Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

S'exprimer en temps de troubles

 | 
Laurent Bourquin
, 
Philippe Hamon
, 
Pierre Karila-Cohen
, 
et al.

Deuxieme partie. Mobiliser et structurer l'opinion

La campagne d’opinion de don Juan José de Austria contre le valido Nithard : mobilisation, politisation et faux-semblants (1668-1669)

Héloïse Hermant

Texte intégral

1La mort de Philippe IV, le 17 septembre 1665, ouvre une période de régence dans la monarchie espagnole. Par testament, le « Roi Planète » avait légué le pouvoir à la reine-mère Mariana et à une Junte de gouvernement censée l’assister jusqu’à la majorité de Charles II. Don Juan José de Austria, fils bâtard de Philippe IV, général glorieux et politique ambitieux, se livre à d’incessantes manœuvres pour obtenir un poste à la cour mais la haine de Mariana le tient en échec. À la suite d’un imbroglio judiciaire, ce prince est accusé sans preuves d’avoir voulu assassiner le valido et confesseur de la régente, Nithard, un jésuite allemand qui devait tout à sa maîtresse. Prévenu qu’une troupe venait l’incarcérer, don Juan fuit sa résidence de Consuegra pour rejoindre la Catalogne, laissant à l’attention de Mariana une lettre-manifeste datée du 21 octobre 1668 où il clame son innocence et dénonce les manigances d’un confesseur acharné à sa perte. C’est le début d’une campagne d’opinion sans précédent, structurée par des lettres ouvertes imprimées de don Juan et relayée par une avalanche de libelles visant à discréditer le valido. En assimilant sa propre cause à la défense du bien commun et diabolisant Nithard, don Juan transforme cette affaire en une affaire d’État. Au terme de plusieurs mois de lutte par libelles interposés, les élites expriment majoritairement leur soutien au bâtard royal qui entame, le 22 janvier 1669, une marche militaire sur Madrid sous prétexte d’accélérer les négociations en cours. Sous la pression unanime, la reine renvoie son valido, le 25 février 1669, et don Juan obtient le poste de vicaire général d’Aragon.

2Cet article propose d’examiner le statut et l’utilisation de l’opinion dans une situation de compétition politique où l’arme publicitaire et polémique s’est révélée décisive. Plus précisément, il s’agira de confronter le processus de mobilisation au processus de politisation. Nous appellerons mobilisation toute démarche invitant des individus à manifester leur soutien à une cause collective. La notion de politisation, elle, greffe sur une rivalité d’hommes et sur une affaire d’honneur, des enjeux institutionnels, une réflexion sur la pratique politique ainsi que sur le partage du pouvoir entre le roi et les élites. En second lieu, le terme renvoie à un mouvement d’élargissement du public politique, ce qui le rapproche de la notion de mobilisation.

  • 1 Luc Boltanski, L’Amour et la justice comme compétences, Paris, Métailié, 1990 ; Luc Boltanski, Éli (...)
  • 2 Jean-Frédéric Schaub, « L’histoire politique sans l’État : mutations et reformulations », in Histo (...)
  • 3 José Antonio Maravall, La Sociedad del Barroco. Análisis de una estrúctura histórica, Barcelone, A (...)
  • 4 L’opinion commune n’est donc ni l’opinion du commun, ni la somme de prises de position individuell (...)

3La démarche est complexe. Si la désingularisation d’une cause fait qu’on parle d’enjeux politiques, rien n’indique que cela provoque un élargissement des publics ni que ce public élargi se mobilise en connaissance de cause1. Par ailleurs, au sein d’un régime où le roi n’a pas de compte à rendre, quel bénéfice don Juan veut-il tirer d’une campagne de mobilisation ? D’autant plus que le choix d’une guerre de plumes répond à un refus de la violence physique comme méthode d’action. Est-il pertinent de dire que don Juan s’emploie à « faire une opinion » ? On peut reformuler l’interrogation de la façon suivante : au sein d’un espace communicationnel dévolu à la prescription et à l’acclamation du souverain, peut-on faire surgir une légitimité concurrentielle, même si la situation apparaît plus propice dans le cas d’une régence ? Contrairement à la France marquée par le chaos des guerres de religion, aucune dialectique entre État et société n’opère dans le monde hispanique car l’État se rapporte à une union organique entre le roi et ses sujets2. La monarchie de Charles II ne se compose pas d’une somme d’individus-atomes représentés par des gouvernants. Elle correspond à un ensemble de corps, chacun incarné par des élites, l’ensemble de ces corps étant à son tour incarné par le roi qui permet la cohésion d’un tel dispositif organique. La non-coïncidence entre l’individu rationnel et l’atome politique vide de son sens et de sa valeur la notion d’opinion individuelle. Seul l’avis d’un expert, sous la forme du conseil, a droit de cité et transite par les canaux institutionnels prévus à cet effet. L’expert est un représentant de l’« élite politique naturelle3 » (noblesse, clergé) et son opinion/conseil renvoie implicitement à l’opinion commune, au corps qu’il incarne4. Ainsi, la campagne de mobilisation de don Juan s’adresse exclusivement aux élites et l’expression « faire l’opinion » est inadaptée en raison de sa dimension abstraite. Elle occulte l’existence de légitimité différentielle à intervenir en politique de la part d’acteurs dont l’agrégation ne constitue pas une entité homogène dotée d’un pouvoir infaillible de jugement. Le recours au pluriel – les opinions – n’apporte aucun secours dans notre cas. En effet, dans la mesure où l’action de don Juan correspond à un travail de captation de la légitimité des élites politiques afin de neutraliser la marge d’action de la régente, seule l’unanimité publiée a valeur opératoire. Ce qui renvoie encore une fois à un possible jeu de masques et donne tout son poids aux manifestations discursives du phénomène de l’opinion en corollaire de sa dimension sociopolitique.

  • 5 Sur ce point, les apports de Roger Chartier ont été considérables. Voir, entre autres, Roger Chart (...)
  • 6 Sandro Landi a livré une étude sociale du concept d’opinion publique prise comme catégorie du disc (...)
  • 7 Sur la centralité de la communication sous toutes ses formes dans la sphère politique, voir : Fili (...)

4Pour confronter les notions de conflit, d’opinion et de politisation dans le cadre de la monarchie espagnole, nous proposons donc de raisonner en termes de publics mobilisés, que nous appréhenderons selon deux modalités. D’abord par une étude précise des cibles visées et éventuellement touchées par les promoteurs de ces campagnes, qui repose sur une analyse de leurs composantes sociopolitiques selon les engagements partisans5. Ensuite, par un examen des variations du vocabulaire, ou plutôt des catégories discursives employées par les libellistes pour évoquer le public né des guerres de plumes6. Ce faisant, nous nous montrerons sensible aux tensions entre théorie et pratique particulièrement nettes en temps de crise et nous inclurons dans l’étude des moyens de mobilisation oraux ou non discursifs comme la marche sur Madrid, qui expliquent que des publics autres que ceux des élites puissent se mobiliser sans être visés au premier chef7. Cette extension involontaire des publics enclenche une dialectique bancale entre mobilisation et politisation, parasitée par l’utilisation guerrière de la publicité. Nous tenterons donc, à travers la première guerre de plumes de la régence de Charles II, de tester la valeur heuristique de la notion de politisation, en prenant en compte les évolutions de la définition et du statut de l’opinion sous le jeu même de l’instrumentalisation de cette opinion et par ricochet, l’impact du phénomène de mobilisation sur la construction du politique.

La politisation et la publicisation des conflits au service de la mobilisation des élites

La politisation du conflit opposant don Juan à Nithard et la constitution d’une cause commune

  • 8 Dépité de n’avoir pas été retenu, Medina de las Torres rédige un texte virulent contre la Junte de (...)
  • 9 BNM, mss 8344, fol. 235ro.

5Le point d’origine est une rivalité entre deux hommes don Juan José de Austria et Nithard. Le bâtard royal, auréolé d’un passé militaire glorieux et d’une longue carrière politique, aspire à un poste d’importance à la cour. Il intrigue et mise sur Nithard, l’homme de confiance de la reine, pour être introduit au sein des arcana imperii. Déçu dans ses espérances et réalisant que le jésuite cherche à le perdre, don Juan rassemble les courtisans mécontents de ne pas avoir été nommés à la Junte de gouvernement, véritable conseil de régence, constituée à la mort de Philippe IV8. Le 26 avril 1666 sanctionne l’existence d’une faction de mécontents regroupant les grandes figures du règne du roi Planète, évincées des plus hautes charges sous la régence : don Juan, Medina de las Torres, le marquis de Mortara et le marquis de Mondejar se réunissent à Villaverde, dans les environs de Madrid, pour discuter d’une alliance et de ses modalités d’action9.

  • 10 Testamento de Philippe IV, Antonio Dominguez Ortiz, éd., Madrid, 1982.
  • 11 Un pamphlet de l’époque exprime clairement le mépris pour le parvenu qu’inspire Nithard : « Nous v (...)

6Des problèmes institutionnels se greffent sur ces rivalités occultes. La question de fond se ramène au thème des limites au pouvoir de Mariana. Le statut de la Junte de gouvernement défini par le testament du défunt roi semblait ambigu10. Était-ce un organe consultatif ou prescriptif pour la reine ? Et quels rapports entretenait cette junte avec les autres conseils ? En d’autres termes, les Conseils d’État et de Castille n’avaient-ils de valeur que délibérative ? Non contente d’entretenir ce flou, Mariana avait bafoué l’esprit du testament en imposant un valido, Nithard. La reine avait placé son protégé au poste d’Inquisiteur Général, ce qui le propulsait au sein de la Junte de gouvernement et le rendait incontournable. Or, Philippe IV avait conçu cette junte pour préserver son épouse inexpérimentée de l’influence d’un seul homme. Par ailleurs, cette nomination déséquilibre le système de régence en renforçant le pouvoir de cette institution au détriment des autres conseils. La reine joue donc la carte du valido contre les rouages de la polysynodie et celle de la Junte contre les Conseils. Elle signe le premier acte d’un conflit qui l’oppose à l’aristocratie désireuse de garder un rôle-clef dans la monarchie. Cette façon de gouverner atypique où une créature sans clientèle détient la réalité du pouvoir et tarit la fontaine des honneurs pour la noblesse vaut à Mariana beaucoup d’hostilité11. Non seulement le système de régence se heurte à une large réprobation, mais d’autres problèmes institutionnels demeurés en suspens ressurgirent : le rôle du valido, la compétence des religieux dans le corps de l’État, la tombée en désuétude des Cortes, la définition de la souveraineté du roi et des rapports qu’il entretient avec ses sujets.

  • 12 « La horrible tirania de dar garrote », BNM, mss 2033, fol. 1ro.
  • 13 Dans le sillage de la lettre de Consuegra, une consulte du Conseil de Castille du 29 octobre 1668 (...)
  • 14 La propagande juaniste ne se lasse pas de recourir à cet argument. Un libelle clame ainsi : « Tout (...)
  • 15 BNM, mss 2033, fol. 1vo.

