Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

S'exprimer en temps de troubles

 | 
Laurent Bourquin
, 
Philippe Hamon
, 
Pierre Karila-Cohen
, 
et al.

Premiere partie. Du conflit à l'opinion

« Il est impossible de tenir les langues des hommes bridées. » Opinion commune et autorité monarchique au temps des troubles de religion

Nicolas Le Roux

Texte intégral

  • 1 Robert W. Scribner, For the Sake of Simple Folk: Popular Propaganda for the German Reformation, Ox (...)
  • 2 Innocent Gentillet, Discours sur les moyens de bien gouverner et maintenir en bonne paix un Royaum (...)
  • 3 Pierre de Dampmartin (attr. à), Amiable accusation et charitable excuse des maus et evenemens de l (...)
  • 4 Montaigne, Essais, Villey-Saulnier, Paris, Presses universitaires de France, 2004, III, 9, p. 946.
  • 5 Olivier Christin, Confesser sa foi. Conflits confessionnels et identités religieuses dans l’Europe (...)
  • 6 Sandro Landi, Naissance de l’opinion publique dans l’Italie moderne. Sagesse du peuple et savoir d (...)

1Le siècle de la Réforme a connu une multiplication spectaculaire des formes d’expression publique et de contestation des cadres traditionnels de l’autorité, tant religieux que civils. Les disputes publiques mettant en scène les représentants des confessions antagonistes se sont multipliées, et la production de pamphlets ou de textes polémiques a explosé1. C’est ce qui a amené le protestant Innocent Gentillet à constater qu’« il est impossible de tenir les langues des hommes bridées2 », tandis que le juriste languedocien Pierre de Dampmartin notait ceci : « Estant d’ailleurs ainsi que ce siecle a rendu noz François plus grans discoureurs qu’ils ne souloient estre, et que tels propos naissent auiourd’huy presque à l’envi ou par coustume en la bouche de ceux mesmes qui moins s’en emeuvent3. » De son côté, Montaigne déplorait cette dimension nouvelle de la vie politique et culturelle de la France : « L’escrivaillerie semble estre quelque simptome d’un siecle desbordé. Quand escrivismes nous tant que depuis que nous sommes en trouble4 ? » Sous une forme orale ou écrite, par l’image ou par le port de signes d’appartenance spécifiques, les hommes du temps des troubles de religion exprimaient leurs engagements et leurs convictions en s’inscrivant dans une communauté de vie et de croyance. Pour autant, après avoir examiné les processus d’affirmation confessionnelle qui ont marqué le XVIe siècle, Olivier Christin a conclu que « la prise de parole des laïcs avec la Réforme et les guerres de Religion […] n’accouche donc pas d’un tribunal de l’opinion, mais bien de nouveaux dispositifs et de nouveaux terrains où catholiques et protestants, clercs et laïcs, princes et sujets se mesurent5 ». Cela n’empêche aucunement que, comme l’a rappelé Sandro Landi, « l’opinion publique […], bien avant l’invention de l’imprimerie et l’essor des moyens d’information, existe en tant que catégorie du discours politique, avec sa consistance propre et son histoire6 ».

  • 7 Advertissement envoyé à la Noblesse de France, tant du party du Roy que des rebelles et conjurez, (...)

2Au XVIe siècle, la parole était perçue dialectiquement comme le fondement de la vie en société. Mais cet outil d’ordonnancement du monde constituait un objet potentiellement subversif, dont l’emploi immodéré, passionné ou perverti, risquait de provoquer troubles et dissensions. Aux yeux des défenseurs de la puissance monarchique et des anciennes formes de dévotion, l’usage individuel de la conscience et son expression par la parole apparaissaient comme la cause première de la dissolution de cette « liaison et unité du peuple7 » que le souverain, personne publique par essence, avait le devoir de préserver. Les mesures prises pour museler les formes d’affirmation de l’altérité religieuse témoignent de la perception du danger que représentaient de telles prises de position pour le maintien de l’unité confessionnelle et politique.

3Pour comprendre comment s’exprimaient les engagements confessionnels, les convictions morales et les imaginaires politiques, au temps des troubles de religion, nous nous interrogerons tout d’abord sur le sens qu’on attribuait alors au terme d’« opinion ». Dépassant cette approche nominaliste, nous nous pencherons ensuite sur la façon dont les autorités ont tenté de contrôler la parole publique, avant d’examiner comment la figure monarchique elle-même est devenue un sujet d’opinions, c’est-à-dire de discours et de critiques. Nous analyserons enfin la crise de la Ligue, qui a vu la contestation du gouvernement royal s’exacerber.

« La Fame qui vole et parle librement »

  • 8 Sur le rôle de la conversation dans les traités de civilité, voir Carlo Ossola, Miroirs sans visag (...)
  • 9 Stefano Guazzo, La Civile Conversation [1574], trad. fr. par Gabriel Chappuys, Lyon, Par Jean Bera (...)
  • 10 Claude Gauvard, « La Fama, une parole fondatrice », Médiévales, no 24, 1993, p. 5-13.
  • 11 « Hynne de Henry deuxiesme de ce nom, Roy de France » (v. 233-234), in Pierre de Ronsard, Œuvres c (...)

4Les hommes du XVIe siècle avaient conscience du poids social de la parole et du rôle qu’elle jouait dans la construction des identités. Les élites nourries de culture antique, lectrices notamment de Cicéron, considéraient même que le lien social reposait sur l’exercice de la conversation. Dans Il Libro del Cortegiano (1528), Baldassare Castiglione insiste sur la place de la parole dans le fonctionnement de la cour, et Stefano Guazzo fait des codes de communication le thème central de La Civil Conversazione (1574)8. Les écrivains italiens soulignent la force irrépressible de la parole dans la construction de la réputation. Guazzo soutient même que « nostre renommée dépend des communes opinions, lesquelles ont bien si grande force que la raison ne peut rien à l’encontre9 ». On se représentait la réputation, la fama10, comme une voix publique autonome, absolue au sens premier du terme, si bien que, dans les années 1550, Ronsard pouvait assurer au roi Henri II que la fama se construisait indépendamment de son autorité : « Mais la Fame qui vole et parle librement,/Qui sujette n’est point à ton commandement11. » La rumeur apparaissait comme une force invisible échappant au contrôle de l’entendement, et cette force quasi animale ne pouvait être que néfaste.

  • 12 Jean de La Madeleyne, Discours de l’estat et office d’un bon Roy, prince ou monarque, pour bien et (...)
  • 13 Montaigne, Essais, op. cit., II, 17, p. 634.
  • 14 Daniel Ménager, Ronsard, le Roi, le Poète et les Hommes, Genève, Droz, 1979, p. 226.

5L’opinion, qui constituait le fondement de la rumeur, était aussi l’autre nom de l’illusion, du mensonge ou de la présomption orgueilleuse. Cela apparaît clairement dans l’association « opinion et erreur » que fait Jean de La Madeleyne dans son Discours de l’estat et office d’un bon Roy12, tandis que Montaigne évoque les « fauces opinions et publiques et particulières13 ». L’opinion était perçue comme une puissance portant en elle la destruction de l’unité, alors que la société ancienne se pensait comme un corps, certes hiérarchisé mais soudé dans l’appartenance à l’Église et l’obéissance au souverain, car la « conglutination » entre le prince et ses sujets apparaissait comme le fondement de l’ordre social. Dans son Discours des misères de ce temps, adressé à Catherine de Médicis en 1562, Ronsard fait même de l’Opinion l’acteur principal du déchirement confessionnel14. Il la qualifie ainsi de « nourrice des combas » (v. 125) ou de « peste du genre humain » (v. 134). Sous la plume du poète, l’allégorie de l’Opinion apparaît comme un monstre multiforme, instable et dangereux, nourri par le Cuider, l’Orgueil, la Fantaisie et la Jeunesse folle. Son apparence séduisante dissimule le désordre et la guerre :

  • 15 « Discours des misères de ce temps » (v. 137-144), in Ronsard, Œuvres complètes, op. cit., t. II, (...)

