Desktop versionMobile Version

S'exprimer en temps de troubles

 | 
Laurent Bourquin
, 
Philippe Hamon
, 
Pierre Karila-Cohen
, 
et al.

Troisième partie. Nouveaux conflits, nouveaux enjeux ?

Lire l’opinion publique dans les États-Unis de la Reconstruction (1865-1877)

Nicolas Barreyre

Volltext

  • 1 James Bryce, The American Commonwealth, 3e éd. rev. et augm., New York, Macmillan & Co., 1895, vol (...)

« L’opinion publique est omnipotente mais indéterminée, souverain que chacun écoute mais dont les mots sont difficiles à entendre, parce qu’il parle par autant de bouches que compte de vagues une mer déchaînée1. »

  • 2 Sur la comparaison avec Tocqueville, voir notamment la recension faite à la parution par Woodrow W (...)
  • 3 La théorie de James Bryce sur l’opinion publique s’est imposée comme une référence majeure dans le (...)
  • 4 J. Bryce, The American Commonwealth, op. cit., vol. 2, p. 247.

1Ainsi l’Anglais James Bryce décrit-il le rôle de l’opinion publique aux États-Unis de la fin du XIXe siècle. Cet historien du droit et homme politique libéral publie en 1888 un livre très remarqué sur le système politique américain, intitulé The American Commonwealth. L’ouvrage marque les Américains, qui le comparent aussitôt à De la Démocratie en Amérique d’Alexis de Tocqueville, dont ils ont redécouvert la pensée avec la crise de la Sécession2. Très complet et systématique dans ses analyses des institutions politiques américaines et de leur fonctionnement, Bryce consacre, sur les six qui composent son livre, une partie entière à l’opinion publique, son rôle et les relations que les hommes politiques entretiennent avec elle3. Pour cet observateur étranger, la question est centrale pour comprendre le système politique américain de cette époque. « Dans aucun pays, écrit-il, l’opinion publique n’est aussi puissante qu’aux États-Unis : dans aucun pays, celle-ci ne peut être aussi bien étudiée4. »

  • 5 J. Bryce, The American Commonwealth, op. cit., vol. 2, p. 277.
  • 6 James Garfield est un cas particulièrement exemplaire de l’attention que les hommes politiques amé (...)

2Cette appréciation du poids de l’opinion publique est très clairement partagée par le personnel politique américain, dans un système où « les élections […] sont aussi nombreuses que les révolutions au Pérou5 », et où la légitimité du pouvoir, aussi bien constitutionnellement que dans la rhétorique politique quotidienne, est issue de la souveraineté populaire. James Garfield, par exemple, a tout à fait conscience de cette relation6. D’un côté, ce leader du parti républicain, représentant de l’Ohio pendant près de vingt ans (1863-1881), puis président des États-Unis pendant quelques mois en 1881, revendique une marge de manœuvre réelle par rapport à ses électeurs :

  • 7 Lettre de James Garfield à W. T. Spear, 24 juin 1868, Garfield Papers, Library of Congress (désorm (...)

« Un représentant est lié à ses électeurs comme un avocat l’est à ses clients : il doit défendre leurs intérêts, mais exercer son propre jugement pour ce faire. […] Je me sens tenu de suivre mes convictions, et présenter mon bilan aux élections suivantes afin qu’il soit approuvé ou sanctionné. […] Le contraire serait dégradant pour le représentant7. »

  • 8 Lettre de J. Garfield à Charles E. Henry, 31 mai 1870, Garfield Papers, L. C., série 6A, vol. 5.
  • 9 Loïc Blondiaux souligne que l’un des apports les plus neufs de James Bryce est de considérer l’opi (...)

3Mais d’un autre côté, Garfield reste très attentif à l’évolution générale de l’opinion publique, dont il tire sa légitimité. S’opposant ainsi aux sidérurgistes de sa circonscription en 1870, il n’hésite pas à fustiger « la perversité de leur aveuglement aux indications générales de l’opinion publique8 ». S’il ne veut pas se montrer servile à l’égard de l’opinion publique, Garfield n’en est pas moins un élu dont le mandat est de représenter l’ensemble de ses électeurs. Son attention quotidienne à ce qui se pense et se dit sur les affaires politiques, notamment dans sa circonscription, indique l’importance qu’il attache à bonne appréhension de l’opinion publique, aussi bien pour remplir sa fonction que pour survivre politiquement9.

  • 10 La concurrence entre les indicateurs possibles de l’opinion, et surtout entre les discours de ceux (...)

4La question qui se pose alors est celle des moyens utilisés par Garfield, et les hommes politiques en général, pour prendre le pouls de cette opinion publique si cruciale. Comment James Garfield peut-il ainsi prétendre mieux connaître l’état de celle-ci que les sidérurgistes qui l’attaquent ? Plus largement, quels moyens a-t-il de penser que sa compréhension de l’avis de ses électeurs est meilleure que la leur, alors qu’il vit à Washington, bien loin de sa circonscription10 ?

  • 11 Sur la fécondité d’une telle approche pour l’historien des États-Unis, voir Nicolas Barreyre, « Ad (...)
  • 12 On trouvera une synthèse utile sur la Reconstruction dans Nicolas Barreyre et Paul Schor, De l’Éma (...)

5Pour répondre à cette question, l’élection présidentielle de 1872 peut servir d’observatoire privilégié. En effet, elle donne à voir l’histoire d’un échec colossal, celui d’un groupe de dissidents républicains qui a tenté de reconfigurer le paysage politique en imposant de nouveaux thèmes par la création d’un mouvement, les « libéraux ». Comme souvent, cet échec s’avère riche d’enseignements pour l’historien, car il met au jour les présupposés qui sous-tendent l’action des acteurs historiques. C’est en effet justement parce qu’ils ne fonctionnent plus et deviennent donc problématiques, que des manières de faire longtemps restées dans le silence de l’évidence apparaissent de manière plus visible dans les sources11. C’est d’autant plus vrai dans ce cas précis que l’élection de 1872 ponctue une période de conflit politique très intense aux États-Unis : la Reconstruction. Ce processus de règlement de la guerre de Sécession est une période de transformation en profondeur du Sud. Les tensions politiques qui l’accompagnent sont particulièrement intenses, et la rapidité et la portée des changements déstabilisent les repères habituels, obligeant à une redéfinition – et donc à une explicitation – de nombreux fonctionnements politiques12.

  • 13 La production scientifique est abondante sur cette question en science politique, mais porte surto (...)

