Version classiqueVersion mobile

S'exprimer en temps de troubles

 | 
Laurent Bourquin
, 
Philippe Hamon
, 
Pierre Karila-Cohen
, 
et al.

Troisième partie. Nouveaux conflits, nouveaux enjeux ?

Les réactions aux récits du 10 août 1792 dans la France septentrionale ou les conflits d’opinions comme enjeu politique

Maxime Kaci

Texte intégral

  • 1 Mona Ozouf, « L’opinion publique », in Keith Michael Baker (éd.), The French Revolution and the Cr (...)
  • 2 Jean Stoetzel, Théorie des opinions, Paris, L’Harmattan, 2006 [1re éd. 1943].

1Plusieurs historiens de la Révolution Française, Mona Ozouf et Keith Baker notamment, ont étudié la manière dont la notion d’opinion publique était définie et utilisée dans les discours des administrateurs et des penseurs politiques de la fin du XVIIIe siècle1. Dans le contexte proprement révolutionnaire d’exacerbation des tensions et de radicalisation des luttes politiques et sociales, emporter l’adhésion du plus grand nombre devient, de fait, un enjeu majeur pour un large spectre d’acteurs qui investissent la scène nationale comme locale, et qui ont recours aux rouages officiels comme aux canaux informels pour diffuser leurs idées. L’analyse de la confrontation des opinions multiples, conçues comme des prises de position en parole ou en acte2, est susceptible d’éclairer cette dynamique de radicalisation. Ces prises de position, que l’on peut qualifier de publiques dès lors qu’elles sont portées collectivement dans l’espace public, sont l’expression de jugements de valeur et d’interprétations partagées. Elles peuvent prendre, dans les moments de relance révolutionnaire, la forme d’adhésion ou de refus collectifs dont les effets s’avèrent fondamentaux pour le devenir national. L’analyse des voies par lesquelles des individus s’accordent sur une position contribue donc à la compréhension générale des évolutions politiques.

  • 3 Marcel Reinhard, La chute de la Royauté : 10 août 1792, Paris, Gallimard, 1969.
  • 4 Roger Mucchielli, Opinions et changement d’opinion, Paris, ESF, 1988 [1re éd. 1969].

2L’été 1792, notamment le moment de paroxysme révolutionnaire que constitue l’insurrection parisienne du 10 août, est une séquence privilégiée pour saisir le processus complexe de cristallisation des opinions. La plupart des études historiques portant sur la chute de la monarchie se sont essentiellement, voire exclusivement focalisées sur le contexte insurrectionnel parisien. Marcel Reinhard3 n’a cependant pas manqué de souligner le souci manifeste des autorités parisiennes de faire accepter les décisions en province, et plus spécifiquement dans les régions frontalières du Nord de la France, où sont stationnées les troupes commandées par le général La Fayette. Dans ce contexte, les effets des impulsions à différentes échelles, et les rivalités entre protagonistes qui tentent de faire prévaloir leur interprétation de l’événement, orientent indéniablement les prises de position locales. Toutefois, si comme l’affirme Roger Mucchielli, la formation de la réaction collective jaillit au point d’interférence de deux processus : l’information et l’état affectif latent des populations4, notre propos ne saurait se cantonner à l’étude des discours qui circulent, mais doit conjointement interroger le contexte d’accueil dans la région frontalière septentrionale. L’interprétation des formes de la manifestation locale des opinions, à partir de la correspondance épistolaire des soldats et des témoignages des acteurs de la vie politique locale, renseigne notamment sur cet « esprit public » et révèle une conception nouvelle et partagée de l’engagement politique.

3La Fayette, hostile aux relances révolutionnaires parisiennes, semble, tout d’abord, bénéficier d’un soutien décisif des autorités militaires et civiles afin d’orienter les opinions. Toutefois, le refus des soldats, applaudis par la population de Sedan, d’adhérer aux décisions du général et de la municipalité après le 10 août, concrétise une attitude locale de défiance et souligne les limites d’une emprise régionale. Cette attitude de défiance s’avère finalement encouragée par la circulation de discours d’opposition composés, et mis en circulation, par des « courtiers locaux du politique » qui se jouent des autorités pour assurer la liaison entre le centre parisien et l’espace frontalier.

La stratégie de La Fayette ou l’exercice d’une emprise régionale

  • 5 Jean-René Suratteau, « Sur la trahison de La Fayette d’après une biographie récente », Annales His (...)

4Durant l’été 1792, les démarches du général La Fayette s’apparentent à une véritable stratégie régionale visant à emporter le soutien des autorités civiles, des militaires et de la population5.

Positionnement politique et manœuvres militaires

  • 6 Archives Nationales [désormais AN], C 358, Pièces sur Lafayette, Pièce numéro 1.
  • 7 Ibid., pièce numéro 7.

