Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un officier français dans la guerre d’Espagne

 | 
Anne-Aurore Inquimbert

Troisième partie. Attaché militaire près l’ambassade de France en Espagne (juillet 1936-mars 1939)

Chapitre 9. L’aviation : arme psychologique ?

Texte intégral

1L’emploi de l’aviation dans la guerre d’Espagne a constitué une réelle nouveauté. Sur un plan matériel, ce sont à partir de 1937 des centaines d’appareils qui s’affrontent dans le ciel espagnol. Sur un plan stratégique, l’aviation est désormais partie prenante de la bataille terrestre. Autant d’éléments constitutifs de la guerre moderne qui ne devaient échapper aux observateurs étrangers et plus particulièrement aux attachés spécialisés. Est-ce la discontinuité du travail des trois attachés de l’air français successifs qui a amené l’attaché militaire à rédiger plusieurs rapports traitant des questions de l’emploi de l’aviation ou encore des répercussions des bombardements aériens sur les troupes au sol ; ou bien est-ce la conséquence d’un intérêt intellectuel marqué pour les nouvelles problématiques tactiques générées par les conséquences psychologiques des bombardements aériens ? Après la bataille de Guadalajara, son approche de l’aviation évolue. Tout d’abord sceptique et conditionné par la doctrine française, le lieutenant-colonel Henri Morel prend vite conscience de la puissance de destruction de l’aviation et notamment de l’aviation de bombardement. Dès lors, il n’hésite pas à faire part des changements doctrinaux qu’implique l’emploi moderne de l’arme aérienne ; car sans remise en question stratégique et ne disposant pas de l’expérience de l’Allemagne, dont les pilotes et le matériel constituent une partie de l’aviation nationaliste, la France court d’énormes risques.

Une première approche conforme à la doctrine de guerre française concluant à l’inefficacité d’une aviation autonome

  • 1 « Sous la tutelle de la Guerre jusqu’en 1928, l’aviation militaire est considérée comme “un œil av (...)

2C’est dans un rapport daté du 4 décembre 1936 que l’attaché militaire s’intéresse pour la première fois à l’emploi de l’aviation dans la guerre civile espagnole. S’il subit alors le siège de Madrid dans des conditions difficiles depuis de longues semaines, cela ne l’empêche pas de douter réellement de la capacité des « rebelles » à prendre la capitale. Aussi, et après avoir dit combien ces derniers manquaient d’intelligence stratégique, Morel conclut son rapport sur des propos généraux relatifs à l’inefficacité de l’aviation en fait directement inspirés de la doctrine de guerre française conçue par un haut commandement issu pour l’essentiel de l’armée de terre1 :

  • 2 SHD/DAT, 7 N 2754, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri More (...)

« La résistance de Madrid, écrasé par les bombardements aériens, montre en tout l’incapacité de l’arme aérienne à obtenir une décision. Les avions bombardiers rebelles à quelques minutes de leurs bases, dans un ciel presque toujours libre, ont pendant trois semaines multiplié leurs destructions, sans atteindre la volonté de l’adversaire parce que cette action qui ne pouvait être que subordonnée et préparatoire, n’a pas été suivie par une action terrestre, humaine, qui seule impose le sentiment de la victoire et de la défaite2. »

3Schématiquement, cette doctrine, héritée de la fin de la Première Guerre mondiale, affirmait la supériorité de la défensive sur l’offensive, privilégiait les principes de la guerre de position et le poids des effectifs engagés. L’infanterie restait donc la « reine des batailles » et l’emploi du matériel lui était systématiquement subordonné ; de sorte qu’il n’était pas concevable d’utiliser chars ou avions de façon autonome sans lier leur action à celle de l’infanterie. Si le caractère empirique de la démonstration de l’attaché militaire est évident – les bombardements des nationalistes sur Madrid n’ont pas obtenu de résultats tangibles – reste que l’on peut s’interroger sur l’intérêt d’énoncer des principes généraux à partir d’un exemple particulier, qu’il se garde d’ailleurs bien d’expliciter. Morel ne détient vraisemblablement aucun renseignement précis sur les « destructions » ayant touché la capitale (quartiers visés, nombre de victimes, etc.), mais cela ne l’empêche pas de s’inscrire dans un conformisme doctrinaire « pratique ». Même si, en un sens, ce conformisme tient plus à une conception de la guerre que l’on peut qualifier de « romantique » voire de « philosophique », dans laquelle le facteur humain tient une place fondamentale, que d’une quelconque volonté de défense des intérêts historiques d’un haut commandement français vainqueur.

