Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

S'exprimer en temps de troubles

 | 
Laurent Bourquin
, 
Philippe Hamon
, 
Pierre Karila-Cohen
, 
et al.

Troisième partie. Nouveaux conflits, nouveaux enjeux ?

La censure et la bataille de l’opinion en Russie après la révolution de 1905 : la recherche d’un consensus autoritaire

Benjamin Guichard

Texte intégral

1La révolution de 1905 en Russie déstabilise profondément le régime tsariste. L’appareil d’État, soucieux d’apaiser la contestation et de miner l’opposition, s’engage dans des réformes d’inspiration libérale : la mise en place d’un parlement élu et la rédaction d’une constitution. Mais ces réformes sont concédées avec de nombreuses résistances et le charisme impérial est profondément entamé. Au lendemain du Dimanche rouge, au cours duquel a lieu la fusillade des processions venues porter au palais impérial les pétitions des ouvriers de la capitale le 9 janvier 1905, le prêtre Gapone, organisateur de la manifestation, s’écrit ainsi « Il n’y a plus ni Dieu, ni tsar ! »

  • 1 Abraham Ascher, The Revolution of 1905, Stanford, Stanford U. P., 1988 et 1992, 2 vol. ; François- (...)
  • 2 Richard Wortman, Scenarios of Power : Myth and Ceremony in Russian Monarchy, vol. 2, From Alexande (...)
  • 3 Caspar Ferenczi, « Freedom of the Press under the Old Regime, 1905-1914 », in Olga Crisp, Linda Ed (...)

2L’historiographie insiste sur la rupture majeure que constituent les événements de l’année 1905 pour l’image de l’Empereur en Russie, contribuant à une brutale désacralisation du pouvoir qui pèse lourdement sur les événements de 19171. Il serait toutefois erroné de lire l’histoire russe comme une lente dégradation de l’image d’un pouvoir que la guerre ferait finalement éclater. Au lendemain des événements révolutionnaires de 1905, le régime tsariste s’engage dans un effort manifeste de modernisation et cherche à renouer le lien entre l’Empereur et son peuple. Ces entreprises touchent aussi bien la propagande impériale que la réorganisation de l’armée et la conception de la communauté civique2. Dans cette perspective, l’opinion devient un objet politique pour l’État russe, soucieux de recréer un consensus autour du régime. La presse, notamment, est utilisée pour pallier la faillite du charisme impérial et de la religion3. La censure joue donc un rôle crucial dans ce programme car elle doit à la fois illustrer les efforts de libéralisation, en rompant avec la répression tous azimuts des oppositions, et contribuer à la consolidation du régime. Les nouvelles modalités de contrôle de la presse mises en place après 1905 s’appuient donc sur des conceptions de l’opinion publique qui permettent de concilier le principe de pluralisme et les pratiques de surveillance de la presse.

3Les réformes de la censure ne s’expliquent pas seulement par la pression des contestations politiques, elles trouvent leur origine dans un rejet des logiques de contrôle préventif des publications au sein même de l’administration chargée de surveiller les imprimés. Après l’abolition de la censure préventive en octobre 1905, cet organe développe de nouvelles activités, en marge du travail de contrôle de la presse au sens strict, destinées à renouveler son activité et à défendre sa légitimité aux yeux du monde de l’édition.

La remise en cause des principes de la censure au sein de l’appareil d’État

  • 4 Sur le fonctionnement de la censure russe après 1905, nous nous permettons de renvoyer à Benjamin (...)

4La censure est l’une des principales cibles de la contestation révolutionnaire de l’année 1905. Dans un souci d’apaisement, le tsar octroie le 17 octobre 1905 dans un manifeste toute une série de libertés fondamentales, dont la liberté d’expression. Ce principe se traduit en fait par la transformation du contrôle de la presse en une censure répressive, confiant à la justice la répression des délits de presse après publication. L’Administration des affaires de presse, en charge jusqu’ici de l’examen a priori des imprimés, est maintenue pour surveiller le commerce de la librairie et instruire les plaintes. Dans les heures qui suivent l’impression d’une publication, parallèlement à sa mise sur le marché, les censeurs examinent l’exemplaire remis au dépôt légal et, le cas échéant, ordonnent des poursuites judiciaires. À titre conservatoire, le titre est retiré de la vente sous le contrôle de la police. La « liberté de la presse » octroyée en octobre 1905 par le tsar se limite donc à la transformation de la censure avant publication en une censure a posteriori arbitrée par la justice. Cette politique ambigüe peut s’expliquer par la conciliation entre des concessions libérales, destinées à mettre fin à l’agitation révolutionnaire, et la volonté du régime de conserver des moyens de répressions4. L’étude des archives de la censure montre cependant que les motivations de l’administration sont plus complexes et qu’elle adhère en partie au projet d’abolition du contrôle des imprimés avant publication.

  • 5 S. I. Stykalin, « Russkoïe samoderjavie i legalnaïa petchat 1905 goda », in B. I. Esin, Iz istorii (...)
  • 6 S. I. Stykalin, « Russkoïe samoderjavie… », op. cit., p. 81.
  • 7 Michel Tissier, L’éducation aux libertés : culture juridique et changements socio-politiques en Ru (...)
  • 8 T. V. Antonova, « Dukh Miltona v Rossii », Otkrytaïa politika, 1996, 11/12, p. 76-81.

