Desktop versionMobile Version

S'exprimer en temps de troubles

 | 
Laurent Bourquin
, 
Philippe Hamon
, 
Pierre Karila-Cohen
, 
et al.

Deuxieme partie. Mobiliser et structurer l'opinion

Le rôle de la littérature dans la création d’un courant politique nouveau sous Henri IV : « les bons Français »

Jean-Marie Constant

Volltext

  • 1 Jean Marie Constant, La ligue, Paris, Fayard, 1996.
  • 2 L’ouvrage le mieux documenté est le livre d’Arlette Jouanna, le devoir de révolte, Paris, Fayard, (...)

1Les tensions religieuses, militaires, sociales ou politiques de la période très agitée des guerres de religion sont révélatrices de l’état de la société française. En conséquence, tous les regards qui se portent sur ces événements dramatiques, peuvent enrichir nos connaissances. L’analyse de l’organisation politique des forces qui s’affrontent, permet une compréhension de l’intérieur des protagonistes de la guerre civile. Les protestants ou les ligueurs ont non seulement fait trembler le pouvoir royal, mais ils ont imaginé des alternatives institutionnelles, politiques et sociales à la monarchie traditionnelle. Ils font figure de partis politiques et militaires structurés représentatifs d’une grande masse de Français. On peut considérer qu’ils constituent de véritables contre-sociétés, qui n’ont rien à voir avec les révoltes précédentes1. En effet, depuis au moins le XVe siècle, des « cabales » de cour, nées autour d’un grand seigneur mécontent, se sont toujours développées. Pendant les guerres de religion, ces mouvements de révolte existent encore, sans que l’on puisse souvent déterminer la part de l’engagement confessionnel et l’intérêt du lignage passé en dissidence. Les études historiques sont abondantes sur le sujet2. Les luttes religieuses, qui commencent, dès la première guerre de religion, en 1562, entre catholiques et réformés, sont d’une nature plus originale et vont restructurer le paysage politique entre deux camps principaux et antagonistes.

2Néanmoins, très tôt, entre ces forces hostiles, naît un courant qui refuse d’accepter l’affrontement religieux. Les hommes qui le composent, sont appelés « politiques ». Très minoritaire au départ, ce petit groupe se renforce à partir des années 1574-76, lors du mouvement « des malcontents ». Ces « politiques » pensent que le problème des guerres civiles ne se résoudra pas par des combats, mais par un compromis politique.

3Dans les dernières années de la Ligue, ce courant se confond de plus en plus avec les royalistes, partisans d’Henri IV, les deux tendances agissant dans le même sens. Le mouvement d’opinion qui résulte de leur action, va jouer un rôle essentiel dans la victoire d’Henri IV. Trois actes vont ponctuer la victoire de ce courant. Le 17 mai 1593, alors que les États généraux de la ligue sont réunis pour élire un roi de France, conformément au programme des ligueurs, l’archevêque de Bourges, Renaud de Beaune de Semblançay annonce la décision d’Henri IV de se convertir et de se faire instruire dans la religion catholique. Le deuxième acte, le 28 juin, est le vote, par le parlement ligueur de Paris, de l’arrêt Le Maître. Le troisième est la publication, au début de l’année 1594, de la Satyre Ménippée.

4Il s’agit donc de cerner les contours de ce courant devenu puissant. Ce n’est ni un parti politique, au sens actuel du terme, ni une organisation politico-militaire, comme à l’époque des guerres de religion. Cette sensibilité collective, cette mouvance, cette nébuleuse, incarne un certain nombre d’idées, autour desquelles une grande majorité de Français se rassemble. Le premier temps de ce travail d’analyse sera consacré aux États généraux et à l’arrêt Le Maître, le second au rôle politique de la Satyre ménippée, le troisième à l’émergence de ce courant politique.

L’arrêt Le Maître ou la victoire du parlement sur les États généraux

  • 3 Georges Picot, Histoire des États généraux, Tome III, Paris, 1872, p. 217 et suivantes.