  • 3 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri More (...)

4En outre, le désintérêt pour les questions d’ordres techniques de l’ancien élève de l’École normale supérieure apparaît ici de façon manifeste. Il faut attendre la fin du siège de Madrid pour qu’il se décide à informer le ministre de la Guerre et de la Défense nationale sur l’emploi de l’aviation de bombardement en Espagne ; les rapports de l’attaché de l’air étant destinés au seul ministre de l’Air. Sans entrer dans les problèmes décisionnels générés par ce découpage ministériel – que la refonte du ministère de la Guerre en ministère de la Guerre et de la Défense nationale n’a qu’en partie résolus –, il est important de remarquer que le ministre de la Guerre et de la Défense nationale ne dispose que des rapports des seuls attachés militaires comme source de renseignement directe. La responsabilité de ses derniers quant à l’information du ministre en charge de la coordination de la défense du pays est donc fondamentale. La méconnaissance de Morel en matière de matériel aéronautique ou encore de tactique de combats aériens est, dans cette optique, forcément pénalisante et elle l’est plus encore lorsque l’état-major de l’armée de l’air laisse le poste d’attaché de l’air vacant pendant plusieurs semaines au cours de l’année 1937. Pour autant, Morel est parfaitement conscient de l’importance des renseignements qu’il doit livrer sur « le matériel étranger pour lequel la guerre d’Espagne a constitué un véritable laboratoire d’essai3 ».

  • 4 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militai (...)
  • 5 SHD/DAT, idem.

5Au cours de la bataille de Brunete, en juillet 1937, le bilan qu’il tire des combats aériens est une nouvelle fois marqué par la doctrine française. S’ils ont lancé une offensive aérienne visant à détourner les nationalistes de Madrid, les gouvernementaux « n’ont pas su exploiter la brèche ouverte dès le premier jour dans la résistance ennemie ni profiter de l’attaque elle-même ». Car, in fine, cette aviation qui s’est « prodiguée sans compter […] n’a pas été suivie par des forces terrestres, molles et sans âme4 ». Le manque de nuance de ses propos est à souligner, puisqu’il tend à limiter l’échec de l’offensive républicaine à l’incapacité de l’arme aérienne à obtenir un résultat décisif et ceci sans apparemment disposer d’informations sur les circonstances précises de l’action des deux aviations ainsi que sur le nombre et la qualité des appareils alignés. Ces informations lui sont-elles inconnues ou bien se refuse-t-il à les exploiter faute de connaissances techniques ? Il livre explicitement la réponse : « L’attaché de l’air pourra, dès son retour, avec une compétence qui me manque, tirer du peu de renseignements que j’ai, de ceux qu’il recueillera, des indications plus précieuses ; que celles données ci-dessus5. »

  • 6 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militai (...)
  • 7 SHD/DAT, idem.
  • 8 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militai (...)

6Si l’année 1937 est marquée par l’échec de l’offensive républicaine à Brunete, elle l’est aussi par la défaite nationaliste à la bataille de Guadalajara. Aussi dans les pages qu’il consacre à la déroute des troupes italiennes engagées aux côtés des nationalistes, l’attaché militaire ne peut pas faire abstraction du rôle joué par l’aviation républicaine dans « la démoralisation de cette forte garnison [italienne]6 » et, une fois n’est pas coutume, il dispose d’informations à la fois tactiques et techniques : « Au début de l’après midi, une quinzaine d’avions attaquent à la bombe et à la mitrailleuse : 360 bombes sont jetées et 12 000 cartouches tirées sur l’espace réduit du village. Peu après l’attaque est répétée avec plus d’intensité par une autre escadrille protégée par 45 avions de chasse, qui leur mission de protection terminée, vident leurs magasins sur les troupes au sol7. » Sa méthode de réflexion empirique l’amènerait-elle à revenir sur des analyses que l’on aurait pu croire figées ? À la fin de l’année 1937, il rédige des « Leçons tactiques de la guerre d’Espagne8 » dans lesquelles l’aviation tient une place importante. Exempt de toutes considérations politiques, ce document de 10 pages met en exergue les succès obtenus par l’offensive et le rôle de l’aviation de bombardement dans ces succès :

  • 9 SHD/DAT, ibid., p. 9.

