Version classiqueVersion mobile

Républiques sœurs

 | 
Pierre Serna

Quatrième partie. Les patriotes européens et les modèles républicains en miroir

La République française et les Républiques sœurs d’Allemagne : itinéraires intellectuels et « mises en scène »

Susanne Lachenicht

Texte intégral

1Dès ses débuts, la Révolution française exacerbe les passions, en France comme dans le Saint-Empire romain germanique. Les princes allemands répondent aux bouleversements français et aux révoltes dans leurs propres États par la répression de tout mouvement oppositionnel. Outre les insurrectionnels, cette réaction frappe les représentants des Lumières tardives. À partir de 1789, par leur curiosité personnelle, les premiers « sympathisants de la Révolution » – Gustav Graf von Schlabrendorff, Konrad Engelbert Oelsner, Johann Wilhelm von Archenholtz et d’autres – quittent le Saint-Empire pour s’installer soit à Paris, soit en Alsace.

2Après la chute de la République de Mayence en 1793 – première mise en place d’une république sur le modèle de la France révolutionnaire dans les États du Saint-Empire –, persécutés, les quelques centaines de Mayençais qui avaient aidé les Français à établir la République de Mayence, empruntent la voie de l’émigration française. À leur tout ils s’établissent surtout à Paris ou en Alsace.

  • 1 Heinrich Scheel, Süddeutsche Jakobiner. Klassenkämpfe und republikanische Bestrebungen im deutsche (...)
  • 2 Deux exemples : dans son Hamburgisches politisches Journal le journaliste Wilhelm von Schirach ava (...)
  • 3 Strasburgisches politisches Journal, t. 2, avril 1792, p. 424 et juillet 1792, p. 767 et Argos, t.  (...)
  • 4 Susanne Lachenicht, Information und Propaganda. Die Presse deutscher Jakobiner im Elsaß (1791-1800 (...)
  • 5 À notre avis, le travail d’historien devrait consister, entre autres, en l’analyse des multiples f (...)

3Aussi bien les sources du temps de la Révolution que nombre d’ouvrages secondaires qualifient le groupe d’immigrés allemands en France comme deutsche Jakobiner (« jacobins allemands1 »), terme flou, à l’époque comme aujourd’hui. Ces immigrés utilisent les termes Jakobiner et « jacobins » (dans leurs textes français) pour se désigner eux-mêmes. À l’origine, les autorités allemandes ont employé le terme de manière péjorative pour stigmatiser les sympathisants allemands de la Révolution2. Ceux-ci se le sont approprié pour l’utiliser de manière positive. Les notions d’« hommes du peuple » (Volksmänner) et de « sentinelles de la liberté » (Wächter der Freiheit) deviennent synonymes de Jakobiner3. Après la Grande Terreur, nombre de journaux des « jacobins allemands » à Strasbourg remplacent le terme Jakobiner par « républicain » (Republikaner) ou « patriote4 ». C’est pourquoi nous utilisons le terme « jacobins allemands » (entre guillemets), dans sa signification historique, tout en prenant en considération que le « jacobinisme allemand » et le jacobinisme français de province se distinguent à plusieurs égards du « jacobinisme » parisien ou bien du « jacobinisme » comme le définissent Mona Ozouf et François Furet dans leur Dictionnaire critique de la Révolution française5.

4L’exil français est un événement décisif dans les trajectoires politiques de ces « jacobins allemands ». Après s’être engagés dans un combat essentiellement littéraire dans leurs pays d’origine, les « jacobins allemands » furent confrontés, en France, à la réalité révolutionnaire où les conflits de pouvoir déchiraient les partisans de la Révolution. Tandis qu’à Strasbourg un certain nombre d’immigrés politiques allemands furent très rapidement associés à l’exercice de la pratique révolutionnaire et furent des acteurs directs de la Terreur locale, les émigrés à Paris restèrent à l’écart de cette pratique et adoptèrent, dans la majorité des cas, une attitude résolument hostile aux mesures d’exception du régime de l’an II.

5Comment les « jacobins allemands » à Strasbourg ont-ils perçu le Directoire et les initiatives de « républicaniser » les États du Saint-Empire et, par-delà, le reste de l’Europe ? En somme : comment la perception du Directoire change-t-elle au fur et à mesure que les essais d’établir des républiques sœurs en dehors de la France échouent ? On analysera ici à la fois les programmes allemands portant sur l’établissement de nouvelles républiques en dehors de la France, et les initiatives franco-allemandes entre 1795 et 1799, pour mettre en œuvre ces programmes. Enfin, on examinera la manière dont les pratiques du transfert du système politique ont modifié la perception du jacobinisme français au sein des cercles jacobins allemands exilés.

Itinéraires intellectuels ?

6La période du Directoire, souvent dénoncée comme oligarchique et peu démocratique, s’ouvre dans une Europe dont la géographie politique a été profondément remodelée. Les guerres de la Révolution et les annexions de territoires par la République française permettent d’une part le transfert du système républicain et de la culture révolutionnaire vers ces terres, d’autre part un « perfectionnement » des deux – en Italie, en Suisse, mais aussi dans les États du Saint-Empire.

