Version classiqueVersion mobile

S'exprimer en temps de troubles

 | 
Laurent Bourquin
, 
Philippe Hamon
, 
Pierre Karila-Cohen
, 
et al.

Deuxieme partie. Mobiliser et structurer l'opinion

Le siège de Rhodes par les Turcs et sa médiatisation européenne (1480-1481)

Laurent Vissière

Texte intégral

« Existimatio plurimorum non rerum merita sed
fortunae spectat eventum… »
(Boèce, De Consolatione Philosophiae, I, 4)

  • 1 L’habitude historiographique française de tonner contre « l’histoire bataille » n’a guère encourag (...)

1Le premier siège de Rhodes par les Turcs, durant l’été 1480, est une affaire aujourd’hui bien oubliée, traitée de manière purement anecdotique dans les livres qui retracent les interminables campagnes que les Ottomans menèrent contre l’Europe1. L’affaire eut pourtant un retentissement considérable en Occident, car pour la première fois depuis bien longtemps, les Turcs subissaient un cuisant échec. Après la prise de Constantinople en 1453, de Trébizonde en 1461, et l’occupation méthodique des Balkans, Mahomet II entendait préparer de nouvelles campagnes contre l’Occident. En 1480, deux armées immenses attaquèrent, l’une, Rhodes, l’un des principaux bastions chrétiens en Méditerranée orientale, et l’autre, Otrante, qui devait constituer une tête de pont en Italie. Otrante tomba, mais Rhodes résista durant trois mois à un siège acharné. Après trois assauts infructueux et terriblement meurtriers, les envahisseurs, dépités, rembarquèrent, laissant derrière eux une ville, certes en ruines, mais toujours libre. Cette guerre aurait pu s’arrêter là, si les chevaliers n’avaient décidé d’exploiter leur victoire grâce à une extraordinaire campagne de propagande. Il leur fallait à tout prix obtenir une aide massive pour relever leurs murailles et se préparer à la prochaine campagne, car les Turcs, on le savait, n’étaient pas gens à rester sur un échec. Mais comment toucher l’opinion européenne ?

  • 2 Jacques Le Goff, Les intellectuels au Moyen Age, Paris, Le Seuil, 1985 [1re éd., Paris, 1957].
  • 3 Jürgen Habermas, L’espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la (...)
  • 4 Sandro Landi, Naissance de l’opinion publique dans l’Italie moderne, Rennes, PUR, 2006, p. 11.
  • 5 Sur la question de l’opinion publique et de la propagande au XVe siècle : Colette Beaune, Naissanc (...)
  • 6 Sur cette question, voir La circulation des nouvelles au Moyen Âge, Actes du XXIVe Congrès de la S (...)

2Avant d’analyser la médiatisation de ce conflit oriental, il convient de revenir sur les termes d’opinion et de propagande, anachroniques pour le Moyen Age et qui ne vont pas de soi. Ainsi que l’a jadis montré Jacques Le Goffà propos des intellectuels, on peut fort bien appliquer une notion récente à une réalité ancienne2. Encore faut-il s’accorder sur le sens des mots. Si l’on s’en tenait aux démonstrations d’Habermas, étudiant la naissance d’une opinion publique dans l’Europe des Lumières, la question n’aurait même pas lieu d’être, puisque l’idée de naissance rejette ipso facto la possibilité que le phénomène ait pu exister avant la période considérée3. Or, comme l’a très bien exposé Sandro Landi, « l’opinion publique […], bien avant l’invention de l’imprimerie et l’essor des moyens d’information, existe en tant que catégorie du discours politique, avec sa consistance propre et son histoire4 ». De fait, les médiévistes, depuis quelques années, s’intéressent beaucoup à la manière dont le pouvoir politique chercha à contrôler l’opinion dans les derniers siècles du Moyen Âge, voire plus tôt5. Cela dit, la question de la naissance est souvent illusoire. L’opinion, c’est au fond ce qu’une communauté, partageant des références culturelles, peut penser à l’égard de tel ou tel fait ; l’opinion publique ne serait ainsi qu’une somme d’opinions particulières – un grand nombre, jamais la totalité, car les individus restent libres d’adhérer ou non à la pensée du groupe. Les autorités, religieuses et politiques surtout, ont toujours eu besoin d’une forme d’adhésion publique à leur pouvoir ; tout discours politique présuppose de la part du locuteur une opinion à convaincre et modeler – même si cette opinion reste largement mal connue des pouvoirs, et sans doute en partie fantasmée. La propagande, concept indissociable de celui d’opinion, nécessite une autorité, une communauté et une communication. Autrement dit, une autorité, quelle que soit sa nature, entend faire passer un message à une communauté, plus ou moins large – sociale ou géographique – dont elle espère recevoir l’adhésion. Pour être efficace, la propagande doit pouvoir être diffusée rapidement sur une aire étendue6, et s’adapter en outre à des publics très différents, car les sociétés médiévales sont fractionnées en une multitude de corps. La question des langues et des vecteurs de communication employés s’avère donc primordiale pour comprendre à qui s’adresse un discours.

  • 7 De nombreux bulletins de nouvelles ont été étudiés pour les règnes de Louis XI (Émile Picot et Hen (...)

3Au XVe siècle, dans un contexte de renforcement étatique et de rivalités nationales grandissantes, les gouvernants se montrent soucieux de leur image : ils se mettent en scène lors de fêtes ou d’entrées royales, ils pratiquent un mécénat intellectuel et artistique, et de plus en plus, grâce au développement de l’imprimerie, ils inondent leur royaume de feuilles de nouvelles et d’informations officielles – ces bulletins se multiplient en France justement durant le long règne de Louis XI7. Le but est moins d’étouffer une opinion, que l’on a trop tendance à présenter, de manière anachronique, comme une sorte de contre-pouvoir, que de la former en l’informant, que d’établir ou de maintenir le consensus entre le roi et ses sujets. La question se posait cependant en des termes différents à Rhodes, où les chevaliers de l’Hôpital menaient une sorte de combat d’arrière-garde contre les Turcs ; l’extrême fragilité de leur position apparut clairement lors de la crise de l’été 1480. Contre toute attente, ils parvinrent à repousser l’envahisseur ottoman, mais ils se rendaient compte que, sans le soutien des puissances occidentales, ils étaient tout de même perdus. Il décidèrent donc d’exploiter au mieux leur étrange victoire, en se présentant comme les derniers champions de la Chrétienté. Pour ce faire, ils médiatisèrent l’événement de la manière la plus moderne : pour toucher un public très large, ils eurent recours à l’imprimerie, et déclinèrent leur message en latin et dans les différentes langues européennes. En fait, ils utilisèrent tous les médias disponibles : le texte et l’image, le manuscrit et l’imprimé. En quelques mois à peine, le récit de leur victoire miraculeuse avait fait le tour des places européennes.

La diffusion de la nouvelle

  • 8 Il faut néanmoins noter que le blocus ne fut jamais total du côté de la mer, et que des lettres du (...)

4Le siège de Rhodes dura du 23 mai au 18 août 1480. À l’arrivée des Turcs, toute la population de l’île s’était repliée à l’abri des places fortes des Hospitaliers, mais la campagne se déroula essentiellement autour de la capitale investie, ce qui signifie que, durant trois mois, aucune nouvelle ou presque n’a filtré de la ville et que l’on ignorait ce qui s’y passait vraiment8. En outre, la présence de flottes turques importantes, tant dans le détroit d’Otrante qu’en mer Égée, empêchait la circulation normale des navires. La levée du siège de Rhodes fut donc immédiatement suivie d’une sorte de rattrapage : il fallait rétablir les lignes de communications vitales, et par les premiers navires qui quittèrent l’île, des nouvelles furent envoyées partout en Europe.

Les bulletins d’informations

5La lettre constituait le principal moyen d’information à la fin du XVe siècle. Ce terme ne doit pas prêter à confusion : la lettre n’a pas forcément alors la valeur personnelle et privée qu’on lui a accordée plus tard. Son auteur la dicte, souvent devant quelques conseillers et amis, et le destinataire peut se la faire lire en public. De plus, la lettre, perçue comme un bulletin de nouvelles, a des chances d’être recopiée et diffusée, parfois même imprimée – on lit alors la mention « copies des lettres envoyées par Untel à tel sujet ». Peut-on parler de propagande à propos de tels documents ? La question mérite d’être posée, sans que l’on puisse y apporter de véritable réponse : il n’y avait aucune raison de conserver ces lettres une fois leur actualité périmée, et la plupart ont disparu.

  • 9 Paris, Bibliothèque nationale de France [désormais BnF], F. Fr. 3887, ff. 170-171.
  • 10 La narracion du siege mis par le Turcq devant la noble cité de Rhoddes. « Double d’unes lettres en (...)
  • 11 Cronica gestorum…, op. cit., p. 77.

