Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un officier français dans la guerre d’Espagne

 | 
Anne-Aurore Inquimbert

Troisième partie. Attaché militaire près l’ambassade de France en Espagne (juillet 1936-mars 1939)

Chapitre 8. Au chevet de la République espagnole1 (janvier 1938-mars 1939)

Texte intégral

  • 1 J’emprunte ce titre à la biographie d’Yves Denéchère, Jean Herbette (1878-1960), p. 193.

1À partir de 1938, les rapports que le lieutenant-colonel Henri Morel adresse au ministre de la Défense et de la Guerre sont empreints d’un réel parti pris en faveur de la République espagnole. Ce qui l’amène à opter pour une stratégie de persuasion parfois un peu manichéenne dans laquelle chaque effort offensif de l’état-major républicain est décrit et jugé positivement alors, qu’à l’inverse, chaque victoire nationaliste fait l’objet d’une critique sévère souvent accompagnée d’un argumentaire technique. Morel s’évertue, en effet, à prouver au haut commandement français que la supériorité des nationalistes tient à leur aviation de bombardement composée de matériels et de personnels pour majorité italiens et allemands. En mars 1938, lorsqu’il est convoqué par le président du Conseil, Léon Blum, il précise la menace que cette aviation est susceptible de présenter à terme pour la France. Cependant, cette procédure inhabituelle, jugée anormale par l’EMA, le contraint à opter pour une sorte de double jeu : avec dans un premier temps, un exposé officiel posant les limites d’une intervention française au profit des républicains espagnols fondé, de fait, sur le rôle prédominant de l’aviation et dans un second temps, une phrase restée célèbre mais prononcée secrètement dans le cabinet de Léon Blum, « Monsieur le président du Conseil, je n’ai qu’un mot à vous dire, un roi de France ferait la guerre. » Dans les derniers mois de sa mission, les propos de l’attaché militaire se radicalisent encore ; ce qui ne manque pas de le mettre dans une position de plus en plus difficile vis-à-vis de l’EMA.

« Monsieur le président du Conseil… Un roi de France ferait la guerre2 » (janvier-mars 1938)

Contexte espagnol, contexte français

  • 3 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri More (...)
  • 4 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militai (...)

2L’hiver 1937-1938 est marqué par l’attaque surprise de la ville de Teruel, située entre Aragon et Catalogne, par l’armée républicaine. La garnison nationaliste est contrainte d’abandonner la ville le 8 janvier 1938. Séduit par cette offensive de l’état-major républicain depuis longtemps attendue, l’attaché militaire français conclut alors l’un de ses premiers rapports consacrés à « l’affaire de Teruel » par la phrase suivante : « Mais la possibilité d’une victoire républicaine que je n’ai jamais, quant à moi, exclue, reste très lointaine3. » Puis quelques jours après la perte effective de Teruel par les nationalistes, il précise que « l’enjeu de la partie était un nom » et que les « républicains l’ont gagné », essentiellement car : « L’Armée Républicaine n’est plus une cohue de miliciens ; elle n’est pas la “canaille marxiste”. C’est une armée jeune, “cartilagineuse”, si l’on peut dire, capable de panique et d’effondrement, si elle était laissée à elle-même. Sa force réside encore dans la médiocrité de l’adversaire4. » Force est de constater que cette première phase de la bataille de Teruel vient corroborer ses précédentes observations sur la crédibilité de l’état-major républicain et sur la viabilité des réformes d’organisation entreprises par le gouvernement Negrín. Aussi, il ne peut s’empêcher d’asséner à ses lecteurs un constat devenu évident : l’armée républicaine « n’est plus une cohue de miliciens », elle n’est pas non plus « la “canaille marxiste” » ; mais surtout « sa force réside […] dans la médiocrité de l’adversaire ». Comment ne pas retrouver dans ces affirmations l’universitaire, critique, grand adepte de la remise en cause d’idées trop facilement admises par un haut commandement français convaincu de la médiocrité de l’état-major républicain et de son allégeance à Moscou autant que de l’imminence d’une victoire nationaliste.

  • 5 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militai (...)
  • 6 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militai (...)

3Cette réussite républicaine à Teruel – bien que précaire – va permettre à Morel d’aller plus loin encore dans son affirmation pour le moins explicite de la nécessité du soutien de la République espagnole. Deux comptes rendus d’entretiens vont être l’occasion de rapporter des propos dénués de toute ambiguïté. Suite à une première rencontre avec le général Vicente Rojo, Morel estime devoir rapporter de ses propres paroles : « Je me suis permis d’insister sur l’impression favorable créée en France par les succès de Teruel et de signaler l’opportunité pour le commandement espagnol républicain de faire un geste matérialisant la solidarité militaire, qui, en face du matériel allemand et de la tactique allemande, lie en fait, l’armée républicaine espagnole à l’armée française5. » Puis une dizaine de jours plus tard, après avoir été reçu par le ministre de la Défense Indalecio Prieto, une phrase similaire apparaît dans un nouveau rapport : « [Prieto] tient seulement par ce geste à matérialiser la solidarité qui lie, en face de la menace militaire allemande et italienne, les armées de la France et de la République espagnole6. » Voilà cet attaché militaire qui, parlant au nom de la France, n’hésite pas à souligner les « impressions favorables » ou encore les liens qui unissent les deux armées, républicaine espagnole et française. À la lumière des allusions apparaissant dans ses précédents rapports consacrés à la première phase de la bataille de Teruel, il semble bien que ces propos aient eu deux objectifs : le premier était bien évidemment d’obtenir la confiance du haut commandement républicain espagnol et le second visait plus implicitement le haut commandement français.

  • 7 Guy Hermet, La guerre d’Espagne…, p. 264.

4L’occupation de Teruel par l’armée républicaine est cependant éphémère. Le 17 février, profitant de conditions météorologiques plus favorables (et notamment d’une hausse des températures, qui avaient atteint les - 20°C en janvier), les nationalistes parviennent à monter une contre-attaque telle qu’ils encerclent la ville en quelques jours et capturent plus de 20000 prisonniers7. Pour Morel, qui fait part de ce retournement à Paris sans attendre, il ne fait aucun doute que la victoire nationaliste tient à une seule raison : l’emploi massif de l’aviation de bombardement. S’il s’empresse de souligner le danger que cela présente, il le fait toutefois en mettant l’accent sur le peu de crédit « psychologique » que les nationalistes tireraient d’une victoire obtenue par la seule « supériorité matérielle » :

  • 8 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri More (...)

« Mais du point de vue de la guerre espagnole, je me permets de souligner dès à présent l’extrême gravité de la supériorité aérienne des troupes du général Franco. Hommes contre hommes, les troupes républicaines tiennent. […] Mais elles ne tiennent pas devant les attaques de l’aviation adverse et, l’aviation républicaine comme dans les jours noirs de 1936, cesse à peu près d’exister. Sortant du domaine purement militaire, je me permettrai pour finir deux remarques, profondément liées aux considérations qui précédent : 1) Si les nationalistes devaient leur victoire à cet écrasement brutal par le matériel, on peut penser que les effets psychologiques de cette victoire seraient de peu de durée. Proudhon, parlant du Jugement de Force que constitue la guerre, dit que la sentence n’est pas valable quand le jugement est faussé par un déséquilibre trop grand de forces matérielles extrahumaines. Les nationalistes, bien qu’ayant dans leur camp presque tous les militaires de profession, ne l’ont emporté ni par leur intelligence stratégique ni par leur efficacité manœuvrière. Si au bout de 18 mois de lutte, ils ne devaient leur victoire qu’à une supériorité matérielle écrasante, ils n’en retiraient guère de prestige. Dans un pays où la façon de tuer le taureau compte plus que le fait de le tuer, le matador qui entrerait dans l’arène avec une mitrailleuse aurait peu à compter sur l’adhésion d’un peuple brave et qui croit que la force à ses règles. 2) Le caractère de cette victoire risque d’être d’autant plus éphémère que cette force, qui est en passe de décider de la lutte, est presque totalement étrangère8. »

5La référence à Proudhon ancre sa réflexion sur un plan philosophique un peu désuet : la guerre comme obéissant à des codes et à un système de valeurs hérité du début du XIXe siècle. On se souvient que Morel dénonçait déjà dans les années 1920 l’industrialisation massive de la Première Guerre mondiale ; lorsqu’il ne s’affichait pas en partisan de la « guerre en dentelles ». La métaphore tauromachique vient, quant à elle, corroborer sa démonstration et les sentiments – non dénués de préjugés – qu’il prête aux Espagnols semblent, en fait, être les siens. On note enfin l’allusion implicite à la Légion Condor dans son deuxième point.

6En mars 1938, profitant de leur victoire à Teruel, les nationalistes lancent une nouvelle offensive en Aragon. Cette fois-ci l’armée républicaine se dérobe, mais Morel formule le même constat que lors de la deuxième phase de la bataille de Teruel et souligne une nouvelle fois l’efficacité de l’aviation de bombardement dans la « bataille terrestre » ainsi que la supériorité des « moyens tactiques » des nationalistes.

  • 9 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri More (...)

« Il y a un mois, je me permettais “de signaler l’extrême gravité de la supériorité aérienne des troupes du général Franco, qui avait le moyen d’être tactiquement victorieux chaque fois qu’il voudra, là où il le voudra”. L’affaire d’Aragon n’a pas fini d’épuiser les conséquences de cette situation tactique. […] Pour nous ce qu’il y a d’intéressant dans cette affaire, c’est un succès de plus à compter à l’actif de l’aviation engagée dans la bataille terrestre. […] Mais pour mener une exploration, entraîner une poursuite, rompre par conséquent des résistances isolées et improvisées, l’aviation de bombardement, agissant pour appuyer des troupes terrestres rapides, semble vraiment l’arme idéale. L’artillerie ne suit pas, les chars s’essoufflent : sans chemins, sans ponts, par-delà les destructions qui n’affectent que le sol l’aviation suit9. »

  • 10 Notamment Madeline Astorkia, « L’aviation et la guerre d’Espagne : la cinquième arme face aux exig (...)
  • 11 SHD/DAT, 7 N 2755, lettre manuscrite d’Henri Morel adressée au général Henri Dentz, Barcelone, le (...)

7Ces considérations sur l’aviation de bombardement sont essentielles. Tout d’abord, car elles font de lui un observateur et un analyste des mutations stratégiques et tactiques de la guerre d’Espagne qui, contrairement à ce qui a été retenu par certains historiens10, est loin d’avoir minimiser le rôle de l’aviation et son importance dans un futur conflit mondial. Ensuite car elles déterminent l’argumentation pour laquelle il optera lors de l’exposé qu’il fera à Léon Blum, Édouard Daladier, Joseph Paul-Boncour et Vincent Auriol à l’hôtel Matignon, fin mars. Il est, en outre, intéressant de constater que sur un plan géopolitique l’attaché militaire se risque aussi à quelques analyses pertinentes en ce début 1938. C’est ainsi que l’on découvre ses souhaits quant à la politique d’alliance de la France et la probabilité du déclenchement d’une guerre mondiale en 1940 dans une lettre adressée au général Henri Dentz, successeur des généraux Paul Gérodias et Henri Schweisguth au poste de sous-chef de l’EMA en charge du 2e bureau : « Le rapprochement avec la Russie est en bonne voie. La solidarité avec les EU fait des progrès : pour 1940 au plus tard le bloc EU, Russie, Angleterre, France doit être formé. Jusque-là, patience, longanimité. En 1940, si on ne peut éviter la guerre, on la gagnera à coup sûr11. » Là encore, ces remarques sont importantes car Morel avait jusque-là peu commenté la politique étrangère française, y compris celle se rapportant à l’Espagne. Ce constat est, a fortiori, une nouvelle fois marqué par sa conception de l’intérêt national : sans ce système d’alliance, la France ne pourra gagner la guerre.

  • 12 Charles Serre, Commission d’enquête parlementaire, p. 253.
  • 13 L’œuvre de Léon Blum (Du 6 février 1934 au Front Populaire, Les lois sociales de 1936, La guerre d (...)
  • 14 Sur la politique espagnole des deux gouvernements Blum voir notamment : Pierre Renouvin, « La poli (...)

8À la mi-mars 1938, Léon Blum est amené à constituer un second gouvernement de Front populaire, « j’ai refait un Ministère qui a de très petites nuances près était identique au Gouvernement de Front Populaire de 193612 ». Dans ce gouvernement, Édouard Daladier conserve le ministère de la Guerre et les Affaires étrangères sont confiées à Joseph Paul-Boncour ; Vincent Auriol étant pour sa part chargé de la « coordination des services à la présidence du Conseil ». Le parallèle que fait Blum entre ce second ministère et le premier, celui de juin 1936, lors de sa déposition face à la commission d’enquête parlementaire en 1947, permet de rappeler brièvement qu’il fut à l’origine de la politique de « non-intervention » de la France dans le conflit espagnol à l’été 1936. Or Léon Blum avait, dès septembre 1936, exposé les raisons pour lesquelles il avait opté pour cette politique au cours de son célèbre discours de Luna-Park : « La solution, ce qui permettrait peut-être à la fois d’assurer le salut de l’Espagne et le salut de la paix, c’est la conclusion d’une convention internationale par laquelle toutes les puissances s’engageraient, non pas à la neutralité – il ne s’agit pas de ce mot qui n’a rien à faire en l’espèce – mais à l’abstention, en ce qui concerne les livraisons d’armes, et s’engageraient à interdire l’exportation en Espagne du matériel de guerre13. » À la fin de l’été 1936, le président du Conseil entendait préserver la paix par tous les moyens et la « non-intervention » était l’un de ces moyens14.

  • 15 Organe du temps de paix, le Comité permanent de la défense nationale (CPDN) a été institué par déc (...)
  • 16 Documents diplomatiques français 1936-1939, tome VIII, 17 janvier-20 mars 1938, Paris, Imprimerie (...)
  • 17 SHD/DAT, 2 N 25, (d. 1), Conseil supérieur de la défense nationale, procès-verbal de la séance du (...)

