Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

S'exprimer en temps de troubles

 | 
Laurent Bourquin
, 
Philippe Hamon
, 
Pierre Karila-Cohen
, 
et al.

Postface. La paille, la poutre et le pont. Quelques questions sur les pratiques interdisciplinaires

Michel Offerlé

Texte intégral

1Les dialogues interdisciplinaires peuvent être la meilleure ou la pire des choses. Lorsque, rejouant les rapports successifs des relations entre sciences sociales, on en revient à la pauvre conclusion d’une opposition entre l’idiographique historien et le nomologique sociologique. Depuis plusieurs décennies à présent il y a heureusement un vrai dialogue, parfois une compénétration qui ne repose plus sur une caractérisation « de type ethnique » façon préfet du XIXe siècle – l’historien est naturellement naïf et descriptif et le sociologue est génétiquement abscons et prétentieux –, mais sur une volonté de savoir et de compréhension interdisciplinaires qui passe par une posture militante et professionnelle. Pour « commercer » avec l’autre, il faut s’intéresser à ses sources, ses matériaux, ses marottes et ses routines. Il faut sans nul doute savoir pratiquer son quotidien et observer ce qu’il observe, c’est-à-dire pour le socio-historien, lire les archives de l’historien, apprendre à contextualiser contre les travers éternisants et comprendre l’outillage professionnel des historiens. Et, pour l’historien, s’inquiéter des concepts utilisés par les sociologues contemporains, pratiquer les situations d’entretien et aborder les archives de manière ethnographique.

2Il faut aussi ressaisir ce que sont les points d’appui, les instruments d’objectivation de l’autre, pour, comme dans toute activité savante ou indigène, penser avec et penser contre. Et lorsque le sujet rend évident la proximité par l’utilisation des mêmes mots, expliciter les malentendus, importer les boîtes à outils ayant bonnes ou mauvaises réputations, contextualiser les controverses conceptuelles, bref jouer le rôle du passeur disciplinaire rejetant la cécité du jeu de la paille et de la poutre.

  • 1 Voir les activités du Grhispo en général (Groupe Histoire/Science politique) : http://www.afsp.msh (...)
  • 2 Voir la rencontre organisée par le Grhispo le 18 septembre 2008 : Histoire médiévale et science po (...)

3En relisant les communications, mes notes et mon intervention improvisée lors du colloque du Mans de mai 2009, je m’aperçois que j’ai tenté de mettre en pratique ce type de posture afin de comprendre, non seulement le contenu des papiers de nature et de facture diverses, mais de faire, en pratique, de la méthodologie comparative en appréhendant le travail de « l’autre ». Cette expérience fut d’autant plus stimulante que les papiers étaient passionnants et que l’organisation même du colloque avait un contour interdisciplinaire : on y mélangeait volontiers les périodes (médiévale, moderne et contemporaine), et les terrains (des procès, des guerres, des révolutions, des conflits villageois ou nationaux, des affaires civiles et religieuses) autour du conflit et de l’opinion. Bref, travailler sur une démarche et non sur une période comme certains d’entre les socio-historiens du politique ont pu le faire en échangeant avec des historiens, des sociologues et des politistes, sur des questions de méthode1, ou à propos de mots communs2.

  • 3 Karl Polanyi, The Great Transformation. The politic and economic origins of our time, New York/Tor (...)
  • 4 Jacques Le Goff, « L’histoire politique existe-t-elle ? », in Lucien Sfez (dir.), Science politiqu (...)

4La première remarque que l’on peut faire est de rappeler que les mots – notions/concepts – pour dire et parler du politique, sont controversés au sein même de la tribu des politistes/politologues. Ainsi en est-il des deux mots-clés de ces journées que sont les vocables d’opinion et de politisation. Pour ce dernier, un premier problème se pose, comme pour son compère « politique », qui est de savoir de quelle manière on peut l’utiliser dans un contexte autre que celui de l’histoire contemporaine eu égard à l’indifférenciation du social de l’économique et du politique, à leur encastrement3 et plus généralement à l’absence de la plupart de ces mots dans le vocabulaire des époques pré-contemporaines ; lorsque ces mots existent, ils recouvrent de toutes autres réalités4. Jacques Le Goff, après avoir noté la première apparition du terme politique au XIIIe siècle comme terme savant, en analyse la diffusion et la stabilisation en 1675 comme « l’ensemble des affaires publiques concernant le pouvoir, l’activité relative à l’exercice des pouvoirs dans un État ». Bref, y a-t-il du politique au XIVe, au XVIe ou au XVIIIe siècle et si oui, est-ce par anachronisme heuristique, par comparatisme raisonné ou par conceptualisation maîtrisée ? Et est-ce la même chose que de parler de politique avant même que ne s’autonomise une « sphère » « un champ » différencié et relativement autonome ? De la même manière le terme opinio renvoie, les diverses contributions qui l’utilisent le montrent bien, à des significations très différentes et à un espace pratique et réflexif très largement dissemblable du nôtre (opinion commune, opinion-erreur, fama communis, commune renommée…).

  • 5 Michel Offerlé, « Capacités politiques et politisations : faire voter et voter, XIXe-XXe siècles » (...)
  • 6 Voir les communications des journées de décembre 2010 à Lorient (http://www.afsp.msh-paris.fr/acti (...)

