Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

S'exprimer en temps de troubles

 | 
Laurent Bourquin
, 
Philippe Hamon
, 
Pierre Karila-Cohen
, 
et al.

Introductions. Apologie pour un pluriel : de l’opinion aux opinions

Pierre Karila-Cohen

Texte intégral

1Certains concepts sont particulièrement difficiles à approcher. Cette difficulté redouble lorsque des usages communs de ces notions circulent en abondance et brouillent leur étude. Il en est ainsi des deux termes centraux qui ont fait l’objet du colloque dont ce livre est issu : l’opinion d’une part, mot passoire dans la bouche des journalistes comme, parfois, sous nos plumes d’historiens, et dont l’usage au singulier plonge immédiatement dans de redoutables problèmes ; la politisation d’autre part, notion moins employée en dehors des sciences sociales, mais qui suscite en leur sein de nombreux débats ou, pire, n’en suscite pas, ce qui contribue à expliquer un certain éclatement des usages de la notion. Quant aux « conflits », troisième terme du colloque, ils frappent par leur dimension à première vue purement factuelle et leur diachronisme évident. C’est dès lors qu’il faut les qualifier de « religieux », « politique », « social » ou autre qualificatif encore, que l’on est de nouveau saisi par des questions de toutes sortes. « Conflits, opinion(s) et politisation » : il fallait donc être bien courageux, si ce n’est complètement inconscient, pour s’attaquer à un tel sujet, surtout lorsqu’on en étend l’étude du cœur du Moyen Âge à l’orée du XXe siècle.

2Lorsqu’il s’est agi de dire un mot liminaire au colloque tenu au Mans en mai 2009, mon intention n’a donc pas été de tenter d’imposer des définitions a priori de ces notions, mais de mettre en perspective des questions auxquelles nous risquions d’être confrontés et d’expliquer en quoi la démarche que nous adoptions pouvait permettre, dans une certaine mesure, d’avancer sur ce terrain malaisé. J’en reprends ici l’essentiel en précisant, comme je l’ai fait alors, que tout cela est « vu par », en l’occurrence un contemporanéiste spécialiste du XIXe siècle, et que ces propos peuvent paraître décalés aux yeux des médiévistes et des modernistes. Mais les organisateurs du colloque, et maintenant éditeurs de ce livre, ont précisément parié sur la fécondité de ces décalages multiples et croisés.

  • 1 Encyclopedia Universalis, art. « Opinion publique », vol. 12, p. 116.
  • 2 Bernard Manin, « Le concept d’opinion publique » in Bernard Manin, Pasquale Pasquino et Dominique (...)

3Commençons donc par « l’opinion » et les « opinions ». L’emploi du singulier, même sans précision de l’adjectif, renvoie assez vite à l’idée d’opinion « publique ». Or, à l’instar du temps chez Saint Augustin, cette notion ne paraît simple que jusqu’au moment où il s’agit de dire ce qu’elle recouvre exactement. « L’opinion publique fait partie des phénomènes sociaux apparemment évidents, mais qui se dérobent à l’analyse dès que celle-ci vise à la précision scientifique », écrivait ainsi Georges Burdeau dans une notice de l’Encyclopédia Universalis aujourd’hui remplacée1. Bernard Manin y voit quant à lui « un concept confus, à la signification indécise » et ajoute même que « non seulement il n’y a pas d’accord sur ce qu’il signifie, mais [qu’] on ne sait même pas où sont les principaux points de désaccord2 ». C’est pourtant en partant de certains de ces « points de désaccord », dans le seul cadre toutefois des études historiques sur l’opinion, que l’on peut proposer quelques éléments de réflexion.

  • 3 L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise (...)
  • 4 Entre autres travaux : « L’opinion publique comme invention politique », dans Au tribunal de l’opi (...)
  • 5 Entre autres travaux: « L’opinion publique », in Keith Baker (ed.), The French Revolution and the (...)
  • 6 Vies privées, affaires publiques. Les causes célèbres de la France prérévolutionnaire, Paris, Faya (...)
  • 7 Dire et mal dire. L’opinion publique au XVIIIe siècle, Paris, Le Seuil, 1992.
  • 8 R. Monnier, L’espace public démocratique. Essai sur l’opinion à Paris de la Révolution au Directoi (...)