7C’est un imbroglio judiciaire – les affaires Malladas et Patiño, respectivement en mai et en octobre 1668 – qui noue indéfectiblement le sort de don Juan à celui des mécontents de tout bord. L’Aragonais Malladas et don Bernardo Patiño sont deux individus au passé trouble, accusés chacun d’avoir participé à une tentative de complot homicide contre Nithard sous la houlette de don Juan. Les autorités ordonnent l’incarcération des deux hommes et l’on égorge Malladas au garrot sans autre forme de procès. Don Juan s’enfuit pour échapper à un sort funeste, après avoir rédigé la lettre de Consuegra du 21 octobre 1668 qui transforme une dispute entre deux particuliers en une « affaire d’État » où se joue le bien commun. Le prince ménage habilement sa propre cause en y intégrant des enjeux politiques d’intérêt général. Tout en clamant son innocence, il s’indigne de l’irrespect de la procédure judiciaire : aucun des griefs qu’on lui impute n’est prouvé et la mort ignoble de Malladas a transgressé la procédure judiciaire prévue. En évoquant en bonne place la « tyrannie de tuer au garrot12 » l’Aragonais, il s’adresse aux ministres qui n’ont pas été prévenus des dessous de l’affaire. Étant donné le flou du testament de Philippe IV et la toute-puissance de Nithard, avoir arrêté et exécuté Malladas en catimini sans avertir les Conseils pouvait constituer un préalable pour se passer de leur contribution13. Le prince laisse entendre qu’il n’est que la première victime de « l’odieux jésuite » et qu’une apathie généralisée causerait la perte de tous et au premier chef, des ministres. L’imputation de tyrannie se prolonge donc dans la plainte lancée contre le mal gobierno et contre la remise en cause de la figure du roi-juge dont le souvenir hante encore les imaginaires politiques au point que les lois continuent d’apparaître comme la pérennisation d’une décision du souverain ayant fait triompher la justice14. Cette stratégie d’emboîtement des enjeux renforce la dramatisation de l’affrontement en lui donnant une coloration manichéenne et campe don Juan en défenseur du bien commun contre la tyrannie15. La lettre de don Juan montre qu’à travers cette querelle, c’est dorénavant le sort de la monarchie qui se joue. Elle blanchit don Juan et appelle à la prise de position pour ou contre Nithard. Deux pôles antagonistes susceptibles de recruter dans de larges cercles se créent. On assiste à une mutation de l’image de don juan dont la dimension individuelle s’efface au profit d’une dimension transcendante, porteuse des intérêts d’un groupe. Le prince clame qu’il est inspiré par Dieu et s’affirme comme porte-parole des Espagnols opprimés en s’octroyant le monopole de la vérité collective puisqu’il parle au nom du groupe pour se revêtir de son autorité. C’est le début d’une guerre de plumes au service d’une campagne de mobilisation des élites contre le valido et la reine, où chacune des lettres ouvertes de don Juan inaugure une nouvelle séquence.

Une campagne d’opinion pour mobiliser les élites

8L’étude des lettres ouvertes successives de don Juan montre comment ce prince vertèbre le mouvement d’opinion qui le porte en s’attachant à intéresser les élites à sa cause et à les inciter à lui manifester leur soutien, en un mot, à les mobiliser.

  • 16 BNM, mss 8348, fol. 62ro.-62vo
  • 17 Ibid., fol. 62ro.

9Dans le sillage du manifeste de Consuegra, les lettres rédigées le 13 novembre 1668, à Torre de Lledó, où le prince se réfugie avant de gagner Barcelone, ouvrent la deuxième séquence de cette campagne d’opinion. Par ces missives, don Juan appelle les principales instances représentatives de la monarchie espagnole (les ministres, les autorités aragonaises, les villes ayant vote aux Cortes) à le défendre en demandant à la reine le renvoi du confesseur16. Le but affiché est le « service du Roi Notre Seigneur, la conservation de ses royaumes, la réputation et l’honneur de tous ses sujets et ce qui concerne mes intérêts particuliers17 ». Le prince peint un sombre tableau où il se campe dans le rôle de victime de l’odieux confesseur. Nithard devient un bouc-émissaire à qui tous les maux de l’Espagne incombent. Il évoque ainsi le scandale de voir un étranger détenir un pouvoir despotique et se lamente de l’arbitraire des procédures de la reine. Enfin, don Juan cherche à séduire les Aragonais en emportant les suffrages des représentants de ce royaume. Il touche la corde sensible du foralisme en rappelant que Malladas, ignominieusement égorgé, est un enfant de ce royaume. Pour finir, il laisse entendre que le royaume d’Aragon serait bien récompensé s’il lui accordait son soutien. Les paroles indignées d’un nithardiste résument parfaitement les enjeux que renferment ces missives. Selon lui, le bâtard royal a envoyé des :

  • 18 BNM, mss 8349, fol. 27ro.

« Lettres à la reine et des circulaires pour tous les royaumes, toutes les villes et toutes les communautés […] afin de les constituer en juge d’appel de sa cause ; et afin de les inciter finalement à se rebeller et à se soulever18. »

10Il s’agit donc d’une phase d’extension de la lutte doublée d’un élargissement géographique à toute la péninsule ibérique. Grâce à l’intervention des municipalités dont l’addition évoque l’autorité des Cortes, le prince engage avec la reine un bras de fer dont l’enjeu est le monopole de la légitimité. À partir de la Catalogne où il séjourne, don Juan se construit un réseau de fidèles dans toute l’Espagne. En activant des logiques clientélaires à travers une correspondance adressée aux principaux acteurs politiques, don Juan sollicite l’appui des instances représentatives de la monarchie et se préoccupe de conserver les liens noués.

  • 19 Respectivement BNM, mss 8349, fol. 10v-14r et BNM, mss 8349, fol. 134vo-135vo.

11Cependant, la mise en scène triomphale de la mobilisation des mécontents autour de don Juan ne parvient pas à en imposer à la régente. Alors que les consultes du Conseil de Castille, le 19 décembre 1668, et du Conseil d’État, le 21 décembre, prônent le renvoi de Nithard, affichant le soutien des principaux ministres à don Juan et attestant de la réussite de sa campagne épistolaire et pamphlétaire, la reine se garde de plier19. C’est la preuve d’un blocage institutionnel et de l’impossibilité à résoudre le conflit selon cette voie. Dans les faits, cet équilibre des partis entraîne un pourrissement de la situation.

  • 20 Archivo Histórico Nacional (=AHN), Estado, libro 878, fol. 18ro-18vo.
  • 21 Real Academia de la Historia (=RAH), 9/643, fol. 80ro.

12Brisant l’immobilisme, don Juan annonce, dans sa lettre rédigée à Barcelone du 22 janvier 166920, qu’il quitte la capitale catalane pour venir à Madrid accompagné d’une troupe en armes chargée de sa protection. Sous couvert de faciliter les négociations déjà entamées avec la cour et dans le but de démentir la rumeur d’une possible collusion avec la France depuis la Catalogne, il prend la tête d’une marche sur la capitale et inaugure une nouvelle séquence d’action. Dans sa lettre, le prince met en avant l’appui que lui offrent les ministres mobilisés pour sa cause, qu’il décrit comme les seuls conseillers admissibles et les seuls canaux légitimes qui transmettent à la fois la voix de Dieu et la voix des peuples21.

  • 22 Primera carta de don Juan a la reina doña Mariana de Austria, Junquera a 22 de febrero de 1669, BN (...)
  • 23 RAH, 9/643, fol. 177ro-179vo.

13Le dernier acte s’ouvre avec les lettres de Junquera, du 22 février 1669, qui exploitent la situation en posant comme ultimatum à Mariana le renvoi du jésuite22. Ce dernier est exilé le 25 février par un décret de la reine. Le manifeste de Torrejón de Ardoz, publié le 3 mars, marque le point d’orgue de cette ultime séquence. Par ce texte, don Juan cherchait, en instrumentalisant les divers mécontentements émis pendant cette période de crise, à s’assurer une position dominante dans la négociation avec la régente afin d’obtenir une place au sein des allées du pouvoir23.

  • 24 Voir le témoignage du nithardiste Izquierdo dans une lettre à Nithard du 12 février 1669 : RAH, 9/ (...)
  • 25 Voir le glissement des destinataires opéré entre les deux textes : Memorial que dio a la Reyna Nue (...)
  • 26 C’est ce que laisse percevoir l’auteur des Observaciones de las falsedades, errores y engañados, q (...)

14Cette campagne de mobilisation est aussi une guerre de plumes dans la mesure où elle génère un important public partagé entre les deux camps. Le but déclaré de la campagne de lettres ouvertes initiée par don Juan, impensable indépendamment du mouvement l’émission de libelles puisque les publicistes sont des hommes du « rebelle », est d’inciter les représentants des institutions à le soutenir en leur suppliant de demander à la reine le renvoi de Nithard. Les alliés du prince s’adressent d’abord à un public large – ministres et courtisans en priorité – qu’il s’agit de mobiliser car ils sont susceptibles de faire pression sur les autorités et de moduler l’orientation politique des conseils depuis l’intérieur. Cependant, parce que l’ampleur des guerres de plumes révèle l’existence d’un large front contre Nithard, l’arme polémique tend à déstabiliser directement les partisans de la reine, en les obligeant à tenir compte des mécontents. La masse pamphlétaire, par son existence même, fragilise et démobilise les adversaires du prince24. C’est pourquoi les nithardistes qui, dans un premier temps, adressaient en priorité leurs libelles à la reine et aux ministres, pour les convaincre du bien fondé de la présence du confesseur au gouvernement, s’adaptent. Ils modifient leur cible en visant à leur tour un public plus large que celui initialement escompté afin de toucher les attentistes et les alliés du prince25. Ils entendent s’engager pleinement dans la guerre de plumes pour battre le camp opposé sur son terrain et mettre un terme à une joute verbale qui entrave leur action26. Le tarissement de la production des libelles signerait le triomphe des nithardistes dont l’action ne serait plus parasitée par des textes assassins. Consécutivement, plus le public des polémiques est substantiel, plus don Juan se renforce. Dans les guerres de plumes, la mobilisation passe donc par la constitution d’un public et il importe aux rivaux de l’emporter dans l’arène polémique. Les luttes de pouvoir se projettent sur une scène pamphlétaire où tous les coups sont permis, sans risque pour la vie des protagonistes, mais pas sans conséquences sur leur destin politique. On peut parler d’une guerre de l’opinion au sens où deux partis tentent de provoquer l’adhésion de la melior pars à des discours opinant, c’est-à-dire prenant position dans un conflit.

L’implication inattendue d’autres publics dans le conflit : les métamorphoses de la mobilisation

  • 27 Archives Secrètes du Vatican (=ASV), Segretaria Stato, Spagna, no 138, fol. 94ro, lettre du 9 févr (...)
  • 28 BNM, R-38.033, p. 45-46.
  • 29 BL, Eg 327, fol. 102vo.

15La marche sur Madrid rend manifeste l’implication dans le conflit d’un public plus large que celui des élites politiques ainsi que de la diversité des moyens de mobilisation. Le prince quitte Barcelone le 4 février 1669 après avoir annoncé sa décision de gagner la capitale. Son parcours est jalonné d’étapes où il reçoit à chaque fois des marques d’adhésion. À Barcelone même, le nonce rapporte que don Juan est escorté par un cortège de nobles et de gens du peuple qui l’acclament27. L’apparition, en différents lieux, de ce prince qui porte l’espoir d’une régénération, galvanise les populations. Sur son passage, ce ne sont plus que des « excès d’allégresse et acclamations unanimes ; […] et on n’entendait que les cris de “Vive monseigneur don Juan, victoire pour notre restaurateur si soucieux de l’honneur de l’Espagne”28 ». L’étape de Saragosse a valeur exemplaire. Les députés, suivis des jurés, viennent l’accueillir pour lui porter hommage. L’infanterie et la cavalerie lancent « capes et chapeaux en l’air, comme prises de folie, sans se soucier des ruisseaux et des marais et elles le suiv[ent] avec d’incessantes acclamations29 ».

  • 30 Lisón Tolosana, Carmelo, La imágen del rey. Monarquía, realeza y poder ritual en la Casa de los Au (...)

16Don Juan s’approprie ici le type de mobilisation requise autour du souverain lors des entrées royales. En tant que fêtes publiques, ces entrées visaient à provoquer l’adhésion de tous les acteurs sociaux et à mettre en scène leur consensus, grâce à des formes de langage ritualisées déployées au sein d’un espace concret30. Ce processus ne réclame aucune médiation textuelle et ne repose pas sur une logique de conviction entraînant après coup une adhésion. Il agit dans l’instant, selon une dynamique de participation. En cela, la marche prend en considération les capacités différentielles de réception des strates d’un public hétérogène pour inclure les plus humbles, la « plèbe », que les cadres traditionnels de délibération excluent et qui entretiennent un rapport moins immédiat à l’écrit que les élites. Pourtant, don Juan ne donne pas leur voix aux humbles car la dynamique des mouvements de foule qui s’enclenche, structurée par des « meneurs » et des « suiveurs », interdit la nuance. Il demeure que ce procédé constitue un levain qui, s’il permet de montrer la mobilisation des couches populaires et de capitaliser ce réservoir de forces au profit du prince, ouvre la scène politique à un nouvel acteur aux contours et au statut encore indéterminés.

