Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

S'exprimer en temps de troubles

 | 
Laurent Bourquin
, 
Philippe Hamon
, 
Pierre Karila-Cohen
, 
et al.

Deuxieme partie. Mobiliser et structurer l'opinion

« L’opinion du bruit » et la construction du politique : la France en Catalogne

Oscar Jané

Texte intégral

11648 marqua la fin de la Guerre de Trente Ans, mais aussi le succès relatif des ambitions géoestratégiques de Richelieu. Le ministre de Louis XIII avait présidé pendant des années à l’orientation de la politique du roi et à sa mise en œuvre. Or la mort surprit le cardinal alors que ses projets de domination européenne semblaient réussir. Certaines campagnes militaires aboutissaient encore à des échecs, mais le contrôle et la maîtrise des élites par la culture et la guerre progressaient. Alors que l’Espagne demeurait encore solide, l’alliance avec la Catalogne devint une parfaite option pour l’affaiblir. De l’intérieur, la France pouvait, en effet, dominer ses ennemis et projeter une image positive. Pour ce faire, le territoire catalan fut un excellent laboratoire d’essai.

2En 1641 fut signée une alliance entre les dirigeants de la Catalogne, principauté appartenant à la monarchie hispanique, et le roi de France, Louis XIII. Depuis l’époque médiévale, la Catalogne reconnaissait son souverain selon un pacte d’alliance, c’est-à-dire la soumission au roi en échange de sa promesse de respecter les institutions et les privilèges juridiques catalans. En ce sens, le rejet du roi d’Espagne trouvait son origine dans son refus d’accéder à cette promesse. Le nouveau pacte se concrétisa par la proclamation du roi de France en tant que comte de Barcelone. Parallèlement, les Catalans décidèrent de rompre le « pacte » avec le roi d’Espagne en arguant du non-respect par celui-ci des privilèges et Constitutions catalanes, qui stipulaient que le roi serait toujours reconnu comme tel s’il respectait les Constitutions du pays. Or, la présence de soldats du roi d’Espagne en Catalogne, le logement de ceux-ci et les conséquences de leur intervention sur le sol catalan avaient exaspéré la population – qui se révolta en juin 1640 – mais aussi les dirigeants de la Généralitat et du Consell de Cent (les principales institutions catalanes et barcelonnaises). Cela se traduisit par un affrontement ouvert entre Catalans et Castillans qui amena les premiers à solliciter l’aide des Français. À partir de ce moment-là, se déploya en Catalogne une véritable administration sous contrôle exclusivement catalan ou français, selon les cas et les emplois.

3La France développa dès lors un véritable laboratoire politique destiné à contrôler les réseaux (parmi les élites, dans le monde urbain, dans la société rurale). Faut-il évoquer les particularités d’une Catalogne où le monde écrit est omniprésent depuis l’époque médiévale ? La tradition écrite avait abouti à la mise en place d’un univers de notaires où dominaient le droit écrit et les livres de raison. Les espaces publics et le monde juridique, qui justifiaient les différentes réalités catalanes, se projetaient à partir d’une alphabétisation collective et d’une profonde connaissance du droit. Cela se traduisait par une sophistication du droit à plusieurs niveaux, les paysans eux-mêmes, dès la fin du XVIe siècle, connaissant leurs privilèges et les prérogatives attachées à la catégorie sociale qu’ils représentaient.

  • 1 Jacques Krynen, L’empire du roi. Idées et croyances politiques en France (XIIIe-XVe siècle), Paris (...)

4Le choc avec le Comte-Duc d’Olivares et le désenchantement du peuple catalan face à Philippe IV conduisirent la population à prendre conscience d’une certaine forme de souveraineté collective pendant les premières années de négociation et d’alliance avec la France (1640-1642). Mais il est évident que l’existence de ce pacte révéla et exprima une autre réalité politique ; celle de la nécéssité pour la société catalane, en tant que société d’Ancien régime, de la présence d’un prince1. La voie « républicaine », telle qu’elle avait été dessinée par les Vénitiens ou les Gênois, ne parviendra à s’imposer en Catalogne qu’en 1713, après le traité d’Utrecht, et uniquement pour quelques mois. Cela ne signifie pas que le débat n’ait pas existé, mais son principal défenseur, le président de la Généralitat de Catalogne (le gouvernement catalan), mourut à la fin du mois de janvier 1641, mettant ainsi un terme, tout du moins pour un certain temps, aux discussions.

  • 2 Jacques Rancière, Aux bords du politique, Paris, La Fabrique, 1990.

5Au début des années 1640, l’ingérence de la France de Richelieu dans la Péninsule et les affaires catalanes devint fondamentale dans les relations catalano-castillanes et catalano-françaises. Richelieu était alors parfaitement informé, et à tout moment, de ce qui se passait en Catalogne et des conséquences potentielles de ces événements vis-à-vis de son rival hispanique. En ce sens, il tentait d’appliquer en Catalogne le « fait politique » – comme dirait Jacques Rancière2 – en suivant aussi le cours des révolutions anglaise et portugaise… Il est vrai que la Révolution catalane reste méconnue de l’historiographie européenne, éclipsée par la Révolution anglaise et par une historiographie trop linéaire. Mais il est possible de suivre les démarches de Richelieu, puis celles de Mazarin ou de Marca, afin d’en comprendre les véritables faits et conséquences.

6C’est ainsi que notre travail s’articule autour de l’existence et de l’analyse d’idées transversales sur la construction du politique : résistances, élaboration de pensées politiques, hommes et agents politiques, acteurs multiples, exacerbation et intensité des opinions collectives et publiques. Tout cela eut lieu dans un territoire juridiquement très structuré, la Catalogne, qui avait déjà connu une guerre civile – au XVe siècle, du fait des droits paysans – et une occupation française dans le nord du pays jusqu’en 1493. La mémoire de ces événements subsistait encore dans la mémoire collective des populations et des institutions locales les plus proches de la frontière.