9Mais lorsque Léon Blum revient au pouvoir au printemps 1938, la situation européenne s’est aggravée. Deux événements vont le pousser à réunir le Comité permanent de la défense nationale15. Le premier est l’Anschluss : les troupes allemandes sont entrées en Autriche. Depuis le 12 mars au matin, Vienne est « sous le signe de la croix gammée16 » et la menace qui pèse sur la Tchécoslovaquie est désormais évidente. Quant au second événement, c’est une visite éclair du président du Conseil de la République espagnole, Juan Negrín. Voyant son armée s’étioler face aux coups de boutoir nationalistes en Aragon, ce dernier est venu à Paris, en personne, demander la réouverture de la frontière ainsi qu’un appui militaire à son homologue français. Le Comité permanent de la défense nationale se réunit donc le 15 mars 1938, à l’hôtel Matignon, sous la présidence d’Édouard Daladier. L’ordre du jour est le suivant : quelle aide la France est-elle susceptible d’apporter à la Tchécoslovaquie en cas d’agression allemande et dans quelle mesure peut-elle intervenir en Espagne ? Au total, quinze personnes assistent à cette séance au premier rang desquelles se trouvent Léon Blum ; Joseph Paul-Boncour ; César Campinchi, ministre de la Marine ; Guy La Chambre, ministre de l’Air ; le maréchal Philippe Pétain ; le général Maurice Gamelin, chef d’état-major général de la défense nationale ; le vice-amiral François Darlan, chef d’état-major général de la marine ; le général Joseph Vuillemin, chef d’état-major général de l’armée de l’air ; Alexis Léger, secrétaire général du ministère des Affaires étrangères et le général Louis Colson, chef de l’EMA17. Le résumé de la séance, daté du 16 mars 1938 et rédigé par le secrétaire général du CSDN, se présente comme un douloureux constat d’impuissance :

  • 18 SHD/DAT, ibid., (d. 2), Conseil supérieur de la défense nationale/secrétariat général, résumé de l (...)

« Le comité a émis […] les avis suivants :
1. Aide à la Tchécoslovaquie : La France n’est pas en mesure de venir directement en aide à la Tchécoslovaquie. […]
2. Intervention en Espagne : 1. Une intervention armée de la France en Espagne risquerait de déclencher la guerre générale. Elle nécessiterait donc au moins des mesures de couverture, pour être parés sur les frontières Nord-Est et Sud-Est contre une réaction immédiate de l’Allemagne et de l’Italie. 2. Elle ne pourrait être entreprise que si la Grande-Bretagne se rangeait sûrement à nos côtés et par conséquent elle ne pourrait être envisagée que comme une réaction devant des faits nouveaux importants et non comme une mesure préventive qui serait exorbitante du cadre des accords de non-intervention. 3. Les premiers objectifs immédiatement réalisables pourraient être la réduction du Maroc Espagnol et la destruction de la flotte nationaliste. 4. Tout secours de matériel ne peut être accordé aux gouvernementaux que dans la mesure où il ne risque pas de diminuer l’armement des forces françaises18. »

  • 19 SHD/DAT, ibid., (d. 1), Conseil supérieur de la défense nationale, procès-verbal de la séance du 1 (...)
  • 20 SHD/DAT, ibid., p. 6.
  • 21 SHD/DAT, ibid., p. 9 et 11.
  • 22 Sur l’attitude d’Édouard Daladier se reporter à Élisabeth du Réau, Édouard Daladier (1884-1970), P (...)

10Peut-on pour autant considérer que cette réunion est un échec pour le président du Conseil ? Laissons de côté la question de la Tchécoslovaquie pour se concentrer sur la seule question espagnole. Si l’on étudie le procès-verbal de la séance19 qui détaille chacune des interventions et si l’on s’attache particulièrement à celles du général Maurice Gamelin ainsi qu’à celles d’Édouard Daladier ; on s’aperçoit que Gamelin a estimé que tout type d’opération en Espagne nécessiterait la « mobilisation20 » et que Daladier a supputé à deux reprises qu’une intervention française en Espagne « déclencherait la guerre générale21 ». Ce qui nous amène à cette question fondamentale : la France était-elle prête à mobiliser voire à risquer une « guerre générale » pour assurer une intervention en Espagne aux côtés des gouvernementaux ? La réponse est évidemment non. D’accord avec son chef d’état-major général et son ministre de la Défense nationale et de la Guerre, le président du Conseil reste donc fidèle à sa politique de 193622. Lorsque ce dernier convoque Morel dans les jours qui suivent, il ne s’agit pas pour lui de savoir de quelle manière la France pourrait intervenir dans le conflit espagnol mais plutôt d’être assuré, par un avis technique, que la France ne peut pas intervenir et que, par conséquent, les choix politiques pour lesquels il a optés sont les plus rationnels.

Appelé pour consultation par Léon Blum

  • 23 SHD/DAT, 7 N 2767, EMA/2 Espagne, cabinet militaire du ministre de la Défense nationale et de la G (...)
  • 24 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri More (...)

11L’ordre qui émane, le 18 mars 1938, du cabinet militaire du ministre de la Guerre prend la forme d’une « Note pour l’état-major de l’armée », libellée comme il suit : « Suite à communication téléphonique entre le général chef d’état-major de l’armée et le général chef du cabinet militaire. L’état-major de l’armée voudra bien donner au lieutenant-colonel Morel, attaché militaire de France en Espagne l’ordre de rejoindre Paris immédiatement et de se présenter au Ministre demain 19 mars. Pour le ministre et par son ordre, le général chef de cabinet, signé Decamp23. » Après en avoir référé à Eirik Labonne, l’attaché militaire a sollicité l’autorisation d’un départ imminent auprès du gouvernement espagnol24 ; c’est probablement pour cette raison qu’il n’a pu quitter Barcelone que le soir du 19 mars. Nous ne connaissons la suite que par le compte rendu qu’il a rédigé au terme de la journée du 20 mars et, bien évidemment, par la déposition de Léon Blum à la commission d’enquête parlementaire de 1947.

  • 25 SHD/DAT, EMA/2 Espagne, 7 N 2755, « Compte rendu confidentiel de l’exposé fait par l’attaché milit (...)

12« Arrivé de Barcelone le dimanche 20 mars 1938 à Paris à 8 h 50, j’étais à 9 heures à l’EMA d’où l’officier de service m’a mis en contact avec le général Decamp25. » « L’officier de service de l’EMA » semble avoir été un officier du 2e bureau ; en l’occurrence, le capitaine J. Defrasne qui, des années plus tard, communiquera les remarques qu’il avait alors consignées dans ses notes personnelles :

  • 26 Colonel Defrasne, « À propos d’une mission de liaison », Bulletin des amis de l’ESG, no 82, 2/1979 (...)

« 20 mars. L’offensive pour l’intervention en Espagne, qu’on sent orchestrée par une partie du gouvernement, se développe violemment. Dans Paris, profusion d’affiches et d’images, devant lesquelles stationnent des groupes impressionnés. Les nouvelles les plus fantaisistes s’étalent en larges caractères. Ce matin, dimanche, j’ai été accueillir notre attaché militaire à Barcelone, Morel, convoqué d’urgence par le ministre. Il doit être reçu sans passer par l’état-major de l’armée. Je l’ai accroché à temps pour lui dire quelques mots de l’inopportunité et de l’impossibilité de l’intervention. En tout cas, on se trouve-là devant un procédé parfaitement anormal ; un attaché militaire n’a pas les moyens d’informer directement le ministre sur l’ensemble d’une question ; le 2e Bureau, disposant de toutes ses sources est seul qualifié. Tout se passe comme si on voulait brusquer les choses, en se couvrant derrière un pseudo avis des autorités militaires26. »

13Le cadre est posé. L’EMA n’a semble-t-il guère apprécié cette convocation et les entretiens à huis clos auxquels elle a donné lieu. Au demeurant, si les commentaires de Defrasne restent vrais – le 2e bureau dispose de différentes « sources » d’information (et notamment des renseignements provenant de la SR), l’attaché militaire n’étant que l’une de ces « sources » (même si elle est la plus fiable) – on est en droit de se demander pour quelles raisons le président du Conseil a-t-il souhaité consulter le seul attaché militaire ?

  • 27 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, « Compte rendu confidentiel de l’exposé fait par l’attaché milit (...)
  • 28 SHD/DAT, ibid., p. 2-3.

14Arrivé à l’hôtel de Brienne, Morel est brièvement reçu par le général Jules Decamp, chef de cabinet du ministre, puis par le ministre lui-même : « M. Daladier m’a prié de lui exposer la situation et de lui donner mon avis sur les conditions et la forme d’une intervention efficace. J’ai déféré à son désir. » Après ce premier exposé, les deux hommes rejoignent l’hôtel Matignon, où les attendent Léon Blum, Joseph Paul-Boncour et Vincent Auriol. C’est donc face à un auditoire uniquement « ministériel » qu’Henri Morel réalise son second exposé ; le compte rendu qu’il rédige pour l’EMA étant un condensé de ces deux exposés. Le dernier paragraphe de l’introduction ressemble à un avertissement qui stipule que les différents thèmes abordés au cours de cette matinée l’ont déjà été dans « [s] es notes » et « [s] es lettres27 ». Sa démonstration se découpe en deux parties. Dans la première, intitulée « Situation militaire », il expose la principale raison de la victoire nationaliste en Aragon ainsi que la principale faiblesse de l’armée républicaine : « On peut évaluer de 400 à 500, le chiffre des appareils nationalistes, de 100 à 120 celui des appareils républicains. […] La puissance offensive nationaliste, c’est donc essentiellement son aviation. […] Si les circonstances particulières de la bataille d’Aragon n’existent plus, les causes générales de la défaite républicaine subsistent : c’est-à-dire la supériorité écrasante de l’aviation nationaliste28. » Suit une brève allusion à « la dernière crise gouvernementale » et à Juan Negrín représentant quasi-unique du « parti de la résistance », dans laquelle il précise avec une infinie précaution, qu’il a suivi « dans cet exposé politique la ligne des exposés de M. Labonne ».

  • 29 SHD/DAT, ibid., p. 4.
  • 30 Entre novembre 1937 et février 1939, il semble que 415 appareils étrangers à destination de la Rép (...)
  • 31 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, « Compte rendu confidentiel de l’exposé fait par l’attaché milit (...)

15L’attaché militaire aborde ensuite le vif du sujet. Intitulée « Conditions d’une intervention », la deuxième partie de sa démonstration est fondamentale : « C’est en fonction de l’exposé résumé plus haut que j’ai logiquement répondu aux questions qui m’étaient posées […]. » Que faut-il aux républicains pour retourner la situation ? « 300 avions, en gros, qui leur permettent de désorganiser le procédé d’attaque nationaliste. […] Il faut des avions en masse et tout de suite. » Suite à cette affirmation implacable, le constat semble évident et pourtant il se permet de l’écrire : « Si ce sont des avions en masse et tout de suite qu’il faut fournir, ce n’est pas la France qui peut le faire. » Reste l’Union soviétique, éventualité abordée par l’auditoire : « Témoin passif de leurs discussions, je ne crois pas que la discrétion que leur confiance me commande me permette d’en rendre compte29. » Ainsi, il décide de ne pas informer l’EMA de discussions concernant d’éventuelles dispositions prises par le gouvernement afin de faciliter l’aide aérienne soviétique30. Comment les destinataires du compte rendu ont-ils pu comprendre et interpréter cette phrase sibylline ? Puis, après avoir transmis les demandes de matériel formulées par Prieto, en passant sur l’artillerie qu’il considère comme inutilisable dans la « situation actuelle », Morel est finalement interrogé sur les « risques militaires » d’une victoire nationaliste : « L’effondrement du gouvernement républicain ouvre à notre frontière des Pyrénées une situation sérieuse en liaison avec un conflit généralisé31. » In fine, la simple présence de « l’aviation italienne ou allemande » sur le sol espagnol constitue, pour lui, une plus grande menace pour la France que l’éventualité d’une attaque nationaliste. Et ce même s’il continue à estimer que les Espagnols rejetteront à terme les influences italiennes et allemandes et que Franco se bornera à payer ses dettes au régime nazi.

  • 32 SHD/DAT, ibid., p. 6 et 7.

16Quant à la conclusion, elle est tout aussi instructive. Après avoir rapporté l’attitude de l’auditoire à son égard, « extrême bienveillance », il rédige le paragraphe suivant : « J’ai été d’autant plus à mon aise pour démontrer, du point de vue militaire, la difficulté et le caractère inadéquat d’une intervention française, que je n’ai pas caché l’intérêt avec lequel j’avais suivi l’énorme effort d’organisation militaire du gouvernement républicain et la répugnance que j’éprouvais à voir des forces entièrement étrangères l’emporter en Espagne. Cette attitude dont la sincérité faisait toute l’habilité, a contribué à donner du poids à des avis dont la netteté n’était pas pour déplaire à mes auditeurs de l’Hôtel Matignon32. » Voilà donc cet attaché militaire qui a démontré « le caractère inadéquat d’une intervention française » puisque les républicains ont avant tout besoin d’« avions en masse et tout de suite », avec un crédit évident puisqu’il est lui-même favorable au gouvernement républicain espagnol. Ainsi apparaissent ici, deux des principales raisons qui ont conduit Léon Blum à le rappeler pour consultation. L’attitude d’« extrême bienveillance » de l’auditoire est le corollaire du contenu de l’exposé. Le témoignage du lieutenant-colonel Morel était donc attendu sur un plan technique, que sa qualité d’observateur présent en Espagne depuis le début de la guerre civile ainsi que sa position vis-à-vis du gouvernement républicain ne faisaient qu’accréditer, mais il l’était tout autant sur ses conclusions qui ne pouvaient guère dévier de celles du président du Conseil.

  • 33 Léon Blum fait allusion à cette phrase, vraisemblablement pour la première fois, dans un article d (...)
  • 34 Alain Dewerpe, Espion, p. 252.