  • 31 Pour comprendre le fonctionnement de ces lieux et leur rôle dans la guerre de plumes, voir : Carta (...)
  • 32 AHN, Estado, libro 1009, fol. 51ro-55ro.
  • 33 BNM, Varios Especiales (=VE) 126-19.

17Mais la marche met d’abord à jour l’imbrication de divers moyens de mobilisation qui explique comment des publics non expressément conviés par la campagne de don Juan ont pu rejoindre un mouvement d’opinion en élaboration perpétuelle. L’intervention des autorités aragonaises, qui ont pris l’initiative d’aller saluer le bâtard à son passage, a ouvert une scène où la capacité de mobilisation du prince a pu se manifester. Les élites politiques locales ont signifié en majorité leur adhésion à la cause juaniste dont elles avaient pris connaissance par les lettres ouvertes, des libelles, des nouvelles de Barcelone et de Madrid ainsi que par le biais de conversation chez des particuliers. Pour les humbles, le processus de mobilisation – ou mieux, de participation – diffère. Pourquoi sont-ils intervenus dans un conflit où seules les élites étaient conviées ? Il y a un phénomène d’entraînement lors de la marche. En outre, des imprimés avaient filtré hors des circuits de diffusions des élites, relayés par la parole et la rumeur ; il est impossible de contrôler la transmission des informations politiques qui se répandent toujours au-delà du cercle des élites. Situés dans des endroits stratégiques de passage, les lieux où s’échangeaient les nouvelles de tout ordre, les libelles et les produits de consommation et où les brassages de population étaient intenses (le mentidero de Saint Philippe et la place du palais de Madrid), ont constitué un maillon essentiel du processus incontrôlé de diffusion des nouvelles de la crise de la régence et des libelles au sein d’un public élargi ainsi plongé dans un bouillon de paroles et d’écrits31. De fait, en sus des lettres ouvertes, des textes juanistes comme Les Trois de la Renommée32 ou le Mémoire de l’Andalousie33, imprimés, qui ont pu faire l’objet de vente et de distribution, condensent des thèmes propres à séduire la plèbe, comme celui des impôts ou du déshonneur de l’Espagne suite à la paix honteuse avec le Portugal. Par ailleurs, en se posant dès le début en défenseur du bien commun, don Juan a développé des arguments susceptibles de plaire à tous les secteurs de la population (le marasme politique, le mépris de Nithard pour les Espagnols et son emprise sur Mariana, etc.). Dès octobre, les moyens de mobilisation orchestrés (rumeur, discussion politique) avaient prouvé leur efficacité à compléter le travail de transmission des textes et avaient intégré les franges populaires dans le mouvement juaniste. C’est pourquoi certaines strates du public, bien que considérées inaptes à participer au politique s’introduisent tôt dans les polémiques.

  • 34 Sur la prise en compte par les acteurs de l’importance du public madrilène voir le Voto que hizo a (...)
  • 35 BL, Eg 354, fol. 236ro-237vo.
  • 36 BL, Eg 327, Papeles tocantes a don Juan José de Austria y Padre Everardo Nithardo.

18Mais le dispositif de circulation des textes et des paroles s’intensifie avec la marche sur Madrid. La quête frénétique de la nouvelle au paroxysme de la crise transforme les habitants de la capitale en public d’un conflit exigeant de tous une prise de position parce que l’action de don Juan peut engendrer une guerre civile et parce que la question des impôts, la corruption des agents, les abus des taxes qui conditionnent l’activité des commerçants sont en jeu. Les Madrilènes touchés par les libelles ne sont plus seulement ceux qui appartiennent aux cercles restreints de diffusion d’une production manuscrite34. Tous s’activent pour acquérir des informations orales ou écrites en fréquentant ces lieux hybrides de parole et d’écriture que sont les mentideros. On imagine l’impact des manifestes imprimés de don Juan en ce mois de février. Outre « l’écho des nouvelles », un récit du départ de Nithard évoque les « rumeurs de la plèbe » qui laissent présager un soulèvement35. La rumeur étant le seul mode d’expression politique concédé à l’anti-public de la plèbe, souvent en prélude à des turbulences, l’auteur signifie que la lutte contre le valido nourrit toutes les conversations, que la guerre de plumes passe plus que jamais par les mots proférés qui diffusent, en l’infléchissant, le contenu des libelles dans un mouvement d’oscillation pendulaire. De fait, de nombreuses correspondances et chroniques de la crise de 1668-1669 témoignent des mouvements de foule en faveur de don Juan en février36.

19L’hétérogénéité des publics ainsi que la variété des moyens de mobilisation rendent l’interprétation des libelles plus complexe. Certes, nous avons identifié un processus de politisation des conflits dans la mesure où, pour constituer un mouvement d’opinion en sa faveur, don Juan avait dénoncé les déséquilibres constitutionnels qu’entraînait la présence d’un valido ainsi que les dysfonctionnements de l’exercice de la justice. Cependant, le contexte polémique qui voit naître la guerre de plumes et la tension entre des intérêts particuliers et des intérêts collectifs convertit le discours en un moyen de lutte. Les pratiques de mobilisation sont donc ambiguës, surtout lorsque les publics impliqués ne bénéficient pas d’une légitimité identique à intervenir dans la sphère politique. Dans ces conditions, la publicité ne se réduit jamais à un vecteur d’idées mais devient une arme de guerre installant l’opacité au cœur d’une prétendue transparence. Quelles leçons en tirer pour analyser le phénomène de politisation entendu cette fois en tant que dynamique d’élargissement de destinataires certes hétérogènes mais conscients des enjeux réels des conflits et des intérêts qu’ils auraient à y participer comme spectateur ou comme acteur ?

Les faux semblants de la mobilisation : opacité de la publicité et opinion simulacre

La publicité au service de la dissimulation : une arme de guerre politique

20Don Juan poursuit des buts précis : être blanchi de l’accusation d’avoir voulu tuer Nithard, éliminer son pire ennemi – le valido – de l’échiquier politique, et obtenir une place au gouvernement. Les élites qui le suivent se battent également pour conserver un rôle politique menacé dans un contexte de redistribution des cartes. Faute de pouvoir avouer ces enjeux personnels, cette coalition de mécontents affiche altruisme et désintéressement. Ainsi, les textes juanistes ont précisément pour fonction de cacher la défense des intérêts particuliers derrière la lutte au nom du bien commun, ce qui justifie la prise de plume et permet d’échapper à l’accusation de désobéissance ouverte. Ils brandissent la figure du conseiller idéal en guerre contre la tyrannie. En somme, la reine étant inflexible, les développements consacrés à l’idéologie du roi-juge au centre d’un système de pouvoirs et de contre-pouvoirs, ou encore les discours exposant les nécessités d’un partage des pouvoirs avec la noblesse sont peu nombreux. Les juanistes s’entendent à mi-mot – et hors de l’espace de publicité – pour défendre leurs intérêts, et préfèrent recourir à l’accusation de tyrannie étayée d’arguments diffamatoires à l’impact plus percutant.

  • 37 Voir par exemple : El desembozado, BL, Eg 327, fol. 122ro-143vo ; Memorial de España dirigido a la (...)
  • 38 Egido, Teófanes, « La sátira, arma de oposición a Olivares », in La España del Conde Duque de Oliv (...)
  • 39 L’expression revient à François Dubost : « Enjeux identitaires et politiques d’une polémique. Fran (...)

21Les libelles réalisent donc un travail de diversion qui offre aux juanistes le gage d’un engagement pour la justice. La conversion de Nithard en ennemi public constitue un des piliers de l’entreprise à travers les figures de l’étranger et de l’hérétique – on déduit des origines allemandes de Nithard qu’il serait luthérien37. Ces thèmes ont marqué l’histoire espagnole et ont prouvé leur efficacité dans les déferlantes pamphlétaires contre d’autres validos38. Cette guerre de plume se trouve à la croisée d’une temporalité courte et d’une temporalité longue, quand les attaques ponctuelles et conjoncturelles se nourrissent d’obsessions et de rancœurs constitutives des invariants d’une identité espagnole conçue comme une « communauté imaginée39 ». L’usage de stéréotypes et de repoussoirs vise à produire un effet d’identification collective dans une opposition à une figure fantasmée de l’ennemi, à la source du soutien à une cause. Dans la même optique, la stratégie du bouc émissaire instrumentalisant divers mécontentements et intéressant de nombreux acteurs à la cause juaniste se révèle efficace. L’argument de la tyrannie permet d’imputer l’ensemble des maux à un Nithard despote. Celui-ci, parce qu’étranger, veillerait avant tout au bien de l’empereur Léopold, aurait détourné des millions en Allemagne et accablerait d’impôts les Espagnols pour assouvir sa cupidité et sa soif de pouvoir. Le même argument exploite aussi le sentiment de décadence qui frappe la monarchie afin de plaider pour l’abandon du valimiento qui prive la reine des moyens de gouverner :

  • 40 Cité dans Maura, Gabriel, Carlos II y su corte, Madrid, 1911, t. I, p. 593.

« Vous avez pris dans vos mains, Votre Majesté, le timon de ce navire avec une telle mollesse que depuis que vous le gouvernez, il n’y a pas de vent qui ne le contrôle, et comme l’action des rois influence universellement tous les sujets, aucun n’accomplit son devoir, la justice a perdu sa force et tous les vices l’ont recouverte40. »

22Par ces jeux de masques, l’instrumentalisation des mécontentements suscite et scelle des alliances en dévoilant le bénéfice qu’auraient certains à rallier le mouvement juaniste et à le faire savoir, ou bien en manifestant publiquement que les intérêts des alliés sont bien inclus dans les revendications émises par le bâtard. Sous couvert de dévoiler les arcana imperii et de se battre pour le bien commun, les libelles ne présentent ainsi qu’une réalité biaisée qui masque aux destinataires les enjeux réels du conflit. Par ailleurs, les publicistes activent de nombreuses autres fonctions : ils donnent la possibilité de justifier une action de dissidence en s’intégrant sans heurts dans l’imaginaire politique des contemporains et de la sorte rendent possible d’échapper à l’accusation de désobéissance ouverte ; ils donnent un sens à un mouvement d’opinion et infléchissent ce sens à volonté ; ils permettent d’influer sur la composition des publics qui participent à la querelle, l’élargissant ou le sélectionnant, selon les rapports de force ; ils agitent un leurre pour faire diversion, paralysent l’adversaire en manifestant une force feinte ou réelle et en introduisant un rapport de corrélation chez les lecteurs des libelles entre les rapports de forces mis en scène ou reflétés dans les guerres de plumes et les rapports de forces sur un théâtre d’opérations militaires. Toutes ces fonctions rendent encore plus opaques les propos tenus de libelle en libelle.

Mobiliser, est-ce argumenter ?

  • 41 Dans cette veine : « Señora, los cauterios duelen », BL, Eg 354, fol. 190ro-206vo.
  • 42 C’est ce qu’un corpus substantiel de libelles affirme. Voir par exemple : Esdrújulos al rey sobre (...)
  • 43 Voir la Carta secreta que un religioso escribio al Señor Inquisidor General firmada por Dionisio T (...)
  • 44 El retraido don Enrique de Castilla da cuenta del verdadero estado en que estan las cosas de don J (...)
  • 45 Voto singular de Antonio de Contreras, AHN, libro 1009, fol. 292ro-294ro ; Carta en que se discurr (...)

