Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

S'exprimer en temps de troubles

 | 
Laurent Bourquin
, 
Philippe Hamon
, 
Pierre Karila-Cohen
, 
et al.

Premiere partie. Du conflit à l'opinion

La Glorieuse Révolution et la conquête de l’opinion (1688-1689)

Stéphane Haffemayer

Texte intégral

  • 1 Michel de Certeau, La prise de parole et autres écrits politiques, Paris, éditions du Seuil, 1994.
  • 2 « Il y eut à Paris une foule de plumes vénales, qui semblant agir de concert, se rencontrèrent tou (...)
  • 3 De Whitehall, 19 février 1689: « Whereas there are divers False, Scandalous, and seditious Books, (...)
  • 4 « Les Estats ont fait brûler plusieurs libelles qui s’étoient répandus icy, depuis peu : et ils on (...)
  • 5 Jonathan Israël, The Anglo-Dutch Moment: Essays on the Glorious Revolution and Its World Impact, 1 (...)

1Comme tout phénomène révolutionnaire, la Glorieuse Révolution est ce que Michel de Certeau appelle un « événement inaugurateur1 » qui engage et ébranle les structures. Au cœur de l’instabilité générée par le conflit, la « prise de parole » par la voie de l’imprimé constitue un espace discursif de lutte entre les représentations, lieu clé de la rivalité entre les pouvoirs. À Paris2, Londres3, La Haye4, etc., l’événement anglais a un « impact mondial5 » qui suscite un élan de discours et de textes, dont témoigne en partie l’information périodique européenne, creuset encore mal évalué, pour l’Ancien Régime, de la formation de l’opinion publique.

  • 6 La London Gazette est consultable sur internet : http://www. london-gazette.co.uk/.
  • 7 D’après un recoupement effectué à partir de C. Nelson (C.) et M. Seccombe (eds), British newspaper (...)
  • 8 Voir Stéphane Haffemayer, L’information dans la France du XVIIesiècle . La Gazette de Renaudot de (...)
  • 9 Notamment l’Histoire des révolutions d’Angleterre… citée plus haut.
  • 10 Dans le genre de la pasquinade, Eustache Le Noble (1643-1711) livre une série de pamphlets dans le (...)
  • 11 Exemple l’Almanach de Milan pour l’année 1689 ou le Pescheur fidele. Traduit de l’italien en franç (...)
  • 12 L’expression est de Nicolas Veysman, Mise en scène de l’opinion publique dans la littérature des L (...)

2Pour cette étude, le dépouillement s’appuie sur une partie significative de la presse européenne : la London Gazette6 qui domine le marché de la vingtaine de périodiques anglais connus7, la Gazette publiée à Paris8, le périodique bruxellois les Relations véritables, ainsi que des ouvrages de circonstance, histoires d’Angleterre9, pamphlets10, almanachs11, etc. Dans ce triangle formé par la France, l’Angleterre et les Pays-Bas, l’information européenne est à la fois le lieu où se joue la conquête de la figure abstraite de l’opinion, celui de sa « mise en scène12 », et le lieu de sa formation politique.

  • 13 Pascal, Pensées, V, 5.
  • 14 Macaulay parle d’« audacieux mépris de l’opinion publique », in Histoire d’Angleterre depuis l’avè (...)
  • 15 Paul Hazard, La crise de la conscience européenne, Paris, Fayard, 1961.
  • 16 Keith Mickaël Baker, Inventing the French Revolution: Essays on French Politcal Culture in the Eig (...)
  • 17 Voir Hélène Duccini, Faire voir, faire croire. L’opinion publique sous Louis XIII, Seyssel, Champ (...)
  • 18 Knights M., Representation and misrepresentation in later Stuart Britain: partisanship and politic (...)

3L’historiographie admet sans peine que l’opinion, cette pascalienne reine du monde, dont la force est le tyran13, aurait joué un rôle déterminant dans le déroulement de l’événement, du rejet de la politique catholique de Jacques II14, à son adhésion à l’avènement de la maison d’Orange. L’ouvrage de Jonathan Israël commence avec l’euphorie populaire au moment de l’entrée de Guillaume d’Orange à Londres le 18 décembre 1688. Ce topos interroge sur la conscience que les contemporains en avaient, et sur les indicateurs de sa politisation. La théorie habermassienne opposerait une première difficulté d’ordre chronologique et sémantique : les années 1680, période de crise de la conscience européenne15, relèvent de la préhistoire de l’opinion publique, absente des dictionnaires. Le mot « opinion » n’apparaît que très rarement dans les nouvelles et ne désigne le plus souvent que des sentiments particuliers, au mieux partagés au sein de la Chambre des Communes. On a plus de succès avec le mot « public » qui désigne le bien, l’ordre, l’intérêt, le repos « public », parfois le destinataire d’une information, mais n’est jamais associé à « opinion ». N’en déplaise aux tenants du linguistic turn et d’un nominalisme strict16, les historiens de la première modernité17 ne peuvent se priver d’un concept indispensable à la compréhension du développement de la sphère imprimée. Le cas anglais montre qu’à la fin du XVIIe siècle, le pays s’est engagé avec passion dans une nouvelle ère de communication politique18.

  • 19 Michel Foucault, Les Mots et les Choses, Paris, Gallimard, 1966, p. 51.

4La question de l’instrumentalisation de l’opinion publique se trouve par conséquent posée ; nous chercherons cet objet fuyant, « incertain » (Michel Foucault) à travers la presse européenne quitte à faire usage d’une lecture « en creux » des textes où l’opinion se laisse deviner, et à proposer une lecture à plusieurs niveaux, de l’opinion que l’on décrit (I), à celle que le pouvoir cherche à contrôler et dont il veut provoquer l’assentiment (II) et enfin à ce que les mots peuvent laisser suggérer de sa politisation (III), le langage étant ce « lieu des révélations », qui « fait partie de l’espace où la vérité, à la fois se manifeste et s’énonce19 ».

Mise en scène de l’opinion, partenaire de l’action politique

5La première interrogation porte sur ce que l’information donne à lire de l’état de l’opinion, de ses manifestations, et de la représentation qu’ont les contemporains de sa capacité d’agir dans le champ politique.

  • 20 Londres, 6 janvier 1689, Gazette du 15 janvier 1689.
  • 21 Idem.
  • 22 Harris T., London crowds in the reign of Charles II: propaganda and politics from the Restoration (...)
  • 23 Roger Chartier, « La vérité entre fiction et histoire », in De l’Histoire au cinéma par Antoine De (...)
  • 24 La Haye, 3 décembre 1688, Gazette du 11 décembre 1688.

6À un premier niveau, tout récit informatif d’une entrée royale (Jacques II à Londres le 26 décembre 168820, Guillaume d’Orange deux jours plus tard21) rapporte les manifestations bruyantes d’une foule dont Tim Harris a révélé l’importance politique22 : acclamations, cris, feux de joies, etc. Ce rôle de figuration représente un état embryonnaire d’opinion populaire, réduit à une simple fonction d’acclamatio, dans la tradition romaine d’expression publique d’approbation ou de désapprobation. Cet élément discursif, présent dans la structure de toutes les nouvelles européennes, confirme la nécessité de distinguer ce qui commande les pratiques et la production des textes23. La mention de l’opinion relève de la construction rhétorique de la légitimité politique. Des nouvelles de La Haye montrent les paysans anglais rejoindre en nombre l’armée de Guillaume d’Orange et lui apporter « toutes sortes de commoditez24 » ; celles de Londres privilégient l’annonce de la fidélité des élites à la cause royale, etc. On pourrait ainsi multiplier les exemples de manifestations voilées de l’opinion dans l’écriture narrative de l’événement, une opinion mise en scène, témoin et instance de validation parfaitement intelligible pour les lecteurs.

  • 25 Londres, 6 janvier 1689, Gazette du 15 janvier 1689.
  • 26 Gazette du 23 juillet 1689.
  • 27 Dans la Sagesse (1601), Pierre charron écrivait que le peuple « tousjours gronde & murmure contre (...)