4Le premier point d’achoppement est d’ordre chronologique. Il concerne le moment d’apparition dans l’histoire de « l’opinion publique » comme instance critique de jugement des actes du pouvoir au sein d’un espace public de communication et d’échanges. La thèse classique, on le sait, a été énoncée par Jürgen Habermas en 19623. À partir du milieu du XVIIIe siècle, la multiplication de la diffusion des imprimés et la vitalité de structures de sociabilité parmi les élites auraient accompagné l’émergence d’un public bourgeois se réunissant pour discuter, en usant de raison, des actes du pouvoir et des moyens d’organiser l’État. Celui-ci verrait donc se former face à lui, dans la société, un « vis-à-vis » jusqu’alors absent. Les historiens spécialistes du XVIIIe siècle et de la Révolution française, notamment Keith Baker4, Mona Ozouf5 ou encore Sarah Maza6, ont plutôt abondé dans le sens du philosophe, en montrant comment la notion d’opinion, d’abord « jugement collectif en matière de morale et de goût » s’est chargée à partir des années 1750 d’un sens de plus en plus politique, comment cette « connaissance douteuse » des Anciens s’est muée dans le contexte français de lutte contre l’absolutisme en « tribunal » infaillible et tout puissant, et comment elle n’a pas cessé d’être convoquée à l’occasion de certaines « affaires », dont les mécanismes de publicisation se sont alors inventés. Les limites sociales de cette « opinion » naissante ne font pas l’unanimité : Arlette Farge par exemple a mis l’accent sur l’existence d’une opinion publique populaire dans le Paris du XVIIIe siècle7, opinion qui ne serait donc pas uniquement « bourgeoise ». Autre ligne de fracture : Keith Baker, Sarah Maza et Mona Ozouf ont vu l’opinion comme une « invention politique », une construction utile dans le cadre d’enjeux de pouvoir, alors que, dans des registres très différents, Jürgen Habermas, Arlette Farge ou encore Raymonde Monnier8 y ont plutôt vu une réalité sociologique. Mais tous partagent l’idée d’une naissance à ce moment-là de l’un des éléments essentiels de notre modernité politique.

  • 9 L’expression « deuxième naissance de l’opinion publique » est utilisée par Pierre Rosanvallon dans(...)
  • 10 Disponibles en ligne à l’adresse suivante : http://lamop.univ-paris1.fr/W3/espacepublic/index.htm.
  • 11 Sur l’existence ou non de l’opinion publique (produite par les sondages), voir l’article classique (...)

5Des politistes, des sociologues, des historiens contemporanéistes – dont les approches, encore une fois, sont très variables – se sont eux aussi appuyés sur cette chronologie, en y ajoutant un second acte : la fin du XIXe et le début du XXe siècle, moment d’une « deuxième naissance de l’opinion publique », grâce aux progrès de l’alphabétisation, à la généralisation du suffrage universel et à l’émergence de nouvelles formes de participation populaire à la vie politique comme, par exemple, la manifestation9. Devenue une vulgate, cette lecture a été contestée, et elle l’est de plus en plus. Les spécialistes de périodes plus hautes voient en effet parfois dans la démonstration d’Habermas une caricature des siècles antérieurs destinée à mieux faire valoir la rupture décrite au milieu du XVIIIe siècle, qui n’en serait pas une, ou pas complètement une. Parmi ces travaux, il faut signaler les débats fort intéressants qui ont eu lieu à Paris I, entre 2004 et 2006, autour de Nicolas Offenstadt et Patrick Boucheron10. L’« opinion publique » semble donc rejoindre « l’émergence de l’État moderne » et la « naissance de l’individu » au rang des grands processus qui n’en finissent d’émerger et que chacun voit poindre à sa porte… Avec, en outre, d’autant plus d’ambiguïtés, de malentendus et de difficultés, que la saisie historienne de « l’opinion » à tel moment de l’histoire pose de considérables problèmes de choix de sources et de méthode, où viennent s’entremêler les positionnements individuels des historiens sur l’existence ou non de cette même opinion, au sens en tout cas où elle est présentée depuis le milieu du XXe siècle par les instituts de sondage11. Cela pose une question majeure : lorsque des historiens différents parlent d’opinion publique, parlent-ils de la même chose, y compris lorsqu’ils travaillent sur les mêmes périodes et pays ?