6L’affaire du siège de Rhodes permet cependant de fournir quelques éléments d’analyse. La BnF conserve en effet, au milieu d’un recueil factice de lettres copiées, une « Coppie des lectres escriptes à Rodez le. XIII.e de septembre mil. IIIIc IIIIxx., du siege qui a esté devant Rodes par les Turcs et de la levacion d’icelluy par les chevaliers dudict Rode9 ». Cette lettre assez longue (trois pages) est l’exemple même d’un bulletin de nouvelles, qui livre un résumé substantiel des péripéties du siège, à l’exception notable toutefois du miracle final. Dans l’ensemble, elle s’avère peu soignée – graphie très cursive, nombreuses coquilles. On peut supposer qu’elle accompagnait une autre missive, aujourd’hui perdue. Ce bulletin est connu par une seconde copie, insérée cette fois dans le récit d’un pèlerin qui a fait escale à Rhodes au lendemain du siège. Pierre Barbatre, un prêtre normand, raconte que la galée sur laquelle il revenait de Terre Sainte fut l’une des premières à entrer dans le port, le 11 septembre. Curieux de tout, Barbatre visite la ville en ruines, se renseigne sur les événements récents, et en date du 13, il recopie justement « le double d’unes lettres envoyés par ung des chevaliers dudit Roddez au pays de Bourgongne, auprès de Dyjon10 ». On a là le premier bulletin semi-officiel, sans doute rédigé à la chancellerie de Rhodes (édition en annexe). Une lettre similaire était venue à la connaissance d’un chroniqueur italien, le 30 septembre11.

Les lettres officielles

  • 12 Epistola ad papam una cum vexillo turchino missa 1480, die XVII nov. [sic pour 15 septembre], de o (...)
  • 13 Lettre datée du 13 septembre 1480. Les quatre éditions incunables sont strictement contemporaines. (...)

7Parallèlement, la chancellerie préparait, au nom du grand-maître Pierre d’Aubusson, des lettres beaucoup plus solennelles à destination des différents souverains d’Europe. De celles-ci, subsistent aujourd’hui celles, très similaires, qui furent adressées à l’empereur Frédéric III et au pape Sixte IV. La lettre au pape n’est plus connue que par une édition très fautive, datée du XVIIIe siècle, et ne semble pas avoir eu de véritable diffu12 ; la lettre à l’empereur, au contraire, fut aussitôt imprimée à Cologne, Mayence, Nuremberg et Strasbourg – preuve de sa diffusion dans toute l’aire rhénane13.

  • 14 Le paragraphe final de la lettre au pape mentionne trois hauts personnages : Antoine d’Aubsson, fr (...)
  • 15 « Le voyage de Pierre Barbatre… », art. cit., p. 163.
  • 16 Sur cette question, voir : Étienne Hamon, « Un présent indésirable : l’ex-voto de la victoire de R (...)

8Le texte se présente lui aussi comme un bulletin d’information ; mais écrit dans un latin châtié, il était destiné à une élite intellectuelle et politique. Selon un schéma un peu archaïsant, les Hospitaliers s’adressaient aux principales autorités morales de l’Occident, le pape et l’empereur, dans l’espoir de relancer la croisade. Les lettres furent d’ailleurs remises à leurs destinataires par les membres d’une délégation officielle, chargée de chanter les louanges des Rhodiens et de recueillir une aide absolument vitale pour la ville ruinée14. Pierre Barbatre mentionne ainsi que sur sa galée embarqua un chevalier, « lequel va en Espaigne15 ». On ignore tout de l’ambassade qui gagna la cour de France, mais elle comprenait certainement Antoine d’Aubusson, le frère du grand-maître, puisque c’est lui qui fit commander pour le roi un grand tableau représentant le siège16.

L’œuvre de Caoursin

  • 17 Ces bulletins peuvent apparaître comme les ancêtres des gazettes.
  • 18 Le titre de cet ouvrage, connu par plusieurs impressions incunables et un grand nombre de manuscri (...)
  • 19 « Quia civitas Rhodi obsidebatur per Turcos et summo conatu oppugnabatur, in tanta rerum perturbac (...)

9Curieusement, les Hospitaliers ne se sont pas contentés des formes traditionnelles de la correspondance politique et de la propagande. Ces bulletins qu’ils envoyèrent en Europe n’auraient, ils le savaient, qu’une diffusion limitée dans le temps et dans l’espace17. Or, ils entendaient frapper réellement l’opinion dans un moment de grande incertitude. Si, sur leur île, ils avaient su résister aux Turcs, ceux-ci ne s’en étaient pas moins emparés d’Otrante, véritable tête de pont pour la conquête de l’Italie. Il importait donc au plus haut point de montrer que les infidèles n’étaient pas invincibles et que Dieu n’avait pas oublié le monde chrétien. C’est le sens qu’il faut accorder à un opuscule, intitulé Obsidionis Rhodie urbis Descriptio, dû à la plume du vice-chancelier de l’Ordre, Guillaume Caoursin18. Intime et secrétaire personnel du grand-maître Pierre d’Aubusson, il relate dans un latin très classique l’histoire officielle du siège, les différents assauts menés par l’ennemi, jusqu’au miracle final – l’apparition de la Vierge et de saint Jean-Baptiste dans le ciel qui met les Turcs en déroute19. On n’a jamais vraiment remarqué la singularité de ce texte : Caoursin le rédigea en latin, et non en français, parce qu’il s’agissait encore de la langue commune de l’Occident et que les Hospitaliers se voulaient au-dessus des luttes nationales qui déchiraient le continent. Le seul moyen d’assurer une vaste et rapide diffusion au texte était l’imprimerie, mais comme l’île de Rhodes ne possédait pas de presses, on envoya des copies manuscrites un peu partout en Europe, ce dont témoigne l’extraordinaire floraison d’incunables des années 1480-1483. Les catalogues montrent qu’à la fin de l’année 1480 sortirent plusieurs éditions latines de la Descriptio en Italie (à Venise et Parme), et dans les pays du Nord (à Bruges et Passau) – l’édition de Passau est la seule à porter une date (13 décembre). Dans les deux années suivantes, on note une édition espagnole (Saragosse, 28 février 1481), une danoise (Odense, 1482), une flamande (Louvain, entre 1480 et 1483) et une romaine (v. 1482).

  • 20 Descriptione della obsidione della citade Rhodiana ([Venise, Erhard Ratdolt, 1480]. Gesamtkatalog (...)
  • 21 Traduction anonyme dédiée à Jacques Calliot, commandeur de Brabant et de Liège (Londres, British L (...)
  • 22 Mary du Puis, [Le siege de Rhodes]. Titre manuscrit : Discours du siege mis par les Turcs devant l (...)
  • 23 Albert-Guillem Hauf i Valls, « Una versió valenciana quatrecentista desconeguda de la Obsidionis R (...)
  • 24 « Hoc mense novembris [1480] ubique per civitates et plateas vendebatur epistola elloquentissime c (...)

10Cela dit, si le latin restait la langue de la culture et de la diplomatie, sa compréhension se limitait à quelques cercles d’intellectuels, laïques et ecclésiastiques, et son audience universelle demeurait donc paradoxalement limitée : le texte de Caoursin, en l’état, ne pouvait toucher qu’une élite. Aussi la Descriptio fut-elle aussitôt traduite et imprimée dans plusieurs langues européennes : en italien et en allemand par les éditeurs même du texte latin (à Venise et Passau, 1480-1481), en anglais, par le poète de cour John Kay (1483)20. En français, la seule traduction connue est restée à l’état manuscrit21, sans doute parce qu’un récit incunable, dû à un certain Mary du Puis, sortait au même moment22. Le texte fut, en outre, adapté en catalan par Joan Esteve, dans son Liber Elegantiarum23. Un chroniqueur italien note, dès le mois de novembre 1480, qu’on vend sur les places publiques « une lettre écrite très élégamment en langue littéraire [en latin] sur la guerre que les Turcs ont menée cet été contre Rhodes24 ».

  • 25 « Rhodie urbis a Turchis obsidio, venerandi fratris Dominici Salvatori, Castellanie Emposte ejusde (...)
  • 26 Obsidionis Rhodie urbis Descriptio ([Venise, Erhard Ratdolt, 1480]. GW 6004) ; Descriptione della (...)

11On peut supposer que, la plupart du temps, ce sont les Hospitaliers eux-mêmes qui ont supervisé l’édition du texte. Le colophon de l’édition de Saragosse porte ainsi la mention de son commanditaire : Domenico Salvador, trésorier de la châtellenie d’Emposte25 ; à Venise, l’imprimeur Erhard Ratdolt devait travailler pour l’Ordre puisque ses presses sortirent quasi-simultanément trois opuscules relatant le siège – les versions latine et italienne de Caoursin, mais aussi celle de l’italien Giacomo della Corte26. Un tel effort éditorial à l’échelle de l’Europe est absolument unique au XVe siècle.

Le récit des miracles

  • 27 Londres, British Library, IA 10650. Le document a été traduit en anglais et commenté par Michael H (...)
  • 28 Sur le personnage du pardonneur ou vendeur d’indulgences, Laurent Vissière, « Des cris pour rire ? (...)
  • 29 Bernardino Zambotti, Diario ferrarese dal 1476 al 1504, éd. G. Pardi, Bologne, 1937, p. 83. En fai (...)