« Cette aviation intimement liée à la bataille, non seulement prolongeant l’action de l’artillerie, mais la renforçant ou la remplaçant permettant l’attaque continue de positions successives que ne protège plus un espacement conçu en fonction des déplacements d’artillerie, n’exigeant pour ses tirs ni réglage ni concentration préalable de matériel qui décèle son point d’application, se vidant de projectiles et allant se recharger en quelques minutes, c’est à mon avis, le fait capital de cette phase de la guerre. À ce nouveau procédé d’attaque, nous n’avons pas encore vu la parade : impuissance quasi certaine de la DCA, insuffisance certaine de la fortification de campagne sous sa forme élémentaire. Le seul remède actuellement, c’est l’intervention de l’aviation adverse9. »

  • 10 SHD/DAT, ibid., p. 10.
  • 11 Henri Morel, « Éloge du dogmatisme… », p. 390.

7Quel chemin parcouru depuis son analyse, pourtant si catégorique, de décembre 1936 ! L’aviation motive désormais la rédaction d’un rapport presque complet. Dans la bataille, au plan offensif, elle relègue l’artillerie ; au plan défensif, elle annihile les espoirs placés dans la fortification et la DCA seule ne peut l’arrêter. L’attaché militaire a bien compris que, telle qu’employée dans la guerre d’Espagne, l’aviation est une arme redoutable et ce surtout car elle exige une symétrie : seuls des avions sont en mesure de contrer des avions. Les actions menées depuis le sol ne peuvent que « rendre l’action aérienne moins efficace » mais en aucun cas la réduire à néant. Il faut donc impérativement organiser la défensive en fonction « des forces et des faiblesses de l’action aérienne » et « c’est pour elle une nouvelle adaptation en perspective10 ». Doit-on s’étonner de ce brusque revirement ? Fin 1936, alors focalisé sur les questions d’ordre politique, Morel expédie en un paragraphe une analyse sans nuance sur l’aviation. Fin 1937, alors que le nombre d’avions de guerre présents en Espagne s’est considérablement accru et que pour la première fois un bombardement aérien, dénué de tout objectif militaire, a détruit une ville entière au prétexte de la guerre psychologique, il lui était difficile de s’en tenir à une antienne tirée de la doctrine française relative à l’aviation. On se souvient, en outre, de la remise en question doctrinale qu’il appelait de ses vœux treize ans auparavant dans son article subtilement intitulé « Éloge du dogmatisme militaire » : « […] la pensée militaire d’en haut doit rester libre pour s’adapter à l’expérience afin de la contrôler11. »

Réflexions sur les effets psychologiques des bombardements aériens

8Ce changement de perception quant au rôle de l’aviation dans la bataille terrestre a en partie été motivé par une expérience douloureuse : celle d’un bombardement aérien. À l’hiver 1936, à la fin du siège de Madrid, deux bombes de gros calibre tombent à moins de 200 mètres de l’ambassade de France. Si l’attaché militaire n’est pas blessé, il en sort réellement commotionné et met plusieurs jours à s’en remettre. Pour autant, sur le coup, aucune allusion à ce traumatisme psychique ne figure dans sa correspondance ; tout juste mentionne-t-il le bombardement. Mais au cours des mois suivants, Morel recueille des témoignages de combattants républicains ou encore de miliciens français victimes de bombardements aériens et qui, sans avoir été blessés, ont eux aussi éprouvé pareil traumatisme. À la fois rassuré sur lui-même et conforté dans son approche scientifique, Morel livre ses propres impressions au cœur ses « Leçons tactiques de la guerre d’Espagne » :

  • 12 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel (...)

« Mon expérience personnelle, très limitée, me permet toutefois de me rendre compte de l’effet produit. J’ai assisté d’assez près à Madrid à la chute de deux bombes de gros calibres, l’une de 100 à 150 kg à 75 mètres environ, l’autre de 250 kg à au moins 150 mètres. Je n’ai entendu le passage d’aucun éclat, je n’ai que ressenti le souffle de la déflagration, je dois dire que l’impression nerveuse a été beaucoup plus forte que celle ressenti au cours des bombardements d’artillerie de la guerre.
Malgré l’éloignement relatif des points de chute, j’ai mis plusieurs heures à me remettre du choc nerveux ressenti et, pendant plusieurs jours, la vue d’un avion volant au-dessus de moi déterminait un commencement de panique que j’avais peine à maîtriser. Tous les témoignages que j’ai recueillis confirment cette expérience réduite12. »

  • 13 « Orgueil de l’infanterie », « Esprit de finesse et commandement » et « La guerre sur le plan de l (...)
  • 14 Henri Morel, « La guerre sur le plan de l’esprit », Revue d’infanterie, octobre 1930, p. 451.