17Mais profitant de quelques minutes d’un improbable tête-à-tête dans le cabinet de Léon Blum, Morel ne peut s’empêcher de lui lancer : « Monsieur le Président du Conseil, je n’ai qu’un mot à vous dire, un roi de France ferait la guerre. » Phrase lapidaire et provocante qui, si elle a dû surprendre Léon Blum ne l’a certainement pas choqué33. Le contraste entre cette phrase et le compte rendu – où en toute logique elle n’apparaît pas – s’explique par les contraintes qui pèsent sur tout « analyste des grandes administrations secrètes », comme l’écrit l’historien Alain Dewerpe. « Et contre la prétention à l’indépendance intellectuelle des acteurs et à la rationalité de la méthode qu’ils prétendent mettre en œuvre, il faut convoquer les relations entre l’interprète de l’information secrète et le politique qui en fait usage. Savant mobilisé afin de produire une science politique d’État, l’analyste des grandes administrations secrètes, qui est également un bureaucrate bureaucratiquement engagé et débauché, rémunéré, promu ou sanctionné, se trouve sous la dépendance de son patron et de son chef, lui-même inscrit dans un champ politique contraignant […]34. » Passant sur son aparté avec le président du Conseil, Morel se contente de préciser qu’il a regagné le boulevard Saint-Germain en compagnie d’Édouard Daladier à midi puis, après avoir pris congé de lui, qu’il a rapporté aux généraux Colson et Dentz « les grandes lignes de son intervention ».

  • 35 Colonel Defrasne, « À propos d’une mission de liaison »…, p. 48.
  • 36 « […] la question tchécoslovaque se posait et là, nous ne pouvions rien sans l’aide anglaise. Je m (...)

18Quant à la phrase en elle-même, elle nous ramène aux cours d’Histoire de la politique extérieure de la France qu’il donnait quinze ans auparavant à Saint-Cyr et où il louait la politique extérieure de la Maison de France. Ce que Defrasne ne manque pas de rappeler : « Notons au passage que ma promotion de Saint-Cyr (1922-1924) avait eu Morel comme professeur d’histoire ; il ne dissimulait pas alors son admiration pour la politique extérieure de l’Ancien Régime qu’il exposait avec beaucoup de talent. Et il ne manquait pas de piquant de le voir parfois adopter certaines thèses des républicains espagnols35. » Dans la suite de sa déposition à la commission d’enquête parlementaire, Léon Blum précise qu’il avait fait une « objection » à l’attaché militaire, portant sur la Tchécoslovaquie et sur l’aide britannique, lorsque ce dernier lui avait opposé « Louis XIV36 ».

Éventualité, modalités et risques d’une intervention française

  • 37 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri More (...)
  • 38 Constitué le 13 mars 1938, le second gouvernement Blum « tombe » le 9 avril 1938.

19Le 26 mars 1938 de retour à Barcelone et après avoir été reçu par Indalecio Prieto, Morel écrit : « Mon rôle de technicien militaire s’arrêtait là : il ne m’appartenait ni de lui apporter une réponse, ni même une impression. Aussi bien M. Prieto ne témoigna-t-il nulle curiosité embarrassante. Il me remercia très simplement et me dit “qu’il était personnellement sans illusion sur la probabilité et sur la possibilité d’un appui français adéquat à la situation”37 ». Léon Blum prend, néanmoins, deux mesures en faveur de la République espagnole : la réouverture de la frontière et la reprise des livraisons « clandestines » de matériel. Cependant, en dépit de l’amer constat de Prieto, jamais la France n’a été en ce mois de mars 1938 plus proche d’une intervention en Espagne. Au cours de ce bref ministère38, Léon Blum a pour la première fois posé la question d’une intervention au Comité permanent de la défense nationale, et ce même si sa position devait rester inchangée.

  • 39 SHD/DAT, 7 N 2918, EMA/2 Italie, politique intérieure et extérieure, économie, dossier « négociati (...)

20Une ingérence militaire a pourtant bien été planifiée. Un document intitulé « Note de l’attaché militaire à Barcelone au sujet du théâtre espagnol dans un conflit éventuel39 » et étonnamment retrouvé dans les archives de l’attaché militaire français en poste à Rome vient établir les modalités d’une intervention française auprès de l’armée républicaine espagnole. Dans cette note, hélas non datée mais classée dans un dossier comprenant des documents d’avril 1938, Morel trace les grandes lignes d’une intervention « terrestre » française. Ainsi celle-ci consisterait, selon lui, à un « renforcement de l’artillerie divisionnaire républicaine », à l’envoi d’« une mission militaire française agissant avec discrétion sur l’État-major central » afin de « régler la conduite des opérations » et enfin à l’envoi de « puissants détachement mécanisés […] indispensables pour rompre le front nationaliste ». À en croire sa conclusion, la réussite de cette opération ne manquerait pas d’être assurée :

  • 40 SHD/DAT, idem.

« Le front Nationaliste paraît présenter des symptômes de fragilité au moins morale : l’arrière aussi. Une diversion menée dans les zones vulnérables de la zone cantabrique, une action dirigée contre le Maroc espagnol doivent normalement aboutir à une désagrégation rapide de la résistance nationaliste. Une exploitation et un nettoyage de l’ensemble de la péninsule sont des affaires politico-militaires qui peuvent être considérées comme réalisables d’ici la fin de l’année. Nos chances seraient naturellement grandement augmentées du point de vue psychologique par une collaboration britannique même minime sous la forme d’un détachement mécanisé par exemple40. »

  • 41 SHD/DAT, 7 N 2918, EMA/2 Italie, ambassade de France en Italie, le général Henri Parisot, attaché (...)

21Les spéculations concernant l’éventualité d’une ingérence française vont alors bon train. Entre la fin du mois de mars et le mois d’avril 1938, l’Italie et l’Allemagne s’appliquent à faire savoir – via leurs réseaux diplomatiques – que toute intervention française en Espagne ne manquerait pas de déclencher une guerre européenne. À Rome, à Berlin ou encore à Berne, les ambassades de France subissent de nombreuses pressions. Citons, entre autres, deux extraits de rapports en provenance d’Italie et de Suisse. Le 30 mars, le général Henri Parisot, attaché militaire à Rome, prévient que : « L’attitude de l’Italie envers la France est réglée avant tout sur les dispositions qu’elle prête à notre gouvernement dans la question d’Espagne. Notamment, la soi-disant intervention française en Catalogne constitue un véritable point névralgique, et fait l’objet de nombreux commentaires41. » Il rappelle, en outre, que la Grande-Bretagne et l’Italie sont sur le point de signer des accords et que la France risque de se trouver totalement isolée. Le 5 avril, Charles Alphand, ambassadeur de France en Suisse, rapporte les propos tenus par l’attaché militaire allemand en poste à Paris au conseiller de la légation de Suisse ainsi que les inquiétudes que ces propos ont générées dans les rangs du gouvernement helvète :

  • 42 SHD/DAT, 7 N 2915, EMA/2 Italie, [d.2] correspondance diplomatique, bordereau d’envoi du ministère (...)

« M. de Torrente, conseiller de la légation de Suisse à Paris, étant lieutenant-colonel de milices, a dû, pour la deuxième fois en 6 semaines, rentrer dans son pays pour y accomplir certaines périodes. Il a rencontré à cette occasion notre attaché militaire à qui il n’a pas manqué de faire part d’une conversation qu’il avait eue la veille avec le général von Kühlental et au cours de laquelle l’attaché militaire allemand à Paris lui aurait déclaré savoir de source sûre que le gouvernement français aurait envisagé l’envoi en Espagne de trois divisions destinées à remonter les affaires des Gouvernementaux. L’intervention de l’État-major français aurait empêché cette décision qui, aux dires du général von Kühlental, aurait entraîné immédiatement une déclaration de guerre de l’Italie avec toutes les conséquences que celle-ci comporterait en raison des alliances conclues42. »

  • 43 SHD/DAT, 7 N 2918, EMA/2 Italie, « résumé d’une conversation entre l’attaché militaire français et (...)
  • 44 Fonds privé Morel, correspondance active Morel/de Lattre, lettre du 28 janvier 1938, Barcelone.

22Notons que la « prudence » de l’état-major français a été, dans les semaines suivantes, saluée par les militaires italiens43. De fait, au sortir d’une telle période de tension, les options stratégiques défendues par l’attaché militaire français en poste à Barcelone, si elles ne provoquent plus comme en 1936 la réprobation ouverte, ne peuvent que susciter la méfiance du haut commandement. Même si ses rapports ou encore son compte rendu n’ont semble-t-il fait l’objet d’aucune remarque directe. Comme il l’écrit à Jean de Lattre : « La crise est finie : j’ai duré et pour ma part j’ai lassé les malveillances44. » Il est, cependant, intéressant de constater que le capitaine de Colbert, attaché militaire français à Lisbonne, parvenu à une analyse très proche de celle de Morel, se voit quant à lui vertement rappelé à l’ordre par l’EMA. La conclusion de la lettre qu’il adresse à la fin mars 1938 au lieutenant-colonel Gauché est sans ambiguïté :

  • 45 SHD/DAT, 7 N 3041, EMA/2 Portugal, compte-rendu de la section des armées étrangères, 1er avril 193 (...)

« Il y trois mois, on pouvait souhaiter la victoire de Franco qui abattait le communisme tout en restant indiscutablement maître de l’Espagne, et on pouvait espérer un renouveau de l’influence anglaise et française grâce à leurs appuis financiers pour la reconstitution du pays. Mais aujourd’hui la situation s’est radicalement modifiée, l’axe Rome-Berlin affirme visiblement son emprise sur la Péninsule Ibérique (accumulation de matériel, ingérence dans l’organisation du pays). Son succès en Europe centrale va encore développer cette tendance et une victoire de Franco sera en réalité la réussite des visées italienne et allemande en Espagne, laquelle deviendra un nouveau point névralgique en Europe. N’y aurait-il pas un intérêt puissant pour la France et l’Angleterre à empêcher la victoire de Franco ? La chose est encore possible et il en serait encore temps45. »

  • 46 SHD/DAT, idem.

23Ce document, qui n’est pas la lettre originale de De Colbert mais un compte rendu fait à partir de celle-ci par la section des armées étrangères sur ordre du chef du 2e bureau, comporte différentes annotations manuscrites, notamment : « Dans une lettre privée, le Capitaine de Colbert […] a transmis au Lieutenant-colonel Gauché des renseignements intéressants rapportés ci-dessous, in extenso, y compris certaines appréciations personnelles qui n’auraient pas leur place dans un rapport officiel. Le Lieutenant-colonel Gauché écrit au Capitaine de Colbert : 1°– pour le prier de transmettre à l’avenir les renseignements de cette importance par la voie officielle […].46 » Au surplus, sur un papillon agrafé au compte rendu, l’adjoint du lieutenant-colonel Gauché, le commandant de Mierry a crayonné l’avertissement suivant : « Le général Colson ne veut pas communiquer ce compte rendu à qui que ce soit. »

L’espoir d’un sursaut républicain (avril-décembre 1938)

Une approche ouvertement prorépublicaine

24Ayant officiellement démontré qu’une intervention française en faveur de l’Espagne républicaine n’était pas « possible » et officieusement demandé à Léon Blum d’intervenir, Henri Morel se trouve dans une situation complexe. Si depuis sa prise de fonction, sa perception de l’intérêt national français est restée la même, sa perception de l’Espagne républicaine a, quant à elle, évolué. Après le 20 mars 1938, Morel a semble-t-il été contraint d’opter pour une forme de double jeu vis-à-vis des destinataires de ses papiers (ministre, cabinet du ministre, EMA et à moindre mesure Affaires étrangères). Continuant à justifier sa position de « non-interventionniste » auprès de l’EMA, ses rapports dénotent en parallèle une approche prorépublicaine de plus en plus radicale. Dès le 26 mars, en rapportant les propos d’Indalecio Prieto et en les commentant, Morel fait preuve d’une réelle gravité vis-à-vis de la politique française à l’égard de l’Espagne républicaine, ce qui est d’autant plus intéressant lorsque l’on sait que ce document a été « vu par le ministre », comme le stipule un tampon, et vu par le général Gamelin, comme le prouve ses initiales crayonnées en bleu.

  • 47 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri More (...)

« “Un demi millier de chars, près de 700 avions ne correspondent pas à l’effort limité qui suffirait au général Franco pour achever une aviation qui se consume et une armée qui se décourage. Ce n’est pas pour combattre une aviation sept fois inférieure en nombre que des trimoteurs inconnus d’une étonnante puissance viennent d’apparaître. Et vos services de renseignement doivent savoir que les débarquements de matériels de guerre italien et allemand s’intensifient, au moment où notre faiblesse ne les justifie plus. Cette force, démesurée par rapport à son but apparent, s’amasse contre vous : un danger redoutable, immédiat, se forme aux frontières de la France. Ne croyez pas de ma part à un chantage ; je n’attends plus rien de vous ; je n’espère plus rien. J’avertis l’armée française et je vous demande de transmettre cet avertissement.” J’ai assuré M. Prieto que vous auriez connaissance de ces propos, que leur caractère “posthume”, si je puis m’exprimer ainsi, rendait particulièrement émouvants47. »

  • 48 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militai (...)

25Notons qu’une allusion similaire apparaît dans l’un de ses rapports du mois de juillet : « Sur l’appui de la France, ils [les officiers républicains] n’y comptent plus, mais entrent en fureur contre ce qu’ils appellent notre aveuglement48. » Aussi il a paru intéressant de dresser une sorte typologie de cette approche pro républicaine ; dont voici les trois « thèmes » récurrents :

  1. Détermination de Negrín, force morale et organisation de l’armée républicaine.
  2. Rôle du Parti communiste espagnol et des cadres soviétiques.
  3. Importance de l’influence française.

26La détermination du président du Conseil du gouvernement républicain a semble-t-il constitué une donnée importante pour l’attaché militaire français. On se souvient que Morel avait vu en Negrín, dès sa prise de pouvoir, un ardent défenseur de la République espagnole. À partir d’avril 1938, l’attaché militaire ne cesse d’insister sur l’énergie salvatrice de ce dernier :

  • 49 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militai (...)
  • 50 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militai (...)
  • 51 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri More (...)
  • 52 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militai (...)
  • 53 SHD/DAT, 7 N 2756, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri More (...)