12Les différents récits privilégient une vision militaire du siège, mais une feuille imprimée isolée, datable de 1480, offre une sorte de compendium de tous les miracles advenus durant les opérations27. Cette pièce rarissime semble avoir accompagné la vente d’indulgences et aurait donc servi au boniment commercial. On a ici la preuve que la propagande des Hospitaliers n’était pas uniquement destinée aux élites sociales et politiques de l’Occident, qu’elle était relayée par les colporteurs28. Bernadino Zambotti note par exemple dans son Diario ferrarese l’afflux de dons à l’Ordre, stimulé par la concession d’indulgences pontificales29.

Commémoration/exploitation

13Si l’on arrive à reconstituer les différentes formes que prit cette propagande rhodienne, il reste à en évaluer l’impact en Occident.

Rhodes et la cour de France

14Les chroniqueurs des années 1480, qui relayèrent largement l’événement, témoignent de son retentissement, d’autant que la levée du siège fut suivie d’un certain nombre d’autres victoires ou signes favorables – la mort de Mahomet II, la reprise d’Otrante en 1481, l’arrivée du sultan Djem en France en 1482. La victoire des Hospitaliers pouvait alors apparaître comme un tournant dans les longues guerres qui opposaient les Turcs aux Européens. En France, la propagande rhodienne fut particulièrement efficace, et c’est cet exemple que je vais étudier ici.

  • 30 Lettre circulaire de Louis XI au bailli de Mâcon et autres (Mâcon, Arch. dép. de Saône-et-Loire, H (...)
  • 31 Éd. Paul Marchegay, « Trois lettres inédites de Louis XI », dans Notices et pièces historiques sur (...)
  • 32 Beauvais, Arch. com., BB 10, fol. 319 (cité par Pierre Champion, Louis XI, Paris, H. Champion, 192 (...)

15Louis XI avait toujours été favorable aux chevaliers, mais, sur la fin de sa vie, alors qu’il multipliait les fondations pieuses et dépensait sans compter pour le salut de son âme, la survie de Rhodes semble lui avoir particulièrement tenu à cœur. Quand a-t-il reçu la nouvelle de la victoire ? Sans doute assez tard : dans des lettres patentes datées du 12 octobre, où il évoque la question des indulgences pontificales en faveur du Rhodes, il semble toujours ignorer la fin du siège, ce qui paraît très bizarre30 ; et la première lettre conservée sur la victoire des chevaliers date du 29 novembre. Il y annonce à la ville d’Angers la grande victoire et finit sur ces mots : « Veillez en predication publier au peuple et en fere feuz de joye, processions solennelles, sonner cloches et chanter loanges à Dieu, acostumees à fere en saincte Église pour telles grandes et miraculeuses nouvelles31. » Un mois plus tard, le 23 décembre 1480, il mande aux gens d’Église de Beauvais « que on face solennité et feste en sainte Église de la desconfiture faite devant la ville de Rhodes des Turcqs32 ». Il ne s’agit là sans doute que des épaves de missives circulaires envoyées partout en France. Ces manifestations, somme toute tardives, correspondent peut-être à l’arrivée à la cour d’un personnage mal connu, mais qui a joué un rôle considérable : Antoine d’Aubusson, seigneur du Monteil-au-Vicomte, le frère aîné du grand-maître. Présent à Rhodes au moment du siège, il avait contribué à la mise en défense de la ville. Caoursin en parle en des termes fort élogieux, faisant de lui une sorte d’alter ego laïque du grand-maître. Après la victoire, Antoine d’Aubusson revint en Europe, passa d’abord par Rome pour remettre en personne au pape Sixte IV la lettre qui lui était destinée, puis se rendit à la cour de France, dont il était l’un des anciens conseillers.

  • 33 É. Hamon, « Un présent indésirable… », art. cit.
  • 34 À ce sujet, voir Laurent Vissière, « Note sur l’inscription latine du tableau du Siège de Rhodes, (...)

16On sait maintenant, grâce aux recherches d’Étienne Hamon, que c’est Antoine d’Aubusson qui se chargea de faire réaliser le tableau du siège qu’avait commandé le roi, et que ce dernier comptait l’installer à Notre-Dame de Paris en compagnie de sa propre statue équestre. L’affaire ne se fit pas, car les chanoines, apparemment choqués par le sujet de l’œuvre, opposèrent un refus ferme à la volonté royale et, à la fin des années 1480, Charles VIII finit par y renoncer33. Mais le tableau avait été réalisé et, même si on ne peut le prouver, il semble bien correspondre à celui qui, réapparu sur le marché de l’art au XIXe siècle, se trouve désormais accroché dans le bureau du maire d’Épernay. De grandes dimensions (132 cm de hauteur sur 154 de largeur), l’œuvre date sans nul doute des années 1480 et relève de l’école flamande. Elle est anonyme, mais on peut y distinguer, sans grand risque d’erreur, deux mains : à la facture relativement naïve des scènes de combat s’oppose la Vierge dans le ciel, très soignée, très proche en fait de la manière d’Hugo van der Goes. L’œuvre donne une vision synthétique du siège, avec une vue cavalière de la cité et la succession des différents épisodes, de l’arrivée des Turcs à leur départ, trois mois plus tard. Au bas du tableau, une longue inscription, tirée de la Descriptio, résume les principaux épisodes du siège34.

  • 35 Le texte porte un autre titre, Gestorum Rhodie obsidionis Commentarii, et possède une préface au g (...)

17Dans sa conception, le tableau doit être mis en relation avec le plus luxueux manuscrit connu du texte de Caoursin. Réalisé vers 1483, il contient une série de miniatures pleine page, attribuées au maître du cardinal de Bourbon – un des grands artistes travaillant pour la cour de France dans les années 148035. Or les scènes représentées dans le manuscrit, notamment les vues cavalières de l’île, s’avèrent très proches du tableau, ce qui suppose une documentation commune. Les chevaliers ne s’étaient pas contentés de diffuser un texte, ils avaient aussi envoyé des images.

La propagande par l’image

  • 36 Débarquement des Turcs ; mise en place du siège ; pilonnage de la muraille d’Italie et constructio (...)
  • 37 Mise en place d’une batterie contre la tour ; vue de la tour ; bombardement de la tour et arrivée (...)
  • 38 Juniano Maio, De Majestate (BnF, Ital. 1711, fol. 12 vo ; manuscrit daté de 1492). À ce sujet, voi (...)
  • 39 Dans le texte, la disposition très aérée des paragraphes et la présence de légendes montrent qu’un (...)
  • 40 Obsidionis Rhodie urbis Descriptio, dans Rhodiorum Historia (Ulm, Johann Reger, 24 octobre 1496. G (...)
  • 41 Historia von Rhodis, wie ritterlich sie sich gehalte[n] mit dem tyrannischen Keiser Machomet uß Tü (...)

18Loin de constituer une illustration de fantaisie, les miniatures comme le tableau offrent un véritable reportage visuel sur le siège – une tentative encore exceptionnelle pour la fin du Moyen Âge. Cette étude portera surtout sur les trente-deux miniatures du manuscrit, dont la nature varie considérablement. Les plus belles, les plus nombreuses, donnent à voir une scène importante (vingt-quatre miniatures) ; les huit autres sont des vues cavalières, où l’on peut encore distinguer des vues générales de la cité à des moments-clés du siège36, et des vues particulières du fort SaintNicolas assiégé37 ; ce type de représentation s’apparente bien sûr au tableau d’Épernay. Si les premières images doivent charmer le lecteur, les autres présentent une véritable vision tactique des opérations, que peuvent apprécier les spécialistes. À cette documentation iconographique, on peut encore ajouter une miniature italienne du De Majestate, montrant l’arrivée des nefs napolitaines dans le port de Rhodes, tout à la fin du siège38, et l’Histoire journalière du siège de Rhodes, un texte anonyme connu par une seule copie tardive et illustré de quelques scènes39 ; deux séries de bois gravés constituent des représentations ultérieures du siège dans les œuvres complètes de Caoursin, imprimées à Ulm, en 149640, et traduites en allemand, en 151341. Dans l’ensemble, la précision des images, tant de l’architecture que des visages, incite à croire qu’Antoine d’Aubusson ou des chevaliers de l’Ordre présents lors du siège en ont supervisé la réalisation, peut-être à partir d’une série de dessins qui aurait été diffusée en Europe parallèlement au texte de Caoursin.

  • 42 Il va de soi que certaines des 32 miniatures peuvent entrer dans plusieurs catégories.
  • 43 Histoire journalière…, op. cit., fol. 82.