9Dès lors, si l’attaché militaire se dégage des questions d’ordre technique et tactique liées à l’emploi de l’aviation, c’est pour mieux aborder un thème qui lui est cher : celui de la psychologie de guerre. Comme une résurgence de sa première année d’étude à l’ENS, Morel s’affiche ici en disciple de Georges Dumas. Sa qualité de témoin direct lui permet d’élaborer une réflexion expérimentale sur les conséquences psychologiques des bombardements aériens et des hypothèses sur les mesures qu’il conviendra de mettre en œuvre pour parer à ces effets dévastateurs. Un terrain sur lequel il excelle. Souvenons-nous de ses Essais de psychologie tactique pour servir d’introduction à la tactique réaliste, rédigés en 1923, ou encore de cette trilogie d’articles13 destinée à replacer la psychologie expérimentale au cœur du fait guerrier et dans l’un desquels, il n’hésitait pas à affirmer qu’une bataille se gagne avant tout par le « retentissement psychique des moyens employés14 ».

  • 15 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri More (...)
  • 16 SHD/DAT, ibid., p. 7
  • 17 SHD/DAT, idem.
  • 18 SHD/DAT, ibid., p. 8.
  • 19 Il est effectivement consultable dans les archives de l’armée de l’air au Service historique de la (...)
  • 20 « Pourtant, les rapports sur les enseignements à tirer de la Guerre d’Espagne notamment ceux envoy (...)

10Au-delà des pertes humaines et des destructions matérielles, il convient de ne pas négliger les effets psychologiques que le bombardement aérien massif génère sur une troupe au sol15. Pour lui, cet emploi de l’explosif constitue la « véritable nouveauté16 » de la guerre d’Espagne. Il est donc urgent d’en tenir compte, car le bombardement aérien – allemand – soumettra le soldat français « à une épreuve d’une intensité inouïe17 » dès le début de la guerre. Le seul moyen de préserver l’infanterie est donc « une action aérienne contre l’action aérienne de l’assaillant », faute de quoi « laissée à elle-même la résistance terrestre risque de s’effondrer18 ». Ce rapport, parvenu à l’EMA le 1er décembre 1937 puis transmis à l’état-major de l’armée de l’air19, n’est pourtant suivi d’aucun effet particulier comme le souligne l’historien Lucien Robineau qui, dans le cadre d’un colloque organisé en 1986 à Madrid par la Casa de Velazquez, en arrive à comparer ces lignes écrites en 1937 par Henri Morel à celles qu’écrira en 1940 Marc Bloch dans L’étrange défaite20.

  • 21 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri More (...)
  • 22 SHD/DAT, idem.
  • 23 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militai (...)

11Si, à partir de 1938, l’attaché militaire prend fait et cause pour la République espagnole au nom de l’intérêt national, cette attitude découle aussi d’une prise de conscience des dangers présentés par l’aviation de bombardement allemande. En somme, il estime qu’en amenant les républicains à la victoire la France disposerait non seulement d’un allié supplémentaire à sa frontière mais elle pourrait, en outre, gagner du temps et rattraper tout ou partie du retard accumulé sur les plans matériel et doctrinal21. Tel est, en effet, l’état d’esprit qui l’habite lorsque, un mois après avoir fait son exposé au président du Conseil – dans lequel, faut-il le rappeler, il affirmait que la supériorité des nationalistes tenait pour l’essentiel à leur aviation – et lui avoir soufflé à huis clos qu’il fallait faire la guerre aux côtés des républicains, il décide de rédiger un rapport de vingt-et-une pages entièrement consacré à « l’aviation dans la bataille terrestre22 ». Cette initiative peut paraître surprenante car, contrairement à octobre 1937, un attaché de l’air œuvre à nouveau à ses côtés ; même si, en traitant des méthodes et du rôle de l’aviation dans la bataille terrestre, Morel occupe en quelque sorte un domaine « périphérique » au sien. La raison de son rapport est évidente : « L’aviation est actuellement la panacée. Les nationalistes, qui jouissent dans ce domaine d’une supériorité écrasante, lui doivent tous leurs récents succès : reprise de Teruel, percées du Front républicain et poursuites sur les deux rives de l’Ebre, poussée en direction de la côte23. »

12La principale caractéristique de cette étude réside dans sa mise en parallèle de deux « expériences » de guerre. En comparant les « effets psychologiques » des bombardements aériens tels qu’ils se présentent dans la guerre d’Espagne aux « effets psychologiques » des bombardements d’artillerie vécus au cours de la Première Guerre mondiale, Morel comble un vide tactique et théorique.