7Cependant, dans les annés 1640, la France maîtrisait déjà la manipulation du fait politique et cherchait à expérimenter sa mise en œuvre. La Catalogne fut un véritable laboratoire dans son espace méridional en développement. La France y construisit et développa des politiques concrètes (culture, politique militaire, extension des territoires, etc.), surtout contre l’Espagne dans l’objectif de devenir maître du nord de l’Europe. En Catalogne, Richelieu comprit qu’il s’agissait d’assimiler les intentions et les sensibilités politiques et juridiques du pays afin de contrôler les opinions multiples qui y existaient. Et cela en multipliant les dispositifs de contrôle, depuis l’administration jusqu’aux moyens de diffusion publique, comme les textes imprimés et distribués. Mais cela ne fut qu’un début, car l’influence de la politique française dans l’opinion publique catalane s’étendit jusqu’à la fin du XVIIe siècle, ce qui nous permet de comprendre un peu mieux la diversité des prises de parti lors de la Guerre de Succession d’Espagne. L’analyse de la politique française en Catalogne révèle les succès ou les erreurs de cette maîtrise publique du « bruit » et tient compte du rejet absolu des Français vers 1700, loin alors de l’esprit d’alliance de 1640. Pour aborder ce panorama, nous proposons son étude à travers trois parties : l’expérience française en Catalogne de 1641 à 1652/59 ; puis l’opinion de la peur et la menace pendant les années suivantes ; et, en dernier lieu, le contrôle de l’opinion collective depuis l’intérieur avec le cas du Roussillon après 1659.

L’expérience française en Catalogne de 1641 à 1652-1659

8D’emblée le conflit peut sembler exclusivement catalano-castillan. Mais la présence française en Catalogne s’allongea dans le temps. En 1644, Pierre de Marca débarqua et employa de nouvelles méthodes : la domination devait être plus évidente, et passer par l’autodestruction des clans catalans, le contrôle de l’opinion des élites, l’intervention dans les divers secteurs de la société et, bien sûr, les victoires militaires sur les troupes espagnoles. Malheureusement, les soldats français se substituèrent simplement aux Espagnols : exactions, viols, vols devinrent des faits quotidiens. L’opinion et l’image des Français dans le monde rural catalan se dégradèrent rapidement. En outre, le soupçon d’hérésie qui pesait sur de nombreux soldats du roi de France – conséquence des Guerres de Religion et de l’énorme immigration sur le pays depuis le XVIe siècle – raviva les querelles et les affrontements avec une population catalane fortement catholique. Par ailleurs, la présence française ne semblait pas avoir apporté (trop) de transformations ou d’améliorations notables par rapport aux Espagnols. Or, pourquoi les élites catalanes, ou du moins celles qui étaient restées, continuaient-elles à apporter leur soutien à la France ? Au-delà, pourquoi ont-elles radicalisé leurs positionnements ?

  • 3 Pierre de Cazeneuve, La Catalogne françoise, où il est traité des droits que le roy a sur les comt (...)

9Depuis 1640, les pamphlets, les écrits, les mémoires et tout genre de littérature d’opinion avaient proliféré de façon spectaculaire, qu’il s’agisse des Catalans ou des Français, mais également des textes procastillans. L’opinion collective devait faire surface en pleine révolution au cours des années 1640 et 1641. L’ensemble de la population et toutes les sphères dirigeantes s’accordèrent contre un même gouvernement, puis contre son roi. La question du soutien et de l’utilisation de la publicité pamphlétaire (« publicística ») est un des premiers thèmes majeurs que nous voulons aborder. Richelieu le savait bien et connaissait parfaitement l’importance de l’écrit et le poids d’une certaine opinion collective issue de la lecture de pamphlets divers. C’est ainsi que des plumes comme Pierre de Cazeneuve ou Charles Sorel intervinrent et rédigèrent deux des textes les plus remarquables qui justifient l’alliance de la Catalogne à la France3. Au centre des arguments se retrouvait toujours le lien franco-catalan à travers la figure de Charlemagne et le mythe de la Marca hispanique.

10La France voulut apparaître dès lors comme le défenseur des libertés catalanes. Ce genre de discours se renouvela constamment, d’une façon ou d’une autre, jusqu’au traité des Pyrénées, mais de façon régressive. Les années 1640 restent toutefois celles de la politique de « manipulation » en Catalogne : domination de la situation, interventions internes et concordances militaires et politiques face à la monarchie d’Espagne. La France développa alors une politique cohérente et favorable qui mena les Catalans à défendre – malgré les affrontements internes – l’option française. Cette période peut se présenter de la façon suivante : une première étape où les Catalans eurent besoin d’un allié puissant face au roi d’Espagne (1640-1644), doublé d’un moment concret en 1643 suite à la fuite des Catalans partisans de Philippe IV, c’est-à-dire, une bonne partie de la noblesse qui s’exila à la cour de Madrid ; enfin l’année 1644, qui représenta une rupture. Cette dernière année est celle de l’arrivée en Catalogne du visiteur général flamand Pierre de Marca, mais aussi le début des graves affrontements entre Catalans profrançais. Marca n’eut qu’à alimenter ces prises de position afin de mieux contrôler les relations entre les pouvoirs locaux.

11À partir de ce moment-là, les prises de parti et les postulats politiques se radicalisèrent ; les intrigues et la situation menèrent à une guerre de couloirs et de pamphlets qui parvint jusqu’en justice. L’opinion publique fut fortement visée. Tout cela se fit au profit des autorités françaises, qui voyaient les Catalans et leurs institutions s’affaiblir… ce qui n’était pas sans intérêt pour préparer un hypothétique rattachement de facto dans le futur. En ce sens, les fondements idéologiques de la révolution catalane de 1640 furent presque entièrement ébranlés dès 1644. Les Français n’eurent qu’à employer quelques récompenses économiques et politiques pour raffermir la fidélité des individus les plus importants et déterminés.

12Cependant, cela n’explique pas tout à fait de quelle façon les autorités françaises établies en Catalogne ont pu ou ont voulu administrer les fidélités hétérogènes que nourrissaient les Catalans vis-à-vis de la France. En premier lieu, les Français mirent en œuvre ce que les premiers vice-rois n’avaient pas réussi : l’installation d’une véritable bureaucratie qui s’étendît de Barcelone jusqu’au dernier village sous son contrôle. En ce sens, ils multiplièrent les postes et les représentants qui devinrent dépendants des Français par le biais des récompenses. Peu à peu fut ainsi déployée une administration qui peut se définir comme la « Catalogne française ».