19Si l’on examine de près les représentations les plus importantes – le tableau d’Épernay et le manuscrit Lat. 6067 – on se rend d’ailleurs compte qu’elles ne racontent pas tout à fait la même histoire. Évidemment, ce sont les faits militaires qui occupent la première place. Le tableau relate de manière synthétique et synoptique les combats qui ont émaillé le siège – on voit aussi bien les batteries turques bombardant les murailles que les assauts contre le fort Saint-Nicolas d’un côté, et la muraille d’Italie de l’autre. Dans le manuscrit, près de la moitié des illustrations présentent des scènes guerrières, décomposant les différentes phases de pilonnage et d’assauts (15 miniatures, dont les quatre vues cavalières de la cité)42. L’autre moitié illustre, en revanche, des scènes en général absentes du tableau. L’artiste a représenté ainsi tous les aspects diplomatiques du siège – les ambassades et les ultimatums turcs, mais aussi l’aventure de « Maître Georges », ce renégat allemand, canonnier du Grand Turc, venu se rendre aux Hospitaliers pour les trahir, et finalement pendu (11 miniatures, dont trois pour Maître Georges). Il a tâché de rendre aussi le « moral » de la cité, la manière dont le grand-maître (représenté 13 fois) galvanise chevaliers et civils : on le voit parader à la tête de ses hommes, mais aussi donner ordres et instructions aux maçons qui fortifient la ville avant le siège (fol. 9 v °), et aux femmes qui réparent les brèches (fol. 68 v °) ; la pendaison de Maître Georges (fol. 58 r °), occasion d’une grande fête publique, entre d’ailleurs dans cette même catégorie43.

  • 44 Bnf, Lat. 6067, ff. 73-77. Il existe une récente édition du texte, accompagnée de sa traduction en (...)
  • 45 Cf. Ph. Hamon, « Un présent indésirable… », art. cit.

20Après l’échec de leurs assauts contre le fort Saint-Nicolas, les Turcs concentrèrent tous leurs efforts contre la muraille d’Italie, qu’ils finirent par démolir entièrement. L’assaut général fut donné à l’aube du 27 juillet : les soldats de la première vague s’emparèrent des murs extérieurs, où ils plantèrent leurs bannières, puis ils commencèrent à descendre dans la cité, mais ils se heurtèrent à des difficultés inattendues. Si du côté des fossés, les murailles écroulées furent faciles à escalader, du côté de la ville, elles mesuraient encore près de sept mètres de haut, et les chevaliers avaient entrepris d’édifier une seconde ligne de défense en arrière : du coup les premières troupes turques se retrouvèrent en partie coincées dans l’entredeux murs, prises sous le feu des défenseurs qui s’étaient ressaisis ; d’autres vagues d’assaut venaient buter sur les premières, ajoutant encore à la confusion. Contrairement à ce qui se passait en général lors d’un assaut réussi, la panique s’empara, non pas des défenseurs, mais des assaillants, et Pierre d’Aubusson, à la tête de ses hommes, reconquit les murailles, pendant que les Turcs laissaient sur le terrain des centaines de morts. Démoralisés, les assiégeants ne tentèrent pas un quatrième assaut, d’autant que le 10 août, alors que leur retraite avait déjà commencé, deux nefs napolitaines forcèrent le blocus et apportèrent d’importants renforts aux Rhodiens. Le 18, les derniers Turcs avaient évacué l’île. Les premiers bulletins de nouvelles, écrits à chaud, rapportent surtout les hauts-faits des chevaliers : la lettre au pape et à l’empereur évoque bien une aide céleste, mais rien de plus. Le bruit courut cependant d’un véritable miracle, et c’est curieusement de la part des transfuges turcs que les défenseurs apprirent que leurs ennemis avaient été terrifiés par des signes dans le ciel. D’après Guillaume Caoursin, lorsque le grand-maître repartit à l’assaut des murailles et qu’il fit déployer l’étendard de l’Ordre, où sont représentés le Christ, la Vierge et saint Jean-Baptiste, les assaillants auraient vu dans le ciel resplendir une croix d’or, une femme portant une lance et un bouclier ainsi qu’un homme vêtu de manière sordide – autrement dit, la Vierge et le Baptiste44. Curieusement, la fin du siège est très diversement représentée par les documents figurés. Le manuscrit n’accorde qu’une seule miniature aux miracles : Pierre d’Aubusson avec l’étendard occupent le centre de la scène, et dans le peu d’espace réservé au ciel, on distingue vaguement une croix d’or et deux personnages armés. Un traitement pour le moins minimaliste (fol. 76 v °), alors que l’artiste consacre encore trois miniatures à la fin du siège : la suivante montre les fossés remplis de cadavres (fol. 79 v °), et deux autres, l’arrivée des nefs napolitaines et la colère du bacha (ff. 82 r ° et 83 v °). Le manuscrit napolitain, tout à la louange de son roi, ne montre de son côté que l’arrivée des nefs – aucun miracle dans l’affaire ! Il en va tout autrement avec le tableau d’Épernay qui est un ex-voto, mais l’artiste n’a pas pour autant suivi le texte de Caoursin dans sa représentation du miracle. On distingue parfaitement l’ultime assaut sur la muraille d’Italie et la bannière de l’Ordre, ainsi que, sur une tour, Jean-Baptiste, reconnaissable à un petit agneau qu’il tient dans un bras, tandis que de l’autre il brandit une épée rouge ; mais dans le ciel, on voit une représentation très conventionnelle de la Vierge à l’enfant entourée de deux anges. Il n’est pas impossible qu’il y ait eu, d’ailleurs, quelque changement de parti, car cette Vierge, comme on l’a dit, ne semble pas de la même main que le reste du tableau. Peut-être a-t-on essayé de rendre moins choquant le sujet de cette scène destinée à être exposée dans Notre-Dame de Paris45. Le Baptiste reste assez discret dans la presse des combattants, et la Vierge apparaît dans son rôle traditionnel de protectrice de cités. Le peintre du tableau s’est montré, en revanche, très imaginatif quant aux étendards turcs : à côté des traditionnels croissants de lune et étoiles, on découvre en effet tout un bestiaire diabolique de dragons, mais aussi de rats et de mouches, alors que les chevaliers restent unis sous le signe de la croix.

21Bref, si les différentes images du siège s’inspirent d’un modèle commun, diffusé par les Hospitaliers eux-mêmes, leurs réalisateurs ont disposé d’une large marge d’interprétation et n’ont pas représenté la même chose.

Le journal des Rhodiens

  • 46 Sur ce sujet, voir Setton, The Papacy…, op. cit., t. II, chap. 12 et 13 ; Joseph Combet, Louis XI (...)
  • 47 Voir supra, note 40.

22Dans les mois et les années qui suivirent le siège, la croisade revint à l’ordre du jour. Le pape, l’empereur et le roi de France l’évoquent souvent ; on échange des ambassades ; on forme des ligues46. Pour des raisons complexes, impossibles à détailler ici, l’opération ne vit jamais le jour, mais les Rhodiens ont entretenu autant qu’ils l’ont pu cet idéal en Occident. Encouragé par le succès indéniable de sa première œuvre, Guillaume Caoursin poursuivit son travail de propagandiste. Il envoya désormais régulièrement en Europe des nouvelles de l’Orient où il raconte le tremblement de terre qui achève de mettre à bas les murailles de Rhodes, la mort de Mahomet II, l’arrivée de Djem à Rhodes, les négociations diplomatiques des chevaliers avec les musulmans, etc. Il y eut donc une « gazette » de l’Orient, rédigée en latin à l’intention des cours occidentales. L’impact de ces textes reste difficile à déterminer aujourd’hui – il faudrait pouvoir déceler des allusions claires dans les correspondances officielles et les chroniques occidentales de la fin du XVe siècle. Une chose est certaine toutefois : aucun de ces textes n’a connu une diffusion comparable à la Descriptio. Il en subsiste fort peu de manuscrits, et une partie du corpus aurait sans doute même disparu si une édition intégrale et illustrée des textes de Caoursin n’avait paru à Ulm en 149647. Ainsi que l’indique son titre, Rhodiorum Historia, ce dernier ouvrage se présente comme une histoire de l’île, histoire récente certes, mais déjà coupée de l’actualité.

*

23Les chevaliers de Rhodes ont su médiatiser leur victoire avec une efficacité surprenante. Les bulletins de nouvelles furent diffusés à travers toute l’Europe, de l’Espagne à l’Empire, dès la fin de l’automne 1480. Le plus important de ces textes, la Descriptio de Caoursin, a connu une actualité durable, puisqu’il fut constamment réimprimé et recopié dans les années qui suivirent. Quant aux résultats de cette campagne, on peut les mesurer en partie. Certes, l’union tant espérée des Européens contre l’invasion turque ne se fit pas, mais les Hospitaliers retirèrent d’indiscutables profits de leur résistance. Les souverains occidentaux – l’empereur et le roi de France avant tout – apportèrent une aide effective à Rhodes, en y envoyant de l’argent et du matériel, notamment des canons. Charles VIII et Maximilien de Habsbourg, et plus tard Louis XII, François Ier et Charles Quint ont tous rêvé de la croisade, dont les Hospitaliers constituaient désormais le fer de lance. Mais l’enthousiasme soulevé par l’affaire de 1480 fut aussi partagé par les couches inférieures de la société, qui achetaient des indulgences pour la défense de l’Ordre. Au total, les chevaliers ont su redorer leur blason, quelque peu terni après des années de défaites et de compromis : alors qu’ils risquaient de finir aussi misérablement que les Templiers, ils arrivèrent ainsi à incarner aux yeux d’une opinion européenne les valeurs de l’antique chevalerie.

