Version classiqueVersion mobile

Rome et l’Occident

 | 
Frédéric Hurlet

La cité comme cellule de base de l’Empire : les cités de Bretagne – les capita prouinciarum

Les capitales des provinces germaniques et de la Rhétie : de vieilles questions et de nouvelles perspectives1

Rudolf Haensch

Texte intégral

  • 1 Ce texte a été publié une première fois dans les actes du colloque Simulacra Romae. Roma y las cap (...)

1Si les capitales des trois provinces romaines situées sur le territoire espagnol (Cordoue pour la Bétique, Tarragone pour la Tarraconaise, Merida pour la Lusitanie) se distinguaient déjà par des caractéristiques propres, les différences entre les trois capitales situées sur le territoire de la République fédérale d’Allemagne étaient encore plus importantes. La Colonia Claudia Ara Agrippinensium avait le statut le plus privilégié de toutes les cités constituées selon le droit romain, à savoir celui d’une colonia civium Romanorum ; elle était également pourvue du ius Italicum. Augusta Vindelicum, au contraire, était l’une des nombreuses villes nouvelles du IIe siècle, comme on en trouvait des dizaines sur les bords du Rhin et du Danube. Quant à Mogontiacum, elle ne jouissait même pas du statut d’une cité. Le terme Mogontiacum désignait apparemment le regroupement d’un camp militaire (au Ier siècle, il y en avait plusieurs) et d’habitats concentrés qui s’étaient apparemment développés sans organisation centrale. Dans cet article, je voudrais traiter de ces différences, mais également des traits communs, de manière générale et plus spécialement à la lumière des recherches récentes.

Histoire et conditions de la recherche scientifique

2Il faut tout d’abord constater que les recherches n’ont pas progressé au même degré pour les trois cités. Les recherches scientifiques concernant Cologne (fig. 1) profitent de deux avantages. En premier lieu, il existe de la part du public un grand intérêt pour le passé romain de Cologne. On comprend plus que dans les autres cités la nécessité des fouilles archéologiques avant de procéder à de nouvelles constructions. Par ailleurs, il y a eu une coopération intense entre le Römisch-Germanisches Museum de la ville de Cologne, l’institution pour la protection et le sauvetage des monuments historiques, c’est-à-dire la Bodendenkmalpflege, l’Institut d’Histoire Ancienne de l’Université de Cologne et l’Institut d’Archéologie de la même Université et spécialement son département d’archéologie provinciale. Les nombreux projets résultant de cette coopération profitent de moyens financiers mis à la disposition de la recherche par le ministère des travaux publics du Bundesland de la Rhénanie-Westphalie. Ni pour Mayence ni pour Augsbourg on ne trouve d’association comparable d’institutions universitaires, de musées et d’institutions de protection de monuments historiques. Dans ces villes, la recherche scientifique sur le passé romain est pour la plus grande partie effectuée par les institutions municipales d’archéologie et de protection des monuments historiques.

  • 2 Gottlieb 1984 ; Landesamt 1985 ; Bakker 2001.

3Dans les années 1984 et 1985, deux grands ouvrages collectifs ont résumé ce que nous savons de l’Augsbourg romaine à partir des sources archéologiques et historiques. Un volume édité en 2001 par Lothar Bakker et intitulé « Augsburger Beiträge zur Archäologie » offre un tour d’horizon des nouveaux projets de recherche concernant Augsbourg2.

  • 3 Ziethen 1998 ; Witteyer 1998.
  • 4 Schumacher 2003 ; Haensch 2003.

4Pour ce qui est de Mayence, une histoire de cette cité a été publiée en 1998 ; on y trouve entre autres un article de Gabriele Ziethen sur l’histoire de la Mayence romaine et de Marion Witteyer sur ses vestiges archéologiques3. Deux autres études historiques traitant de la Mayence romaine ont été publiées en 2003 dans le cadre du catalogue de l’exposition « Die Römer und ihr Erbe – Fortschritt durch Innovation und Integration4 ».

5En ce qui concerne la Cologne romaine, beaucoup d’archéologues de la Cologne romaine ont contribué à un colloque intitulé Colonia Claudia Ara Agrippinensium – die Hauptstadt einer römischen Provinz. Les actes de ce colloque ont été publiés dans le volume 32 du Kölner Jahrbuch. De plus, Werner Eck a publié en 2004 une histoire détaillée de quelques centaines de pages, financée par l’association de propriétaires de maisons et de propriétés de Cologne (Haus- und Grundbesitzerverein der Stadt Köln).

Capita provinciarum et concilia provinciarum

  • 5 Haensch 1997a ; aucun des compte rendus les plus développés – Ausbüttel, F. M., MBAH, 17, 1998, 10 (...)
  • 6 Haensch 1997a, 368 sq.

6Il y a dans chacune de ces capitales un certain nombre de projets ayant pour but d’éclairer le passé romain de ces villes. Ces recherches permettent-elles de savoir à quel point les villes en question correspondaient à la notion de capitale ? Comme je l’ai expliqué ailleurs, le contenu central du terme « capitale d’une province romaine » doit consister dans le fait que le gouverneur résidait dans cette cité pendant la plus grande partie du temps qu’il passait dans sa province. La ville en question peut également être la résidence du procurateur et le lieu de réunion du concilium provinciae, comme c’était le cas dans les provinces hispaniques. Mais cela n’était pas nécessaire5. Que le concilium se rassemblât dans la résidence du gouverneur était seulement caractéristique d’un peu plus de la moitié des cités en question (13 exemples sûrs et 18 exemples probables pour cette identité contre 8 exemples sûrs et 17 exemples probables dans les cas contraires). La même remarque vaut pour l’identité du lieu de résidence du gouverneur et de celui du procurateur (18 exemples positifs sûrs ou probables par rapport à 11 exemples négatifs sûrs ou probables)6.

  • 7 Les sources et l’argumentation scientifique chez Haensch 1999, particulièrement 642 sq.
  • 8 Premières mentions de la nouvelle thèse chez Eck 2002 ; la thèse des dernières décennies par exemp (...)

7Dans le cas des capitales des provinces germaniques et de la Rhétie, le débat porte depuis longtemps sur la question de savoir si la Colonia Claudia Ara Agrippinensium était également le lieu de réunion d’un concilium et de quel concilium il s’agissait. Il ne fait pas de doute qu’un concilium de toute la Germanie, sous l’autorité romaine, se réunissait dans l’oppidum Ubiorum avant la révolte d’Arminius. Jusqu’à aujourd’hui, il n’y a pas de preuve univoque que cette institution continua à exister après 9 ap. J.-C., même si cela paraît probable7. Et nous en savons encore moins sur le destin de cette institution lorsque les districts de l’exercitus Germaniae inferioris et du exercitus Germaniae superioris devinrent des provinces. Face à de tels problèmes, la discussion sur le lieu de l’ara Ubiorum est un peu prématurée. Mais cela n’a pas empêché de vives discussions sur sa localisation. Pour l’instant, on préfère selon une thèse de Bernhard Irmler une localisation au bord du Rhin, près du Gürzenich, en ligne directe avec le prétoire, plutôt que dans le centre de la ville comme on l’a pensé au cours des dernières décennies8.

  • 9 En dernier lieu par exemple Czysz 1995, 201 sq. ; Weber 2000a, 23 sq. ; 2000b, 40 sq.
  • 10 AE 1984, 508 = Crawford 1986, no 37 a l. 26 sq., cf. Suét. Claud. 1, 3 ; Dion, LV, 2, 3. Le lieu e (...)
  • 11 AE 1984, 508 = Crawford 1986 no 37a l. 26 sq.; cf. Tac., Ann. II, 83, 2.

8Nous n’avons ni pour Mayence ni pour Augsbourg des indices sûrs permettant d’affirmer qu’un concilium provinciae se rassemblait dans ces cités. Mais cela s’applique aussi à Arae Flaviae (Rottweil) et Cambodunum (Kempten), en dépit de qu’on a écrit ces dernières années sur Kempten9. Les hypothèses concernant Kempten posent un problème que je vais traiter infra (p. 434-435). Quant à Mayence, la situation est très similaire à celle de la Cologne romaine. D’un côté, diverses sources littéraires et la tabula Siarensis concernant les honneurs de Germanicus nous informent sur les cérémonies effectuées à Mayence à l’époque de la dynastie julio-claudienne. À cette époque, il y avait chaque année à Mayence une supplicatio des civitates gauloises et une decursio de l’armée romaine en l’honneur de Drusus10. Une cérémonie très similaire – mais incluant également expressément les civitates de la Cis-Rhénanie – a été décrétée en l’honneur de Germanicus en 19 ap. J.-C.11.

  • 12 P. Dura 54 = P. Rom. Mil. Rec. 117 II l. 12 sq.
  • 13 Des doutes concernant l’identification de l’arc trouvé en 1986 sont exprimés par exemple chez Bell (...)

9Si l’on prend le Feriale Duranum comme indice12, l’armée romaine a observé les rites en l’honneur des membres éminents de la dynastie julioclaudienne jusqu’au IIIe siècle ap. J.-C. Cependant, on ne sait pas si après la constitution de la province de la Germanie supérieure, les civitates de cette province ont pris ces cérémonies en main. Je voudrais enfin souligner qu’il n’est pas possible de savoir, dans l’état de nos connaissances, si les deux monuments mentionnés dans les sources littéraires et épigraphiques peuvent être identifiés avec les vestiges archéologiques de Mayence : l’arc trouvé en 1986 et le Drususstein ou Eichelstein13.

Capita provinciarum et lieu de résidence du procurateur provincial

  • 14 Haensch 1997a, 329 sq., 372, 665 sq.
  • 15 IBR 176. Apparemment il est tombé malade et mourut quand il arriva ou quand il partit. Nous n’avon (...)

10Ce n’est que dans l’une des trois provinces prises ici en considération que le lieu de résidence du gouverneur fut également celui d’un procurateur provincial. Ce fut en effet probablement le cas en Rhétie après les guerres contre les Marcomans. À partir du moment où il a été jugé nécessaire de faire stationner une légion dans la province et que la Rhétie ne pouvait plus être gouvernée par un procurateur équestre, on a placé à la tête de la province un sénateur de rang prétorien. À côté de lui, un procurateur a administré les finances de la province et il était logique que la vieille capitale devînt également le lieu de résidence de ce procurateur. Il y avait accès aux archives de l’administration financière qui s’étaient développées sous le procurateur gouverneur. Quelques bureaux pour l’administration financière y existaient probablement déjà. Mais même si ces arguments sont évidents, on ne doit pas oublier que dans le cas de la Thrace par exemple, les choses se sont faites d’une autre manière. Le procurateur gouverneur de cette province a également été remplacé sous Trajan par un sénateur de rang prétorien, mais les deux représentants les plus élevés du pouvoir romain ne résidaient pas en Thrace dans le même lieu. On a apparemment assigné un nouveau lieu de résidence – Philippopolis – au procurateur financier14. Mais l’hypothèse selon laquelle le procurateur résidait dans la même cité que le gouverneur est confirmé dans le cas de la Rhétie par le monument funéraire d’un advocatus fisci Raetici trouvé à Derching près d’Augsbourg. Dans la mesure où cet eques venait de Savaria en Pannonie supérieure, il était mort près de son lieu de service et non pas dans sa patrie15.

