Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

S'exprimer en temps de troubles

 | 
Laurent Bourquin
, 
Philippe Hamon
, 
Pierre Karila-Cohen
, 
et al.

Premiere partie. Du conflit à l'opinion

Loyauté partisane durant la Guerre Civile et histoire des relations sociales en Angleterre

Michael Braddick

Texte intégral

  • 1 Peter Lake et Steve Pincus « Rethinking the public sphere in early modern England », Journal of Br (...)

1Ces dernières années, les historiens de l’Angleterre des temps modernes se sont engagés dans une réflexion fructueuse sur le concept d’espace public chez Habermas. Pour l’essentiel, leur intérêt s’est centré sur la question des fondements politiques de l’émergence d’un espace public ou de la création d’espaces publics rivaux : c’est-à-dire sur le contexte de conflits politiques et religieux qui aurait permis le développement d’un espace public1. L’objectif de cet essai est d’aborder un certain nombre de problématiques distinctes quoique connexes. La texture de toute relation sociale se voit incontestablement affectée par les opportunités de constituer, sur la base de valeur et de croyances communes, des entités solidaires qui permettent des échanges rationnels au sein de l’espace public. Ainsi, l’histoire de ces opportunités pourrait enrichir considérablement notre compréhension de l’histoire longue des relations sociales. Ma question centrale sera donc la suivante : comment des individus isolés deviennent-ils des acteurs politiques (et aussi sociaux) et en quelle manière les opportunités qui leur en ont été offertes ont-elles évoluées au cours du temps ?

  • 2 E. P. Thompson, Customs in common, Londres, 1991.
  • 3 Pour des études d’ensemble de ces questions, voir les articles rassemblés dans Paul Griffiths, Ada (...)

2Le point de départ de mes analyses sera un certain nombre de travaux sociologiques très différents qui constituent aujourd’hui les références fondamentales de toute étude de la place du peuple dans la vie politique, durant la guerre civile anglaise d’une part, et tout au long des temps modernes en Angleterre d’autre part. Au cœur de ces travaux, est inscrite la problématique du peuple comme acteur politique, souvent enracinée dans un désir de libérer les pauvres de « la condescendance massive de la postérité » à leur égard, selon l’expression désormais célèbre de E. P. Thompson2. Cet intérêt pour la question de l’activité populaire a parfois été critiqué comme révélant surtout l’aveuglement de ceux qui s’y adonnent au fait que le peuple ne fut pas un acteur politique, leur indifférence aux conditions structurelles de la subordination populaire, ou comme reflétant leur évaluation très contestable des frontières étroites au sein desquelles une telle activité populaire a pu s’exercer3. En insistant sur les conditions de mise en place d’une telle activité ou en étudiant de plus près certains points qu’il serait bon de connaître si l’on désire mieux la comprendre, mon seul but est de cerner les moments où cette activité politique fut possible, d’en éclairer certaines conditions préalables et, par conséquent, de poser les éléments clefs d’un traitement historique plus complet de la question. Ce qui permet aussi, me semble-t-il, d’attirer l’attention sur la question des fragilités, des limites et des risques de silence et d’aliénation, inhérents à ces conditions.

  • 4 Michael J. Braddick, God’s fury, England’s fire: A new history of the English civil wars; Londres, (...)
  • 5 Michael J. Braddick, « John Hammond and the explosion of cheap print in 1641: commercial and polit (...)
  • 6 Michael J. Braddick, « Mobilisation, anxiety and creativity in England during the 1640s » in John (...)

3Des sources nombreuses témoignent bien sûr de l’ampleur de l’activité politique du peuple durant les années 1640 et tout particulièrement de celle des masses londoniennes, qui exercèrent une influence décisive sur la vie politique des deux premières années du « Long Parlement », de celle des mouvements revendicatifs qui y furent associés, et de celle des armées dont l’une allait en venir à lancer une révolution au nom (au moins partiellement) de la souveraineté populaire4. Mais ces actions populaires sont analysées dans des termes bien différents de ceux qui caractérisent le débat sur l’action politique populaire sur le long terme : ici les questions de la sphère publique, de la communication et des réseaux prédominent sur l’étude structurelle des inégalités sociales et des questions politiques qui y furent associées. À mon sens, la mobilisation populaire en vue de la guerre (ou de la paix) des années 1640, ouvrit la voie à la constitution de solidarités nouvelles basées non plus sur la famille, le quartier, l’âge, le genre ou la classe sociale mais sur des valeurs et des croyances communes ; celles-ci constituent des fondements possibles de l’action populaire et individuelle qui n’ont pas été particulièrement mis en avant dans les plus récents ouvrages d’histoire sociale. Dans ce travail, les divers journaux, tracts et pamphlets ne seront pas traités comme des moyens d’expression de l’espace public (aspect sous lequel ils sont souvent envisagés) mais comme des fondements possibles de cette vie associative, favorisée par la situation révolutionnaire des années 1640. Ces publications n’étaient pas des forces autonomes, mais bien plutôt des instruments entre les mains d’entrepreneurs et d’idéologues, c’est-à-dire d’acteurs sociaux œuvrant pour des fins qui leurs étaient propres, dans un contexte social qui leur offraient des opportunités nouvelles5. Il s’agissait là d’une technique de mobilisation politique parmi d’autres, qui ouvrit la voie à la constitution de réseaux nouveaux et de communautés fondées sur des croyances communes, telles les communautés interprétatives qui eurent leur part dans le bouillonnement de créativité intellectuelle caractéristique de cette décennie6. Pour les petites gens, cette constitution d’identités individuelles basées sur des valeurs et croyances communes fut une source de dignité et elle fut aussi un principe de solidarité. Ainsi, c’est par une telle mobilisation politique, enracinée à mon sens dans de nouvelles opportunités offertes à la vie associative, que ceux que les structures sociales désavantageaient, trouvèrent une dignité et un statut d’acteur de la vie publique nouveaux.

  • 7 J’ai trouvé la définition suivante particulièrement utile : « the arena of un-coerced collective a (...)

4Ceci a, me semble-t-il, un certain nombre de conséquences pour l’historiographie des XVIe et XVIIe siècles anglais. L’étude de la société civile, en particulier – cet espace intermédiaire entre la famille et l’État au sein duquel les individus peuvent constituer des solidarités fondées sur des valeurs et des croyances communes– n’a pas tenu une place très importante dans cette histoire sociale7. C’est pourquoi, cet essai prend un moment de conflit politique comme point de départ d’une étude non de l’espace public en tant que tel mais de la société civile. Il s’agit donc ici d’envisager les potentialités qu’elle offre pour éclairer la question tant débattue des possibilités pour les individus, dans le cadre de l’histoire longue de la société anglaise, d’y être des acteurs réels. L’expérience de la guerre civile anglaise, qui métamorphosa les opportunités de la vie associative, pourrait, dans cette perspective, retrouver place dans notre perception de l’histoire des relations sociales anglaises.

  • 8 Ceci n’est pas loin d’être la position de Christopher Hill dans ses ouvrages les plus polémiques. (...)
  • 9 David Underdown, Revel, riot and rebellion: popular politics and culture in England, 1603-1660, Ox (...)

5C’est un lieu commun désormais d’exclure la question des conflits de classes des causes de la guerre civile anglaise ou des facteurs déterminants des allégeances partisanes. On considère généralement que les analyses en termes de classes ont de toute évidence échouées parce que (argumente-t-on le plus souvent de façon tout à fait plausible) ce genre d’analyse est – ultimement – déterministe. L’existence d’un royalisme populaire ou du moins d’une résistance populaire au parlementarisme – de formes autonomes d’engagement dans le « mauvais camp » en quelque sorte – fut un facteur déterminant du développement de cette conviction historiographique. Sous sa forme la plus simple, l’analyse des allégeances en termes de classes ne fut pas loin d’affirmer que la juste armée du Parlement fut opposée à une armée royaliste recrutée sur les bases non point de convictions idéologiques mais de pure déférence à l’autorité. Là où les structures de l’emploi et de l’activité économique favorisaient l’esprit d’autonomie, les populations locales penchèrent pour le Parlement8. De façon plus nuancée, on pourrait dire que, hormis dans le cas de la noblesse, l’autonomie des choix peut être associée aux structures du travail et de l’économie, mais doit aussi être envisagée dans le cadre d’autres aspects de la culture politique régionale ou locale – la tonalité de la prédication locale par exemple. Sur de telles bases, des études récentes ont établi des liens entre les signes d’allégeance et les facteurs sociaux-économiques, mais en dépit de leur subtilité, elles se sont encore heurtées à l’accusation de déterminisme9.