  • 24 SHD/DAT, idem.

« Dans la mesure du possible, il faut éliminer au début d’une guerre non seulement la surprise matérielle mais surtout les effets psychologiques de cette surprise. Nos adversaires éventuels accumulent une expérience dont, en cas de conflit, nous serions dépourvus. Au cours de la guerre 1914-1918, la puissance des armes a cru progressivement et l’homme a peu à peu habitué ses nerfs à des sensations de plus en plus violentes. Cette accoutumance lui a permis de supporter les affreux paroxysmes de 1916 avec une émotion qui n’était pas beaucoup plus vive que celles qu’éveillaient chez le soldat sans expérience du début de la guerre les armes très meurtrières mais peu impressionnantes de 1914. L’aviation par contre permettra d’atteindre dès le début d’une guerre un paroxysme. Il suffit de se rappeler les défaillances nerveuses qu’ont entraîné dans les premiers jours de la guerre les gros mortiers allemands dans les garnisons des fortifications belges et françaises pour mesurer l’effet qu’il y a lieu de craindre sur des troupes non aguerries de la part d’une aviation qui entre dès le premier jour avec la totalité de ses moyens dans la bataille24. »

  • 25 SHD/DAT, idem.
  • 26 SHD/DAT, idem.
  • 27 SHD/DAT, 7 N 2758, EMA/2 Espagne, notes de la SAE concernant la guerre d’Espagne et ses enseigneme (...)

13Le degré d’anéantissement moral d’une troupe soumise à un bombardement massif ne fait donc aucun doute. Un péril auquel il faut ajouter la réduction de zones de sûreté car de par son champ d’action, l’aviation peut frapper vite, fort et loin : « À 200, 250 km en arrière du front, les localités ne représentent plus une possibilité de repos assuré. C’est la zone des gros bombardements : c’est Tortosa détruite, Castellon, Tarragone dévastées25. » Et l’attaché militaire de conclure : « Ce que l’on peut dire en tous cas, c’est que l’aviation dans la bataille terrestre pose des problèmes tactiques nombreux et ouvre un champ immense aux études26. » En dépit de nombreuses lacunes d’ordre technique, Morel parvient à mettre en lumière les principales conséquences de l’emploi moderne de l’aviation dans les combats terrestres. Autant d’éléments d’information qui ne pouvaient qu’être pris en compte par un haut commandement français alors à la recherche d’une doctrine d’emploi qui satisfasse tant l’EMA que l’EMAA. Or, dans ce document, l’attaché militaire semble ménager « la chèvre et le chou » : le rôle de l’aviation dans les combats terrestres implique la liaison avec l’infanterie mais l’ampleur de la zone d’action qu’elle est en mesure de couvrir sous-tend son autonomie. Est-ce pour cette raison que, dans les jours qui suivent, Morel reçoit les félicitations d’Édouard Daladier27 ?

  • 28 Madeline Astorkia, « L’aviation et la guerre d’Espagne… », p. 338.
  • 29 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri More (...)
  • 30 « Et d’ailleurs le matériel a-t-il gagné la guerre, comme on le croit de l’autre côté de l’eau ? N (...)

14Selon l’historienne Madeline Astorkia, cette problématique de la coopération aéroterrestre, et donc du principe de la soumission ou non de l’arme aérienne, a empêché l’EMAA « de saisir toute la portée des expériences allemandes effectuées dans ce domaine sur le théâtre d’opérations espagnol28 ». Mais l’attaché militaire n’a-t-il pas lui aussi sa part de responsabilité ? Les dernières lignes de son rapport tendent à nuancer des propos qui jusque-là avaient révélé une excellente appréhension de la modernité des moyens de combat aériens : « Il va sans dire qu’à l’action aérienne il y a un remède aérien, que l’aviation nationaliste ne fait ce qu’elle veut à terre qu’à cause de son énorme supériorité générale sur l’aviation républicaine. Mais je crois salutaire de n’attendre pas son salut du ciel. Il faut que les troupes à terre apprennent à parer seules le coup. Le danger de cette panacée aérienne, c’est que les troupes espagnoles attendent l’action de l’aviation comme elles attendaient jadis saint Jacques de Compostelle. On peut se sauver des démons sans l’aide des anges. Les anges viendront, s’ils viennent, par surcroît. » Un paradoxe supplémentaire alors qu’il perçoit et comprend parfaitement les enjeux industriels qu’impliquent le matériel employé en Espagne, Morel s’ingénie toujours à refuser la guerre alimentée par l’industrie. En décrivant puis, in fine, en dénigrant « cette panacée aérienne29 », on pense volontiers à Georges Bernanos qui, en 1946, se demande si l’arme nucléaire ne compromet pas définitivement toute forme de paix : « Car le matériel a gagné la guerre, mais la toute puissance du matériel ne résoudra pas le problème de la paix30. »

  • 31 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri More (...)
  • 32 Claude Bowers, Ma mission en Espagne…, p. 373.
  • 33 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Quir-Montf (...)

