Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

René d’Anjou (1409-1480)

 | 
Jean-Michel Matz
, 
Noël-Yves Tonnerre

Première partie. Prise et exercice du pouvoir

René et Marseille : les serments de 1437

Jean-Paul Boyer

Texte intégral

1Le dimanche 15 décembre 1437 au matin – à l’heure de tierce –, le roi René paraissait devant les Marseillais en tant que leur nouveau maître, comme héritier de son frère Louis III. Un procès-verbal fixait le souvenir de l’événement. Cet acte se conserve au travers de deux copies, dont une authentique. Il n’avait jamais bénéficié d’une analyse approfondie ni d’une édition. Le présent article, qui propose le document en annexe, s’efforce de corriger ces lacunes. La source rapporte, en effet, une curieuse cérémonie. Quelques lignes en résument l’aspect insolite :

  • 1 Annexe, § 8.

« Cette université de Marseille ayant été assemblée selon l’usage dans le lieu indiqué plus bas en parlement public par la voix du crieur et à son de cloche, le susdit seigneur notre roi René, à la demande, requête et supplication des nobles et honorables hommes Pierre de Cépède, Raimond Blancard et Isnard Baissan, syndics de l’université et de ladite cité de Marseille […], garantit solennellement et jura en promettant sur les saints Évangiles de Dieu […], dans le livre que tenait en main ledit notaire Raimond Bidaud, aux susdits syndics présents, réclamant pour et au nom de ladite université de Marseille, et à la susdite université de Marseille réunie là même, assistant, exigeant et recevant en son nom et en celui de ses descendants et de tous et chacun des autres hommes absents de ladite cité de Marseille, de respecter, de garder, d’observer et d’accomplir tous les Chapitres de paix et toutes les conventions tenus et établis entre les susdits époux, le seigneur Charles Ier et dame Béatrice, et l’université de Marseille, ainsi que les autres libertés, franchises et exemptions de ladite cité1. »

2L’engagement de René trouvait certes un pendant du côté des Marseillais. La suite de l’acte donnait le relief qui convenait à ce deuxième temps. Le roi recouvrait un ton de commandement :

  • 2 Ibid., § 9.

« Après quoi, incontinent, le susdit seigneur, notre roi René, requit ladite université et ses syndics, là présents et lucides, et tous et chacun des hommes de la susdite université, là présents, comme il est indiqué plus haut, à l’appel du crieur et au tintement de la cloche par ordre du seigneur viguier de ladite cité, qu’ils lui prêtassent les serments de fidélité2. »

  • 3 Larochelle L., « Le vocabulaire social et les contours de la noblesse urbaine provençale à la fin (...)

3Cette contrepartie n’empêchait pas que René prévînt les Marseillais. Sans doute sa faveur privilégiait-elle l’élite figurée par les trois syndics. Toutefois, le qualificatif de noble, attaché à ces derniers, ne permet pas de juger de leur condition. Il se diffusait beaucoup dans les patriciats urbains de Provence3. La classe dirigeante de Marseille incluait bien sûr une composante militaire, propre aux hommes de mer, qui favorisait des rapprochements avec l’aristocratie féodale. Elle comptait des personnages parvenus à une authentique noblesse, mais comme ailleurs. Elle ne se singularisait qu’en partie. René se dépensait en égards pour ce qui demeurait, fondamentalement, un ensemble de gros bourgeois.

  • 4 Institution de l’ordre militaire du Croissant […], éd. T. de Quatrebarbes, Œuvres complètes du roi (...)
  • 5 Gautier M.-É. (dir.), Splendeur de l’enluminure. Le roi René et les livres (catalogue de l’exposit (...)
  • 6 René, Traictié de la forme et devis d’ung tournoy, éd. T. de Quatrebarbes, Œuvres …, op. cit., t.  (...)

4Il fut pourtant peu de princes aussi infatués de leur rang. Il n’y en eut guère, en parallèle, imbus au même degré des mérites de l’antique noblesse. René démontrait ses sentiments plus que nécessaire quand il fondait, en 1448, l’ordre du Croissant. Les normes pour l’admission dans ce corps se faisaient limpides : « Nul ne poura estre receu ne porter ledit ordre, senon qu’il soit duc, prince, marquis, compte, vicomte ou issu d’ancienne chevalerie, et gentilhomme de ses quatre lignes4. » Le roi exprimait un dédain pour la roture plus brutal encore dans son Livre des tournois (circa 1445-1449 ou après 14605). Parmi les cas les « plus griefs et plus deshonnestes », qui interdisaient de participer à une semblable fête, il comptait celui du « gentil home qui se rabaisse par mariage, et se marie à femme roturière et non noble6 ».

  • 7 Hébert M., Regeste des États de Provence. 1347-1480, Paris, 2007, p. 323.

5Il est vrai que, à sa première entrée dans Marseille en monarque, René connaissait des temps difficiles. À la mort de Louis III, en 1434, la situation en Provence paraissait instable et des mesures se prenaient pour défendre l’ordre public7. Marseille, quant à elle, avait acquitté un lourd tribut à la politique du défunt, savoir le terrible sac de 1423 par une escadre catalane. Elle pouvait en éprouver quelque rancœur. La position de René lui-même le débilitait. Philippe le Bon ne le libérait qu’au début de 1437. Il supportait, pour sa délivrance, le poids d’une énorme rançon. Il s’activait encore pour s’assurer du royaume de Sicile-Naples contre Alphonse V et ses partisans. Ses besoins annonçaient bien des efforts pour les sujets, en particulier pour les Marseillais.

6En bref, la conjoncture invitait à ne pas brusquer ces derniers. Elle s’unissait cependant à des facteurs pérennes, qui commandaient autant une manifestation de concorde. La ville requérait une convention entée sur son histoire, en harmonie avec une image de sa fortune ; mais elle trouvait un assentiment royal qui s’inscrivait à son tour dans la durée.

La revendication d’un contrat

  • 8 Annexe, § 14.
  • 9 Maurel C., « Pouvoir royal et pouvoir municipal (XIVe-XVe siècle) », Pécout Th. (dir.), Marseille (...)
  • 10 Annexe, § 7.

7Marseille orchestrait les pompes du 15 décembre 1437. Le compte rendu n’en laisse pas douter. La réception du serment de René par Raimond Bidaud en a averti. Ce notaire se disait « scribe de la cour du Palais royal de la cité de Marseille », mais son titre ne doit pas abuser8. Il venait du nombre des hommes désignés par la cité pour son administration. Dans l’élection aux charges urbaines, les prérogatives de la municipalité étaient importantes à l’arrivée de la seconde maison d’Anjou. Elles avaient encore augmenté avec elle, depuis la réforme de la reine Marie de 1385. Le choix de la plupart des officiers relevait désormais du seul vouloir de la ville, hors pour qui représentait directement le roi, tel le viguier9. Raimond Bidaud agissait pleinement en agent de sa communauté. Or, il conduisait sans doute tout au long la solennité de 1437. Il lisait au roi les titres dont ses concitoyens se réclamaient10. À l’évidence, c’était lui qui présentait plus largement à René les termes d’une sorte de contrat.

  • 11 Ibid., § 2.

8Ils constituaient de longs préliminaires, soumis au roi avant qu’il ne jurât. Son autorité sur la ville semblait partir de son assentiment aux conditions stipulées. Pour première étape de la cérémonie, il subissait un rappel général des privilèges. Rien n’avançait avant que n’aient été « considérés pour lus les libertés, franchises et immunités de la cité de Marseille et les Chapitres de paix et les conventions précédemment gardés entre l’illustre seigneur le seigneur Charles, fils du roi de France, roi de Jérusalem et de Sicile d’heureuse mémoire, duc [sic] d’Anjou, comte de Provence, de Forcalquier et de Piémont, et dame Béatrice sa femme, comtesse des mêmes comtés, d’une part, et les citoyens de la cité de Marseille et cette cité, d’autre part11 ».

  • 12 Ibid., § 3-6.
  • 13 Ibid., § 7.

9Ce résumé renvoyait à une entente conclue avec Charles Ier d’Anjou (1246-1285) et Béatrice de Provence. Il adressait, bien que sans le préciser, à la paix des 2 et 6 juin 1257. Des passages copieux de ce compromis, très fidèles hors les exceptions, se produisaient ensuite12. Leur copie, dans le procès-verbal, atteignait un total d’environ 3 100 mots. Elle rapportait, selon l’édition du traité par Victor-Louis Bourrilly, l’entier chapitre 61, à peu près 68 % du chapitre 62, et dans les 38 % du chapitre 63. Avant leur transcription, ces extraits ne se lisaient pas seulement à l’assistance. Ils se traduisaient en langue vulgaire, pour que chacun comprît13.

10Ils apprenaient l’essentiel sur la transaction de 1257. Ils condensaient la résignation de la commune de Marseille à Charles Ier, avec ses conditions. Ils témoignaient que cet abandon se contrebalançait par la sauvegarde des « libertés, franchises et toutes autres choses contenues dans cet instrument ». Ils démontraient la dimension synallagmatique de l’acte. Elle éclatait dans les gestes qui sanctionneraient l’entente. La part d’illusion importe peu ici :

  • 14 Le procès-verbal de 1437, selon les copies préservées, gauchit un peu le sens du serment. Le trait (...)

« Que ledit seigneur comte et la dame comtesse et les successeurs de cette dame comtesse venant ensuite dans le comté de Provence soient tenus de prêter serment et, bien plus, qu’ils le prêtent sur tout ce qu’il faut observer, contenu tacitement ou expressément dans le présent instrument […]. Que, encore, les hommes habitant à Marseille et dans son district et [ceux] ailleurs outre-mer, qui sont ou eurent coutume de se trouver sous la puissance des consuls de Marseille, jurent sur les saints Évangiles de Dieu de sauver, défendre et garder toutes les choses susdites audit seigneur comte et à ladite dame comtesse et la fidélité à leurs héritiers14, et cela s’entend des adultes mâles jusqu’à soixante-dix ans, chaque fois qu’ils seront sollicités ; et que ledit serment soit renouvelé de cinq ans en cinq ans ; et que les absents jurent dans les quinze jours après qu’ils seront arrivés à Marseille et qu’ils auront été requis ou qu’il aura été dit en parlement. »

11L’échange des serments, entre d’un côté Charles Ier et son épouse et de l’autre les Marseillais, donnait un départ. L’aspect contractuel, imprimé aux relations entre la ville et ses maîtres, se perpétuerait. Ce but s’atteindrait par la réitération des promesses et des serments à l’élévation au pouvoir de chaque comte de Provence. Il jurerait d’abord, pour édulcorer la contrainte qui pesait sur Marseille. Les citations de l’ancien traité, soumises à René, insistaient sur la prévenance de Charles Ier. Les morceaux choisis se concluaient sur sa hâte à s’engager avant ses sujets, pourtant domptés. Il précédait même leur représentant, à l’issue des négociations :

« Et incontinent ledit seigneur comte jura sur les saints Évangiles de Dieu, touchés par lui volontairement [et] physiquement de la main, de prêter attention et de se conformer en bonne foi à toutes ces conditions contenues tacitement ou expressément au-dessus ; et ledit syndic [des Marseillais] jura pareillement au nom de ladite université et de lui-même et de tous et chacun de ladite cité, sur les saints Évangiles de Dieu, d’observer et de parfaire tout ce qui précède et de ne pas s’y opposer. »

  • 15 Pécout Th., « Marseille et la reine Jeanne », id. (dir.), Marseille …, op. cit., no 34, p. 216-217

12Le rappel insistant, devant René, du traité de 1257 supposait qu’il possédât une pleine vigueur et pour tout Marseille. Il concernait selon sa lettre la ville basse, celle de la commune. Jeanne Ire avait toutefois décrété, le 3 janvier 1348, l’union administrative de la « ville des tours » avec la « cité vicomtale », soit la ville basse. La mesure généralisait les libertés reconnues à cette dernière15. Elle incluait la paix de 1257 implicitement, mais par nécessité.

  • 16 Bourrilly V.-L., Essai sur l’histoire politique de la commune de Marseille des origines à la victo (...)

13Charles Ier avait changé le destin de Marseille, en abattant la commune et en ouvrant le temps des franchises municipales. Il avait institué le modèle qui demeurait d’actualité au XVe siècle. Au vrai, son gouvernement comptait quatre accords successifs avec la ville basse. Son sénéchal avait établi le premier, en 1249. Charles avait ratifié le second, en 1252. Les deux conventions pouvaient se négliger. Ni l’une ni l’autre n’abrogeait la commune. Chaque fois, elle rompait bientôt avec le comte. Le régime municipal débutait, au contraire, avec le traité de 1257. Une ultime rébellion suivait, qui s’accompagnait d’une restauration de la commune. Celle-ci s’abolissait derechef, en 1262. Une nouvelle paix se publiait16. Elle posait en principe, dans son premier article, le retour aux dispositions de 1257. Elle ne les invalidait ou ne les complétait que sur de rares points. Elle témoignait surtout d’humiliations supplémentaires pour la cité. Marseille les goûtait médiocrement.

14Au bilan, le traité de 1257 se regardait pour la charte constitutionnelle de la communauté, de la ville basse puis de l’agglomération unifiée. Il se joignait aux accords de 1262 pour former les Chapitres de paix. Il constituait néanmoins l’essence de ces Capitula pacis que la ville ne cessait de mettre en avant sous la première dynastie angevine. Elle ne les oubliait pas avec la seconde maison d’Anjou. La cérémonie du 15 décembre 1437 l’atteste.

15Elle ne pouvait s’arrêter, toutefois, au rappel des anciennes compositions. Leur esprit contractuel se serait perdu sans répétition des serments qui les scellaient, comme l’arrangement de 1257 le prévoyait et selon l’archétype qu’il proposait. Les Capitula pacis se seraient mués, au mieux, en une liste de franchises pour ainsi dire ordinaires. Au reste, nulle raison n’induisait davantage René à la rénovation des liens avec la ville que la série des précédents. Ils s’énuméraient, par conséquent, après lecture des fragments opportuns du pacte de 1257 :

  • 17 Annexe, § 7 (la traduction n’a pu suivre exactement la langue imparfaite de la source).