5Le duc de Mayenne, « lieutenant général de l’État royal et couronne de France », investi dans cette charge par la Ligue après bien des hésitations et des réticences, convoque les États généraux au Louvre pour élire le Roi de France, conformément au programme de la Sainte Union. Il prononce le discours introductif, aujourd’hui perdu, le 26 janvier. Les députés n’y sont pas aussi nombreux que lors des précédentes réunions, en 1560, 1576 ou 1588. Ils ne sont que 128 (49 du clergé, 24 de la noblesse, 55 pour le Tiers État). Cinquante d’entre eux seulement sont arrivés, à Paris, pour l’ouverture. Ceux de Bourgogne, Champagne et Normandie ne siégeront que deux semaines, voire un mois plus tard3.

6De plus, les députés de ces États ligueurs sont loin d’être unanimes. Si l’aile la plus ligueuse du clergé demeure résolue dans ses convictions, il n’en est pas de même des deux autres ordres. La noblesse est mal représentée et peu convaincue. Par exemple, Vitry, élu d’Île de France, se ralliera de façon spectaculaire à Henri IV, après la conversion du souverain. Quant au Tiers État, il est très divisé. Ainsi, à Paris, bastion ligueur s’il en est, sur les douze députés choisis, en 1591, pour des États généraux qui n’avaient pas pu se réunir, seuls quatre survivaient. Les huit qui furent élus pour les remplacer, étaient tous des ligueurs modérés et presque tous des magistrats, qui montreront rapidement leurs sympathies pour Henri IV.

7Le 17 janvier 1593, une grande procession est organisée. Elle est passée à la postérité pour avoir été ridiculisée par la Satyre ménippée. Le 25 février, après une ouverture effectuée par Mayenne et une réponse positive d’Henri IV, les États acceptèrent le principe d’une rencontre entre douze royalistes et douze ligueurs, pour des conférences de la paix, restées dans l’histoire sous le nom de « conférences de Suresnes ». Les deux délégations décrétèrent une trêve, qui fut vite très populaire parmi les Parisiens, fatigués par les troubles et les privations, dans une capitale assiégée.

8Les représentants de Philippe II, comme les ligueurs d’ailleurs, n’avaient pas pris conscience de l’évolution des esprits et continuaient à soutenir que la loi salique était archaïque et inadaptée à la situation politique présente. En conséquence, ils proposaient une princesse castillane, descendante des Valois, comme Reine de France. Cette insistance choqua une partie des magistrats, membres de l’assemblée. Molé, représentant du parlement, soutenu vigoureusement par Le Maître et Du Vair, protesta avec vigueur contre le discours des Espagnols et défendit la loi salique. Ce petit groupe quitta le Louvre et se rendit au Palais de justice, où siégeait le Parlement. Désormais, le problème s’était déplacé, il n’était plus l’élection du roi, mais le respect des lois fondamentales du royaume, qui symbolisaient le sentiment national. L’ambassadeur d’Espagne et les ligueurs les plus zélés ne s’étaient pas rendu compte des changements qui s’opéraient dans les esprits sous leurs yeux, et notamment de l’impact de l’annonce, le 17 mai 1593, par l’archevêque de Bourges, Semblançay, président de la délégation royaliste aux conférences de Suresnes, de la conversion d’Henri IV au catholicisme. Le primat des Gaules, archevêque de Lyon et président de la délégation ligueuse, Épinac, eut beau répliquer qu’une telle décision relevait des pouvoirs du pape, l’opinion française, très gallicane, plébiscita cette décision et cria au miracle.

  • 4 Claude de Seyssel, La Monarchie de France, texte édité par Jacques Poujol, librairie d’Argences, P (...)

9Le 28 juin, l’assemblée générale des chambres du parlement de Paris se réunissait pour délibérer sur une proposition de Michel de Marillac. Du Vair, Pithou et Lefebvre avaient préparé en secret un arrêté, qu’ils proposèrent aux magistrats, qui avaient entendu un discours de Du Vair défendant la loi salique et le refus de laisser la couronne de France dans des mains étrangères. Le procureur général, Molé, tira des conclusions favorables au projet d’arrêté allant dans ce sens. Le parlement l’approuva. Mayenne, pris de cours par cette initiative du parlement jusque-là ligueur, tenta vainement de faire revenir les magistrats sur leur décision, mais il se heurta à une opposition résolue et se résigna à accepter la décision des parlementaires, tout en se rendant compte de l’évolution décisive qui s’opérait sous ses yeux. Il perdait la partie et sa défaite se confirmait, le 25 juillet, lorsqu’Henri IV abjura solennellement à Saint-Denis. À la fin du mois, les députés renoncèrent à élire un roi, et le 8 août, les États généraux se séparèrent. Le parlement de Paris avait triomphé des États généraux. Désormais et jusqu’en 1789, il allait représenter le contrepouvoir naturel, l’État de droit face au pouvoir royal. La France se séparait définitivement du modèle Tudor, dans lequel les chambres des Lords et des Communes contrebalançaient le pouvoir monarchique et privilégiait pour près de deux siècles, le rôle du Parlement de Paris, qui prétendait incarner une sorte de Sénat à la romaine, protecteur des Français contre les abus possibles des souverains4.

