Version classiqueVersion mobile

Rome et l’Occident

 | 
Frédéric Hurlet

Deux synthèses régionales : la Lusitanie et les Trois Gaules

Les Trois Gaules : une construction romaine ?

Xavier Lafon

Texte intégral

1La description par César lui-même des territoires qu’il va conquérir en ouverture de ses Commentaires sur la guerre des Gaules constitue un élément décisif de notre appréhension de ce qu’était la « Gaule chevelue » en 59 av. J.-C. : I, 1, 1 : Gallia est omnis divisa in partes tres, quarum unam incolunt Belgae, aliam Aquitani, tertiam qui ipsorum lingua Celtae, nostra Galli appellantur, « L’ensemble de la Gaule est formée de trois parties ; la première est occupée par les Belges, la seconde par les Aquitains, la troisième par ceux qu’ils nomment dans leur langue Celtes et que nous appelons Gaulois ». Mais ce texte que beaucoup de petits écoliers français (ou belges…) ont dû apprendre dès qu’ils abordaient l’apprentissage du latin, reste un texte fondateur à plus d’un titre. Si on laisse de côté, pour le moment, la récupération idéologique opérée au XIXe siècle, on retient de cette présentation à la fois une idée d’unité (il s’agit bien de « la » Gaule au singulier) et des différences internes puisqu’il y a tripartition. Dans les lignes qui suivent César développe une idée à première vue surprenante, à savoir une intégration au monde gréco-romain de plus en plus réduite quand on remonte vers le nord ; positivement d’une innocence non encore pervertie par la « civilisation romaine ». Aux yeux de César, ces différences n’ont donc rien à voir avec le caractère propre des Celtes, mais elles sont dues à des contacts plus ou moins importants avec le monde romain.

2Cette image de la Gaule transmise par César s’inscrit dans une connaissance de plus en plus précise depuis le VIIe siècle av. J.-C. des contours et des modalités de fonctionnement de ceux que les Grecs aussi nomment « Celtes ». De fait, encore à l’époque augustéenne, des auteurs comme Denys d’Halicarnasse ou Strabon continuent de présenter ce monde gaulois comme un ensemble unitaire qui déborde très largement les limites assignées aux Trois Gaules alors qu’ils connaissent parfaitement les bouleversements opérés, y compris dans les connaissances, par les conquêtes césariennes. En revanche, chez les archéologues contemporains, une part de chauvinisme régional tend encore aujourd’hui à mettre l’accent sur les différences régionales, voire micro-régionales, au point de nier, dans certains cas extrêmes, l’appartenance au monde celtique de telle ou telle région, à commencer par le Midi de la France, la future Narbonnaise, mais tout autant la Germanie. C’est oublier un peu vite que cette conquête par étapes du monde gaulois par les Romains a certainement été un facteur déterminant pour figer des comportements, dicter des attitudes différentes selon que tel territoire (et ses habitants) appartenaient à une zone conquise avant 218, voire avant 275, après 186 (en Italie du Nord) ou après 125-118 (dans la France méridionale) sinon, enfin 59 av. J.-C., mais elle n’a pas fait disparaître pour autant l’unité du monde celtique : les habitants de la Province utilisent le gaulois dans leurs inscriptions.

3Pour en revenir au seul cas des Trois Gaules, il convient donc de préciser les liens qui unissaient entre elles ces régions, avant comme après la conquête césarienne, et permettaient éventuellement de les différencier de leurs voisines. En particulier, la question clé demeure celle de la valeur qu’il convient d’attribuer à cette tripartition clairement soulignée par César et confirmée, semble-t-il, par l’organisation en trois provinces mise en place par Auguste un quart de siècle après l’achèvement officiel de la guerre.

De la « Gaule chevelue » aux trois provinces impériales

État des lieux

4Pour comprendre ce passage d’une situation d’indépendance politique à une sujétion à Rome, il est nécessaire de dresser un rapide tableau des connaissances sur la situation, en particulier politique, qui prévaut avant la conquête césarienne.

5Les aspects proprement culturels, y compris dans ses manifestations les plus quotidiennes (« civilisation matérielle »), ne seront pas pris en compte puisque rien ne permet d’isoler sur ce plan la région examinée ou de distinguer des zones de véritables différenciations. Seul le nombre d’objets importés qui peut varier fortement, y compris d’un site à l’autre, si l’on se fie aux restes céramiques, notamment ceux des amphores vinaires italiennes, confirme l’analyse césarienne même si de nombreuses exceptions ponctuelles demeurent.

6Longtemps considérée comme une zone majoritairement désertique ou du moins peu peuplée, occupée fondamentalement par de vastes forêts, on a depuis une trentaine d’années une vision beaucoup plus positive c’est-à-dire beaucoup plus anthropoïsée de ces paysages : les campagnes sont largement exploitées, l’extraction minière déjà bien entamée et pas seulement dans le Massif central : « l’or du Rhin » rivalise avec celui des Lémovices. Ces territoires sont également déjà bien dotés en voies de communication aménagées, routes mais également rivières si l’on en croit Strabon citant Poseidonios (Géographie, IV, 1, 2). Ces voies font l’affaire des « commerçants » (negotiatores) romains déjà nombreux comme plus tard des armées de César dans leurs déplacements rapides d’un champ de bataille à l’autre.

7Plus récemment (Fichtl 2004), on a également souligné que ces territoires, loin d’être la proie d’une anarchie administrative « à la gauloise », témoignaient d’un degré d’organisation remarquable. L’idée de changements perpétuels dans les limites entre « peuples » et « tribus » dont les migrations helvètes, à l’origine de l’intervention de César, seraient un des ultimes avatars, doit être abandonnée. Non seulement les peuples gaulois ont des archives (publiques) écrites, des tabulae, comme celles que signale César lui-même à propos des Helvètes (BG, I, 29) mais depuis la fin des grandes luttes des IVe -IIIe siècles, leurs territoires sont établis de façon pérenne. Si les oppida, villes fortifiées ou non, apparaissent dans ces régions de création relativement récente, l’armature territoriale s’est dans un premier temps organisée autour de grands sanctuaires comme ceux archéologiquement célèbres de Ribemont-sur-Ancre ou de Gournay-sur-Aronde… Les peuples gaulois dont les noms nous sont transmis pour la première fois de façon détaillée par César au fil de son récit entretiennent entre eux des liens complexes de subordination, mais aussi d’intégration et l’on peut même envisager une organisation interne à chacun d’eux qui aurait survécu dans le cadre des vici ou des pagi gallo-romains, avec ce qu’il faut bien appeler des « sous-capitales » (exemple des Médiomatriques avec, à côté de l’oppidum central du col de Saverne, ceux de Metz, Saint-Mihiel, Verdun, etc., soit 10 au total, dont la surface s’échelonne entre 1 et 170 ha). Cet habitat hiérarchisé traduit une organisation politique vraisemblablement déjà élaborée, même si elle demeure encore relativement éloignée de la « cité » grecque ou romaine.

8Un des signes de cette organisation politique est le monnayage qui implique déjà une forme minimale de centralisation. Relevons au passage que dans les futures Trois Gaules, le système monétaire est étroitement calqué sur celui du denier romain. Cette preuve très matérielle de contacts techniques avec le monde romain ne peut être sous-estimée, mais elle témoigne avant tout d’une ouverture intellectuelle autant qu’économique remarquable. Plus qu’à un foisonnement indistinct de peuples à demi sédentaires, la vision contemporaine renvoie donc bien davantage à un système déjà bien établi, tant dans ses institutions que dans ses frontières.

La création des provinces d’Aquitaine, Belgique, Lyonnaise

9À première vue, le schéma provincial mis en place par Auguste et Agrippa entérine sans le modifier en profondeur l’organisation qui existait au moment de la conquête césarienne. En réalité, la situation est plus complexe et la question mérite d’être vue de façon détaillée : le changement ne se limite pas à changer le nom de « celtique » en celui de « Gaule lyonnaise ». Avec notamment la conquête de l’Egypte et la mainmise sur ses savoirs en matière de géométrie et d’arpentage, les Romains disposent de nouveaux outils intellectuels pour mettre en place une organisation rationnelle des territoires conquis en Gaule mais aussi en Italie et à Rome même (Nicolet 1988). Cette période marque également avec la fin des guerres civiles la fin d’un chaos idéologique (Sauron 2000, en particulier 132-148) et le souhait général de retour à l’ordre rationnel (Moatti 1997).