  • 10 Pour cette vision de la vie politique de la guerre civile, voir Michael J. Braddick, God’s fury, E (...)
  • 11 Andy Wood, « Beyond post-revisionism »; John Walter, Understanding popular violence in the English (...)

6Bien qu’elle ait été moins souvent mise en avant, une autre difficulté posée par ces analyses en termes de classes est leur difficulté à rendre compte de la complexité et de la fluidité des allégeances au temps de la guerre civile. Les deux camps opposés étaient en réalité deux coalitions mouvantes aux buts également variables qui, au fil du temps, parvinrent à fixer sur ellesmême, des degrés divers d’engagement et de loyauté. J’ai soutenu ailleurs que face à ce problème le concept de « mobilisation » est plus approprié que celui d’« allégeance », dans la mesure où les activistes des deux camps tentèrent avec plus ou moins de succès d’associer les populations locales par des initiatives locales particulières. Le conflit fut plutôt vécu comme une série de revendications concrètes : exiger la réforme du « Root and Branch » ou la modification du livre de prière, réclamer le décompte des forces des milices populaires ou leur déploiement, demander le paiement d’un impôt [excise], l’élimination de pasteurs impopulaires ou la réforme du « Vote of no Address »… que comme le conflit de deux camps entre lesquels il aurait fallu choisir d’une manière relativement définitive. Ces revendications diverses furent associées à des exigences idéologiques de plus en plus importantes. Néanmoins, les succès qu’elles connurent au sein d’une même population locale traversèrent et chevauchèrent incontestablement les frontières partisanes10. Les niveaux d’implication purent, certes, refléter les cultures locales, mais avec de tels degrés de fluidité, que faire d’un conflit de classes la racine de la guerre civile devient très malaisé. La meilleure étude récente de la vie politique populaire durant les années 1640 a clairement démontré la complexité de l’extension locale des enjeux nationaux11.

  • 12 John Walter, « Confessional politics in pre-Civil War Essex: prayer books, profanations, and petit (...)
  • 13 Alan Everitt, The community of Kent and the Great Rebellion 1640-60, Leicester, 1966; Derek Hirst,(...)
  • 14 Voir par exemple Jason Peacey, « “Fiery spirits” and political propaganda: uncovering a radical pr (...)

7Les divisions bien connues de l’alliance favorable au Parlement soulignent une autre caractéristique importante de ces diverses mobilisations : elles furent mises en place par des réseaux d’activistes différents. Là encore, il semble difficile de tout réduire au face à face de deux entités monolithiques. Ainsi, les revendications opposées que connu l’Essex à l’automne 1641 furent incontestablement le fait de réseaux sociaux rivaux, composés de membres de la noblesse traditionnelle, du clergé ou des professions juridiques s’efforçant de s’appuyer sur les institutions locales en vue de faire avancer des fins partisanes qui leur étaient propres12. La lutte pour le contrôle du Kent durant l’année 1742 prit aussi cette forme et le « retournement » de Sir Edward Dering, abandonnant la cause de la poursuite de la réforme, jette un éclairage cruel sur les réseaux d’activistes du comté et sur leurs liens avec Westminster13. On peut aussi voir la main de réseaux d’imprimeurs, bien connectés à Westminster, dans la promotion de certains objectifs et idéaux propres au camp du Parlement14. Le camp royaliste est moins bien connu, mais il serait très étonnant que les incontestables dissensions au cœur de son effort de guerre ne correspondent pas, elles aussi, à des réseaux de mobilisation distincts les uns des autres. Il y avait deux armées (et en certaines circonstances même cette affirmation peut sembler quelque peu simplificatrice) mais, derrières elles, il y avait des alliances complexes et mobiles dont l’impact sur le public fut décisif en terme de succès ultime, mais changeant au fil du temps.

  • 15 Michael J. Braddick, « Mobilisation, anxiety and creativity », art. cité.

8Une telle analyse en termes de mobilisation, plutôt que d’allégeance et de réseaux plutôt que de classe peut expliquer à la fois l’implication partielle et l’instrumentalisation du public dans les campagnes politiques nationales, l’inclusion de ces campagnes au sein de conflits prioritairement locaux et le succès des mobilisations concomitantes de deux camps différents au sein des mêmes populations. Elle associe la sociologie de la mobilisation (l’étude des réseaux sociaux dans lesquels elle s’enracine et des formes de communications) avec les problématiques de la représentation mises en avant par l’histoire culturelle mais aussi avec les questions des acteurs sociaux et du calcul social – sur lesquels repose l’utilité ou l’efficacité de chaque mobilisation particulière. Ces mobilisations furent mises à exécution sous la forme de manifestations concrètes, souvent relayées et même parfois organisées par le biais d’imprimés. Les nombreuses archives de pamphlet de l’époque de la guerre civile qui ont survécues nous offrent une voie d’accès incomparable aux façons dont furent exprimés ces phénomènes de mobilisation ainsi que certaines indications sur leurs infrastructures. Comme je l’ai déjà soutenu, pour comprendre non seulement l’évolution de la guerre mais aussi la fluidité et la créativité des débats politiques de la période qui s’étend entre 1640 et 1650, l’analyse de ces multiples mobilisations constitue un instrument crucial. Pour le dire plus simplement, réintroduire la profondeur de l’analyse sociale dans l’étude de la vie politique des années 1640, modifie considérablement notre vision de la dynamique de la guerre civile et de la révolution15.

  • 16 J’emprunte ce terme à Sharon Achinstein, Milton and the revolutionary reader, Princeton, Princeton (...)

9Comme je l’ai également suggéré, ceci pourrait aussi nous offrir une perspective nouvelle sur l’histoire sociale de l’Angleterre des temps modernes en général. Ces mobilisations reposaient sur l’existence d’une vie associative fondée sur des valeurs communes – on pourrait même dire qu’elles constituaient une des formes de cette vie associative. En mettant ainsi en place cette perspective nouvelle sur la vie politique durant la guerre civile, nous ouvrons donc des chemins nouveaux eux-aussi pour l’histoire des relations sociales, comme la question des formes changeantes de la solidarité et de la vie associative. L’expression des enjeux politiques dans des formes et par des moyens de diffusion qui rattachaient la vie politique des paroisses à celle de l’ensemble de la nation, stimula encore les solidarités locales. Si l’on considère l’implication populaire dans la vie politique durant la guerre civile, on devrait se représenter, plutôt que des fermiers pleins de déférence et des parlementaires pleins d’indépendance, une nation de lecteurs et d’auditeurs révolutionnaires réagissant aux initiatives plus ou moins bien coordonnées de divers activistes16. Du côté du Parlement, ces activistes incluaient des personnages comme John Lilburne et Samuel Hartlib : tous deux avaient porté un diagnostic sur les causes des maux de leur pays et cherchaient à mobiliser des partisans de leur vision du problème et de sa solution. Ni l’un ni l’autre ne furent jamais des représentants officiels de la cause parlementaire et l’un comme l’autre avaient mis en place des réseaux fondés sur des valeurs communes plutôt que sur des liens de famille, de classe ou de statut social. Lilburne coopéra avec les royalistes, Hartlib avec les catholiques – deux témoins de ce monde mouvant où les alliances et les solidarités se construisaient en vue de l’auto préservation et autour de valeurs particulières.

10De telles mobilisations avaient nécessairement des racines profondes et eurent une influence directe sur les relations sociales locales y compris les relations de classes. Même si la guerre civile anglaise ne fut pas un conflit de classes, il est évident que les tensions entre les classes trouvèrent à s’exprimer durant les années 1640 et que les affiliations partisanes facilitèrent cette expression. Alors que la guerre éclatait durant l’été 1642, le terme de « tête ronde » se répandait autorisant la transgression de certaines règles sociales ainsi que Brilliana Harley s’en plaignit à son époux :

  • 17 Jacqueline Eales, Puritans and roundheads: the Harleys of Brampton Bryan and the outbreak of the E (...)

« Ils sont devenus de moins en moins polis. Tous les jeudi, des gens de Ludlow qui passent par la ville, expriment leur désir de voir les puritains de Brampton pendus et alors que je marchais un jour dans le jardin… ils me dévisagèrent et souhaitèrent qu’à Brampton, on pende tous les puritains et les “têtes rondes”17. »

  • 18 Thomas Edwards, The Second Part of Gangraena, Londres, 1646, p. 127.
  • 19 David Underdown, Revel, riot and rebellion, op. cit, p. 157.
  • 20 Anthony Fletcher, The outbreak of the English civil war, Londres, 1981; Clive Holmes, The Eastern (...)
  • 21 Cité dans Buchanan Sharp, In contempt of all authority: rural artisans and riot in the west of Eng (...)