« Elle fut si enflée, et si pleine d’erreur,
Que mesmes ses parens faisoit trembler d’ horreur :
Elle avoit le regard d’une orgueilleuse beste :
De vent et de fumée avoit pleine sa teste,
Son cœur estoit couvé de vaine affection,
Et sous un pauvre habit cachoit l’ Ambition :
Son visage estoit beau comme d’ une Sereine,
D’une parolle douce avoit la bouche pleine15. »

  • 16 L’expression « rebellion et oppiniastreté » apparaît par exemple dans un récit du siège d’Issoire (...)

6Dans le contexte de la crise de la Réforme, le terme même d’opinion en est venu naturellement à prendre le sens de déviance religieuse. Le verbe « opiniastrer », qui signifie s’obstiner dans son opinion, autrement dit dans son erreur, apparaît justement au moment où l’hérésie se développe en France, l’une de ses premières occurrences se trouvant dans le dictionnaire français-latin de Robert Estienne paru en 1538. L’« opiniastreté » était synonyme de « rébellion », et le mot fut régulièrement utilisé pour condamner l’acharnement des hérétiques à résister à la conversion ou à persévérer dans leurs prises d’armes16.

  • 17 Jacques Amyot, Les Œuvres morales et meslées de Plutarque, Paris, Michel de Vascosan, 1572, p. 287
  • 18 Montaigne, Essais, op. cit., I, 23, p. 118.
  • 19 Ibid., I, 23, p. 117, et III, 12, p. 1055.
  • 20 Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits occidentaux, fonds français [désormai (...)
  • 21 BnF Ms 500 Colbert 25, fol. 138 (Épernon à Henri III, 14 novembre 1586).

7Au-delà de sa valence négative, le mot « opinion » allait devenir synonyme de confession. On parlerait de « l’opinion commune » pour désigner le dogme catholique, tandis que les réformés seraient les sectateurs de la « nouvelle opinion ». L’helléniste Jacques Amyot utilise l’expression « publique opinion » pour évoquer l’image que l’on se fait d’autrui et de ses conceptions religieuses ou morales17. Peu près, Montaigne parlera des « opinions communes18 », que le sage doit suivre pour ce qui concerne les usages extérieurs, alors que l’âme doit conserver sa liberté, voire de l’« opinion publique19 », pour désigner les croyances collectives traversant le corps social. Ce sens était courant dans les années 1580. Une lettre adressée au gouverneur de Berry évoque ainsi « l’oppinion commune des huguenotz de ce païs20 », tandis que le duc d’Épernon fait référence « l’opinion commune du peuple21 ».

« Une commune maladie de peste si contagieuse »

  • 22 Keith Michael Baker, Au tribunal de l’opinion. Essais sur l’imaginaire politique au XVIIIe siècle (...)
  • 23 Advis au Roy [1588], in Étienne Pasquier, Écrits politiques, éd. D. Thickett, Genève, Droz, 1966,
  • 24 Alain Cabantous, Histoire du blasphème en Occident, XVIe-XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1998 ; (...)

8Le Roi Très-Chrétien se considérait tout à la fois comme le garant de l’unité religieuse et comme la source première de la loi. Sa parole ordonnait la société, et c’est pourquoi il apparaissait comme la lex animata. Échappant à la sphère de l’opinion, c’est-à-dire au monde de l’erreur et de l’illusion, le monarque devait gouverner sans se plier aux caprices de la rumeur. De ce fait, il entendait incarner la défense du bien commun et apparaître comme la « seule personne publique, source et principe d’unité au sein d’une société particulariste d’ordres et d’états22 ». Dans un Advis au Roy composé en 1588, le magistrat Étienne Pasquier rappelle que c’est par l’exercice de la justice que le prince construisait sa « réputation23 ». Or, pour le roi de France, la lutte contre l’hérésie s’imposait comme un devoir primordial. Depuis les XIIe et XIIIe siècles, le blasphème était condamné et puni par les autorités civiles, car on le considérait comme un crime de lèse-majesté non seulement divine mais également humaine24. Sa répression participait d’un travail d’exaltation du caractère sacré du souverain. À partir des années 1520, les autorités royales et ecclésiastiques eurent recours à l’arsenal traditionnel utilisé pour réprimer le blasphème afin de s’opposer à l’expression publique des idées réformées. Le premier martyr protestant français, Jean Vallière, fut brûlé en 1523 parce qu’il était accusé de blasphème.

  • 25 Pour une présentation des différentes formes d’expression des réformateurs (prédication, chants, i (...)
  • 26 James K. Farge, « Early censorship of printed books in Paris : new perspectives and insights », in(...)

9Au cours des années suivantes, les autorités s’attachèrent non seulement au contrôle de la parole, mais également à celui de l’écrit25. La Sorbonne condamna les idées luthériennes dès avril 1521, avant de se consacrer à la surveillance de l’écrit26. En juin 1521, la faculté de théologie interdit l’impression ou la vente de livres religieux n’ayant pas obtenu son autorisation préalable, et en août 1544 elle fit même imprimer un Catalogue des livres censurez, ouvrant la voie aux autorités romaines qui allaient publier leur premier Index quinze ans plus tard. Les autorités royales prirent ensuite à leur compte cette entreprise de contrôle des publications. En décembre 1547, un édit publié à Fontainebleau instaura une censure préalable, le monarque s’en remettant à la faculté de théologie de Paris pour tous les textes à caractère religieux. Enfin, par l’édit de Châteaubriant de juin 1551, Henri II tenta d’empêcher l’infection complète du royaume par la l’hérésie, qualifiée de « peste » et de « venin », qui, à l’entendre, avait déjà contaminé nombre de ses sujets :

  • 27 Édit de Châteaubriant, 27 juin 1551, enregistré au parlement de Paris le 3 septembre 1551, in F. A (...)

« On a veu et voit continuer et croistre, tant secretement que couvertement, lesdicts erreurs, de sorte qu’elles se sont reduites en une commune maladie de peste si contagieuse, qu’elle a infecté et contaminé en beaucoup de bonnes villes et autres lieux et endroits de nostre royaume la pluspart des habitans, hommes et femmes de toutes qualitez, et jusques aux petits enfans, qui ont esté et sont nourris et appastez de ce venin, à nostre très grand regret et déplaisir27. »

10En imposant un contrôle strict de la publication et de la vente des livres susceptibles de diffuser les « nouvelles doctrines et erreurs luthériennes », le souverain cherchait à mettre en place une surveillance générale de la circulation des idées.

  • 28 Sur les conceptions protestantes de l’autorité et de l’obéissance, voir notamment Hugues Daussy, « (...)
  • 29 Declaration faicte par Monsieur le prince de Condé, pour monstrer les raisons qui l’ont contrainct (...)
  • 30 Sur ces textes, voir Arlette Jouanna, Le Devoir de révolte. La noblesse française et la gestation (...)