6Plutôt que de trancher ex abrupto – et y aura-t-il jamais accord ? – il semble qu’il est possible de partir a minima de l’idée suivante : l’existence à différentes époques de configurations d’opinions dans lesquelles un espace public plus ou moins vaste, plus ou moins lié au pouvoir, autorise, ponctuellement ou non, si ce n’est une confrontation d’idées, au moins la référence à quelque chose qui s’appellerait l’opinion, ou termes approchants. En éclatant plus encore l’objet – jusqu’à le faire disparaître ? –, on pourrait évoquer non pas un, mais des espaces publics de tailles, de natures et de durée différentes, contemporains ou non, emboîtés ou non, naissant ad hoc autour de certaines affaires, s’effaçant ensuite pour laisser de nouveau fonctionner les arcana imperii, au XVe siècle… comme au XIXe et au XXe siècle. Cette piste peut permettre un véritable comparatisme dans le temps comme dans l’espace.

7Quels qu’en soient les résultats, et les possibles embourbements, le débat historiographique actuel sur ces points de chronologie possède déjà l’incontestable mérite de dépasser un évolutionnisme un peu daté, dont l’une des plus belles expressions se trouve dans la notice du (magnifique) Grand Dictionnaire Universel du XIXe siècle de Pierre Larousse, publié entre 1866 et 1877 :

« Pendant tout le XVIIIe siècle, l’opinion publique est représentée par Voltaire, Jean-Jacques Rousseau, Montesquieu et les encyclopédistes. Qu’on ne la cherche point plus bas, elle n’existe pas. L’opinion publique naquit en France au milieu des orages de la Révolution. Étouffée de nouveau sous le premier Empire, elle reste à l’état latent dans les classes moyennes, qui ont hérité les premières des bienfaits de 1789. Elle se manifeste de nouveau à la fin de 1813 par la première protestation du Corps Législatif, et plus vivement encore durant les Cent Jours. […]. Sous la seconde Restauration commence le véritable règne de l’opinion publique. C’est une puissance nouvelle qui s’élève, qui s’affermit et qui ne relève que d’elle-même. Bien plus, elle interroge les vieux pouvoirs, les somme de produire des titres et s’arroge le droit de les contrôler. Son vrai nom, c’est la raison. »

  • 12 Mais l’histoire de la construction de ces schémas est intéressante aussi, de même que celle de la (...)

8Repenser l’opinion et l’espace public au pluriel d’une part, sous des formes provisoires d’existence et/ou de convocation d’autre part, c’est peutêtre, en définitive, cela : sortir de schémas de pensée normatifs construits au XIXe siècle et dont nous sommes les héritiers12. Cela ne consiste pas à abandonner l’ambition de déceler, pour le dire vite, les étapes de la naissance du monde contemporain, mais plutôt à laisser choir la subordination de toute la réflexion à cet objectif, d’autant que l’étude du monde contemporain et des notions qui y circulent habituellement ont elles aussi tout à gagner à être envisagée sous d’autres biais que celui des fausses évidences.

9Trois caractéristiques de ce colloque vont, me semble-t-il, dans le sens que je viens d’indiquer. Sa longue durée, d’abord, autorise les comparaisons de part et d’autre de la fatidique moitié du XVIIIe siècle. L’extension spatiale des contributions ici rassemblées joue le même rôle. Mais surtout, l’articulation entre conflits et opinions permet, en partant d’études ponctuelles, que l’on peut qualifier dans certains cas de micro-historiques, d’analyser, sans jugement a priori sur une échelle temporelle, des situations concrètes où se forgent et se déploient des opinions et où se met en place un espace même temporaire de communication politique, éventuellement unilatéral, mais qui suppose, chez ceux qui le mettent en place, l’idée qu’il existe une opinion publique apte à juger. Les conflits, quels qu’ils soient, constituent de ce fait un observatoire intéressant, non seulement parce qu’ils engendrent des oppositions d’idées entre des camps, obligent à les dire, voire à les mettre en scène, mais aussi parce qu’ils secrètent pour l’historien une abondante documentation : libelles par milliers, brochures, tracts, journaux, images et objets. À lui toutefois de savoir saisir ces traces en ne tombant pas dans le piège de l’équivalence ou de la proximité des mots, qui ne varient pas forcément, mais portent au cours du temps des significations différentes. Bien plus : ces mots désignent de siècle en siècle et parfois en des temps plus courts des représentations, des appréciations de soi et des autres fort différentes, autant dire des mondes. Les fausses continuités paraissent à cet égard aussi redoutables que les surgissements artificiels, et il ne servirait à rien de mettre à mal l’imparfait modèle habermassien pour aboutir à bien pire : une naturalisation de la notion, toujours équivalente en tout temps, ou bien la recherche terme à terme d’un espace public du XVIIIe siècle… au XIVe siècle. Bref, l’abandon de la rigidité nous contraint sans doute plus que jamais à la rigueur. Que peut bien vouloir dire « opinion » pour un contemporain – et quels contemporains ? – de Charles V, Philippe d’Espagne ou encore Bismarck ? Encore une fois, l’entrée par les conflits dans ce vaste problème des opinions et de l’opinion peut donc s’avérer utile puisqu’elle invite à toujours se poser la question des conditions de production des opinions et de croyances sur l’opinion. L’un des grands problèmes qui se posent notamment est celui du pluralisme : à partir de quand celui-ci est-il non seulement pensable, mais praticable ?

