Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les financiers et la construction de l'État

 | 
Anne Dubet
, 
Jean-Philippe Luis

Deuxième partie. Les gens d'affaires dans l'administration royale

Les groupes financiers et industriels au service du roi. Espagne, fin XVIIe-début XVIIIe siècle

Jean-Pierre Dedieu

Résumé

Analyse des relations de collaboration et d’opposition entre groupes financiers telles qu’elles ressortent des contrats de fourniture et d’affermage (continuités, surenchères, associations, sociétés écran), en tenant compte non seulement des noms des sociétés, mais encore des administrateurs et prête-noms. Le but consiste à vérifier l’existence – ou l’absence – de groupes structurés, leurs éventuelles continuités et les moments de rupture.

Análisis de las relaciones de colaboración y oposición entre grupos financieros, tales como se delinean en los contratos de arrendamiento y asientos de provisión (continuidades, subastas y pujas, asociaciones, sociedades ficticias). Se toman en cuenta no sólo los nombres de las sociedades sino también la identidad de sus administradores y testaferros. Se trata de comprobar la existencia – o la ausencia – de grupos estructurados, sus eventuales continuidades y los momentos de ruptura.

Texte intégral

1Grupos financieros al servicio de la Monarquía española (de finales del s. XVII hasta comienzos del s. XVIII). Un análisis relacional

  • 1 Ce travail s’inscrit dans le cadre de l’Action intégrée France-Espagne PICASSO no 9699, « Monarquí (...)
  • 2 Référence obligée à Carande, 1967. Ce travail, en son temps pionnier, a dominé le champ historiogr (...)
  • 3 Pionnier en ce domaine dans l’historiographie espagnole, Ian A. A. Thompson (Thompson, 1976), dont (...)
  • 4 Les travaux récents de Francisco Andújar (Andújar Castillo, 2004b et 2008) marquent sans doute la (...)
  • 5 C’est à l’Université de Navarre que s’est faite de la manière la plus franche cette extension, not (...)
  • 6 Un bel exemple de la façon dont ce genre de blocage peut perturber la meilleure recherche dans Mad (...)
  • 7 Un bel exemple de la façon dont le recours à l’entreprise privée permet de surmonter des blocages (...)

2Les publications sur les entreprises qui prennent en charge par contrat de droit privé la fourniture de biens et de services aux détenteurs de la puissance publique en Espagne1 sont nombreuses et de qualité. La question fut d’abord envisagée sous l’angle presque exclusif des services financiers à l’État2. Le champ d’observation s’est ensuite généralisé en s’élargissant à la fourniture de toutes sortes de ressources à toutes sortes de partenaires : avances financières, ferme des impôts, de droits seigneuriaux ou de revenus, fourniture de vivres, d’armes, d’équipements militaires3 et même de soldats4. Il est apparu que ce type de contrats n’était pas réservé à l’État, que toutes les institutions dépositaires d’une part de la puissance publique y avaient massivement recours, les évêques, les seigneurs, les villes, comme le roi5. L’historiographie a progressivement dépassé le jugement très négatif que, suivant en cela certains contemporains, les historiens, notamment les français et les espagnols, portaient sur le phénomène6. Il est apparu que les modalités mêmes de l’action de gouvernement, fondée comme elle l’était sous l’Ancien Régime sur la recherche du consensus négocié, rendaient extrêmement difficile, voire impossible, la mise en place des grands réseaux administratifs nécessaires à la mobilisation des ressources d’un royaume dans les conditions de souplesse indispensables au fonctionnement fluide des institutions de gouvernement. Le recours au contrat privé, aux règles de fonctionnement de l’entreprise, où l’action des agents est évaluée non pas en fonction de leur capacité à créer du consensus politique mais en termes d’efficacité comptable, permettait de dépasser ce blocage7. Par ailleurs, les détenteurs de la puissance publique comptaient parmi les agents économiques les plus importants du royaume. L’État était, et de loin, le premier consommateur de biens et de services, ainsi que le premier fournisseur de services. L’adossement des flux qu’il générait aux mouvements généraux de l’économie était une nécessité. Seule l’entreprise privée était en mesure de faire l’interface entre les deux mondes. On ne dira jamais assez le rôle qu’elle a joué dans le développement de l’État ; ni combien il est vain d’opposer administration directe et sous-traitance à des entrepreneurs.

  • 8 Rappel obligé, Dessert, 1984.
  • 9 La documentation notariale est largement mise en œuvre, par exemple, dans Aquerreta, 2001 et Aquer (...)

3Si nous avons beaucoup avancé, il reste aussi beaucoup à faire. Nous connaissons encore très mal les réseaux d’agents secondaires mobilisés par les contractants principaux, signataires du premier contrat. Il est inutile d’en chercher la description dans les documents officiels, sauf peut-être par un examen très minutieux des archives comptables. Les liens qui les unissent à la tête de réseau sont de nature privée. On en trouvera trace dans les archives des entreprises, rarement conservées ; dans les archives judiciaires, lorsque un problème d’exécution oblige les acteurs à abattre leurs cartes8 ; plus sûrement dans les archives notariales, car les engagements réciproques, régis par le droit privé, font fréquemment l’objet d’un enregistrement devant notaire9.

  • 10 Notre documentation s’étend de 1680 à 1760. En fait, pour ce qui concerne les contrats passés avec (...)

4Nous avons du mal, par ailleurs, à saisir les liens qui unissaient ces entreprises. L’ampleur des moyens mis en œuvre exigeait qu’elles s’associassent. Les modalités de passation des marchés, par appel d’offre et attribution au mieux disant, les mettaient cependant en concurrence. Ce n’est pas à une entreprise que l’administration avait affaire lors de la négociation, mais à une nébuleuse d’entreprises d’importance diverse, liées par des liens de collaboration et de concurrence. C’est ce dernier aspect que nous entreprenons ici d’éclaircir, en Espagne, pour la fin du XVIIe et le début du XVIIIe siècle10.

La reconstitution des groupes : méthode de travail

  • 11 Hernández Escayola, 1999 et 2000e.
  • 12 Molas Ribalta, 1971.
  • 13 Gómez Zorraquino, 2000.
  • 14 De nombreux exemples dans les travaux de Rafael Torres Sánchez, précédemment cités, ou dans ceux d (...)