11Calvin n’encourageait pas la résistance aux ordres du roi, mais on sait que, chez les réformés français, se développa progressivement un ressentiment à l’égard d’un prince aveugle à la lumière de la parole divine. La disparition tragique d’Henri II, en 1559, fut sans doute ressentie par nombre d’entre eux comme le châtiment du nouveau Pharaon qui persécutait les adeptes de la vraie religion28. Le nouveau souverain, François II, étant un adolescent, l’autorité effective allait être exercée par le duc François de Guise et par son frère, le cardinal de Lorraine, qui furent rapidement perçus par les protestants comme des tyrans. Dès 1560, les réformés s’en prirent avec une extrême violence au prélat. Dans l’Epistre envoyée au Tigre de la France, François Hotman présente le cardinal comme un athée et un débauché. Deux ans plus tard, quand le prince de Condé prit les armes, celui-ci fit savoir aussitôt qu’il se soulevait contre les usurpateurs qui maintenaient entre leurs griffes le jeune Charles IX et méprisaient les édits royaux29. L’appel à la justice constituait le leitmotiv de ces textes, et le roi y était présenté justement comme celui qui détenait le monopole de la parole publique30.

  • 31 Responce à une lettre escrite à Compiègne du quatriesme jour d’aoust, touchant le mescontentement (...)

12La propagande huguenote n’a cessé d’utiliser ce thème de l’accaparement du pouvoir par une faction ayant circonvenu le roi. On cherchait à discréditer les Guise en les réduisant au statut de simples particuliers inaptes au maniement des affaires publiques. À partir de 1567, quand débuta la seconde guerre civile, la dénonciation s’élargit pour englober les Italiens de l’entourage de Catherine de Médicis, auxquels on prêtait tous les vices : cruauté, hypocrisie, avarice, luxure… et sodomie31.

  • 32 Discours merveilleux de la vie, actions et deportemens de Catherine de Médicis Royne mere, éd. N. (...)
  • 33 Journal de L’Estoile pour le règne de Henri III (1574-1589), éd. L.-R. Lefèvre, Paris, Gallimard, (...)

13Les effets de la Saint-Barthélemy sur l’image du roi et de la reine mère furent évidemment désastreux, et c’est sous le choc de cet événement dramatique que parurent les premiers textes qui s’en prenaient directement à la figure de Catherine de Médicis. Parmi les pamphlets publiés au moment de l’avènement d’Henri III, le Discours merveilleux de la vie, actions et deportemens de Catherine de Médicis occupe une place éminente32. Pierre de L’Estoile a noté la popularité et la grande diffusion de ce texte qui stigmatisait la reine mère et ses conseillers italiens, les rendant responsables non seulement des événements de la Saint-Barthélemy, mais aussi de l’ensemble des troubles advenus en France depuis la mort d’Henri II33. La dénonciation de la tyrannie à travers l’accusation de machiavélisme s’imposait désormais comme un lieu commun capable de mobiliser un auditoire, peut-être restreint, mais qui partageait un ensemble de références culturelles et morales.

« Il n’y a ni grand ni petit qui ne se veuille mesler de parler des princes »

14Les années 1570 ont vu se multiplier des discours très virulents prenant pour cible l’entourage royal. Les publicistes huguenots mirent leurs plumes au service des Malcontents, faction assemblée autour du jeune duc François d’Alençon. Le frère cadet d’Henri III s’imposa en effet en 1575 comme un chef de parti au discours transcendant les clivages religieux. En tant qu’héritier de la couronne, il possédait un grand crédit auprès de la noblesse et pouvait réunir les mécontents des deux confessions. C’est dans ce contexte que parurent des traités et des pamphlets qui dénonçaient le processus de privatisation de l’autorité auquel Catherine de Médicis et ses proches se seraient livrés. Les Discours sur les moyens de bien gouverner et maintenir en bonne paix un royaume ou autre principauté d’Innocent Gentillet s’inscrivent dans ce courant. Gentillet y souligne que personne n’est plus soumis aux regards que le prince, parce qu’il évolue en permanence dans la sphère publique, et se trouve pour cette raison soumis en permanence à l’examen de la critique :

  • 34 I. Gentillet, Discours sur les moyens de bien gouverner, op. cit., p. 113.

« Tous princes doyvent considerer qu’on parle plus d’eux qu’on ne fait des personnes privées, car il n’y a ni grand ni petit qui ne se veuille mesler de parler des princes, voire de juger de leurs actions, et dire chacun sa ratelée de leurs bons ou mauvais deportemens. Que feroit-on là ? Il est impossible de tenir les langues des hommes bridées, et si l’on leur vouloit defendre d’en parler, plus ils en parleroyent. Veu donc que grands et petis parlent ordinairement des princes, voire plus d’autres choses, il est impossible qu’en telle abondance de propos il n’y en ait tousjours beaucoup de mal addressez34. »

  • 35 Sur l’imaginaire du « cabinet » à l’œuvre sous Henri III, voir Nicolas Le Roux, « La Cour dans l’e (...)

15La critique se focalisait désormais sur la cour. Celle-ci apparaissait comme un espace fermé et réservé, alors que le bon prince devait se montrer accessible à ses sujets et ouvert à leurs doléances35. Elle formait un univers noir de l’ignorance, de la tromperie, de d’illusion et des faux-semblants. Au contraire, dans la sphère lumineuse de la vérité rétablie, le roi ne serait plus dupé par les paroles fallacieuses de ses mauvais conseillers. Exerçant l’impératif platonicien de connaissance, il serait à même de se gouverner pour gouverner l’ensemble de ses sujets.

  • 36 Sur la circulation des rumeurs dans les livres de raison et les correspondances, voir Henk Van Nie (...)
  • 37 Sur les formes de parole à l’œuvre dans les espaces urbains, voir Dagmar Freist, Governed by Opini (...)
  • 38 Journal de L’Estoile, op. cit., p. 123 (août 1576), p. 510 (décembre 1587) et p. 504 (octobre 1587 (...)
  • 39 Sur la diffusion de l’information avant la presse périodique, voir notamment Brendan Dooley, « De (...)
  • 40 Journal de L’Estoile, op. cit., p. 122 (juillet 1576).

16Après les paix de 1576 et de 1577, la situation se stabilisa, ce qui n’empêchait pas les rumeurs de circuler et les manifestations critiques de se multiplier36. Pierre de L’Estoile fait ainsi régulièrement référence aux bruits qui parcourent la capitale et aux discours qui détruisent les réputations37. Les expressions « en ce temps courut un bruit à Paris », « en ce temps courut un grand bruit », « on eut opinion que », reviennent sous sa plume38. Il évoque les textes circulant sous forme manuscrite ou imprimée, qui étaient parfois placardés sur les murs39. Pamphlets et libelles n’étaient pas destinés à un usage exclusivement privé, puisqu’on les lisait à haute voix en public, et qu’on récitait les compositions versifiées. L’entourage d’Henri III devint très vite la victime de ces critiques, comme en témoigne la notation suivante, qui date de 1576 : « Le nom de mignons commença en ce temps à trotter par la bouche du peuple, auquel il était fort odieux40. »

17Les mises en garde adressées au souverain et à ses proches n’émanaient pas seulement du parti huguenot ou de la mouvance des Malcontents. Les catholiques zélés étaient eux aussi animés par un esprit de revendication à l’égard du pouvoir monarchique. Il ne leur paraissait pas inutile de rappeler au monarque qu’il devait défendre l’Église, exterminer les hérétiques et régner dans un esprit de justice et de piété. Son caractère sacré ne l’exonérait pas de ses devoirs. Bien au contraire. Certains publicistes catholiques, animés par l’esprit de guerre sainte, se montraient d’ailleurs particulièrement revendicatifs, et ils n’hésitaient pas à interpeller le souverain avec véhémence. Louis Dorléans s’adressait ainsi au monarque en adoptant une posture prophétique qui le faisait parler au nom de Dieu :

  • 41 Louis Dorléans, Cantique de victoire par lequel on peut remarquer la vengence que Dieu a prise des (...)