6L’élection présidentielle de 1872 peut donc servir de point d’entrée utile pour comprendre les démarches mises en œuvre par les hommes politiques américains de la fin du XIXe siècle pour prendre le pouls de l’opinion publique, action qu’ils jugent indispensable à leur travail de représentation, mais surtout de réélection. Il existe une abondante historiographie sur le travail et les méthodes du personnel politique pour accéder au pouvoir et s’y maintenir13. Celle-ci s’est toutefois focalisée sur la manière dont les partis mobilisaient leurs électeurs, et cherchaient à influencer l’opinion, en-dehors de tous les autres moyens (pas toujours démocratiques) de rester au pouvoir. Le principal point aveugle concerne les mécanismes de perception (active ou passive) de l’opinion publique par les acteurs politiques. Une première partie s’intéressera donc aux conséquences historiographiques de cette absence pour notre compréhension des processus politiques de cette époque. Une deuxième partie présentera alors le déroulement général de l’élection de 1872, pour, dans un troisième temps, mettre au jour ces mécanismes de lecture de l’opinion publique.

Problèmes et méthodes de l’histoire de « l’opinion publique » aux États-Unis du XIXe siècle

  • 14 On trouvera un historique récent du champ dans Michael J. Korzi, « Lapsed Memory ? The Roots of Am (...)
  • 15 De manière significative, l’Association américaine pour la recherche sur l’opinion publique (AAPOR (...)

7L’opinion publique est probablement l’une des catégories dont l’usage qu’en font les historiens qui travaillent sur le XIXe siècle américain est le moins réfléchi. Alors que les sondages saturent la vie politique et médiatique aujourd’hui, cette obsession ne s’est pas reportée sur notre vision du XIXe siècle. Il existe un énorme champ de recherches sur l’opinion publique, qui a pris son essor dans les années 1930 : au croisement de la science politique et de la psychologie sociale, ce domaine porte surtout sur la méthodologie des sondages, les fondements épistémologiques de la quantification de l’opinion publique, et sur les mécanismes institutionnels de sa représentation politique et sociale14. Il porte donc quasiment exclusivement sur le XXe siècle : les travaux sur le siècle précédent sont eux, dans ce domaine, très rares15. On peut sans doute y voir un effet de sources : avant le développement des sondages dans les années 1930, peu de documents permettent d’évaluer l’opinion publique de manière panoramique.

  • 16 Alexander Keyssar, The Right to Vote : The Contested History of Democracy in the United States, Ne (...)
  • 17 William Gillette, Retreat from Reconstruction, 1869-1879, Baton Rouge, Louisiana State University (...)
  • 18 Samuel DeCanio, « Religion and Nineteenth-Century Voting Behavior : A New Look at Some Old Data »,(...)
  • 19 Nicolas Barreyre, « The politics of Economic Crises : the The Panic of 1873, the End of Recontruct (...)

8Du côté de l’historiographie politique du XIXe siècle, l’opinion publique reste largement un impensé. Les États-Unis sont une république représentative, avec une approximation du suffrage universel masculin blanc dès les années 1820 et de très forts taux de participation électorale16 : il est donc difficile de faire une histoire politique de la période qui ne prenne pas en compte un électorat de masse. Pour cette raison, le terme d’opinion publique apparaît très souvent sous la plume des historiens. Mais il n’est pas sans poser problème dans ses usages. Un exemple tiré de la période de la Reconstruction illustrera ce point. Les élections législatives de mi-mandat, en 1874, sont communément considérées comme un tournant de la période : pour la première fois depuis la guerre, les républicains perdent une élection nationale, et les démocrates prennent le contrôle de la chambre des Représentants fédérale. Dans une étude majeure, l’historien William Gillette attribue ce renversement à un projet de loi au Congrès visant à interdire toute forme de ségrégation raciale dans les lieux publics ou semi-publics. Selon lui, l’opinion publique du pays, dans le Nord comme dans le Sud, aurait été profondément choquée par cette tentative de créer l’égalité sociale entre blancs et noirs17. Une telle affirmation pose cependant problème : comment W. Gillette arrive-t-il à ainsi déterminer la position de l’opinion publique sur la question de la ségrégation, et le rôle de celle-ci dans le résultat électoral de 1874 ? Des travaux quantitatifs portant sur l’Indiana tendent ainsi plutôt à montrer que le vote démocrate (opposé à la politique de Reconstruction) s’est surtout mobilisé autour de questions économiques18. Mon dépouillement de la correspondance de nombreux hommes politiques de l’Ohio montre que ceux-ci attribuent leur échec électoral à la crise économique (déclenchée un an plus tôt) et au fiasco du débat autour de la monnaie qui s’en était suivi19. Autant d’éléments qui mettent en relief le caractère problématique de l’usage du terme d’opinion publique par les historiens de la période.

9En fait, le contexte documentaire ne nous permet pas de dire comment « l’opinion » a réagi à tel ou tel événement, au moins à un instant précis. Il n’empêche que « l’opinion publique » est indubitablement un acteur politique aux États-Unis, dans la mesure où elle ne cesse d’être invoquée et où elle entre dans les calculs des candidats et du personnel politique. C’est pour le comprendre qu’il devient nécessaire d’étudier la réception et la perception de l’opinion par les hommes politiques, puisque c’est par leur truchement que celle-ci peut influer sur le cours politique.

  • 20 Les élections des États sont d’autant plus importantes nationalement au XIXe siècle que les sénate (...)
  • 21 Pour le XIXe siècle, on notera notamment : Richard Jensen, The Winning of the Midwest : Social and (...)

10L’état des sources est probablement une des raisons majeures qui ont fait que l’historiographie politique du XIXe siècle a beaucoup plus étudié les élections que l’opinion publique, ou plutôt a fait des premières la seule manifestation possible de la seconde. En effet, les élections sont particulièrement nombreuses et rapprochées : il y a des élections fédérales toutes les années paires et, selon les États, les élections locales ont lieu les années paires ou impaires. Ainsi, chaque année se tiennent des scrutins qui peuvent plus ou moins avoir un impact national20. Cela représente, pour les historiens, un grand nombre de données textuelles comme chiffrées facilement accessibles : articles de journaux, pamphlets de campagne, discours imprimés, résultats chiffrés des scrutins enfin, dont l’intérêt pour l’analyse est de s’être tenus dans des circonscriptions géographiquement délimitées. La « Nouvelle Histoire Politique », s’appuyant dès la fin des années 1950 sur l’essor des méthodes quantitatives, a fait son miel de toutes ces données. En croisant les recensements de population et les résultats électoraux, ces « cliométriciens » ont élaboré toute une théorie sur les « systèmes de partis » successifs, longues périodes pendant lesquelles l’affiliation partisane se fait de manière très stable sur des critères essentiellement ethno-religieux, séparées par un nombre réduit de recompositions du paysage électoral nommées « réalignements21 ».

  • 22 Rebecca Edwards, Angels in the Machinery : Gender in American Party Politics from the Civil War to (...)