5La réforme d’octobre 1905, bien que mise en œuvre de façon précipitée sous la pression des événements révolutionnaires, n’est pas improvisée. Le changement de stratégie du régime est souhaité par les acteurs même de la censure. Ainsi, au printemps 1905, le ministre de l’Intérieur Boulyguine (autorité de tutelle de la censure) souligne dans un rapport au tsar « l’échec des méthodes de lutte policière » contre la propagande révolutionnaire : « On ne peut lutter contre ce mal qu’avec la même arme, la presse, et comme les publications clandestines n’ont pas les moyens de faire face à la libre critique, c’est cette dernière qu’il faut utiliser pour neutraliser le mal qu’apportent ce type d’imprimés5. » Dès janvier 1905, une commission consultative est chargée de faire évoluer la législation. Le représentant de l’Administration des affaires de presse y affirme que les restrictions imposées aux journaux ont facilité la diffusion des idées subversives et dangereuse pour le régime, avant de conclure que « la lutte contre les idées pernicieuses et dangereuses n’est efficace que si la presse est libre6 ». Ces arguments sur la contre-productivité de la censure reprennent largement les propos développés par le poète anglais du XVIIe siècle John Milton. Dans son pamphlet pour défense de la liberté de la presse, L’Aréopagitique, il soulignait que les entraves excessives imposées à la presse favorisent en réalité la multiplication de publications clandestines et se retournent donc contre le pouvoir. Ce texte connaît une grande fortune critique en Russie dans les années 1880, lorsque le durcissement des répressions policières est débordé par la violence terroriste. Le texte de Milton sert à critiquer le régime de censure et à défendre, contre la politique tsariste, le modèle parlementaire anglais. Les références louangeuses à la monarchie britanniques sont multiples dans les pamphlets et brochures politiques des années 1905-19067. Il n’en reste pas moins que leur reprise par des responsables de la censure peut surprendre. Cette situation s’explique par le fait que le propos de Milton a donné lieu en Russie, chez les intellectuels slavophiles, à une lecture dissociant la liberté de la presse du modèle parlementaire, considérant que la mise en place d’une presse libre assure le lien traditionnel entre le tsar et son peuple et rend inutile une représentation élue8. Les thèses de Milton sont ainsi utilisées par la censure car elles peuvent servir, dans le contexte russe, à alimenter une lecture étatiste de la liberté de la presse dans laquelle l’État serait le garant du commerce des opinions. Les initiatives prises par l’Administration des affaires de presse en lien avec l’abolition de la censure préventive corroborent cette lecture.

  • 9 Circulaire no 11725 du 19 octobre 1905 de l’Administration des affaires de presse reproduite dans (...)
  • 10 George Doctorow, « Reforma tsarskoï tsenzury », Kontinent, 36, 1983, p. 193.

6Aux yeux de l’administration tsariste, la liberté de la presse implique donc l’intervention de l’État. Tout au long de l’année 1905, l’Administration des affaires de presse réagit aux projets d’abolition de la censure préventive en développant une lecture critique de la notion de liberté d’expression. Deux jours après l’abrogation de la censure préventive, une circulaire adressée à tous les agents de cette administration souligne qu’une presse libre doit être encadrée par l’administration « parce qu’il n’existe dans aucun pays une liberté d’expression écrite qui ne soit pas encadrée par des lois pénales définies, et parce que chez nous aussi de telles lois limiteront toujours la liberté de la presse9 ». Lors des débats de la commission Kobeko chargée de réformer les lois sur la presse, le prince Chakhovskoï, représentant du ministère de l’Intérieur, appelle l’État à exercer une « tutelle paternelle » sur les ouvrages de petit format destiné au lectorat populaire compte tenu de la fragilité de ce public10.

  • 11 Cité par S. I. Stykalin, « Russkoe samoderjavie i legalnaïa petchat 1905 goda », in B. I. Esin (éd (...)

7Ces conceptions ne doivent toutefois pas être lues comme une simple restriction paternaliste. Il existe au sein de l’administration une vision positive de la liberté d’expression. Le ministre de l’Intérieur Boulyguine évoque ainsi, dans un rapport au tsar du printemps 1905, l’utilité d’une presse libre « qui saura alors exprimer les aspirations raisonnables de la société et luttera contre les phénomènes nuisibles aux intérêts de l’État11 ». Mais c’est aussitôt pour dénoncer le manque de maturité du paysage médiatique existant. L’essor des journaux satiriques et des brochures politiques est considéré par les cadres de l’Administration des affaires de presse comme un effet pervers de la mise en œuvre de la liberté de publier. L’opinion publique serait travestie par la surenchère des spéculations politiques et commerciales en un « magma confus d’idées » :

  • 12 Rossiski Gosudarstvenny Istoritcheski Arkhiv – Archives historiques russes d’État, Saint-Pétersbou (...)