5Dès le 16 juin 1792, La Fayette, réagissant à l’agitation parisienne provoquée par le renvoi du ministère girondin, rédige une adresse aux députés. Le général demande que « le règne des clubs […] fasse place au règne de la loi », et affirme « s’élever au-dessus des factions par désintéressement6 ». Les thématiques distinctives du discours fayettiste semblent dès lors clairement posées. Elles sont réinvesties, peu de temps après, dans l’adresse envoyée par La Fayette aux députés, en réaction à l’invasion par la population parisienne du palais des Tuileries le 20 juin 1792. Cette adresse se structure, de manière manichéenne, autour de l’opposition entre d’un côté les « braves soldats » qui se dévouent à mourir pour la constitution, et de l’autre, les insurgés, qualifiés de « factieux », et accusés de crime de lèse-nation en raison de leur action qui met en péril les lois7. Cette dénonciation s’accompagne de mouvements de troupes qui soulèvent l’inquiétude de nombreux députés quant aux intentions du général.

  • 8 AN, D XV 2. Carton 1B.
  • 9 Lettre reproduite par Yves-Charles Ronnet « La Fayette à Sedan et la Révolution », Le Pays Sedanai (...)

6Ces mouvements traduisent, en effet, une volonté de contrôler l’ensemble de la frontière du département du Nord à celui des Ardennes. Issue du décloisonnement de l’armée du Nord à la suite de tractations entre Arthur Dillon, le général Lückner, et le général La Fayette, l’armée de ce dernier parvient à Sedan depuis Maubeuge le 17 juillet. Cette manœuvre se fait contre l’avis du ministre de la guerre d’Abancourt qui lui reproche de ne pas être cantonné dans le camp de Givet dans le nord du département des Ardennes8. La Fayette dévoile ses intentions dans une lettre adressée à son aide de camp La Colombe le 3 août : il ne pouvait se résoudre à contrôler la frontière depuis Dunkerque jusque Givet, mais souhaitait étendre son contrôle à Sedan afin de préserver sa marge de manœuvre, et d’empêcher l’établissement d’un autre officier général dans le département des Ardennes9.

  • 10 AN, D XV 1, carton B.

7Ces mouvements de troupes suscitent à l’Assemblée une inquiétude d’autant plus vive que plusieurs députés affirment avoir interrogé le 17 juillet Lückner pour savoir si La Fayette lui avait proposé de marcher sur Paris10. Le général alsacien leur aurait répondu, sans hésiter, par l’affirmative. Dès lors, les discours et les manœuvres militaires de La Fayette révèlent un décalage patent entre l’inquiétude du centre politique parisien et la sympathie que lui témoignent les soldats et les autorités locales. Les réactions à la journée du 20 juin soulignent une emprise régionale du général qui ne se limite pas à un simple contrôle militaire.

Les réactions à la journée du 20 juin, un révélateur des soutiens

8Jouant de sa notoriété, s’appuyant sur des réseaux militaires et civils tissés grâce à une correspondance intense, La Fayette a su diffuser ses prises de position personnelles sur les événements parisiens :

Tableau 1. Thèmes caractéristiques des adresses de dénonciation de la journée du 20 juin composées entre le 24 juin et le 3 août 1792 dans la France septentrionale.

  • 11 Marcel Reinhard, op. cit., p. 545.
  • 12 À partir de la série F1c III des AN et de dépouillements complémentaires dans les AD de ces départ (...)

9D’après les travaux de M. Le Feuvre cités par Marcel Reihnard11, plus de 250 adresses auraient été composées dans le royaume pour soutenir ou bien dénoncer la journée du 20 juin au cours de l’été 1792. À partir d’un dépouillement partiel dans les départements du Nord, de l’Aisne et des Ardennes12, on peut en repérer dix-neuf dans la France septentrionale. Les lieux de composition de ces dix-neuf adresses indiquent que l’arc frontalier qui s’étend de Bailleul à Carignan, et plus spécifiquement son extrémité ardennaise, constituent un espace où les dénonciations s’avèrent relativement nombreuses. À l’exception d’une adresse au Roi, rédigée par la municipalité de Bailleul, qui entend, avant tout, affirmer son attachement au souverain, ces récits et ces interprétations défavorables de l’événement recèlent des similitudes évidentes avec l’adresse de dénonciation du 20 juin rédigée par La Fayette. Les factieux sont critiqués avec virulence pour leur action illégale, voire criminelle, car le respect de la loi et du Roi est perçu comme le gage principal de l’unité nationale.

Carte 1. Répartition géographique des adresses de dénonciation de la journée du 20 juin 1792.

  • 13 Lucien Duchet, Deux volontaires en 1791, les frères Favier de Montluçon, journal et lettres publié (...)
  • 14 Laurent Brassart, La République à l’épreuve de l’ordinaire et de l’exception, thèse, Lille 3, 2007 (...)
  • 15 British Library (Londres), F * 45* 6, imprimé : « Vassant maire de Sedan, patriote persécuté par l (...)