5Nous partirons pour l’essentiel des documents concernant l’attribution de marchés par l’État – la catégorie de loin la mieux représentée dans la documentation que nous mettons en œuvre, par des provinces – notre documentation en la matière porte surtout sur la Navarre11 – par des villes – essentiellement Barcelone12 – dans quelques cas, par des seigneurs13. Nous nous limitons strictement à la phase de passation des marchés. C’est une simplification. La configuration des relations d’association et de rivalité à cet instant était en effet toute provisoire. Une fois le marché conclu, les concurrents d’hier savaient souvent s’associer au nom d’un intérêt bien compris pour mener à bien l’entreprise, même lorsqu’ils s’étaient rudement affrontés pour la conquête du contrat14. Ces associations postérieures nous apparaissent cependant contraintes : le nouveau contractant avait besoin des réseaux, du personnel et de l’expérience de l’ancien, qu’il avait supplanté, pour prendre immédiatement le relais. Le concurrent évincé se consolait en participant en position subordonnée à la fortune de son ancien adversaire. La véritable configuration des relations entre groupes économiques s’exprime mieux, à notre sens, à l’étape immédiatement antérieure, où chacun dispose d’une plus large marge de manœuvre dans une situation encore fluide.

  • 15 Principalement AGS, CCGG, legajos 188, 189, 191, 605, 1237 ; AGS, DGT, INV. 24, legajo 1336 ; AGS, (...)
  • 16 Ce n’est pas toujours le cas. Même lorsqu’ils sont conscients de la subtilité des relations en jeu (...)

6Nous avons pour partie consulté nous-mêmes la documentation dans les archives publiques, essentiellement dans la série Contaduría General des Archives Générales de Simancas15. Nous avons aussi largement puisé dans les publications de nos collègues, dans la mesure où l’information qu’ils fournissent permet de retrouver avec une précision suffisante les données dont nous avons besoin16.

  • 17 Dedieu, 2005.
  • 18 Une excellente description, qui est aussi une belle introduction à l’analyse des réseaux, du logic (...)

7L’ensemble des informations recueillies a été chargé dans la base de données Fichoz, dans laquelle le lecteur retrouvera l’information dont nous sommes parti17. Nous en avons extrait toutes les notations décrivant des rapports de nature économique entre les agents mentionnés, que ces agents soient des individus ou des entreprises : soumissionnaires, fondés de pouvoirs, garants, employés... Nous avons ainsi obtenu une liste de 1 335 relations binomiales entre 1 054 acteurs : relations des dirigeants avec l’entreprise dirigée, liens de filiation, de fusion entre entreprises qui se succèdent les unes les autres, rapports de collaboration lors de la passation des marchés (garanties, procurations, etc.) entre entreprises et entre les personnes qui les possèdent ou qu’elles emploient ; rapports de concurrence, sous forme de soumissions rivales aux mêmes contrats. Nous avons traité le tout sous le logiciel Pajek, spécialisé dans l’analyse des réseaux18.

  • 19 Les individus sont représentés par des cercles bleus ; les entreprises par des cercles rouges ; le (...)
  • 20 Cette absence de liaison est évidemment provisoire. Il est probable que la prise en compte d’une i (...)
  • 21 L’analyse des isolés a révélé que un sur dix aurait sans doute été relié à un composant multiple s (...)

8Nous avons résumé l’ensemble des relations d’affaire en relations de coopération (1176) et relations d’opposition (159). Pajek nous a ensuite permis de traduire tout cela en un graphe, où les liens entre entreprises, les liens entre individus et les liens entre entreprises et individus sont visualisés sous forme de traits reliant des sommets qui représentent les acteurs19. La taille des points est proportionnelle au nombre de participations connues dans des contrats. Le résultat est difficilement lisible visuellement. Les instruments d’analyse de Pajek ont permis d’y détecter la présence de plusieurs sous-réseaux (en termes techniques, des composants) non liés les uns aux autres20 et de 225 acteurs isolés21. L’un des composants tranche sur le lot, en regroupant plus de 400 sommets. C’est lui qui fait l’objet de notre analyse détaillée, car c’est en son sein que circulent les traités les plus importants, notamment celui de la fourniture de vivres à l’armée, qui constitue la pièce maîtresse du dispositif des contrats de l’État ; spécialement au cœur de la période concernée, celle pour laquelle notre information est la plus dense, qui coïncide avec la Guerre de Succession.

  • 22 Nous avons dû procéder manuellement à cette opération. Pajek est censé contenir des routines procé (...)

9Nous avons redessiné sur l’écran cette composante centrale en rapprochant les acteurs qui coopèrent et en faisant passer une frontière entre ceux qui s’opposent (figure 1)22. Nous avons ainsi vu se dessiner des groupes composés à la fois d’individus et de personnes morales, définis à la fois par la coordination interne de leur action et par leur opposition en externe à d’autres groupes. Pour faciliter la lecture, nous avons matérialisé ces frontières sur le schéma et attribué à chaque groupe une lettre d’identification. Nous avons saisi de cette façon des configurations complexes mais régies par des règles relativement stables.

10C’est une première approche de cette géographie que nous présentons ici, à un moment où le recours à l’entreprise privé atteint sans doute un sommet dans l’histoire de la Monarchie espagnole. Notre commentaire prend en compte cette dimension temporelle et dessine en fait une chrono-topologie.

Fig. I. Schéma général des relations d’affaires parmi les traitants avec la monarchie – env. 1690 – env. 1730. Composante principale du réseau.

Géographie des groupes de financiers

Groupe A. Les Cortizos

11La Maison Cortizos occupe le centre de ce secteur du réseau (point rouge, (Aa). Elle est entourée de ses propriétaires successifs : Manuel Cortizos Villasante le Vieux, mort en 1650 (Ab), son neveu et successeur, Sébastien (mort en 1672), le successeur de ce dernier, Manuel José, mort en 1689. La Maison fut le principal traitant de la Monarchie à la fin du règne de Philippe IV (1621-1665). Son crédit fut progressivement érodé par les retards de paiement du roi et elle fut placée en concours de créancier en 1679. Elle finit par être expulsée du domaine des contrats d’État par la Maison Tourlon (Ae), un Hollandais établi à Bilbao. Tourlon passa en 1702 au parti de l’archiduc et émigra à Lisbonne. Le graphe des Cortizos met en relief la rupture introduite dans le monde des traitants à la fin du règne de Charles II (1665-1700) et au début de celui de Philippe V (1700-1746), sur laquelle l’historiographie a déjà attiré l’attention : elle se traduit ici par le fait que les relations des Maisons qui relèvent du bloc (A) avec leurs successeurs chronologiques immédiats, le groupe Montesinos (B) sont négatives. Remarquable aussi la concentration d’acteurs centrée sur Manuel Cortizos el Viejo (Ab). Elle matérialise son réseau de correspondants locaux qui couvre toute la géographie de l’Espagne. Nous verrons réapparaître de telles couronnes de collaborateurs. Nous reviendrons sur ce trait en conclusion.