« Les simples gens du peuple ont totalement changé, dans les grandes villes, mais aussi dans les bourgades les plus reculées de province et même dans les villages. […] La société n’est presque qu’un troupeau de moutons de Panurge, dont une partie saute dans le tourbillon des aventures de la rue et autres tandis que le reste les soutient plus ou moins activement. […]. Le ton de mauvaise éducation, de grossièreté, de cynisme dans les questions de la morale et du droit et, enfin, les tableaux éclatants du vice dans les romans de boulevard – tout cela déprave le lectorat, y compris d’un point de vue politique12. »

8La liberté de la presse n’est donc pas une valeur absolue : elle doit contribuer à l’émergence d’une opinion mûre et responsable mais le fonctionnement économique du monde de l’édition, le manque d’éducation de la société russe, donnent à l’État la responsabilité d’encadrer le commerce des idées. L’explosion de l’activité éditoriale, le poids de la publicité dans les journaux et de la course aux tirages disqualifient, aux yeux du régime, l’idée d’un libre marché de l’édition.

  • 13 Rapport interne de l’Administration des affaires de presse du 26 octobre 1905 cité d’après A. Likh (...)

9Cette critique nourrit des projets de transformation radicale du travail des organes de censure : au lieu de lutter contre les idées subversives, cette administration doit désormais « servir de courroie de transmission pour apporter à la connaissance du public la pensée du gouvernement et débarrasser l’opinion des erreurs de jugement sur les positions, les projets et les actions du gouvernement », tout en prenant en compte les besoins différents du lectorat urbain, éduqué, et ceux du lectorat populaire, majoritairement paysan13. Cette logique d’offre rompt radicalement avec les efforts développés à la fin du XIXe siècle pour freiner le développement d’une presse à grand tirage et du lectorat populaire et qui s’étaient manifestés, entre autres mesures, par une restriction de l’offre scolaire et par des obstacles mis à la création de nouveaux titres de presse.

10La lecture officielle russe permet ainsi de concilier le principe de liberté de la presse et l’intervention de l’État au nom de la protection des publics populaires et de la correction des risques de manipulation et de surenchère du monde journalistique. Comment ce discours est-il mis en œuvre ?

La censure au service de la concurrence des opinions

11La transformation du travail de la censure répond donc à trois objectifs : rompre avec les pratiques policières, marginaliser les oppositions et renforcer la diffusion de la communication gouvernementale. Ces projets se traduisent par de nouvelles formes d’intervention qui se concentrent sur la presse d’information.

  • 14 Jonathan Daly, « Pressa i gosudarstvo v Rossii (1906-1917 gg.) », Voprosy istorii, 2001, 10, p. 28 (...)

12Un « Bureau de collecte de l’information » est organisé au sein de la censure, non pour instruire les poursuites, mais pour relever les commentaires de la presse sur l’action du gouvernement, transmettre aux différents ministères des notes de synthèse sur l’appréciation de leur politique et leur permettre d’y réagir par des droits de réponse et des campagnes de communication appropriées14. La presse d’opinion n’est donc plus vue comme une menace pour la stabilité du régime mais, à l’inverse, comme un instrument de gouvernement susceptible d’aider le gouvernement à adapter sa communication et sa politique aux attentes de l’opinion.

  • 15 Cité par A. Likhomanov, Borba samoderjavia…, op. cit., p. 45-51.
  • 16 Cette expérimentation est étudiée en détail par A. Likhomanov, Borba samoderjavia…, op. cit., p. 4 (...)
  • 17 Ibidem, p. 65.

13Les efforts de l’Administration se concentrent surtout, dans un premier temps, sur la mise en place d’un nouveau titre de périodique, L’État russe, en février 1906, qui affiche de façon explicite son lien avec le pouvoir – par le choix du titre, bien sûr, et la présence des armes officielles en première page. Mais à la différence du support de la communication officielle qui existe par ailleurs, ce périodique cherche à s’implanter dans le paysage de la presse généraliste. C’est un journaliste connu pour avoir critiqué le tsar au printemps 1905 qui est nommé rédacteur en chef et le programme éditorial du premier numéro se présente comme une publication « ouvertement liée au gouvernement mais ouvrant ses colonnes à l’expression libre des opinions15 ». Ce souci de transparence et de pluralisme sont des innovations : jusque là, le régime préférait verser des subsides secrets à la presse nationaliste et monarchiste qui appuyait, sans jamais la discuter, sa politique. Cette politique de corruption fut toutefois poursuivie, selon des modalités que nous exposerons plus loin. Pour autant, l’expérience fait long feu : le titre ne trouve ni public ni collaborateurs. Pour mettre en scène le pluralisme des opinions, le rédacteur en chef rédige en fait seul tous les articles sous plusieurs noms d’emprunts. L’expérience est suspendue au bout de quelques mois16 et tentée, à nouveau sans plus de succès, en subventionnant secrètement un titre déjà implanté dans le lectorat urbain17.

  • 18 James H. Krukones, To the People : The Russian Government and the Newspaper Sel’skii Vestnik, 1881 (...)
  • 19 R. Wortman, Scenarios of Power…, op. cit., vol. 2, p. 489-499 ; I. S. Grigoriev, Pridvornaïa tsenz (...)
  • 20 L. Polianskaïa, « Arkhivny fond Glavnogo Oupravlenia po delam petchati », Literatournoïe nasledstv (...)