10Cette entrée par les conflits est d’autant plus précieuse qu’elle n’est pas de nature à altérer la pluralité habituelle des approches historiques et sociologiques sur ces problèmes. Schématiquement, on peut discerner trois manières de faire l’histoire de l’opinion :

  • 13 La fabrique de l’opinion. Une histoire sociale des sondages, Paris, Le Seuil, 1998.

– Une approche d’histoire intellectuelle, qui peut prendre la forme d’une sociohistoire des idées, montrant les inflexions à différents moments des conceptions de l’opinion et les différentes faites, par exemple, entre « fama », « doxa », « opinion commune », « opinion publique » ou encore « esprit public ».
– Une approche « réaliste » d’histoire politique et sociale, cherchant à traquer autant que faire se peut ce que pensaient vraiment les hommes sur tel ou tel sujet à telle ou telle époque, et quelle pouvait bien être l’opinion publique de tel ou tel peuple à tel moment, si tant est toutefois que l’on croit possible d’attendre ce genre de « réalité ».
– Une histoire de l’opinion comme dispositif de pouvoir, technologie de gouvernement, objet d’une mesure, comme l’ont fait, dans des genres différents des sociologues et des politistes, Patrick Champagne et Loïc Blondiaux13 par exemple, davantage que des historiens.

  • 14 « Capacités politiques et politisations : faire voter et voter, XIXe-XXe siècles » (1 et 2), Genès (...)
  • 15 Ouvrage dont le titre complet est : La République au village, Les populations du Var de la Révolut (...)
  • 16 Sur les évolutions historiographiques successives concernant la politisation des campagnes françai (...)

11Pluralité des approches, attention donnée aux croyances des contemporains, refus d’une forme un peu naïve d’évolutionnisme : c’est également ainsi que l’on peut caractériser de manière générale les études les plus récentes sur la notion complexe de politisation. Dans son remarquable double article de réflexion et de synthèse sur cette notion, Michel Offerlé, qui signe la postface du présent ouvrage, met en évidence pas moins de neuf significations distinctes de ce vocable, alors que la recension auquel il procède ne concerne « que » l’après 178914. Comme en ce qui concerne l’opinion, le débat, chez les contemporanéistes du moins, a longtemps tourné autour d’un grand modèle, que beaucoup cherchent depuis une bonne vingtaine d’années à dépasser. Ce modèle est celui qu’a mis en place Maurice Agulhon dans La République au village15, modèle couramment désigné sous l’expression de « descente de la politique vers les masses ». Il consistait à repérer le moment où, grâce à des intermédiaires sociaux et culturels, la grande masse des Français, essentiellement les paysans, commence à comprendre les enjeux de la politique moderne et à s’en approprier les outils, essentiellement le vote16. D’une certaine manière, cela consiste à poser de nouveau la même question : quand et comment les Français sont-ils entrés dans l’espace public de la confrontation raisonnée et du choix politique individuel ? Le premier débat qui a eu lieu, essentiellement avec Eugen Weber puis avec Michel Vovelle, a porté sur la chronologie plus ou moins tardive du phénomène. Mais cette controverse a été dépassée par une autre contestation possible : la remise en cause d’une définition restreinte de la politique, non seulement limitée à ses formes les plus institutionnelles, mais soumise en outre à une forte attente républicaine ou, plus généralement, « de gauche ».