5Il va de soi que le même raisonnement vaudra pour la politisation. J’ai pu récemment styliser les neuf occurrences possibles de ce terme5, que l’utilisation de « politique informelle6 » permet encore de complexifier et d’enrichir. Et l’on peut travailler sur ces acceptions de la politisation selon un continuum qui irait d’une définition stricte et légitimiste (« est politisé un agent social intéressé par la politique et ses enjeux », ce qui implique la maîtrise d’instruments cognitifs et pratiques, ce qu’on appelle la compétence politique) à l’autre bout de l’espace en recourrant à une définition par la pratique (les agents sociaux entretiennent des rapports diversifiés au politique mais tous, utilisent – individuellement et collectivement – des procédés et des procédures qui leur permettent de se débrouiller lorsqu’ils sont dans des situations de rapport au politique : lorsqu’on leur demande d’opiner, avec ou sans verbalisation ou justification). Ils mettent en œuvre des cadres de raisonnements, des raccourcis (short cuts) qui permettent ainsi à ceux qui ne sont pas « connaissants » (au sens d’une connaissance savante des hommes, des partis, des institutions et des enjeux) d’être pourtant différemment compétents que les autres pour dire leur sentiment et leur opinion.

6On voit que derrière cette controverse qui dure depuis plus de 50 ans, en France mais aussi dans la littérature de langue anglaise (Converse, Bourdieu, Gaxie, Blondiaux ou à l’inverse Lancelot ou Perrineau.), se pose la question de l’opinion recueillie par les procédures de sondages. Et se pose aussi la question de la démocratie et de la science, les politologues défenseurs des sondages accusant, au nom de l’égalité républicaine et du « une personne, une voix », les post-bourdieusiens, d’élitisme et de mépris de classe, quand ceux-ci veulent défendre le point de vue matérialiste et réaliste de l’inégalité sociale devant la politique.

  • 7 Nicolas Mariot, Bains de foule. Les voyages présidentiels en province, 1880-2002. Paris, Belin, «  (...)

7Pour aller très vite, le rapport au politique comme compétence et comme connaissance savante est fortement corrélé au niveau d’éducation et de diplôme. Les « non-connaissants » ne sont ni indignes, ni incompétents, ils n’ont pas les mêmes catégories de perception et d’information que les « connaissants » et on ne peut donc pas leur imputer, comme le font les sondeurs, les commentateurs et les hommes politiques, les raisons que ces derniers leur imputent, comme si l’attention constante et quotidienne à la politique – sous toutes ses formes – était aussi intense dans la population que dans la minorité des citoyens informés et mobilisés. Troisième illustration initiée notamment par les travaux de Nicolas Mariot autour des problèmes du consentement et de l’approbation : l’auteur, dans ses études sur les voyages présidentiels ou sur les violences de guerre, souligne bien que l’on ne saurait inférer d’une pratique, une croyance ou une adhésion7.

8Que peuvent faire et que font les historiens face à cela ? Une partie, faut-il le remarquer, sont extérieurs à ces débats et défendent une vision auto-suffisante d’un métier d’historien soumis à ses propres règles de scientificité et de savoir-faire et doté d’un équipement intellectuel que l’on pourrait styliser en étudiant systématiquement leurs socialisations (quels dégagements en dehors de leur seul champ universitaire) dans les classes préparatoires et les universités, et leurs trajectoires (étude de leurs bibliothèques, enquête sur les occasions de dialoguer et de travailler avec des collègues d’autres disciplines, dans des colloques, des recherches communes, des jurys de thèses ou dans leur université). À l’opposé, des collègues de plus en plus nombreux pensent et travaillent en historiens tout en replaçant leurs objets, leurs terrains et leur réflexivité sur les méthodes qu’ils utilisent dans l’espace des sciences sociales, en des compagnonnages interdisciplinaires variés selon les générations, les objets et les périodes. Et l’on peut se demander si ce ne sont pas les vingtiémistes, surtout ceux pratiquant l’histoire politique, qui sont finalement les plus éloignés d’un commerce continu avec l’anthropologie, la sociologie ou la socio-histoire. Que veulent finalement les historiens et de quoi ont-ils besoin pour s’approprier ce qui peut leur être utile dans leur pratique quotidienne ? Comment pouvons-nous travailler ensemble ?

  • 8 Voir par exemple Bastien François et Erik Neveu (dir.) Espaces mosaïques : acteurs, arènes et rhét (...)
  • 9 Voir notamment dans L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Nathan, 1998, comment Bernard Lahir (...)

9Trois choses me paraissent fondamentales dans ce commerce. D’abord le degré de proximité avec les questions des autres auquel les historiens doivent s’astreindre. De quelles façons doivent-ils prêter attention aux querelles conceptuelles qui peuvent s’exprimer dans les maisons voisines sous forme de controverses pratiques à propos d’enquêtes de terrain ou sur la pente de querelles montées en généralités, requalifiées de jargonnantes, de philosophiques et d’inutiles pour le travail empirique délimité par les sources, par définition finies, qui sont à la disposition des chercheurs. Pour prendre les exemples cités dans ce colloque et en commençant par des innovations désormais anciennes, peut-on utiliser dans son sens relâché le concept habermassien d’espace public, faut-il ne le saisir que comme une métaphore ou s’imprégner des critiques (historiennes et sociologiques, notamment chez les sociologues de la réception des médias8) qui le rendent très largement inutilisable pour mener une enquête empirique véritable ? De la même manière, l’ensemble des concepts bourdieusiens ont connu des formes de réappropriation, de détournement ou de discussion. Ils ont été aussi retravaillés par Bourdieu lui-même. Pour ne prendre que deux exemples, le concept de champ, particulièrement lorsqu’il est appliqué au politique (cf. encadré), ou celui d’habitus9.

  • 10 Pour une courte mise au point, voir Michel Offerlé, « Cette société que l’on dit civile », in Jay (...)
  • 11 The social construction of what ?, Cambridge (Mass.)/London, Harvard University Press, 1999.