« Mais si en tes plaisirs tu es tant aveuglé,
Que tu ne suyves rien que ton sens dereglé,
Et que de mes esdits tu faces peu de conte :
Contre toy je feray tes subjects eslever,
Qui de moy soustenuz, viendront à te grever,
Et mettre sus ton front une éternelle honte. […]
Car c’est moy, c’est moy seul, qui fais d’ un forgeron
D’un chartier et d’un serf, d’un simple vigneron,
Un Roy tel que tu es : et d’un berger champestre,
Un monarque puissant, superbe et sourcilleux,
Et puis le ravalant quant il est orgueilleux,
Aux vers, aux chiens, aux poux, qui le donne à les paistre41. »

  • 42 Artus Desiré, La Singerie des huguenots, marmots et guenons de la nouvelle dérision Theodobeszienn (...)

18Le très énergique prédicateur Artus Désiré affirmait lui aussi que le roi pouvait être tenu pour responsable des dérèglements du royaume s’il ne gouvernait pas avec clairvoyance. Il osait même rappeler à Charles IX, alors mourant, qu’il était un simple mortel dont Dieu pouvait d’un instant à l’autre interrompre l’existence42. Le souverain n’était pas le détenteur d’une dignité ordinaire : il était responsable devant Dieu de l’unité religieuse du royaume, et devait se comporter comme un modèle de vertu et de piété. Son « office royal » était un « pondereux faix », comme l’expliquait Désiré. Pour autant, le roi n’avait pas à se justifier devant ses sujets, et ces derniers pouvaient seulement lui rappeler ses obligations.

  • 43 Jacques Amyot, Projet d’éloquence royale, éd. Ph.-J. Salazar, Paris, Les Belles Lettres, 1992, p.  (...)
  • 44 Isabelle Oget-Haquet, Les Portraits d’Henri III, roi de France et de Pologne (1574-1589) : la figu (...)

19Alors même que certains clercs n’hésitaient pas à mettre en garde le souverain, d’autres estimaient que le roi détenait la puissance de ramener ses sujets à l’obéissance et de reconstruire l’unité du royaume, non seulement par son exemplarité morale et religieuse, mais également par son éloquence. La parole royale, guidée par la raison, avait une vertu lénifiante. L’image de l’Hercule gaulois, utilisée à l’occasion de la fameuse entrée d’Henri II à Paris en 1549, manifestait déjà cette conviction. Dans un Projet d’éloquence royale composé pour Henri III, Jacques Amyot rappelle encore que la parole a la vertu de « manier une multitude d’hommes, chatouiller les cœurs, maîtriser les volontés et passions, voire les pousser et retenir à son plaisir, et, par manière de dire, en porter l’éperon et la bride pendus au bout de la langue43 ». De fait, Henri III semble avoir été fasciné par la puissance du Logos, cette raison souveraine exprimée par la parole inspirée, à tel point qu’il s’en sentait peut-être l’incarnation. Plusieurs tableaux le représentent d’ailleurs arborant à l’oreille un pendentif figurant un lambda, qui est probablement l’initiale du Logos, et cette lettre figure dans le grand collier de l’ordre du Saint-Esprit44. C’est dire si le roi tenait à ce symbole.

  • 45 Jean-Marie Constant, « Le Langage politique paysan en 1576. Les cahiers de doléances des bailliage (...)

20Confrontée à des difficultés sans précédent, la monarchie se vit contrainte de convoquer les États généraux en 1560, en 1576 et en 1588. Ces réunions donnèrent lieu à l’élaboration de cahiers de doléances des trois ordres. Ceux du Tiers-état, rédigés dans un premier temps au niveau des communautés, révèlent l’état d’esprit d’une partie de la population française en ces temps troublés. En se fondant sur les cahiers rédigés par une cinquantaine de paroisses du bailliage de Chartres en 1576, Jean-Marie Constant a démontré qu’il existait des préoccupations communes aux différentes communautés, notamment en matière de réforme du clergé ou de limitation de la fiscalité45. La rédaction des doléances dans les paroisses fut pour les notables des villages et des bourgs l’occasion d’exprimer leurs préoccupations, mais cela n’aboutit pas à d’autres manifestations publiques au niveau local.

« Tout le peuple de France, tant nobles, gens d’Église que aultres, ne se purent guarder de détracter et mesdire de Saditte Majesté et de l’appeler tiran »

  • 46 D. Crouzet, Les Guerriers de Dieu, op. cit., t. II, p. 187.
  • 47 Journal de L’Estoile, op. cit., p. 355.
  • 48 Thierry De Brimont, Le XVIe siècle et les guerres de la Réforme en Berry, Paris, 1905, 2 vol., t.  (...)
  • 49 Isambert, Recueil général des anciennes lois françaises, op. cit., t. XV, p. 591-593 (édit donné à (...)
  • 50 Lettres de Henri III, éd. M. François et alii, Paris, 1959-2006, 6 vol. , t. VI, p. 406 (lettre d’ (...)

21Les années 1580 ont vu les textes polémiques se multiplier. La mobilisation ligueuse s’effectuait par l’usage conjugué de la parole des prédicateurs et des textes qui circulaient dans les villes, à commencer par Paris. Les pulsions de violence irriguant le peuple catholique tendaient désormais à être médiatisées par la parole et à rester cantonnées à « la sphère de l’imaginaire46 ». La réputation du prince apparaissait plus que jamais comme un élément clé dans le débat public. Henri III n’ignorait rien de l’impopularité de sa fiscalité, dans un contexte économique particulièrement difficile. Les municipalités n’avaient d’ailleurs aucune vergogne à s’opposer à ses demandes. Le 9 juin 1584, la ville de Paris refusa ainsi de verser les 60 000 écus nouvellement réclamés par le monarque, comme elle avait déjà refusé de payer 200 000 francs l’année précédente47. Le 8 août, l’échevinage de Bourges fit savoir à son tour qu’il ne paierait pas les 36 000 écus que le roi attendait de la généralité de Bourges48. Pour donner la preuve de sa bonne volonté, Henri III disgracia l’intendant des finances Benoît Milon de Videville, en septembre 1584. Cette mesure exceptionnelle témoignait de la force de la volonté réformatrice du monarque, mais elle s’insérait aussi dans une campagne de communication politique. Dans le même esprit, le roi publia un édit proclamant le non remplacement de certains officiers et annonçant une réduction des prélèvements fiscaux. Le préambule de ce texte exposait l’esprit du programme de réforme mené par le souverain. Celui-ci s’y présentait comme « un bon prince, père et amateur de son peuple » soucieux de soulager ses sujets, et c’est pourquoi il promettait une baisse des tailles d’au moins 700 000 livres49. Ces dispositions étaient censées calmer les mécontentements. La première réaction du souverain à l’annonce du soulèvement ligueur fut d’ailleurs de rappeler que ses sujets n’avaient aucune raison de se plaindre de lui, puisqu’il venait de décider une considérable diminution des impôts50.