  • 4 Archives du Ministère des Affaires Étrangères (AMAE), CP, Espagne, 1645, fol. 20-25.

13Un texte de 1645 de Pierre de Marca évoquait toute cette politique, ses ambitions comme ses moyens. Il lui fallait parvenir à un contrôle absolu des Catalans, de leurs actions et de leurs opinions, afin de se rendre maître du pays et de contrer l’Espagne. Ce texte portait un titre évocateur : Observations et advis nécéssaires touchant la Catalogne4. Volontairement ou intuitivement, les autorités françaises en Catalogne avaient décidé de laisser faire un« jeu de sélection » entre les Catalans eux-mêmes, car il était favorable aux intérêts français. Il fallait donc simplement essayer de l’alimenter et de maintenir les distances entre certains catalans. C’est pour cela que Marca comprit qu’en développant un code interne particulier, il lui serait utile de discerner et de bien choisir les personnes idéales pour occuper les différents postes. En un certain sens, il s’agit d’une adaptation à la radicalité politique déployée en Catalogne en vue d’arguments juridiques et historiques.

14Le texte écrit par Marca en 1645 indique, à l’inverse, la profonde connaissance qu’avaient les Catalans au service de la France, des liens de clientèle et du poids de certaines institutions et familles. On le voit bien dans l’avertissement suivant, qui s’adresse aux agents français de l’administration mise en place en Catalogne, et non pas à la cour :

« La Politique estant une science qui enseigne non seulement à réduire et maintenir les Estats dans la forme du gouvernement qui leur convient, mais encore à remédier que s’y peuvent glisser par la contagion des temps, des accidans, et des conjonctures : Et cette science ne pouvant Estre bien pratiquée sans une exacte cognoissance des inclinations naturelles des mœurs, des inthérests, des coustumes, et des humeurs des hommes et des pays qui en font les véritables sujets ; Il est d’autant plus nécessaire en cet[te] rencontre, de parler de toutes ces choses pour en informer les Ministres supérieurs qui ne les peuvent avoir que pour le moien de leurs émissaires, que la Nation Catalane est difficile de gouverner, la Catalogne un nouvel Estat et fort esloigné de la cour, afin qu’ils puissent avoir des fondements certains pour apuier les conduites : C’est pourquoy, il semble que les particularitez conteneus en ce mémoire seront asserviles à cet effet puisqu’elles sont très fidelles. »

15L’auteur renseigne ensuite le lecteur – donc ceux qui devront suivre son opinion et agir d’une façon déterminée face aux Catalans en Catalogne – sur la situation vécue depuis 1641 jusqu’aux affrontements internes, et il dresse une typologie :

« Généralle disposition des Esprits dans les divers ordres de la province

  • 5 Ce terme était le même que les autorités espagnoles employaient pour désigner ceux qui dans un pre (...)
  • 6 Ce Conseil était en fait la Junta à laquelle faisait référence Raphael Sitjer dans : AMAE, CP, Esp (...)

Les Eclesiastiques, la Noblesse, et les principaux du tiers-Estat, sont composés de quatre sortes de gens, à savoir de bienaffectos [fidèles au roi de France] confirmés et perséverans, comme sont ceux qui ont la part au secret des premières émotions, qui estoient alors dans les charges et dans les emplois, et dont le nombre est assez considérable.
De Malaffectos [les non fidèles] formés, dont les Inclinations et les volontés ont été de tout temps et sont positivement enemies, et de ceux cy, quoy que l’on en publie, il n’y en a pas tant que l’on dit, sy ce n’est parmy les prestres ordinaires et les Moines : lesquels ils faut considérer comme les agens de toutes les Intiligences des ennemys en Catalogne.
De Malcontents5 ou desgustés, soit par l’ennui qu’ils portent à ceux qu’on advance dans les biensfaits et dans les charges, soit par ressentiment ou participation des vangeances et oppressions qu’ils prétendent que les haines particulières des familles (ou de ces deux partis appelles Nieros et Cadells) ont causé dans les pays, par ceux qui se sont trouvés dans l’authorité ; notamment de celle qui resulte d’un certain nouveau conseil d’Estat odieux à la pluspart des Catalans6, et dont ils ont resolu de demander la supression, où il s’est traité non seulement du patrimoine royal mais de diverses choses dont l’exécution et les suites ont donné suite à plusieurs, de réclamer contre le gouvernement des François ; soit par la comuniquation qu’ils ont eue avec ceux qui ne valent rien dont les adresses et mauvais discours ont fait impression auprès d’eux.
Et la quatriesme espèce, de gens timides et indiférents, que les progrès des enemys et la mauvaise conduite des affaires, tient plutost en eschec, et retirer qu’aucune volonté sinistre, ou adversion contre la France. »

16Par ailleurs, il élabore également une théorie sur ce que l’on doit attendre de chacun des groupes évoqués et différenciés :

« Des premiers on doit attendre toute sorte de constance et de fidelité, tant pour ce qu’ils sont bons d’inclination et de volonté, que pour l’estroite liaison de leurs intherests avec les nostres ;
Des seconds on peut tout apréhender ; il n’y a point d’advis ni de conseils qu’ils ne donnent aux ennemys, point de pièges qu’ils ne tendent aux officiers du Roy pour les faire faillir afin de les rendre odieux, et le nom de Fran[çais] aussy, et rien qu’ils ne facent couvertement et mesme assez ouvertement, à l’égard des prebtres et religieux, pour descrire notre conduite et nos affaires, faisant valoir la puissance du party contraire, multipliant nos pertes, et tachant d’anéantir et faire passer pour fables, tout ce qui nous peut estre advantageux, suposant et insinuant par toutes voies que la France ne peut et ne veut point garder la Catalogne, et qu’il y a déjà des traités faits à Munster pour cela ; lequel point, estant fort chatoulleux et délicat, a fait de très dangereuses impressions parmy les faibles, et beaucoup refroidy cette première ardeur des peuples ;
Pour ce qui est de la troisiesme et quatriesme espèce, il n’y a pas grande chose à craindre, sy ce n’est dans l’occasion de quelque soulèvement ou perte de bataille en Catalogne, les Ennemys se trouvans proches et puissants pour donner terreur à Barcelone (qui est le tout en ce pays) et nous faibles, et les secours esloignés pour nous y oposer ; auquel cas, il seroit à craindre que le peuple mesme (qui a esté jusques icy le principal frain des malaffectos) ne changeast de volonté pour nous. »