11Thomas Edward qui comme Brilliana était un authentique partisan du Parlement partageait, avec de nombreux royalistes, cette hantise des effets corrosifs du zèle indiscipliné. Après l’importante victoire du Parlement à Neseby, Edwards se plaignit des sectateurs qui « tout particulièrement durant cette dernière année depuis la victoire de Naseby ont insulté (de la manière la plus insolente et inouïe et de toute sorte de façon) divers hommes de tout rang, y compris les plus hauts18 ». Et c’est un journal favorable au Parlement et non pas royaliste qui affirma combien il était préoccupant que tout ces « clubmen » « auraient bientôt une armée sans Roi, sans seigneurs, sans gentilhomme presque19 ». Cette inquiétude avait conduit un certain nombre de personne vers le camp royaliste en 1642 et dans le Lincolnshire elle conduisit des royalistes vers les partisans du Parlement en vue de préserver un front social uni face à cette menace imminente20. Mais ce furent des pillards royalistes qui firent se lever le spectre d’une remise en question de la propriété, sans discrimination aucune, dans le Kent en 1643. Parry, l’un des deux forgerons qui étaient à la tête d’une vingtaine d’hommes lors du pillage de la propriété d’un gentilhomme favorable au Parlement aurait dit : « Nous avons bien travaillé ici. Allons maintenant marauder à Hadlow et à Peckham, car il y a là de riches coquins ; puis nous nous en irons dans les bois. » Son compagnon, Smale objecta que « Nous ne devons toutefois détrousser que des « Têtes Rondes » provoquant chez Smith « un gros juron » et la réplique suivante « Nous ferons de tout homme qui a quelque chose à perdre une “Tête ronde”. Notre heure est venue21 ». L’angoisse provoquée par le conflit des classes était une préoccupation qui ignorait les frontières de parti. Elle trouve, en partie, sa source dans la menace de rupture des hiérarchies traditionnelles que représentait une telle division partisane.

  • 22 Thomas May, The History of the Parliament of England, Londres, 1647, livre 3, p. 3. Cette affirmat (...)
  • 23 Huntington Library, San Marino, EL 7795.
  • 24 [Bruno Ryves], Mercurius Rusticus, 20 mai 1643.

12Ceci se reflète dans la bataille qui eut lieu autour du terme de « pillage » (plunder). Thomas May, dans son « Histoire du Parlement » de 1647 affirmait que ce terme et cette pratique furent introduit par le Prince Rupper : « Il “pilla” beaucoup de villes et de villages, c’est-à-dire qu’il y commit des vols (car ce fut en ce temps qu’on employa pour la première fois ce terme, venu d’Allemagne, en Angleterre lorsque notre superbe pays fut si terriblement et dévasté et mis à sac par des armées étrangères) et commis un grand nombre d’atrocités22… » Le terme et la pratique sont donc ici présentés, avec succès, comme l’intrusion de phénomènes étrangers dans les mœurs anglaises. Pourtant on avait déjà fait usage de ce terme avant que, face aux mouvements de foules favorables au Parlement et aux appels de l’armée, ce genre d’actions hostiles ne soit déclenché. Il apparaît ainsi dans un document non daté, qui décrit les peurs de Lady Goring, mais dont il est clair qu’il date de la mi-août 1642 puisqu’il évoque les nouvelles de la marche du Roi sur Nottingham et les affrontements pour la prise de Postsmouth et de Sherbone Castle : « Lady Goring [ ?] passait ses nuits à surveiller sa demeure par peur des pillages, sous les quolibets des soldats qui passaient et la traitaient de Jézabel23. » Bruno Ryves l’incorpora dans le titre de Mercurius Rusticus, dès la première édition qui date de mai 1643 et l’appliqua rétrospectivement aux agissements des foules favorables au Parlement dans l’Essex durant le mois d’août 164224. La tentative très consciente de May pour associer le pillage avec le parti des Cavaliers durant les premières années de la guerre est donc probablement une riposte à des tentatives préalables pour l’associer à des mouvements d’hostilité de classes chez certains soldats peu disciplinés, ou dans des courants populistes de partisans Parlement. Ce fut donc l’affirmation initiale de l’existence d’une certaine hostilité de classe au sein du parlementarisme populaire qui fut ainsi contestée par l’image d’un mouvement royaliste inhumain et sans foi ni loi.

  • 25 John Morrill, Cheshire 1630-1660: county government and society during the English revolution, Oxf (...)

13Précisément parce que ce conflit de classes fut un problème qui traversa les frontières de parti, il est possible de voir dans l’identification à un parti particulier la source de capacités d’actions nouvelles et d’une dignité personnelle accrue, indépendantes désormais de tout statut social et qui ont pu, peut-être, dans certaines situations du moins, limiter ou réduire le handicap que pouvaient occasionner les hiérarchies et les statuts sociaux. Les allégeances partisanes purent ainsi fournir une base à partir de laquelle il était possible de remettre en cause des comportements auxquels on se serait attendu dans un cadre structurel donné. En d’autres termes, l’adhésion à un système de valeur a pu permettre de casser les règles de déférences sociales et même, dans certains cas, de le faire en se réclamant d’une légitimité supérieure et en créant des principes de solidarité. Ainsi par exemple, lorsque William Davenport chercha à obtenir le soutien de ses fermiers pour la cause du Roi, ils lui répondirent que sans être en rien déloyal au Roi, « néanmoins nous ne pouvons nous permettre de lever la main contre le Parlement dont on nous a bien assuré qu’il travaille en vue du bonheur de Sa Majesté et de celui du Royaume tout entier ». Ensuite, ils s’engagèrent dans le camp du Parlement, contre les vœux du propriétaire de leurs terres, à qui il ne restait plus qu’à constater, quelque peu piteusement, qu’ils avaient pris cette décision « sans éprouver le moindre intérêt ni tenir le moindre compte, de moi-même ou de ma réponse25 ».

  • 26 Pour des exemples et plus de références, voir Michael J. Braddick, God’s fury…, op. cit., p. 407-4 (...)
  • 27 Clive Holmes, « Drainers and fenmen: the problem of popular political consciousness in the sevente (...)

14Ce qui vaut pour les relations de classes, vaut bien évidemment aussi pour toute autre forme de pouvoir social et on a, par exemple, aussi déjà largement souligné les embarras de la période de la guerre civile avec la question du « genre » et les libertés que s’octroyèrent quelques jeunes hommes en dépit de la structure patriarcale de leurs relations avec leurs maîtres. Des femmes défendirent héroïquement des maisons assiégées et – en tant que bénéficiaires de révélations directes – purent exercer des rôles publics qui allèrent, une fois au moins, jusqu’à faire des recommandations au Conseil Général des Armées sur la question du sort du Roi. Du fait de leur fidélité à la cause parlementaire, des apprentis, eux aussi, purent bénéficier de libertés nouvelles : par ordonnance ils furent autorisés à décompter la durée de leur service militaire du temps réglementaire de leur apprentissage, ce qui leur offrit incontestablement une certaine marge de manœuvre par rapport leurs maîtres26. Et ceci fut vrai aussi dans le cas d’autres types d’autorités « naturelles ». Durant la guerre civile, les identités partisanes offrirent aux paroissiens des opportunités pour contester l’autorité d’un « clergé indigne » par exemple, et aux populations urbaines celle de détestables gouverneurs. L’importance de ces identifications se reflète aussi, au niveau de la politique nationale, dans les discours et le langage que les « clubmen », les émeutiers des Fenlands et d’autres choisirent de mettre en place ou de s’approprier. On peut prendre ici l’exemple des émeutiers du Lincolnshire dont les revendications s’éloignèrent de ces humbles supplications qu’elles avaient initialement été et se transformèrent en exigences d’Anglais libres. En ce qui concerne leurs adversaires, ils les accusèrent de moins en moins de sédition et de plus en plus d’être des obstacles à des améliorations qui n’avaient pour fin ultime que le bien commun [commonwealth]27.

  • 28 William Cliftlands, « The “well-affected” and the “country”: politics and religion in English prov (...)