« Une fois reçue information véridique, par écritures authentiques, des serments prêtés aux temps passés sur l’observation desdites libertés, franchises et immunités et des Chapitres de paix et des conventions susdits et susdites, tant par les illustrissimes rois de Jérusalem et de Sicile et comtes desdits comtés de Provence et de Forcalquier, les seigneurs Charles premier et [Charles] second et Robert fils de ce dernier, et à la suite par la sérénissime dame Jeanne, reine de Jérusalem et de Sicile et comtesse desdits comtés, petit-fille dudit seigneur le roi Robert, [que par] également les seigneurs Louis Ier son grand-père, Louis II son père et Louis III frère de ce même seigneur notre roi René, ce seigneur notre roi, alors assuré et pleinement informé que lui-même est astreint et tenu en vertu desdits Chapitres de paix et à l’instar et selon l’usage de ses prédécesseurs […] de prêter serment corporel, [jura]17. »

16Selon ce bilan, depuis le traité de 1257 aucun Angevin, de la première ou de la seconde dynastie, n’avait manqué d’apporter son serment aux Marseillais. Une continuité parfaite remontait de René jusqu’à ce Charles d’Anjou dont il héritait indirectement. La cité déclarait s’appuyer entièrement sur des pièces authentiques. Ses affirmations répondaient, pour le principal, à la réalité.

  • 18 Aurell M. et Boyer J.-P., « Une journée qui fit Marseille : le 5 décembre 1288 », Pécout Th. (dir. (...)

17Le serment du prince constituait le socle de la tradition du contrat, dans laquelle s’insérait l’accueil de René. La cérémonie de 1437 se connaissait elle-même sous la dénomination de « Serment de notre seigneur le roi René », selon les deux copies du compte rendu incluses dans les archives de la ville. La perception de l’enjeu n’était pas nouvelle au XVe siècle. L’ambition marseillaise atteignait un sommet en 1288. Charles II visitait pour la première fois la ville basse comme son maître, mais il jurait sans qu’une contrepartie des sujets ne laissât de trace18. Il arrivait en quémandeur humilié par les revers. Cependant, Charles Ier avait reconnu la nécessité du serment aux Marseillais et enraciné sa pratique avec encore plus de zèle qu’il ne se disait à René. Dès 1252, il avait juré avec sa femme à la commune, et il avait prévu la répétition de cet engagement par les héritiers de Béatrice. En 1257, il réitérait cette promesse à la ville basse. Il lui jurait à deux reprises et faisait jurer son épouse. En 1262, Charles et Béatrice concédaient un quatrième serment.

18De ce dernier dépendait la validité des Chapitres de paix, avec les obligations qui en découlaient pour les comtes de Provence ultérieurs. En bonne logique, le tableau proposé en 1437 devait citer l’ultime serment de Charles Ier et de Béatrice. Il manquait, remplacé par la concorde scellée en 1257. Assurément, il ne servait pas la gloire de Marseille. Il lésait autant l’idéal contractuel qu’elle cultivait. Le modèle supposait la bonne foi. Elle le rendait attractif au prince. La ville méritait sa considération spéciale par la constance dont elle témoignait en retour.

  • 19 Bourrilly V.-L. et Busquet R., « Le Moyen Âge (1113-1482) », Masson P. (dir.), Les Bouches-du-Rhôn (...)
  • 20 Ruffi A. et L.-A. de, Histoire de la ville de Marseille, Marseille, 1696, t. I, p. 212.
  • 21 Arch. municipales (désormais AM) de Marseille, AA 73.

19À leur mensonge par omission, les Marseillais ajoutaient une invention quand ils citaient le serment de Louis Ier. Le précédent importait puisque le personnage avait fondé la seconde maison d’Anjou. Malheureusement, l’épisode était impossible, au moins entendu à la lettre. Louis Ier avait déclaré qu’il n’occuperait pas les terres provençales du vivant de Jeanne Ire, qui l’avait adopté19. Renonçant à passer par Marseille20, il avait rejoint l’Italie en juin 1382, avant le décès de la reine, du 27 juillet. Mort à Bari, en septembre 1384, il n’était jamais retourné. Si un argument supplémentaire se demandait, il suffirait de renvoyer au procès-verbal de l’échange des serments du 24 août 1385, de Marseille avec Louis II et Marie de Blois, sa mère et tutrice21. Le compte rendu de 1437 imitait de près ce document. Celui-ci inventoriait le premier les comtes et rois venus jurer dans la ville ; mais il s’interrompait à Jeanne Ire. En bref, la communauté améliorait le passé, pour entretenir chez René la conviction de son devoir.

  • 22 Reynaud M.-R., Le temps des princes Louis II et Louis III d’Anjou-Provence. 1384-1434, Lyon, 2000, (...)

20Convient-il d’ajouter, aux embellissements, le serment de Louis III ? Aucun vestige ne s’en est découvert, pour l’heure. Cette lacune rejoint une autre. Il n’y a pas souvenir du serment de ratification que Louis II promettait, en 1385, de prêter dans la ville à l’âge de puberté22. Faut-il envisager une réaction après des abandons multipliés aux communautés provençales par Jeanne Ire et encore plus par Marie de Blois, comme tutrice de Louis II ? Elle dissolvait à ce prix l’Union d’Aix.

  • 23 Stouff L., Arles au Moyen Âge, Marseille, 2000, p. 123.

21Dans ses négociations avec Arles, cette reine même estimait plusieurs revendications, non précisées, insupportables. Elle les admettait, mais jurait en secret de ne pas tenir sa parole23 ! Après quoi, Louis II ou Louis III auraient refusé leur serment à Marseille, afin de restaurer l’autorité royale. Une telle tentative, par son échec avec René, ne rendrait que plus éloquente la conduite de la ville. Elle aurait certes bénéficié de la fragilité du début de règne pour rétablir son privilège. Son succès témoignerait autant d’une énergie indéfectible, pour sauvegarder ses prérogatives. La suspension, imposée par Louis II puis par Louis III, eût été impuissante à l’éteindre. Toutefois, la ténacité qu’attestent les sources ne laisse guère croire à une interruption du rituel.

  • 24 Bautier R.-H. et Sornay J., Les sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Âge. Provence (...)
  • 25 AM de Marseille, CC 462, no 32 ; Hébert M., Regeste…, op. cit., p. 174.

22L’hiatus constaté s’explique mieux par d’autres facteurs, en premier par la perte des actes. Le sac de 1423 put y contribuer, par ses destructions puis par le désordre qu’il généra. La période qui l’encadre correspond à un grave déficit dans les archives municipales24. Assurément, le procès-verbal de 1437 suggère qu’à cette date le compte rendu du serment de Louis III survivait, mais il ne mentionne les preuves des solennités passées qu’en termes généraux. Pour la confirmation due par Louis II, devenu adulte, une seconde explication se propose. Les syndics de Marseille allèrent quérir le serment du roi, en 139925. Le procédé ne répondait pas in extenso à la promesse de 1385, mais il put suffire.

  • 26 AM de Marseille, AA 73.
  • 27 Ibid., AA 5, fo 157bis ro-vo (Charles VIII) et fo 247 vo-248 vo (Henri II).
  • 28 Ruffi A. et L.-A. de, Histoire…, op. cit., t. I, p. 470.

23Les instances faites à René prolongeaient une institution incontestablement solide. Aussi la cérémonie de 1437 se muait-elle à son tour en relais. L’opiniâtreté manifestée en la circonstance se confirmait a posteriori. Charles III succédait à René, son oncle, le 10 juillet 1480. Il se pliait au serment dès le 28 du mois26. Sa précipitation trouvait un mobile dans la crainte qu’inspirait la concurrence de René II, duc de Lorraine. Quoi qu’il en soit, la cérémonie du 28 juillet répondait à une attente évidente des sujets. Longtemps, des rois de France s’astreignirent encore au serment en faveur de la cité27. Louis XIII, venu à Marseille, reprenait d’assez près les vieilles pratiques. S’il bénéficiait d’abord des assurances de fidélité de l’un des consuls, il acceptait alors de jurer « à l’exemple de ses prédécesseurs » de conserver à la ville ses conventions et privilèges28.

  • 29 Annexe, § 2.
  • 30 Bourrilly V.-L. et Busquet R., « Le Moyen Âge… », op. cit., p. 443.

24La diligence de la municipalité, pour préserver le système légué par Charles Ier, ne se manifestait pas qu’à la réception d’un nouveau prince. Si sa visite tardait, la cité veillait à ce que ses devoirs ne tombassent pas dans l’oubli ou dans une sorte de prescription. Lors de l’échange des serments de 1437, elle soumettait au roi la « promesse faite par la sérénissime dame Isabelle, reine de Jérusalem et de Sicile, duchesse, marquise et comtesse des susdits duchés et comtés, son épouse, le jour avant qu’elle ne se transférât vers les contrées napolitaines, comme son lieutenant, ainsi que le constate le document public reçu par moi Raimond Bidaud et par d’autres notaires et secrétaires29 ». Durant sa captivité, René avait en effet préposé Isabelle au gouvernement de ses États, comme lieutenant général, le 4 juin 1435. Elle parvenait en Provence vers le 25, et partait de Marseille pour l’Italie au tout début d’octobre30. Au passage, elle avait dû s’engager pour son époux. Elle avait manifestement garanti qu’il se plierait aux contraintes des Chapitres de paix, à sa première visite.

  • 31 AM de Marseille, AA 72 (acte original) ; Pécout Th., « Marseille… », op. cit., no 35, p. 217-221 ( (...)
  • 32 AM de Marseille, AA 76.

25L’attribution d’un serment fictif à Louis Ier, par le procès-verbal de 1437, pourrait provenir de l’interprétation abusive d’une promesse du même genre, obtenue de ce prince ou d’un délégué. Les Marseillais s’étaient arrogé un droit à la vigilance avec Jeanne Ire. Celle-ci n’avait prêté serment dans la ville que le 29 janvier 1348, lors de son unique voyage en Provence, quand elle régnait depuis janvier 134331. En décembre de cette année, la municipalité de la cité vicomtale s’affairait pour dépêcher une ambassade à Naples. Les démarches de 1343-1344 se consignèrent sur un rouleau de sept peaux, soit de 3,7 mètres, couvert d’une belle écriture serrée32.

26En substance, les envoyés accordaient « par grâce spéciale » un sursis de dix ans, au plus, pour procéder aux célébrations requises dans Marseille. Un délai supplémentaire ne s’obtiendrait du conseil général de la ville basse, expressément sollicité par la reine, que pour un « juste empêchement ». Par ailleurs, si l’époux de Jeanne, André, recevait le gouvernement de la Provence, son autorité ne s’imposerait qu’après qu’il aurait juré dans la cité. Pour l’heure, les ambassadeurs recueillaient un serment provisoire de Jeanne.

  • 33 Pécout Th., « Marseille… », op. cit., p. 215.

27La ville basse réagissait, par sa démarche, à une tentative contre laquelle elle protestait énergiquement. Selon des dispositions d’octobre 1343, la reine avait cru se décharger de son devoir sur des représentants33. Le sénéchal de Provence, Raimond des Baux comte d’Avellino, accompagné de Guillaume de Sabran, comte d’Ariano, et du chevalier Pierre de Cadenet, régent de la Cour du vicariat, avait pénétré la salle du conseil général « en silence et dans l’ignorance dudit conseil de Marseille ou sans sa participation ». Il avait juré là pour la reine. Les Marseillais décrivaient la tentative comme un attentat inouï contre leurs libertés. Le refus d’un truchement restait d’actualité avec René, puisque son épouse ne le remplaçait pas, mais rassurait seulement sur ses intentions. Sans ce niveau d’exigence de la communauté, l’idée d’une convention avec le comte et roi se serait émoussée.

28Sa préservation suscitait un effort décidément multiple et réitéré. La construction d’une mémoire intégrait l’entreprise. Une belle série de sources, sur le rapport contractuel inspiré des Chapitres de paix, subsiste dans les archives de la cité. Il y a là le vestige d’une volonté durable. Les analyses qui précèdent ont dévoilé cette accumulation obstinée d’actes utiles. La municipalité se montait même plus diligente que le prince ou son administration.

  • 34 Annexe, § 11.
  • 35 Ibid., § 13-14.
  • 36 Ibid., tableau de la tradition, en note.
  • 37 Ruffi A. de, Histoire de la ville de Marseille, Marseille, 1642, p. 122, 128-129, 135, 137, 140, 1 (...)

29L’université de la ville basse demandait, en 1288, des instruments publics constatant le serment de Charles II. Celui-ci y consentait et promettait d’ajouter son sceau ; mais il n’exigeait pour lui aucun écrit qui rapportât la cérémonie. Quant à l’échange des serments de 1348, entre Jeanne Ire et Marseille, les syndics de la communauté requéraient un vidimus, en 1371, du juge du Palais de la ville. La copie faisait intervenir jusqu’à six notaires, et elle recevait le sceau de la juridiction royale. Marseille tenait toujours le premier rôle pour garder l’empreinte du 15 décembre 1437. Afin de dresser les procès-verbaux de l’événement, on désignait un secrétaire du roi et deux notaires de la ville, Aventuron Rodet et Raimond Bidaud34. Ce dernier, après rédaction d’un compte rendu original, assurément pour la municipalité, lui délivrait une copie authentique « sur ordre des syndics de la susdite cité35 ». L’ampliation recevait une analyse suivie d’une cote dès le Moyen Âge, sans doute du vivant de René, pour un archivage plus efficace36. La seconde transcription connue de l’acte s’insérait dans le Livre noir, l’un des grands cartulaires de la cité. L’entretien du souvenir trouvait un écho jusqu’au XVIIe siècle chez les Ruffi, comme historiens de Marseille. Ils relevaient pour la période médiévale, comme faits d’importance, les pactes avec les princes et leurs serments37. Autant de constance, pour maintenir ces mises en scène puis en perpétuer la marque, impliquait la haute valeur qui leur était reconnue.

Une expression d’autonomie

  • 38 Statuta civitatis Massilie, lib. VI, cap. 29, éd. R. Pernoud, Les statuts municipaux de Marseille, (...)

