Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

S'exprimer en temps de troubles

 | 
Laurent Bourquin
, 
Philippe Hamon
, 
Pierre Karila-Cohen
, 
et al.

Premiere partie. Du conflit à l'opinion

« Il ne manque plus que le bonnet rouge. » La formation de l’opinion villageoise dans les conflits contre les réformes éclairées (Thuringe, fin du XVIIIe siècle)

Christophe Duhamelle

Texte intégral

1Pour aborder la problématique de cet ouvrage, je souhaite, à partir d’un cas précis, faire jouer les trois variables proposées à notre réflexion commune : la publicité des conflits, la légitimité du débat, la spécificité du politique. En effet, les inspirateurs du volume, dans une perspective moins téléologique que celle qui nourrit, par exemple chez Habermas, la définition de l’« espace public » (Öffentlichkeit), ont préféré parler d’« opinion » tout court, éventuellement au pluriel. Ils rejoignent ainsi l’évolution de l’historiographie allemande (celle qui s’est le plus intensément confrontée au concept d’Öffentlichkeit) vers la notion de Teilöffentlichkeiten au pluriel – c’est-à-dire d’« espaces publics partiels » – et vers une analyse empirique des conflits comme productions performatives de contenus et de réseaux faisant opinion. Il n’en reste pas moins qu’il ne suffit pas d’aborder un conflit pour pouvoir ipso facto utiliser le terme « opinion », qui porte à poser la question du public. Le pluriel quant à lui incite à distinguer entre les différents publics et les différents horizons auxquels les acteurs d’un conflit font appel ou se réfèrent.

2Le programme de notre ouvrage commun met également en avant l’articulation entre opinion et politique. Il invite ainsi, tout d’abord, à appréhender l’opinion sous l’angle des processus concrets par lesquels les décisions d’un corps politique s’élaborent et acquièrent une légitimité : la dissension et le débat ont-ils une place reconnue dans la décision et dans l’action ? D’autre part, il suggère une interrogation sur l’autonomie du politique et singulièrement sur sa dissociation du religieux.

  • 1 Sur les querelles des livres de cantiques à l’époque des Lumières : Hartmut Lehmann, « Der politis (...)
  • 2 Karl Otmar von Aretin, « Katholische Aufklärung im Heiligen Römischen Reich », in id., Das Reich. (...)

3Renonçant à partir d’une définition très stricte de l’opinion (puisque sa définition fait partie intégrante de sa mobilisation dans un conflit), je vais donc appliquer les trois variables à quelques conflits villageois de la fin du XVIIIe siècle. Il s’agit certes de conflits du temps des Lumières – le temps de « l’opinion publique » – mais ce sont des conflits contre les Lumières, des conflits ruraux et non urbains ; ils sont inscrits dans un contexte spécifique, celui d’une petite région catholique de Thuringe, l’Eichsfeld, relevant – mais d’assez loin – de l’archevêché-électorat de Mayence et entourée de voisins protestants. Ce sont de surcroît des conflits apparemment peu propices à une réflexion sur le politique, puisqu’ils portent sur des pratiques de dévotion. La bataille qui déchire à partir de 1792 le village de Wendehausen à propos de l’introduction du nouveau recueil de cantiques mayençais, sera prise comme fil directeur car cette querelle est particulièrement bien documentée1. Mais l’enquête sera également étendue vers d’autres villages qui se sont opposés à l’arrêt d’un pèlerinage, à l’interdiction d’une procession, ou à toute autre mesure caractéristique de « l’Aufklärung catholique », concept controversé mais réalité concrète d’épuration des pratiques dévotionnelles2.

4Pour croiser les trois « entrées » vers le couple notionnel conflit et opinion – la question des publics, celle des procédures légitimes, celle de l’autonomie du politique – je procéderai en deux temps. Il s’agira d’abord d’étudier la place reconnue à la dissension et à son expression dans le conflit ; et ensuite d’analyser les argumentaires formulés à l’occasion de la contestation villageoise. Dans ces deux parties, on retrouvera la notion de publicité dans les conflits puisque ceux-ci sont étudiés à deux niveaux : interne au village, et entre le village et les autorités.

Un conflit sans opinion ?

5La fonction accordée au conflit, ainsi que celle qui est réservée à l’expression d’une opinion (du village envers les décisions des autorités, ainsi qu’au sein du village), sont ambiguës. Conflits et opinions s’expriment en effet dans des termes qui semblent leur dénier toute légitimité.

  • 3 Arno Wand, Das Eichsfeld als Bischöfliches Kommissariat 1449-1999. Ein Amt macht Geschichte, Leipz (...)
  • 4 Même constat chez R. Habermas, Wallfahrt und Aufruhr…, op. cit., p. 144-150.
  • 5 Kommissariatsarchiv Heiligenstadt (archives du commissariat archiépiscopal de Heiligenstadt) [déso (...)
  • 6 La liste nominative dressée au moment du premier scrutin réalisé sur le sujet le 11 avril 1792 rép (...)

6D’un côté, les autorités de l’Eichsfeld – c’est-à-dire à l’échelle locale le gouvernement laïque de cette petite région et, surtout, le commissariat archiépiscopal qui exerce sur place l’essentiel de la gestion ecclésiastique sous la surveillance du vicariat général de Mayence3 – soumettent les contestations envers les mesures « éclairées » de restriction et de réforme des dévotions traditionnelles à une grille de lecture qui disqualifie toute divergence d’opinion. Elles inscrivent en effet ces refus dans une échelle de valeurs fondée sur un classement chronologique. Ceux qui critiquent les mesures sont ainsi rejetés du côté de la routine, de l’attachement au passé, donc de l’ignorance et du faible degré d’instruction. Lorsqu’il est possible de confronter les arguments employés par les villageois et ceux que répercutent les autorités locales vers les instances de décision, on s’aperçoit de la distorsion qui est introduite : la résistance est ramenée à une incompréhension, à une stupidité ancienne ; ses acteurs sont décrits comme la lie du peuple, les éléments les moins instruits. Cette disqualification des résistances revient, plus largement, à ôter toute légitimité à la pluralité d’opinions. Mais elle ne reflète ni la diversité sociale ni le répertoire argumentaire des opposants4. Dans le cas du conflit de Wendehausen sur le nouveau recueil de cantiques, la phrase d’un partisan des nouveaux cantiques attribuant la résistance à « quelques vieilles femmes à la vue courte5 » est par exemple contredite par les résultats précis du scrutin organisé (et sur lequel je reviendrai) qui donne une répartition sociale similaire chez les partisans comme chez les adversaires du nouveau Gesangbuch6.