La Satyre ménippée disqualifie le rôle des États généraux

  • 5 Roger Chartier, Denis Richet (dir.) Représentation et vouloir politique autour des États généraux (...)

10Ces périodes de la Ligue, du règne d’Henri IV et de la régence de Marie de Médicis, se caractérisent par la publication d’innombrables pamphlets. La littérature joue un rôle important et déterminant pour l’évolution politique5. Parmi ces textes, deux sont très connus, le Dialogue du Maheustre et du Manant, sorte de testament, écrit par un ligueur radical, Morin de Cromé et la Satyre Ménippée.

  • 6 Le livre écrit par Morin de Cromé a été édité par Peter M. Ascoli, sous le titre Dialogue d’entre (...)

11Le premier, présenté sous forme de discussion entre un ligueur et un royaliste, met en lumière la divergence profonde qui les oppose. Le ligueur refuse Henri IV, parce qu’il est « hérétique » et accepterait un roi étranger pourvu qu’il fût catholique, alors que le royaliste soutient Henri IV, roi légitime et français, tout en rejetant avec vigueur la perspective que son pays soit soumis à un étranger6.

  • 7 Pour connaître les éditions de la Satyre ménippée, consulter Yves Cazaux, Essai de bibliographie d (...)

12Ce livre eut un énorme succès, mais éphémère, car il fut éclipsé par celui de la Satyre Ménippée7. Ce pamphlet, chef-d’œuvre de la littérature politique, paraît au début de l’année 1594 après avoir circulé en version abrégée, de façon officieuse, en 1593. Dans une relation bouffonne, il tourne en dérision les États généraux de 1593 qui devaient élire le roi. C’est une sorte de farce en un acte avec prologue et épilogue. Le prologue met en scène deux charlatans, bonimenteurs de foire, l’un représentant le parti espagnol, l’autre le parti lorrain. Ils vantent leur engagement comme une marchandise en proposant une drogue, « le catholicon ». Suit la comédie, procession grotesque des députés qui s’installent dans la salle des États. Les discours que les auteurs de la Satyre prêtent aux chefs de la ligue, mettent au jour leurs intérêts secrets et leurs ambitions. Ils révèlent au grand public des turpitudes, qui étaient supposées ou murmurées, mais qui n’avaient jamais été dites de façon aussi officielle dans un livre. Mayenne est ainsi accusé de vouloir éterniser la guerre pour préserver sa situation, et le légat du pape soutient tout candidat qui accepterait de servir Rome et la catholique Espagne. Les représentants du clergé justifient les violences de la Ligue, alors que ceux de la noblesse font l’apologie de la guerre, se proposent comme rois, bafouent les règles de la religion et celles de l’honneur. La harangue du royaliste, M. D’Aubray, qui prend la parole au nom du Tiers état, est un morceau de bravoure très célèbre, qui eut un énorme succès. Il s’émeut de la misère qui règne à Paris, rappelle les épisodes douloureux de la guerre, dénonce les Guises, responsables de l’anarchie et de l’occupation de la capitale par des troupes étrangères. Il repousse avec indignation les ambitions des puissances européennes qui cherchent à s’approprier le trône de France. Il n’hésite pas à opposer le sage gallicanisme français à la violente et injuste inquisition espagnole. Il refuse toute autorité aux États généraux, montre qu’Henri IV est le seul roi possible, réfutant les arguments ligueurs contre sa reconnaissance. Il bâtit le futur pouvoir sur deux piliers, le roi et le parlement de Paris, assimilé au « Sénat » romain. La satire s’achève par la description allégorique des tableaux de l’escalier, qui conduit à la salle des États.

  • 8 Je propose d’appeler ce courant politique « les bons Français » pour rappeler la polémique, qui s’ (...)