  • 16 Galsterer 1992, 113.
  • 17 G 193 = AE 1974, 449 = 2000, 999.
  • 18 Ce monument (Neu 1981 ; l’inscription : G II 26 = AE 1984, 664 ; cf. AE 2004, 969) a été reconsidé (...)
  • 19 En dernier lieu Le Bohec 1992 a défendu la thèse que les témoignages de Lambèse doivent être expli (...)
  • 20 Haensch 1997a, 104, 346, 353, cf. 446, 691 sq., 698 sq.
  • 21 Haensch 2003, 82 avec n. 68.

11Contrairement à ce qu’on a essayé de montrer16, rien n’indique que le procurateur des deux Germanies et de la Belgique résidait pour de longues périodes dans la Colonia Claudia Ara Agrippinensium. On notera en revanche qu’on a trouvé à Cologne ces dernières décennies deux inscriptions qui mentionnent de façon assurée ou avec une certaine vraisemblance des membres d’un service de liaison du procurator Belgicae et duarum Germaniarum dans la capitale de la Germanie inférieure. Comme tous les membres du personnel subalterne impérial qui contrôlaient la perception des revenus de l’État romain et dirigeaient ses dépenses, ils appartenaient à la familia Caesaris, c’est-à-dire qu’ils étaient des esclaves et des affranchis du prince. Concrètement, les inscriptions concernent des dispensatores, des trésoriers, dont un au moins travaillait sans aucun doute pour les besoins d’une légion spécifique de Germanie inférieure17. La seconde inscription est significative de la position sociale élevée qu’un tel Caesaris servus et dispensator pouvait revendiquer. L’inscription faisait partie d’une tombe monumentale ronde de bonne qualité avec un diamètre de 5,9 m – c’est-à-dire la moitié du Eichelstein de Mayence18. Un tel service de liaison n’était spécifique ni à la Germanie inférieure (ni à la Numidie où les premiers exemples de tels membres de la familia Caesaris ont été trouvés19). J’ai pu établir l’existence de ces services de liaison également dans les provinces de Dacie et des deux Pannonies20. On a en outre de bonnes raisons d’identifier un tel officialis dans une inscription de Mayence connue depuis longtemps : l’inscription publiée dans le CIL XIII, 7071 se réfère en effet probablement à un [Aug(usti) li] b(ertus) (et) tabularius, c’est-à-dire à un comptable si l’on corrige en détails la lecture transmise et procède à des restitutions évidentes21. De tels affranchis impériaux étaient un trait caractéristique des bureaux importants. Il existait apparemment de tels services de liaison au moins dans la plupart des provinces dans lesquelles les lieux de résidence du gouverneur et du procurateur n’étaient pas identiques.

Le gouverneur comme magistrat itinérant

  • 22 Pour la question de l’existence d’un ordre de conventus dans les deux provinces germaniques, voir (...)
  • 23 AE 1996, 959 h. Voir en général Kolb 2000, 259, 261, mais on doit aussi prendre en considération : (...)

12Comme il a été mentionné plus haut, ce qui est typique des capitales des deux Germanies et de la Rhétie ainsi que de toutes les autres capitales est tout d’abord le fait que les gouverneurs y résidaient. Jusqu’à présent, nous manquons de sources sur la durée pendant laquelle les gouverneurs des Germanies et de la Rhétie voyageaient dans leurs provinces pour inspecter les troupes et dispenser de la justice. On ne sait même pas s’il y avait un ordre des conventus dans ces provinces22. Peut-être un jour une tablette comme celle de Vindolanda récemment publiée nous montrera les préparatifs en vue d’une visite du gouverneur. Dans le cas de la garnison de Vindolanda, on s’est apparemment procuré des poulets à la fin du mois d’avril 103 pour la visite imminente du legatus Augusti pro praetore23.

Les besoins logistiques du gouverneur

  • 24 Ehmig 1996 (= AE 1996, 1175). Pour une livraison comparable destinée à un gouverneur de la Rhétie, (...)
  • 25 AE 1976, 502 = 1979, 423 = CSIR II 3, 86 = CBI 130. Pour l’interprétation voir Haensch 2003, 75 sq (...)
  • 26 AE 1976, 501. 503 = 1979, 427 = CBI 128-129.

13Mais même si nous ne savons rien des préparatifs pour une tournée d’inspection d’un gouverneur d’une des deux Germanies, on est maintenant mieux informé sur l’approvisionnement d’un gouverneur de la Germanie supérieure dans sa capitale. Ulrike Ehmig a publié l’inscription d’une amphore à saumure du type Vindonissa 586 qui montre que le legatus Augusti exercitus Germaniae superioris [P. Calv]isius Sabinus Pomponius Secundus – qui était un fameux connaisseur en matière de gastronomie – se faisait livrer du garum scombri de Bétique à Mogontiacum24. Ce témoignage n’est pas unique : en règle générale, les inscriptions de Mayence nous informent mieux que les inscriptions provenant des autres capitales de l’Empire romain sur les efforts logistiques concernant le gouverneur dans sa capitale. L’ara d’un beneficiarius consularis stationné à Mogontiacum a été dédiée entre autres au genius du catabulum consularis, qui était apparemment l’entrepôt où l’on déposait les biens d’approvisionnements destinés au gouverneur25. Le lieu de découverte de cette ara et de deux autres26 – la Grebenstraße près de la cathédrale, c’est-à-dire dans une zone basse, presque au bord du Rhin – laisse présumer que la plupart de ces biens était apportés par bâteau.

Le lieu de résidence du gouverneur : le praetorium

  • 27 Klumbach 1964 ( = AE 1964, 148 = SH 94).
  • 28 Voir Alföldy, G., BJ, 168, 1968, 546 sq. ; Egger 1966, 4 sq., 10 ; Haensch 1997a, 150, 376 (avec l (...)
  • 29 Eck 1985, 53 avec n. 5 ; Haensch 2003, 74 ; voir déjà le commentaire chez SH 94.
  • 30 Eck 1985, 52 sq. ; Haensch 2003, 85 n. 25.
  • 31 Birley 1997, 113 sq. ; Halfmann 1986, 190, 195 sq. Cf. également Eck 2003, 236 sq.

14Dans l’agglomération de Mayence, entre le camp romain sur la hauteur de Kästrich et le Rhin, se trouvait probablement l’emplacement du praetorium du gouverneur, qui est mentionné sur le fragment d’un bol de terra nigra27. D’après cette notice bien connue, le prétoire était ad hiberna leg(ionis) XXII Primigeniae p(iae) f(idelis), c’est-à-dire près du camp de la légion, mais pas dans le camp28. L’auteur de cette notice désigne le prétoire par le nom d’un gouverneur spécifique – Poblicius Marcellus –, mais il n’utilise ni le titre legatus Augusti pro praetore ni l’adjectif consularis (il procède d’une tout autre manière dans le cas de la légion). Cela laisse supposer qu’il y avait dans la langue quotidienne une connection étroite entre ce praetorium et ce nom spécifique. La raison la plus probable pour un tel usage est que le prétoire était appelé de cette manière parce qu’il avait été construit par Poblicius Marcellus29. C. Quinctius Certus Poblicius Marcellus était à notre connaissance gouverneur dans les premières années de la troisième décennie du IIe siècle30. On sait que l’empereur Hadrien fit un séjour dans les provinces germaniques peut-être déjà en 121, en tout cas en 12231. Cette coïncidence n’est probablement pas fortuite. La visite d’un empereur si intéressé par l’architecture était une belle occasion pour un gouverneur habile de se procurer les moyens nécessaires pour une reconstruction de son palais.

  • 32 L’étude la plus importante pendant des décennies était celle de Precht 1973. C. Brühl a intégré ce (...)
  • 33 Eck 1984, 103 sq. se référant à CIL XIII, 8260 = G 182 = AE 1984, 652.

15Le mieux connu des prétoires des trois provinces est sans conteste celui qui se trouve dans la Colonia Claudia Ara Agrippinensium. La partie orientale de ce prétoire, c’est-à-dire celle qui est située au bord de la pente du plateau du Vieux Cologne, a été fouillée dans les années 50 et 60 du XXe siècle par Otto Doppelfeld et Gundolf Precht. Jusqu’à présent, ces fouilles ont été seulement partiellement analysées32. C’est ainsi que toutes les reconstructions qui ont été proposées sont fondées principalement sur les observations concernant les tracés de construction interprétés particulièrement à la lumière de l’inscription CIL XIII, 8170 = ILS 2298 = G 11. D’après cette inscription bien connue, un certain Q. Tarquitius Catulus leg(atus) Aug(usti) a veillé à ce que le prétoire tombé en ruines fût reconstruit ad [no] uam faciem. Comme ce sénateur n’est pas mentionné par d’autres sources, on ne peut pas dater cette inscription avec précision. On a toujours vu dans cette inscription une référence à la commémoration de la grande reconstruction du prétoire dans la période du Haut-Empire – phase III 1 d’après Gundolf Precht. On n’a jamais analysé les trouvailles de petite taille ni la stratigraphie des parties fouillées. Felix Schäfer est actuellement en train de combler cette lacune, mais il est confronté à des problèmes bien connus quand une période si longue sépare les fouilles et leur interprétation. Mais personne n’a tiré jusqu’à présent les conséquences archéologiques de la réinterprétation par Werner Eck d’une autre inscription, fragmentaire, celle de M. Didius Severus Iulianus provenant de Cologne. D’après Eck, il est possible que cette inscription commémore la grande reconstruction du prétoire mentionné, c’est-à-dire durant la phase III 1. Cette thèse se fonde sur le lieu où l’on a trouvé l’inscription et sur de nombreuses tuiles du toit provenant du prétoire qui portent l’inscription sub Didio Iul(iano) co(n) s(ulare)33. Si l’on accepte cette thèse, il devient très difficile de lier l’inscription de Catulus à la grande reconstruction. Il faut remarquer que personne n’a jusqu’à présent douté de ce que l’expression noua facies dans l’inscription CIL XIII, 8170 se réfère à la façade du prétoire donnant sur le Rhin. Mais n’est-il pas plus probable que cette expression ait désigné la façade par laquelle on entre dans le prétoire, c’est-à-dire celle qui donne sur la cité ?

  • 34 Bakker 1994, 90, la même thèse encore chez Bakker 1995, 420, 423.
  • 35 Voir maintenant Bakker 2000, 92. Pour une autre hypothèse, voir Schaub 2001a, 38.
  • 36 Le prétoire d’Apulum était appellé par le premier fouilleur « Les grands thermes », voir Diaconesc (...)
  • 37 Voir Haensch 1997a, 99 sq., 343 sq., avec la bibliographie ; Lavan 2001, 47. Pour Aquincum, voir m (...)
  • 38 On a même utilisé des thermes comme prétoire, voir Theod. h. e. IV 22 ; cf. également P. Euphr. 1.

16La situation à Augsbourg est encore plus déplorable. En 1990 et dans les années suivantes, on a fouillé un grand bâtiment au lieu dit « Äußeres Pfaffengässchen », c’est-à-dire dans la partie orientale de la cité romaine. Les premières notices rapportent que ce bâtiment reconstruit quatre ou cinq fois entre la fin du Ier et la fin du Ve siècle était probablement le praetorium de cette capitale. Les raisons de cette identification étaient apparemment les dimensions et la décoration de ce bâtiment34, mais aucun rapport détaillé n’a jamais été publié. Or d’après ses dernières prises de position, l’archéologue responsable des fouilles songe maintenant à un complexe thermal35. Les deux identifications proposées manquent, me semble-t-il, d’indices probants. On ne doit pas oublier en outre qu’on peut très facilement confondre un prétoire avec des thermes36. Il faut en effet rappeler que chaque prétoire comprend vraisemblablement une partie thermale, parce que les gouverneurs comptaient sur ce type d’installation sur le lieu où ils passaient tant de temps. On en a la preuve dans les prétoires fouillés sur leur plus grande surface, par exemple ceux d’Aquincum ou d’Apulum37. Par ailleurs, beaucoup des autres parties d’un prétoire dans les provinces septentrionales étaient pourvues d’un chauffage au-dessous du plancher38 (fig. 2).