22Lors de la prise d’armes du parti catholique, en mars 1585, les conjurés eurent recours aux ressources de l’imprimé pour justifier leur mouvement. De son côté, Henri III cherchait à apparaître comme un prince soucieux de défendre tout à la fois la religion catholique et le bien public. En réponse au manifeste publié par les ligueurs, il composa avec le secrétaire d’État Villeroy une longue déclaration exposant sa position. Dans ce texte, les décisions du roi sont présentées comme appartenant à une sphère supérieure à laquelle les sujets ne peuvent avoir accès. Le monde du pouvoir constitue un domaine réservé au prince. Le souverain va jusqu’à soutenir que ses décisions obéissent à des motifs connaissables de lui seul, car son statut de vicaire de Dieu lui confère l’omniscience et lui défend de se justifier devant ses sujets :

  • 51 Declaration de la volonté du Roy sur les nouveaux troubles de ce Royaume, Lyon, Jean Pillehotte, 1 (...)

« Iaçoit qu’il soit mal seant et illicite à ung subiect de iuger des actions de son Roy, quand ce ne seroit qu’il ignore bien souvent les secrettes causes motives de ses commandemens, lesquelles sont quelquesfois plus preignantes que celles qui sont apparentes et notoires à ung chacun. N’appartenant qu’à Dieu, seul scrutateur et censeur des cœurs et actions des Princes à ce faire, lequel scait les causes qui forcerent lors sadicte Majesté, autant que toute autre chose à conclure ladicte paix51. »

23Les tensions dans la capitale franchirent un nouveau palier en 1587. Les prédicateurs enflammaient les foules, à tel point qu’Henri III finit par les convoquer au Louvre, le 30 décembre. Il s’en prit notamment au très virulent curé de Saint-Benoît, Jean Boucher, qu’il accusait d’outrepasser ses droits en critiquant sa politique. S’il faut en croire le ligueur Pierre Rozée, Jean Boucher aurait répondu au roi qu’

  • 52 Charles Valois (éd.), Histoire de la Ligue, Paris, 1914, p. 176-177.

« Y ayant deux sortes d’affaires d’État, les unes publiques et à la vue de tous, telles que sont celles qui touchent la religion, où tout le monde a intérêt, les autres secrètes et particulières […], qui concernent la police, les entremises avec les grands et potentats étrangers, qui ne touchent pas la religion, comme de ces dernières les prédicateurs se gardent bien d’en vouloir parler, pour ce que ce n’est de leur gibier52. »

  • 53 Denis Pallier, Recherches sur l’imprimerie à Paris pendant la Ligue (1585-1594), Genève, Droz, 197 (...)
  • 54 Denis Pallier, « Circuits de diffusion de l’imprimé en temps de paix et en temps de guerre : modes (...)
  • 55 Journal de L’Estoile pour le règne de Henri III, op. cit., p. 658.
  • 56 Ibid., p. 497 (juillet 1587).
  • 57 Jacqueline Boucher, « Culture des notables et mentalité populaire dans la propagande qui entraîna (...)

24Est ici affirmée l’existence d’une véritable sphère publique, le domaine de la religion, qui se trouve par essence soumise à la critique. Les presses parisiennes publièrent un grand nombre de libelles et d’opuscules appelant à la mobilisation contre les hérétiques et dénonçant le mauvais gouvernement du roi. On a dénombré 870 impressions ligueuses parisiennes de 1585 à 1594, auxquelles on peut sans doute ajouter une centaine de titres aujourd’hui perdus53. Si l’on se concentre sur les années 1589-1593, on connaît 1 131 pièces ligueuses publiées dans le royaume, contre 440 pour le parti royal54. Paris était le principal lieu d’édition de ces textes, avec 582 impressions. Lyon venait ensuite (289 impressions), loin devant Troyes (88) et Toulouse (67). Pierre de L’Estoile signale qu’il n’a pu collecter et retranscrire qu’une partie des textes parus pendant l’été de 1589, « ramassés d’une milliasse d’autres faits en l’honneur et mémoire du feu roi55 », et il dénonce sans relâche la crédulité du « sot peuple » abusé par les prédicateurs du la Ligue56. Les auteurs de ces pamphlets appartenaient aux élites ecclésiastiques, aristocratiques et urbaines. Parmi les auteurs de libelles publiés de 1587 à 1589, on a identifié 26 hommes d’Église, 14 gentilshommes, 14 juristes, 7 écrivains de métier, 6 officiers royaux, 2 clients de l’aristocratie, 2 artisans ou marchands57.

  • 58 David Potter, « Kingship in the Wars of Religion: The Reputation of Henri III of France », Europea (...)
  • 59 Nicolas Rolland (attr. à), Remonstrances très humbles au Roy de France et de Pologne Henry troisie (...)
  • 60 Coppie d’une lettre escrite au Roy, et extraict d’une autre aux Princes et Seigneurs François, le (...)
  • 61 De la Difference du Roy et du Tyran. Dedié à M. L. L. D. M., Paris, Par Rolin Thierry, 1589, p. 18

25Le duc d’Épernon a été la cible d’une véritable croisade imprimée. De 1587 à 1590, parurent au moins trente textes hostiles au favori d’Henri III. La dénonciation reposait notamment sur l’utilisation du thème de l’ensorcellement. Du mignon détesté, l’accusation de possession démoniaque migra sur la figure royale, et l’on y ajouta les vices d’hypocrisie, d’athéisme, de cruauté et de sodomie58. À l’occasion de cette campagne, un ligueur fait référence à l’« opinion commune » pour fonder la légitimité des critiques qu’il adresse au prince soumis aux flatteurs59. De son côté, le duc de Guise évoque « la voix commune » qui « publie » que les membres de l’entourage royal espèrent se rendre maîtres du souverain60. Un pamphlet ligueur révèle que « l’air est plein de l’esprit de Dieu, et imprime en un chacun une generalle notion de ce qui est à faire, la commune opinion, l’advis le plus receu, et la plus accordante apprehension nous esmeut à pieté61 ». La référence à l’opinion constituait désormais une forme de justification de l’engagement des catholiques zélés.

26Les opuscules publiés par les différents partis circulaient dans les villes. Certains se les arrachaient. On sait que le duc et la duchesse de Nevers tenaient à se les procurer. Lors de ses séjours à Paris, le trésorier de leur maison, Claude Marchant, achetait ainsi les libelles qu’il envoyait ensuite à sa maîtresse :

  • 62 BnF Ms Fr 3794, fol. 25 (Claude Marchant à la duchesse de Nevers, Paris, 15 juillet 1585).

« Je vous envoye quelques petitz livretz qui se vendent publicquement par ceste ville afin d’en faire part à Monseigneur quant vous les aurez veuz, car encore que la pluspart ne soyent qu’artifices pour prevenir l’entendement de ceulx qui les lisent plus que pour verité qui y soit contenue, si est ce que mondit seigneur m’a dit aultresfois qu’il estoit fort content que je luy envoyasse tous lesdits livres, tant bons que mauvais, car par là il juge des humeurs et passions tant de ceulx qui les mectent en avant, que du peuple qui les voit et les souffre vendre sans murmure62. »

  • 63 P. de Dampmartin, Amiable accusation…, op. cit, fol. 1 vo.

27Le public effectivement touché par cette littérature comprenait des bourgeois et des officiers, comme Pierre de L’Estoile, ou ces seigneurs dont Pierre de Dampmartin imagine la conversation d’après-dîner, au cours de laquelle chacun présente son « opinion » sur les « maus et calamités » du temps63. Livres de raison et chroniques donnent une indication de la diffusion des informations et de l’impact de la propagande partisane. Dans un passage de ses Mémoires, le curé Claude Haton, installé à Provins, fait régulièrement référence au « commun bruit » qui porte les nouvelles. Haton se veut le représentant des bons catholiques, et il affirme que l’analyse critique du gouvernement royal était pratiquée par l’ensemble des sujets dès 1581 :

  • 64 Mémoires de Claude Haton, (dir.) L. Bourquin, Paris, Éd. du CTHS, 2001-2007, 4 vol. , t. IV, p. 43 (...)