13On sait à quel point cette Satyre ménippée est devenue une œuvre emblématique du patriotisme français, ressortie lors de chaque drame national. Le succès fut tel et joua un tel rôle dans l’acceptation d’Henri IV par les élites et la population, qui avaient été largement ligueuses, qu’il est intéressant de connaître sa gestation et ses auteurs. Une première version portant le titre « La vertu du catholicon d’Espagne avec un abrégé de la tenue des États de Paris » aurait pu commencer à « trotter », selon l’expression d’Agrippa d’Aubigné, dès février 1593. On sait aujourd’hui qu’elle est l’œuvre de Pierre Le Roy, chanoine de la Sainte Chapelle de Paris. La Satyre Ménippée n’aurait trouvé son titre définitif qu’à la troisième version, qui aurait peutêtre été écrite dans l’entourage de Pierre Auguste de Thou et du parlement royaliste de Tours. Cette gestation demeure donc obscure et repose sur des hypothèses, mais on connaît les auteurs de la version définitive, qui sont au nombre de six et bien représentatifs d’un milieu socioculturel connu et décidé à en finir avec la politique de la ligue. Leur triomphe va donner lieu à la naissance d’un courant politique plein d’avenir8.

Naissance d’un courant politique nouveau : « les bons Français »

14Avant de décliner les idées de cette nébuleuse politique, qui joue un rôle essentiel sans être structurée comme un parti politique et militaire, il est nécessaire de présenter les auteurs de ce texte fondateur de toute une partie des idées politiques du XVIIe siècle.

15Le premier rang est occupé par des magistrats très gallicans. Le premier, Jean Gillot (1550-1619) est d’origine champenoise, conseiller-clerc, au parlement de Paris. Il avait été arrêté par Bussy-Leclerc, leader de la Ligue et emmené, comme les autres magistrats du Parlement de Paris, sous les quolibets de la foule à la Bastille, en 1589, puis libéré après le versement d’une rançon. Doyen de la cathédrale de Langres et chanoine de la Sainte Chapelle, ami du poète Desportes et très lié aux érudits de son temps, il publia, en 1609, un Traité des droits et libertés de l’Église gallicane. Son collègue, Pierre Pithou (1539-1596) a aussi écrit un ouvrage sur Les libertés gallicanes, en 1594, mais son itinéraire est différent. Fils d’un avocat de Troyes, il fut un enfant précoce, avocat lui-même à vingt et un ans. Il a reçu les leçons de Cujas, mais comme sa famille était calviniste, il dut se retirer à Sedan, puis à Bâle. Il revint en 1570, à la faveur de l’édit de pacification, échappa à la Saint-Barthélemy, grâce à la protection de Loysel. Converti au catholicisme, il devint bailli de Tonnerre, puis substitut du Procureur général Le Guesle. En décembre 1581, il est magistrat à la chambre de justice de Bordeaux. Royaliste convaincu, sous Henri III comme Henri IV, il est une très bonne plume. On lui doit la fameuse et célèbre harangue de D’aubray, évoquée plus haut et un Mémoire aux évêques de France, dans lequel il démontre que ces derniers peuvent relever l’excommunication du Roi Henri IV sans avoir recours au Pape. Le troisième, Nicolas Rapin (1539-1608) est de la même trempe que lui. Issu d’une famille de robe de Fontenay le Comte en Poitou, il est avocat au Parlement, participe aux Grands jours de Poitiers en 1579, devient lieutenant criminel de la Prévôté d’Île de France en 1585. Renvoyé par les ligueurs, Henri III le fait prévôt de l’armée du Poitou. Rallié à Henri IV, il participe à la bataille d’Ivry. Brillant intellectuel, il traduit l’Arioste. Ami de Scaliger, Pasquier, du Harlay, de Thou, il est l’ennemi des Jésuites et aspire à la vie noble, puisqu’il publie en 1575 un livre sur Les plaisirs d’un gentilhomme champêtre, qui eut beaucoup de succès et fut réédité en 1581 et 1583.