23Les stratégies de mobilisation que nous venons d’étudier s’inscrivent en grande part dans le registre de la diffamation et de la médisance où le scripteur avance des idées sans les prouver. Dans notre cas, les publicistes cherchent moins à mobiliser des destinataires par une discussion rationnelle qu’à mouvoir les ressorts de la passion et de l’émotion. Il s’agit d’emporter l’adhésion et de séduire grâce au rire, à la peur, au mépris41. Par ailleurs, rien n’indique que l’argumentaire déployé puisse convaincre/persuader le monde de la cour. Peut-on réellement faire croire aux ministres que Nithard est luthérien et qu’il va introduire des juifs dans le Conseil de l’Inquisition42 ? De même, les textes de dérision ne puisent pas leur efficacité dans l’élaboration d’un discours crédible. Ce constat suggère qu’il faut dissocier radicalement la mobilisation et l’adhésion aux propos tenus par un discours : l’un n’est pas l’effet de l’autre. Alors qu’on pense spontanément que l’adhésion naît de la force d’un argumentaire qui convainc ou persuade, grâce à des logiques qui touchent à la raison ou à l’émotion, force est de constater que ce cas de figure ne recouvre qu’une fraction du spectre que nous avons déployé. Pour les juanistes, la mobilisation ne repose pas principalement sur l’adhésion en la lettre des textes émis. Les libelles ont plutôt pour effet d’entretenir et d’exacerber les rancœurs et la haine qu’une partie des élites nourrit à l’encontre du valido, tout en déchaînant contre eux une vague de mépris43. En même temps, brandir la figure de l’ennemi public sous le prétexte de défendre le bien commun désinhibe les prises de parti des juanistes. Enfin, cette guerre de plumes met en scène un valido conspué, ridicule et faible, sans que la reine réussisse à renverser la tendance44. Cela conforte le sentiment d’impunité des juanistes et, surtout, amorce une course à l’outil ludique au sein d’un jeu diffamatoire où la prise de plume est délectable. Sous les auspices de la défense du bien commun, cette dynamique jubilatoire, tantôt ludique, tantôt grinçante, apparaît essentielle dans la mobilisation des alliés du prince sans qu’il soit nécessaire de recourir au postulat d’une croyance dans le discours pamphlétaire mais sans que l’on puisse non plus évacuer le truchement des textes. Les graves letrados qui soutiennent Nithard sont traînés dans la boue, leur argumentaire ignoré et moqué. Les textes polémiques permettent de s’approprier des paroles de légitimation de l’adversaire tout en donnant la possibilité de les créditer ou de les discréditer. Les juanistes s’acharnent ainsi à déshabiliter chacune des tentatives de légitimation des nithardistes grâce à l’arme pamphlétaire45. Au royaume de l’anonymat et des masques, les justifications autoproclamées – que cautionne la revendication invérifiable d’une posture d’expert – visant à secréter de l’autorité, sont balayées par le rire, les arguments de mauvaise foi et tous les procédés qui ridiculisent les nithardistes en les faisant choir du prétoire. La guerre de plumes implique un glissement d’un jeu rhétorique vers des techniques et des usages mimant la guerre, d’un jeu dialogique à un jeu polémique. La dynamique d’écriture des juanistes et la mobilisation des acteurs puisent donc dans le sentiment jubilatoire de ridiculiser ou d’écraser un adversaire déjà à terre ; la dynamique d’écriture et la mobilisation des nithardistes, elles, puisent dans le rejet violent du scandale que représente la démarche inédite de don Juan, dans la crainte et la rage de perdre leur place prédominante au sein des institutions et dans la peur d’une guerre civile.

Mises en scène des destinataires et opinions-simulacres

24Les textes des guerres de plumes se distinguent donc par leur opacité et par leur faible argumentation : il faut accepter que le processus de mobilisation n’enclenche pas nécessairement une dynamique de politisation. En corollaire, l’ensemble des destinataires que les scripteurs espèrent mobiliser, qui constituent le vrai public de la polémique et dont les libelles sont supposés exprimer l’opinion, apparaît insaisissable dans les textes. À défaut, le chercheur peut étudier comment les scripteurs mettent en scène les destinataires dans le discours. Les publicistes s’approprient un public rêvé censé légitimer leur bon droit à intervenir dans le champ politique tout en attribuant à leurs adversaires un anti-public dégradant, décrédibilisant leur démarche et leurs propos.

  • 46 Papel en que un cortesano afea lo arrojado y temerario de la carta del señor don Juan, BNM, mss 83 (...)

25Le Texte où un courtisan souligne le scandaleux et le téméraire de la lettre de Monseigneur don Juan46 offre un bon observatoire pour examiner comment on met en scène d’un public idéal légitimant. Ce violent libelle agite le leurre d’un scripteur noble s’adressant à un lectorat noble. Exhibées, les valeurs-étendards de l’aristocratie sont posées comme déterminant l’adhésion au discours. La patine visible de « noblesse » du texte l’accrédite auprès des élites parce qu’elle garantit comme lieu de discussion le milieu courtisan – ce qui dissocie le texte de la catégorie intrinsèquement « ignoble » des papeles quand bien même il en prend la forme. Mais au-delà de cet artifice rhétorique, le contenu du texte n’offre aucun obstacle à la compréhension et à l’adhésion pour d’autres catégories de lecteurs/auditeurs. L’argumentation se segmente en différentes étapes dont chacune souligne de façon pédagogique une dimension particulière du « scandale don Juan » tout en activant une gamme d’affects complémentaires allant crescendo (indignation, effroi, colère) dont l’effet objectif est d’inciter à contrer le rebelle par n’importe quel moyen. Pris dans ce tissu interprétatif, la patine du discours d’autorité que nous avons évoquée remplit une autre fonction. Elle en « impose » aux autres strates de la société et les prédispose à la croyance et à l’adhésion aux propos du libelle.

26Le destinataire-simulacre mis en scène dans les textes nous apprend donc peu de chose de la réalité qu’il est supposé traduire. Il ne renvoie ni à un public fictionnel, ni à un public uniquement noble. Certes, les guerres de plumes s’appuient sur ce public désiré et touché dans la mesure où les libelles sont effectivement lus au premier chef par les élites : la prédominance de la circulation manuscrite des textes signale qu’ils étaient diffusés essentiellement dans l’espace curial. Mais les contours des destinataires demeurent difficilement cernables et leur « opinion » bien davantage encore.

27Sur l’autre versant, la mise en scène d’un anti-public stigmatisant quiconque daignerait le solliciter ne fournit pas davantage d’indices sur la réalité à laquelle elle renverrait. Dans les deux premiers mois de la querelle, les nithardistes s’offusquent du public juaniste qualifié de « populaire ». Ils pensent ainsi délégitimer leurs adversaires en soulignant leurs efforts pour s’adresser à un public élargi comprenant les plus humbles. L’utilisation d’un « peuple-monstre » par les amis du confesseur procède d’abord de la rhétorique. Elle tend à faire rejaillir l’infamie de cette lie humaine sur ceux qui – croit-on ou feint-on de croire – daignent la considérer. Alors qu’en réalité don Juan cherche en priorité le soutien des élites et qu’on ne sait pas dans quelle mesure un public populaire existe sous l’effet volontaire ou non des partisans du prince, les nithardistes recourent à ce procédé pour dénoncer la médiocrité de la propagande de l’adversaire. À travers don Juan, c’est la populace qui s’exprimerait. Face à un Nithard porteur de la « voz » – discours raisonné – de l’élite, don Juan se ferait l’écho des « murmuraciones » ou « ruidos » du vulgus.

  • 47 Escaparate de don Babiles. Segunda parte, BNM, mss 7787, fol. 45ro.
  • 48 Sátira, BL, Eg 327, fol. 181ro.
  • 49 Ibid., fol. 181ro.
  • 50 Papel de cierta persona religiosa que se precia mucho de politico y estadista, indiferente y desap (...)
  • 51 Relacion verdadera del festejo y aplauso con que el señor don Juan de Austria fue recibido en la c (...)

28Cependant, la mise en scène d’un anti-public connaît des inflexions au fil de la querelle. Fin décembre 1668, le ton change. Dans le second volet de la satire de Don Babil, l’auteur se scandalise des commentaires critiques sans vergogne que les plus humbles livrent de la crise politique et de leur revendication à vouloir intervenir en politique pour soutenir don Juan. Il convient d’y déchiffrer en filigrane une critique acide du public supposément visé par les alliés du prince47. Un glissement s’opère donc du mépris à la colère. Puis la crainte étend son emprise en même temps que des textes juanistes commencent à poser le « peuple » comme protagoniste dans des écrits qui revêtent la forme de suppliques à la reine et brandissent la menace de la colère d’un peuple assoiffé de justice. On lit dans une Satire48 contre Nithard de janvier 1669 : « Plus de plaintes que la mer d’écume/Forme le cri du peuple/Voyez qu’écouter, il est raisonnable/Parfois les mots et la plume49. » Le « peuple » intervient dans le cadre d’une mise en scène spectaculaire de la force de frappe du parti qui en revendique le soutien afin d’effrayer l’adversaire. Dans la dernière étape du conflit, les juanistes agitent donc le spectre de la guerre civile50. Le prince met donc en scène la force de mobilisation de son parti à travers la figure du peuple. La parution d’un récit du parcours de don Juan, de Barcelone à Madrid, qui rend compte de la liesse d’une foule se massant autour du prince pour soutenir sa cause, accrédite la thèse d’un unanime soutien des Espagnols51. Le bâtard entretient donc la crainte de la menace de la guerre civile tout en se présentant comme un rempart contre elle. Cependant, il en va de même que pour la mise en scène du public idéal : les nombreuses occurrences discursives de cet anti-public ne disent rien de concret de l’existence de cet anti-public, tout en manifestant la croyance partagée en une mobilisation populaire capable de terminer en un soulèvement. Dernier point, bien que l’on possède des gages de l’existence d’un public populaire juaniste, les libelles ne dévoilent pas l’opinion du « peuple ». En somme, les textes polémiques décrivent des destinataires qui font office de leurre sans pour autant renvoyer à une réalité privée de référentiel, bien qu’insaisissable, mais ils brandissent bien des opinions simulacres. L’opacité de la publicité dissocie-t-elle irrémédiablement mobilisation, élargissement des publics et politisation ? C’est ce que nous allons étudier dans le dernier mouvement.

À l’épreuve de l’action, élargissement des publics et « politisation » : du vulgus au populus ?

Le manifeste de Torrejón de Ardoz : les linéaments d’une politisation ?

29À travers l’étude des lettres ouvertes de don Juan et des rapports qu’elles entretiennent avec les libelles nous aimerions réexaminer le rapport du prince avec les diverses composantes de son public. Sans accorder une quelconque transparence à la publicité, les lignes qui suivent s’attacheront à tester la valeur heuristique de la catégorie de politisation, à la lumière d’une logique d’action pragmatique.

30L’examen des groupes sociaux postulés par don Juan dans ses lettres ouvertes révèle un englobement progressif du peuple-plèbe, nullement visé au départ, au sein de ses destinataires. Si l’on analyse la façon dont le prince se dépeint dans ses lettres-manifestes, on perçoit ce mouvement d’élargissement des publics d’abord en tant qu’ils sont représentés par un don Juan qui affirme défendre leurs intérêts, deuxièmement en tant que destinataires effectifs des textes émis par le prince. Nous étudierons successivement ces deux mouvements afin d’invalider ou non la notion de politisation.

31Au fil de la guerre de plumes, don Juan ne se contente plus de se dire soutenu par les Conseils, voire de se présenter comme le seul porte-parole des élites institutionnelles et de la noblesse. Il se pose en porte-parole de l’Espagne. La Première lettre écrite par monseigneur Don Juan à Madame la Reine, de Junquera, le 22 février 1669, où il annonce son arrivée aux environs de Madrid pour faciliter les négociations, est significative à cet égard :

  • 52 BNM, mss 8350, fol. 7ro.