15Est-ce la volonté de terroriser la population de Barcelone qui a conduit les nationalistes à bombarder la ville de Granollers, située à quelques kilomètres au nord de la capitale de la Catalogne, au début juin 1938 ? S’il n’a jamais fait la moindre allusion au bombardement de Guernica par l’aviation allemande, l’attaché militaire français rend compte, cette fois-ci, de sa visite des décombres de Granollers et de sa destruction militairement injustifiée. Destruction qui, comme il le précise, a fait 520 victimes31. Cependant, il ne tire aucune conclusion explicite sur les raisons qui auraient pu justifier ce bombardement. Pour l’ambassadeur américain, Claude Bowers, les aviateurs italiens s’étaient fait une spécialité de bombarder la population civile, « marquant leur préférence pour de petits villages de la côte, dépourvus d’intérêt militaire ». Granollers s’ajoutait donc à une liste déjà longue qui, toujours selon l’ambassadeur américain, ne provoquait pas la moindre réaction « des pays se réclamant de la civilisation chrétienne32 ». Ce dernier, à l’instar de Morel, ne mentionne pas l’éventualité de manœuvres entrant dans le cadre d’une guerre psychologique. En revanche, pour le lieutenant-colonel Quir-Montfollet, attaché de l’air, il ne fait aucun doute qu’en bombardant les villes catalanes et notamment Barcelone, les nationalistes recherchent avant tout « un effet moral capable de contraindre le gouvernement républicain […] à abandonner la lutte33 ».

  • 34 SHD/DAT, 7 N 2756, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri More (...)
  • 35 SHD/DAT, idem.

16En 1938, l’emploi de l’aviation de bombardement dans la guerre d’Espagne présente l’ensemble des caractéristiques de son usage futur : intervention offensive dans la bataille terrestre (bombardement des troupes au sol), destructions liées à la guerre économique (bombardement d’usines d’armement et de centres industriels) ou encore liées à la guerre psychologique (bombardement des villes, de la population civile). Même si le lieutenant-colonel Morel ne retient qu’un aspect de cette utilisation, en l’occurrence celle de l’intervention dans les combats terrestres, il le fait avec une réelle insistance. Dans les « notes tactiques » qu’il consacre à la bataille du Levant en août 1938, il revient sur ce qu’il estime être « la seule expérience tactique vraiment neuve dans la guerre d’Espagne […] l’utilisation de l’aviation comme moyen offensif34 » et n’hésite pas à citer les rapports dans lesquels il a déjà abordé la question de l’action massive de l’aviation dans le cadre d’une bataille de rupture (les républicains à Brunete), d’une contre-attaque ou encore d’une poursuite démoralisante (les nationalistes dans le Nord, à Teruel ou sur l’Ebre). En procédant à ces rappels, l’attaché militaire cherche vraisemblablement à mettre en garde ses lecteurs afin que ces derniers ne puissent lui imputer des observations défaillantes. De nouveau, il répète : « À ce moment (fin avril) l’aviation, arme offensive, légère, souple, puissante, instantanée, douée semble-t-il d’ubiquité, est la panacée35. »

  • 36 SHD/DAT, 7 N 2756, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri More (...)

17On se souvient que Morel avait fait allusion de manière directe aux insuffisances françaises en matière de production aéronautique dans le compte rendu faisant suite à son exposé à l’hôtel Matignon. Quelques mois plus tard, ce sont les lacunes françaises sur le plan doctrinal qui sont visées. Frappé par le dénuement matériel de l’armée républicaine et par l’état d’urgence peu propice à la réflexion dans lequel fonctionne son état-major, Morel semble établir un parallèle implicite entre elle et l’armée française36. Si, au début d’un conflit l’opposant à l’Allemagne, la France dispose d’une aviation matériellement plus faible et que sa doctrine aérienne est en plus inadaptée, par manque de réflexion et d’expérience, ce dernier tournera en toute logique en sa défaveur. Par conséquent, à défaut d’expérience et en dépit de cette infériorité matérielle, l’armée française doit bâtir une doctrine « réaliste » en tenant compte des expérimentations aériennes de la guerre d’Espagne. Faute de quoi, elle pourrait elle aussi connaître « la sanction sanglante des fautes » et « la conséquence tragique des surprises » :

  • 37 SHD/DAT, idem.