  • 39 AE 1962, 229 = SH 227 (ca. 196, comme il semble) – trouvée à la Karmelitergasse 10 ; ? W 42(?) – l (...)
  • 40 Voir Haensch, 1997 a, 46 sq., 76, 99 sq. ; 194 sq. ; 204 ; 235 ; 376 ; 382 ; Lavan 2001, 48 sq.
  • 41 W 30 (281 ?) – lieu de découverte : Fronhof 6.

17L’impression dominante est qu’à Augsbourg, la recherche locale n’a pas suffisamment pris en considération les lieux où furent trouvées au moins trois arae dédiées par des gouverneurs de la Rhétie. Ces inscriptions ont été mises au jour dans divers lieux des secteurs est et sud de l’Augsbourg romaine39. Ce que nous savons des autres praetoria laisse présumer qu’on dédiait généralement de tels monuments dans l’area sacra du palais d’un gouverneur40. Ce qui vaut sur un plan général s’observe probablement aussi à Augsbourg. Bien sûr, on doit prendre en considération le fait que ces arae ont pu être déplacées dès l’Antiquité tardive ou au Moyen Âge. Pour cette raison, probablement, aucune de ces arae ne donne de point de repère pour localiser le prétoire. Mais il était impossible de déplacer tous ces monuments sur une grande distance. Ensemble, ils indiquent donc la zone où il faut chercher. De toute façon, ils laissent supposer que le prétoire à Augsbourg n’a jamais été détruit complètement, mais qu’il y a encore des vestiges à trouver. Les mêmes observations valent pour des blocs de pierre un peu arrondis sur lesquels figure une inscription en l’honneur d’un empereur de la deuxième moitié du troisième siècle. Ils proviennent apparemment d’une niche dans laquelle le gouverneur a érigé une statue de l’empereur41.

  • 42 Voir Burrell 1996 ; Cotton et Eck 2001. Pour le palais du procurator provinciae Syriae Palaestinae (...)

18Le prétoire le mieux fouillé pendant la dernière décennie est celui de Caesarea Palaestinae42. Grâce aux fouilles de ce prétoire, on est en mesure de suivre la longue histoire d’un tel bâtiment, depuis sa construction par un roi client jusqu’à son abandon au IIIe siècle. On a fouillé toutes les parties d’un tel prétoire : la partie résidentielle avec une vue magnifique sur la mer, la salle réservée à la juridiction et les locaux des officiales, comme la schola des frumentarii et celle de l’officium custodiarum, c’est-à-dire du personnel du cachot du prétoire. On connaît également la position de ce prétoire par rapport à plusieurs monuments importants de Caesarea (fig. 3 et 4).

Le personnel administratif dans les capitales provinciales

  • 43 AE 1984, 667 = Eck 1990, cf. Haensch 1993, 30 n. 86 = AE 1991, 1251. Pour le nombre des equites si (...)
  • 44 AE 1983, 730 (182) ; pour l’interprétation voir Haensch 1997a, 147 ; Wolff 2000, 168, 171 ; Zanier(...)

19Les scholae mentionnées sont une des conséquences de la présence du personnel administratif dans les capitales. La présence de ce groupe de personnes était également caractéristique d’une capitale et leurs inscriptions sont généralement très importantes pour nous permettre d’identifier quelle cité avait droit au statut de capitale. Dans chacune des trois capitales traitées ici, on a trouvé plusieurs épitaphes et arae érigées par des membres de ce personnel administratif. Mais nous ne sommes pas bien informés sur les installations utilisées par ces officiales dans les trois cités en question. Une inscription fragmentaire restituée par Eck suggère que l’armamentarium des equites (et pedites ?) singulares consularis Germaniae inferioris a été construit au début du IIe siècle dans la Colonia Claudia Ara Agrippinensium43. Ces gardes du corps étaient, comme il semble, stationnés dans cette capitale. En Rhétie, au contraire, les pedites singulares, c’est-à-dire la partie de ces soldats d’élite qui n’étaient pas des cavaliers, occupaient un castellum dans un endroit particulièrement important du limes de la Rhétie – au moins pour un certain temps dans le courant des années 80 du IIe siècle44.

  • 45 CIL XIII, 6746 = ILS 3138.
  • 46 CIL XIII, 6732 avec l’interprétation de Haensch 2003, 81.

20Les inscriptions de Mayence nous donnent en particulier des informations sur les installations utilisées par les stratores, les écuyers du gouverneur. Ils disposaient au moins au IIIe siècle d’un tabularium pensile, c’est-à-dire d’archives d’unité construites sur des arcs-boutants ou au moyen de ceux45. Ces écuyers – au moins plus de 100 hommes – étaient détachés des deux légions de la province. À Mayence, ils habitaient apparemment des quartiers séparés en fonction de leur unité d’origine46.

  • 47 Voir en dernier lieu Haensch 1999, 645, cf. également Austin et Rankov 1995, 151 sq. ; Nelis-Cléme (...)
  • 48 Voir Haensch 1997a, 715 sq. ; 725 sq.

21Le nombre et les caractéristiques des locaux destinés aux officiales dépendaient certainement de l’importance quantitative du personnel administratif, avec sans doute de fortes différences entre les provinces consulaires comme les deux Germaniae et une province comme la Rhétie, d’abord procuratorienne puis prétorienne. Dans le cas d’une province consulaire, on doit sans aucun doute compter avec quelque 200 officiales au moins qui aidaient le gouverneur à accomplir ses tâches judiciaires et administratives et auxquels s’ajoutaient au moins 100 stratores et plus de 100 equites singulares ; il est en outre possible, mais pas établi de façon assurée, que les pedites singulares, dont le nombre s’élevait à 200 personnes au minimum, aient également stationné dans la capitale d’une telle province47. Quant au procurator Raetiae, il avait à sa disposition peut-être quelque 50 officiales provenant de l’armée de sa province, quelques equites singulares et plusieurs dizaines de membres de la familia Caesaris qui l’aidaient dans le domaine de l’administration financière48. Le personnel d’un gouverneur prétorien devait représenter probablement la moitié environ de celui d’un gouverneur consulaire.

  • 49 CIL XIII, 6807 = CBI 118 resp. CIL XIII, 6800.

22La position sociale de ces officiales ne dépendait pas de ces chiffres si différents. On en trouve un exemple sur les inscriptions de Mayence. En 219, les bb(ene)ff(iciarii) co(n)s(ularis) G(ermaniae) s(uperioris) ont honoré le gouverneur sortant de charge en érigeant un monument aux dimensions et caractéristiques identiques à celui par lequel la civitas Treverorum avait remercié la legio XXII Primigenia pour son aide militaire lors d’un siège. Ces bénéficiaires, c’est-à-dire un groupe de 120 personnes, avaient apparemment dépensé les mêmes moyens qu’une cité importante qui avait dû adresser ses remerciements pour une aide intervenue dans une situation particulièrement dangereuse49.

  • 50 CIL III, 5812 = IBR 123.
  • 51 CIL III, 5823 = IBR 134 (apparemment seulement la moitié droite de l’inscription est conservée – d (...)

23Ce qui vaut pour des collectivités d’officiales vaut également pour des officiales individuels. Les monuments funéraires érigés pour des officiales à Augusta Vindelicum sont particulièrement impressionnants. Un pilier funeraire monumental d’une hauteur de presque 4 mètres a été érigé pour un exactus consularis (et ses parents), c’est-à-dire un simple greffier qui n’occupait pas une position très élevée dans un officium50. Le monument funéraire d’un decurio alae et singularis consularis a dû avoir une largeur de plus de 3 mètres51.

  • 52 Voir Haensch 2001, 95 sq., 100 sq.
  • 53 Cela dépend du caractère des tâches du dispensator mentionné dans AE 1984, 664 (voir n. 18) si l’o (...)

24À Cologne et Mayence, on ne connait pas de monuments similaires. Peut-être est-ce dû seulement au hasard des découvertes archéologiques ? Ou bien faut-il prendre en compte le fait que la position des officiales d’un gouverneur était peut-être plus élevée dans une cité assez petite que dans une vraie colonia, dans laquelle beaucoup de citoyens choisissaient encore le service dans l’armée52, ou en un lieu de garnison où de nombreuses personnes avaient un grade comparable ? Mais on peut également considérer que les types de monuments choisis par les officiales dans ces deux cités – des stèles et des sarcophages – n’offraient pas autant de possibilités de se détacher de leur contexte53.

Origines et histoire des capitales provinciales : Cologne, Mayence et Augsbourg durant l’Antiquité

  • 54 Eck 2002 ; Galsterer 1999, 257.

25En règle générale, les caractéristiques des trois capitales traitées dans cette étude étaient différentes, même si les trois cités avaient des origines semblables. Elles tiraient toutes leurs origines de cette période pendant laquelle Auguste essaya d’occuper toute la Germanie. Elles furent toutes les trois apparemment d’abord des installations militaires. Ce qui est admis dans le cas de Mogontiacum et d’Augusta Vindelicum est maintenant également souligné par les travaux récents sur les origines de la Cologne romaine54.

  • 55 Voir par exemple Galsterer 1999, 257 ; Hellenkemper 1987, 462 sq.
  • 56 Eck 2002 ; Galsterer 1999, 259 ; Id. 2001, 23 avec n. 25, 25 ; Haensch 1999, 642 sq. avec n. 11 av (...)
  • 57 Cf. en dernier lieu Haensch 1999, 642 sq.
  • 58 Rothenhöfer 2003, 286.
  • 59 Galsterer 2001, 22 ; Heinrichs 2003, 279, 333.

26C’est déjà pendant la première décennie ap. J.-C. que l’agglomération située à l’emplacement de Cologne s’est développée ou a été conçue comme une impressionante agglomération civile. D’un point de vue archéologique, l’« Ubiermonument55 » par exemple le montre et nos informations sur l’ara Ubiorum – sans aucun doute le centre du culte de l’empereur pour toute la Germanie56 – le confirment57. Même si la thèse récente d’une localisation de l’ara Ubiorum au sud de Gürzenich au bord du Rhin n’est pas fondée sur des arguments incontestables, il n’y a aucun doute que cette ara a donné un caractère supra-régional à la cité des Ubiens. D’après les travaux récents, il semble que le développement de ce centre urbanistique n’était pas seulement la conséquence indirecte de la présence des commandants en chef de l’armée du Rhin, mais que sa conception doit être attribuée aux autorités romaines58. De toute façon, le premier centre de la civitas Ubiorum, après l’établissement de la tribu par Agrippa sur la rive gauche du Rhin, ne semble pas être devoir localisé à Cologne59.

  • 60 Haensch 1997a, 71 sq.
  • 61 Tac., Ann., I, 39, 3 ; cf. 39 sq., particulièrement 44, 1 ; XII, 27, 1, pour l’interprétation Haen (...)
  • 62 Haensch 1999, 644 avec n. 31.