Groupe B. Maison Montesinos

12La documentation dont nous disposons la présente comme isolée, sans alliés apparents. Ce pourrait bien être l’une des causes de sa chute. Fondée par Fernando (Ba), un judéo-convers portugais, elle obtint plusieurs contrats de l’État dans la première moitié du XVIIe siècle. Elle survécut à l’exil de son fondateur, poursuivi par l’inquisition. Lui succédèrent ses deux fils (Bb et Bc), puis son petit-fils, Diego Felipe (Bd), qui avait constitué à la fin des années 1690 un empire financier en Andalousie. Il était chargé de l’administration des salines de la province (outre celles de Galice), des alcabalas de Séville, de Ronda, de Cordoue et de Gibraltar. La Maison fut alors littéralement expulsée du service de l’État par une coalition de ses concurrents. Dépouillée en 1693 des salines d’Andalousie par Juan Montero Concha (Dd), sans doute prête-nom de la Maison du marquis de Santiago, puis des salines de Galice par Hubrechtz (Fb), le coup de grâce lui fut porté par le comte de Buenavista (C).

Groupe C. Comte de Buenavista

13José Guerrero Chavarino (Ca), échevin d’Antequera, s’était spécialisé dans l’approvisionnement de la place de Ceuta. Les services rendus dans cette entreprise lui valurent le titre de comte de Buenavista, et à son frère celui de marquis de Cela. Il agit toujours en étroite association avec Gabriel Campos (Cb), qui possédait sa propre maison de commerce. En 1693, sans doute financé par ce dernier, il surenchérit du quart contre les Montesinos (B) pour le contrat d’approvisionnement de la forteresse de Gibraltar. En 1696, toujours avec des capitaux de Campos, il surenchérit du quart, en cours de contrat, sur Montesinos pour les demi-centimes de Gelves, les alcabalas de Séville, de Cordoue, de Gibraltar et de Ronda. En 1697, à la mort de Guerrero, Campos prit la direction de l’affaire. Il continua dans la même spécialisation andalouse. En 1706, il passa à l’archiduc. La maison fut placée par Philippe V sous l’administration de Diego Romero Terrazas. Elle était encore active, sur un mode mineur, au milieu des années 1720.

Groupe Aldaz (K)

14Il gravite autour de José Aldaz, vicomte de la Armería (1694) et marquis de Monte Real (1705), propriétaire de la fabrique de munitions d’Eugui. Il fut titulaire à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle de plusieurs contrats pour la fourniture d’armes. L’un d’eux l’opposa au marquis de Valdeolmos (M).

Le groupe du marquis de Santiago (D)23

  • 23 Pour plus de détails, voir l’article de Carmen Sanz Ayán que l’on trouvera dans ce livre.
  • 24 Castro, 2004, p. 182.

15Francisco Rodríguez de los Ríos était un traitant actif à la fin du XVIIe siècle. Lié aux adversaires des Montesinos, il passa au premier plan à l’accession de Philippe V. Ferme partisan de la nouvelle dynastie, il fut chargé du contrat – vital – de l’approvisionnement général de l’armée de Castille lors de la faillite de Manuel López Castro (Oa), qui l’avait imprudemment assumé (1704). La ferme des salines d’Atienza et celle de la bulle de la croisade suivirent, comme garantie. Il fallut exercer sur lui de fortes pressions pour qu’il accepte d’assumer de telles responsabilités. Le titre de marquis de Santiago (1706) en fut la récompense. Sa quasi faillite fin 1707 fut sur le point de priver Philippe d’armée. Il fallut improviser une « administration des vivres » adossée à une compagnie formée par la participation forcée des principales « personnes riches » de Madrid (Ib)24. Cette faillite ouvrit la route au groupe Flon (F), et plus tard aux Goyeneche (N).

Le groupe andalous (E)

16Blas Cea Merino (Ea), né à Malaga en 1652, chargé de l’approvisionnement des présides d’Afrique de 1701 à 1709, et son compère Lucás Román Castro (Eb), obtinrent en 1701 la ferme de toutes les salines d’Andalousie. Dès 1702 ils avaient fait une faillite retentissante.

Le groupe Flon – Hubrechtz (F)

17Humberto Hubrechtz (Fa) était né en Zélande au milieu du XVIIe siècle. Marié à une Française, il s’installa en Espagne, où il se livrait au commerce de la laine. Il prit à ferme, dans les années 1690, d’importants impôts (millions de Cuenca, salines de Galice entre autres). Il continua sous Philippe V (millions de Cuenca, estafettes et postes, approvisionnement en mèche à canon). Il devint en outre facteur général en Espagne de la Compagnie française de la traite des nègres. Il agissait souvent sous couvert de ses deux prête-nom, Isaac Obsterland (Fc) et Bartolomé Flon (Fa). Ce dernier lui succéda dans la direction de ses affaires à sa mort en 1709. Flon fut alors, pour un bref laps de temps, le principal banquier de la Monarchie : en 1710, par exemple, il lui avança d’un coup 50 000 000 de réaux. Louis XIV reconnut ses services en lui offrant une chaîne d’or, et Philippe V en le faisant comte de la Cadena. Flon se retira alors des affaires de premier plan. Son fils Jacobo continua au service de l’État, non plus comme traitant mais comme directeur du monopole du tabac pour le compte du Trésor, de 1711 à 1738.

18Le graphe contient un trait intéressant : la grappe formée autour du marquis de Castelldosrius (Fd), vice-roi du Pérou. Elle reflète une grosse opération financière au cours de laquelle, en 1708, ce dernier emprunta 250 000 pesos au clergé et au commerce de Lima pour le compte du roi, mais sur son crédit personnel. Ceci montre que les banquiers n’étaient pas les seuls intermédiaires entre l’État et les capitaux privés. De telles opérations, montées par des particuliers, étaient sans doute plus fréquentes qu’on ne le croit. Elles laissent peu de traces dans les archives d’État. Il n’est pas exceptionnel cependant d’en trouver mention dans les relations de mérites. Castelldosrius était lié à Flon et Hubrechtz, qui lui avancèrent l’argent nécessaire à son entretien et à celui de sa suite pendant qu’il attendait à Séville un navire pour rejoindre sa vice-royauté.

Le groupe français (G)

  • 25 Dubet, 2008.