11Depuis les années 1970, la plupart des historiens ont déserté les méthodes quantitatives, abandonnées aux politistes et aux sociologues. Mais leurs analyses des discours politiques font preuve des mêmes biais : elles figent des groupes dont l’appartenance partisane reflèterait des dispositions idéologiques stables. Rebecca Edwards a ainsi récemment soutenu que les républicains et les démocrates, dans la seconde moitié du XIXe siècle, se différencient surtout par des visions antagonistes de la famille, de sa place dans la société, et du rôle de chacun (homme, femme, enfants) en son sein. Mais elle les présente comme des invariants des partis et, du coup, rend mal compte des évolutions dans le temps22.

  • 23 Richard Franklin Bensel, The American Ballot Box in the Mid-Nineteenth Century, Cambridge, Cambrid (...)
  • 24 Samuel Decanio, « State Autonomy and American Political Development : How Mass Democracy Promoted (...)

12Bref, que ce soit par l’analyse quantitative systématique des résultats électoraux ou l’analyse qualitative des sources discursives, l’histoire politique du XIXe siècle américain a surtout exploré les caractéristiques idéologiques durables du système partisan, au point parfois de les faire paraître comme figées. Or une telle approche pose problème sur plusieurs points. Tout d’abord, elle repose sur des chiffres électoraux considérés comme fiables. Or l’étude récente de Richard Bensel sur le processus concret des élections nous met en garde contre cette tentation : trop de facteurs biaisent les résultats pour qu’ils soient si « transparents23 ». Surtout, elle fait perdre de vue les enjeux de chaque élection. Samuel DeCanio a souligné très justement, dans son article sur l’élection de 1875 en Ohio, que les électeurs ne votent pas sur des politiques, mais pour des candidats : cela laisse tout loisir aux hommes politiques de mettre certaines thématiques en avant, en garder d’autres en retrait, et d’obtenir ainsi une légitimité démocratique générale pour appliquer des politiques particulières qui n’ont pas obligatoirement la faveur expresse de leurs électeurs. En 1875, Rutherford Hayes, dont la réélection comme gouverneur de l’Ohio cette année-là est scrutée comme un test de sa possible candidature à l’élection présidentielle, fonde sa stratégie de campagne sur la question, fabriquée de toutes pièces, des écoles publiques. Sa position sur la politique monétaire est connue, mais il cherche délibérément à détourner l’attention de ce sujet, qu’il juge être un handicap électoral. Déduire de son succès un soutien démocratique précisément sur ce point serait donc une erreur. Or c’est ainsi que beaucoup d’historiens utilisent les élections pour analyser l’opinion publique24.

  • 25 Cette critique, à mon avis fondamentale, a été faite notamment par Michael F. Holt, « Change and C (...)
  • 26 Lettre de Rutherford B. Hayes à Guy M. Bryan, 24 décembre 1871, Hayes Papers, Hayes Presidential C (...)
  • 27 Lettre de Lyman Trumbull à William Jayne, 5 août 1870, Trumbull Family Papers, L. C. ; lettre de W (...)

13Les approches qui ont dominé l’histoire politique du XIXe siècle américain pendant les quarante dernières années ne résolvent donc pas la question de l’opinion publique, et surtout de sa connaissance par les acteurs politiques. Au contraire, elles ont mené à la reconstruction a posteriori de systèmes partisans stables. C’est oublier le sentiment omniprésent de la très grande fragilité des partis, particulièrement prégnant dans les sources du début des années 187025. « De nouveaux partis et de nouvelles divisions, dans lesquels je n’aurai aucun rôle, sont clairement devant nous », prophétise Rutherford Hayes26. « La pression de la guerre s’en va, et il n’y a aucun grand principe pour souder » le parti républicain, analyse le sénateur Lyman Trumbull. Un de ses correspondants en Illinois lui rapporte, de même, que « les démocrates d’ici pensent que leur parti est politiquement mort, et sont prêts à ce que ce soit déclaré à une convention nationale dudit parti27 ».

14Alors que la guerre de Sécession, terminée en 1865, s’éloigne, et que les grandes réformes politiques du Sud semblent achevées après l’adoption de trois amendements à la Constitution, l’idée semble s’imposer que le contexte idéologique qui justifiait de l’existence des deux partis est en voie d’être révolu. C’est ce qu’écrit James Garfield dans une lettre confidentielle en avril 1872 :

  • 28 Lettre de J. Garfield à Lyman W. Hall, 6 avril 1872, Garfield Papers, L. C., série 6A, vol. 10.

« Il me semble que nous approchons rapidement du moment où les deux grands partis politiques doivent dissoudre leur organisation, et mourir de causes diamétralement opposées : le parti démocrate, parce que toutes les idées qu’il a défendues depuis douze ans sont irrémédiablement mortes ; le parti républicain, parce que tous ses projets ont été mis en place et réalisés. Le [destin] de l’un va très probablement se terminer par un échec, celui de l’autre par le travail accompli28. »

15Dans un tel contexte, connaître l’état de l’opinion publique est un enjeu majeur pour les hommes politiques. Alors que la configuration partisane semble si mouvante, et l’avenir si incertain, la survie électorale ne peut venir que de la capacité à lire l’humeur du pays. L’élection si particulière de 1872, qui voit la sécession d’un certain nombre de républicains de leur propre parti et la tentative de création d’un nouveau parti, est donc un moment littéralement extra-ordinaire, point d’observation privilégié sur la façon dont les politiques appréhendent les courants de l’opinion publique.

Les élections de 1872 et l’échec des libéraux

  • 29 James A. Garfield, The Diary of James A. Garfield, édité par Harry James Brown et Frederick D. Wil (...)

16La convention électorale qui s’ouvre à Cincinnati, dans l’Ohio, le 30 avril 1872 est très attendue de tous les observateurs politiques. Ni démocrate ni républicaine, elle regroupe un grand nombre de dissidents républicains et de réformateurs démocrates cherchant à reconfigurer le paysage politique à la faveur de l’élection présidentielle à venir. Cet assemblage hétéroclite prend le nom de « libéraux-républicains » (ou libéraux). Trois jours plus tard, il ressort de cette convention un programme de réforme fort, et une candidature étrange : celle d’Horace Greeley, directeur du New York Tribune depuis trente ans, ancien whig devenu républicain, fervent abolitionniste, protectionniste convaincu, personnage excentrique. « A-t-on jamais vu telle bizarrerie dans l’histoire de la politique ? », s’interroge James Garfield dans son journal. « Le programme est des plus percutants et, par certains aspects, la plus admirable déclaration politique que j’aie connue. Mais la nomination est tellement en contradiction avec l’esprit du programme. Le mouvement était une révolution mais la révolution révolte. Son résultat est assombri par les nuages29. »

  • 30 Mark W. Summers, The Era of Good Stealings, Oxford, Oxford University Press, 1993.