17Le fait de bien connaître l’adversaire – l’Espagne de Philippe IV – semblait indispensable, tout autant que maîtriser ses alliés, en l’occurrence les Catalans. D’après les paroles de Marca, nobles et ecclésiastiques pouvaient être contrôlés grâce à des intérêts et des liens économiques et politiques avec la couronne de France. En revanche, il existait des personnes déçues du fait des événements et de l’attitude politique des représentants français en Catalogne. En ce sens, il ne niait pas, bien au contraire, qu’il existât déjà en Catalogne une forte aversion contre la France et les Français, alors qu’une partie de la population n’avait pas d’opinion très tranchée, si ce n’est par rapport aux faits militaires et aux souffrances physiques. Face à tout cela, l’auteur et principale autorité française en Catalogne recommandait quelques solutions :

« Remèdes

  • 7 AMAE, CP, Espagne, 26, 1645, fol. 20-25.

Pour conserver et satisfaire les premiers, il faut les maintenir dans les charges et dans l’authorité (pourvu qu’ils ne soient pas de ceux qui sont dans la hayne publique), leur faire du bien soit en propriété ou par usufruit et pension seulement, selon la nature des choses, les services et la qualité des personnes, et se gouverner de la sorte avec ceux qu’ils ont subis et d’en espérer encore davantage, les bienfaits présents n’estans pas sy puissants que ceux de l’avenir pour appuier l’avidité des hommes, d’autant que les premiers sont limités par la cognoissance et que les autres conviennent mieux à leur ambition, tant à cause que ceste passion a son objet hors d’elle mesme, que pour estre indeterminé.
Quant aux seconds, notamment ceux que le consentement général et tous les signes exterieurs confirment pour ce qu’ils sont ; comme il n’y a rien qui les puisse gagner, il se faut bien garder de leur faire du bien, d’autant qu’outre la puissance et la commodité que cela leur donne de mal faire, ils en deviennent aussy plus insolens et plus propres à faire valoir leurs perfidies, atribuant plutost les advantages [qu’ilz reçoivront] à la necessité qu’on a d’eux, ou à la crainte et faiblesse des Ministres, qu’à leur bonté, ou au dessein de les ramener par les douces voies : que c’est un désespoir pour les bons et un appart [ ?] ou raison, en eux Indiferans pour devenir mesfians, voiant que c’est le chemin de la fortune ; ainsy ne pouvans pas venir à bout de ceste sorte de gens, il se faut contenter de les rendre inutiles et de les réprimer, à quoy rien ne peut sy utilement servir que les exemples de Justice, et pour cet effet il n’y a soing ny diligence qu’on ne doibve aporter pour en convaincre et chastier sévèrement quelques-uns, soit en les punissant corporellement, soit en les banissans et transplantans du costé de France. Parce qu’il n’y a que le temps et la crainte des supplices, qui puissent déraciner leurs mauvaises habitudes : mais nonobstant tout ce que dessus, on a pratiqué jusques icy des maximes toutes contraires en Catalogne, desquelles on s’est aussy fort mal trouvé.
Pour ce qui est des malcontens, que le resentiment des Injures en la personne de leurs proches, le mespris de la leur et l’émulation des bienfaits conférés aux autres plutost qu’une volonté déterminée au mal, peuvent avoir aliéner, il est certain que leur donnant par toutes les voies possibles à la bonne conduite, et à la Justice d’un gouvernement équitable de quoy voir clairement que c’est la raison et le bien public qui servent de motifs aux actions du prince et de ses ministres, et tachant toujours d’en gagner quelqu’un des meilleurs et des plus acrédités d’entre eux, on peut quasy s’assurer qu’il ne sera pas difficile de les ramener au bon chemin, et tous les indiférens à leur exemple, à quoy de petits bienfaits (pour les estendre à plus grand nombre de personnes) l’employ des charges militaires dans les nouvelles levées, et la bonne distribution des bénéfices et des dismes d’aumoniers et de prédicateurs de leur Majestez (à l’égard des ecclésiastiques) jointes à l’establissement des Juges de bref pour contenir et chastier ceux de cet ordre, seront des moiens très utiles, et par dessus tout, les bons succès et la puissance des armes du Roy dans le pays, ouvrant le Chemin de la cour aux Catalans par la nécessité d’y aller prétendre et impétrer les graces qui seron en considération, afin de leur en faire cognoistre la douceur et la magnificience, et porter leurs plaintes légitimes aux ministres supérieurs : pour tenir ceux de deçà dans les bornes de la bienséance et du devoir observons toujours néanmoins, en choses de conséquence, de ne résoudre rien sans leurs tesmoignages afin de les maintenir dans la juste authorité qui est nécessaire aux subalternes, en un pays sy esloigné du siège de la Monarchie7. »

18Marca montrait ainsi son intérêt pour la Catalogne et sa subtilité politique dans le contrôle et la domination de l’intérieur de la « future province » catalane de la France. Les récompenses et le jeu de la « reconnaissance du ventre » étaient des atouts à développer et à appliquer au cas par cas. L’objectif principal des Français était donc de contrôler de haut en bas les différents noyaux politiques et sociaux de la Catalogne. En définitive, l’idée de la conserver à la France était à l’ordre du jour. Les armes ne devaient plus être uniquement militaires, raison pour laquelle l’intoxication politique et la maîtrise du public devenaient une priorité.

  • 8 AMAE, CP, Espagne, 26, Mémoire…, 1646, fol. 384ro-386vo.
  • 9 Ibidem.