10La carte de la répartition géographique des adresses de dénonciation de la journée du 10 août souligne l’importance, notamment, du soutien militaire puisque Givet, Sedan, Soissons et Maubeuge sont des villes de garnison. L’étude des signataires de ces adresses semble indiquer l’adhésion de nombreux officiers, mais également de simples soldats, à l’interprétation fayettiste de la journée du 20 juin. Gilbert Favier, officier d’un bataillon de volontaires de l’Allier, stationné dans le camp de Maubeuge, confirme cet engagement dans une lettre du 29 juin : « Les troubles qui sont arrivés à Paris ces derniers jours ont fait une grande sensation, tous nous avons juré de maintenir la constitution […] la plus grande discipline règne dans notre armée, la ligne et les volontaires s’accordent13. » Cet accord entre les troupes de ligne issues de l’armée royale et des volontaires, envoyés aux frontières pour défendre la patrie, et communément considérés comme les tenants de conceptions politiques avancées, suggère un consensus autour de l’interprétation fayettiste de l’événement. Par ailleurs, le soutien collectif est entretenu par des liens personnels et une activité intense des autorités locales en faveur du général. Dans l’Aisne, La Fayette est en relation étroite avec le vice-président du département Rivoire14. Dans le département des Ardennes, département qui, avec dix adresses, semble le plus engagé dans la dénonciation de l’insurrection, un témoin précise les modalités de composition de l’une de ces adresses : « À la révolution mémorable du 20 juin 1792, tous les royalistes qui étaient dans Sedan firent une adresse de condoléance au tyran. C’était un aide de camp de Chazot nommé Dulac qui l’avait rédigée ; on l’allait signer sur le comptoir de Philippoteaux, président du département des Ardennes15. » Dans ce cas précis, unis par une commune hostilité aux relances insurrectionnelles parisiennes, les membres des autorités militaires et civiles engagés auprès de La Fayette, orientent et encadrent, par leur écrit et leur présence, l’expression collective. L’importance des soutiens du général explique, sans doute, sa volonté de conserver sa marge de manœuvre dans l’ensemble de ce département en s’installant à Sedan.

Sedan, un centre d’impulsion fayettiste ?

  • 16 Liste des français ayant quitté Sedan avec La Fayette le 19 aout 1791 d’après Yves-Charles Ronnet, (...)
  • 17 Gérard Gayot, Les draps de Sedan : 1646-1870, Paris, Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales, (...)
  • 18 AN, F7 4757, Papiers saisis chez Lafayette.

11Les 24 000 hommes de l’armée de La Fayette, conduite par son état-major et des responsables civils16, s’installent dans le camp retranché de Sedan à partir du 17 juillet. Cette garde rapprochée est complétée par Alexandre Lameth qui commande la place de Mézières, capitale administrative du département. L’attitude des autorités locales confirme leur bienveillance à l’égard du général. Le maire, manufacturier de Sedan, Desrousseaux lui cède sa folie de « Mont Repos » en guise de quartier général, la municipalité le nomme colonel d’honneur de la garde nationale de Sedan. Dans cette ville manufacturière de 10 000 habitants17, La Fayette est averti de la configuration sociale et des moyens d’obtenir le soutien du plus grand nombre. En effet, dès le mois de juin, au camp de Maubeuge, un officier lui a recommandé un dénommé Blondel : « Dont le civisme éclairé, son antipathie pour les factieux […] l’ont mis à même de donner aux fabricants de Sedan l’exemple de la manière dont on pouvait se servir du grand nombre d’ouvriers que cette ville renferme pour lui donner un appui de plus pour le maintien du bon ordre et de la tranquillité publique18. » La Fayette semble donc, au moment où il apprend la nouvelle de l’insurrection du 10 août, bénéficier des soutiens essentiels pour imposer ses choix politiques, et en premier lieu, le respect de la constitution monarchique.

La cristallisation du refus local : une manifestation de défiance face aux autorités traditionnelles

12Mais après trois jours d’inquiétude et d’incertitude, le refus de plusieurs volontaires de prêter le serment de fidélité au Roi, souligne l’incapacité des autorités militaires et civiles à contrôler l’ensemble des informations et à orienter de manière décisive les prises de position locales.

La commotion de l’événement, de la rumeur inquiète aux appels à l’action

13En l’absence d’annonce officielle, la ville de Sedan est, dès le dimanche 12 août, travaillée par les rumeurs et les inquiétudes. Au petit matin, La Fayette est averti de l’insurrection et de la suspension du Roi par un courrier. Ce dimanche est jour de fête patronale à Sedan, la population locale et les soldats participent côte à côte aux festivités. Mais très vite l’inquiétude gagne. D’après Gilbert Favier, les volontaires présents dans la ville sont déjà avertis de la nouvelle puisqu’il affirme qu’« un courrier adressé à Lafayette, suivis de plusieurs autres leur a appris la nouvelle des malheureux événements du 10 août ». Les soldats présents dans les cabarets sont consignés, les officiers regagnent leur cantonnement, le bal du soir est décommandé.