10Dans ce contexte, il faut tenir compte des connaissances acquises sur la Gaule et sa traduction sous forme cartographique. Certains comme Denys présentent encore une vision monolithique de la Gaule. Mais à la même époque, tout en maintenant le cadre mental des figures géométriques héritées de la pensée grecque pour traduire graphiquement la forme des pays et des continents, Strabon indique clairement une Gaule géométrisée (Goudineau 1998, 311-324). Il relève en particulier l’existence de trois fleuves, la Garonne, la Loire et la Seine, parallèles, d’orientation est-ouest, partageant la Gaule. On comprend pourquoi les arpenteurs romains choisissent de faire coïncider le plus souvent possible les limites des provinces à créer avec celles des fleuves : la forme apparemment purement aléatoire qu’elles prennent sur une carte contemporaine avait donc aux yeux des Romains un fondement rationnel.

11Mais ce faisant, les Romains introduisent sous un vocabulaire quasi-stable un certain nombre de changements d’importance par rapport à la situation décrite par César : l’Aquitaine, avec sa limite nord désormais fixée sur la Loire, est incontestablement agrandie au détriment de la Celtique ; celle-ci voit donc mathématiquement sa part réduite, mais surtout les Arvernes qui en constituaient le cœur sont véritablement marginalisés, coupés ainsi de leurs anciens « alliés » ou vassaux. De fait, par ces décisions prises au plus haut niveau, des « Celtes » sont devenus des « Aquitains » sans changer en rien pour le reste.

12En effet, à côté de ces bouleversements, ceux qui concernent les peuples, devenus « cités » dans le système romain, apparaissent de portée beaucoup plus limitée. On cite traditionnellement la fusion de deux petits peuples, les Vasates et les Boïens, pour former celui des Boïovasates avec comme chef-lieu Cossium (Bazas) mais il s’agit d’une exception. En conséquence, le déséquilibre antérieur entre « grands » et « petits » peuples (selon le critère objectif de la superficie de leur territoire) n’apparaît pas avoir fait l’objet d’opération spécifique tendant à les rationaliser à la manière des « départements » créés en 1791. La raison principale réside sans doute dans le fait que c’est au niveau du « peuple » que l’accord (foedus) mettant fin à l’état de guerre avec Rome était signé, reconnaissant ipso facto la valeur (et la composition) de chacune de ses entités et par là même son statut juridique. Il est tentant de penser que les limites internes, correspondant aux vici ou aux pagi, ont encore moins fait l’objet de remises en cause. Toutefois, nous manquons toujours de beaucoup trop d’informations directes et la carte des cités gallo-romaines que l’on présente habituellement repose en grande partie sur des conjectures diverses comme le tracé des évêchés médiévaux, eux-mêmes souvent objet de discussions.

13Les seules exceptions notables à cette stabilité de l’époque augustéenne concernent les régions frontalières du nord-est, ce qui en gros correspond aux futures provinces de Germanie. Elles sont constituées en « districts », circonscriptions sans pouvoir civil organisé placées directement sous le commandement des chefs militaires, à commencer par les empereurs ou leur héritier comme Drusus, qui y séjournent à de nombreuses reprises avec leur famille : c’est dans un de ses camps que naît le futur empereur « Caligula », surnom hautement symbolique de cette situation puisqu’il s’agit du nom de la chaussure militaire ; c’est à Cologne, chef lieu des Ubiens, que naît Agrippine, future femme de Claude.

14Cette situation d’administration directe s’est accompagnée depuis l’époque césarienne de transferts contrôlés de plusieurs peuples de la rive droite à la rive gauche du Rhin : ces « Germains » (pour reprendre la typologie introduite par César lui-même) comme les Triboques s’établissent au nord de la plaine d’Alsace, « repoussant » de ce fait les Médiomatriques vers l’ouest, avec transfert probable de leur capitale du col de Saverne à Metz. Ces mouvements de peuples sont rarement clairement documentés par les textes littéraires et l’archéologie, malgré de nombreuses tentatives locales, n’est pas toujours d’un grand secours : la question est donc loin d’être close… Outre l’Alsace et la Lorraine septentrionale, ils concernent également la Suisse actuelle (Raurarques, Séquanes), la région de Cologne (les Ubiens), perpétuant, s’ils ne les créent pas, des mouvements antérieurs à la Guerre des Gaules dont l’épisode le mieux connu (car à l’origine directe de l’intervention romaine) est celui du Germain Arioviste occupant la plaine d’Alsace. On aura l’occasion de revenir sur les implications militaires de ces mouvements.

15À l’époque romaine, la grande originalité de l’ensemble formé par les Trois Gaules réside dans son double niveau d’organisation puisque au-dessus des trois provinces, dotée chacune de leur gouverneur et de leur administration, existe un niveau confédéral dont la capitale est celle de la province de Lyonnaise, donnant ainsi à Lyon un éclat particulier. C’est donc dans la « capitale des Gaules » suivant la formule consacrée à l’époque chrétienne que se réunit annuellement le Conseil Confédéral, qu’est établi le plus grand atelier monétaire, que stationne l’unique corps de la troupe maintenue à partir de la dynastie flavienne en Gaule et, surtout, qu’est organisé le culte impérial confédéral. Une inscription célèbre (Pflaum 1948), « le marbre de Thorigny », de peu postérieure à la période examinée, précise que cette confédération dispose de moyens financiers, au moins à la fin du IIe siècle puisqu’il y est fait mention de revenus tirés de l’exploitation de mines de fer.

16Cette organisation confédérale semble réservée à la Gaule, du moins dans la partie occidentale de l’Empire, même si l’on est en droit de penser qu’un projet similaire, quasi contemporain, aurait pu également concerner Cologne et la « grande Germanie », les régions entre Rhin et Elbe dont la conquête fut l’un des objectifs principaux d’Auguste jusqu’au désastre de Varus en 9 ap. J.-C. (Eck 2007). Les raisons de ce choix particulier n’ont jamais été clairement explicitées. Il entérine de façon incontestable « l’unité » de la conquête césarienne, simple étape par ailleurs dans le grignotage par Rome du monde celtique, voire germano-celtique avec Auguste, entérinant la division créée artificiellement par César entre Celtes et Germains.

17Les conséquences sur le moyen terme (le Haut-Empire) de ce regroupement provincial sont difficiles à évaluer. Si les trois provinces partagent un certain nombre de caractéristiques (il s’agit de provinces impériales confiées à un ancien préteur), elles sont loin d’être administrées comme un ensemble homogène. L’impôt sur les successions appelé le « quarantième des Gaules » semble concerner également la Narbonnaise, comme le montre la « tablette écritoire » découverte à Marseille dans les fouilles du Vieux Port (France 2001, p. 319-321). De même en matière de finances publiques, on oppose l’ensemble Narbonnaise-Aquitaine administré par le même procurateur à celui formé par la Belgique et la Lyonnaise. De même Trèves, demeurée en Belgique, reste après la création des deux provinces de Germanie sur la rive droite du Rhin, le centre fiscal de ces provinces. L’unité des Trois Gaules est donc moins entière du point de vue administratif et juridique romain que ce que l’on pouvait attendre. Mais fondamentalement cela oblige certainement à admettre le caractère peu contraignant et peu discriminatoire des limites provinciales internes à l’ensemble gaulois (comme à l’Empire dans sa totalité ?) pendant au moins toute la durée du Haut-Empire.

Vers des provinces inermes : la disparition progressive de l’activité militaire

18Les Trois Gaules, dans leur consistance même, sont un clair héritage d’un épisode militaire de grande ampleur, même si depuis longtemps on s’accorde pour dire que la conquête césarienne, comme celle de la Gaule transalpine en général, furent beaucoup plus faciles pour les Romains que celle de la péninsule Ibérique pour se limiter aux régions occidentales. Inversement, s’appuyant sur un texte de Tacite (Hist., II, 81) déclarant la Gaule inermis (« sans armes » ou, mieux, « sans armée »), on a souvent tendance à totalement passer sous silence la présence militaire romaine dès le lendemain de la reddition de Vercingétorix… Deux aspects doivent être pris en compte à ce propos, sans négliger la chronologie :

  • la contestation du pouvoir romain par les Gaulois et donc la Gaule comme possible base d’opérations de « maintien de l’ordre » pour reprendre une formule contemporaine ;
  • la politique continue d’expansion territoriale menée par Rome qui concerne cette fois la Gaule comme une « base arrière », éventuellement soumise aux contre-attaques des ennemis de Rome.

19Il est évident que la conjonction de ces deux séries de menaces constitue un risque majeur pour la puissance romaine.

