Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un officier français dans la guerre d’Espagne

 | 
Anne-Aurore Inquimbert

Troisième partie. Attaché militaire près l’ambassade de France en Espagne (juillet 1936-mars 1939)

Chapitre 7. Connaissance des républicains (mai-décembre 1937)

Texte intégral

  • 1 SHD/DAT, 7 N 2767, Le ministre des Affaires étrangères à monsieur le président du Conseil, ministr (...)

1Cette période, marquée par d’importants changements politiques en Espagne gouvernementale, est une phase de transition pour l’attaché militaire français. Le ton alarmiste de ses premiers rapports, dans lesquels il pronostiquait l’imminence de la défaite républicaine, a cédé la place à une sorte d’enthousiasme indéniablement liée à la volonté d’organisation et aux réformes autoritaires du nouveau président du Conseil, Juan Negrín. Les rapports qu’il fait parvenir à l’EMA en 1937 présentent donc ces réformes comme constituant autant d’éléments de survie du régime républicain. Mais c’est aussi au cours de cette période, qu’à défaut de victoire, il défend l’idée d’un « abrazo de Vergara » auprès de certains membres du gouvernement espagnol. Cette paix, sans vainqueurs ni vaincus, maintenant une Espagne divisée, présenterait toujours moins de risques pour la France qu’une victoire totale des franquistes. Aucun document ne permet, hélas, de connaître l’impact de telles analyses auprès d’un haut commandant français depuis bien longtemps convaincu de la victoire de Franco. L’arrivée du nouvel ambassadeur, Eirik Labonne, conforte cependant Henri Morel dans son approche. Ces deux personnalités singulières vont en effet partager le même « sens averti des intérêts essentiels stratégiques ou politiques1 » français.

Témoin attentif des réformes militaires du gouvernement Negrín-Prieto

« Le grand événement de la quinzaine c’est le nouveau ministère2 »

  • 2 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, « extrait d’une lettre adressée par le lieutenant-colonel Morel (...)
  • 3 Pierre Vilar, La guerre d’Espagne…, p. 71.
  • 4 Idem.
  • 5 Ibid., p. 70.
  • 6 Bartolomé Bennassar met en exergue l’influence déterminante des communistes (et donc de Moscou) da (...)

2Lorsqu’à la fin mai 1937, le président du Conseil Largo Caballero est renversé par son ministre des Finances, le « socialiste autoritaire3 » Juan Negrín, l’attaché militaire français est loin de se douter des répercussions que ce changement va générer sur sa propre perception de la guerre d’Espagne et du gouvernement républicain. Tiraillée par les extrêmes, minée par « l’hétérogénéité régionale4 », usée par l’ingérence soviétique, l’autorité du gouvernement de Largo Caballero s’est peu à peu disloquée. La crise, longtemps larvée, éclate au grand jour au début mai en plein cœur de Barcelone, où de violentes émeutes opposent anarchistes (CNT), trotskistes (POUM) et communistes. Barcelone est alors au bord du chaos et la Généralité de Catalogne est contrainte de faire appel au gouvernement central. Ce dernier finit par imposer un cessez-le-feu et son pouvoir à la Généralité. À ce moment, comme le souligne l’historien Pierre Vilar, « il est presque surprenant que le pouvoir républicain ne succombe pas5 ». Largo Caballero, fortement discrédité, perd l’appui des communistes qui quittent son gouvernement et provoquent sa chute6. Les partisans d’un retour à l’ordre, de l’unité et d’une volonté commune dans la conduite de la guerre se retrouvent alors derrière deux membres de l’ex-gouvernement Caballero : les socialistes Juan Negrín et Indalecio Prieto (alors ministre de la Marine et de l’Air).

  • 7 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri More (...)
  • 8 Guy Hermet, La guerre d’Espagne…, p. 144-145.
  • 9 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, « extrait d’une lettre adressée par le lieutenant-colonel Morel (...)

3Le gouvernement Negrín, composé de « bourgeois modérés7 », reçoit l’agrément du président de la République, Manuel Azaña, le 17 mai 1937. Outre Indalecio Prieto à la Défense, il comprend notamment José Giral (aux Affaires étrangères) et Julian Zugazagoitia (fidèle de Negrín, à l’Intérieur) ainsi que les deux ministres communistes (à l’Éducation et à l’Agriculture) qui, les premiers, avaient claqué la porte du ministère Caballero. Pour Guy Hermet, ce gouvernement « des plus rassurants pratique d’entrée de jeu une politique de rétablissement de l’ordre intérieur et de restauration du crédit extérieur de l’État républicain », et ce même si sa constitution est la conséquence d’une « guerre civile dans la guerre civile8 ». Le 25 mai 1937, le lieutenant-colonel Morel mentionne ce changement de gouvernement pour la première fois dans une lettre adressée au chef du 2e bureau et voici comme il le décrit : « Le grand événement de la quinzaine c’est le nouveau ministère. C’est une espèce de coup de force contre les organisations syndicales appuyé par la police, les carabiniers et l’armée. En somme un nouveau “18 juillet 1936” à l’intérieur du Front populaire. Prieto-Negrín manœuvrent pour débaucher ou compromettre les chefs syndicaux. Ils sont portés par une vague populaire qui les prend pour “ceux qui donneront la paix”. Tout le monde espère une médiation9. » Si aucune allusion à l’influence déterminante du Parti communiste dans la chute du ministère Caballero ne figure dans cette première analyse, force est de constater qu’il ne perçoit pas non plus les velléités guerrières du gouvernement Negrín. À ce stade, Morel semble croire en la possibilité d’une paix à plus ou moins long terme.