« Tout le peuple de France, tant nobles, gens d’Église que aultres, ne se purent guarder de détracter et mesdire de Saditte Majesté et de l’appeler tiran et oppresseur de son peuple, et ne povoit-on bien dire de luy. Chascun s’enquestoit et s’informoit de son compagnon [ce] que Saditte Majesté faisoit de tant d’argent qu’il levoit sus son peuple […]. Ceux qui s’estimoient les plus clairvoyans en toutes affaires respondoient aux aultres que Sa Majesté en enrichissoit masqueraux et bredasches, gens de basse condition qui luy servoient de mignons en choses illicites que je ne veux mettre par escript, estimant que Saditte Majesté, en moindres choses du monde, ne s’i eust volu maculer ni seullement y penser64. »

  • 65 Mémoires de Jean Burel bourgeois du Puy, (dir.) A. Chassaing, Le Puy-en-Velay, 1875, p. 39.
  • 66 Ibid., p. 78.

28On peut comparer ce texte à celui d’autres mémorialistes, plus éloignés du cœur politique du royaume. Ainsi Jean Burel, un tanneur catholique du Puy-en-Velay, ne fait mention d’aucune des intrigues de cour dont parle Haton. Il se contente de narrer les événements advenus dans un périmètre très étroit autour de sa ville. Les nouvelles de la capitale ne parviennent pas jusqu’à lui. Contrairement à Haton, il ne fait presque jamais mention du bruit commun, à une exception près, à la mort de Charles IX, quand « le bruyt fust » que le roi avait été empoisonné65. Il se refuse également très longtemps à donner son opinion sur le comportement des gouvernants. En janvier 1582, il réfléchit ainsi sur les malheurs des temps en présentant la Providence comme la seule responsable des événements mondains66. Ce qui est le plus frappant dans ce texte, c’est qu’une conscience politique semble saisir progressivement son auteur par l’intermédiaire de l’impératif religieux. Ainsi, en 1590 la réflexion de Burel sur le monde intègre désormais de véritables éléments de contestation politique qui auparavant n’étaient jamais apparus sous sa plume. Il plonge rétrospectivement son regard sur les trente dernières années, avec un esprit critique que lui dicte sa conscience, et présente cette période en revendiquant pour la première fois son identité de locuteur :

  • 67 Ibid., p. 192.

« De sorte que je puys dire que despuys la mort du feu roy Henry second, fils à feu Françoys premier du nom, je Jehan Burel, que la pouvre France a esté si mal conduicte par François IIe, Charles IXe et Henry dernier, roys de France, que par leur peché et pouvre conduyte et de la justice, les pouvres subjectz sont du tout ruynés, joinct les grandes impositions de deniers, talhes, la guerre continuelle, la cherté des avivres, la maladie de peste et contagion que auroit duré en ce pays de Vellay et ville du Puy, les estatz des artisans du tout refroidis et mis à néant, que le pouvre peuple est du tout acablé et pery, si la misericorde de Dieu n’est sur nous67. »

29C’est ainsi que ce catholique farouche s’est emparé de l’argumentaire ligueur, qui lui est parvenu par les paroles des prédicateurs comme par l’imprimé.

  • 68 Reinhart Koselleck, Le Règne de la critique [1959], trad. fr., Paris, Éd. de Minuit, 1979.
  • 69 Jürgen Habermas, L’Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la s (...)
  • 70 Michel Cassan, La Grande Peur de 1610. Les Français et l’assassinat d’Henri IV, Seyssel, Champ Val (...)

30Dans le contexte des troubles de religion, la figure du prince a progressivement perdu sa capacité à rassembler l’ensemble de ses sujets. Bien avant l’entrée dans ce « règne de la critique68 » que fut le siècle des Lumières, et la constitution d’une « sphère publique bourgeoise69 », la crise religieuse a provoqué l’éclosion de discours critiques particulièrement virulents, protestants dans un premier temps, catholiques dans un second. Les informations étaient diffusées par différents canaux. La parole critique ou polémique formait-elle déjà pour autant une sphère autonome structurée par des vecteurs spécifiques ou des lieux bien définis ? Sans doute pas. Cependant, le temps de la Ligue a certainement constitué un moment nouveau dans l’histoire de l’usage de l’imprimé. Henri IV eut par la suite recours aux mêmes armes pour se faire reconnaître comme le souverain légitime et l’incarnation du bien commun. Cela n’empêchait pas les critiques de l’accabler, mais la remarquable concordance des réactions à son assassinat témoigne de l’efficacité de la monarchie dans son travail de maîtrise des canaux de l’information70.

Notes

1 Robert W. Scribner, For the Sake of Simple Folk: Popular Propaganda for the German Reformation, Oxford, Oxford University Press, 1994 [1re éd. 1981]; Denis Crouzet, Les Guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de religion, vers 1525-vers 1610, Seyssel, Champ Vallon, 1990, 2 vol. ; Luc Racaut, Hatred in Print : Catholic Propaganda and Protestant Identity during the French Wars of Religion, Aldershot, Ashgate, 2002 ; Tatiana Baranova-Debbagi, Écrits diffamatoires et troubles civils. Une culture politique dans la France des guerres de Religion, thèse, Université Paris-Sorbonne, 2006 ; Jérémie Foa, « Le miroir aux clercs : les disputes théologiques entre catholiques et réformés au début des guerres de Religion (1560-1574) », in Vincent Azoulay et Patrick Boucheron (dir.), Le Mot qui tue. Une histoire des violences intellectuelles de l’Antiquité à nos jours, Seyssel, Champ Vallon, 2009, p. 130-146.

2 Innocent Gentillet, Discours sur les moyens de bien gouverner et maintenir en bonne paix un Royaume ou autre Principauté. Divisez en trois parties : asavoir, du Conseil, de la Religion et Police que doit tenir un Prince. Contre Nicolas Machiavel Florentin [1576], éd. C. E. Rathé, Genève, Droz, 1968, p. 113.

3 Pierre de Dampmartin (attr. à), Amiable accusation et charitable excuse des maus et evenemens de la France, Paris, Robert Le Mangnier, 1576, fol. 1 vo.

4 Montaigne, Essais, Villey-Saulnier, Paris, Presses universitaires de France, 2004, III, 9, p. 946.

5 Olivier Christin, Confesser sa foi. Conflits confessionnels et identités religieuses dans l’Europe moderne, XVIe-XVIIe siècles, Seyssel, Champ Vallon, 2009, p. 13-14.

6 Sandro Landi, Naissance de l’opinion publique dans l’Italie moderne. Sagesse du peuple et savoir du gouvernement de Machiavel aux Lumières, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, p. 11.

7 Advertissement envoyé à la Noblesse de France, tant du party du Roy que des rebelles et conjurez, Paris, Claude Fremy, 1568, fol. A ii vo.

8 Sur le rôle de la conversation dans les traités de civilité, voir Carlo Ossola, Miroirs sans visage. Du courtisan à l’homme de la rue [1987], trad. fr., Paris, Éd. du Seuil, 1996, p. 177-187 ; Annick Paternoster, « Théories du savoir-vivre et énonciations polies dans Il Cortegiano (B. Castiglione), le Galateo (G. Della Casa) et la Civil Conversatione (S. Guazzo) », in Alain Montandon (dir.), Étiquette et Politesse, Clermont-Ferrand, Association des publications de la Faculté des lettres et sciences humaines de Clermont-Ferrand, 1992, p. 57-74 ; Peter Burke, The Art of Conversation, Ithaca, Cornell University Press, 1993, p. 98-102 ; Elizabeth A. Horodowich, Language and Statecraft in Early Modern Venice, Cambridge, Cambridge University Press, 2008, p. 22 et suiv.