Le siège de Rhodes

Annexes

ANNEXES. La lettre manuscrite

Le premier bulletin de nouvelles envoyé au lendemain du siège est une lettre écrite par un chevalier anonyme à un commandeur d’une commanderie bourguignonne. Il est connu par deux copies contemporaines, la première conservée dans un recueil factice de la BnF48 et la seconde insérée dans le récit de pèlerinage de Pierre Barbatre49. Aucune des copies n’est très bonne : la première conserve le début et la fin du texte, la date, à l’exception de la signature, mais elle présente un texte visiblement abrégé, et assez corrompu, surtout à la fin. La seconde est dans l’ensemble plus correcte. La comparaison des deux versions, assortie de quelques corrections indispensables, permet de se faire une idée de la circulation des nouvelles manuscrites à la fin du XVe siècle.

Copie anonyme (BnF, F. fr 3887)

Copie de Pierre Barbatre

Coppie des lectres escriptes à Rodez le. XIII.e de septembre mil. IIIIc IIIIxx, du siege qui a esté devant Rodes par les Turcs et de la levacion d’icelluy par les chevaliers dudict Rodez.//

Double d’unes lettres envoyés par ung des chevaliers dudit Roddez au pays de Bourgongne, auprés de Dyjon.
Cy ensuit la narracion du siege mis par le Turcq devant la noble cité de Roddes, laquelle Dieu par Sa grace veulle saulver et garder et tous les nobles chevaliers et christiens habitans en icelle. Lequel siege a esté mis par le Turcq l’an de Nostre Segnieur mil quatre cens octante.

Reverend et tres honnoré Sr, comme fere le povons à vous nous recommandons.
Et vous plaise savoir que par frere Jehan Le Noir avons receu une lectre escripte à Vouleines

Allusion à Jean Husson, dit Le Noir, commandeur de Voulaines en Bourgogne – aujourd’hui Voulaines-les-Templiers, Côte d’Or, arr. Montbard, c. Recey-sur-Ource (je tiens à remercier ici Jean-Bernard de Vaivre qui a su identifier le personnage).

le. IIII.e de decembre mil. IIIIc LXXIX., et puis une ( ?) aultre < n > avons receue, par lesquelles nous faictez mencion de pluseurs choses esquelles n’avons peu vacquer, au moyen du siege du Turc qu’avons eu depuis le. XXIIII.e de may f [iniss] ans au. XVIII.e d’aoust, le plus cruel et merveilleues qui jamais fut de memoire d’omme, car ilz nous ont tirez, tant grosses bonbardes que caurtaulx de six pendz jusques à dix de tourt, plus de trois mille [coups]50, sans autres bombardes de trois à quatre pendz et espingardes sans nombre, flaiches et passadaurs infinies.

Et premierement est assavoir que arriva devant la cité de Roddes l’ooth [sic] du Turcq le. XXIIII.e jour de moy audit an mil. CCCC IIIIxx., et y fut jusques au. XVIII.e jour du moys d’aoust, voire le plus cruel et mervilleux qui jamais fust de memore d’homme, car ilz y ont tiré, tant de grosses bombardes que de courtaux de. VI. pans finissant à. X. de tour, plus de. III. mille coups, sans les autres bombardes de. III. à. IV. pans et les espinguardes qui sont sans nombre, flesches et passadours infinis

Le. V.e jour aprés leurs venue, coumencerent à bombadiger la tour Saint Nicolas et tiroyent des les jardins de la St Anthoinne, et l’eurent batue dedans le. X.e de juing, ausquelx ilz donnerent le premier assault à tout leur navires, dont l’ayde Dieu ilz furent si bien receuz que ilz y demourerent de. VI. à. VIIm. Teurs, et s’en retournerent confus. Depuis ledict assault jusques à. XVIII.e consequent, firent ung pont audict Saint Anthoine, et ledict jour au point du jour barrerent leursdict pont à force d’organnes et barques enbarbotees ; lesdicts pons barrés, par mer et par terre, donnerent l’assault à sy grant hutz et crys que merveilles, mais à l’ayde de Nostre Seigneur, les reculemes sy bien qu’en briefve espace furent desconfiz par telle maniere que ilz morurent des meilleurs de leur troupeau plus de. IIm Vc. sans les blesiez. Et n’est possible nombré leur trait tant de bombardes que fleiches, car y fut tiré d’eulx et de nous plus de. IIIIm. cops d’arthillerie tant grosse que menuez sans les espingardes, car y sambloit que Saint Nicolas fut tout en feu. Et de noz gens n’en morut que deux et peu de blesiez. Desla en avant n’y feirent plus d’esfort, car ilz perdirent toute leur esperance, nonobstant que le Turc leur avoit donné expresse commission de y faire tout leur effort. Desla en avant asseirent douze pieces de grosses artilerie et battirent la Judeque par telle maniere que l’en y povoit entrer à cheval, nonobstant tous les reppares que l’en y povoit faire ; et avec ce avoyent emply le foussé tout de pierres plus hault que la barbaquene, car ilz avoyent fait mynes es fossés en telle maniere qu’ilz venoyent tous couvers jusques au mye du fossé.

Le. V.e jour aprés leur venue, commencerent à bombardiger la tour Sainct Nicollas et tiroient des jardins de < de> la Sainct Anthoine, et le eurent abatue dedens le. X.e de juing, auquel ilz donnerent le premier assault à tout leurs navires ; avecquez l’aide de Dieu ilz furent si bien receups qu’ilz y moururent de. VI. à. VIIc. Turcqs, et s’en retournerent confus. Depuis ledit assault jusques au. XVIII.e consequent, ilz firent ung pont audit Sainct Anthoine, et ledit jour au point du jours barrerent leurdit pont à force d’organes et barques embarbotés ; ledit pont barré par mer et par terre, ilz donnerent l’assault à si grans hurs et cris que merveilles, maiz avecques l’aide de Nostre Segnieur Jesus, de Sa glorieuse mere et de monsegnieur sainct Jehan nostre advocat et patron, nous les receueillismes si bien que en bref furent desconfis par telle magniere qu’il y mourust des milleurs du troupeau plus de. II. mille et. V. cens sans les bleciés. Et n’est possible nombrer leur trait tant de bombardes que flesches, car il fust tiré//tant que de Turcqs que de nous christiens plus de. IIII. mille coups d’artillerie tant grosse que menue sans les espingardes, car il sembloit que Sainct Nicolas fust tout en feu. Et de nos gens de Roddes ne moururent que deux et peu de bleciés. De là en avant n’y firent plus d’efors, car ilz y perdirent toute leur esperance, nonobstant que le Turcq leur avoit donné expresse commission de y faire tous leurs effors. De là en avant assirent. XII. pieces de grosse artillerie et battirent la Judecque par telle magniere que l’en y pouet entrer tout à cheval, nonobstant tous les repaires et deffences que en y povoit faire ; et avecquez ce avoient empli tout le fossé de pierres plus hault que les barbaquennes, car ilz avoient faiz mines es fossés par telle maniere qu’ilz venoient tous couvers jusques à moitié du fossé tellement que etc.

Et le. XXVII.e jour de juillet environ une heure aprés soley levant durant qu’estions à la messe, donnerent tant subit assault que ilz furent sur les murs plus//de. IIm Vc. en brief temps, quelque desfence que pour lors s’y feit, et là se trouva Monsr et y fut abbatu deux ou trois fois et fort blesié, et y morurent le bailly d’Alemainne et onze aultres frerez chevaliers. Tantost sourvient ala[r] me partout et furent mandé querir les secours de l’hospitallier et du trezorier où nous estions sur le molle de Saint Nicolas ; moyennant l’ayde de Dieu, lesdicts secors venuz et aultres qui vindrent à la fille, lesdicts Turs furent rebutez par telle maniere que ilz y morurent plus de six mille Turs des meilleurs de leur host sans les blesiez qui furent sans nombre. Des nostres par tout le jour morurent environ trante tant frerez que secculiers et pluseurs blesiés, que Dieu mercy sont tous gueris.

Le. XXVII.e jour de juillet environ une heure aprés soleil levant durant que nous de Roddez estions à la messe, donnerent les Turcqz tant subit assault que ilz furent sur les murs plus de deulx mille. V. cens en brief temps, quelque contient ou deffence que pour lors cy fist, et là s’i trouva monseigneur le grant maistre et y fust abbatu. II. ou . III. foys et fort blecié, et y moururent monseigneur le baillif d’Allemaigne et. XI. aultres freres chevaliers. Tantost on sonna alerme partout et furent mandés querir les secours de l’ospitalier et du tresorier où nous aultres estions sur le molle de Sainct Nicollas ; moyennant l’ayde de Dieu, les dessusdits secours venus et aultres qui vindrent à la fille, les Turcqs furent reboutés par telle magniere qu’il y moururent plus de. VI. mille//Turcqs des milleurs de tout l’ooth sans les bleciés qui furent sans nombre. Des nostres pour tout ce jour moururent environ. XXX., tant freres que seculiers, et pluseurs bleciés, qui Dieu mercy sont toulx garis.