  • 19 François Ploux, De bouche à oreille. Naissance et propagation des rumeurs dans la France du XIXe s (...)
  • 20 Charles Pilard Souvenir d’un vieux sedanais, cité dans G. Gayot, art. cit., p. 705.

14En situation de rassemblement collectif et en l’absence de déclaration officielle, la ville est dans une situation qui, au regard des analyses de François Ploux19, est propice au développement des rumeurs. Le climat d’attente a une traduction concrète : les rues s’emplissent d’une foule inquiète qui se dirige vers la maison commune dès qu’elle apprend la tenue, en présence de La Fayette, d’une séance extraordinaire du conseil général de la commune20. Dans ce contexte d’effervescence, les opinions vont se cristalliser dans l’attente anxieuse des nouvelles.

  • 21 AN, W 379. Tribunal révolutionnaire. Jugement de la municipalité de Sedan.
  • 22 Archives municipales de Sedan, Délibérations du conseil municipal, D1.

15Les autorités militaires et civiles semblent avoir une conscience assez nette des enjeux du moment. La Fayette, aidé par la municipalité, va donc tenter de faire prévaloir son interprétation de l’événement en cherchant, d’une part, à contrôler la circulation des écrits, et en diffusant, d’autre part, des adresses officielles par l’intermédiaire de la municipalité. Le soldat Hernandez écrit ainsi dans une lettre datée du 15 août que tous les papiers sont interdits et qu’on ne voit paraître dans la ville que le « venain [sic] de l’aristocratie ». Le maire de Sedan confirmera en partie cette assertion lors de son procès en floréal an II, lorsqu’il précise que La Fayette « interceptait tous les papiers publics patriotiques et ne laissait parvenir à Sedan que ceux dictés ou influencés par les Lameth tels que la Gazette universelle et le Logographe21 ». Dès le 13 août circule un compte-rendu imprimé de la séance extraordinaire du conseil général de la commune qui affirme que « la législature actuelle n’a pu prononcer la suspension [du roi] que comme forcée et privée de liberté nécessaire pour délibérer22 ». Le récit des événements insiste donc sur la pression populaire parisienne qui aurait conduit l’assemblée à prendre cette mesure inconstitutionnelle. Pour l’heure, ce récit ne suscite pas de réaction particulière.

Sédition ouverte vis-à-vis de l’Assemblée et premières réactions critiques

  • 23 Archives parlementaires de 1787 à 1860, recueil complet des débats législatifs et politiques des C (...)
  • 24 Archives départementales des Ardennes [désormais ADA], L 11.

16L’évolution du contexte politique local et l’entrée en sédition ouverte des autorités constituent le catalyseur du conflit d’opinions. En effet, le 14 août arrivent de Mézières trois commissaires, Peraldy, Kersaint et Antonelle, députés envoyés par l’Assemblée nationale pour faire accepter à l’armée le décret suspendant le Roi23. Le conseil général de la commune de Sedan arguant de l’illégalité de leurs passeports qui ne sont pas signés par le Roi – et pour cause – décide d’emprisonner les trois députés24.

  • 25 AN, C358. Pièces sur Lafayette, no 19.
  • 26 ADA, 6J1. Don du Dr Grosse.

17Le soldat Cortel décrit, le 14 août à 6 heures du soir, le tumulte que provoque l’arrivée des commissaires : « À 4 heures, je suis arrivé en ville où j’ai trouvé les commissaires. Ils ont reçu un mauvais accueil, l’on ne parle que de les mettre à la lanterne25. » Ce tumulte ne saurait toutefois être assimilé à un débordement populaire. La situation semble une nouvelle fois orchestrée par La Fayette qui, la veille, avait requis, sous sa responsabilité personnelle, la municipalité de retenir les individus « se disant commissaires26 ». Par ailleurs, l’attroupement hostile aux commissaires semble mené par les partisans de La Fayette : certains témoignages insistent sur le rôle joué par les officiers proches du général. Le soldat Hernandez, dans sa lettre du 15 août, parle lui d’agents royalistes.

18Des indices ponctuels suggèrent toutefois le divorce qui s’amorce entre les autorités et les soldats notamment. Face à cette entrée en sédition préparée par les autorités locales et militaires, les premières critiques au sein de l’armée commencent à poindre. Cortel conclut sa lettre du 14 août en disant « je crains bien que nous ne soyons ici dans l’aristocratie et dans la contre-révolution. J’entends en toute part les officiers dire des horreurs sur l’Assemblée nationale ». Gilbert Favier, pourtant grand admirateur du général La Fayette, revient, dans une lettre du 23 août, sur ces événements et précise : « l’armée ne vit pas avec plaisir cette infraction au droit des gens. On eût pu renvoyer les députés sans les retenir prisonniers ».

La cérémonie du serment ou la manifestation du refus

  • 27 Serge Bianchi « Serment », dans Jean-René Suratteau et François Gendron (dir.) Dictionnaire histor (...)