27Le développement rapide de l’agglomération située sur le site de la Cologne moderne laisse penser que ce n’est pas seulement par accident qu’Agrippine la Jeune naquit dans l’oppidum Ubiorum en 16 ou 17 ap. J.-C. Contrairement à ce qui a été écrit, nous n’avons pas d’indices attestant que le camp légionnaire de Vetera ait été la résidence du commandant en chef de l’armée du Rhin60. Ce que nous savons de Germanicus montre qu’il résidait au contraire dans l’oppidum Ubiorum61. Malheureusement, l’état actuel de la recherche archéologique ne nous permet pas de déterminer exactement s’il résidait déjà dans le prétoire bien connu situé au bord du Rhin62.

  • 63 Tac., Ann., XII, 27, 1 ; cf. Haensch 1999 avec la bibliographie mentionnée dans la note 62.
  • 64 Eck 2004, 152 sq. Généralement divers diplômes militaires publiés dans les dernières années ont mo (...)

28Mais nous ne pouvons pas être sûrs que cet oppidum Ubiorum serait un jour devenu une colonia civium Romanorum si Agrippine n’était pas devenue la femme de l’empereur Claude. Ce furent des raisons de politique intérieure propre à Rome et sa situation au sein de la cour impériale qui poussèrent Agrippine à demander à son mari d’élever le lieu de sa naissance au statut de colonia civium Romanorum, qui reçut probablement un privilège supplémentaire avec l’octroi du ius Italicum63. Agrippina voulait gagner une position égale à celle de son mari, dans le plus grand nombre de domaines. Ce qui est évident au regard du nom exceptionnel de la nouvelle colonie – la première cité romaine nommée d’après une femme – est affirmé explicitement par Tacite. Seules des raisons propres au développement intérieur de la cité furent probablement décisives pour le succès de cette colonie. La réussite rapide s’observe par le fait que déjà en l’an 69, les Germains ne réussirent pas à séparer les vieux habitants de l’oppidum Ubiorum et les vétérans récemment domiciliés sur ce lieu. Cet amalgame si rapide – même si la citoyenneté romaine ne fut pas accordée en 50 ap. J.-C. à tous les Ubiens d’après la recherche récente – doit s’expliquer en grande partie par le degré attendu de l’urbanisation et de la romanisation des Ubiens et les avantages économiques résultant de la localisation de cette cité64.

  • 65 CIL XIII, 6816 = CSIR II 5, 59. Surtout on doit penser au temps de préparation pour la campagne co (...)

29Le sort de la Mayence romaine montre jusqu’à quel point son développement résulte de raisons spécifiques. Mogontiacum fut probablement pour un certain temps le quartier général des commandants en chef de l’armée du Rhin, à l’instar de l’oppidum Ubiorum. Un argument qui va dans ce sens est l’existence d’une épitaphe d’excellente qualité pour un praefectus fabrum de Tiberius Caesar, c’est-à-dire pour l’un des plus proches collaborateurs de Tibère entre 4 et 12 ap. J.-C.65. Mais tandis que l’oppidum Ubiorum cessa dès le principat de Tibère d’être le lieu de garnison d’une légion, Mayence le resta au moins jusqu’au milieu du IVe siècle. Dans certaines périodes du Ier siècle, il y eut jusqu’à trois légions stationnées à Mayence et dans les environs (fig. 5). Dans la Colonia Claudia Ara Agrippinensium, seule la flotte resta présente.

  • 66 Raepsaet-Charlier 1999, 311 sq. ; contre cette thèse Haensch 2003, 82 sq. ; Schumacher 2003, 11.
  • 67 Une liste chez Raepsaet-Charlier 1999, 348 sq.
  • 68 CIL XIII, 6727 ; Schumacher 2003, 11 ne veut même pas voir dans cette inscription une preuve irréf (...)
  • 69 G 293-296 (dans le cas de G 76 on peut penser également à un decurio militaire) ; G 5. 292 ; G 4. (...)

30Comme je l’ai déjà mentionné, Mogontiacum avait comme l’oppidum Ubiorum une fonction symbolique supra-régionale en rapport avec la maison impériale. Mais contrairement à ceux de l’oppidum Ubiorum, les monuments de Mayence évoquaient le deuil, et non l’obstination orgueilleuse comme l’ara Ubiorum ou la joie générale qu’Agrippina aurait voulu lier à son lieu de naissance. Ce fut peut-être l’existence de ces monuments funéraires qui empêcha les diverses agglomérations qui se développèrent près du camp de Mayence d’être promues au rang de cité. Une étude récente a essayé de montrer que Mogontiacum avait le statut d’une colonia avec le ius Latii66. Mais tous les arguments invoqués ne peuvent pas écarter l’argument central contre cette thèse : sur les 900 inscriptions de toutes sortes trouvées à Mayence, il n’y en a qu’une, datée de l’époque de Dioclétien, qui mentionne le civitas Mog[ontiac(ensis)]. Nous connaissons entre autres cinq inscriptions de différentes périodes qui mentionnent le conventus civium Romanorum et ses titulaires ainsi qu’au moins huit témoignages de vici et de ses fonctionnaires67. Il y avait donc des institutions communes pour des groupes d’habitants, mais l’ensemble de l’agglomération obtint apparemment très tard, au IIIe siècle, l’autonomie municipale68. L’absence d’autres inscriptions mentionnant une civitas Mogontiacensis et ses institutions est d’autant plus significative si l’on compare la situation de Mayence avec celle la Colonia Claudia Ara Agrippinensium. Nous connaissons en effet un nombre comparable d’inscriptions provenant des deux noyaux urbanistiques de ces deux agglomérations. Or parmi les inscriptions de la Cologne romaine, on trouve au moins quatre inscriptions des décurions de la cité, probablement deux qui mentionnent des magistrats et quatre qui se réfèrent à un décret des décurions69. Même si le gouverneur de la Germanie Supérieure résidait à Mogontiacum, l’agglomération civile qui s’était constitué auprès de la legio XXII Primigenia n’était apparemment pas plus privilégiée que les agglomérations de la même nature autour des camps de Bonn, d’Argentorate ou de Castra Regina.

  • 70 Bakker 1999, particulièrement 461 : au moins huit hectares, probablement dix hectares ; cette inst (...)
  • 71 Voir par exemple Bakker 1984, 38 sq. ; Id. 1994, 88 ; Id. 2000, 92, 94 ; Dietz et Czysz 2001, 51 s (...)
  • 72 Haensch 1997 a, 89 sq., 238 sq., 338 sq., 366 sq.
  • 73 La thèse selon laquelle c’est un praetorium qui aurait été fouillé à Magdalensberg n’est aujourd’h (...)
  • 74 Voir dans ce contexte Eck 1999, 245 avec n. 36.
  • 75 Voir Alföldy 1997.

31Si Mogontiacum n’a jamais reçu avant la fin du IIIe siècle le statut municipal, il n’est pas impossible que le gouverneur de la Rhétie ait résidé au Ier siècle en un lieu qui n’était peut-être qu’un camp militaire (mais d’une grandeur considérable70). La question de savoir si le procurateur gouverneur de la Rhétie résidait déjà au Ier siècle à Augsbourg est l’une des questions qui n’ont pas encore été résolues. La thèse selon laquelle ces gouverneurs résidaient au Ier siècle plutôt à Cambodunum a été défendue dans les études archéologiques publiés ces deux dernières décennies71. Dans cette perspective, seul un changement de capitale pourrait expliquer l’existence de constructions monumentales à Cambodunum pendant la deuxième moitié du Ier siècle et l’absence de vestiges similaires dans les trouvailles faites à Augsbourg au Ier siècle. Cette thèse reste fragile pour plusieurs raisons. Ce que nous savons du lieu de résidence des gouverneurs indique qu’un changement de capitale provinciale était extrêmement rare et résultait uniquement de circonstances remarquables72. Or on ne voit pas quelle importante raison aurait conduit le procurateur de la Rhétie à déplacer sa résidence à la fin du Ier siècle. Cette période ne présente en effet aucun tournant pour le développement de la Rhétie. En revanche, la route centrale de cette province conçue par l’empereur Claude, la Via Claudia, était déjà orientée vers Augusta Vindelicum. Il faut ajouter que les arguments d’ordre archéologique sont loin d’être décisifs. Il ne faut pas oublier qu’on n’a jamais rien construit sur les vestiges romains de Kempten (Cambodunum). Pour cette raison, les vestiges provenant de cette ville sont beaucoup mieux conservés et beaucoup plus faciles à fouiller que ceux d’Augsbourg. Certes nous ne connaissons à Augsbourg aucune inscription de procurateurs-gouverneurs ou de leur personnel, mais on n’en a pas davantage à Kempten. Nous n’avons aucun indice suggérant qui a projeté et financé à Cambodunum le complexe de la basilica, du forum et de cet habitat qu’on appelait autrefois Unterkunftshaus et que l’on nomme désormais praetorium. Même si l’on est d’avis que le Unterkunftshaus doit avoir été la maison d’un personnage important, on ne peut pas exclure l’hypothèse qu’il s’agisse d’une famille de la couche supérieure de la tribu qui aurait fait fortune en appuyant la politique d’Auguste envers la Germanie libre ou plutôt à l’occasion des troubles résultant de la guerre civile de l’année 69. Jusqu’à présent, nous ne savons rien de ce que les premiers empereurs tenaient pour convenable pour un procurateur-gouverneur d’une petite province alpine73. On ne doit pas oublier que ces premiers gouverneurs équestres avaient encore une position sociale qui n’était guère supérieure à celle d’un praefectus civitatis74. Pour terminer, il faut rappeler que l’identification du sanctuaire présumé du culte impérial de la province à Cambodunum pose plus d’un problème. La Rhétie n’était pas une grande province et le nombre des civitates y était restreint. Pourquoi les délégations d’un petit nombre de civitates avaient-elles besoin d’une aire de 4,26 hectares ? Et pourquoi ne trouve-t-on dans cette vaste aire ni monuments érigés par le concile ni bâtiments pour ses besoins, mais seulement une grande base ? Est-ce qu’il n’est pas plus vraisemblable de penser qu’on a trouvé le lieu d’assemblée générale des Estiones, c’est-à-dire de la tribu qui habitait près de Cambodunum ? De toute façon, la discussion sur le sanctuaire provincial présumé de Tác (Gorsium ?) en Pannonie inférieure a montré que les arguments reposant sur la grandeur exceptionnelle de la place sont très fragiles75.

  • 76 Voir la liste et l’interprétation chez Haensch 1993, 33.
  • 77 Eck 1995.
  • 78 CIL XIII, 6797 = ILS 7076 (43) ; CIL XIII, 11806 = ILS 9235 (63-67 ?).