7À un deuxième niveau apparaît l’opinion du vulgaire, d’une populace dont on craint les « mouvements continuels » et la capacité à investir brutalement et de manière désordonnée l’espace public : la nouvelle de la fuite de Jacques II dans la nuit du 19 au 20 décembre 1688 « se répandit dans toute la ville vers les huit heures du matin, & y causa une grande surprise » ; la « populace irritée & comme furieuse, fut appaisée tout d’un coup, dés qu’on lui eut fait connoître que son Altesse n’approuvoit pas ces violences25 » ; le 14 juillet 1689, une nouvelle de Londres signale qu’« on a excité en quelques endroits, la populace contre des Écclésiastiques Conformistes qui ont refusé de prier pour le Prince d’Orange : et la maison de l’vn d’eux a esté pillée dans le Diocése de Cantorbéry26 ». On retrouve l’idée de la tyrannie de la force évoquée par Pascal et cette conception néo-stoïcienne de l’opinion propre à Montaigne ou Charron27, qui y voient l’expression d’une multitude égarée, irrationnelle, impulsive, dont la nouvelle du 6 janvier 1689 montre l’immédiate soumission à la volonté de Guillaume d’Orange. C’est cette conception de l’opinion que l’on retrouvera à la fin du XIXe siècle dans les travaux de Gustave Le Bon sur la psychologie des foules.

  • 28 Exemple cette nouvelle de Londres du 29 août 1689 d’après laquelle « on entend beaucoup de plainte (...)
  • 29 « Les marchands se plaignent toûjours de ce que nonobstant les grandes sommes qui ont esté accordé (...)
  • 30 Une nouvelle de Londres du 6 octobre 1689 affirme que « Quelque soin qu’on ait pris jusqu’à présen (...)
  • 31 D’après la nouvelle de Londres du 8 décembre 1689, « Le Maire et les Aldermans furent fort surpris (...)
  • 32 Exemple dans cette nouvelle de Londres du 6 octobre 1689 : « on a encore découvert depuis peu, vn (...)

8À un troisième niveau, au dessus du vulgaire, lorsque les nouvelles rapportent le mécontentement, les plaintes contre le gouvernement28, l’opinion se voit reconnaître une forme de conscience politique. De Paris, c’est le prétexte à une critique de la politique orangiste29 et à une dénonciation de la répression dont sont victimes les opposants30. Dans certaines nouvelles, on évoque la dégradation du portrait de Guillaume d’Orange31, des débuts de conspiration jacobite32 qui permettent à la Gazette de témoigner de l’impopularité du gouvernement en place.

  • 33 Nouvelle de Londres du 17 février 1689, Gazette du 26 février 1689.
  • 34 Exemple cette nouvelle de Londres du 18 mars 1688 : « On présente tous les jours à Sa Majesté, des (...)
  • 35 Le 18 mai 1688, sept évêques représentant la plus haute hiérarchie de l’Église anglicane avaient r (...)
  • 36 Pincus S. C., 1688: the first modern revolution, New Haven, Yale University Press, coll. « The Lew (...)

9La légitimité du droit à l’expression est un élément essentiel de la reconnaissance de l’opinion : lorsqu’en février 1689, les habitants de Westminster portent une requête au Parlement pour « demander que le Prince et la Princesse d’Orange fussent couronnez », les « Seigneurs furent assez surpris de ce qu’vn petit canton de la ville de Londres se méloit d’vne affaire aussi importante : et la surprise fut encore plus grande lors qu’on trouva que cette requeste n’estoit signée de personne. Ainsi, ils la rejettérent avec indignation : et ne voulurent pas en permettre la lecture33 ». Les nouvelles laissent apparaître les traces diffuses d’une opinion populaire niée par les institutions politiques, mais seule la légitimité autorise une visibilité par l’imprimé : requêtes et protestations de fidélité émanant des corps constitués (villes, corps, communautés ou membres de l’Église anglicane) introduisent la lecture de la London Gazette tout au long de l’année 1688. Vue de Paris, l’information anglaise révèle l’hostilité grandissante à l’égard de la politique catholique de Jacques II, notamment sur la question de la liberté de conscience qu’il souhaite accorder aux catholiques34 : on évoque le refus de la majorité du clergé de lire dans les églises et de publier la déclaration du roi à ce sujet ; on y témoigne des acclamations du peuple qui ont accueilli l’acquittement des sept évêques35 par le tribunal du Banc du roi le 2 juillet 1688 ; Steven Pincus confirme que l’affaire a fortement agité l’opinion publique36. Avec ces témoignages d’une opposition ouverte d’une partie des intermédiaires privilégiés entre le pouvoir et le peuple, dès l’année 1688, la Gazette donne des signes avant-coureurs de la rupture entre Jacques II et son « opinion publique ».

  • 37 D’après la nouvelle de La Haye du 16 décembre 1688, les premiers succès rencontrés par le prince d (...)

10Absente du champ sémantique, l’opinion n’en n’est pas moins omniprésente dans les nouvelles, à la fois interlocutrice et actrice vaguement pressentie de l’action politique. De manière encore implicite, la presse la considère déjà comme un partenaire obligé, contre lequel gouverner est impossible. Du reste, même l’économie n’y est pas indifférente, notamment lorsqu’à Amsterdam, les cours des actions de la Compagnie des Indes37 varient au gré de la situation politique en Angleterre.

Conquête et contrôle de l’opinion

  • 38 Pincus S. C., 1688, cit.

11Steven Pincus a insisté sur l’importance de la violence polémique autour de cette révolution radicale38 : la conquête de l’opinion fut le premier enjeu de la guerre entre Jacques II et Guillaume d’Orange. En témoignent l’utilisation de la London Gazette par Jacques II tout au long de l’année 1688 et la mise en place de la propagande imprimée de son rival. Dans les deux cas, il s’agit de convaincre pour emporter une adhésion déterminante au moment de l’action, et d’en conserver le contrôle au moyen d’une politique répressive.

  • 39 P. M. Handover, History of the London Gazette, 1665-1695, London, 1965.
  • 40 Gazette du 22 mai 1689.

12La London Gazette, qui a succédé à l’Oxford Gazette née en 1665, est un périodique bihebdomadaire voué à la défense des Stuarts39. Tout au long de l’année 1688, il débute par une déclaration royale ou une protestation de fidélité des habitants de tel ou tel comté ; ce lien fictif entre le roi et son peuple établit l’illusion d’une adhésion populaire. À Paris, on comprend bien que le véritable enjeu du conflit est celui de la représentation du roi et qu’il se joue sur le terrain de la communication imprimée ; dans la nouvelle de Londres du 17 mai 1688, le roi soutiendrait que « depuis trois ans, que Dieu l’a élevé sur le Thrône, il n’a point paru tel que ses ennemis le représentoient » et qu’au contraire, sa « principale intention a toujours esté de faire voir qu’il estoit le pére & non l’oppresseur de son peuple40 ». Conscient d’une image publique dégradée, Jacques II multiplie ses déclarations à l’opinion à partir de septembre 1688, lorsque les préparatifs du débarquement du Prince d’Orange sont connus à Londres. Ce recours de la communication monarchique à la presse périodique constitue sans doute une première par sa continuité :