19Désormais engagées dans l’opposition ouverte face à l’Assemblée nationale, les autorités locales poursuivent leur quête d’un soutien populaire en organisant un rassemblement pour le renouvellement du serment de fidélité « à la Nation, à la Loi et au Roi ». On sait l’importance revêtue par le serment civique dans l’histoire révolutionnaire27. Dès le 4 février 1790, face à l’agitation populaire, un appel est lancé par l’Assemblée constituante. Tous ses membres ainsi que de nombreux participants de la vie politique des villes et des villages jurent d’« être fidèles à la Nation, à la Loi et au Roi ». Par sa forme, ce serment devient un modèle. Il est popularisé, notamment, par la prestation de serment des gardes nationales, lors de la fête de la Fédération du 14 juillet 1790. Le serment devient alors exigible de tous les élus, maires, officiers publics, magistrats, soldats… Ce rituel civique traduit alors la captation d’une solennité religieuse au profit d’un modèle d’engagement jugé irréversible. Or, suite à la journée du 10 août, l’Assemblée adopte, par la loi du 13 août un nouveau serment, celui de protéger la liberté et l’égalité ou de mourir en les défendant. La référence au Roi est abandonnée. Dans un contexte de concurrence de l’ancienne et de la nouvelle formule, la prestation du serment devient une manifestation explicite des opinions politiques combinant action verbale et attitude ritualisée. L’enjeu pour les autorités consiste alors à sceller une communauté d’opinion par un rite d’inclusion des prestataires et d’exclusion des réfractaires, que l’on présume minoritaires.

  • 28 AN, C 358, Pièces sur Lafayette, no 20.
  • 29 L. Duchet, Deux volontaires…, op. cit, p. 61.
  • 30 Jean Nicolas, La rébellion française : mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Par (...)

20La délibération de la commune de Sedan du 15 août est en ce sens significative puisque cette délibération imprimée et affichée précise que « considérant le danger, il importe à la commune de Sedan de connaître la disposition des forces armées, l’attachement à la constitution et requiert le général des armées de faire renouveler individuellement le serment civique ». Il s’agit selon la délibération d’être « assuré de ne combattre qu’avec des hommes décidés à soutenir la souveraineté nationale et la constitution ». Espérant décourager les velléités contestataires, les auteurs précisent que le corps municipal consignera dans son procès les noms de ceux qui se refuseront à le prononcer, afin d’en rendre compte au conseil général du département. Le renouvellement du serment civique de fidélité à la Nation, à la Loi et au Roi a lieu dans la prairie de Sedan, le 15 août, à six heures du soir, en présence des officiers municipaux, de la garde nationale et de la population28. La cérémonie s’ouvre avec la lecture par Alexandre Romeuf de la proclamation du général qui qualifie le 10 août de coup de force de Paris, puis Romeuf énumère les messages de sympathie et d’alliance adressés à La Fayette. Latour-Maubourg et les principaux officiers prêtent ensuite le serment, puis le général passe en revue les régiments de l’armée royale, et enfin les bataillons de volontaires. La foule murmure mais ne manifeste pas. Subitement, un premier volontaire du bataillon Maine-et-Loire refuse de prêter le serment de fidélité au Roi. Puis Gilbert Favier, officier volontaire du bataillon de l’Allier, indique qu’alors que la majorité de son bataillon avait prêté le serment, deux officiers crient « Vive l’Assemblée et point du Roi Louis XVI29 ». Une partie de la population sedanaise présente applaudit, la situation devient chaotique si bien que le général décide de rompre les rangs. Face à ce refus qui ébranle sa confiance en ses troupes, La Fayette hésite, puis finalement renonce à s’engager dans une opposition armée. Il émigre le 19 août. Le 21, la municipalité de Sedan libère les commissaires de l’Assemblée. Alors que la participation des citoyens à de nombreuses cérémonies civiques, durant la période révolutionnaire, a pu être motivée par un conformisme politique et social, l’attitude des soldats et de la population sedanaise relève ici de l’acte de rébellion tel qu’a pu le définir Jean Nicolas30. En effet la prise de position collective exprime un refus qui fait masse et qui introduit dans le champ politique l’interlocuteur dépourvu de parole officielle.

  • 31 Joseph-Louis-Gabriel Noël, Au temps des volontaires, lettres d’un volontaire de 1792, Paris, Plon- (...)
  • 32 AN, D § 1-16, Missionnaires de la République dans le Nord, no 14.

