Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

S'exprimer en temps de troubles

 | 
Laurent Bourquin
, 
Philippe Hamon
, 
Pierre Karila-Cohen
, 
et al.

Troisième partie. Nouveaux conflits, nouveaux enjeux ?

Les politiques de la police : un essai d’interprétation des tensions et conflits entre police et populations à Paris au XVIIIe siècle

Justine Berlière et Vincent Milliot

Texte intégral

  • 1 La thèse de C. Romon, Mendiants et vagabonds à Paris d’après les archives des commissaires au Chât (...)
  • 2 P. Karila-Cohen, « Du maintien de l’ordre à l’expertise du social. Jacques Peuchet et le crise de (...)

1L’histoire des rapports entre police et population a longtemps été marquée par la légende noire qui accompagnait cette institution, appréhendée comme bras armé d’un État répressif et ne laissant aux peuples qu’une alternative réduite : la révolte ou la soumission1. Pourtant les conflits entre population et police ne sont pas « naturels » ni liés par essence au fonctionnement des pouvoirs policiers dont l’action peut aussi être préventive ou protectrice. En revanche, ces conflits, lorsqu’ils surviennent, posent la question des formes de reconnaissance et de légitimation – jamais définitivement acquises – des manières de faire de la police, parfois de son organisation même, au sein de la population. Et cette question est fondamentalement politique, parce qu’elle concerne les modes de fonctionnement de la Cité, parce qu’elle engage la responsabilité des pouvoirs politiques qui activent en dernière instance les forces de police. Mais elle ne s’exprime pas de la même façon selon l’organisation politique des sociétés (sociétés d’Ancien Régime, société libérale ou démocratique) et n’a pas la même ampleur dans le débat public2. Ajoutons que la « politisation » de la police sous l’Ancien Régime tient également à l’étendue de ses domaines d’intervention, ce qui confère à ses responsables un rôle tout particulier dans le maintien d’une tranquillité publique assimilable à la préservation de l’ordre social dans son ensemble.

2Dans la perspective qui est la nôtre, l’observatoire parisien au XVIIIe siècle s’avère particulièrement fécond pour trois raisons. D’abord, parce que la capitale connaît à partir de 1666-1667, un mouvement de réforme au long cours de son système policier qui affecte son organisation et ses modalités d’action, ce qui ne laisse pas la population indifférente. Ensuite, parce que la gestion de Paris rend particulièrement sensibles les débats qui retentissent au mitan du siècle sur le périmètre d’intervention de cette police, dans le domaine de l’approvisionnement, du marché du travail, de l’assistance. Le conflit qui oppose les tenants d’une police limitée, adeptes de l’économie politique libérale et les défenseurs d’une police interventionniste, prophylactique et enveloppante, a des conséquences concrètes. Enfin, la richesse des archives parisiennes permet, à travers l’activité quotidienne de la police, de mesurer matériellement l’impact des transformations de ce système policier, l’évolution des attentes et des attitudes de la population à son égard.

3Nous déclinerons donc nos propositions en trois temps. D’abord, nous tenterons de revenir sur un lent processus de « politisation » de la police parisienne d’Ancien Régime qui culmine en 1789 à travers la dénonciation de son caractère despotique. En lien avec cette critique, il faut ensuite s’interroger sur la manière dont l’organisation et les pratiques de la police font, dès le début du XVIIIe siècle, l’objet d’un débat public qui va croissant le siècle durant. Enfin, loin de nous cantonner à une approche par trop idéologique, nous pouvons à travers l’évocation des formes de collaboration et des types de conflits qui se nouent entre policiers et population essayer de réfléchir aux politiques ordinaires d’une police à la fois soucieuse de son image et de son efficacité.

De la politisation de la police

  • 3 P. Napoli, Naissance de la police moderne, Pouvoir, normes, société, Paris, La Découverte, 2003.

4Loin de se limiter aux années pré-révolutionnaires et à l’explosion de l’été 89, le débat sur la police n’a cessé d’enfler le siècle durant. Il est de nature politique pour trois raisons principales. D’abord parce qu’il touche à la conception de la souveraineté royale. La dimension politique de la police est théoriquement bien établie par les juristes qui l’associent à l’exercice d’une souveraineté protectrice. Celle-ci est parfaitement bien illustrée par la police des approvisionnements, fondement du pacte scellé entre un roi père nourricier et ses sujets, ce que les tenants de l’économie politique libérale contestent vivement3. Ensuite, parce que la réforme de la police parisienne depuis les années 1666-67 modifie progressivement l’équilibre des pouvoirs dans la ville. Enfin, parce que le développement des services de la lieutenance générale de police conduit à la critique de l’abus de pouvoir.

La crise « idéologique » de la police

  • 4 S. Kaplan, Bread, Politics and Political Economy in the Reign of Louis XV, La Haye, 1976 ; Le Pain (...)
  • 5 Abbé Galiani, Dialogue sur le commerce des Bleds, 1769.
  • 6 S. Kaplan, Le Complot de famine : histoire d’une rumeur au XVIIIe siècle, Paris, Cahier des Annale (...)
  • 7 S. Meyssonnier, La Balance et l’horloge. La genèse de la pensée libérale en France au XVIIIe siècl (...)

5Les lois de 1763-1764 qui réforment radicalement le fonctionnement du marché des grains et des farines au point de déboucher sur une crise violente constituent un traumatisme essentiel4. Les mesures libérales démantèlent le système de police très élaboré qui gouvernait la circulation de ces denrées de première nécessité, jusqu’alors placées hors du libre jeu du marché et des intérêts mercantiles. Or cet arsenal réglementaire préventif qui visait à garantir la régularité des approvisionnements et la transparence des marchés fondait une large part de la légitimité traditionnelle des autorités de police, comme le montre la place conférée aux Vivres dans le Traité de Nicolas Delamarre. Après les multiples troubles de la fin de la décennie 1760, le gouvernement royal revient en 1770 à un paternalisme prudent qui réhabilite l’idée policière dans son « intégralité » originelle. L’échec de cette expérience libérale tend à démontrer que ni l’État, ni la société ne peuvent se passer d’une police interventionniste et englobante. Les Lumières sont alors profondément divisées et la police n’incarne pas, aux yeux de tous et en tous domaines, l’arbitraire et le contraire de la liberté. L’abbé Galiani ou Diderot, hostiles à l’intransigeance dogmatique des économistes, soulignent que la régulation reste un moyen de préserver l’ordre social et de garantir une liberté qui, sans cela, n’est que la guerre de chacun contre tous5. Mais la police n’est pas sortie indemne de cette crise. Impliquant certaines autorités dans la rumeur du « complot de famine », la crise a corrodé les conceptions traditionnelles de la police et provoqué un assez vif débat sur ses modes opératoires comme sur les périmètres de son action6. La voici désormais traversée par le conflit opposant les thèses de l’économie morale d’inspiration chrétienne à un réformisme plus ou moins radical7.

  • 8 S. Kaplan, La Fin des corporations, Paris, Fayard, 2001.
  • 9 Voir N. Des Essarts, Dictionnaire universel de police, Paris, Moutard, 1786-1790, 3, p. 459-461 et (...)