Depuis ledict assault ne feirent compte de nous donné assault ne de combatre ne plus que ce ilz fussent mors, et se retraiyrent arriere. En brief, du temps qu’ilz ont tenu le siege devant nous, sont mors d’entre eulx de douze à. XVm., et quasi tous les principaulx reservé le bacha, selon le rapport de tous ceulx qui s’en sont fouyz seans. Et encore selon le rapport de Turquie, se dit bien plus largement, car il n’estoit jour que de nostre artillerie ne s’en tuat infinement en la maniere qu’ilz n’osoyent passagier senon à traict de bonbardes. Ilz avoyent assiz quatre gros courtaulx entoré de la terre, dont en y avoit ung qui tiroit pierres de dix pendz en rondeur, deux grossez bombardes assises expressement pour batre maisons et tuer gens au travers de la ville, dont l’une estoit assise au droit de la poste d’Auvergne tirant à St Estienne et l’autre au dessus des Limonistres en tirant à Feraclo, lesquelles nous ont tant batuz de long et de travers que au port tellement qui n’a resté que peu de maison et naves entieres, mais la mercy Dieu, de morte de gens, ilz en ont peu fait, car en tout le temps qu’ilz ont tenu siege n’ont estez mors en Rodez que environ cent hommes de deffences, dont y en y a vint cinq ou vint six freres, femmes et enffans que gens de labour faissans reppaires, < pour>

Le mot semble barré.

peu.

Depuis ledit assault ne firent conte de donner ne ung combart n’en plus que s’ilz fussent mors, et se retirerent arriere. En brief, de temps qu’ilz ont tenu le siege devant nous, sont mors d’entre eulx Turcqs de. XII. à. XV. mille, et quasi toulx les principaulx reservé le bacha, selon le raport de toulx ceulx qui s’en sont fuys audit Roddes. Et encore selon le raport de Turquie, se dict bien plus largement, car il n’estoit jour que de nostre artillerie de Roddes ne s’en tuast infiniment en telle fasson et magniere qu’ilz n’osoient passager sinon à trait de bonbardes. Ilz avoient assis. IIII. gros courtaulx autour de la cité de Roddes, dont y en avoyt ung qui tiroit des pierres de. X. pans en rondeur et deux grosses bombardes assises expressement pour battre maisons et tuer gens à travers la ville, dont l’une estoit assise en droit de la poste d’Aulvairgne tirant à Sainct Estiene et l’autre au dessus de Lymonistres en tirant à Feraclon, lesquelles ont tant battu la cité tant de long et de travers que au port tellement qu’il n’est resté que peu de maisons entieres, maiz la mercy Dieu, de meuldre de gens, ilz en ont peu fait, car en tout le temps qu’ilz ont esté devant ledit Roddes et tenu siege ne sont mors audit Roddes que environ cent hommes de deffence, dont il en y a. XXV. ou. XXVI. freres, et quant de femmes et enfans que gens de labeur faisans repaire, peu.//

De la fureur et violence de leur bombardes ne s’en pouroit dire ce qui en est,//car c’est la chose la plus merveilleuse que jamais fut, car ceulx qui ont veu tirer ceulx du roy et de Monsr de Bourgogne et aultres princes en [sont] tous espentiz et esbays, car y n’y a muraille au monde qui vaille. Et ce les bombardes estoyent bonnes, les bombardiers estoyent de mesmes, desqueulx bombardiers en y avoit quatre principaulx, dont les trois sont restés en Rhodes, dont le principal d’iceulx et celuy qui avoit fait lesdictes bombardes est entré en Rode durant ledict siege par consentement et commandement dudict Grant Turc et pour nous trahir. En brief, il est esté descouvert et pendu et estranglé, et pareillement aultres que ledict bacha avoit envoyé dedans pour trayson. Au boulevard de Monsr, avoit assiz trois grosses bombardes et aultres plus petitez et l’ont tres fort batu, et y a eu des cops de bombarde qui a gecté et desmenty les pierres par le dedans à l’espeseur de. XXVI. piedz et de deux [mille] cincq cens pas ; se sont faiz sy tres orribles cops à l’eschapper de la Judeque que se les avi[ez]

Texte : « avions ».

veuz, vous seriez tout espovantés.

A parler de la fureur et violences de leurs bonbardes ne s’en pourroit dire ce qui en est, car c’est la chose la plus impetueuse et mervilleuse qui jamaiz fust ne de quoy on oyt oncques parler, à grant paine le peut l’en croyre, car ceulx du roy de France, du duc de Bourgoingne et aultres princes en sont tous espuantés et esbahis, car il n’y a muraille au monde qui y vaille. Pour vroy est assavoir que ce les bonbardes estoient bonnes, les bonbardeurs estoient de mesmes, desquieulx bonbardeurs en y avoit. IIII. principaulx, donc les trois sont demourés à Roddes, et desquieulx le principal d’iceulx est celuy qui avoit fait lesdites bonbardes et est entré en Roddes durant le siege par consentement et commandement dudit Grant Turcq, ou bacha, pour nous trahir. A brief parler, il a esté descouvert et a esté pendu et estranglé, et pareillement aultres que ledit bacha avoit envoyés dedens ladite cité pour trahison. Quant du boullevert de monseigneur, il avoit assises. III. grosses pieces de bonbardes et aultres plus petites, et le ont tres fort battu, et y a eu tel coup de bonbarde qui par force et fureur a getté et desmenti les pierres par le dedens à l’espoisseur de. XXVI. piés, de deux mille. V. cens pas ; ce sont fais si tres horribles coups à l’echapper de la Judecque que ceulx qui les ont veus en sont tous espuantés et esbahis.

Le nombre des Turs [mors] estoit [de. XII. à. XV. mille et le nombre alors qu’ilz commencerent ledit siege estoit51] de cent [à vingt] à trante mille selon la recitacion d’aucuns d’eulx fouiz et d’aucuns Venissiens estans en leurs compaigniez durant ledict siege qui s’en sont partiz hastivement et à grant peu ; et durant leur partement arriverent en ceste ville pour nostre service deux gros vaisseaulx du roy Ferrande, esquelles avoit de. VIIIc. à mille soudars.

Au mains le nombre des Turcqs mors audit siege est de. XII. à. XV. mille et le nombre alors qu’ilz commencerent ledit siege estoit de cent à. XX. à. XXX. mille selon le dict et recitacion d’aulcuns d’eux fouys et demourés audit Roddes et selon le dict d’aulcuns Veniciens estans en leur compagnie devant le siege.//Iceulx Turcqs et infideles anemis de tous vrays christiens s’enfuirent hastivement et à grant paour ; mais devant leur partement arriverent en ceste cité de Roddes pour tout nostre secours deux grosses naves envoyés de par le roy Ferrando, esquelles avoit de. VIIIc. à mille souldars.

De present ladicte armee est vers les Escafoures, et selon le rapport d’un Tur qui aujourd’uy a esté rapporté en une fuste, ladicte armee est deliberee d’aller au chasteaul St Pierre ; et encoires ne sont arrivés les commandeurs mandés, lesquelx desirons longtemps, et je ne scey ce y sera guerre en ce esté.

De present ladite armee est vers les Escafores, et selon le rapport d’un Turcq qui au jour de ces presentes a est[é] aporté en une fuste, lequel nous a dit que ladite armee est deliberé d’aler mettre le siege au chasteau Sainct Pierre ; et si pour le present ne sont encore arrivés les commandeurs, lesquieulx japiessa ont esté mandés et esperions leur venue japiess[a].

Escript à Rhode le. XIII.e jour de septembre mil. CCCC IIIIxx.

Ainssy est contenu es lettres du bon chevalier de Rodde, lequel estoit present à toutes les choses devantdictes, lesquelles sont vrayes et plus oultre comme nous ont dit et affermé les segnieurs et habitans audit Roddes.

Notes

1 L’habitude historiographique française de tonner contre « l’histoire bataille » n’a guère encouragé les réflexions sur le fait militaire, ce qui explique sans doute que les principaux travaux sur le siège de Rhodes soient en italien ou en anglais (E. F. Mizzi, Le guerre di Rodi. Relazioni di diversi autori sui due grandi assedi di Rodi (1480-1522), Turin, 1934; Eric Brockman, The two sieges of Rhodes, 1480-1522, Londres, John Murray, 1969; Kenneth M. Setton, The Papacy and the Levant (1204-1571), t. II: The Fifteenth Century, Philadelphie, Memoirs of the American philosophical society (t. 127), 1978, p. 346-363). Sur une nouvelle analyse du siège, Laurent Vissière, « Par les mots et par l’image. Le triomphe des chevaliers de Rhodes en 1480 », in Les sièges de Rhodes de l’Antiquité à la période moderne, Actes du colloque de Nantes (8 juin 2009), Rennes, 2010, p. 219-244.

