Version classiqueVersion mobile

Rome et l’Occident

 | 
Frédéric Hurlet

Deux synthèses régionales : la Lusitanie et les Trois Gaules

Les provinces hispaniques et l’impact du pouvoir romain : l’exemple de la Lusitanie (fin du Ier siècle av. J.-C.-fin du IIe siècle ap. J.-C.)*

Jonathan Edmondson
Traduction de Th. Van Ruymbeke

Texte intégral

La création de la province romaine de Lusitanie

  • * Traduction française par Th. Van Ruymbeke, avec la collaboration de J. Edmondson et de Fr. Hurlet.
  • 1 Il s’agissait d’une loi de provinciis, voir Ferrary 2001, 101-115.
  • 2 Voir Plin., NH, III, 6 : [Hispania] Ulterior in duas per longitudinem provincias dividitur, siquid (...)
  • 3 Étienne 1992, 361-362 ; Le Roux 1982, 54-84 ; Richardson 1996, 135-136 ; sur la présence d’Auguste (...)
  • 4 Voir Albertini 1923, 116.
  • 5 Knapp 1992, 6-7 ; Hernando Sobrino 1995.
  • 6 Sur les procuratores provinciae Lusitaniae et Vettoniae des environs de 130, 177, 205 et des année (...)

1La province romaine de Lusitanie vit officiellement le jour lorsque Aguste décida d’entreprendre la réorganisation administrative de l’Hispanie à la suite des victoires définitives de ses armées sur les Astures et les Cantabres, à l’extrême nord de la péninsule Ibérique, entre 26 et 19 av. J.-C. Quand une loi lui avait reconnu en janvier 27 av. J.-C. pour dix ans le pouvoir d’administrer un ensemble de provinces romaines, Auguste avait gardé le contrôle des deux provinces hispaniques existantes : l’Hispanie citérieure et l’Hispanie ultérieure1. Par la suite, il décida de diviser la provincia de l’Hispanie ultérieure en deux provinces, l’Hispania Ulterior Baetica et l’Hispania Ulterior Lusitania, fixant sur le fleuve Anas (l’actuel Guadiana) la ligne de démarcation entre les deux. Lorsque le temps fut venu, il remit la Bétique entre les mains du Sénat et du peuple Romain, mais il se réserva la Lusitanie et l’Hispania Citerior Tarraconensis2. On n’est pas totalement certain de la date de la division de l’Hispanie ultérieure en deux nouvelles provinces ; on a pu toutefois avancer judicieusement celle de 16 av. J.-C., date à laquelle Auguste revint probablement en Hispanie pour superviser personnellement les phases initiales de la réorganisation3. Les frontières d’origine de la nouvelle province furent peu après modifiées quand le territoire des Astures et des Gallaeci, situé au nord du fleuve Durius (l’actuel Duero/Douro), fut transféré à la province d’Hispanie citérieure. On a aussi affirmé, inversement, que la Lusitanie acquit le territoire autour de l’actuelle Ávila à la fin du Ier ou au début du IIe siècle ap. J.-C., ce qui réunit toutes les terres traditionnellement occupées par les Vettones sous une seule et même juridiction administrative4. Mais il existe désormais des arguments convaincants qui prouvent que la région d’Ávila constituait une partie de la Lusitanie ab initio5. L’importance du territoire des Vettons dans l’identité de la province apparaît en effet dans le nom complet qui fut donné à celle-ci, à partir de 130 ap. J.-C. : provincia (Hispania Ulterior) Lusitania et Vettonia6.

  • 7 López Melero, Sánchez Abal et García Jiménez 1984 ; AE 1984, 495 ; HEp 1, 151 ; AE 1986, 304 ; HEp(...)

2La création, sous Auguste, de la province de Lusitanie ne représente pas, bien sûr, le premier contact que les peuples de cette région eurent avec Rome. Des armées romaines placées sous le commandement de magistrats et d’ex-magistrats romains avaient déjà opéré à l’extrémité ouest de la péninsule Ibérique depuis au moins les années 190 av. J.-C., époque à laquelle des peuples que nous connaissons sous le nom de Cunei (ou Conii) et qui occupaient l’Algarve et le sud de l’Alentejo du Portugal actuel furent les premiers à devenir des sujets romains. La première action militaire de Rome contre les Lusitaniens avait eu lieu en 194 av. J.-C., quand les Lusitaniens pillèrent le territoire des Turdetani (l’actuelle Andalousie, au sud de l’Espagne) (Liv., XXXV, 1, 5-12). À partir de ce moment, et pendant pratiquement toute la durée du IIe siècle, les armées romaines avaient eu à combattre pour amener sous leur contrôle le reste des peuples occupant le territoire qui allait plus tard devenir la province de Lusitanie, c’est-à-dire le territoire qui s’étend entre les fleuves Anas (Guadiana) et Durius (Douro/Duero). Pour des raisons de commodité, les géographes gréco-romains et les généraux romains appelaient Celtici les peuples installés dans l’actuel Portugal entre le Guadiana et le Tage, Vettones ceux qui vivaient sur le territoire de l’actuelle Espagne situé entre le Guadiana et le Duero, et enfin Lusitaniens ceux qui occupaient l’actuel Portugal entre le Tage et le Douro. Le géographe Strabon reconnaissait volontiers (III, 4, 19) que les intellectuels grecs ignoraient la géographie ethnique précise des territoires lointains tels que ceux-là. Il conférait, par ailleurs, au terme « Lusitaniens » des usages variés (III, 3, 3 ; cf. III, 4, 20). Il l’utilisait dans un sens restreint pour décrire les peuples installés entre le Tage et le Douro ou dans un sens plus générique pour se référer à ceux qui occupaient la région s’étendant entre le Tage et la côte située à l’extrême nord de l’Ibérie. Dans ses descriptions, il rayait même de la liste quelques peuples vivant entre le Tage et la côte de l’extrême nord de la péninsule Ibérique au motif que leurs noms étaient « barbares et peu agréables à entendre » (III, 3, 7). Un acte de reddition (deditio) datant de 104 av. J.-C. montre que, dans la pratique, les Romains devaient traiter avec des communautés beaucoup plus réduites ; on y trouve les conditions de la reddition que le général romain L. Caesius fixa avec le populus Seanoc[orum], dont le principal centre, à ce qu’on présume, était la colline fortifiée de Villavieja, localisée sur un domaine portant le nom de « Castillejo de la Orden », près d’Alcántara (prov. Cáceres) et où on a découvert une tablette de bronze avec le texte des conditions de la deditio7.

  • 8 Sur les détails de la résistance de Viriathe à l’hégémonie romaine et la dimension mythique qu’il (...)
  • 9 Voir Richardson 1986 ; Edmondson 1996.
  • 10 Voir Simon 1962, 160-164, 169-171.
  • 11 Liv., Per., 103 ; Suét., Cés., 18 ; 54, 1 ; Plut., Caes., 12-13 ; App., Iber., 102 ; Dion, XXXVII, (...)

3Les Lusitaniens, au seins restreint du terme, s’avérèrent pour les Romains particulièrement difficiles à contrôler durablement. Sous l’impulsion de leur célèbre chef Viriathe, ils se révoltèrent et opposèrent une forte résistance à l’hégémonie romaine entre 155 et 139 av. J.-C. Leur soulèvement donna aux peuples voisins, tels que les Vettons, suffisamment confiance pour qu’ils rejettent à leur tour la domination romaine (cf. App. , Iber., 70). Il fallut qu’un complot ourdi par trois perfides compagnons de Viriathe aboutît à l’assassinat de ce dernier pour que la résistance lusitanienne s’effondrât, au moins pour un temps8. Toute une série de révoltes contre Rome firent voler en éclats la paix qui semblait régner à certaines périodes, mais peu à peu commença à se développer le système, encore embryonnaire, de l’administration provinciale romaine9. Les campagnes menées en 138 av. J.-C. par D. Iunius Brutus au-dessus de la vallée du Tage, dans le nord du Portugal et jusqu’en Galice, depuis sa base d’Olisipo (Lisbonne) furent un élément essentiel de la consolidation de la domination romaine dans la région10. Pourtant, lorsque Jules César devint proconsul de l’Hispanie ultérieure en 61 av. J.-C., il lui fallut mener des actions militaires contre les Lusitaniens, qui causaient encore des difficultés aux fidèles alliés des Romains. Ses campagnes lui valurent un triomphe, mais il l’ajourna délibérément pour pouvoir obtenir le consulat en 59 av. J.-C.11. Bien que le secteur de la future province de Lusitanie, au sud du Tage, eût atteint un certain degré de développement urbain au milieu du Ier siècle av. J.-C., ainsi que nous le verrons plus loin (p. 271-275), il restait encore beaucoup à faire au nord du fleuve quand Auguste arriva pour mettre en place le cadre administratif de la nouvelle province (fig. 1).

Figure 1. – Villes et peuples de l’Hispanie romaine (cartographie de J.-P. Magnier, d’après P. Le Roux, Romains d’Espagne : Cités et politique dans les provinces IIe s. av. J.-C.-IIIe s. ap. J.-C., Paris, Éditions Armand Colin, 1995, p. 140, fig. 1).

  • 12 Les traces des premiers gouverneurs provinciaux remontent à Q. Articuleius Regulus, qui fixa en 4- (...)
  • 13 Voir Le Roux 1982, 84-93. Il sera utile d’aborder sous l’angle archéologique les sites militaires (...)
  • 14 Voir Le Roux 1982, 122-124, 267-270 (officium du gouverneur), 120-121, 270-274 (exploitation miniè (...)

4Auguste et ses successeurs chargèrent un sénateur romain de rang prétorien, un legatus Augusti pro praetore, de gouverner la province de Lusitanie qui, après le transfert de l’Asturie et de la Galice à l’Hispanie citérieure, se trouva dépourvue de toute garnison militaire permanente12. Auguste réduisit la taille de l’armée romaine en Hispanie à seulement trois légions (la IVe Macedonica, la VIe Victrix et la Xe Gemina), qui, en plus d’un groupe d’unités auxiliaires en soutien, étaient désormais stationnées au nord de la péninsule en Hispanie citérieure, la plus vaste province hispanique, gouvernée par un ancien consul13. Des détachements de soldats de ces légions et des troupes auxiliaires servaient de personnel (officium) au légat de Lusitanie, résidant à Emerita (Mérida), et d’autres soldats participaient à la supervision des opérations d’extraction minière à Vipasca (l’actuelle Aljustrel) ; mais, d’une manière générale, la Lusitanie allait rester tout au long de son histoire une provincia inermis (sans légion)14.

5La tâche la plus importante des premiers gouverneurs fut de consolider et d’officialiser les structures administratives de la province. Selon Pline l’Ancien (NH, IV, 117), la Lusitanie (fig. 2) était subdivisée en quarante-cinq civitates, dont chacune avait une ville désignée comme son centre administratif :

universa provincia dividitur in conventus tres, Emeritensem, Pacensem, Scallabitanum, tota populorum XLV, in quibus coloniae sunt quinque, municipium civium Romanorum, Lati antiqui III, stipendiaria XXXVI.

« L’ensemble de la province est divisé en trois conventus : le conventus Emeritensis, le conventus Pacensis et le conventus Scallabitanus. Au total, elle comprenait quarante-cinq communautés, réparties en cinq colonies, un municipe de citoyens romains, trois communautés s’étant vu accorder l’ancien droit latin et trente-six communautés payant tribut. »

Figure 2. – La province de Lusitanie (J. Edmondson).

  • 15 Sur Olisipo, voir Mantas 1990a, 160-173 ; Ribeiro 1994.
  • 16 Villaronga 1994, 131-135 (Salacia), 377-378 (Myrtilis), 400 (Baesuris), 424 (Ossonoba), 408 (Balsa (...)
  • 17 Sur Metellinum, voir Haba Quirós 1998 ; Salas Martín 2001 ; sur Scallabis, voir Arruda et Viegas 1 (...)
  • 18 Sur Norba, Callejo Serrano 1968 ; Salas Martín et Esteban Ortega 1994.
  • 19 Dion, LIII, 25, 3 ; cf. Isid., Etym., XV, 1, 69 ; Álvarez y Sáenz de Buruaga 1976 ; Le Roux 1982, (...)

6Dans certaines régions de la province, notamment au sud du Tage, la plupart des centres urbains au territoire déterminé s’étaient déjà développés sous la République et restèrent des rouages importants de la réorganisation mise en œuvre sous Auguste. Comme nous l’avons vu, Olisipo (Lisbonne) avait été fortifiée par le général romain D. Iunius Brutus dès 138 av. J.-C. et avait servi de base pour les campagnes menées contre les Lusitaniens dans les montagnes situées au nord du Tage ; c’était déjà une cité florissante à la fin de la période républicaine15. Myrtilis (l’actuelle Mértola), Balsa (Tavira), Ossonoba (Faro), Baesuris (Alcoutim) et Salacia (Alcácer do Sal), ainsi que Brutobriga et Dipo, dont les sites n’ont pas encore été localisés, avaient toutes frappé des monnaies de bronze au Ier siècle av. J.-C., ce qui était une marque de leur développement urbain16. Cinq colonies romaines avaient, par ailleurs, été fondées sur le territoire de la nouvelle province à Metellinum (Medellín), Scallabis Praesidium Iulium (Santarém), Pax Iulia (Beja), Norba Caesarina (Cáceres) et Augusta Emerita (Mérida). Les trois premières s’étaient probablement vu accorder le statut de colonie et des déductions de colons par Jules César au milieu des années 40 av. J.-C., même si Metellinum et Scallabis avaient déjà servi de bases militaires aux Romains pendant les campagnes des années 70 et 60 av. J.-C.17. Il est possible que César ait projeté de faire de Norba Caesarina une colonie, mais c’est C. Norbanus Flaccus qui semble l’avoir officiellement déduite pendant qu’il était proconsul en Hispanie ultérieure, en 36-34 av. J.-C.18. Emerita, comme son nom l’indique, fut fondée en 25 av. J.-C. en vue de doter de terres les vétérans (emeriti) de deux légions romaines (la Ve Alaudae et la Xe Gemina) qui avaient combattu pendant la première phase de la campagne d’Auguste contre les Astures et la Cantabres en 26-2519.

  • 20 Voir en général Silva 1986 ; Edmondson 1990a ; Martín Bravo 1999 ; Álvarez-Sanchís 1999.
  • 21 Termini de l’époque d’Auguste : e.g. CIL II, 460, 857-859 ; AE 1958, 10 ; AE 1976, 273 ; de celle (...)
  • 22 Voir Roldán Hervás 1971 ; Mantas 1990b ; Alarcão 2006.

7Ailleurs, et plus particulièrement au nord du Tage, le réseau de peuplement datant de la période pré-augustéenne avait été plus lâchement organisé et avait donné lieu à la fondation d’une pléthore de petites agglomérations fortifiées aux limites territoriales mouvantes et mal définies20. Dans ces secteurs, les premiers gouverneurs romains d’époque augustéenne eurent pour mission de créer un certain nombre de nouvelles civitates. Ils fixèrent les frontières de nouveaux territoires et déterminèrent quelles agglomérations serviraient à l’avenir de centre administratif pour chacun d’eux. Les termini Augustales qui marquaient les limites territoriales de ces nouvelles communautés et dont un petit nombre a été conservé témoignent du travail accompli en ce sens par les gouverneurs. Beaucoup d’entre eux datent des années 4/5 ou 5/6 ap. J.-C., mais deux remontent au règne de Claude. Aussi paraît-il clair que la délimitation des territoires ne fut pas achevée avant un certain temps et que des modifications des frontières des civitates étaient toujours possibles21. Une tâche complémentaire qui incombait aux premiers gouverneurs romains de la période d’Auguste fut la consolidation du réseau routier, en particulier la principale route (celle qu’on appelle « Via de la Plata ») menant directement d’Asturica (Astorga) à Emerita vers le sud et de là à Hispalis (Séville) en Bétique, la route vers le nord qui reliait Olisipo à Portus Cale (Porto), sur le Douro/Duero, et qui continuait vers Bracara Augusta (Braga), ou encore les trois routes qui reliaient la cité portuaire d’Olisipo à Emerita22.