« Si jusqu’à présent la souffrance et la douleur de toute l’Espagne vous a adressé cette supplique à travers ma seule voix, elle parle indubitablement désormais à travers celle du Conseil d’Aragon, celle de nombreux et très zélés ministres du Conseil de Castille (sans que les autres ne s’écartent de leur opinion), celle du Conseil d’État nemine discrepante ; la clameur de tous, la conservation et l’honneur de la Monarchie sollicitent et conjurent aussi Votre Majesté52. »

  • 53 BNM mss 18.208, fol. 87ro-88ro.
  • 54 Ibid., fol. 87ro.

32Le prince affirme que les institutions, les élites politiques du royaume, soucieuses du bien commun seules aptes à émettre un avis politique, et lui-même, émettent la même remontrance. Mais il se pose à côté des Conseils comme une entité aussi valide pour transmettre à la reine « la souffrance et la douleur de toute l’Espagne ». Suivant cette pente, une évolution remarquable se produit dans la Seconde lettre de don Juan de Austria à la reine, écrite à Junquera le 22 février 166953. L’entreprise de don Juan se justifie « parce que convergent en [lui] toutes les raisons séparées qui peuvent avoir incité les trois corps à exprimer leur point de vue dans cette affaire, parce qu’[il est] un fils de Madrid, un noble et un soldat54 ». Outre les institutions du royaume qu’il représenterait, don Juan affirme être le point de convergence de trois corps qu’il incarne – la ville de Madrid, la noblesse et les soldats. La dimension sacrificielle que revêt la remontrance du plus loyal des sujets signifie qu’il « imbrique » en lui ces trois corps et qu’il incarne par synecdoque en les faisant parler à travers lui. Les élites politiques et la noblesse mais aussi donc les Madrilènes toute classe sociale confondue et les soldats.

  • 55 Ibid., fol. 91vo.
  • 56 Ibid., fol. 92ro.

33Le glissement vers les couches populaires et vers d’autres catégories sociales qui ont prouvé leur capacité d’action en s’agrégeant au mouvement s’accentue dans le manifeste de Torrejón de Ardoz du 1er mars 1668. Ce texte offre un programme réformateur, avec son cortège de rhétorique et de démagogie, pour satisfaire tous les secteurs de la population qui y avaient aidé. Il effectue une instrumentalisation chorale des mécontentements en prenant la parole sans plus s’abriter derrière la caution des Conseils. Don Juan en son nom propre défend les intérêts de diverses entités, dont la somme constitue le corps politique et social de l’Espagne et avec qui il entretient un rapport direct. Ce manifeste adopte une tonalité plus populiste. Don Juan s’adresse aux peuples espagnols qui souffrent avec le pathos requis. Il évoque « l’affliction et la peine des peuples de Castille » et affirme avoir « touché [cette peine] des mains lors de [s] es pérégrinations », faisant allusion à la marche sur Madrid. Le prince condamne l’excès des impôts dont le poids ôte leur force aux sujets au point qu’ils ne peuvent même plus gémir. Il s’offusque de l’écart de condition entre riches et pauvres : « Voir que certains regorgent de biens alors que d’autres pleurent55. » Il déplore que les intermédiaires qui récoltent les contributions privent les peuples du prix de leur sueur. Pour remédier à la situation, il prône l’allègement des impôts et une meilleure distribution des charges. Selon lui, ce n’est pas en multipliant les contributions que les rois s’enrichissent, d’autant que la situation de paix ne justifie pas une pression fiscale forte. Enfin, la proposition de constituer une Junta de Alivios implique le prolongement et la prise en considération institutionnalisée des débats publics pour « le bien des pauvres et pour la solide conservation de cette monarchie56 ». Dans le manifeste de Torrejón, don Juan prend donc en compte les intérêts des humbles pour s’en faire le porte-parole. Cette tirade sur la misère des peuples tranche avec la tonalité des discours précédents. Don Juan s’exprime en misant sur le pathos afin de signifier qu’il a entendu et touché du doigt une souffrance réelle. Non content de s’en faire l’écho, il propose un projet pour l’apaiser.

  • 57 Le pechero est un individu soumis à l’impôt du pecho. Par extension, il désigne tous ceux qui ne f (...)

34Faut-il en déduire que don Juan s’adresse non seulement à la reine et aux élites politiques mais aussi à la plèbe, hors de toute mise en scène discursive ? En effet, il livre une défense du pechero démuni soulignant la nécessité d’une plus juste répartition des contributions et condamnant les intermédiaires chargés de récolter les impôts – proposition susceptible de déplaire à certains de ses alliés de la grandeza57. Il ne s’agit pas d’un discours tératologique où l’évocation de la plèbe introduirait la menace d’un soulèvement sans devenir destinataire du manifeste. L’usage marqué du pathos dans ce manifeste, qui n’a pas pour fonction d’avertir et de toucher les élites politiques qui connaissent la gravité du marasme, et le souci de rédiger des propositions concrètes suggèrent que cet argumentaire ne tient pas que d’une rhétorique creuse privée de référentiel.

  • 58 Relación verdadera del regocijo y aplauso con que el señor don Juan de Austria fue recibido en la (...)
  • 59 Amador de la Paz, Voto de la Verdad que participa al orbe el clarín de la fama, Zaragoza, 1669, RA (...)

35Pour compléter cette hypothèse, il faut prouver que ce message puisse parvenir aux « Espagnols opprimés ». Car c’est à ce seul prix que les sujets accablés auront la certitude qu’ils ont un champion qui les défend. C’est à ce prix que le prince pourra s’attacher le peuple, convié en tant que spectateur mais convié tout de même. C’est à ce prix que don Juan pourra consolider son parti et exploiter la ressource que représente le soutien de la plèbe. C’est à ce prix enfin que l’on peut comprendre que don Juan risque de malmener la cohérence de son parti en provoquant la réticence de ses alliés nobles. Or les lettres du 22 février et le manifeste de Torrejón paraissent imprimés et sont diffusés à large échelle. Par ailleurs, ces écrits trouvent deux relais imprimés, un en amont et un en aval : le récit des Vraies réjouissances et des applaudissements qui reçurent monseigneur don Juan dans la ville de Saragosse58 et le discours de l’Amant de la Paix, qui débat de la question des impôts et qui affirme qu’il vaut mieux porter préjudice aux prêteurs du roi qu’aux sujets démunis59. On recense ainsi quatre textes publiés entre le 5 février et le début du mois de mars 1669 où don Juan est directement mis en scène en protecteur des humbles qui subissent la crise et les dévoiements de certaines pratiques politiques. On peut donc affirmer que pour don Juan, la plèbe devient destinataire de certains textes politiques. En somme, après avoir obtenu l’exil du valido, il exploite, en les canalisant, le mécontentement et le désarroi de la population en scellant le lien qui l’unit aux sujets opprimés par la publication d’un manifeste imprimé.

La constitution pragmatique d’un public populaire : tribunal de l’opinion ou jeu de dupes ?

36Or la constitution d’un public populaire, si elle est une réalité et non un leurre, s’ancre dans un rapport de forces particulier et se rapporte à des enjeux pragmatiques. L’implication réelle dans le conflit de nouveaux destinataires érige-t-elle un « tribunal de l’opinion » ou est-elle un jeu de dupes ?

37Le discours de Torrejón remplit un rôle en partie tactique. Par ce manifeste, le prince exerce une pression sur Mariana afin d’obtenir un poste au gouvernement. On en veut pour preuve le double mouvement qui anime ce texte : une charge contre Aytona et Valladares dont il réclame le renvoi, un éloge de don Juan présenté comme le seul capable de résorber la crise. En offrant des solutions pour soulager les sujets, don Juan donne des gages de sa bonne foi et rend monstrueuse son éviction. Cependant, il semble difficile d’apaiser les préventions d’une reine inflexible qui a exilé Nithard malgré elle. De surcroît, les conseillers qui s’accordaient avec don Juan pour renvoyer le jésuite sont des alliés de circonstance. Une fois Nithard éliminé, il n’est pas sûr qu’ils s’offusquent qu’on écarte don Juan. Le prince ne peut donc se prévaloir de l’appui – et de la légitimité – des institutions pour cette nouvelle remontrance : le renvoi d’Aytona et de Valladares et l’application de son programme de réformes qui supposent sa présence au gouvernement.

38Cette analyse infirme toute lecture de ce manifeste qui le cantonnerait à une mise en scène par don Juan de son souci du bien commun assortie de la preuve qu’il est l’homme de la situation devant un public constitué par des élites politiques solidaires de sa cause et par la reine, piégée par le dispositif et contrainte de satisfaire le bâtard pour ne pas heurter les ministres. Le prince doit s’imposer autrement : l’ouverture en direction du public des humbles et le mécontentement que son renvoi pourrait provoquer chez cette catégorie de la population. En effet, si la défense des intérêts de la plèbe par don Juan devient publique, il devient difficile à Mariana de rejeter le manifeste car elle pourrait provoquer la colère d’un peuple prêt à se soulever.

  • 60 Fernando Sánchez Marcos, Cataluña y el gobierno central tras la guerra de los segadores (1652-1679 (...)
  • 61 Les thèses dites néoforalistes qui affirment que l’arrivée au pouvoir de don Juan signerait la rev (...)
  • 62 BNM, mss 6384, fol. 117vo. BNM, mss 8360.

39Une telle stratégie d’élargissement des publics des guerres de plumes naît d’un contexte précis, celui de la parution des lettres ouvertes de février 1669. C’est pourquoi nous émettons l’hypothèse que la marche sur Madrid explique en partie ce changement. Quand don Juan quitte Barcelone pour Madrid, c’est uniquement en apparence pour obéir aux ordres de la reine et chercher un terrain d’entente. C’est plus tard, arrivé en Castille, qu’il demande la destitution de Nithard et se « prononce » contre le gouvernement allant jusqu’à formuler un ultimatum à Torrejón de Ardoz, le 23 février 1669. Selon Fernando Sánchez-Marcos qui examine la place de la Catalogne dans le soutien apporté à don Juan en 1668-1669, s’il va plus loin c’est parce qu’il se sent soutenu par l’enthousiasme populaire60. L’historien avait démontré que, même si le Principat avait donné asile au prince, ce dernier n’avait pas tiré toute sa force de la « périphérie61 ». La prise de conscience, lors de la marche, de l’importance de cette catégorie de partisans explique l’apparition, dans la sphère discursive, de ce public populaire qui surgit non plus en épouvantail, mais inclus dans les destinataires. Pour le dire autrement, la réception postulée par don Juan et ses hommes se transforme face au constat de son inadéquation avec la réception réelle. Il apparaît symptomatique que le discours de don Juan calque celui qu’on attribue à la plèbe dans cette guerre de plumes. Un récit de la sortie de Nithard affirme que les Madrilènes s’étaient mobilisés à la nouvelle du départ du confesseur pour l’accabler de jurons parce que selon eux, le jésuite empêchait don Juan de régénérer la monarchie62.

  • 63 Papeles varios, RAH, 9/7163, no 50.
  • 64 Pedro Luis Lorenzo Cadarso, Conflictos populares en Castilla : siglos XVI-XVII, Madrid, Siglo XXI, (...)
  • 65 José Calvo Poyato, Juan José de Austria. Historia de un bastardo regio, Barcelone, 2001, p. 211.

40Force est de constater que l’anti-public de la plèbe est promu destinataire de la guerre de plumes. Ce nouveau public accède-t-il à une quelconque compréhension des enjeux du combat opposant don Juan à Nithard ? Peut-on parler de politisation au sens où ce public (ré) agirait en connaissance de cause et de façon à laisser aux élites un message clair et recevable ? Certains éléments inclinent dans ce sens. Les mouvements de foule surgissant dans le sillage de la marche sur Madrid, oscillant entre structuration ordonnée et dynamique des masses et profond désordre, recèlent une violence symbolique qui traduit une prise de parti et pas seulement le déferlement anarchique d’une puissance dévastatrice. On distingue des meneurs comme les étudiants, et l’on reconnaît en actes certains procédés propres aux conflits populaires qui ont scandé l’histoire espagnole. Ainsi, en fin de journée, les étudiants et les habitants de Saragosse se rendent au couvent des jésuites avec un mannequin de paille à l’effigie de Nithard et forcent le recteur à assister à un « auto da fe » public63. La crémation des maisons et l’atteinte à l’intégrité physique des adversaires appartiennent à l’arsenal des comportements codifiés qu’a répertoriés Pedro Luis Lorenzo Cadarso et qui recouvrent à la fois une fonction de menace et une fonction de régulation de la violence effective faisant office de soupape et ouvrant la voie à la discussion64. Par ailleurs, en dehors des moments de convulsion proprement dite la mobilisation se poursuit sur un mode pacifié mais vindicatif. En février, les habitants de la commune de Torrejón de Ardoz, où réside don Juan, se rassemblent quotidiennement pour voir leur champion et se plaindre du mauvais gouvernement afin de faire aboutir leurs revendications65. Ce passage à la négociation corrobore la lecture politique des mouvements de foule qui entourent don Juan et son escorte.