14Des initiatives plus ambitieuses sont prises à l’égard du public populaire. Le Messager des campagnes, publication officielle destinée aux administrations rurales, est transformé à partir de 1906 en un organe de presse diversifié répondant aux goûts de lecture distrayante et instructive de la paysannerie. La censure cherche ainsi à transformer la relation de l’État avec la presse, défendant l’idée que le régime doit désormais expliquer ses choix politiques à l’opinion. Le lancement du Messager des campagnes s’appuie sur la collaboration d’un éditeur privé moscovite, spécialisé dans la publication de littérature de colportage à destination des campagnes18. L’administration collabore étroitement avec cet éditeur privé pour rénover l’image du tsar : dans une logique inspirée du modèle victorien, l’image du tsar est reproduite à grand tirage sur toutes sortes de supports dans le souci de revaloriser son image dans le public populaire. Cette campagne atteint son apogée lors de la cérémonie du tricentenaire de la dynastie en 1913 : frappe d’une médaille à plus d’un million d’exemplaires (moins de 100 000 lors du sacre), apparition de l’image de l’empereur sur les timbres19. En 1914, lors de l’entrée en guerre, le gouvernement fusionne la rédaction du journal et le réseau de distribution de presse de la maison d’édition Sytine en un « Comité des publications populaires » destiné à alimenter de façon massive le marché rural en brochures sponsorisées par le gouvernement20. Il s’agit d’une véritable logique de popularisation de l’image du régime qui prolonge les tentatives de titres de presse officielle à grand tirage.

  • 21 Département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de Russie, Saint-Pétersbourg [désormais no (...)
  • 22 OR RNB, fonds 787, dossier 9, fo 4, circulaire de l’Administration générale des affaires de presse (...)
  • 23 Affiche de V. A. Tabourine, consultable à l’adresse : http://www.plakaty.ru/posters ? cid =2 & sor (...)
  • 24 Vystavka proizvedenij pečati za 1908 g., Saint-Pétersbourg, tipografiâ MVD, 1909, p. 20.

15La stratégie développée par la censure consiste donc à développer une communication gouvernementale susceptible de concurrencer à la fois la tribune parlementaire et la presse de masse. La censure reste toutefois aux yeux de l’opposition une institution conspuée, le maintien de l’Administration des affaires de presse et d’un contrôle après publication des imprimés est régulièrement dénoncé comme une entrave à la liberté d’expression octroyée par l’Empereur en octobre 1905. Dans les semaines qui suivent cette réforme, le conflit s’organise autour du refus du dépôt légal par les imprimeurs. L’Administration des affaires de presse cherche alors à légitimer son rôle face au monde de la presse. À partir de 1907, elle utilise ainsi le dépôt légal pour produire une bibliographie nationale et des expositions de la presse russe, en « attirant l’attention [du public] sur des aspects de son travail qui étaient, jusqu’ici, passés inaperçus21 ». À la différence des listes d’ouvrages recommandés par l’administration, autorisés dans les bibliothèques populaires ou des listes d’ouvrages interdits dans les cabinets de lecture et mis à l’index que la censure a multipliées jusqu’en 1905, cette bibliographie veut être un outil de recensement et de célébration de la richesse et de la diversité de la production imprimée en Russie obéissant à un but « pratique et scientifique22 ». Les expositions de la presse russe se tiennent dans les locaux du ministère de l’Intérieur. Il s’agit de manifestations à caractère patriotique, destinée à célébrer la richesse d’un secteur économique et de l’activité intellectuelle du pays. En 1911, la manifestation est annoncée par une affiche qui représente un ouvrier-typographe lisant un texte tout juste sorti des presses, sous une imposante lampe électrique, symbolisant à la fois la technicité, le rayonnement du savoir et les progrès de la culture au sein du peuple23. Le discours du catalogue de ces expositions souligne une volonté d’objectivité scientifique. Le but n’est pas de présenter aux visiteurs une sélection des ouvrages et publications valorisés par le pouvoir, mais de donner une image exhaustive de l’activité éditoriale du pays : il s’agit de « donner une idée réelle et impartiale de la presse russe, sans en excepter les organes opposants, même subversifs ou immoraux, même ceux qui ont pu donner lieu à des poursuites légales ou à des ordres d’interdiction24 ». En outre, ce travail bibliographique est confié à un ancien journaliste poursuivi pour avoir participé au boycott de la censure au cours de la révolution de 1905. Cette initiative s’inscrit dans une stratégie de légitimation de la censure qui cherche à montrer que son action n’est pas réservée au seul bénéfice de l’État mais contribue à un développement raisonné de la presse.

16Cette stratégie de valorisation de l’Administration des affaires de presse est annoncée dès le début de l’année 1905 lorsque son responsable, évoquant la subordination de la censure répressive aux procédures judiciaires, estime que :

  • 25 N. V. Machkova, Istoriia russkoï bibliografii natchala XX veka (do oktiabria 1917 g.), Moscou, Kni (...)

