Versión clásicaVersión móvil

S'exprimer en temps de troubles

 | 
Laurent Bourquin
, 
Philippe Hamon
, 
Pierre Karila-Cohen
, 
et al.

Introductions. Enjeux conceptuels : questions de méthode

Cédric Michon

Texto completo

1Le présent ouvrage articule quelques notions qui, toutes, à leur manière, posent des problèmes de définition : celles de conflit, de politisation et d’opinion que l’on a d’ailleurs pris la peine, pour garder les portes ouvertes, de maintenir dans un entre deux singulier-pluriel et sans qualificatif (du type opinion « publique », opinion « éclairée », opinion « commune » etc.). Par ailleurs, ces trois concepts charrient avec eux d’autres concepts qui ne posent pas moins de problèmes de définition et d’acception : ceux d’opinion publique évidemment, mais aussi ceux d’espace public, d’espace politique, de mobilisation, de culture politique, de société politique et plus généralement de politique. L’objet de cette introduction est d’essayer d’esquisser quelques uns des enjeux posés par l’utilisation de ces termes. Car il ne s’agit pas de masquer les différences approches qui conditionnent l’utilisation et l’articulation de ces trois termes. Ces approches différentes sont susceptibles d’opposer aussi bien les médiévistes et les premiers modernistes aux contemporanéistes, que les historiens en général aux sociologues et aux politistes. L’un des principaux enjeux méthodologiques de notre colloque est donc, sans doute, celui de l’acclimatation de concepts et de réflexions issus d’une discipline au sein d’une autre discipline, ou d’une période donnée au sein d’une autre période. Cette introduction entend mettre l’accent sur trois points. D’abord, sur le nécessaire dialogue entre historiens d’une part et entre historiens et politistes d’autre part. Ensuite, elle voudrait s’interroger sur les attendus de l’opinion et de la politisation pour les périodes antérieures au second XVIIIe siècle. Enfin, elle envisage le conflit comme mode d’entrée vers la question de l’opinion et de la politisation.

Le nécessaire dialogue entre historiens et entre historiens et politistes

2L’historien du Moyen Âge ou de la première modernité désireux de s’intéresser à la notion de conflit, d’opinion ou de politisation, n’entre pas sur un territoire vierge. D’une part, ces concepts existent en politologie et en sociologie et d’autre part, ils ont déjà été acclimatés par des historiens, essentiellement contemporanéistes qui en ont notamment daté l’apparition. C’est la raison pour laquelle aujourd’hui, tout historien prétendant appliquer ces concepts d’opinion ou de politisation à une période antérieure à la seconde moitié du XVIIIe siècle doit prendre position par rapport à ceux qui occupent le champ, afin d’éviter toute confusion au sujet de termes dont l’acception est en partie établie et afin de profiter des avancées conceptuelles déjà acquises. Il doit donc souligner les analogies aussi bien que les divergences entre ce qu’il découvre, et l’opinion, la politisation et les conflits tels qu’ils ont été définis pour les périodes qui commencent au second XVIIIe siècle.

  • 1 Michel Offerlé, « Capacités politiques et politisations : faire voter et voter, XIXe-XXe siècles » (...)

3Une double erreur pourrait être commise par les historiens d’une part, par les politistes et les historiens travaillant sur la période contemporaine d’autre part. L’erreur des seconds pourrait consister à confisquer des concepts forgés pour décrire une réalité donnée à un moment donné, sans voir, ou en refusant d’envisager, que des formes un peu différentes de cette réalité puissent exister auparavant. L’erreur des historiens relèverait de logiques différentes. De manière générale, l’attitude des historiens oscille souvent entre trop de mépris et trop de révérence. Tantôt, arguant de cette réalité que les « faits sont têtus », ils délaissent la rigueur conceptuelle et utilisent avec désinvolture des concepts forgés par d’autres. L’erreur des historiens consiste alors à considérer comme inutiles les outils forgés par les politistes au prétexte que leur champ d’expertise n’est pas exactement le même et que, chronologiquement, il précède les travaux des sociologues. Tantôt, à l’inverse, pâtissant sans doute d’une forme de complexe d’infériorité, les historiens se font les gardiens du temple, refusant d’interroger des concepts forgés par d’autres et les appliquent comme une Vulgate qu’il ne serait même pas nécessaire d’avoir lue. Plutôt que d’invoquer rituellement des concepts comme des « noms magiques » (Gérard Noiriel), ne vaut-il pas mieux puiser dans les travaux des sociologues et des politistes comme dans une réserve de concepts qui peuvent servir à éclairer le passé ? De ce point de vue, les concepts forgés par les sociologues ou les politistes seraient plutôt « des clés à utiliser que des fétiches à préserver1 ». Il est clair toutefois, qu’il ne s’agit pas d’extraire brutalement ces concepts de leur milieu, mais de voir dans quelle mesure leur acclimatation dans d’autres milieux ne serait pas féconde.