« M. Negrin essaye de recréer ce dynamisme. Le souvenir de Madrid l’obsède. La légende des ouvriers coiffeurs et des boulangers barrant aux rebelles les portes de Madrid maintient l’espoir d’une résistance victorieuse. Dans une guerre civile, chez un peuple aussi impressionnable que l’espagnol, dont le moral s’effondre et se rétablit presque instantanément, il ne faut pas éliminer a priori le miracle. Mais il ne faut pas non plus se dissimuler que ce serait un miracle. Il y a presque trois jours les nationalistes avançaient sur Lérida l’arme à la bretelle. […] Si l’on raisonne sur les seules données militaires, les nationalistes doivent continuer leur avance. Reste cette chance irrationnelle d’un sursaut tardif. L’énergie du chef du gouvernement ne manque pas d’être impressionnante. Dans quelle mesure, par son intensité, est-elle communicable à l’armée49 ? »
« Cela dit sur la situation toujours critique de l’armée républicaine, il faut rendre hommage à l’effort intense déployé dans le domaine militaire comme dans le domaine civil sous l’impulsion de M. Negrin devenu ministre de la Défense50. »
« L’énergie du gouvernement est toujours aussi forte51. »
« Il ne s’agit plus de ranimer la flamme initiale, mais de canaliser sa force. Nous avons vu un désordre ardent, puis un ordre mort. M. Negrin veut faire vivre ensemble l’ardeur et l’ordre52. »
« On ne sent aucun fléchissement dans la volonté gouvernementale et l’optimisme de M. Negrin est impressionnant53. »

  • 54 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militai (...)
  • 55 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militai (...)
  • 56 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militai (...)
  • 57 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militai (...)

27Pour Morel, il ne fait aucun doute que cette détermination politique se répercute à l’armée puisque celle-ci parvient à faire preuve « d’une ténacité dans l’effort » et son commandement « d’une force d’âme » inédits54. À la fin de l’année, il l’affirme, l’armée républicaine « combat avec un courage admirable et désespéré55 » ; sa résistance sur l’Ebre a été – sans « exagération littéraire » – « grandiose » et « héroïque56 ». En outre, elle se défend en respectant « les lois de la guerre » car elle ne dispose pas de gaz ou encore d’une aviation de bombardement suffisante pour s’attaquer aux arrières nationalistes57.

28Le second « thème » récurrent est, en un sens, plus surprenant puisqu’il s’agit d’une forme d’apologie du rôle du Parti communiste espagnol et des cadres soviétiques dans l’organisation militaire de l’Espagne républicaine. Une première évocation apparaît dans un rapport daté du 12 avril 1938 :

  • 58 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militai (...)

« À l’origine de cet effort [républicain] désespéré, il y M. Negrin dont le rôle, dans la période trouble où le gouvernement vacillait, a été décisif. Il s’est appuyé sur le Parti communiste qui depuis le début de la guerre a constitué l’élément principal d’ordre et de discipline dans l’Espagne républicaine. Au milieu de la mollesse des partis bourgeois, de l’incohérence des syndicats et des anarchistes, le Parti communiste espagnol, qui a sauvé Madrid, créé les premiers éléments réguliers de l’armée républicaine, représente tout autre chose que ce qu’évoque son idéologie. Il faut se garder de toute analogie de politique intérieure quand on passe les frontières. Le Parti communiste espagnol qui se trouve être un parti du type jacobin et patriote est l’élément le plus sain et le plus fort de l’Espagne républicaine58. »

  • 59 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militai (...)
  • 60 Fonds privé Morel, correspondance active Morel/de Lattre, lettre du 21 juillet 1938, Barcelone.

29Nul doute que de telles considérations sur le Parti communiste espagnol n’ont pas dû manquer de provoquer un certain émoi dans les bureaux de l’EMA, mais que déceler dans cette phrase : « Le Parti communiste espagnol qui se trouve être un parti du type jacobin et patriote est l’élément le plus sain et le plus fort de l’Espagne républicaine » ? Une forme de provocation ? Ou bien le résultat d’un travail d’étude expérimental destiné à convaincre ? Morel semble adopter ici une méthode toute « normalienne » basée sur une évidente souplesse intellectuelle mais qui, de fait, ne peut qu’entrer en contradiction avec la rigidité méthodologique et la perception idéologique de la guerre d’Espagne alors en vigueur à l’EMA. Cependant, ce rapport n’a – vraisemblablement – généré aucune remarque directe. Moins de deux mois plus tard, Morel récidive : « Je n’ai jamais caché que je considérais l’élément communiste comme un élément d’ordre et de force dans le domaine militaire. » Cette fois-ci la phrase apparaît dans une note, portant sur l’exaspération causée par la surveillance communiste dans les rangs de l’armée républicaine, destinée au chargé d’affaire de l’ambassade et qu’il a décidé d’envoyer parallèlement au général Dentz59. Ses observations se sont transformées en affirmation et la clé de cette affirmation semble se trouver dans une lettre envoyée à la fin juillet à son ami de Lattre : « Les “rouges” d’ici ne m’ont pas plus fait peur qu’à vous les rouges de Moscou. Il y a l’intérêt de la Nation : je crois qu’il était de ce côté-ci60. » L’allusion à la tentative de rapprochement franco-soviétique initiée par le lieutenant-colonel de Lattre entre 1933 et 1935 ainsi que sa perception de l’intérêt national corroborent les options stratégiques qu’il défend depuis bien longtemps. Notons, en outre, le contraste entre le ton pour le moins pessimiste employé dans la lettre adressée à de Lattre et le ton déterminé des notes et rapports destinés au ministère. Morel cherche donc avant tout à convaincre ceux qui ne le sont pas.

30Le 28 octobre 1938, l’attaché militaire français – à l’instar de l’ensemble du personnel diplomatique accrédité auprès du gouvernement républicain – est invité à assister au défilé précédant la dissolution des Brigades internationales. Dans le rapport qu’il rédige dès le lendemain, et qui une nouvelle fois ne laisse pas de surprendre, Morel avoue sans ambages son admiration pour ces hommes :

  • 61 SHD/DAT, 7 N 2756, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri More (...)

« Sans arme, revêtus d’un habillement disparate, casquettes diverses, chandails multicolores, c’était autant de gueux, ou comme on disait jadis, de truands. Ils marchaient en cohortes denses et ordonnées, la plupart sans cadence, précédés de chefs dont beaucoup avaient leur apparence. Tous les détails de ce spectacle eussent dû contribuer à laisser une impression de laideur et de répugnance. Pourtant il s’en dégageait une étrange grandeur. Toutes ces dissemblances de vêtements étaient le symbole vivant d’un individualisme, alors que ces carrés fermement maintenus montraient la cohésion des volontés. On ne pouvait éviter de se souvenir, en voyant passer cette horde serrée et silencieuse, morne et digne, de leurs combats glorieux de novembre 1936 devant Madrid abandonné jusqu’à août 1938 sur l’Ebre. Pas une fois, cette troupe n’a lâché pied : pas une fois elle n’a hésité dans le sacrifice : elle a tenu seule, et au milieu des débâcles, pour une cause qu’elle estimait juste et qu’il ne m’appartient pas de juger. […] Les internationaux eux-mêmes, bras pendants, beaucoup tête basse, silencieux, donnaient le ton. Je n’ai pas vu un geste qui ne fut digne : aucune joie, aucune fanfaronnade, un départ laissant une tâche inachevée61. »

  • 62 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri More (...)
  • 63 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militai (...)
  • 64 SHD/DAT, 7 N 2754, lettre manuscrite d’Henri Morel adressée au lieutenant-colonel Maurice Gauché, (...)

31Le troisième et dernier « thème » évocateur de cette approche prorépublicaine tient à la réceptivité de l’influence française. Pour Morel, parfaitement conscient du recul de l’emprise soviétique, il ne fait aucun doute que l’armée républicaine va désormais se tourner vers la France. Les raisons idéologiques, philosophiques et identitaires de cette ouverture sont, selon lui, vraiment évidentes : « L’armée nouvelle, encore en devenir, serait plus ouverte à nos influences. Elle cherche un modèle. Elle répugne pour des raisons idéologiques à des imitations allemandes et italiennes, pour des raisons d’instinct à des influences russes. Elle se modèlerait volontiers sur une armée qui a digéré une liberté séculaire et qui s’est accoutumée à considérer la discipline comme une adhésion individuelle à un ordre nécessaire62. » Les références à Jaurès et Proudhon viennent appuyer un propos déjà fort convaincant. Mais une semaine plus tard, Morel franchit le Rubicon en affirmant que : « Du pur point de vue de l’égoïsme français, il faut que les nationalistes ne gagnent pas ou qu’ils gagnent vite. J’ai toujours pensé qu’une victoire républicaine serait préférable parce qu’elle supprimerait ce délai dangereux et le remplacerait par une période favorable à l’influence française63. » C’est la première fois, depuis sa prise de fonctions, que l’attaché militaire donne ouvertement son opinion dans un rapport officiel. Si, à l’automne 1936, il avançait que l’intérêt de la France résidait dans la présence d’un gouvernement démocratique en Espagne, ces propos n’apparaissaient que dans une lettre manuscrite destinée au lieutenant-colonel Gauché64.

Quelques hypothèses sur les raisons et les conséquences de cette approche

  • 65 Fonds privé Morel, EMA/2e bureau, « Rapport du chef de bataillon Morel, désigné comme attaché mili (...)
  • 66 SHD/DAT, 7 N 3186, EMA/2 SAE, « Note pour le colonel Palasse, attaché militaire de France, a/s du (...)

32On l’aura compris la raison fondamentale de cette approche ouvertement prorépublicaine tient en deux mots : intérêt national. Déjà très au fait des risques que faisaient peser sur la France les régimes fasciste et nazi, Morel écrivait en juin 1936 : « L’état de l’Espagne qui nous est le plus favorable est donc celui d’une force moyenne, qui la préserve des influences étrangères et la maintienne vraiment neutre. L’Espagne de Primo de Rivera, s’était orientée nettement vers un rapprochement italien qui eut étranglé nos communications. Nous avons intérêt à ce qu’aucun pouvoir fort ne s’installe en Espagne65. » Si cette conception de l’intérêt national a, dès juillet 1936, sous-tendu sa perception de la guerre d’Espagne, force est de constater qu’au cours de l’année 1938 son propos s’est radicalisé. En un sens, il est logique de le voir adopter un tel comportement au vu de la gravité de la situation européenne. Henri Morel a réellement cherché à convaincre le haut commandement de l’importance qu’il y avait à sauver la République espagnole et il l’a fait cette fois-ci en étant conscient des retombées possibles. Pourtant, étonnamment, ce parti pris n’a pas généré de remise en cause directe comme cela avait été le cas à l’automne 1936. Morel a en effet bénéficié d’une étrange impunité. Le système de défense pour lequel il avait opté suite à l’affaire des miliciens français ainsi que les appuis « politico-militaires » que l’EMA lui a vraisemblablement prêtés – à tort – l’ont peut-être préservé de sévères critiques, voire d’éventuelles sanctions. À titre de comparaison, le colonel Auguste Palasse, attaché militaire près l’ambassade de France à Moscou, a été au même moment l’objet d’un violent rappel à l’ordre, émanant du général Dentz, après avoir formulé une opinion positive sur le potentiel de guerre de l’URSS dans un rapport demandé par son ambassadeur66.

  • 67 SHD/DAT, 13 Yd 602, dossier du général de brigade Louis Henri Morel. Notation extraite du relevé d (...)
  • 68 Jean-Baptiste Duroselle, Tout empira périra. Une vision théorique des relations internationales, P (...)
  • 69 En appréhendant toutefois l’avenir : « Il n’y a pas de poste d’AM, plus lourd, plus mal monté, plu (...)
  • 70 SHD/DAT, 7 N 2767, EMA/2 Espagne, lettre manuscrite d’Henri Morel adressée au général Henri Dentz, (...)
  • 71 SHD/DAT, fonds Moscou, 2e versement, EMA/2, lettre manuscrite adressée au lieutenant-colonel Mauri (...)
  • 72 Né à Corenc dans l’Isère en avril 1900, Georges Gaillard a appartenu à la promotion « lettres » 19 (...)

33Autant d’éléments qui amènent à la question suivante : comment l’EMA percevait-il à ce moment précis son attaché militaire en Espagne ? Comme un intellectuel marginal dont certains raisonnements, en apparence paradoxaux, étaient jugés peu fiables ? On se souvient de l’appréciation que Gamelin avait portée sur son dossier d’avancement à la fin 1936 : « Il y a certaines réserves à faire en ce qui concerne cet officier. Les variations dans les renseignements qu’il envoie, l’imprudence de certaines de ses attitudes, font craindre qu’il ne soit dépassé par les événements actuels, non du point de vue intelligence, mais caractère et jugement67. » Une telle critique émanant du général chef d’état-major général ne pouvait que nuire à la réception de son travail. Est-il excessif d’avancer que le « pouvoir de persuasion » d’un attaché militaire peut se mesurer à l’aulne de la renommée dont il jouit dans les couloirs des bureaux de l’EMA ? « Autrement dit, il ne peut y avoir persuasion que s’il y a confiance, et il faut prendre bien des précautions avant d’accorder sa confiance68 », remarque Jean-Baptiste Duroselle dans Tout empira périra. Une vision théorique des relations internationales. Aussi, tout porte à croire que si le 2e bureau a nourri une réelle appréhension quant à l’attitude de son attaché militaire au moment de sa convocation à l’hôtel Matignon, la virulence de certaines analyses contenues dans ses rapports s’est avérée peut-être moins gênante qu’elle ne pouvait l’être en 1936. Au reste, lorsque las des difficultés rencontrées par sa famille, Morel évoque la possibilité de quitter ses fonctions69, le chef du 2e bureau lui répond que son remplacement est « inopportun70 ». Par ailleurs, c’est en cette même année 1938 que le poste de l’attaché militaire est renforcé d’un officier d’active71 et de deux officiers de réserve, dont il a lui-même sollicité l’affectation en cas de mobilisation. Morel renoue alors un peu avec son passé, puisque l’un de ces deux officiers de réserve est un ancien élève de l’École normale supérieure. Professeur à l’Institut français de Barcelone, il se nomme Georges Gaillard72.

  • 73 AN, fonds Édouard Daladier, 496 AP 7, 1 DA 7 dr 4, audition d’Édouard Daladier à la commission d’e (...)

34Au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, lors de son audition à la commission d’enquête parlementaire, Édouard Daladier rappellera l’opposition de l’attaché militaire (tout en se trompant sur son grade) au haut commandement : « Il y avait l’attaché militaire français, qui s’appelait Morel, qui lui, donnait une note différente, mais il n’était que capitaine, et il y avait le Maréchal et les autres, de l’autre côté73. » Même s’il paraît difficile d’éluder le problème de la propre responsabilité du président du Conseil et ministre de la Défense nationale et de la Guerre quant à l’immobilisme français face à la guerre d’Espagne, ce témoignage illustre bien la situation dans laquelle Morel s’est retrouvé.