« Les nouvelles lois sur la presse feront que, de plus en plus, les organes de contrôle répondront de leur activité non pas devant le gouvernement mais devant l’opinion et se trouveront plus exposés qu’aujourd’hui25. »

17Ces différentes initiatives soulignent la volonté des autorités tsaristes de défendre la légitimité d’une intervention de l’État dans le cadre d’un régime de liberté d’expression marqué par l’abolition de la censure tsariste. Face au modèle d’une libre concurrence des opinions, l’intervention de l’État est justifiée par des motifs politiques (répondre aux critiques) et pratiques (la mise en place d’une bibliographie nationale). Le maintien de l’appareil de censure est également lié à une lecture réactionnaire de la notion d’opinion publique que le régime cherche à instrumentaliser à son profit.

Censure et fabrication de l’opinion

18L’image d’une opinion publique compatible avec les intérêts de l’État est toutefois contrebalancée par la dénonciation du fonctionnement du monde de la presse : comme nous l’avons vu, les censeurs dénoncent la « démagogie », la « pornographie » des publications et s’inquiètent pour un lectorat populaire influençable afin de contester la possibilité d’une opinion publique « éclairée ». Cette interprétation idéologique de la notion d’opinion et de la société russe par la censure doit être précisée.

19Le vocabulaire politique russe d’avant 1917 divise la société en trois sphères : l’État (gosudarstvo, au sens propre : le domaine du souverain), qui désigne aussi bien le sommet de l’État que l’ensemble de ses agents et la société qui se divise entre le peuple (narod, utilisé pour désigner les masses paysannes et ouvrières) et la « société éclairée » (obchtchestvo) utilisée pour désigner toutes les formes d’organisations sociales et les élites, politiques, intellectuelles ou professionnelles, qui échappent à la sphère de l’État. C’est ce dernier terme qui est utilisé en russe pour forger la notion d’opinion publique (obchtchestvennoïe mnenie). La presse est ainsi considérée comme l’expression d’une élite sociale et intellectuelle susceptible, par ce biais, de concurrencer l’État dans le travail d’encadrement et d’influence des masses populaires (narod).

  • 26 Lettre de Witte à l’ober-procureur du Saint-Synode Pobedonostsev, publiée dans la revue Krasny ark (...)
  • 27 Charles Ruud, Fighting Words : Imperial Censorship and the Russian Press (1804-1906), Toronto, Uni (...)
  • 28 Ivan Tobolin, « Reptilnyj fond v 1914-1916 gg »., Krasny arkhiv, 1925, 10, p. 332.

20Au début de l’année 1905, le ministre réformateur Witte défend devant les conservateurs la nécessité d’une évolution de la censure pour « prendre en main le flot de pensées de la population » sous peine d’être entraînée par les courants d’opposition26. Cette expression doit être prise au sens littéral : avec l’abolition de la censure préventive, l’État s’engage dans une logique de fabrication de l’opinion sous la forme de versements de subsides secrets aux rédactions en l’échange d’un droit de regard sur leur ligne éditoriale. Cette pratique du « fonds reptilien » était déjà pratiquée les années précédentes : soit pour subventionner des titres monarchistes et antisémites, soit pour accompagner certaines initiatives politiques du gouvernement – notamment pour appuyer la campagne de lancement des emprunts russe, la pratique de corruption s’étendant jusqu’aux journaux étrangers27. À partir de 1906, cette politique s’élargit et une ligne budgétaire spécifique est créée, qui double de volume entre 1906 et 1911, puis explose entre 1911 et 1914, passant en moins de dix ans de 150 000 à un million de roubles. Le poids donné aux titres nationalistes et monarchistes recule au profit du soutien de journaux d’informations généralistes des grandes villes de province, une stratégie développée notamment par Stolypine lors de la campagne pour les élections de la Seconde Douma28.

  • 29 A. Ascher, The Revolution of 1905, op. cit. vol. 1, p. 233 ; C. Ruud, Fighting words, op. cit., p. (...)
  • 30 É. V. Letenkov, art. cité, p. 80-89.

21L’édition est ainsi considérée par le pouvoir comme un outil incontournable qu’il faut transformer pour l’exploiter. Witte multiplie dans ce sens les contacts directs avec des journalistes choisis, introduisant en Russie la pratique des conférences de presse29. Cette politique d’encadrement du monde éditorial est complétée, mais de façon imparfaite, par un contrôle des agences de presse, le régime tentant de contrôler les communiqués fournis aux journaux. Les premières initiatives prises en la matière commencent en 1906 et allient à la fois la création d’une agence de presse officielle et la création d’agences officieuses, confiées à des personnes privées mais financées et commandées par le régime. Ce n’est que pendant la guerre, cependant, que cette politique sera systématisée30.

  • 31 On relève la présence ou l’intervention des directeurs de l’Administration des affaires de presse (...)
  • 32 Ces idées sont exposées de façon convergente dans plusieurs pamphlets monarchistes : V. Drozdov, « (...)
  • 33 I. V. Chestakova, « K istorii zakonoproekta o petchati ot 26 aprelia 1914 g. », Utchenye zapiski L (...)