Les activités militaires

20La « guerre des Gaules » ne s’est pas achevée avec l’épisode d’Alésia. Pour se limiter aux Trois Gaules (mais il ne faut pas oublier pour autant le siège de Marseille), les lieutenants de César continuèrent de mener des opérations militaires de façon ininterrompue même après la mort du dictateur, alors que celui-ci emmène avec lui des recrues gauloises dans ses expéditions en Asie et en Afrique. La légion Ve Alauda (Suét., Cés., 24) est constituée de Gaulois dont une partie peut venir des régions récemment conquises, le reste de Cisalpine et de Transalpine : on retrouve une nouvelle fois l’ambiguïté de la réalité « gauloise ». Parallèlement et de façon certainement plus intense du point de vue quantitatif, des corps proprement indigènes sont mis en place et stationnent principalement dans la Gaule du Nord et de l’Est ; les deux mouvements, celui de la résistance et celui de la collaboration avec l’armée romaine, concernent toute la période des Julio-Claudiens.

21Les signes archéologiques de cette intégration de troupes gauloises ne manquent pas sur le territoire des Trois Gaules. Un des plus évidents est le mobilier de certaines tombes de « chefs », découvertes tant sur les bords de la Loire qu’au Luxembourg (Metzler et al. 1991, en particulier 173) : on y relève une abondance de céramiques italiques, notamment des vases à boire comme des amphores. Mais la grande nouveauté réside dans le vaisselier : la forme des céramiques indique clairement que l’on est passé d’un mode de cuisson indigène à base de bouillies (dans des jarres et des pots) à des modes plus méditerranéens (à base de plats et d’assiettes) où domine la cuisson au four ou la friture. Toutefois, l’armement présent dans ces tombes, sans oublier leur localisation, confirme que l’on a à faire à des chefs locaux et non à des immigrés romains.

22La seconde série de témoignages archéologiques concerne des sites proprement militaires. Certains sont établis dans les limites des anciens oppida déjà vieux de plusieurs siècles. Le cas le plus emblématique de cette situation est l’oppidum du Titelberg dans lequel, à l’époque augustéenne, est installé un corps de troupe formé de Gaulois si l’on en croit le mobilier exhumé mais doté au moins en partie d’armes romaines. Ces troupes (et leur cantonnement) sont organisées de façon plus libre que les troupes auxiliaires connues pour la fin du Ier et le IIe siècle ap. J.-C., notamment sur le limes rhénan. Il faut vraisemblablement envisager des formes d’engagements collectifs, dans le cadre de traités (foedus) passés entre les autorités romaines et les peuples locaux, avec un encadrement qui a pu rester au moins un certain temps lui-même indigène, y compris pour les grades les plus élevés.

23La répartition ainsi que la densité de ces cantonnements demeurent impossibles à déterminer. Ils semblent avoir été relativement nombreux en Belgique, y compris dans des secteurs éloignés de la frontière, plus rares en Aquitaine. Cette pratique doit être mise en rapport avec la stratégie romaine concernant l’extension territoriale de l’Empire, beaucoup plus prégnante que celle du maintien de l’ordre. Strabon lui-même décrivant le réseau routier mis en place par Agrippa met en évidence le côté offensif du maillage de base : il s’agit de permettre d’atteindre le plus rapidement possible à partir de l’Italie ou de Lyon (et par là même la Méditerranée via le Rhône) deux secteurs d’expansion : la vallée du Rhin et la Germanie libre à partir de Trèves ; la Bretagne insulaire à partir de Boulogne-sur-Mer.

24Ces routes, y compris le réseau secondaire qui vient rapidement le compléter, sert de base à un développement urbain mais avant tout dans un premier temps au moins, militaire. Le cas du secteur de Soissons permet de suivre ce processus qui, à terme, est un des éléments les plus visibles de la présence romaine et d’un réseau urbain efficace, articulé sur les voies de circulation. L’exemple de Soissons permet d’illustrer l’étroitesse de ces rapports comme la rapidité de l’évolution : avant le début de la Guerre des Gaules, le site majeur est l’oppidum de Pommiers, ville des Suessions, assiégé vraisemblablement par les troupes romaines et occupé ensuite par elles. Dans un deuxième temps, entre la fin de la guerre et l’époque augustéenne, c’est l’agglomération de Villeneuve-St-Germain qui se développe en bordure de l’Aisne. Enfin, avec la création de la route, l’agglomération se déplace encore légèrement pour occuper le site de Soissons. Il est vrai que dans ce cas la présence militaire n’est plus clairement attestée.

25D’après un témoignage de Florus (Epitome 30 ; cf. Tac., Ann., II, 8), Drusus aurait créé en 12 av. J.-C. une série de castella portant son nom, plus de cinquante le long du Rhin. L’auteur latin n’en donne ni la liste pas plus qu’il n’en précise les fonctions, simples forts ou véritables agglomérations. Les archéologues régionaux, notamment alsaciens, ont depuis longtemps tenté d’identifier les sites potentiels, en se concentrant sur les agglomérations actuelles proches du cours aujourd’hui régularisé du Rhin comme Kembs, Horbourg-Wihr, voire Strasbourg, mais les preuves formelles font toujours défaut et il est donc impossible de vérifier l’adéquation entre la création (ou le développement) d’agglomérations et l’emprise militaire dans la zone frontalière.

26En revanche, la création encore au Ier siècle ap. J.-C. de camps réservés aux troupes légionnaires renouvelle quelque peu la question de la présence militaire véritablement romaine dans les autres régions des Trois Gaules après la conquête (Reddé 1996). Il s’agit en l’occurrence de camps permanents par opposition aux « camps de marche » (occupés quelques jours) ou « d’hivernage » (quelques mois). Deux de ces camps ont été découverts par photographie aérienne avant de faire l’objet de campagnes de fouilles plus ou moins développées : celui d’Aulnay-de-Saintonge, découvert par J. Dassié et fouillé par Fr. Tassaux ; celui de Mirebeau, en Côte d’Or, découvert par R. Goguey et fouillé par M. Reddé.

27Le camp d’Aulnay semble être consécutif à la grande révolte conduite par Sacrovir qui vit, entre autres, la prise d’Autun en 21 ap. J.-C. Les découvertes archéologiques sont quelque peu contradictoires pour cette datation (décalage entre datations traditionnelles des céramiques et celle des monnaies) qui est cependant généralement admise. Le nom des troupes chargées d’occuper cette position capable d’accueillir une légion ou son équivalent soit 6 000 hommes, demeure inconnu. Il n’en reste pas moins vrai que, dans la première moitié du Ier siècle, les Romains mettent en place en Aquitaine, réputée paisible, une installation que l’on pensait réserver aux théâtres principaux de la guerre, le limes.

28Le deuxième camp, celui de Mirebeau, est un peu plus tardif et surtout le nom de l’unité à laquelle il est destiné est bien attesté par l’épigraphie : il s’agit de la VIIIe légion Auguste, cantonnée sur le Danube sous les Julio-Claudiens et en poste à Strasbourg seulement à la fin du Ier siècle puisqu’il faut désormais intégrer à son histoire cet épisode bourguignon. La durée de vie de ce camp est difficile à mesurer, mais on observe autour du camp proprement dit la présence d’éléments divers, camp d’entraînement, amphithéâtre mais également éléments constitutifs de canabae (les faubourgs civils des camps), thermes, sanctuaires, édifices divers dont la fonction précise n’a pas été identifiée, mais qui justifie une existence de quelques dizaines d’années, insuffisante cependant pour que cette agglomération civile puisse survivre au départ de la VIIIe légion pour Strasbourg.

29Avant la fin du Ier siècle, la présence de militaires romains dans les Trois Gaules, hors Germanie, ne se limite donc pas aux témoignages des stèles de soldats découvertes principalement dans des sites de cure comme Néris : même si l’on ne peut totalement exclure l’idée d’installations sanitaires réservées à des militaires blessés, il est impossible de considérer ces témoignages comme ceux d’une présence militaire romaine active, quadrillant de façon efficace le territoire comme avait pu fonctionner le phrouros fondé par Sextius à Aix-en-Provence en 123 av. J.-C. ! La présence des camps d’Aulnay et de Mirebeau montre cependant que la situation globale était moins simple que ce qu’il paraissait avant leur découverte.

30Un troisième camp est attesté dans les Trois Gaules, cette fois au IIe siècle ap. J.-C. Il s’agit du camp de St-Bertrand-de-Comminges, également récemment identifié en limite de cette cité pyrénéenne, proche de l’Espagne comme de la Narbonnaise. Il faut bien reconnaître que le motif ayant conduit à la mise en œuvre de ce camp à cette date demeure obscur. Le maintien d’une garnison à Boulogne-sur-Mer, chargée d’assurer la liaison avec la Bretagne finalement conquise par Claude, mais jamais vraiment pacifiée et donc lourdement occupée par l’armée romaine, complète la série des garnisons attestées pour les Trois Gaules pendant le Haut-Empire.