  • 23 Voir la discussion sur la question des conventus dans Le Roux 1995, 69-70 ; Richardson 1996, 155-1 (...)
  • 24 Sur un magistrat équestre envoyé en Lusitanie par Auguste [pro] censore, voir CIL X, 680 (Surrentu (...)
  • 25 Les plus anciens procurateurs provinciaux connus remontent au règne de Néron : par exemple, M. Vet (...)
  • 26 Sur un adiutor procuratoris Caesaris Augusti équestre, également appelé subprocurator, voir AE 193 (...)
  • 27 Voir, par exemple, AE 1973, 250 = CILA II, 2, 379 (Italica) : M. Lucretius Q.f. Quir. Iulianus, eq (...)

8Comme dans toutes les provinces romaines, l’un des principaux devoirs du gouverneur provincial était de rendre la justice ; trois des colonies romaines, Emerita, Pax Iulia et Scallabis, avaient été désignées comme sièges d’assises (conventus), ainsi que le note Pline dans le passage cité plus haut23. Le gouverneur provincial avait à se rendre dans chacun de ces centres judiciaires au moins une fois par an pour y entendre les récriminations des plaignants. Le premier recensement, qui eut lieu sous Auguste, s’avéra crucial pour évaluer le nombre d’habitants de la province et la capacité productive de la terre ; il servit de cadre pour déterminer le montant de l’impôt direct – à la fois l’impôt foncier (tributum soli) et la capitation (tributum capitis) – que chaque communauté était tenue de payer au trésor romain24. Un procurator prov(inciae) Lusitaniae de rang équestre devait ensuite être nommé pour superviser l’administration financière de la province, notamment la collecte de l’impôt25. Il était quelquefois assisté, comme dans d’autres provinces, d’un subprocurator équestre ou d’un assistant (adiutor) et par des affranchis impériaux qui remplissaient les fonctions d’archiviste (tabularii) et qui avaient eux-mêmes leurs propres assistants (adiutores)26. Avec le temps, on eut besoin d’un autre procurateur équestre pour lever l’impôt de 5 % sur les successions des citoyens romains, mais sur ce point précis les provinces de Bétique et de Lusitanie furent réunies en une seule entité administrative27.

  • 28 Sur un affranchi impérial officiant comme tabul(arius) provinc (iae) Lusit(aniae) rat(ionis) pat(r (...)

9Certaines parties du territoire de la province se trouvaient à l’extérieur des limites officielles des civitates : d’une part les domaines privés, qui appartenaient au patrimonium impérial (la res privata), d’autre part les propriétés de l’État romain, qui dépendaient du fisc (fiscus). Les importantes mines d’argent et de cuivre de Vipasca (l’actuelle Aljustrel) faisaient partie de cette dernière catégorie et à ce titre elles furent placées sous le contrôle d’un procurateur choisi parmi les affranchis impériaux ; d’autres affranchis impériaux entrèrent rapidement en fonction en Lusitanie en tant que procurateurs patrimoniaux afin de s’assurer que les contrats étaient régulièrement affermés et les rentes et redevances correspondantes régulièrement perçues28.

  • 29 Par exemple, C. Iulius Mandi (f.) Sangenus, à Emerita (HEp 9, 95 = Edmondson 2006, 145-146, no 15) (...)
  • 30 Dig., L, 15, 8, pr. (Paul), pour lequel on consultera Saquete Chamizo 2000 (et le début de sa bibl (...)
  • 31 CIL II, 159 = IRCP 618, révisé par d’Encarnação 1986, 107.

10Comme l’indique tout aussi clairement l’extrait de l’œuvre de Pline mentionné ci-dessus, les communautés de Lusitanie n’avaient pas toutes le même statut, ni non plus les habitants de la province. Ceux qui étaient citoyens des cinq colonies romaines ou du municipe d’Olisipo étaient ipso facto citoyens romains de plein droit et il est clair que parmi eux se trouvaient des indigènes lusitaniens en nombre, qu’on avait incorporés sous Auguste dans le corps des citoyens de ces communautés et à qui on avait reconnu en même temps la pleine citoyenneté romaine29. À un certain moment, on accorda également aux colonies d’Emerita et de Pax Iulia le ius Italicum, qui exemptait les citoyens de ces cités de payer l’impôt à Rome et conférait à celles-ci un privilège30. Pline mentionne, quant à lui, trois communautés dotées du statut de Latium antiquum : Myrtilis, Ebora et Salacia. Leurs citoyens avaient le droit de se marier (conubium) et de conclure des accords commerciaux contractuels (commercium) avec des citoyens romains, tandis que les magistrats acquéraient la citoyenneté romaine pleine et entière comme conséquence de leurs fonctions politiques locales exercées dans leur communauté d’origine. Les trente-six civitates restantes étaient, pour reprendre les mots de Pline, stipendiariae (c’est-à-dire qu’elles « payaient tribut ») et la grande majorité des habitants étaient des peregrini (des « étrangers », c’est-à-dire des non-citoyens) sans privilège. Il pouvait arriver néanmoins que la citoyenneté romaine fût accordée à titre individuel par l’empereur à certains de ces peregrini ; c’est ce qui arriva, par exemple, à Ammaia (São Salvador de Aramenha, dans le district de Portalegre), où P. Cornelius Macer, un magistrat local, reçut la citoyenneté romaine de Claude31. Les non-citoyens qui servaient dans les unités auxiliaires de l’armée romaine recevaient également la pleine citoyenneté romaine en récompense de leurs bons et loyaux services lorsqu’ils revenaient à la vie civile : c’est le cas, par exemple, de L. Vitellius Mantai f. Tancinus, cives Hisp(anus), Caurie(n) sis, un cavalier originaire de Caurium (l’actuelle Coria, dans la province de Cáceres) qui servit pendant 26 ans dans l’ala Vettonum et mourut alors qu’il était encore en service en Bretagne (RIB 159 = ILS, 2517, trouvé à Aquae Sulis, l’actuelle Bath).

Le développement de la province sous les Flaviens

11De très nombreux habitants de la Lusitanie, comme ceux du reste de l’Hispanie, furent impliqués dans les guerres civiles de 68/69, d’autant plus que le gouverneur provincial de Lusitanie était au moment où elles éclatèrent M. Salvius Otho, que Néron y avait envoyé en 58 afin de l’éloigner le plus possible de la cour impériale (Tac., Ann., XIII, 46 ; Suét., Othon, 3, 2). En 68, Othon dut faire face aux revendications du légat de la province voisine d’Hispanie citérieure, Ser. Sulpicius Galba. Ce dernier s’était fait proclamer Imperator par ses troupes, renforcées depuis par la nouvelle légion (la VIIe Galbiana ou VIIe Hispana) et les unités auxiliaires qu’on avait recrutées en Hispanie. Cette proclamation aboutit rapidement à la chute de Néron, qui se suicida au début du mois de juin. Cependant, Galba ne fut pas reconnu comme l’empereur légitime par les légions stationnées sur le Rhin, qui lui préférèrent A. Vitellius, légat de la Germanie inférieure. En janvier 69, la position de Galba devint plus précaire encore lorsque la garde prétorienne de Rome fit allégeance à Othon, qu’elle salua comme le seul empereur légitime. Galba fut tué lors des violents troubles qui s’ensuivirent. Pendant ce temps, Vitellius avait gagné à sa cause certaines parties de l’Hispanie (Tac., Hist., I, 76) et ses forces réussirent à défaire celles d’Othon sur le champ de bataille en avril 69 à Bedriacum, près de Crémone. Ne voyant nulle autre issue, Othon se suicida, quatre mois seulement après s’être emparé du pouvoir. Vitellius dut alors affronter un autre rival en la personne de T. Flavius Vespasianus, qui s’était fait acclamer comme Imperator par les légions stationnées en Orient en juillet 69. Vespasien réussit à s’attacher la loyauté de la légion recrutée en Espagne par Galba ; celle-ci joua un rôle crucial dans la défaite infligée aux forces de Vitellius par les Flaviens, lors d’une bataille qui se déroula pour la seconde fois à Bedriacum en octobre 69. Sans attendre, les troupes de Vespasien marchèrent sur Rome, où elles réussirent à renverser définitivement Vitellius et à faire de leur général le maître incontesté de Rome. Au lendemain de ces guerres civiles, l’Hispanie allait connaître la nouvelle période de consolidation et de réorganisation institutionnelle dont elle avait besoin et cela donna lieu à des changements importants dans le paysage politique et social de la Lusitanie.

  • 32 Voir Richardson 1996, 190-191.
  • 33 Sur ces débats, voir Sherwin-White 1973, 360-379 ; Le Roux 1986 et 1996 ; Richardson 1996, 190-210 (...)

12Sans doute en récompense des services rendus par les peuples de l’Hispanie pendant la phase finale des guerres civiles, Vespasien, au cours de sa censure de 73/74, accorda aux trois provinces de la péninsule Ibérique le droit latin (ius Latii), qui permettait à ses élites d’accéder à la citoyenneté romaine. Pline l’Ancien constitue notre seule source sur cette question et le bref compte-rendu qu’il en fait a donné lieu à bien des débats sur la nature précise de cette concession. Voici ce qu’écrit Pline (NH, III, 30) : universae Hispaniae Vespasianus Imperator Augustus iactatum procellis rei publicae Latium tribuit. Or, dans la mesure où il s’avère très difficile de voir en quoi l’une des formes de la citoyenneté romaine, le Latium, pouvait « balloter au gré des tempêtes de l’État » (iactatum procellis rei publicae), le texte semble être corrompu. La correction de iactatum en iactatae offre un sens beaucoup plus satisfaisant : « C’était à l’ensemble de l’Hispanie, ballotée au gré des tempêtes de l’État romain, que Vespasien accorda le droit de citoyenneté latine32. » Même si les détails politiques exacts de ce privilège nous échappent, ses ramifications se révélèrent primordiales pour le développement de la province de Lusitanie, comme pour celui des autres provinces hispaniques. Cela signifiait en effet que dans toutes les civitates de Lusitanie, les élites locales avaient désormais la possibilité de devenir des citoyens romains à part entière en occupant des magistratures dans leur ville natale. En outre, les communautés pouvaient, à ce qu’il semble, faire acte de candidature auprès de l’empereur pour accéder au statut de municipium iuris Latini. Le nombre de communautés lusitaniennes élevées au rang de municipe est encore sujet à débat. Certains chercheurs pensent que toutes les communautés (civitates) d’Hispanie se virent accorder le statut latin, mais que seuls certaines d’entre elles demandèrent et accédèrent au rang de municipe ; d’autres estiment au contraire qu’il existait une corrélation étroite entre l’octroi du droit latin et le statut de municipe33.

  • 34 Sur les lois municipales, voir González 1986 ; Le Roux 1995 ; Richardson 1996, chap. 5. Sur Durató (...)
  • 35 Sur le municipium Flavium Caperens(e), voir Stylow 1986, 303-307 = AE 1986, 307 = HEp 1, 157 ; sur (...)
  • 36 Sur un petit autel de Conimbriga dédié à Fl(aviae) Conimbricae et Larib(us) eiu[s], voir Fouilles (...)
  • 37 Sur la dédicace Genio municipi de Sellium (Tomar), voir Batata et al. 1993, 537, no 1 et fig. 5 ; (...)
  • 38 CIL II, 759 : municipia provinciae Lusitaniae stipe conlata quae opus pontis perfecerunt : Igaedit (...)

13On peut se faire une idée plus claire de la procédure complète en considérant le cas de la province voisine de Bétique, où les copies fragmentaires de plusieurs lois municipales, gravées sur des plaques de bronze et datant de la période flavienne, ont été retrouvées. La similarité entre ces textes et la loi fragmentaire retrouvée à Duratón, en Hispanie citérieure, semble indiquer que cette procédure ne se limitait pas à la seule Bétique, comme il a été parfois avancé34. Le fait que le municipium Flavium Irnitanum reçut son statut de l’autorité de Domitien en 91 montre que la procédure pouvait s’étaler sur une période très longue, suivant l’évolution des négociations menées par les ambassades et des relations entre la communauté concernée et l’empereur romain. On n’a, certes, pas encore retrouvé de loi de ce type en Lusitanie, mais il paraît clair que plusieurs communautés devaient leur statut de municipe à la dynastie flavienne et l’arboraient fièrement dans leurs titres officiels : il en est ainsi du municipium Flavium Caperense (Cáparra, dans la province de Cáceres) par exemple ou du municipium Flavium Mirobrigense (Santiago do Cacém, dans le district de Setúbal au Portugal)35. Il est possible que des cités comme Conimbriga (Condeixa-a-Velha dans le district de Coimbra), qui ajouta l’épithète Fl(avia) à son titre officiel, soient également devenues un jour des municipes flaviens, plus particulièrement lorsqu’elles connurent un remodelage substantiel du forum et des monuments du centre urbain, comme cela se passa à Conimbriga, à Capera et à Mirobriga36. D’autres communautés dédicacèrent des autels ou même des temples à « l’esprit protecteur du municipe » (Genius municipi37). Le pont monumental enjambant le Tage à Alcántara, achevé sous Trajan, portait autrefois une inscription qui commémorait le fait qu’il avait été construit grâce à des fonds levés par pas moins de onze municipes lusitaniens (CIL II, 760). Si la copie plus tardive reproduit fidèlement le texte original (aujourd’hui perdu), elle illustre la promotion d’un certain nombre d’anciennes cités pérégrines (civitates stipendiariae) du centre et du nord de la province au rang de municipe38 (fig. 3).

Figure 3. – Pont romain sur le Tage à Alcántara (photo : J. Edmondson).

  • 39 Voir Curchin 1990, 21-57 sur le cursus honorum local dans l’Hispanie romaine ; celui-ci avance que (...)
  • 40 Le cognomen a été retrouvé grâce à deux autres mentions du même homme attestées à Capera : CIL II, (...)