19Sous la protection de Jean Orry (Ga), ce groupe, à l’instar du précédent, était très lié à la France. Il comprenait les financiers français Duplessis (Gb) et Milhau (Gc). Orry ne fut personnellement titulaire d’aucun contrat en Espagne, bien qu’il ait auparavant fait une belle carrière de traitant en France25. Jean Baptiste Duplessis fut l’un des principaux pourvoyeurs de l’armée royale en poudre et mèche pendant la Guerre de succession, sans préjudice de notables livraisons de farine. Ses affaires étaient intimement liées à celles d’Onorato Leotardi (Gd) qui, outre ses contrats personnels, fut directeur de l’Administration de l’approvisionnement des troupes pour le compte du roi dans les derniers mois de 1710. C’est cet organisme que finançaient les cinquante millions avancés par Flon. Par Leotardi, le groupe est lié à Antoine Sartine (Ge), un marchand lyonnais qui, à partir de 1711 et en association avec lui, se chargea de la fourniture des vivres à l’armée de Catalogne. Ils jouissaient en garantie de la ferme des rentes royales d’Avila, de Galice et de Tolède, affermées à Francisco Baez Arboleda (Gf), dont Leotardi était caution.

20Le groupe Orry se heurta au groupe Goyeneche pour le contrat de fourniture des vivres de 1713, qui lui échappa. La ferme des rentes royales et des millions de la province de Ségovie, dans laquelle Leotardi cautionnait le titulaire, José Zurbano, constitua un lot de consolation. Le groupe se volatilisa a la chute d’Orry, en 1715. Sartine fit postérieurement une brillante carrière, mais dans l’administration royale et non dans les affaires.

Groupe López Castro (O)

21La compagnie de Manuel López Castro (Oa) tenta un grand coup à la fin de l’année 1703. Par Francisco de Miranda (Ob) et Antonio Correa (Oc), elle prit à sa charge la fourniture des vivres pour les armées de toute l’Espagne jusqu’en 1709 moyennant cession de la ferme du tabac. Le résultat fut catastrophique : faillite du traitant en quelques mois et annulation du contrat. Nous avons vu comment le marquis de Santiago dut prendre le relais. Miranda (Ob) se rallia aux Goyeneche : il leur est associé dans la première tentative qu’ils firent pour enlever au groupe Orry-Sartine la fourniture des vivres aux armées. López Castro était probablement lié à Juan de Dios González de los Ríos, marquis de Campoflorido (Od), un marchand madrilène qui signa plusieurs traités tout en menant une belle carrière au sein de l’administration des finances et qui formait un pont entre le roi et le monde des affaires. Il était aussi lié à la maison Baez Eminente (Oe), spécialisée dans la ferme des impôts royaux d’Andalousie.

Groupe Juan Márquez Cardoso (H)

22Juan Márquez Cardoso (Ha) était fondé de pouvoir de la Maison Domingo Sánchez Aguiar, spécialisée dans la ferme des revenus royaux en Andalousie, à Cadix et aux Canaries. En 1708, il prit la direction de l’entreprise et étendit ses affaires à l’ensemble de la péninsule. En 1711, il affronta les Goyeneche pour le contrat de la fourniture générale des vivres à l’armée. Ceux-ci le firent dénoncer à l’inquisition comme judaïsant. Il disparaît par la suite de notre documentation.

Groupe Prieto Haedo (I)

23Juan Prieto Haedo (Ia) joua un certain rôle dans les contrats d’État au début du XVIIIe siècle, soit personnellement, soit par l’intermédiaire de prête-noms, Juan de los Heros, Pedro de Undona, entre autres. Il fut en 1708 directeur de la Compagnie de vivres à participation forcée (Ib) à laquelle nous avons fait allusion plus haut. En 1715 il souffla aux Goyeneche la fourniture des galères, mais mourut peu après en ne laissant que des enfants mineurs. Nous ne savons ce qu’il advint de son entreprise.

Groupe Urban Ruiz Velarde (J)

24Il apparaît en 1714 dans notre documentation. Ruiz Velarde (Ja) surenchérit alors pour la ferme des rentes royales et des millions du royaume de Murcie contre Juan Serrano, un allié de Prieto Haedo. Il obtint dans les années 1720 le contrôle du monopole du tabac en Catalogne, par l’intermédiaire de son affidé Manuel Uribarri, dont il était caution, et, personnellement, la ferme des rentes provinciales du royaume de Grenade. Il signa aussi d’importants contrats de fourniture à l’armée de Catalogne et même, brièvement, la fourniture générale des vivres de l’armée (1727). Sur ce point, il se heurta aux Goyeneche. Il mourut en 1730. Nous ne savons ce qu’il advint de son entreprise.

Groupe Blanco Varela (L)

25La Maison d’Andrés Blanco Varela (La), appuyé sur un bon réseau d’alliés et de prête noms, conserva jusqu’à sa faillite en 1732 la ferme des rentes provinciales d’Estrémadure et des siete rentillas. Elle tenta de s’introduire dans les fermes des salines et du monopole de l’eau-de-vie. Elle fut attaquée en 1727 par Miguel Arizcun Mendinueta (Pe), qui appartenait à la constellation Goyeneche.

Groupe Valdeolmos (M)

26La Maison du marquis de Valdeolmos fut l’un des traitants les plus importants de la seconde moitié du XVIIe siècle. Fondée par Pedro Aguerri (Ma), un Basque français, elle obtint plusieurs contrats pour l’approvisionnement de l’armée de Galice. À la mort du fondateur, en 1663, son frère José (Mb) en prit la direction. Il multiplia les contrats de fourniture de fonds pour les Flandres et de vivres pour les armées du nord de l’Espagne. La Maison joua un rôle central dans la résistance qu’opposèrent les troupes espagnoles à Louis XIV dans la Guerre de Neuf ans. Son directeur y gagna le titre de marquis. Il mourut en 1697. L’entreprise était très liée à celle de Pedro Pomar (Mc), qui se consacrait à des affaires similaires. Dans les années 1670 elle s’était fréquemment associée à la Maison Francisco Solerana (Md). Cristóbal Aguerri hérita de cet impressionnant conglomérat en 1698. En 1704 il traversait de graves difficultés et devait avoir recours à l’aide de Eugenio Miranda Gamboa (Me) pour l’exécution d’un contrat d’approvisionnement de la place de Gibraltar. En 1707, l’entreprise était confiée à la gestion de Pedro López Ortega (Nb), lui-même lié aux Goyeneche. Elle conserva son autonomie de façade, mais fut désormais contrôlée par ces derniers.

Le groupe Goyeneche (N)

  • 26 En particulier Aquerreta, 2001.
  • 27 En 1799 les quatre jeux furent refondus en un seul sur la base des provinces des rentes provincial (...)
  • 28 Les juros étaient des rentes délivrées par le roi « dont les annuités sont assignées sur une recet (...)