Perception de la victoire nationaliste, de l’exil républicain et conséquences des sévères mises en garde adressées au haut commandement (janvier-mars 1939)

« La coalition que l’on nomme Nationaliste74 »

  • 74 SHD/DAT, 7 N 2756, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri More (...)
  • 75 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militai (...)

35Lorsqu’en juillet 1938, le général Camille Walch publie dans les colonnes du journal Le Temps deux articles favorables aux nationalistes espagnols, Morel proteste officiellement et s’oppose à l’argumentaire employé : « On pourrait se demander d’ailleurs pourquoi une armée disposant dès le début de la guerre civile de la presque totalité des cadres, de la moitié au moins des ressources en matériel et en recrutement, pourvue, au dire de l’auteur, d’un commandement excellent, d’États-majors rompus à leur métier, d’une troupe animée tout entière d’un même idéal a mis deux ans, pour “ne pas” venir à bout d’une armée sans cadre, sans commandement stable et dont la troupe et les officiers ne sont maintenus au combat que par la crainte des sanctions et des représailles75. »

  • 76 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militai (...)
  • 77 SHD/DAT, ibid., extrait de la traduction de l’article paru dans le Heraldo de Aragon le 10 juillet (...)
  • 78 « Avec le temps, son jugement sur les insurgés se fait plus dur. […] En face, s’il est plus détail (...)

36Afin de bien mettre en exergue les erreurs d’analyse commises par le général Walch, l’attaché militaire use d’une méthode à la limite de la propagande. C’est ainsi qu’à un second rapport daté du même jour, il joint la traduction d’un article du général Kindelan Duany, commandant en chef de l’armée nationaliste, qui, selon lui, illustre parfaitement la « mentalité francophobe76 » des milieux militaires nationalistes. Or, dans ce texte publié par le Heraldo de Aragon, le général Kindelan Duany félicite, sans ironie, les généraux Gamelin et Vuillemin ainsi que l’amiral Darlan – « les patriotes avisés du Conseil supérieur de la Défense nationale77 » – d’avoir annihilé toute intervention française au profit des républicains. Dans l’article qu’il lui a consacré, l’historien Éric Vial perçoit bien l’évolution négative du jugement porté par Morel sur les militaires insurgés. Et de fait, ce jugement évolue à l’inverse de celui qu’il porte sur les républicains78.

  • 79 SHD/DAT, 7 N 2756, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri More (...)

37En 1939, alors que la défaite du gouvernement républicain devient inéluctable, l’attaché militaire français développe un argumentaire très critique autour de l’incapacité stratégique et tactique de l’état-major nationaliste, de la faiblesse des conceptions politiques de Franco ou encore de la médiocrité de l’intervention italienne à laquelle les nationalistes se soumettent. Ce qui, selon lui, ne fait qu’accréditer leur propre médiocrité : « Les conceptions tactiques nationalistes espagnoles présentent des caractères radicalement opposées. Poussées frontales myopes, obtuses mais puissantes, accumulation de moyens pour un but limité, manque d’imagination dans l’exploitation du succès. Autant qu’on puisse conclure dans ce domaine délicat, la conception initiale de la manœuvre offensive nationaliste est d’origine italienne79. » Mais les commentaires les plus acerbes apparaissent dans les quelques rapports où il aborde les perspectives de la victoire nationaliste. C’est, au reste, dans l’un de ces documents qu’il formule cette allusion lourde de sens sur « la coalition que l’on nomme Nationaliste ». Notons que pour Morel les « vrais » nationalistes espagnols se trouvent du côté républicain : l’influence soviétique sur le gouvernement Negrín n’étant, selon lui, en rien comparable à la mainmise d’Hitler et de Mussolini sur le gouvernement Franco et à ses conséquences pour la France.

  • 80 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militai (...)

« Il n’est pas trop tard pour attirer l’attention sur ce que nous croyons deviner de l’incapacité à aboutir de la coalition que l’on nomme Nationaliste. Si elle triomphe, elle aura à faire la paix. Et la façon dont elle fait la guerre, donne peu d’espoir pour une bonne paix. Il arrive que des militaires qui savent leur métier qui est de faire la guerre, la fassent bien et ne sachent pas faire la paix, parce que ce n’est pas leur métier ; mais qu’espérer pour la paix de militaires qui ne savent même pas leur métier ? Fussent-ils victorieux à force d’appui matériel et humain étranger, le fait qu’ils ont mis plus de deux ans à venir à bout de l’invraisemblable cohue que fut l’armée républicaine, puis du pauvre et fragile organisme qu’elle est devenue les juge80. »

  • 81 Guy Hermet, La guerre d’Espagne, p. 271.
  • 82 « En parlant de Catalogne, M. Negrin ne voit sans doute pas sans joie dure et un peu sinistre, la (...)
  • 83 SHD/DAT, ibid., p. 6.

38La dernière quinzaine de janvier 1939 est marquée par la rupture du front républicain en Catalogne, le départ du gouvernement pour Valence et l’installation du personnel diplomatique français à Perpignan. Lorsque l’avant-garde franquiste fait son entrée dans Barcelone, le 26, l’autorité du président du Conseil Juan Negrín ne s’exerce plus que sur les villes de Madrid, Valence et Alicante ainsi que sur une dizaine de provinces du sudest du pays81. Le long rapport que Morel consacre alors aux « chances du Centre-Sud » recèle des remarques cinglantes sur l’apathie des démocraties face aux puissances fascistes82 ainsi que sur l’inintelligence politique et la « haine aveugle et têtue » qui habite le gouvernement du général Franco : « S’il y avait un minimum d’intelligence politique dans le Gouvernement Nationaliste, et non cette haine aveugle et têtue, cette volonté de finir la guerre par la victoire totale, je serais assez porté à croire à la possibilité d’un “abrazo de Vergara” […]83. » Puis dans les jours qui suivent, dénonçant la propagande nationaliste, il écrit :

  • 84 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militai (...)

« Je crois devoir insister, au moment où les Nationalistes font, en ce qui concerne les prisonniers au pouvoir des Républicains et les excès de la police républicaine, une propagande à laquelle leur victoire donne une audience de plus en plus large, sur le fait qu’ils n’ont pas hésité à écraser sous les bombes la population civile des arrières républicains rétrécis. Cela, et ce que l’on commence à savoir des exécutions de Barcelone ne leur donne guère le droit de parler d’humanité84. »

  • 85 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militai (...)

39Enfin, le 9 février, alors qu’il assiste à l’arrivée des premiers détachements nationalistes au poste frontière du Perthus, le lieutenant-colonel Morel conclut son rapport par cette phrase qui, en un sens, semble trahir son propre échec face à un dénouement contre lequel il s’est lui-même battu : « J’évitais naturellement de paraître et restais spectateur invisible85. » Pourtant jamais ses papiers n’ont été plus virulents qu’au cours de ces premiers mois de 1939.

L’exil républicain et les camps français ou comment venger les « pontons d’Espagne86 »

  • 86 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militai (...)
  • 87 AN, fonds Édouard Daladier, 496 AP 12, 2 DA 5 dr 1, « Compte rendu de l’attaché militaire à Barcel (...)
  • 88 Daladier autorisera à nouveau, pour une dizaine de jours, le transit du matériel soviétique par la (...)
  • 89 SHD/DAT, 7 N 2756, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri More (...)
  • 90 Geneviève Dreyfus-Armand, L’exil des républicains espagnols en France : de la guerre civile à la m (...)

40Le 6 janvier, à la demande de Juan Negrín, l’attaché militaire français rentre à Paris afin de solliciter une nouvelle aide matérielle du gouvernement Daladier87. Puis dans les jours qui suivent le président du Conseil espagnol rend, à son tour, visite à son homologue français pour formuler la même demande88. L’armée républicaine est alors au bord de la reddition. À la fin du mois, alors que les réfugiés civils affluent à la frontière, Morel aborde la problématique de la retraite des combattants républicains vers la France. S’indignant de la précédente « lamentable expérience de l’accueil des réfugiés civils », il précise non sans un certain cynisme : « Il serait pénible d’avoir à tirer sur les forces militaires, même débandées, d’un Gouvernement que nous avons reconnu comme régulier89. » Comme le rappelle l’historienne Geneviève Dreyfus-Armand, l’attaché militaire français avait, dès mars 1938, attiré l’attention du gouvernement sur l’afflux de la population et des militaires républicains en cas d’effondrement du front d’Aragon. Ses estimations faisaient état de l’arrivée d’environ 20 000 combattants à la frontière, et Geneviève Dreyfus-Armand de préciser qu’aucune mesure ne fut prise pour accueillir ne serait-ce que 20 000 réfugiés90.

41Peu de temps après la prise de Barcelone par les nationalistes, Morel est reçu par l’état-major républicain qui vient de s’installer à proximité de Figuéras. Bien que Juan Negrín ait appelé à la résistance à outrance, les officiers qu’il rencontre ne lui cachent pas leur désespoir. Visiblement affecté par leur angoisse, Morel rédige un rapport si amer et alarmiste que dès son arrivée à l’EMA, le général Colson le fait transmettre au général Gamelin, qui ne manque pas d’en souligner certains passages :

  • 91 SHD/DAT, 7 N 2756, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri More (...)

« Pour dire mon sentiment, sauf miracle, sauf intervention extérieure médiatrice sous quelque forme que ce soit, la situation est désespérée. […] Sans aide extérieure, même en cas de victoire tactique défensive, le Gouvernement républicain, sans territoire pour abriter une population militaire et civile surabondante pour la nourrir, sans usine, avec des ports de pêcheurs pour toute issue ne peut-être [que] condamné à une asphyxie rapide. […] Pour des raisons qui dépassent ma compétence on a consenti à ce que cette armée meure : il nous reste à nous garder des soubresauts de son agonie.
Je souhaiterais me tromper : jamais je n’ai été pessimiste. Je crois qu’au début de l’offensive nationaliste, seule, l’armée républicaine avait des chances de vaincre défensivement. Devant Barcelone, aidée à temps, elle gardait des chances moins nombreuses mais certaines d’éviter l’irréparable. Actuellement il faudrait pour la sauver un miracle sur lequel l’intelligence n’a pas le droit de compter. Du point de vue de l’humanité, du point de vue de l’intérêt National qui demain peut exiger une garde à notre frontière pyrénéenne, on ne peut qu’espérer que les restes de cette Armée soient sauvés à temps91. »

  • 92 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militai (...)

42Le constat et les avertissements violemment formulés reflètent sa profonde incompréhension face à une situation qui, selon lui, ne peut présenter à terme qu’un réel danger pour la France. La retraite de l’armée républicaine sur le sol français a été rendue hasardeuse alors que cette armée aurait pu préserver la frontière d’une éventuelle offensive franquiste. Refusant cependant de céder à la résignation, Morel consacre l’essentiel de ses derniers rapports au repli des troupes gouvernementales en France. S’il soulève des questions relatives aux conditions de leur désarmement et à la durée de la période d’internement, il propose aussi quelques solutions dont une vise notamment à la création d’unités de « tirailleurs ibériques92 ». Mais ses principales mises en garde portent avant tout sur le traitement que les autorités françaises réservent à ces hommes :

  • 93 SHD/DAT, ibid., p. 4.

« Je sens chez certains militaires français qui ont un contact ou sont destinés à en avoir un avec ce qu’on appelle “les miliciens rouges”, une répugnance dont je crains les effets. Il faudra donc des intermédiaires, une sorte de mission qui assurera les liaisons et ménagera d’un côté les susceptibilités, de l’autre les répugnances. Il ne faut pas donner à des hommes qui se sont bien battus, qui ont été vaincus en particulier par du matériel italien et allemand, par des troupes en partie italiennes, par une aviation en majorité italienne et allemande, l’impression qu’ils sont accueillis, dans une France menacée par l’Italie et l’Allemagne, comme des pestiférés et régler les contacts à travers du fil de fer93. »

  • 94 SHD/DAT, 7 N 3874, EMA/3 « réfugiés espagnols », EMA/2, SAE, « renseignement », le 30 janvier 1939
  • 95 SHD/DAT, ibid., 16e région, état-major, 2e bureau, le général Fagalde, commandant la 16e région à (...)

43Si ses craintes sont justifiées, certains renseignements parvenus au 2e bureau de l’EMA vont littéralement à l’encontre de ses rapports. Telles ces informations recueillies par l’ancien attaché militaire, le général Jouart, qui, fin janvier 1939, font état de miliciens gouvernementaux constituant « la lie de la force gouvernementale » et qui avaient reçu « des ordres formels pour créer en France une agitation communiste et anti-italienne94 ». Ces difficultés d’ordre politique liées à l’arrivée des républicains espagnols en France n’apparaissent pas explicitement dans les rapports du général Fagalde, commandant la 16e région militaire, chargé de l’organisation des camps destinés aux réfugiés. Mais ce dernier, en revanche, avoue à mots couverts la rapide dégradation des conditions d’accueil au cours du mois de février et il faut, là encore, souligner le contraste de ses rapports avec ceux de l’attaché militaire. Le 5 février, Fagalde informe le ministère des mesures mises en œuvre « pour recevoir brusquement un très grand nombre de réfugiés combattants ou civils ». Des réserves alimentaires ont été prévues et la troupe se comporte admirablement : « En résumé, la situation est bonne sur toute la ligne. Si les prévisions du QG républicain espagnol se réalisent on peut estimer que dans deux jours environ, les réfugiés civils et l’armée espagnole seront à l’intérieur de nos frontières. Le problème du recueil sera alors terminé95. » Le 7 février, le même Fagalde estime à plus de 100 000 le nombre de réfugiés (hommes, femmes et enfants) ayant franchi la frontière en l’espace de 24 heures. Puis le 10 février, alors que le dispositif d’accueil mis en place le 5 est totalement dépassé, il conclut son rapport par ces mots :

  • 96 SHD/DAT, ibid., 16e région, état-major, 2e bureau, le général Fagalde, commandant la 16e région à (...)