  • 7 Trois exemples de ce champ de recherche très fécond en Allemagne : Stefan Brakensiek, « Peut-on pa (...)
  • 8 Sur la construction du célibat des prêtres comme marqueur confessionnel et donc comme instrument e (...)
  • 9 La supplique issue du village d’Ecklingerode en 1797 pour protester contre une accusation émanant (...)
  • 10 Sur le rapport entre conflit et documentation, deux réflexions importantes : Monika Mommertz, « Vo (...)

7D’un autre côté, les communes rurales qui s’expriment par des suppliques et par des plaintes respectent deux présupposés de ce type de documents7. Les doléances doivent porter non sur la politique générale des autorités, mais sur des griefs locaux ; c’est pourquoi la plupart des affaires constituant, en fait, une contestation des mesures des Lumières apparaissent dans les archives sous la forme d’un plainte contre le curé chargé de les appliquer au village (plainte qui porte sur le domaine le plus efficace en ce domaine : les frasques sexuelles supposées du prêtre)8. Elles sont également censées exprimer la volonté unanime de la commune, immanquablement proclamée dès le début de la supplique – qui passe toutefois sous silence les procédures d’établissement et de validation de cette unanimité. C’est d’ailleurs tout l’intérêt des conflits internes aux villages que de faire apparaître ces procédures : lorsqu’une supplique ou une plainte est contestée, en effet, de nombreux habitants soit prennent la peine de signer, d’une croix s’il le faut, une confirmation, soit au contraire signalent explicitement leur désaccord9. La chose est néanmoins exceptionnelle ; dans la plupart des cas, les conflits d’opinion restent dans le silence des sources qui, elles, ne parlent que de communes unanimes, de bon voisinage, et du bien commun villageois10.

8Ce double cadre rend par conséquent problématique l’expression d’une opinion villageoise. Les textes qui l’expriment, en effet, ne peuvent légitimement porter sur l’objet même de la contestation ; et ils ne peuvent faire état d’un débat d’opinion à ce sujet. La manière dont la documentation parle des conflits à propos des réformes éclairées aborde donc assez rarement de front ces réformes et accorde une faible place aux modalités de leur contestation. Ou, plutôt, elle s’efforce le plus souvent de parler non d’opinion, mais d’unanimité d’un côté, celui des villageois, ou de nécessaire pédagogie de l’autre, celui des autorités.

9Toutefois, l’accent pédagogique du discours des Lumières ménage une ouverture nouvelle pour l’expression de la dissension. C’est d’abord une question de rythme, de densité documentaire. La multiplication des enquêtes sur les formes dévotionnelles, de décisions et de modifications dans ce domaine, oblige les curés, mais aussi les communes, à dire le non-dit, à justifier la coutume. C’est aussi une conséquence de l’argumentation éclairée : la nouvelle dévotion est censée convaincre (et non seulement séduire) les esprits les plus avancés, c’est-à-dire ceux qui sont légitimes à donner leur avis. Ce discours suppose l’appui de la « meilleure part » de l’opinion et, en le supposant, finit par le solliciter. C’est enfin une prudence, à mesure que les résistances aux nouvelles mesures se multiplient : il faut veiller à ce que les nouveautés soient bien acceptées, même si la déploration de la « vieille routine » continue à disqualifier la résistance.

  • 11 KAH Fach 276-4-I, 28.
  • 12 KAH Fach 276-4-I, 16; KAH Fach 276-4-I, 36.
  • 13 On retrouve par exemple ce souci de compter les voix contre une mesure éclairée en Westphalie, à p (...)

10Dans le cas du recueil de cantiques, cette ouverture nouvelle est décrite par une décision du vicariat général qui stipule en mai 1792 que le recueil ne peut être introduit que « selon les souhaits de la plus grande partie de [la] paroisse11 ». Cette disposition confère tout son intérêt au conflit qui se déroule à Wendehausen. Elle rend en effet légitime l’expression d’opinions divergentes au sein du village – une expression qui avait pourtant déjà débuté par la recherche plus traditionnelle d’une unanimité. Les partisans et les adversaires du nouveau recueil de cantiques organisent en effet tour à tour deux scrutins pour prouver qu’ils sont les plus nombreux. Les deux élections donnent toutefois des résultats opposés : la première, dès avril 1792, se solde par une victoire des partisans du nouveau recueil par 66 voix contre 31 ; la seconde, en juillet, est marquée par un résultat inverse, de 39 voix sur un total théorique de 7112. La procédure majoritaire, dans ses effets pratiques, n’est pas encore suffisamment formalisée pour apporter la solution du conflit, puisque chaque camp applique des modalités diverses et ne délimite pas le même corps électoral. Mais elle est doublement révélatrice. D’une part, la promptitude avec laquelle il y est fait recours montre à quel point la gestion des divergences d’opinion précédait la formulation d’une supplique ou d’une plainte – même si celles-ci, face aux autorités et au regard de l’historien, se présentent ensuite comme l’expression d’une unanimité. D’autre part, elle permet de voir que le recours, par les autorités éclairées, à l’argument de l’assentiment de la « meilleure partie » de la population aux réformes est suffisamment imprécis pour être transformé en légitimation de l’avis de la partie la plus nombreuse, mais aussi plus largement en légitimation de la diversité des opinions13.

  • 14 Témoignage du 13 avril 1792, KAH Fach 276-4-I, 16.

11Le statut de l’opinion au sein du village demeure toutefois ambigu. Certes, son rôle structurant dans le conflit n’est plus évacué par la documentation. En témoigne le fait que désormais partisans et adversaires du nouveau cantique s’approprient en leur nom la forme de communication que représentent la plainte et la supplique, une forme qui jusqu’alors émanait uniquement de la « commune unanime ». Plus révélateur encore : dès les débuts du conflit apparaissent les dénominations de Altpartei et Neupartei (« parti ancien » et « parti nouveau ») revendiquées par chacun des deux camps, mais très vite utilisées aussi par les camps adverses, et même progressivement par les autorités dans leurs échanges sur les événements de Wendehausen. Enfin, ces partis ne se cantonnent plus à la dissension à l’intérieur du village ; ils visent un public plus large en essayant de faire jouer l’un contre l’autre les différents échelons des autorités dont relève Wendehausen. Le Altpartei, mis en minorité, prétend par exemple, contre le commissariat archiépiscopal, connaître des décisions venues de plus haut et accordant une sorte de liberum veto à l’opinion hostile au nouveau recueil : son chef déclare en avril 1792 qu’« ils auraient depuis longtemps appris de source sûre que sur ce point un ordre de son Altesse Électorale serait déjà arrivé de Mayence, disposant que le nouveau recueil de cantiques devait être entièrement retiré si ne serait-ce que cinq ou six hommes étaient contre14 ».