27Arrivé à ce point, le lecteur ne saurait douter du rôle structurant de la Maison Goyeneche dans le monde financier au début du XVIIIe siècle. Bien des histoires d’entreprise s’achevèrent à la première rencontre avec elle. Il existe sur le groupe Goyeneche de nombreuses études qui nous permettront d’être bref26. C’est Juan Goyeneche Gastón (Na) qui introduisit la Maison dans le monde des grandes affaires avec l’État. Il profita de la perte de dynamisme des entreprises qui jusque-là occupaient le marché et que la guerre avait profondément usées, comme nous avons pu le constater. Le groupe Orry-Sartine tentait de profiter de la même opportunité. Goyeneche avait sans doute l’avantage d’être espagnol : sujet du roi, il pouvait mieux être tenu en main. Son accession coïncide par ailleurs avec une réorganisation en profondeur du système de perception des impôts en Castille, réforme qui repose entièrement sur les compagnies fermières et qui avait été proposée dès 1702 par Orry lui-même. On regroupe les principaux revenus du roi en quatre chapitres, en fonction du mode de perception : tout ce qui se perçoit par abonnement d’un coté (rentes provinciales) ; tout ce qui se perçoit sur la circulation des marchandises de l’autre (rentes générales) ; les deux monopoles du tabac et du sel. Les impôts ecclésiastiques et quelques revenus annexes restent seuls à part. Pour chacun des quatre grands chapitres le territoire est divisé en un seul jeu d’une vingtaine de circonscriptions géographiquement homogènes. C’est une simplification radicale par rapport à la situation antérieure où chaque taxe particulière faisait l’objet d’une division propre. On passe d’un millier de districts à moins d’une centaine. Le contrôle devient ainsi plus facile et la centralisation du système s’accroit considérablement. L’originalité de la réforme réside dans le fait que rien n’est changé à la réglementation antérieure. La réorganisation se fait par redistribution des contrats d’affermage entre un nombre restreint de compagnies fermières de telle sorte que le territoire et les taxes placés sous la responsabilité de chacune correspondent géographiquement et thématiquement à un élément de la nouvelle organisation. Parmi les quatre jeux de circonscriptions, celui des rentes provinciales prit la prépondérance et l’agent de l’État chargé de sa surveillance, l’intendant, le rôle de factotum local du pouvoir central. Ce dernier fut amené à couler systématiquement son action dans ce cadre, créant ainsi dans la pratique le concept de « province »27. L’entreprise privée sous contrat a donc joué un rôle décisif dans la centralisation de l’État. On comprend que celui-ci ait tenu à bien contrôler ses partenaires. Outre la position dominante concédée au groupe Goyeneche, on note une stabilisation des compagnies fermières qui, en nombre réduit, se partagent désormais le marché. Elles retrouvent une durée dans le temps qu’elles avaient perdue depuis la fin du XVIIe siècle. Juan Goyeneche prit à ferme personnellement, en 1714, les rentes provinciales de Burgos, Valladolid, Cuenca, Grenade, León et Guadalajara. Nous avons vu comment il prit le contrôle de la Maison du marquis de Valdeolmos (M), de la Maison du marquis de Santiago et probablement de celle de Baez Eminente. Son neveu Juan Goyeneche Irigoyen, marquis de Ugena (Mc), lui succéda aux affaires. Il prit la direction du monopole du tabac (1741) et mourut majordome du roi en 1744. Bien qu’il cesse d’apparaître personnellement dans les documents relatifs aux contrats, il continua ses affaires par l’intermédiaire de prête-noms, tel Alejandro Navarte, son futur exécuteur testamentaire, payeur général des juros28, Juan de Orobia, administrateur de son entreprise, Juan de Ugarte ou Francisco del Valle, autre exécuteur testamentaire, qui prit à ferme les rentes provinciales de Cordoue.

Groupe Iturralde (P)

  • 29 AHN, Hacienda, libro 7934.

28Juan de Iturralde (Pa) est une créature de Juan Goyeneche Gastón. Plus jeune, mais né comme lui dans le Valle de Baztán, il passa à Madrid sous son aile. Ils conservèrent une étroite relation personnelle toute leur vie. Il fonda sa propre entreprise, qui n’agit en matière de contrats d’État que de manière épisodique, et toujours comme un satellite des Goyeneche. En 1713, il leur est associé dans le contrat de la fourniture des vivres à l’armée qui marque leur avènement définitif. À la fin de sa vie, entre 1745 et 1755, Juan Iturralde était caution de Francisco Huarte Inda, un compatriote, dans le contrat d’approvisionnement des Présides d’Afrique. Il cautionnait auparavant son prédécesseur, Pedro Astrearena. Il est lié par des participations communes à Francisco Mendinueta Hualde (Pd), un autre Navarrais, qui assuma de façon permanente la fourniture des vivres à toutes les armées d’Espagne de 1744 à 1763. Il est lié aussi à Miguel de Arizcun (Pe), encore un compatriote, qui devint en 1741 marquis d’Iturvieta, personnage à l’activité multiple, fermier des impôts royaux (rentes provinciales de Galice), receveur du produit des ventes d’offices29, payeur général de juros. Il céda en 1742 la ferme des rentes provinciales de Galice à Agustín Garro, originaire du Valle de Baztán lui aussi, son associé dans diverses affaires.

Groupe Soraburu (Q)

  • 30 Jean Orry à José Grimaldo, Paris, 30/11/1716, AHN, E, leg. 3556.

29José Soraburu (Qa) était un marchand de Pampelune qui passa de nombreux contrats d’affermage des revenus de l’évêché de la ville. Pendant la Guerre de Succession il fit quelques incursions dans les affaires nationales, assumant le ravitaillement de troupes françaises de passage en Navarre, de la place de Pampelune et de la cour lors du voyage du roi en Aragon en 1711. Il avait la réputation d’être une créature d’Orry, avec qui il conserva des relations jusqu’à sa mort en 171630. Dans certains de ses contrats, il fut cependant soutenu par les Goyeneche. En 1714, il collabora à la grande réforme de la perception fiscale en prenant à ferme les rentes provinciales de Soria. Il fait partie de réseaux financiers régionaux, fortement structurés (Juan Beunza (Qd), Martín de Michelena (Qc)) qui se consacraient pour l’essentiel à la perception des revenus du clergé et de la noblesse locale, mais qui s’inséraient à l’occasion par l’intermédiaire des grandes entreprises précédemment décrites dans des ensembles nationaux.