14L’un des premiers effets de l’octroi du statut latin fut l’intégration des élites locales de la province de Lusitanie tout entière dans le corps des citoyens romains, ce qui fit d’elles juridiquement et culturellement des « Romains ». Dans les régions où cette évolution ne se fit pas plus tôt, de plus en plus de communautés adoptèrent des formes constitutionnelles romaines et se dotèrent d’un sénat (ordo decurionum) et des trois principaux collèges de magistrats : questeurs, édiles et duumvirs39. Dans les municipes, l’influence du droit romain et des normes légales romaines s’accrut sur la pratique légale et judiciaire. Les élites locales, qui venaient d’acquérir la citoyenneté romaine, cherchèrent à mettre cette distinction en valeur en incluant la référence à leur tribu romaine (la Quirina) dans leur nom : on trouve, par exemple, L. Annius Placidus Quir(ina), questeur, édile et duumvir trois fois à Caesarobriga (Talavera de la Reina) (CIL II, 896), ou M. Fidius Fidi f. Quir(ina) [Macer], mag(ister) III, II vir II, praef(ectus) fab[rum] à Capera (AE 1967, 197 = HAE 2574)40. Le cas de ce dernier est d’autant plus intéressant qu’il occupa à trois reprises une magistrature locale (mag(ister) III) quand Capera n’était encore qu’une civitas stipendiaria, puis fut duumvir deux fois lorsque la cité acquit le statut de municipe. Le fait que sa filiation soit exprimée par la mention du nom unique de son père (Fidi f.) et non par un praenomen romain laisse penser que son père était un pérégrin ; le fils se vit accorder la citoyenneté romaine en occupant des fonctions de magistrat local et réussit même à accéder au rang équestre (ce qu’indique son poste de praef(ectus) fabrum), sans doute grâce à l’intervention d’un patron puissant et peut-être en récompense d’une participation au financement de monuments publics destinés à embellir le nouveau municipe flavien.

  • 41 Q. Iulius Plotus : CIL II, 194 = ILS, 6896 ; L. Porcius Himerus : CIL II, 34 = ILS, 6894 = IRCP 18 (...)
  • 42 Sur une statue élevée à Emerita par décret du concilium provinciae Lusitaniae en l’honneur d’un sé (...)
  • 43 Sur les flamines provinciaux de Lusitania, voir Étienne 1958, 121-175 ; Edmondson 1997 ; Delgado D (...)

15Le développement du culte impérial au niveau local et au niveau provincial était un moyen idéal pour les élites lusitaniennes de consolider leur statut. La carrière politique locale des domi nobiles était souvent couronnée par une élection au titre de flamen ou, dans certains cas, par l’octroi du titre honorifique de flamen perpetuus. C’est le cas, par exemple, de Q. Iulius Q. f. Gal. Plotus, élu édile, duumvir, flamen de Germanicus Caesar, puis flamen de Iulia Aug(usta) (c’est-à-dire Livie) « à perpétuité » (in perpetu(u)m) à Olisipo sous le règne de Tibère ou celui de L. Porcius L. f. Gal. Himerus, qui servit comme flamen divorum en deux occasions à Salacia (Alcácer do Sal), où il accéda également au duumvirat avant de servir comme praef(ectus) pro II vir(o) entre le milieu et la fin du Ier siècle ap. J.-C.41. Par ailleurs, tous les ans, chaque communauté de la province envoyait un délégué au conseil provincial (concilium), qui se réunissait à Emerita pour élire le flamen provinciae Lusitaniae et plus tard également la flaminica provinciae Lusitaniae, prêtres et prêtresses qui dirigeaient les actes de dévotion réalisés dans la province en l’honneur du nombre croissant de divi et de divae42. Pendant son mandat, d’une durée d’un an, qu’il déroulait à Emerita, le flamen provincial était amené à entrer en contact étroit avec le gouverneur provincial et d’autres représentants officiels de Rome, ce qui lui ouvrait, au moins en théorie, la voie d’une carrière équestre ou même sénatoriale au centre du pouvoir43.

  • 44 CIL II, 32 = ILS, 6893 = IRCP 183, avec photos. Sur les flaminicae municipales, voir Étienne 1958, (...)
  • 45 Sur les Augustales de Lusitanie, voir Étienne 1958, 251-282 et 1990, 224-226 ; on trouvera une lis (...)

16La nomination d’une flaminica provinciale permettait aux femmes appartenant aux couches supérieures des élites de Lusitanie de jouer un rôle proéminent dans la vie publique de la province romaine. Le cas de Flavia L. f. Rufina, originaire d’Augusta Emerita, l’illustre parfaitement. Elle fut nommée flaminica de la province de Lusitanie au cours de la seconde moitié du Ier siècle ap. J.-C., à un moment où elle se vit également conférer le titre de flaminica perpetua par sa propre cité, la colonia Emeritensis, ainsi que par le municipe de Salacia. C’est justement à Salacia qu’il est fait mention d’un piédestal richement orné qu’elle avait fait élever à Jupiter Optimus Maximus « par décret des décurions44 ». Le culte impérial permettait également à une strate moins élevée de la population des colonies et des municipes de développer sa propre dignitas en se servant de l’énergie et de la fortune de riches affranchis : il s’agit des Augustales ou VI viri Augustales. Non seulement ils participaient aux rituels liés au culte impérial local, mais ils formaient également ce que certains ont défini comme une nouvelle élite parmi les « classes moyennes » de la société locale45.

  • 46 Sur les equites, voir Caballos Rufino 1998 ; González Herrero 2006 ; sur les sénateurs lusitaniens (...)

17Pour toutes ces raisons, le ius Latii jouait un rôle déterminant dans la consolidation des élites provinciales. Cependant, l’accession à la citoyenneté romaine ne représentait nullement la fin du processus. Les empereurs romains successifs et leurs représentants dans la province, les legati Augusti pro praetore, prenaient toutes les précautions nécessaires pour consolider le loyalisme des élites locales, dans la mesure où celles-ci leur permettaient d’administrer en douceur les différentes cités de la province et jouaient un rôle prépondérant dans la collecte des impôts romains. Parmi les individus appartenant à ces élites, un petit nombre réussit à s’intégrer – grâce à la faveur de l’empereur – dans l’un des deux ordres (ordines) les plus élevés de la société romaine : l’ordre équestre (equester ordo) et, beaucoup plus rarement, l’ordre sénatorial (ordo senatorius)46.

  • 47 CIL II, 35 = ILS, 2920 = IRCP 185 (Salacia) : [L.] C[orn]elio C. [f.]/Boccho/[fl]am(ini) pro[v]inc (...)
  • 48 FE 275 (Olisipo): L. Cornelio L.f. Gal. Boccho Salaciensi, flamini provi[n] ciae Lusitania[e], pra (...)
  • 49 Par exemple, Q. Iulius Cordus Iunius Mauricus (AE 1969-1970, 215 = IRCP 414, début du IIe siècle)  (...)

18L’une des premières familles lusitaniennes à accéder au statut équestre était originaire de Salacia. Sous le règne d’Auguste, L. Cornelius C. f. Bocchus devint d’abord flamen provinciae, puis tribun militaire de la Legio IIIe Augusta, stationnée en Afrique ; il fut honoré non seulement dans sa ville natale par la colonie de Scallabis en raison des actes louables qu’il y accomplit (ob merita in colon[iam] – peut-être finança-t-il la construction de bâtiments publics dans le centre judiciaire du conventus Scallabitanus durant son flaminat provincial), mais également dans la cité voisine de Caetobriga (Setúbal), du moins si le lieu de découverte de l’inscription est assuré47. Son fils, L. Cornelius L. f. Bocchus, exerça des magistratures locales à Salacia, où il fut également élu pontifex perpetuus et flamen perpetuus ; il fut ensuite flamen provincial pour un an, avant de servir cinq fois comme praefectus fabrum, puis comme tribun militaire de la Legio VIIe Augusta48. Néanmoins, à la différence des nombreux sénateurs de la Bétique et de quelques régions d’Hispanie citérieure, un nombre relativement faible d’individus appartenant à l’élite lusitanienne semble avoir réussi à se faire recruter dans l’ordre sénatorial romain. La plupart de ceux qui y parvinrent venaient d’Ebora (Évora), municipium Liberalitas Iulia Eborense, une communauté qui avait obtenu le droit latin à l’époque augustéenne et qui disposait d’un territoire vaste et fertile49.

  • 50 Pour une étude approfondie, fondée sur les provinces africaines, voir Saller 1982.
  • 51 AE 1953, 88 = HAE 493 = IRCP 479, avec photo.
  • 52 Granino Cecere 1996-97, 230-251 et fig. 5 (photo) = AE 1999, 417.
  • 53 AE 1952, 116 ; Alföldy 1969, 147-148.

19Afin de faciliter l’adlection des notables locaux, il fallait qu’un sénateur romain ou membre de l’ordre équestre de haut rang intercédât en leur faveur auprès de l’empereur50. Les légats sénatoriaux et les procurateurs équestres de Lusitanie étaient bien placés pour faire avancer les carrières des membres de l’élite lusitanienne et, en retour, ceux-ci faisaient en sorte de nouer des liens d’amitié les plus étroits possible avec ces personnalités officielles. Le 21 janvier 31 ap. J.-C., à Juromenha (Alandroal), à proximité de la frontière entre le territoire d’Ebora et celui d’Emerita, trois frères, Q. Stertinius Q. f. Bassus, Q. Stertinius Q. f. Rufus et Q. Stertinius Q. f. Rufinus, scellèrent avec L. Fulcinius Trio, légat de Tibère en Lusitanie, un pacte d’hospitium qui engageait celui-ci personnellement, mais également ses enfants et ses descendants. De son côté, Trio accepta de recevoir les frères Stertinii, leurs enfants et leurs descendants, « en bonne foi et dans sa clientèle51 » (in fidem clientelamq(ue) suam… recepit). Peu de temps après, la même année, Fulcinius Trio étant rentré à Rome pour y prendre ses fonctions de consul suffect, une ambassade officielle en provenance de la colonie d’Emerita accomplit un long voyage jusqu’à son domaine privé, près de Tusculum, pour y dédicacer une statue en l’honneur de sa femme, Sulpicia Gali f.52. De tels rituels contribuaient à consolider des liens durables entre les élites lusitaniennes locales et les familles sénatoriales romaines. En retour, certains de ces sénateurs étaient nommés, à titre honorifique, patroni (patrons-protecteurs) de telle ou telle communauté lusitanienne. Ainsi Sex. Furnius Iulianus, qui fut consul in 214, fut honoré au début du IIIe siècle comme patron d’Emerita, quelques années après avoir servi en Lusitanie comme legatus Augusti pro praetore prov(inciae) Lusitaniae53.

  • 54 Sur les légionnaires d’Emerita, voir CIL II, 1016, 5212, 4177 ; EE IX, 1058, 1063-64 ; CIL VI, 349 (...)
  • 55 Membres de la garde prétorienne recrutés d’Emerita : Edmondson 2006, 206-208, Appendice, Texte B ;(...)
  • 56 Pour le recrutement des lusitaniens dans les unités auxiliaires, voir Roldán Hervás 1974, 265-286  (...)

20Pour les Lusitaniens issus des rangs inférieurs de la société, servir dans les légions romaines ou dans les unités auxiliaires était un bon moyen d’assimiler la culture romaine et, souvent, de s’élever dans la hiérarchie sociale. Le plus grand nombre de légionnaires, semble-t-il, était recruté dans la colonie d’Emerita, dont les citoyens conservaient de ce fait une conscience très forte – et une fierté – à l’égard des traditions militaires de leur communauté ; mais les autres colonies lusitaniennes de Scallabis, de Pax Iulia et de Norba Caesarina fournissaient aussi leur contingent, de même qu’Olisipo, qui était un municipium civium Romanorum54. Dans les rangs des cohortes urbaines et de la garde prétorienne, on trouvait aussi des recrues venues de Lusitanie, en particulier des colonies d’Emerita, Norba, Scallabis et Pax Iulia, ainsi que des municipes d’Olisipo, Myrtilis, Ebora, Salacia, Collippo et Avela55. Les peregrini, parce qu’ils n’étaient pas citoyens, n’étaient pas autorisés à servir dans les légions, mais ils pouvaient se porter volontaires et à l’occasion être conscrits pour servir dans les cohortes d’infanterie auxiliaires, comme les cohortes Ie, IIIe, ou VIe Lusitanorum, qui opérèrent en Germanie, en Rhétie et en Norique, ou bien dans des escadrons de cavalerie, tels que l’ala Hispanorum Vettonum56. Bien que ces unités n’aient pas continué à recruter des hommes exclusivement dans les régions qui leur donnaient leur nom, les Lusitaniens provenaient de nombreuses civitates stipendiariae pérégrines, dont certaines devinrent des municipes à la suite de l’octroi du droit latin par Vespasien. On trouve ainsi, par exemple, Toncius Toncetami f., de la civitas Igaeditanorum, qui servit comme signifer (porte-enseigne) dans la cohors IIe Lusitanorum (EE VIII 14, 15 = ILS, 4510a, 4510). Lorsqu’ils étaient démobilisés, ces peregrini obtenaient la citoyenneté romaine, comme ce fut le cas de Ti. Claudius Sanecius, de Conimbriga, un cavalier de la cohors III Lusitanorum (CIL II 432 = FC II, no 3), de C. Sulpicius Pelius Celti f., qui venait de la région de Collippo (CIL II 5238), ou de M. Sulpicius Andaeti f. Cam[alus], de Capera, un cavalier de l’ala II Thracum (CIL II, 812). Pour ces deux derniers, leur filiation est indiquée seulement par le nom de leur père, d’origine lusitanienne, ce qui montre que leurs pères étaient des peregrini et qu’en ce sens ils étaient des citoyens romains de la première génération.

La consolidation au cours du IIe siècle ap. J.-C.

  • 57 Pour des détails sur l’extraction minière, voir Domergue 1990 ; sur Las Cavenes (El Cabaco, Salama (...)

21À la suite des transformations majeures qui intervinrent sous les Flaviens, le IIe siècle fut, globalement, une période de consolidation et de stabilité, en Lusitanie comme dans de nombreuses autres provinces occidentales. Les magistrats locaux continuaient à devenir des citoyens romains en accédant aux fonctions politiques locales, quelques-uns s’élevaient jusqu’au rang équestre et une poignée (venue principalement du municipe d’Ebora, comme nous l’avons vu) entrait dans l’ordre sénatorial. Les Lusitaniens continuaient à servir dans l’armée romaine et le modèle de l’administration romaine ne changea pas, pour l’essentiel, par rapport au Ier siècle. La province revêtait toujours la même importance pour l’État romain à cause de ses richesses en minerai, en particulier de l’or qu’on extrayait des alluvions du Tage et de certains de ses affluents ou bien des mines situées à l’intérieur de la province (plus particulièrement celles de Las Cavenes, El Cabaco, dans la province de Salamanque), mais également de l’argent, du plomb et du cuivre extraits des mines du sud du Portugal, notamment celles du Metallum Vipascense (l’actuelle Aljustrel), administrées par des procurateurs sélectionnés des rangs des affranchis impériaux, qui affermaient des contrats d’exploitation minière aux concessionnaires privés. On continuait à produire du garum, du liquamen et d’autres conserves de poisson dans les estuaires du Tage et du Sado (à Olisipo par exemple ou, de façon plus remarquable, dans le vicus industriel de Tróia situé dans le district de Setúbal), ainsi que sur des sites isolés de la côte atlantique du sud du Portugal, et plus intensément encore le long de la côte de l’Algarve57.

  • 58 Sur la question de manière générale, voir Le Roux 1982, 373-377 ; Alföldy 1985. Sur les bases de s (...)
  • 59 IRCP 121, avec Domergue, 1990, 299-301. Pour une vision différente des choses, voir Le Roux 1995, (...)