15Le fait que durant la guerre civile, on ait fait appel aux ressources et au soutien du peuple, a permis à ce peuple de revendiquer pour lui-même des vertus d’un type nouveau qui furent dès lors pour lui des sources de dignité et de capacités d’action nouvelles. Il est fort possible que ces réactions populaires aient été fortement empreintes d’opportunisme ou, au moins, que les discours nationaux aient été récupérés en vue d’objectifs locaux particuliers. Néanmoins, des identités locales se constituèrent successivement comme « bien intentionnées », « scandaleuses » ou « maléfiques », et la juxtaposition, dans toutes les localités que nous connaissons, de ces mêmes termes manifeste clairement que ces enjeux divisèrent le pays tout entier et non seulement une région ou une classe par rapport aux autres28.

  • 29 Voir, par exemple, BL, Sloane MS 1457, 21r°-29r°, et pour les cruautés du camp cavalier, BL Add Ms (...)
  • 30 TNA, SP24/38 Petition of Thomas Calsey, 29 mars 1651.
  • 31 David Underdown, Revel, riot and rebellion…, op. cit., esp. p. 177, 269 et 274-275.
  • 32 Voir les exemples cités dans Michael J. Braddick, « Politics of gesture », art. cité.

16Ce ne fut pas là non plus seulement une caractéristique des conditions de vie de la guerre civile. Durant les années 1650, les identités partisanes furent aussi associées à des formes particulières de sociabilité et de solidarité : elles furent même centrales dans les stéréotypes qui caractérisèrent les Cavaliers durant les années 1640. Nehemiah Wallington rassembla ainsi des exemples de Cavaliérisme démoniaque qui font écho à une série d’images très répandues dans les imprimés polémiques de la guerre civile29. Un élément clef de ces récits est le fait de boire – à la santé du démon, à la déroute de leurs ennemis etc. Dans une certaine mesure les fréquentations et la vie sociale s’organisaient autour de valeurs et de croyances communes, et ces pratiques sociales elles-même habitaient et constituaient des espaces, au sein desquels des formes de solidarités nouvelles étaient cultivées et légitimées. Par exemple, Thomas Calsey, le constable de North Tuddenham, se plaignit auprès du Comité des Indemnités en mars 1651 qu’ayant été informé que « diverses personnes aux mœurs dissolues avaient été remarquées au domicile d’un réfractaire papiste de la ville », il s’y était rendu « pour éviter tout danger ». À son arrivée, il avait trouvé « un certain Samuel Bateman, violoneux de son état, et son fils, en nombreuse compagnie, jouant leurs mélodies débauchées et chantant de honteuses chansons et poésies qui attaquaient le Parlement et le gouvernement actuel » Bien naturellement, il s’était efforcé de les arrêter mais « par la force, ils avaient pris la fuite ». Pire encore, durant cet incident « en luttant pour s’enfuir » ils avaient brisé l’un de leurs violons et, de ce fait, avaient exigés et obtenus des réparations, lors d’une action en justice contre Calsey30. Une autre référence cruciale de ces images subversives est celle des mats enrubannés de mai, fréquemment considérés par Wallington comme une provocation sur laquelle s’abattra le jugement de Dieu, et que d’autres sources présentent souvent comme des signes de sympathies anti-parlementaires31. Dans de telles conditions, la vie amicale était souvent une question politique très sensible, au sujet de laquelle les individus pouvaient se retrouver assez rapidement sur la défensive32.

  • 33 Richard Gough, The history of Myddle, ed. David Hey, Harmondsworth, 1981.
  • 34 Pour des exemples voir Michael J. Braddick, Parliamentary taxation, op. cit.
  • 35 Keith Wrightson, « Estates, degrees, and sorts: changing perceptions of society in Tudor and Stuar (...)
  • 36 Sur la question de la prolifération des offices, voir Michael J. Braddick, Nerves of state, op. ci (...)

17Suite à la guerre civile, apparurent aussi de nombreuses possibilités d’assumer des fonctions ou des rôles spécialisés nouveaux, du fait à la mobilisation financière qu’impliquèrent les créations de postes militaires ou politiques reposant sur un salaire et non sur des titres ou des honneurs. De même que la classe myenne [the middling sorts] put tirer profit de la croissance de la structure de l’État, de même les plus pauvres purent dans de telles conditions, s’octroyer quelque dignité et capacité d’action ; en termes plus polémiques : qu’est ce qui aurait pu pousser un simple laboureur à s’engager comme soldat ? Un des personnages les plus connus de l’histoire de Myddle, par exemple, est Scogan of the Hole, une de ces figures marginales qui, en règle générale, ne tient aucune place sinon celle d’un pion invisible, dans l’histoire. Du fait de son action de soldat durant la guerre civile, il conquit quelquechose comme l’immortalité : cinquante années plus tard, le village se souvenait encore de sa capacité à bluffer face aux soldats de l’armée du Parlement, lorsqu’on lui demanda combien d’hommes il avait sous ses ordres et de son attaque au fusil de chasse d’un de ses anciens rivaux33. De petits officiers de l’impôt purent aussi avoir leur heure de gloire34. L’extension de l’usage du terme « middling sorts » – des groupes qui, vu les conditions de la guerre civile, purent dans certaines localités assumer des fonctions administratives relativement autonomes et importantes – témoigne de l’existence d’un lien entre la vie politique et la conscience de classe, entre la constitution des élites et celle de l’État35. Ici, bien sûr, nous quittons le terrain de la société civile pour revenir à la plus vénérable question de l’État ; mais il vaut peut-être la peine de souligner que la prolifération des charges dans « l’État fiscal et militaire » des années qui suivirent 1640, permit peut-être plus qu’à la seule l’élite parlementaire de tirer quelque profit36.

  • 37 Ici, c’est Keith Wrightson, dans « Mutualities and obligations: changing social relationships in e (...)

18Les identités et la construction des rôles sociaux sont des thématiques centrales de toute analyse des relations sociales durant la période moderne, mais elles n’ont pas encore souvent été étudiées en conjonction avec la question des valeurs communes. Pour d’autres sociétés et d’autres époques, les affiliations et les solidarités fondées sur des croyances et des valeurs partagées ont été considérées comme des dimensions fondamentales de la problématique identitaire et par conséquences aussi de celle des capacités d’action. Après considération des sources de l’époque de la guerre civile, il n’y a, en effet, aucune raison de douter de l’intérêt d’une réflexion sur la façon dont les identités politiques doivent être imbriquées dans notre représentation des relations sociales de l’Angleterre des temps modernes37. Non seulement, les identités partisanes offrirent parfois des opportunités d’atténuer, voire même de remettre en cause, la structure des relations de pouvoir, mais elles semblent avoir aussi été par elles-mêmes des sources de dignité personnelle. Ces identités, dont les matériaux de base appartenaient à la culture politique globale, servirent de fondement à des solidarités sociales enracinées dans les questions de croyances et de valeurs et non pas dans les affinités de résidence, les dépendances seigneuriales ou familiales ou les relations au marché. Elles favorisèrent ainsi des liens qui s’exprimèrent par la constitution de réseaux de « compagnons de route » – des formes d’associations enracinées dans un système de valeurs et non pas un statut social commun, les liens du sang ou des affinités de résidence. En ce sens, il faut ajouter l’appartenance partisane à la liste des sources de l’action politique populaire.

19Toutefois, l’expérience de la guerre civile n’a pas constitué un élément proéminent des études récentes des relations sociales. L’ouvrage de Keith Wrighton English society, par exemple (qui constitue pourtant quelque chose comme le manifeste de toute une génération d’historiens spécialistes de l’histoire sociale) s’ouvre sur une scène des débats de Putney en 1647 : l’intervention de quelqu’un que le Secrétaire au Conseil des Armées, William Clarke, ne put identifier que comme « un homme du Bedfordshire ».

  • 38 Keith Wrightson, English Society 1580-1680, Londres, 1982), p. 11.

« Depuis bien trop longtemps les historiens des XVIe et XVIIe siècles anglais étaient dans une position comparable à celle du Secrétaire au Conseil des Armées. Le peuple anglais dans sa grande majorité était le plus souvent tout simplement exclu du récit des évolutions nationales, et, s’il y était exceptionnellement admis, c’est uniquement lorsqu’il obtenait par force l’attention des arbitres de l’histoire38. »

  • 39 Ibid.

20Wrightson, et ses disciples, entreprirent de sauver ce peuple de l’obscurité dans laquelle il était tombé, de comprendre les existences de ceux qui, par le passé, « s’étaient tenus dans les coulisses et la pénombre de la conscience historique, alors que les affaires importantes avaient été confiées au cercle étroit de leurs supérieurs39 ». Par ailleurs, ils avaient aussi un but plus ambitieux que le simple retour du peuple sur la scène de l’histoire, il s’agissait aussi, pour eux, de proposer un récit des évolutions nationales, structuré par les vies de la vaste majorité de la population anglaise plutôt que par les activités des grands de ce monde. Une scène de la guerre civile servit donc littéralement de point de départ.