7Après la chute de la République de Mayence, le Directoire et sa conquête des États du Saint-Empire font renaître auprès des partisans allemands de la Révolution l’espoir de voir s’établir une ou plusieurs républiques sœurs en Allemagne.

  • 6 Franz Dumont, « Befreiung oder Fremdherrschaft? Zur französischen Besatzungspolitik am Rhein im Ze (...)
  • 7 Voir la loi du 30 mars 1793, imprimée dans Joseph Hansen, Quellen zur Geschichte des Rheinlandes i (...)

8Première république à avoir été établie sur le modèle français dans les États du Saint-Empire, la République de Mayence est née de la « collaboration » de quelques « jacobins allemands » de Mayence avec l’armée française du général Adam Philippe Custine. Fondé le 23 octobre 1792, le club des jacobins de Mayence lance une campagne de propagande pour convaincre les Allemands cisrhénans d’accepter une Constitution républicaine. Le 15 décembre 1792, le droit de souveraineté des nations, proclamé par Custine pour les territoires cisrhénans fin octobre 1792, est remplacé par un nouveau décret de la Convention nationale. La souveraineté des nations fait place au « despotisme de la liberté ». Le Rhin devient la « frontière naturelle » de la France. Les nations d’outre-Rhin doivent être libérées avec ou sans leur consentement6. La Convention de Mayence, ouverte le 17 mars 1793, soutient cette politique d’annexion tout en soulignant que l’annexion est « consentie ». Des émissaires demandent à la Convention nationale de Paris le rattachement de la République de Mayence à la France. Elle est accordée le 30 mars 17937. Or, les troupes austro-prussiennes reconquièrent les territoires cisrhénans occupés par la France. Les « jacobins allemands », organisateurs de la République de Mayence, s’enfuient en France ou sont emprisonnés pour trahison en Allemagne. Libérés en 1795, ils s’exilent à leur tour en France.

9À Strasbourg, après la chute de la République de Mayence, les « jacobins allemands » se sentent abandonnés et trahis par la France. Ils reprochent à la Convention d’avoir, par le décret du 13 avril 1793, renoncé à libérer les « nations esclaves ».

10Avec la victoire française de Fleurus, le 26 juin 1794, et la chute des robespierristes en Thermidor II, la politique française envers les « nations esclaves » change à nouveau. À partir du 6 janvier 1795, la Convention entreprend son œuvre d’expansion et d’exportation du système républicain. Les troupes françaises occupent nombre de territoires cis-et transrhénans. Des républiques sœurs semblent à nouveau possibles dans les États du Saint-Empire.

  • 8 Argos, II, no 12, 2 mai 1796, p. 98 et Argos, II, no 17, 7 mai 1796, p. 139.

11À Strasbourg, dans leurs journaux germanophones, les « jacobins allemands » recommencent à exhorter la population des pays occupés par la France à accueillir le système républicain, à appuyer, en somme, la « républicanisation » des États allemands. D’une part, les journalistes tentent de convaincre les autorités françaises de la fidélité à la République des Allemands. D’autre part, leurs efforts visent à gagner les peuples allemands à la cause de la Révolution et de la République française8.

  • 9 Walter Grab, Ein Volk muß seine Freiheit selbst erobern : zur Geschichte der deutschen Jakobiner, (...)

12Les publicistes de Strasbourg perçoivent bien que les Allemands ne se réjouissent pas de leur libération, obtenue « à la pointe des baïonnettes ». Pourtant, seule la « libération contrainte » peut, selon eux, mettre fin à l’Ancien Régime dans les États du Saint-Empire et, par là, à l’esclavage de la nation allemande9.

13Leurs journaux sont gouvernés par l’angoisse d’un abandon par le gouvernement français. Ils réclament maintes fois que la France garantisse la souveraineté et l’intégrité d’un territoire une fois qu’elle l’a annexé. La France ne devrait jamais « vendre » à l’ennemi les pays conquis, comme nombre d’entre eux en ont fait l’expérience au cours des guerres de la Révolution.

  • 10 Rheinische Zeitung, no 39, 4 mars 1796, p. 171 ; Der Wahlmann, no 31, 27 mars 1797, p. 252-253.
  • 11 Der Wahlmann, no 32, 28 mars 1797, p. 257-258.

14Les pays conquis en Allemagne s’évertuent à convaincre le gouvernement français que ces territoires, ayant demandé leur annexion par la France en 1793, sont désormais inséparablement unis à celle-ci10. Liée à la France par la déclaration bilatérale d’union, la République de Mayence, bien qu’occupée en 1796 par les troupes prussiennes, fait partie intégrante de la « Grande Nation11 ».

  • 12 Republikanische Kronik, no 29, 3 février 1796, p. 245-251.

15Malgré tout, à partir d’avril 1793, les « jacobins allemands » se méfient de la souveraineté garantie à la République de Mayence. Afin de convaincre le gouvernement français de protéger les pays conquis dans le Saint-Empire, les exilés font appel à l’égoïsme de la France et à la nécessité pour elle de se protéger. Faisant leur les théories des républicains français, les exilés allemands stipulent que seules les républiques garantissent la paix et la liberté de la France. Il est donc de l’intérêt de la France d’annexer les territoires voisins et de les transformer en républiques sœurs12. Seule une Allemagne républicanisée pourrait garantir la sécurité des frontières françaises.