22L’« incommensurable majesté de la paix romaine », pour emprunter les mots de Pline l’Ancien (NH, XXVII, 3), fut toutefois perturbée par les raids que les Maures effectuèrent dans le sud de la Bétique, d’abord en 171, puis aux alentours de 177, et qui affectèrent également certaines parties du sud de la Lusitanie. Finalement, ce fut un ancien procurateur de Lusitanie, C. Vallius Maximianus, alors procurateur présidial (c’est-à-dire gouverneur provincial) de Maurétanie Tingitane, qui joua un rôle important dans la restauration de la paix en Bétique. Il alla jusqu’à traverser le détroit de Gibraltar avec des détachements de troupes et repoussa les envahisseurs jusqu’aux environs de Volubilis58. Il est possible que ces raids aient affecté la production des mines de Vipasca à un degré tel qu’en 173 un groupe de coloni érigea une statue en l’honneur de Beryllus, un affranchi imperial procurateur des mines, qui s’y trouve loué en tant que « restaurateur des mines » (restitutor metallorum59). Il est précisé par ailleurs que l’empereur Marc Aurèle avait dû intervenir pour mettre un terme à des troubles en Lusitanie (Histoire Auguste, Marc., 22, 11), qui peuvent faire réference aux raids des Maures ou à l’agitation sociale qui toucha la province dans leur sillage.

  • 60 Sur ces guerres civiles, voir Birley 1988, 124-126. Sur la confiscation des domaines oléicoles de (...)

23Vingt années plus tard, la péninsule Ibérique se trouva de nouveau entraînée dans des guerres civiles romaines, quand, en 195, Clodius Albinus contesta la légitimité de Septime Sévère et s’attacha un soutien de poids avec celui du gouverneur d’Hispanie citérieure, L. Novius Rufus, et de l’élite de la Bétique, et peut-être aussi de celle du sud de la Lusitanie. Après avoir défait son rival en 197, Septime Sévère se vengea sur les partisans d’Albinus. De nombreux domaines de la vallée de la Bétique sur lesquels on produisait de l’huile d’olive furent confisqués à leur propriétaires et devinrent propriété de l’État, tandis que Ti. Claudius Candidus, général en qui Septime Sévère avait toute confiance depuis qu’il avait commandé ses forces pendant la guerre civile qui l’opposa à Pescennius Niger, fut envoyé comme gouverneur en Hispanie citérieure en remplacement de Rufus et reçut de Septime Sévère le titre spécial de « commandant, sur terre et sur mer, des forces dirigées contre les rebelles, ennemis du peuple Romain60 ». L’impact de ces événements sur la Lusitanie est difficile à mesurer précisément, mais il est possible que, pour punir les partisans de Clodius Albinus, des propriétés aient alors changé de main au bénéfice de ceux qui s’étaient rangés du côté de Septime Sévère. Ils n’entraînèrent pas, toutefois, de réorganisation administrative des provinces hispaniques.

  • 61 Sherwin-White 1973, 380-394 ; sur l’adoption du nom M. Aurelius, ibid., 386-387.
  • 62 Sur la distribution du nom Aurelius en Lusitanie, voir Grupo Mérida 2003, 111-112 et carte 53.
  • 63 Pour la survivance de noms uniques de type pérégrin ailleurs, voir Sherwin-White 1973, 386-387.
  • 64 Ainsi Nicholas 1962, 36 ; voir aussi Galsterer 1986.

24Si l’on regarde plus en avant dans le temps, la décision prise en 212 par le fils de Septime Sévère, Caracalla, d’étendre la citoyenneté romaine de plein droit à tous les habitants libres de l’Empire, apparaît beaucoup plus significative (Dion, LXXVII, 9, 5-6). Dans certaines régions de l’Empire, en effet, notamment dans l’Orient grec et en Égypte romaine, ceux qui bénéficièrent de cette disposition adoptèrent le praenomen et le nomen de Caracalla, M. Aurelius, comme preuve de leur citoyenneté récemment acquise61. Or il y a relativement peu de M. Aurelii attestés en Lusitanie et certains d’entre eux peuvent être datés d’une époque bien antérieure à la mesure de Caracalla : par exemple, M. Aurelius M. f. Gal. Marinus, d’Olisipo (CIL II, 203 + Ep. Olisipo 112)62. Cela peut signifier aussi que des pérégrins utilisaient déjà des tria nomina romains entiers avant d’acquérir la citoyenneté en 212 et qu’ils conservèrent tout simplement après l’octroi de citoyenneté romaine les noms qu’ils avaient usurpés antérieurement. Il y avait aussi en Lusitanie, comme ailleurs, des individus qui choisirent de ne pas adopter les tria nomina, même après avoir accédé à la citoyenneté romaine. On a ainsi retrouvé la trace d’un édile, dans la région nord du conventus Scallabitanus, dont le nom, en 217, portait toujours la marque d’éléments clairement indigènes ; il s’agit de Vegetus Talabari f. (HEp 4, 1067, Cabeço do Crasto, São Romão, Seia, district de Guarda)63. Mais l’implication la plus importante de cette mesure était que tous les habitants libres de naissance de l’Empire avaient désormais accès au droit civil romain. Dans les colonies romaines, le droit romain avait toujours été la norme ; il n’y avait donc pas de changement sur ce point. Dans les municipes, les lois et les pratiques juridiques locales étaient de plus en plus nettement modelées sur le droit romain ; aussi dut-on relever relativement peu de changements sur ce point également. Il est possible qu’une partie plus considérable des Lusitaniens aient recherché la protection du droit romain en faisant appel au gouverneur provincial ou même à l’empereur romain pour régler les conflits selon le droit romain, mais nous manquons d’indices concordants qui nous permettraient d’étayer cette hypothèse. Au contraire, il semble que l’édit de Caracalla ait permis d’introduire davantage d’éléments du droit civil romain dans le droit local que cela n’avait été le cas par le passé ; on peut d’ailleurs discerner ce mélange des deux – droit romain et droit local – à une époque beaucoup plus tardive, dans le code de lois des Wisigoths, qui sera promulgué par Alaric en 50664.

L’impact de Rome

25On peut affirmer sans conteste que l’accomplissement le plus durable de Rome dans la région qui constituait la province de Lusitanie fut la création d’un réseau de cités qui permettaient aux romains d’encadrer l’administration, la collecte des impôts et le contrôle de la province. L’urbanisation et la culture urbaine qui en découla se révélèrent tout aussi essentielles, comme l’observe fréquemment Strabon dans sa Géographie (voir, par exemple, III, 2, 15 ; III, 4, 13), au « dressage » des peuples dits « barbares » et à leur adaptation à la civilisation romaine. En Lusitanie, comme dans d’autres provinces occidentales, l’élévation de ces agglomérations se fit, de plus en plus distinctement, sur le modèle des cités romaines. Auguste, avec l’assistance de M. Agrippa et des premiers gouverneurs de la province et avec le concours financier des élites locales, fit beaucoup pour encourager la construction de centres monumentaux dans les colonies et les municipes de la nouvelle province.

  • 65 On trouvera une excellente présentation générale dans Dupré Raventos 2004 ; Mateos Cruz 2001 ; Álv (...)

26La colonie d’Augusta Emerita, bientôt désignée comme caput provinciae, où résidaient le gouverneur romain, le procurateur financier de la province et leur personnel respectif, devint l’illustration de ce à quoi devait ressembler la cité romaine idéale : comme toutes les colonies romaines, elle servait de « modèle et image » de Rome, pour reprendre les mots d’Aulu-Gelle (N.A., XVI, 13, 9 : populi Romani effigies simulacrumque). Avec son théâtre, son amphithéâtre, son cirque, ses temples, ses forums et ses domus privées, toutes à l’image de ceux que l’on pouvait trouver à Rome, et avec son plan de rues en damier et ses équipements urbains, tels les aqueducs, les égoûts et les canalisations d’eau, Emerita devait faire forte impression sur un Lusitanien du nord de la province en visite dans la cité à l’occasion d’une fête religieuse ou d’une action en justice devant le tribunal du gouverneur provincial. Le « forum de marbre », adjacent au forum au-dessus duquel se dressait le temple toujours visible du culte impérial (le prétendu « Temple de Diane »), reproduisait soigneusement le Forum d’Auguste de Rome : son portique était soutenu par des cariatides et couronné de boucliers de forme arrondie (clipei) où figuraient des images de Jupiter Ammon et de Méduse ; les statues représentant des summi viri romains, et par dessus tout celles qui représentaient Énée, Anchise et Ascagne, avec leurs elogia explicatifs, tout renvoyait à une atmosphère et un programme idéologique directement empruntés à la métropole65 (fig. 4a et 4b).

Figure 4a. – Statues représentant Énée, Anchise et Ascagne du « Forum de marbre », Emerita (photo : Museo Nacional de Arte Romano d’après un dessin de W. Trillmich, U. Städtler et T. Nogales Basarrate).

Figure 4b. – « Forum de marbre » d’Augusta Emerita (photo : J. Edmondson).

  • 66 Voir brièvement Alarcão 1988, 35-48. Études plus approfondies sur Ebora : Hauschild 1994 ; Teichne (...)

27D’autres cités lusitaniennes bâtirent, au Ier siècle, un centre où les monuments publics étaient à l’image de ceux d’Emerita et de Rome. Les fouilles entreprises sur les sites des centres urbains d’Ebora (fig. 5), de Pax Iulia, de Conimbriga, d’Aeminium (l’actuelle Coimbra), du municipe localisé à Bobadela (dont le nom romain est inconnu), de Metellinum, de Capera, d’Augustobriga (Talavera la Vieja) et de Lacimurga (Cerro de Cogolludo, Navalvillar de Pela, province de Badajoz) ont toutes permis de reconstituer des monuments érigés sur le modèle romain66.

Figure 5. – Temple romain du forum d’Ebora (photo : J. Edmondson).

  • 67 Pour approfondir, voir Mantas 1988 ; Étienne 1992.

28Les premiers programmes de construction virent le jour sous Auguste, mais la reconnaissance du ius Latii par les Flaviens inaugura souvent une deuxième phase de monumentalisation, comme à Conimbriga, où le forum fut complètement redessiné à cette période afin d’aménager en son centre un espace pour la construction d’un temple dédié au culte impérial ; ce fut aussi le cas dans le municipium Flavium Caperense, comme nous l’avons vu précédemment (p. 263). Durant la phase initiale, les initiatives des citoyens de la capitale provinciale permirent de lancer des programmes de construction publique ailleurs dans la province, comme cela se produisit en 16 av. J.-C., quand un citoyen d’Emerita fit un voyage de 150 km en direction du nord-ouest pour se rendre dans le modeste centre urbain des Igaeditani, situé à Idanha-a-Velha, et y faire don d’une horloge solaire (horologium) à cette civitas stipendiaria pérégrine. L’horloge fut très certainement installée dans le centre civique de la communauté et permit à celle-ci d’adapter sa maîtrise du temps et ses rythmes et rituels quotidiens au mode de fonctionnement romain67.

  • 68 Sur le théâtre d’Olisipo, voir Diogo 1992 ; Hauschild 1990. Pour une discussion plus approfondie s (...)
  • 69 Temple de Mars : HEp 2, 773 ; temple de Vénus : AE 1967, 143 = HAE 1074 ; temple du Genius municip (...)

29C’était cependant souvent l’élite locale qui finança la plupart de ces ambitieux programmes de construction publique. Ainsi à Olisipo, où un affranchi et Augustalis perpetuus, C. Heius Primus, versa des fonds pour la remise à neuf de parties importantes du théâtre, en 57 ap. J.-C. (CIL II, 183 = ILS, 5640 : proscaenium et orchestram cum ornamentis) ou à Balsa, dans l’Algarve, où T. Cassius Celer et C. Licinius Badius étaient, au IIe siècle, chacun responsable d’une section du mur du podium à l’intérieur du cirque (IRCP 76-77)68. Il arrivait quelquefois que les largesses des notables locaux s’étendent à plus d’une cité : C. Cantius Modestinus, par exemple, semble ainsi s’être montré particulièrement actif durant la période flavienne, puisqu’il finança la construction de temples dédiés à Vénus et à Mars dans la cité des Igaeditani et au génie du municipe et à la Victoria à Bobadela ; tous ces travaux s’inscrivent très certainement dans les programmes de monumentalisation urbaine qui furent mis en œuvre lorsque chacune de ces deux communautés fut promue au statut de municipe sous les Flaviens69. Lorsque cela se produisait, il est probable que le généreux bienfaiteur possédait des domaines sur le territoire des deux communautés concernées.

  • 70 Sur ces villas, voir Gorges 1979 ; l’excellent recueil d’études dans Gorges et Rodríguez Martín 19 (...)

30Sur le territoire environnant de ce type de cités furent bâties des villas monumentales (villae) modelées sur celles que l’on pouvait trouver dans l’Italie romaine. Certes, des fermes fortifiées avaient fait leur apparition dans le sud de la Lusitanie dès la fin de la République, mais c’est durant la période augustéenne que commença la construction des villas per se, qui se développa au Ier siècle ap. J.-C. tout particulièrement sur les territoires d’Emerita, Metellinum, Pax Iulia, Ebora, Olisipo, dans la vallée inférieure du Tage et le long de la côte de l’Algarve. D’une manière générale, ce fut seulement pendant l’antiquité tardive (fin du IIIe et début du IVe siècle) que les villas apparurent dans les régions situées au nord de la province. Leur style et leur ornementation (en particulier les mosaïques et les sculptures) laissent penser que leurs propriétaires avaient adopté cette pratique des élites romaines qui consistait à se retirer de temps à autre à la campagne pour des périodes de repos (otium), se livrer à des activités intellectuelles et aux plaisirs de la chasse ; mais les villas étaient également des centres importants de production agricole, comme l’atteste si bien la découverte de pressoirs servant à la production viticole ou oléicole et – le long de la côte ou dans l’estuaire des rivières – de cuves dévolues à la salaison du poisson et à la production du garum70.

  • 71 Pour l’autel érigé à Iupiter Optimus Maximus par la civitas Cobelcorum à Torre de Almofala, voir F (...)
  • 72 Sur les débats, voir Alarcão 1990, 1998 et 2001.
  • 73 Vasconcelos 1934 pour l’inscription trouvée dans une maison à Teixoso (Covilhã), mais qui provient (...)
  • 74 Sur les castella dans cette région, voir la dédicace de C. Caelianus Modestus aux castellani Araoc (...)