30Marseille paraissait jouir de la bienveillance spéciale des comtes et rois. En tout cas, elle entretenait un dialogue direct avec eux, par-dessus les officiers de Provence. Dans ce cadre, les traités avec Charles Ier importaient pour les franchises qu’ils contenaient ; mais ils ouvraient plus largement la voie du rapport privilégié avec le prince. Leur esprit supposé imprégnait l’entière relation avec lui et son administration, comme la marche de tout le gouvernement urbain38.

31Si la répétition des serments prévenait la surannation des Chapitres de paix, elle justifiait toute l’autonomie marseillaise et symbolisait les conceptions idéologiques qui la sous-tendaient. Une occasion sans pareil s’ouvrait pour les rappeler au monarque et jusqu’aux citoyens. Là se situait l’apport certain du rituel. Sans doute fournissait-il des titres plus d’apparence que de fond à la communauté. Il célébrait sa solidité et sa permanence, qui la qualifiaient pour une entente bilatérale avec ses maîtres.

  • 39 Jean de Meun, Roman de la Rose, vers 6732, éd. D. Poirion, Paris, 1974, p. 204.

32Selon Jean de Meun, Charles Ier avait dompté l’orgueil de Marseille39. Sa politique effective se révélait plus nuancée. Les habitants de la ville basse continuaient de former une entité, sous le nom d’université. Les paix de 1257 et de 1262 en reconnaissaient le maintien. Il est exact qu’elles considéraient plus volontiers les Marseillais comme une somme de particuliers. La prescription de 1257, qui imposait les serments au comte, prévoyait que les citoyens jureraient à titre individuel. Elle négligeait l’ensemble qu’ils composaient. Les cérémonies ultérieures, qui reprenaient la disposition, n’y trouvaient pourtant aucun obstacle à la manifestation d’une personnalité collective. Les conventions accordées par Charles Ier participaient, en fait, à sa survie et ouvraient vers son nouvel épanouissement. L’échange des serments, par les manifestations de cohésion qu’il entraînait, impliquait le premier ces conséquences. De là, un redressement symbolique de l’identité marseillaise se dessinait vite dans le dialogue figuré entre le prince et ses sujets.

  • 40 Kiesewetter A., « Karl II. von Anjou, Marseille und Neapel », Bonnot I. (dir.), Marseille et ses r (...)
  • 41 AM de Marseille, AA 71.

33Ce n’était pas encore le cas au 7 février 1285. Le sénéchal obtenait alors un serment de fidélité prêté par 92 notables, mais en nom propre40. Ils appartenaient sans aucun doute au conseil général de la cité vicomtale. Pour s’en assurer, il n’est que de voir comment le conseil de la ville supérieure, de la prévôté et de l’œuvre du siège de Marseille jurait le lendemain41. La représentation du corps des citoyens restait néanmoins tacite pour la plus puissante ville basse. L’administration procédait toutefois dans l’urgence et la crainte après la mort de Charles Ier, voilée dans l’acte du 7 février, alors que l’héritier du trône se trouvait captif.

  • 42 Boyer J.-P., « Entre soumission au prince et consentement : le rituel d’échange des serments à Mar (...)

34En 1288, Charles II adressait son serment à « tout le conseil général » et à « l’université de tous les hommes et de chacun de cette cité [vicomtale] ». L’égard envers la communauté s’opposait à la pratique de 1285. Il trouvait pourtant une même explication dans un contexte difficile. Il favorisait, cette fois, le retour au premier plan d’une personnalité urbaine impatiente de se manifester. Elle atteignait une pleine rénovation. Aussi s’exprimait-elle avec autant de fermeté sous une monarchie restaurée, lors de l’échange des serments du 18 juillet 1309 entre la ville basse et Robert. Il considérait, au vrai, l’entité marseillaise comme une donnée de sa politique. Il jurait pour répondre aux « instances de toute l’université ». En contrepartie, « certains du conseil » juraient ensuite dans ses mains. Puis, il demandait aux citoyens réunis un geste d’ensemble, savoir « qu’ils levassent leur main droite en signe du serment de fidélité42 ».

35L’apparat de 1309 devenait le prototype des cérémonies ultérieures. La manifestation et la reconnaissance de la personnalité marseillaise s’ancraient dans des gestes et des mots largement affranchis de la conjoncture. Ils ne différaient plus que sur la marge. En 1344, Jeanne Ire précédait son serment provisoire aux envoyés de la ville basse du souhait que, de leur côté, les « hommes et la commune et le conseil de ladite cité de Marseille » persistassent dans leur dévouement. La résurrection du terme de commune dérivait du texte des traités passés avec Charles Ier ou venait de la proximité géographique entre cour napolitaine et Italie communale. Fugace, la parole s’accordait, cependant, avec une fierté retrouvée.

  • 43 Annexe, § 9.
  • 44 Bourrilly V.-L., « Marseille. La vie et les institutions municipales », Masson P. (dir.), Les Bouc (...)

36Encore un peu avivée avec Jeanne, l’identité marseillaise ne baissait plus guère en intensité lors des serments échangés en 1385 et en 1437. Au lieu d’une fraction du conseil, comme en 1309, ou des syndics unis à des conseillers, comme en 1348, les seuls syndics juraient pour la communauté. Leur intervention, plus compacte, incarnait davantage encore la cohésion de la ville. Pour autant, les hommes présents ne manquaient pas d’approuver, ainsi qu’il était devenu d’usage, en levant la main droite43. Les simples citoyens n’apparaissaient plus en 1480. À l’échange des serments avec Charles III n’intervenaient que l’assesseur et les trois consuls de l’université. Il s’agissait du groupe dirigeant de la ville. Elle avait impétré, en 1475, la substitution aux syndics de consuls. Ils renouaient, en apparence, avec la gloire de la commune. Si la cérémonie de 1480 trahissait une évolution oligarchique, elle véhiculait à un haut degré le sens de soi qui habitait toujours la cité44.

37Objet constant de satisfaction pour les Marseillais, le cérémonial décidé par leur vainqueur perdait la flétrissure des revers subis. En 1288, il n’y avait pas claire mention des défaites supportées ; mais un exposé fourni rappelait encore les « divers problèmes et discordes » qui avaient opposé Charles Ier à la ville basse. Puis, l’évocation des querelles éteintes devenait allusive, à une modeste exception. Le texte préparé par le conseil général de la cité vicomtale en 1343, pour modèle de serment provisoire soumis à Jeanne, parlait en passant de « désaccords et guerres ». Le souvenir de ce passé difficile se réduisait à l’ordinaire, depuis Robert, à la référence indispensable aux Chapitres de paix.

38Ils ne se retenaient guère que comme une distinction. Des fragments du traité de 1257 se reprenaient avec satisfaction dès le serment de Charles II. Ils enseignaient que Charles Ier avait maintenu la ville basse comme un sujet de droit et presque comme un partenaire. Consolidant la démonstration, le corpus de morceaux choisis, comme il se lisait en 1437, s’était vite fixé. Le procès-verbal des serments échangés avec Robert recopiait déjà le chapitre 61 et une même partie du chapitre 62. Pour la venue de Jeanne Ire, en 1348, s’ajoutait l’extrait du chapitre 63. Il confirmait surtout l’engagement effectif de Charles Ier, à l’avantage de Marseille. Le spicilège présenté à la reine figurait un faîte dans le statut recouvré par la communauté urbaine. Son exacte reproduction, en 1385 et 1437, certifiait que la cité maintenait son rang sous la seconde dynastie angevine.

  • 45 Annexe, § 8.
  • 46 Journal de Jean Le Fèvre, évêque de Chartres, chancelier des rois de Sicile Louis I et Louis II d’ (...)

39Les cérémonies tournaient à la gloire de Marseille par tous leurs aspects. Le roi donnait évidemment le spectacle de sa majesté. Cette démonstration atteignait un sommet avec Robert. De son trône, il gratifiait les Marseillais « de nombreuses paroles très choisies et très saintes ». Il annonçait ensuite vouloir « imiter les traces sacrées des très sacrés princes » ses père et grand-père. Marie de Blois et Louis II puis René se proposaient de suivre leurs prédécesseurs, en employant les mêmes mots pour les sacraliser45. Selon le témoignage du chancelier Jean Le Fèvre, pour 1385, il n’y avait plus de sermon du monarque comme avec Robert, mais le discours d’un porte-parole ne manquait pas. Prononcé pour Louis II, il reflétait la sagesse du régime. Il expliquait qu’un noble prince désirait des sujets loyaux et que le peuple souhaitait un noble seigneur46. Comme on le vérifie par cette convergence, l’éminence du roi n’humiliait pas la ville. Elle accentuait l’estime singulière dont il la décorait.

  • 47 Annexe, § 12.

40Son attention se complétait par la qualité de la cour qui l’accompagnait. Plusieurs de ses membres, dont des personnages prestigieux, comptaient parmi les témoins des actes passés avec les Marseillais. Dans celui de 1437, la série s’ouvrait par un ensemble de « magnifiques, glorieux et nobles hommes ». Il y avait des noms fameux tels Giorgio d’Alemagna, Bertrand de Beauvau et Charles de Poitiers, le gouverneur de Provence. Leur succédait un groupe de fidèles. Des administrateurs de quelque relief pour la Provence se remarquaient surtout – entendu que s’ajoutaient des « conseillers royaux » non autrement spécifiés. Des notables marseillais concluaient une répartition, selon les témoins nommés, en trois catégories plutôt équilibrées. Ils se trouvaient admis aux côtés de serviteurs importants du monarque, voire portés au voisinage de ses intimes. Au reste, les genres se recoupaient. Un Antoine Hermentier, originaire de Marseille, relevait des proches du roi. Melchion de Vachières appartenait manifestement à l’élite marseillaise, comme au milieu des officiers provençaux d’un certain poids. La place insigne qui revenait à la ville et à ses principaux citoyens, au sein des États angevins, se voyait entérinée47.

41Dans le même but, une habile interprétation des anciens traités se découvrait pendant le règne de Jeanne. En 1257, derechef en 1262, les citoyens de la ville basse avaient remis au comte de Provence et à son épouse la seigneurie du lieu, soit les « dominium et seignoriam et dominationem […] civitatis vicecomitalis Massilie ». Cette disposition inspirait une nouvelle titulature pour le monarque, en tant que maître de la ville. Elle s’utilisait en 1343-1344, quand se demandait et s’obtenait le serment provisoire de Jeanne. Elle était déclarée héritière de « notre seigneur d’excellente mémoire le seigneur Robert, par la grâce de Dieu roi des royaumes et comte des comtés susdits, et seigneur de la cité vicomtale de Marseille (dominus civitatis vicecomitalis Massilie) ». Jeanne recevait pareillement les dignités de « reine de Jérusalem et de Sicile et comtesse de Provence et de Forcalquier et […] principale et unique dame de cette cité de Marseille (principalis et singularis domina hujus civitatis Massilie) ». La désignation de « dame de la cité de Marseille » se maintenait en 1348, quand les serments s’échangeaient directement entre la reine et la ville.

  • 48 AM de Marseille, AA 73, fo 5 ro-6 ro du cahier contenant la copie du serment de René (acte du 28 j (...)

42La formule survivait en 1385. Elle s’appliquait encore à Jeanne, lors du serment de Louis II et de sa mère. En revanche, ces derniers ne se nommaient pas seigneurs de Marseille. René ne portait pas davantage le titre en 1437. Le concept avait-il profité des faiblesses de Jeanne ? Il s’estompait, mais sans s’oublier. Il apparaissait, en 1445 ou 1446, lors d’un serment prêté à la ville par les officiers majeurs de Provence48. À cette occasion, la longue titulature de René s’achevait par la précision : « Et seigneur de cette cité de Marseille. » Charles III, à son tour, était reconnu comte de la Provence et de ses terres adjacentes, mais de façon distincte « seigneur vrai, droit, légitime, naturel et supérieur » de Marseille et de son district, lors de sa réception au 28 juillet 1480. Le principe d’une seigneurie particulière révélait la profondeur de l’individualité marseillaise. Il illustrait son regain durable, mais s’entait également sur son passé sans solution de continuité très sensible.

  • 49 Bourrilly V.-L., Essai…, op. cit., no 36, p. 384.
  • 50 Boyer J.-P., « Prêcher Marseille. Paroles franciscaines à l’aube du XIVe siècle », Boyer J.-P. et (...)

43Raimond Bérenger V imposait, en 1243, à la cité vicomtale de Marseille de se déclarer « en Provence et dans le comté de Provence49 ». L’aveu contraint dénonçait un sens extraordinaire de la différence. La victoire de Charles Ier n’abolissait pas ce sentiment. Il s’était en tout cas redressé au début du XIVe siècle, même si désormais cette singularité se nuançait. Comme l’indiquait le conseil général de la ville basse, il existait une « nation de Marseille ». Elle s’apparentait à une nation de Provence, mais sans l’intégrer. Des saintetés civiques et jusqu’à l’étendard de saint Victor, qui menait les citoyens au combat, cristallisaient la fierté urbaine50.

  • 51 Arch. dép. des Bouches-du-Rhône (désormais ADBdR), B 489.
  • 52 AM d’Aix-en-Provence, AA I, fo 106 ro-109 vo ; Bourrilly V.-L. et Busquet R., « Le Moyen Âge… », o (...)

44Robert reconnaissait, en 1331, une dimension institutionnelle à ce particularisme quand il demandait, en faveur de ses petites-filles et héritières Jeanne et Marie, hommages et serments de fidélité. Dans ses instructions, il distinguait les sujets des comtés de Provence et de Forcalquier d’autres « qui sont gouvernés sous ces comtés et avec eux », dont la communauté de la cité vicomtale de Marseille51. Le roi esquissait, sans la nommer, la future catégorie des « terres adjacentes », dites encore « exceptées » ou « de l’empire ». Elles paraissaient au grand jour avec le plein essor des assemblées d’États52.

  • 53 Pour Marseille, voir par exemple AM de Marseille, BB 28, fo 123 ro-vo ; et BB 30, fo 172 vo-173 ro(...)

45Elles ne députaient pas à ces réunions où elles n’adressaient, éventuellement, que des ambassadeurs53.