  • 15 Avril 1794, KAH Fach 276-4-I, 87.

12Mais, d’un autre côté, les arguments avancés par l’un et l’autre parti continuent tous de déplorer la perte de l’unanimité dans le village – c’est même le reproche principal que les deux partis s’adressent. Le débat, la dissension, continuent d’apparaître comme des scandales qu’il est nécessaire de résorber, d’autant que la querelle porte sur des dévotions effectuées en groupe, et plus précisément sur des cantiques dont la raison d’être est d’être entonnés d’une seule voix. Le dossier consacré au conflit de Wendehausen résonne constamment de ces déplorations, comme celle de la veuve Apel qui « se serait retournée et se serait mise à pleurer […] et là-dessus elle serait allée à l’église et y aurait organisé sa dévotion pour elle toute seule15 ».

13J’ai donc d’abord essayé de dégager le terme d’« opinion » à partir d’une interrogation sur les procédures légitimes de la décision et de la contestation. Celles-ci, dans l’archevêché-électorat de Mayence à la fin du XVIIIe siècle, ne reconnaissent pas de fonction à la divergence d’opinion, ni à l’intérieur des communes villageoises, ni dans le rapport des autorités avec ces communes. Toutefois, le conflit montre que cette fonction existe bien. Il donne aux modalités villageoises de formation de l’unanimité, requise pour le passage à la communication avec l’échelon supérieur, l’occasion d’une expression nouvelle et plus formalisée grâce au recours des autorités éclairées à la notion d’adhésion par surcroît de lumières – et non plus de simple obéissance. Les publics clos de la dissension – dans le village, et le plus souvent dans le silence des sources ; dans le champ formalisé et hiérarchisé de la supplique et de la plainte – tendent par conséquent à s’ouvrir et à communiquer. La valeur même de la dissension reste toutefois exprimée en termes négatifs : elle devient un instrument efficace, elle n’est pas encore une structure légitime de l’action et de la décision. Cela tient-il au fait que les conflits sur les dévotions ne participent pas d’une sphère « politique » où la différence d’opinion serait légitime, mais sont au contraire tributaires de l’unanimisme supposé par le rituel religieux ?

Politique, religion, opinion

14Dans un deuxième temps, je me pencherai donc plus précisément sur les types d’arguments utilisés par les villageois lorsqu’ils contestent une mesure éclairée qui porte sur leurs pratiques dévotionnelles. Est-il possible de distinguer entre une sphère politique et une sphère religieuse ? Cette distinction est-elle opératoire pour délimiter des champs de conflits où l’expression de la dissension serait légitime, et des champs où elle ne le serait pas, ou pour distinguer différents régimes de publicité du conflit et de l’opinion ?

  • 16 Les principaux voisins de l’Eichsfeld sont soit luthériens (l’Électorat de Hanovre, la monarchie p (...)
  • 17 Peter Hersche, « “lutherisch werden” – Rekonfessionalisierung als paradoxe Folge aufgeklärter Reli (...)
  • 18 Octobre 1792, KAH Fach 276-4-I, 70.

15Un premier type d’arguments – très présents dans les conflits de l’époque de l’Aufklärung dans l’Eichsfeld – fournit à ces questions une première réponse, très nuancée. Il s’agit de la mention des protestants. La région est entourée de voisins luthériens ou réformés (la moitié des paroisses de l’Eichsfeld jouxtent la frontière) et cette relation joue depuis longtemps un rôle majeur dans la définition de l’appartenance confessionnelle et dans la spécificité du catholicisme local16. Elle structure également le débat sur les réformes éclairées en matière de dévotion. Les autorités de l’Eichsfeld soulignent la nécessité de supprimer des formes de dévotion qui apparaissent ridicules ou scandaleuses aux yeux des protestants. Les communes rurales, au contraire, signalent que toute nouveauté introduite par les catholiques suscite la moquerie des voisins luthériens, moins enclins à saluer tout « progrès » des catholiques vers une religion « éclairée » qu’à souligner par le rire tout ce qui s’apparente à une défaite dans le ping-pong confessionnel par lequel se construit constamment l’identité des uns et des autres17. Dans le cas de Wendehausen et du chant, la référence aux protestants acquiert une dimension supplémentaire : leur présence moqueuse, d’autant plus constamment attestée que le village de Wendehausen est un bastion avancé de l’Eichsfeld en terre protestante, sert avant tout à déplorer la division et la dissension parmi les catholiques. Ainsi, alors que le « nouveau parti » et l’« ancien parti » en sont venus à chanter à tue-tête leurs cantiques respectifs pendant les messes, le curé déplore : « Quel office est-ce là ? […] Peut-il faire autre chose qu’étonner les protestants dont d’habitude il se trouve toujours quelques-uns dans l’église de Wendehausen et qu’exposer notre messe à leurs moqueries18 ? »

  • 19 KAH Fach 276-4-I, 16.

16Le recours à l’argument de l’appartenance confessionnelle et de la nécessaire unité face aux protestants contribue donc à disqualifier la diversité des opinions ; pourtant, il constitue dans le même temps un des exemples le plus nets de recours argumentatif à un « espace public » de l’opinion, d’autant qu’il étend le conflit villageois à l’échelle du petit territoire tout entier. L’un des arguments des partisans de l’ancien livre de cantiques est en effet que, lors du pèlerinage qui rassemble chaque année au sanctuaire du Hülfensberg la plupart des habitants de l’Eichsfeld, ceux de Wendehausen – seul village où en 1792 le nouveau recueil a été introduit – détonneront dans tous les sens du terme : « Sur le Hülfensberg, où ils se retrouvent avec d’autres paroisses, les nouveaux livres de cantiques ne pourront être utilisés sans entraîner de perturbations dans la dévotion et le bon ordre19. »

17L’espace public de l’Eichsfeld, l’opinion du territoire, et celle des voisins, sont donc bien présents dans les argumentaires. Mais ils le sont au titre de l’unité confessionnelle, et ils le sont pour condamner l’idée même de diversité. Il n’y a pas coïncidence entre le critère de la dissension légitime, celui de l’autonomisation politique, et celui de la publicité des conflits.