10Pour prendre un troisième exemple plus récent, le terme de capital social (et la thèse de son déclin popularisé par l’ouvrage plus cité que lu, Bowling Alone, de Robert D. Putnam) mérite-t-il un simple clin d’œil ou implique-t-il la restitution d’une littérature dense sur les usages anthropologiques et sociologiques du terme de capital social et sur les définitions et modes opératoires différents qui sont au principe de son utilisation pour construire et rendre compte d’un terrain ? Enfin le terme de société civile qui a connu un fabuleux destin devrait-il aussi être explicité et mis en perspective avec la seule question qui vaille : qu’est-ce que je perds, qu’est-ce que je gagne en tant qu’historien à rabattre l’analyse du premier XIXe siècle en termes d’opposition entre État et société civile10 ? On pourrait ici multiplier les exemples et jouer au jeu des index thématiques en renvoyant à quelques dictionnaires et manuels de science politique qui en comportent : comment définir les concepts, selon quelle tournure d’école les utiliser, lorsque le sens du mot n’est pas stabilisé ou lorsqu’il est controversé ? Et convient-il aussi de rentrer dans le sas constructiviste qui enseigne que tout mot du vocabulaire scientifique est susceptible de déborder dans le monde social, d’y perdre sa signification et de revenir dans l’espace scientifique (effet looping systématisé par I. Hacking11), et que tout mot utilisé par les savants est aussi susceptible d’être un enjeu d’investissements lexicaux par les groupes et les acteurs qui tentent de les occuper à leur profit.

11Que conseiller dès lors aux historiens ? Faut-il aller voir « le Repères », « le 128 » ou « le Que sais-je » ou un extrait de Traité, de revue de littérature ou de Handbook pour s’informer ? Faut-il solliciter un collègue de confiance qui est de l’autre côté de la frontière disciplinaire ? Puis faut-il remonter la bibliographie subséquente et s’approprier pour soi-même, les torsions du mot et les enjeux de ses utilisations plurielles sur des terrains diversifiés ? Le risque aussi est de tomber dans le piège des querelles disciplinaires ou pire, sous-disciplinaires, à tiroirs et à petits enjeux, dans lesquelles les batteurs de monnaie conceptuelle tentent de valoriser leurs propres devises dans un oubli du travail empirique. À des titres divers, la sociologie des politiques publiques et la sociologie des organisations politiques peuvent être de bons exemples de ces dérives. Bref, comment faire de l’importation, du braconnage ou de la flibuste d’une discipline à l’autre. Et donc, à quoi sert une citation savante de livres qu’on n’a pas lus, qu’on a feuilletés, ou qu’on a lus avec d’autres outils de lecture que ceux qui sont légitimement requis dans le para-texte de l’ouvrage ?

  • 1 Réponses : pour une anthropologie réflexive, Paris, Seuil, 1992, p. 72-73.
  • 2 « Le marché des biens symboliques », L’Année sociologique, vol. XXII, 1972.
  • 3 Entretien avec Philippe Fritsch in Propos sur le champ politique, Lyon, Presses Universitaires de (...)
  • 4 Pour une histoire conceptuelle du politique, Paris, Le Seuil, 2003.
  • 5 Serge Berstein et Pierre Milza (dir.), Axes et Méthodes de l’histoire politique, Paris, PUF 1998, (...)

Encadré No 1. Que signifie actuellement champ politique ?
Un des concepts bourdieusiens les plus souvent cités – à défaut d’être mis en pratique – est le concept de champ que l’auteur a travaillé sur de nombreux territoires de l’espace social, qu’il s’agisse de la religion, de la mode, de l’école ou de l’administration. Dès l’abord, on peut se quereller sur l’usage même du mot : un champ existe-t-il ? Donc, historiquement, de quand peut-on dater « l’apparition » de tel ou tel champ spécialisé ? Ou est-ce un instrument d’analyse de la réalité ?
Un champ au sens de Pierre Bourdieu « […] peut être défini comme un réseau, ou une configuration de relations objectives entre des positions. Ces positions sont définies objectivement dans leur existence et dans les déterminations qu’elles imposent à leurs occupants, agents ou institutions, par leur situation (situs) actuelle et potentielle dans la structure de la distribution des différentes espèces de pouvoir (ou de capital) dont la possession commande l’accès aux profits spécifiques qui sont en jeu dans le champ, et, du même coup, par leur relations objectives aux autres positions (domination, subordination, homologie, etc.)1 ». Et l’on pourra en tirer une définition de ce que peut être le champ politique.
Mais depuis ses premiers travaux sur le et la politique (1972, 1976/77), jusqu’à ses tout derniers écrits notamment, Propos sur le champ politique, le sens et le contenu du concept de champ politique se transforme chez Bourdieu. Il y aurait là matière à investigation, non pas dans le sens d’une restitution de la « vraie » et « intemporelle » définition du concept chez Bourdieu, mais dans l’optique d’une Begriffsgeschichte, appliquée à un auteur. Or, dans les années 1970, champ politique renvoie au « système des relations entre les fractions des classes dominantes et non pas seulement entre les agents qui font profession de “politique” (parlementaires, journalistes politiques, etc.)2 ». Il renvoie à la fin des années 1990, à une définition plus bornée, restreignant l’espace pertinent à quelques poignées de professionnels de la politique : « Premièrement, il exprime la coupure entre la réaction anticipée du grand public, et l’explication des professionnels. Et deuxièmement le fait que certains évènements prennent un sens uniquement à l’intérieur du monde des professionnels que j’appelle le champ politique3. »
De la même manière, si auparavant toute citation du concept impliquait une référence circonstanciée et détaillée ainsi qu’une citation, désormais les mots sont utilisés par connivence sans avoir besoin d’être référés à un auteur précis : on doit savoir que c’est dans « le » sens de Pierre Bourdieu. Pierre Rosanvallon peut s’en saisir dans sa leçon inaugurale au Collège de France : « Le politique tel que je l’entends correspond à la fois à un champ et à un travail4. » Mais on peut aussi s’en servir de façon automatique, relâchée. Ainsi René Rémond en usait-il : « L’étendue du champ politique varie grandement aussi en fonction de l’idéologie dominante. Par exemple si son inspiration est libérale, il sera des plus réduits5. » Une rapide consultation du site de presse Factiva, montre aussi que, sur les 3 228 occurrences recensées depuis le 1er janvier 2001 jusqu’au 10 septembre 2010, on observe une banalisation et une croissance du terme à partir du milieu de l’année 2003 ; les plus gros utilisateurs étant l’agence de presse francophone africaine, All Africa et Le Monde. Dès lors, que faire actuellement du champ politique et comment en user rétrospectivement dans la recherche historique ?