31Certains secteurs de la province demeurèrent cependant moins urbanisés jusqu’à la fin de la période impériale romaine. Dans les provinces espagnoles modernes de Salamanque et d’Ávila, par exemple, un nombre limité de communautés semble avoir accédé au rang de municipe, même si Salmantica (l’actuelle Salamanque) fut un municipium dès la fin du IIe siècle au moins, puisqu’à cette époque le sénat municipal local, l’ordo Salmant(i)c(ensium), fit ériger un monument dédicacé à Caracalla après que celui-ci fut devenu Auguste, en 197 ou 198 (AE 2004, 734 = HEp 11, 395). Si un réseau de civitates fut créé sous Auguste dans la partie portugaise de la province, au nord du fleuve Munda (l’actuelle Mondego), peu d’entre elles semblent avoir atteint les dimensions et le degré de prospérité d’un grand centre urbain, à tel point que leur localisation précise se révèle dans de nombreux cas difficile à établir. Les Turduli Veteres occupaient le territoire qui se trouve immédiatement au sud du Douro, le long de la côte atlantique, et avaient pour possible capitale Lancobriga (l’actuelle Monte de Santa Maria, dans le district de Porto). À l’est, on trouvait les Meidubrigenses (dont la capitale était peut-être Ranhados, district de Viseu), les Interannienses (dont le centre probablement est localisé à Viseu), les Aravi (localisés autour de Marialva, district de Guarda) et les Cobelci (dont le centre urbain se situait à Torre de Almofala, Figueira de Castelo Rodrigo, district de Guarda) juste au sud71. La localisation précise de nombreuses autres civitates de ce secteur, comme celles des Paesuri, des Arabrigenses, des Lancienses Oppidani et des Lancienses Transcudani, est encore loin d’être définitivement établie72. À peine dispose-t-on de quelques traces disséminées d’une administration civique locale sur le modèle romain : par exemple le IIvir primus de la civitas des Tapori ou des Ocelenses73 ou bien l’édile (peut-être originaire du municipe situé à Bobadela ou du territoire des Ocelenses, à l’est) dont l’existence a été attestée dans le vicus rural situé à Cabeço do Crasto, São Romão, Seia, dans le district de Guarda (HEp 4, 1067). Des actes cultuels étaient accomplis en l’honneur des empereurs romains, comme sur le territoire des Paesuri où, à São Paio, São Cristovão de Nogueira (Cinfães), une dédicace fut adressée publiquement (publice) à Auguste durant le règne de ce dernier (EE IX, 269) ou bien à Meimoa, où les habitants d’un village rural (les vicani Venienses) consacrèrent un campus (dédié peut-être à des activités publiques, ou bien à la récréation), « pro salute Imp(eratoris) Nervae Traiani Caes(aris) Aug(usti) Germ(anici) », c’est-à-dire, « pour assurer le salut de l’empereur Trajan » (AE 1979, 330). Mais, quoi qu’il en soit, la vie urbaine était loin d’être aussi développée qu’elle pouvait l’être au sud du Tage. La population continuait même à occuper dans quelques zones des hauteurs, dont les premières fortifications remontaient à l’âge du fer au moment des guerres de conquête romaines74.

Conclusion

  • 75 Voir les remarques de Fabião 2005 ; et, plus généralement, Cunliffe 2001.

32La province de Lusitanie offre un tableau contrasté dans ses réponses au pouvoir romain. Certaines parties de la province furent rapidement soumises à Rome au moment de la conquête, alors que d’autres (en particulier les régions du nord) se dressèrent plus longtemps contre le pouvoir romain. Certains secteurs, en particulier la côte de l’Algarve et les vallées situées au bord de la côte atlantique du Portugal, étaient bien reliés à la Méditerranée, ce qui non seulement favorisait les contacts et l’interaction avec les agents de l’État romain, mais avait également l’avantage d’y attirer les immigrants venus d’Italie et du monde méditerranéen. L’importance de la route maritime atlantique, qui fut longtemps négligée par les chercheurs, commence aujourd’hui seulement à recevoir l’attention qu’elle mérite75. Les cinq colonies qui s’établirent dans cette région à la fin de la République ou sous Auguste servirent à la fois de centres de diffusion de la culture romaine et de modèles urbains pour le reste des communautés de la province. Certains indigènes de la région furent peu à peu incorporés, soit comme citoyens (cives) sous l’effet de la citoyenneté romaine, soit comme résidents non-citoyens (incolae), dans la population initiale de ces colonies. Pour les autres, l’assimilation de la culture romaine se fit progressivement, au fur et à mesure que le droit latin était accordé à de nombreuses autres communautés de la province. La mise en place d’un nouveau réseau routier multiplia les liaisons entre les différentes communautés de la province et les actes de dévotion accomplis en l’honneur de la maison impériale (la domus Caesaris ou la domus Augusta) contribuèrent à lier ces communautés d’une manière qui n’aurait pas été envisageable auparavant. C’est également par le service militaire dans l’armée romaine que se réalisait l’acculturation de la population de la province. En d’autres termes, les habitants de la Lusitanie firent, du moins pour beaucoup d’entre eux, une expérience commune du pouvoir romain, comme ce fut aussi le cas dans d’autres provinces occidentales. L’incorporation dans l’Empire romain entraîna des changements majeurs dans tous les domaines de la vie politique, sociale, économique et culturelle. Par-dessus tout, la société elle-même était beaucoup plus nettement différenciée qu’elle ne l’avait été à l’âge du fer, dans la mesure où chaque Lusitanien avait désormais sa place dans un monde où il appartenait à une communauté déterminée, sa civitas, et dans une couche particulière de la hiérarchie sociale de sa communauté civique, tout en étant dans le même temps lié à un système beaucoup plus vaste : celui de l’Empire romain.

  • 76 Sur ces questions, voir Edmondson 2002 (avec d’autres références).
  • 77 L’ouvrage de référence est Vasconcelos 1897-1913 ; voir aussi d’Encarnação 1975 ; Garcia 1991 ; Ri (...)
  • 78 Sur le paysage religieux du centre urbain et du territoire rural d’Emerita, voir récemment Goffaux(...)
  • 79 Voir récemment Ribeiro, dans Ribeiro 2002, 79-90 ; Guerra et al. 2003 et 2005.

33Pourtant, à l’intérieur de ce vaste réseau de communautés plus reliées entre elles qu’auparavant, les particularismes locaux continuaient d’exister ; elles se manifestaient même plus intensément que par le passé, puisque chaque communauté, chaque région cherchait dorénavant à affirmer ce qu’il convient d’appeler son identité locale face à l’uniformité des structures politiques, administratives et sociales que la présence romaine apportait à toutes les provinces de l’Occident. Les monuments funéraires avec leurs épitaphes se multiplièrent à travers la province, au fur et à mesure que l’« usage épigraphique », un trait distinctif de la culture gréco-romaine, se propageait. Quant au style même des monuments, il était extrêmement variable. Dans certaines régions, les monuments renvoyaient au passé préromain, soit par la décoration, soit par la forme ; mais, à travers l’usage de la langue latine, ils attestaient en même temps des changements culturels significatifs qui étaient intervenus depuis. Paradoxalement, la présence des Romains et l’apparition locale de l’« usage épigraphique » permirent également au langage lusitanien local d’être inscrite dans une forme monumentale76. Par ailleurs, les divinités locales telles que Banda, Quangeius, Trebaruna et Nabia continuèrent de prospérer, en particulier au nord du Tage, mais pas exclusivement77. Même sur les territoires relevant des colonies romaines, comme Emerita, on vénérait toujours les divinités indigènes, et plus particulièrement Ataecina Turibrigensis, assimilée à Proserpine78. Quelquefois, leurs sanctuaires, leur iconographie et leurs rituels devaient beaucoup à l’influence de Rome. Dans le sanctuaire d’Endovellicus, à São Miguel da Mota, Terena, près d’Alandroal, qui, à l’époque romaine, était situé près de la frontière séparant le territoire de la colonie romaine d’Emerita et celui du municipe d’Ebora (Évora), on a retrouvé plus d’une centaine d’autels votifs, diverses images cultuelles du dieu ainsi que d’autres sculptures votives79. Même si, à travers ce culte, les Lusitaniens pouvaient à la fois partager et conserver la mémoire de pratiques ancestrales datant de la période pré-romaine, le culte avait subi de sensibles modifications dans ses manifestations physiques. Concernant les changements spirituels intervenus dans le système de croyance du culte d’Endovellicus au moment de l’intégration du sanctuaire au territoire d’une colonie ou d’un municipe romain, on ne peut faire que des suppositions. Le cas d’Endovellicus n’en reste pas moins significatif de cet entremêlement du local et de l’impérial, si caractéristique des cultures provinciales de l’ère romaine. La Lusitanie était devenue une province de l’Empire romain et cette simple réalité politique affecta en profondeur tous les aspects de la vie de ses habitants, soit indigènes, soit immigrants ; pourtant, en même temps, subsistait un certain degré de particularisme local, qui donna le jour à une identité culturelle lusitano-romaine distincte. Cette identité culturelle incluait certainement un grand nombre d’éléments qui auraient été familiers aux habitants des autres provinces de la péninsule Ibérique ou de l’Occident romain, mais elle en comportait aussi qui la rendaient unique.

Bibliographie

Bibliographie

Abramenko, A. (1993). Die munizipale Mittelschicht im kaiserzeitlichen Italien: zu einem neuen Verständnis von Sevirat und Augustalität. Francfort-New York.

Aguilar Sáenz, A. et Guichard, P. (1995). La ciudad antigua de Lacimurga y su entorno rural. Badajoz.

Alarcão, J. de (1988). Roman Portugal. I. Introduction. Warminster.

Alarcão, J. de (1990). « A urbanização de Portugal nas épocas de César e de Augusto », dans Trillmich et Zanker 1990, 43-57.

Alarcão, J. de (1998). «On the civitates mentioned in the inscription on the bridge at Alcântara», Journal of Iberian Archaeology 0, 143-157.

Alarcão, J. de (2001). «Novas perspectivas sobre os Lusitanos (e outros mundos)», Revista Portuguesa de Arqueologia 4.2, 293-349.

Alarcão, J. de (2005). « Ainda sobre a localização dos povos, referidos na inscrição da ponte de Alcântara », dans Lusitanos e romanos no nordeste da Lusitânia : 2. Jornadas de Património da Beira Interior, Guarda, 21 e 22 de Outubro de 2004. Guarda, 119-132.

Alarcão, J. de (2006). «As vias romanas de Olisipo a Augusta Emerita , Conimbriga 45, 211-251.

Alarcão, J. de et Étienne, R. (1977). Fouilles de Conimbriga. I. L’architecture. Paris.

Alarcão, A., Étienne, R. et Golvin, J.- Cl. 1997. « Le forum de Conimbriga : réponse à quelques contestations », dans Étienne et Mayet 1997, 49-68.

Alarcão, J. de, Étienne, R. et Mayet, F. (1990). Les villas romaines de São Cucufate (Portugal). Paris.

Alarcão, J. de, Gorges, J.-G., Mantas, V.G., Salinasde Frías, M., Sillières, P. et Tranoy, A. (1990). « Propositions pour un nouveau tracé des limites anciennes de la Lusitanie romaine », dans Gorges 1990, 319-329.

Albertini, E. (1923). Les divisions administratives de l’Espagne romaine. Paris.

Alföldy, G. (1969). Fasti hispanienses: senatorische Reichsbeamte und Offiziere in den spanischen Provinzen des römischen Reiches von Augustus bis Diokletian. Wiesbaden.

Alföldy, G. (1985). «Bellum Mauricum», Chiron 15, 87-105.

Álvarez Martínez, J. M. (2004). « Aspectos del urbanismo de Augusta Emerita », dans Nogales Basarrate 2004, 129-169.

Álvarez Martínez, J. M. et Nogales Basarrate, T. (2003). Forum Coloniae Augustae Emeritae: « Templo de Diana ». Mérida.

Álvarez-Sanchís, J. R. (1999). Los Vettones (Bibliotheca Archaeologica Hispana 1). Madrid.

Álvarez y Sáenz de Buruaga, J. (1976). « La fundación de Mérida », dans Augusta Emerita : Actas del bimilenario. Madrid, 19-32.

Andreu Pintado, J. (1999). «Munificentia pública en la provincia Lusitania: una síntesis de su desarrollo entre los siglos I y IV d. C.», Conimbriga 38, 31-63.

Ariño Gil, E., Gurt Esparraguera, J. M. et Palet Martínez, J. M. (2004). El pasado presente. Arqueología de los paisajes en la Hispania romana. Salamanque.

Arruda, A. M. (1997). « Conimbriga : fouilles de 1988-90. 2. Les travaux sur le forum », dans Étienne et Mayet 1997, 13-33.

Arruda, A. M. et Guerra, A. (éd.) (2002). De Scallabis a Santarém. Lisbonne.

Arruda, A. M. et Viegas, C. (1999). «The Roman temple of Scallabis (Santarém, Portugal) », Journal of Iberian Archaeology 1, 185-224.

Auliard, C. et Bodiou, L. (éd.) (2004). Au jardin des Hespérides. Histoires, société et épigraphie des mondes anciens. Mélanges offerts à Alain Tranoy. Rennes.

Barata, M. F. Santos. (1998). « Miróbriga : sua valorização e caracterização », Anales de Arqueología Cordobesa 9, 59-129.

Barrera, J. L. de la (2000). La decoración arquitectónica de los foros de Augusta Emerita (Bibliotheca Archaeologica, 25). Rome.

Barrera, J. L. de la et Trillmich, W. (1996). « Eine Wiederholung der Aeneas-Gruppe vom Forum Augustum samt ihrer Inschrift in Mérida (Spanien) », MDAI(R) 103, 119-138.

Batata, C., Bernardes, J. P., Fernandes, L., de Matos, O. et da Ponte, S. (1993). « Sellium na história antiga peninsular », dans Actas do II Congresso Peninsular de História antiga, Coimbra, 18 a 20 de outubro de 1990. Coimbra, 511-549.

Biers, W., Caieiro, J., Leonard Jr., A. et Soren, D. (1984). « Investigações em Miróbriga (Santiago do Cacém), Portugal, 1981 », Arquivo de Beja ii. 1, 107-114.

Birley, A. R. (1988). The African Emperor: Septimius Severus (éd. rev.). Londres.

Brunt, P. A. (1974). « Conscription and volunteering in the Roman army », Scripta Classica Israelica 1, 90-115 (= Brunt 1990, 188-214).

Brunt, P. A. (1981). « The revenues of Rome », JRS 71, 161-172 (= Brunt 1990, 324-346).

Brunt, P. A. (1990). Roman Imperial Themes. Oxford.

Caballos Rufino, A. (1990). Los senadores hispanorromanos y la romanizac ión de Hispania (siglos I-III) : I. Prosopografía. Écija.

Caballos Rufino, A. (1998). « Los equites y la dinámica municipal de la Lusitania. I : Catálogo prosopográfico », dans L. Hernández Guerra et L. Sagredo San Eustaquio (éd.), El proceso de municipalización en la Hispania romana. Valladolid, 205-233.

Callejo Serrano, C. (1968). « La arqueología de Norba Caesarina », AEspA 41, 121-149.

Carvalho, P. C. (1998). O forum de Aeminium. Coimbra.

Cerrillo Martín de Cáceres, E. (1998). «Forum Municipii Flavii Caparensis», Empúries 51, 77-92.

Cerrillo Martín de Cáceres, E. (2000). « Capara, municipio romano », dans Gorges et Nogales Basarrate 2000, 155-164.

CILC. I. Norba = J. Esteban Ortega, Corpus de inscripciones latinas de Cáceres. I. Norba. Cáceres, 2007.

Correia, V. H. (1997). « Nouvelles recherches à Conimbriga », dans Étienne et Mayet 1997, 35-48.

Cunliffe, B. (2001). Facing the Ocean: The Atlantic and its Peoples. Oxford.

Curchin, L. A. (1990). The Local Magistrates of Roman Spain (Phoenix Supplement 28). Toronto.

Delgado Delgado, J. A. (1999). « Flamines Provinciae Lusitaniae », Gerión 17, 433-461.

Delgado Delgado, J. A. (2000). «Los sacerdotes de rango local de la provincia romana de Lusitania», Conimbriga 39, 107-152.

Diogo, A. M. Dias. (1992). « O teatro romano de Lisboa. Notícia sobre as actuais escavações », dans S. F. Ramallo Asensio et F. Santiuste de Pablos (éd.), Teatros romanos de Hispania (Cuadernos de Arquitectura romana 2). Murcie, 217-224.

Domergue, C. (1990). Les mines de la péninsule ibérique dans l’antiquité romaine (CÉFR 127). Rome.

Dupré Raventos, X. (éd.). (2004). Mérida : Colonia Augusta Emerita (Las capitales provinciales de Hispania 2). Rome.