17Cette réaction de Garfield fait écho à celle de beaucoup d’acteurs et d’observateurs de la vie politique qui étaient au départ plutôt favorables aux réformateurs. Cela fait plus d’un an que certains responsables républicains cherchent en effet à changer l’orientation que leur parti a prise sous la présidence du général Ulysses Grant, entachée depuis 1869 de plusieurs scandales de corruption (parfois exagérés par la presse)30. La politique financière du gouvernement mécontente de plus en plus une grande partie des élites bancaires et marchandes du pays. Surtout, de nouveaux dirigeants s’imposent au sein du parti républicain, marginalisant ses anciens leaders. Ces derniers, qui cherchent d’abord à reprendre la main à l’intérieur du parti, décident de fonder leur propre mouvement quand ils comprennent que Grant sera présenté à sa réélection. Malgré la sympathie initiale des républicains mécontents de Grant, la plupart de ceux-ci refusent toutefois de quitter leur parti.

  • 31 William Gillette, « Election of 1872 », dans Arthur M. Schlesinger (dir.), History of American Pre (...)

18Il n’est pas nécessaire ici de revenir sur les détails de la campagne électorale, qui oppose d’un côté Ulysses Grant, candidat républicain et président sortant, et de l’autre Horace Greeley, également soutenu par les démocrates. Le pari des libéraux est un fiasco : beaucoup d’électeurs démocrates préfèrent s’abstenir plutôt que de voter pour quelqu’un qui les a violemment fustigés pendant des décennies ; peu d’électeurs républicains se sont résolus à voter pour un candidat soutenu par les chefs d’un parti démocrate qu’ils tiennent pour responsable de la sécession et de la guerre. Le résultat de l’élection de novembre est sans appel. Horace Greeley ne s’en remet littéralement pas, et meurt trois semaines plus tard31.

19Mais l’expérience du mouvement libéral est très révélatrice du fonctionnement politique des États-Unis à ce moment de la Reconstruction. Elle souligne la force institutionnelle et l’ancrage des partis, ce que l’historiographie a déjà bien montré. Mais elle permet également d’observer comment s’analyse l’opinion publique à cette époque. L’échec du pari libéral s’explique en grande partie parce qu’il repose sur une lecture erronée de l’opinion publique. Étudier la construction de ce pari permet donc de faire apparaître précisément comment les libéraux ont procédé pour évaluer l’état de l’opinion.

Lire l’opinion ou faire l’opinion ? Les évolutions de la presse indépendante à l’origine de l’échec de 1872

  • 32 Le terme anglais est newspaper editor, qui à cette époque désigne le directeur qui écrit tous les (...)
  • 33 Mark W. Summers, The Press Gang : Newspapers and Politics, 1865-1878, Chapel Hill, University of N (...)

20Ce qui frappe lorsque l’on examine qui sont les leaders libéraux, c’est le rôle particulièrement important de directeurs de journaux32 de la presse dite « indépendante ». Horace Greeley, le candidat malheureux de 1872, est le plus célèbre d’entre eux, mais il n’est pas le seul et il n’était probablement pas le plus en pointe des critiques contre le gouvernement Grant avant la convention de Cincinnati. Parmi ces journalistes qui portent le mouvement libéral, on compte parmi les républicains Murat Halstead du Cincinnati Commercial, Charles Dana du New York Sun, Horace White du Chicago Tribune, William Grosvenor du Missouri Democrat et Samuel Bowles du Springfield (Massachusetts) Republican ; parmi les démocrates, Henry Watterson du Louisville (Kentucky) Courier-Journal, Wilbur F. Storey du Chicago Times, et Washington McLean du Cincinnati Enquirer33. Ils ont l’ambition d’être des acteurs à part entière de la vie politique et non uniquement des relais des candidats et des élus. Ce sont eux par exemple qui mettent en avant le programme politique de lutte contre la corruption et de réforme de la fonction publique qui préoccupe si peu les républicains comme les démocrates. On les retrouve à la manœuvre dans les coulisses de la convention de Cincinnati. Il est donc à la fois logique et ironique de voir Greeley nommé candidat à l’élection présidentielle : logique, car cela souligne à la fois le rôle prépondérant de ces directeurs de journaux dans le mouvement libéral et leur aspiration à faire de la politique ; ironique, parce que la très grande majorité d’entre eux sont en fait contre la candidature de Greeley, trop excentrique pour partager leurs positions sur de nombreux sujets. Certains, comme Dana, refusent même de le soutenir.

  • 34 M. Summers, Press Gang…, op. cit., p. 59-75.

21Le rôle politique des journalistes n’a rien de nouveau. Mais, la plupart du temps, il revient à militer pour le parti auquel ils sont affiliés. La plupart des journaux sont ainsi des organes soit républicains soit démocrates. Cette utilisation de la presse pour modeler l’opinion, pour l’influencer dans un sens favorable, a déjà été bien étudiée. James Bryce en fait d’ailleurs un point central de son étude. En revanche, la volonté des directeurs de la presse indépendante de devenir des leaders d’opinion au même titre que les hommes politiques, voire en les remplaçant, est nouvelle. Dans son étude sur ces journalistes indépendants, Mark Summers insiste surtout sur leur aspect de « faiseurs d’opinion » : dotés d’un porte-voix médiatique extraordinaire, à la tête de journaux dont l’audience dépasse le cadre local, ils ont les moyens d’imposer des thèmes politiques dans la discussion publique. Leur rôle est prépondérant dans la dénonciation de la corruption et l’imposition de l’idée qu’une réforme est nécessaire. Mais la campagne électorale de 1872 prouve aussi que ces « indépendants » ne font pas l’opinion à leur guise : sur ce terrain, ils ont été vaincus par la presse partisane34.

22S’arrêter là, cependant, revient à rater la moitié de l’histoire. C’est, en fait, tomber dans le même piège que les directeurs de journaux indépendants : croire à leur pouvoir de fabriquer l’opinion, et donc rester aveugle à ce qui les a fait échouer. Car l’élection de 1872 montre surtout qu’en changeant de caractère, la presse dite indépendante a perdu sa capacité à accomplir une tâche rarement explicitée mais visiblement attendue : refléter l’opinion, c’est-à-dire la lire et en rendre compte.

23Cette attente, ce contrat tacite, apparaît dans les sources, mais seulement au travers d’une myriade de petits indices. Par exemple, inaugurant une revue de presse régulière de la presse régionale publiée en allemand, le Chicago Republican écrit en 1869 :

  • 35 Chicago Republican, 26 mai 1869.