« L’absorption qui s’est souvent montrée très difficile étant presque terminée, toutes les activités pourront être dès lors employées à l’organisation matérielle et surtout sanitaire des camps de réfugiés ce qui va nécessiter un effort et un travail considérables. En fait nous allons avoir dans les camps de 120 à 150 000 réfugiés, ce qui représente la valeur de 3 corps d’armée. Il faut, en vue d’éviter des événements pénibles, qu’on puisse disposer ici, sur place, des moyens alimentaires, sanitaires et de surveillance correspondant à de pareils effectifs96. »

44Le 13 février, le commandant de la 16e région fait cependant état d’un bilan positif. Les combattants arrivés dans les camps de Saint-Cyprien et d’Argelès (comptant chacun 72 000 réfugiés) ont été « classés » en fonction de leur grade, de leurs régions d’origine ou encore de leurs « idées politiques ». Les baraquements se construisent en dépit du manque de bois et d’une « main-d’œuvre espagnole pas travailleuse ». L’état sanitaire est jugé « satisfaisant » bien que la mention « pour le moment » ait été ajoutée à la plume. Quant aux dernières lignes du rapport, elles révèlent même une certaine satisfaction :

  • 97 SHD/DAT, ibid., le général Fagalde, commandant la 16e région à monsieur le ministre de la Défense (...)

« En résumé, si l’on veut bien considérer que partant de rien, huit jours plus tard, une masse informe de 200 000 hommes et plus, après avoir été rassemblée dans des conditions très difficiles, est organisée, ravitaillée normalement et partiellement logée, plus de 8 000 blessés sont hospitalisés et soignés, un matériel considérable […] a été groupé, et en partie remis en service, enfin, les animaux égarés ont été rassemblés et nourris ; on ne peut que rendre hommage à l’activité inlassable et au dévouement sans limite dont tous ont fait preuve, et en particulier les cadres subalternes qui se sont dépenser sans compter97. »

45Par coïncidence, c’est ce même jour que le lieutenant-colonel Morel visite le camp d’Argelès en compagnie de l’ancien attaché militaire des États-Unis et de son successeur. Ce qu’il y voit l’écœure à un point tel, que le rapport qu’il adresse au ministère dans les heures suivantes atteint un degré de réprobation jusque-là inédit.

  • 98 SHD/DAT, 7 N 2756, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri More (...)

« Il n’entre pas dans mes attributions de rendre compte de ce que j’ai vu ni de porter un jugement. L’historien que j’ai été serait tenté de dire que si ces choses duraient comme elles sont, les pontons d’Espagne seraient bien vengés. Mais ce que je puis dire c’est que la solution actuelle ne saurait être que provisoire. […] Actuellement, on simplifie la question en renvoyant en zone nationaliste ceux qui en expriment, si peu que ce soit, le désir. L’inconfort aidant, beaucoup font ce choix, sans enthousiasme mais par soumission au destin. Il n’y a plus un plébiscite pour Franco ou pour la République mais pour l’Espagne ou l’exil. L’exil s’annonce sous les apparences si amères que mieux vaut souffrir chez soi. […]
Je pense que la plage d’Argelès est une solution provisoire. Pour les cadres, je me suis efforcé d’obtenir que quelques officiers supérieurs et généraux (82 exactement) échappent à la boule de pain et à la belle étoile. Les autres restent dans des conditions précaires. Leur courtoisie espagnole leur interdit toute plainte. Mais l’un deux, chef d’état-major d’une armée me confiait sa tristesse : “[…]. Il est immoral que l’on montre tant de sévérité envers des officiers dont le seul crime est d’avoir refusé de prendre part à un pronunciamiento qui a réussi. Ce n’est pas en tout cas en France que je m’attendais à un tel accueil de la part d’officiers français dont on m’avait cité en exemple l’apoliticisme.”
C’est le sentiment général. Beaucoup que j’ai connus au cours des deux ans et demi de ma mission comme d’honnêtes gens, souvent inquiétés pour leur indifférence en matière de politique témoignent d’une surprise attristée devant la rudesse de l’accueil. Je m’en étonne comme eux. Il faut que l’esprit partisan ait troublé toutes les notions de bon sens pour qu’on traite en suspects et qu’on soumette à des vexations policières des officiers qui ont eu le tort de ne pas s’être révoltés, d’avoir combattu contre des Italiens et des Allemands et d’avoir été vaincus.
Vous m’avez fait l’honneur de me confier la mission de représenter l’armée Française en Espagne, je croirais manquer à mon devoir si je ne disais pas, avec toute la discrétion que doit garder un soldat, ce que je pense de la façon dont on conçoit l’hospitalité à l’égard d’une armée dont j’ai éprouvé longuement et au milieu des pires circonstances, la constante courtoisie98. »

46L’allusion aux pontons d’Espagne est très forte. Au cours des guerres napoléoniennes, le gouvernement anglais faisait enfermer des prisonniers français sur de vieux navires désarmés dans les rades de Portsmouth ou de Plymouth. Les conditions de détention étaient des plus difficiles. Manquant d’air et de nourriture, les prisonniers étaient « parqués comme de véritables animaux » comme le précise déjà le Dictionnaire universel Larousse du XIXe siècle. Entre 1808 et 1814, les Espagnols usèrent à leur tour de ce mode de détention à l’encontre des Français. Aussi, à elle seule, cette allusion remet en cause le bilan du général Fagalde puisque, faut-il le préciser, les destinataires de ces deux rapports sont les mêmes. Quant au légalisme de l’attaché militaire et sa perception de l’intérêt national, ils apparaissent ici d’une manière radicale. Reste qu’il est difficile, sinon impossible, de savoir comment ces lignes ont été interprétées par un haut commandement français qui, à choisir, aurait probablement préféré s’en tenir aux papiers du général commandant la 16e région militaire.

Une fin de mission difficile

  • 99 SHD/DAT, 1 N 43, CSG, texte des accords signés à Burgos par M. Léon Bérard et le général Jordana, (...)
  • 100 Herbert Lottman, Pétain, Paris, Seuil, 1984, p. 215.
  • 101 SHD/DAT, 7 N 2767, EMA/2 Espagne, extrait d’une lettre adressée au capitaine Lavène (section des m (...)

47Le dernier rapport du lieutenant-colonel Morel retrouvé est daté du 15 février. Quant au premier rapport de son successeur, il est rédigé le 29 mars. Entre ces deux dates, la France a officiellement reconnu le gouvernement nationaliste comme gouvernement de l’Espagne (28 février). Les accords signés quelques jours auparavant entre Léon Bérard, émissaire du Quai d’Orsay, et le général Jordana, représentant du général Franco, font état de la volonté française « de nouer des relations diplomatiques avec le gouvernement du Généralissime Franco99 ». Ce texte – par lequel le gouvernement Daladier s’engageait à restituer à l’Espagne l’or que les républicains avaient déposé à la Banque de France en 1936, le matériel militaire saisi et entreposé à Perpignan ou encore à surveiller les activités politiques des républicains espagnols réfugiés en France – allait constituer la base des relations diplomatiques entretenues par le nouvel ambassadeur de France à Madrid : le maréchal Philippe Pétain. Selon Herbert Lottman, Pétain avait informé le ministre des Affaires étrangères, Georges Bonnet, qu’il n’acceptait le poste que s’il pouvait « y emmener les collaborateurs de son choix – Vauthier, Bonhomme, Buot de L’Épine100 ». Quand ce dernier est nommé attaché militaire à la mi-mars, aucun contact n’est pris entre lui et son prédécesseur à la demande de Pétain lui-même ou encore de l’EMA. Morel est, en effet, sur la sellette depuis le mois de février 1939. Aussi, lorsque Buot de L’Épine lui écrit en évoquant un « hiatus » à propos des archives et du mobilier du poste entre la fin de la mission de Jouart et le début de la sienne, Morel fulmine : « Le hiatus a été produit par l’absence de consigne et le renvoi de Dargent. Le départ en fanfare d’un chasseur à pied [Buot de L’Épine] vers des ambassades ibériques a été jugé suffisant. Je n’ai pas été admis à voir mon successeur. Je ne voudrais pas qu’on me reprochât de ne lui avoir pas passé de consignes. Ce hiatus, on l’a créé, malgré moi, contre moi101. »

  • 102 SHD/DAT, ibid., extrait d’une lettre manuscrite adressée au général Henri Dentz, 27 janvier 1939.

48À la fin janvier, le repli « en catastrophe » de l’ambassade de Barcelone à Perpignan génère un coût financier que Morel n’est pas en mesure d’assumer. Il lui faut alors remonter un poste et gérer des dépenses courantes conséquentes (sa famille et celle de son adjoint logeant de nouveau à l’hôtel). Aussi, il va jusqu’à réclamer au général Dentz en personne « une décision de commandement » pour briser « le formalisme de l’intendance102 ». Cette demande a-t-elle abouti ? Toujours est-il que ses problèmes financiers vont aller croissant. Le 16 février dans une nouvelle lettre adressée au chef de la section des missions, l’attaché militaire se plaint d’avoir été abandonné à son triste sort :

  • 103 SHD/DAT, ibid., extrait d’une lettre manuscrite adressée au capitaine Lavène (section des missions (...)

« “Le silence absolu des espaces infinis m’effraye.” Pascal eut été plus effrayé encore du silence du 2e Bureau au cours de la crise que j’ai traversée. D’après ce que je sais l’Ambassade actuelle mourra autour du 1er mars. […] Je suis actuellement “réfugié” à Perpignan avec ma femme, mes quatre enfants et leur gouvernante à l’hôtel. […] Je ne puis pas du jour au lendemain me voir supprimer mes indemnités […]. Au bout de 2 ans et demi d’une vie telle que personne n’a voulu me succéder, on ne peut pas du jour au lendemain me dire : “La place maintenant est bonne : on n’a plus besoin de vous : débrouillez-vous”103. »

  • 104 SHD/DAT, ibid., brouillon d’une lettre manuscrite du capitaine Lavène, 21 février 1939.
  • 105 SHD/DAT, 7 N 2767, EMA/2 Espagne, extrait d’une lettre manuscrite adressée au lieutenant-colonel G (...)
  • 106 Sur les risques encourus par un « agent » qui, lié au secret d’État, opte pour des révélations se (...)
  • 107 SHD/DAT, 7 N 2767, EMA/2 Espagne, extrait d’une lettre manuscrite adressée au capitaine Lavène (se (...)

49Puis quelques jours plus tard, et en dépit de la réponse complaisante qui lui a été adressée104, il devient menaçant : « Voilà, je ne demande qu’une chose. Oublier et être oublié. Quand les passions partisanes seront calmées, j’aurai beaucoup à dire. Peut-être le dirai-je. Pour le moment, soyez tranquille. Je n’ai parlé ni à un journaliste ni à un homme politique : j’y ai eu quelque mérite105. » En avouant aussi ouvertement sa capacité à remettre en cause le devoir de réserve auquel il est soumis, Morel transgresse une nouvelle fois le code de comportement inhérent à l’institution militaire106. Si cette attitude met en relief ses craintes quant à l’avenir, elle révèle aussi le traitement qu’il lui a été réservé pour avoir défendu jusqu’au bout sa conception de l’intérêt national. Bien sûr, il ne s’agit-là que d’un raisonnement par induction puisqu’aucun document le remettant en cause directement n’a pu être retrouvé. Mais il ne fait aucun doute que l’EMA a limité ses contacts avec cet officier supérieur devenu gênant. Conscient de l’ostracisme qu’on cherche à lui infliger, Morel réitère ses critiques : « Il est inadmissible que le 8 [mars] au soir nous soyons sans nouvelles de mesures qui doivent nous atteindre le 12. J’ai été maintenu en Espagne républicaine contre ma volonté nettement affirmée parce qu’on m’a dit “que je jouissais de la confiance entière de l’EMA” Alors ? ? À quoi riment ces avanies ? On dirait vraiment que je suis responsable à la fois de la résistance des républicains et de leur défaite107. »

  • 108 SHD/DAT, ibid., le lieutenant-colonel Morel chargé de mission à Perpignan à monsieur le président (...)
  • 109 SHD/DAT, ibid., extrait d’une lettre manuscrite adressée au capitaine Lavène, La Fusa, Crémieu, le (...)
  • 110 SHD/DAT, ibid., extrait d’une lettre manuscrite adressée au capitaine Lavène, La Fusa, Crémieu, le (...)
  • 111 SHD/DAT, ibid., extrait d’une lettre manuscrite adressée au capitaine Lavène, le 4 avril 1939, La (...)

50À partir du 10 mars 1939, le lieutenant-colonel Henri Morel n’occupe plus les fonctions d’attaché militaire mais celles de chargé de mission auprès du général Jean Ménard, ancien chef de cabinet d’Édouard Daladier, rappelé à l’activité sur sa demande afin d’organiser l’accueil des réfugiés républicains espagnols dans les camps du Sud de la France. Puis, début avril, Morel obtient un congé de fin de mission d’une durée de cinq mois108. Pour autant, sa correspondance avec l’état-major de l’armée ne cesse pas. Rencontrant des problèmes dans le remboursement de différents frais, il proteste énergiquement et menace d’aller « jusqu’au ministre s’il le faut109 ». Courant juin, alors qu’on lui demande encore de justifier certaines dépenses, il fulmine : « Si le moindre doute était élevé sur la régularité de ma gestion, j’irai droit au ministre qui a bien voulu me dire qu’il me couvrirait entièrement pour ma mission d’Espagne110. » Des consignes auraient-elles été données pour que « l’intendance » examine scrupuleusement ses comptes ? Si oui, s’agit-il de mesures de rétorsion ? C’est évidemment l’interprétation qu’il fait. Aussi et afin de se « couvrir », il mentionne à deux reprises les visites qu’il compte rendre aux généraux Decamp, Ménard et Stehlé ; laissant ainsi planer le doute sur ses éventuels appuis au cabinet du ministre111.

  • 112 Promu en mars 1939, il est alors le plus jeune général de l’armée française.
  • 113 Institut de France, fonds de Lattre de Tassigny, dossier D2 : documents de presse, lettres. Ambass (...)
  • 114 Institut de France, idem. Notons qu’un développement identique figure dans une lettre envoyée au l (...)
  • 115 Les Conséquences politiques de la paix, Paris, Fayard, 1939, 251 pages.
  • 116 Institut de France, fonds de Lattre de Tassigny, dossier D2 : documents de presse, lettres. Ambass (...)