2 Jacques Le Goff, Les intellectuels au Moyen Age, Paris, Le Seuil, 1985 [1re éd., Paris, 1957].

3 Jürgen Habermas, L’espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, trad. française, Paris, Payot, 1986.

4 Sandro Landi, Naissance de l’opinion publique dans l’Italie moderne, Rennes, PUR, 2006, p. 11.

5 Sur la question de l’opinion publique et de la propagande au XVe siècle : Colette Beaune, Naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985 ; Bernard Guenée, L’opinion publique à la fin du Moyen Âge d’après la « Chronique de Charles VI » du Religieux de Saint-Denis, Paris, Perrin, 2002 ; Séverine Fargette, « Rumeurs, propagande et opinion publique au temps de la guerre civile (1407-1420) », Le Moyen Age, t. 113 (2007), p. 309-334 ; et Claude Gauvard, « Qu’est-ce que l’opinion avant l’invention de l’imprimerie ? », dans L’opinion. Information, rumeur, propagande, Les Rendez-vous de l’Histoire (Blois, 2007), Paris, Éditions Pleins Feux, 2008. Sur la période antérieure, voir notamment : Convaincre et persuader : communication et propagande aux XIIe et XIIIesiècle s (dir. Martin Aurell), Poitiers, Civilisation médiévale, 2007 ; voir aussi les stimulantes analyses d’Yves Sassier, Royauté et idéologie au Moyen Age. Bas-Empire, monde franc, France (IVe-XIIesiècle ), Paris, Armand Colin, 2002.

6 Sur cette question, voir La circulation des nouvelles au Moyen Âge, Actes du XXIVe Congrès de la S. H. M. E. S. (Avignon, juin 1993), Paris, Publications de la Sorbonne, 1994.

7 De nombreux bulletins de nouvelles ont été étudiés pour les règnes de Louis XI (Émile Picot et Henri Stein, Recueil de pièces historiques imprimées sous le règne de Louis XI…, Paris, F. Lefrançois, 1923) et de Charles VIII (Jules Luette de La Pilorgerie, Campagnes et bulletins de la grande armée d’Italie commandée par Charles VIII (1494-1495), Nantes-Paris, V. Forest et E. Grimaud, 1866). Voir aussi les travaux de Jean-Pierre Seguin, « L’information à la fin du XVe siècle en France. Pièces d’actualité imprimées sous le règne de Charles VIII », Arts et traditions populaires (1956) no 4, p. 309-330 ; (1957) no 1, p. 46-74 ; L’information en France de Louis XII à Henri II, Genève, Droz, 1961.

8 Il faut néanmoins noter que le blocus ne fut jamais total du côté de la mer, et que des lettres du grand-maître parvenaient malgré tout en Occident : un chroniqueur italien contemporain mentionne ainsi des lettres écrites en juin et le 31 juillet (Cronica gestorum in partibus Lombardie et reliquis Italie [1476-1482], éd. Giuliano Bonazzi, Città di Castello, Rerum Italicarum scriptores (t. XXII-3), 1904, p. 76-77). Par les Vénitiens, en paix avec les Ottomans et présents dans leur camp, d’autres nouvelles arrivaient encore en Occident.

9 Paris, Bibliothèque nationale de France [désormais BnF], F. Fr. 3887, ff. 170-171.

10 La narracion du siege mis par le Turcq devant la noble cité de Rhoddes. « Double d’unes lettres envoyés par ung des chevaliers dudit Roddez au pays de Bourgongne », inséré dans le récit de pèlerinage de Pierre Barbatre (Pierre Tucoo-Chala et Noël Pinzuti, « Le voyage de Pierre Barbatre à Jérusalem en 1480. Édition d’un manuscrit inédit », Annuaire-Bulletin de la Société de l’Histoire de France, 1972-1973, p. 75-172, aux p. 159-162). Anachroniquement, les éditeurs pensent que la lettre était adressée au duc de Bourgogne.

11 Cronica gestorum…, op. cit., p. 77.

12 Epistola ad papam una cum vexillo turchino missa 1480, die XVII nov. [sic pour 15 septembre], de obsidione insulae Rhodie, a Turchis, éd. J.-P. de Ludewig, Reliquiae manuscriptorum omnis aevi diplomatum ac monumentorum ineditorum adhuc, Francfort, 1723, t. V, p. 290-299.

13 Lettre datée du 13 septembre 1480. Les quatre éditions incunables sont strictement contemporaines. Éd. Sebastiano Paoli, Codice diplomatico del sacro militare ordine gerosolimitano, oggi di Malta, raccolto da varii documenti di quell’archivio per servire alla storia dello stesso ordine…, Lucques, 1733-1737, 2 vol. , t. I, p. 149-153, no 126. Éd. synthétique et fautive des deux lettres au pape et à l’empereur et trad. angl. Marios Philippides, dans Mehmed II the Conqueror, and the Fall of the Franco-Byzantine Levant to the Ottoman Turks: Some Western Views and Testimonies, Tempe (Arizona), Medieval and Renaissance texts and studies (t. 302), 2007, p. 316-333. Les lettres originales n’ont pu être localisées.

14 Le paragraphe final de la lettre au pape mentionne trois hauts personnages : Antoine d’Aubsson, frère du grand-maître, Ventura de Fantonibus, prieur de Capoue et Diomedès de Villaragut, commandeur d’Aliaga. Les archives de l’Ordre confirment cette ambassade, qui passa d’abord par Naples : « Die XXI. Augusti MLXXX. Fuerunt electi oratores ad S. D. N. et Ec. D. regis Ferdinandi reverendus D. prior Capue et preceptor Daliaga ad manifestandum victoriam habitam de Turcis et tractandum de succursu pro vere, considerato quod inimicus proponit venire » (AOM, Reg. 76, fol. 35v°, cité par K. Setton, The Papacy…, op. cit., t. II, p. 361, no 43).

15 « Le voyage de Pierre Barbatre… », art. cit., p. 163.

16 Sur cette question, voir : Étienne Hamon, « Un présent indésirable : l’ex-voto de la victoire de Rhodes en 1480 à Notre-Dame de Paris », article à paraître dans le Bulletin monumental, 167-IV, 2009 ; Jean-Bernard de Vaivre, « Autour du grand siège de 1480. Descriptions de Rhodes à la fin du XVe siècle », article à paraître dans le Bulletin de la Société de l’histoire et du patrimoine de l’ordre de Malte,no 22, 2009, p. 36-117.

17 Ces bulletins peuvent apparaître comme les ancêtres des gazettes.

18 Le titre de cet ouvrage, connu par plusieurs impressions incunables et un grand nombre de manuscrits, peut varier considérablement. Sur un état des sources, voir Laurent Vissière, « Guillaume Caoursin : une conscience européenne en Méditerranée » in Martin Nejetly et Jaroslav Svátek (dir.) La noblesse et la croisade à la fin du Moyen Âge : piété, diplomatie, aventure, Actes du colloque de Prague (26-27 octobre 2007), Toulouse, 2009, p. 245-275. Sur le personnage, voir aussi : Nicolas Vatin, Sultan Djem. Un prince ottoman dans l’Europe du XVesiècle d’après deux sources contemporaines : Vâki’ât-i Sultân Cem, Œuvres de Guillaume Caoursin, Publications de la société turque d’histoire, Ankara, 1997 ; Theresa M. Vann, « Guillaume Caoursin’s Descriptio obsidione [sic] Rhodiae and the archives of the Knights of Malta », in Zsolt Hunyadi et József Laslovsky (dir.) The Crusades and the Military Orders. Expanding the Frontiers of Medieval Latin Christianity, Budapest, 2001, p. 108-120 ; et Jean-Bernard de Vaivre, « La maison de Guillaume Caoursin à Rhodes », Archives héraldiques suisses, 2008-II, p. 224-230.

19 « Quia civitas Rhodi obsidebatur per Turcos et summo conatu oppugnabatur, in tanta rerum perturbacione ac formidine, peracta in scriptis non sunt redacta, sed, habita victoria, historia est edita per Guillelmum Caoursin, Rhodiorum vicecancellarium, que per orbem impressorum arte est divulgata ; quapropter in hoc spacio nil est registratum » (Malte, AOM., Reg. 76, fol. 35v°, cité par K. Setton, The Papacy…, op. cit., t. II, p. 347, no 4).

20 Descriptione della obsidione della citade Rhodiana ([Venise, Erhard Ratdolt, 1480]. Gesamtkatalog der Wiegendrucke… 6013) ; Die Histori von der Belegnus so der türkisch Kaiser gehabt hat vor Rhodis… ([Passau, Benedikt Mayr, vers 1480-1481]. GW 6011); The siege of the noble and invyncyble cytee of Rhodes. Traduction de John Kay ([Londres, « imprimeur du Siège de Rhodes », 1483]. GW 6012).

21 Traduction anonyme dédiée à Jacques Calliot, commandeur de Brabant et de Liège (Londres, British Library, fr. transl. 41062, ff. 1-50 ; BnF, F. fr. 5646), Leyde, bibl. univ., BPL 2552.