32Le débat sur l’identification de la première capitale de la Rhétie touche une autre question concernant l’ensemble des trois capitales examinées. Nous ne savons presque rien de la manière dont les autorités romaines cherchèrent à imprimer leur marque sur le paysage urbain de ces trois capitales. Nous connaissons bien sûr au moins dans le cas de la Colonia Claudia Ara Agrippinensium six inscriptions qui mentionnent des constructions faites par des gouverneurs. Mais quatre de ces inscriptions concernent avec certitude des bâtiments liés directement tel le praetorium à l’administration provinciale. Dans le cas de deux autres, nous ne savons rien de précis sur les constructions entreprises. La même analyse vaut pour les inscriptions mentionnant l’empereur76. Dans un seul cas, on a avancé l’idée que l’une d’entre elles renvoyait le cas échéant à la construction de l’aqueduc de Cologne77. Le même problème se pose à Mogontiacum et à Augusta Vindelicum. Il n’y a pas d’inscription mentionnant le gouverneur ou l’empereur qui soit lié sans aucun doute à la construction d’un bâtiment de caractère urbain et civil comme par exemple des thermes. Bien sûr, ces résultats décevants s’expliquent, partiellement au moins, par le fait que presque toutes les inscriptions ne nous sont parvenues que dans un état fragmentaire. Mais cet état de fait n’explique pas tout : nous connaissons deux inscriptions de Mayence qui mentionnent le gouverneur comme dédicant de monuments érigés (et payés) par des groupes civils commes des negotiatores ou des canaba[ri]78.

  • 79 Eck 1982, 543 sq. ; 1991, 81 sq. ; Haensch 1999, 653 sq.
  • 80 Eck 1982, 549 sq. (cf. Eck 1991, 74 sq.) – seulement un exemple incertain d’un sénateur provenant (...)
  • 81 Syme 1988, 91.
  • 82 Colonia Claudia Ara Agrippinensium : CIL XIII, 8356 = G 332 : sc(h)olasti[[ti]]cus ; Mogontiacum :(...)

33Les deux inscriptions qui viennent d’être mentionnées sont importantes également pour un autre aspect. Il est probablement significatif qu’elles datent de la première moitié du Ier siècle. Il est vraisemblable qu’à cette époque, le nombre des personnes provenant de l’Italie et habituées par leur origine à la culture épigraphique romaine était plus élevé que par la suite. On a remarqué que même dans une capitale de province et colonie romaine comme la Colonia Claudia Ara Agrippinensium, la pratique romaine d’honorer des personnages importants et appréciés de la communauté en question par une statue dotée d’une inscription n’était apparemment jamais devenue une habitude courante79. Mais on a également souligné que ce déficit en terme de « romanisation » ne pouvait qu’en partie expliquer la raison pour laquelle nous connaissons si peu des membres de l’ordre équestre et de l’ordre sénatorial provenant des capitales des deux Germanies et de la Rhétie80. Et – pour mentionner une autre caractéristique culturelle81 – nous avons des témoignages témoignant de la présence d’experts juridiques dans les trois cités en question, comme on les attend dans une capitale provinciale, mais leur nombre n’est pas du tout élevé82.

  • 83 CIL XIII, 6727 resp. CIL III, 5810, cf. p. 1853 = ILS 618 = IBR 121 (CIL III, 5785 = IBR 95 peut d (...)
  • 84 CIL XIII, 8201 = ILS 4312 = G 60.
  • 85 On pouvait utiliser le mot veredarius pour désigner un agens in rebus (Hier. In Abd. 17, 18). Mais (...)
  • 86 Rupprecht 1988, 273 s. (= AE 1990, 744).
  • 87 Not. Gall. 7, 1 ; 8, 1.
  • 88 La Notitia dignitatum (Occ. XI 30) mentionne seulement un praepositus thesaurorum Augustae Vindeli (...)
  • 89 Harris 1978.

34Avant de finir ce tour d’horizon sur les trois capitales localisées sur le sol de l’Allemagne contemporaine, sur les problèmes qu’elles suscitent et sur les recherches récentes, je voudrais ajouter quelques mots sur l’Antiquité tardive. Cette période est malheureusement marquée par le manque d’informations sur le rôle des trois cités comme capitales. Bien sûr, Ammien Marcellin parle plusieurs fois de Cologne et Mayence, mais il ne mentionne jamais les deux gouverneurs des deux Germanies. Les dernières inscriptions de Mogontiacum et d’Augusta Vindelicum qui mentionnent des gouverneurs datent de l’époque tétrarchique83. Dans le cas de la Colonia Claudia Ara Agrippinensium, le dernier témoignage précisément daté fait référence à un gouverneur de l’année 21184. Aucune des inscriptions mentionnant des gouverneurs qui ne sont pas datées avec précision ne fait partie des inscriptions datées de l’époque tétrarchique ou du IVe siècle. La même remarque vaut pour les témoignages du personnel administratif. Dans le cas de la Cologne romaine, aucune de ces inscriptions n’est datable après 25085. Cela vaut aussi pour Augsbourg. Dans le cas de Mayence, on connaît peut-être un témoignage un peu plus tardif. Un élément de construction avec une demi-colonne comme élément principal a été publié. Sur cette demi-colonne figure le dessin d’une lance stylisée du type dit lance des bénéficiaires. Ce dessin renvoie peut-être aux beneficiarii du bureau du gouverneur. Si l’on a résolu correctement l’abréviation leg. XXII VIC.C. en leg(io) XXII Vic(trix) C(onstans), cette inscription date de la fin du IIIe siècle au plus tard86. Au vu de ce manque de sources, seule la Notitia Galliarum nous apprend que la Colonia Claudia Ara Agrippinensium et Mogontiacum sont restés des capitales. On le déduit généralement du fait que chacune de ces deux cités étaient désignée dans ce document comme metropolis de sa province87 (puisque la Raetia II faisait partie du dioecesis Italiae, nous n’avons même pas une telle mention88). Mais la Notitia Galliarum dans sa forme présente constitue un document ecclésiastique qui donne l’ordre hiérarchique des évêchés dans les provinces89. Bien sûr, cet ordre a pris pour modèle l’ordre étatique, comme le canon 5 du concile de Nicée et le canon 9 d’Antioche nous en informent. Mais le fait est que nous sommes mieux informés sur la nouvelle fonction de capitale ecclésiastique (qui allait être typique au Moyen Âge) que sur la période précédente durant laquelle les cités en question furent des capitales provinciales.

Figure 1. – Plan de la Colonia Claudia Ara Agrippinensium (d’après Dietz, K. 1997, Colonia Agrippinensis, Der neue Pauly III, Stuttgart, Weimar).

Figure 2. – Plan d’Augusta Vindelicum (d’après Schaub 2001a).

Figure 3. – Plan du prétoire du Haut-Empire à Caesarea (d’après Cotton, Eck 2001).

Figure 4. – Plan du palais de Caesarea, qui était utilisé d’abord par le procurator Syriae Palaestinae puis par le consularis Palaestinae I. Le plan reproduit la dernière phase de la construction (d’après Patrich, 2000).

Figure 5. – Plan de Mogontiacum au IIIe siècle
(d’après Rupprecht, G. 1990, Die Römer in Rheinland-Pfalz, Stuttgart).

Bibliographie

Bibliographie

Alföldy, G. (1997). « Die Großen Götter von Gorsium », ZPE 115, 225-241.

Alföldy, G. (2001). « Probleme rätischer Inschriften. Zur Methode der epigraphisch – historischen Forschung », dans P. Barceló et V. Rosenberger (éd.), Humanitas – Beiträge zur antiken Kulturgeschichte. Festschrift für Gunther Gottlieb zum 65. Geburtstag. Munich, 9-44.

Austin, N. J. E. et Rankov, N. B. (1995). Exploratio. Military and political intelligence in the Roman World from the Second Punic War to the Battle of Adrianople. Londres-New York.

Bakker, L. (1984). « Die Anfänge der Zivilsiedlung Augusta Vindelicum », dans G. Gottlieb (éd.), Geschichte der Stadt Augsburg von der Römerzeit bis zur Gegenwart. Stuttgart, 34-40.

Bakker, L. (1994). « Kastell und Markthalle : Ausgrabungsergebnisse in Augusta Vindelicum », dans Das archäologische Jahr in Bayern 1993. Stuttgart, 87-92.

Bakker, L. (1995). « Augsburg », dans W. Czysz et al. (éd.). Die Römer in Bayern. Stuttgart, 419-425.

Bakker, L. (1999). « Der Militärplatz von Oberhausen und die weitere militärische Präsenz im römischen Augsburg », dans W. Schlüter et R. Wiegels (éd.), Rom, Germanien und die Ausgrabungen von Kalkriese : Internationaler Kongress der Universität Osnabrück und des Landschaftsverbandes Osnabrücker Land e. V. vom 2. bis 5. September 1996, Osnabrücker Forsch. zu Altertum und Antike-Rezeption 1. Osnabrück, 451-465.

Bakker, L. (2000). « Augusta Vindelicum. Augsburgs Weg vom römischen Garnisonsort zur Hauptstadt Raetiens », dans L. Wamser (éd.), Die Römer zwischen Alpen und Nordmeer. Zivilisatorisches Erbe einer europäischen Militärmacht. Katalog-Handbuch zur Landesausstellung des Freistaates Bayern Rosenheim 2000. Mainz, 88-94.

Bakker, L. (2001) (éd.), Augsburger Beiträge zur Archäologie. Sammelband 2000. Augsburg.

Becker, A. (2002). « Die Ausgrabungen in Lahnau-Waldgirmes », dans Ph. Freeman et al. (éd.), Limes XVIII, Proceedings of the XVIIIth International Congress of Roman Frontier Studies held in Amman, Jordan (September 2000), BAR International Series 1084, volume I. Oxford, 461-465.

Bellen, H. (1997a). « Das Drususdenkmal apud Mogontiacum und die Galliarum civitates », dans L. Schumacher (éd.), Politik – Recht – Gesellschaft. Studien zur Alten Geschichte. Stuttgart, 85-101.

Bellen, H. (1997b). « Der römische Ehrenbogen von Mainz-Kastel : Ianus Germanici aut Domitiani ? », L. Schumacher (éd.), Politik – Recht – Gesellschaft. Studien zur Alten Geschichte. Stuttgart, 103-113.

Birley, A. R. (1997). Hadrian. The restless emperor. Londres-New York.

Brühl, C. (1990). Palatium und civitas. Studien zur Profantopographie spätantiker Civitates vom 3. bis zum 13. Jahrhundert, Band II: Belgica I, beide Germanien und Raetia II. Cologne.

Burrell, B. (1996). « Palace to Praetorium: The Romanization of Caesarea », dans A. Raban et K. G. Holum (éd.), Caesarea Maritima: A Retrospective after Two Millenia. Leiden, 228-247.

Christol, M. (1990). « Ti. Claudius Proculus Cornelianus, procurateur de la région de Théveste », dans A. Mastino (éd.), L’Africa Romana. Atti del VII convegno di studio Sassari, 15-17 dicembre 1989. Sassari, 893-904.

Cotton, H. M. et Eck, W. (2001). « Governors and Their Personnel on Latin Inscriptions from Caesarea Maritima », dans The Israel Academy of Sciences and Humanities. Proceedings volume VII, n° 7, 215-240.

Crawford, M. H. et al. (1996). Roman Statutes volume I, Bull. Inst. Class. Stud. Suppl. 64, Londres.

Czysz, W. (1995). « Das zivile Leben in der Provinz », dans Czysz, W. et al. (éd.), Die Römer in Bayern. Stuttgart, 177-308.

Daubner, F. (2007). «Der Fährmann des Statthalters. Zu einer neuen Steininschrift aus Köln», ZPE 161, 277-279.

Deininger, J. (2000). «Germaniam pacare. Zur neueren Diskussion über die Strategie des Augustus gegenüber Germanien», Chiron 30, 749-773.

Diaconescu, A. et Piso, I. (1993). « Apulum », dans D. Alicu et H. Boegli (éd.), La politique édilitaire dans les provinces de l’empire Romain. Actes du 1er colloque Roumano-Suisse DEVA 1991. Cluj-Napoca, 67-82.