6De 1774 à 1776, la politique de Turgot rouvre des failles ouvertes une bonne dizaine d’années auparavant et approfondit la controverse en créant de nouveaux fronts. En plus de la contraction radicale des domaines d’intervention de la police que suppose la politique de déréglementation des marchés des grains, étendue cette fois à la capitale, l’édit de février 1776 qui supprime les corporations annonce le bouleversement complet des fondements de l’organisation sociale, pour tout dire d’un ordre dont la police avec ses auxiliaires – les maîtres de métiers – étaient comptables8. Pour le lieutenant de police Lenoir, les corporations avaient l’avantage d’exercer sur le mode de l’autorité domestique et paternaliste un contrôle, une « douce police », sur des ouvriers naturellement turbulents et enclins au mal. Le risque était donc de substituer une police brutale et répressive, intervenant après-coup, au paternalisme et à la prévention qui suffisaient à réguler les tensions dans la plupart des cas9.

Un nouvel équilibre des pouvoirs

7Cet ébranlement profond des conceptions de la police et de ses domaines d’intervention se greffe sur un mouvement séculaire de recomposition des sphères d’influence des institutions parisiennes, marqué par le recul des prérogatives de la ville face au lieutenant général de police et par une sorte de complémentarité concurrentielle entre ce représentant du roi, quasi-ministre, et les magistrats du Parlement.

  • 10 D. Garrioch, The Making of Revolutionary Paris, Berkeley-Londres, University of California Press, (...)

8La conjugaison d’une volonté politique « absolutiste » qui vide progressivement les formes consultatives, municipales, de leur substance et du repli, ou de l’abstention, des élites qui investissent d’autres formes de sociabilité, salons, cercles, loges et clubs, en délaissant la construction et l’entretien de clientèles dans les quartiers, est l’une des clefs de la montée en puissance des hommes du Châtelet et de la lieutenance générale au cours du XVIIIe siècle10. Des pans de plus en plus larges de l’administration de la ville passent ainsi aux mains des officiers du Châtelet et des bureaux de la lieutenance générale au cours du siècle. De la régulation des tensions familiales à l’approvisionnement des marchés, de l’organisation de l’assistance à la régulation du marché du travail, de la préservation de la santé et de la salubrité publique à l’organisation d’un marché de services – comme celui de l’allaitement mercenaire ou de l’entretien de la voirie –, de l’urbanisme à la circulation, se déploie le large spectre des interventions policières. Cette capacité à intervenir dans de nombreuses circonstances de la vie économique et sociale comme de l’administration urbaine fonde dans les discours que la police tient sur elle-même une bonne part de sa légitimité. La puissance et la reconnaissance que l’on doit à la police ne tiennent pas à ses capacités répressives, mais, au contraire, à ses capacités de prévention et de médiation. Mais cet expansionnisme du Châtelet et de la lieutenance générale ne va pas forcément de soi.

  • 11 P. Piasenza, Polizia e città. Strategie d’ordine, confliti e rivolte a Parigi tra Sei e Settecento (...)

9Il s’en faut de beaucoup que les autorités concurrentes rendent totalement les armes. La crise consécutive aux réformes Laverdy remet ainsi en selle « l’assemblée de police » qui regroupe les représentants de la Ville, le procureur général au Parlement de Paris, le lieutenant général, tous détenteurs de pouvoirs de police. De sociale, la crise est alors devenue politique et elle aboutit au retour temporaire d’une forme de police « consultative » ou « représentative », pourtant en constant recul depuis la magistrature de d’Argenson à la fin du XVIIe siècle11. La police reste donc un enjeu de pouvoir fondamental. Les arbitrages rendus et la tendance séculaire témoignent néanmoins du renforcement assez constant des pouvoirs de la lieutenance générale qui dispose d’une administration très étoffée à la fin du siècle. Mais la rançon du bon fonctionnement de cette machine policière plus centralisée, c’est, de plus en plus souvent, la dénonciation d’une police qui veut s’occuper de tout.

Ce qui fonde le reproche de despotisme

  • 12 S. Kaplan, La Fin des corporations, op. cit.

10Dans nombre de leurs discours, les responsables de la police défendent leur prétention tutélaire, voire leur monopole, dans un certain nombre de domaines. Il convient d’interpréter prudemment cette prétention. La police affirme peut-être vouloir s’occuper de « tout », mais pas forcément directement car elle n’en a ni les moyens ni le projet politique et intellectuel. Elle mobilise pour cela ce que Lenoir désigne comme les « auxiliaires » de la police, qui peuvent être aussi bien un informateur qu’un syndic de corporation. Cette police d’avant 1789 reste tributaire d’une vision organiciste de la société et s’appuie sur un certain nombre de corps intermédiaires et, quand il n’en existe pas, notamment dans les plus basses classes, elle les suscite ou doit se substituer à eux, car c’est pour elle un principe d’ordre. C’est l’un des enjeux de la réforme des corporations de 1776, tant dans sa version dure – celle de Turgot-Albert, que dans sa version alternative, celle de Necker-Lenoir12. La contrepartie de cette omniprésence de la police, qu’il ne faut pas confondre avec l’image d’un régime policier qui déploierait de manière ostentatoire ses forces et qui s’imposerait par un régime de terreur, c’est, au moment où s’affirment les pouvoirs de l’opinion publique, l’accusation de despotisme de plus en plus fréquemment formulée à son encontre.

  • 13 P. Brouillet, V. Milliot, « Entre tradition et modernité : Hardy et la police de Paris », introduc (...)
  • 14 L. S. Mercier, « Enlèvements de police », Le Tableau de Paris (1781-1789), édition établie sous la (...)

11Ce qu’il faut finalement retenir, c’est que corrélativement au renforcement des capacités d’action de la lieutenance générale de police, – ce que la population apprécie positivement dans certaines circonstances – se diffusent des critiques qui érodent sa légitimité. C’est toute l’ambiguïté de l’attitude du libraire parisien Siméon Prosper Hardy, prompt à dénoncer les abus de la police, mais exigeant d’être bien protégé13. C’est le paradoxe de Louis-Sébastien Mercier heurté par l’arbitraire des « enlèvements » sans jugement dans les garnis, mais avouant que la sûreté dans Paris peut être à ce prix14. Néanmoins, ce pouvoir d’érosion a été d’autant plus fort que ces critiques s’inscrivaient dans un contexte de crise des institutions, de crise politique et idéologique de grande ampleur et bien antérieure à l’explosion de l’été 89.

12Garante du pacte social monarchique et paternaliste, la police est atteinte directement dans son action comme dans ses conceptions par la diffusion des idées de l’économie politique libérale dans les années 1760. Elle se trouve au cœur du débat sur les réformes au temps des Lumières, mais ce cœur est loin de n’être que théorique car il se joue constamment sur le terrain des vivres, des secours et de l’assistance, de la sûreté publique. Et les implications sont concrètes pour les populations et pour les acteurs de la police.

L’impact de la réforme du système policier parisien (1667-1789)

13Lorsque l’organisation de la police et ses formes d’intervention perturbent certains équilibres ou échouent dans leurs desseins protecteurs, le débat peut se faire vif. Mais hors de ces moments particuliers, il ne faut pas négliger les multiples tensions, permanentes quoique moins visiblement exacerbées, qui accompagnent les transformations de la police parisienne depuis Colbert.