Conclusions

30Au terme de ce survol nous pouvons émettre quelques conclusions d’ensemble.

  • 31 Rappelons que cette conclusion serait moins vraie si nous prenions en compte les accords passés ap (...)

311) Un vision globale du monde de traitants, fondée uniquement sur les relations de coopération et d’opposition entre les entreprises au moment de la signature des contrats, donne une image cohérente du point de vue de la logique relationnelle. La capacité de voir émerger des groupes sous forme de grappes (« clusterability ») dans un corpus aussi étendu est impressionnante. Il est rare, dans l’état actuel de notre documentation, que nous ayons trace de relations de signe contradictoire (à la fois coopération et concurrence) au sein d’une même paire d’acteurs31. Cela signifie que ce monde est structuré par une logique factuelle qui lui impose des règles prévisibles, au-delà de la volonté des gouvernants de favoriser tel ou tel et de l’instabilité que l’on pourrait attendre d’un univers social à ce point lié au politique et à l’argent, domaines de l’opportunité et de la prise brutale de l’intérêt immédiat. Le monde financier, à l’inverse de ce que l’on attendait, est organisé sur la base de groupes relativement stables d’entreprises, liées par des liens de coopération et de concurrence non moins stables. Les attitudes ambigües, telle celle de Soraburu entre Orry et Goyeneche, sont rares.

322) à la réflexion, une telle stabilité n’a rien de surprenant. Participer aux grandes affaires nationales exige ressources et prise de risque à un niveau qui dépasse les capacités d’une entreprise isolée. Le traitant n’est pas seulement en butte aux retards de paiement de l’État, aux variations du cours du blé et de l’avoine, aux hasards de la guerre et de la paix ; il l’est aussi à la concurrence de ses confrères, qui à tout instant peuvent lui souffler un contrat en cours d’exécution par surenchère du cinquième. Ce marché est extrêmement concurrentiel, voire instable, lorsqu’il est rentable. Malheur à l’isolé ! La mésaventure de la Maison Montesinos, déchue en quelques années de sa position dominante par les attaques de ses concurrents, parle d’elle-même. Toute entreprise a besoin de l’appui de plus puissant qu’elle, susceptible de l’appuyer de son crédit et de ses capitaux en cas de besoin, de sauvegarder les restes du naufrage en cas de faillite. La logique du traité est une logique de groupe.

333) Cette dialectique de concurrence et de coopération est arbitrée par le politique, tant pour ce qui est des contrats d’État que des contrats passés avec villes et seigneurs. Nous nous en tiendrons ici à l’État. En fin de compte, c’est lui qui décide à qui vont ses contrats et il joue de la concurrence entre les entreprises. Encore faut-il qu’elle existe. Ce n’est pas le cas dans les temps difficiles. Pendant la Guerre de Succession, le roi dut faire avec ce qu’il trouvait : les traitants lui claquaient entre les doigts les uns après les autres. De même, il est des contraintes réglementaires : lorsqu’une entreprise propose une surenchère importante, il est légalement difficile de la rejeter. Il n’en reste pas moins qu’en dehors des moments de tension les plus extrêmes (1703-1711), l’État est en position d’arbitre entre les groupes. Pour comprendre le contexte dans lequel s’exerce cet arbitrage, il faut garder à l’esprit l’ampleur des enjeux. D’un traitant peut dépendre la survie de l’État. Le choix malheureux de López Castro pour l’approvisionnement de l’armée faillit coûter le trône à Philippe V. De telles considérations ont dû constituer un frein très sérieux aux fantaisies de l’arbitraire et aux jeux de la faveur personnelle. L’efficacité démontrée était sans doute le premier des facteurs pris en compte. L’appui personnel du roi à Goyeneche est évident ; tout autant que les amitiés dont celui-ci jouissait dans les cercles les plus élevés. Sa faveur n’était cependant pas totalement intuitu personae. Il arrivait bien accompagné, et doté d’une solide expérience des affaires, fort aussi de sa volonté de collaborer à une politique dont il partageait sans doute les objectifs.

  • 32 Cette contradiction a été développée avec force par Rafael Torres Sánchez.

344) Il est probable que la capacité du roi à jouer de la concurrence s’affaiblit au XVIIIe siècle. La stabilisation des grandes compagnies fermières qu’encourage la monarchie génère un effet de monopole qui empêche la montée en puissance de concurrents éventuels dotés de la taille critique, du savoir-faire et des réseaux nationaux nécessaires à la prise en main des affaires du roi. La nationalisation, au milieu du XVIIIe siècle, des grandes compagnies fermières, ce qui revient à l’établissement d’un monopole d’État sur la perception des impôts, accentuera encore cette tendance. Cette réduction de la concurrence affaiblit bien évidemment la position de la monarchie. Elle est cependant, et en même temps, l’un des symptômes les plus nets de son renforcement32.

355) La durée de vie des entreprises au service de l’État est limitée. Elles s’usent nécessairement, et souvent rapidement. Les plus durables ne tiennent pas plus d’une quarantaine d’années. C’est leur rôle. Leur résistance à l’attrition est le premier service qu’elles apportent à l’État ; autrement dit, leur crédit, pour sauvegarder celui du roi en dépit des ses constants retards de paiement. Jusqu’à ce, que, leur crédibilité épuisée, elles ne soient remplacées par d’autres entreprises, plus fraîches.

  • 33 Sanz Ayán, 2001.

366) Pour établir une entreprise susceptible de rendre à l’État de tels services d’intermédiation, il fallait disposer de capitaux, de crédits et d’alliés. Il fallait aussi une équipe de collaborateurs proches. Tout d’abord des agents locaux maillant le territoire. Les entreprises que nous étudions, au contraire des banquiers du XIXe siècle, ne se contentent pas de rendre des services financiers. Elles assument la fourniture de biens et de services à la demande, en tout point d’un territoire, de façon souple et immédiate. Elles doivent être à la tête d’un réseau qui maille efficacement celui-ci : contrairement au XIXe siècle, une maison de seconde zone ne peut pas s’improviser traitant. Il faut aussi disposer d’employés en qui déléguer la signature et les risques juridiques. Ce monde est si dangereux et incertain que les véritables responsables se dissimulent presque systématiquement derrière des prête-noms. Le cas le plus spectaculaire reste celui de Flon qui déclara un jour, sans que personne ne semblât s’en émouvoir, que toutes les affaires placées à son nom appartenaient en fait à Hubrechtz, son défunt patron33.