« L’esprit de la presse allemande
Sous ce titre, nous nous proposons, de temps en temps, de donner à nos lecteurs de brefs extraits des principaux journaux allemands de Chicago et du Nord-Ouest, afin qu’ils puissent connaître l’opinion d’une population numériquement si grande que ses idées et mouvements prennent une vaste importance dans notre système politique35. »

24L’idée est simple : lire les journaux en allemand permet de connaître l’opinion des populations issues de l’immigration allemande. Nulle distinction n’est faite ici de savoir si les journaux influent sur l’opinion de leurs lecteurs ou l’inverse. Mais la presse est clairement vue comme le meilleur moyen de connaître cette opinion.

  • 36 Sur ce point, mon analyse contredit frontalement l’analyse de James Bryce, qui au contraire voyait (...)

25L’idée a l’air d’un poncif, et se cache sous des allures de fausse évidence. Et pourtant, il faut y regarder de plus près. L’élection de 1872 a montré qu’une partie de la presse – les journaux indépendants – ne pouvait plus servir à connaître l’opinion36. James Garfield, par exemple, en tire une leçon tranchée :

  • 37 Lettre de J. Garfield à William C. Howells, 29 décembre 1873, Garfield Papers, L. C., série 6A, vo (...)

« Je pense que la presse métropolitaine [« indépendante »], particulièrement les grands quotidiens, est devenue complètement indifférente à la vérité, et est tombée dans les mains d’une poignée d’hommes totalement déconnectés et étrangers aux aspirations réelles du peuple américain […]. Je pense que la presse authentique du pays est la presse rurale locale et c’est là que nous devons chercher la plus grande et meilleure influence sur le peuple. La presse rurale est un meilleur reflet du sentiment public, pour la simple raison que ses journalistes sont en contact quotidien avec les gens. Quel jeune homme qui dirige l’un de nos grands quotidiens connaît quoi que ce soit du vrai sentiment du peuple de l’Ohio, par exemple, alors qu’il ne quitte les dîners au champagne que pour entrer dans son bureau où il retranscrit les dépêches de Washington et se prononce sur la vertu ou le vice, la sagesse ou la folie des hommes publics d’un seul coup d’œil37 ? »

26Il faut voir dans ces propos davantage qu’une simple opposition politique : certes, les indépendants sont à la pointe de la critique des républicains, et les présenter comme coupés de la réalité est un moyen de délégitimer leur parole. Mais l’analyse reflète surtout une pratique : Garfield est en correspondance très régulière avec de nombreux directeurs de journaux — son interlocuteur ici, William Howells, dirige d’ailleurs l’Ashtabula Sentinel, journal de sa circonscription. La vision de la presse qu’il présente est révélatrice de l’usage qu’il fait de cette correspondance.

  • 38 M. Summers, Press Gang…, op. cit., p. 160-70. Il faut aussi souligner à quel point les archives pe (...)

27L’entretien de bonnes relations personnelles avec les journalistes est un investissement politique rentable : la bienveillance de la presse est un atout politique précieux. Garfield en est pleinement conscient, et la citation ci-dessus fait d’ailleurs bien mention de la « plus grande et meilleure influence sur le peuple ». Sa correspondance est à cet égard un cas exemplaire de ce qu’on appellerait aujourd’hui la gestion de relations publiques38. Mais elle ne lui sert pas uniquement à s’assurer que des informations favorables paraissent dans la presse : elle lui permet également de s’informer sur l’état de l’opinion dans sa circonscription, d’en prendre le pouls politique. Ainsi, Garfield pose-t-il régulièrement la question à l’un de ses correspondants, Howells :

  • 39 Lettre de J. Garfield à W. Howells, 15 novembre 1873, Garfield Papers, L. C., série 6A, vol. 14.

« Dans quel état politique notre défaite lors de la récente élection [locale] me laisse-t-elle dans le comté d’Ashtabula ? M’accuse-t-on d’être la cause de notre échec ? et de la fièvre jaune ? Quand vous en avez le temps, écrivez-moi s’il vous plaît pour me décrire la situation39. »

  • 40 Lettre de Joseph Medill à J. Garfield, 1er mars 1870, Garfield Papers, L. C., série 4, vol. 14.
  • 41 Lettre de J. Medill à John A. Logan, 6 mars 1870, Logan Papers, L. C., boîte 2.

28Garfield semble avoir poussé très loin ses relations avec les journalistes (à moins que cela ne reflète surtout la très grande richesse de ses archives), mais sa correspondance régulière avec les directeurs de journaux, notamment ceux de sa circonscription, est une pratique répandue. Évidemment, cela n’est pas sans danger : en mars 1870, Garfield reçoit ainsi une lettre de Joseph Medill, alors directeur du Chicago Tribune, qui le félicite de son discours à la Chambre sur le tarif douanier (l’élu y a prôné un protectionnisme modéré) et l’encourage dans sa position pour un retour à l’étalon-or et une libéralisation des billets de banques40. Au même moment, John Logan, représentant républicain de l’Illinois, reçoit du même Medill une lettre à la tonalité très différente, disant avec force son refus du protectionnisme et la nécessité de plus de monnaie pour le Midwest41. Sans se contredire vraiment, ces deux lettres à ces deux élus républicains sont suffisamment différentes pour souligner que les hommes politiques sont des personnages dont les opinions sont publiques, et que leurs correspondants peuvent être prompts à s’y adapter dans l’espoir de trouver auprès d’eux une oreille bienveillante.

  • 42 M. Summers, Party Games…, op. cit., p. 73-89.

29Les hommes politiques ont donc pris l’habitude d’utiliser la presse comme baromètre de l’opinion publique, en partie par le contenu qu’elle publie, mais surtout par leur correspondance privée avec les journalistes. Ce mode de fonctionnement s’est mis en place, historiquement, autour d’une presse locale, rurale, et partisane. Celle-ci dépend beaucoup des partis pour son financement, soit par des prébendes publiques (les emplois de postiers et les contrats publics d’impression étant des subsides courants), soit par des achats massifs d’exemplaires (notamment pendant les campagnes électorales)42. En contrepartie, les journalistes devaient donc faire un véritable travail de terrain pour les partis.

  • 43 M. Summers, Press Gang…, op. cit., p. 59-75.

30L’essor de la presse dite « indépendante » après la guerre de Sécession change la donne. On la nomme « indépendante » non pas pour sa neutralité politique, mais parce qu’elle fonctionne sur un nouveau modèle qui l’affranchit de la tutelle des partis. Ces journaux sont souvent dirigés par des personnes issues du reportage politique à Washington, et qui ont fait leur carrière non pas dans le travail politique de terrain, mais dans le dévoilement des intrigues de couloir dans la capitale. Financièrement, ils vivent non pas de subsides publics mais des revenus engendrés par les ventes et les publicités. Il s’agit là d’un phénomène urbain : l’accès à un lectorat potentiellement plus nombreux et plus concentré permet un tirage plus grand, attractif pour les annonceurs43.