46Marseille ne se voyait pas seulement reconnue parmi les terres adjacentes. Cette position favorisait sa prétention à un statut d’une exception radicale. La ville en formulait volontiers le principe, à la façon du conseil général du 22 février 1358 (n. st.) devant un ambassadeur génois. Ce dernier en appelait aux traités entre sa commune et les comtes de Provence. Il s’entendait rétorquer :

  • 54 Universitas Massilie ad observandum dictas convenciones factas per dominos nostros sancte memorie (...)

« L’université de Marseille n’est ni obligée ni contrainte à observer lesdites conventions établies par nos seigneurs de sainte mémoire, en tant que retranchée des autres terres et lieux des comtés de Provence et de Forcalquier comme privilégiée et liée par convention par les Chapitres et par les libertés plus que les autres terres et lieux soumis à l’autorité de notre illustrissime dame, la reine de Jérusalem et de Sicile54. »

  • 55 Juxta privilegia et capitula civitatis, civitas Massilie non tenetur mandare ad generalia consilia (...)

47Le raisonnement ne tranchait pas sur celui opposé, en 1401, à une convocation aux États adressée par le vice-roi, Charles prince de Tarente : « Selon les privilèges et les Chapitres de la cité, Marseille n’est pas tenue de déléguer aux conseils généraux [du pays] à célébrer, comme son excellence ne l’ignore pas55. » En clair, la ville dépendait du monarque par un lien qui lui était unique, comme il justifiait seul cette sujétion. Il consistait dans ces Chapitres que rappelaient les délibérations municipales, savoir les traités de 1257 et de 1262, et dans les cérémonies qui les reconduisaient.

  • 56 Lesage G., Marseille…, op. cit., p. 66 ; Kiesewetter A., « Karl II…. », op. cit., p. 74 ; Maurel C (...)
  • 57 Statuta civitatis Massilie, lib. I, cap. 1-2 bis, 7 et 12, op. cit., p. 1-12, 17-19 et 26.

48Si Marseille se rattachait à la Provence par une conjonction de sa volonté avec celle du prince, il devenait logique qu’elle espérât des assurances de qui l’administrerait. Charles Ier promettait, dans les privilèges de 1257, que chaque viguier de la ville jurerait d’en respecter le contenu, à son entrée en fonction. En 1262, il ajoutait que tout nouveau sénéchal jurerait de même d’observer les deux paix, de 1257 et de 1262. Comme il apparaît dans les sources depuis la première moitié du XIVe siècle, le pouvoir municipal se révélait fort soucieux d’obtenir le serment du sénéchal comme du viguier. Les subalternes de ce dernier juraient aussi de se bien conduire56. Pour les officiers institués à Marseille, l’exigence du serment continuait une obligation des statuts communaux57. Elle remémorait quelque chose d’une tradition de liberté.

  • 58 Annexe, § 8.

49Les serments des viguiers, en tout cas, et ceux des sénéchaux convergeaient pour proclamer l’autonomie effective de la ville. Leur mention explicite, dans l’engagement du prince, le complétait en certifiant ses effets. Charles II, après son serment, prescrivait au sénéchal, au viguier et à ses subordonnés de respecter les Chapitres de paix, en vertu de leur propre serment. Robert ne manifestait plus cette extrême complaisance envers les Marseillais, lors de la cérémonie de 1309. Le procès-verbal ne citait que le serment du viguier. Davantage ne revenait qu’avec la seconde dynastie angevine. Louis II et sa mère juraient de « faire tenir et observer inviolablement par tous leurs officiers des susdits comtés [de Provence et de Forcalquier] et de la susdite cité » les conventions avec Charles Ier et les diverses franchises du lieu. René reprenait cette déclaration58.

  • 59 « Quia, juxta formam sacramentalis per vestram majestatem jurati, dominus judex major Provincie, m (...)

50Si elle ne recouvrait pas la netteté de Charles II, elle illustrait les égards dus par l’administration au grand port, serments compris. Elle sous-entendait ces derniers. Elle s’imposait dans une certaine coïncidence avec leur extension. Louis II octroyait qu’en plus du sénéchal ses principaux auxiliaires viendraient jurer dans la ville en début de charge, savoir le juge majeur, celui des premiers appels, les maîtres-rationaux, les avocats et procureurs fiscaux, et « le reste des officiers majeurs de Provence ». Le roi confirmait à ce propos, le 27 août 1399, un précédent serment de sa part, non mieux précisé59.

51La faveur se concrétisait plus ou moins, puisque les hauts fonctionnaires de Provence juraient devant le conseil général de la ville au 28 janvier 1445 ou, plus sûrement, 1446. Le chancelier, le juge majeur et des seconds appels et le juge des premiers appels et des nullités se joignaient au sénéchal. Ils résumaient le gouvernement du pays. Ils admettaient imiter leurs prédécesseurs.

52Or, leurs serments se déclaraient également conformes aux garanties données par René, sur les franchises marseillaises, pendant la cérémonie du 15 décembre 1437. Les syndics de la cité faisaient copier par la suite sur un même cahier les comptes rendus des deux évènements, l’échange des serments avec le roi puis les serments des officiers. Ils entraient en synergie pour entretenir l’autonomie de la ville, sous le rapport du droit et de l’image.

53La personnalité et l’individualité marseillaises se stabilisaient dans une forme de maturité avec les Anjou-Valois. Elles avaient cependant atteint ce degré au travers de modifications ou de fluctuations subtiles. Depuis les origines, les cérémonies s’imitaient l’une après l’autre, pour ne connaître qu’une lente évolution. C’était l’effet d’une émancipation vite recouvrée, mais autant un indice des bornes connues.

Une convergence

  • 60 Journal de Jean Le Fèvre …, op. cit., p. 156.

54Le récit du chancelier Jean Le Fèvre découvre l’arrière-plan des serments échangés par Marie de Blois et son fils avec Marseille. Il explique que, la veille de la célébration, le conseil royal eut lecture des « instrumens des juremens » de Charles Ier, de Charles II, de Robert et de Jeanne60.

55Les actes antérieurs ne se citaient pas seulement dans les procès-verbaux qui se dressaient après coup. Ils se scrutaient au préalable. Rien n’aboutissait sans la coopération du prince. Il ne subissait pas dans la passivité les exigences des Marseillais, même quand il cherchait par nécessité à leur complaire, comme il allait de soi en 1385. L’exemple de René, au 15 décembre 1437, illustre pareillement le contrôle qu’il conservait sur la cérémonie et sur sa signification, malgré les difficultés. Après tout, il n’ajoutait aucune faveur à ce qu’avaient déjà accordé Louis II et sa mère, pas même quelque satisfaction de plus à l’amour-propre de la cité.

  • 61 Boyer J.-P., « Aux origines du pays. Le roi Robert et les hommages de 1331 en Provence », Cleyet-M (...)
  • 62 ADBdR, B 755, fo 32 ro-33 ro.

56La stabilité relative du cérémonial représentait une frontière. En retour, il devenait une ligne de résistance pour la communauté ; mais sur laquelle il lui fallait lutter. Elle s’accrochait donc aux détails, ainsi pour le serment dû au roi. Dès Charles Ier, un peu comme les Marseillais, tous les sujets directs du monarque se trouvaient astreints à jurer fidélité. L’usage prenait une nouvelle dimension au XIVe siècle. Robert généralisait, depuis le début de son règne, l’hommage lige prêté par les délégués des universités sous sa dépendance immédiate61. Lors d’une première campagne de réception de ces hommages, en 1309, le sénéchal rencontrait le conseil général de la ville basse de Marseille le 5 juin, environ un mois avant la venue du roi. Or, les conseillers se bornaient au serment de fidélité, ce que le sénéchal acceptait62.

  • 63 AM de Marseille, BB 12, fo 76 ro et 77 ro-78 vo.
  • 64 Paiement d’étoffe de Malines, pro nobis dictis sindicis induendis propter sacramentum fi delitatis (...)

57Le refus de se fondre dans le modèle provençal se dévoilait derechef en 1320, lorsque Robert demandait aux Marseillais l’hommage lige pour son fils, Charles de Calabre. Le conseil général s’inquiétait d’une éventuelle entorse aux Chapitres de paix. L’issue de la question demeure inconnue63. Mais en 1399, quand Louis II récoltait les hommages des universités, Marseille n’envoyait lui porter qu’un « serment de fidélité », contre celui du roi d’observer les privilèges64. L’échange des serments ne fusionnait qu’en 1480 avec la pratique ordinaire de la contrée, lorsque les représentants de la ville se pliaient à l’hommage lige au profit de Charles III.

  • 65 Pour le contexte général, voir Reynaud M.-R., Le temps des princes…, op. cit., p. 84-92.

58En bref, Marseille maintenait longtemps l’écart avec les autres universités. Elle le creusait même, sur le plan de la forme. Elle combattait le nivellement de ses franchises par le prince. Elle ne craignait pas que leur éventuelle diminution. Elle résistait plutôt devant l’assimilation au reste du pays, quand des libertés comparables aux siennes s’étendaient65.

  • 66 AM d’Aix-en-Provence, AA I, fo 106 ro-109 vo ; Papon J.-P., Histoire générale de Provence, t. III, (...)
  • 67 Hébert M., Regeste…, op. cit., p. 140-145.
  • 68 Rostan L., Cartulaire municipal de Saint-Maximin, suivi de documents puisés dans les archives muni (...)

59Les hommages liges réclamés aux universités appuyaient leur affirmation, comme ils représentaient une espèce de dialogue avec le prince. Sur ce plan, il y avait surtout le succès des assemblées représentatives. Il atteignait un sommet avec les serments aux États de Provence. Jeanne Ire entamait la série. Elle se résolvait, en 1348, à un serment réciproque avec une assemblée surtout de barons, mais qui comptait aussi les représentants d’Aix et qui prétendait parler pour les universités du pays. De son côté, Jeanne jurait en fait à deux reprises, pour corroborer ses différentes concessions66. Comme tutrice de Louis II, Marie de Blois allait plus loin. Elle appuyait ses promesses aux États de Provence d’un serment, mais assurait encore qu’à chaque succession le nouveau maître du pays agirait de même67. La reine jurait également de respecter les pactes conclus avec nombre de communautés, contre leur hommage. Elle pouvait garantir un autre serment de son fils, à l’âge adulte. Pour certains lieux, comme Arles et Forcalquier, elle faisait du serment une obligation de chaque nouveau prince68.

  • 69 Hébert M., Regeste…, op. cit., p. 415-431.

60La suite de ces innovations attend une étude systématique. Le serment au profit des États tardait à se répéter. Néanmoins, Charles III jurait devant l’assemblée d’Aix, de novembre 1480. Les recommandations qu’il faisait en sus à ses officiers puis l’hommage lige, qu’il recevait, finissaient de donner à l’événement une parenté avec les cérémonies marseillaises69. Elles allaient décidément dans l’air du temps.

  • 70 Ibid., p. 144, § 12.
  • 71 Rostan L., Cartulaire…, op. cit., p. 112, § 16.
  • 72 Gouiran G. et Hébert M., Le livre Potentia…, op. cit., no 28, § 25a-c, p. 282-283.
  • 73 Giraud C., Essai sur l’histoire du droit français au Moyen Âge, t. II, Paris, 1846, p. 53.
  • 74 Laplane É. de, Histoire de Sisteron tirée de ses archives, t. I, Digne, 1843, no 30, p. 536-537 ; (...)

61Le serment des officiers l’atteste le mieux. Marie de Blois prescrivait à tout nouveau sénéchal de jurer dans les mains de délégués des États70. La reine pouvait même astreindre les officiers supérieurs d’Aix, pour leur entrée en charge, à jurer de respecter les privilèges dont elle gratifiait une université71. L’application de ces promesses reste ignorée. Le serment du sénéchal en faveur des États n’eut, semble-t-il, pas de suite. En termes flous mais amples, René concédait pourtant aux États de 1437 que tous les officiers « majeurs et mineurs » jurassent d’observer les franchises « de la présente patrie », avant d’exercer leurs fonctions72. Pour sa part, le serment aux pouvoirs municipaux des officiers locaux de l’administration royale devenait une institution. Ces agents juraient en public, en début d’activité, selon une disposition de 1304. Elle précisait que ledit serment ne s’adressait pas aux universités73. Des communautés recevaient cependant dès le règne de Jeanne le serment d’officiers. Les concessions de Marie de Blois répandaient certainement le privilège. Elles l’entérinaient74.

62La diffusion de libertés homogènes, dans le système angevin, ne menaçait pas celles de Marseille, mais les protégeait. Néanmoins, elle ne servait pas la gloire de la cité. L’uniformité appuyait, par ailleurs, une mise en ordre du pays par l’administration centrale. Reconnaître la société des sujets mais l’agréger au prince servait, sous certains rapports, une rénovation de l’autorité souveraine, au cœur même de temps difficiles. Les réticences marseillaises devant l’intégration à l’ensemble provençal s’expliquent le mieux sous cet angle, mais leur vanité n’échappe pas.

  • 75 Hébert M., Regeste…, op. cit., p. 325, 333 (§ 25a-b) et 335-336.

63Par la représentation, un champ immense s’ouvrait à la fiscalité avec l’extraordinaire. À cet égard, il importait de compter comme Marseille parmi les terres adjacentes. Les décisions des États ne les contraignaient pas. Elles supportaient pourtant leur pression. Au final, les exigences pécuniaires du prince ne les épargnaient guère davantage. De la sorte, en 1435, Isabelle de Lorraine obtenait un subside d’une assemblée réunie à Aix. Marseille contribuait séparément, mais donnait75. Sans doute versait-elle moins. Elle supportait assez les projets italiens de ses maîtres et se relevait à peine du sac de 1423.

  • 76 Hébert M., « Le théâtre de l’État : rites et discours dans les assemblées provençales de la fin du (...)

64L’impôt n’entrait pas seul en jeu. Par toutes les formes du dialogue, le monarque ancrait dans le droit et dans les esprits sa prééminence. Les États de Provence manifestaient la concorde autour de son trône. Ils offraient, entre leurs principaux aspects, un « théâtre de majesté76 ». Tel était, depuis l’origine, le fondement des cérémonies marseillaises d’échange des serments. Intégrées à des reconnaissances générales de la souveraineté, elles justifiaient moins leurs contreparties : l’autonomie d’exception revendiquée par la cité, sa capacité à traiter pour son compte avec l’autorité monarchique. Sa perte de prestige, par la trivialité des prétentions, contribuait évidemment à ce résultat.