31La période flavienne, avec la création de deux provinces de Germanie au détriment du territoire de la Lyonnaise et de la Belgique, marque incontestablement un tournant : désormais, si l’on excepte le camp de St-Bertrand et Boulogne, les traces d’activités militaires dans les Trois Gaules deviennent extrêmement réduites quand elles continuent à se multiplier dans la plaine d’Alsace (désormais en Germanie Supérieure), alors que la conquête des Champs Décumates a déplacé la frontière de près de 100 km vers l’est.

Des villes majoritairement sans rempart

32Le nombre de villes dotées avant le IIIe siècle d’un rempart dans les Trois Gaules se compte sur les doigts de la main. Les deux seules colonies de citoyens romains, Augst et Lyon, possèdent pour la première (désormais en Germanie) des remparts qui demeurent incomplets jusqu’à la fin de l’époque romaine ; pour l’autre, Lyon, l’existence même d’un rempart entourant la colonie est devenue désormais hypothétique (Desbat 1987). Seule Cologne devenue colonie romaine en 50 ap. J.-C., alors qu’elle appartenait encore à la Belgique, est dotée de façon certaine de remparts. Les seuls cas bien attestés parmi l’ensemble des cités pérégrines sont donc Autun, prise par Sacrovir en 21 « malgré ses murailles », mais la ville est loin d’être encore véritablement occupée et les murailles pouvaient être encore inachevées à cette date. La seconde exception est Reims où les archéologues locaux ont identifié ce qu’ils appellent la « grande enceinte », construite à l’époque augustéenne, protégeant 600 ha en remplacement de celle de l’oppidum pré-romain de 110 ha. Mais cette nouvelle enceinte paraît avoir été abandonnée dès le milieu du Ier siècle, faisant de Reims, comme ses consœurs, une ville sans rempart jusqu’à la construction de l’enceinte du Bas-Empire. Le troisième et dernier cas connu est beaucoup plus tardif puisque à Trèves les travaux de la muraille qui englobe l’amphithéâtre comme la Porta Nigra ne sont entrepris que dans le cours, voire la fin du IIe siècle. C’est beaucoup plus tôt que pour d’autres villes de la province, mais ces travaux de défense s’inscrivent néanmoins dans le contexte de dangers potentiels d’invasions extérieures venues d’au-delà du Rhin. On ne reviendra pas sur la présence dans la ville de Lyon d’une garnison symbolique, une cohorte des vigiles, dont la fonction militaire, y compris de maintien de l’ordre, ne peut être que très limitée.

33Pour la première et certainement la dernière fois de son histoire, la confédération des Trois Gaules se trouve donc véritablement inermis, quel que soit le sens que l’on donne à l’adjectif. On peut donner deux explications à cette caractéristique. Depuis la conquête, sous les Flaviens, des Champs Décumates, la frontière rhénane demeure immuable pendant tout le IIe siècle avec l’aménagement, sur plusieurs lignes, d’un limes désormais fondamentalement défensif. Mathématiquement cette concentration sur la zone frontalière, organisée en provinces autonomes, dégarnit les Trois Gaules. L’expérience, notamment encore pendant l’épisode de guerres civiles qui marque la fin des Julio-Claudiens, comme au moment de l’avènement de Trajan, montre que, en cas de besoin, il était possible de déplacer rapidement des troupes à travers l’ensemble de ces provinces. Cette « démilitarisation » demeure donc relative en raison de la proximité effective des grands camps du limes germanique hors, cependant, des limites provinciales de l’ensemble des Trois Gaules.

34La concentration des troupes en Bretagne et sur le continent, dans la zone du limes, n’a pu être sans conséquence économique. On en retiendra ici deux, apparemment paradoxales. La première est que les militaires dotés d’une solde, mais également venus pour une part de régions méditerranéennes aux pratiques diverses étaient des consommateurs potentiellement importants de produits importés. C’est ce que l’on vérifie encore au IIe siècle avec, par exemple, la variété toujours très grande des amphores (ou des lampes à huile) découvertes sur les sites « militaires », au même titre que les objets métalliques de leur équipement. Mais les régions comme l’Alsace où l’armée reste présente sur toute la période ne montrent pas le même degré de développement (par exemple dans le nombre et la qualité des villas) que la Lorraine privée de troupes : ces dernières ne sont donc pas la condition d’un enrichissement général, d’une « romanisation » accrue, puisque certains voient dans les secteurs où les troupes sont cantonnées, au contraire, des traces plus prononcées qu’ailleurs de traditions gauloises.

35D’un autre côté, les besoins générés par la présence (massive) de troupes (15 à 20 000 hommes avant l’époque de Trajan, 10 à 12 000 ensuite) nécessitent une véritable logistique, en particulier mais pas uniquement pour leur nourriture. Même si le commerce à grande distance est loin d’être inconnu (cf. ci-dessous), la proximité des sources d’approvisionnement doit être recherchée. De ce point de vue, les Trois Gaules, notamment la Belgique et la zone orientale de la Lyonnaise, sont idéalement placées pour répondre à ces besoins qui sont donc tout autant de débouchés assurés. Faute de document, il reste difficile d’apprécier ce que les fournitures aux armées du Rhin et de Bretagne ont pu assurer de revenus aux Trois Gaules, mais il ne fait pas de doute que cette part n’a pu être que considérable.

Un processus « d’auto-romanisation » ?

36Si l’appartenance des provinces gauloises à l’Empire romain est un fait incontestable, les modalités concrètes de cette intégration méritent d’être examinées, au-delà de la formule (ou du cliché ?) de la romanisation permise par la pax romana.

37Force est de constater la faiblesse numérique de la présence romaine : pratiquement plus aucun militaire dès la fin du Ier siècle (et seulement quelques milliers au moment des plus fortes tensions) ; très peu de fonctionnaires civils également : même si nous ne disposons d’aucun recensement précis avant le Bas-Empire, leur nombre dans les services officiels (entourage du gouverneur, services fiscaux et douaniers) n’a pas dû dépasser quelques centaines, voire quelques milliers de personnes pour une population estimée, de son côté, à plusieurs millions d’individus.

38La véritable inconnue demeure le nombre de colons expatriés en Gaule, qu’il s’agisse d’Italiens ou de provinciaux en provenance de régions plus anciennement intégrées, à commencer par l’ex-Cisalpine ou la Narbonnaise. Pendant longtemps, on a tenté de mesurer à travers l’onomastique connue par le corpus épigraphique la part de ces « Romains ». Pour de multiples raisons, à commencer par le caractère éminemment élitiste du point de vue social de ceux qui pouvaient s’offrir de tels monuments, aucune réponse portant sur la totalité de la population n’est possible, même si ces Romains exilés sont organisés de façon relativement autonome sur le plan politique. Le caractère désormais très uniforme des offrandes déposées dans les tombes interdit de son côté toute conclusion ethnique à partir de ces études de mobilier. On est donc réduit à de simples hypothèses pour mesurer cet apport humain extérieur, mais celles qui sont les plus hautes ne peuvent faire état de plus de quelques dizaines de milliers de personnes, un pourcentage infime par rapport, une fois de plus, à la population totale. Il semble bien en effet que les redistributions de terre attestées par le témoignage de César lui-même (BG, VIII, 38) aient d’abord profité dans ces provinces où les colonies « déduites » sont en nombre très limité, aux Gaulois eux-mêmes. Ce sont donc les habitants eux-mêmes qui ont majoritairement accepté cette intégration au monde romain. Dans ce contexte, le rôle essentiel a été assuré par ce qu’il est convenu d’appeler les « élites locales », ce que César dans le texte cité plus haut appelle les principes.

Le rôle des élites locales et l’urbanisation des Trois Gaules

39Les autorités romaines n’ont jamais remis en cause les hiérarchies établies avant la conquête, même si pour des raisons qui prêtent à discussion ils ont supprimé sous le règne de Tibère la religion druidique et par là même la caste des prêtres, les druides, un des fondements de la société celtique selon César. Conformément aux pratiques habituelles, les autorités romaines se sont appuyées sur les groupes dirigeants gaulois, du moins ceux (la très grande majorité) qui s’étaient ralliés ou avaient fait amende honorable. Cela a non seulement facilité la mainmise des élites des peuples alliés traditionnels de Rome comme les Eduens mais, avec des nuances sans doute importantes liées aux circonstances locales, celles des autres peuples. Un des signes visibles de cette collusion est l’octroi par Jules César lui-même (ou son fils adoptif qui porte le même « nom » de Jules) du droit de cité romain : pratiquement tous les noms des protagonistes des révoltes de 21 sont des Iulii, à commencer par le chef des révoltés, Sacrovir dont le nom complet est Iulius Sacrovir (Tac., Ann., III, 40). Cet octroi d’un droit personnel laissé aux mains du conquérant permettait aux généraux romains de faire entrer ces nouveaux venus dans leur clientèle. Quand il s’agit de personnages riches, le système censitaire en faisait à l’époque républicaine des électeurs importants. Avec la quasi-disparition du système électif, cet aspect disparaît, mais le principe d’une clientèle en quelque sorte privée mais attachée de fait directement à la famille impériale qui seule conserve ce droit de créer des citoyens selon son bon vouloir est toujours d’actualité et présentait un outil politique de première importance. En retour, ces élites locales ainsi intégrées au système politique romain voyaient leurs pouvoirs strictement locaux sérieusement renforcés et par là même le moyen d’augmenter encore plus sensiblement leurs richesses, notamment foncières, au détriment de la masse de leurs compatriotes dont l’avis, en définitive, comptait peu. L’intégration politique des Trois Gaules au monde romain ne relève en aucune façon de procédés démocratiques… Les liens clientélaires déjà existants avant la conquête, tels que nous les décrit César, ne pouvaient que sortir renforcés de cette collusion avec les autorités romaines.