21Ce refus peut paraître exceptionnel au regard des efforts déployés localement par les autorités militaires et civiles pour contrôler l’information, mais il ne constitue pas un exemple isolé dans cet ensemble régional censé être sous l’emprise de La Fayette et de ses partisans. Lameth et le général Arthur Dillon tentent, eux aussi, d’organiser une cérémonie au camp de Maubeuge. Gabriel Noël, volontaire présent dans ce camp écrit dans une lettre : « C’était pour faire renouveler le serment prescrit par la Constitution. On l’a deviné dans les rangs, cela a fait naître aussitôt la plus grande fermentation. Partout et d’une voix unanime on a dit qu’on ne le prêterait pas31. » De même, le 17 août, le caporal d’un corps d’artillerie stationné à Condé dénonce l’attentat du 10 août et demande à ses compagnons de rejoindre la sédition au « nom de sa majesté à laquelle vous avez prêté le serment le 14 juillet ». Mais la réponse du soldat Pariset au nom de son régiment fait écho au refus sedanais lorsqu’il affirme « nous avons prêté serment à Louis XVI et non à Louis le traître […] ce monstre32 ». Ces prises de position illustrent donc une opinion répandue favorable à l’action parisienne, et suggèrent que les attitudes, malgré les tentatives locales de contrôle, sont orientées par d’autres impulsions.

Les voies détournées d’une défiance collective

22Ce constat invite à un changement de perspective afin d’apprécier les effets cumulatifs d’une histoire révolutionnaire en marche et des initiatives ponctuelles menées par les opposants à La Fayette.

Un héritage révolutionnaire en partage

  • 33 Michel Vovelle « La représentation populaire de la monarchie », dans Keith Michaël Baker, The Fren (...)

23Les attitudes de refus ne sauraient entièrement se comprendre par l’analyse de la conjoncture de l’été 1792. Il est significatif qu’à Sedan comme à Maubeuge et à Condé, le refus se cristallise autour de la figure de Louis XVI. Il semble que les refus de l’été 1792 illustrent cette maturation à chaud de l’image royale évoquée par M. Vovelle dans son étude de la représentation populaire de la monarchie33. Cette maturation n’est pas circonscrite à la sphère parisienne des militants jacobins, mais affecte aussi les provinces frontalières qui ont été particulièrement marquées par la fuite du Roi en 1791, et par la crainte d’être les premières victimes d’un complot orchestré par les Autrichiens.

  • 34 Haïm Burstin « Le protagonisme politique comme facteur d’amplification de l’événement : le cas de (...)

24Le rôle déterminant des soldats soulève également la question des effets du contexte militaire. Depuis avril 1792 et la déclaration de guerre, la multiplication des cérémonies patriotiques a contribué à l’affirmation d’un sentiment partagé par la population et les soldats, notamment volontaires, d’être en première ligne pour la défense de la Patrie et de la Révolution, et du même coup d’être les « protagonistes », et non plus les simples spectateurs, des évolutions nationales34. Cette prise de conscience est propice à un positionnement critique face aux autorités. Par ailleurs, malgré l’effort de contrôle des informations, les opinions ont été, en partie, orientées par des écrits journalistiques hostiles à La Fayette. La correspondance des soldats témoigne de l’importance de la lecture des journaux et de ses effets sur l’interprétation des événements.

Une diffusion des journaux soutenue par une demande forte

  • 35 Stefan Lemny Jean-Louis Carra, 1742-1793 : parcours d’un révolutionnaire, Paris, L’Harmattan, 2000

25Au cours de l’été 1792, ces témoignages de soldats soulignent les failles de l’emprise régionale de La Fayette. Gabriel Noël écrit du camp de Givet dès le 22 juin : « J’ai vu quelques feuilles éparses et je n’y conçois rien. Le Roi a renvoyé les bons ministres et s’est entouré d’aristocrates. Mais c’est dans Carra que j’ai lu tout ça et je ne me fie guère à ce qu’il dit. » Le 29 juin, toujours de Givet, Noël insiste ; « telle est la puissance de Carra ; je ne lis ici que cet infâme journaliste […] il ne cesse de calomnier La Fayette et de répandre le soupçon sur lui et voilà qu’on le fait lire aux volontaires qui en sont les dupes ». Dans un contexte où la demande d’information de la part des militaires semble forte, les journaux circulent et entretiennent la suspicion et la défiance à l’égard de Louis XVI et de La Fayette. Le publiciste Carra utilise ces Annales patriotiques et littéraires pour flétrir l’image du Roi, et celle du général, affublé du sobriquet de « Cromwell La Fayette » le 22 juin. Le 2 juillet, Carra condamne « l’arrivée insolente du traître » Lafayette à la barre de l’Assemblée. Le 29 juillet, il assure détenir « les preuves matérielles d’une des mille trahisons de Lafayette35 ».

26La circulation des écrits de Carra ne se limite pas au camp de Givet, car Gilbert Favier dès son arrivée à Sedan, le 17 juillet, écrit : « Carra et plusieurs ennemis de notre général cherchent à le perdre, mille horreurs lâchées par des hommes accrédités ont commencé à faire trouver Lafayette odieux à une infinité de Français ». Le propos de Favier suggère une diffusion des idées de Carra par-delà les cercles militaires et soulève la question de l’action de « ces hommes accrédités », de ces relais locaux d’une défiance accrue à l’égard de La Fayette et des autorités constituées.