  • 20 Pour retrouver la bibliographie abondante et dispersée qui permet d’aborder ce sujet à l’échelle d (...)
  • 21 Christof Dipper, « Volksreligiosität und Obrigkeit im 18. Jahrhundert », in Wolfgang Schieder (dir (...)

18Cette coïncidence n’existe pas non plus, mais pour des raisons inverses, dans un deuxième ordre d’arguments. Cette fois-ci, nous nous éloignerons un instant de Wendehausen pour étudier d’autres conflits (en fait les plus fréquents dans la documentation), ceux qui concernent la suppression de processions ou de pèlerinages, en particulier les très nombreux pèlerinages locaux ou régionaux effectués en groupes communaux : le Wallfahrt20. Ces déplacements sont restreints, par vagues successives, à partir de 1785. Les restrictions sont motivées par le désir de promouvoir une « véritable piété » centrée sur la paroisse et de réduire le rôle des images miraculeuses et des reliques dans la dévotion catholique. Mais elles sont également étayées par une argumentation d’utilité publique : ces déplacements constants nuiraient à la capacité de travail, entraîneraient des désordres et des libations excessives, occasionneraient des dépenses inutiles qui maintiennent le petit peuple dans la pauvreté et l’ignorance. En quelque sorte, le discours éclairé sur les pèlerinages marque donc la promotion d’un discours politique, celui de la bonne police, dans le domaine des pratiques de dévotion21.

  • 22 KAH Fach 255-28-I, 10. Ce retournement des arguments économiques contre la réduction des pèlerinag (...)

19Mais les réponses des communes villageoises sur ce point ne sont pas davantage « religieuses ». Elles s’efforcent au contraire de déjouer le discours général des Lumières pour montrer qu’il ne s’applique pas au cas particulier dont il est question. De nombreuses suppliques pour le maintien ou le rétablissement d’une procession ou d’un pèlerinage s’attachent en effet à démontrer que l’ordre est bien maintenu tout au long du chemin, que les excès de boisson sont rares, ou que le travail n’en est pas affecté. Plus nette encore est la réaction de la commune de Küllstedt lorsque les autorités archiépiscopales prétendent en 1772 que l’organisation d’une procession pour conjurer un danger d’épidémie a porté préjudice au commerce régional en effarouchant les voisins protestants. En réponse, le village envoie le receveur local des douanes déposer que « l’on n’a pas noté que la procession organisée par le curé Lerch au premier dimanche de décembre ait mis le moindre obstacle au commerce et à la mobilité à Küllstedt et en d’autres lieux22 ».

20Bref, ce type d’arguments montre une configuration différente des trois notions qui nous guident : là, ce sont les autorités qui ont recours à un espace public, celui de la prospérité générale, et ce sont les villages qui ramènent au cas particulier de leur terroir ; les unes et les autres, en revanche, admettent l’existence d’une sphère peut-être politique, en tout cas de bonne police, à laquelle peut être ramenée aussi l’évaluation des formes dévotionnelles ; et alors que les autorités cherchent à disqualifier toute résistance en opposant pratiques d’un autre âge et nouvelle rationalité économique, la réponse des ruraux revient au contraire à dire qu’en matière d’utilité publique, l’argumentation et la présentation d’une opinion divergente sont rendues légitimes, justement, par la rationalité et la volonté d’objectivité de l’argumentation.

  • 23 KAH Fach 256-19-I, 33 (mars 1792, texte du Altpartei) ; KAH Fach 276-4-I, 25 (juin 1792, rapport d (...)

21Les choses sont encore plus surprenantes lorsque l’on s’attache à un troisième type d’arguments – lui aussi omniprésent, du moins dans les années qui séparent 1789 des premiers bouleversements introduits dans l’archevêché-électorat de Mayence par les guerres révolutionnaires. Il s’agit de la mention des événements français. Ceux qui pourraient saluer l’avènement des idéaux éclairés sont également ceux qui ont à redouter la contagion révolutionnaire. Ceux qui pourraient s’inspirer d’une aspiration à une plus grande participation politique du peuple sont également ceux qui combattent des réformes éclairées. La référence française est donc mise à toutes les sauces possibles – à Wendehausen en particulier. Du côté des autorités (parfois divisées sur la question du nouveau recueil) comme des deux partis qui s’opposent au sein du village, tous reprochent à leurs adversaires d’attiser la discorde « en ces temps où comme par une épidémie tout respire la rébellion ou le soulèvement » et d’importer « l’anarchie de France23 ».

  • 24 Arno Herzig, « Der Einfluß der Französischen Revolution auf den Unterschichtenprotest in Deutschla (...)

22Ces diversités d’interprétation montrent surtout à quel point les différents publics et les différentes sphères d’un conflit interagissent. Plusieurs études ont montré que les agitations rurales en Allemagne, dans les années qui suivent 1789, font souvent référence à la Révolution Française : les idées nouvelles et les revendications locales se mêlent dans des proportions variables – de même que sont très variables les causes de ces agitations. Dans tous les cas, la connaissance des événements de la sphère publique nourrit la formation de l’opinion villageoise. Par la même occasion s’effectue également une circulation entre ce que nous pourrions assigner à la sphère du politique et à celle du religieux24.

  • 25 KAH Fach 256-21-I, 29.

23Cette double circulation est particulièrement nette non pas à Wendehausen, mais dans le village de Westhausen où en 1794 le curé raconte quelle manière de charivari les jeunes hommes du village ont organisé sous ses fenêtres. Il écrit en particulier : « Ils se livrèrent jusqu’à une heure [du matin] aux pires excès en érigeant ce qu’ils appelèrent un arbre de la liberté et en disant : il ne manque plus que le bonnet rouge. Ils dirent aussi à grand bruit : la rébellion, ici, va devenir encore plus grave qu’en France25. » Il est remarquable que ce soit non pour exprimer une opinion « politique », mais pour obtenir que le curé consacre davantage de temps à la confession pascale, que le symbolisme de la Révolution Française (l’arbre de la liberté, le bonnet phrygien) ait été mobilisé par ces jeunes hommes – mais dans le cadre d’un mode de contestation traditionnel (charivari). Le conflit est donc local, mais il a recours à un échelon très général (l’opinion européenne, si l’on peut dire) ; c’est un conflit autour d’une pratique dévotionnelle et mobilisant les formes traditionnelles de la sociabilité, mais il s’empare d’un arsenal symbolique qui confère une légitimité à la dissension politique.