Les difficultés de la « nouvelle police »

  • 15 Sur les bureaux de la lieutenance, P.-T. Hurtaut et N. Magny, Dictionnaire historique de la ville (...)

14Les critiques de l’époque révolutionnaire réagissent à un processus de centralisation et de bureaucratisation de l’administration policière qui se déploie depuis de longues années. Elles visent l’établissement d’une nouvelle police ou d’un nouveau style de police pour administrer une ville gigantesque. À partir des années 1750, on dénonce le développement de l’administration centrale de la police, éloignée de la population, sur laquelle Berryer, puis ses successeurs s’appuient de plus en plus de manière discrétionnaire. L’autre caractéristique du « système » Berryer est l’enregistrement généralisé des individus et des groupes que l’on entend surveiller. La multiplication des fichiers ne se conçoit que comme instrument mis au service d’une police active, expéditive, pour partie secrète et détachée des formes juridictionnelles classiques, sans possibilité d’appel devant une juridiction supérieure15.

  • 16 P. Peveri, « L’exempt, l’archer, la mouche et le filou. Délinquance policière et contrôle des agen (...)
  • 17 R. Cheype, Recherches sur le procès des inspecteurs de police (1716-1720). Paris, PUF, 1975.

15Les inspecteurs de police et leurs informateurs sont ainsi placés au cœur de la critique dès les années 1715-1720. Chargés de la surveillance de groupes à risques – migrants, vagabonds, prostituées, sodomites –, ces officiers étroitement dépendants du lieutenant de police utilisent, sans réel contrôle, en particulier du Parlement, les fameux ordres du Roi. Ils n’hésitent pas à agir clandestinement, à se travestir pour infiltrer les milieux qu’ils entendent surveiller, ni à s’acoquiner avec des délinquants dont ils font leurs informateurs16. Ces pratiques tranchent avec celles des commissaires au Châtelet, magistrats en robe qui officient publiquement ; elles nourrissent toutes les accusations de collusion avec la pègre, confortées par des soupçons d’ignorance puisqu’ils ne sont ni magistrats, ni gradués en droit17. Indépendamment de l’immoralité prétendue des responsables de la police, la critique prend un tour de plus en plus politique dans le contexte des années 1780 qui placent les droits des citoyens, libres et égaux, en regard de l’arbitraire de la police. Brutalement se pose la question d’une confrontation entre une conception de la police devant se mettre au « service du public » et offrir de garantir les droits du citoyen et une autre conception de la police qui modernise peut-être ses pratiques et ses instruments, mais sans jamais rendre des comptes sur ses abus, ni rompre avec les inégalités de traitement liées à la logique du privilège et de la protection clientéliste.

Police divisée, police inefficace

  • 18 D. Roche (dir.), La Ville promise : mobilité et accueil à Paris, fin XVIIe-début XIXe siècles, Par (...)
  • 19 A. Farge et J. Revel, Logiques de la foule : l’affaire des enlèvements d’enfants, Paris, 1750, Par (...)
  • 20 Pour l’application de ces principes aux militaires, J. Chagniot, Paris et l’armée au XVIIIe siècle (...)

16Ce qui précède souligne la ligne de fracture lente à se résorber qui oppose les commissaires au Châtelet et le corps des inspecteurs, officiellement créé une première fois en 1708, puis refondé en 1740. Conflit et manque de cohésion ont, par exemple, des conséquences sur une partie pourtant jugée essentielle de la police, à savoir la surveillance des migrants et des lieux d’accueil à Paris au cours de la première moitié du XVIIIe siècle18. L’absence d’homogénéité, d’identité professionnelle commune des corps chargés de telle ou telle tâche retentit sur leurs missions et sur leur image dans le public. Le siècle durant, les responsables de la police buttent en fait sur deux obstacles s’ils veulent obtenir la reconnaissance par le public de cette « nouvelle police » et la substituer ainsi à des modes de régulations plus communautaires. L’essor de la police active soulève d’abord le risque d’un usage trop répressif de certains agents, dont les pratiques mal définies ou mal encadrées peuvent provoquer des troubles, à l’image des émeutes de 1750 liées aux rumeurs d’enlèvements d’enfants, même lorsqu’il s’agit de répondre aux attentes sécuritaires d’une partie de la population19. Ce risque renvoie dans un second temps à la nécessité de professionnaliser les policiers et de conduire une bataille du respect, imposant des règles de conduite de la police face au peuple, du peuple face à la police20.

  • 21 Elle survient à l’occasion des festivités en l’honneur du mariage du Dauphin : A. Farge, La Vie fr (...)
  • 22 P. Peveri, « Les principes généraux du major de Bar, ou la police illuminée, 1772 », in V. Milliot (...)

17On peut aussi lire la catastrophe de la rue Royale, qui fit plus d’une centaine de victimes en mai 1770, comme la mise à l’épreuve tragique du système policier qui s’est progressivement construit depuis l’époque de Colbert, comme une « épreuve de vérité », un siècle après la commission de 1666-166721. Au-delà de l’établissement des responsabilités immédiates entre pouvoirs de police concurrents, celles de la ville étant les plus lourdes, l’enquête fait ressortir l’inachèvement de la réforme de la police parisienne au début des années 1770 et les tensions qu’elle a suscitées. Certaines concernent directement la police ostensible de la capitale, constituée de l’agrégat conflictuel d’un corps de titulaires d’offices vénaux – le guet – réputé pour son absence de professionnalisme, et d’une troupe de policiers « par commission », la garde de Paris22. Cette catastrophe souligne les difficultés d’une collaboration sur le terrain entre « officiers » et « commissaires ». Avant même le drame, les deux groupes retrouvaient les accents du conflit qui avait opposé les commissaires aux inspecteurs dans les années 1720. Les partisans de l’office se présentaient comme les tenants d’une police attentive aux libertés des sujets, projetant ainsi sur la garde l’image négative d’une police de l’arbitraire. La catastrophe, loin de créer la moindre solidarité professionnelle, accentua donc les dissensions qui minaient la police de Paris et les rendit plus que manifestes, appelant à la fois à une remise en ordre de la part de l’état-major, qui fut effective dans les années suivantes, et à un désir renforcé de centralisation du commandement policier dont le lieutenant général fut le bénéficiaire.

Les réponses de la police

  • 23 J.C.P. Lenoir, Mémoires, titre 6, « Sûreté », Médiathèque d’Orléans, mss 1422, fol. 20-26.
  • 24 A. Farge et M. Foucault, Le Désordre des familles. Les lettres de cachet des Archives de la Bastil (...)
  • 25 Lettre du 8 janvier 1766, AN Y 13728.
  • 26 Lettres du 4 octobre 1774, du 15 décembre 1774, du 23 septembre 1775, AN Y 13728.