  • 13 Rheinische Zeitung, no 27, 20 février 1796, p. 119-123 et Republikanische Kronik, no 29, 3 février (...)

16C’est pourquoi la presse allemande de Strasbourg reprend rapidement à Eschasseriaux, et à quelques autres, l’idée des frontières naturelles de la France. Les intérêts de la République française et de toutes les puissances de l’Europe sont les intérêts mêmes des « jacobins allemands ». Ce n’est point le souci de la souveraineté des autres nations qui prévaut, mais celui de la protection de la République mère, la France. La survie de la nation française requiert la violation du droit de souveraineté des autres nations13.

  • 14 Republikanische Kronik, no 33, 25 juillet 1796, p. 271.
  • 15 Rheinische Zeitung, no 27, 20 février 1796, p. 116-123.
  • 16 Republikanischer Wächter, no 11, 28 octobre 1795, p. 219 et Rheinische Zeitung, no 39, 4 mars 1796, (...)

17Il y a plus : les « jacobins allemands » exilés considèrent l’abandon des pays conquis comme une trahison des intérêts de la nation française14. La conquête de ces pays compense, en effet, les pertes humaines et matérielles des guerres révolutionnaires15. L’établissement du système républicain en Allemagne permettrait en retour un enrichissement culturel de la France grâce aux savants, aux marchands et aux « vrais » républicains allemands. Confronté à la supériorité de l’esprit et du savoir-faire allemands, le chauvinisme français diminuerait. Ce transfert enrichirait la « Grande Nation16 ». Le perfectionnement de la culture révolutionnaire et républicaine – aussi en France – se ferait à partir du fruit de la « collaboration » entre l’idéal français et le génie allemand.

  • 17 Anne Cottebrune, Mythe et réalité du « jacobinisme allemand ». Des « Amis de la Révolution » face (...)

18À Paris, Georg Friedrich Rebmann va plus loin que ses compatriotes réfugiés à Strasbourg : en 1797, il en vient à appeler de ses vœux une révolution allemande autonome, sans le concours des Français qu’il estime indignes d’une telle œuvre. À l’instar de Wedekind et de Kämmerer à Strasbourg, Rebmann croit que les Allemands sont mieux à même que les Français de mener à bien la Révolution ; selon lui, les Allemands sont capables de respecter et de rester fidèles aux principes qu’ils se donnent17.

  • 18 Strasburgisches politisches Journal, fasc. 1, janvier 1792, p. 7-28.
  • 19 Strasburgisches politisches Journal, fasc. 1, janvier 1792, p. 6-28, 40-45 et fasc. du 2 janvier 17 (...)
  • 20 Argos, I, t. I, no 36, 2 novembre 1792, p. 281-287.

19Les journaux germanophones de Strasbourg se montrent plus réservés. Rares sont les programmes détaillés pour la Constitution des Républiques sœurs d’Allemagne. Point d’utopies, point de projet détaillé esquissant la Constitution qui conviendrait à celles-ci. Ce qui y règne, c’est un certain pragmatisme. On y défend avant tout l’annexion puis la conversion à la République de vastes portions du Saint-Empire. La « libération contrainte », l’octroi du système républicain, a pris la place de la libération de la nation allemande par elle-même, au moins jusqu’en 1797. Les utopies des années 1789-1792 ne s’y trouvent plus18. L’idée d’un Saint-Empire uni sous un monarque constitutionnel, avec une assemblée nationale, telle qu’elle se trouve exprimée en janvier 1792 dans le Journal politique de Strasbourg (Strasburgisches politisches Journal) de Friedrich Cotta19, a disparu. Il en va de même, sauf chez Rebmann, de l’idée d’une Allemagne qui saura trouver seule, sans l’aide de la France, son union politique et constitutionnelle. Enfin, on y chercherait en vain ce qu’on trouvait dans la République de Mayence : des projets pour une Constitution républicaine qui se distinguerait de la française et qui refléterait les spécificités politiques de l’Allemagne20.

  • 21 Rheinische Zeitung, no 11, 2 février 1796, p. 48.
  • 22 Ibid.
  • 23 Der Wahlmann, no 76, 18 mai 1797, p. 628-629.

20Afin de garantir les annexions faites, les « jacobins allemands » demandent l’alliance politique et militaire de la « Grande Nation » avec l’Empire ottoman, la Suède, le Danemark, l’Espagne, Venise, la Prusse et la République batave. L’objectif ? Contrebalancer le poids de la Première Coalition. Ce n’est que sur le fond d’une grande coalition pro-républicaine que les « jacobins allemands » sont prêts à développer une Constitution propre à la république allemande, ou aux républiques allemandes21. L’Allemagne, sans que soient précisés les détails de sa Constitution, doit être intégrée dans une république européenne22, qui se constituerait comme république cosmopolite, comme union fédérale de toutes les républiques européennes et qui ressemblerait plus au système fédéral du Saint-Empire qu’à celui, centraliste, de la France23.