  • 40 Idem, « The politics of the parish in early modern England », dans Paul Griffiths, Adam Fox et Ste (...)
  • 41 Voir Michael J. Braddick, State formation in early modern England, c. 1550-1700, Cambridge, Cambri (...)
  • 42 Il s’agit là d’un virage vers des formes politiques complémentaires plutôt qu’alternatives: « [The (...)

21C’est principalement l’étude historique et politique des structures sociales – fortement inspirée par l’évolution de Peter Laslett lorsqu’il prit ses distances avec l’histoire de la pensée politique pour analyser les réalités sociales patriarcales– qui se donna pour fin de recouvrer ces existences si longtemps ignorées par l’histoire. Et par conséquences, on assista au développement de l’intérêt pour la politique des structures, plutôt que pour la politique au sens étroit et traditionnel du terme : la politique des relations de pouvoir au sein des paroisses40. Même ceux d’entre nous dont les centres d’intérêt restèrent fortement marqués par les problématiques politiques se tournèrent vers les questions de l’État et du gouvernement, c’est-à-dire celles des structures et des organisations plutôt que vers celles des rivalités idéologiques et partisanes qui dominaient les préoccupations des études traditionnelles de la « haute politique41 ». Mais, par une étrange coïncidence, et vraisemblablement aussi à revers des sympathies naturelles de ses promoteurs, cette évolution renforça la position des historiens révisionnistes de la révolution anglaise : se détournant de l’analyse sociale des causes et des conséquences de ces conflits ils se retrouvèrent en quelque sorte les alliés des spécialistes de l’histoire sociale qui, dans un tout autre domaine, faisaient des existences ordinaires le cœur du problème42.

  • 43 L’ouvrage de référence classique est Keith Wrightson, English Society, op. cit.. Comme beaucoup de (...)
  • 44 Michael Mann, The sources of social power, I: A history of power from the beginning to A. D. 1760,(...)

22Le « Cambridge Group for the History of Population and Social structure » et non pas Christopher Hill (en dépit de toute l’affection filiale que bon nombre de membres de ce groupe éprouvaient pour lui) fut la principale source d’inspiration de tout ceci. Il y avait chez eux une vision matérialiste de l’histoire, quoiqu’elle ne fut pas nécessairement marxiste, pour laquelle les « relations sociales » étaient généralement analysées en relation avec les structures sociales (interprétées comme la distribution du capital économique) et semblaient souvent constituer un concept plus ou moins équivalent à celui de « relations de pouvoir ». Les relations de voisinages par exemple, furent principalement envisagées comme un simple complément des relations de hiérarchie et de subordination ; en tout état de cause elles ne suscitèrent jamais autant d’intérêt que ces dernières43. Qui plus est, les relations de pouvoirs furent principalement interprétées (selon le vocabulaire de Mann) comme des relations de pouvoir fondamentalement distributive : c’est-à-dire relevant d’un modèle de gain zéro selon lequel au gain obtenu par une personne correspondrait nécessairement la perte équivalente éprouvée par une autre personne44.

  • 45 Sur ce point, voir Phil Withington et Alexandra Shepard, « Introduction: communities in early mode (...)
  • 46 Andy Wood, The 1549 rebellions and the making of early modern England, Cambridge, Cambridge Univer (...)

23Ceci fut incontestablement un contrepoids important à l’image romantique et à l’idylle bucolique du monde villageois de l’époque préindustrielle et l’insistance sur l’existence de tensions verticales contre ces images « gemeinschaft » d’une solidarité organique, fut sans le moindre doute, elle aussi décisive et essentielle45. La classe sociale, bien entendu, constituait dans la plupart de ces analyses une forme de conscience de soi, une identité partagée sur laquelle se construisirent des formes de solidarités et d’associations : en d’autres termes elle était un phénomène politique. Leur compréhension du concept de classe – comme identité déterminée par une situation concrète, forgée au cœur de conflits et résultante d’appropriations de discours officiels – a aussi constitué aussi un élément clé des travaux d’histoire sociale les plus récents. C’est en s’appuyant sur ces principes qu’Andy Wood a récemment proposé une thèse qui défendait l’idée de l’existence du déploiement d’une force authentiquement plébéienne au sein du Commonwealth lors de la rébellion de Kett et qui expliquait l’impact de son échec dans la constitution, sur la base de sa répression, d’une structure politique stable. Dans une étude également importante quoique antérieure, il avait défendu, à la suite de E. P. Thompson, l’idée d’une évolution clairement plébéienne du concept de droit coutumier. Ici, les questions de langage, de classe et de structures sociales sont donc réunies par un contexte particulier – fondamentalement bien sûr un contexte politique46. Néanmoins, cette réévaluation des images romantiques du passé pré-industriel a le plus souvent centré son attention sur les solides réalités matérielles : dans la plupart de ces analyses les transformations des relations sociales sont interprétées comme des conséquences de changements matériels et non d’évolutions démographiques.

24Le nec plus ultra de cette nouvelle histoire sociale fut l’étude de village. Le contexte de la paroisse fournit ainsi les chaînons manquants et les sources nécessaires à la reconstruction des existences de ceux que l’histoire avait ignoré et c’est donc l’anthropologie de village qui fournit les instruments conceptuels appropriés pour s’avancer aux delà des conditions structurelles et factuelles vers les réalités vécues. Bien que l’impact de ces travaux ait été bénéfique et régénératrice, ils eurent sur notre patrimoine historiographique deux conséquences distinctes dont la réévaluation serait aujourd’hui la bienvenue. La première est l’influence toujours considérable des approches matérialistes sur l’analyse des relations sociales. La seconde est le résultat très particularisant (même si telle ne fut pas nécessairement l’intention initiale) de cette prédominance des études de villages– une caractéristique que vint encore renforcer l’intérêt récent pour la micro-histoire.

  • 47 Margaret Spufford, Contrasting communities: English villagers in the sixteenth and seventeenth cen (...)
  • 48 Tessa Watt, Cheap print and popular piety, 1550-1640, Cambridge, Cambridge University Press, 1991; (...)
  • 49 Les études de villages étaient évidemment particularisantes dans leurs ambitions premières, mais l (...)

25De ces deux points de vue – leur matérialisme et leur tendance à la particularisation – ces ouvrages s’opposent à d’autres courants de l’histoire sociale récente fortement marqués par l’histoire culturelle et l’anthropologie symbolique. La double influence du tournant linguistique et de la nouvelle histoire culturelle a conduit à une mise en avant des questions de représentation et de communication : un programme plus global que celui obtenu (sinon proposé) par les études locales. Sur ce point, l’influence de Margaret Spufford, auteur d’une étude de village fondamentale mais aussi d’ouvrages essentiels portant sur l’histoire sociale des mouvements religieux dissidents et des pamphlets bon marché, fut considérable47. Ce dernier thème est particulièrement important puisque les études des imprimés populaires se sont centrées sur les questions de communication et d’intégration ; par delà la problématique de la protestantisation et de ses rapports aux textes imprimés, elles ont évoluées vers un intérêt plus général pour les questions religieuses, celles relatives aux ouvrages imprimés et celles concernant de l’espace public48. Dans cet ouvrage portant sur la représentation et la circulation des idées, l’accent est donc mis sur la question des relations – une question qui aurait été nécessairement moins centrale dans l’étude d’un lieu particulier, de l’un de ces mondes à demi séparé des autres que nous présentent les études de villages49. Pour le dire en d’autres termes, dans le corpus historique actuel, l’accord de l’histoire sociale et de l’histoire culturelle est quelque chose d’assez malaisé, et les problématiques qui ont été mises en place n’ont guère de résonance avec les questions centrales d’une historiographie de la guerre civile essentiellement centrée sur des problèmes de hautes politiques.

  • 50 Pour les langages de l’identification et de la différentiation, voir Keith Wrightson, « The social (...)

26Notre analyse des identités partisanes permet de résoudre certaines de ces tensions et, comme nous l’avons vu, elle porte aussi sur les questions des capacités d’action et de dignité personnelle, qui furent centrales pour l’historiographie de la politique populaire. Elle associe en outre une sociologie des associations – des formes, des espaces et des modèles d’interactions sociales– et une histoire culturelle des représentations et des significations ; elle relie aussi – potentiellement au moins– les univers de la politique formelle et de l’histoire intellectuelle. En un sens donc, la question de la mobilisation et l’histoire générale des associations partisanes et des identités permet aussi de créer des liens entre la politique de la paroisse et celle de la nation ainsi qu’entre les nouvelles histoires sociales et culturelles. Dans cette perspective, elle permettrait de mettre en place une analyse de la politique des rôles sociaux et des identités ou des modes de présentation de soi : le déploiement d’un discours à la fois identificateur et différenciateur dans un contexte d’inégalités structurelles de pouvoir mais aussi dans celui de discours plus vastes et de formes d’expression de valeurs communes50.