Edmondson, J. (1987). Two Industries in Roman Lusitania: Mining and Garum Production (B. A. R. International Series 367). Oxford.

Edmondson, J. (1990a). « Romanization and urban development in Lusitania », dans T. F. C. Blagg et M. Millett (éd.), The Early Roman Empire in the West. Oxford, 151-178.

Edmondson, J. (1990b). « Le garum en Lusitanie urbaine et rurale : hiérarchies de demande et de production », dans Gorges 1990, 123-147.

Edmondson, J. (1996). « Roman power and the emergence of provincial administration in Lusitania during the Republic », dans E. Hermon (éd.), Pouvoir et “imperium” (IIIe av. J.-C.-Ier ap. J.-C.) (Diáphora 6). Naples, 163-211.

Edmondson, J. (1997). « Two dedications to Divus Augustus and Diva Augusta from Augusta Emerita and the early development of the imperial cult in Lusitania reexamined », MDAI(M) 38, 89-105.

Edmondson, J. (2002). « Writing Latin in the province of Lusitania », dans A. E. Cooley (éd.), Becoming Roman, Writing Latin? (Journal of Roman Archaeology, Suppl. 48). Portsmouth, R. I., 41-60.

Edmondson, J. (2006). Granite Funerary Stelae from Augusta Emerita (Monografías Emeritenses 9). Mérida.

Edmondson, J. (éd.). (2009). Augustus (Edinburgh Readings on the Ancient World). Edinburgh.

Edmondson, J. et Hidalgo Martín, L. A. (2007). « Hallazgo de dos epitafios de veterani en Mérida : Vidas paralelas de dos soldados Augustani (emeritenses) a finales del siglo I d.C. », dans Mérida. Excavaciones arqueológicas. 2004 (Memoria 10). Mérida, 479-507.

Encarnação, J. de (1975). Divindades indigenas sob o dominio romano em Portugal. Lisbonne.

Encarnação, J. de (1986). «Inscrições romanas do conventus Pacensis: aditamento», Trabalhos de Arqueologia do Sul 1, 99-109.

Étienne, R. (1958). Le culte impérial dans la péninsule ibérique d’Auguste à Dioclétien (BÉFAR 191). Paris.

Étienne, R. (1982). « Senateurs originaires de la province de Lusitanie », dans S. Panciera (éd.), Epigrafia e ordine senatorio (Colloquio internazionale, Rome, 1981). Rome, II, 521-529.

Étienne, R. (1990). « Le culte impérial, vecteur de hiérarchisation urbaine », dans Gorges 1990, 215-231.

Étienne, R. (1992). « L’horloge de la Civitas Igaeditanorum et la création de la province de Lusitanie », REA 94, 355-362.

Étienne, R., Makaroun, Y. et Mayet, F. (1994). Un grand complexe industriel à Tróia (Portugal). Paris.

Étienne, R. et Mayet, F. (éd.) (1997). Itinéraires lusitaniens. Trente années de collaboration archéologique luso-française. Paris.

Étienne, R. et Mayet, F. (2002). Salaisons et sauces de poisson hispaniques. Paris.

Fabião, C. (2005). « Caminhos do Atlântico romano : evidências e perplexidades », dans C. Fernández Ochoa (éd.), Unidad y diversidad en el arco atlántico en época romana : III Coloquio Internacional de Arqueología en Gijón, Gijón, 28-30 septiembre 2002 (B.A.R. International Series 1371). Oxford, 83-85.

Fabião, C. (2006). « A exploração de recursos marinhos na Lusitania romana : balanço dos conhecimentos e perspectivas da investigação », dans Historia de la pesca en el ámbito del Estrecho : I Conferencia internacional (1-5 de Junio de 2004, Puerto de Santa María, Cádiz). Séville, 489-529.

Ferrary, J.-L. (2001). « À propos des pouvoirs d’Auguste », CCG 12, 101-154 (revisé et traduit en anglais dans Edmondson 2009, 90-136).

Filipe, S. (2006). «Arqueologia urbana em Coimbra : un testemunho na reitoria da Universidade», Conimbriga 45, 337-357.

Fishwick, D. (1999). «Two priesthoods of Lusitania», Epigraphica 61, 81-102.

Fishwick, D. (2002). The Imperial Cult in the Latin West. 3. Provincial cult. 2. The Provincial Priesthood. Leyde, Boston et Cologne.

Frade, H. et Portas, C. (1994). « A arquitectura do anfiteatro romano de Bobadela », dans J. M. Álvarez Martínez et J. J. Enríquez Navascués (éd.), El anfiteatro en la Hispania romana (Colloquio internacional, Mérida, 26-28 de noviembre 1992). Mérida, 349-371.

Galsterer, H. (1971). Untersuchungen zum römischen Städtewesen auf der Iberischen Halbinsel (Madrider Forschungen 8). Berlin.

Galsterer, H. (1986). « Roman law in the provinces : some problems of transmission », dans M. H. Crawford (éd.), L’impero romano e le strutture economiche e sociale delle province, Come, 13-27.

Garcia, J. M. (1991). Religiões antigas de Portugal. Aditamentos e observações às “Religiões da Lusitânia” de J. Leite de Vasconcelos. Fontes epigráficas. Lisbonne.

García Iglesias, L. A. (1976). «Autenticidad de la inscripción de municipios que sufragaron el puente de Alcántara», Revista de Estudios Extremeños 32.2, 263-275.

Goffaux, B. (2006). « Formes d’organisation des cultes dans la Colonia Augusta Emerita (Lusitanie) », dans M. Dondin-Payre et M.-Th. Raepsaet-Charlier (éd.), Sanctuaires, pratiques cultuelles et territories civiques dans l’Occident romain, Bruxelles, 51-97.

Gomes, R. V. et Gomes, M. V. (1981-83). « Novas moedas hispânicas de Balsa e Ossonoba », Nummusii 4-6, 155-182.

González, J. (1986). «The Lex Irnitana: a new copy of the Flavian municipal law», JRS 76, 147-243.

González Herrero, M. (2006). Los caballeros procedentes de la Lusitania romana. Estudio prosopográfico. Madrid.

Gorges, J.-G. (1979). Les villas hispanoromaines : inventaire et problématique archéologiques. Paris.

Gorges, J.-G. (éd.) (1990). Les villes de Lusitanie romaine : hiérarchies et territoires. Paris.

Gorges, J.-G. et Nogales Basarrate, T. (éd.) (2000). Sociedad y cultura en Lusitania romana. Mérida.

Gorges, J.-G. et Rodríguez Martín, F. G. (éd.) (1999). Économie et territoire en Lusitanie romaine. Madrid.

Granino Cecere, M. G. (1996-97). «I Sulpicii e il Tuscolano», Rend. della Pont. Accad. Rom. d’Arch. 59, 233-251.

Grupo Mérida (2003). Atlas antroponímico de la Lusitania romana. Mérida et Bordeaux.

Guerra, A., Schattner, T. G., Fabião, C. et Almeida, R. (2003). « Novas investigações no santuário de Endovélico (S. Miguel da Mota, Alandroal) : a campanha de 2002 », Revista Portuguesa de Arqueologia 6.2, 415-479.

Guerra, A., Schattner, T. G., Fabião, C. et Almeida, R. (2005). « São Miguel da Mota (Alandroal, Portugal) 2002. Bericht über die Ausgrabungen im Heiligtum des Endovellicus », MDAI(M) 46, 184-234.

Gundel, H. G. (1970). « Probleme der römischen Kampfführung gegen Viriatus », dans Legio VII Gemina. León, 111-130.

Haba Quirós, S. (1998). Medellín romano. La Colonia Metellinensis y su territorio. Badajoz.

Halfmann, H. (1986). Itinera principum. Geschichte und Typologie der Kaiserreisen im Römischen Reich. Stuttgart.

Hauschild, T. (1990). «Das römische Theater von Lissabon : Planaufnahme 1985-1988», MDAI(M) 31, 348-392.

Hauschild, T. (1994). «Évora. Vorbericht über die Ausgrabungen am römischen Tempel 1989-1992. Die Konstruktionen», MDAI(M) 35, 314-335.

Hernando Sobrino, M. R. (1995). «La integración del territorio oriental de los vettones en el marco administrativo-provincial romano», HAnt 19, 77-93.

Hoyo, J. del (1995). «Duratón : municipio romano. A propósito de un fragmento inédito de ley municipal», ZPE 108, 140-144.

IRCP = J. d’Encarnação, Inscrições romanas do conventus Pacensis : subsídios para o estudo da romanização. 2 vol. Coimbra, 1984.

Knapp, R. C. (1992). Latin Inscriptions from Central Spain. Berkeley, Los Angeles et Londres.

Lefebvre, S. (2006). « Procurateurs en Hispanie : les fastes procuratoriens des Hispaniae : bilan des recherches depuis H.-G. Pflaum », dans S. Demougin, X. Loriot, P. Cosme et S. Lefebvre (éd.), H.-G. Pflaum : un historien du XXe siècle (École Pratique des Hautes Études. Sciences historiques et philologiques. III. Hautes Études du monde gréco-romain 37). Genève, 253-284.

Le Roux, P. (1982). L’armée romaine et l’organisation des provinces ibériques d’Auguste à l’invasion de 409. Paris.

Le Roux, P. (1986). «Municipe et droit latin en Hispania sous l’Empire», RHDFE 64, 325-350.

Le Roux, P. (1994). « Cités et territoires en Hispanie : l’épigraphie des limites », MCV 30, 37-51.

Le Roux, P. (1995). Romains d’Espagne. Cités et politique dans les provinces. IIe siècle av. J.-C.-IIIe siècle ap. J.- C. Paris.

Le Roux, P. (1996). « Droit latin et municipalisation en Lusitanie sous l’Empire », dans E. Ortiz de Urbina et J. Santos (éd.), Teoría y práctica del ordenamiento municipal en Hispania. Vitoria/Gasteiz, 239-253.

Le Roux, P. (2004). « La question des conventus dans la péninsule Ibérique d’époque romaine », dans Auliard et Bodiou 2004, 337-356.

Lopes, M. C. (2003). A cidade de Beja. Percursos e debates acerca da « civitas » de Pax Iulia. Coimbra.

López Melero, R., Sánchez Abal, J. L. et García Jiménez, S. (1984). « El Bronce de Alcántara. Una deditio del 104 a. C. », Gerión 2, 265-323.

Mantas, V. G. (1988). « Orarium donavit Igaeditanis : epigrafia e funções urbanas numa capital regional lusitana », dans G. Pereira Menaut (éd.), Actas del Ier congreso peninsular de Historia Antigua (Santiago de Compostela, 1986). Saint-Jacques de Compostèle, II, 415-439.

Mantas, V. G. (1990a). « As cidades marítimas da Lusitânia », dans Gorges 1990, 149-205.

Mantas, V. G. (1990b). « A rede viária do conventus Scallabitanus », dans Simposio sobre la red viaria en la Hispania romana (Tarazona, Zaragoza, 24-26 sept. 1987). Saragosse, 219-239.

Mantas, V. G. (1992). « Evergetismo e culto oficial : o construtor de templos C. Cantius Modestinus », dans M. Mayer (éd.), Religio Deorum. Sabadell, 227-250.

Mantas, V. G. (2000). « A sociedade luso-romana do município de Ammaia », dans Gorges et Nogales Basarrate 2000, 391-420.

Mantas, V. G. (2004). « Novidades epigráficas de Ammaia (S. Salvador de Aramenha, Marvão) », dans Auliard et Bodiou 2004, 87-105.

Martín Bravo, A. M. (1999). Los orígenes de Lusitania. El I milenio A. C. en la Alta Extremadura (Bibliotheca Archaeologica Hispana 2). Madrid.

Mateos Cruz, P. (2001). «Augusta Emerita. La investigación arqueológica en una ciudad de época romana», AEspA 74, 183-208.

Mateos Cruz, P. (éd.) (2006). El «Foro Provincial» de Augusta Emerita : un conjunto monumental de culto imperial (AEspAAnejo 42). Madrid.

Mélida, J. R. (1919). «Monumentos romanos de la antigua Augustobriga, hoy Talavera la Vieja, en la provincia de Cáceres», BRAH 75, 415-426.

Morand, I. (1994). Idéologie, culture et spiritualité chez les propriétaires ruraux de l’Hispanie romaine. Paris.

Moret, P. (1990). « Fortins, ‘tours d’Hannibal’ et fermes fortifiées dans le monde ibérique », MCV 26, 5-43.

Moret, P. (1999). « Casas fuertes romanas en la Bética y la Lusitania », dans Gorges et Rodríguez Martín 1999, 55-89.

Morillo, A. et Aurrecoechea, J. (éd.) (2006). The Roman Army in Hispania : An Archaeological Guide. León.

Nicholas, B. (1962). An Introduction to Roman Law (Clarendon Law Series). Oxford.

Nicolet, Cl. (1988). L’inventaire du monde : géographie et politique aux origines de l’Empire romain. Paris.

Nogales Basarrate, T. (éd.) (2004). Augusta Emerita : territorios, espacios, imágenes y gentes en Lusitania romana (Monografías Emeritenses 8). Mérida.

Norr, D. (1989). Aspekte des römischen Völkerrechts. Die Bronzetafel von Alcántara. Munich.

Nünnerich-Asmus, A. (1996). El arco cuadrifronte de Cáparra (Cáceres): un estudio sobre la arquitectura flavia en la península ibérica (AEspA Anejo 16). Madrid.

Ojeda Torres, J. M. (1993). El servicio administrativo imperial ecuestre en la Hispania romana durante el alto imperio. I. Prosopographia. Séville.

Pastor Muñoz, M. (2000). Viriato: la lucha por la libertad. Madrid.

Pereira, S. (2006). «Ammaia: um projecto auspicioso», Conimbriga 45, 139-152.

Ponte, M. Salete da (1995). « Achegas sobre a estructura urbana de Sellium (Tomar) », dans Actas del XXII Congresso Nacional de Arqueología, Vigo, 1993. Vigo, II, 447-459.

Remesal Rodríguez, J. (1986). La annona militaris y la exportación del aceite bético a Germania. Madrid.

Ribeiro, J. C. (1994). «Felicitas Iulia Olisipo: algumas considerações em torno do catálogo Lisboa subterrânea», Al-Madan 3, 75-95.

Ribeiro, J. C. (éd.) (2002). Religiões da Lusitânia : Loquuntur saxa. Lisbonne.

Rich, J. W. (2003). « Augustus, war and peace », dans L. de Blois, P. Erdkamp, O. Hekster, G. de Kleijn et S. Mols (éd.). The Representation and Perception of Roman Imperial Power. Proceedings of the Third Workshop of the International Network, Impact of Empire (Roman Empire, c. 200 B.C.-A.D. 476). Netherlands Institute in Rome, March 20-23, 2002. Amsterdam, 329-357 (reproduit dans Edmondson 2009, 137-164).

Richardson, J. S. (1986). Hispaniae. Spain and the Development of Roman Imperialism, 218-82 B. C. Cambridge.

Richardson, J. S. (1996). The Romans in Spain. Oxford.

Roldán Hervás, J. M. (1971). Iter ab Emerita Asturicam. El camino de la Plata. Salamanque.

Roldán Hervás, J. M. (1974). Hispania y el ejército romano: contribución a la historia social de la España antigua. Salamanque.