19Un texte de 1646 montre l’esprit et la nature de la politique française face à la question catalane : le Mémoire pour entretenir et informer Monsieur de Marca de l’Estat présent des affaires de Catalogne8. Comme son titre l’indique, il s’agissait d’un texte destiné à satisfaire les désirs d’information de Pierre de Marca, expliquant notamment que les confiscations et leur redistribution (comme les récompenses) entre les personnes « affectionnées » à la France devaient se faire au compte-gouttes, afin de bien profiter de chaque occasion ; la purge des opposants à la France devait être menée à bien par les Catalans eux-mêmes, surtout sous le contrôle des pro-Français les plus déterminés. Il éclairait aussi la nomination aux postes ecclésiastiques et le problème que représentait une partie de l’Église en Catalogne et évoquait le paiement des militaires et le contrôle des logements des troupes et des soldats. Mais une provocation, destinée à ce que les Catalans soient eux-mêmes chargés des purges et des désordres, eut un effet curieux selon l’auteur du texte : « Les désordres que la nature maligne et les artifices des Catalans mesmes produisent dans la Province sur la nation des mal affectionnez au service du Roy9. »

20À partir de 1648, la cour de France fut cependant confrontée à la Fronde, qui diminua ses capacités d’action en Catalogne. C’est pour cette raison qu’un système de contrôle basé sur le jeu des collaborateurs s’avéra intéressant, car il était moins lourd et moins coûteux, compensant la diminution des effectifs militaires. Cette politique mit en place, en même temps, tout un réseau d’espions et informateurs, des personnes de la plus haute considération ou même de simples curés. L’expérience de cette « Catalogne française » servit pour des déploiements ultérieurs, comme celui du Roussillon ou de l’Alsace, par exemple.

21Marca montra ainsi une sensibilité politique très profonde, car en aucun cas il ne pencha en faveur d’un clan ou d’un autre. Il octroyait des faveurs personnelles, favorisant les uns ou les autres selon les moments et, lorsqu’il alla jusqu’à une mesure radicale (comme la condamnation à mort d’une personne ou d’une autre pour trahison) il fit en sorte que le tribunal de justice catalan en fût seul responsable. Pour lui, les uns comme les autres accomplissaient une fonction essentielle dans la machine politique de contrôle et d’assimilation d’un nouveau territoire comme la Catalogne face à la puissante Espagne.

  • 10 AMAE, CP, Espagne, 31, Lettre de Josep Fontanella a Mazarin, Barcelona le 07/1651, fol. 88ro-90ro.
  • 11 Certains auteurs critiquaient l’attitude des Français, comme M. de Bezonuel, intendant de l’armée (...)

22En revanche, nombreux furent les Catalans qui, au fur et à mesure, s’en éloignèrent « por desconfiar de Francia ». Les mécontents ou désabusés évoquaient l’échec de l’alliance avec la France, sans pour autant réclamer le retour du roi d’Espagne. Celui-ci s’imposa comme l’autre et unique option10. Les écrits privés et publics qui montraient le désenchantement des Catalans encore au service du roi de France se multiplièrent. Pamphlets anonymes, correspondances ou lettres ouvertes évoquaient ceux qu’ils voyaient lors de la « retirada » vers le nord, vers le Roussillon et autres zones du nord sous contrôle français. Les paysans étaient épuisés par de nombreuses années de guerre. Les agents français ne pouvaient toutefois fermer les yeux devant cela. Seuls les plus fidèles et déterminés agirent par une répression sans pitié, comme ce fut le cas de Francesc de Sagarra en Cerdagne en 1653. En ce sens, les affrontements avec les populations rurales et du nord redoublèrent. Dans cette ambiance devait arriver une paix qui mettrait fin à vingt ans de guerre, une révolution en faillite et une désertion souveraine. Au milieu, restaient les Catalans encore fidèles à la France et sans possibilité de retour. 1652 fut importante de par la perte symbolique de Barcelone, puis 1659 amena une paix provisoire tout en instaurant de facto l’annexion d’une partie de la Catalogne – le Roussillon et d’autres territoires – par la France11.

23Au terme de cette première partie, nous voyons que le conflit initié en 1640, dans le contexte de la Guerre de Trente Ans, semble trouver sa fin avec la signature de la Paix des Pyrénées en 1659 ; mais cela faisait déjà sept ans que Philippe IV avait repris Barcelone aux troupes françaises. Or, non seulement le conflit n’était pas achevé, mais il perdura jusqu’à la fin du siècle, et même, pourrait-on dire, jusqu’à la Guerre de Succession d’Espagne. Par ailleurs, le conflit n’était plus exclusivement castillanocatalan, mais franco-catalan – l’affrontement franco-espagnol étant d’une autre nature. La France était devenue, par sa présence, un élément bien connu en Catalogne, mais aussi une monarchie non-désirable en général, et cela par l’action de la guerre et par le maintien du conflit et des menaces constantes entre 1659 et 1700. Pendant cette période, nous ne pouvons comptabiliser en Catalogne, surtout au nord, que cinq à six années de paix. Alliée en 1641, la France de Louis XIV était désormais perçue comme l’ennemi de référence. Ses mouvements dans les Pyrénées, sa proximité ou l’action politique déployée en Roussillon s’ajoutèrent et s’inscrivirent dans la durée, s’étendant sur une période de plus de 60 ans. En ce sens, le contrôle des élites en Catalogne était devenu un enjeu majeur. Or, les élites catalanes n’étaient pas l’aristocratie castillane. Là, il s’agissait de convaincre et de faire jouer en sa faveur les juristes, les chefs militaires, les ecclésiastiques et les paysans aisés, souvent bien formés.

L’opinion de la peur et la menace

24Entre 1667 et 1698, la France tenta de reprendre pied dans le Principat de Catalogne en des termes semblables à ceux de 1641. La situation avait cependant changé du fait de l’image trop négative qu’elle évoquait. Or, jusqu’à peu près 1690, les autorités françaises, séduites par l’intendant du Roussillon, le catalan Ramon Trobat, crurent que si elles faisaient encore courir des bruits sur l’effet néfaste des Castillans sur la Catalogne ou bien sur les bienfaits de l’aide française, cela fonctionnerait. La révolte qui éclata en 1687 – dite des Gorretes ou Barretines – en fut une illustration. Les Français essayèrent pour la dernière fois de séduire les « peuples » de la Catalogne pour qu’ils « se donnent » à Louis XIV et fuient les Espagnols. Profiter des troubles politiques internes était encore à l’ordre du jour de la stratégie du secrétaire d’État à la Guerre, Louvois.

  • 12 Oscar Jané, Catalunya sense Espanya. Ramon Trobat, ideologia i catalanitat a l’empara de França, E (...)