Dietz, K. et Czysz, W. (2001). « Die Römer in Schwaben », dans A. Kraus (éd.), Handbuch der Bayerischen Geschichte. Dritter Band, zweiter Teilband. Geschichte Schwabens bis zum Ausgang des 18. Jahrhunderts. Munich, 46-95.

Di Vita, A. (éd.) (2000-2001). Gortina V 1-3. Lo scavo del pretorio (1989-1995). Rome.

Eck, W. (1982). «Senatoren aus Germanien, Raetien, Noricum? », Tituli 5, 539-552.

Eck, W. (1984). «Niedergermanische Statthalter in Inschriften aus Köln und Nettersheim», BJ 184, 97-105.

Eck, W. (1985). Die Statthalter der germanischen Provinzen vom 1.-3. Jahrhundert, Epigraphische Studien 14. Cologne-Bonn.

Eck, W. (1990). «Ein armamentarium für die equites und pedites singulares in Köln», KJ 23, 127-130.

Eck, W. (1991). « Die Struktur der Städte in den nordwestlichen Provinzen und ihr Beitrag zur Administration des Reiches », dans W. Eck et H. Galsterer (éd.), Die Stadt in Oberitalien und in den nordwestlichen Provinzen des Römischen Reiches. Deutsch-Italienisches Kolloquium im italienischen Kulturinstitut Köln, Kölner Forschungen 4. Mayence, 73-84.

Eck, W. (1995). «Antoninus Pius als Stifter eines Aquädukts für die Colonia Claudia Ara Agrippinensium?», KJ 28, 631-634.

Eck, W. (1997). « Der Kaiser, die Führungsschichten und die Administration des Reiches (von Vespasian bis zum Ende der antoninischen Dynastie) », dans Die Verwaltung des Römischen Reiches in der Hohen Kaiserzeit. Ausgewählte und erweiterte Beiträge. 2. Band. Bâle-Berlin, 3-145.

Eck, W. (1999). « Rom und die Provinz Iudaea/Syria Palaestina : Der Beitrag der Epigraphik », dans A. Oppenheimer (éd.), Jüdische Geschichte in hellenistisch – römischer Zeit, Wege der Forschung : Vom alten zum neuen Schürer, Schriften des historischen Kollegs Kolloquien 44. Munich, 237-263.

Eck, W. (2002). «Die Anfänge der römischen Köln. Logistisches Zentrum zur Unterwerfung Germaniens», Kölner Universitätsjournal 32, 2, 56-59.

Eck, W. (2003). «Suffektkonsuln der Jahre 132-134 und Hadrians Rückkehr nach Rom im Jahr 132», ZPE 143, 234-242.

Eck, W. (2004). Köln in römischer Zeit. Cologne.

Eck, W. (2007a). La romanisation de la Germanie. Paris.

Eck, W. (2007b). Rom und Judaea. Tübingen.

Eck, W. et Hesberg, H. von (2003). « Der Rundbau eines Dispensator Augusti und andere Grabmäler der frühen Kaiserzeit in Köln – Monumente und Inschriften », KJ 36, 151-205.

Egger, R. (1966). Das Praetorium als Amtssitz und Quartier römischer Spitzenfunktionäre, Öst. Akad. Wiss. Phil. Hist. Kl. Sitzungsber. 250, 4. Vienne.

Ehmig, U. (1996). «Garum für den Statthalter. Eine Saucenamphore mit Besitzeraufschrift aus Mainz», MAZ 3, 25-56.

Ehmig, U. (2001). « Cottana ermittelt : Syrische Feigen und andere Weinimporte. Tituli picti auf römischen Amphoren in Augsburg », dans L. Bakker (éd.), Augsburger Beiträge zur Archäologie. Sammelband 2000. Augsbourg, 55-69.

Ehmig, U., Liou, B. et Long, L. (2004). « Le garum de Caius Saturius Secundus, gouverneur de la province romaine de Rétie », REA 106, 123-131.

Galsterer, H. (1992). « Des Éburons aux Agrippiniens. Aspects de la romanisation en Rhénanie », CCG 3, 109-119.

Galsterer, H. (1999). « Kolonisation im Rheinland », dans M. Dondin-Payre et M.-Th. Raepsaet-Charlier (éd.), Cités, Municipes, Colonies. Les processus de municipalisation en Gaule et en Germanie sous le Haut Empire romain. Paris, 251-269.

Galsterer, H. (2001). « Romanisation am Niederrhein in der frühen Kaiserzeit », dans Th. Grünewald (éd.), Germania inferior. Besiedlung, Gesellschaft und Wirtschaft an der Grenze der römisch-germanischen Welt, RGA-E Band 28. Berlin-New York, 19-35.

Gottlieb, G. (éd.) (1984) = Geschichte der Stadt Augsburg von der Römerzeit bis zur Gegenwart. Stuttgart.

Haensch, R. (1993). «Das römische Köln als “Hauptstadt” der Provinz Germania inferior», Geschichte in Köln 33, 5-40.

Haensch, R. (1997a). Capita provinciarum. Statthaltersitze und Provinzialverwaltung in der römischen Kaiserzeit. Mayence.

Haensch, R. (1997 b). « Zur Konventsordnung in Aegyptus und den übrigen Provinzen des römischen Reiches », dans B. Kramer et al. (éd.). Akten des 21. Internationalen Papyrologenkongresses. Berlin. 13-19. 8. 1995, Archiv für Papyrusforschung Beiheft 3, Band I. Stuttgart-Leipzig, 320-391.

Haensch, R. (1999). «Die Colonia Claudia Ara Agrippinensium – ein typischer Statthaltersitz? », KJ 32, 641-655.

Haensch, R. (2001). «Inschriften und Bevölkerungsgeschichte Niedergermaniens. Zu den Soldaten der legiones I Minervia und XXX Ulpia Victrix», KJ 34, 89-134.

Haensch, R. (2003). « Mogontiacum als “Hauptstadt” der Provinz Germania superior », M. J. Klein (éd.), Die Römer und ihr Erbe. Fortschritt durch Innovation und Integration. Mayence, 71-86.

Halfmann, H. (1986). Itinera principum. Geschichte und Typologie der Kaiserreisen im Römischen Reich. HABES 2, Stuttgart.

Harris, J. (1978). «Church and State in the Notitia Galliarum», JRS 68, 26-43.

Heinrichs, J. (2003). « Ubier, Chatten, Bataver. Mittel- und Niederrhein ca. 70-1 v. Chr. anhand germanischer Münzen », dans Th. Grünewald et S. Seibel (éd.), Kontinuität und Diskontinuität. Germania Inferior am Beginn und am Ende der römischen Herrschaft, RGA-E Band 35. Berlin-New York, 266-344.

Hellenkemper, H. et al. (1987). « Köln », dans H. G. Horn (éd.), Die Römer in Nordrhein – Westfalen. Stuttgart, 459-497.

Kérdö, K. (1999). « Die neuen Forschungen im Gebiet des Statthalterpalastes von Aquincum », dans N. Gudea (éd.), Roman Frontier Studies. Proceedings of the XVIIth International Congress of Roman Frontier Studies. Zalau, 651-662.

Kérdö, K. (2003). « Der Statthalterpalast von Aquincum », dans Forschungen in Aquincum 1969-2002. Budapest, 112-119.

Klumbach, H. (1964). «Nigraschüssel mit Inschrift aus Mainz», Germania 42, 59-65.

Kolb, A. (2000). Transport und Nachrichtentransfer im Römischen Reich. Klio N. F. 2, Berlin.

Landesamt (1985). Die Römer in Schwaben. Jubiläumsausstellung 2000 Jahre Augsburg veranstaltet vom Bayerischen Landesamt für Denkmalpflege und der Stadt Augsburg, Zeughaus, 23. Mai-3. November 1985. Stuttgart.

Lavan 1999= The Residences of Late Antique Governors: A Gazetteer, AnTard 7, 1999, 135-164.

Lavan, L. (2001). « The praetoria of civil governors in late antiquity », dans L. Lavan (éd.), Recent Research in Late Antique Urbanism, JRA Suppl. 42. Portsmouth R. I., 39-56.

Le Bohec, Y. (1992). « Ti. Claudius Proculus Cornelianus, procurateur de la région de Theveste », ZPE 93, 107-116.

Nelis-Clément, J. (2000). Les beneficiarii : militaires et administrateurs au service de l’empire (Ier s. av. J.-C.-VIe s. ap. J.-C.), Ausonius Études 5, Bordeaux.

Neu, S. (1981). «Ein römischer Rundbau in Köln», Bull. Mus. Köln 4, 45-47.

Palme, B. (1999). «Die officia der Statthalter in der Spätantike. Forschungsstand und Perspektiven», Ant Tard 7, 85-133.

Patrich, J. (2000). « A Government Compound in Roman-Byzantine Caesarea », dans Proceedings of the Twelfth World Congress of Jewish Studies. Division B: History of the Jewish People. Jerusalem, 35*-44*.

Piso, I. (2001). « De nouveau sur les Lucii Antonii de Sarmizegetusa », dans Studii de istorie antica. Omagiu Profesorului Ioan Glodariu. Bibliotheca Musei Napocensis XX. Cluj-Napoca, 363-370.

Precht, G. (1973). Baugeschichtliche Untersuchungen zum römischen Praetorium in Köln, Rheinische Ausgrabungen Band 14. Cologne.

Raepsaet-Charlier, M.-Th. (1999). « Les institutions municipales dans les Germanies sous le Haut-Empire : bilan et questions », dans M.-Th. Raepsaet-Charlier et M. Dondin-Payre (éd.). Cités, municipes, colonies. Les processus de municipalisation en

Gaule et en Germanie sous le Haut Empire romain. Histoire ancienne et médiévale 53. Paris, 271-352.

Rankov, B. (1999). « The governor’s men: the officium consularis in provincial administration », dans A. Goldsworthy et I. Haynes (éd.), The Roman Army as a Community, JRA Suppl. 34. Portsmouth R. I., 15-34.

Rasbach, G. (2002). « Die spätaugusteische Siedlung in Lahnau-Waldgirmes – Zusammenfassende Bemerkungen zum Stand der Fundauswertung », dans Ph. Freeman et al. (éd.), Limes XVIII, Proceedings of the XVIIIth International Congress of Roman Frontier Studies held in Amman, Jordan (September 2000), BAR International Series 1084, vol. I. Oxford, 433-440.

Rollinger, R. (2004). «Cambodunum versus Augusta Vindelicum. Zur Frage des Staathaltersitzes der Provinz Raetien im 1 Jh. n. Chr., Tyche 19, 149-155.

Rothenhöfer, P. (2003). «Geschäfte in Germanien. Zur Ausbeutung von Erzlagerstätten unter Augustus in Germanien», ZPE 143, 277-286.

Rupprecht, G. (1988). «Epigraphica», MZ 83, 271-286.

Schaub, A. (2001a). « Zur Lokalisierung des Forums von Augusta Vindelicum. Archäologische Aspekte zur Diskussion über die Provinzhauptstadt Raetiens », dans L. Bakker (éd.). Augsburger Beiträge zur Archäologie. Sammelband 2000. Augsburg, 27-41.

Schaub, A. (2001b). «Die förmliche Provinzkonstitution Raetiens unter Tiberius nach dem Zeugnis des Velleius Paterculus», Germania 79, 391-400.