Ruiz del Árbol, M. et Sánchez-Palencia, F. J. (1999). «La minería aurífera romana en el Nordeste de Lusitania : Las Cavenes de El Cabaco (Salamanca)», AEspA 72, 119-139.

Salas Martín, J. (2001). «Fuentes antiguas para el estudio de la Colonia Metellinensis», Norba : Revista de Historia 15, 101-116.

Salas Martín, J. et Esteban Ortega, J. (1994). La Colonia Norba Caesarina y la gens Norbana en Hispania. Cáceres.

Saller, R. P. (1982). Personal Patronage under the Early Empire. Cambridge.

Saquete Chamizo, J. C. (1997). Les elites sociales de Augusta Emerita (Cuadernos emeritenses 13). Mérida.

Saquete Chamizo, J. C. (2000). « Privilegio y sociedad en Augusta Emerita : la cuestión del ius italicum y la immunitas », dans Gorges et Nogales Basarrate 2000, 379-389.

Saquete Chamizo, J. C. (2004). « Territorios y gentes en el contexto histórico de la fundación de la colonia Augusta Emerita », dans Nogales Basarrate 2004, 373-397.

Sherwin-White, A. N. (1973). The Roman Citizenship (2e éd.). Oxford.

Silva, A. C. Ferreira da (1986). A cultura castreja no noroeste de Portugal. Paços de Ferreira.

Simon, H. (1962). Roms Kriege in Spanien, 154-133 v. Chr. Francfort.

Stylow, A. U. (1986). «Apuntes sobre epigrafía flavia en Hispania», Gerión 4, 285-311.

Stylow, A. U. (1989-90). «Más hermas», Anas 2-3, 195-206.

Teichner, F. (1994). «Évora. Vorbericht über die Ausgrabungen am römischen Tempel (1989-1992). Stratigraphische Untersuchungen und Aspekte der Stadtgeschichte», MDAI(M) 35, 336-358.

Teichner, F. (1997). « Die römischen Villen von Milreu (Algarve, Portugal) : ein Beitrag zur Romanisierung der südlichen Provinz Lusitania », MDAI(M) 38, 106-162.

Teichner, F. (2008). Entre tierra y mar. Zwischen Land und Meer: Architektur und Wirtschaftsweise ländlicher

Siedlungsplätze im Süden der römischen Provinz Lusitanien (Portugal) (Studia Lusitana 3). Mérida.

Trillmich, W. (1990). « Colonia Augusta Emerita, die Haupstadt von Lusitanien », dans Trillmich et Zanker 1990, 299-318 (traduit en anglais dans Edmondson 2009, 427-467).

Trillmich, W. (1993). « “Foro provincial” und “Foro municipal” in den Haupstädten der drei hispanischen Provinzen : eine Fiktion », dans Ciudad y comunidad cívica en Hispania (siglos II y III d.C.) (Actes du colloque, Casa de Velázquez, Madrid, janvier 1990). Madrid-Paris, 115-124.

Trillmich, W. (1995). «Gestalt und Ausstattung des “Marmorforums” in Mérida: Kenntnisstand und Perspektiven», MDAI(M) 36, 269-291.

Trillmich, W. (1996). « Reflejos del programa estatuario del Forum Augustum en Mérida », dans J. Massó et P. Sada (éd.), Actas de la II reunión sobre escultura romana en Hispania (Tarragona, 30-31 marzo y 1 abril 1995). Tarragone, 95-108.

Trillmich, W. et Zanker, P. (éd.) (1990). Stadtbild und Ideologie. Die Monumentalisierung hispanischer Städte zwischen Republik und Kaiserreich. Munich.

Vasconcelos, J. Leite de (1897-1913). Religiões da Lusitânia. 3 vols. Lisbonne.

Vasconcelos, J. Leite de (1934). « Antiguidades do concelho de Covilhã », Biblos 10, 24-31.

Vaz, J. L. (1997). A civitas de Viseu: espaço e sociedade. 2 vols. Coimbra.

Villaronga, L. (1994). Corpus nummum Hispaniae ante Augusti aetatem. Madrid.

Vivesy Escudero, A. (1924). La moneda hispánica. III. Madrid.

Notes

1 Il s’agissait d’une loi de provinciis, voir Ferrary 2001, 101-115.

2 Voir Plin., NH, III, 6 : [Hispania] Ulterior in duas per longitudinem provincias dividitur, siquidem Baeticae latere septentrionali Lusitania amne Ana discreta. Sur le nom complet, Hispanie ultérieure lusitanienne, voir CIL VI, 18190 : T. Flavius Rufus « ex Hispania Ulteriore Lusitania » ; ou le titre d’un gouverneur de la fin du IIIe siècle ap. J.-C., Aemilius Aemilianus, qui était p(raeses) p(rovinciae) U(lterioris) L(usitaniae) : AE 1992, 957 (Emerita). Sur l’Hispania Ulterior Baetica, voir CIL VI, 31267, qui date de l’année 2 av. J.-C. Sur les limites précises de la Lusitanie, voir Alarcão, Gorges et al. 1990.

3 Étienne 1992, 361-362 ; Le Roux 1982, 54-84 ; Richardson 1996, 135-136 ; sur la présence d’Auguste en Gaule et en Espagne de l’an 16 à l’an 13, voir Dion, LIV, 23, 7 ; 25, 1 ; Halfmann 1986, 159, 161-162. On trouvera des arguments en faveur d’une division aux environs de 13 av. J.-C. dans Rich 2003, 352 (réimp. dans Edmondson 2009).

4 Voir Albertini 1923, 116.

5 Knapp 1992, 6-7 ; Hernando Sobrino 1995.

6 Sur les procuratores provinciae Lusitaniae et Vettoniae des environs de 130, 177, 205 et des années 210 ap. J.-C., voir respectivement CIL II, 1267 (Villalba de Alcor, prov. Séville) ; CIL VI, 31856 = ILS, 1327 (Rome) ; CIL II, 484 = ILS, 1372 (Emerita) ; AE 1988, 1023 (Ephèse). Sur un affranchi impérial qui était tabul(arius) provinc. Lusitaniae et Vettoniae, voir CIL II, 485 = ILS, 1493 (Emerita).

7 López Melero, Sánchez Abal et García Jiménez 1984 ; AE 1984, 495 ; HEp 1, 151 ; AE 1986, 304 ; HEp 2, 191 ; Norr 1989 ; et, plus récemment, CILC. I. Norba 29.

8 Sur les détails de la résistance de Viriathe à l’hégémonie romaine et la dimension mythique qu’il acquit par la suite, voir Simon 1962, 87-100, 116-138 ; Gundel 1970 ; Pastor Muñoz 2000.

9 Voir Richardson 1986 ; Edmondson 1996.

10 Voir Simon 1962, 160-164, 169-171.

11 Liv., Per., 103 ; Suét., Cés., 18 ; 54, 1 ; Plut., Caes., 12-13 ; App., Iber., 102 ; Dion, XXXVII, 52-53.

12 Les traces des premiers gouverneurs provinciaux remontent à Q. Articuleius Regulus, qui fixa en 4-5 ap. J.-C. les limites septentrionales de la province (AE 1954, 88) et à L. Caecilius L. f. Sca(ptia tribu) Rufus (HEp 4, 159), dont le nom apparaît sur la base d’une statue équestre trouvée à Mengabril, à 5 km au sud-sud-est de Metellinum, et que l’on peut dater du règne d’Auguste ou de Tibère. Q. Acutius Faienanus, leg. pro pr(aetore) (AE 1915, 35 = 1990, 514), dont on a d’abord cru qu’il était en activité sous le règne d’Auguste (voir Alföldy 1969, 133-134), doit finalement plutôt être rattaché à la période flavienne ou au règne de Trajan : voir Stylow 1989-90, 199.

13 Voir Le Roux 1982, 84-93. Il sera utile d’aborder sous l’angle archéologique les sites militaires du nord de l’Hispanie, avec Morillo et Aurrecoechea 2006.

14 Voir Le Roux 1982, 122-124, 267-270 (officium du gouverneur), 120-121, 270-274 (exploitation minière).

15 Sur Olisipo, voir Mantas 1990a, 160-173 ; Ribeiro 1994.

16 Villaronga 1994, 131-135 (Salacia), 377-378 (Myrtilis), 400 (Baesuris), 424 (Ossonoba), 408 (Balsa), 401 (Brutobriga), 403 (Dipo) ; cf. Vives y Escudero 1924, 90-91 (Myrtilis), 114 (Ossonoba), 81 (Baesuris), 24-27 (Salacia), 118 (Brutobriga), 115 (Dipo) ; Gomes et Gomes 1981-83 (Balsa). Sur le développement de la Lusitanie sous la République, voir Edmondson 1996.

17 Sur Metellinum, voir Haba Quirós 1998 ; Salas Martín 2001 ; sur Scallabis, voir Arruda et Viegas 1999 ; Arruda et Guerra 2002 ; sur Pax Iulia, voir Lopes 2003 ; sur Pax Iulia et Scallabis, voir Alarcão 1990, 44-49.

18 Sur Norba, Callejo Serrano 1968 ; Salas Martín et Esteban Ortega 1994.

19 Dion, LIII, 25, 3 ; cf. Isid., Etym., XV, 1, 69 ; Álvarez y Sáenz de Buruaga 1976 ; Le Roux 1982, 69-72 ; Saquete Chamizo 1997, 24-39 ; Saquete Chamizo 2004.

20 Voir en général Silva 1986 ; Edmondson 1990a ; Martín Bravo 1999 ; Álvarez-Sanchís 1999.

21 Termini de l’époque d’Auguste : e.g. CIL II, 460, 857-859 ; AE 1958, 10 ; AE 1976, 273 ; de celle de Claude : AE 1979, 331 ; CIL II, 6199. Voir aussi Edmondson 1990a, 163-164 ; Le Roux 1994 ; Ariño Gil et al. 2004, 148-154. Sur la redéfinition de la limite entre le territoire de Lacimurga et une préfecture de la colonie de Bétique d’Ucubi, en 73 ap. J.-C., voir CIL II2/7, 870 (Mojón Gordo, près de Valdecaballeros, prov. Badajoz) ; sur la modification des frontières entre le territoire d’Emerita et la même praefectura d’Ucubi sous Domitien, voir CIL II, 656 = II2/7, 871 (qui concerne aussi Mojón Gordo).

22 Voir Roldán Hervás 1971 ; Mantas 1990b ; Alarcão 2006.

23 Voir la discussion sur la question des conventus dans Le Roux 1995, 69-70 ; Richardson 1996, 155-156, 210-213 ; Le Roux 2004.

24 Sur un magistrat équestre envoyé en Lusitanie par Auguste [pro] censore, voir CIL X, 680 (Surrentum). Sur les assises provinciales, de manière générale, voir Brunt 1981 = 1990, 324-346 ; Nicolet 1988, chapitre 6.

25 Les plus anciens procurateurs provinciaux connus remontent au règne de Néron : par exemple, M. Vettius M. f. Valens, proc(urator) Imp(eratoris) [[Neronis ?]] Caesar(is) Aug(usti) prov(inciae) Lusitan(iae) (CIL XI, 395 = ILS, 2648, Ariminum) ; L. Baebius L. f. Gal. Avitus, proc(urator) Imp(eratoris) Caesaris Vespasiani Aug(usti) provinciae Lusitaniae (CIL VI, 1359 = ILS, 1378, Rome) ; L. Lucilius Pansa Priscillianus, proc(urator) Lusitaniae item Vettoniae (AE 1988, 1023, Ephèse). Pour plus de détails, voir Ojeda Torres 1993 ; Lefebvre 2006.

26 Sur un adiutor procuratoris Caesaris Augusti équestre, également appelé subprocurator, voir AE 1935, 5 = CMBad 927 (Emerita) ; cf. CIL XII, 2327 = ILS, 6995 (Arbin, près de Vienne). Sur les tabularii provinc(iae) Lusitaniae, voir CIL II, 486 (Emerita), 3235 = ILER 5695 ; sur les tabularii provinciae Lusitaniae et Vettoniae, voir CIL II, 485-486 (Emerita), 3235 (Villanueva de la Fuente, Ciudad Real) ; sur un adiutor tabula(rii), voir CIL II, 5210 = IRCP 648 (peut-être l’inscription provient-elle du sanctuaire d’Endovellicus, à São Miguel da Mota, Terena, Alandroal).

27 Voir, par exemple, AE 1973, 250 = CILA II, 2, 379 (Italica) : M. Lucretius Q.f. Quir. Iulianus, equo publico, proc(urator) Auggg(ustorum) (c’est-à-dire de Septime Sévère, Caracalla et Géta) prov(inciae) Baeticae, item proc(urator) kal(endarii) Vegetiani, item proc(urator) XX her(editatium) provinciarum Baeticae et Lusitaniae.

28 Sur un affranchi impérial officiant comme tabul(arius) provinc (iae) Lusit(aniae) rat(ionis) pat(rimonii), voir EE VIII, 26 (Emerita). Vipasca finit par avoir son propre procurateur, un autre affranchi impérial : FIRA I, 104 ; IRCP 121 ; AE 1933, 273 et Habicht, Inscr. Asklepeions no 44 ; voir aussi Domergue 1990, 280-282, 291, 295-301.

29 Par exemple, C. Iulius Mandi (f.) Sangenus, à Emerita (HEp 9, 95 = Edmondson 2006, 145-146, no 15) ; C. Allius Tancini f. Pap(iria tribu), sur le territoire de la même cité (AE 1993, 892 = HEp 5, 52). Sur le territoire d’Olisipo, on relève L. Varbius L. f. Gal(eria tribu) Tanginus (CIL II, 255), L. Cominius L.f. Gal. Tanginus (CIL II, 286), M. Atilius <M.> [f.] Gal. Tanginus (CIL II, 5010), Q. Marius [.] f. Tan[g]inus (Roteiro epigrafico de Cascais, no 18), M. Valerius L. [f.] Gal. Reburri[nus] (HAE 1221).

30 Dig., L, 15, 8, pr. (Paul), pour lequel on consultera Saquete Chamizo 2000 (et le début de sa bibliographie).

31 CIL II, 159 = IRCP 618, révisé par d’Encarnação 1986, 107.

32 Voir Richardson 1996, 190-191.

33 Sur ces débats, voir Sherwin-White 1973, 360-379 ; Le Roux 1986 et 1996 ; Richardson 1996, 190-210 ; Stylow 1986.

34 Sur les lois municipales, voir González 1986 ; Le Roux 1995 ; Richardson 1996, chap. 5. Sur Duratón, voir del Hoyo 1990. Pour une remise en cause de la thèse selon laquelle les municipes ne furent établis que dans des régions développées de l’Hispanie, voir Galsterer 1971, 46-50.

35 Sur le municipium Flavium Caperens(e), voir Stylow 1986, 303-307 = AE 1986, 307 = HEp 1, 157 ; sur un II vir m (unicipii ?) F (lavii ?) M [irobrig(ensis) ?], voir CIL II, 25 = IRCP 150.

36 Sur un petit autel de Conimbriga dédié à Fl(aviae) Conimbricae et Larib(us) eiu[s], voir Fouilles de Conimbriga II, no 10 ; sur le remodelage du centre urbain, voir Alarcão et Étienne 1977, 83-111. Sur Capera, voir Nünnerich-Asmus 1996 ; Cerrillo Martín de Cáceres 1998 ; voir aussi l’aqueduc (Aqua Augusta) construit pro salute municipi Flavi Caperens(is) : Stylow 1986, 303-307 = AE 1986, 307 = HEp 1, 157 ; sur Mirobriga, voir Biers et al. 1984, 110.