9 Stefano Guazzo, La Civile Conversation [1574], trad. fr. par Gabriel Chappuys, Lyon, Par Jean Beraud, 1579 ; rééd. 1580, p. 62.

10 Claude Gauvard, « La Fama, une parole fondatrice », Médiévales, no 24, 1993, p. 5-13.

11 « Hynne de Henry deuxiesme de ce nom, Roy de France » (v. 233-234), in Pierre de Ronsard, Œuvres complètes, éd. J. Céard, D. Ménager et M. Simonin, Paris, Gallimard, 1993-1994, 2 vol. , t. II, p. 465.

12 Jean de La Madeleyne, Discours de l’estat et office d’un bon Roy, prince ou monarque, pour bien et heureusement regner sur la terre, et pour garder et maintenir ses subjectz en paix, union et obeissance, Paris, Pour Lucas Brayer, 1575, fol. 28 vo.

13 Montaigne, Essais, op. cit., II, 17, p. 634.

14 Daniel Ménager, Ronsard, le Roi, le Poète et les Hommes, Genève, Droz, 1979, p. 226.

15 « Discours des misères de ce temps » (v. 137-144), in Ronsard, Œuvres complètes, op. cit., t. II, p. 994.

16 L’expression « rebellion et oppiniastreté » apparaît par exemple dans un récit du siège d’Issoire (Le Vray Discours du Siege tenu devant la ville d’Yssoire, par Monseigneur le Duc fils et frere de Roy. Ensemble de la prinse d’icelle, le nombre des morts et blessez, tant d’une part que d’autre, et le nom d’iceux, Paris, Pour Jean de Lastre, 1577, p. 24).

17 Jacques Amyot, Les Œuvres morales et meslées de Plutarque, Paris, Michel de Vascosan, 1572, p. 287.

18 Montaigne, Essais, op. cit., I, 23, p. 118.

19 Ibid., I, 23, p. 117, et III, 12, p. 1055.

20 Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits occidentaux, fonds français [désormais BnF Ms Fr] 15568, fol. 146 (Le Mareschal à Claude de La Chastre, 24 juin 1584).

21 BnF Ms 500 Colbert 25, fol. 138 (Épernon à Henri III, 14 novembre 1586).

22 Keith Michael Baker, Au tribunal de l’opinion. Essais sur l’imaginaire politique au XVIIIe siècle [1990], trad. fr., Paris, Payot, 1993, p. 222.

23 Advis au Roy [1588], in Étienne Pasquier, Écrits politiques, éd. D. Thickett, Genève, Droz, 1966,

24 Alain Cabantous, Histoire du blasphème en Occident, XVIe-XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1998 ; Jacqueline Hoareau-Dodineau, Dieu et le Roi. La répression du blasphème et de l’injure au roi à la fin du Moyen Âge, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2002 ; Corinne Leveleux, La Parole interdite. Le blasphème dans la France médiévale (XIIIe-XVIe siècles). Du péché au crime, Paris, De Boccard, 2002 ; André Brulé, Blasphème et sacrilège devant la justice de Metz (XIIe-XVIIe siècles), Paris, L’Harmattan, 2009.

25 Pour une présentation des différentes formes d’expression des réformateurs (prédication, chants, imprimés…), voir Andrew Pettegree, Reformation and the Culture of Persuasion, Cambridge, Cambridge Univesity Press, 2005.

26 James K. Farge, « Early censorship of printed books in Paris : new perspectives and insights », in J. M. De Bujanda (dir.), Le Contrôle des idées à la Renaissance, Genève, Droz, 1996, p. 75-91.

27 Édit de Châteaubriant, 27 juin 1551, enregistré au parlement de Paris le 3 septembre 1551, in F. A. Isambert (éd.), Recueil général des anciennes lois françaises, Paris, 1821-1833, 29 vol., t. XIII, p. 190. Sur les tentatives des autorités pour maîtriser l’espace public, voir Dominique Reynié, Le Triomphe de l’opinion publique. L’espace public français du XVIe au XXe siècle, Paris, Odile Jacob, 1998.

28 Sur les conceptions protestantes de l’autorité et de l’obéissance, voir notamment Hugues Daussy, « Les huguenots entre l’obéissance au roi et l’obéissance à Dieu », Nouvelle revue du XVIe siècle, t. XXII, no 1, 2004, p. 49-69, et Paul-Alexis Mellet, Les Traités monarchomaques. Confusion des temps, résistance armée et monarchie parfaite (1560-1600), Genève, Droz, 2007.

29 Declaration faicte par Monsieur le prince de Condé, pour monstrer les raisons qui l’ont contrainct d’entreprendre la defense de l’authorité du roy, du gouvernement de la royne, et du repos de ce royaume. Avec la protestation sur ce requise, [Orléans, Éloi Gibier], 1562.

30 Sur ces textes, voir Arlette Jouanna, Le Devoir de révolte. La noblesse française et la gestation de l’État moderne, 1559-1661, Paris, Fayard, 1989.

31 Responce à une lettre escrite à Compiègne du quatriesme jour d’aoust, touchant le mescontentement de la Noblesse de France, s. l., 1567.

32 Discours merveilleux de la vie, actions et deportemens de Catherine de Médicis Royne mere, éd. N. Cazauran, Genève, Droz, 1995.

33 Journal de L’Estoile pour le règne de Henri III (1574-1589), éd. L.-R. Lefèvre, Paris, Gallimard, 1943, p. 56.

34 I. Gentillet, Discours sur les moyens de bien gouverner, op. cit., p. 113.

35 Sur l’imaginaire du « cabinet » à l’œuvre sous Henri III, voir Nicolas Le Roux, « La Cour dans l’espace du palais. L’exemple de Henri III », in Marie-France Auzepy et Joël Cornette (dir.), Palais et Pouvoir, de Constantinople à Versailles, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2003, p. 229-267.

36 Sur la circulation des rumeurs dans les livres de raison et les correspondances, voir Henk Van Nierop, « “And ye shall hear of wars and rumours of wars”. Rumour and the revolt of the Netherlands », in Judith Pollmann et Andrew Spicer (dir.), Public Opinion and Changing Identities in the Early Modern Netherlands: Essays in Honor of Alastair Duke, Leyde, Brill, 2007, p. 69-86. Voir aussi Craig E. Harline, Pamphlets, Printing and Political Culture in the Early Dutch Republic, Dordrecht, Nijhoff, 1987.

37 Sur les formes de parole à l’œuvre dans les espaces urbains, voir Dagmar Freist, Governed by Opinion: Politics, Religion and the Dynamics of Communication in Stuart London 1637-1645, Londres, Tauris, 1997; Filippo De Vivo, Information and Communication in Venice: Rethinking Early Modern Politics, Oxford, Oxford University Press, 2007.

38 Journal de L’Estoile, op. cit., p. 123 (août 1576), p. 510 (décembre 1587) et p. 504 (octobre 1587).

39 Sur la diffusion de l’information avant la presse périodique, voir notamment Brendan Dooley, « De bonne main : les pourvoyeurs de nouvelles à Rome au XVIIe siècle », Annales HSS, 54e année, no 6, 1999, p. 1317-1344, et Mario Infelise, Prima dei giornali. Alle origine della pubblica informazione : secoli XVI e XVII, Rome, Laterza, 2002.

