (ADM, B 1331) ; un jeu de boules est installé vers 1465 au château de Louppy, la même année des hérons sont apportés de Beaulieu-en-Argonne à Louppy (ADM, B 1333).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Enceintes urbaines du duché de Bar.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/124710/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Fig. 2. – Châteaux du duché de Bar.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/124710/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Fig. 3. – Le réseau fortifié du Pays-Haut.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/124710/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Fig. 4. – Le réseau fortifié de la région centrale.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/124710/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende Fig. 5. – Pont-à-Mousson (XIIIe-XVIIe siècles) : enceinte fortifiée et situation de la maison forte urbaine d’après le cadastre napoléonien.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/124710/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Légende Fig. 6.– Le réseau fortifié du Barrois mouvant et du comté de Vaudémont.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/124710/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende Fig. 7. – Itinéraires bourguignons en Champagne (d’après Schnerb B., Bulgnéville).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/124710/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende Fig. 8. – La stratégie bourguignonne après 1441.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/124710/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Fig. 9 et 9 bis. – Saint-Mihiel : la « Maison du Roy » (photogaphie extraite de Matz J.-M. et Verry É. [dir.], Le roi René dans tous ses États, Paris, 2009, et lithographie du XIXe siècle, extraite de Dumont Ch.-E., Histoire de la ville de Saint-Mihiel, 1860-1862).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/124710/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Fig. 10. – Louppy-le-Château : extrait de la carte topographique des Naudin (1728-1739) ; Zone C09/Z04-01 (http://www.chr-lorraine.fr/​naudin).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/124710/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Fig. 11. – Extrait d’une « Carte très particulière du cours et des environs de la Meuse depuis Saint-Mihiel jusques à une demie lieüe au dessus de Dun », du début du XVIe siècle, Bibl. mun. Nancy, ms. 1388, Fonds Noël.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/124710/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 7,9k
Légende Fig. 12. – Emprise du château de Kœur, d’après le cadastre de 1825.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/124710/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 15k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540