41Faut-il pour autant assimiler ce public populaire à un tribunal de l’opinion ? Certes, l’image du peuple souffrant remplace celle du monstre dévastateur. Il reste que la plèbe n’est sollicitée que pour menacer d’un soulèvement ; elle n’a de place qu’au sein d’un jeu de pression avec d’autres publics considérés comme seuls légitimes. L’appellation de tribunal de l’opinion cadre donc mal avec le signifié. Allons plus loin : convient-il de déduire de l’idée d’une mobilisation d’un public populaire, directement par le manifeste de Torrejón de Ardoz et par la marche sur Madrid, qu’il existe quelque chose comme un public populaire ? Pour l’affirmer, il faudrait prouver que ce public renvoie à une réalité permanente et non à une réalité à éclipse. Autrement dit, qu’il ne s’agisse pas de la simple réponse ponctuelle et opportuniste à une sollicitation circonscrite dans le temps. Examinons précisément ce qu’il en est.

  • 66 El Escarapate de don Babiles, BNM, mss 12.053, fol. 207vo-216vo.
  • 67 Pasquin. Pintado el Teatino a vassallo en una borrica, la reina a pie siguiéndole y traiendo a nue (...)
  • 68 Sermón de ceniza, predícole el desengaño en nuestra Señora del Buen Consejo, BNM, mss 5588, fol. 2 (...)
  • 69 Sobre el gobierno con títulos de comedia, BL, Eg 327, fol. 102ro-102vo.
  • 70 El juego del hombre entre la reina, don Juan de Austria y el padre confessor, BNM, mss 3661, fol. (...)

42La diffusion des libelles et des paroles éclaire en amont le succès imprévu de la marche sur Madrid et en retour cet événement a eu des conséquences sur les libelles. Les inflexions de la circulation de la nouvelle et des textes relatifs à la marche sur Madrid qui capture le public madrilène inquiet du risque d’une guerre civile expliqueraient que les juanistes misent désormais sur l’écrit – en sus de la rumeur – pour atteindre un public populaire dorénavant en quête de libelles et de bruits traduisant le contenu des textes polémiques. Mais comment évaluer l’efficacité et le rôle respectifs des moyens de mobilisation discursifs et non discursifs dans les processus d’adhésion du public populaire à la cause juaniste ? Par ailleurs, si don Juan élargit son public dans ses lettres ouvertes, on ne peut montrer que les libellistes aient dans leur majorité voulu inclure la plèbe dans leurs destinataires. Un passage massif du manuscrit à l’imprimé aurait témoigné en ce sens. Cependant, les archives ne laissent pas discerner un tel mouvement. Nous nous bornons à constater qu’à partir de janvier les lettres ouvertes et les libelles connaissent des modifications que nous expliquons par une contextualisation précise. Ainsi, le discours évolue avec l’apparition du thème des impôts et de la misère des Espagnols66, les modalités d’expression dénotent une proximité plus forte avec l’oral, les modalités de transmission des textes permettent de toucher un nombre important d’individus sans trier le lectorat (pasquins67), et l’univers culturel le plus souvent convoqué est commun à toute la société (la Bible68, les comedias69, la métaphore du jeu de l’hombre70). Une rencontre a lieu, transformant la plèbe, d’arme tératologique, en destinataire des libelles. Mais rien ne dit que ces écrits soient réellement parvenus à canaliser ce public dont la mobilisation demeure incompréhensible sans les autres vecteurs de communication que sont la parole, la rumeur et la marche sur Madrid. Une chose est sûre : les libelles de 1669 se prêtent bien à la discussion au sein des mentideros et créent des interférences entre les différents moyens de communication politique.

Le statut problématique de l’opinion : qu’est ce qu’un public politique légitime ?

43Cette « invention », au sens latin, d’un public par le prince tient donc à des impératifs pragmatiques. Don Juan et ses alliés, dépassés par le succès, prennent acte de l’existence d’une cohorte de partisans issus des couches populaires qui, s’ils n’avaient pas été délibérément exclus des libelles, n’avaient pas été directement sollicités par eux. En corollaire, nous avons vu que la réalité d’un public populaire brassant plus large que les élites semble fragile.

44Le statut problématique de l’opinion en politique explique l’ambiguïté de la situation. Une analyse lexicographique de la façon dont les scripteurs parlent du « peuple » à la fin de la guerre de plumes confirme cette hypothèse et souligne les rapports sinueux et conflictuels entre la théorie et la pratique. Au-delà du statut problématique de « l’opinion » dont le terme n’apparaît pas sous la plume des contemporains, cette analyse jettera une lumière sur ce qu’est un public politique légitime dans l’Espagne du XVIIe siècle.

  • 71 Voir le Memorial que dio a la Reyna un vassallo de mucho celo y obligación, RAH, 9/3590, fol. 25ro(...)
  • 72 El Escaparate de don Babiles. Segunda parte, BNM, mss 7782, fol. 121ro-126ro.
  • 73 Carta de don Antonio de Guevara, obispo de Mondoñedo, para el Señor don Juan de Austria, in Gabrie (...)

45Deux visions antithétiques (une juaniste, une nithardiste) se confrontent. Pour les partisans du confesseur, le peuple est l’anti-public politique. Par « peuple » [ pueblo], ils entendent, « populace » ou « plèbe » comme le révèlent les oscillations permanentes d’un terme à l’autre qui les désignent comme synonymes71. Selon ces auteurs, deux caractéristiques interdisent de voir dans le peuple un interlocuteur digne d’intervenir dans les affaires de la monarchie : sa crédulité et son impudence72. La versatilité constitue un autre défaut rédhibitoire qui discrédite le peuple. Inconstant, on ne saurait le gratifier d’une quelconque confiance, comme le rappelle un nithardiste à don Juan, afin de signifier au bâtard que sa stratégie d’enrôler la plèbe échouera73. Par cet avertissement, le scripteur expulse la plèbe du champ politique puisque, alliée ou ennemie, elle demeure incontrôlable, seulement capable de destruction. C’est ce que confirment les dangers inhérents à la tentative d’en faire un interlocuteur. La supposée bêtise de la plèbe imposerait à l’auteur de recourir à des arguments grossiers qui caricatureraient les débats. Crédulité, impudence, inconstance, déraison, violence, toutes ces tares assimilent sans équivoque le peuple-plèbe à un « anti-public ».

46À l’inverse, sans jamais parler de « plèbe » ou de « vulgaire », les juanistes emploient indifféremment les notions de « peuple », de « sujets » et d’« Espagnols ». Peuple s’entend au sens de populus, comme l’ensemble des fidèles sujets, totalité organique aspirant ontologiquement au bien.

  • 74 Los Dos genios, RAH, 9/3630, no 19, fol. 87ro-94ro.

47Cependant, le terme désigne parfois les classes des humbles sans jamais que la distinction soit clairement établie. Dans ce dernier cas, la plèbe apparaît sous les traits du « peuple opprimé » qui subit la tyrannie du valido ou le joug des impôts, mais demeure loyal à son roi. Parfois, la plèbe semble même pourvue de bon sens et d’une capacité innée à discerner le bien du mal74. Cette conception se démarque donc de la figure de la plèbe étrangère à la raison.

  • 75 Juan Baños de Velasco, Lucio Anneo Seneca ilustrado en blasones politicos y morales, Madrid, 1671, (...)

48Pourtant, ces assertions n’échappent pas à un pragmatisme cynique. Elles visent avant tout à légitimer le public hétérogène des juanistes pour ériger le prince en porte-parole des Espagnols. En réalité, de nombreux partisans du prince jugent le peuple aussi durement que les nithardistes. Il suffit d’écouter Baños de Velasco : la plèbe se caractériserait par « son jugement […] fluctuant à chaque pas entre les erreurs, [sa] bouche est une mer de mensonges, [ses] appétits sont infâmes, [ses] approbations sont imparfaites75 ».

49Finalement, le peuple, omniprésent mais insaisissable, représente, pour l’ensemble des acteurs, non pas tant une entité avec des caractéristiques immuables mais plutôt un enjeu. Indépendamment de la légitimité qu’on lui accorde, sa mobilisation et la mise en scène de son soutien permettent de l’emporter sur l’adversaire. En cela, il constitue un réservoir de force décisif entre les mains de la dissidence. Il va de soi que le prince ne pouvait expliciter sa démarche sous peine de la priver de son efficience. En revanche, certains nithardistes s’y sont essayés. L’auteur de la Lettre où l’on discute nouvellement des affaires présentes apparaît conscient des modalités d’action que permet la mobilisation des couches populaires :

  • 76 BNM, mss 8347, fol. 112ro.

« Sur le Mont Licée, qui se trouve en Arcadie, il y avait une source miraculeuse, nommée Agno, et si on agitait doucement ses eaux avec une branche de chêne, elle se recouvrait sur le champ d’une épaisse brume qui, en se congelant et en se condensant en nuage, faisant immédiatement pleuvoir. Le royaume, composé de ses villes et de ses villages, est une source fort justement appelée Agno ; car Agnus signifie agneau, et les agneaux se dirigent au son de la voix : la source se compose d’eaux miraculeuses, qui sont les Grands, les Titrés, les ministres, les cavaliers et les Hidalgos : le peuple est le chêne ; vous savez, Monsieur, que c’est là le symbole des hommes rustres, âpres et durs comme sont ceux de la Plèbe : ils se meuvent par les bruits qui les persuadent, et d’autres discours similaires causent un tel effet qu’en formant des nuages ils peuvent non seulement faire pleuvoir mais mettre à bas des royaumes entraînant la ruine du Monde76. »

  • 77 José Calvo Poyato, Juan José de Austria. Historia de un bastardo regio, Barcelone, 2001, p. 211.