  • 51 Voir par exemple les essais rassemblés dans John Walter, Crowds and popular politics in early mode (...)
  • 52 Pour la consolidation des plaintes juridiques en temps de disette voir John Walter, « The social e (...)

27Beaucoup de travaux récents relatifs aux questions de l’action politique populaire durant les XVIe et XVIIe siècles ont pour bases les questions d’appropriation des discours officiels. Les institutions et les cérémonies politiques et religieuses offraient un certain potentiel de définition de soi, de présentation de soi, qui pouvaient fort bien se révéler avantageux ou offrir un relatif statut d’acteur social51. Ceux qui cherchèrent à faire intervenir la loi dans des affaires de commerce de céréales ou en vue de mettre en cause l’économie politique des réglementations relatives aux forêts, purent consolider leurs plaintes contre leurs supérieurs sociaux directs, en s’appuyant sur le corps des magistrats ou les tribunaux52. Les conditions des années 1640 offrirent à ce niveau un grand nombre d’opportunités nouvelles : des nouvelles structures administratives, des formes d’expression nouvelles, des modèles différents en matière de religion et d’association politique qui tous contribuèrent à l’émergence de rôles sociaux et d’identités partisanes inédits. Et bien entendu, les pamphlets polémiques eurent une influence considérable sur la formation et la dissémination de ces identités rivales. Ceci favorisa le développement de solidarités qui ne reposèrent plus sur les bons offices de gens bien placés, qui opérèrent indépendamment de tout lien du sang et de toute identité locale de classe et qui s’articulèrent hors des structures de la famille, du marché ainsi que de celles de l’Église et de l’État nationaux.

  • 53 Knights, Representation and misrepresentation; Paul D. Halliday, Dismembering the body politic: par (...)

28Il est évident que c’est le contexte de la guerre civile qui offrit ces opportunités exceptionnelles, mais à un prix tel que bien peu de gens auraient librement choisi de le payer. Néanmoins ces signes du lien entre la politique partisane et la texture même des relations sociales dans leur ensemble rendent manifestes des possibilités d’une évolution à long terme de la vie associative : l’ouverture d’espaces intermédiaires situés entre l’espace domestique et celui que structurait l’État, qui permit la constitution de solidarités nouvelles et se révéla comme une source de dignité et de capacité d’action. Cet article ne prétend pas replacer au sein de l’histoire longue l’expérience de ce moment que fut celui de la guerre civile anglaise, il se contente de suggérer qu’il y aurait là des potentialités importantes. Nous connaissons relativement bien l’avenir de ce moment à travers la thématique de l’espace public de l’Angleterre de la Restauration53 : celle de la riche vie associative et de la prolifération des micro-cultures identitaires de l’Angleterre urbaine du XVIIIe siècle. Cet avenir évoque des conditions sociales particulières, favorables à un tel foisonnement de micro-cultures partisanes ou autres : des moyens de communications et des lieux de sociabilité qui dépassèrent ceux du foyer et de l’église et un matériel culturel à partir duquel de telles identités et solidarités purent être constituées. Mais nous en connaissons beaucoup moins bien la préhistoire : existait-il dans les villages du XVIe siècle beaucoup de lieux qui, tels la « maison des récusants » [recusants’house] du Norfolk cromwellien, offrirent des espaces de sociabilité aux opposants au régime ?

  • 54 Andrea Mckenzie, « Martyrs in low life? Dying “game” in Augustan England », Journal of British Stu (...)

29L’histoire des hérésies religieuses, des mouvements « séparatistes » ou « à moitié séparatistes », est, évidemment, très propice à ce genre d’analyses. Mais il est aussi possible d’envisager une histoire qui englobe les problématiques des solidarités et des présentations de soi et qui s’appuie non pas sur les questions d’adhésions partisanes à des camps politiques ou religieux mais sur des valeurs plus larges, telles par exemple celles de respectabilité ou de licence. On pourrait l’approcher par une étude des choix de carrière déviants, qui pourraient être envisagés comme des sources de dignité et de capacité d’action pour ceux qui en étaient privé, plutôt que simplement comme le plus court chemin vers l’échafaud54. Les tavernes à bière, et certaines d’entre elles en particulier, pourraient être considérées comme des espaces retirés, où il devenait possible que s’expriment librement ceux que leur statut social subalterne réduisait au silence, mais aussi ceux qui tentaient d’échapper au poids paralysant de la respectabilité dans une société de la familiarité. Adhérer à une identité déviante – même celle d’une sorcière – offrait de réelles possibilités d’obtention d’un rôle d’acteur social en dépit des terribles risques que cela impliquait aussi.

  • 55 Pour une tentative importante d’élargir le concept de « communauté » au delà de son usage dans les (...)
  • 56 Il existe en réalité une historiographie oubliée des formes d’association voir : Phil Withington, (...)

30C’est donc un appel à détourner notre attention du « développement de l’espace public » vers « l’histoire de la société civile » que je lance ici. Cette histoire n’a pas encore été écrite, mais comme le montrent les expériences de la guerre civile et de la révolution, elle comporte une dimension d’histoire sociale, qui associée avec des analyses culturelles et politiques, pourrait éclairer l’une des questions fondamentales que s’est posée la dernière génération d’historiens dans son analyse des relations sociales dans l’Angleterre des temps modernes. De ce point de vue, quelque chose fut perdu lors de la critique de la vision « gemeinschaft » de la société de cette époque : l’insistance sur la fonction, la structure et les conflits semble avoir détourné notre attention du rôle des valeurs dans le développement des solidarités et des communautés55. Celles-ci se révélèrent pourtant changeantes au fil du temps et sont donc les objets légitimes d’analyses sociologiques ou historiques. Si on l’envisage ainsi, une telle histoire pourrait contribuer à la fois au développement de notre compréhension du contenu des relations sociales et de leur nature mouvante. En rassemblant des perspectives d’histoire politique, sociale, intellectuelle et culturelle, elle évite les réductions inhérentes à tout choix privilégiant une approche plutôt qu’une autre et nous donne les moyens d’une analyse globale des cultures politiques et de leur opposition. Elle suggère aussi un point de vue différent, peu étudié encore, sur les conditions de la modernité et pose les bases d’une contribution originale à la contestation politique et sociale : des phases de proliférations– et peut-être aussi de réduction– caractérisèrent les possibilités d’association civiques ainsi que leur éventail56. Etant donnée l’importance actuelle en matière de diagnostic des maux de la société contemporaine, des questions relatives à l’espace public et à la société civile, une réflexion portant sur ces thèmes serait particulièrement opportune.

Notes

1 Peter Lake et Steve Pincus « Rethinking the public sphere in early modern England », Journal of British Studies, 45 (2006), p. 270-92 ; Mark Knights, Representation and misrepresentation in later Stuart Britain : partisanship and political culture, Oxford, Oxford University Press, 2004, ainsi que les études citées par dans ces deux ouvrages.

2 E. P. Thompson, Customs in common, Londres, 1991.

3 Pour des études d’ensemble de ces questions, voir les articles rassemblés dans Paul Griffiths, Adam Fox et Steve Hindle (éd), The experience of authority in early modern England, Londres, Bassingstoke, 1996 et Michael. J Braddick et John Walter (éd), Negotiating power in early modern society: order, hierarchy and subordination in Britain and Ireland, Cambridge, Cambridge University Press, 2001. Pour des travaux soulignant la question des limites du concept de « négociation » pour la compréhension des relations de pouvoir, voir Steve Hindle, « Dependency, shame and belonging: badging the deserving poor, c. 1550-1750 », Cultural and Social History – The Journal of the Social History Society, 1 (2004), p. 6-35; idem, On the parish: the micro politics of poor relief in rural England, c. 1550-1750, Oxford, Oxford University Press, 2004); Andy Wood « Fear, hatred and the hidden injuries of class in early modern England », Journal of Social History, 39: 3 (2006), p. 803-26; Andy Wood « Subordination, solidarity and the limits of popular agency in a Yorkshire Valley c. 1596-1615 », Past & Present, 193 (2006), p. 41-72.