  • 17 De bouche à oreille. Naissance et propagation des rumeurs dans la France du XIXe siècle, Paris, Au (...)
  • 18 La France des larmes : deuils politiques à l’âge romantique, 1814-1840, Paris, Champ Vallon, 2009.
  • 19 Pour reprendre les termes d’Alain Corbin dans la préface des Cloches de la terre. Paysage sonore e (...)
  • 20 Voir à cet égard tous les travaux de socio-histoire du vote, menés par Olivier Ihl, Yves Deloye, M (...)

12Les recherches récentes les plus neuves en matière de politisation de la France du XIXe siècle – celles, entre autres, de François Ploux17 ou d’Emmanuel Fureix18 – se situent en revanche dans le sillage intellectuel d’Alain Corbin. En un mot, il ne s’agit plus de « décréter » ce qu’est la politique pour les contemporains, mais de le « détecter » avec humilité19, en s’attachant à reconstituer le système d’appréciation des hommes étudiés, ce qui suppose d’accepter comme politiques (ou éventuellement politiques) des objets non considérés comme tels jusqu’alors : le massacre, les querelles autour des cloches, la rumeur, le deuil et tant d’autres éléments qui ne pouvaient s’intégrer jusqu’alors dans une histoire normative de la politisation menant à une seule destination possible et désignant comme archaïques ou hors champ un certain nombre d’actions ou de réactions. D’un autre côté, cette histoire plus culturelle du politique porte une attention particulière aux modalités de réception et d’appropriation des formes effectivement les plus modernes prises par la politique comme par exemple le vote, qui n’est en rien un geste simple, naturel et sans conséquence mais bel et bien un acte problématique à l’origine d’une profonde et longue acculturation parmi les électeurs20. Encore une fois, me semble-t-il, ces orientations historiographiques trop vite résumées, entrent pleinement en résonance avec ce qui a nous réunis à l’université du Maine pendant trois jours de mai 2009. D’abord par la confrontation entre les périodes, puisque celle-ci permet d’envisager sans terminus ad quem des formes différenciées plus ou moins durables de participation politique, en n’ignorant pas le problème de la plus ou moins grande extension des frontières du politique selon les moments. Ensuite, par l’étude de formes concrètes de prise de parole, au sens large, grâce à l’attention portée aux conflits dans toute leur variété.

Notes

1 Encyclopedia Universalis, art. « Opinion publique », vol. 12, p. 116.

2 Bernard Manin, « Le concept d’opinion publique » in Bernard Manin, Pasquale Pasquino et Dominique Reynié, Opinion publique et démocratie : séminaire de l’École Normale Supérieure, tapuscrit, Paris, CNRS, 1988, p. 276.

3 L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, 1993 [1ère éd. all. 1962].

4 Entre autres travaux : « L’opinion publique comme invention politique », dans Au tribunal de l’opinion. Essais sur l’imaginaire politique au XVIIIe siècle, Paris, Payot, 1990, p. 219-265.

5 Entre autres travaux: « L’opinion publique », in Keith Baker (ed.), The French Revolution and the Creation of Modern Political Culture, vol. 1: The Political Culture of Old Regime, Oxford, Pergamon Press, p. 419-434.

6 Vies privées, affaires publiques. Les causes célèbres de la France prérévolutionnaire, Paris, Fayard, 1997 [1ère éd. américaine 1993].

7 Dire et mal dire. L’opinion publique au XVIIIe siècle, Paris, Le Seuil, 1992.

8 R. Monnier, L’espace public démocratique. Essai sur l’opinion à Paris de la Révolution au Directoire, Paris, Kimé, 1994.

9 L’expression « deuxième naissance de l’opinion publique » est utilisée par Pierre Rosanvallon dans La démocratie inachevée. Histoire de la souveraineté du peuple en France, Paris, Gallimard, 2000, p. 333. À propos de cette « deuxième naissance » à la fin du XIXe siècle, on peut consulter entre autres, dans des perspectives différentes : Patrick Champagne, Faire l’opinion. Le nouveau jeu politique, Paris, Minuit, 1990 et Dominique Reynié, Le triomphe de l’opinion publique. L’espace public français du XVIe au XXe siècle, Paris, Odile Jacob, 1998.