« Mises en scène »

21Aspirant à une « républicanisation » à tout prix des États du Saint-Empire, les « jacobins allemands » de Strasbourg soutiennent donc les offensives militaires de la France, par leur propagande, leurs conspirations et leur appui militaire.

  • 24 Karl Obser, « Der Marquis von Poterat und die revolutionäre Propaganda am Oberrhein im Jahre 1796  (...)

22En 1794, un groupe de « jacobins allemands » mené par l’Allemand Georg Friedrich List et le Français Pierre Claude Poterat tente de soutenir la fondation d’une république sœur dans le Sud-Ouest de l’Allemagne. En mai 1796, le ministère des Affaires étrangères de Delacroix appuie cette initiative. Delacroix envisage un projet dans lequel ces conspirateurs doivent aider la France dans son offensive militaire de l’été 1796. Le projet échoue, non seulement parce que le secrétaire de l’ambassade française à Bâle, Theobald Bacher, et l’ambassadeur royaliste, François Barthélemy, sapent le projet, mais aussi parce que les conspirateurs eux-mêmes ne s’accordent pas dans la direction de l’entreprise. Le gouvernement français commence son offensive militaire sans eux, et les pays de Bade et le Wurtemberg ne seront pas républicanisés mais mis sous la « protection » de la « Grande Nation24 ».

  • 25 Franz Dumont, art. cit., p. 102.
  • 26 Joseph Hansen, op. cit., t. III, no 71, p. 234.
  • 27 Ibid., t. III, p. 1089-1090 et t. IV, p. 3-7.
  • 28 F. Dumont, art. cit., p. 103.
  • 29 J. Hansen, op. cit., vol. IV, p. 519-520.

23Après 1794, l’occupation française à Cologne, Bonn, Trèves et Coblence sert notamment à l’approvisionnement de l’armée. Dans ces « pays conquis, non réunis » à la France25, l’administration militaire ne se mêle pas de politique26. De nouveaux cercles constitutionnels se forment néanmoins en Rhénanie. Ces « patriotes allemands » veulent, à nouveau, fonder une république cisrhénane sur le modèle de la République mère. L’été 1797, le général Hoche donne son appui au projet et la République cisrhénane est proclamée en septembre27. Or la mort de Hoche, le même mois, et les projets d’annexion des pays conquis – avec le coup d’État de Fructidor – mettent fin à cette deuxième république sœur allemande28. Afin d’empêcher l’acte d’annexion, une délégation de Cisrhénans se rend à Paris, comme l’avaient fait les Mayençais en mars 1793. Le Directoire rejette l’idée d’une république sœur rhénane. En novembre 1797, la France annexe les pays cisrhénans et y établit quatre nouveaux départements qui « pâtissent » d’un statut semi-colonial29.

  • 30 Rheinische Kronik, no 5, 28 septembre 1797, p. 2.
  • 31 Rheinische Kronik, no 46, 30 novembre 1797, p. 3.

24À Strasbourg, le désenchantement est grand parmi les « jacobins allemands » qui ont favorisé la constitution d’une république cisrhénane, encore après le coup d’État de Fructidor. Après avoir salué avec enthousiasme la générosité de la France lors de la proclamation de la République cisrhénane en septembre 179730, les journaux des « jacobins allemands » acceptent assez rapidement l’annexion et la nouvelle administration en Cisrhénanie. Pourquoi ? L’annexion, selon Johann Jakob Kämmerer, garantit la survie de la liberté. Une république sœur pourrait être trop faible pour résister à l’agression des pays esclaves31. Est-ce par opportunisme ? Est-ce par résignation ?

  • 32 Rheinische Kronik, no 53, 14 décembre 1797, p. 4.

25On l’a vu, dans les débats autour des frontières naturelles et de la souveraineté des nations conquises, après 1794, les jacobins allemands se méfient de la sincérité du gouvernement français pour ce qui est de la fondation des républiques sœurs. Pourtant, toute initiative la favorisant est soutenue avec enthousiasme par les « jacobins allemands » exilés. Après l’échec du projet, ils soutiennent l’annexion. Moindre mal, elle garantit la républicanisation de ces pays32. La souveraineté des nations esclaves, la liberté des peuples restent un beau rêve.

26La désillusion suscite pourtant des reproches : la « Grande Nation » a trahi l’espoir des Allemands, elle a trahi leur liberté, et elle devient la cible d’une critique croissante. Dans le Wahlmann, l’Allemand de confession juive Abraham Lembert écrit en mai 1797 :

  • 33 Der Wahlmann, no 77, 19 mai 1797, p. 636.

« Warum man seine (Deutschlands) gegründete Hofnung die Freiheit zu erlangen, getäuscht hat, das wird einst gesagt, und die Stirne derer, die mit der Freiheit der Völker gewuchert haben, sich ihre Knechtschaft zahlen liessen, wird mit dem Stempel der Verwerfung und der Ehrlosigkeit gezeichnet werden33. » (Il sera dit, un jour, pourquoi on a trahi l’espoir de l’Allemagne de gagner sa liberté, et le front des usuriers qui se sont enrichis aux frais de la liberté des peuples et se sont fait payer leur esclavage sera marqué du sceau de l’abjection et de l’infâmie.)