4Je voudrais à présent reprendre les deux principaux types arguments qui interdisent, en théorie, l’usage de concepts comme « politisation » ou « opinion publique » pour les périodes antérieures au XVIIIe siècle.

  • 2 Roger Chartier, Les origines culturelles de la Révolution française, Paris, Le Seuil, 2000 [1990], (...)

5Premier argument : l’opinion publique n’existe pas avant le XVIIIe siècle parce que l’expression n’existe pas avant cette époque. Cet argument opère une confusion entre la chose et son nom, ou, pour employer le langage de la linguistique entre le signifié et le signifiant. Cela reviendrait à dire qu’il ne pourrait exister de pratiques sociales ou politiques sans la conscience discursive de ce qu’elles sont. Cela reviendrait à dire que M. Jourdain ne parle pas en prose, puisqu’il ne sait pas ce que c’est que la prose. Il est important de mesurer la portée épistémologique d’une telle affirmation. Affirmer que l’on ne peut pas parler pour une époque donnée de ce qui n’était pas nommé à cette époque revient à dire que l’histoire doit être écrite dans la langue de ses acteurs. On en est donc réduit à « soumettre l’intelligibilité de l’événement à la conscience historique de ses contemporains2 ». C’est un choix que l’on peut défendre, mais c’est un choix qui ne va pas de soi. L’affirmation selon laquelle la pratique ne peut pas précéder la théorie reste encore à démontrer.

6Deuxième argument : l’opinion publique n’existe pas avant le XVIIIe siècle ou la politisation des masses n’existe pas avant le XIXe siècle, car les conditions d’existence de l’opinion publique du XVIIIe siècle n’existent pas avant le XVIIIe siècle et les conditions de la politisation observée au XIXe siècle n’existent pas avant le XIXe siècle. Cela revient à dire que l’opinion publique comme entité conceptuelle et réalité sociologique propre au second XVIIIe siècle ne peut être transposée telle quelle dans les périodes qui la précèdent ou qui la suivent. Il en irait de même pour la politisation étudiée par les dix-neuviémistes. On mesure sans peine la dimension tautologique d’une telle affirmation. Cet argument reviendrait par exemple à définir ce qu’est une reine d’Angleterre à partir du cas de Victoria, puis à jeter ensuite un regard rétrospectif vers les siècles précédents et à affirmer alors « Élisabeth Ière n’était pas reine d’Angleterre » car la réalité politique, sociologique et idéologique de son pouvoir est très différente de celles de la reine Victoria. À suivre ce raisonnement, une même notion ne pourrait donc être appliquée dans deux contextes différents.

7Cela pose le problème des invariants historiques qu’il importe de contextualiser. N’est-il pas trop limité et peu ambitieux, voire malhonnête, de se cantonner aux réalités d’un moment pour monopoliser un concept ? C’est ce qui nous amènerait à évoquer par exemple l’opinion publique pour le XVIIIe siècle, l’opinion commune pour le XVIe siècle, la communis opinio pour le XVe siècle, l’opinion médiatique pour le XXIe siècle, etc. Plutôt que de procéder à l’éclatement des concepts dans un souci louable de la nuance, ne serait-il pas plus ambitieux et cela ne ferait-il pas davantage sens, d’essayer de penser les phénomènes dans leur globalité diachronique en tentant de distinguer d’une part, les constantes structurelles et d’autre part, les spécificités propres aux différents moments ? C’est ainsi qu’on peut parler de démocratie athénienne sous Périclès aussi bien que de démocratie française dans les années 1950 ou de démocratie américaine aux lendemains de la Guerre de Sécession, sans que cela prête à confusion, alors que tout le monde sera d’accord pour reconnaître qu’il y a des différences de fond entre ces trois régimes.