16Les trois autres auteurs sont des poètes. Le premier, le Champenois Jean Passerat (1534-1602) a suivi, lui aussi, les cours de Cujas à Bourges, est devenu professeur dans les collèges du Plessis, Cardinal Lemoine et Boncourt, a été précepteur d’Henri de Mesmes, avant de remplacer Ramuz au Collège Royal. On sait les cours qu’il a professés, car ils ont été publiés en 1606 : Plaute, Cicéron, Salluste, Catulle, Virgile, Properce, Tibulle. Le second, Gilles Durand de la Bergerie (1550-1615) est un Auvergnat, avocat au parlement de Paris. En 1594, il publie ses œuvres poétiques et notamment les Regrets sur la mort d’un âne ligueur. Le troisième, Florent Chrétien (1541-1596) est issu d’une famille de protestants orléanais et fils d’un médecin de François Ier et Henri II. Il fréquente le milieu des poètes et des érudits et polémique avec Ronsard sous le nom de La Baronnie.

  • 9 Georges Huppert, Bourgeois et gentilshommes, la réussite en France au XVIe siècle, Chicago 1977, P (...)

17On voit que les auteurs de la Satyre Ménippée appartiennent à ce réseau d’érudits, de poètes, de juristes, que Georges Huppert avait proposé d’appeler « gentry » en 1977. Ils appartiennent au même milieu culturel que ceux qui ont défendu l’arrêt Le Maistre, Molé, Du Vair ou ceux qui ont conseillé et accompagné la conversion d’Henri IV (les Semblançay et les de Thou). Leur succès est considérable parmi les officiers et des serviteurs de l’État. Ce sont des gens compétents, des cadres de la monarchie, qui ont acquis une culture littéraire et juridique9. Très attachés à la loi, à l’État, à l’ordre public, au souverain légitime, ils sont gallicans et détestent les Jésuites. Rapin, Gillot, Pithou ont écrit pour défendre l’Église gallicane contre l’autorité du Pape. De Thou a été mis à l’index par Rome, qui a trouvé son Histoire universelle trop gallicane. Ils sont aussi anti-espagnols, n’acceptant aucun compromis avec ceux qu’ils considèrent comme les ennemis héréditaires. Enfin, ils sont les chantres d’une monarchie tempérée par les parlements. Henri IV l’a parfaitement compris et sait à merveille composer avec les compagnies de magistrats et les assemblées de notables.

Conclusion

18L’élection d’un roi catholique, même étranger, par les États généraux, était au programme de la Ligue. L’action d’un petit groupe de gens décidés aboutit à l’annonce de la conversion du roi, à la promulgation, par le parlement ligueur, de l’arrêt Le Maistre, et à la publication de la Satyre ménippée. Cet ensemble de décisions, bien orchestrées, avec un sens certain de la communication, ont convaincu l’opinion et fait sombrer la Ligue dans le discrédit. Elle ne se remettra pas de cette défaite. Une conséquence politique du succès de la Satyre Ménippée a souvent été négligée par les historiens, le déclin définitif des États généraux, qui ne retrouveront jamais plus le prestige qu’ils pouvaient avoir rencontré, de façon éphémère, pendant les guerres de religion. Il faudra attendre 1789, pour qu’ils soient à nouveau pris au sérieux, par le monde politique et les Français.

19Ce petit groupe a trouvé son public et entraîné derrière lui les cadres de l’État, les magistrats, une grande partie du monde juridique, les érudits, de brillants ecclésiastiques, des intellectuels et des poètes. Il a également touché le grand public, qui avait plébiscité la Ligue quelques années plus tôt. Cette « nébuleuse politique », aux contours incertains, correspond « aux Bons Français » du pamphlet de 1614. Ceux qui se reconnaissent dans ce courant sont anti-espagnols, anti-jésuites, gallicans et prônent une monarchie tempérée par les parlements et les assemblées de notables. Pour eux, les parlements sont le seul contrepouvoir qui empêche la monarchie de tomber dans les excès d’un pouvoir tyrannique. On sait qu’ils sauront faire prévaloir cette prérogative et même en abuser de façon très corporative. Les parlementaires frondeurs de 1648 ont même cherché à pousser plus loin encore leur faculté de contrôler le pouvoir royal. Sous le règne d’Henri IV, ils se contentent de la coopération que leur offre le souverain, très soucieux de les ménager et de se concerter avec eux.