La « républicanisation » de toute l’Europe

  • 34 Strasburgisches politisches Journal, Heft 2, juin 1792, p. 620-632 et juillet 1792, p. 706-732. Voi (...)

27Vague à l’origine, l’idée d’une république européenne, qui se manifeste dans les journaux des « jacobins allemands » en Alsace, inclut dès 1789 la Pologne et la Suisse. Ces deux États sont perçus comme des prototypes de l’État républicain et démocratique. Ils sont de ce fait comme les États frères de la France34.

  • 35 Rheinische Kronik, no 49, 6 décembre 1797, p. 4.
  • 36 Strasburger Neue Zeitung, no 179, 21 juin 1798, p. 713-714.
  • 37 Rheinische Kronik, no 82, 26 décembre 1796, p. 1-2 ; Rheinische Kronik, no 178, 17 avril 1797, p. 6 (...)
  • 38 Rheinische Kronik, no 230, 16 juin 1797, p. 2.
  • 39 Ibid.

28La proclamation de la République helvétique en 1798 suscite leur enthousiasme35. Pourtant, peu après, les mêmes journaux commencent à critiquer le gouvernement français, en lui reprochant d’avoir trahi la souveraineté de la nation suisse36. La même critique, teintée d’une certaine jalousie, se manifeste lors de la proclamation des républiques sœurs en Italie37. Bien que la République mère s’avère fatiguée et dépourvue de tout enthousiasme républicain, les républiques sœurs et les nations sœurs s’enthousiasment pour la Révolution et le républicanisme. Ainsi, elles reprennent la mission républicaine que la France a abandonnée38. La critique de Bonaparte n’apparaît pourtant qu’assez tard, chez les « jacobins allemands » d’Alsace. Ce n’est qu’en décembre 1797 qu’il est dénoncé comme traître de la liberté des Vénitiens39.

  • 40 Rheinische Zeitung, no 22, 14 février 1796, p. 96.
  • 41 Rheinische Zeitung, no 24, 16 février 1796, p. 104.

29La volonté qu’ont les « jacobins allemands » de « républicaniser » l’Europe entière ne s’arrête pas au continent. « Albion » entre dans ce projet, début 1793. Les « jacobins allemands » en Alsace ne croient pas seulement que les Anglais veulent se libérer de William Pitt et du système constitutionnel, mais qu’ils soutiennent – quasiment à l’unanimité – le mouvement de libération irlandais40. Les îles Britanniques doivent à leur tour être transformées en républiques sœurs. Tout en ignorant les objectifs des Defenders en Irlande et des United Irishmen, ces deux groupes sont intégrés dans le mouvement européen de la fondation d’une république européenne. Seuls Cotta et Metternich se méfient du « fanatisme politique et religieux » des Defenders41.

  • 42 Republikanische Kronik, no 7, 8 janvier 1796, p. 49-51 ; Republikanische Kronik, no 37, 29 juillet (...)
  • 43 Ibid.
  • 44 Frank O’Gorman, The Long Eighteenth Century. British Political & Social History, Londres et al., A (...)

30Pour les Dissenters politiques en Angleterre et leurs tentatives de réformer le mode de gouvernement britannique, les « jacobins allemands » surestiment la volonté des sociétés politiques comme la London Corresponding Society autour de Thomas Hardy (fondée en janvier 1792). Soutenant le suffrage universel et la convocation annuelle d’un parlement, les « jacobins allemands » veulent y voir le « noyau » d’une nouvelle révolution anglaise qui intégrerait l’Angleterre dans le système républicain européen. En 1796, le whig Charles James Fox et le dramaturge Richard Brinsely Sheridan deviennent des personnages-clés, les héros d’une nouvelle révolution en Angleterre42. Une fois encore, méconnaissant les réalités politiques, les jacobins allemands font croire à leurs lecteurs que Fox et ses alliés forment une opposition puissante, qui représente la volonté véritable de la nation britannique43. De plus, les journalistes allemands d’Alsace croient que le programme des whigs va jusqu’à l’abolition de la monarchie44.

  • 45 Ann Thomson, « Thomas Paine et l ´ idée européenne », in Marita Gilli (éd.), Le cheminement de l ´ (...)
  • 46 Rheinische Kronik, no 42, 9 novembre 1796, p. 2.

31Cette « naïveté politique » des « jacobins allemands », qui contraste avec leur pragmatisme pour ce qui est des républiques sœurs en Allemagne, n’est pas nouvelle : Thomas Paine, personnage populaire en France avant la Terreur, représentait déjà en France et chez les « jacobins allemands », avec ses Rights of Men, la volonté de la nation britannique. Ses discours à l’Assemblée nationale avaient convaincu les « jacobins allemands » du fait que les Anglais, les Irlandais et les Écossais établiraient des républiques sœurs dans leurs pays et que les îles Britanniques s’intégreraient ainsi au système républicain européen45. Le manque de communication et le manque d’information relatives à la volonté de la « nation britannique » expliquent – comme à Mayence en 1792 et en 1793 – que les plans des Français pour aider la nation britannique à devenir une république échouent en 1796 et en 179746.