37 Sur la dédicace Genio municipi de Sellium (Tomar), voir Batata et al. 1993, 537, no 1 et fig. 5 ; Alarcão 1988, 26 et fig. 16 ; sur un temple, voir CIL II, 401 (Bobadela, nom romain inconnu). Sur un autel Genio oppidi constituti élevé à Ammaia, voir AE 1950, 216 = IRCP 604 ; cf. sur un autre dédié à Genio Am(m) ai (en) ci : Mantas 2004, 90-92 et fig. 2 (photo) = AE 2004, 706 = HEp 13, 1001.

38 CIL II, 759 : municipia provinciae Lusitaniae stipe conlata quae opus pontis perfecerunt : Igaeditani, Lancienses Oppidani, Talori, Interannienses, Colarni, Lancienses Transcudani, Aravi, Meidubrigenses, Arabrigenses, Banienses, Paesures. Pour la discussion relative à leur localisation, voir Alarcão 1998 et 2005. Des doutes ont été émis quant à l’authenticité du texte par Galsterer 1971, 62-64. Pour des arguments démontrant, au contraire, qu’il est authentique, voir García Iglesias 1976.

39 Voir Curchin 1990, 21-57 sur le cursus honorum local dans l’Hispanie romaine ; celui-ci avance que les petites communautés ne se dotaient pas nécessairement des trois collèges de magistrats.

40 Le cognomen a été retrouvé grâce à deux autres mentions du même homme attestées à Capera : CIL II, 834-835.

41 Q. Iulius Plotus : CIL II, 194 = ILS, 6896 ; L. Porcius Himerus : CIL II, 34 = ILS, 6894 = IRCP 187, avec photo. Plus généralement, Étienne 1958, 197-250 ; Delgado Delgado 2000.

42 Sur une statue élevée à Emerita par décret du concilium provinciae Lusitaniae en l’honneur d’un sénateur romain sous Hadrien, voir EE VIII, 302 = ILS, 8972 = ILER 1686.

43 Sur les flamines provinciaux de Lusitania, voir Étienne 1958, 121-175 ; Edmondson 1997 ; Delgado Delgado 1999 ; Fishwick 1999 et 2002, 139-147, 150-153. Un certain nombre de flamines provinciaux de Lusitanie étaient manifestement de rang équestre : par exemple, L. Cornelius C. f. Bocchus (CIL II, 35 = IRCP 185, Salacia ; CIL II, 5184 = IRCP 207, Caetobriga ou Salacia) ; L. Cornelius L. f. Bocchus de Salacia (FE 275, Olisipo ; cf. CIL II, 2479 = 5617 = IRCP 189, Salacia) ; [……] M. f. Ser. Modestus (ERAE 108 = Trillmich 1993, 119, note 13 et fig. 2, photo) ; […Po] mponius M. f. Capito (AE 1966, 177 = HEp 4, 1084, Scallabis) ; il faut noter que Servilia L. f., flaminica provinciae Lusitaniae, était la femme de Q. Lucceius Albinus, un homme de rang équestre : voir Caballos Rufino 1998, 220-221, no 9. Parmi les flamines municipaux ayant accédé au statut équestre, figurent L. Cornelius L. f. Bocchus, flamen perpetuus à Salacia (mentionné ci-dessus), […. Po] mponius Capito, flamen col. Aug. I (uliae) [ ? Scallabis] (mentionné ci-dessus), M. Aurelius C. f. Gal. (CIL II, 49= IRCP 236, Pax Iulia) et Cn. Cornelius Severus (AE 1915, 95, Emerita).

44 CIL II, 32 = ILS, 6893 = IRCP 183, avec photos. Sur les flaminicae municipales, voir Étienne 1958, 238-250 ; sur les flaminicae de la province de Lusitanie, Étienne 1958, 166-172 ; Fishwick 2002, 147-150, 153-154.

45 Sur les Augustales de Lusitanie, voir Étienne 1958, 251-282 et 1990, 224-226 ; on trouvera une liste mise à jour concernant Emerita dans Saquete Chamizo 1997, 145-156 ; sur les Augustales en tant que « classe moyenne » en Italie romaine, voir Abramenko 1993.

46 Sur les equites, voir Caballos Rufino 1998 ; González Herrero 2006 ; sur les sénateurs lusitaniens, Étienne 1982, et des détails prosopographiques dans Caballos Rufino 1990.

47 CIL II, 35 = ILS, 2920 = IRCP 185 (Salacia) : [L.] C[orn]elio C. [f.]/Boccho/[fl]am(ini) pro[v]inc(iae) tr(ibuno) mil(itum)/[co] lonia Scallabitana/[ob e(ius)] merita in colon(iam) ; CIL II, 5184 = ILS, 2921 = IRCP 207 (Tróia, territoire de Caetobriga) : [L. C] ornelio G. f./[B] occho/[flami] ni provinc(iae)/[tr(ibuno)] mil(itum) leg(ionis) III Aug(ustae)/[….].

48 FE 275 (Olisipo): L. Cornelio L.f. Gal. Boccho Salaciensi, flamini provi[n] ciae Lusitania[e], praef(ecto) fabrum V, trib(uno) milit(um) leg(ionis) VII Aug(ustae) d (ecreto) d (ecurionum). L’inscription d’une autre base de statue érigée en son honneur à Emerita, découverte récemment, sera bientôt publiée par A. U. Stylow et P. Mateos Cruz. La base de la statue le représentant retrouvée à Olisipo (FE 275) nécessite de reconstituer la première ligne de CIL II, 2479 + 5617 = EE VIII, 4 = IRCP 189 (Salacia) ainsi : [L. Cornelius L. f. Boc] chus pr(aefectus) Caesarum bis ; pace Étienne,d’Encarnação et Caballos Rufino, elle fait référence au fils plutôt qu’au père. Le titre pr(aefectus) Caesarum suggèrerait plutôt qu’il servit sous Auguste et Tibère.

49 Par exemple, Q. Iulius Cordus Iunius Mauricus (AE 1969-1970, 215 = IRCP 414, début du IIe siècle) ; Q. Iulius Maximus et ses fils Q. Iulius Clarus et Q. Iulius Nepotianus (CIL II, 112 = IRCP 382, début du IIIe siècle). Pour une liste complète, voir Étienne 1982.

50 Pour une étude approfondie, fondée sur les provinces africaines, voir Saller 1982.

51 AE 1953, 88 = HAE 493 = IRCP 479, avec photo.

52 Granino Cecere 1996-97, 230-251 et fig. 5 (photo) = AE 1999, 417.

53 AE 1952, 116 ; Alföldy 1969, 147-148.

54 Sur les légionnaires d’Emerita, voir CIL II, 1016, 5212, 4177 ; EE IX, 1058, 1063-64 ; CIL VI, 3491 ; AE 1929, 187 ; BComA 43, 1915, 61 (tous du Ier siècle ap. J.-C.) ; CIL II, 488, 5266, CMBad 928 (tous du IIe siècle ap. J.-C.). Pour des informations sur d’autres légionnaires d’Emerita ainsi qu’une analyse générale, voir plus récemment Edmondson et Hidalgo Martín 2007. Sur d’autres cités, voir CIL VIII, 3812 ; AE 1987, 736 (les deux sont relatives à Scallabis) ; CIL II, 2425 (relative à Pax Iulia) ; CIL XIII, 5975 (relative à Norba Caesarina) ; CIL II, 266 ; HAE 465, 1210-11 (relative à Olisipo) ; CIL II, 5099 ; AE 1981, 491 (probablement relative à Olisipo). L’étude de Le Roux (1982) demeure fondamentale.

55 Membres de la garde prétorienne recrutés d’Emerita : Edmondson 2006, 206-208, Appendice, Texte B ; AE 1993, 915 = HEp 5, 99 ; de Norba Caesarina : CIL VI, 208 ; AE 2004, 724 = HEp 13, 216 = CILC. I. Norba 125 ; de Scallabis : CIL VI, 2614 (deux prétoriens) ; de Pax Iulia : CIL VI, 32682 ; d’Avela : CIL VI, 2490 ; de Salacia : CIL VI, 2685 ; de Collippo : CIL II, 5232. Membres des cohortes urbaines recrutés à Emerita, Norba, Olisipo et Ebora : CIL VIII, 24619 ; à Myrtilis : AE 1996, 1701.

56 Pour le recrutement des lusitaniens dans les unités auxiliaires, voir Roldán Hervás 1974, 265-286 ; Le Roux 1982, 93-96, 274-277. Pour la conscription sous le principat, voir Brunt 1974 = 1990, 188-214.

57 Pour des détails sur l’extraction minière, voir Domergue 1990 ; sur Las Cavenes (El Cabaco, Salamanca), voir Ruiz del Árbol et Sánchez-Palencia 1999. Sur l’extraction minière et la production du garum, Edmondson 1987 ; sur la production du garum, Edmondson 1990b ; Étienne et Mayet 2002 ; Fabião 2006 ; sur Tróia, Étienne, Makaroun et Mayet 1994.

58 Sur la question de manière générale, voir Le Roux 1982, 373-377 ; Alföldy 1985. Sur les bases de statue érigées en l’honneur de Vallius Maximianus à Italica et Singili(a) Barba, en Bétique, voir respectivement CIL II, 1120 et 2105 = II2/5, 783.

59 IRCP 121, avec Domergue, 1990, 299-301. Pour une vision différente des choses, voir Le Roux 1995, 73-74.

60 Sur ces guerres civiles, voir Birley 1988, 124-126. Sur la confiscation des domaines oléicoles de la Bétique, voir Remesal Rodríguez 1986, 104-105 ; sur Candidus et les rebelles, voir CIL II, 4114 = ILS, 1140 = RIT 130 (Tarraco), où Candidus est présenté comme dux terra marique adversus rebelles hh(ostes) pp(ublicos).

61 Sherwin-White 1973, 380-394 ; sur l’adoption du nom M. Aurelius, ibid., 386-387.

62 Sur la distribution du nom Aurelius en Lusitanie, voir Grupo Mérida 2003, 111-112 et carte 53.

63 Pour la survivance de noms uniques de type pérégrin ailleurs, voir Sherwin-White 1973, 386-387.

64 Ainsi Nicholas 1962, 36 ; voir aussi Galsterer 1986.

65 On trouvera une excellente présentation générale dans Dupré Raventos 2004 ; Mateos Cruz 2001 ; Álvarez Martínez 2004 ; pour une analyse plus détaillée, voir Trillmich 1990 ; 1995 ; 1996 ; de la Barrera 2000 ; de la Barrera et Trillmich 1996 ; Álvarez Martínez et Nogales Basarrate 2003 ; Mateos Cruz 2006.

66 Voir brièvement Alarcão 1988, 35-48. Études plus approfondies sur Ebora : Hauschild 1994 ; Teichner 1994 ; sur Pax Iulia : Lopes 2003, 105-204 ; Alarcão 1990, 46-51 ; sur Mirobriga : Barata 1998 ; sur Ammaia : Mantas 2000 ; Pereira 2006 ; sur Olisipo : Hauschild 1990 ; sur Sellium : da Ponte 1995 ; sur Conimbriga, Alarcão et al. 1997 ; Arruda 1997 ; Correia 1997 ; sur Aeminium : Carvalho 1998 ; Filipe 2006 ; sur Bobadela : Frade et Portas 1994 ; sur Metellinum : Haba Quirós 1998 ; sur Capera : Cerrillo Martín de Cáceres 1998 et 2000 ; sur Augustobriga : Mélida 1919 ; et sur Lacimurga : Aguilar Sáenz et Guichard 1995.

67 Pour approfondir, voir Mantas 1988 ; Étienne 1992.

68 Sur le théâtre d’Olisipo, voir Diogo 1992 ; Hauschild 1990. Pour une discussion plus approfondie sur ce type d’évergétisme en Lusitanie, voir Andreu Pintado 1999.

69 Temple de Mars : HEp 2, 773 ; temple de Vénus : AE 1967, 143 = HAE 1074 ; temple du Genius municipi : CIL II, 401 ; temple de Victoria : CIL II, 402 ; voir aussi Mantas 1992.

70 Sur ces villas, voir Gorges 1979 ; l’excellent recueil d’études dans Gorges et Rodríguez Martín 1999 ; sur les fermes fortifiées, voir Moret 1990 et 1999 ; sur les villas du sud du Portugal, Teichner 2008 ; sur les aspects culturels des villas, Morand 1994. Sur deux villas fondamentales, voir Alarcão, Étienne et Mayet 1990 (sur São Cucufate, Vila de Frades, Vidigueira), Teichner 1997 (sur Milreu, Estói, près de Faro).

71 Pour l’autel érigé à Iupiter Optimus Maximus par la civitas Cobelcorum à Torre de Almofala, voir FE 266 = AE 1998, 700 = HEp 8, 601.

72 Sur les débats, voir Alarcão 1990, 1998 et 2001.

73 Vasconcelos 1934 pour l’inscription trouvée dans une maison à Teixoso (Covilhã), mais qui provient probablement de Terlamonte : voir Alarcão 1998, 143.

74 Sur les castella dans cette région, voir la dédicace de C. Caelianus Modestus aux castellani Araocelenses trouvée à S. Cosmado, Mangualde, district de Viseu : ILER 5242 = Vaz 1997, 283-285, no 83 et planche CIV. Pour de brèves observations sur l’occupation continuelle de quelques sites de l’âge du fer, voir Edmondson 1990a, 166-167.

75 Voir les remarques de Fabião 2005 ; et, plus généralement, Cunliffe 2001.

76 Sur ces questions, voir Edmondson 2002 (avec d’autres références).

77 L’ouvrage de référence est Vasconcelos 1897-1913 ; voir aussi d’Encarnação 1975 ; Garcia 1991 ; Ribeiro 2002.

78 Sur le paysage religieux du centre urbain et du territoire rural d’Emerita, voir récemment Goffaux 2006.

79 Voir récemment Ribeiro, dans Ribeiro 2002, 79-90 ; Guerra et al. 2003 et 2005.

Notes de fin

* Traduction française par Th. Van Ruymbeke, avec la collaboration de J. Edmondson et de Fr. Hurlet.

Table des illustrations

Légende Figure 1. – Villes et peuples de l’Hispanie romaine (cartographie de J.-P. Magnier, d’après P. Le Roux, Romains d’Espagne : Cités et politique dans les provinces IIe s. av. J.-C.-IIIe s. ap. J.-C., Paris, Éditions Armand Colin, 1995, p. 140, fig. 1).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/124572/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Figure 2. – La province de Lusitanie (J. Edmondson).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/124572/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Légende Figure 3. – Pont romain sur le Tage à Alcántara (photo : J. Edmondson).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/124572/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Figure 4a. – Statues représentant Énée, Anchise et Ascagne du « Forum de marbre », Emerita (photo : Museo Nacional de Arte Romano d’après un dessin de W. Trillmich, U. Städtler et T. Nogales Basarrate).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/124572/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Figure 4b. – « Forum de marbre » d’Augusta Emerita (photo : J. Edmondson).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/124572/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Légende Figure 5. – Temple romain du forum d’Ebora (photo : J. Edmondson).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/124572/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 261k

Auteur

Professeur d’histoire romaine, Département d’histoire, Université York (Toronto, Canada).
Th. Van Ruymbeke (Traducteur)

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search