  • 44 Menahem Blondheim, News Over the Wires : The Telegraph and the Flow of Public Information in Ameri (...)

31Ces transformations dans le modèle économique de ces journaux sont accélérées par un changement technologique et organisationnel. La création du réseau télégraphique a donné plus d’importances aux correspondants de presse à Washington, dont les courts articles sont reçus immédiatement dans tout le pays. Cette évolution accentue le poids de la politique fédérale dans les journaux. L’organisation de la transmission télégraphique est ellemême un changement important. Pour gérer les coûts, la presse de New York rassemblée en une New York Association Press (NYAP) centralise et distribue les télégrammes d’informations dans tout le pays44. Cette nouvelle structure de circulation de l’information accentue le poids de la presse urbaine new-yorkaise.

  • 45 Richard R. John, Spreading the News : The American Postal System from Franklin to Morse, Cambridge (...)

32En ce qui concerne la perception de l’opinion publique, ces transformations ont plusieurs conséquences sur la presse indépendante. Tout d’abord, le renforcement du rôle du télégraphe privilégie les nouvelles brèves rédigées par les reporters au détriment des informations transmises par le système postal d’échange gratuit de journaux qui se pratique depuis l’Indépendance45. Cela incite les éditorialistes à distinguer désormais entre deux types de matériau : d’un côté, le câble apporte les nouvelles ; de l’autre, les journaux apportent d’autres éditoriaux vis-à-vis desquels se positionner. Bien plus, la centralité nouvelle des grandes villes (par la construction du réseau télégraphique et l’organisation de la NYAP) renforce cette dichotomie : la tentation est forte pour les éditorialistes de la presse indépendante, premiers informés, de vouloir prescrire leur lecture des événements. Bref, la fonction de « faire l’opinion » prend clairement le pas sur celle de « lire l’opinion ». Cette évolution est renforcée par deux autres facteurs : l’indépendance vis-à-vis des partis dispense les journalistes de la presse urbaine du travail de terrain politique nécessaire à la survie des journaux partisans. De plus, la plus grande dépendance vis-à-vis des revenus publicitaires les pousse à entretenir des relations plus intenses avec les classes commerciales et financières, ce qui les rend plus réceptifs à leurs vues. En 1874, alors que la crise boursière s’est transformée en crise économique, cette identification des discours de la presse indépendante et des milieux d’affaires devient plus évidente. Voici comment un correspondant du Cincinnati Commercial (journal républicain) décrit la situation :

« Les soi-disant « grands quotidiens » – la Tribune, le Times, le World, le Post, etc. – n’ont aucun sentiment ni intérêt pour les travailleurs, qui constituent les cinq sixièmes de la ville [de New York]. Ils s’opposent à eux sur tous les sujets qui les concernent, et prennent invariablement le parti des classes dont ils bénéficient du patronage. Ils font l’erreur de penser que ces multitudes têtues sont plus égoïstes, plus méchantes, et plus bornées que les autres, et l’idée que de telles gens puissent avoir leurs propres opinions leur semble particulièrement ridicule. »

  • 46 Broadway, dans Cincinnati Commercial, en 1874, cité dans M. Summers, Press Gang…, op. cit., p. 73- (...)

33Et ce journaliste de conclure : « Or l’homme pauvre compte le jour de l’élection tout autant que l’homme riche46. »

34L’histoire du mouvement libéral, et de son fiasco à l’élection de 1872, est en fait en grande partie l’histoire de la transformation de la presse indépendante, et de son échec à continuer à prendre le pouls de l’opinion publique. Certes, la presse partisane est restée très forte, notamment parce qu’elle constitue la très grande majorité des titres. Mais les nouvelles conditions de fonctionnement qui ont permis l’essor de la presse indépendante lui ont fait perdre de vue que le poids politique de la presse n’est pas seulement fonction de sa surface médiatique, mais également de sa proximité avec la population.

  • 47 Alexander B. Callow, The Tweed Ring, Westport, Conn., Greenwood Press, 1981 ; R. John, Spreading t (...)

35Cet épisode permet ainsi de rendre explicite la façon artisanale dont les hommes politiques suivent l’opinion : plus que la lecture de la presse elle-même, c’est leur contact avec les journalistes qui les tient informés. Cela n’est possible que parce que ceux-ci sont bien insérés dans leurs communautés, qu’ils y font un travail de terrain aussi bien auprès des citoyens que des élus locaux. La centralité de la poste, qui souvent sert aussi de taverne, dans la sociabilité rurale américaine aide probablement beaucoup cette remontée d’informations, de la même façon qu’en ville les machines politiques reposent sur les sociabilités de bars de quartier et de clubs47.

  • 48 M. Blondheim, News Over the Wires…, op. cit.
  • 49 Sur toutes ces techniques, voir M. Summers, Party Games…, op. cit.
  • 50 Sur la restriction du suffrage aux États-Unis à la fin du siècle, voir A. Keyssar, The Right to Vo (...)

36En soulignant les évolutions divergentes de la presse « indépendante » et de la presse partisane, l’épisode libéral et l’élection de 1872 montrent que l’urbanisation et l’industrialisation rapides du pays rendent de plus en plus caduques les méthodes habituelles de fonctionnement des hommes politiques. L’élection perdue par les libéraux en 1872 prouve qu’une partie du personnel politique n’arrive plus à « lire » l’opinion, parce que la transformation de la presse (qui commence par la presse urbaine) les prive de relais efficaces. Ce processus de changement de la presse, qui passe du patronage public à un financement par la publicité et les grands tirages, se poursuit jusqu’à la fin du XIXe siècle48. On peut faire l’hypothèse que ces évolutions ne sont pas étrangères aux changements dans le fonctionnement du système politique américain en général. La multiplication des tiers partis dans les années 1870 et 1880, puis la révolte populiste des années 1890 peuvent être comprises comme le résultat de cette coupure – qui va croissant – entre une presse qui continue de se transformer, et une grande partie de l’électorat qui ne trouve pas de représentation adéquate dans les partis existants. On peut aussi voir dans l’intensification des méthodes (pas forcément très démocratiques) utilisées par les républicains comme les démocrates pour empêcher l’émergence de tiers parti et pour « truquer » les élections en leur faveur, un autre symptôme de cette déconnection49. Dans une telle perspective, la réaction des progressistes, à la fin du siècle, contre les excès du système partisan – qui se traduit par une restriction du suffrage, et l’utilisation d’associations d’experts et de lobbying administratif plutôt que la représentation électorale pour effectuer des réformes – serait alors le résultat d’un système où certes, la participation aux scrutins est forte, mais où la représentativité des partis est faible50.