Schaub, A. (2002). « Neue Befunde zur Spätlatène-und frühen Kaiserzeit in Augsburg », dans Ph. Freeman et al. (éd.), Limes XVIII, Proceedings of the XVIIIth International Congress of Roman Frontier Studies held in Amman, Jordan (September 2000), BAR International Series 1084, volume II. Oxford, 559-566.

Schumacher, L. (2003). « Mogontiacum. Garnison und Zivilsiedlung im Rahmen der Reichsgeschichte », dans M. J. Klein (éd.), Die Römer und ihr Erbe. Fortschritt durch Innovation und Integration. Mayence, 1-28.

Sommer, S. (2008). « Die Anfänge der Provinz Raetien », dans I. Piso (éd.), Die römischen Provinzen. Begriffund Gründung. Cluj-Napoca, 207-224.

Syme, R. (1988). « Rival Cities, Notably Tarraco and Barcino », dans A. Birley (éd.), Roman Papers IV. Oxford, 74-93.

Weber, G. (1989). « Die Frühgeschichte Kemptens », dans V. Dotterweich et al. (éd.), Geschichte der Stadt Kempten. Kempten, 3-68.

Weber, G. (2000a). « Cambodunum in der frühen Geschichte Raetiens », dans G. Weber (éd.), Cambodunum – Kempten. Erste Hauptstadt der römischen Provinz Raetien ? Mayence, 18-24.

Weber, G. (2000b). « Die ersten Steinbauten », dans G. Weber (éd.), Cambodunum – Kempten. Erste Hauptstadt der römischen Provinz Raetien ? Mayence, 36-44.

Welwei, K.-W. (1999). « Probleme römischer Grenzsicherung am Beispiel der Germanienpolitik des Augustus », dans W. Schlüter et R. Wiegels (éd.), Rom, Germanien und die Ausgrabungen von Kalkriese : Internationaler Kongress der Universität Osnabrück und des Landschaftsver-bandes Osnabrücker Land e. V. vom 2. bis 5. September 1996, Osnabrücker Forsch. zu Altertum und Antike-Rezeption 1. Osnabrück, 675-688.

Witteyer, M. (1998). « Mogontiacum – Militärbasis und Verwaltungszentrum. Der archäologische Befund », dans F. Dumont, F. Scherf et F. Schütz (éd.), Mainz. Die Geschichte der Stadt. Mayence, 1021-1058.

Wolff, H. (2000). « Das Heer Raetiens und seine “Militärdiplome” im 2. Jahrhundert n. Chr. », BVbl. 65, 155-172.

Zanier, W. (1992). Das römische Kastell Ellingen, Limesforschungen Band 23. Mayence.

Ziethen, G. (1998). « Mogontiacum. Vom Legionslager zur Provinzhauptstadt », dans F. Dumont, F. Scherf, F. Schütz (éd.), Mainz. Die Geschichte der Stadt. Mayence, 39-70.

Dans le cas des publications de papyrus j’ai utilisé les abréviations proposées par Rupprecht, H.-A. (1994). Kleine Einführung in die Papyruskunde. Darmstadt, 226-261 ; dans le cas des publications des inscriptions il faut se référer aux abréviations proposées par Bérard, F. et al. (2000³). Guide de l’épigraphiste. Paris. En outre, les abréviations utilisées sont les suivantes :

CBI = Schallmayer, E. et al. (1990). Der römische Weihebezirk von Osterburken I. Corpus der griechischen und lateinischen Beneficiarier-Inschriften des Römischen Reiches, Forsch. Ber. Vor-Frühgesch. Bad. Württ. 40. Stuttgart.

G = Galsterer, B. et H. (1975). Die römischen Steininschriften aus Köln, Wissenschaftliche Kataloge des römischgermanischen Museums Köln 2. Cologne.

G I = Galsterer, B. et H. (1981). « Neue Inschriften aus Köln. Funde der Jahre 1974-1977 », ES 12, 225-264.

G II = Galsterer, B. et H. (1983). « Neue Inschriften aus Köln, II. Funde der Jahre 1980-1982 », ES 13, 167-206.

G III = Galsterer, B. et H. (1987). « Neue Inschriften aus Köln III. Funde der Jahre 1983-1987 », KJ 20, 83-109.

IBR = Vollmer, F. (1915). Inscriptiones Baivariae Romanae, sive inscriptiones provinciae Raetiae adiectis aliquot Noricis Italicisve. Munich.

SH = Schillinger-Häfele, U. (1977). «Vierter Nachtrag zu CIL XIII und zweiter Nachtrag zu Fr. Vollmer, Inscriptiones Baivariae Romanae. Inschriften aus dem deutschen Anteil der germanischen Provinzen und des Treverergebiets sowie Rätiens und Noricums», BRGK 58, 452-603.

W = Wagner, F. (1956-1957). «Neue Inschriften aus Raetien. Nachträge zu Fr. Vollmer, Inscriptiones Baivariae Romanae», BRGK 37-38, 215-264.

Notes

1 Ce texte a été publié une première fois dans les actes du colloque Simulacra Romae. Roma y las capitales provinciales del Occidente Europeo. Estudios Arqueologicos, Tarragone, 12-14/12/2002, J. Ruiz de Arbulo (éd.), Tarragone, 2004, p. 307-325. Je tiens à remercier L. Piñol et J. Ruiz de Arbulo pour leur invitation et N. Hanel pour diverses remarques fructueuses. A. Bresson et J. Nelis-Clément ont eu l’amabilité de corriger mon texte français : qu’ils soient remerciés vivement.

2 Gottlieb 1984 ; Landesamt 1985 ; Bakker 2001.

3 Ziethen 1998 ; Witteyer 1998.

4 Schumacher 2003 ; Haensch 2003.

5 Haensch 1997a ; aucun des compte rendus les plus développés – Ausbüttel, F. M., MBAH, 17, 1998, 104-107 ; Bowersock, G., ZRG RA, 117, 2000, 501-504 ; Isaac, B., SCI, 20, 2001, 309-312 ; Mitchell, S., CR, 50, 2000, 521-524 ; Sartre, M., REA, 101, 1999, 270-272 ; Wesch-Klein, G., GGA, 251, 1999, 189-202 – ne présente un avis différent.

6 Haensch 1997a, 368 sq.

7 Les sources et l’argumentation scientifique chez Haensch 1999, particulièrement 642 sq.

8 Premières mentions de la nouvelle thèse chez Eck 2002 ; la thèse des dernières décennies par exemple chez Galsterer 2001, 25 ; Hellenkemper 1987, 460.

9 En dernier lieu par exemple Czysz 1995, 201 sq. ; Weber 2000a, 23 sq. ; 2000b, 40 sq.

10 AE 1984, 508 = Crawford 1986, no 37 a l. 26 sq., cf. Suét. Claud. 1, 3 ; Dion, LV, 2, 3. Le lieu exact est seulement connu à cause d’Eutr. VII 13, 1 = Hier. Chr. a. 2057.

11 AE 1984, 508 = Crawford 1986 no 37a l. 26 sq.; cf. Tac., Ann. II, 83, 2.

12 P. Dura 54 = P. Rom. Mil. Rec. 117 II l. 12 sq.

13 Des doutes concernant l’identification de l’arc trouvé en 1986 sont exprimés par exemple chez Bellen 1997b et concernant celle de l’Eichelstein chez Haensch 1997a, 153 n. 219 ; Id., 2003, 84 n. 14 ; d’un autre avis Bellen 1997b, 93 sq. ; Ziethen 1998, 46 sq. ; Witteyer 1998, 1021.

14 Haensch 1997a, 329 sq., 372, 665 sq.

15 IBR 176. Apparemment il est tombé malade et mourut quand il arriva ou quand il partit. Nous n’avons aucun indice suggérant que l’Etat romain offrait à un advocatus fisci une villa officielle de résidence (« Dienstvilla »), comme on l’avait présumé à Derching (Czysz 1995, 215, 237 ; Dietz, Czysz 2001, 72). Au sujet d’advocati fisci, voir maintenant Piso 2001, 367.

16 Galsterer 1992, 113.

17 G 193 = AE 1974, 449 = 2000, 999.

18 Ce monument (Neu 1981 ; l’inscription : G II 26 = AE 1984, 664 ; cf. AE 2004, 969) a été reconsidéré et redaté par H. v. Hesberg et W. Eck 2003.

19 En dernier lieu Le Bohec 1992 a défendu la thèse que les témoignages de Lambèse doivent être expliqués par la situation spécifique de la legio III Augusta ; contre cette thèse Christol 1990 ; Haensch 1997a, 200 sq.

20 Haensch 1997a, 104, 346, 353, cf. 446, 691 sq., 698 sq.

21 Haensch 2003, 82 avec n. 68.

22 Pour la question de l’existence d’un ordre de conventus dans les deux provinces germaniques, voir en dernier lieu Eck 1997, 119 sq. ; Haensch 1993, 13 sq. Pour les voyages du gouverneur de Germanie inférieure, voir également Daubner 2007 (mais il n’y a pas de statarius parmi le personnel du gouverneur).

23 AE 1996, 959 h. Voir en général Kolb 2000, 259, 261, mais on doit aussi prendre en considération : WO II 1372 = WChr. 414, cf. BL II 1, 106 ; OBodl. II 972 ; PSI X 1148 = SB XIV 11935, cf. BL VIII 376 ; SB III 7181 = FIRA neg. 142 = CPL 137 = Doc. Eser. Rom. 65 ; SB XVIII 13174 ; P. Oxy. L 3570.

24 Ehmig 1996 (= AE 1996, 1175). Pour une livraison comparable destinée à un gouverneur de la Rhétie, voir Ehmig 2001 et Ehmig, Liou et Long 2004 (cf. AE 2000, 1132 et AE 2004, 1055-1056).

25 AE 1976, 502 = 1979, 423 = CSIR II 3, 86 = CBI 130. Pour l’interprétation voir Haensch 2003, 75 sq. ; trop sceptique Kolb 2000, 187 ; mais voir également Nelis-Clément 2000, 49 n. 170.

26 AE 1976, 501. 503 = 1979, 427 = CBI 128-129.

27 Klumbach 1964 ( = AE 1964, 148 = SH 94).

28 Voir Alföldy, G., BJ, 168, 1968, 546 sq. ; Egger 1966, 4 sq., 10 ; Haensch 1997a, 150, 376 (avec les parallèles : 99 sq., 196 sq., 349 sq.) ; Id. 2003, 74 ; d’un autre avis Witteyer 1998, 1042 comme déjà Klumbach 1964, 64.

29 Eck 1985, 53 avec n. 5 ; Haensch 2003, 74 ; voir déjà le commentaire chez SH 94.

30 Eck 1985, 52 sq. ; Haensch 2003, 85 n. 25.

31 Birley 1997, 113 sq. ; Halfmann 1986, 190, 195 sq. Cf. également Eck 2003, 236 sq.

32 L’étude la plus importante pendant des décennies était celle de Precht 1973. C. Brühl a intégré cette analyse dans son étude générale (1990, 14 sq.) sur le développement des cités dans le nord-est de l’empire Romain.

33 Eck 1984, 103 sq. se référant à CIL XIII, 8260 = G 182 = AE 1984, 652.

34 Bakker 1994, 90, la même thèse encore chez Bakker 1995, 420, 423.

35 Voir maintenant Bakker 2000, 92. Pour une autre hypothèse, voir Schaub 2001a, 38.

36 Le prétoire d’Apulum était appellé par le premier fouilleur « Les grands thermes », voir Diaconescu et Piso 1993, 72 sq.