18Face à ces critiques, les différents acteurs de la police ont cherché à se justifier, quitte à admettre que se faire aimer de la population, préoccupation absente chez d’Argenson au début du siècle, était nécessaire. Le plaidoyer rétrospectif que l’ancien lieutenant général de police Lenoir rédige pendant la Révolution au sujet de la délivrance des lettres de cachet repose sur l’idée que l’interaction entre les pratiques policières et la population constitue l’une des composantes de la préservation de l’ordre public23. Il s’agit pour lui de tout sauf d’un système dépendant du caprice des puissants. Sa description minutieuse vise à montrer que les lettres de cachet ne s’obtenaient pas sans contrôle24. Les circulaires de la lieutenance générale témoignent, avant 1789, des exigences effectives du chef de la police pour éviter l’arbitraire et obtenir de ses subordonnés un respect scrupuleux de la procédure administrative. Les circulaires que Sartine adresse à la compagnie des commissaires exigent la rigueur et le recoupement des informations afin d’éviter le risque de manipulation et d’instrumentalisation de la police par les querelles de voisinage ou de famille25. Lenoir adopte le même type d’attitude dans une série de lettres qui signalent aussi sa réticence à l’égard de l’enfermement de personnes trop jeunes26. Les registres tenus entre 1779 et 1786 par l’inspecteur Santerre, en poste dans le quartier Saint-Denis, illustrent ce travail d’accommodement réalisé par la police et témoignent des efforts réalisés pour se faire reconnaître un rôle dans la régulation des tensions communautaires.

  • 27 Lenoir, Mémoires, Médiathèque Orléans, Mss 1421, fol. 889 et suiv. et fol. 965 et suiv. ; Mss 1422

19Pour les « intellectuels » et praticiens de la police de la seconde moitié du siècle, la formalisation généralisée du travail de la police, notamment de tout ce qui relève de la police administrative et de son fonctionnement bureaucratique, qui n’est pas a priori immédiatement encadré par la loi, est la garantie suprême contre l’arbitraire. Cela s’insère dans l’éthique professionnelle d’une police mise au « service du public », un thème omniprésent dans les annotations de Lenoir27. La codification du travail policier qui n’est pas forcément juridique est une manière pour l’institution d’être efficace et transparente par rapport à elle-même, mais aussi par rapport à la société. Cette politique peut s’accommoder de la diversité institutionnelle des intervenants si fréquente sous l’Ancien Régime. L’intérêt général et public passe davantage par l’uniformisation des manières de faire que par celle des institutions.

  • 28 Lenoir, Détail de quelques établissements de la ville de Paris demandé par sa majesté Impériale, l (...)
  • 29 D. Margairaz, « L’invention du « service public » : entre changement matériel et « contrainte de n (...)
  • 30 P. Piasenza, « Opinion publique, identité des institutions, « absolutisme ». Le problème de la lég (...)

20Toutefois, les réponses apportées ne touchent pas seulement l’organisation interne de services ou les pratiques professionnelles. Elles passent de plus en plus par la publicisation de ce que « fait la police ». Le Détail des quelques établissements de la ville de Paris que Lenoir publie en 1780 est présenté comme la suite du mémoire manuscrit sur la police de Paris que le commissaire Lemaire avait rédigé en réponse à un questionnaire de la cour de Vienne à la fin des années 176028. Cet opuscule imprimé décrit des établissements ou les services publics placés sous la tutelle de la police parisienne : bureau de filature pour distribuer du travail, boîtes à secours réparties dans les quartiers, hôpital de Vaugirard fondé pour lutter contre le mal vénérien des enfants, etc. Le texte met en scène l’une des justifications essentielles de la police selon Sartine et selon Lenoir : le service du public29. Mais rien n’est dit sur les rouages internes de la machine policière qui relèvent alors toujours du secret du gouvernement30.

  • 31 P. Brouillet, « La maréchaussée idéale : l’Essai critique et historique sur la maréchaussée de Cor (...)

21Certaines parties de la police basculent plus facilement dans la sphère publique au nom de la religion de l’utile, ainsi la lutte contre la mendicité qui mobilise notamment à travers la participation aux concours savants et académiques. Mais, de plus en plus, ce sont les implications politiques du fonctionnement policier qui nourrissent le débat de manière plus large, jusqu’à déboucher au moment de la Révolution sur une aspiration collective à une codification démocratique, une fois les fondements de la souveraineté modifiés. On voit ainsi significativement l’Essai historique et critique sur la maréchaussée […], d’un gradé, Cordier de Perney, être rendu public en 1788, après avoir connu une phase de diffusion interne sous forme de manuscrit et d’imprimé, l’auteur s’adressant désormais à l’ensemble du public et non plus seulement à ses supérieurs hiérarchiques. Cela au prétexte que les affaires de police regardent désormais la Nation et qu’elles doivent désormais être discutées par tous31.

22Mais rien ne serait plus faux que de limiter les tensions et les conflits à assez haute teneur politique qui existent autour de la police aux seules sphères d’une opinion éclairée. C’est quotidiennement que les acteurs de la police doivent construire la légitimité de leur action ; quotidiennement qu’ils actionnent une « chaîne de rapports » constitutive de la police et de la réussite du maintien de l’ordre. Cela suppose d’un côté des précautions qui éloignent de l’arbitraire et, de l’autre, l’implication de nombreux auxiliaires venus de la population même, depuis de petits notables (maîtres de métiers, principaux locataires et logeurs…) jusqu’aux gens du petit peuple (revendeuses…). Là se jouent les politiques concrètes de la police.

Police et populations : les « politiques » de la police

23Quelles sont les méthodes de la police pour se faire « aimer », ou du moins respecter ? Cherche-t-elle, en pratique, à l’être ? Quelles sont les limites à ne pas enfreindre pour ne pas provoquer l’ire des Parisiens ? Le dépassement de ces seuils, implicites ou non, peut conduire à la rébellion. C’est en cela que les conflits ouverts tels qu’ils nous sont rapportés dans les archives policières sont d’un intérêt tout particulier pour l’historien : l’étude de leur résolution, tout autant que celle de leur prévention, permet, sur le terrain, de voir comment interagissent police et population, quelles sont les attentes des Parisiens et les manières qu’ont les policiers d’y répondre.

24La police n’agit pas aveuglément ; elle se montre attentive au respect de certains équilibres, face à des populations qui ne sont en rien passives, qui manifestent des attentes et collaborent à la préservation de l’ordre. Tous les acteurs de la police ne sont pas en butte de la même manière ni dans les mêmes circonstances aux manifestations d’hostilité, et ne ramènent pas l’ordre à l’identique. Le conflit révèle les compromis que l’on veut préserver, les formes du vivre ensemble auxquelles on tient et dont la monarchie doit, en quelque sorte, se faire la garante à travers l’action et l’organisation de sa police.

Les commissaires comme partie prenante d’une communauté

  • 32 P. Manuel, La police de Paris dévoilée par l’un des administrateurs de 1789, Paris, J.-B. Garnery, (...)
  • 33 N. Des Essarts, Dictionnaire universel de police, Paris, Moutard, 1786-1790, 7 vol.

25Vu du XXIe siècle, le commissaire au Châtelet nous renvoie une image ambiguë : d’un côté, le « hussard » décrié par les Révolutionnaires, instruments d’un pouvoir despotique, maniant la lettre de cachet, et ayant placé des mouches partout32 ; de l’autre, l’image que les commissaires et les magistrats ont cherché à développer, résumée en quelques mots par Nicolas des Essarts33 : « Je regarde la maison d’un commissaire comme une espèce de temple civil où l’on va chercher du secours contre le malheur ». Comment le peuple parisien du XVIIIe siècle, lui qui avait le plus souvent affaire à eux, percevait-il ces commissaires ? Sont-ils insérés dans la communauté, appartiennent-ils à un réseau de sociabilités, font-ils partie du tissu social de leur quartier d’exercice ?