22Le développement d’une presse officieuse est fondé sur une lecture obsidionale du développement de la presse. L’échec des titres favorables au gouvernement est expliquée à la fois par l’emprise de la spéculation commerciale d’une presse à sensation qui cherche à attirer le lectorat par la démagogie politique et le contrôle financier des journaux par des milieux hostiles aux intérêts russes : deux critiques qui se rejoignent dans la dénonciation de l’emprise d’un « capitalisme juif » sur les journaux russes. Cette critique est développée explicitement dans les groupes de l’extrême droite monarchiste. On retrouve ces arguments dans les discussions de la Noblesse unie, un groupement réactionnaire de défense des intérêts de la noblesse foncière qui cherche à fédérer les forces monarchistes, dont les chefs successifs de la censure entre 1905 et 1914 sont proches31. Cette volonté nationaliste de protection du « peuple russe » s’observe notamment dans la priorité qui est donnée au public paysan et provincial dans le versement des subsides, le public des capitales étant jugé trop perverti par l’influence de la mauvaise presse et déloyal à l’égard du régime. À partir de 1912, le gouvernement prépare une réforme de la censure largement inspirée par les revendications de l’extrême-droite monarchiste. Le principe d’un retour à la censure préventive est unanimement rejeté par tous les courants de cette extrême droite monarchiste. On lui préfère l’institution de tribunaux spéciaux, composés à moitié de représentants de l’administration et de « rédacteurs assermentés » pour juger des délits de presse. Pour mieux encadrer la presse, il est proposé l’instauration d’un « cens » pour l’accès aux fonctions d’éditeur et de rédacteur de la presse périodique. Ce dernier dépendrait des conditions suivantes : être sujet russe, disposer d’un capital personnel et d’un niveau d’instruction secondaire au minimum et, dans certains textes, ne pas être juif32. Ces restrictions dessinent ainsi l’image d’une opinion publique idéale aux yeux du régime tsariste, dont la loyauté sera garantie à la fois par des critères sociaux (le revenu, l’instruction) et ethniques (la disqualification des juifs). Ces idées seront reprises sous une forme atténuée dans un projet de loi gouvernemental présenté à la Douma à la veille da la guerre33.

23Il faut souligner la concomitance entre la mise en place de titres comme L’État russe, revendiquant ouvertement leur lien avec l’appareil d’État, et les tentatives de créations de titres officieux, secrètement subventionnés par le régime, qui traduit l’existence de stratégies divergentes au sein de l’appareil d’État et le conflit entre la volonté d’instrumentalisation de la notion d’opinion comme outil de gouvernement et le manque de moyens de contrôle effectif sur une presse de masse en plein essor.

Conclusion

  • 34 Vsevolod Dourdenevski, « Le régime de la presse en Russie et son projet de réforme », Revue du dro (...)

24Les réactions de l’appareil de censure au régime de liberté modérée de la presse instauré après 1905 s’organisent donc bien autour de deux logiques apparemment contradictoires : celle d’un encadrement objectif et transparent d’un régime qui cherche à valoriser la libre expression des opinions et à organiser cette compétition à son profit et celle d’un régime sur la défensive qui intervient en sous-main et cherche à manipuler et contrôler l’information. Ces deux lignes politiques donnent l’image d’une législation ambigüe, « un régime mixte […], une transaction entre l’État de droit et l’État de police34 ». Plutôt que d’y voir une contradiction entre des tendances opposées, autoritaires et libérales, la logique du fonctionnement de la censure repose plutôt sur une double lecture du régime de l’opinion. La censure dénonce la contre-productivité de l’encadrement policier de la presse et défend l’idée que la liberté d’expression peut affaiblir les extrémismes politiques. Mais elle s’appuie sur une lecture pessimiste de la société russe pour justifier son interventionnisme. Arguant du « manque de maturité » de l’opinion russe ou de l’emprise du « capitalisme juif », elle dénonce les entraves à l’information objective du peuple russe que présente selon elle le paysage journalistique russe.

  • 35 Sur les conceptions classiques de la censure, voir Sandro Landi, Naissance de l’opinion publique d (...)

25Ces contradictions expliquent en grande partie l’échec du régime face à la presse après 1905. Soucieuse d’utiliser le développement de la presse pour offrir au régime une nouvelle assise et un instrument de gouvernement, la censure s’avère incapable de contrôler et d’encadrer un secteur qui connaît un développement rapide et dont le développement industriel marginalise ses tentatives de pression financière. Ces initiatives contradictoires s’expliquent en partie par la crise de légitimité de la censure : elle cherche à la fois à répondre à la critique du monde de la presse qui l’accuse d’entraver la liberté d’expression et la concurrence des instances policières qui continuent de recourir à des méthodes discrétionnaires de contrôle des imprimés en s’appuyant sur les pouvoirs de polices donnés par une série de lois d’exception. Ces initiatives témoignent toutefois d’un projet modernisateur qui cherche à élargir la logique de la censure à une politique de contrôle de l’opinion par le biais de l’information et d’exploitation de la presse comme outil du travail gouvernemental. On peut donc y voir un effort d’adaptation des conceptions classiques de la censure élaborée par les sciences camérales entre le XVIe et le XVIIIe siècle, comme révélateur et instrumentalisation politique de l’opinion, au phénomène de la presse de masse35. Le contrôle des imprimés passe ainsi d’un simple travail de prohibition des informations à une logique de communication qui prend en compte l’étude des publics et esquisse la logique d’une propagande d’État moderne appuyée sur la presse de masse, à la fois comme relai du message politique gouvernemental et comme espace encadré de critique du pouvoir.