377) Bien que fondée sur une documentation partielle, la vision d’ensemble que nous prenons, si elle ne bouleverse pas nos connaissances, donne à l’histoire des contrats d’État sur les cinquante ans que nous embrassons une cohérence qu’elle n’avait peut-être pas jusqu’ici. Résumons à grands traits.

38La Guerre de succession a usé avec une rapidité inhabituelle les entreprises contractantes. Les maisons les plus anciennes s’effondrèrent l’une après l’autre, où passèrent au parti du prétendant autrichien. L’État fut obligé d’assumer en administration directe une partie des services qu’il avait coutume de sous-traiter. La création de la Compagnie des vivres de 1708 en est l’exemple le plus spectaculaire. Pour cela, le roi s’appuya sur des hommes d’affaires – ils avaient seuls l’expérience nécessaire –, des hommes d’affaires qui n’agissaient plus au nom de leur entreprise mais au nom de la monarchie, pour le compte et aux risques de celle-ci, soit comme facteurs, soit comme directeurs de régies. Flon presque certainement, Campoflorido et Juan Prieto Haedo certainement, relèvent de cette catégorie. Lorsque ressuscita l’offre d’intermédiation, l’expérience avait changé le regard du personnel politique. Il avait pris conscience à la fois de l’importance vitale des services qu’elle offrait, de sa formidable capacité structurante, peut-être aussi du fait que ces affaires n’étaient pas d’une telle complexité qu’il ne puisse les dominer. D’où la réforme de 1713-1714 et les contrats postérieurs, plus réguliers, en nombre limité, passés avec des entreprises plus stables, et de plus en plus contrôlées ; simplification qui finit par générer une routine qui déboucha en 1749 sur la création d’une véritable administration des finances chargée de la gestion directe des revenus de l’État, par nationalisation de fait des entreprises fermières.

39La Guerre ouvrit la voie à des nouveaux venus. En premier lieu, le groupe de Bilbao, autour de Flon, que nous connaissons malheureusement mal. Ensuite la tentative du groupe français, d’Orry et Sartine. Goyeneche et ses Navarrais, enfin.

408) Le système des traités joue un rôle capital dans la structuration économique du territoire. Nous n’insisterons pas sur le fait qu’une origine géographique commune constitue le fondement des collaborations les plus stables dans le monde des affaires. Nous tenons surtout à attirer l’attention sur le fait que les grandes entreprises d’importance nationale ne sont pas seules actives dans le monde des fermes et contrats de fourniture. Il existe aussi des réseaux régionaux, fortement structurés, à la fois commerciaux, industriels, mais aussi chargés de la ferme des revenus des puissants de l’endroit, de l’évêque aux seigneurs en passant par les chapitres. Nous en avons vu quelques exemples. Nous en avons détecté beaucoup d’autres que nous taisons ici, car leur description aurait donné à notre travail une extension incompatible avec sa nature. Or ces groupes régionaux prennent part aux affaires nationales en servant de relais locaux aux groupes nationaux. La couche des entreprises régionales alimente de même la couche nationale, certains entrepreneurs faisant le saut de l’une à l’autre. Se met donc en place, par le biais du contrat d’État, un élément puissant de coordination nationale des affaires qui oblige à nuancer l’idée, parfois trop rapidement admise, d’un fractionnement irrémédiable de l’espace économique espagnol.

Notes

1 Ce travail s’inscrit dans le cadre de l’Action intégrée France-Espagne PICASSO no 9699, « Monarquía y movilidad social » et du Projet ECOS-Sud/ECOS-Nord, « Fiscalité et changement institutionnel dans le monde hispanique (fin XVIIIe-milieu XIXe siècle) » no A06H03 (dir. Zacarias Moutoukias).

2 Référence obligée à Carande, 1967. Ce travail, en son temps pionnier, a dominé le champ historiographique de manière sans doute exagérée, comme une référence commode qui dispensait de recherches plus approfondies dans un domaine qui, pour bien des historiens, conserve jusqu’à aujourd’hui un caractère sulfureux : il brouille en effet la distinction si commode entre sphère publique et sphère privée qui est l’une des conventions fondamentales sur lesquelles repose notre système social. Les travaux de Carande, centrés sur le XVIe siècle, ont été développés chronologiquement par Antonio Domínguez Ortiz et Felipe Ruiz Martín pour la première moitié du XVIIe siècle (Ruiz Martín, 1990 ; Domínguez Ortiz, 1960) ; et par Carmen Sanz, dans les travaux de laquelle nous avons largement puisé, pour la seconde moitié (Sanz Ayán, 1988, 2004b et 2006), sans parler des nombreuses monographies sur des entreprises particulières.

3 Pionnier en ce domaine dans l’historiographie espagnole, Ian A. A. Thompson (Thompson, 1976), dont le livre fut accueilli avec passion. Plus récemment, les travaux de Rafael Sánchez Torres, qui montrent que non seulement le recours à l’entreprise ne se limitait pas à la fourniture de services financiers, mais encore qu’il conserva toute son importance au XVIIIe siècle. Voir, entre autres, Torres Sánchez, 2002a et 2002b.

4 Les travaux récents de Francisco Andújar (Andújar Castillo, 2004b et 2008) marquent sans doute la généralisation ultime dans le domaine de l’étude du recours au privé par l’État, en montrant comment celui-ci délégua massivement au privé jusque, et y compris, dans le recrutement de l’armée. Toutes les conséquences historiographiques de ces travaux sont loin d’avoir été tirées, y compris par l’auteur qui reste dominé par une vision systématiquement négative de la collusion entre l’État et la sphère privée. Dans la même ligne, Gómez González, 2000.

5 C’est à l’Université de Navarre que s’est faite de la manière la plus franche cette extension, notamment par les travaux de María Concepción Hernández (Hernández Escayola, 2000a et b). Pour les maisons nobles, Gómez Zorraquino, 2000. Sur le cas des comtes d’Aranda, Aragón Mateos, 2000.

6 Un bel exemple de la façon dont ce genre de blocage peut perturber la meilleure recherche dans Madrazo, 2000, dont le récit, minutieux et matériellement fort exact, d’une affaire importante dans la mise en place de la Trésorerie générale, est gâché par une interprétation systématique en termes de délit de pratiques normales dans l’administration d’Ancien Régime. On ne redira jamais assez comment la rupture politique intervenue au début du XIXe siècle a changé les règles du jeu en matière d’administration publique, et combien il est dangereux d’interpréter le passé à la lumière des règles d’aujourd’hui.