  • 77 Gouiran G. et Hébert M., Le livre Potentia…, op. cit., no 28, p. 274-301 ; Hébert M., Regeste…, op (...)
  • 78 Bourrilly V.-L. et Busquet R., « Le Moyen Âge… », op. cit., p. 443 ; Hébert M., Regeste…, op. cit.(...)

65La ville continuait, certes, de jouir d’une prévenance spéciale. René arrivait en Provence à la fin de novembre 1437. Il présidait, à Aix, l’ouverture des États le 13 décembre. L’assemblée se prolongeait jusque vers Noël, ce qui en suggère l’importance77. Le roi l’abandonnait pourtant à peine entamée, sans plus de manières, puisqu’il paraissait deux jours après l’inauguration devant les Marseillais, et en début de matinée. Ceci supposait un départ d’Aix dès le 14 décembre. Isabelle de Lorraine avait agi de façon assez comparable, quand elle était venue au nom de son époux. Elle entamait le 6 septembre 1435 une session des États, à Aix ; mais elle gagnait bientôt Marseille. Elle s’y trouvait, en tout cas, à la fin du mois78.

  • 79 Bourrilly V.-L. et Busquet R., « Le Moyen Âge… », op. cit., p. 445.
  • 80 Hébert M., Regeste…, op. cit., p. 323-415.

66Ces diligences s’associaient, toutefois, aux manifestations qui se multipliaient pour installer le nouveau monarque. Les communautés portaient leur hommage. Elles devaient le rendre à la reine Isabelle, lors des États de septembre 1435. Ce geste correspondait à la fidélité jurée par les Marseillais, quoi qu’ils crussent. Descendant en Provence, René confirmait les privilèges d’agglomérations qu’il traversait, comme il le faisait enfin pour Marseille quand il y parvenait79. La journée du 15 décembre 1437, qu’il lui réservait, occupait même une place étroite face à des assemblées d’États qui se tenaient à un rythme relativement soutenu sur les débuts de sa domination. Entre 1434 et 1444, elles se réunirent environ 0,7 fois par an (contre une moyenne de 0,36 pour l’ensemble du règne80). La cérémonie de 1437 se diluait dans ces efforts généraux.

  • 81 Annexe, § 12.

67L’empressement témoigné à Marseille supportait, lui-même, des desseins qui la subordonnaient à la grande politique du roi. À la façon de son épouse, René concluait bientôt son séjour marseillais en s’embarquant, le 12 avril 1438, pour rejoindre Naples. Dans l’attente de ce départ imminent, le 15 décembre 1437 symbolisait la mobilisation autour du projet. Trois membres de la noblesse régnicole se remarquaient entre les témoins, dont Giorgio d’Alemagna, le puissant comte de Buccino. La médiocrité des versions retrouvées du procès-verbal ne laisse pas identifier les deux autres hommes à coup sûr, mais l’exemple parle assez81. René offrait à ses compagnons d’armes, spécialement aux Italiens, le tableau du grand port disposé à sa volonté. Il donnait en parallèle, aux Marseillais, le spectacle d’une suite qui inspirait confiance quant au succès de l’expédition.

  • 82 Coulet N., « Marseille ou Aix : les transferts de la capitale comtale », Pécout Th. (dir.), Marsei (...)
  • 83 Robin F., La cour d’Anjou-Provence. La vie artistique sous le règne de René, Paris, 1985, p. 96, d (...)

68Au-delà de l’immédiat, la cérémonie de 1437 s’articulait avec des perspectives plus amples. Marseille constituait le point d’appui à l’ambition italienne des deux dynasties angevines. Avec les Anjou-Valois, son rôle s’élevait encore. Elle représentait plus que jamais un cœur du dispositif politique de la monarchie, et une base assurée. Malgré le paradoxe pour une terre adjacente, la nouvelle dynastie envisageait d’en faire la capitale de Provence. Elle expérimentait cette promotion entre 1383 et 1387, quand Aix menait le parti adverse des Duras. Dépourvu d’un pareil mobile, René tentait derechef, en 1438, d’installer les grands officiers à Marseille. Il renonçait vite à une mesure qui déplaisait au pays82. Quoi qu’il en soit, la ville demeurait un centre de gravité pour son gouvernement. Comme déjà en 1392 et 1399, les États s’y tinrent en 1442, 1470 et 1473, alors que la cité ne siégeait pas en titre à de telles réunions. Pour se convaincre de sa place, il suffit d’examiner encore le réseau des résidences royales. Avec Aix et Tarascon, Marseille en représentait l’un des trois pôles pour René83.

  • 84 Lecoy de La Marche A., Extraits des comptes et mémoriaux du roi René pour servir à l’histoire des (...)
  • 85 Coulet N., Planche A. et Robin F., Le roi René : le prince, le mécène, l’écrivain, le mythe, Aix-e (...)
  • 86 Pour un aperçu, Méry L. et Guindon F., Histoire analytique et chronologique des actes et délibérat (...)
  • 87 Laurent M.-H., Le culte de saint Louis d’Anjou à Marseille au XIVe siècle, Rome, 1954, p. 43, note (...)

69L’importance qu’il lui accordait n’allait pas, cependant, sans un profit évident. Le roi participait au redressement de la cité, après le sac de 1423, à son renforcement ou à son essor. Les gains effectifs ou espérés de sa politique s’imposaient à l’esprit, à commencer par la perspective d’une activité navale revigorée. René contribuait aux « œuvres du port » et faisait dresser la tour qui le mettrait en sécurité84. Ses investissements directs restaient plutôt modestes85. Il comblait en revanche les Marseillais de privilèges86. Le transfert de la capitale se regardait pour l’un d’eux. Comme le disait René, il contribuerait à la protection contre les Aragonais. Il représentait un vieux rêve de la ville qui avait sollicité ce bienfait de Robert dès 133287.

70Au travers des ambiguïtés, une convergence perdurait avec le prince. L’échange des serments se situait dans cette ambivalence. Il soulignait que, si Marseille se rapprochait du sort des autres communautés urbaines, elle restait à leur avant comme un exemple dans les relations avec la seconde maison d’Anjou, y compris avec René.

*

  • 88 Par exemple, Bourrilly V.-L. et Busquet R., « Le Moyen Âge… », op. cit., p. 657-688.

71La cérémonie du 15 décembre 1437 nuance la réputation de René, dans ses rapports avec les Provençaux. La meilleure historiographie le dépeint volontiers sous des traits quelque peu despotiques88. Il se pliait pourtant de bon gré aux obligations nées des Chapitres de paix. Il reproduisait à la lettre la conduite de ses prédécesseurs. L’événement plaide, au minimum, pour la ductilité du personnage devant les nécessités d’un moment. Pour sûr, il s’efforcerait bientôt d’étendre son arbitraire en Provence. La raréfaction des assemblées représentatives, passé 1444, en témoigne. Malgré tout, René ne pourrait jamais faire abstraction d’un milieu, ni se soustraire à son époque.

72Sa réception à Marseille illustrait, au premier chef, les réalités sociales et politiques durables d’une cité remarquable. L’événement enseignait la robustesse de son identité communautaire. Il révélait plus précisément la solidité de son élite, malgré le sac de 1423, et avant que Jacques Cœur ne contribuât tant à la prospérité du port. À l’arrière-plan, la solennité n’en esquissait pas moins une image de la Provence entière. La vigueur de ses universités s’y accordait sur le temps long, depuis Charles Ier, au choix des princes. Ils s’accommodaient ou s’aidaient des pouvoirs intermédiaires, selon une pratique au vrai générale parmi les États en construction.

Annexes

ANNEXE

Échange des serments entre le roi René et l’université de Marseille (15 décembre 1437, Palais royal de Marseille)89

A. Original non retrouvé.

B. Copie authentique, sur cahier de papier de 8 fo (non numérotés), aux fo 1 ro -4 ro ; en bon état ; établie par un substitut du notaire qui avait dressé l’original, avec souscription de ce dernier et titre sans doute de sa main ; donc de peu postérieure à 1437, mais de 1445-1446 au plus tôt90 ; AM de Marseille, AA 7391.

C. Copie d’après l’original, sur registre de parchemin, aux fo 133-134 ; d’écriture médiévale ; en bon état ; AM de Marseille, AA 5 (ou Livre noir).

Indiqué92 : Ruffi A. et L.-A. de, Histoire…, op. cit., t. I, p. 269-270 (ms. C) ; Villeneuve-Bargemont F.-L. de, Histoire de René d’Anjou, roi de Naples, duc de Lorraine et comte de Provence, t. I, Paris, 1825, p. 246 (référence prise chez A. et L.-A. de Ruffi, mais déformée) ; Méry L. et Guindon F., Histoire…, op. cit., p. 350 et 380 (ms. C) ; Bourrilly V.-L. et Busquet R., « Le Moyen Âge… », op. cit., p. 445, note 2 (ms. B) ; Isnard É., Inventaire sommaire chronologique des chartes, lettres patentes, lettres missives et titres divers antérieurs à 1500, Marseille, 1939, p. 143, no 796 (mss B et C) ; Boyer J.-P., « Entre soumission au prince et consentement… », op. cit., p. 208 (ms. B).

Principes d’édition : L’édition suit, en règle générale, la version B. Elle a été collationnée avec C, mais les seules variantes de quelque utilité sont retenues. Les passages pris au traité de 1257 ont été comparés à son édition, sur l’original, par Bourrilly V.-L., Essai…, op. cit., no 45, p. 467-469 (cité Traité de 125793). Les différences sont rares. Insignifiantes à l’ordinaire, elles sont alors négligées. La transcription se conforme aux règles des éditeurs français. L’orthographe classique est adoptée en cas de graphie incertaine. Ce choix s’applique pour les consonnes c ou t, devant i, leur distinction se révélant trop douteuse. Des paragraphes sont numérotés pour faciliter la consultation.

Sacramentale domini nostri regis Renati Jerusalem et Sicilie(a) ac comitis Provincie