51Si, courant 1936, il hésitait à avoir recours à ce type d’arguments ; près de trois ans plus tard, il ne s’en prive plus. Conscient que ses perspectives d’avancement se limiteront au grade de colonel (en raison de son origine), Morel estime probablement ne rien avoir à perdre en agissant de la sorte. Mais, surtout, ce mode de défense semble refléter son isolement. Les « bons » rapports qu’il a pu entretenir avec les généraux du cabinet du ministre n’étant que le corollaire de sa perception de la guerre d’Espagne et non la résultante de l’appartenance à une clientèle. Le seul véritable appui dont il aurait pu bénéficier est évidemment celui du « jeune112 » général de Lattre de Tassigny. Mais il se garde bien de le solliciter ; refusant toujours de s’inscrire dans un quelconque clientélisme avec celui dont il ne souhaite que l’amitié. Morel lui écrit bien une lettre, sombre, à la fin mars, dans laquelle il évoque, au détour d’une phrase, les problèmes d’interprétation générés par son point de vue : « [Les autorités françaises] ne font pas la différence entre les “marxistes” et j’en suis un113. » Point de vue qu’il revendique toujours, en dépit d’un contexte international qui lui est maintenant totalement défavorable : « Je continue à penser que nous avons fait en Espagne une mauvaise affaire. Les conservateurs français gloussent de joie à l’idée d’une Espagne forte et impériale. Forte contre qui ? Impériale aux dépens de qui ? Ou Franco est ce que l’on nous dit et c’est angoissant ou il ne l’est pas et nous sommes dupes. Son télégramme à Hitler pour son coup de Bohême devait ouvrir les yeux. En fait, c’est le parti germanique qui triomphe des “Afrancesados”114. » Partisans de Napoléon dans une Espagne hostile à l’occupation française, les « Afrancesados » se comptaient cette fois-ci, selon lui, dans les rangs des républicains. Quant à ses interrogations concernant la politique de la France à l’égard de l’Espagne franquiste, elles rappellent les réserves formulées sur le traité de Versailles par Jacques Bainville115. Mais rien ne permet de savoir si de Lattre partageait ses opinions. Enfin, hormis une allusion à l’énervement engendré par « l’incompréhension que je trouve chez des camarades à l’égard de mon rôle en Espagne (dont, toute modestie à part, je suis fier)116 », rien ne filtre vraiment sur ses mauvaises relations avec l’EMA. Fidèle à ses principes, Morel ne se confie qu’avec retenue.

  • 117 Pierre Cot, Le procès de la République, tome 1, New York, Éditions de la Maison française, 1944, p (...)

52Dans son ouvrage Le procès de la République, paru en 1944, Pierre Cot décrit en quelques pages les raisons pour lesquelles, d’après lui, le haut commandement français était inscrit dans une médiocrité confortable. Si la problématique de la doctrine défensive et de sa non remise en question est au cœur du débat, il précise que les principaux généraux « vivaient dans un monde fermé et tenaient toute idée nouvelle pour une hérésie. Le Colonel [Mendras], attaché militaire à Moscou, fut déplacé parce qu’il prétendait que l’armée française pouvait beaucoup apprendre de l’armée rouge. Le Colonel Morel, attaché militaire à Madrid au moment de la guerre civile, fut réprimandé parce que ses rapports étaient conformes, non à la vérité selon l’État-major, mais à la vérité tout court117 ».

53Au cours de cette dernière année passée en Espagne, le lieutenant-colonel Morel a – en quelque sorte – tenté « le tout pour le tout » en faveur de la République espagnole. Alors que la perspective d’un « abrazo de Vergara » s’éloigne à mesure que le soutien germano-italien se renforce côté nationaliste ; l’intérêt de la France réside, selon lui, plus que jamais dans la résistance des républicains. Telle est la démonstration qui sous-tend tous ses rapports. Et c’est bien pour cette raison que Léon Blum demande à le consulter en mars 1938. En aucun cas, le président du Conseil n’aurait sollicité l’avis d’un officier ayant un parti pris favorable aux nationalistes. Pour autant, la marge de manœuvre dont l’attaché militaire dispose vis-à-vis du haut commandement est particulièrement étroite, ce qui explique la prudence de son compte rendu et son attitude en apparence paradoxale. À partir de 1939, les mises en garde – qui ponctuent désormais ses rapports de manière récurrente – portent sur les risques présentés par l’agonie de l’armée républicaine, puis, après une visite du camp d’Argelès, sur le sort réservé par les autorités françaises aux réfugiés espagnols. Pour autant et en dépit de la virulence de certains de ses propos, il ne fait l’objet d’aucune remise en cause directe émanant de l’EMA. Les seuls reproches qu’on lui adresse concernent la gestion financière du poste ; mais comprenant ce que ces accusations dissimulent, il n’hésite pas à opter pour un mode de défense radical : menacer l’institution de procéder à des révélations.

Notes

1 J’emprunte ce titre à la biographie d’Yves Denéchère, Jean Herbette (1878-1960), p. 193.

2 « À cette même époque, j’ai convoqué à Paris l’attaché militaire de France à Madrid. Cet attaché militaire s’appelait, si j’ai bonne mémoire, le lieutenant-colonel Morel et il était, il ne s’en cachait pas, un officier d’Action française. Je l’ai reçu à Matignon, il m’a dit : “Monsieur le président du Conseil, je n’ai qu’un mot à vous dire, un roi de France ferait la guerre”. » Charles Serre, Commission d’enquête parlementaire, rapport fait au nom de la commission chargée d’enquêter sur les événements survenus en France de 1933 à 1945, Assemblée nationale no 2344, t. 1, 1947, Paris, Imprimerie nationale, p. 253-254. Extrait de la déposition de Léon Blum.

3 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Affaire de Teruel », Barcelone, le 3 janvier 1938.

4 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Affaire de Teruel », Barcelone, le 12 janvier 1938.

5 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Entretien avec le général Rojo », Barcelone, le 17 janvier 1938.

6 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Entretien avec M. Indalecio Prieto », Barcelone, le 29 janvier 1938, p. 1.

7 Guy Hermet, La guerre d’Espagne…, p. 264.

8 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre. « Attaque de Teruel », Barcelone, le 23 février 1938.

9 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre. « Au sujet de la bataille d’Aragon », Barcelone, le 12 mars 1938.

10 Notamment Madeline Astorkia, « L’aviation et la guerre d’Espagne : la cinquième arme face aux exigences de la guerre moderne », Deutschland und Frankreich 1936-1939, Munich, Artemis, 1981, p. 335-336 et Jean-Marc Delaunay, Des palais en Espagne. L’école des hautes études hispaniques et la Casa de Velazquez au cœur des relations franco-espagnoles du XXe siècle (1898-1979), Madrid, Casa de Velazquez, 1994, p. 312.

11 SHD/DAT, 7 N 2755, lettre manuscrite d’Henri Morel adressée au général Henri Dentz, Barcelone, le 10 février 1938.

12 Charles Serre, Commission d’enquête parlementaire, p. 253.

13 L’œuvre de Léon Blum (Du 6 février 1934 au Front Populaire, Les lois sociales de 1936, La guerre d’Espagne, 1934-1937), Paris, Albin Michel, 1964, p. 391.

14 Sur la politique espagnole des deux gouvernements Blum voir notamment : Pierre Renouvin, « La politique extérieure du premier gouvernement Blum », cahiers de la FNSP, actes du colloque Léon Blum : chef de gouvernement, 1936-1937, Paris, Armand Colin, 1967, p. 329-375 et Jean Lacouture, Léon Blum, Paris, Points Seuil, p. 330-387.

15 Organe du temps de paix, le Comité permanent de la défense nationale (CPDN) a été institué par décret le 6 juin 1936. Présidé par le ministre de la Défense nationale et de la Guerre, il coordonne les études sur l’organisation et l’emploi des forces terrestres, maritimes et aériennes, les programmes d’armement, les crédits budgétaires, la mobilisation industrielle et l’élaboration des conventions internationales en matière d’armement. D’après Jean Nicot et Gilbert Bodinier (dir.), Inventaire des archives de la guerre, série N 1920-1940, tome 1, Vincennes, 1995, p. VIII et IX. Sur le fonctionnement des hautes instances militaires dans l’entre-deux-guerres voir notamment : Élisabeth duRéau, « Haut commandement et pouvoir politique », Les Armées françaises pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), Paris, Presses de la fondation pour les études de Défense nationale, 1986, p. 67-86 et Jean-Paul Cointet, « Le soldat et la politique : gouvernement et haut commandement en France entre les deux guerres », Bulletin de la société d’histoire moderne, no 24, 1978, p. 8-23.

16 Documents diplomatiques français 1936-1939, tome VIII, 17 janvier-20 mars 1938, Paris, Imprimerie nationale, 1973, M. Puaux, ministre de France à Vienne à M. Delbos, ministre des Affaires étrangères, Vienne, le 12 mars 1938, p. 745.

17 SHD/DAT, 2 N 25, (d. 1), Conseil supérieur de la défense nationale, procès-verbal de la séance du 15 mars 1938 du Comité permanent de la défense nationale, Paris, le 16 mars 1938.

18 SHD/DAT, ibid., (d. 2), Conseil supérieur de la défense nationale/secrétariat général, résumé de la séance du 15 mars 1938 du Comité permanent de la défense nationale, Paris, le 16 mars 1938.

19 SHD/DAT, ibid., (d. 1), Conseil supérieur de la défense nationale, procès-verbal de la séance du 15 mars 1938 du Comité permanent de la défense nationale, Paris, le 16 mars 1938. (Ce procès-verbal a, par ailleurs, été reproduit dans les Documents diplomatiques français, tome VIII, 17 janvier-20 mars 1938, p. 824-830.)

20 SHD/DAT, ibid., p. 6.

21 SHD/DAT, ibid., p. 9 et 11.

22 Sur l’attitude d’Édouard Daladier se reporter à Élisabeth du Réau, Édouard Daladier (1884-1970), Paris, Fayard, 1993, p. 196-197 et 334-340.

23 SHD/DAT, 7 N 2767, EMA/2 Espagne, cabinet militaire du ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Note pour l’état-major de l’armée », Paris, le 18 mars 1938.

24 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Entretien avec M. Prieto », Barcelone, le 26 mars 1938.

25 SHD/DAT, EMA/2 Espagne, 7 N 2755, « Compte rendu confidentiel de l’exposé fait par l’attaché militaire à Barcelone sur la situation militaire », 20 mars 1938. Ce compte rendu a été publié dans les Documents diplomatiques français 1936-1939, tome VIII, 17 janvier-20 mars 1938, Paris, Imprimerie nationale, 1973, p. 953-956. Notons que si le document qui a servi à la reproduction est conservé au Service historique de la Défense, il ne s’agit que d’une copie. Aucun des cinq exemplaires originaux n’a pu être retrouvé.

26 Colonel Defrasne, « À propos d’une mission de liaison », Bulletin des amis de l’ESG, no 82, 2/1979, p. 47.

27 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, « Compte rendu confidentiel de l’exposé fait par l’attaché militaire à Barcelone sur la situation militaire », 20 mars 1938, p. 1-2.

28 SHD/DAT, ibid., p. 2-3.

29 SHD/DAT, ibid., p. 4.

30 Entre novembre 1937 et février 1939, il semble que 415 appareils étrangers à destination de la République espagnole aient transité par la France. Parmi ceux-ci 365 venaient d’URSS, 18 de Tchécoslovaquie, 16 du Canada et 12 des États-Unis. Répartis ainsi : 255 chasseurs, 139 bombardiers, 11 avions de transport, 7 d’entraînement et 3 de liaison. D’après Jean Massé, Des avions pour l’Espagne. La guerre civile aérienne en Espagne vue de France, Saint-Estève, Les Presses littéraires, 2006, pages 116 et suivantes.

31 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, « Compte rendu confidentiel de l’exposé fait par l’attaché militaire à Barcelone sur la situation militaire », 20 mars 1938, p. 6.

32 SHD/DAT, ibid., p. 6 et 7.

33 Léon Blum fait allusion à cette phrase, vraisemblablement pour la première fois, dans un article du Populaire daté du 15 octobre 1945 : « Au surplus, personne ne m’a jamais proposé ou conseillé l’intervention, personne en Espagne ni en France, à l’exception de deux hommes. L’un est officier français qui m’a dit un jour dans mon cabinet : “Monsieur le président, un roi de France eût fait la guerre”. L’autre est un diplomate étranger dont j’ai lieu de croire qu’il avait mal compris ou mal suivi les instructions de son gouvernement… », L’œuvre de Léon Blum (1934-1937), p. 418.

34 Alain Dewerpe, Espion, p. 252.

35 Colonel Defrasne, « À propos d’une mission de liaison »…, p. 48.

36 « […] la question tchécoslovaque se posait et là, nous ne pouvions rien sans l’aide anglaise. Je me rappelle avoir fait cette objection au lieutenant-colonel Morel dans la conversation où il m’opposait Louis XIV et il me disait “mais l’intérêt espagnol est encore infiniment plus grand pour la France que l’intérêt tchécoslovaque”. » Charles Serre, Commission d’enquête parlementaire, p. 254.

37 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Entretien avec M. Prieto », Barcelone, le 26 mars 1938.

38 Constitué le 13 mars 1938, le second gouvernement Blum « tombe » le 9 avril 1938.

39 SHD/DAT, 7 N 2918, EMA/2 Italie, politique intérieure et extérieure, économie, dossier « négociations franco-italiennes, avril 1938 », « Note de l’attaché militaire à Barcelone au sujet du théâtre espagnol dans un conflit éventuel », trois feuillets manuscrits, non signés (l’écriture de Morel est cependant reconnaissable) et non datés.

40 SHD/DAT, idem.

41 SHD/DAT, 7 N 2918, EMA/2 Italie, ambassade de France en Italie, le général Henri Parisot, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre. « La politique étrangère de l’Italie », Rome, le 30 mars 1938.

42 SHD/DAT, 7 N 2915, EMA/2 Italie, [d.2] correspondance diplomatique, bordereau d’envoi du ministère des Affaires étrangères au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, 21 avril 1938, « Déclarations faites par l’Attaché militaire allemand à Paris au Conseiller de la légation de Suisse. Copie d’une lettre de l’ambassade de France à Berne du 5 avril 1938 no 241 » (vu par la section de DN, cabinet du général chef de l’EMA, cabinet du ministre vu par le général chef de cabinet, EMA/2e bureau) : Europe, M. Charles Alphand, ambassadeur de France à Berne, à son excellence monsieur Paul-Boncour, ministre des Affaires étrangères, « Déclarations faites par l’Attaché militaire allemand à Paris au Conseiller de la légation de Suisse ». Notons que le général Kühlental aurait été informé de cette possibilité d’intervention par le colonel Ungria, chef du SPIM de l’état-major de Franco.