25L’oasis francophile provoquée par les Gorretes à la fin des annés 1680 fut l’œuvre, en grande partie, de Ramon Trobat qui profita de la méfiance qui existait encore dans le camp catalan vis-à-vis des Castillans et du roi. Trobat appartenait à la génération d’exilés-réfugiés qui avaient quitté Barcelone pour travailler à Perpignan sous les ordres de Louis XIV. Au fil du temps, il démontra son habileté pour la négociation, sa connaissance extraordinaire des réseaux clientélaires ainsi qu’une grande finesse tactique, militaire et politique. Il initia un plan de séduction des populations confrontées au vice-roi de la Catalogne, en s’attirant les chefs les plus représentatifs, lesquels, comme par hasard, étaient originaires de la même contrée qu’une partie importante de la famille de Trobat. Les négociations comme la révolte commencèrent dès 1687, mais semblèrent se noyer avec le début de la guerre de la Ligue d’Augsbourg, en 1689. En revanche, les contacts et l’aide dissuasive et d’opinion de Trobat sur les révoltés continuèrent. En réalité, nombreuses furent les rencontres avec les chefs révoltés jusqu’en 1691 et même début 1692. Or à ce moment-là, les révoltés avaient été en partie récupérés par les autorités hispaniques et, d’un autre côté, il est probable que le bombardement de Barcelone en 1691 depuis la mer et l’approche militaire française au sein de la Catalogne éteignirent toute possibilité de révolte intérieure. Le poids de la propagande antifrançaise, les effets de la présence militaire au sein des villages et la faiblesse castillane pour contrer tout cela se traduisirent par un impact psychologique qui perdura en Catalogne jusqu’au début de la Guerre de Succession d’Espagne, avec une gallophobie collective évidente12.

26Nous avons voulu évoquer le « divorce » affirmé entre la France et la Catalogne, afin de comprendre les raisons du retournement politique qui eut lieu entre les années quarante et la fin du XVIIe siècle, où l’on bascula dans une francophobie collective. Nous pensons que la cause principale, mis à part les attitudes et les différentes politiques déployées auparavant, fut la guerre : la menace constante de celle-ci et sa durée dans le temps.

  • 13 Oscar Jané, Catalunya i França al segle XVII. Identitats, contraidentitats i ideologies a l’època (...)

27La « rumeur militaire » sur la frontière de 1659 à 1700 fut constante. Celle-ci alimenta considérablement le sentiment anti-Français. Elle provoqua ainsi à la fois une reconnaissance de l’ennemi, redoublé d’une certaine intensité du fait de la guerre. Le principal moment fort fut la Guerre de Hollande (1672-1678). C’est à ce moment-là que Louis XIV et ses principaux ministres se rendirent compte de la faiblesse croissante de l’Espagne. Car, jusqu’alors – et encore – la puissance hispanique provoquait un grand respect. Les événements de la guerre et les divers scénarios démontrèrent une croissante puissance militaire française face à une problématique survie de l’intégrité territoriale de l’Espagne – de l’Espagne européenne et américaine à la fois. C’est le moment où la France considéra finalement l’intérêt politique et stratégique, bien plus que seulement militaire, de conserver le Roussillon. C’est ce que nous avions démontré il y a un certain temps13 : le traité des Pyrénées fut perçu par l’historiographie comme un avant et un après tacite. Or, les objectifs des autorités françaises se centraient plutôt au Nord (aux Pays-Bas espagnols surtout) et le Roussillon était une distraction, jusqu’au point de devenir une monnaie d’échange officielle dans les années soixante-dix, et encore au-delà mais avec moins de force.

28La faiblesse castillane permit à la France de s’affirmer au Sud comme au Nord et de porter sa stratégie offensive sur l’attente du moment idéal, comme cela eut lieu avec les attaques de 1684 vers le Luxembourg ou la Catalogne même. Le roi d’Espagne et ses conseillers crurent désormais pouvoir encore conserver les Pays-Bas et récupérer avec le temps le Roussillon. Bien évidemment, l’équilibre des forces n’était plus le même. Pendant ce temps, la puissance et l’investissement militaire français surpassèrent de beaucoup les Espagnols. Et alors que les troupes hispaniques restaient éloignées en nombre de la frontière pyrénéenne, la France porta à terme son étoile militaire à la Vauban : c’est ainsi qu’entre 1679 et 1683 se construisit au cœur des Pyrénées, entre la Cerdagne et le Conflent, la fortification de Mont-Louis. Sa seule présence bouleversa la vie locale et évoqua une autre façon de faire la guerre psychologique : le contrôle sociopolitique passait par cette omniprésence et cette démonstration quotidienne face aux Espagnols.

  • 14 Antonio Espino, Cataluña durante el reinado de Carlos II : política y guerra en la frontera catala (...)

29En quelque sorte, cette époque pourrait se résumer en deux grandes périodes. D’abord, celle qui va de 1659 à 1689, où les Français comme les Espagnols développèrent toute une série d’arguments afin d’obtenir à nouveau l’appui des Catalans. Cela devenait compliqué pour la France étant donné la présence militaire sur la frontière et, aussi, à cause du jeu de propagande développé depuis Barcelone sur les politiques contraires aux Catalans menées par les autorités françaises en Roussillon (substitution des institutions traditionnelles ; interdictions de commerce ; promotion du français face à la langue catalane au sein des élites ; etc.). En même temps, il ne faut pas négliger le poids des confiscations, des menaces et des représailles continues à l’encontre des personnes restées dans l’un ou l’autre des camps, et cela malgré les articles du traité des Pyrénées qui interdisaient cette pratique. Une deuxième période serait celle de la Guerre de la Ligue d’Augsbourg et les années qui s’ensuivirent jusqu’à la mort de Charles II en 1700. La guerre internationale contre la France fut éminemment une guerre de propagande qui plongea des racines profondes en Catalogne. La cible de cette guerre pamphlétaire fut, bien sûr, Louis XIV et sa politique offensive, ou d’une autre façon, les annexions comme celles de Strasbourg, de l’Alsace, etc. La francophobie qui se projetait dans les écrits ou même dans les sermons lus publiquement en Catalogne traduisait la « francophobie galopante » qu’expérimentait alors le pays et une partie de l’Europe, selon Antonio Espino14. L’offensive de propagande antifrançaise en Catalogne eut lieu alors que les troupes de la France occupaient sans problème le territoire catalan entre 1690 et 1694, restant aux portes de Barcelone. Ce fut aussi le moment où les forces hispaniques se montrèrent incapables et qu’il fallut en appeler au courage et au patriotisme catalan afin de défendre le territoire face aux Français. Les luttes locales et les gloires éphémères n’empéchèrent pas la prise de la capitale par le duc de Vendôme à la fin de l’été de 1697. Trois années pendant lesquelles la stratégie française fut sûrement erronée, mais trois années qui alimentèrent l’opinion publique – plus large que celle de 1640 – contre la politique et l’action militaire de la France en Catalogne.