  • 12 Michael Baxandall, Patterns of intention : on the historical explanation of pictures, Yale Univers (...)

12Ces interrogations reviennent finalement à cette question qui vaut pour toutes les sciences sociales. Que l’on appelle les mots, opérateurs, notions ou concepts, que signifie les utiliser ? Pour qui, pourquoi et pourquoi faire et comment rattacher ces points d’appui théoriques à des auteurs qui pour nombre d’historiens ne sont pas des « preuves », mais peuvent être considérés comme un endimanchement jargonnant ou des ponctuations cuistres qui coupent le récit de la démonstration ? Une citation d’auteur peut être ainsi comprise comme : je connais, je fais référence à, je me démarque de, je m’appuie sur, je réaménage, je le fais travailler sur mon terrain, je montre ma bannière théorique, j’accepte la protection ou la stigmatisation dans une école. Ou, pour démarquer Baxandall qui, en combattant la plate référence à l’influence dans le domaine de la peinture, ouvre l’analyse vers une sociologie de la réception et de l’appropriation des œuvres, des concepts et des points d’appui, qui peut renvoyer au stratégisme, au cosmétique ou encore à la mise au ban d’essai : « On découvre alors des nuances autrement intéressantes : s’inspirer de, faire appel à, user de, s’approprier, avoir recours à, s’adapter à, ne pas comprendre, se référer à, reprendre de, accepter le défide, se confronter à, réagir à, citer, se distinguer de, se comparer à, assimiler, s’aligner sur, imiter, s’adresser à, paraphraser, intégrer, créer une variation sur, faire revivre, prolonger, remodeler, se calquer sur, rivaliser, pasticher, parodier, extraire, déformer, prêter attention à, résister, simplifier, reconstituer, repartir de, développer, affronter, maîtriser, subvertir, perpétuer, réduire, promouvoir, répondre à, transformer, s’attaquer à… – et chacun trouvera d’autres formules. […] Lorsqu’on pense en termes d’influence, on perd une bonne partie de ces nuances, et l’analyse s’appauvrit faute de moyens12. »

  • 13 Cours de Pierre Bourdieu au collège de France, notes manuscrites, 5 octobre 1982.

13On peut d’ailleurs se demander si, comme dans beaucoup de situations théoriques, il ne vaut pas mieux pratiquer que dire que l’on pratique. En d’autres termes, plutôt que de citer les mots et les noms qui disent son appartenance, son camp, ou sa volonté d’appartenir, ne vaut-il pas mieux pratiquer une forme d’empirisme théorique consistant à utiliser les concepts pour ce qu’ils sont, « des expressions mnémotechniques d’une série d’opérations matérielles scientifiques » et par là, pour reprendre une référence précédente : « on peut raisonner en termes de champ sans citer le concept, par instinct théorique, par habitus13 ».

  • 14 14-18. Les refus de la guerre. Une histoire des mutins, Paris, Gallimard, Folio-histoire, 2010.
  • 15 Le massacre des Italiens. Aigues-Mortes 17 août 1893, Paris, Fayard, 2010.
  • 16 Le séminaire du Groupe de recherches interdisciplinaires sur le politique, introduit par Alexandre (...)

14On peut de ce point de vue confronter deux ouvrages récents, produits par des historiens se référant à la socio-histoire, parus tous deux en 2010. Celui d’André Loez14 s’appuie sur une large littérature sociologique maîtrisée afférente aux mouvements sociaux, à l’action collective, aux émotions et aux actions de foule pour produire de la connaissance historique. L’auteur prend parti dans un espace de controverses concernant le consentement à la guerre. Son ouvrage, tout en étant un récit informé et une transformation du mode de construction des mutins, des mutineries et formes ordinaires d’obéissance et de désobéissance, est aussi une contribution à la sociologie des mouvements sociaux et de l’action collective. Presque à l’inverse, Gérard Noiriel15, en étudiant le « massacre » d’Aigues-Mortes, rétablit les différentes formes historiques d’établissement des faits, s’intéresse à l’histoire des mots utilisés pour les nommer et souligne les histoires longues dans lesquels ces faits ont pu être mis en série dans des histoires du racisme, et de l’anti-racisme, de la xénophobie et du nationalisme, et de l’histoire des classes populaires. Pourtant l’auteur16 préfère une confrontation explicite (Milza ou Bancel) ou implicite (Corbin ou Dewerpe) avec les historiens plutôt qu’un usage de sociologies qui auraient pu être mobilisées sur ce terrain. Et ce, au nom d’une double exigence qu’il dit vouloir pratiquer : dire et montrer, mettre en œuvre la théorie plutôt que l’étaler d’une part, et d’autre part dialoguer d’abord avec les historiens en refusant lorsque l’on « raconte une histoire », lorsqu’on établit une séquence historique, de trop solliciter explicitement des apports extérieurs. En principe, la théorie, si l’on peut ainsi isoler platement cet aspect quotidien et très matériel du travail de recherche, est incrustée dans le texte et déjà traduite, sans apparat ni renfort de citations, pour s’adresser à un public de lecteurs historiens. Il s’agit donc, au delà des styles peut être générationnels de deux manières d’écrire la socio-histoire, d’une vraie question pratique et théorique dans le travail de construction d’objet et dans l’acte matériel d’écrire : avec quoi, avec qui et pour qui écrit-on ? Dès lors les mots-codes, les sésames et les repères qui ponctuent les textes des sociologues et des politistes, les points d’appui conceptuels indispensables à l’affiliation et à la bannière disciplinaire, sontils communs, utiles, parlants, réappropriables par une communauté voisine mais néanmoins dissemblables, celle des historiens (cf. encadré no 2).