43 SHD/DAT, 7 N 2918, EMA/2 Italie, « résumé d’une conversation entre l’attaché militaire français et une personnalité italienne bien placée en raison de sa situation et de ses attaches de famille (fils de M. Badoglio) », extrait d’une lettre adressée au lieutenant-colonel Gauché, 25 avril 1938. Notons que ce document a été vu par les généraux Gamelin et Georges.

44 Fonds privé Morel, correspondance active Morel/de Lattre, lettre du 28 janvier 1938, Barcelone.

45 SHD/DAT, 7 N 3041, EMA/2 Portugal, compte-rendu de la section des armées étrangères, 1er avril 1938.

46 SHD/DAT, idem.

47 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Entretien avec M. Prieto », Barcelone, le 26 mars 1938.

48 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Au sujet de la situation militaire », Barcelone, le 28 juillet 1938.

49 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Situation militaire », Barcelone, le 2 avril 1938.

50 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Situation militaire 12 avril », Barcelone, le 13 avril 1938. Indalecio Prieto ayant été contraint à la démission, Juan Negrín a procédé à la réorganisation du ministère de la Défense au début du mois d’avril. Ricardo Miralles, Juan Negrín. La República en guerra, Madrid, Ediciones Temas de Hoy, 2003, p. 213 et suivantes.

51 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Situation militaire le 20 avril », Barcelone, le 20 avril 1938.

52 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Au sujet de l’organisation de l’armée républicaine », Barcelone, le 2 juin 1938.

53 SHD/DAT, 7 N 2756, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Situation militaire au 10 novembre », Barcelone, le 10 novembre 1938.

54 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Situation militaire à la date du 30 juin 1938 », Barcelone, le 1er juillet 1938.

55 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Envoi d’une note sur l’intervention étrangère en Espagne », Barcelone, le 8 novembre 1938.

56 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Situation militaire au 10 novembre », Barcelone, le 10 novembre 1938.

57 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Situation militaire le 20 décembre », Barcelone, le 20 décembre 1938.

58 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Situation militaire 12 avril », Barcelone, le 13 avril 1938.

59 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Note pour le chargé d’affaires », Barcelone, le 6 juin 1938.

60 Fonds privé Morel, correspondance active Morel/de Lattre, lettre du 21 juillet 1938, Barcelone.

61 SHD/DAT, 7 N 2756, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Au sujet du défilé des brigades internationales », Barcelone, le 29 octobre 1938.

62 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Attitude des autorités militaires espagnoles à l’égard de l’attaché militaire », Barcelone, le 2 juin 1938.

63 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Influences étrangères en Espagne », Barcelone, le 11 juin 1938.

64 SHD/DAT, 7 N 2754, lettre manuscrite d’Henri Morel adressée au lieutenant-colonel Maurice Gauché, Madrid, le 18 septembre 1936.

65 Fonds privé Morel, EMA/2e bureau, « Rapport du chef de bataillon Morel, désigné comme attaché militaire à Madrid, au sujet de la mission de l’attaché militaire en Espagne », 6 juin 1936, p. 9.

66 SHD/DAT, 7 N 3186, EMA/2 SAE, « Note pour le colonel Palasse, attaché militaire de France, a/s du rapport sur le potentiel de guerre de la Russie », 30 mai 1938.

67 SHD/DAT, 13 Yd 602, dossier du général de brigade Louis Henri Morel. Notation extraite du relevé de note destiné à l’avancement signée par le général Maurice Gamelin, chef d’état-major général et vice-président du CSG, le 9 novembre 1936. Déjà cité, se reporter au chapitre 6.

68 Jean-Baptiste Duroselle, Tout empira périra. Une vision théorique des relations internationales, Paris, Publications de la Sorbonne, 1981, p. 98.

69 En appréhendant toutefois l’avenir : « Il n’y a pas de poste d’AM, plus lourd, plus mal monté, plus mal payé. Que fera-t-on de moi après ? » SHD/DAT, fonds Moscou, 2e versement, EMA/2, lettre manuscrite adressée au lieutenant-colonel Maurice Gauché, Barcelone, le 2 avril 1938.

70 SHD/DAT, 7 N 2767, EMA/2 Espagne, lettre manuscrite d’Henri Morel adressée au général Henri Dentz, Madrid, le 18 juin 1938. Annotation manuscrite du lieutenant-colonel Gauché.

71 SHD/DAT, fonds Moscou, 2e versement, EMA/2, lettre manuscrite adressée au lieutenant-colonel Maurice Gauché, Barcelone, le 21 avril 1938. Le lieutenant René Marteau, qui arrive à Barcelone peu de temps après cette lettre, sera son adjoint jusqu’à la fin de la guerre civile.

72 Né à Corenc dans l’Isère en avril 1900, Georges Gaillard a appartenu à la promotion « lettres » 1920-1923 de l’ENS. Historien de l’art et archéologue, il est spécialiste de la sculpture romane espagnole. En 1940, alors qu’il effectue un stage à la section du chiffre du 2e bureau de l’EMA, une enquête militaire officieuse le suspecte d’accointances avec le Parti communiste (SHD/DAT, 8 Ye 55582, dossier du lieutenant de réserve Georges Gaillard). C’est lui qui, en 1949, rédigera la nécrologie d’Henri Morel pour l’annuaire de l’ENS.

73 AN, fonds Édouard Daladier, 496 AP 7, 1 DA 7 dr 4, audition d’Édouard Daladier à la commission d’enquête, extrait de la partie consacrée à l’armement de la France et aux leçons tirées de la guerre d’Espagne, p. 34.

74 SHD/DAT, 7 N 2756, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Sort de Barcelone », Barcelone, le 18 janvier 1939.

75 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Au sujet d’une étude sur la guerre d’Espagne », Barcelone, le 18 juillet 1938. Les deux articles ont été publiés dans Le Temps des 12 et 14 juillet 1938.

76 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Au sujet d’un article du général Kindelan », Barcelone, le 18 juillet 1938.

77 SHD/DAT, ibid., extrait de la traduction de l’article paru dans le Heraldo de Aragon le 10 juillet 1938.

78 « Avec le temps, son jugement sur les insurgés se fait plus dur. […] En face, s’il est plus détaillé parce qu’il les connaît mieux, le portrait qu’il fait des républicains n’est pas totalement positif, même s’il évolue à l’inverse du précédent. » Éric Vial, « Louis Henri Morel… », p. 277 et 280.

79 SHD/DAT, 7 N 2756, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Note sur le caractère de l’intervention italienne en Espagne », Barcelone, le 5 janvier 1939.

80 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Sort de Barcelone », Barcelone, le 18 janvier 1939.

81 Guy Hermet, La guerre d’Espagne, p. 271.

82 « En parlant de Catalogne, M. Negrin ne voit sans doute pas sans joie dure et un peu sinistre, la France affrontée en un moment critique aux étrangers qui sont l’armature de la force Nationaliste. […] Il ne serait pas fâché, en partant, de mettre le feu derrière lui. La défaite militaire serait payée, et largement. Puisqu’il n’a pu amener les Démocraties occidentales à sauver l’Espagne Républicaine vivante, que son cadavre empoisonne l’atmosphère. Lui, va au Sud, durer, attendre. » SHD/DAT, 7 N 2756, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Chances du Centre-Sud », Perpignan, le 3 février 1939, p. 3-4.

83 SHD/DAT, ibid., p. 6.

84 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Entretien avec le général Rojo (1) », Perpignan, le 3 février 1939.

85 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, Perpignan, le 9 février 1939. Selon Guy Hermet, les troupes franquistes occupent le Perthus le 9 février à 2 heures de l’après-midi soit quelques minutes après le repli des derniers éléments républicains dont Morel a aussi été témoin. Guy Hermet, La guerre d’Espagne, p. 270.

86 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Au sujet des militaires réfugiés espagnols », Perpignan, le 13 février 1939.

87 AN, fonds Édouard Daladier, 496 AP 12, 2 DA 5 dr 1, « Compte rendu de l’attaché militaire à Barcelone : entretien secret avec le président Negrin », 7 janvier 1939.

88 Daladier autorisera à nouveau, pour une dizaine de jours, le transit du matériel soviétique par la France. Se reporter notamment à Guy Hermet, La guerre d’Espagne, p. 268 ; Jean-François Berdah, La Démocratie assassinée, p. 419 et à Ricardo Miralles, Juan Negrín. La República en guerra, Madrid, Ediciones Temas de Hoy, 2003, p. 302-304.

89 SHD/DAT, 7 N 2756, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Au sujet de l’armée républicaine », Barcelone, le 30 janvier 1939.

90 Geneviève Dreyfus-Armand, L’exil des républicains espagnols en France : de la guerre civile à la mort de Franco, Paris, Albin Michel, 1999, p. 42.

91 SHD/DAT, 7 N 2756, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Situation militaire le 1er février », Perpignan, le 1er février 1939, p. 6-7.

92 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Suggestion sur la destination à donner à l’Armée Républicaine », Perpignan, le 2 février 1939, p. 2-3.

93 SHD/DAT, ibid., p. 4.

94 SHD/DAT, 7 N 3874, EMA/3 « réfugiés espagnols », EMA/2, SAE, « renseignement », le 30 janvier 1939.

95 SHD/DAT, ibid., 16e région, état-major, 2e bureau, le général Fagalde, commandant la 16e région à monsieur le ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Situation dans les Pyrénées-Orientales », Perpignan, le 5 février 1939.

96 SHD/DAT, ibid., 16e région, état-major, 2e bureau, le général Fagalde, commandant la 16e région à monsieur le ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Situation dans les Pyrénées-Orientales », Perpignan, le 10 février 1939.

97 SHD/DAT, ibid., le général Fagalde, commandant la 16e région à monsieur le ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Situation dans les Pyrénées-Orientales », Perpignan, le 13 février 1939.

98 SHD/DAT, 7 N 2756, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « Au sujet des militaires réfugiés espagnols », Perpignan, le 13 février 1939. Voir aussi l’analyse de Jaime Martinez Parrilla, Las fuerzas armadas francesas ante la guerra civil española (1936-1939), Madrid, Ediciones Ejercito, 1987, p. 334-340.

99 SHD/DAT, 1 N 43, CSG, texte des accords signés à Burgos par M. Léon Bérard et le général Jordana, le 25 février 1939 (arrivé à l’état-major du vice-président du CSG, le 12 avril 1939).

100 Herbert Lottman, Pétain, Paris, Seuil, 1984, p. 215.

101 SHD/DAT, 7 N 2767, EMA/2 Espagne, extrait d’une lettre adressée au capitaine Lavène (section des missions), La Fusa, Crémieu (Isère), le 23 juin 1939. Sur le renvoi de l’adjudant Dargent se reporter au chapitre 7.

102 SHD/DAT, ibid., extrait d’une lettre manuscrite adressée au général Henri Dentz, 27 janvier 1939.

103 SHD/DAT, ibid., extrait d’une lettre manuscrite adressée au capitaine Lavène (section des missions), Perpignan, le 16 février 1939.

104 SHD/DAT, ibid., brouillon d’une lettre manuscrite du capitaine Lavène, 21 février 1939.

105 SHD/DAT, 7 N 2767, EMA/2 Espagne, extrait d’une lettre manuscrite adressée au lieutenant-colonel Gauché, Perpignan, le 25 février 1939. Notons que Gauché ne fait, dans la réponse qu’il lui adresse le 6 mars, aucune remarque sur ces propos.

106 Sur les risques encourus par un « agent » qui, lié au secret d’État, opte pour des révélations se reporter à l’analyse d’Alain Dewerpe dans : Espion, p. 270-274.

107 SHD/DAT, 7 N 2767, EMA/2 Espagne, extrait d’une lettre manuscrite adressée au capitaine Lavène (section des missions), Perpignan, le 8 mars 1939 (au soir).

108 SHD/DAT, ibid., le lieutenant-colonel Morel chargé de mission à Perpignan à monsieur le président du Conseil, ministre de la Défense nationale et de la Guerre (Direction de l’infanterie), « objet : demande d’affectation », Paris, le 14 mars 1939.

109 SHD/DAT, ibid., extrait d’une lettre manuscrite adressée au capitaine Lavène, La Fusa, Crémieu, le 4 avril 1939.

110 SHD/DAT, ibid., extrait d’une lettre manuscrite adressée au capitaine Lavène, La Fusa, Crémieu, le 23 juin 1939.

111 SHD/DAT, ibid., extrait d’une lettre manuscrite adressée au capitaine Lavène, le 4 avril 1939, La Fusa, Crémieu et extrait d’une lettre manuscrite adressée au lieutenant-colonel Joseph de Mierry, adjoint au chef du 2e bureau, La Fusa, Crémieu, le 29 juillet 1939.

112 Promu en mars 1939, il est alors le plus jeune général de l’armée française.

113 Institut de France, fonds de Lattre de Tassigny, dossier D2 : documents de presse, lettres. Ambassade de France en Espagne, attaché militaire (rayé), Perpignan, le 26 mars 1939.

114 Institut de France, idem. Notons qu’un développement identique figure dans une lettre envoyée au lieutenant-colonel de Mierry fin mai 1939 : « Je pense toujours qu’il y a eu une occasion française perdue. Pensez à un défilé non de la victoire [allusion au défilé des troupes franquistes à Madrid] mais de la paix et à la place que nous y aurions eue. Et les massacres actuels évités. On ne guérit pas d’une terreur rouge avec une terreur blanche. Ce sont deux maladies qui s’ajoutent. » SHD/DAT, 7 N 2767, EMA/2 Espagne, extrait d’une lettre manuscrite adressée au lieutenant-colonel de Mierry, La Fusa, Crémieu, le 4 avril 1939.

115 Les Conséquences politiques de la paix, Paris, Fayard, 1939, 251 pages.

116 Institut de France, fonds de Lattre de Tassigny, dossier D2 : documents de presse, lettres. Ambassade de France en Espagne, attaché militaire (rayé), Perpignan, le 26 mars 1939.

117 Pierre Cot, Le procès de la République, tome 1, New York, Éditions de la Maison française, 1944, p. 100.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540