40 Journal de L’Estoile, op. cit., p. 122 (juillet 1576).

41 Louis Dorléans, Cantique de victoire par lequel on peut remarquer la vengence que Dieu a prise dessus ceux qui vouloient ruyner son Église et la France, Paris, Robert Le Mangnier, 1569, B ij vo-B iij, cité par Denis Crouzet, « Le devoir d’obéissance à Dieu : imaginaires du pouvoir royal », Nouvelle revue du XVIe siècle, t. XXII, no 1, 2004, p. 19-47 (p. 38).

42 Artus Desiré, La Singerie des huguenots, marmots et guenons de la nouvelle dérision Theodobeszienne : contenant leur arrest et sentence par jugement de raison naturelle, Paris, Guillaume Jullien, 1574, e ij.

43 Jacques Amyot, Projet d’éloquence royale, éd. Ph.-J. Salazar, Paris, Les Belles Lettres, 1992, p. 43.

44 Isabelle Oget-Haquet, Les Portraits d’Henri III, roi de France et de Pologne (1574-1589) : la figure, la fonction, le sacré, thèse, Université Paris-Ouest, 2010.

45 Jean-Marie Constant, « Le Langage politique paysan en 1576. Les cahiers de doléances des bailliages de Chartres et de Troyes », in Roger Chartier et Denis Richet (dir.), Représentation et pouvoir politique. Autour des états généraux de 1614, Paris, EHESS, 1982, p. 25-49, et Les Français pendant les guerres de Religion, Paris, Hachette, 2002, p. 161-192.

46 D. Crouzet, Les Guerriers de Dieu, op. cit., t. II, p. 187.

47 Journal de L’Estoile, op. cit., p. 355.

48 Thierry De Brimont, Le XVIe siècle et les guerres de la Réforme en Berry, Paris, 1905, 2 vol., t. II, p. 208.

49 Isambert, Recueil général des anciennes lois françaises, op. cit., t. XV, p. 591-593 (édit donné à Paris en novembre 1584, enregistré au parlement de Paris le 20 novembre). Voir aussi BnF Ms Fr 16231, fol. 374-379 (département des tailles fait au Conseil, 29 juillet 1584) et Fr 6413, fol. 112-113 (état des recettes et dépenses projeté pour 1585, 10 décembre 1584).

50 Lettres de Henri III, éd. M. François et alii, Paris, 1959-2006, 6 vol. , t. VI, p. 406 (lettre d’Henri III à Biron, Paris, 16 mars 1585).

51 Declaration de la volonté du Roy sur les nouveaux troubles de ce Royaume, Lyon, Jean Pillehotte, 1585, p. 10.

52 Charles Valois (éd.), Histoire de la Ligue, Paris, 1914, p. 176-177.

53 Denis Pallier, Recherches sur l’imprimerie à Paris pendant la Ligue (1585-1594), Genève, Droz, 1975.

54 Denis Pallier, « Circuits de diffusion de l’imprimé en temps de paix et en temps de guerre : modes de distribution et livres distribués pendant la Ligue », in Pierre Aquilon et Henri-Jean Martin (dir.), Le Livre dans l’Europe de la Renaissance, Paris, Promodis-Éditions du Cercle de la Librairie, 1988, p. 386-404.

55 Journal de L’Estoile pour le règne de Henri III, op. cit., p. 658.

56 Ibid., p. 497 (juillet 1587).

57 Jacqueline Boucher, « Culture des notables et mentalité populaire dans la propagande qui entraîna la chute de Henri III », in Jean Nicolas (dir.), Mouvements populaires et conscience sociale, XVIe-XXe siècles, Paris, Maloine, 1985, p. 339-349 (p. 340).

58 David Potter, « Kingship in the Wars of Religion: The Reputation of Henri III of France », European History Quarterly, t. XXV, no 4, 1995, p. 485-528; Keith Cameron, « Satire, dramatic stereotyping and the demonizing of Henry III », in Andrew Pettegree, Paul Nelles et Philip Conner (dir.), The Sixteenth-Century French Religious Book, Aldershot, Ashgate, 1998, p. 157-176; Nicolas Le Roux, La Faveur du roi. Mignons et courtisans au temps des derniers Valois (vers 1547-vers 1589), Seyssel, Champ Vallon, 2001, et Un régicide au nom de Dieu. L’assassinat d’Henri III (1er août 1589), Paris, Gallimard, 2006; Alexander Wilkinson, « “Homicides royaux”: The Assassination of the duc and cardinal de Guise and the Radicalisation of French Public Opinion », French History, t. XVIII, no 2, 2004, p. 129-153; Michael Wintroub, « Words, Deeds, and a Womanly King », French Historical Studies, t. XXVIII, no 3, 2005, p. 387-413.

59 Nicolas Rolland (attr. à), Remonstrances très humbles au Roy de France et de Pologne Henry troisiesme de ce nom, par un sien fidelle officier et subject, sur les desordres et misères de ce Royaume, causes d’icelles, et moyens d’y pourvoir à la gloire de Dieu et repos universel de cet Estat, s. l., 1588, p. 43.

60 Coppie d’une lettre escrite au Roy, et extraict d’une autre aux Princes et Seigneurs François, le 17. jour de May dernier. Par Monseigneur le Duc de Guyse, Pair et grand Maistre de France, Paris, Sur la copie de Didier Millot, 1588.

61 De la Difference du Roy et du Tyran. Dedié à M. L. L. D. M., Paris, Par Rolin Thierry, 1589, p. 18.

62 BnF Ms Fr 3794, fol. 25 (Claude Marchant à la duchesse de Nevers, Paris, 15 juillet 1585).

63 P. de Dampmartin, Amiable accusation…, op. cit, fol. 1 vo.

64 Mémoires de Claude Haton, (dir.) L. Bourquin, Paris, Éd. du CTHS, 2001-2007, 4 vol. , t. IV, p. 439.

65 Mémoires de Jean Burel bourgeois du Puy, (dir.) A. Chassaing, Le Puy-en-Velay, 1875, p. 39.

66 Ibid., p. 78.

67 Ibid., p. 192.

68 Reinhart Koselleck, Le Règne de la critique [1959], trad. fr., Paris, Éd. de Minuit, 1979.

69 Jürgen Habermas, L’Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise [1962], trad. fr., Paris, Payot, 1978. Sur le XVIIe siècle, voir les réflexions de Brendan Dooley, « News and doubt in early modern culture. Or, are we having a public sphere yet? », in Brendan Dooley et Sabrina Baron (dir.), The Politics of Information in Early Modern Europe, Londres-New York, Routledge, 2001, p. 274-290. Voir aussi Mona Ozouf, « Le concept d’opinion publique au XVIIIe siècle », in id., L’Homme régénéré. Essais sur la Révolution française, Paris, Gallimard, 1989, p. 21-53 ; Arlette Farge, Dire et mal dire. L’opinion publique au XVIIIe siècle, Paris, Éd. du Seuil, 1992 ; Paolo Piasenza, « Opinion publique, identité des institutions, “absolutisme”. Le problème de la légalité à Paris entre le XVIIe et le XVIIIe siècles », Revue historique, vol. 290, 1993, p. 97-142 ; John Alexander Wilson Gunn, Queen of the World : Opinion in the Public Life of France from the Renaissance to the Revolution, Oxford, Voltaire Foundation, 1995 ; Nicolas Veysman, Mise en scène de l’opinion publique dans la littérature des Lumières, Paris, Honoré Champion, 2004.

70 Michel Cassan, La Grande Peur de 1610. Les Français et l’assassinat d’Henri IV, Seyssel, Champ Vallon, 2010, p. 174-175.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540