40Dans ces conditions, comment expliquer la participation de tous ces Iulii aux révoltes, notamment à celle de 21 puis, pour certains, de 69 ? Plus qu’à des considérations nationalistes et/ou religieuses longtemps mises en avant (en liaison avec la disparition forcée du druidisme signalée plus haut) par les historiens, il faut envisager une remise en cause de certains privilèges (fiscaux ?) accordés par le pouvoir romain à ces seuls « puissants » comme le dit implicitement Tacite : le jeu des clientèles suffit alors à déclencher un mouvement de protestation beaucoup plus large, nécessitant dès lors une intervention militaire d’importance dont on a vu quelques effets plus haut, dans un mouvement d’entraînement des populations symétrique à celui de l’intégration.

41La répression qui s’en suivit, comme après les événements de 69-70, entraîna la disparition de certaines de ces familles, mais pas du principe lui-même d’appui et d’intégration des élites locales organisée par le pouvoir romain : il s’agit seulement de nouvelles familles et, sans disparaître, l’octroi individuel de la citoyenneté romaine par l’Empereur a été certainement relayé par la diffusion massive du droit latin où l’acquisition de la citoyenneté romaine est automatique pour les magistrats municipaux sortant de charge.

42On possède quelques indices concernant ces changements dans les élites à propos des Trévires : après l’échec de la révolte de 69, la majeure partie des anciens décurions se réfugie chez le peuple des Germains (Tac., Hist., IV). En revanche, on constate dans la plupart des très grandes villas régionales, y compris chez leurs voisins médiomatriques qui avaient également été tentés par la révolte, de profondes transformations dans les bâtiments de la partie résidentielle : le cas de la villa de Saint-Ulrich (Moselle), construite à l’époque de Tibère ou de Claude, est totalement remaniée et surtout très largement amplifiée, avec introduction de péristyles et de cryptoportiques peu adaptés au climat lorrain mais porteurs de romanité. Il est tentant de voir dans ces transformations architecturales qui touchent de façon simultanée de nombreuses villas parmi les plus importantes, le signe d’un changement massif des propriétaires et donc des élites locales, mais également celui du maintien en l’état des pratiques antérieures.

43Si les bénéficiaires principaux de ce système sont donc susceptibles de connaître individuellement et collectivement des situations parfois difficiles, le principe général d’un appui recherché des puissants locaux n’a jamais été remis en cause. S’il est impossible de transcrire mot pour mot au profit des notables des Trois Gaules les propos d’Agricola, beau-père de Tacite, aux notables bretons (Tac., Agr., 21, 1), la réalité ne pouvait être différente : « Agricola voulait les habituer à vivre paisiblement et à occuper agréablement leur temps libre (otium). Il les y invitait individuellement. Il aidait les cités à édifier des temples, à aménager des forums, à construire des domus. Il félicitait les plus entreprenants et s’en prenait aux récalcitrants. Ainsi le désir d’émulation tient lieu de contrainte ». Un des relais essentiels entre le pouvoir central et ces notables paraît en effet avoir été les gouverneurs de province comme Agricola qui cumule encouragements et conseils aux particuliers et, certainement, incitations financières aux cités. Pour les Trois Gaules, on dispose d’un témoignage épigraphique, certes légèrement postérieur à 192, qui relate cependant des faits antérieurs : la carrière de Solemnis telle qu’elle est décrite dans le marbre de Thorigny, montre en effet que le gouverneur de la Lyonnaise lui avait certainement accordé des faveurs alors que Solemnis, magistrat des Viducasses, avait été élu Grand Prêtre au sanctuaire confédéral de Lyon, notamment des charges militaires vraisemblablement fictives mais qui devaient lui permettre d’atteindre l’ordre des chevaliers romains. Grâce à ce document, on saisit à quel point la province était véritablement cogérée par le pouvoir central via les gouverneurs et par les élites locales via les élus au conseil (con) fédéral, dont le titre le plus honorifique était précisément comme on l’a vu celui de « prêtre d’Auguste » : le lien entre le pouvoir central et ces notables ne peut pas être exprimé de façon plus limpide.

44Le texte de Tacite, comme les inscriptions honorifiques ou funéraires retraçant la carrière de ces notables des Trois Gaules, expriment la même connivence : de fait, il n’était pas nécessaire au pouvoir romain d’ordonner (cela semble légalement réservé aux colonies de citoyens romains de statut théoriquement supérieur pour lesquelles on dispose à travers des cas espagnols de documents précis), mais au mieux de conseiller : dans ces conditions, le « privilège de liberté » n’est pas une formule creuse, et cette liberté conduit le plus souvent à adopter des règles et des pratiques inspirées plutôt que servilement copiées sur celles de Rome.

45L’urbanisation des Trois Gaules constitue un domaine de choix pour vérifier et mesurer ces principes et leurs applications (Goudineau 1978 ; Bedon 1999 ; Lafon 2006). Le phénomène urbain n’est pas apparu avec la conquête, mais il a été très sensiblement amplifié ensuite et cela pour de multiples raisons où les visées stratégiques romaines avaient leur part (cf. ci-dessus). Parmi les autres raisons figure en bonne place la transformation du lieu de résidence des élites, de rural à urbain. Les preuves archéologiques ne manquent pas y compris sur le Mont Beuvray. Les maisons que l’on y a retrouvées depuis le XIXe siècle, de modèle strictement italique avec leur atrium, sont clairement postérieures à la conquête et traduisent l’arrivée tardive des principes sur l’oppidum. Elles caractérisent l’habitat urbain des élites éduennes, non de celles contemporaines ou même antérieures à César comme on l’a longtemps pensé. Ces maisons sont donc celles que l’on s’attendrait à trouver dans la ville d’Autun, fondée précisément à l’époque d’Auguste, mais peu habitée encore en 21 ap. J.-C. Le rééquilibrage chronologique de ces maisons n’est certainement pas plus lourd de conséquences historiques que ce changement capital intervenu entre la période de l’indépendance et celle de la période romaine : les élites locales ont adopté, non sans mal vraisemblablement (cf. le discours d’Agricola aux notables bretons…), un mode de vie plus proche des pratiques romaines que de celles de leurs ancêtres, fondamentalement « ruraux ». La création des villes (et leur occupation par les notables) est donc un phénomène essentiel de l’histoire des Trois Gaules qui va bien au-delà des soucis stratégiques romains ou de l’essor économique général que connaissent ces régions. De ce point de vue, le schéma proposé par W. Eck (2007) du développement de Cologne et des petites villes proches sous la responsabilité unique du pouvoir romain ne peut être retenu pour l’ensemble des Trois Gaules. Dans ces conditions, on comprend que la recherche des modèles concerne autant l’urbanisme en général que la panoplie des monuments à établir soit un enjeu considérable.

46Les villes d’Aquitaine, notamment Saintes (peut-être un temps capitale de la province) et Périgueux, permettent grâce aux travaux de D. Tardy de mesurer l’ampleur du phénomène comme les difficultés que nous avons encore aujourd’hui à l’appréhender notamment dans sa chronologie fine même si l’avance prise par les capitales provinciales demeure incontestée. D. Tardy en étudiant les blocs d’architecture conservés dans les musées, provenant pour l’essentiel de remplois dans les remparts tardo-antiques, a montré à Saintes la très grande précocité des monuments, alors que l’archéologie urbaine de ces dernières années met en évidence la mise en place beaucoup plus récente de la trame urbaine que, spontanément on pourrait penser au contraire plus ancienne. En d’autres termes, ces commanditaires de Saintes, dont certains sont bien connus par l’épigraphie pour avoir joué un rôle au sanctuaire confédéral de Lyon, ont fait construire des monuments avant d’adopter un schéma urbain d’ensemble plus proprement romain.