8Il ne s’agit pas cependant de considérer qu’il n’existe qu’une opinion publique ou qu’une politisation de toute éternité, laquelle, telle une force souterraine, traverserait les siècles et dont l’historien localiserait régulièrement les points de résurgence. Il s’agit de se demander s’il n’y aurait pas une réalité commune à ces différentes sociétés qui trouverait à s’exprimer de telle ou telle manière suivant les lieux et les moments ? Il peut, théoriquement, exister différents types d’opinion publique, différents types de politisation comme il y a plusieurs types de démocraties. Ce sont donc les processus (qui font apparaître une opinion publique, des phénomènes de politisation) que l’historien doit rechercher. Il doit s’efforcer de raisonner en termes d’actualisation.

  • 3 Pour tout ce passage, voir Jean-Claude Passeron, Le raisonnement sociologique. Un espace non poppé (...)

9En effet, ce qui caractérise les sciences humaines en général et l’histoire en particulier, c’est qu’elles ne travaillent pas uniquement à partir de concepts génériques que l’on pourrait également appeler « noms communs » (comme par exemple « population », « densité », « échange »), mais également à partir de « noms propres ». Ces concepts génériques ou « noms communs » peuvent être définis « hors de toute désignation, même implicite, de contexte », tandis que les « noms propres » constituent eux, au contraire, des « désignateurs rigides », précisément situés dans le temps et dans l’espace (« Shogunat » dans l’histoire du Japon, « condottiere » dans l’Italie de la Renaissance, « Frontière » dans l’histoire américaine). Toutefois, la spécificité des sciences humaines est de disposer de très nombreux concepts qui ne sont ni des noms communs, ni des noms propres, et qui relèvent donc d’un statut mixte, c’est-à-dire à la fois de l’un et de l’autre. C’est là une réalité dont la réflexion épistémologique s’est préoccupée depuis longtemps. L’approche de Max Weber par le type idéal renvoie ainsi à cette notion de singularité (le protestantisme, le capitalisme) construite pour les besoins de l’analyse des faits sociaux. Weber s’efforce ainsi, pour analyser la réalité sociologique, de construire un concept à partir de quelques traits jugés déterminants. Dans une perspective et un sens un peu différents, il est important de souligner que l’acteur type ainsi créé ne correspond peut-être à aucun acteur concret, dans sa totalité, mais est un outil indispensable pour l’analyse. On peut même aller plus loin en affirmant que l’élasticité du concept est l’une des caractéristiques essentielles des sciences humaines. Les sciences humaines, et l’histoire en particulier, s’efforcent de parvenir à une ébauche de définition générique. Il est toutefois capital de ne jamais oublier que cette ébauche est ouverte, que le sens n’est jamais clos et qu’il y a toujours du jeu, au sens mécanique, dans le concept ainsi utilisé. C’est ce jeu qui permet d’ajuster le concept à une série de cas singuliers. Et c’est précisément cet ajustement qui permet, par l’analogie, à la fois de faire vivre le concept et de le préciser et en même temps d’illustrer cette réalité qu’il n’est pas clos, que l’on a jamais tout dit ou tout compris. Cela ne justifie d’aucune manière un comparatisme brutal. Le jeu du concept n’est pas infini et ne tolère que des adaptations à l’amplitude limitée. La démarche historique revient en fait à resituer chaque cas singulier au sein d’une série d’autres cas singuliers avec lesquels la comparaison est possible et pertinente, mais l’identification parfaite, toujours impossible3.

  • 4 Michel Offerlé, art. cité, p. 132.