  • Le 21 septembre 168841, tout en rappelant l’établissement d’une liberté de conscience universelle pour tous ses sujets, il annonce la convocation d’un Parlement pour le mois de novembre, affirme sa résolution de préserver l’Église d’Angleterre et s’engage à ce que les catholiques demeurent incapables d’être élus à la Chambre des Communes. Il s’agit de rassurer l’opinion inquiète de voir les catholiques investis d’une puissance législative qu’ils tourneraient contre les protestants.
  • Le 28 septembre 168842, il avertit ses sujets de l’imminence de l’invasion hollandaise et de la diffusion d’une propagande orangiste dont il dit qu’elle sera composée avec art et subtilité mais sous de faux relatifs à la liberté, à la propriété et à la religion. Il y déclare également avoir délibérément refusé toute aide étrangère et confie sa vie et son honneur à la nation qu’il appelle à l’unité. Il s’emploie également à rassurer le public sur l’ampleur de la mobilisation des troupes royales et sur le fait qu’il a résolu de se mettre lui-même à la tête de ses armées.
  • Le 2 octobre 168843, il signe un pardon général afin d’apaiser les tensions religieuses (pardon que la Gazette parisienne ne juge pas bon de publier en ces lendemains de Révocation de l’Edit de Nantes).
  • Trois jours plus tard, le 5 octobre44, Jacques II déclare en son Conseil et fait savoir à tous ses sujets que son intention est de protéger l’Église anglicane et qu’il dissout l’impopulaire Commission des causes ecclésiastiques45
  • À Londres, le 6 octobre46, il annonce qu’il rétablit la ville dans toutes ses anciennes libertés et franchises, mesure étendue le mois suivant à toutes les villes et corporations47.
  • Le 22 octobre 168848, il tente de mettre fin aux rumeurs qui jetaient un doute sur la naissance du prince de Galles et mettaient en question sa légitimité49. Il convoque son Conseil Privé, la reine douairière, les lords présents à Londres, le maire et les aldermans50, tous ceux enfin qui étaient présents à l’accouchement et leur demande de témoigner publiquement de tout ce qu’ils savaient concernant les circonstances de l’accouchement : « Le Roy a jugé à propos de confondre par ce témoignage public, l’impudence sans exemple, de ceux qui contestent la naissance d’un Prince. » Un acte en fut dressé, signé de tous les témoins, publié ensuite dans la London Gazette51 : texte remarquable de la mise en scène d’une publicisation (au sens de « mise en public ») en trois étapes : prestation orale du serment, attestation par l’écrit, diffusion par la presse.
  • Le 22 novembre 168852, il signe un nouveau pardon général pour essayer de ramener à lui ceux qui ont rejoint le parti orangiste.
  • Le 30 novembre 168853, il appelle à la convocation d’un Parlement pour le 15 janvier 1689, rétablit les anciennes chartes, droits et privilèges dans toutes les villes du royaume, proclame la liberté des élections, y compris pour ceux qui ont rejoint le camp du prince d’Orange. À Paris, on estime que cette déclaration devrait produire un effet favorable sur l’opinion54. Au passage, relevons la distanciation critique avec laquelle la Gazette adapte et transforme le contenu de l’information anglaise : au lieu d’une traduction littérale comme on aurait pu s’y attendre, le texte amalgame une traduction globale et un commentaire sommaire qui propose à ses lecteurs une intelligibilité orientée du conflit. En l’occurrence, elle y ajoute une dénonciation de la propagande anglicane à l’encontre du catholicisme55 qui intègre à l’information la dimension de l’opinion publique.

13Cette bataille imprimée pour la conquête de l’opinion culmine lorsque la propagande orangiste s’invite sur le sol anglais.

  • 56 Déclaration de son Altesse Guillaume Henri, par la grâce de Dieu Prince d’Orange, etc., pour justi (...)
  • 57 Déclaration de son Altesse Guillaume Henri, par la grâce de Dieu Prince d’Orange, etc., contenant (...)
  • 58 « Après avoir fait dresser & imprimer nôtre Déclaration, nous avons entendu que les Extirpateurs d (...)
  • 59 À tous les Officiers & Gens de mers de la Flote angloise ; Aux Officiers & Soldats de l’Armée Angl (...)
  • 60 Troisiéme Déclaration de Son Altesse Monseigneur le Prince d’Orange. Texte reproduit dans l’Histoi (...)

14Guillaume d’Orange a diffusé moins de déclarations que son rival : la première, un long texte dénonçant les différentes mesures antiprotestantes de Jacques II56 (il en rédige un également à l’intention de l’Ecosse57), est daté du 10 octobre 1688 (calendrier grégorien) à La Haye. Mais les retards apportés à sa publication nuisent à l’efficacité des arguments développés ; Jacques II, informé des préparatifs hollandais, propose entre-temps des mesures d’apaisement, qui obligent Guillaume d’Orange à élaborer un second texte, une addition à la première déclaration, datée de La Haye le 24 octobre 168858. Il publie ensuite deux textes très courts à l’intention des officiers de l’armée anglaise59 et enfin une troisième déclaration datée du 28 novembre 168860.

  • 61 D’après une nouvelle de La Haye du 2 novembre 1688, peu avant le départ de Guillaume d’Orange, aur (...)
  • 62 La Haye, 19 novembre 1688, Gazette du 6 novembre 1688.
  • 63 La Haye devient un foyer d’impression de libelles sur ce thème : d’après la nouvelle de La Haye du (...)
  • 64 Yvon Belaval, Leibniz : Initiation à sa philosophie, Paris, Vrin, 2005, p. 205-208.
  • 65 Aux ministres de l’Empereur et du roi d’Espagne, il aurait déclaré que « bien loin d’avoir le dess (...)

15Ces textes au contenu très politisé constituent le point de départ de l’historiographie whig qui fit de Guillaume d’Orange le chantre de la modernité politique, restaurateur des droits et libertés immémoriales du peuple contre la tyrannie de Jacques II. Ils ne devaient être diffusés qu’après le départ de la flotte d’invasion dans la nuit du 29 au 30 octobre 1688, mais l’effet de surprise a été en partie atténué par la diffusion préalable de libelles appelant à la libération de l’Angleterre61. Le 13 novembre 1688, les États Généraux ordonnent la diffusion des déclarations du Prince d’Orange dans toutes les villes des Provinces-Unies62, leur assurant de la sorte une diffusion européenne63 (Leibniz évoque l’impatience qu’on avait de les lire à Vienne64). Guillaume d’Orange s’adresse également à ses alliés catholiques de la coalition anti-louis-quatorzienne afin de leur garantir qu’il ne va pas en Angleterre pour opprimer le catholicisme comme la France65.

  • 66 Stéphane Haffemayer, L’information dans la France du XVIIesiècle  : la Gazette de Renaudot de 1647 (...)
  • 67 Stéphane Haffemayer, « Les ambiguïtés idéologiques de l’information périodique au milieu du XVIIe (...)
  • 68 D’après L’Histoire des révolutions d’Angleterre, « Toute la Ville de Londres en fut remplie. Il fu (...)
  • 69 D’après la nouvelle de Londres du 18 novembre 1688, on en aurait déjà saisi « un grand nombre de c (...)

16Dans les années 1640, la Gazette de Paris offrait volontiers à ses lecteurs les pièces contradictoires de la Guerre civile anglaise qu’elle jugeait « curieuses66 », même si certaines étaient hostiles à l’absolutisme67. En cinquante ans, on a pris, semble t-il, la mesure de l’enjeu que représente la presse périodique pour l’éducation politique de l’opinion. Les déclarations du Prince d’Orange sont introuvables dans la London Gazette ou chez sa consœur parisienne. À Londres, leur diffusion fait l’objet d’une stratégie concertée : on les imprime en même temps en quatre endroits de la ville68, puis elles se répandent sur le sol anglais, diffusées au sein même de l’armée par certains officiers qui rejoignent le camp orangiste69. Elles se propagent, malgré l’interdiction de la lire, imprimer, publier, garder, etc., sous peine de haute trahison.

  • 70 Déclaration datée et signée de Whitehall le 6 novembre 1688, publiée dans la London Gazette, 5-8 n (...)
  • 71 Déclaration du Roy d’Angleterre Jacques II contre le manifeste du Prince d’Orange, datée et signée (...)
  • 72 D’après la nouvelle de Londres du 25 novembre 1688, à Exeter, face à l’armée du prince d’Orange, o (...)

17Jacques II continue à utiliser la London Gazette pour répliquer aux arguments de son adversaire : une première déclaration dénonce l’entreprise orangiste le 6 novembre 168870 ; dix jours plus tard, il signe un autre texte virulent contre son gendre71, texte non diffusé dans la London Gazette, peu présent dans nos archives, mais lu devant les troupes (à Exeter, à l’issue de la lecture, la déclaration du prince fut brûlée par les autorités de la ville72).

  • 73 D’après la nouvelle de Londres du 9 décembre, « plus de six mille hommes des meilleures troupes » (...)
  • 74 Déclaration, op. cit., p. 328.

18Malgré ce dernier sursaut, le roi a perdu la bataille de l’opinion ; les nouvelles anglaises diffusées à Paris ne cachent pas les premières désertions massives dans les rangs de l’armée73. Guillaume d’Orange entre à Londres le 18 décembre 1688 sans avoir livré combat autrement que par la plume, au moyen de longs réquisitoires faisant la litanie de la « longue & insuportable oppression » dans laquelle est tombée l’Église d’Angleterre, victime du despotisme et de l’arbitraire d’un pouvoir absolu74.

  • 75 Voir sur ce sujet de la « culture du fait » les travaux de Barbara Shapiro, notamment A culture of (...)