1 – In(b) nomine Domini(c) nostri Jhesu Christi ac sancte et individue Trinitatis Patris et Filii et Spiritus Sancti, amen. Anno Incarnationis ejusdem millesimo quadringentesimo tricesimo septimo, die dominica decima quinta mensis decembris, hora tertiarum. 2 – Notum sit cunctis presentibus et futuris quod serenissimus princeps et dominus noster, dominus Renatus Dei gratia Jherusalem et Sicilie(d) rex, Andegavie, Barri et Lothoringie dux ac marchio Pontis, Provincie et Forcalquerii, Cenomanie ac Pedemontis comes, frater et heres recolende memorie domini Ludovici tertii dudum regis ejusdem regni et Andegavie ducis ac comittatuum Provincie et Forcalquerii, Cenomanie ac Pedemontis comittis, habitis pro lectis libertatibus, franquesiis et immunitatibus civitatis Massilie et capitulis pacis ac conventionibus dudum habitis inter illustrem dominum dominum Carolum fi lium regis Francie, felicis recordationis Jerusalem et Sicilie(e) regem, Andegavie ducem94, Provincie et Forcalquerii ac Pedemontis comittem, et dominam Beatricem ejus uxorem, eorumdem comittatuum comittissam, ex una parte et cives civitatis Massilie et ipsam civitatem ex parte altera, de promissione facta per serenissimam dominam Ysabellam Jerusalem et Sicilie(f) reginam, ducissam, marchionissam et comittissam ducatuum et comittatuum predictorum, consortem suam, nudius antequam ad partes Neapolitanas se transferret ut locumtenentem(g) suam, constante publico documento per me Raymundum Bidaudi95 et alios notarios et secretarios sumpto, specialiter et expresse lectis ipsis et publicatis et in vulgari lingua declaratis capitulis infrascriptis inter alia contentis et positis in pace et conventionibus ut ecce96 : 3 – « item(h) quod dictus dominus comes et domina comittissa et successores ejusdem domine comittisse succedentes(i) in comittatu Provincie teneantur prestare juramentum et etiam prestent de observandis omnibus(j) in presenti instrumento contentis tacite vel expresse, et omnes vicarii predicte civitatis qui pro tempore fuerint in dicta civitate in principio sui regiminis jurabunt in dicta civitate observare omnia et singula capitula in hoc instrumento contenta, et post finem sui regiminis remanebunt(k) in dicta civitate per quindecim dies continuos, causa respondendi et juri parendi et satisfaciendi prout debebunt de eis conquerentibus, 4 – item(l) quod(m) dominus comes et domina comittissa ac heredes eorum sint absoluti ab omnibus pactis et conventionibus que et quas ipse dominus Carolus filius regis Francie comes predictus(n) et dicta domina comittissa et dominus Raymundus Berengarii bone memorie et eorum antecessores fecerunt cum universitate et comuni Massilie, salvis et retentis predicte civitati(o) Massilie et hominibus universis et singulis dicte civitatis et etiam aliis hominibus libertatibus, franquesiis et omnibus aliis in hoc instrumento contentis tacite vel expresse, ita quod eis non obstantibus dictus dominus comes et dicta comittissa et heredes eorum succedentes in comittatu Provincie habeant et retineant perpetuo in Massilia et ejus districtu et aliis locis supranominatis supradicta omnia, et inde dictus sindicus nomine dicte universitatis Massilie eos absolvit, ita etiam quod homines(p) habitantes in Massilia et ejus districtu et alibi ultra mare qui sunt vel esse consueverunt sub districtu consulum Massilie jurent super sancta Dei Euvangelia salvare, deff endere et custodire omnia(q) supradicta dicto domino comitti et dicte domine comittisse, et eorum heredibus(r) fi delitatem, et hoc intelligatur de puberibus masculis usque ad septuaginta annos, quandocumque fuerint requisiti, et dictum sacramentum(s) renovetur(t) de quinquenio in quinquenium, et absentes jurent infra quindecim dies postquam venerint(u) Massilie et fuerint requisiti vel dictum erit in parlamento, ita quod occasione hujus sacramenti non teneantur exire Massiliam(v), et in hoc sacramento intelligantur omnia que continentur in sacramento fidelitatis ac si essent ibi expressa97, ita quod propter(w) sacramentum fidelitatis non teneatur civitas Massilie seu homines predicte civitatis universi et singuli aut aliquis vel aliqui ad alia quam(x) in presenti instrumento continentur, 5 – et(y) omnia superius in hoc instrumento contenta ambe partes sibi ad invicem attendere et observare per stipulationem validam(z) solemniter promiserunt per se et suos successores, ita quod dictus dominus comes, lectis et recitatis sibi omnibus supradictis capitulis et eis cum diligentia intellectis, promisit ipsi sindico stipulanti nomine universitatis Massilie et civium singulorum dicte civitatis quod ipse omnes libertates supra ipsi civitati vel civibus de civitate concessas et omnia capitula alia in hoc instrumento contenta facienda (a’) ad utilitatem vel favorem predictorum civium vel aliorum per se et successores suos integre dicte civitati et civibus dicte civitatis perpetuo observare et nullo tempore contra venire, 6 – et incontinenti hec omnia superius contenta tacite seu expresse dictus dominus comes, super sancta Dei Euvangelia ab eo sponte(b’) corporaliter manu tacta, bona fi de attendere et observare juravit, et dictus sindicus similiter juravit nomine dicte universitatis et suo et omnium et singulorum(c’) dicte civitatis, super sancta Dei Euvangelia, predicta omnia attendere et complere et in contrarium non venire(d’) », 7 – quibusquidem(e’) capitulis lectis et vulgarizatis per me Raymundum Bidaudi notarium publicum dicte civitatis Massilie, presentibus nobis tabellionibus publicis et testibus infrascriptis, et per ipsum dominum nostrum regem intellectis et agnitis, habitaque informatione veridica per scripturas auctenticas de juramentis retroactis temporibus prestitis super observantia dictarum libertatum, franquesiarum et immunitatum ac cappitulorum pacis et conventionum predictorum et predictarum tam per illustrissimos reges Jherusalem et Sicilie(f’) et comittes dictorum comittatuum Provincie et Forcalquerii, dominos Carolum primum et secundum et Robertum ejus fi lium, et subsequenter per serenissimam dominam Johannam Jherusalem et Sicilie(g’) reginam et dictorum comittatuum comittissam, neptem dicti domini regis Roberti, necnon et dominorum Ludovici primi avi sui, Ludovici secundi patris sui ac Ludovici tertii ejusdem domini nostri regis Renati fratris, certiffi catusque et plenarie informatus, ipse dominus noster rex, quod ipse est astrictus et tenetur virtute dictorum capitulorum pacis et ad instar ac more predecessorum suorum, qui ut premittitur in dictis comittatibus Provincie et Forcalquerii successerunt, ad requisitionem universitatis(h’) civitatis Massilie corporale juramentum prestare prout continetur in supradictis capitulis pacis et corporali juramento promittere dicte universitati et hominibus dicte civitatis inviolabiliter observare per se et successores suos [et](i’) observari facere per offi ciales suos comittatuum predictorum et dicte civitatis jamdicte pacis capitula, libertates, franquesias et immunitates dicte civitatis, 8 – idcirco(j’), prefatus(k’) dominus noster rex Renatus, ad postulationem, requisitionem et supplicationem nobilium et honorabilium virorum Petri de Sepeta98, Raymundi Blancardi99 et Ysnardi Bayssani100 sindicorum universitatis et dicte civitatis Massilie, ipsa universitate Massilie ad vocem preconis et sonum campane more solito congregata in loco inferius designato in publico parlamento, volentes et cupientes(l’) sacra immitari vestigia sacratissimorum principum predictorum, promisit solemniter et promittendo juravit ad sancta Dei Euvangelia, suis manibus corporaliter tactis, et in libro quem in manibus tenebat dictus Raymundus Bidaudi notarius, sindicis supradictis presentibus, stipulantibus vice et nomine dicte universitatis Massilie, et predicte universitati Massilie ibidem congregate, presenti, stipulanti et recipienti nomine suo et successorum suorum et omium aliorum et singulorum hominum a dicta civitate(m’) Massilie absentium, observare, custodire, attendere et complere omnia pacis capitula et omnes conventiones habitas et habita, inhitas et inhita inter prefatos dominum Carolum primum et dominam Beatrissem conjuges et universitatem Massilie et alias libertates, franquesias et immunitates dicte civitatis ac inviolabiliter teneri et observari facere per omnes suos offi ciales comittatuum predictorum(n’) et civitatis(o’) predicte et prout et sicut ipse(p’) dominus Carolus primus et domina Beatrix conjuges et alii eorum successores predicti in comittatibus supradictis Provincie et Forcalquerii in omnibus et per omnia promiserunt et juraverunt. 9 – Postquam(q’) incontinenti prefatus dominus noster rex Regnatus(r’) requisivit predictam universitatem et sindicos dicte universitatis ibidem presentes et intelligentes et omnes et singulos homines universitatis premisse, ibidem presentes ut premittitur voce preconia et ad sonum campane mandato domini vicarii dicte civitatis, quod facerent sibi sacramenta fi delitatis juxta formam capituli pacis super hoc loquentis et descripti in precedenti publico instrumento, unde, ad requisitionem ipsius domini nostri regis, nobiles et honorabiles viri Petrus de Sepeta, Raymundus Blancardi et Isnardus Bayssani, cives et sindici dicte civitatis, tam eorum propriis nominibus quam vice et nomine dicte universitatis juxta potestatem eis per generale consilium dicte civitatis atributam prout de ipsa potestate constat quodam publico instrumento sumpto manu mei dicti Raymundi Bidaudi notarii sub anno quo supra die quarta decima mensis(s’) decembris(t’) in tertiis, fl exis genibus et capite discoperto, in manibus dicti domini nostri regis Renati recipientis nomine suo et successorum suorum, juraverunt corporaliter ad sancta Dei Euvangelia et sacramenta fidelitatis fecerunt et prestarunt secundum formam capituli pacis supra relati et, quia propter multitudinem hominum dicte civitatis ibidem presentium et existentium in presentia dicte regie magestatis diffi cile valde foret et tediosum quod homines dicte civitatis singulariter inibi facere possent et prestare dictum fi delitatis sacramentum et propterea voluit et concessit ac precepit ipsa regia magestas quod omnes homines(u’) predicte civitatis ibidem existentes et congregati in publico parlamento in signum sacramenti fidelitatis manus(v’) dextras elevent in altum, ad voluntatem et mandatum ipsius domini nostri regis omnes universi et singuli inibi existentes eorum manus dextras illico ellevarunt, dicentes et profitentes se per illam manuum erectionem facere et facere voluisse et fecisse velle predicto domino nostro regi Renato et successoribus suis fidelitatis debite sacramenta secundum continentiam dicte pacis, et nichilominus(w’) prefati sindici et(x’) consiliarii, vice et nomine dicte universitatis, et omnes et singuli homines dicte universitatis ibidem presentes promiserunt et convenerunt predicto domino nostro regi et successoribus suis(y’) servare, attendere et complere omnia, universa et singula dicte pacis capitula et conventiones predictas et omnia et singula que in dictis pacis capitulis continentur fideliter et bona fide. 10 – Insuper prefati sindici, ad omnem habundantem cautelam et conservationem(z’) honoris et fidelitatis debite et jurate dicte universitati et totius universitatis(a’’) civibus(b’’) dicte universitatis ac de mandato expresso dicti generalis consilii dicte civitatis ac vice et nomine totius universitatis(c’’) ibidem existentis, omni eo modo et forma quibus melius de jure potuerunt(d’’) et debuerunt, protestati sunt et fuerunt quod ipsa universitas et ipsi nomine dicte universitatis non intendunt aliqua facere vel fecisse in dampnum et prejudicium dicti domini nostri regis ejusque dominii seu ipsius universitatis Massilie a juramentis hinc retro factis, recedere seu super illis aliquid innovare, sed in illis aut antiqua fi delitate persistere et perseverare(e’’), et hujusmodi protestationi prefatus dominus noster rex annuit et concessit. 11 – Et voluerunt et concesserunt dicti dominus noster rex et sindici, sindicariis nominibus quibus supra, quod de predictis omnibus, tam per magistrum Alanum Quoti101 dictum alias de Boyshery secretarium regium quam per me Raymundum Bidaudi et Aventuronum Rodeti102 notarios et nostrum quemlibet et tam ipsi domino nostro regi quam etiam dicte universitati seu ejus sindicis pro eadem, unum et plura fi eri et tot quot habere voluerint publicum et publica instrumentum et instrumenta. 12 – Actum Massilie in curia regia(f’’) palatii et ad tribunal palatii, presentibus magnificis, egregiis et nobilibus viris dominis : Carolo de Pictavia domino de Sancto Valerio et gubernatore Provincie103, Georgio de Alamania comitte Puchini104, Galterio Charachii(g’’) de Neapoli105, Bertrando de Bellavalle domino de Presudino106, et Anthonio Ermenterii(h’’)107, militibus ; domino Johanne Le Selleur utriusque juris doctore et magistro rationali Provincie108, domino Bertrando de Bayono procuratore fi scali regio109, et Johanne Cassanus Neapolitano110, et consiliariis regiis ; Galberto de Massea domicello vicario regio in civitate Massilie111, domino Anthonio Bonilis baccallario in legibus et judice curie regie palatii civitatis predicte112, magistro Petro Vincentii magistro in medicina113, Melchione de Vaqueriis114, Laurentio Ricavi115, Johanne Boniff atii116, domino Jacobo Vivaudi jurisperito117, Juliano de Remezano(i’’)118, Beroardo Novelli119, et Urbano de Montiliis120 ; testibus ad premissa voccatis specialiter et rogatis(j’’) ; 13 – [et me Raymundo Bidaudi notario Massilie, publico apostolica et imperiali(k’’) ac in comitatibus Provincie et Forcalquerii [regia auctoritatibus](l’’) notario, [qui](m’’) de premissis notam sumpsi et hic me subscripsi ac signo meo manuali signavi : Bidaudi](n’’). 14 – Ego vero Raymundus Bidaudi, notarius Massilie publicus apostolica et in comitatibus Provincie et Forcalquerii regia auctoritatibus et pro tunc scriba curie regie palatii civitatis Massilie, presentem copiam sacramenti facti per serenissimum dominum nostrum regem Renatum ad requisitionem dominorum sindicorum predicte civitatis, de originali nota sive extensso ejusdem sacramenti penes me sistentem, per alium me aliis occupatus negotiis scribi et copiari feci et, facta diligenti collatione cum suo originali predicto, hic me manu mea propria subscripssi et signo meo quo utor in instrumentis publicis signavi in testimonium premissorum [seing notarial].

(a) Sicilie : scilie B. —

(b) In en majuscules, B. —

(c) In nomine Domini en majuscules, C. —

(d) Sicilie : scilie B. —

(e) Sicilie : scilie B. —

(f) Sicilie : scilie B. —

(g) locumtenentem : locumtenens B et C. —

(h) item en majuscules, B et C. —

(i) succedentes + eidem Traité de 1257. —

(j) omnibus : omibus B. —

(k) remanebunt répété et annulé, B.

(l) item en majuscules, B.

(m) Item quod en majuscules, C. —

(n) predictus : Provincie Traité de 1257. —

(o) civitati : civitatis B. —

(p) homines : omnes Traité de 1257. —

(q) omnia + et singula C. —

(r) heredibus + et Traité de 1257. —

(s) sacramentum + ernotetur annulé, B. —

(t) renovetur omis et ajouté en marge droite, B. —

(u) venerint : venerunt B. —

(v) exire Massiliam : exire de Massilia Traité de 1257. —

(w) propter + hoc Traité de 1257. —

(x) quam : que B. —

(y) et + hec Traité de 1257. —

(z) validam absent, Traité de 1257. —

(a’) facienda : facientia Traité de 1257.

(b’) sponte absent, Traité de 1257 et C. —

(c’) omnium et singulorum : omnium singulorum C ; hominum singulorum Traité de 1257. —

(d’) Saut de ligne, B.

(e’) quibusquidem en majuscules, B et C. —

(f’) Sicilie : scilie B. —

(g’) Sicilie : scilie B. —

(h’) universitatis + massilie annulé, B. —

(i’) et omis, B et C. —

(j’) idcirco en majuscules, B.

(k’) idcirco prefatus en majuscules, C. —

(l’) volentes et cupientes sic, B et C, par copie de l’échange des serments de 1385 où intervinrent Louis II et sa mère (AM de Marseille, AA 73) ; comprendre volens et cupiens. —

(m’) civitate : ciutate B (cf. ancien provençal ciutat).

(n’) immunitates dicte civitatis. Idcirco […] officiales comittatuum predictorum : passage signalé, à l’époque moderne, et accompagné de la remarque marginale : nota, B.

(o’) civitatis + massilie annulé, B.

(p’) ipse + et sicut ipse, répété et annulé, B. —

(q’) postquam en majuscule, B et C. —

(r’) Regnatus sic selon le provençal Reynier ; renatus C. —

(s’) mensis + septembris annulé, B. —

(t’) decembris omis et ajouté en marge droite, B. —

(u’) homines : omines B. —

(v’) manus + dest annulé, B. —

(w’) nichilominus : michilominus B. —

(x’) et omis, B. —

(y’) successoribus suis : successorum suorum B et C. —

(z’) conservationem : confirmationem C. —

(a’’) totius universitatis omis et ajouté en marge gauche, B ; omis, C. —

(b’’) civibus : cuilibet annulé, civibus après correction au-dessus de la ligne, B. —

(c’’) totius universitatis omis et ajouté en marge gauche (par la même correction que a’’), B. —

(d’’) potuerunt : poterunt B. —

(e’’) perseverare : perserrare annulé, perseverare après correction au-dessus de la ligne, B. —

(f’’) regia: regii C. —

(g’’) Charachii: charachurii C. —

(h’’) Ermenterii : hermenterii C. —

(i’’) Remezano : remensano B. —

(j’’) Saut de ligne, B. —

(k’’) imperiali : imperiarii C. —

(l’’) regia auctoritatibus omis, C. —

(m’’) qui omis, C. —

(n’’) et me […] Bidaudi omis, B ; fin de la copie, C.