  • 34 Les lieutenants généraux successifs en font régulièrement la remarque à la compagnie des commissai (...)
  • 35 D. Garrioch, « The People of Paris and their Police in the Eighteenth Century : Reflections on the (...)
  • 36 Par « clientèle », on désigne ici ceux qui se rendent de leur propre mouvement chez un commissaire (...)

26Les lieutenants généraux se montrent très circonspects à ce sujet. Autant l’insertion d’un policier dans son quartier fourmille-t-elle d’avantages évidents, autant les risques de collusion sont grands. Certes, c’est justement la bonne connaissance des lieux, l’intimité avec les habitants qui fondent une police « de proximité ». Mais une promiscuité trop grande entraînerait un manque d’impartialité qui inquiète les dirigeants de la police34. Au cours du siècle, la logique d’insertion semble l’emporter. Le commissaire devient une pièce maîtresse dans des efforts de conciliation entre maître et apprenti, entre parents et enfant ou entre époux, c’est-à-dire entre des personnes que morale et société souhaitent ne pas voir s’entre-déchirer. À un niveau parajudiciaire, le commissaire au Châtelet peut jouer le rôle du conciliateur, arbitrer les conflits familiaux ou de voisinage en tant que figure d’autorité, de pater familias. Plus proche que le magistrat, plus abordable (aussi bien au niveau humain que financier), c’est vers lui que de plus en plus de Parisiens se tournent, comme l’on se tournait vers le noble du village ou le curé de la paroisse35. On porte plainte devant lui, sans même chercher à porter ensuite l’affaire devant les cours. La déclaration sur papier timbré, signée par le commissaire, sert au plaignant pour obtenir réparation – ou du moins arrangement pécuniaire – dans toutes sortes d’affaires : vitrine brisée, insultes, coups, grossesse imprévue… La pression sociale des voisins ou des pairs joue toujours un grand rôle dans le Paris de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Pour éviter une escalade verbale ou de violence physique, on se tourne vers une tierce personne, arbitre du conflit, ce commissaire en qui on a confiance et qui est perçu comme un membre de la communauté. À long terme, les mécanismes traditionnels d’autorégulation d’une communauté se trouvent détournés au profit d’une personne qui représente les autorités. Mais à court terme, c’est bien parce que les Parisiens peuvent utiliser le commissaire comme ils utilisaient le curé que le policier trouve sa place au sein d’une communauté aux liens étroits. Les commissaires dotés d’un certain charisme, ceux qui réussissent à utiliser au mieux un mécanisme qui leur préexiste, qui savent écouter sans pousser au procès, sont ceux qui sont le mieux acceptés. Tous ne sont pas capables d’allier au mieux fonctions répressives du « commissaire enquêteur examinateur au Châtelet » et paternalisme, mais ceux qui savent le faire, comme Pierre Chénon, commissaire au Louvre de 1751 à 1791, sont ceux qui ont la clientèle36 la plus nombreuse, aux origines sociales et géographiques les plus variées.

  • 37 S. L. Kaplan, « Note sur les commissaires de police à Paris au XVIIIe siècle », RHMC, t. 28, 1981, (...)
  • 38 Le refus d’écouter un visiteur laisse, contre toute attente, des traces écrites, les plaignants pr (...)
  • 39 Commissaire du quartier du Louvre de 1732 à 1761, puis du quartier du Marais de 1762 à 1764.

27Comme le suggère Steven Kaplan, « le bon commissaire refuse la distanciation », quitte à descendre de son piédestal et à perdre de son aura de magistrat37. En effet, le bon commissaire ne ferme sa porte à personne38 : la sociologie de ses visiteurs est variée, de petites gens n’hésitent pas à venir le voir. Pierre Chénon, par exemple, ne rechigne pas à prendre leur plainte « gratis » si leur misère est trop grande. Alors que les lieutenants généraux tiennent de plus en plus à ce que les Parisiens aillent s’adresser en priorité à un des commissaires de leur quartier, on est frappé par le fait que certains n’hésitent pas à traverser tout Paris. Plusieurs facteurs, complexes à interpréter, concourent à cette pratique. Les bourgeois, gros marchands et nobles qui viennent de loin pour requérir les services de Pierre Chénon portent le plus souvent plainte au sujet de lettres de change, une des spécialités du commissaire. Mais d’autres effectuent aussi le déplacement : jeunes filles enceintes venues porter plainte contre leur séducteur, femmes contre leur mari, domestiques ou apprentis contre leur maître. S’éloigner de son quartier pour éviter scandale et représailles se conçoit aisément, mais pourquoi choisir le commissaire Chénon ? Des raisons personnelles, psychologiques, tenant tant à la personne du plaignant qu’à la personne du commissaire, à sa réputation, doivent entrer en considération. À travers les siècles, l’écrit ne nous permet pas toujours de saisir le charisme et la personnalité. Mais il est indéniable que d’autres commissaires, comme Louis Cadot39, ne sont pas aussi bien perçus. La population ne leur accorde pas sa confiance, sans doute parce que, trop hautains, ils ne paraissent pas assez abordables. Cadot, préoccupé par ses ambitions personnelles, est le commissaire du Louvre à la clientèle au niveau social le plus élevé mais aussi la moins importante en nombre. C’est également lui qui connaît le plus de rébellions.

Les limites de l’intégration

28Si, contrairement à ce qu’écrivent certains Révolutionnaires, les commissaires n’ont pas tous une image noire, il n’en reste pas moins que leur intégration n’est pas parfaite. Les tensions ne sont pas absentes et la situation peut s’embraser très rapidement. Signe des temps ou réaction « épidermique » contre un commissaire – une personne – en particulier ? Émotions sporadiques au moment d’arrestations, guerre des Farines, prise de la Bastille… ne cédons pas à la téléologie en essayant de trouver dans les premières des explications à la Révolution.

  • 40 La large définition de la rébellion, comparée à un « crime de lèse-majesté », couvre également le (...)
  • 41 C. Colin, Le métier de commissaire. Pierre Régnard le jeune et le quartier de police Saint-Eustach (...)
  • 42 11 pour Pierre Chénon sur l’ensemble de son exercice (1751-1791), 12 pour Cadot entre 1751 et 1752 (...)
  • 43 Nous ne prenons pas en compte l’affaire des farines de mai 1775, car Chénon père ne fut chargé que (...)
  • 44 12 incidents contre Cadot en 1751-1752. Il s’agit de cas où le Guet (à six reprises), des archers (...)
  • 45 Seules deux arrestations où Chénon est présent entraînent des débordements.
  • 46 Exemple frappant avec le commissaire de Saint-Eustache Régnard le Jeune, assailli avec des fromage (...)