19Ces textes dégagent deux visions antagonistes du pouvoir mais aussi de l’opinion à laquelle ils s’adressent. Les arguments de Jacques II empruntent au registre biblique du lien sacré qui unit le roi et son peuple ; Guillaume d’Orange lui oppose une argumentation étayée, appuyée sur une accumulation de « preuves » de la répression de l’Église protestante. L’Encyclopédie décrit cette distinction subtile entre persuader et convaincre, comme le faisaient les Anciens : le premier touche au cœur, le second à l’esprit, à la raison. Jacques II cherche à « toucher & émouvoir » en usant de la figure paternaliste du roi père de son peuple ; la rhétorique de Guillaume d’Orange est à rapprocher de cette culture juridique du fait et de la preuve propre à la Common Law britannique75.

  • 76 Publié dans la London Gazette du 25 au 25 octobre 1688. Repris en partie dans la nouvelle de Londr (...)
  • 77 « not only in Coffee-houses, but in other Places and Meetings, both publick and private ».

20Après Persuader/Convaincre, Contrôler/Réprimer sont les aspects les plus visibles, sous la forme d’une longue suite d’interdictions qu’il n’est pas utile d’énumérer. Retient toutefois notre attention cette longue déclaration de Jacques II du 26 octobre 1688 intitulée « Proclamation to restrein the spreading of false news76 ». La condamnation vise le commerce de rapports séditieux et de fausses nouvelles diffamant le gouvernement et diffusés par voie manuscrite, imprimée, ou orale. Les discours hostiles se tiendraient non seulement dans les cafés, mais aussi dans les lieux publics et privés77, sur des matières trop élevées pour être comprises par l’opinion commune (« matters of this high Nature »), ce qui risque d’égarer le peuple, de le divertir, ou plus grave, de le pousser à la sédition. Le texte promet des sanctions « not only in the Speakers, but in the Hearers also », ainsi que contre ceux qui conserveraient des pamphlets sans les dénoncer.

  • 78 Londres, 20 janvier 1689, Gazette du 29 janvier 1689.
  • 79 La Nouvelle de Londres du 10 janvier 1689 rapporte l’ampleur de l’armée jacobite en Irlande armée (...)
  • 80 D’après la nouvelle de Londres du 16 juin 1689, « On a arresté plusieurs personnes qui distribüoie (...)
  • 81 D’après la Nouvelle de Londres du 16 mai 1689, « On ordonna qu’vn écrit intitulé Histoire abregée (...)
  • 82 D’après la nouvelle de Londres du 26 septembre 1689, « Le 15 de ce mois, vn des Secrétaires du Pri (...)
  • 83 La nouvelle de Londres du 1er octobre 1689 affirme qu’« On arrêta le 15 en cette Ville plus de 30 (...)
  • 84 Claire Gheeraert-Grafeuille, La cuisine et le forum. L’émergence des femmes sur la scène publique (...)

21Les interdictions promulguées par Guillaume d’Orange font écho à celles de Jacques II, à la différence que leur condamnation émane cette fois de la gazette parisienne. Du point de vue hexagonal, l’avènement de l’usurpateur Guillaume d’Orange s’accompagnerait d’un contrôle et d’une répression sans précédents de l’opinion anglaise : contrôle de l’information avec l’interdiction d’imprimer et de diffuser des nouvelles sans la permission des magis78(il faut empêcher la diffusion des mauvaises nouvelles en provenance d’Ecosse ou d’Irlande79), interdiction de posséder et de diffuser la déclaration de Jacques II80 ou tout autre pamphlet81, arrestations d’autant plus nombreuses et arbitraires que l’Habeas corpus a été suspendu82, les réjouissances publiques ont été interdites, etc. L’information bruxelloise, moins suspecte que sa consœur parisienne, confirme la réalité des arrestations à Londres, y compris de femmes qui conspiraient contre le nouveau gouvernement83. Cette émergence des femmes sur la scène publique anglaise avait déjà été remarquée pendant la Révolution des années 1640-166084.

  • 85 La nouvelle de Londres du 4 juillet 1689 rapporte les débats au Parlement, où les députés s’inquiè (...)
  • 86 D’après la nouvelle de Londres du 20 janvier 1689, « Le brüit s’est répandu d’vne descente faite e (...)
  • 87 Cf. Pascal Froissart, La rumeur. Histoire et fantasmes, Paris, éditions Belin, 2002.

22Dans cette dénonciation parisienne de la manipulation de l’opinion anglaise, la Gazette accorde une place particulière à l’utilisation de la rumeur. En exagérant le péril catholique à l’intérieur85, le danger des insurrections irlandaise et écossaise86 (« ces sauvages irlandais »), le pouvoir orangiste ferait en sorte d’entretenir un climat de peur afin de préparer l’opinion à des mesures d’exception restreignant leurs libertés. On connaît la théorie selon laquelle la rumeur se nourrit de la presse qui se nourrit des rumeurs87, mais en l’occurrence, le périodique se pose en démystificateur : il en dénonce leur usage, livre parfois une analyse sommaire des effets de celle-ci sur l’opinion, et entend leur mettre un terme en rétablissant la vérité.

  • 88 Voir J.-N. Kapferer, Rumeurs, le plus vieux média du monde, Paris, Éditions du Seuil, 1987. Voir é (...)
  • 89 Cf. travaux de la sociologie des réseaux qui ont montré que le support écrit était plus persuasif (...)

23Celle de la mort de Jacques II (nouvelle de Londres du 18 avril 1689) évoque des espaces de diffusion différenciés : « Le 12, vn particulier assura avec serment, devant des Commissaires de la Chambre des Seigneurs, qu’il estoit mort à Brest : et depuis, on a fait courir des relations faites à plaisir pour confirmer cette supposition. Mais le public en est détrompé : et on dit que des troupes de Sa Majesté sont déja passées en Escosse. ». Les rumeurs orales traditionnelles88, aux sources énigmatiques, reflètent des craintes collectives et donnent à imaginer d’hypothétiques stratégies subversives. Le statut de véracité qu’octroie la relation imprimée leur accorde un pouvoir de persuasion accru89 et ouvre de nouvelles voies de propagation : l’imprimé emmène la rumeur vers d’autres espaces de circulation. Se situant lui-même au sommet de l’échelle de la diffusion de l’information, le périodique entend rétablir la vérité et éteindre la rumeur.

Politisation de l’opinion : le rôle du vocabulaire

  • 90 Il apparaît pour la première fois en 1929 dans l’ouvrage d’Alexandre Koyré sur la Russie au début (...)
  • 91 René Mouriaux, « La politisation. Le mot, la chose et ses dimensions contemporaines », Congrès Mar (...)

24Les errements de l’information, son contrôle et la répression exercée sur la presse clandestine n’empêchent pas le processus de « politisation » de se poursuivre. Malgré son apparition tardive dans notre vocabulaire politique90, le terme, au sens large d’animation de la scène publique91, nous paraît intimement lié au rôle joué par le développement de la presse d’Ancien Régime dès le début du XVIIe siècle. Son emploi est d’autant plus justifié dans ces années 1680 de la crise de la conscience européenne, que les nouvelles de Londres manifestent l’intrusion des idées nouvelles dans le vocabulaire.

  • 92 Cette étude s’inscrit dans le cadre d’une instrumentation électronique des années 1683, 1685, 1689 (...)
  • 93 Philip A., Knachel, England and the Fronde: the Impact of the English Civil War and Revolution on (...)
  • 94 La rédaction de la Gazette est le fruit d’une collaboration entre l’abbé Eusèbe Renaudot, titulair (...)
  • 95 T. B. Macaulay, Histoire d’Angleterre, op. cit. chap. XII, p. 993.
  • 96 Les nouvelles de Londres de janvier 1689 montrent les seigneurs armés dans les provinces partagés (...)