Notes

1 Annexe, § 8.

2 Ibid., § 9.

3 Larochelle L., « Le vocabulaire social et les contours de la noblesse urbaine provençale à la fin du Moyen Âge : l’exemple aixois », Annales du Midi, t. 104, 1992, p. 163-173.

4 Institution de l’ordre militaire du Croissant […], éd. T. de Quatrebarbes, Œuvres complètes du roi René, 4 vol. , Angers, 1844-1846, t. I, p. 52.

5 Gautier M.-É. (dir.), Splendeur de l’enluminure. Le roi René et les livres (catalogue de l’exposition d’Angers, 2009-2010), Arles, 2009, p. 279.

6 René, Traictié de la forme et devis d’ung tournoy, éd. T. de Quatrebarbes, Œuvres …, op. cit., t. II, p. 21-22.

7 Hébert M., Regeste des États de Provence. 1347-1480, Paris, 2007, p. 323.

8 Annexe, § 14.

9 Maurel C., « Pouvoir royal et pouvoir municipal (XIVe-XVe siècle) », Pécout Th. (dir.), Marseille au Moyen Âge entre Provence et Méditerranée. Les horizons d’une ville portuaire, Méolans-Revel, 2009, p. 225-231.

10 Annexe, § 7.

11 Ibid., § 2.

12 Ibid., § 3-6.

13 Ibid., § 7.

14 Le procès-verbal de 1437, selon les copies préservées, gauchit un peu le sens du serment. Le traité de 1257 prévoyait que les Marseillais « jurent sur les saints Évangiles de Dieu de sauver, défendre et garder toutes les choses susdites et la fidélité audit seigneur comte et à ladite dame comtesse et à leurs héritiers ».

15 Pécout Th., « Marseille et la reine Jeanne », id. (dir.), Marseille …, op. cit., no 34, p. 216-217.

16 Bourrilly V.-L., Essai sur l’histoire politique de la commune de Marseille des origines à la victoire de Charles d’Anjou (1264), Aix-en-Provence, 1925, p. 157-237, et no 45-46, p. 449-483.

17 Annexe, § 7 (la traduction n’a pu suivre exactement la langue imparfaite de la source).

18 Aurell M. et Boyer J.-P., « Une journée qui fit Marseille : le 5 décembre 1288 », Pécout Th. (dir.), Marseille…, op. cit., p. 207-213.

19 Bourrilly V.-L. et Busquet R., « Le Moyen Âge (1113-1482) », Masson P. (dir.), Les Bouches-du-Rhône. Encyclopédie départementale, 17 vol., Paris/Marseille, 1913-1937, t. II, p. 411.

20 Ruffi A. et L.-A. de, Histoire de la ville de Marseille, Marseille, 1696, t. I, p. 212.

21 Arch. municipales (désormais AM) de Marseille, AA 73.

22 Reynaud M.-R., Le temps des princes Louis II et Louis III d’Anjou-Provence. 1384-1434, Lyon, 2000, p. 87.

23 Stouff L., Arles au Moyen Âge, Marseille, 2000, p. 123.

24 Bautier R.-H. et Sornay J., Les sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Âge. Provence, Comtat Venaissin, Dauphiné, États de la Maison de Savoie, t. II, Paris, 1971, p. 985 (interruption de la série des registres de délibérations municipales entre 1401 et 1446).

25 AM de Marseille, CC 462, no 32 ; Hébert M., Regeste…, op. cit., p. 174.

26 AM de Marseille, AA 73.

27 Ibid., AA 5, fo 157bis ro-vo (Charles VIII) et fo 247 vo-248 vo (Henri II).

28 Ruffi A. et L.-A. de, Histoire…, op. cit., t. I, p. 470.

29 Annexe, § 2.

30 Bourrilly V.-L. et Busquet R., « Le Moyen Âge… », op. cit., p. 443.

31 AM de Marseille, AA 72 (acte original) ; Pécout Th., « Marseille… », op. cit., no 35, p. 217-221 (édition d’un vidimus de 1371).

32 AM de Marseille, AA 76.

33 Pécout Th., « Marseille… », op. cit., p. 215.

34 Annexe, § 11.

35 Ibid., § 13-14.

36 Ibid., tableau de la tradition, en note.

37 Ruffi A. de, Histoire de la ville de Marseille, Marseille, 1642, p. 122, 128-129, 135, 137, 140, 143, 150, 173, 177 et 179 ; Ruffi A. et L.-A. de, Histoire…, op. cit., t. I, p. 134-135, 140-141, 148, 153-154, 156, 172-174, 227, 269-270, 281 et 287 (références relevées jusqu’à Louis XI).

38 Statuta civitatis Massilie, lib. VI, cap. 29, éd. R. Pernoud, Les statuts municipaux de Marseille, Monaco/Paris, 1949, p. 208-209 ; Lesage G., Marseille angevine. Recherches sur son évolution administrative, économique et urbaine de Charles d’Anjou à l’arrivée de Jeanne Ire (1264-1348), Paris, 1950, p. 75-89 et 133-140 ; Maurel C., « Pouvoir… », op. cit., p. 225-231.

39 Jean de Meun, Roman de la Rose, vers 6732, éd. D. Poirion, Paris, 1974, p. 204.

40 Kiesewetter A., « Karl II. von Anjou, Marseille und Neapel », Bonnot I. (dir.), Marseille et ses rois de Naples. La diagonale angevine. 1265-1382, Aix-en-Provence, 1988, p. 72-74.

41 AM de Marseille, AA 71.

42 Boyer J.-P., « Entre soumission au prince et consentement : le rituel d’échange des serments à Marseille (1252-1348) », Coulet N. et Guyotjeannin O. (dir.), La ville au Moyen Âge, t. II, Paris, 1998, p. 207-219.

43 Annexe, § 9.

44 Bourrilly V.-L., « Marseille. La vie et les institutions municipales », Masson P. (dir.), Les Bouches-du-Rhône …, op. cit., t. XIV, p. 198-202.

45 Annexe, § 8.

46 Journal de Jean Le Fèvre, évêque de Chartres, chancelier des rois de Sicile Louis I et Louis II d’Anjou, éd. H. Moranvillé, t. I (unique paru), Paris, 1887, p. 156.

47 Annexe, § 12.

48 AM de Marseille, AA 73, fo 5 ro-6 ro du cahier contenant la copie du serment de René (acte du 28 janvier 1445, probablement de 1446 selon le n. st.).

49 Bourrilly V.-L., Essai…, op. cit., no 36, p. 384.

50 Boyer J.-P., « Prêcher Marseille. Paroles franciscaines à l’aube du XIVe siècle », Boyer J.-P. et Pécout Th. (dir.), La Provence et Fréjus sous la première maison d’Anjou (1246-1382), Aix-en-Provence, 2010, p. 135-169.

51 Arch. dép. des Bouches-du-Rhône (désormais ADBdR), B 489.

52 AM d’Aix-en-Provence, AA I, fo 106 ro-109 vo ; Bourrilly V.-L. et Busquet R., « Le Moyen Âge… », op. cit., p. 644-645 ; Gouiran G. et Hébert M., Le livre Potentia des États de Provence. 1391-1523, Paris, 1997, no 1, § 17a, no 2, § 17e, no 3, § 7a, no 6, § 21b, no 11, § 37a, no 12, § 40a, et no 26, § 11a, 14a et 15a, p. 8, 18, 20, 74, 125-126, 142 et 252-254.

53 Pour Marseille, voir par exemple AM de Marseille, BB 28, fo 123 ro-vo ; et BB 30, fo 172 vo-173 ro.

54 Universitas Massilie ad observandum dictas convenciones factas per dominos nostros sancte memorie non astri[n]gitur nec ligatur, tamquam exempta ab aliis terris et locis comitatuum Provincie et Forcalquerii, velut pre aliis terris et locis suppositis dicioni illustrissime domine nostre Jerusalem et Sicilie regine capitulis et libertatibus privilegiata et conventionata (ibid., BB 22, fo 129 vo-134 vo).

55 Juxta privilegia et capitula civitatis, civitas Massilie non tenetur mandare ad generalia consilia celebranda, sicut ejus excellentia non ignorat (ibid., BB 32, fo 60 vo).

56 Lesage G., Marseille…, op. cit., p. 66 ; Kiesewetter A., « Karl II…. », op. cit., p. 74 ; Maurel C., « Pouvoir… », op. cit., no 39, p. 231.

57 Statuta civitatis Massilie, lib. I, cap. 1-2 bis, 7 et 12, op. cit., p. 1-12, 17-19 et 26.

58 Annexe, § 8.

59 « Quia, juxta formam sacramentalis per vestram majestatem jurati, dominus judex major Provincie, magistri rationales, advocati et procuratores fi scales, judex primarum appellationum et ceteri offi ciales majores Provincie presentes et futuri tenentur ab inicio offi ciorum suorum venire ad hanc civitatem Massilie et jurare dicta pacis capitula omnia, attendere et inviolabiliter observare et contra nullo tempore facere vel venire, quemadmodum dominus Provincie senescallus simili modo in inicio sui officii senescallie jurare tenetur juxta contenta in capitulis pacis dicte civitatis, dignemini propterea benigne concedere, in executionem dicti vestri sacramentalis, dictos offi ciales omnes ad ipsum videlicet sacramentum modo prescripto prestandum, et quod deinceps futuri similes offi ciales compelli debeant per vestram regiam majestatem vel viceregem aut vestrum Provincie senescallum presentem et successive futuros ; et, casu quo requisiti prescriptum juramentum prestare recusent, ipso facto acta, gesta et ordinata per eos sint irrita, cassa et nulla quantum ad Massilienses et eorum officiales ; nec eorum lit [t] ere, quantumcumque in forma fuerint, exequantur : Placet domino » (AM de Marseille, AA 26, no 6) ; Reynaud M.-R., Le temps des princes…, op. cit., p. 91 (acte daté de 1409).

60 Journal de Jean Le Fèvre …, op. cit., p. 156.

61 Boyer J.-P., « Aux origines du pays. Le roi Robert et les hommages de 1331 en Provence », Cleyet-Michaud R. et al. (dir.), 1388. La Dédition de Nice à la Savoie, Paris, 1990, p. 215-227.

62 ADBdR, B 755, fo 32 ro-33 ro.

63 AM de Marseille, BB 12, fo 76 ro et 77 ro-78 vo.

64 Paiement d’étoffe de Malines, pro nobis dictis sindicis induendis propter sacramentum fi delitatis prestandum per nos, vice ac nomine dicte civitatis, domino nostro regi Ludovico ac etiam sacramentum recipiendum ab eo noviter de observandis capitulis pacis, franquesiis et libertatibus civitatis ejusdem (ibid., CC 462, no 32) ; Hébert M., Regeste…, op. cit., p. 174.

65 Pour le contexte général, voir Reynaud M.-R., Le temps des princes…, op. cit., p. 84-92.

66 AM d’Aix-en-Provence, AA I, fo 106 ro-109 vo ; Papon J.-P., Histoire générale de Provence, t. III, Paris, 1784, no 43, p. lix-lx.

67 Hébert M., Regeste…, op. cit., p. 140-145.

68 Rostan L., Cartulaire municipal de Saint-Maximin, suivi de documents puisés dans les archives municipales de cette ville, Paris, 1862, p. 104-134 ; Arnaud C., Histoire de la viguerie de Forcalquier, t. I, Marseille, 1874, p. 375-377 ; Journal de Jean Le Fèvre…, op. cit., p. 476 ; etc.

69 Hébert M., Regeste…, op. cit., p. 415-431.

70 Ibid., p. 144, § 12.

71 Rostan L., Cartulaire…, op. cit., p. 112, § 16.

72 Gouiran G. et Hébert M., Le livre Potentia…, op. cit., no 28, § 25a-c, p. 282-283.

73 Giraud C., Essai sur l’histoire du droit français au Moyen Âge, t. II, Paris, 1846, p. 53.

74 Laplane É. de, Histoire de Sisteron tirée de ses archives, t. I, Digne, 1843, no 30, p. 536-537 ; Rostan L., Cartulaire…, op. cit., p. 118, § 35 ; Hébert M., Tarascon au XIVe siècle. Histoire d’une communauté urbaine provençale, Aix-en-Provence, 1979, p. 96 et 100 ; Gallo A., La communauté de Sisteron (XIIIe-XIVe siècle). L’exercice du pouvoir urbain : rythmes et enjeux, thèse de doctorat, université de Provence, 2009, t. I, p. 221. Une preuve complémentaire, de l’aspiration des communautés à obtenir le serment des officiers locaux du prince, se relève dans la reconnaissance de ce privilège aux localités de la viguerie du comté de Vintimille et du Val de Lantosque par le sénéchal de Charles de Duras, en 1383 (Cais de Pierlas E., Statuts et privilèges accordés au comté de Vintimille et val de Lantosque par les comtes de Provence, Gênes, 1890, p. 85, § 99).

75 Hébert M., Regeste…, op. cit., p. 325, 333 (§ 25a-b) et 335-336.

76 Hébert M., « Le théâtre de l’État : rites et discours dans les assemblées provençales de la fin du Moyen Âge », Réflexions historiques, t. 19, 1993, p. 267-278.

77 Gouiran G. et Hébert M., Le livre Potentia…, op. cit., no 28, p. 274-301 ; Hébert M., Regeste…, op. cit., p. 338-342.

78 Bourrilly V.-L. et Busquet R., « Le Moyen Âge… », op. cit., p. 443 ; Hébert M., Regeste…, op. cit., p. 324-338.

79 Bourrilly V.-L. et Busquet R., « Le Moyen Âge… », op. cit., p. 445.

80 Hébert M., Regeste…, op. cit., p. 323-415.

81 Annexe, § 12.

82 Coulet N., « Marseille ou Aix : les transferts de la capitale comtale », Pécout Th. (dir.), Marseille…, op. cit., p. 368-371.

83 Robin F., La cour d’Anjou-Provence. La vie artistique sous le règne de René, Paris, 1985, p. 96, doc. 4, et passim.

84 Lecoy de La Marche A., Extraits des comptes et mémoriaux du roi René pour servir à l’histoire des arts au XVe siècle, Paris, 1873, p. 139-141, no 376-383.