47La formation intellectuelle de ces élites reposait pour une part certainement très limitée sur des séjours personnels dans la ville de Rome, poursuivant une tradition qui avait eu cours avant la conquête (Vercingétorix en est un bon exemple), même si la pratique des otages constitués par les fils des (grands) dirigeants locaux maintenus, mais par là même formés à Rome, n’avait plus lieu d’être.

48Un plus grand nombre, surtout dans la période Julio-claudienne, pouvait servir comme officiers commandant de troupes auxiliaires (Bedon 1999) et cette tradition, même si elle a pris avec le temps un caractère quelque peu fictif, n’a pas disparu à la fin du IIe siècle comme le montre, une nouvelle fois, la carrière de Solemnis. Cette fréquentation directe des milieux (militaires) romains ne pouvait être sans conséquence sur les choix opérés une fois rendus à la vie civile, dans le sens d’une adoption des caractéristiques de la culture romaine entendu dans les sens les plus divers. De leur côté, on ne peut nier le souci des autorités romaines de mettre au service de ces notables des techniciens capables de répondre à leur attente. Aucun texte n’offre de témoignage direct sur les modalités concrètes de ces apports dans les Trois Gaules, mais cette réalité transparaît au niveau des techniques de construction et de décoration des édifices aquitains en particulier : suivant la typologie établie par P. Pensabene, il existait des équipes de sculpteurs itinérants. Les plus proches des modèles romains sont formés à Rome, capables d’intervenir dans les provinces directement en utilisant parfois des matériaux importés comme le marbre. Les chapiteaux et autres blocs d’architecture qu’ils produisent sont directement « copiés » sur ceux de Rome. Ils peuvent intervenir également indirectement après avoir formé des équipes locales auxquelles on enseignait la « base » de ces techniques. Travaillant quasi exclusivement des matériaux locaux, ils produisent des objets moins fidèles dans les détails et parfois dans la compréhension générale, mais toujours réalisés dans un esprit romain. Les exemples étudiés à Saintes comme à Lyon, confirment l’existence de cette chaîne de transmission de connaissances que l’on peut également reconstituer à propos des architectes proprement dits. Nul n’est donc besoin de parler d’édifices « imposés » par les autorités romaines (car proches de ceux de la capitale) : comme dans d’autres domaines, les notables gaulois utilisent les « outils » à disposition pour valoriser les potentialités offertes par leurs ressources, notamment les revenus tirés d’un essor économique incontestable, pour « pétrifier » selon une formule désormais consacrée, leurs richesses dans ces monuments urbains, publics comme privés.

L’intégration économique

49Le développement économique des Trois Gaules ne part pas de rien comme on l’a vu plus haut : les Gaulois disposent non seulement d’un territoire fertile, bien « irrigué » par un réseau fluvial harmonieusement distribué (Strabon) qui facilite les échanges ; ils disposent également d’une capacité reconnue par les Romains eux-mêmes d’innovation technologiques : les plus remarquables ont été relevées par Pline. Il est vrai que dans son cas, il reste difficile de distinguer ce qui provient de la Cisalpine de ce qui peut être attribué plus précisément aux Trois Gaules sauf, et cela lui arrive parfois, quand il mentionne le peuple à l’origine de ce fait remarquable. On note par exemple que la seule représentation iconographique de la « moissonneuse », le vallus, dont l’invention est attribuée aux Gaulois en général (Plin., NH, XVIII, 296), figure sur un monument de Reims.

50En même temps, on ne peut nier que la plupart de ces progrès technologiques sont clairement postérieurs à la conquête et attribuables de façon certaine sinon à une influence « romaine », du moins en rapport avec la situation crée par la conquête. Parmi eux il faut certainement compter les aménagements observés sur les bords de ces fleuves dont Strabon, comme on l’a vu, vantait les qualités « naturelles ». La création de canaux (fossae) est aussi attestée même si le projet le plus audacieux, voulu par Néron, de relier par un ouvrage artificiel le cours de la Saône (et donc celui du Rhône) à celui de la Moselle (et donc au Rhin) n’a pas été réalisé en raison des événements de 69-70. En revanche, toutes les découvertes archéologiques concernant des quais et autres aménagements de berges observés dans les Trois Gaules sont bien d’époque « romaine », phénomène que l’on retrouve en Grande Bretagne comme sur les bords du Rhin, en particulier à son embouchure (Fossa drusiana). Le facteur militaire (et donc une intervention des autorités romaines) ne sont donc certainement pas étrangers à ce transfert de technologie qui finit, cependant, par concerner l’ensemble du territoire et donc tout autant le secteur civil. On peut faire le même type d’observation pour la métallurgie, notamment l’activité minière largement développée après César, par exemple dans l’ensemble du Massif Central mais aussi, au moins un temps, sur la rive droite du Rhin avec des sociétés privées payant des redevances au domaine impérial.

51Le secteur agricole n’échappe pas à une hausse de la productivité dans le cadre souvent de grands domaines, les villae. Mais là encore, les recherches récentes ont montré que ce type de grandes exploitations (les « fermes indigènes ») existait massivement avant la conquête. Il y a incontestablement un saut quantitatif important par le nombre d’exploitations concernées, mais on n’assiste pas pour autant à la création d’une nouvelle forme d’agriculture : c’est donc l’accélération du processus qui constitue la véritable originalité de la période marquée par l’intégration au monde romain. De plus grandes facilités accordées à la circulation des marchandises à l’intérieur de l’ensemble très vaste que constitue l’empire romain autorisent un essor général de la production et des échanges. Toutefois, on se gardera d’exagérer ces mouvements comme on est tenté de le faire à partir des sources archéologiques telles que les céramiques sigillées. Mais celles-ci permettent de mieux comprendre ce phénomène complexe de diffusion des techniques issues du monde méditerranéen, mais adaptées au milieu (et par le milieu) gaulois. Ces vaisselles de table nécessitent une technologie (fabrication, décoration éventuelle, cuisson) élaborée dans le monde grec et l’Italie (« céramique arétine »), inconnue jusque-là en Gaule même si l’on y connaît des formes de céramiques peintes de très bonne qualité. Des ateliers, simples succursales de l’Italie, apparaissent à Lyon dès l’époque augustéenne, c’est-à-dire quelques décennies seulement après la création des manufactures arétines. De Lyon cette technologie se diffuse essentiellement à travers quelques grands centres de productions, d’abord en Aquitaine, tel que La Graufesenque (Millau, Aveyron) puis Lezoux (Puy-de-Dôme) sans oublier quelques ateliers plus petits en Narbonnaise avant de s’établir à la fin du Ier siècle et surtout au IIe en Gaule Belgique (Mittelbronn, près de Sarrebourg, Moselle). Les vases sont très standardisés dans leur forme et produits en grande quantité, ce qui permet leur diffusion dans l’ensemble de l’empire et même au-delà puisqu’on en a retrouvé jusque dans la péninsule indienne. Ces vases sont assez souvent signés par les potiers (sans que l’on sache exactement le but de ce marquage) et les noms sont le plus souvent purement latins (Germanus, Bassus, etc.). Toutefois, ces potiers utilisaient également à La Graufesenque des bordereaux d’enfournement (pour partager les risques d’une fournée ratée, chaque fournée pouvant correspondre à plusieurs dizaines de milliers de vases) qui témoignent au plus haut point d’une double culture : calendriers et associations (professionnelles ?) gauloises ; noms des vases latins (catillus) ou gaulois ; chiffres latins ; noms de métiers exprimés en latins ou en gaulois etc. Il ne fait pas de doute que l’ensemble de la main-d’œuvre, y compris les chefs d’équipe « signant leur production », sont des autochtones, mais cette « industrie » serait inconcevable en dehors du cadre de l’empire… On reviendra dans le dernier chapitre sur le contenu des décors iconographiques associés à certaines catégories de vases. Mais si l’on connaît, en particulier à Metz, des négociants en céramique (mais rien ne dit s’ils s’occupaient, en partie ou non, de ces sigillées), on ne peut pour autant voir dans ces produits et leur commerce, un élément clé de l’économie gauloise, la valeur de cette production ne présentant qu’une valeur infime par rapport aux céréales, aux vins, aux bois et autre métaux commercialisés dans et hors des Trois Gaules.