25En volume, les nouvelles anglaises forment environ le quart de l’année 1689 de la Gazette : 55 000 mots pour Londres contre 15 000 pour les nouvelles de Paris92 ! La passion française pour le laboratoire politique anglais reste donc identique à celle que Philip Knachel a relevée pour la guerre civile des années 164093. Mais le traitement de ces deux événements dans la Gazette est très différent : la violence révolutionnaire des revendications sociales de la guerre civile anglaise transpirait dans la Gazette des années 1640 ; ce n’est plus le cas en 1688-1689 où la rédaction collective de la Gazette s’accompagne d’une plus grande orthodoxie94, qui ne peut toutefois empêcher l’irruption d’un vocabulaire porteur de valeurs nouvelles. L’historien anglais du XIXe siècle, Macaulay, en était plus ou moins conscient lorsqu’il écrivait que Jacques II estimait que ses sujets anglais étaient « un moment égarés par les noms spécieux de religion, de liberté et de propriété95 ». Cette importance des mots transparaît dans les débats parlementaires eux-mêmes, à commencer par la qualification de la rupture politique opérée par la fuite de Jacques II : abdication, renonciation, vacance, contrat, etc., suscitent des débats passionnément contradictoires ; les mots mettent en jeu une conception de la royauté, ils portent atteinte ou préservent le principe sacré de la monarchie héréditaire et de droit divin. Même filtré, ce questionnement, cette pluralité des avenirs possibles se retrouvent dans la Gazette96. Les mots constituent malgré eux des indicateurs extrêmement puissants adressés à l’opinion.

26L’étude lexicologique confirme que les nouvelles anglaises de 1689 traduisent un processus de politisation du vocabulaire inédit, que l’on ne retrouve dans aucune autre nouvelle européenne. Je ne prendrai pour exemple que quelques mots significatifs :

27Au cours de toute l’année 1689, le mot « liberté » dont le Dictionnaire de Furetière (1690) donne une définition essentiellement apolitique, au sens de privilèges, ou de référence aux magistratures populaires de l’Antiquité, est une quasi exclusivité des nouvelles de Londres ou d’Edimbourg, dans une double acception de liberté publique, de la nation, du peuple, et de liberté individuelle au titre de la liberté de conscience. Aucune nouvelle française en 1689 n’emploie une seule fois le mot liberté.

  • 97 D’après la nouvelle de Londres du 7 mars 1689, « Plusieurs de ces prétendus griefs regardent le ré (...)
  • 98 Ainsi dans cette nouvelle d’Edimbourg du 23 juillet 1689, on écrit que la hiérarchie catholique es (...)

28Le mot « nation » apparaît généralement dans les nouvelles européennes selon la définition « géographique », que lui donne le Dictionnaire de Furetière. Dans les nouvelles d’Edimbourg ou de Londres, il connaît une forte politisation, où les lois, libertés, griefs de la « nation » en font une figure vivante, l’incarnation de la légitimité politique. Ce sont les « griefs de la nation » qu’exposent les premiers articles du Bill of rights et qui justifient l’extension du champ des libertés individuelles et collectives au détriment des prérogatives royales. La Gazette ne s’y trompe pas, qui considère comme illégitimes ces « prétendus griefs » pour la seule raison que la loi, c’est le roi, non la nation97. Malgré tout, les nouvelles participent à une première « mise en scène » de la nation, dépositaire d’une opinion d’autant plus légitime qu’elle est celle de la plus grande partie du peuple98.

  • 99 Une nouvelle de Londres du 24 novembre 1689 rapporte une déclaration de la Chambre des Communes se (...)
  • 100 De jure naturae et gentium libri octo, 1672 ; De officio hominis et civis juxta legem naturalem li (...)

29De même les termes « droit(s) », « loix », n’apparaissent que dans les nouvelles d’Ecosse ou d’Angleterre. L’usage de « Loix » se fait dans une acception qui en fait non l’apanage du souverain, mais un principe juridique immanent, garant des libertés de la nation, au sens de lois fondamentales devant lesquelles le souverain doit s’incliner. À la fin de l’année 1689, le travail législatif réalisé au sein de la Chambre des Communes donne lieu à l’apparition du « droit des sujets99 », notion dont les consciences s’emparent peu à peu depuis les publications de Samuel Pufendorf100.

  • 101 Expression apparue en 1967 sous la plume d’un philosophe américain, Richard Rorty (The Linguistic (...)

30Il n’est pas utile d’étendre davantage la démonstration, car la politisation du langage ressort à l’évidence des nouvelles anglaises ou écossaises. Il n’est pas nécessaire d’évoquer les travaux du Linguistic Turn101 pour constater, en se défiant de toute téléologie, qu’il dévoile une représentation nouvelle de la vie politique qui touche, par la presse, une opinion européenne. Contrairement à l’idée des arcana imperii défendue par les tenants de l’absolutisme, l’information témoigne que les mystères du pouvoir ne sont pas aussi obscurs que la transsubstantiation : elle dévoile une mécanique qui est l’affaire des hommes et non de Dieu. Voilà qui confirme l’idée émise par Jonathan Israël que la Glorieuse Révolution est bien un événement de l’histoire du monde.

  • 102 Cette idée d’un Öffentlichkeit qui serait moins un lieu qu’un rapport de communication, a été déve (...)

31Le modèle habermassien a fourni aux historiens un cadre conceptuel d’une prodigieuse fécondité, mais trop rigide pour un XVIIe siècle où les rapports de communication102 l’emportent sur les lieux spécifiques propres à la sociabilité des Lumières (cafés, salons, clubs, etc.). Le développement de l’information périodique européenne bouleverse les structures séculaires de la communication d’Ancien Régime ; en visant le cœur ou la raison, Jacques II et Guillaume d’Orange tentent la conquête d’une opinion niée dans ses formes d’expression politique, enfermée dans la hiérarchie féodale des rapports de domination. La mise en scène reste embryonnaire mais l’opinion est bien entrée dans une phase décisive d’acculturation politique.

Notes

1 Michel de Certeau, La prise de parole et autres écrits politiques, Paris, éditions du Seuil, 1994.

2 « Il y eut à Paris une foule de plumes vénales, qui semblant agir de concert, se rencontrèrent toutes à calomnier ce Prince de la manière du monde la plus emportée, & il n’y eut pas même jusqu’aux Prédicateurs qui ne fissent sur ce sujet des Turlupinades extravagantes. », in Histoire des révolutions d’Angleterre sous le règne de Jacques II jusqu’au couronnement de Guillaume III. 1689. À Amsterdam, chez Henry Desbordes, dans le Kalver-Straat, prés le Dam. Bibliothèque nationale de France (exemplaire coté 8-NC-1364, p. 403).

3 De Whitehall, 19 février 1689: « Whereas there are divers False, Scandalous, and seditious Books, Papers, News Pamphlets, and Intelligences, daily Printed and dispersed, containing Idle and Mistaken Relations of what passes, so the disturbance of the Publick Peace », London Gazette, 18 au 18 février 1689 (calendrier julien).

4 « Les Estats ont fait brûler plusieurs libelles qui s’étoient répandus icy, depuis peu : et ils ont en mesme temps, défendu de mettre au jour, aucuns écrits sans permission expresse, et sans le nom de l’auteur et de l’imprimeur », De la Haye, le 26 février 1689 (Gazette du 5 mars 1689).

5 Jonathan Israël, The Anglo-Dutch Moment: Essays on the Glorious Revolution and Its World Impact, 1991. Steven Pincus insiste également sur le caractère international des événements anglais: Steven C Pincus, 1688: the first modern revolution, 1 vol. , The Lewis Walpole series in eighteenth-century culture and history, New Haven, Yale University Press, 2000, New Haven: Yale University Press, 2009.

6 La London Gazette est consultable sur internet : http://www. london-gazette.co.uk/.

7 D’après un recoupement effectué à partir de C. Nelson (C.) et M. Seccombe (eds), British newspapers and periodicals 1641-1700. A short-title catalogue of serials printed in England, Scotland, Ireland and British America, New York, 1987, complété par le site 17Th-18Th Century Burney Collection Newspapers.

8 Voir Stéphane Haffemayer, L’information dans la France du XVIIesiècle . La Gazette de Renaudot de 1647 à 1663, Paris, Champion, 2002.

9 Notamment l’Histoire des révolutions d’Angleterre… citée plus haut.

10 Dans le genre de la pasquinade, Eustache Le Noble (1643-1711) livre une série de pamphlets dans lesquels il brocarde Guillemot et Guillemette ; Pierre Jurieu livre une Apologie pour leurs serenissimes majestés Britanniques, contre un infame libelle intitulé « Le vray portrait de Guillaume Henry de Nassau, nouvel Absçalom, nouvel Herode, nouveau Cromwel, nouveau Neron », La Haye, chez Abraham Troyel, marchand libraire, à la Grand sale de la Cour, 1689, 152 p., in-12.