  • 26 Dans un domaine différent – celui des capitulations électorales imposées par les chanoines des cha (...)

24Il est par conséquent difficile de répartir les arguments employés par les différents acteurs du conflit selon une catégorisation claire qui ferait jouer dans le même sens l’opinion éclairée, l’espace public, la sphère politique26. Cette catégorisation est certes mise en œuvre par le discours produit par les autorités éclairées : l’opinion des meilleurs esprits en faveur d’une rationalisation de l’espace public et d’un cantonnement de la dévotion à l’espace domestique y est opposée au préjugé (et non à une opinion), à la routine et l’étroitesse d’horizon. Mais les textes issus des communes rurales, eux, révèlent plutôt le recours, en fonction d’une géométrie variable, à des répertoires argumentaires hétérogènes et évolutifs.

25Le rapport entre opinion, conflit, politique et public semble donc relever davantage d’une analyse en termes de positions sociales et de stratégies de pouvoir que d’une interprétation en termes d’évolution diachronique. Pour le dire autrement : les tendances générales dont il faut nécessairement parler lorsqu’on aborde la notion d’opinion à l’époque des Lumières – c’est-à-dire « l’émergence de l’opinion publique » liée à « l’émergence du politique » et, plus globalement, à « l’émergence de la modernité » – sont peut-être à situer du côté de l’histoire des arsenaux dont se saisissent les groupes sociaux, davantage que du côté de l’histoire de ces groupes eux-mêmes. C’est d’ailleurs en cela qu’une approche de l’opinion par le biais du conflit effectif est susceptible d’enrichir et de nuancer une approche de l’opinion par le biais de l’histoire des idées.

Conclusion

26Le recours aux trois « grilles de lecture » du public, de la légitimité et du politique pour aborder la relation entre conflit et opinion – et surtout pour l’aborder au moment, charnière en la matière, des Lumières tardives – est d’autant plus opératoire que les conflits dont j’ai parlé, a priori, ne vont guère dans le sens de « l’émergence de l’opinion publique » éclairée, urbaine et politique de l’Aufklärung. En apparence, donc, il s’agit de conflits sans opinion, puisque la résistance aux Lumières est disqualifiée comme routine et superstition – et non comme opinion contraire – et puisque du côté des villages eux-mêmes l’unanimité constitue l’idéal proclamé. Pourtant, on retrouve dans les procédures et dans les arguments tous les éléments de cette « émergence de l’opinion publique » : formalisation du débat, élargissement de l’horizon de référence, argument de l’utilité publique. On les retrouve d’ailleurs chez tous les protagonistes, et mêlés à d’autres arguments. Si émergence il y a, elle est interactive. La comparaison diachronique portera donc moins sur le statut de l’opinion, que sur l’évolution constante et interactive des répertoires par lesquels s’exprime le conflit.

  • 27 Andreas Würgler, « Politische Kultur in der “Provinz” zur Zeit der Aufklärung. Unruhen und Öffentl (...)
  • 28 Sur ce principe, celui de l’« Année normative » fixée au 1er janvier 1624, voir Ralf-Peter Fuchs, (...)
  • 29 KAH Fach 274-14-I, 7. Sur ce contexte confessionnel : Christophe Duhamelle, La frontière au villag (...)

27En revanche, la comparaison géographique permet de mieux comprendre l’actualisation à géométrie variable de ces répertoires – d’autant que la Révolution Française fournit ici un terrain direct de comparaison. Si des paysans allemands mobilisent le bonnet phrygien pour défendre la confession fréquente qui, en France, n’est pas précisément au cœur des revendications des ruraux qui plantent des arbres de la liberté, est-ce à dire que les campagnes allemandes sont attardées ? Ne faut-il pas y voir plutôt une articulation différente du religieux et du politique, sous la forme de l’appartenance confessionnelle ? Celle-ci en effet, depuis la paix d’Augsbourg (1555) et surtout la paix de Westphalie (1648), est intimement liée au statut juridique et au pouvoir politique des différents acteurs – du prince à l’individu en passant par les communes rurales. Ce lien est renforcé par la coexistence confessionnelle, ossature sur laquelle se greffe, dans les relations quotidiennes, l’affirmation (elle-même résultat d’un processus interactif qui nous échappe souvent) de l’identité collective des communes. Les conflits face aux mesures éclairées témoignent d’une densification de l’espace public du village, de ses procédures, de ses principes et de leur mise au goût du jour27. Ils montrent en particulier l’actualité et la plasticité de la référence au droit d’Empire qui scelle le statu quo confessionnel, y compris contre la volonté du prince. L’analyse des contestations des paysans de l’Eichsfeld permet en effet de montrer que c’est en se fondant sur une transcription localisée du principe juridique qui gouverne l’identité confessionnelle qu’ils opposent aux autorités, lorsqu’elles veulent leur imposer un chant nouveau ou une nouvelle manière d’utiliser les cloches, la réponse : « Nous ne voulons pas devenir luthériens28. » La supplique de la commune de Geismar, en 1801, s’élève contre la restriction des sonneries de cloches par son curé : on y retrouve la nécessité de mobiliser un grief local, et non une critique générale, mais c’est bien le droit des autorités mayençaises à changer les pratiques devenues des marqueurs confessionnels qui est ici en cause. Cette supplique est emblématique d’une inscription de l’« opinion publique » villageoise dans le contexte très précis des marges de manœuvre et des références juridiques qui sont celles de l’appartenance confessionnelle dans l’Empire et qui, plus généralement, apportent un enseignement sur la part à faire au contexte pour étudier la mobilisation, la formalité et l’arsenal argumentaire d’un conflit d’opinion : « Le sieur curé a sans doute oublié de penser que ce faisant il transformait l’office légal et l’exercice public de la religion en un exercice sous le manteau. […] Faut-il qu’on nous interdise à nous seuls, jetant l’opprobre sur la chrétienté et la religion catholique, de louer Dieu en faisant sonner les cloches ? Et une fois pour toutes nous ne voulons pas devenir luthériens, et nous voulons donc qu’on préserve le libre exercice de notre religion29. » Ces conflits dévoilent ainsi un ensemble d’actions, de représentations symboliques et de débats qui mêlent, autant que l’ancien au nouveau ou le local au général, une revendication plus structurée d’autonomie communale à une conscience plus aiguë d’identité confessionnelle.