26Les transformations de la censure russe après 1905 reposent donc sur une modernisation de la vie politique qui cherche à transformer l’assise du régime, d’une adhésion suscitée par le charisme impérial à une adhésion délibérée appuyée sur une logique d’opinion. S’appuyant sur les transformations du paysage médiatique, l’attitude de l’État face à la presse cherche donc à prendre en compte le poids du fonctionnement financier des journaux dans sa politique de contrôle et d’encadrement :

  • En défendant l’idée d’une possible neutralité de l’État face à la concurrence commerciale des opinions : l’État serait alors un arbitre objectif susceptible de lier commerce des opinions et défense de l’intérêt collectif contre la vision libérale faisant de l’indépendance face à l’administration la condition d’une expression libre. Cette conception d’une neutralité d’expression protégée par l’État contre les exploitations commerciales se retrouve dans la défense des monopoles publics sur la radio ou le cinéma qui se développe dans plusieurs pays européens dans le premier tiers du XXe siècle36. En Russie, le régime tsariste défend pour des raisons analogues, en 1916, un projet de nationalisation du cinéma qui sera mis en œuvre… par les bolcheviks dans des modalités assez proches.
  • En développant une logique de propagande qui ne fait pas reposer le contrôle de la presse sur un filtrage des informations mais sur le développement de liens de dépendance, financière, technique, des journaux envers l’État.
  • Enfin, apparaît l’idée que la presse est une condition de l’action politique, permettant d’apprécier l’effet des politiques gouvernementales et de formuler des priorités en fonction des attentes et des réactions du public. On passe ainsi d’une logique de contrôle à une logique de surveillance de la presse devenant une des sources de l’information gouvernementale sur l’état de la société37.

27La guerre et le régime soviétique développeront bien sûr ces différentes logiques à une échelle inédite.

Notes

1 Abraham Ascher, The Revolution of 1905, Stanford, Stanford U. P., 1988 et 1992, 2 vol. ; François-Xavier Coquin, 1905, la révolution russe manquée, Bruxelles, Complexe, 1985 ; Marc Szeftel, The Russian Constitution of April 23, 1906 : Political Institutions of the Duma Monarchy, Bruxelles, Éditions de la librairie encyclopédique, 1976.

2 Richard Wortman, Scenarios of Power : Myth and Ceremony in Russian Monarchy, vol. 2, From Alexander II to the abdication of Nicholas II, Princeton, Princeton U. P., 2000 ; Joshua Sanborn, Drafting the Russian Nation : military conscription, total war and mass politics, DeKalb, Northern Illinois University Press, 2003.

3 Caspar Ferenczi, « Freedom of the Press under the Old Regime, 1905-1914 », in Olga Crisp, Linda Edmondson (dir.), Civil Rights in Imperial Russia, Oxford, Clarendon, 1989, p. 191-214 ; A. V. Likhomanov, Borba samoderjavia za obchtchestvennoïe mnenie, 1905-1907 gg., Saint-Pétersbourg, Rossiskaïa Natsionalnaïa Biblioteka, 1997.

4 Sur le fonctionnement de la censure russe après 1905, nous nous permettons de renvoyer à Benjamin Guichard, « Des censeurs aux inspecteurs de la presse : crise et métamorphose des organes de censure après 1905 », Cahiers du monde russe, 48/2-3, 2007, p. 331-346.

5 S. I. Stykalin, « Russkoïe samoderjavie i legalnaïa petchat 1905 goda », in B. I. Esin, Iz istorii russkoï jurnalistiki kontsa XIX-natchala XX veka, Moscou, izdatelstvo Moskovogo universiteta, 1973, p. 76.

6 S. I. Stykalin, « Russkoïe samoderjavie… », op. cit., p. 81.

7 Michel Tissier, L’éducation aux libertés : culture juridique et changements socio-politiques en Russie des années 1890 à 1917, Paris, thèse d’histoire de l’université Paris-I, 2009, p. 387-390.

8 T. V. Antonova, « Dukh Miltona v Rossii », Otkrytaïa politika, 1996, 11/12, p. 76-81.

9 Circulaire no 11725 du 19 octobre 1905 de l’Administration des affaires de presse reproduite dans Knijny vestnik, XXII, 44, 30 octobre 1905, col. 1251-1253.

10 George Doctorow, « Reforma tsarskoï tsenzury », Kontinent, 36, 1983, p. 193.

11 Cité par S. I. Stykalin, « Russkoe samoderjavie i legalnaïa petchat 1905 goda », in B. I. Esin (éd.), Iz istorii rousskoï journalistiki kontsa XIX-natchala XX veka, Moscou, izdatelstvo Moskovskogo universiteta, 1973, p. 83.

12 Rossiski Gosudarstvenny Istoritcheski Arkhiv – Archives historiques russes d’État, Saint-Pétersbourg [désormais noté RGIA], fonds 776, inventaire 22 (1905), dossier 70, rapport interne de l’Administration générale des affaires de presse du 26 avril 1905, fo 1-6.