37 Voir Haensch 1997a, 99 sq., 343 sq., avec la bibliographie ; Lavan 2001, 47. Pour Aquincum, voir maintenant également Kérdö 1999 et Kérdö 2003.

38 On a même utilisé des thermes comme prétoire, voir Theod. h. e. IV 22 ; cf. également P. Euphr. 1.

39 AE 1962, 229 = SH 227 (ca. 196, comme il semble) – trouvée à la Karmelitergasse 10 ; ? W 42(?) – lieu de découverte : Königsturm/Hoher Weg 1 ; CIL III 5788 = IBR 98 (peut-être encore avant Dioclétien) – trouvée « in hortis qui è regione collegii soc. Iesu » ; CIL III 5785 = IBR 95 (Ende 3./ Anfg. 4. Jh.) – « in hortis M. Velseri » ; pour CIL III, 5793, cf. p. 1853 = IBR 104, voir Alföldy 2001.

40 Voir Haensch, 1997 a, 46 sq., 76, 99 sq. ; 194 sq. ; 204 ; 235 ; 376 ; 382 ; Lavan 2001, 48 sq.

41 W 30 (281 ?) – lieu de découverte : Fronhof 6.

42 Voir Burrell 1996 ; Cotton et Eck 2001. Pour le palais du procurator provinciae Syriae Palaestinae, qui était utilisé comme prétoire du gouverneur pendant l’Antiquité tardive, voir Patrich 2000, cf. Eck 2007b, 80 et sq. ; Lavan 2001. Malheureusement, durant la dernière décennie, il n’y a pas de publication détaillée ni sur le praetorium consularis d’Apulum ni sur la domus procuratoris à Sarmizegethusa. Mais il y a finalement une publication exhaustive concernant le prétoire de Gortyna : Di Vita 2000. Voir également le tour d’horizon de Lavan 1999.

43 AE 1984, 667 = Eck 1990, cf. Haensch 1993, 30 n. 86 = AE 1991, 1251. Pour le nombre des equites singulares – le status quaestionis chez Haensch 1997a, 723 avec n. 66 – voir maintenant également P. Bingen 106 (209) ; mais il n’y a aucune raison de penser seulement à une partie des equites singulares.

44 AE 1983, 730 (182) ; pour l’interprétation voir Haensch 1997a, 147 ; Wolff 2000, 168, 171 ; Zanier 1992, 166 sq.

45 CIL XIII, 6746 = ILS 3138.

46 CIL XIII, 6732 avec l’interprétation de Haensch 2003, 81.

47 Voir en dernier lieu Haensch 1999, 645, cf. également Austin et Rankov 1995, 151 sq. ; Nelis-Clément 2000, 113 sq. ; Palme 1999, 94 sq. (cf. 100) ; Rankov 1999, 25.

48 Voir Haensch 1997a, 715 sq. ; 725 sq.

49 CIL XIII, 6807 = CBI 118 resp. CIL XIII, 6800.

50 CIL III, 5812 = IBR 123.

51 CIL III, 5823 = IBR 134 (apparemment seulement la moitié droite de l’inscription est conservée – dans la ligne 1 par exemple on doit suppléer les tria nomina ; cette moitié de l’inscription mesure déjà 0,41 x 1,62 m).

52 Voir Haensch 2001, 95 sq., 100 sq.

53 Cela dépend du caractère des tâches du dispensator mentionné dans AE 1984, 664 (voir n. 18) si l’on peut prendre ce monument rond comme exemple suggérant la position sociale d’un membre de l’administration provinciale.

54 Eck 2002 ; Galsterer 1999, 257.

55 Voir par exemple Galsterer 1999, 257 ; Hellenkemper 1987, 462 sq.

56 Eck 2002 ; Galsterer 1999, 259 ; Id. 2001, 23 avec n. 25, 25 ; Haensch 1999, 642 sq. avec n. 11 avec les arguments et la bibliographie. Les doutes exprimés par Welwei 1999, 683 (plus nuancé Deininger 2000, 759 avec n. 56) n’emportent pas la conviction : le lieu de réunion d’un concilium peut avoir une position excentrique vis-à-vis de la province en question, comme c’était également le cas à Tarraco. Et dans les dernières années nous avons plus de témoignages d’une pénétration civile des pays sur la rive droite du Rhin. On doit seulement mentionner l’habitat de Waldgirmes (Becker 2002 ; Rasbach 2002) et les témoignages d’une exploitation minière dans le Sauerland (Rothenhöfer 2003)

57 Cf. en dernier lieu Haensch 1999, 642 sq.

58 Rothenhöfer 2003, 286.

59 Galsterer 2001, 22 ; Heinrichs 2003, 279, 333.

60 Haensch 1997a, 71 sq.

61 Tac., Ann., I, 39, 3 ; cf. 39 sq., particulièrement 44, 1 ; XII, 27, 1, pour l’interprétation Haensch 1997a, 72 ; Id. 1993, 17 ; cf. Galsterer 2001, 23.

62 Haensch 1999, 644 avec n. 31.

63 Tac., Ann., XII, 27, 1 ; cf. Haensch 1999 avec la bibliographie mentionnée dans la note 62.

64 Eck 2004, 152 sq. Généralement divers diplômes militaires publiés dans les dernières années ont montré qu’au moins en Rhétie, les civitates existèrent beaucoup plus longtemps qu’on l’avait cru ; voir par exemple AE 1999, 1183. 1191.

65 CIL XIII, 6816 = CSIR II 5, 59. Surtout on doit penser au temps de préparation pour la campagne contre Marbod.

66 Raepsaet-Charlier 1999, 311 sq. ; contre cette thèse Haensch 2003, 82 sq. ; Schumacher 2003, 11.

67 Une liste chez Raepsaet-Charlier 1999, 348 sq.

68 CIL XIII, 6727 ; Schumacher 2003, 11 ne veut même pas voir dans cette inscription une preuve irréfutable d’un statut municipal de Mogontiacum.

69 G 293-296 (dans le cas de G 76 on peut penser également à un decurio militaire) ; G 5. 292 ; G 4. 44. 163. G II 5 (des témoignages douteux : G I 14. II 23).

70 Bakker 1999, particulièrement 461 : au moins huit hectares, probablement dix hectares ; cette installation était d’après lui occupée par quelques (deux ou trois) cohortes d’une légion, une ala et peut-être une cohors. Voir également Schaub 2002, qui a trouvé un deuxième camp utilisé en même temps que le premier.

71 Voir par exemple Bakker 1984, 38 sq. ; Id. 1994, 88 ; Id. 2000, 92, 94 ; Dietz et Czysz 2001, 51 sq., 57 ; Weber 2003b, 43 sq. ; Sommer 2008, 218 (qui n’a pas bien compris ma position) ; d’un autre avis encore Weber 1989, 19, 35 (mais cf. 46). Cette thèse a été acceptée par exemple par Alföldy 2001, 19 n. 37 ; Galsterer 1999, 259 ; Galsterer 2001, 25. Contre cette thèse : Haensch 1997a, 149 avec n. 194 et maintenant Schaub 2001a, 29 avec une argumentation très nuancée et convaincante (cf. Id. 2001b, 397 sq.) ainsi que Rollinger 2004.

72 Haensch 1997 a, 89 sq., 238 sq., 338 sq., 366 sq.

73 La thèse selon laquelle c’est un praetorium qui aurait été fouillé à Magdalensberg n’est aujourd’hui plus soutenue, voir Haensch 1997a, 355 sq. avec les notes 193 et 194.

74 Voir dans ce contexte Eck 1999, 245 avec n. 36.

75 Voir Alföldy 1997.

76 Voir la liste et l’interprétation chez Haensch 1993, 33.

77 Eck 1995.

78 CIL XIII, 6797 = ILS 7076 (43) ; CIL XIII, 11806 = ILS 9235 (63-67 ?).

79 Eck 1982, 543 sq. ; 1991, 81 sq. ; Haensch 1999, 653 sq.

80 Eck 1982, 549 sq. (cf. Eck 1991, 74 sq.) – seulement un exemple incertain d’un sénateur provenant de la Colonia Claudia Ara Agrippinensium et d’Augusta Vindelicum (mais on doit souligner dans le cas de W 34 qu’on peut attendre qu’un tribun de legio III Italica quittant sa charge soit honoré à Castra Regina, mais pas à Augusta Vindelicum) ; Alföldy 1977, 16 sq. ; Galsterer 1999, 267 avec n. 64 et Haensch 1993, 38 sq. – au maximum huit equites provenant de la Colonia Claudia Ara Agrippinensium ; Alföldy, 1977 et Haensch 2003, 83 – au maximum quatre equites provenant de Mogontiacum.

81 Syme 1988, 91.

82 Colonia Claudia Ara Agrippinensium : CIL XIII, 8356 = G 332 : sc(h)olasti[[ti]]cus ; Mogontiacum : CIL XIII, 7063 : dec(urio) civitatis Auderiensium causidicus ; CIL XIII, 7064 : dec(urio) c(ivitatis) Taunensium vir sacerdotalis pragmaticus ; CIL XIII, 11834 : sc(h)olasticus ; pour ces témoignages voir Haensch 2003, 82 ; Augusta Vindelicum : IBR 176 (voir ci-dessus) ; AE 1998, 1001 – un pilier funéraire d’une hauteur de 6,88 m pour un pragm(aticus).

83 CIL XIII, 6727 resp. CIL III, 5810, cf. p. 1853 = ILS 618 = IBR 121 (CIL III, 5785 = IBR 95 peut dater de quelques années plus tard).

84 CIL XIII, 8201 = ILS 4312 = G 60.

85 On pouvait utiliser le mot veredarius pour désigner un agens in rebus (Hier. In Abd. 17, 18). Mais l’inscription de Cologne qui mentionne un vered(arius) daterait au plus tard du IIIe siècle, d’après le formulaire et l’écriture, c’est-à-dire d’une époque pendant laquelle il n’y avait pas encore d’agentes in rebus.

86 Rupprecht 1988, 273 s. (= AE 1990, 744).

87 Not. Gall. 7, 1 ; 8, 1.

88 La Notitia dignitatum (Occ. XI 30) mentionne seulement un praepositus thesaurorum Augustae Vindelicensis. Mes remarques ne veulent pas mettre en doute la présomption générale qu’Augsbourg restait la capitale de la Raetia II (voir par exemple Bakker 1995, 422 ; Brühl 1990, 196), mais on doit faire la différence entre les certitudes et les probabilités.

89 Harris 1978.

Table des illustrations

Légende Figure 1. – Plan de la Colonia Claudia Ara Agrippinensium (d’après Dietz, K. 1997, Colonia Agrippinensis, Der neue Pauly III, Stuttgart, Weimar).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/124623/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Légende Figure 2. – Plan d’Augusta Vindelicum (d’après Schaub 2001a).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/124623/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 383k
Légende Figure 3. – Plan du prétoire du Haut-Empire à Caesarea (d’après Cotton, Eck 2001).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/124623/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Figure 4. – Plan du palais de Caesarea, qui était utilisé d’abord par le procurator Syriae Palaestinae puis par le consularis Palaestinae I. Le plan reproduit la dernière phase de la construction (d’après Patrich, 2000).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/124623/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Légende Figure 5. – Plan de Mogontiacum au IIIe siècle(d’après Rupprecht, G. 1990, Die Römer in Rheinland-Pfalz, Stuttgart).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/124623/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 196k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search