28C’est tout cela qui s’exprime dans la défense d’une procession ou d’un recueil de cantiques. La confession est « politique » autant que religieuse. Et la course à la modernité se dit entre catholiques et protestants, pas entre religieux et politique. Les nouveautés qui apparaissent dans les conflits des années 1790 – la formalisation du vote, ou l’exemple révolutionnaire français – sont reformulées dans ce cadre confessionnel et contribuent à leur tour à le reformuler. Elles expriment, de part et d’autre, un rapport évolutif à la notion de publicité, à la légitimité de la dissension, au rôle des différentes instances politiques, mais elles actualisent ce rapport au sein d’un contexte, celui de l’appartenance confessionnelle comme enjeu social, qui ne se soucie pas prioritairement du statut de l’opinion et du statut du politique.

Notes

1 Sur les querelles des livres de cantiques à l’époque des Lumières : Hartmut Lehmann, « Der politische Widerstand gegen die Einführung des neuen Gesangbuches von 1791 in Württemberg. Ein Beitrag zum Verhältnis von Kirchen-und Sozialgeschichte », Blätter für württembergische Kirchengeschichte, 66/67, 1966-1967, p. 247-263 ; Catherine Maurer, « Contribution à une anthropologie du protestant allemand : manifestations et enjeux de la querelle du “livre de cantiques” », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 37, 1990, p. 642-656 ; Heinrich Schmidt, « “Aufgeklärte” Gesangbuch-Reform und ländliche Gemeinde. Zum Widerstand gegen die Einführung neuer Gesangbücher im Herzogtum Oldenburg und der Herrschaft Jever am Ende des 18. Jahrhunderts », in Ernst Hinrichs, Günter Wiegelmann (dir.), Sozialer und kultureller Wandel in der ländlichen Welt des 18. Jahrhunderts, Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, 1982, p. 85-115. Sur le cas spécifique de la querelle de Wendehausen: Christophe Duhamelle, « Konfessionelle Identität als Streitprozess: Der Gesangbuchstreit in Wendehausen (Eichsfeld), 1792-1800 », Historische Anthropologie, 11-3, 2003, p. 397-414.

2 Karl Otmar von Aretin, « Katholische Aufklärung im Heiligen Römischen Reich », in id., Das Reich. Friedensgarantie und europäisches Gleichgewicht 1648-1806, Stuttgart, Klett-Cotta, 1986, p. 403-433; Timothy C. W. Blanning, « The enlightenment in catholic Germany », in Roy Porter, Mikulas Teich (dir.), The enlightenment in national context, Cambridge, Cambridge University Press, 1981, p. 118-126 et 241-244; Andreas Holzem, Religion und Lebensformen. Katholische Konfessionalisierung im Sendgericht des Fürstbistums Münster 1570-1800, Paderborn, Schöningh, 2000, en particulier p. 467-470; Harm Klueting, « “Der Genius der Zeit hat sie unbrauchbar gemacht”. Zum Thema katholische Aufklärung – oder: Aufklärung und Katholizismus im Deutschland des 18. Jahrhunderts. Eine Einleitung », in id. (dir.), Katholische Aufklärung – Aufklärung im katholischen Deutschland, Hambourg, Meiner, 1993, p. 1-35. En français, voir Marie Drut-Hours, « Promouvoir le “vrai christianisme” : la question religieuse et l’Aufklärung dans les communautés catholique de Trèves et protestante des Deux-Ponts », Dix-huitième siècle , 34, 2002, p. 41-52 ; Sylvaine Reb-Gombeaud, « L’Aufklärung catholique : avatar de la Spätaufklärung ou forme spécifique de l’Aufklärung en Allemagne ? », in Werner Schneiders (dir.), The Enlightenment in Europe. Unity and Diversity, Berlin, Berliner Wissenschafts-Verlag, 2003, p. 165-180. On signalera également trois études de cas : Barbara Goy, Aufklärung und Volksfrömmigkeit in den Bistümern Würzburg und Bamberg, Wurtzbourg, Kommissionsverlag Ferdinand Schöningh, 1969 ; Rebekka Habermas, Wallfahrt und Aufruhr. Zur Geschichte des Wunderglaubens in der frühen Neuzeit, Francfort-sur-le-Main, Campus, 1991 ; Eva Kimminich, Religiöse Volksbräuche im Räderwerk der Obrigkeit. Ein Beitrag zur Auswirkung aufklärerischer Reformprogramme im Oberrhein und in Vorarlberg, Francfort-sur-le-Main, Lang, 1989.

3 Arno Wand, Das Eichsfeld als Bischöfliches Kommissariat 1449-1999. Ein Amt macht Geschichte, Leipzig, St. Benno, 1999.

4 Même constat chez R. Habermas, Wallfahrt und Aufruhr…, op. cit., p. 144-150.

5 Kommissariatsarchiv Heiligenstadt (archives du commissariat archiépiscopal de Heiligenstadt) [désormais KAH], Fach 276-4-I, 7, mai 1792 : « Cette contestation qu’ils ne peuvent autrement fonder sur des causes raisonnables et qui a été d’abord mise en branle par les scrupules de conscience mal placés de quelques vieilles femmes à la vue courte, prend principalement sa source en partie dans une mauvaise interprétation de cette louable intention, en partie dans une préférence aveuglément accordée à la grise antiquité et dans d’infondés préjugés qu’on leur a soufflés. » Je remercie le prévôt Heinz Josef Durstewitz, commissaire ecclésiastique de Heiligenstadt, d’avoir libéralement mis à ma disposition les riches archives de son institution.