10Réfléchir à l’usage des concepts d’opinion publique ou de politisation pour la période médiévale et la première modernité peut donc être fait, semble-t-il, de deux manières complémentaires. On peut, d’une part, s’interroger sur l’existence d’une opinion et d’un phénomène de politisation à cette période, dont les conflits pourraient constituer une matrice. On peut d’autre part, ce qui est fort différent, analyser dans quelle mesure cette même période, est capable de penser l’opinion ou la politisation. Travailler sur l’émergence du concept d’opinion publique parmi des individus et créditer ces mêmes individus de la conscience que ce qu’ils font est politique, n’est pas la même chose que rechercher les traces d’une opinion publique ou d’un phénomène de politisation (qui ne sont pas pensés comme tels) à une époque donnée. Si l’on envisage les choses sous un angle différent, on peut dire également que travailler sur l’opinion et la politisation pour des périodes anciennes revient à explorer un triple registre. Le registre théorique : quelle définition peut-on donner de l’opinion et de la politisation (si elles existent) pour ces périodes ? Sous quelles formes l’opinion s’exprime-t-elle à l’époque ? Quel « rapport au politique [entretient] l’ensemble des acteurs sociaux4 » ? Le registre statistique ensuite : l’historien doit essayer de mesurer l’ampleur de l’opinion et de la politisation. Le registre politique enfin : dans quelle mesure les institutions politiques des différentes époques sont-elles sensibles à l’approbation populaire ? Dans quelle mesure donc, des manifestations de désapprobation populaire peuvent-elle les influencer ?

Les attendus de l’opinion et de la politisation pour les périodes anciennes ou le rôle des conflits

  • 5 Ibid.
  • 6 Sophie Duchesne et Florence Haegel, « La politisation des discussions, au croisement des logiques (...)
  • 7 Michel Offerlé, art. cité, p. 132.

11L’approche des deux concepts d’opinion et de politisation présente, pour les périodes antérieures à l’époque contemporaine, quelques différences clés. Concernant la politisation d’abord : c’est un processus qui implique l’évolution de la société vers le politique, ou, pour dire les choses différemment, la constitution, au sein d’une société donnée, d’une fraction constituant ce qu’on peut appeler une société politique. L’un des enjeux de la sociohistoire de la politisation réside dans la question de la mobilisation électorale au sein de cette société politique large. Cette question n’a pas lieu d’être, ou alors de manière marginale, pour les périodes médiévales et modernes. Les médiévistes et modernistes sont donc appelés à mettre l’accent sur les mobilisations protestataires qui supposent une forme de dialogue politique, même embryonnaire, renvoyant à une culture politique critique qui peut engendrer une action de protestation lorsqu’un équilibre est rompu (en matière fiscale ou religieuse par exemple)5. C’est là que l’on retrouve la notion de conflit qui peut être défini comme « l’expression publique et la prise de contact entre forces antagonistes6 ». La question qui se pose alors, dans le cadre de notre réflexion, consiste à savoir si ces mobilisations protestataires relèvent du politique et si elles engendrent une opinion et si oui de quel type ? On rappellera d’ailleurs que chez les politistes, « la question […] du caractère politique ou non des répertoires protestataires suscite débats et polémiques7 » : c’est là un point commun que l’on pourra trouver entre historiens du Moyen Âge, modernistes et politistes. Si la notion fait débat chez les politistes, pourquoi s’interdire le débat chez les historiens ?

  • 8 Voir notamment, Patrick Boucheron et Nicolas Offenstadt, L’espace public au Moyen-Âge. Débat autou (...)

12Concernant l’opinion publique, plutôt que de simplement retenir les conclusions d’Habermas, c’est sans doute sa démarche qui doit davantage nous arrêter. Ce qu’il entend montrer, c’est l’apparition de l’espace public à un moment et en des lieux donnés (France, Angleterre, Allemagne). Il insiste par ailleurs sur le fait que le processus qu’il décrit est réversible et que l’espace public peut disparaître. On peut donc dire que dans une perspective habermassienne, l’espace public n’est ni plus ni moins qu’une potentialité du devenir politique, aussi bien que son corollaire, l’opinion publique et donc sans doute que la politisation. De ce point de vue, pourquoi ne pas s’interroger sur l’horizon de cette potentialité au cours de la première modernité ou du Moyen Âge, ou de manière générale à d’autres périodes que le siècle des Lumières8 ?