11 Exemple l’Almanach de Milan pour l’année 1689 ou le Pescheur fidele. Traduit de l’italien en français, à Paris, chez Thomas Guillain, sur le quai des Augustins, au dessus de la Grand’Porte de l’Église, à la descente du Pont Neuf, à l’image Saint-Louis. Avec privilège du roy. BNF V 29976.

12 L’expression est de Nicolas Veysman, Mise en scène de l’opinion publique dans la littérature des Lumières, Paris, Honoré Champion, 2004, 801 p.

13 Pascal, Pensées, V, 5.

14 Macaulay parle d’« audacieux mépris de l’opinion publique », in Histoire d’Angleterre depuis l’avènement de Jacques II (1685) jusqu’à la mort de Guillaume III (1702), 1848-1861. Rééd. Paris, Robert Laffont, 1989, chapitre VIII, p. 672.

15 Paul Hazard, La crise de la conscience européenne, Paris, Fayard, 1961.

16 Keith Mickaël Baker, Inventing the French Revolution: Essays on French Politcal Culture in the Eighteenth Century, 1990. Traduit sous le titre Au tribunal de l’opinion. Essais sur l’imaginaire politique au XVIIIesiècle , Paris, Payot, 1993.

17 Voir Hélène Duccini, Faire voir, faire croire. L’opinion publique sous Louis XIII, Seyssel, Champ Vallon, 2003.

18 Knights M., Representation and misrepresentation in later Stuart Britain: partisanship and political culture, Oxford, Oxford University Press, 2005.

19 Michel Foucault, Les Mots et les Choses, Paris, Gallimard, 1966, p. 51.

20 Londres, 6 janvier 1689, Gazette du 15 janvier 1689.

21 Idem.

22 Harris T., London crowds in the reign of Charles II: propaganda and politics from the Restoration until the exclusion crisis, Cambridge, Cambridge university press, coll. « Cambridge studies in early modern British history/series editors Anthony Fletcher, John Guy and John Morrill – Cambridge: Cambridge university press, 1987- », 1990.

23 Roger Chartier, « La vérité entre fiction et histoire », in De l’Histoire au cinéma par Antoine De Baeque et Christian Delage (dir.), Paris, Complexe, 2008.

24 La Haye, 3 décembre 1688, Gazette du 11 décembre 1688.

25 Londres, 6 janvier 1689, Gazette du 15 janvier 1689.

26 Gazette du 23 juillet 1689.

27 Dans la Sagesse (1601), Pierre charron écrivait que le peuple « tousjours gronde & murmure contre l’estat, tout bouffide mesdisance & propos insolens contre ceux qui gouvernent & commandent » (p. 268).

28 Exemple cette nouvelle de Londres du 29 août 1689 d’après laquelle « on entend beaucoup de plaintes contre le gouvernement present », « […] s’estant assemblez au nombre de plus de vingt mille, avec plus de quatre mille femmes ou enfants, ils [les ouvriers en soie] allérent tumultüairement à Westminster à la Chambre des Seigneurs se plaindre des Communes, menaçant mesme d’aller les insulter dans leur chambre : et cependant, les femmes et les enfants remplissoient l’air de cris pitoyables », Gazette du 3 septembre 1689.

29 « Les marchands se plaignent toûjours de ce que nonobstant les grandes sommes qui ont esté accordées au Prince d’Orange, pour l’entretien d’vne flote capable d’assurer la navigation contre les armateurs François, ils venoient tres souvent enlever des bastiments presque sous le canon des places maritimes », Londres, 6 octobre 1689, Gazette du 15 octobre 1689.

30 Une nouvelle de Londres du 6 octobre 1689 affirme que « Quelque soin qu’on ait pris jusqu’à présent, d’arrester toutes sortes de personnes sur le moindre soupçon d’estre mécontents du gouvernement present, le nombre en est toûjours fort grand », Gazette du 15 octobre 1689.

31 D’après la nouvelle de Londres du 8 décembre 1689, « Le Maire et les Aldermans furent fort surpris il y a quelques jours, de trouver que dans la sale de Guildhall, des inconnus avoient gasté et défiguré le portrait du Prince d’Orange, et effacé les ornements Royaux avec lesquels il y estoit représenté », Gazette du 17 décembre 1689.

32 Exemple dans cette nouvelle de Londres du 6 octobre 1689 : « on a encore découvert depuis peu, vn dessein formé en faveur du Roy : et on en recherche les auteurs et les complices », Gazette du 15 octobre 1689.

33 Nouvelle de Londres du 17 février 1689, Gazette du 26 février 1689.

34 Exemple cette nouvelle de Londres du 18 mars 1688 : « On présente tous les jours à Sa Majesté, des adresses respectueuses au nom des Villes, Corps & Communautez de ce Royaume, touchant la déclaration pour la liberté de conscience », Gazette du 27 mars 1688.

35 Le 18 mai 1688, sept évêques représentant la plus haute hiérarchie de l’Église anglicane avaient rédigé une pétition en faveur des nombreux dissidents qui refusaient de lire en chaire la seconde Déclaration d’indulgence du 27 avril 1688. Publiée dans la London Gazette du 7 mai, celle-ci devait pourtant être lue du haut de toutes les chaires de Londres et de sa banlieue, deux dimanches consécutifs, les 20 et 27 mai. Dans sa narration des faits, Macaulay insiste à plusieurs reprises sur l’opinion générale hostile à cette lecture, effectuée dans quatre églises seulement sur cent (p. 662-665). La pétition des sept évêques, après avoir été présentée au roi, fut imprimée, distribuée dans les cafés, vendue dans les rues, rencontrant l’approbation du public (Macauley, op. cit., p. 665).

36 Pincus S. C., 1688: the first modern revolution, New Haven, Yale University Press, coll. « The Lewis Walpole series in eighteenth-century culture and history », 2009, chap. 13.

37 D’après la nouvelle de La Haye du 16 décembre 1688, les premiers succès rencontrés par le prince d’Orange ont eu des répercussions favorables sur le cours des actions de la Compagnie des Indes : « Le public s’en promet de si grands avantages que les actions de la compagnie des Indes qui estoient baissées à trois cens soixante & quinze, font montées à quatre cents soixante : & on dit qu’elles augmenteront dés que le Parlement d’Angleterre sera assemblé. Ces grandes espérances n’ont pas empesché plusieurs particuliers de profiter de cette conjoncture pour vendre celles qu’ils avoient » (Gazette du 24 décembre 1688).
Mais quelques mois plus tard, avec les difficultés que le nouveau gouvernement connaît en Irlande, la nouvelle de La Haye du 30 avril 1689 peut écrire que « les Actions sur la Compagnie des Indes Orientales sont baissées de douze pour cent » (Gazette du 7 mai 1689).

38 Pincus S. C., 1688, cit.

39 P. M. Handover, History of the London Gazette, 1665-1695, London, 1965.

40 Gazette du 22 mai 1689.

41 Déclaration signée de Whitehall le 21 septembre 1688, publiée dans la London Gazette, 20 au 20 septembre 1688. Toutes les dates de la London Gazette correspondent au calendrier julien.

42 Déclaration signée de Whitehall le 28 septembre 1688, publiée dans la London Gazette, 27 septembre-1er octobre 1688.

43 Signé à Westminster le 2 octobre 1688, publié dans la London Gazette du 1er au 4 octobre 1688.

44 Signé de Whitehall, le 5 octobre, publié dans la London Gazette du 4-8 octobre 1688.

45 Cette commission, qui « procédait aussi sommairement qu’un conseil guerre » expulsait les dissidents de leur presbytère et les privait de leur revenu. (Macaulay, op. cit., p. 659.)

46 London Gazette du 4-8 octobre 1688.

47 La déclaration de Jacques II, signée à Whitehall le 30 novembre 1688 est publiée dans la London Gazette du 29 novembre/3 décembre 1688. Il y rétablit les villes et corporations dans leurs anciennes chartes, droits et privilèges et garantit à tous ses sujets une entière liberté pour les élections du prochain parlement.

48 Déclaration signée de Whitehall le 22 octobre 1688, publiée dans la London Gazette du 22 au 22 octobre 1688.

49 L’information est reprise dans la nouvelle de Londres du 11 novembre 1688 (Gazette du 20 novembre 1688).

50 Membres d’une assemblée municipale.

51 Une version du discours prononcé alors par Jacques II figure dans L’Histoire des révolutions d’Angleterre… op. cit., p. 361.