Vassant, courtier local du politique et relais d’opinion

  • 36 Jean Boutier « Les courtiers locaux du politique », Annales Historiques de la Révolution Française (...)
  • 37 British Library (Londres), F * 45* 6, imprimé, op. cit.

27J. Boutier36 qualifie de courtiers locaux du politique ces individus modestes, à la charnière entre deux mondes qui effectuent ce travail de traduction du langage national aux idiomes locaux et vice-versa. Vassant, professeur de rhétorique à Sedan qui, dès juin 1791, manifeste son hostilité à Louis XVI après sa fuite, endosse cette fonction par sa position sociale comme par son activité politique. Accusé en nivôse an II, il revient sur son action de relais entre le centre parisien et la ville de Sedan au cours de l’été 1792. Il affirme ainsi à propos de La Fayette : « Je l’ai regardé comme un traître dès qu’il eut donné ses premiers coups de chapeau et je le dénonçai à l’opinion publique37. » Cette dénonciation, malgré le contrôle de l’information par les autorités locales, fut à double sens : il s’agissait à la fois d’avertir les militants parisiens, et de faire circuler à Sedan des discours opposés à ceux élaborés par les partisans de La Fayette. Ainsi Vassant raconte : « ne pouvant tout dire parce que j’aurais été assommé sur le champ, je m’étais mis en relation avec Milscent, auteur du Créole patriote, et je lui écrivais des lettres que je datais de Stenay, dans lesquelles je déchirais Lafayette à belles dents. Ces lettres éclairaient les Jacobins et Milscent les insérait dans sa feuille. D’autres journaux les copiaient et, par ce moyen, elles revenaient à Sedan où elles faisaient frissonner de rage les aristocrates ».

28En réalité, deux lettres furent insérées dans le Créole patriote durant l’été 1792. La première, datée du 17 juillet 1792, constitue un cri d’alarme adressé aux « citoyens de Paris ». La seconde, datée du 24 juillet, ne comporte pas non plus d’attaque personnelle contre La Fayette, mais présente une dénonciation féroce « des machinations secrètes des feuillants sedanais » et de tout ce qui appartient à « l’épauletterie qui est putréfiée d’aristocratie ». Enfin dans le but éventuel de séduire un lectorat local, Vassant met en scène de manière parodique les membres de la municipalité de Sedan et leur discours feuillant, qu’il n’hésite pas à transcrire en langue patoisante : « quand les prussiens se présenteront on dira venez messieurs entrez, s’il vous plaît, je sons de bonnes gens, je sons ni factieux ni incendiaires, j’aimons le repos ». Et de conclure : « la ville est toute disposée à se faire prendre ». L’affirmation de Vassant selon laquelle ses lettres, par leur parution dans les périodiques, ont pu être diffusées à Sedan laisse entrevoir les possibilités de circulation d’un discours corrosif qui a encouragé les attitudes de défiance à l’égard des autorités municipales et des officiers.

29La manifestation d’une opinion de refus témoigne donc de l’évolution du rapport au politique dans un moment d’exacerbation des tensions. Cette évolution exprime la conscience nouvelle d’avoir un rôle à jouer par-delà les cadres institutionnels, et se traduit par une défiance assumée vis-à-vis des autorités établies qu’elles soient civiles ou militaires. Les opinions, définies comme des prises de position publiques, révèlent ici l’impossibilité pour les autorités locales de contrôler la région car l’explosion de la production de périodiques durant la décennie révolutionnaire, combinée aux attentes fortes des populations et des militaires, rend difficile voire impossible le filtrage total de l’information. Et ce d’autant plus que des « courtiers locaux » se jouent des autorités en assumant le rôle de relais entre Paris et la province afin de favoriser la circulation de discours contestataires. L’orientation des opinions de la population locale procède, en grande partie, de ce lien, parfois mis à mal, mais jamais rompu, entre le centre politique parisien et les provinces frontalières septentrionales.

Notes

1 Mona Ozouf, « L’opinion publique », in Keith Michael Baker (éd.), The French Revolution and the Creation of Modern political Culture, vol. 1 : The Political Culture of the Old Regime, Oxford, Pergamon Press, 1987, p. 419-435 ; Keith Michael Baker, Au tribunal de l’opinion. Essais sur l’imaginaire politique au XVIIIe siècle, Paris, Payot, 1993.

2 Jean Stoetzel, Théorie des opinions, Paris, L’Harmattan, 2006 [1re éd. 1943].

3 Marcel Reinhard, La chute de la Royauté : 10 août 1792, Paris, Gallimard, 1969.

4 Roger Mucchielli, Opinions et changement d’opinion, Paris, ESF, 1988 [1re éd. 1969].

5 Jean-René Suratteau, « Sur la trahison de La Fayette d’après une biographie récente », Annales Historiques de la Révolution Française, no 301, juillet-septembre 1995, p. 399-408 ; Gérard Gayot « Les sans-culottes de Sedan, le brave soldat Hernandez, le manufacturier millionnaire, et le général Lafayette », Annales Historiques de la Révolution Française, no 306, 1996, p. 704-711.