  • 51 J. Bryce, The American Commonwealth, op. cit., vol. 2, p. 271.

37« L’influence des journaux se fait de trois manières », écrit James Bryce en 1888, alors qu’il examine les « organes de l’opinion publique » : « ce sont des narrateurs, des avocats, et des girouettes. Ils rapportent les faits, ils avancent des arguments, et indiquent par leur attitude ce [qu’ils] pensent être l’opinion qui prévaut parmi leurs lecteurs51. » Pour lui, la presse est donc une courroie primordiale de transmission de l’opinion publique, aussi bien pour influencer la population que pour servir d’indicateur aux hommes politiques du « sens du vent » de l’opinion. L’analyse de l’élection de 1872, et de l’échec de la tentative libérale, corrige assez nettement cette vision : si la presse joue un rôle crucial pour permettre aux hommes politiques de lire l’opinion, ce n’est pas dans la divination de leurs lecteurs, mais dans un véritable travail de terrain politique, fait pour le compte des élus des partis. La courroie de transmission, ici, se trouve moins dans les colonnes des quotidiens que dans la correspondance des journalistes avec les politiques. Or, si l’épisode de 1872 est révélateur, c’est qu’il annonce la disparition d’un tel système : la transformation du système médiatique, le développement du télégraphe et l’essor d’une presse métropolitaine financée par la publicité et les ventes (et donc indépendante des partis) rendent les directeurs de journaux de moins en moins fiables sur l’état de l’opinion. Et cette évolution a des conséquences politiques importantes. Ainsi, en abandonnant peu à peu leur travail de terrain politique au service des partis, dans un long processus qui aboutit, au début du XXe siècle, à la construction de leur « objectivité », les journalistes transforment, en réalité, le fonctionnement même de la démocratie américaine.

Anmerkungen

1 James Bryce, The American Commonwealth, 3e éd. rev. et augm., New York, Macmillan & Co., 1895, vol. 2, p. 270.

2 Sur la comparaison avec Tocqueville, voir notamment la recension faite à la parution par Woodrow Wilson, « Bryce’s American Commonwealth », Political Science Quarterly, vol. 4, no 1, 1889, p. 153-169. Sur la réception de Tocqueville aux États-Unis au XIXe siècle, voir Olivier Zunz, « Tocqueville and the Americans : Democracy in America as Read in Nineteenth-Century America », dans Cheryl Welch (dir.), Cambridge Companion to Tocqueville, New York, Cambridge University Press, 2006, p. 359-396.

3 La théorie de James Bryce sur l’opinion publique s’est imposée comme une référence majeure dans les réflexions anglo-américaines de science politique tout au long, au moins, de la première moitié du XXe siècle. Pour une prise de contact synthétique avec sa pensée et une mise en perspective de son apport, voir Loïc Blondiaux, La fabrique de l’opinion. Une histoire sociale des sondages, Paris, Le Seuil, 1998, p. 71-86.

4 J. Bryce, The American Commonwealth, op. cit., vol. 2, p. 247.

5 J. Bryce, The American Commonwealth, op. cit., vol. 2, p. 277.

6 James Garfield est un cas particulièrement exemplaire de l’attention que les hommes politiques américains de la fin du XIXe siècle portent à l’opinion publique. Sa longévité politique, la place centrale qu’il possède dans le parti républicain, les relations étroites qu’il a entretenues avec un grand nombre de journalistes, la qualité des archives qui existent sur lui, l’abondance de sa correspondance et les indications précieuses qu’il a laissées dans son journal, en font un cas d’étude exceptionnellement riche. La biographie qu’Allan Peskin lui a consacré est une bonne porte d’entrée sur ce personnage clé de la vie politique américaine après la guerre de Sécession : Allan Peskin, Garfield : A Biography, Kent (Ohio), Kent State University Press, 1978.

7 Lettre de James Garfield à W. T. Spear, 24 juin 1868, Garfield Papers, Library of Congress (désormais L. C.), Washington, série 6A, vol. 1.

8 Lettre de J. Garfield à Charles E. Henry, 31 mai 1870, Garfield Papers, L. C., série 6A, vol. 5.

9 Loïc Blondiaux souligne que l’un des apports les plus neufs de James Bryce est de considérer l’opinion publique comme une force politique permanente, qui ne s’exprime pas uniquement au moment des élections. En cela, Bryce s’est clairement fait l’observateur attentif des pratiques des hommes politiques américains. L. Blondiaux, La fabrique de l’opinion…, op. cit., p. 74-78.

10 La concurrence entre les indicateurs possibles de l’opinion, et surtout entre les discours de ceux qui prétendent l’énoncer, n’est pas spécifiquement américaine en cette époque antérieure aux sondages : elle place les États-Unis de la fin du XIXe siècle dans une situation très comparable à celle de beaucoup d’États européens, notamment la Grande-Bretagne et la France. À ce propos, voir de nouveau Loïc Blondiaux, op. cit., mais aussi, entre autres titres, D. reynié, Le triomphe de l’opinion publique. L’espace public français du XVIe au XIXe siècle, Paris, O. Jacob, 1998 ou encore P. Champagne, Faire l’opinion. Le nouveau jeu politique, Paris, Minuit, 1990.

11 Sur la fécondité d’une telle approche pour l’historien des États-Unis, voir Nicolas Barreyre, « Administration et franchise. La Poste, le Congrès et les formes de l’État au XIXe siècle », Revue française d’études américaines, vol. 112, no 2, 2007, p. 52-64.

12 On trouvera une synthèse utile sur la Reconstruction dans Nicolas Barreyre et Paul Schor, De l’Émancipation à la ségrégation : le Sud des États-Unis après la guerre de Sécession, 1865-1896, Paris, Presses universitaires de France, 2009, notamment p. 18-64.

13 La production scientifique est abondante sur cette question en science politique, mais porte surtout sur le XXe siècle. Sur le XIXe siècle, en histoire, les approches systématiques sont moins nombreuses. On notera toutefois le livre désormais classique de Jean Harvey Baker, Affairs of Party : The Political Culture of Northern Democrats in the Mid-Nineteenth Century, Ithaca, Cornell University Press, 1983 ; et l’ouvrage récent – très instructif sur ce sujet – de Mark W. Summers, Party Games : Getting, Keeping, and Using Power in Gilded Age Politics, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2004. Sur la France à la même époque, on pourra se référer entre autres titres à Éric phélippeau, « La fin des Notables revisitée », dans Michel Offerlé, dir., La profession politique, XIXe-XXe siècles, Paris, Belin, 1999, p. 69-92.