6 La liste nominative dressée au moment du premier scrutin réalisé sur le sujet le 11 avril 1792 répartit les habitants en deux grandes catégories : les « Bauer » – paysans disposant d’une exploitation entière – et les « Einmithlinge » – locataires et n’ayant que de petites exploitations. Parmi les premiers, la proportion des partisans du nouveau recueil est de 37 sur 54 (68,5 %) ; elle est de 29 sur 43 (67,4 %) chez les seconds. Quant aux dirigeants de la communauté, ceux qu’on pourrait appeler les notables du village, ils se partagent eux aussi entre les deux camps – la suite du conflit révèlera qu’il en va d’ailleurs de même des ecclésiastiques impliqués sur place dans la querelle : KAH Fach 276-4-I, 16.

7 Trois exemples de ce champ de recherche très fécond en Allemagne : Stefan Brakensiek, « Peut-on parler d’absolutisme dans l’Allemagne moderne ? Une domination désireuse d’être acceptée (Akzeptanzorientierte Herrschaft) », Bulletin d’information de la Mission Historique Française en Allemagne, 42, 2006, p. 249-263 ; Michaela Hohkamp, Herrschaft in der Herrschaft. Die vorderösterreichische Obervogtei Triberg von 1737 bis 1780, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1998 ; André Holenstein, « Klagen, anzeigen und supplizieren. Kommunikative Praktiken und Konfliktlösungsverfahren in der Markgrafschaft Baden im 18. Jahrhundert », in Magnus Eriksson, Barbara Krug-Richter (dir.), Streitkulturen. Gewalt, Konflikt und Kommunikation in der ländlichen Gesellschaft (16.-19. Jahrhundert), Cologne etc., Böhlau, 2003, p. 335-369. Sur les suppliques et leurs règles, voir plus précisément Rosi Fuhrmann, Beat Kümin, Andreas Würgler, « Supplizierende Gemeinden. Aspekte einer vergleichenden Quellenbetrachtung », in Peter Blickle (dir.), Gemeinde und Staat im alten Europa, Munich, Oldenbourg, 1998, p. 267-323.

8 Sur la construction du célibat des prêtres comme marqueur confessionnel et donc comme instrument efficace de l’arsenal contestataire des populations rurales, voir récemment : Antje Flüchter, Der Zölibat zwischen Devianz und Norm. Kirchenpolitik und Gemeindealltag in den Herzogtümern Jülich und Berg im 16. und 17. Jahrhundert, Cologne etc., Böhlau, 2006. Cette épée de Damoclès – une accusation de désordres sexuels, dût-elle se révéler sans fondements, se soldait généralement par une mutation – contribue à expliquer la tiédeur du zèle avec lequel les curés, quelles que fussent leurs opinions sur le sujet, appliquèrent les mesures de l’Aufklärung catholique. Il convient donc de dire d’emblée que la plupart des conflits se réglèrent ainsi (en silence, ou par une affaire de mœurs) et que les documents où j’essaie de pister « l’opinion » forment comme la partie émergée d’un iceberg dont il ne faut pas oublier la masse plus silencieuse. À Wendehausen, la commune « usa » plusieurs curés et vicaires pendant la durée de la querelle.

9 La supplique issue du village d’Ecklingerode en 1797 pour protester contre une accusation émanant – à tort – de « la commune unanime » en fournit un bon exemple : « Ceux d’entre les paroissiens qui n’ont pris aucune part à la plainte et au procès contre monsieur le chapelain Feltman, notre futur curé, et qui ne veulent rien payer pour les frais de procédure mais veulent au contraire, par une supplique au révérend commissariat ou au vicariat général de Mayence, dire qu’ils tiennent à ce que monsieur Feltmann soit confirmé dans ses fonctions puisqu’on n’a rien à lui opposer et qu’on ne voit pas ce qu’on pourrait lui opposer, ceux-ci se sont montrés disposés à signer de leur propre main ou bien pour ceux qui ne savent pas écrire à le confirmer en faisant trois croix et m’ont chargé, moi Ludwig Becken, de faire cette supplique » : KAH Fach 254-23-I, 8.

10 Sur le rapport entre conflit et documentation, deux réflexions importantes : Monika Mommertz, « Von Besen und Bündelchen, Brandmahlen und Befehdungsschreiben. Semantik der Gewalt und die historiographische Entzifferung von “Fehde”-Praktiken in einer ländlichen Gesellschaft », in M. Eriksson, B. Krug-Richter (dir.), Streitkulturen…, op. cit., p. 197-248; David Warren Sabean, « Peasant Voices and Bureaucratic Texts: Narrative Structure in Early Modern German Protocols », in Peter Becker, William Clark (dir.), Little Tools of Knowledge: Historical Essays on Academic and Bureaucratic Practices, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2001, p. 67-93.

11 KAH Fach 276-4-I, 28.

12 KAH Fach 276-4-I, 16; KAH Fach 276-4-I, 36.

13 On retrouve par exemple ce souci de compter les voix contre une mesure éclairée en Westphalie, à propos d’un pèlerinage catholique (Werner Freitag, Volks-und Elitenfrömmigkeit in der Frühen Neuzeit. Marienwallfahrten im Fürstbistum Münster, Paderborn, Schöningh, 1991, p. 344), ou dans le nord luthérien à propos, là aussi, d’un recueil de cantiques (H. Schmidt, art. cit., p. 98).

14 Témoignage du 13 avril 1792, KAH Fach 276-4-I, 16.

15 Avril 1794, KAH Fach 276-4-I, 87.

16 Les principaux voisins de l’Eichsfeld sont soit luthériens (l’Électorat de Hanovre, la monarchie prussienne au titre du comté de Honstein, la ville libre d’Empire de Mülhausen), soit réformés (le landgraviat de Hesse-Kassel). Sur le rôle structurant de la frontière dans la construction interactive des identités confessionnelles dans le Saint-Empire moderne, voir Étienne François, « La frontière intériorisée : identités et frontières confessionnelles dans l’Allemagne de la seconde moitié du XVIIe siècle », in Robert Sauzet (dir.), Les frontières religieuses en Europe du XVe au XVIIIesiècle , Paris, Vrin, 1992, p. 51-57 ; Étienne François, « Konfessioneller Pluralismus und deutsche Identität », in Stefan Ehrenpreis, Ute Lotz-Heumann, Olaf Mörke, Luise Schorn-Schütte (dir.), Wege der Neuzeit. Festschrift für Heinz Schilling zum 65. Geburtstag, Berlin, Duncker & Humblot, 2007, p. 285-309.