  • 15 O. Jané, Catalunya i França…, op. cit., p. 194-195. Ramon Trobat manipule par exemple le contenu d (...)

30Par ailleurs, la France dominait militairement. Les arguments de force et de puissance face aux Espagnols étaient alors réels aux yeux des Catalans. S’ils voulaient une entité et un roi protecteur, celui-ci ne pouvait être autre que Louis XIV qui était représenté par l’intendant du Roussillon, Ramon Trobat. Le chaos militaire, économique et politique castillan se présentait en même temps comme un atout en faveur de la France. L’intendant contrôlait ainsi la correspondance entre les consistoires et développa une véritable campagne de propagande et de manipulation dans les territoires occupés15. Son action se vit ébranlée par l’arrêt de l’avancement des troupes en 1694. L’ordre venait de la cour et suivait une stratégie traditionnelle, celle de l’intérêt pour le Nord. Jusqu’alors, Ramon Trobat était déjà le seul lien vivant entre les événements de 1640 et ceux des années 1690. En fait, pendant ces années, il s’empressa de revendiquer les similitudes entre les révoltés catalans des deux périodes. Or les réalités étaient bien différentes. Pour les autorités françaises, la figure de Trobat pouvait constituer une publicité en soi. Il était un modèle de réussite par rapport aux Catalans fidèles à la France partis en Roussillon et aussi par rapport aux Catalans non-nobles. Trobat faisait partie de cet ensemble important de personnages qui, depuis la fin du XVIe siècle, avait connu une promotion très importante à travers le monde juridique, jusqu’à obtenir les principaux postes de pouvoir du pays. En France, en revanche, Trobat n’était qu’un juriste, et mourut comme tel malgré les récompenses de Louis XIV.

Le contrôle de l’opinion depuis l’intérieur : le cas du Roussillon après 1659

31Le troisième et dernier cas à évoquer est celui du contrôle intérieur de l’opinion sur le territoire lui-même. C’est le cas du Roussillon après l’annexion de 1659. La situation de guerre ne permit pas trop de pauses et il fallut situer de suite un modèle classique français à l’image des nouvelles terres conquises, comme l’Alsace par exemple : un Conseil Souverain, avec à sa tête des Catalans fidèles, devait permettre une certaine domination de Louis XIV. Or, il se produisit un double jeu. D’un côté le contrôle des élites fut assuré par l’attraction de la culture et du pouvoir français – apprentissage de la langue française, manières, écoles de jésuites, etc. De l’autre, il fallut élaborer une politique pour faire face à un vaste déploiement de résistances locales, en particulier celle de l’Église. Les ecclésiastiques, jaloux de leur autonomie, s’opposèrent en effet au contrôle français. Les sermons et leur influence agirent sur les esprits. Le poids de l’image du huguenot fut toujours bien trop important au sein de la population. En même temps, un troisième levier d’expression sur l’opinion fut populaire : la création artistique religieuse à l’intérieur des églises. Entre 1670 et 1710 furent réalisés les plus grands et importants rétables baroques du Roussillon – aujourd’hui le Larousse les évoque comme les plus remarquables de France –, tous comportant des évocations et des lectures exclusivement hispaniques, très éloignées des doctrines gallicanes : les Immaculées Conceptions et les Saintes Thérèses « parlent » directement aux fidèles dans tous les villages de la nouvelle province conquise.

32D’une certaine façon, les Français avaient compris qu’un des aspects majeurs qu’ils devaient contrôler était celui des « rumeurs » et de « l’opinion publique ». Autrement, les choses pouvaient mal tourner, comme cela arriva lors de la révolte des Angelets (discontinue entre 1663 et 1672) : une révolte antifiscale qui mélangea divers aspects et qui prit forme à partir du bouche à oreille et de l’embrasement des esprits depuis le côté espagnol. Car les autorités du Roussillon connaissaient bien les relations qui existaient entre certains opposants et des personnes importantes du Principat. Cela pouvait être nuisible s’ils s’en servaient pour « intoxiquer » et provoquer contre la France les villages roussillonnais ou du Vallespir, entre autres.

  • 16 SHAT A1 415, n. 17, Lettre de Le Bret à Louvois, Thuir le 11 avril 1674 ; SHAT A1 415, n. 20, Lett (...)

33Ainsi, par exemple, l’intendant pouvait se montrer préoccupé face à l’idée que les Espagnols puissent profiter de la guerre, des révoltes ou des émeutes, encore vers 1674, afin « d’exciter une révolte dans tout le pays ». D’autres se montrèrent encore plus belliqueux à ce sujet et alertèrent que ceux d’Espagne avaient sans doute « intelligence avec les peuples du Roussillon ». De ce fait s’exprimait clairement la méfiance des autorités françaises, surtout militaires, envers les gens du pays. De même, les plaintes et avertissements visaient la propagande réalisée envers les populations de la frontière à propos du fait que les Français se seraient repliés et qu’un nombre important de troupes serait en chemin depuis l’Espagne, et cela afin de soulever les villages. Finalement, ces mêmes militaires définissaient la situation vécue d’une façon similaire aux termes des années 1640, comme celle de « l’opinion du bruit ». En effet, le contrôle des voies d’information devenait essentiel, tant de l’intérieur que sur la ligne frontalière. Et cela d’autant plus que la population semblait être prédisposée à rejoindre une nouvelle conspiration contre la France si les troupes hispaniques réussissaient à pénétrer en Roussillon. Bien que tout cela ne fût que des conjectures et que la réalité fût bien loin de cette situation – puisque la faiblesse des troupes d’Espagne était trop importante – quelques semaines plus tard, les rumeurs d’une intervention espagnole comme stratégie de distraction circulaient encore. Le danger de l’influence de ces « bruits » n’était donc pas les Espagnols mais les effets sur la population, puisqu’ils pouvaient réussir à alimenter le feu de l’inimitié locale contre les Français. En ce sens, la « peur » de ces « rumeurs » était que les autorités espagnoles feraient tout ce qui leur serait possible afin de « séduire les peuples de Roussillon16 ».