14 On trouvera un historique récent du champ dans Michael J. Korzi, « Lapsed Memory ? The Roots of American Public Opinion Research », Polity, vol. 33, no 1, 2000, p. 49-75. Pour comprendre les enjeux sociaux et politiques du développement de l’étude de l’opinion publique dans l’entre-deuxguerres, voir Olivier Zunz, Le Siècle américain. Essai sur l’essor d’une grande puissance, Paris, Fayard, 2000, notamment p. 65-92, 119-143.

15 De manière significative, l’Association américaine pour la recherche sur l’opinion publique (AAPOR) a récemment compilé une liste des 50 ouvrages classiques dans le champ : aucun ne porte sur une période antérieure au XXe siècle (http://www.aapor.org/Fifty_Books_That_Have_Shaped_Public_Opinion_Research.htm). La situation des articles publiés dans la revue de référence, le Public Opinion Quarterly, est similaire.

16 Alexander Keyssar, The Right to Vote : The Contested History of Democracy in the United States, New York, Basic Books, 2000.

17 William Gillette, Retreat from Reconstruction, 1869-1879, Baton Rouge, Louisiana State University Press, 1979, p. 236-258.

18 Samuel DeCanio, « Religion and Nineteenth-Century Voting Behavior : A New Look at Some Old Data », Journal of Politics, vol. 69, no 2, 2007, p. 337-348.

19 Nicolas Barreyre, « The politics of Economic Crises : the The Panic of 1873, the End of Recontruction and the Realignment of American politics », Journal of Gilded Age and Progressive Era, vol. 10, no 4, 2011, p. 395-415.

20 Les élections des États sont d’autant plus importantes nationalement au XIXe siècle que les sénateurs sont alors élus par les assemblées d’État.

21 Pour le XIXe siècle, on notera notamment : Richard Jensen, The Winning of the Midwest : Social and Political Conflict 1888-1896, Chicago, University of Chicago Press, 1971 ; Paul Kleppner, The Cross of Culture : A Social Analysis of Midwestern Politics, 1850-1900, New York, Free Press, 1970 ; et The Third Electoral System : Parties, Voters and Political Cultures, 1853-1892, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1979.

22 Rebecca Edwards, Angels in the Machinery : Gender in American Party Politics from the Civil War to the Progressive Era, Oxford, Oxford University Press, 1997.

23 Richard Franklin Bensel, The American Ballot Box in the Mid-Nineteenth Century, Cambridge, Cambridge University Press, 2004.

24 Samuel Decanio, « State Autonomy and American Political Development : How Mass Democracy Promoted State Power », Studies in American Political Development, vol. 19, no 02, 2005, p. 117-136.

25 Cette critique, à mon avis fondamentale, a été faite notamment par Michael F. Holt, « Change and Continuity in the Party Period : The Substance and Structure of American Politics, 1835-1885 », dans Byron E. Shafer et Anthony J. Badger (dir.), Contesting Democracy : Substance and Structure in American Political History, 1775-2000, Lawrence, University Press of Kansas, 2001, p. 93-115.

26 Lettre de Rutherford B. Hayes à Guy M. Bryan, 24 décembre 1871, Hayes Papers, Hayes Presidential Center, Fremont (Ohio).

27 Lettre de Lyman Trumbull à William Jayne, 5 août 1870, Trumbull Family Papers, L. C. ; lettre de William B. Tyfe à L. Trumbull, 1er décembre 1871, Trumbull Papers, L. C., vol. 72.

28 Lettre de J. Garfield à Lyman W. Hall, 6 avril 1872, Garfield Papers, L. C., série 6A, vol. 10.

29 James A. Garfield, The Diary of James A. Garfield, édité par Harry James Brown et Frederick D. Williams, East Lansing, Michigan State University, 1967, vol. 2, p. 48-49 (27 avril 1872).

30 Mark W. Summers, The Era of Good Stealings, Oxford, Oxford University Press, 1993.

31 William Gillette, « Election of 1872 », dans Arthur M. Schlesinger (dir.), History of American Presidential Elections, 1789-1968, vol. III, New York, Chelsea House, 1971, p. 1303-1330.

32 Le terme anglais est newspaper editor, qui à cette époque désigne le directeur qui écrit tous les articles d’opinion et fait littéralement le journal, dont il est bien souvent propriétaire, au moins en partie. Il est à noter qu’il n’y a pas à cette époque de séparation formelle entre les éditoriaux et les autres articles dans les journaux.

33 Mark W. Summers, The Press Gang : Newspapers and Politics, 1865-1878, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1994, p. 240.

34 M. Summers, Press Gang…, op. cit., p. 59-75.

35 Chicago Republican, 26 mai 1869.

36 Sur ce point, mon analyse contredit frontalement l’analyse de James Bryce, qui au contraire voyait dans la presse indépendante un meilleur reflet de l’opinion que dans la presse partisane. J. Bryce, The American Commonwealth, op. cit., vol. 2, p. 270-276.

37 Lettre de J. Garfield à William C. Howells, 29 décembre 1873, Garfield Papers, L. C., série 6A, vol. 14.

38 M. Summers, Press Gang…, op. cit., p. 160-70. Il faut aussi souligner à quel point les archives personnelles de Garfield à la Bibliothèque du Congrès sont riches.

39 Lettre de J. Garfield à W. Howells, 15 novembre 1873, Garfield Papers, L. C., série 6A, vol. 14.

40 Lettre de Joseph Medill à J. Garfield, 1er mars 1870, Garfield Papers, L. C., série 4, vol. 14.

41 Lettre de J. Medill à John A. Logan, 6 mars 1870, Logan Papers, L. C., boîte 2.

42 M. Summers, Party Games…, op. cit., p. 73-89.

43 M. Summers, Press Gang…, op. cit., p. 59-75.

44 Menahem Blondheim, News Over the Wires : The Telegraph and the Flow of Public Information in America, 1844-1897, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1994. Voir aussi Richard R. John, Network Nation : Inventing American Telecommunications, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 2010.

45 Richard R. John, Spreading the News : The American Postal System from Franklin to Morse, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1995.

46 Broadway, dans Cincinnati Commercial, en 1874, cité dans M. Summers, Press Gang…, op. cit., p. 73-74.

47 Alexander B. Callow, The Tweed Ring, Westport, Conn., Greenwood Press, 1981 ; R. John, Spreading the News…, op. cit.

48 M. Blondheim, News Over the Wires…, op. cit.

49 Sur toutes ces techniques, voir M. Summers, Party Games…, op. cit.

50 Sur la restriction du suffrage aux États-Unis à la fin du siècle, voir A. Keyssar, The Right to Vote…, op. cit. Sur les méthodes des réformes progressistes, on peut se référer au classique de Theda Skocpol, Protecting Soldiers and Mothers : The Political Origins of Social Policy in the United States, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1992.

51 J. Bryce, The American Commonwealth, op. cit., vol. 2, p. 271.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search