Encadré no 2. Ces mots sont-ils parlants et utiles aux historiens ?
Outre société civile, politisation, opinion, ou champ, le vocabulaire de la sociologie politique, et de la sociologie tout court, contient un ensemble de vocables – diversement stabilisés – qui sont autant de boîtes à outils, voire de boîtes noires pour qui veut et peut s’en emparer pour construire des données et faire chanter les sources. Les mots suivants, par exemple, font-ils sens, valent-ils la peine qu’on les emprunte, qu’on emprunte leurs trajets dans leurs champs lexicaux, appellent-ils un minimum d’investissement pour les habiter avec profit ? Ainsi, objectivation, sens pratique, habitus, doxa, violence symbolique, capitaux, cités, clientélisme, compétence politique, configuration, culture politique, dépossession, grandeurs, identité, illusio, institution, interaction stratégique, interdépendance, intériorisation, justifications, multipositionnalité, remise de soi, réseaux, rétributions, rôles, dépendance au sentier, socialisation, types idéaux…

15Un autre problème que l’on voudrait évoquer concerne non plus le degré auquel on peut solliciter l’historien pour un passage hors de ses frontières, mais l’opération de passage, le recours même à un concours extérieur. Plusieurs postures peuvent être défendues et sont susceptibles d’être stylisées en quelques figures heuristiques.

16La première est très répandue chez les historiens, qui consiste à défendre l’autosuffisance de l’opération historienne et à se méfier tout autant des sociologues donneurs de leçons conceptuelles et épistémologiques, que des historiens, qualifiés de philosophant, quand leur commerce avec les sciences sociales apparaît intrusif et nuisible à la clarté et à la lisibilité du récit que doit être le produit fini du travail historien. Cela est particulièrement net en histoire politique contemporaine où la compétence de citoyen et la définition du travail de l’historien comme expert rétrospectif du travail des professionnels de la politique (ou du travail militant) constitue trop souvent le bagage existentiel et intellectuel qui définit ces mises au point temporelles de premier degré.

17La seconde consiste à faire comme s’il n’y avait aucun problème de translation, de traduction et à utiliser avec ou sans intention de franchir le barrage de l’anachronisme, les notions ponctuées dans leur acception courante, sans établir une quelconque adaptation au contexte, à leur mise en situation. Faire comme si on pouvait les utiliser à leur valeur faciale. Faire comme si, en toute ingénuité, des invariants langagiers pouvaient s’imposer. Ou faire comme si l’investissement métaphorique pouvait transformer le regard que l’on porte sur des choses qui n’ont pas été pensées et dites avec ces mots-là, ou avec ces sens-là. Si l’on impose espace public, opinion publique ou société civile sur des siècles où ces mots n’existaient pas, quelle opération fait-on au juste et quel autre point de vue/point de vision crée-t-on sur l’objet ?

18Ma préférence ira sans doute à une troisième posture qui pose comme point de départ que le premier travail en sciences sociales consiste en un apprentissage de la découverte des différences et que les situations que l’on peut étiqueter sous le mot de « protestations populaires » au XVe, au XVIIIe, ou au XXIe siècle sont tout à fait dissemblables, mais peuvent avoir des airs de parenté. Et c’est le comparatisme historique qui peut aider à faire penser ensemble et dans leurs différences ces formes de mouvement.

19Mais les problématiques du comparatisme, qu’il s’agisse d’une comparaison construite par le chercheur, produite par les acteurs au cours des transferts de technologies politiques toujours difficiles à saisir, ou d’une comparaison déniée, lors de la réinvention de formes déjà existantes, posent la question des antécédences et le problème des significations (une forme facialement semblable à une autre revêt-elle la même portée dans une autre configuration structurale ?). Barrer une route ne signifie pas la même chose pour des « rebelles » français du XVIIIe siècle que pour des agriculteurs polonais ou des piqueteros argentins contemporains. Mais ici comme ailleurs la comparaison entre pièces des répertoires peut se concevoir dans le même espace géographique – formellement semblable – ou dans des espaces différents ; ce que, certes, les idéaux-types de Tilly n’interdisent pas. Mais il s’agira de savoir contrôler ce qui est comparable dans le temps et dans les espaces géographiques et sociaux par exemple, pour les pièces de répertoires de l’action collective.

Espaces semblables

Espaces différents

Temporalité semblable

Comparer une émeute sur deux points du territoire français au XVIIIe siècle

Comparer une manifestation en France et en Turquie au XXe siècle

Temporalité différente

Comparer une émeute au XIXe siècle et une manifestation au XXe siècle en France

Comparer une émeute en France au au XVIIIe siècle et une émeute au Maroc au XXe siècle

  • 17 D’après Michel Offerlé, « Retour critique sur les répertoires de l’action collective (XVIIIe-XXIe (...)

Comparer les pièces de répertoires de l’action collective17.

20De la même manière, une présentation des pratiques de conquête des voix en France dans certaines circonscriptions, lors des élections de la IIIe République, fait parfois trop immédiatement sens chez un étudiant latino-américain qui aura tendance à penser avec ce type d’approche prête à l’emploi, sans penser contre : en pensant donc à l’opération conjointe d’acclimatation, de dépaysement et de contextualisation qui sont au principe des pratiques historiennes et sociologiques.