52Une question apparemment secondaire, mais qui pourrait être fondamentale pour saisir les modalités et le degré atteint de l’intégration économique des Trois Gaules dans l’Empire se situe précisément sur ses marges intérieures. On connaît en particulier dans le massif vosgien un certain nombre de villages pour lesquels on a proposé le concept de « civilisation » puis plus modestement de « culture des sommets vosgiens ». Ces villages occupent des secteurs de moyenne montagne qui n’ont jamais été occupés de façon permanente en dehors, précisément, de l’époque romaine et plus précisément encore des Ier et IIe siècles. Ils se présentent sous forme de hameaux, chaque maison étant placée dans un enclos de murets en pierres sèches. Quelques équipements collectifs, notamment une nécropole et, éventuellement une petite chapelle, ont été repérés, un certain nombre de « champs » étant eux-mêmes entourés de murets de pierres. Traditionnellement deux explications sont données pour comprendre l’existence de ces hameaux. La première consiste à voir dans leurs habitants des réfugiés, autrement dit des populations locales repoussées dans des zones peu favorables par de nouveaux venus, en l’occurrence romains ou protégés des Romains. Plaident en ce sens le caractère assez sommaire de l’architecture (absence de toiture en tuiles) et le caractère régional et donc pour certains auteurs « indigène » des formes de sépulture (« stèles maisons »), voire la présence de « colonnes à Jupiter » massivement répandues dans l’est de la Gaule. Il existe toutefois un deuxième type d’explication, celui qui voit dans ces villages la traduction d’un véritable « front pionnier », lié à l’essor général de la région, qui nécessite en abondance pierres de construction (plusieurs carrières de grés ont été identifiées à proximité immédiate voire à l’intérieur des hameaux) et bois d’œuvre, toujours présent dans ces forêts, voire un élevage de grande ampleur. La qualité générale des céramiques utilisées, le nombre relativement important de monnaies trouvées en fouilles, montrent que l’on n’a pas à faire à une population marginalisée. Si l’on admet, enfin, que les colonnes à Jupiter trouvent leur origine non dans le monde celtique, mais bien dans le monde romain impérial, le caractère indigène de la religion pratiquée peut être largement atténué. Quelle que soit l’explication retenue, l’impact du contexte romain (plus que des « autorités » romaines) est incontestable tout autant que les caractéristiques constructives sommaires de ces établissements des sommets vosgiens.

53Un autre type de documentation fréquente dans les Trois Gaules et d’interprétation difficile est formé par les représentations de métier sur les monuments funéraires. On les retrouve soit sur des stèles concernant un groupe familial réduit, soit comme des reliefs intégrés dans des monuments beaucoup plus complexes comme la colonne d’Ygel sur le territoire trévire. L’interprétation la plus habituelle est que les activités représentées sont celles qu’exerçait le défunt avant sa mort. Le choix d’une iconographie qui pourrait paraître triviale, rarement présente dans de nombreuses autres provinces, aurait donc une double signification : le signe d’une réussite économique diversifiée, touchant les activités commerciales et artisanales, mais également la preuve d’une valorisation idéologique de ces activités par rapport au couple habituel, travail de la terre et métiers des armes. Accessoirement, cette iconographie traduirait l’apparition d’une « classe moyenne » d’hommes libres là où, en Italie, s’activaient fondamentalement des esclaves.

54Toutefois une autre lecture est possible, notamment pour les plus grands monuments, en distinguant sources de revenus (à travers les « métiers » présentés) et activités proprement dites : le commanditaire du monument peut tirer des profits d’activités qu’il n’exerce pas pour autant lui-même. La chronologie de ces représentations, qui se multiplient aux IIe et IIIe siècles, n’est pas indifférente et témoigne peut-être aussi d’un changement dans les attitudes face aux différents types d’activités : au Ier siècle, on privilégie en général sur les monuments funéraires une iconographie où l’on met l’accent sur les vertus militaires. Ces changements sont communs à l’ensemble du monde romain occidental et ne peuvent donc être considérés comme spécifique aux provinces gauloises comme le montrent à la même époque les monuments de la nécropole d’Isola Sacra à Ostie. Ces monuments gaulois ne peuvent être négligés pour une étude de l’économie (et de ses représentations mentales), mais il convient d’être prudent au moment de dégager les spécificités des Trois Gaules, en particulier leur différenciation par rapport à un « modèle » romain. Ce sont toujours les grands propriétaires fonciers qui continuent d’occuper le haut du pavé même si, comme leurs confrères italiens depuis la fin de la République, ils n’hésitent certainement pas à trouver, par le biais d’intermédiaires, d’autres sources de revenus, notamment dans l’artisanat et le commerce.

L’intégration culturelle

55L’intégration des Trois Gaules au monde romain se marque également dans le domaine culturel. On ne reviendra pas ici sur l’adoption d’un urbanisme et de monuments clairement copiés (même s’il existe des adaptations aux conditions locales incontestables) sur ceux de l’Italie, en liaison avec la pratique d’un genre de vie à la romaine (bains, combats de gladiateurs, etc.) : ces phénomènes sont des constantes dans la partie occidentale de l’Empire. En revanche, deux dossiers, de nature très différente, permettent de mesurer le degré d’intégration particulière des Trois Gaules dans le système de pensée romain, celui du panthéon et celui de l’iconographie sur certaines céramiques.

56Les travaux de J. Scheid, relayés par ceux de W. Van Andringa, ont permis de renouveler totalement la question de la religion « gallo-romaine ». Jusqu’à ces dernières années, dans le droit fil des travaux de J.-J. Hatt, on insistait fondamentalement sur la composante celtique de cette religion, malgré la condamnation et donc au mois officiellement la disparition de la « religion des druides » opérée comme on l’a vu par Tibère. Outre le nom conservé sous forme d’épiclèses de certaines divinités (Apollon Granus), de toponymes (Lugdunum), l’accent était mis sur la présence de monuments originaux (le « fanum » gallo-romain) dotés notamment, de galeries périphériques permettant la réalisation de rites celtiques comme la circumambulation décrite par les auteurs antiques. Enfin, l’existence de reliefs ou de ronde bosses originaux par rapport au panthéon classique venait confirmer cette originalité : Sucellus le dieu au maillet ; Epona la déesse cavalière ; Cernunnos, le dieu aux bois de cerf, etc. La continuité géographique était affirmée à travers l’exemple de sanctuaires gaulois comme Gournay-sur-Aronde doté à l’époque romaine d’un bâtiment en pierre témoignant d’une fréquentation continue du site avant et bien après la conquête. Enfin, quelques rares textes épigraphiques comme le « calendrier de Coligny », concernant le monde de la religion témoignent de l’usage maintenu de la langue, mais également de concepts religieux et d’un calendrier gaulois permettant de concilier calendrier solaire et calendrier lunaire. Les travaux récents ont permis de relativiser au moins deux de ces « preuves ».

57La permanence des lieux de culte d’abord a pu être remise en cause : il existe le plus souvent des solutions de continuité et les formes de culte sont elles-mêmes très différentes. Surtout la constitution du panthéon et du calendrier religieux de chaque cité apparaît comme une affaire complexe qui n’a pas plus été imposée par les autorités romaines qu’elle ne traduit, sous une forme plus ou moins voilée, la poursuite d’une religion ancienne : c’est bien l’élaboration de quelque chose d’intégralement nouveau qui est en jeu, notamment à travers le culte impérial même si celui-ci s’appuie assez souvent sur d’anciennes divinités locales, par exemple à Trèves, comme cela se faisait parallèlement en Narbonnaise. On ne peut donc plus parler comme on le faisait dans les années 1970 de « résistance à la romanisation » à propos de la religion des cités des Trois Gaules, d’autant plus que le polythéisme est, par définition, tolérant.

58L’iconographie, présente notamment sur la céramique sigillée pour laquelle on est sûr de la localisation des ateliers, permet d’aborder la question de l’imagerie développée sur un support relativement commun et relativement bien diffusé sur l’ensemble du territoire. Rappelons qu’il s’agit pour l’essentiel de vases obtenus dans des moules réutilisables à de très nombreuses reprises car pratiquement aussi indestructibles que la céramique elle-même… Ces moules sont obtenus grâce à des poinçons-matrices que le potier peut combiner à l’infini. La signature fréquente des moules comme des (rares) poinçons retrouvés permet de montrer qu’il pouvait s’agir de deux personnages indépendants. L’iconographie doit donc être examinée à deux niveaux, celui de la fabrication des poinçons et celui de leur combinaison dans les moules. En revanche, il est relativement facile d’obtenir des copies des poinçons par surmoulage et cette distinction n’est donc valable qu’au moment de l’apparition d’un motif donné. Dernière précision préliminaire, ces poinçons apparaissent par groupes, les « jeux », homogènes par leur dimension et leur thématique générale. Depuis le début du XXe siècle, ces motifs ont fait l’objet de catalogues systématiques, mais leur utilisation a rarement été examinée pour tenter de saisir la signification pour les potiers eux-mêmes et leur clientèle.

59Parmi les thèmes abordés quelques uns (mais ils sont rares) traitent directement de sujets « politiques ». C’est ainsi que l’on connaît à la Graufesenque ou à Banassac comme dans certains vases à médaillons d’applique (plus exceptionnels) lyonnais des formules d’acclamation à l’empereur régnant, en l’occurrence Trajan, l’ensemble étant clairement identifiable par des inscriptions et les potiers (comme leurs clients) connaissaient exactement la signification de ces décors. Toutefois leur caractère exceptionnel rend difficile à apprécier leur signification réelle aux yeux des contemporains.