20Ils sont les nouveaux acteurs de la vie politique, représentant les couches sociales nouvelles, les officiers revigorés par la création de la paulette, en 1604. ils incarnent une forme de légitimité monarchique et de patriotisme À côté d’eux, les autres tendances politiques et religieuses demeurent. Le « parti protestant », renforcé par l’édit de Nantes, avec ses assemblées, ses places fortes, ses chambres mi-parties, est puissant. De nombreux ligueurs se sont retrouvés dans un courant dévot, qui est aussi une « nébuleuse » traversée de nombreuses tendances et qui semble plus intéressé désormais par le développement de la réforme catholique et la conversion à une vie spirituelle plus riche, qu’à l’action directement politique, comme au temps de la Ligue. Enfin, on peut considérer qu’il existe un parti nobiliaire, prêt à toutes les aventures et à la recherche de la gloire militaire, collective et individuelle. Bien identifié lors des guerres d’Italie, frustré par la paix du Cateau-Cambrésis, plein de fougue pendant les guerres de religion, il renaît avec Condé lors des révoltes princières contre Marie de Médicis, ou lors de la prise de pouvoir de Louis XIII et de Luynes, dans la guerre de la mère et du fils, dans la reconquête catholique du Béarn, ou encore lors de la guerre contre les protestants. Enfin, Louis XIII et Richelieu lui ouvrent de nouvelles perspectives en déclarant la guerre aux Habsbourg.

21Tous ces courants, sauf les protestants, sont instables et se recomposent au gré des événements. Les mariages espagnols, sous la régence, ont entraîné de nouvelles prises de position et des polémiques, qui ont souvent été simplifiées, voire schématisées. Il en est de même du « coup d’État » de Louis XIII, en 1617, de la journée des Dupes et de la déclaration de guerre au roi d’Espagne. Néanmoins, les idées exprimées par ce petit groupe, à l’origine de ce courant « des bons Français » perdureront pendant tout le XVIIe siècle.

Anmerkungen

1 Jean Marie Constant, La ligue, Paris, Fayard, 1996.

2 L’ouvrage le mieux documenté est le livre d’Arlette Jouanna, le devoir de révolte, Paris, Fayard, 1989.

3 Georges Picot, Histoire des États généraux, Tome III, Paris, 1872, p. 217 et suivantes.

4 Claude de Seyssel, La Monarchie de France, texte édité par Jacques Poujol, librairie d’Argences, Paris, 1961, p. 113 et suivantes. Jacques Krynen, L’idéologie de la magistrature ancienne, NRF, Gallimard, Paris, 2009. Jean Marie Constant, Henri IV, Roi d’aventure, Perrin, Paris, 2010, chapitre V.

5 Roger Chartier, Denis Richet (dir.) Représentation et vouloir politique autour des États généraux de 1614, EHESS, Paris, 1982. Hélène Duccini, Faire voir, faire croire, l’opinion politique sous Louis XIII, Champvallon, Seyssel, 2003.

6 Le livre écrit par Morin de Cromé a été édité par Peter M. Ascoli, sous le titre Dialogue d’entre le Maheustre et le Manant, Droz, Genève, 1977. Il comprend la version originale et la version royaliste, faite pour discréditer les ligueurs.

7 Pour connaître les éditions de la Satyre ménippée, consulter Yves Cazaux, Essai de bibliographie des éditions de la Satyre Ménippée, publiée du XVIe au XVIIIe siècle, Revue d’histoire du livre, janvier-mars 1982. Franck Lestringant et Daniel Ménager (dir.), Études sur la Satyre ménippée, Droz, Genève, 1987.

8 Je propose d’appeler ce courant politique « les bons Français » pour rappeler la polémique, qui s’est développée autour des États généraux de 1614, dans deux pamphlets « Le bon Français » (BNF Lb 36 236) contre le « vieux gaulois » (Lb 36 235). Voir l’étude de Denis Richet, La polémique politique de 1612 à 1615 dans Roger Chartier et Denis Richet (direction), Représentation et vouloir politiques autour des états généraux de 1614, EHESS, 1982. Voir aussi Hélène Duccini, Faire voir, faire croire, l’opinion publique sous Louis XIII, Champ Vallon, Seyssel, 2003.

9 Georges Huppert, Bourgeois et gentilshommes, la réussite en France au XVIe siècle, Chicago 1977, Paris, Flammarion, 1983. Voir pour la démonstration, Jean Marie Constant, Henri IV, roi d’aventure, Perrin, Paris, 2010.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search