  • 18 Jacqueries et révolution dans la Chine du XXe siècle, Paris, Éditions de La Martinière, 2005.
  • 19 La Rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris, Seuil, 2002

21On voit bien tous les effets heuristiques que peuvent produire ces gymnastiques anthropologiques, avec les risques de placage et/ou d’anachronisme et/ou d’évolutionnisme. Lucien Bianco pense ainsi la Chine du XXe siècle18 en miroir à la France rebelle de l’Ancien régime étudiée par Jean Nicolas19, sans véritable état d’âme.

  • 20 Nicolas Offenstadt, « Guerre civile et espace public à la fin du Moyen Âge. La lutte des Armagnac (...)
  • 21 James C. Scott, Domination and the arts…, op. cit.

22Une fois cette question réglée, il s’agira d’utiliser la boîte à outils des sociologies de l’action collective, boîte à outils très contemporaine mais qui peut donner à voir et donner à penser sur des terrains autres que ceux sur lesquels et pour lesquels ces outils ont été construits. Il n’y a pas de militants au Moyen Age, mais la sociologie du militantisme peut être d’une belle efficacité heuristique pour entrer dans des carrières dissidentes. Il n’y a pas d’opinion publique au Moyen Age, mais s’intéresser en analyste matérialiste de l’opinion, aux agents qui « opinent », aux lieux où ils le font, aux pratiques diverses qui les manifestent, et à la manière dont ceux d’en haut disent s’intéresser à ce qui se dit et à ce que font ceux d’en bas, voilà un beau chantier qui a été développé par exemple par Nicolas Offenstadt, au travers de l’attention portée aux cris, aux couleurs, aux costumes, aux libelles, aux délibérations des villes, aux pavoisements, aux formes langagières20. Cela permet de comprendre comment les autorités s’inquiètent du maintien de l’ordre et de sa légitimité et comment, ce faisant, elles contribuent à prêter une consistance à des phénomènes qui ne cesseront d’être labélisés par ceux « d’en haut » sur un continuum, allant de l’insignifiance à l’impensable, en passant par la criminalisation sous toutes ses formes. Cela permet aussi, si les sources l’autorisent, de réfléchir sur le texte caché21 des dominés, sur les stratégies loyalistes d’acceptation de la domination qu’ils déploient sur la scène ouverte, et sur les multiples ruses dissimulationnistes qu’ils cultivent dans leur entre-soi pour dire et pratiquer toute la complexité d’une loyauté trop souvent réduite à l’adhésion. En effet les mots pour dire la loyauté ou plutôt les formes de loyauté sont, en français très nombreux, disparates et stimulants (cf. encadré no 3).

  • 22 James Wright, The Dissent of the Governed : Alienation and Democracy in America, New York, Academi (...)
  • 23 Michel Offerlé, « Périmètres du politique et co-production de la radicalité en France à la fin du (...)

23Comme le stylise J. Wright22, dans les démocraties modernes les consenters et les dissenters sont minoritaires, alors que les assenters (ceux qui donnent leur assentiment dans toute la panoplie de la loyauté) sont largement majoritaires et, c’est sur eux que repose la légitimité des régimes politiques. Une attention à ce qu’on a pu appeler les « registres de résilience23 », comme réservoirs pratiques, individuel et/ou collectif, à la fois immenses et situés socialement et historiquement, dont disposent les agents, permet par ailleurs de réintroduire un continuum entre les actions individuelles et les actions collectives.

Encadré no 3. Des mots pour dire la loyauté :
Loyauté, loyalisme, docilité, apathie, consentement, assentiment, fidélité, zèle, remise de soi, résistance muette, adhésion, fidélité muette, attachement, passivité, abstention, silence, délégation, résistance, soumission, indifférence, désaffection, acquiescement, approbation, adhésion, résignation, déférence, allégeance, foi, confiance, désintérêt, fatalisme, obéissance, obédience, distance intime, résistance oblique, « texte caché », résignation, servilité, collaboration, flagornerie, hypocrisie, flatterie, courtisanerie, débinage, adulation, vénération, admiration, passion, amour, renoncement, abandon, veulerie, attachement, affection, dévotion, dévouement, vénération, zèle, sacrifice, subordination, fourberie, dissimulation, raillerie, rumeur, dérision, nonchalance, braconnage, maraudage, ruse, feinte, escobarderie, sournoiserie, duplicité, emprise, assujettissement, attentes tacites, domination, cooptation, coulisses, ironie, statu quo, acceptable, arrangement, tolérance à l’égard de certaines pratiques, sentiment d’impuissance, souffrance silencieuse, dignité, aliénation, retrait, repli, évitement, distance intime, accommodement…

24Cette opération d’imposition conceptuelle doit avoir un objectif heuristique et se décliner sur le mode « tentons l’expérience » tout en sachant que ce détour expérimental ne saurait être pris au premier degré. S’il est efficace, il permettra de voir les choses autrement, que l’on avait pas vues avec les instruments habituels ; il autorisera à lire les sources d’une autre manière, il signifiera les différences qui interdisent de rabattre la révolte des Canuts sur la révolte des Croquants mais il ouvrira la porte à ce qui est implicite dans cet ensemble d’exercices : pratiquer le comparatisme historique comme double réflexivité.

  • 24 Voir notamment, « Mobilisations électorales et invention du citoyen » in Daniel Gaxie (dir.) Expli (...)
  • 25 Patrick Lehingue « Sociologie critique du vote » in Dictionnaire du vote, op. cit.