29La typologie des « rébellions » rencontrées par les commissaires du Louvre au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle est très large : de la simple résistance au moment de l’arrestation, à la prise d’assaut de l’hôtel du commissaire40. Surtout fréquentes au cours de la première moitié du siècle, leur interprétation reste délicate. Régnard le Jeune, commissaire du quartier Saint-Eustache, a eu à affronter 35 cas de « résistance » entre 1712 et 1723, la plupart étant des menaces et des insultes, ou des irrévérences41. À l’inverse, les trois commissaires du Louvre, ne connaissent que 25 situations conflictuelles sur un demi-siècle42. Elles disparaissent presque complètement à partir de 1767, avec de brèves mais violentes résurgences en 1776 et 178743. Dix-sept de ces cas datent des années 1751-1752, et impliquent surtout l’inefficace Louis Cadot qui se fait insulter jusque dans son hôtel44, plutôt que le tout jeune Pierre Chénon qui, lui, est rarement sur les lieux au moment de « l’émotion » initiale45. Les autres commissaires du Louvre doivent faire face à des émeutes sous leurs fenêtres et ont besoin de renforts, ce qui, en général, ne fait qu’envenimer la situation. Dans tous les cas néanmoins, les premières difficultés sont apparues au moment d’une arrestation par une autre autorité que le commissaire. A contrario, certains cas de résistance aux arrestations peuvent aussi se lire comme le symptôme d’une intégration – plus ou moins réussie – du commissaire au sein de son quartier. Ils nous permettent de savoir comment les Parisiens ressentaient les forces de police. Les cas de rébellion contre un commissaire ont souvent lieu hors de son quartier ou quand il vient d’arriver en poste46. Quand le commissaire est directement pris à partie, c’est qu’il est perçu comme un élément étranger au corps social.

  • 47 La garde n’a arrêté qu’un garçon de 15 ans parmi la foule en colère (20 août 1787, AN Y 11516).
  • 48 A. Farge et A. Zysberg, « Les théâtres de la violence à Paris au XVIIIe siècle », AESC, 34e année, (...)

30En fait, les Parisiens s’en prennent le plus souvent aux inspecteurs, aux jurés de communautés, au Guet, à la Garde de Paris ou aux archers de l’Hôpital, vus comme particulièrement inefficaces et s’attaquant à des mendiants ou à de pauvres gens sans défense. Le commissaire Marie-Joseph Chénon se fait écho de l’opinion générale quand il écrit : « La Garde ne l’a arrêté que comme le plus petit et n’en attendant pas de résistance, autrement elle n’eût osé le faire47. » Ces cas d’arrestation diffèrent, tant par leurs acteurs que par le type de rébellion. Face à une populace qui s’amasse rapidement autour d’un petit vendeur des quais ou d’un mendiant, les jurés d’une communauté, leur huissier ou les archers de l’Hôpital, dont l’autorité n’est pas très assurée, sont très susceptibles de perdre leur sang-froid48. L’ordre n’est temporairement ramené que par la présence de nombreux soldats en renfort. Le Guet, quant à lui, a surtout affaire à des ivrognes, qui réagissent fréquemment avec humeur. Quant aux inspecteurs qui se déplacent pour des arrestations ciblées, sur ordre du roi, ils font face à des situations qui peuvent rapidement dégénérer. Souvent prêts à tout pour échapper à la prison, leurs « clients » ne se contentent pas de menaces et d’injures.

  • 49 D. Garrioch, art. cité, p. 516.
  • 50 23 septembre 1751 (AN, Y 12154).
  • 51 Fils de Pierre Chénon, Marie-Joseph est en poste dans le quartier du Louvre de 1775 à 1791.
  • 52 Interrogatoire de Jean-Pierre Boussard du 20 octobre 1787 (AN, Y 11516). Ce sont en fait des ivrog (...)
  • 53 Procès-verbal de Chénon fils du 20 octobre 1787 (AN, Y 11516). Les autres citations sont extraites (...)

31Comment les commissaires réagissent-ils face à une foule en colère ? Leur réaction n’est pas toujours proportionnelle au degré de danger, mais dépend de chacun. Certains font ainsi semblant de se ranger à l’avis de la foule, procédant ensuite discrètement à l’arrestation49. D’autres appellent des renforts : la première réaction de Louis Cadot est d’appeler la Garde, en se terrant chez lui. Contrairement à Chénon père qui arrive à rassurer le peuple et à disperser la foule, Cadot, lui, peine grandement à obtenir le retour au calme. Quand une arrestation tourne mal et que les parties sont conduites de force dans son hôtel, il ne réussit pas à apaiser les esprits, l’attroupement grossit, la violence gagne. L’hôtel se retrouve encerclé par des Parisiens déchaînés50. Quant la Garde réussit à disperser la foule, Cadot renvoie finalement les parties se pourvoir, ce qui est une manière de classer l’affaire sans trop attiser les mécontentements. Marie-Joseph Chénon, quant à lui, n’hésite pas à affronter directement les huées51. En octobre 1787, une « chasse aux mouchards et aux putains » éclate52. Le commissaire, pris à partie, n’hésite pas à descendre dans la rue à trois reprises et à s’exposer aux pierres « qui tombent à [ses] pieds ». Si on en juge par les lettres écrites après coup, l’incident paraît avoir été très violent, de nombreuses fenêtres de l’hôtel du commissaire sont détruites par des jets de pierre, « le peuple remplissant la rue Saint-Honoré depuis la rue des Poulies jusqu’à l’Oratoire53 ». Chénon fils blâme la Garde pour toute cette affaire. Peut-être n’a-t-il pas tort : de toute sa carrière, c’est le seul exemple d’émeute que l’on trouve dans ses minutes. Alors que les soldats s’étaient enfuis, le commissaire avait rendu les deux particuliers arrêtés sous les cris de « Bravo le commissaire »… mais la réapparition de la Garde avec plus de renforts excita à nouveau la population…

  • 54 AN, Y 11363. La police et les Parisiens ont encore en mémoire les troubles de 1749-1750 à la suite (...)

32Enfin, pour calmer la foule et pour prévenir tout incident, la police s’efforce de prévenir les rumeurs. La tâche n’est pas simple et les nouvelles circulent vite d’une rive de la Seine à l’autre. L’engrenage peut se révéler fatal si le calme n’est pas rétabli à temps et si l’émotion se répand, comme le montre la guerre des Farines. Consciente du problème, la police use de tous les moyens, écrits et oraux, pour contrôler la situation. Chénon père, homme de confiance des lieutenants généraux successifs, joue à plusieurs reprises un rôle crucial. Il se rend auprès du foyer de la rumeur, vérifie les faits et cherche à apaiser les inquiétudes de la population. En juillet 1767, par exemple, un bruit se répand faubourg Saint-Jacques : des enfants se font égorger en sortant de Paris54. C’est le commissaire Chénon, et non un des commissaires du quartier, que Sartine envoie enquêter et rassurer les habitants. Le procès-verbal retranscrit le discours que le commissaire a tenu aux habitants : « Nous nous sommes annoncés venir de la part du Magistrat [i. e le lieutenant général de police] pour rassurer ceux que les faux bruits auroient pu allarmer. Nous avons opposé à des idées aussi cruelles et aussi extravagantes la bonté connue du roi, la douceur du gouvernement, la sagesse des ministres et la vigilance du magistrat de police à qui la sûreté des sujets de S[a] M[ajesté] est confiée. Nous avons eu la satisfaction de voir que l’on nous écoutoit, que l’on applaudissoit à ce que nous disions, et que la pluspart traittoit de puérilité et de bêtise les bruits qui couroient dans ce canton, qui heureusement n’avoient pas encore pénétré bien avant dans le faubourg. » L’affaire avait tout pour inquiéter, car le souvenir des émeutes de 1750 qui avait éclaboussé police et pouvoir royal restait vif.