52 Signé de Salisbury le 22 novembre 1688, publié dans la London Gazette du 22 au 22 novembre 1688.

53 Signée de Whitehall le 30 novembre 1688, publiée dans la London Gazette du 29 novembre – 3 décembre 1688.

54 « On attend l’effet que prodüira une déclaration si favorable, qui a déjà fait connoistre à toutes les personnes bien intentionnées, & mesmes à celles que le seul prétexte de la Religion avoit écartées de leur devoir, que le Roy ne soûhaite que le bien de ce Royaume », Londres, le 16 décembre 1688 (Gazette du 24 décembre 1688).

55 Par exemple, évoquant la déclaration de Whitehall du 21 septembre, la nouvelle dénonce les « craintes mal fondées, dans lesquelles on a tâché de jetter le public, comme s’ils eussent eu dessein d’y entrer en assez grand nombre, pour pouvoir faire passer des loix peu favorables aux Protestants » (Londres, 11 octobre 1688, Gazette du 16 octobre 1688).

56 Déclaration de son Altesse Guillaume Henri, par la grâce de Dieu Prince d’Orange, etc., pour justifier qu’il n’est entré dans le Royaume d’Angleterre que pour la conservation de la religion protestante, et pour le rétablissement des lois et des libertés d’Angleterre, d’Ecosse et d’Irlande. Signée de La Haye, 10 octobre 1688. Reproduite dans L’Histoire des révolutions d’Angleterre… op. cit., p. 315.

57 Déclaration de son Altesse Guillaume Henri, par la grâce de Dieu Prince d’Orange, etc., contenant les raisons qui l’ont porté à prendre les Armes pour la défense de la religion protestante, & pour le rétablissement des Lois & des Libertez de l’ancien Royaume d’Ecosse. Signée de La Haye, 10 octobre 1688. Reproduite dans L’Histoire des révolutions d’Angleterre… op. cit., p. 344.

58 « Après avoir fait dresser & imprimer nôtre Déclaration, nous avons entendu que les Extirpateurs de la Religion & les Infracteurs des Loix de ces Royaumes, sur ce qu’ils ont ouï dire de nos préparatifs, pour secourir le Peuple contr’eux, ont commencé de rétracter une partie de Leur Pouvoir Arbitraire & Despotique qu’ils s’étoient attribué, & ont révoqué quelques-uns de leurs injustes Arrêts & Déclarations : Que le sentiment de leur crime & le peu d’assurance qu’ils prennent en leurs forces, les ont porté à presenter à la ville de Londres une apparence de soulagement, par la suspension de leurs oppressions violentes, espérant par-là mettre le peuple en repos, & le détourner de la demande d’un rétablissement assuré de leur Religion & de leurs Loix, par le secours de nos Armes. », Addition de Son Altesse à la précédente Déclaration, reproduite dans l’Histoire des révolutions d’Angleterre, op. cit., p. 341.

59 À tous les Officiers & Gens de mers de la Flote angloise ; Aux Officiers & Soldats de l’Armée Angloise. Textes reproduits dans l’Histoire des révolutions d’Angleterre…, op. cit., p. 354 ; 356.

60 Troisiéme Déclaration de Son Altesse Monseigneur le Prince d’Orange. Texte reproduit dans l’Histoire des révolutions d’Angleterre, op. cit., p. 376. D’après le périodique anglais The Universal Intelligence du 11 décembre 1688, cette troisième Déclaration est lue à Nottingham le 7 décembre 1688.

61 D’après une nouvelle de La Haye du 2 novembre 1688, peu avant le départ de Guillaume d’Orange, aurait été publié un « libelle séditieux en forme de Manifeste au nom de quelques Anglois, touchant les raisons qui les ont obligez de luy demander sa protection ».

62 La Haye, 19 novembre 1688, Gazette du 6 novembre 1688.

63 La Haye devient un foyer d’impression de libelles sur ce thème : d’après la nouvelle de La Haye du 26 février 1689, les libelles s’y sont répandus depuis peu. Gazette du 5 mars 1689.

64 Yvon Belaval, Leibniz : Initiation à sa philosophie, Paris, Vrin, 2005, p. 205-208.

65 Aux ministres de l’Empereur et du roi d’Espagne, il aurait déclaré que « bien loin d’avoir le dessein d’opprimer la Religion Catholique, comme la France l’avoit fait publier, il employeroit tous ses soins pour procurer une liberté raisonnable à tous ceux qui en faisoient profession ; qu’ils en pouvoient assurer leurs Maîtres », cité dans l’Histoire des révolutions d’Angleterre, op. cit. p. 398.

66 Stéphane Haffemayer, L’information dans la France du XVIIesiècle  : la Gazette de Renaudot de 1647 à 1663, Paris, Champion, 2002, pp. 609-652.

67 Stéphane Haffemayer, « Les ambiguïtés idéologiques de l’information périodique au milieu du XVIIe siècle », colloque de l’Association des Historiens Modernistes des Universités, 26 novembre 1999, in L’information à l’époque moderne, Presses de l’Université Paris Sorbonne, 2001, p. 55-71.

68 D’après L’Histoire des révolutions d’Angleterre, « Toute la Ville de Londres en fut remplie. Il fut imprimé en même temps en quatre endroits », op. cit., p. 369-370.

69 D’après la nouvelle de Londres du 18 novembre 1688, on en aurait déjà saisi « un grand nombre de copies », Gazette du 27 novembre 1688.

70 Déclaration datée et signée de Whitehall le 6 novembre 1688, publiée dans la London Gazette, 5-8 novembre 1688. Jacques II y dénonce le caractère dénaturé et contraire aux règles du christianisme de l’entreprise, l’ambition immodérée de son gendre et s’insurge contre l’un des principaux arguments du manifeste qui met en doute la légitimité du prince de Galles. Le texte évoque également l’appel de Guillaume d’Orange à l’élection d’un Parlement libre, argument auquel Jacques II répond qu’un Parlement ne saurait être libre en présence d’une armée étrangère sur son sol et promet la convocation d’un nouveau parlement lorsque le royaume en aura été délivré.

71 Déclaration du Roy d’Angleterre Jacques II contre le manifeste du Prince d’Orange, datée et signée de Whitehall, le 16 novembre 1688. Ce texte est publié chez J. Henry, 1688 ; la Bibliothèque Sainte-Geneviève en conserve deux exemplaires. Exemplaire coté FOL-NC-1441 à la BNF.

72 D’après la nouvelle de Londres du 25 novembre 1688, à Exeter, face à l’armée du prince d’Orange, on fit la « lecture de la Declaration de Sa Majesté touchant l’invasion du Prince d’Orange : & elle fut reçüe avec un applaudissement général, & publiée avec les formalitez ordinaires. […]. Ensüite, le Maire & le Corps de ville, pour donner une preuve signalée de leur fidélité, sans avoir égard au péril prochain dont ils estoient ménacez, firent brûler publiquement le Manifeste du Prince d’Orange ». Gazette du 4 décembre 1688.

73 D’après la nouvelle de Londres du 9 décembre, « plus de six mille hommes des meilleures troupes » seraient partis rejoindre l’armée du prince d’Orange et se seraient rendus maîtres d’une partie de l’artillerie de l’armée royale. Gazette du 18 décembre 1688.

74 Déclaration, op. cit., p. 328.

75 Voir sur ce sujet de la « culture du fait » les travaux de Barbara Shapiro, notamment A culture of Fact : England, 1550-1720, Ithaca, Cornell University Press, 2000.

76 Publié dans la London Gazette du 25 au 25 octobre 1688. Repris en partie dans la nouvelle de Londres du 11 novembre 1688 (Gazette du 20 novembre 1688).

77 « not only in Coffee-houses, but in other Places and Meetings, both publick and private ».