17 Peter Hersche, « “lutherisch werden” – Rekonfessionalisierung als paradoxe Folge aufgeklärter Religionspolitik », in Gerhard Ammerer, Hanns Haas (dir.), Ambivalenzen der Aufklärung. Festschrift für E. Wangermann, Vienne, Verlag für Geschichte und Politik et Munich, Oldenbourg, 1997, p. 155-168; Christophe Duhamelle, « Vergleich als Aufklärung. Annäherung und Abgrenzung der Katholiken gegenüber den Protestanten im Eichsfeld », in Hans Erich Bödeker, Martin Gierl (dir.), Jenseits der Diskurse. Aufklärungspraxis und Institutionenwelt in europäisch komparativer Perspektive, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2007, p. 371-394.

18 Octobre 1792, KAH Fach 276-4-I, 70.

19 KAH Fach 276-4-I, 16.

20 Pour retrouver la bibliographie abondante et dispersée qui permet d’aborder ce sujet à l’échelle de l’Empire, on me permettra de renvoyer à Christophe Duhamelle, « Le pèlerinage dans le Saint-Empire au XVIIIe siècle. Pratiques dévotionnelles et identités collectives », Francia, 33/2, 2006, p. 69-96.

21 Christof Dipper, « Volksreligiosität und Obrigkeit im 18. Jahrhundert », in Wolfgang Schieder (dir.), Volksreligiosität in der modernen Sozialgeschichte, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1986, p. 73-96 ; Walter Hartinger, « Kirchliche und staatliche Wallfahrtsverbote in Altbayern », in Winfried Becker, Werner Chrobak (dir.), Staat – Kultur – Politik. Beiträge zur Geschichte Bayerns und des Katholizismus. Festschrift zum 65. Geburtstag von Dieter Albrecht, Kallmünz, Lassleben, 1992, p. 119-136 ; Rudolf Reinhardt, « Die Kritik der Aufklärung am Wallfahrtswesen », in Bausteine zur geschichtlichen Landeskunde von Baden-Württemberg, hg. von der Kommission für geschichtliche Landeskunde in Baden-Württemberg anläßlich ihres 25jährigen Bestehens, Stuttgart, Kohlhammer, 1979, p. 319-345.

22 KAH Fach 255-28-I, 10. Ce retournement des arguments économiques contre la réduction des pèlerinages se retrouve souvent, par exemple à Trèves où le conseil municipal chiffre à 30 000 Reichsthaler le préjudice subi (Guido Gross, « Prozessionen und Wallfahrten nach Trier im Widerstreit geistiger Strömungen und ökonomischer Interessen », in Zwischen Andacht und Andenken. Kleinodien religiöser Kunst und Wallfahrtsandenken aus Trierer Sammlungen, Trèves, Selbstverlag des Bischöflichen Dom-und Diözesanmuseums Trier und des Städtischen Museums Simeonstift Trier, 1992, p. 79-88, p. 81) ; dans les doléances des paysans bavarois (R. Habermas, Wallfahrt und Aufruhr…, op. cit., p. 160) ou dans les plaintes des aubergistes bavarois (Peter Hersche, « Die Lustreise der kleinen Leute. Zur geselligen Funktion der barocken Wallfahrt », in Wolfgang Adam (dir.), Geselligkeit und Gesellschaft im Barockzeitalter, Wiesbaden, Harrassowitz, 1997, vol. 1, p. 321-332, p. 325-326).

23 KAH Fach 256-19-I, 33 (mars 1792, texte du Altpartei) ; KAH Fach 276-4-I, 25 (juin 1792, rapport de Sartorius, assesseur au commissariat et favorable au nouveau recueil).

24 Arno Herzig, « Der Einfluß der Französischen Revolution auf den Unterschichtenprotest in Deutschland während der 1790er Jahre », in Helmut Berding (dir.), Soziale Unruhen in Deutschland während der Französischen Revolution, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1988, p. 202-217 ; Siegfried Hoyer, « Der Beginn der Französischen Revolution und Kursachsen. Verbindungen zum sächsischen Bauernaufstand (1790) », in Heiner Timmermann (dir.), Die Französische Revolution und Europa 1789-1799, Sarrebruck-Scheidt, Dadder, 1989, p. 369-379 ; Rolf Reichardt, « Deutsche Volksbewegungen im Zeichen des Pariser Bastillesturms. Ein Beitrag zum sozio-kulturellen Transfer der Französischen Revolution », in H. Berding (dir.), Soziale Unruhen…, op. cit., p. 10-27.

25 KAH Fach 256-21-I, 29.

26 Dans un domaine différent – celui des capitulations électorales imposées par les chanoines des chapitres cathédraux aux princes ecclésiastiques qu’ils élisent – la réflexion stimulante de Barbara Stollberg-Rilinger offre une conclusion comparable : Barbara Stollberg-Rilinger, « Die Wahlkapitulation als Landesgrundgesetz ? Zur Umdeutung altständischer Verfassungsstrukturen in Kurmainz am Vorabend der Revolution », in Helmut Neuhaus, Barbara Stollberg-Rilinger (dir.), Menschen und Strukturen in der Geschichte Alteuropas. Festschrift für Johannes Kunisch zur Vollendung seines 65. Lebensjahres, Berlin, Duncker & Humblot, 2002, p. 379-404.

27 Andreas Würgler, « Politische Kultur in der “Provinz” zur Zeit der Aufklärung. Unruhen und Öffentlichkeit in Süddeutschland », in Hans Erich Bödeker, Étienne François (dir.), Aufklärung/Lumières und Politik. Zur politischen Kultur der deutschen und französischen Aufklärung, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 1996, p. 79-104.

28 Sur ce principe, celui de l’« Année normative » fixée au 1er janvier 1624, voir Ralf-Peter Fuchs, Ein « Medium zum Frieden ». Die Normaljahrsregel und die Beendigung des Dreißigjährigen Krieges, Munich, Oldenbourg, 2010. L’année normative fige la répartition géographique de la religion légale (« religion extérieure », définie par l’obligation de se soumettre pour trois sacrements au clergé local, et par le droit aux signes extérieurs d’appartenance confessionnelle) tout en définissant le droit à une « religion privée » différente. Avec quelques aménagements et exceptions, une autorité territoriale (prince, ville libre…) ne pouvait pas changer cet état de fait.

29 KAH Fach 274-14-I, 7. Sur ce contexte confessionnel : Christophe Duhamelle, La frontière au village. Une identité catholique allemande au temps des Lumières, Paris Éditions de l’EHESS, 2010.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540