  • 55 AN, Y 11442.

33L’accusation de brutalités commises au moment des arrestations vise classiquement les policiers. Les tensions liées à l’opposition parlementaire, entraînant l’exil, voire l’emprisonnement des magistrats les plus virulents, impliquent la police. Le 21 novembre 1787, Chénon père et l’inspecteur Quidor arrêtent à son domicile le conseiller au Parlement Fréteau55. Aussitôt, des rumeurs de violences policières se mettent à circuler dans Paris. Le commissaire cherche à s’en dédouaner aussi bien auprès de la famille et des amis de Fréteau qu’auprès des Parisiens. Finalement, Fréteau disculpe publiquement les policiers de tout acte de « dureté barbare » et d’« atrocité ». Les lettres de Fréteau, Quidor et Chénon circulent dans le public et réussissent apparemment à convaincre l’opinion grâce à la description minutieuse de toutes les opérations et de tous les propos échangés. Chénon déplore tous ces « bruits qui se répandent » et se soucie de son image : « Il étoit déjà assés désagréable pour moi d’avoir été chargé d’une pareille commission, sans me voir encore obligé de me disculper des imputations calomnieuses que me fait le public en haine de ce que, comme commissaire de la Bastille, je suis plus souvent qu’un autre chargé des opérations rigoureuses. » C’est une des rares mentions par Chénon de ses obligations en tant que commissaire de la Bastille, des missions et des désagréments que cela lui vaut.

34Les efforts personnels des commissaires, les directives du lieutenant général adressées à la Compagnie des commissaires, améliorent donc en partie l’image de la police. Ou du moins, le Parisien se fait-il à l’idée de côtoyer les commissaires, et en vient à reconnaître leur utilité. Néanmoins, cette intégration a des limites qui, soudain, peuvent se retrouver dépassées, ce que entraîne alors des emportements populaires.

Le « Vivre ensemble » est un sport de combat

35La dimension politique des conflits qui se nouent entre police et populations tient peut-être moins au caractère répressif de l’action policière telle que la dénoncent les Révolutionnaires, qu’au défaut de protection apportée par cette police, symptôme d’une crise politique et sociale plus étendue. Le recul ou la mise en cause par certains de la dimension prophylactique de l’action policière est susceptible de nourrir une crise de confiance relative dont la nature est foncièrement politique et très concrètement ressentie par les populations. Elle est, en outre, source d’un déséquilibre dans la perception que l’on a de l’action de cette police, menaçant ce qui semble guider l’action de l’un des derniers grands lieutenants généraux de police, Lenoir, à savoir affirmer la dimension prophylactique et amélioratrice de son administration à l’égard de la population stabilisée, en l’assortissant d’un net versant répressif à l’encontre des « classes dangereuses » et flottantes. De façon générale, certains conflits qui se nouent autour des conceptions de la police et de ses façons de faire sont porteurs de questions politiques.

  • 56 J. Nicolas, La Rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris, (...)

36Loin d’agir aveuglément, la police tient compte dans une certaine mesure des attitudes et des réactions possibles des populations – non sans éventuels ratés au cours du temps. Face à elle, la population manifeste des attentes précises à l’égard de sa police ; elle sait quelles limites ne doivent pas être franchies, quitte à se rebeller lorsque les formes du vivre ensemble ne lui paraissent pas respectées. La population n’ignore pas l’aspect politique de la police, par conséquent ses propres rapports avec la police constituent le terrain d’une politisation moins idéologique que quotidienne, pragmatique, concrète. Les formes de la rébellion contre la police intègrent cela : elle exprime le refus de ce qui est ressenti comme un désordre inacceptable de la part de ceux qui doivent, au contraire, garantir un ordre que l’on ne conteste pas forcément en soi, du moins initialement. Mais c’est peut être ainsi que la politique vient au peuple56.

Notes

1 La thèse de C. Romon, Mendiants et vagabonds à Paris d’après les archives des commissaires au Châtelet, 1700-1784, thèse de doctorat de 3e cycle, EHESS, 1981, était représentative de cette vision « terroriste » de la police parisienne.

2 P. Karila-Cohen, « Du maintien de l’ordre à l’expertise du social. Jacques Peuchet et le crise de la police à l’âge libéral » dans V. Milliot (dir.), Les Mémoires policiers, 1750-1850. Écritures et pratiques policières du Siècle des Lumières au Second Empire, Rennes, PUR, 2006, p. 251-270.

3 P. Napoli, Naissance de la police moderne, Pouvoir, normes, société, Paris, La Découverte, 2003.

4 S. Kaplan, Bread, Politics and Political Economy in the Reign of Louis XV, La Haye, 1976 ; Le Pain, le peuple et le Roi. La bataille du libéralisme sous Louis XV, Paris, Perrin, 1986, pour la traduction française.

5 Abbé Galiani, Dialogue sur le commerce des Bleds, 1769.

6 S. Kaplan, Le Complot de famine : histoire d’une rumeur au XVIIIe siècle, Paris, Cahier des Annales n ° 39, 1982.

7 S. Meyssonnier, La Balance et l’horloge. La genèse de la pensée libérale en France au XVIIIe siècle, Montreuil, Les éditions de la passion, 1989.

8 S. Kaplan, La Fin des corporations, Paris, Fayard, 2001.

9 Voir N. Des Essarts, Dictionnaire universel de police, Paris, Moutard, 1786-1790, 3, p. 459-461 et 8, p. 401, N. Delamarre, Traité de la police, Paris, J.-F. Hérissant, 1705-1738, 1, p. 389 et 4, p. 21 et 84.

10 D. Garrioch, The Making of Revolutionary Paris, Berkeley-Londres, University of California Press, 2002.

11 P. Piasenza, Polizia e città. Strategie d’ordine, confliti e rivolte a Parigi tra Sei e Settecento, Bologne, Il Mulino, 1990.

12 S. Kaplan, La Fin des corporations, op. cit.

13 P. Brouillet, V. Milliot, « Entre tradition et modernité : Hardy et la police de Paris », introduction à S. P. Hardy, Mes loisirs ou journal d’évènemens tels qu’ils parviennent à ma connaissance (1753-1789), vol. IV (1775-1776), sous la direction de P. Bastien, S. Juratic et D. Roche, Québec, Les Presses de l’université Laval, à paraître.

14 L. S. Mercier, « Enlèvements de police », Le Tableau de Paris (1781-1789), édition établie sous la direction de J. C Bonnet, Paris, Mercure de France, 1994, chap. ccccxxxix.

15 Sur les bureaux de la lieutenance, P.-T. Hurtaut et N. Magny, Dictionnaire historique de la ville de Paris et de ses environs, Paris, Moutard, 1779, 4 tomes, cf. tome IV, p. 78 ; J. Peuchet, Traité de la police et de la municipalité, Encyclopédie méthodique, Jurisprudence, tome IX et X, Paris, 1789-1791, tome X, p. 640 sqq. ; M. Chassaigne, La Lieutenance générale de police de Paris (1906), Slatkine reprints, 1975, p. 150-156 et A. Williams, The Police of Paris, Bâton Rouge, Louisiana State University Press, 1979.