25Il s’agit de comparer des façons de faire différentes dans le temps d’actions que l’on peut regrouper sous un vocable général commun (rébellion, révolte, manifestations d’opinions.), et il s’agit de croiser les instruments scientifiques qui permettent d’en rendre compte, en comparant le savoir/savoir-faire des indigènes de l’époque, et les leviers historiens et sociologiques d’analyse. J’ai essayé de faire ce type d’opérations autour de la notion d’élections, sur un laps de temps beaucoup plus restreint que celui que notre colloque avait couvert : d’un côté un siècle séparant « l’invention » de l’électeur et des électorats de notre démocratie électorale mature, de l’autre une quête de l’opinion et de la politisation sur plus de six siècles. Dans mes travaux sur la mobilisation électorale au XIXe siècle24, que l’on peut « traduire » par « l’apprentissage de la démocratie électorale » ou par « comment les français(e) s sont devenu(e) s des électeurs/électrices », j’ai cherché à utiliser de manière raisonnée les concepts de la sociologie politique dite critique25 en les faisant travailler sur une période dans laquelle ils n’avaient pas été conçus, et pour laquelle ils n’avaient pas été prévus. En dialoguant tout à la fois avec les sociologues de « la » mobilisation et « des » mobilisations, et avec les historiens qui débattaient de problèmes, finalement pas entièrement différents, autour de la « coulée démocratique » agulhonienne. Pour ce faire, j’ai fait du terrain sur archives non pas tant par curiosité de néophyte (ma thèse de science politique était une thèse « historienne ») ni pour avoir mon brevet d’historien et pouvoir répondre au « combien de cartons ? » qui fait écho au « combien d’entretiens ? » des sociologues ; mais parce que outre le goût et le parti pris des archives, la confrontation d’un matériel et de questions de recherche me paraissaient (peut être plutôt me paraissent rétrospectivement) évidente.

26Ce débat qui consiste à se demander s’il convient ou non « d’aller voir » est un débat qui me semble dépassé même s’il s’agit là d’un vrai débat pas seulement technique mais épistémologique. Un commun apprentissage des techniques et méthodes des sciences sociales – donc du travail sur archives, donc du travail d’observation, donc du travail d’entretien et donc de la littérature qui les explicite et la met en œuvre – dès les premières années de licence – permettrait une socialisation pratique et croisée des historiens et des sociologues et lèverait les préventions, les inhibitions ou les naïvetés que constituent la gestion d’un territoire, d’une chasse gardée, à partir de la prétention au monopole du maniement légitime d’une technique censée le symboliser. Cette anthropologie politique évoquée par Jacques le Goff, cette ethnologie politique souhaitée par Maurice Agulhon ou cette socio-histoire que nous promouvons, ce ne sont que des manières de désigner la nécessaire unité des sciences sociales qui implique, par delà les ghettos disciplinaires et les routines intellectuelles et administratives qu’ils induisent, de savoir penser ensemble.

27Deux questions reviennent en antiennes récurrentes, deux questions complémentaires. Il s’agit d’abord de la division du travail scientifique « à la Durkheim », où l’historien va au charbon et le sociologue – en surplomb – généralise. Il s’agit ensuite de l’interrogation : « Faut-il faire confiance à l’historien ? » soupçonné dans cette veine, soit d’avoir mal vu ce qui était à voir, soit d’avoir mal construit les matériaux issus de son travail de terrain, lorsqu’il a une « prétention sociologique ».

  • 26 Séminaire du Grip, 29 mai 2010, autour de Structuring the State : The Formation of Italy and Germa (...)

28En fait nous travaillons tous par procuration. Tous nos travaux sont faits d’une part de première (observation, entretiens, archives) de seconde (entretiens, archives, ouvrages) ou de troisième main (ouvrages). On ne peut remonter à la source des sources en relisant tous les ouvrages que d’autres ont déjà lus ou revisiter des sources que d’autres ont construit en données. Ici comme ailleurs, il s’agit d’opérations de construction d’objets. Lorsque Daniel Ziblatt, historical sociologist états-unien, travaille sur les unifications allemande et italienne et sur le pourquoi de l’adoption ou du rejet du fédéralisme en Italie et en Allemagne dans leur construction étatique et nationale, il ne peut pas (23 États et principautés allemands et 7 italiens) reprendre à nouveau frais les multiples histoires et les multiples problèmes qu’il transforme en indicateurs chiffrés. Il préfère dire que les « historiens savent mieux que moi26 ».

29Parmi les sociologues qui se mêlent d’histoire ou qui se mêlent à l’histoire, toute la gamme est possible, et tout dépend du type de construction d’objets que l’on entend mettre en œuvre. Il y a de ce point de vue des postures divergentes dans la manière d’approcher un terrain et de trouver des solutions raisonnables en termes d’investigations : depuis les macrosociologues comparatistes entendant rendre compte des types d’États et des types de constitution d’États, en passant par la constitution raisonnée d’échantillons d’évènements comme a pu le faire dans le domaine de la contestation Charles Tilly, jusqu’aux formes socio-historiques de construction non chronologiques d’une question ou au traitement d’une séquence brève, d’un événement.

30Resterait à ouvrir une ultime boîte, après avoir tenté d’exposer des pratiques, de soulever des questions de faits et d’évoquer des programmes à partir d’un point de vue de plaidoyer interdisciplinaire. Mais je laisse ce soin aux lecteurs qui, au travers de la lecture des actes de ce colloque pourront ainsi comprendre comment pensent et comment pratiquent mes collègues historiens quand ils travaillent sur des objets transversaux par delà les délimitations de leurs territoires sociologiques. De quelque manière que l’on s’approprie leur texte, ce colloque ne les laissera pas indifférents.

Notes

1 Voir les activités du Grhispo en général (Groupe Histoire/Science politique) : http://www.afsp.msh-paris.fr/activite/groupe/grhispo/grhispo.html, ainsi que : Michel Offerlé et Henry Rousso (dir.), La fabrique interdisciplinaire. Histoire et science politique, Rennes, PUR, 2008.