50Lors de la crise de 1668-1669, l’implication inattendue d’un public non convié à la campagne épistolaire et pamphlétaire orchestrée par don Juan a déclenché une tension complexe entre une dynamique de mobilisation et un processus de politisation. À un premier niveau, ce processus résulte du travail de désingularisation de la cause du bâtard royal qui greffe, sur la rivalité qui l’oppose à la régente et à Nithard, des enjeux institutionnels et une réflexion sur la répartition des pouvoirs. En outre, la campagne épistolaire de don Juan implique dans sa lutte certaines institutions en déclin ou habituellement non sollicitées pour ce type de problème et donne aux élites de toute la péninsule l’occasion de se positionner dans des luttes au départ strictement curiales. Cependant, dans ce processus, la partie idéologique bien que présente, demeure congrue, la calomnie ou les discours guerriers et simplificateurs apparaissant plus efficaces. À un second niveau, la politisation vient de la prise de conscience, par les publicistes en lutte pour le pouvoir, de l’arme que constitue un public dépassant les élites. Ce qui n’implique pas que ce dernier gagne une quelconque légitimité aux yeux des orchestrateurs des campagnes. Cependant, si la prise en compte de ce public élargi demeure contingente, l’évolution des rapports de forces pousse don Juan à dépasser la simple instrumentalisation du public/ vulgus en le mettant en scène sur un mode tératologique, pour prendre en compte ses intérêts, trouver des remèdes à ses maux et le lui faire savoir, quitte à s’attirer la méfiance d’une fraction de ses alliés nobles. C’est ce qu’illustre le manifeste de Torrejón de Ardoz qui marque le passage d’une mobilisation par la persuasion et le jeu irrationnel des passions à une mobilisation par l’adhésion à un discours. On pourra bien sûr objecter que les propositions de don Juan sont démagogiques. Là n’est pas l’objet. Seul importe que, même dans le cas des guerres de plumes où un engrenage polémique se met en branle au service d’une négociation entre puissants, plus le vivier des destinataires s’agrandit, moins les propositions et les valeurs défendues sonnent creux parce que le public mobilisé les investit de sens et que le soutien de ce dernier devient indispensable à la réussite partisane. Le projet d’une Junta de alivios que don Juan appelle de ses vœux dans le manifeste de Torrejón le corrobore. Il s’agit de trouver un moyen de répartir les impôts de façon plus juste en priant les Espagnols de toutes les conditions – le texte insiste sur ce point – de rédiger des mémoires prescrivant des remèdes à la monarchie moribonde que la Junte examinera. Par ailleurs, au-delà de l’entreprise de manipulation et de faux semblants des libelles qui agitent des opinionssimulacres, émettent des discours biaisés faiblement idéologiques qui visent le soutien du seul public légitime, certains acteurs se révèlent aptes à procéder à une lecture politique des affrontements. En témoignent les habitants de la commune de Torrejón de Ardoz, où réside don Juan en février-mars 1669, qui se rassemblent tous les jours pour voir leur champion, se plaindre du mauvais gouvernement afin de faire aboutir leur revendication77. Par ailleurs, bien que les libelles se distinguent par une faible teneur idéologique, celle-ci existe pourtant, et leur dimension caustique même renforce le goût pour la nouvelle de la chose publique auprès d’un large public. Enfin, une gazette imprimée à la fin de 1669 et diffusée dans toute la péninsule reprend l’ensemble de la guerre de plumes en retranscrivant la totalité des lettres ouvertes de don Juan, des consultes du gouvernement et quelques satires. Au-delà de l’orientation juaniste du propos, certains vrais débats sont ainsi accessibles au plus grand nombre ainsi que des textes émanant des conseils jusqu’alors non voués à la publicité.

  • 78 Sur ce point, je me permets de renvoyer à : Héloïse Hermant, « Pétitions, consultes, guerres de pl (...)
  • 79 Le courant messianique qui entoure don Juan présenté parfois sous les traits du Christ-pélican tro (...)
  • 80 En 1670, Sebastián de Uceda définit le public en ce sens dans une œuvre dédiée au duc d’Osuna : «  (...)
  • 81 La convulsion de 1668-1669 apparaît parfois dans les textes comme une crise de la communication en (...)

51Ces tensions entre théorie et pratique signalent que, même dans le cadre très codifié d’accès à la publicité de la monarchie espagnole du XVIIe siècle, des glissements surviennent et travaillent à la construction du politique. Nous avions indiqué que la monarchie de Charles II se caractérisait par un régime de l’incarnation et non de la représentation, ce qui expliquait que l’opinion ne pouvait être le résultat d’une pensée abstraite parce qu’elle était produite par un expert reconnu légitime à émettre un avis sous la forme du conseil voire de la supplique. Don Juan ne déroge pas à la règle en revêtant les traits du meilleur valido suppliant la reine d’abattre la tyrannie. Ce monopole des élites empêche la mise en place au cœur des institutions de canaux à travers lesquels d’autres acteurs pourraient se manifester78. Ainsi le vulgus ne parle jamais, mais on parle pour lui parce qu’on l’incarne. La marche sur Madrid transforme de fait don Juan en champion des humbles qui réarticule symboliquement le corps sociopolitique autour de sa personne. La conjugaison de la marche, de la campagne épistolaire et des vagues de libelles anonymes transforme le prince en porte-parole des élites et du vulgus. On pourrait dire que la totalité du corps sociopolitique « parlant » à travers les lettres de don Juan constitue, au sein d’un régime de l’incarnation, l’équivalent de « l’opinion publique », entendu comme un tribunal susceptible de légitimer, au sein d’un régime de la représentation79. C’est là, à notre sens, que le croisement entre l’approche sociologique et l’examen discursif de la notion de public apparaît le plus fécond. Don Juan amalgame le public des guerres de plumes qu’il a constitué, au populus, ce qui lui permet de se passer si besoin du pouvoir légitimant des élites. En mars 1669, précisément quand les grands se désolidarisent de la cause du bâtard royal, le destinataire mis en scène par le prince n’est plus le noble offusqué ni l’expert raisonnable mais le peuple. Le prince convoque ainsi autour du manifeste de Torrejón les élites et le vulgus qu’il dresse l’un contre l’autre dans le cadre d’une surenchère tératologique. Le manifeste s’adresse d’abord aux élites appelées à valider les revendications émises et donc invitées à devenir actrices de la négociation engagée. Mais le texte vise également le vulgus dont les intérêts sont ici défendus et que don Juan place en posture de spectateur-juge de la négociation entre le bâtard royal et le public courtisan, lui-même conscient de l’existence de ce second cercle de destinataires. Une telle manœuvre se révèle bien adaptée à une dissidence qui s’appuie ainsi sur un référent sans consistance institutionnelle, le public, qui renvoie tantôt aux élites seules, tantôt aux élites et au vulgus, ou tantôt au vulgus seul mais cette fois sans l’avouer vraiment. Une telle démarche se garde bien de proposer un bouleversement du système politique. Il n’empêche. Don Juan réactualise le pacte originel entre les sujets et le roi dont il usurpe implicitement le rôle, en théâtralisant la dimension « publique » que devrait avoir la politique du souverain. En aucun cas cette séquence ne doit être vue comme le catalyseur d’un débat public dans la monarchie. Pour don Juan, la publicisation est une « machine à fabriquer – simuler – du consensus ». Le public n’a rien d’une instance critique80. Cependant, bien que la démarche tienne du leurre opportuniste, il n’est pas anodin que dans le sillage de cette crise certains penseurs vantent l’utilité de la satire qui avertit le souverain des maux de son royaume et permet de prévenir les drames81. En outre, avec don Juan, le vulgus cesse d’être le peuple-monstre porteur d’un savoir infra-politique. C’est un animal politique qui participe au logos à travers la voix d’un prince susceptible de l’incarner et de déchiffrer son langage en entretenant avec lui des rapports d’amour et de crainte. La marche sur Madrid en est le symbole puisque la foule désordonnée s’aimante autour d’un don Juan à cheval qui la guide et l’apaise. Cette guerre de plumes sanctionne donc l’existence d’un nouvel acteur au statut indéterminé, qui détient une certaine sagesse politique et avec lequel il faudra à l’avenir davantage composer. Néanmoins, il faut souligner que le public permet de reléguer la question de l’opinion : le peuple n’émet que des murmuraciones qui ne deviennent intelligibles et sensées qu’une fois déchiffrées et transcrites par un « grand ». Pour résumer, on pourrait dire que toute tentative de mobilisation a des effets en termes de politisation mais que l’efficacité de la mobilisation ne repose qu’en partie sur la politisation au sens d’une meilleure conscience idéologique des débats. Enfin, cet affrontement laisse entrevoir une autonomisation du politique. Dans le processus de mobilisation, le triomphe d’un régime de persuasion, apanage des juanistes, sur celui d’autorité, propre aux nithardistes, porte un rude coup au monopole du discours letrado sur le pouvoir. En effet, ce type de discours, qui emprunte son argumentation et ses formes de raisonnement au droit (canon et civil) et à la théologie, se trouve distancié par d’autres formes de discours certes protéiformes quant au registre, au genre et au ton, mais qui ne s’appuient sur aucune discipline ni aucun savoir exogènes supposés garantir leur légitimité et leur poids politique.

Notes

1 Luc Boltanski, L’Amour et la justice comme compétences, Paris, Métailié, 1990 ; Luc Boltanski, Élisabeth Claverie, Nicolas Offenstadt, Stéphane Van Damme, dirs., Affaires, scandales et grandes causes. De Socrate à Pinochet, Paris, Stock, 2007.

2 Jean-Frédéric Schaub, « L’histoire politique sans l’État : mutations et reformulations », in Historia a debate, Saint-Jacques de Compostelle, Carlos Barros, éd., 1995, p. 217-234.

3 José Antonio Maravall, La Sociedad del Barroco. Análisis de una estrúctura histórica, Barcelone, Ariel, 1980. Adolfo Carrasco Martínez, « Los Grandes, el poder y la cultura política de la nobleza en el reinado de Carlos II », Studia Historica moderna, Salamanca, no 20, 1999, p. 77-136.

4 L’opinion commune n’est donc ni l’opinion du commun, ni la somme de prises de position individuelles. Elle ne renvoie pas non plus à une faculté cognitive universelle. L’opinion est le fruit d’une faculté de discernement désintéressée due à l’appartenance à une élite naturellement vertueuse, enrichie par l’expérience. Délivrer des conseils – une opinion – est une dignité et non une fonction. La figure du letrado introduit dans la définition du bon conseil la question du savoir et a alimenté une polémique entre les « lettres et les armes ». Sur ce point voir : Schaub, Jean-Frédéric, « Identification du jurisconsulte. Composition et conflits d’autorités dans les sociétés ibériques au XVIIe siècle », in Juan Carlos Caravaglia et Jean-Frédéric Schaub, (dir.), Lois, justice, coutume. Amériques et Europe latines (16e-19esiècle ), Éditions de l’EHESS, 2005, p. 29-55.

5 Sur ce point, les apports de Roger Chartier ont été considérables. Voir, entre autres, Roger Chartier, Culture écrite et société. L’ordre des livres (XIVe -XVIIIesiècle ), Paris, Le Seuil, 2005.

6 Sandro Landi a livré une étude sociale du concept d’opinion publique prise comme catégorie du discours politique en Toscane : Sandro Landi, Naissance de l’opinion publique dans l’Italie moderne, Rennes, PUR, 2006.

7 Sur la centralité de la communication sous toutes ses formes dans la sphère politique, voir : Filippo de Vivo, Information and communication in Venice. Rethinking Early Modern Politics, Oxford, Oxford University Press, 2007. Le cas sur lequel nous insistons ici renvoie à ce que l’auteur appelle des « communicative transactions ».

8 Dépité de n’avoir pas été retenu, Medina de las Torres rédige un texte virulent contre la Junte de gouvernernent : Discurso jurídico, histórico, político sobre que la Reyna no tiene obligacion de conservar la Junta de Gobierno, Biblioteca Nacional de Madrid (=BNM), mss 8344, fol. 112ro-132vo.

9 BNM, mss 8344, fol. 235ro.

10 Testamento de Philippe IV, Antonio Dominguez Ortiz, éd., Madrid, 1982.

11 Un pamphlet de l’époque exprime clairement le mépris pour le parvenu qu’inspire Nithard : « Nous voyons que nous devons obéir à un homme qui hier n’était rien et qui aujourd’hui est tout », Papel escrito por un vassalo desinteresado a la Reyna nuestra señora y al señor don Juan desde un desengaño, BNM, mss 8358, fol. 130vo.

12 « La horrible tirania de dar garrote », BNM, mss 2033, fol. 1ro.

13 Dans le sillage de la lettre de Consuegra, une consulte du Conseil de Castille du 29 octobre 1668 rappelle vertement à Nithard les règles élémentaires d’une juridiction digne de ce nom. Il faut d’abord « écouter les prisonniers et leur donner le temps de préparer leur défense ; et ce, même s’ils sont absents, car la coutume est de les appeler par voie d’édit ; et enfin, poser des degrés dans le crime, déclarer la peine et l’exécuter », Semanario Erudito, t. IV, p. 35.

14 La propagande juaniste ne se lasse pas de recourir à cet argument. Un libelle clame ainsi : « Tout le monde sait, madame, que Malladas a péri non par les lois du droit mais par les doctrines d’Éverard [Nithard] ; non par les votes des ministres, mais par sa fureur […]. Les rois d’Espagne décident de leur propre chef des grâces mais certainement pas des peines, des condamnations et des supplices, cela ne s’est jamais vu », Bristish Library (=BL), Egerton (=Eg) 327, fol. 184ro.