16 P. Peveri, « L’exempt, l’archer, la mouche et le filou. Délinquance policière et contrôle des agents dans la Paris de la Régence », in L. Feller (dir.), Contrôler les agents du pouvoir, Limoges, PULIM, 2004, p. 245-272.

17 R. Cheype, Recherches sur le procès des inspecteurs de police (1716-1720). Paris, PUF, 1975.

18 D. Roche (dir.), La Ville promise : mobilité et accueil à Paris, fin XVIIe-début XIXe siècles, Paris, Fayard, 2000.

19 A. Farge et J. Revel, Logiques de la foule : l’affaire des enlèvements d’enfants, Paris, 1750, Paris, Hachette, 1988.

20 Pour l’application de ces principes aux militaires, J. Chagniot, Paris et l’armée au XVIIIe siècle. Étude politique et sociale, Paris, Economica, 1985.

21 Elle survient à l’occasion des festivités en l’honneur du mariage du Dauphin : A. Farge, La Vie fragile. Violence, pouvoirs et solidarités à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Hachette, 1986, p. 234-258.

22 P. Peveri, « Les principes généraux du major de Bar, ou la police illuminée, 1772 », in V. Milliot, Les mémoires policiers, op. cit., p. 197-218.

23 J.C.P. Lenoir, Mémoires, titre 6, « Sûreté », Médiathèque d’Orléans, mss 1422, fol. 20-26.

24 A. Farge et M. Foucault, Le Désordre des familles. Les lettres de cachet des Archives de la Bastille, Paris, Gallimard, 1982, p. 15.

25 Lettre du 8 janvier 1766, AN Y 13728.

26 Lettres du 4 octobre 1774, du 15 décembre 1774, du 23 septembre 1775, AN Y 13728.

27 Lenoir, Mémoires, Médiathèque Orléans, Mss 1421, fol. 889 et suiv. et fol. 965 et suiv. ; Mss 1422.

28 Lenoir, Détail de quelques établissements de la ville de Paris demandé par sa majesté Impériale, la reine de Hongrie, Paris, 1780 ; La Police de Paris en 1770. Mémoire inédit composé par ordre de G. de Sartine, sur la demande de Marie-Thérèse, notes et introduction par A. Gazier, Mémoires de la Société de l’Histoire de Paris, tome V, Paris, Champion, 1879.

29 D. Margairaz, « L’invention du « service public » : entre changement matériel et « contrainte de nommer » », RHMC, 52-3, juillet-septembre 2005, p. 10-32.

30 P. Piasenza, « Opinion publique, identité des institutions, « absolutisme ». Le problème de la légalité à Paris entre le XVIIe et le XVIIIe siècle », Revue historique, 1993, no 587, p. 97-142.

31 P. Brouillet, « La maréchaussée idéale : l’Essai critique et historique sur la maréchaussée de Cordier de Perney, 1788 », in V. Milliot, Les Mémoires…, op. cit., p. 169-192.

32 P. Manuel, La police de Paris dévoilée par l’un des administrateurs de 1789, Paris, J.-B. Garnery, an II, 2 vol.

33 N. Des Essarts, Dictionnaire universel de police, Paris, Moutard, 1786-1790, 7 vol.

34 Les lieutenants généraux successifs en font régulièrement la remarque à la compagnie des commissaires (AN, Y 13728).

35 D. Garrioch, « The People of Paris and their Police in the Eighteenth Century : Reflections on the Introduction of a ‘ Modern’Police Force », European History Quarterly, 1994, no 24, p. 511-535.

36 Par « clientèle », on désigne ici ceux qui se rendent de leur propre mouvement chez un commissaire pour porter plainte ou pour demander l’apposition de scellés après décès ou un constat d’état.

37 S. L. Kaplan, « Note sur les commissaires de police à Paris au XVIIIe siècle », RHMC, t. 28, 1981, p. 680.

38 Le refus d’écouter un visiteur laisse, contre toute attente, des traces écrites, les plaignants précisant qu’ils étaient venus en vain une première fois.

39 Commissaire du quartier du Louvre de 1732 à 1761, puis du quartier du Marais de 1762 à 1764.

40 La large définition de la rébellion, comparée à un « crime de lèse-majesté », couvre également le fait de « violer la majesté du roi en la personne de son officier, et offenser le juge en la personne de son ministre » et violer « le droit public qui donne sûreté aux personnes qui exécutent les ordres et mandements de la justice […] », article « Rébellion », dans C.-J. de Ferrière, Dictionnaire de droit et de pratique. Paris, 1771, 2 vol.

41 C. Colin, Le métier de commissaire. Pierre Régnard le jeune et le quartier de police Saint-Eustache (1712-1751), mémoire de maîtrise sous la direction de Jean Nicolas, université de Paris VII, 1990.

42 11 pour Pierre Chénon sur l’ensemble de son exercice (1751-1791), 12 pour Cadot entre 1751 et 1752, et deux pour Marie-Joseph Chénon (1775-1791).

43 Nous ne prenons pas en compte l’affaire des farines de mai 1775, car Chénon père ne fut chargé que des interrogatoires des prisonniers à la Bastille. Nous n’avons d’autre part aucun procès-verbal pour la semaine du 13 au 20 juillet 1789, pour aucun de nos deux commissaires.

44 12 incidents contre Cadot en 1751-1752. Il s’agit de cas où le Guet (à six reprises), des archers de l’Hôpital (à deux reprises), les huissiers (deux fois), des jurés de communauté (une fois), ou encore les inspecteurs du tabac (une fois) ont eu des problèmes pour procéder à une arrestation ou une saisie.

45 Seules deux arrestations où Chénon est présent entraînent des débordements.

46 Exemple frappant avec le commissaire de Saint-Eustache Régnard le Jeune, assailli avec des fromages sur la route de Meaux.

47 La garde n’a arrêté qu’un garçon de 15 ans parmi la foule en colère (20 août 1787, AN Y 11516).

48 A. Farge et A. Zysberg, « Les théâtres de la violence à Paris au XVIIIe siècle », AESC, 34e année, no 5, sept.-oct. 1979, p. 997.

49 D. Garrioch, art. cité, p. 516.

50 23 septembre 1751 (AN, Y 12154).

51 Fils de Pierre Chénon, Marie-Joseph est en poste dans le quartier du Louvre de 1775 à 1791.

52 Interrogatoire de Jean-Pierre Boussard du 20 octobre 1787 (AN, Y 11516). Ce sont en fait des ivrognes qui ont ameuté la foule.

53 Procès-verbal de Chénon fils du 20 octobre 1787 (AN, Y 11516). Les autres citations sont extraites des lettres écrites par le commissaire au lieutenant général de police.

54 AN, Y 11363. La police et les Parisiens ont encore en mémoire les troubles de 1749-1750 à la suite d’« enlèvements d’enfants » : C. Romon, « L’affaire des enlèvements d’enfants dans les archives du Châtelet (1749-1750) » dans Revue historique, no 587, juillet-septembre 1983, p. 55-95 ; A. Farge et J. Revel, Logique…, op. cit.

55 AN, Y 11442.

56 J. Nicolas, La Rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris, Le Seuil, 2002.

Auteurs

Conservateur du patrimoine au service interministériel des archives de France (ministère de la Culture et de la Communication), CRHQ, UMR CNRS 6583.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540