13 Rapport interne de l’Administration des affaires de presse du 26 octobre 1905 cité d’après A. Likhomanov, Borba samoderjavia, op. cit., p. 36.

14 Jonathan Daly, « Pressa i gosudarstvo v Rossii (1906-1917 gg.) », Voprosy istorii, 2001, 10, p. 28-29 ; É. V. Letenkov, « Kistorii pravitelstvennykh informatsionnykh tsentrov v Rossii, 1906-1917 gg. », Vestnik Leningradskogo universiteta, 1972, 20 (série histoire), t. 4, p. 80-89.

15 Cité par A. Likhomanov, Borba samoderjavia…, op. cit., p. 45-51.

16 Cette expérimentation est étudiée en détail par A. Likhomanov, Borba samoderjavia…, op. cit., p. 45-51.

17 Ibidem, p. 65.

18 James H. Krukones, To the People : The Russian Government and the Newspaper Sel’skii Vestnik, 1881-1917, New York, Garland Publishing, 1987.

19 R. Wortman, Scenarios of Power…, op. cit., vol. 2, p. 489-499 ; I. S. Grigoriev, Pridvornaïa tsenzura i obraz verkhovnoï vlasti, 1831-1917, Saint-Pétersbourg, Aleteia, 2007.

20 L. Polianskaïa, « Arkhivny fond Glavnogo Oupravlenia po delam petchati », Literatournoïe nasledstvo, 1935, t. 22-25, p. 626 ; sur la maison Sytin voir Charles Ruud, A Russian Entrepreneur : Publisher Ivan Sytin of Moscow (1851-1934), Montreal-Kingston, Mc Gill – Queen’s University Press, 1990.

21 Département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de Russie, Saint-Pétersbourg [désormais noté OR RNB], fonds 787, dossier 16, fo 1.

22 OR RNB, fonds 787, dossier 9, fo 4, circulaire de l’Administration générale des affaires de presse no 7147 du 8 juillet 1907.

23 Affiche de V. A. Tabourine, consultable à l’adresse : http://www.plakaty.ru/posters ? cid =2 & sort = y ear& part = 1910& id = 1685.

24 Vystavka proizvedenij pečati za 1908 g., Saint-Pétersbourg, tipografiâ MVD, 1909, p. 20.

25 N. V. Machkova, Istoriia russkoï bibliografii natchala XX veka (do oktiabria 1917 g.), Moscou, Kniga, 1969, p. 46.

26 Lettre de Witte à l’ober-procureur du Saint-Synode Pobedonostsev, publiée dans la revue Krasny arkhiv, 1928, no 5 (30), p. 112.

27 Charles Ruud, Fighting Words : Imperial Censorship and the Russian Press (1804-1906), Toronto, University of Toronto Press, p. 215-216

28 Ivan Tobolin, « Reptilnyj fond v 1914-1916 gg »., Krasny arkhiv, 1925, 10, p. 332.

29 A. Ascher, The Revolution of 1905, op. cit. vol. 1, p. 233 ; C. Ruud, Fighting words, op. cit., p. 222.

30 É. V. Letenkov, art. cité, p. 80-89.

31 On relève la présence ou l’intervention des directeurs de l’Administration des affaires de presse dans les congrès de la Noblesse unie : A. P. Korelin (éd.), Obedinennoe dvorianstvo : siezdy oupolnomotchennykh gubernskikh dvorianskikh obchtchestv (1906-1916 gg.), Moscou, Rosspen, 2001, vol. 2, t. 2, p. 580 et 582, vol. 3, p. 250.

32 Ces idées sont exposées de façon convergente dans plusieurs pamphlets monarchistes : V. Drozdov, « Novy printsip zakonodatelstva o petchati », Svidetel, 10-11, avril-mai 1908, p. 75-82 ; L. Semenov [S. F. Charapov], Kabinet diktatora, Moscou, 1909, chapitre 52 ; [B. V. Nazarevski], Svboda petchati, Moscou, Vernost’, 1910, p. 9-18.

33 I. V. Chestakova, « K istorii zakonoproekta o petchati ot 26 aprelia 1914 g. », Utchenye zapiski Leningradskogo pedagogitcheskogo Universiteta, 1971, t. 298, p. 133.

34 Vsevolod Dourdenevski, « Le régime de la presse en Russie et son projet de réforme », Revue du droit public et de la science politique en France et à l’étranger, vol. XXXI, 1914, p. 308.

35 Sur les conceptions classiques de la censure, voir Sandro Landi, Naissance de l’opinion publique dans l’Italie moderne : sagesse du peuple et savoir de gouvernement à l’époque moderne, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006.

36 Le cas britannique est le plus connu : Paddy Scannell, A Social History of British Broadcasting, vol. 1, Serving the Nation 1922-1939, Oxford, Basil Blackwell, 1991.

37 Sur la conceptualisation de ce passage d’une logique de contrôle à une logique de collecte de l’information : Peter Holquist, « “Information is the Alpha and Omega of our Work” : Bolshevik Surveillance in its Pan-European Context », Journal of Modern History, septembre 1997, 69/4, p. 415-450.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540