60Un deuxième thème, plus ambigu peut-être, est celui de la mythologie. Malgré des tentatives de J.-J. Hatt pour trouver dans ces décors une signification religieuse celtisante, il s’agit uniquement de divinités classiques, la plus représentée statistiquement étant Diane chasseresse, suivie de très loin par Mercure sous des formes plus diversifiées. Ils apparaissent à l’époque de Claude/Néron et reprennent alors exactement tous les canons de l’art néo-attique qui jouit à la même époque d’un énorme succès en Italie à travers des reliefs de marbre reproduits en terre cuite (dits « Plaques Campana » du nom de son premier collectionneur) et en sigillée italique (arétine). En Gaule, ces vases sont les plus anciens objets fabriqués avec ce type de décor, décor que l’on aurait tendance à considérer à première vue comme tout à fait banal, et ils constituent, de fait, un vecteur essentiel de diffusion de cette iconographie religieuse : la sculpture (religieuse) sur pierre ne se développe que bien plus tardivement. Cette veine mythologique n’est jamais abandonnée, mais les nouveautés concernent en dehors d’Hercule plus des personnages secondaires comme les amours ou le cortège bachique où l’aspect anecdotique voire grivois occupe une place considérable par rapport à la signification religieuse originelle pour autant que l’on puisse la restituer pour les Romains eux-mêmes. Ce qui est désormais intéressant est que les potiers sont capables de réaliser des ensembles cohérents en associant différents poinçons pour reproduire des scènes significatives ou plus exactement conformes à ce que nous avons grâce souvent à la seule littérature ou à des supports beaucoup plus nobles découverts en Italie. Mais cette cohérence dure très peu : rapidement on oublie la signification première de cette iconographie comme le montre l’ensemble de la louve et des jumeaux, bientôt dissociés sur les moules ou remplacés entre les pates de la louve par des… lapins. Inversement et c’est là tout l’intérêt de ces études, d’autres potiers ont recours, notamment pour Hercule, à des poinçons anonymes de « combattants », chasseurs ou gladiateurs, qu’ils personnalisent en mettant à côté le nom du héros permettant une identification assurée. Cette variété de situations montre donc un degré d’assimilation de l’iconographie classique très inégal. Certains choix opérés par les fabricants de moules témoignent d’une bonne connaissance de cette mythologie ou du moins de ces légendes connues par les textes littéraires mais, pour les cas aberrants, il n’est malheureusement pas possible de dire à travers ces documents s’il s’agit de méconnaissance ou de simple négligence dans le cadre d’un travail bâclé.

61Le troisième thème, de loin le plus fréquent, est en rapport avec différents types de spectacle donnés dans le cadre des jeux : courses de char mais surtout chasses et combats de gladiateurs sans oublier les jongleurs, musiciens et autres intermèdes qui animaient notamment les spectacles les plus importants. Des études récentes (Teyssier 2009) ont montré que concernant les gladiateurs, les potiers étaient capables de rendre compte très rapidement des modifications apportées à l’armement et aux pratiques de ces combats, faisant de ces céramiques bien datées un élément clé de la chronologie des armaturae gladiatoriennes. Tout ceci confirme la parfaite intégration de ces potiers (du moins ceux fabriquant des poinçons) dans le monde romain en général et plus précisément leur rôle dans la diffusion rapide des modes et des pratiques. Rappelons que les principaux ateliers de sigillée ne sont pas précisément situés dans de grandes villes ou sur des axes de circulation importants et c’est donc bien d’une diffusion capillaire dont il est question ici. Tout cela participe cependant d’une diffusion relativement large de la culture romaine, sous des formes très éloignées de celle des lettrés ou plus généralement des élites, formes que l’on a parfois tendance à oublier ou à négliger. Rappelons que l’usage de l’écriture n’est pas inconnu pour autant comme le montrent les signatures et les bordereaux, mais il est très difficile d’apprécier le nombre de personnes capables d’écrire correctement.

Conclusion

62Les Trois Gaules constituent-elles un monde à part en 192 à l’intérieur de l’Empire romain ? L’ambiguïté entre l’ensemble du monde gaulois et les trois provinces continue à régner comme suffit à le montrer la localisation de Cologne par les auteurs du IVe siècle qui la place toujours in Gallia ou in Gallis et non en Germanie. Quand à la fin du IIIe siècle il sera question « d’usurpateur gaulois », ceux-ci revendiquent le contrôle d’une zone également bien plus large. Les Trois Gaules restent donc fondamentalement définies comme l’espace conquis par Jules César à l’intérieur du monde celtique et donc bien comme une construction romaine, matérialisée fondamentalement par le sanctuaire confédéral de Lyon, même si la rive gauche de Rhin a officiellement été retirée de cet ensemble à l’époque de Domitien, au moment où les Romains changent de stratégie dans cette région de l’empire.

63La domination romaine a par ailleurs été un formidable révélateur des potentialités régionales, en particulier dans le domaine économique, et on ne peut nier la concomitance du développement des Trois Gaules avec la mainmise politique de Rome. Mais les formes coercitives de l’intervention romaine sont demeurées limitées par rapport aux changements que l’on constate. Ce processus n’est pas propre aux Trois Gaules, mais celles-ci offraient un terreau particulièrement réceptif en raison non seulement de « conditions naturelles » favorables : les populations gauloises étaient préparées à ces changements, notamment les élites locales qui y trouvèrent des avantages incontestables et mirent dans cette intégration toute leur énergie, assurant par là même une intégration beaucoup plus solide et aboutie que si elle avait été imposée de l’extérieur.

La formation du réseau routier gallo-romain : le découpage des provinces (petits traits en hachures parallèles) a créé de larges couloirs suivis par les voies, allant de la Manche et de l’Océan vers Lyon, la Narbonnaise et l’Italie. S’y ajoute, au sud, le voie Domitienne. Tracés schématiques.
Tiré de P.-M. Duval, Travaux sur la Gaule 1946-1986, II, p. 745, fig. 2, Rome, 1989.

Bibliographie

Bibliographie

N.B. : Ces références ne constituent en aucune façon une bibliographie d’ensemble sur les Trois Gaules.

Bedon, R. (1999). Les villes des Trois Gaules, de César à Néron. Paris.

Desbat, A. (1987). « L’enceinte de Lyon au Haut Empire », dans Les enceintes augustéennes de Gaule, Colloque de Nîmes 1985. Nîmes, 63-76.

Eck, W. (2007). La romanisation de la Germanie. Paris.

Fichtl, St. (2004). Les peuples gaulois. IIIe-Ier siècles av. J.-C. Paris.

France, J. (2001). Quadragesima Galliarum. L’organisation douanière des provinces alpestres, gauloises et germaniques de l’Empire romain. Rome.

Goudineau, Chr. (1980). « La ville antique », dans G. Duby (éd.), Histoire de la France urbaine. Paris.

Goudineau Chr. (1998). Regard sur la Gaule. Paris.

Lafon, X. (2006). « Urbanisation en gaule romaine », dans D. Paunier (éd.), La romanisation et la question de l’héritage celtique, Celtes et Gaulois face à l’histoire, Table ronde de Lausane. Glux-en-Glenne, 67-80.

Metzler, J. et alii (1991). Clemency et les tombes aristocratiques en Gaule Belgique. Luxembourg.

Moatti, Cl. (1997). La raison de Rome ; naissance de l’esprit critique à la fin de la République. Paris.

Pflaum, H.-G. (1948). Le marbre de Thorigny. Paris.

Reddé, M. (1996). L’armée romaine en Gaule. Paris.

Sauron, G. (2000). L’histoire végétalisée ; ornement et politique à Rome. Paris.

Tardy, D. (1989). Le décor architectural de Saintes antique. Bordeaux.

Tardy, D. (2005). Le décor architectural de Vesunna (Périgueux) antique. Bordeaux.

Teyssier, E. (2009). La mort en face. Le dossier gladiateurs. Arles.

Van Andriga, W. (2002). La religion en Gaule romaine. Piété et politique (Ier-IIIe siècles ap. J.-C.). Paris.

Table des illustrations

Légende La formation du réseau routier gallo-romain : le découpage des provinces (petits traits en hachures parallèles) a créé de larges couloirs suivis par les voies, allant de la Manche et de l’Océan vers Lyon, la Narbonnaise et l’Italie. S’y ajoute, au sud, le voie Domitienne. Tracés schématiques.Tiré de P.-M. Duval, Travaux sur la Gaule 1946-1986, II, p. 745, fig. 2, Rome, 1989.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/124581/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 388k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search