34Dans tous les cas, l’objet de ce texte est de montrer comment, à travers « l’opinion du bruit » exprimée par les autorités françaises sur un territoire – la Catalogne – allié à un certain moment puis convoité, il a été possible d’exercer une certaine forme de domination. Les élites restant toujours au centre des actions, il s’est agi ainsi d’évoquer la politique de « manipulation » de la France en Catalogne, en montrant l’enracinement d’une classe « littéraire » d’opinion et une autre « populaire » où les églises, entre autres, ont joué un rôle important.

35Cette opinion publique/populaire/collective se cristallisa en Catalogne à la fin du XVIIe siècle. La France, la guerre et le substrat littéraro-juridique catalan de ce siècle y eurent beaucoup à voir. En même temps, l’effet le plus évident fut la gallophobie qui s’étendit en Catalogne en moins de cinquante ans et qui mena le pays à s’opposer totalement à la nomination du duc d’Anjou comme roi d’Espagne. Une lecture dans la longue durée permet d’affirmer qu’il s’est agi d’un échec de la politique initiée par Richelieu. Or, l’accès au trône d’Espagne du petit-fils de Louis XIV fut bien plus qu’une victoire – mitigée bien évidemment par le refus de l’union des deux monarchies. En même temps, la maîtrise de l’espace territorial européen portée à terme par la France se traduisit également par une maîtrise de l’espace publique de l’opinion.

Notes

1 Jacques Krynen, L’empire du roi. Idées et croyances politiques en France (XIIIe-XVe siècle), Paris, Gallimard, 1993 ; Anthony D. Smith, Nacionalismo y modernidad (un estudio crítico de las teorías recientes sobre naciones y nacionalismo), Istmo, Madrid, p. 393-395.

2 Jacques Rancière, Aux bords du politique, Paris, La Fabrique, 1990.

3 Pierre de Cazeneuve, La Catalogne françoise, où il est traité des droits que le roy a sur les comtez de Barcelonne et du Roussillon et sur les autres terres de la principauté de Catelogne, Toulouse, 1644 ; Charles Sorel, La Deffence des catalans, Paris, 1642.

4 Archives du Ministère des Affaires Étrangères (AMAE), CP, Espagne, 1645, fol. 20-25.

5 Ce terme était le même que les autorités espagnoles employaient pour désigner ceux qui dans un premier moment avaient soutenu l’option française. Évidemment, pour les Français, il s’agissait du contraire. Il existe une bonne description des « malcontentos » et leur évolution en faveur puis contre la France dans : Bibliothèque Nationale d’Espagne, Ms. 11146, Relación de lo obrado por el ejército Real de Tarragona desde que tomó su gobierno…, Madrid, 1642, fol. 189-202.

6 Ce Conseil était en fait la Junta à laquelle faisait référence Raphael Sitjer dans : AMAE, CP, Espagne, 21, Escrit d’opinió…, 1er août 1644, fol. 494ro-499vo. La question des « Nyerros » et « Cadells » était un affrontement entre clans déclenché dans la Catalogne intérieure et pyrénéenne qui remontait à la fin du XVIe siècle, mais qui était resté dans les esprits collectifs et émergeait chaque fois qu’il y avait un conflit important.

7 AMAE, CP, Espagne, 26, 1645, fol. 20-25.

8 AMAE, CP, Espagne, 26, Mémoire…, 1646, fol. 384ro-386vo.

9 Ibidem.

10 AMAE, CP, Espagne, 31, Lettre de Josep Fontanella a Mazarin, Barcelona le 07/1651, fol. 88ro-90ro.

11 Certains auteurs critiquaient l’attitude des Français, comme M. de Bezonuel, intendant de l’armée de France, de vouloir réduire la Catalogne en un « Pais de Conquista y dominio absoluto » (AMAE, CP, Espagne, 32, 1654, fol. 584ro-587ro).

12 Oscar Jané, Catalunya sense Espanya. Ramon Trobat, ideologia i catalanitat a l’empara de França, Ed. Afers, Barcelona-Catarroja, 2009, p. 189-195.

13 Oscar Jané, Catalunya i França al segle XVII. Identitats, contraidentitats i ideologies a l’època moderna (1640-1700), Ed. Afers, Barcelona-Catarroja, 2006, p. 197 et p. 231-239.

14 Antonio Espino, Cataluña durante el reinado de Carlos II : política y guerra en la frontera catalana, 1679-1697, Monografies Manuscrits, Bellaterra, 1999, p. 335.

15 O. Jané, Catalunya i França…, op. cit., p. 194-195. Ramon Trobat manipule par exemple le contenu de lettres échangées entre Barcelone et Gérone : Service Historique de l’Armée de Terre (SHAT) A1 901, n. 141, Copie de la lettre qu’a reçeu la cité de Gironne, des Illustres seigneurs Conseillers de la Cité de Barcelonne (30-XI-1689) ; SHAT A1 901, n. 142, Còpia de la carta rebuda per Girona, dels Il· lustres Consellers de Barcelona (30-XI-1689), imprimé à Barcelone ; SHAT A1 901, n. 143, Còpia de la carta rebuda per Girona, dels Il· lustres Consellers de Barcelona, Perpinyà (30-XI-1689) ; SHAT A1 901, n. 144, Copie de la lettre reçue par la cité de Géronne de Barcelone : la traduction de la lettre est œuvre de Trobat à Perpignan afin d’intoxiquer la communication entre les consistoires. Le réseau d’informateurs et espions de l’intendant du Roussillon était important.

16 SHAT A1 415, n. 17, Lettre de Le Bret à Louvois, Thuir le 11 avril 1674 ; SHAT A1 415, n. 20, Lettre de Le Bret à Louvois, Thuir le 18 avril 1674 ; SHAT A1 415, n. 32, Lettre de Le Bret à Louvois, Thuir le 5 mai 1674.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540