4 Michael J. Braddick, God’s fury, England’s fire: A new history of the English civil wars; Londres, Penguin, 2008) accorde une certaine importance à la politique populaire pour la compréhension de l’évolution de la guerre et de la révolution.; idem, « Mobilisation, anxiety and creativity in England during the 1640s » dans John Morrow and Jonathan Scott (éd), Liberty, Authority, Formality: political ideas and culture, 1600-1900, Londres, Imprint Academic, 2008, p. 175-93.

5 Michael J. Braddick, « John Hammond and the explosion of cheap print in 1641: commercial and political opportunities » (forthcoming).

6 Michael J. Braddick, « Mobilisation, anxiety and creativity in England during the 1640s » in John Morrow and Jonathan Scott (éd), Liberty, op. cit., p. 175-93. David Zaret, Origins of democratic culture: printing, petitions, and the public sphere in early-modern England, Princeton, Princeton University Press, 2000, a influencé mon analyse sur ce point..

7 J’ai trouvé la définition suivante particulièrement utile : « the arena of un-coerced collective action around shared interests, purposes and values », supported and fostered by forms of associational life whose « institutional forms are distinct from those of the state, family and market », [le domaine des actions collectives exercées en dehors de toute coercition, centrées sur des intérêts, des buts et des valeurs partagés et nourries par une vie associative dont les formes institutionnelles se distinguent de celles de l’État, de la famille et du marché] définition du LSE Centre for Civil Society : http://www.lse.ac.uk/collections/CCS/introduction.htm (accès le 28 mai 2008).

8 Ceci n’est pas loin d’être la position de Christopher Hill dans ses ouvrages les plus polémiques. Par exemple, The English Revolution 1640: An essay, 3rd edition, Londres, Penguin, 1979 éd.), esp. p. 44-7; idem, The century of revolution 1603-1714, 2nd edition, Walton-on-Thames, 1980, p. 103-7.

9 David Underdown, Revel, riot and rebellion: popular politics and culture in England, 1603-1660, Oxford, Oxford University Press, 1985); et Mark Stoyle, Loyalty and locality: popular allegiance in Devon during the English civil war, Exeter, 1994; pour des critiques dont l’influence fut importante, voir Andy Wood, « Beyond post-revisionism?: the civil war allegiances of the miners of the Derbyshire “Peak country” », Historical Journal, 40 (1997), p. 23-40; et John Morrill, « The ecology of allegiance », repris dans Morrill, The nature of the English revolution, Harlow, 1993, p. 224-41. Voir aussi: David Underdown, « A reply to John Morrill », Journal of British Studies, 26 (1987), p. 468-79.

10 Pour cette vision de la vie politique de la guerre civile, voir Michael J. Braddick, God’s fury, England’s fire…, op. cit. ; idem, « Mobilisation, anxiety and creativity »

11 Andy Wood, « Beyond post-revisionism »; John Walter, Understanding popular violence in the English revolution: the Colchester plunderers, Cambridge, Cambridge University Press, 1999); idem, « “Abolishing superstition with sedition”? The politics of popular iconoclasm in England 1640-1642 », Past & Present, 183 (2004), p. 79-123; idem, « Popular iconoclasm and the politics of the parish in eastern England, 1640-1642 », Historical Journal, 47 (2004), p. 261-90; idem, « “Affronts & insolences”: the voices of Radwinter and popular opposition to Laudianism », English Historical Review, p. 122

12 John Walter, « Confessional politics in pre-Civil War Essex: prayer books, profanations, and petitions », Historical Journal, 44 (2001), p. 677-701.

13 Alan Everitt, The community of Kent and the Great Rebellion 1640-60, Leicester, 1966; Derek Hirst, « The defection of Sir Edward Dering, 1640-1641 », repris dans Peter Gaunt (éd), The English civil war, Oxford, Oxford University Press, 2000), 207-25; Jason Peacey, « Popularity and the politician: an MP and his public, 1640-1644 » (à paraître).

14 Voir par exemple Jason Peacey, « “Fiery spirits” and political propaganda: uncovering a radical press campaign of 1642 », Publishing History, 55 (2004), p. 5-36; idem, « The exploitation of captured correspondence and Anglo-Scottish relations in the British civil wars », Scottish Historical Review, 79 (2000), p. 213-32; idem, « Reporting a revolution: a failed propaganda campaign », dans Peacey (éd), The regicides and the execution of Charles I, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2001, p. 161-80; et, plus généralement, idem, Politicians and pamphleteers: propaganda during the English civil wars and revolution, Aldershot, 2004. Pour une étude de cas, Michael J. Braddick, « John Hammond… », art. cité.

15 Michael J. Braddick, « Mobilisation, anxiety and creativity », art. cité.

16 J’emprunte ce terme à Sharon Achinstein, Milton and the revolutionary reader, Princeton, Princeton University Press, 1994, en l’appliquant ici dans un contexte assez différent.

17 Jacqueline Eales, Puritans and roundheads: the Harleys of Brampton Bryan and the outbreak of the English civil war, Cambridge, Cambridge University Press, 1990, p. 143-145.

18 Thomas Edwards, The Second Part of Gangraena, Londres, 1646, p. 127.

19 David Underdown, Revel, riot and rebellion, op. cit, p. 157.

20 Anthony Fletcher, The outbreak of the English civil war, Londres, 1981; Clive Holmes, The Eastern Association in the English civil war, Cambridge, 1974.

21 Cité dans Buchanan Sharp, In contempt of all authority: rural artisans and riot in the west of England, 1586-1660, Berkeley, 1980, p. 249.

22 Thomas May, The History of the Parliament of England, Londres, 1647, livre 3, p. 3. Cette affirmation fut prise très au sérieux par l’Oxford English Dictionary (qui l’a aujourd’hui récusée): « the word was much used in Germany during the Thirty Years War, in reference to which it was current in England from c. 1630; here word and thing became familiar on the outbreak of the Civil War in 1642, being especially associated with the proceedings of the forces under Prince Rupert ». Accès le 7 mars 2006 : http://dictionary.oed.com/[Le terme fut très répandu en Allemagne durant la guerre de trente ans, sous cette influence il se répandit en Angleterre après 1630 ; où le terme comme la pratique devinrent choses familières lorsque éclata la guerre civile en 1642 et furent particulièrement associés au comportement des forces dirigées par le prince Rupert].

23 Huntington Library, San Marino, EL 7795.

24 [Bruno Ryves], Mercurius Rusticus, 20 mai 1643.

25 John Morrill, Cheshire 1630-1660: county government and society during the English revolution, Oxford, Oxford University Press, 1974, p. 78-9.

26 Pour des exemples et plus de références, voir Michael J. Braddick, God’s fury…, op. cit., p. 407-411 et 566-567.

27 Clive Holmes, « Drainers and fenmen: the problem of popular political consciousness in the seventeenth century », dans Anthony Fletcher et John Stevenson (éd.), Order and disorder in early modern England, Cambridge, Cambridge University Press, 1985, p. 166-195, et p. 168-9. Pour les « clubmen », voir Michael J. Braddick, God’s fury…, op. cit., p. 413-21.

28 William Cliftlands, « The “well-affected” and the “country”: politics and religion in English provincial society, c. 1640-1654 », thèse de Doctorat (PhD) non publiée, Essex (1987). L’histoire du geste a pu analyser ces éléments comme des principes de présentation de soi : les différents styles qui s’étaient développés exprimaient et satirisaient les différentes affiliations possibles. Quelques travaux portant sur les relations interpersonnelles illustrent l’importance des significations politiques qu’ils incarnèrent : des gestes, des discours apparemment triviaux pouvaient exprimer des désaccords sur des question de principe. Michael J. Braddick, « Introduction: the politics of gesture » et John Walter, « Gesturing at authority: deciphering the gestural code in early modern England », in Michael J. Braddick (éd.), The politics of gesture: historical perspectives, Past and Present Supplement, New Series, 4, Oxford, 2009), p. 9-35, p. 96-127.

29 Voir, par exemple, BL, Sloane MS 1457, 21r°-29r°, et pour les cruautés du camp cavalier, BL Add Ms 21935. Pour le contexte general, voir Nathan Johnstone, The devil and demonism in early modern England, Cambridge, Cambridge University Press, 2006, chapitre 7.