Pour conclure…

32Sous le Directoire, dans les journaux des « jacobins allemands » en Alsace, les « itinéraires intellectuels » favorables à une républicanisation des territoires du Saint-Empire n’offrent point de programme détaillé, ni de plans originaux pour une constitution des futures républiques sœurs en Allemagne. L’objectif est de saisir toute opportunité qu’offriraient les campagnes militaires de la France entre 1795 et 1799 et de la soutenir par l’action politique, la conspiration ou la propagande. Tel est le programme républicain des journaux des « jacobins allemands » de Strasbourg.

33Les déconvenues – pour ce qui est la perception de la France comme du peuple libérateur – se révèlent au plus tard à partir de 1797, avec la chute de la République cisrhénane. La nation française n’est plus le garant de la « républicanisation » de l’Europe. Ce sont les nations libérées, puis « trahies » par la France que sont la République helvétique, l’Allemagne, les Républiques sœurs en Italie qui, devenues les meilleures Républiques, seront chargées de la « républicanisation » de l’Europe.

  • 47 Suzanne Lachenicht, op. cit., p. 136-146.
  • 48 Republikanische Kronik, no 10, 11 janvier 1796, p. 85-87.
  • 49 Rheinische Zeitung, no 11, 2 février 1796, p. 48 ; Rheinische Kronik, no 197, 9 mai 1797, p. 4.

34L’idée de la républicanisation des îles Britanniques, présentée comme si elle n’était plus qu’une question de temps, pourrait témoigner de la naïveté politique des « jacobins allemands » qui contrasterait avec leur connaissance des journaux des jacobins anglais. Pourtant, ceux-ci connaissent bien les journaux anglais – comme le Morning Post et le Morning Chronicle47 –, pour les avoir utilisés comme sources d’information en Alsace sous le Directoire. Or, aucun de ces journaux ne laissait supposer qu’une révolution allait éclater en Angleterre ou en Écosse, provoquant la fondation de républiques sœurs inspirées du modèle français. N’était-ce que alors que de la propagande ? Une tentative de convaincre les lecteurs de langue allemande que la Révolution vaincrait partout en Europe48 ? Ou que la « Grande Nation » serait remplacée par une république européenne à structure fédérale qui garantirait la paix de toute l’Europe49 ? Ce qui se présente comme « naïveté politique » ou « propagande », dans notre perspective, fut, à l’époque, une « vraie option », dans la perspective des « républicains européens », ou bien une « menace réelle », dans la perspective du gouvernement anglais.

  • 50 Claude Betzinger, Vie et mort d’Euloge Schneider, ci-devant franciscain. Des Lumières à la Terreur (...)
  • 51 Suzanne Lachenicht, op. cit., p. 57. Cette (re)fondation n’est pas mentionnée dans l’ouvrage de Da (...)
  • 52 Suzanne Lachenicht, op. cit., p. 39-47, 462.

35Comment ces idées ont-elles influencé le deutsche Vormärz de 1815 à 1848 et les traditions « jacobines » dans les territoires du Saint-Empire occupés par la France des années durant ? Il est certain que les « jacobins allemands » de Strasbourg ne restent pas ce « groupe marginalisé » tel que le présente Claude Betzinger dans Vie et mort d’Euloge Schneider50. Les carrières des « jacobins allemands » en Alsace ne s’arrêtent pas toutes en 1793-1794. Elles connaissent un essor considérable non seulement avec la fondation d’un nouveau club des jacobins à Strasbourg (18 fructidor an V)51. Quelques « jacobins allemands » deviennent fonctionnaires dans l’administration des territoires allemands occupés, d’abord au service du Directoire, puis à celui de Napoléon Bonaparte et encore après la Restauration en 1814-1815. Pour donner quelques exemples : en 1798, dans le département du Mont-Tonnerre, Abraham Lembert est nommé chef du bureau de police du département. Le Mayençais Mathias Metternich, lui, prend la direction du bureau de dénonciation du même département. Son collègue Joseph Schlemmer devient juge de paix dans le Mont-Tonnerre, puis, en 1799, juge principal du département. Dès 1796, le « terroriste » Johann Friedrich Butenschön occupe la position de professeur d’histoire et de géographie à l’École centrale du Haut-Rhin à Colmar et devient, en 1797, secrétaire en chef de l’administration municipale de la Commune de Strasbourg. En 1804, Butenschön occupe la position de censeur des études à Mayence ; en 1812 celle du président du conseil académique du département. Après la Restauration, Butenschön se retrouve dans la commission de la censure et devient directeur du lycée de Mayence. En 1814-1815 il devient conseiller de l’église (Kirchenrat) et inspecteur des écoles. D’autres Mayençais, tels que Mathias Metternich et Georg Wedekind, occupent des positions de professeur aux Écoles centrales, puis à l’université de Mayence52. Ne formentils qu’un groupe marginal, privé d’influence et incapable de marquer de son empreinte l’avenir politique des territoires jadis occupés par la France révolutionnaire ? C’est peu vraisemblable.