85 Coulet N., Planche A. et Robin F., Le roi René : le prince, le mécène, l’écrivain, le mythe, Aix-en-Provence, 1982, p. 51-52.

86 Pour un aperçu, Méry L. et Guindon F., Histoire analytique et chronologique des actes et délibérations du corps et du conseil de la municipalité de Marseille, t. IV, Marseille, 1845, p. 461-463.

87 Laurent M.-H., Le culte de saint Louis d’Anjou à Marseille au XIVe siècle, Rome, 1954, p. 43, note 44.

88 Par exemple, Bourrilly V.-L. et Busquet R., « Le Moyen Âge… », op. cit., p. 657-688.

89 Je remercie Monsieur Noël Coulet de ses précieuses suggestions pour l’identification des personnages cités dans le document.

90 La transcription est suivie, aux fos 5 ro-6 ro, d’un acte daté du 28 janvier 1445, dont la teneur s’appuie sur celui de 1437. Il s’agit d’une autre copie authentique, exécutée de la même main et garantie du même notaire que la première. Par conséquent, le tout s’écrivit en une seule occasion.

91 Au dos, outre des notes et cotes modernes, une mention d’archives du Moyen Âge : Sacramentum domini nostri regis Renati, no LXIIII n.

92 Ne sont pas retenues les simples mentions de l’événement.

93 L’original lui-même (ADBdR, B 354) était indisponible, et son microfilm illisible.

94 Duc pour comte : l’erreur s’explique par l’érection de l’Anjou et du Maine en duché, comme apanage de Louis Ier (1360).

95 Raimond Bidaud fut un important notaire marseillais (Les statuts …, éd. R. Pernoud, op. cit., p. ix-x ; Statuta civitatis Massilie, lib. VI, cap. 85 et 89, op. cit., p. 260 et 266). Scribe de la cour royale de Marseille à la date du présent acte, il se rencontre en 1445 ou 1446 comme secrétaire du conseil général de la ville. En 1453, il se trouva promu à la charge de juge, dans sa cité. Il a laissé des registres entre 1424 et 1440 (Bautier R.-H. et Sornay J., Les sources…, op. cit., p. 1223 et 1225).

96 Traité de 1257, cap. 61-63, p. 467-469 : cap. 61 in extenso au § 3 ; cap. 62 jusqu’au premier mot de sa 29e ligne au § 4 (suit une coupure d’environ 13 lignes) ; cap. 63 jusqu’à la 11e ligne, moins le dernier mot, au § 5 ; après une coupure d’environ 15 lignes, reprise au § 6 de la copie du cap. 63 depuis le 6e mot de la ligne 26 jusqu’au 7e mot de la ligne 32 (la copie s’interrompt définitivement à ce point, retranchant environ 13 lignes à la fin du cap. 63).

97 Ce contenu du serment peut se rapporter à la Forma fidelitatis ou à la Nova fidelitatis forma, également dans les Livres des fiefs : soit L. F. 2, 6 ou 7 (Das Langobardische Lehnrecht, éd. K. Lehmann, Göttingen, 1896, p. 120-123). Il faut toutefois préférer la Nova forma que Charles Ier imitait étroitement, en 1270, pour le serment général demandé à la Provence (Giordanengo G., Le droit féodal dans les pays de droit écrit. L’exemple de la Provence et du Dauphiné, XIIe-début XIVe siècle, Rome, 1988, p. 170-171).

98 L’importante famille marseillaise La Cépède est associée à la vie administrative et politique de la cité et de la Provence pendant les XIVe-XVIIe siècles (Masson P., Dictionnaire biographique des origines à 1800, id. [dir.], Les Bouches-du-Rhône…, op. cit., t. IV/2, p. 283-284).

99 Raymundus Blancardi apparaît déjà en 1432-1433 comme l’un des syndics de Marseille (Statuta civitatis Massilie, lib. VI, cap. 84, op. cit., p. 259). Le patronyme de Blancard était connu à Marseille au XIIIe siècle (Bourrilly V.-L., Essai…, op. cit., no 19bis, p. 299). Une famille de ce nom est liée à l’histoire politique et administrative de la cité des XVe-XVIIe siècles (Masson P., Dictionnaire…, op. cit., p. 80).

100 Une famille du nom de Baissan se remarque dans l’histoire politique et administrative de la cité des XVe-XVIe siècles (Masson P., Dictionnaire…, op. cit., p. 45).

101 Dans ce personnage, il conviendrait peut-être de reconnaître Alain de Coëtivy, toutefois peu auparavant désigné pour évêque d’Avignon par Eugène IV (Gallia christiana novissima, éd. J.-H. Albanès et U. Chevalier, t. VII, Avignon, Valence, 1920, col. 510-530, no 1820-1949).

102 Aventuron Rodet occupait les charges de secrétaire du conseil de Marseille et de sa cour royale, en 1414 (Statuta civitatis Massilie, lib. VI, cap. 79, op. cit., p. 256). Important notaire, il fut encore un marchand assez actif (Baratier É. et Reynaud F., Histoire du commerce de Marseille, t. II, De 1291 à 1480, Paris, 1951, p. 696 et 847-848). Le personnage a laissé des archives notariales fournies entre 1399 et 1440, ainsi qu’un livre de raison (Bautier R.-H. et Sornay J., Les sources…, op. cit., p. 1218, 1222 et 1424).

103 Charles de Poitiers, de la famille des comtes de Valentinois de Poitiers-Valentinois, de la branche de Saint-Vallier (Drôme), apparaît comme gouverneur de Provence en 1436-1438, mais en 1438 il part pour l’Italie comme René (Bourrilly V.-L. et Busquet R., « Le Moyen Âge… », op. cit., p. 444 ; Lecoy de La Marche A., Le roi René : sa vie, son administration, ses travaux artistiques et littéraires, Paris, 1875, t. I, p. 164).

104 Giorgio d’Alemagna, comte de Buccino (prov. de Salerne), localité également dite Pulcino (I diurnali del duca di Monteleone, éd. M. Manfredi, Bologne, 1960, p. 254). D’une famille d’origine provençale, ce puissant seigneur, personnage de poids auprès de Jeanne II, servit également Louis III, puis appuya immédiatement les droits de René (Catone E., La famiglia d’Alemagna. Una casata nobile della Buccino medievale, Salerne, 2005).

105 Sans doute, Gualtiero Caracciolo detto Viola. D’une famille de la noblesse napolitaine aux multiples ramifications, les Caracciolo, le personnage servit Jeanne II, se rallia à Louis III, puis demeura dans le parti angevin avec René (biographie esquissée, après celle d’un homonyme, par Petrucci F., « Caracciolo, Gualtiero, detto Viola », Dizionario biografi co degli Italiani, t. XIX, Rome, 1976, p. 398-399).

106 Bertrand de Beauvau, seigneur de Précigné (Sarthe). Les mots de Presudino adressent certainement à ce lieu, tout en déformant son nom. Bertrand le reçut de Louis II, quand il n’obtint sans doute qu’après 1437 son autre seigneurie majeure, celle de Pressigny (Indre-et-Loire). Issus de la petite ou moyenne noblesse angevine, les Beauvau bâtirent une brillante fortune en servant la seconde dynastie d’Anjou-Sicile, en particulier dans ses ambitions italiennes. À cet égard, Bertrand participait avant 1416 aux entreprises dans le Royaume. En 1437, il tenait une place solide auprès de la maison d’Anjou. Des réussites plus remarquables l’attendaient : il reçut la présidence du conseil d’Anjou, en 1453, et épousa Blanche d’Anjou, fille naturelle de René, en 1467. Au reste, le service des Angevins ne l’empêcha d’œuvrer encore pour le roi de France (Reynaud M.-R., Le temps des princes…, op. cit., p. 154 ; Bidet L., « La noblesse et les princes d’Anjou. La famille de Beauvau », Coulet N. et Matz J.-M. (dir.), La noblesse dans les territoires angevins à la fi n du Moyen Âge (actes du colloque d’Angers, 1998), Rome, 2000, p. 471-497 ; Bidet L., « Les Beauvau en Italie […] », Mémoires des princes angevins, t. 7, 2010, p. 9-30). Je remercie Monsieur Laurent Bidet des riches observations, qu’il a bien voulu me communiquer, sur les Beauvau.

107 Antoine Hermentier, d’une famille marseillaise, était un personnage de quelque relief : maître d’hôtel de Louis III en 1427, conseiller royal et viguier de Marseille en 1436, seigneur d’Orgon (Bouches-du-Rhône) par la suite (Labande L.-H., « Antoine de la Salle. Nouveaux documents sur sa vie et ses relations avec la maison d’Anjou. Appendices », Bibliothèque de l’École des chartes, t. 65, 1904, p. 345, note 2 ; Faraglia N. F., Storia della lotta tra Alfonso V d’Aragona e Renato d’Angiò, Lanciano, 1908, p. 61, note 2).

108 Jean Le Silleur, maître-rational de Provence en 1436-1470, joignit à cet office des charges élevées en différents moments après 1437 : avocat fiscal, juge des seconds appels à Marseille, conseiller de René, enfin maître des requêtes de l’Hôtel du roi (Cortez F., Les grands offi ciers royaux de Provence au Moyen Âge, Aix-en-Provence/Paris, 1912, p. 288-289 ; Masson P., Dictionnaire…, op. cit., p. 302).

109 Bertrand de Bayon, de Saint-Maximin (Var), fils d’un juriste au service de la monarchie, fut lui-même un juriste au beau parcours. Il se trouva juge d’Aix en 1430, procureur fi scal en 1435. Après 1437, il est attesté comme conseiller du roi. Il devint maître-rational à vie en 1445 (Cortez F., Les grands officiers…, op. cit., p. 291-292 et 359).

110 Il pourrait s’agir du Giovanni Cassano qui apparaît comme l’un de syndics prêtant hommage, en 1435, à la reine Isabelle pour les nobles napolitains du seggio de Capuana (Faraglia N. F., Storia…, op. cit., no 40, p. 407).

111 Gaubert de Massuet dans l’historiographie marseillaise (Ruffi A. et L.-A. de, Histoire…, op. cit., t. II, p. 224).

112 Une parenté n’est pas impossible avec Honoré Bonilis, signalé comme officier royal en 1400 et comme juriste aixois (Cortez F., Les grands officiers…, op. cit., p. 359 ; Masson P., Dictionnaire…, op. cit., p. 86).

113 Les Vincent étaient une ancienne famille marseillaise encore prospère au XIVe siècle. Des officiers royaux des XIVe-XVe siècles portaient ce patronyme (Cortez F., Les grands officiers…, op. cit., p. 245-247 et 263 ; Masson P., Dictionnaire…, op. cit., p. 502 ; Baratier É. et Reynaud F., Histoire …, op. cit., p. 63).

114 Le noble Melchion de Vachières se rencontre comme officier royal en 1426 (Bresc H., « Les municipalités provençales entre autonomie et dépendance : Draguignan [1360-1440] », Croq L. [dir.], Le prince, la ville et les bourgeois, XIVe-XVIIIe s., Paris, 2004, p. 43). Des Vachières comptaient parmi les Marseillais du XIIIe siècle (Bourrilly V.-L., Essai…, op. cit., no 22, p. 324, et no 44, p. 436). Un juge de la cité portait ce patronyme en 1323 (Fabre A., Les rues de Marseille, t. III, Marseille, 1868, p. 12, note 2).

115 Les Ricau constituaient une importante famille marseillaise (Masson P., Dictionnaire…, op. cit., p. 416-417), déjà bien représentée au XIIIe siècle (Bourrilly V.-L., Essai…, op. cit., p. 67, note 3, et passim).

116 Les Boniface formaient une famille de l’élite marseillaise, et ils comptèrent dans la seconde moitié du XVe siècle un important officier du prince : Vivaud de Boniface, conseiller du roi, maître-rational et juge majeur de Provence (Cortez F., Les grands officiers…, op. cit., p. 190-192 et 301-307 ; Masson P., Dictionnaire…, op. cit., p. 85).

117 Les Vivaud formaient une ancienne et puissante famille de Marseille, encore prospère au XIVe siècle, toutefois en déclin au XVe siècle (Masson P., Dictionnaire…, op. cit., p. 506 ; Baratier É. et Reynaud F., Histoire …, op. cit., p. 63, 689 et 692-693).

118 Julien de Remesan se connaît parmi les grands commerçants marseillais. Sa famille tenait une place éminente dans la ville. Depuis le dernier quart du XIVe siècle, ses membres se distinguaient entre les plus actifs négociants du lieu. Le service du roi pouvait s’ajouter aux affaires, comme il se vérifia hautement dans la seconde moitié du XVe siècle avec Jacques de Remesan. A fortiori, les Remesan participaient au gouvernement urbain (Cortez F., Les grands officiers…, op. cit., p. 302-304 ; Baratier É. et Reynaud F., Histoire …, op. cit., p. 696 et 710-712 ; Maurel C., « Grands marchands et “petites et moyennes industries” à Marseille au bas Moyen Âge », Le marchand au Moyen Âge (actes du 19e congrès de la SHMESP), Paris, 1988, p. 105-112).

119 Beroardus Novelli était l’un des syndics de Marseille en 1432 ou 1433 (Statuta civitatis Massilie, lib. VI, cap. 84, op. cit., p. 259). Par la suite, un Antoine Nouveau se trouva consul de la ville en 1483 (Masson P., Dictionnaire…, op. cit., p. 358). Un Novellus apparaissait déjà parmi les citoyens de Marseille en 1230 (Bourrilly V.-L., Essai…, op. cit., no 31, p. 362).

120 Le nom de Montiliis apparaît parmi les Marseillais du XIIIe siècle (Bourrilly V.-L., Essai…, op. cit., no 22, p. 324). Fin XIVe siècle, l’on rencontre dans la cité un Honoratus de Montiliis de Favas (Var), trésorier du droit sur le vin, reva vini, et son fils Monnetus de Montiliis, trésorier de la taxe sur le blé, reva bladi (AM de Marseille, CC 462, no 2, 3, 32 et passim ; Droguet A., « Le bien commun. Les finances municipales », Pécout Th. [dir.], Marseille…, op. cit., p. 237-238, no 41).

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540