6 Archives Nationales [désormais AN], C 358, Pièces sur Lafayette, Pièce numéro 1.

7 Ibid., pièce numéro 7.

8 AN, D XV 2. Carton 1B.

9 Lettre reproduite par Yves-Charles Ronnet « La Fayette à Sedan et la Révolution », Le Pays Sedanais, Nouvelle série, no 16, 1989, p. 101-122.

10 AN, D XV 1, carton B.

11 Marcel Reinhard, op. cit., p. 545.

12 À partir de la série F1c III des AN et de dépouillements complémentaires dans les AD de ces départements.

13 Lucien Duchet, Deux volontaires en 1791, les frères Favier de Montluçon, journal et lettres publiés d’après des papiers de famille, Montluçon, imprimerie A. Herbin, 1909, p. 52-53.

14 Laurent Brassart, La République à l’épreuve de l’ordinaire et de l’exception, thèse, Lille 3, 2007, p. 145.

15 British Library (Londres), F * 45* 6, imprimé : « Vassant maire de Sedan, patriote persécuté par les intrigans, les royalistes, les contre-révolutionnaires et les fédéralistes, imprimé à Sedan, imprimerie Carré et Cercelet, 2 nivôse an II. »

16 Liste des français ayant quitté Sedan avec La Fayette le 19 aout 1791 d’après Yves-Charles Ronnet, art. cit. 1989, p. 122 : Bureaux de Pusy, les trois frères Latour-Maubourg, Romeuf, La Colombe, Langlois, Laumoy, Masson, Pillet, Du Roure, D’Agrain, Soubeyran, le colonel Sicard, Sionville, d’Arblay et Alexandre Lameth qui les rejoindra à partir de Mezières.

17 Gérard Gayot, Les draps de Sedan : 1646-1870, Paris, Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales, 1998.

18 AN, F7 4757, Papiers saisis chez Lafayette.

19 François Ploux, De bouche à oreille. Naissance et propagation des rumeurs dans la France du XIXe siècle, Paris, Aubier, 2003, p. 14 et p. 72.

20 Charles Pilard Souvenir d’un vieux sedanais, cité dans G. Gayot, art. cit., p. 705.

21 AN, W 379. Tribunal révolutionnaire. Jugement de la municipalité de Sedan.

22 Archives municipales de Sedan, Délibérations du conseil municipal, D1.

23 Archives parlementaires de 1787 à 1860, recueil complet des débats législatifs et politiques des Chambres françaises, imprimé… sous la direction de MM. J. Mavidal et E. Laurent, 1re série (1787 à 1799), Paris, Paul Dupont, 1896, tome 47, p. 654.

24 Archives départementales des Ardennes [désormais ADA], L 11.

25 AN, C358. Pièces sur Lafayette, no 19.

26 ADA, 6J1. Don du Dr Grosse.

27 Serge Bianchi « Serment », dans Jean-René Suratteau et François Gendron (dir.) Dictionnaire historique de la Révolution française, Paris, PUF, 1989, p. 979-1000 ; Claude Langlois « Le serment révolutionnaire (1789-1791) : fondation et exclusion », dans Raymond Verdier (éd.) Le serment, Paris, éd. CNRS, 1991, p. 389-396.

28 AN, C 358, Pièces sur Lafayette, no 20.

29 L. Duchet, Deux volontaires…, op. cit, p. 61.

30 Jean Nicolas, La rébellion française : mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris, Le Seuil, 2002.

31 Joseph-Louis-Gabriel Noël, Au temps des volontaires, lettres d’un volontaire de 1792, Paris, Plon-Nourrit, 1912, p. 237.

32 AN, D § 1-16, Missionnaires de la République dans le Nord, no 14.

33 Michel Vovelle « La représentation populaire de la monarchie », dans Keith Michaël Baker, The French…, op. cit. p. 77-88.

34 Haïm Burstin « Le protagonisme politique comme facteur d’amplification de l’événement : le cas de la Révolution Française », L’événement, actes du colloque organisé à Aix-en-Provence les 16, 17 et 18 septembre 1983, Aix-en-Provence, Service de publication de l’Université de Provence, 1986, p. 65-77.

35 Stefan Lemny Jean-Louis Carra, 1742-1793 : parcours d’un révolutionnaire, Paris, L’Harmattan, 2000.

36 Jean Boutier « Les courtiers locaux du politique », Annales Historiques de la Révolution Française, no 297, 1994, p. 17-27.

37 British Library (Londres), F * 45* 6, imprimé, op. cit.

Table des illustrations

Légende Tableau 1. Thèmes caractéristiques des adresses de dénonciation de la journée du 20 juin composées entre le 24 juin et le 3 août 1792 dans la France septentrionale.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/124125/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Carte 1. Répartition géographique des adresses de dénonciation de la journée du 20 juin 1792.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/124125/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search