  • 9 Stéphane Haber, « Quelques mots pour historiciser L’espace public de Habermas », conférence pronon (...)
  • 10 Sandro Landi, Naissance de l’opinion publique dans l’Italie moderne, Rennes, Presses Universitaire (...)

13Enfin, dernier élément, Habermas, dans sa préface de 1990 remet en cause l’idée selon laquelle « l’argumentation couvre le spectre entier des interventions légitimes possibles dans l’espace public. De cette manière, on pourrait commencer à prendre au sérieux le fait que de vraies manifestations publiques puissent emprunter d’autres canaux, ceux de l’image, du symbole ou de l’engagement et de la subversion pratiques […] ; [le problème réside dans le fait que] le modèle normatif de l’implication civique authentique tend trop souvent à s’y résumer à celui de la prise de position argumentée du philosophe éclairé, au sens du XVIIIe siècle9 ». Cela revient à dire que l’histoire de l’opinion publique ne doit pas forcément se cantonner chez les historiens à l’histoire sociale du livre et des pratiques de lecture10. Il ne faut donc pas réduire l’opinion publique à sa réalité discursive et il serait sans doute intéressant de coupler son analyse à un retour à l’événement. Cet événement, ce peut précisément être le conflit, qui donne l’occasion à l’opinion de s’exprimer. Dans quelle mesure donc celui-ci constitue-t-il une clé d’entrée vers la politisation et l’opinion ?

Le conflit comme mode d’entrée dans l’opinion et dans la politisation

  • 11 Pierre Bourdieu, « L’opinion publique n’existe pas », Les temps modernes, 318, janvier 1973, p. 12 (...)

14Le conflit est le moyen d’interroger les deux notions de politisation (dont il est une dimension constituante) et d’opinion (dont il est à la fois une origine et une manifestation). Dans cette perspective, les réflexions de Pierre Bourdieu sont fort utiles. On rappellera qu’en 1973, dans un article au titre provocateur, Pierre Bourdieu avait affirmé : « L’opinion publique n’existe pas11. » Son argumentaire remet en cause l’idée que les sondages d’opinion révèlent l’existence d’une opinion publique. Il est clair que le raisonnement de Pierre Bourdieu s’attachant à démonter la pertinence des sondages d’opinion ne peut pas être décalqué tel quel pour la période qui nous intéresse. Toutefois, un certain nombre des questions qu’il pose peuvent être reprises avec profit, d’autant plus que l’historien qui travaille sur l’opinion publique se retrouve un peu dans la position du sondeur qui interroge les gens pour savoir ce qu’ils pensent.

  • 12 P. Bourdieu, art. cité, p. 226. On signalera qu’en 1949, le professeur de droit et de science poli (...)

15Pierre Bourdieu, pour commencer, s’interroge sur quelques postulats qui ne lui semblent pas évidents. J’en retiendrai trois. Premièrement, une enquête d’opinion suppose que tout le monde peut avoir une opinion. Est-ce absolument certain ? On peut difficilement y croire pour les époques anciennes, à moins de remettre en cause l’idée implicite que l’opinion est forcément, au moins en partie, « éclairée ». Deuxièmement, « dans le simple fait de poser la même question à tout le monde se trouve impliquée l’hypothèse qu’il y a un consensus sur les problèmes, autrement dit qu’il y a un accord sur les questions qui méritent d’être posées ». Troisièmement, Pierre Bourdieu écrit que l’« un des effets les plus pernicieux de l’enquête d’opinion consiste précisément à mettre les gens en demeure de répondre à des questions qu’ils ne se sont pas posées12 ». L’historien est en partie à l’abri du risque qui frappe ceux qui travaillent aujourd’hui sur l’opinion publique ; il est en effet condamné par la nature même de sa discipline à traiter de questions que les gens se sont posées et au sujet desquelles ils ont laissé des traces de leurs actions, de leurs réflexions, même embryonnaires. L’historien est donc largement protégé d’une opinion publique et d’une politisation artificielle grâce aux traces laissées par le conflit qui constitue donc bien une porte d’entrée sur l’opinion publique. Il s’agit à présent de définir les conditions d’existence de la politisation et de l’opinion dans les périodes anciennes.