2 Voir la rencontre organisée par le Grhispo le 18 septembre 2008 : Histoire médiévale et science politique : rencontres et non rencontres (programme accessible à partir du site du Grhispo).

3 Karl Polanyi, The Great Transformation. The politic and economic origins of our time, New York/Toronto, Farrar and Rinehart, 1944 [trad. fr. : Paris, Gallimard, 1983].

4 Jacques Le Goff, « L’histoire politique existe-t-elle ? », in Lucien Sfez (dir.), Science politique et interdisciplinarité : conférences (1998-2000), Paris, Publications de la Sorbonne, 2002.

5 Michel Offerlé, « Capacités politiques et politisations : faire voter et voter, XIXe-XXe siècles » (1 et 2), Genèses, 67, juin 2007 : 131-149 et 68, septembre 2007 : 145-160.

6 Voir les communications des journées de décembre 2010 à Lorient (http://www.afsp.msh-paris.fr/activite/groupe/grhispo/grhispo.html), à paraître aux PUR sous la direction de Laurent Le Gall, Michel Offerlé et François Ploux. Voir aussi « l’infra-politique » chez James C. Scott, Domination and the arts of resistance : hidden transcripts, New Haven, Yale University Press, 1990 [traduction française : Paris, éd. Amsterdam, 2009].

7 Nicolas Mariot, Bains de foule. Les voyages présidentiels en province, 1880-2002. Paris, Belin, « Socio-Histoires », 2006.

8 Voir par exemple Bastien François et Erik Neveu (dir.) Espaces mosaïques : acteurs, arènes et rhétoriques des débats publics contemporains, Rennes, PUR, 1999.

9 Voir notamment dans L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Nathan, 1998, comment Bernard Lahire interroge le couple habitus/dispositions.

10 Pour une courte mise au point, voir Michel Offerlé, « Cette société que l’on dit civile », in Jay Rowell et Anne-Marie Saint Gille (dir.), La société civile organisée au XIXe et XXe siècle : perspectives allemandes et françaises, Villeneuve d’Asq, Septentrion, 2010.

11 The social construction of what ?, Cambridge (Mass.)/London, Harvard University Press, 1999.

12 Michael Baxandall, Patterns of intention : on the historical explanation of pictures, Yale University Press, New Haven, 1985, Formes de l’intention : sur l’explication historique des tableaux (trad. de Catherine Fraixe), Jacqueline Champion, 1991, p. 107.

13 Cours de Pierre Bourdieu au collège de France, notes manuscrites, 5 octobre 1982.

14 14-18. Les refus de la guerre. Une histoire des mutins, Paris, Gallimard, Folio-histoire, 2010.

15 Le massacre des Italiens. Aigues-Mortes 17 août 1893, Paris, Fayard, 2010.

16 Le séminaire du Groupe de recherches interdisciplinaires sur le politique, introduit par Alexandre Lambelet et Julien Fretel s’est tenu autour de cet ouvrage de Gérard Noiriel le 30 juin 2010.

17 D’après Michel Offerlé, « Retour critique sur les répertoires de l’action collective (XVIIIe-XXIe siècles) », Politix, no 81, 2008/1, p. 181-202.

18 Jacqueries et révolution dans la Chine du XXe siècle, Paris, Éditions de La Martinière, 2005.

19 La Rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris, Seuil, 2002.

20 Nicolas Offenstadt, « Guerre civile et espace public à la fin du Moyen Âge. La lutte des Armagnac et des Bourguignons », in Laurent Bourquin et Philippe Hamon, La politisation. Conflits et construction du politique depuis le Moyen Âge, Rennes, PUR, 2010, p. 111-129.

21 James C. Scott, Domination and the arts…, op. cit.

22 James Wright, The Dissent of the Governed : Alienation and Democracy in America, New York, Academic Press, 1976. Sur la loyauté, voir Patrick Lehingue, « La loyalty, parent pauvre de la trilogie conceptuelle d’A. O. Hirschman », dans Josepha Laroche (dir.), La loyauté dans les relations internationales, Paris, L’Harmattan, 2001.

23 Michel Offerlé, « Périmètres du politique et co-production de la radicalité en France à la fin du XIXe siècle », in Annie Collovald et Brigitte Gaïti (dir.), La démocratie aux extrêmes : sur la radicalisation politique, Paris, La Dispute, 2006, p. 247 et sv.

24 Voir notamment, « Mobilisations électorales et invention du citoyen » in Daniel Gaxie (dir.) Explication du vote, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1985, p. 149-174 ; « Socio-histoire », in Pascal Perrineau et Dominique Reynié (dir.), Dictionnaire du vote, Paris, PUF, 2001 ; « De l’histoire électorale à la socio-histoire des électeurs », Romantisme. Revue du dix-neuvième siècle, no 135, 2007/1, p. 71-73.

25 Patrick Lehingue « Sociologie critique du vote » in Dictionnaire du vote, op. cit.

26 Séminaire du Grip, 29 mai 2010, autour de Structuring the State : The Formation of Italy and Germany. and The Puzzle of Federalism, Princeton University Press, 2008.

Notes de fin

1 Réponses : pour une anthropologie réflexive, Paris, Seuil, 1992, p. 72-73.

2 « Le marché des biens symboliques », L’Année sociologique, vol. XXII, 1972.

3 Entretien avec Philippe Fritsch in Propos sur le champ politique, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2000.

4 Pour une histoire conceptuelle du politique, Paris, Le Seuil, 2003.

5 Serge Berstein et Pierre Milza (dir.), Axes et Méthodes de l’histoire politique, Paris, PUF 1998, p. XIV.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540