10 Disponibles en ligne à l’adresse suivante : http://lamop.univ-paris1.fr/W3/espacepublic/index.htm.

11 Sur l’existence ou non de l’opinion publique (produite par les sondages), voir l’article classique de Pierre Bourdieu, « L’opinion publique n’existe pas », Les Temps modernes, no 318, p. 1292-1309 ; sur les usages historiens de la notion d’opinion : Brigitte Gaïti, « L’opinion publique dans l’histoire politique : impasses et bifurcations », Le Mouvement social, no 221, 2007, p. 95-104 ; Pierre Karila-Cohen, « Les préfets ne sont pas des collègues. Retour sur une enquête », Genèses, no 79, juin 2010, p. 116-134. Une mise au point, à la fois historiographique et méthodologique, est livrée par Pierre Laborie : « Opinion publique », in C. Delacroix, F. Dosse, P. Garcia et N. Offenstadt (dir.), Historiographies. Concepts et débats, Paris, Gallimard, « Folio-Histoire », 2010, vol. 2, p. 803-813. On peut rappeler du même Pierre Laborie une réflexion majeure sur l’approche de cette notion par les historiens : « De l’opinion publique à l’imaginaire social », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, vol. 18, no 1, 1988, p. 101-117. Enfin, l’un des grands promoteurs d’une approche historienne « scientifique » de l’opinion a été Jacques Ozouf dans deux articles fondamentaux : « Mesure et démesure : l’étude de l’opinion », Annales. Économies, sociétés, civilisations, vol. 21, no 2, 1966, p. 324-345 et « L’opinion publique : Apologie pour les sondages », in Jacques Le Goff et Pierre Nora (dir.), Faire de l’Histoire, t. 3 : Nouveaux objets. Paris, Gallimard, 1974, p. 220-235.

12 Mais l’histoire de la construction de ces schémas est intéressante aussi, de même que celle de la croyance en l’existence de l’opinion. De fait, l’époque désignée par la notice du Larousse, à partir de la Restauration, constitue un moment essentiel de généralisation de cette croyance et, dès lors, de l’installation de fait de « l’opinion publique » au centre de la vie politique. Sur ce point, Pierre Karila-Cohen, L’État des esprits. L’invention de l’enquête politique en France (1814-1848), Rennes, PUR, 2008.

13 La fabrique de l’opinion. Une histoire sociale des sondages, Paris, Le Seuil, 1998.

14 « Capacités politiques et politisations : faire voter et voter, XIXe-XXe siècles » (1 et 2), Genèses, 2007, no 67 : 131-149 et 68 : 145-160.

15 Ouvrage dont le titre complet est : La République au village, Les populations du Var de la Révolution à la seconde République, Paris, Plon, 1970.

16 Sur les évolutions historiographiques successives concernant la politisation des campagnes françaises au XIXe siècle, voir l’excellente mise au point de Gilles Pécout, « La politisation des paysans au XIXe siècle. Réflexions sur l’histoire politique des campagnes françaises », Histoire et sociétés rurales, no 2, 2e semestre 1994, p. 91-125. Pour une approche plus récente encore, voir Laurent Le Gall, « Des processus de politisation dans les campagnes françaises (1830-1914) », in Jean-Claude Caron et Frédéric Chauvaud (dir.), Les campagnes dans les sociétés européennes. France, Allemagne, Espagne, Italie (1830-1930), Rennes, PUR, 2005, p. 103-139.

17 De bouche à oreille. Naissance et propagation des rumeurs dans la France du XIXe siècle, Paris, Aubier, 2003.

18 La France des larmes : deuils politiques à l’âge romantique, 1814-1840, Paris, Champ Vallon, 2009.

19 Pour reprendre les termes d’Alain Corbin dans la préface des Cloches de la terre. Paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au XIXe siècle, Paris, A. Michel, 1994. Précisons que l’historien n’évoque pas dans cette préface le seul rapport à la politique ou au politique mais le rapport plus général au monde des hommes du passé.

20 Voir à cet égard tous les travaux de socio-histoire du vote, menés par Olivier Ihl, Yves Deloye, Michel Offerlé, Alain Garrigou. On peut citer l’ouvrage de ce dernier : Le vote et la vertu. Comment les Français sont devenus électeurs, Paris, Presses de la Fondation Nationale des sciences politiques, 1992 [rééd. Augmentée en 2000].

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540