36Comment ces idées d’une républicanisation du Saint-Empire et de l’Europe entière – chez les « jacobins allemands » exilés – ont-elles influencé la politique étrangère de la France et son idée des républiques sœurs en Europe et dans l’espace atlantique ? Nous ne le savons pas encore. La politique extérieure, sous le Directoire, fut marquée par des « jacobins allemands » – comme Georg Kerner et Karl Friedrich Reinhard, le dernier brièvement ministre des Relations étrangères, en 1799, puis diplomate français loyal à Napoléon Bonaparte. Kerner et Reinhard partageaient les idées – vagues – et la désillusion de leurs confrères de Strasbourg. Ils partageaient aussi l’idée que les autres nations européennes devraient devenir les héritières légitimes de la « Grande Nation », en vue d’une républicanisation et d’une transformation profonde de l’Europe.

Notes

1 Heinrich Scheel, Süddeutsche Jakobiner. Klassenkämpfe und republikanische Bestrebungen im deutschen Süden Ende des 18. Jahrhunderts, Berlin, Akademie, 1962 ; id., « Deutsche Jakobiner », Zeitschrift für Geschichtswissenschaft, 17 (1969), p. 1130-1140 ; Walter Grab, « Die Revolutions propaganda der deutschen Jakobiner 1792/1793 », Archiv für Sozialgeschichte, 9 (1969), p. 113-156 ; Franz Dumont, Die Mainzer Republik von 1792/93. Studien zur Revolutionierung in Rheinhessen und der Pfalz, Alzey, Verlag der Rheinhessischen Druckwerkstätte, 1982 et Monika Neugebauer, Revolution und Constitution. Die Brüder Cotta. Eine biographische Studie zum Zeitalter der Französischen Revolution und des Vormärz, Berlin, Colloquium, 1989.

2 Deux exemples : dans son Hamburgisches politisches Journal le journaliste Wilhelm von Schirach avait injurié Friedrich Cotta comme « Jakobite » (M. Neugebauer, op. cit., p. 126 et 323). Voir de même la lettre du maître des postes à Mannheim à la direction générale des Postes impériales des Thurn et Taxis à Regensburg, où il qualifie les adhérents allemands de la Révolution de « Jakobiner », FZA Regensburg, Postakten, 1986, f° 220-225.

3 Strasburgisches politisches Journal, t. 2, avril 1792, p. 424 et juillet 1792, p. 767 et Argos, t. I, no 29 du 9 octobre 1792, p. 227, t. II, no 40 du 18 avril 1793, p. 317.

4 Susanne Lachenicht, Information und Propaganda. Die Presse deutscher Jakobiner im Elsaß (1791-1800), Munich, Oldenbourg, p. 5-7 et 511-534.

5 À notre avis, le travail d’historien devrait consister, entre autres, en l’analyse des multiples facettes sémantiques des termes historiques tels qu’ils se présentent dans les sources primaires de l’époque. Dans une seconde étape, le travail d’historien devrait comprendre une explication des différentes sémantiques de ces termes, travail effectué dans notre livre Information und Propaganda.

6 Franz Dumont, « Befreiung oder Fremdherrschaft? Zur französischen Besatzungspolitik am Rhein im Zeitalter der Revolution », in Peter Hüttenberger et Hansgeorg Molitor (éd.), Franzosen und Deutsche am Rhein: 1789 – 1918 – 1945, Essen, Klartext, 1989, p. 96-98.

7 Voir la loi du 30 mars 1793, imprimée dans Joseph Hansen, Quellen zur Geschichte des Rheinlandes im Zeitalter der Französischen Revolution 1780-1801, t. II, Bonn, Hanstein, 1933, p. 812-813.

8 Argos, II, no 12, 2 mai 1796, p. 98 et Argos, II, no 17, 7 mai 1796, p. 139.

9 Walter Grab, Ein Volk muß seine Freiheit selbst erobern : zur Geschichte der deutschen Jakobiner, Francfort-sur-le-Main, Büchergilde Gutenberg, 1984, p. 143.

10 Rheinische Zeitung, no 39, 4 mars 1796, p. 171 ; Der Wahlmann, no 31, 27 mars 1797, p. 252-253.

11 Der Wahlmann, no 32, 28 mars 1797, p. 257-258.

12 Republikanische Kronik, no 29, 3 février 1796, p. 245-251.

13 Rheinische Zeitung, no 27, 20 février 1796, p. 119-123 et Republikanische Kronik, no 29, 3 février 1796, p. 249.

14 Republikanische Kronik, no 33, 25 juillet 1796, p. 271.

15 Rheinische Zeitung, no 27, 20 février 1796, p. 116-123.

16 Republikanischer Wächter, no 11, 28 octobre 1795, p. 219 et Rheinische Zeitung, no 39, 4 mars 1796, p. 172.

17 Anne Cottebrune, Mythe et réalité du « jacobinisme allemand ». Des « Amis de la Révolution » face à l’épreuve de la réalité révolutionnaire : limites des transferts culturels et politiques du jacobinisme, Lille, Atelier national de reproduction des thèses 2005, p. 304-307.