22 Mary du Puis, [Le siege de Rhodes]. Titre manuscrit : Discours du siege mis par les Turcs devant la ville de Rhodes en l’an mil quatre cens octante, estant en icelle Messire Pierre d’Aubusson, grand maistre des chevalliers dudict Rodes, par Mary du Puis. S. l. n. d. [Lyon, « imprimeur de l’Abusé en court », vers 1480-1481] ; La [sic] Siege de Rodes, Audenarde, [Arend de Keysere, vers 1480-1481] (BnF, Réserve des imprimés : O2A-87 et O2A-87-A).

23 Albert-Guillem Hauf i Valls, « Una versió valenciana quatrecentista desconeguda de la Obsidionis Rhodie [sic] de Guillaume Caoursin », Caplletra : Revista internacional de filologia, 1993, p. 89-125.

24 « Hoc mense novembris [1480] ubique per civitates et plateas vendebatur epistola elloquentissime condita litterali sermone de bello Turchi hac estate promota Rodi… » (Cronica gestorum…, op. cit., p. 89.) Le paragraphe qui suit cite presque mot à mot le miracle final, tel que le raconte Caoursin. comme la chronique pourrait être parmesane, c’est certainement l’édition de Parme que l’auteur a eue sous les yeux.

25 « Rhodie urbis a Turchis obsidio, venerandi fratris Dominici Salvatori, Castellanie Emposte ejusdem ordinis thesaurarii, opera impressa » (Rhodie obsidionis Descriptio, [Saragosse, Johan von Salzburg et Paul Hurus ( ?)], 28 fév. 1481. GW 6008).

26 Obsidionis Rhodie urbis Descriptio ([Venise, Erhard Ratdolt, 1480]. GW 6004) ; Descriptione della obsidione della citade Rhodiana ([Venise, Erhard Ratdolt, 1480]. GW 6013) ; Jacobus de Curte, De urbis Collosensis obsidione a Turcis tentata, anno 1480, 23 maii (Venise, Erhard Ratdolt [v. 1480]. GW 7860).

27 Londres, British Library, IA 10650. Le document a été traduit en anglais et commenté par Michael Herzfeld, « New Light on the 1480 Siege of Rhodes », The British Museum Quaterly, vol. 36, no 3-4 (1972), p. 69-73. L’auteur semble ignorer que la pièce avait été reproduite in-extenso dans la chronique de Konrad Stolle, contemporaine des événements – le texte parfois fautif de l’incunable s’y trouve d’ailleurs amendé (Konrad Stolle, « Memoriale » (thüringisch-erfurtische Chronik), éd. Richard Thiele, Halle, O. Hendel, 1900, p. 420-422).

28 Sur le personnage du pardonneur ou vendeur d’indulgences, Laurent Vissière, « Des cris pour rire ? Dérision et autodérision dans les cris de Paris (XIIIe-XVIe siècles) », dans La Dérision au Moyen Age. De la pratique sociale au rituel politique, Actes du colloque de Paris IV (29 novembre 2003), dir. Élisabeth Crouzet-Pavan et Jacques Verger, Paris, 2007, p. 85-106.

29 Bernardino Zambotti, Diario ferrarese dal 1476 al 1504, éd. G. Pardi, Bologne, 1937, p. 83. En fait, Sixte IV suivait les affaires de Rhodes depuis les premières alertes au printemps 1480 et avait développé toute une politique d’indulgences pour venir au secours de l’île (cf. Cronica gestorum…, op. cit., p. 67, 69, 77).

30 Lettre circulaire de Louis XI au bailli de Mâcon et autres (Mâcon, Arch. dép. de Saône-et-Loire, H supplément 194). Je remercie Jean-Bernard de Vaivre de m’avoir communiqué cette pièce, inédite à ma connaissance.

31 Éd. Paul Marchegay, « Trois lettres inédites de Louis XI », dans Notices et pièces historiques sur l’Anjou, l’Aunis et la Saintonge…, Angers, Lachèse, Belleuvre et Dolbeau, 1872, p. 99-103 ; texte repris par. Joseph Vaesen, Étienne Charavay et Bernard de Mandrot, Lettres de Louis XI, Paris, Société de l’Histoire de France, 1883-1909, 11 vol., t. VIII, p. 318-319, no MDXLVIII. La ville d’Angers procéda aux manifestations demandées, début décembre.

32 Beauvais, Arch. com., BB 10, fol. 319 (cité par Pierre Champion, Louis XI, Paris, H. Champion, 1928, 2 vol., t. II, p. 317, note 1).

33 É. Hamon, « Un présent indésirable… », art. cit.

34 À ce sujet, voir Laurent Vissière, « Note sur l’inscription latine du tableau du Siège de Rhodes, conservé à Épernay », 167-IV, Bulletin monumental, 2009, p. 337-338.

35 Le texte porte un autre titre, Gestorum Rhodie obsidionis Commentarii, et possède une préface au grand-maître qu’on ne retrouve dans aucune autre version (BnF, Lat. 6067. Voir François Avril et Nicole Reynaud, Les manuscrits à peintures en France (1440-1520), Paris, Flammarion, 1993, p. 270-274). Un très luxueux fac-similé du manuscrit a été récemment publié sous le titre El Sitio de Rodas, Madrid, Club bibliófilo Versol, 2006, 2 vol. , avec des commentaires dus à Alfonso Garcia Leal, Juana Hidalgo Ogáyar, Hugo O’Donnel et Carlos Morenés y Mariátegui.

36 Débarquement des Turcs ; mise en place du siège ; pilonnage de la muraille d’Italie et construction d’un pont de bateaux face au fort Saint-Nicolas ; assaut contre le fort Saint-Nicolas (BnF, Lat. 6067, ff. 18 ro, 32 ro, 37 vo et 48 vo).

37 Mise en place d’une batterie contre la tour ; vue de la tour ; bombardement de la tour et arrivée de renforts ; assaut général contre la tour (BnF, Lat. 6067, ff. 18 vo, 24 vo, 26 ro et 30 vo).

38 Juniano Maio, De Majestate (BnF, Ital. 1711, fol. 12 vo ; manuscrit daté de 1492). À ce sujet, voir Donatella Toscano, Sul De Maiestate di Iuniano Maio (con transcrizione del ms. Ital. 1711 della Bibliotheca Nazionale di Parigi), Tesi di laurea specialistica, Università degli studi di Napoli « Federico II », Naples, 2007. Je remercie ici vivement le professeur Gennaro Toscano de m’avoir fait connaître cet extraordinaire manuscrit.

39 Dans le texte, la disposition très aérée des paragraphes et la présence de légendes montrent qu’une très riche illustration avait été prévue – seuls quelques grotesques et des navires ont été dessinés. Même si le texte n’est connu que par une copie lacunaire, datée du 13 septembre 1495, il demeure sans aucun doute la meilleure relation des faits (BnF, Dupuy 255 ; édition en préparation Laurent Vissière et Jean-bernard De Vaivre).

40 Obsidionis Rhodie urbis Descriptio, dans Rhodiorum Historia (Ulm, Johann Reger, 24 octobre 1496. GW 6003).

41 Historia von Rhodis, wie ritterlich sie sich gehalte[n] mit dem tyrannischen Keiser Machomet uß Türckye[n] lustig un[d] lieplich zu lesen, trad. all. Johannes Adelphus, Strasbourg, Martin Flach, 1513.

42 Il va de soi que certaines des 32 miniatures peuvent entrer dans plusieurs catégories.

43 Histoire journalière…, op. cit., fol. 82.

44 Bnf, Lat. 6067, ff. 73-77. Il existe une récente édition du texte, accompagnée de sa traduction en anglaise, mais cette transcription, basée uniquement sur l’édition de Parme [Andreas Portilia, 1480], s’avère trop fautive pour être véritablement utile. À la date du 27 juillet, l’Histoire journalière mentionne, outre la croix d’or, l’homme pauvrement vêtu et la Vierge, deux cavaliers en armure combattant sur les murailles (fol. 97 r °). Ces deux hommes deviennent une troupe dans le récit des Miracles.

45 Cf. Ph. Hamon, « Un présent indésirable… », art. cit.

46 Sur ce sujet, voir Setton, The Papacy…, op. cit., t. II, chap. 12 et 13 ; Joseph Combet, Louis XI et le Saint-Siège (1461-1483), Paris, Hachette, 1903, chap. VIII.

47 Voir supra, note 40.

48 Paris, BnF, F. fr 3887, ff. 170-171. La copie a été réalisée sur une grande feuille de papier pliée en deux. Le texte s’étend sur les trois premières pages, tandis que la quatrième porte le titre (« Coppie des lectres… »), un début d’adresse (« Reverend pere ») et probablement un essai de plume (« Ry… ( ?) Maria »).

49 Pierre Tucoo-Chala et Noël Pinzuti, « Le voyage de Pierre Barbatre à Jérusalem en 1480. Édition d’un manuscrit inédit », Annuaire-Bulletin de la Société de l’Histoire de France, 1972-1973, p. 75-172, aux p. 159-162. Le texte est donné d’après cette édition, le manuscrit étant resté en mains privées – quelques corrections minimes ont cependant été ici apportées.

50 Texte : « cent »

51 Saut du même au même. La phrase, très corrompue, a été corrigée d’après Barbatre.

Table des illustrations

Légende Le siège de Rhodes
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/124098/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 233k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search