« Cette dimension nouvelle [la dimension verticale de l’aviation], tout le monde la connaît abstraitement ; nos règlements la prévoient. Ce que l’expérience espagnole, la dure, la poignante expérience des troupes gouvernementales, la Passion de cette armée déshéritée apportent de nouveau, c’est une notion concrète, vivante de ce danger. Elle couvre de chair et de sang une vue de l’esprit : sur la grisaille des règlements, elle met des taches rouges. Elle évoque la sanction sanglante des fautes, la conséquence tragique des surprises. Ces surprises, seule une méditation acharnée, vivifiée par l’imagination peut les épargner à ceux qui n’ont pas subi l’expérience37. »

  • 38 Camille Rougeron, Les enseignements aériens de la guerre d’Espagne, Paris, Berger-Levrault, 1939, (...)
  • 39 SHD/DAT, 7 N 2756, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri More (...)

18Le caractère prémonitoire de ces propos n’est en un sens guère étonnant. Dans l’immédiat après-guerre, Morel dénonçait l’aspect figé, systématique de la pensée militaire française et appelait de ses vœux la création d’une doctrine de guerre qui ne serait qu’une convention commode, susceptible d’être remise en cause en fonction de la nature du conflit, des évolutions techniques ou encore de l’expérience acquise. C’est probablement parce que l’utilisation de l’aviation dans la guerre d’Espagne devait générer cette remise en cause que l’ancien normalien s’est autant intéressé à elle et c’est encore par intérêt intellectuel qu’il a étudié les répercussions psychologiques des bombardements aériens. Dans son ouvrage Les enseignements aériens de la guerre d’Espagne paru en 1939, le pilote et théoricien Camille Rougeron parvient à une conclusion au fond assez proche de la sienne : « L’avion appelle l’avion. La seule limite pratique au développement de l’aviation est la vitesse de compréhension du bouleversement intégral qu’elle apporte aux données et aux solutions de tous les problèmes militaires38. » L’attaché militaire a bien proposé une approche de la « question aérienne » singulière et concrète qui aurait dû nourrir la réflexion du haut commandement français. Dans la marge de l’un de ses rapports daté de novembre 1938, où Morel précise que l’attaque nationaliste sur l’Ebre a été menée par l’aviation et l’artillerie (italiennes), Édouard Daladier, semble-t-il dépité, a griffonné : « Quand aurons-nous réalisé la nécessité de ces transformations39 ? »

Notes

1 « Sous la tutelle de la Guerre jusqu’en 1928, l’aviation militaire est considérée comme “un œil avant d’être une arme”, autrement dit, elle remplit essentiellement une fonction d’observation au service du commandement. Cette conception permet aux états-majors de l’armée de terre et de la marine de garder des unités aériennes au service de leur arme, ainsi que les crédits ad hoc. » Sabine Jansen, Pierre Cot, un antifasciste radical, Paris, Fayard, 2002, p. 165.

2 SHD/DAT, 7 N 2754, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre. « Situation militaire le 4 décembre », Valence, le 4 décembre 1936, p. 3.

3 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre. « Entretien avec M. Fernandez Bolaños, sous-secrétaire d’État à la guerre », Valence, le 3 juin 1937.

4 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre. « Brunete. La bataille vue du côté gouvernemental », Valence, le 15 juillet 1937.

5 SHD/DAT, idem.

6 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre. « Envoi d’une note sur la bataille pour Guadalajara », Valence, le 22 mars 1937.

7 SHD/DAT, idem.

8 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre. « Leçons tactiques de la guerre d’Espagne », Valence, le 22 octobre 1937, 10 pages.

9 SHD/DAT, ibid., p. 9.

10 SHD/DAT, ibid., p. 10.

11 Henri Morel, « Éloge du dogmatisme… », p. 390.

12 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre. « Leçons tactiques de la guerre d’Espagne », Valence, le 22 octobre 1937, p. 6.

13 « Orgueil de l’infanterie », « Esprit de finesse et commandement » et « La guerre sur le plan de l’esprit », Revue d’infanterie, juin, juillet et octobre 1930.