78 Londres, 20 janvier 1689, Gazette du 29 janvier 1689.

79 La Nouvelle de Londres du 10 janvier 1689 rapporte l’ampleur de l’armée jacobite en Irlande armée de 100 000 hommes, bien équipée, formée à la fois de cavalerie et d’infanterie, encadrée par des officiers irlandais, avec des effectifs qui augmentent tous les jours. D’après la nouvelle du 27 janvier 1689, ils occupent des lieux stratégiques pour empêcher les Anglais de débarquer : la Gazette constate l’inquiétude produite à Londres par ces nouvelles et signale la volonté d’en ôter la connaissance au public en faisant courir des bruits contraires (Londres, 20 janvier 1689). D’après la nouvelle de Londres du 16 juin 1689, « On publie toûjours ici des relations avantageuses de la résistance des assiégez dans Londonderry : mais elles paroissent fort suspectes, parce qu’on n’a reçû depuis prés d’vn mois, aucunes lettres d’Irlande : le Prince d’Orange les faisant toutes brûler ».

80 D’après la nouvelle de Londres du 16 juin 1689, « On a arresté plusieurs personnes qui distribüoient des copies de la déclaration du Roy dont on a répandu plus de mille. Les effets qu’elle a commencé à prodüire en ont fait craindre les süites… » (Gazette du 25 juin 1689.)

81 D’après la Nouvelle de Londres du 16 mai 1689, « On ordonna qu’vn écrit intitulé Histoire abregée de la Convention ou Parlement nouvellement baptisé, seroit bruslé par la main de l’executeur » (Gazette du 28 mai 1689). Dans celle de Londres du 1er décembre 1689, on écrit qu’un « Vn Chapelain de l’Evesque de Durham a esté condamné à vne amende de cent marques et à estre mis au pilory, pour avoir composé vne piece, dans laquelle le sermon prononcé au couronnement du Prince d’Orange estoit tourné en ridicule » (Gazette du 10 décembre 1689).

82 D’après la nouvelle de Londres du 26 septembre 1689, « Le 15 de ce mois, vn des Secrétaires du Prince d’Orange fut informé que plusieurs personnes s’assembloient souvent en des maisons particuliéres : et y tenoient des conférences secretes, qui donnoient lieu de croire qu’ils avoient quelque dessein contre le gouvernement present. Des ordres furent aussitost expédiez pour arrester tous ceux qui pouvoient estre soupçonnez d’y avoir eu part : et trente sept furent mis en prison, la pluspart officiers de l’armée du Roy, et cinq ou six Dames » (Gazette du 1er octobre 1689).

83 La nouvelle de Londres du 1er octobre 1689 affirme qu’« On arrêta le 15 en cette Ville plus de 30 personnes qui tramoient contre l’État dans leurs assemblées illicites. […]. On a encore depuis arrêté quelques femmes qui ont eu part de leur dessein ». (Relations véritables du 8 octobre 1689.)

84 Claire Gheeraert-Grafeuille, La cuisine et le forum. L’émergence des femmes sur la scène publique pendant la Révolution anglaise (1640-1660). Paris, L’Harmattan, 2005, 467 p.

85 La nouvelle de Londres du 4 juillet 1689 rapporte les débats au Parlement, où les députés s’inquiètent de l’augmentation du péril catholique et délibèrent sur les moyens de pourvoir à la sûreté publique. Le commentaire évoque les arrière-pensées d’une déclaration censée préparer l’opinion à un accroissement de la présence militaire dans le royaume, sujet sensible s’il en est depuis la standing army de Cromwell : « On ne doute pas que cette délibération n’ait esté faite pour préparer la nation à vne proposition qui dans vn autre temps auroit esté fort odieuse : qui est de faire encore entrer dans le Royaume, le plus de troupes étrangeres qu’il sera possible » (Gazette du 9 juillet 1689).

86 D’après la nouvelle de Londres du 20 janvier 1689, « Le brüit s’est répandu d’vne descente faite en Escosse, par vn grand nombre d’Irlandois, qui ont mis tout à feu et à sang jusqu’aux environs d’Edimbourg. Mais cette nouvelle n’est pas confirmée : et plusieurs circonstances qu’on en rapporte pour la rendre vraysemblable, font croire qu’elle a esté publiée pour rendre les Irlandois plus odieux » (Gazette du 29 janvier 1689).

87 Cf. Pascal Froissart, La rumeur. Histoire et fantasmes, Paris, éditions Belin, 2002.

88 Voir J.-N. Kapferer, Rumeurs, le plus vieux média du monde, Paris, Éditions du Seuil, 1987. Voir également la mise au point historiographique de Philippe Aldrin, « Penser la rumeur, une question discutée des sciences sociales », Genèses, n ° 50/2003/1, p. 126-141, Paris, Belin.

89 Cf. travaux de la sociologie des réseaux qui ont montré que le support écrit était plus persuasif que le bouche à oreille : ex. J.-B. Renard, Rumeurs et légendes urbaines, Paris PUF, 1999.

90 Il apparaît pour la première fois en 1929 dans l’ouvrage d’Alexandre Koyré sur la Russie au début du XIXe siècle.

91 René Mouriaux, « La politisation. Le mot, la chose et ses dimensions contemporaines », Congrès Marx International V. Section sociologie, Paris-Sorbonne et Nanterre, 3-6 octobre 2007 : netx. u-paris10. fr/actuelmarx/cm5/com/M15_ Socio_ Mouriaux. doc

92 Cette étude s’inscrit dans le cadre d’une instrumentation électronique des années 1683, 1685, 1689 et 1697 de la Gazette selon le paradigme d’Arcane. La publication est consultable sur http://www. unicaen.fr/gazettes/4DCGI/.

93 Philip A., Knachel, England and the Fronde: the Impact of the English Civil War and Revolution on France, Cornell University Press, Ithaca, New York, 1967.

94 La rédaction de la Gazette est le fruit d’une collaboration entre l’abbé Eusèbe Renaudot, titulaire du privilège depuis 1679, rédacteur à partir de 1683, Robinet de Saint-Jean et l’abbé Claude Bernou. Voir Gilles Feyel, L’annonce et la nouvelle. La presse d’information en France sous l’Ancien Régime (1630-1788), Voltaire Foundation, Oxford, 2000, p. 446-451.

95 T. B. Macaulay, Histoire d’Angleterre, op. cit. chap. XII, p. 993.

96 Les nouvelles de Londres de janvier 1689 montrent les seigneurs armés dans les provinces partagés entre plusieurs solutions politiques : transformation de la monarchie en république, maintien du principe d’une monarchie héréditaire avec le couronnement de la princesse d’Orange, avènement d’une monarchie élective avec l’élection du prince d’Orange, retour de Jacques II à condition qu’il s’engage à maintenir les lois et la religion protestante. La seule exigence commune concerne la liberté du Parlement « et la conservation de la Religion Protestante, des loix, des privileges, des libertez, et proprietez ». Londres, 27 janvier 1689 (Gazette du 5 février 1689).

97 D’après la nouvelle de Londres du 7 mars 1689, « Plusieurs de ces prétendus griefs regardent le régne du Roy : et d’autres ne peuvent avoir rapport qu’aux précédents regnes. Ils sont la pluspart entiérement contraires aux statuts fondamentaux qui ont incontestablement establi en la personne du Roy toute l’autorité nécessaire pour la suspension ou l’exécution des loix : le droit d’établir des Iuges : et celuy de convoquer les Parlements, comme des prérogatives certaines de la Couronne. Cependant, le Prince d’Orange a témoigné qu’il les approuvoit ». Gazette du 12 mars 1689.

98 Ainsi dans cette nouvelle d’Edimbourg du 23 juillet 1689, on écrit que la hiérarchie catholique est « insupportable à la nation » et « contraire à l’inclination de la plus grande partie du peuple ». Gazette du 6 août 1689.

99 Une nouvelle de Londres du 24 novembre 1689 rapporte une déclaration de la Chambre des Communes selon laquelle les sujets « peuvent légitimement prendre les armes pour conserver leurs droits et leurs libertez ». Gazette du 3 décembre 1689.

100 De jure naturae et gentium libri octo, 1672 ; De officio hominis et civis juxta legem naturalem libri duo, 1673.

101 Expression apparue en 1967 sous la plume d’un philosophe américain, Richard Rorty (The Linguistic Turn. Recent Essays in Philosophical Method) qui insistait sur la détermination du langage dans la formulation des questions philosophiques.

102 Cette idée d’un Öffentlichkeit qui serait moins un lieu qu’un rapport de communication, a été développée par Joseph Morsel dans « Communication et domination sociale en Franconie à la fin du Moyen Âge : l’enjeu de la réponse ». Consultable sur http:lamop.univ-paris1.fr/W3/espacepublic/morsel.rtf.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540