18 Strasburgisches politisches Journal, fasc. 1, janvier 1792, p. 7-28.

19 Strasburgisches politisches Journal, fasc. 1, janvier 1792, p. 6-28, 40-45 et fasc. du 2 janvier 1792, p. 65-89.

20 Argos, I, t. I, no 36, 2 novembre 1792, p. 281-287.

21 Rheinische Zeitung, no 11, 2 février 1796, p. 48.

22 Ibid.

23 Der Wahlmann, no 76, 18 mai 1797, p. 628-629.

24 Karl Obser, « Der Marquis von Poterat und die revolutionäre Propaganda am Oberrhein im Jahre 1796 », Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins, 7 (1892), p. 385-413 ; Claude Michaud, « Marquis, citoyen, espion, agent double ? Pierre-Claude de Poterat », Regards sur les sociétés modernes XVIe-XVIIIe siècle. Mélanges offerts à Claude Petitfrère, Tours, CEHVI, 1997, p. 265-277 ; Jürgen Voss, « Baden und die Französische Revolution », in Jürgen Voss (éd.), Deutschland und die Französische Revolution, Munich/Zurich, Thorbecke, 1983, p. 109-117.

25 Franz Dumont, art. cit., p. 102.

26 Joseph Hansen, op. cit., t. III, no 71, p. 234.

27 Ibid., t. III, p. 1089-1090 et t. IV, p. 3-7.

28 F. Dumont, art. cit., p. 103.

29 J. Hansen, op. cit., vol. IV, p. 519-520.

30 Rheinische Kronik, no 5, 28 septembre 1797, p. 2.

31 Rheinische Kronik, no 46, 30 novembre 1797, p. 3.

32 Rheinische Kronik, no 53, 14 décembre 1797, p. 4.

33 Der Wahlmann, no 77, 19 mai 1797, p. 636.

34 Strasburgisches politisches Journal, Heft 2, juin 1792, p. 620-632 et juillet 1792, p. 706-732. Voir de même Argos, I, t. I, no 4, 13 juillet 1792, p. 27.

35 Rheinische Kronik, no 49, 6 décembre 1797, p. 4.

36 Strasburger Neue Zeitung, no 179, 21 juin 1798, p. 713-714.

37 Rheinische Kronik, no 82, 26 décembre 1796, p. 1-2 ; Rheinische Kronik, no 178, 17 avril 1797, p. 6, Rheinische Kronik, no 178, 17 avril 1797, p. 3.

38 Rheinische Kronik, no 230, 16 juin 1797, p. 2.

39 Ibid.

40 Rheinische Zeitung, no 22, 14 février 1796, p. 96.

41 Rheinische Zeitung, no 24, 16 février 1796, p. 104.

42 Republikanische Kronik, no 7, 8 janvier 1796, p. 49-51 ; Republikanische Kronik, no 37, 29 juillet 1796, p. 153 et 295-296 ; Rheinische Kronik, no 42, 9 novembre 1796, p. 1-2.

43 Ibid.

44 Frank O’Gorman, The Long Eighteenth Century. British Political & Social History, Londres et al., Arnold, 1997, p. 255-259.

45 Ann Thomson, « Thomas Paine et l ´ idée européenne », in Marita Gilli (éd.), Le cheminement de l ´ idée européenne dans les idéologies de la paix et de la guerre. Actes du Colloque international organisé à l ´ Université de Besançon les 29, 30 et 31 mai 1990, Paris, Les Belles Lettres, 1991, p. 139-140.

46 Rheinische Kronik, no 42, 9 novembre 1796, p. 2.

47 Suzanne Lachenicht, op. cit., p. 136-146.

48 Republikanische Kronik, no 10, 11 janvier 1796, p. 85-87.

49 Rheinische Zeitung, no 11, 2 février 1796, p. 48 ; Rheinische Kronik, no 197, 9 mai 1797, p. 4.

50 Claude Betzinger, Vie et mort d’Euloge Schneider, ci-devant franciscain. Des Lumières à la Terreur, Strasbourg, La Nuée bleue, 1997.

51 Suzanne Lachenicht, op. cit., p. 57. Cette (re)fondation n’est pas mentionnée dans l’ouvrage de Daniel Schönpflug au sujet du Club des Jacobins à Strasbourg, voir Daniel Schönpflug, Der Weg in die Terreur. Radikalisierung und Konflikte im Straßburger Jakobinerklub (1790-1795), Munich, Oldenbourg, 2002.

52 Suzanne Lachenicht, op. cit., p. 39-47, 462.

Auteur

Docteur ès lettres en histoire moderne et contemporaine (HDR) à l’université de Hambourg en Allemagne ; elle est membre associée de FRAMESPA-Laboratoire Diasporas, université de Toulouse II, Le Mirail. Ses recherches portent sur les diasporas et identités religieuses en Europe et dans l’espace atlantique. Son dernier ouvrage : Susanne Lachenicht (dir.), Religious refugees in Europe, Asia and North America (6th-21 century), Hambourg, LIT, 2007.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search