15 BNM, mss 2033, fol. 1vo.

16 BNM, mss 8348, fol. 62ro.-62vo

17 Ibid., fol. 62ro.

18 BNM, mss 8349, fol. 27ro.

19 Respectivement BNM, mss 8349, fol. 10v-14r et BNM, mss 8349, fol. 134vo-135vo.

20 Archivo Histórico Nacional (=AHN), Estado, libro 878, fol. 18ro-18vo.

21 Real Academia de la Historia (=RAH), 9/643, fol. 80ro.

22 Primera carta de don Juan a la reina doña Mariana de Austria, Junquera a 22 de febrero de 1669, BNM, mss 8350, fol. 7ro-10ro ; Segunda carta de don Juan de Austria a la reina doña Mariana de Austria, Junquera a 22 de febrero de 1669, BNM, mss 2582, fol. 161ro-164vo.

23 RAH, 9/643, fol. 177ro-179vo.

24 Voir le témoignage du nithardiste Izquierdo dans une lettre à Nithard du 12 février 1669 : RAH, 9/669, fol. 276ro-278vo.

25 Voir le glissement des destinataires opéré entre les deux textes : Memorial que dio a la Reyna Nuestra Señora un vasallo desta corona de mucho zelo y obligación, BNM, mss 2582, fol. 184ro-191vo ; Coloquio entre el Duende Bachiller de la Mancha y don Fray Prudencio, caballero de Malta sobre materias presentes, BNM, mss 8347, fol. 81ro-109ro.

26 C’est ce que laisse percevoir l’auteur des Observaciones de las falsedades, errores y engañados, que se encierran en la carta que le Señor don Juan de Austria escribió a la Reyna Nuestra Señora en su retirada de Consuegra, BNM, mss 8346, fol. 160vo-179ro.

27 Archives Secrètes du Vatican (=ASV), Segretaria Stato, Spagna, no 138, fol. 94ro, lettre du 9 février 1669.

28 BNM, R-38.033, p. 45-46.

29 BL, Eg 327, fol. 102vo.

30 Lisón Tolosana, Carmelo, La imágen del rey. Monarquía, realeza y poder ritual en la Casa de los Austrias, Madrid, Espasa Calpe, 1991. Les récits imprimés de la marche de don Juan sont à prendre avec suspicion. Comme dans les récits de fêtes royales, les évocations d’allégresse sont ici stéréotypées et ne disent rien de la conviction intime des protagonistes : les gestes et les paroles supposées accomplies appartiennent au langage codé mais transparent de l’adhésion où l’émotion manifestée dans des vivats et des actes de révérence renvoie à des signes immédiatement interprétables en ce sens. Cependant, dans la mesure où ces mouvements de foule ont bien eu lieu (diverses correspondances tant juanistes que nithardistes le confirment) où don Juan n’avait pas lui-même cherché à les provoquer, avait été surpris par leur ampleur bien qu’ayant su très tôt en jouer pour les alimenter, on peut les interpréter comme manifestant un soutien au prince.

31 Pour comprendre le fonctionnement de ces lieux et leur rôle dans la guerre de plumes, voir : Carta de Sancho Sanchez a Pedro Perez y Hernan Hernandez, BNM, mss 5588, fol. 170ro-174vo ; Relacion puntual y verdadera de la salida del padre Juan Everardo, BNM, mss 6384, fol. 116ro-117vo.

32 AHN, Estado, libro 1009, fol. 51ro-55ro.

33 BNM, Varios Especiales (=VE) 126-19.

34 Sur la prise en compte par les acteurs de l’importance du public madrilène voir le Voto que hizo a Su Alteza don Juan José de Austria uno de los tres grandes, Biblioteca del Palacio Real (=BPR), II-1147, fol. 184ro-190ro.

35 BL, Eg 354, fol. 236ro-237vo.

36 BL, Eg 327, Papeles tocantes a don Juan José de Austria y Padre Everardo Nithardo.

37 Voir par exemple : El desembozado, BL, Eg 327, fol. 122ro-143vo ; Memorial de España dirigido a la Reyna gobernadora en que se representan los perjuicios que se pedecian por el influxo de su confesor, BNM, mss 18.209, fol. 123ro-131ro.

38 Egido, Teófanes, « La sátira, arma de oposición a Olivares », in La España del Conde Duque de Olivares, Valladolid, 1990.

39 L’expression revient à François Dubost : « Enjeux identitaires et politiques d’une polémique. Français, Italiens et Espagnols dans les libelles publiés en France en 1615 », in Alain Tallon, éd., Le Sentiment national dans l’Europe méridionale aux XVIe et XVIIesiècle s, Madrid, Collection de la Casa de Velázquez, no 97, 2007, p. 91.

40 Cité dans Maura, Gabriel, Carlos II y su corte, Madrid, 1911, t. I, p. 593.

41 Dans cette veine : « Señora, los cauterios duelen », BL, Eg 354, fol. 190ro-206vo.

42 C’est ce qu’un corpus substantiel de libelles affirme. Voir par exemple : Esdrújulos al rey sobre el gobierno, BNM, mss 2582, fol. 146ro-148vo.

43 Voir la Carta secreta que un religioso escribio al Señor Inquisidor General firmada por Dionisio Tempul, BNM, mss 18.443, fol. 40ro-41vo.

44 El retraido don Enrique de Castilla da cuenta del verdadero estado en que estan las cosas de don Juan de Austria, BL, Eg 354, fol. 194ro-207ro.

45 Voto singular de Antonio de Contreras, AHN, libro 1009, fol. 292ro-294ro ; Carta en que se discurren las materias presentes sin pasión ni enojo sino con verdad y zelo, BNM, VE 1346-19.

46 Papel en que un cortesano afea lo arrojado y temerario de la carta del señor don Juan, BNM, mss 8346, fol. 68ro-73ro.

47 Escaparate de don Babiles. Segunda parte, BNM, mss 7787, fol. 45ro.

48 Sátira, BL, Eg 327, fol. 181ro.

49 Ibid., fol. 181ro.

50 Papel de cierta persona religiosa que se precia mucho de politico y estadista, indiferente y desapassionado, AHN, Estado, libro 873, fol. 34ro-63ro.

51 Relacion verdadera del festejo y aplauso con que el señor don Juan de Austria fue recibido en la ciudad de Zaragoça, BNM, R-38033, p. 45-48.

52 BNM, mss 8350, fol. 7ro.

53 BNM mss 18.208, fol. 87ro-88ro.

54 Ibid., fol. 87ro.

55 Ibid., fol. 91vo.

56 Ibid., fol. 92ro.

57 Le pechero est un individu soumis à l’impôt du pecho. Par extension, il désigne tous ceux qui ne font pas partie de l’ordre de la noblesse dont les membres étaient exemptés.

58 Relación verdadera del regocijo y aplauso con que el señor don Juan de Austria fue recibido en la ciudad de Zaragoza del Reino de Aragón y transitos que ha hecho en el desde su entrada hasta Cadereyta, Biblioteca Bartolomeu March (=BBM), no 7014, fol. 45v-51ro.

59 Amador de la Paz, Voto de la Verdad que participa al orbe el clarín de la fama, Zaragoza, 1669, RAH, 9/643 fol. 217ro-274ro.

60 Fernando Sánchez Marcos, Cataluña y el gobierno central tras la guerra de los segadores (1652-1679), Barcelone, 1983.

61 Les thèses dites néoforalistes qui affirment que l’arrivée au pouvoir de don Juan signerait la revanche de la périphérie sur le centre sont aujourd’hui obsolètes. Pour un état des lieux historiographique voir Carmen Corona Marzol, « El pretendido neoforalismo de la corona de Aragón », in Calderón de la Barca y la España del Barroco, t. I, Madrid, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 2001, p. 1027-1060 ; Antonio Álvarez-Ossorio, « Neoforalismo y Nueva Planta. El gobierno provincial de la monarquía de Carlos II en Europa », in Caledrón de la Barca y la España del Barroco, op. cit., t. I, p. 1061-1089.

62 BNM, mss 6384, fol. 117vo. BNM, mss 8360.

63 Papeles varios, RAH, 9/7163, no 50.

64 Pedro Luis Lorenzo Cadarso, Conflictos populares en Castilla : siglos XVI-XVII, Madrid, Siglo XXI, 1996.

65 José Calvo Poyato, Juan José de Austria. Historia de un bastardo regio, Barcelone, 2001, p. 211.

66 El Escarapate de don Babiles, BNM, mss 12.053, fol. 207vo-216vo.

67 Pasquin. Pintado el Teatino a vassallo en una borrica, la reina a pie siguiéndole y traiendo a nuestro rey, RAH, 9/643, fol. 62r.

68 Sermón de ceniza, predícole el desengaño en nuestra Señora del Buen Consejo, BNM, mss 5588, fol. 237ro.

69 Sobre el gobierno con títulos de comedia, BL, Eg 327, fol. 102ro-102vo.

70 El juego del hombre entre la reina, don Juan de Austria y el padre confessor, BNM, mss 3661, fol. 169ro.

71 Voir le Memorial que dio a la Reyna un vassallo de mucho celo y obligación, RAH, 9/3590, fol. 25ro-26vo.

72 El Escaparate de don Babiles. Segunda parte, BNM, mss 7782, fol. 121ro-126ro.

73 Carta de don Antonio de Guevara, obispo de Mondoñedo, para el Señor don Juan de Austria, in Gabriel Maura, Carlos II y su corte, t. I, Madrid, 1911, p. 602-603.

74 Los Dos genios, RAH, 9/3630, no 19, fol. 87ro-94ro.

75 Juan Baños de Velasco, Lucio Anneo Seneca ilustrado en blasones politicos y morales, Madrid, 1671, p. 37.

76 BNM, mss 8347, fol. 112ro.

77 José Calvo Poyato, Juan José de Austria. Historia de un bastardo regio, Barcelone, 2001, p. 211.

78 Sur ce point, je me permets de renvoyer à : Héloïse Hermant, « Pétitions, consultes, guerres de plumes : quel espace transactionnel dans une monarchie d’Ancien Régime ? La campagne d’opinion contre le Régiment de la Chamberga dans l’Espagne de Charles II. (1669) », Annales de l’Est. Dossier Suppliques et pétitions de l’Époque moderne à nos jours, no 57-2, 2008, p. 43-70.

79 Le courant messianique qui entoure don Juan présenté parfois sous les traits du Christ-pélican trouve ici des éléments d’explication. Quelques années plus tard, le prince apparaît dans les textes et les images comme un double du roi. Le fait que don Juan soit un prince de sang royal constitue une composante essentielle du phénomène. Les enseignements de Luc Boltanski et de Laurent Thévenot apportent ici une clef indispensable sur les rapports entre l’individuel et le collectif. Dans De la justification. Les économies de la grandeur [Paris, Gallimard, 2001] ils rappellent que dans ce que nous avons appelé un régime de l’incarnation, ce n’est pas un « autre soi » qui pourra devenir le champion d’une cause générale, mais un « plus grand que soi ».

80 En 1670, Sebastián de Uceda définit le public en ce sens dans une œuvre dédiée au duc d’Osuna : « Le public est une masse politique de volontés et de corps entrelacés en une seule vie pour obtenir une même félicité », [« El público es una masa política de voluntades y de cuerpos enlaçados en una misma vida, para conseguir una misma felicidad »], d. l. [Milán ?], 1670, p. 98.

81 La convulsion de 1668-1669 apparaît parfois dans les textes comme une crise de la communication entre le roi et ses sujets entraînant la désagrégation du corps sociopolitique. Quelques mois après la crise, le mayordomo mayor de la régente consacre plusieurs passages à l’utilité de la satire dans un traité sur le bon valido : Navarra y de la Cueva, Pedro, Logros de la monarquía en aciertos de un valido, Madrid, Iulian de Paredes, 1669.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540