14 Henri Morel, « La guerre sur le plan de l’esprit », Revue d’infanterie, octobre 1930, p. 451.

15 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre. « Leçons tactiques de la guerre d’Espagne », Valence, le 22 octobre 1937, p. 6.

16 SHD/DAT, ibid., p. 7

17 SHD/DAT, idem.

18 SHD/DAT, ibid., p. 8.

19 Il est effectivement consultable dans les archives de l’armée de l’air au Service historique de la Défense sous la cote : EMAA, 2 B 078.

20 « Pourtant, les rapports sur les enseignements à tirer de la Guerre d’Espagne notamment ceux envoyés au ministre de la Défense nationale et de la Guerre par le lieutenant-colonel Morel […], dont l’état-major de l’armée de l’air avait connaissance, étaient particulièrement riches en informations. Ces rapports avaient montré, d’abord, l’extrême vulnérabilité à la DCA et à la chasse des multiplaces de combats français ; ils avaient montré, sur des exemples pris dans les deux camps, que l’assaut en appui d’une offensive commençait par l’attaque des moyens anti-aériens – auxquels les avions d’assaut étaient très sensibles – et exigeait la liaison radio avec les troupes appuyées ; ils avaient décrit de façon précise et détaillée les effets du bombardement aérien sur l’infanterie […]. Ces rapports n’avaient été suivis d’aucun effet pratique et, en lisant les lignes qui précèdent [extraites des « Leçons tactique de la guerre d’Espagne »], on croirait lire une page écrite, 3 ans plus tard, par Marc Bloch, pour décrire et expliquer “l’étrange défaite” de 1940. » Lucien Robineau, « L’armée de l’air au début et à la fin de la guerre d’Espagne », Annexes aux mélanges de la Casa de Velazquez, Les armées espagnoles et françaises. Modernisation et réforme entre les deux guerres mondiales, colloque organisé à la Casa de Velazquez les 1, 2, et 3 décembre 1986, Madrid, Casa de Velazquez, 1989, p. 104.

21 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « L’aviation dans la bataille terrestre », Barcelone, le 26 avril 1938.

22 SHD/DAT, idem.

23 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « L’aviation dans la bataille terrestre », Barcelone, le 26 avril 1938.

24 SHD/DAT, idem.

25 SHD/DAT, idem.

26 SHD/DAT, idem.

27 SHD/DAT, 7 N 2758, EMA/2 Espagne, notes de la SAE concernant la guerre d’Espagne et ses enseignements (d.3), note à l’attaché militaire d’Espagne, « Félicitations », 10 mai 1938.

28 Madeline Astorkia, « L’aviation et la guerre d’Espagne… », p. 338.

29 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « L’aviation dans la bataille terrestre », Barcelone, le 26 avril 1938.

30 « Et d’ailleurs le matériel a-t-il gagné la guerre, comme on le croit de l’autre côté de l’eau ? Ne l’a-t-il pas perdue, puisqu’il s’est perdu avec elle, et comme résorbé tout entier dans l’engin atomique, dont la puissance est pour ainsi dire illimitée ? La paix est-elle possible dans un monde qui vivra bientôt, qui vit déjà peut-être, sous la menace constante d’une destruction instantanée, d’une guerre éclair totale, au sens exact du mot ? » Georges Bernanos, Français, si vous saviez…, Paris, Folio, (1948) 1998, p. 131 et 132.

31 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Compte rendu sur le bombardement de Granollers », Barcelone, le 8 juin 1938.

32 Claude Bowers, Ma mission en Espagne…, p. 373.

33 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Quir-Montfollet, attaché de l’air, au ministre de l’Air, « Bombardement de Barcelone », Barcelone, le 7 mai 1938. Il s’agit d’une copie.

34 SHD/DAT, 7 N 2756, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Notes tactiques sur la bataille du Levant », Barcelone, le 22 août 1938.

35 SHD/DAT, idem.

36 SHD/DAT, 7 N 2756, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Envoi d’une note sur la défense antiaérienne des troupes », Barcelone, le 15 novembre 1938.

37 SHD/DAT, idem.

38 Camille Rougeron, Les enseignements aériens de la guerre d’Espagne, Paris, Berger-Levrault, 1939, p. 248. Sur la personnalité étonnante de Camille Rougeron se reporter à l’article de Claude d’Abzac-Epezy : « Camille Rougeron, stratégie de l’aviation et de la guerre totale », Revue historique des armées, n ° 4/1991, p. 117-125.

39 SHD/DAT, 7 N 2756, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Situation militaire mi-novembre », Barcelone, le 16 novembre 1938.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540