30 TNA, SP24/38 Petition of Thomas Calsey, 29 mars 1651.

31 David Underdown, Revel, riot and rebellion…, op. cit., esp. p. 177, 269 et 274-275.

32 Voir les exemples cités dans Michael J. Braddick, « Politics of gesture », art. cité.

33 Richard Gough, The history of Myddle, ed. David Hey, Harmondsworth, 1981.

34 Pour des exemples voir Michael J. Braddick, Parliamentary taxation, op. cit.

35 Keith Wrightson, « Estates, degrees, and sorts: changing perceptions of society in Tudor and Stuart England’, dans Penelope J. Corfield (éd), Language, history and class, Oxford, Oxford University Press, 1991, p. 49-51. Il est intéressant de noter que bien que l’usage de ce terme fut déjà largement répandu à la fin du XVIIe siècle, il ne se retrouve que dans un très petit nombre de sources et ne constituait manifestement pas un élément central de l’identité de ceux que les historiens identifièrent comme les « middling sort » : H. R. French, The middle sort of people in provincial England 1600-1750, Oxford, Oxford University Press, 2007, tout part. l’introdution.

36 Sur la question de la prolifération des offices, voir Michael J. Braddick, Nerves of state, op. cit., À propos des élites politiques et des profits en terme d’offices, voir J. H. Plumb, The achievement of political stability.

37 Ici, c’est Keith Wrightson, dans « Mutualities and obligations: changing social relationships in early modern England », Proceedings of the British Academy, 139 (2006), p. 157-94 qui est, en partie, à l’origine de cette question.

38 Keith Wrightson, English Society 1580-1680, Londres, 1982), p. 11.

39 Ibid.

40 Idem, « The politics of the parish in early modern England », dans Paul Griffiths, Adam Fox et Steve Hindle (éd), The experience of authority…, op. cit., p. 10-46.

41 Voir Michael J. Braddick, State formation in early modern England, c. 1550-1700, Cambridge, Cambridge University Press, 2000; Steve Hindle, The state and social change in early modern England, c. 1550-1640, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2000.

42 Il s’agit là d’un virage vers des formes politiques complémentaires plutôt qu’alternatives: « [The study of Terling] reveals how some of the central issues confronting English society in the early modern period were fought out and settled not only in Whitehall, at Westminster, or on the battlefields of the Civil Wars, but in scores of provincial communities up and down the kingdom. » [Les travaux de Terling révèlent en quelle mesure certaines des questions cruciales pour la société anglaise des temps modernes furent débattues non seulement à Whitehall, Westminster ou sur les champs de bataille de la guerre civile mais aussi dans bon nombre de communautés provinciales à travers tout le Royaume.] : Keith Wrightson, « Postscript : Terling revisited », dans Keith Wrightson et David Levine, Poverty and piety in an English village : Terling, 1525-1700, Oxford, Oxford University Press, 1995 éd., p. 186-220, p. 220. Néanmoins, les spécialistes de l’histoire sociale ont pour une large part abandonné le champs des études de la guerre civile à ceux qui privilégiaient d’autres modèles analytiques.

43 L’ouvrage de référence classique est Keith Wrightson, English Society, op. cit.. Comme beaucoup des ouvrages qu’il a inspirés, il doit beaucoup à l’anthropologie fonctionnaliste. Dan Beaver qui tente d’appuyer ses études des sociétés locales sur les perspectives de l’anthropologie culturelle et symbolique est quelque peu exceptionnel : Daniel C. Beaver, Parish communities and religious conflict in the Vale of Gloucester 1590-1690, Cambridge (MA), 1998 ; idem, Hunting and the politics of violence.

44 Michael Mann, The sources of social power, I: A history of power from the beginning to A. D. 1760, Cambridge, Cambridge University Press, 1986, p. 6-7.

45 Sur ce point, voir Phil Withington et Alexandra Shepard, « Introduction: communities in early modern England », dans Alexandra Shepard et Phil Withington (éd.), Communities in early modern England: networks, place, rhetoric, Manchester, Manchester University Press, 2000, p. 1-17 et tout particulièrement p. 3-9.

46 Andy Wood, The 1549 rebellions and the making of early modern England, Cambridge, Cambridge University Press, 2007. Voir aussi Wrightson, « Estates, degrees, and sorts »; idem, « “Sorts of people” in Tudor and Stuart England », dans Jonathan Barry et Christopher Brooks (éd.), The middling sort of people: culture, society and politics in England, 1550-1800, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 1994, 28-51; et idem, « Class », dans David Armitage et Michael J. Braddick (éd.), The British Atlantic world, 1500-1800, 2e édition, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2009.

47 Margaret Spufford, Contrasting communities: English villagers in the sixteenth and seventeenth centuries, Cambridge, Cambridge University Press, 1974; idem., Small Books and Pleasant Histories: Popular fiction and its readership in seventeenth-century England (Athens (GA)., 1981); idem. (éd), The world of rural dissenters, 1520-1725, Cambridge, Cambridge University Press, 1995.

48 Tessa Watt, Cheap print and popular piety, 1550-1640, Cambridge, Cambridge University Press, 1991; Alexandra Walsham, Providence in early modern England, Oxford, Oxford University Press, 2001; Lake and Pincus, « Rethinking the public sphere ».

49 Les études de villages étaient évidemment particularisantes dans leurs ambitions premières, mais les liens qu’elles mirent en place avec les travaux historiques portant sur des espaces de dimensions plus vastes se firent souvent en terme de conditions structurelles et d’impact communs, plutôt qu’en termes de communication et de liens humains : ainsi que l’exprime Wrighton évoquant « la thèse de Terling » : « we saw [the developments traced in Terling] as one particular example of the outcome of social processes active in the nation at large »[Nous envisageâmes – les développements délimités par Terling– comme un exemple particulier du résultat d’évolution sociale qui eurent lieu dans l’ensemble de la Nation] : Wrightson, « Postscript : Terling revisited », art. cité, p. 21. Voir aussi ses commentaires dans « Aspects of social differentiation in rural England, c. 1580-1660 », Journal of Peasant Studies, 5 (1977), p. 33-47, à la p. 45.

50 Pour les langages de l’identification et de la différentiation, voir Keith Wrightson, « The social order of early modern England: three approaches », dans Lloyd Bonfield, Richard M. Smith et Keith Wrightson (éd.), The world we have gained: histories of population and social structure. Essays presented to Peter Laslett on his seventieth birthday, Cambridge, Cambridge University Press, 1986, p. 177-202, esp. p. 196-8.

51 Voir par exemple les essais rassemblés dans John Walter, Crowds and popular politics in early modern England, Manchester, Manchester University Press, 2006; et les essais de Walter, Hindle et Braddick dans Braddick et Walter (éd), Negotiating power, op. cit.

52 Pour la consolidation des plaintes juridiques en temps de disette voir John Walter, « The social economy of dearth in early modern England », et « Public transcripts, popular agency and the politics of subsistence in early modern England », tout deux repris dans Crowds, op. cit., 124-180; 196-22. Pour des visions opposées de l’économie politique des réglementations relative aux forêts voir Beaver, Politics of hunting, op. cit. Le récent article d’Andy Wood portant sur les conflit du Nidderldale propose, à mon sens, une analyse assez similaire de la façon dont, dans les années précédents la guerre civile, des adversaires sur la scène économiques pouvaient trouver des protecteurs parmi l’élite locale : les fermiers établis qui pouvait s’appuyer sur la droit commun pour la défense de leurs intérêts s’alliaient avec la noblesse conservatrice attachée à la vieille religion, tandis que ceux qui ne disposaient pas de ces droits cherchaient plutôt la protection d’ambitieux et de parvenus qui avaient basé leur promotion, sur la défense et l’amélioration de la nouvelle religion. Andy Wood, « The limits of agency ».

53 Knights, Representation and misrepresentation; Paul D. Halliday, Dismembering the body politic: partisan politics in England’s towns, 1650-1730, Cambridge, Cambridge University Press, 1998; John Miller, After the Civil Wars: English politics and government in the reign of Charles II, Harlow, 2000; idem., Cities divided: politics and religion in English provincial towns, 1660-1722, Oxford, Oxford University Press, 2007.

54 Andrea Mckenzie, « Martyrs in low life? Dying “game” in Augustan England », Journal of British Studies, 42: 2 (2003), p. 167-205.

55 Pour une tentative importante d’élargir le concept de « communauté » au delà de son usage dans les études de village, voir Shepard et Withington (éd.), Communities in early modern England, op. cit.

56 Il existe en réalité une historiographie oubliée des formes d’association voir : Phil Withington, Society in Early Modern England : the Vernacular Origins of Some Powerful Ideas (à paraître). Il fut un temps où ces questions paraissaient cruciales, et il n’est pas impossible de les voir un jour revenir au devant de la scène.

Auteur

Professeur d’histoire moderne, université de Sheffield.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540