7 Un bel exemple de la façon dont le recours à l’entreprise privée permet de surmonter des blocages politiques dans Tracy, 2002, où l’on voit, entre autres, comment la banque internationale permet le financement de la campagne de Mühlberg par le trésor d’Atahualpa en servant d’intermédiaire entre les Finances des différents royaumes de Charles Quint, qui n’étaient pas censées communiquer. Nous montrerons plus bas comment la réforme de la fiscalité castillane au début du XVIIIe siècle, transformation d’une importance capitale pour l’avenir de la Monarchie, eût été inconcevable sans un détour par le droit privé.

8 Rappel obligé, Dessert, 1984.

9 La documentation notariale est largement mise en œuvre, par exemple, dans Aquerreta, 2001 et Aquerreta éd., 2002 avec des résultats très prometteurs. Il est cependant possible d’aller plus loin dans l’analyse des réseaux financiers impliqués, comme le montrent des exemples isolés surgis au hasard d’autres recherches. Où l’on voit par exemple un commerçant d’Albacete, à la fin du XVIIIe siècle, arrondir ses affaires en prenant à ferme la fourniture des vivres aux troupes éventuellement de passage à Albacete, au nom et pour le compte d’un entrepreneur qui s’est chargé des mêmes fournitures pour l’ensemble du royaume du Murcie par contrat passé avec les Cinco Gremios (les cinq corps de métiers réunis) de Madrid, chargés eux-mêmes par traité (asiento) avec le roi de la fourniture des vivres dans l’Espagne entière (Gómez Carrasco, 2007). Ces cascades de contrats sont essentielles à la compréhension du système, car elles permettent la mobilisation non seulement des moyens du contractant principal, mais encore d’une chaîne d’acteurs économiques jusqu’au plus bas niveau. L’asentista, plus que fournisseur de capitaux propres, est un intermédiaire qui oriente au service du roi des moyens préexistants.

10 Notre documentation s’étend de 1680 à 1760. En fait, pour ce qui concerne les contrats passés avec l’État, elle porte surtout sur la période 1690-1720. Pour les contrats passés avec les provinces, les villes et les seigneurs, elle concerne toute la première moitié du XVIIIe siècle.

11 Hernández Escayola, 1999 et 2000e.

12 Molas Ribalta, 1971.

13 Gómez Zorraquino, 2000.

14 De nombreux exemples dans les travaux de Rafael Torres Sánchez, précédemment cités, ou dans ceux de María Concepción Hernández Escayola.

15 Principalement AGS, CCGG, legajos 188, 189, 191, 605, 1237 ; AGS, DGT, INV. 24, legajo 1336 ; AGS, DGT, INV. 25, legajo 14 ; AGS, Marina, legajo 786.

16 Ce n’est pas toujours le cas. Même lorsqu’ils sont conscients de la subtilité des relations en jeu (Aquerreta, Torres Sánchez, Hernández Escayola, notamment), leur objectif ne les oblige pas nécessairement à la prendre en compte dans toute son extension et ils opèrent lors de la publication des simplifications qui rendent difficilement utilisables leurs travaux dans le but que nous poursuivons. Seuls des relevés effectués dans des bases de données détaillées ultérieurement mises à disposition de la communauté scientifique permettent de pallier ce problème.

17 Dedieu, 2005.

18 Une excellente description, qui est aussi une belle introduction à l’analyse des réseaux, du logiciel libre Pajek, dans De Nooy, Mrvar et Batagelj, 2005. À compléter avec Degenne, Forsé, 1994, ou Wasserman, 1994.

19 Les individus sont représentés par des cercles bleus ; les entreprises par des cercles rouges ; les liens de coopération par des lignes bleues ; les liens d’opposition par des lignes rouges. Mêler entreprises et acteurs sur un même graphe permet de surmonter la difficulté induite par le fait que les contrats les signe, ce qui rend souvent difficile l’identification de l’entreprise concernée à la seule vue des pièces administratives. Sur le graphe, le signataire apparaît immédiatement lié à l’entreprise correspondante, même si ce lien n’est connu que par une documentation autre que celle contenue dans le dossier de la passation du marché. Il en va de même des relations entre entreprises induites la co-présence d’agents de direction ainsi que par les fusions ou prises de contrôle. Il est normal que la même lettre apparaisse plusieurs fois dans le même bloc, une fois en bleu, une fois en rouge, quand il s’agit d’une maison (rouge) et de son dirigeant unique (bleu). Il se peut que la série des lettres ne soit pas continue, le tableau que je présente étant simplifié.

20 Cette absence de liaison est évidemment provisoire. Il est probable que la prise en compte d’une information plus étendue relierait ces composants indépendants en un tout unique. Il est raisonnable de penser que cela ne changerait rien de fondamental au résultat de notre analyse, l’information sur laquelle nous travaillons étant suffisamment ample pour que ces nouvelles liaisons conservent une position subordonnée par rapport à ce que nous percevons et cette absence de lien ne jouant, en tant que telle, aucun rôle dans notre analyse.

21 L’analyse des isolés a révélé que un sur dix aurait sans doute été relié à un composant multiple si la documentation avait été plus dense. Les autres sont des marginaux par rapport au centre de notre étude. Il s’agit de contractants issus de provinces périphériques qui n’apparaissent qu’au titre d’un contrat généralement d’importance purement locale.

22 Nous avons dû procéder manuellement à cette opération. Pajek est censé contenir des routines procédant automatiquement à cette opération. Elles sont très efficaces sur des graphes dont le nombre des sommets est réduit, mais totalement inopérantes lorsque celui-ci s’accroît.

23 Pour plus de détails, voir l’article de Carmen Sanz Ayán que l’on trouvera dans ce livre.

24 Castro, 2004, p. 182.

25 Dubet, 2008.

26 En particulier Aquerreta, 2001.

27 En 1799 les quatre jeux furent refondus en un seul sur la base des provinces des rentes provinciales.

28 Les juros étaient des rentes délivrées par le roi « dont les annuités sont assignées sur une recette donnée et sur une caisse de cette recette donnée ». Des détails dans Dubet, 2008, p. 310.

29 AHN, Hacienda, libro 7934.

30 Jean Orry à José Grimaldo, Paris, 30/11/1716, AHN, E, leg. 3556.

31 Rappelons que cette conclusion serait moins vraie si nous prenions en compte les accords passés après la conclusion du contrat. Nous nous sommes expliqué précédemment sur ce point.

32 Cette contradiction a été développée avec force par Rafael Torres Sánchez.

33 Sanz Ayán, 2001.

Table des illustrations

Légende Fig. I. Schéma général des relations d’affaires parmi les traitants avec la monarchie – env. 1690 – env. 1730. Composante principale du réseau.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/124353/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 350k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540