16Faute de pouvoir proposer de l’opinion publique et de la politisation une définition précise qui puisse satisfaire tout le monde, des sociologues aux politologues, des modernistes aux contemporanéistes, des historiens aux sondeurs, on peut essayer de définir quelques critères proposant de l’opinion publique et de la politisation une définition assez lâche qu’il appartiendrait à chacun d’ajuster et d’affiner en délimitant les enjeux sur lesquels il faut se prononcer. Trois aspects méritent d’être retenus : la question de la valeur seuil ; la place à accorder à la raison et à la compétence ; la nature des relations qui peuvent exister entre conflits, opinion, politisation et pouvoir. Par leur dimension collective, l’opinion publique et la politisation exigent d’être l’émanation d’un groupe conséquent. Quelle est alors la valeur seuil ? À partir de combien d’acteurs impliqués peut-on parler d’une opinion publique et de politisation ? Quelle place accorde-t-on à la raison et à la compétence pour définir une opinion qui soit autre chose qu’une réaction naturelle qui passe par le conflit à l’occasion d’une contrariété (toucher à l’argent des gens, à leur liberté politique, à leurs traditions), mais aussi pour définir une politisation qui exigerait une forme de compétence (celle que l’on trouve à l’époque contemporaine, notamment par le biais de la professionnalisation) ?

17Quoi qu’il en soit, l’un des enjeux d’une étude sur l’opinion et la politisation par le conflit est de voir dans quelle mesure le pouvoir est attentif à cette opinion publique. Tient-il compte de son opposition ? Essaie-t-il de l’orienter dans un sens favorable à ses projets ? Une fois ces trois critères établis, il s’agit de voir dans quelle mesure on peut les utiliser pour des périodes antérieures à l’époque contemporaine.

Notas

1 Michel Offerlé, « Capacités politiques et politisations : faire voter et voter, XIXe-XXe siècles », Genèses, 67, juin 2007, p. 135.

2 Roger Chartier, Les origines culturelles de la Révolution française, Paris, Le Seuil, 2000 [1990], p. 394 (postface de l’édition de 2000).

3 Pour tout ce passage, voir Jean-Claude Passeron, Le raisonnement sociologique. Un espace non poppérien de l’argumentation, Paris, Albin Michel, 2006.

4 Michel Offerlé, art. cité, p. 132.

5 Ibid.

6 Sophie Duchesne et Florence Haegel, « La politisation des discussions, au croisement des logiques de spécialisation et de conflictualisation », Revue française de science politique, vol. 54, no 6, décembre 2004, p. 879.

7 Michel Offerlé, art. cité, p. 132.

8 Voir notamment, Patrick Boucheron et Nicolas Offenstadt, L’espace public au Moyen-Âge. Débat autour de Jürgen Habermas, Paris, PUF, 2011.

9 Stéphane Haber, « Quelques mots pour historiciser L’espace public de Habermas », conférence prononcée le 7 décembre 2004 dans le cadre des journées du LAMOP sur l’espace public au Moyen Âge.

10 Sandro Landi, Naissance de l’opinion publique dans l’Italie moderne, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006, p. 10.

11 Pierre Bourdieu, « L’opinion publique n’existe pas », Les temps modernes, 318, janvier 1973, p. 1292-1309, repris dans Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, 2002 [1984], p. 222-235.

12 P. Bourdieu, art. cité, p. 226. On signalera qu’en 1949, le professeur de droit et de science politique Lindsay Rogers affirme dans The pollsters. Public opinion, politics and democratic leadership (New York, Alfred Knopf, 1949, p. 43) : « Le Dr Gallup réalise nombre de ses sondages avant même qu’il y ait une opinion publique – c’est-à-dire avant que le public ait eu un commencement d’information sur lequel baser une opinion et il pose ses questions à tout le monde, la plupart ne réalisant même pas qu’il y ait un problème dont la décision peut les affecter » (cité par Loïc Blondiaux, « L’opinion publique », communication effectuée le 7 décembre 2004 dans le cadre des journées du LAMOP sur l’espace public au Moyen Âge).

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search