4Quatre jours plus tard, dans son rapport destiné au ministre, l’attaché militaire revient plus largement sur cette crise ministérielle :

  • 10 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militai (...)

« La quinzaine n’a été marquée par aucune action de guerre importante pourtant du point de vue militaire, les événements politiques qui se sont déroulés ont, pour la suite du conflit, plus de gravité qu’une bataille. […] Monsieur Largo Caballero, le meneur du syndicalisme révolutionnaire, l’homme de la Révolution, a été renversé par une étrange coalition : des bourgeois modérés […]. Un ministère Prieto-Negrin-Giral, appuyé par le général Miaja maître d’une armée disciplinée, voilà une curieuse et rapide revanche des émeutes de juillet. […] On voit donc qu’il n’est pas paradoxal d’appeler la récente crise un “18 juillet inversé”. […] Ce pronunciamiento feutré, sans bruit de bottes, a été permis par la lassitude de tous. Pour qu’il ait des effets durables, il s’agit de savoir si le dynamisme révolutionnaire des syndicats est épuisé. À première vue, il semble l’être : les chefs gavés, embourgeoisés, sont prêts à toutes les compromissions. […] Personne ne peut prévoir l’avenir, surtout en Espagne où tout se fait par impulsions successives. […] En tous cas on passe de plus en plus de la phase de l’enthousiasme à celle de l’organisation. […] Le peuple espagnol n’aime pas la révolution constructive. Il aime, par moment, l’émeute, sa violence, ses spasmes puis il se détend. Ce n’est pas un peuple d’idéologues. L’idéologie n’est qu’une façade. C’est un peuple d’instincts. Les temps héroïques sont passés, les drapeaux rouges ne doivent pas donner le change : ils ne sont plus là que pour servir de linceuls à une révolution qui agonise10. »

  • 11 Pour Peter Jackson, « les points de vue de Morel n’ont aucune influence sur l’état-major. La convi (...)

5Cette analyse fondamentale marque une rupture, en quelques jours Morel est parvenu à modifier son approche. Ainsi cette crise ministérielle n’est pas un « nouveau 18 juillet 1936 », comme il l’écrivait au lieutenant-colonel Gauché, mais plutôt « un 18 juillet inversé », « un pronunciamiento feutré, sans bruit de bottes » : un changement de pouvoir opéré en toute légalité. Et cette « étrange coalition » de « bourgeois modérés » a formé un nouveau gouvernement non révolutionnaire ; car, in fine, le peuple espagnol n’est pas un peuple « d’idéologues » mais « un peuple d’instincts ». Quant à la dernière phrase, elle révèle toute la distance critique dont Morel fait preuve face à l’emprise soviétique en Espagne et à l’éventualité d’une révolution. Si une nouvelle fois la question de la réception d’un tel rapport à l’EMA se pose11, cette phrase est intéressante car elle préfigure les analyses qu’il rédigera, en 1938, sur le Parti communiste espagnol.

  • 12 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri More (...)
  • 13 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militai (...)
  • 14 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militai (...)
  • 15 Se reporter à Ricardo Miralles, Juan Negrín. La República en guerra, Madrid, Ediciones Temas de Ho (...)
  • 16 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri More (...)

6Pour Morel, Juan Negrín et Indalecio Prieto s’imposent peu à peu comme les personnalités les plus résolues à la défense de la République espagnole et à l’instar de sa perception des membres du haut commandement républicain, les portraits qu’il fait d’eux sont souvent très révélateurs. Ainsi, Prieto apparaît comme « un homme de gouvernement, au fond sans parti12 », ou encore comme celui « qui entre lui-même dans la bataille toutes les fois que quelque chose faiblit13 ». En dépit d’une apparence presque répulsive, Morel sent en Prieto une détermination sans limite qu’il ne manque pas de relever : « Ces yeux durs, reptiliens, sous des paupières presque fermées, ce corps que l’obésité rend informe mais qu’on oublie, cette main molle et comme sans os, cette voix âpre, nette donnent une impression qui n’est pas plaisante, mais forte. Il y a dans cet homme […] une souplesse presque monstrueuse, jointe à une dureté presque inhumaine14. » Mais la description la plus saisissante est encore celle qu’il consacre à Juan Negrín. Scientifique de renom issu de la haute bourgeoisie espagnole – ancien professeur de médecine à l’université de Madrid (spécialisé en physiologie), formé en Allemagne, il est l’un des précurseurs de la biochimie – Negrín est un intellectuel15. Une personnalité d’envergure pour Morel qui n’aura de cesse de souligner ses qualités sans ne jamais formuler de critique ouverte sur ses principales décisions : « Dire que M. Negrin est intelligent, ce n’est pas l’essentiel. Ce qui domine chez ce professeur, c’est le tempérament. Il ne donne pas exactement une impression de puissance mais de vie surabondante. Il est très bien portant et très équilibré, très direct, très lucide, très simple. […]. M. Negrin semble le seul auquel sa lucidité permet de se juger et de s’expliquer16. »

  • 17 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militai (...)

7La réorganisation de l’armée républicaine à laquelle s’attelle le gouvernement Negrín focalise l’attention de Morel qui lui consacre plusieurs rapports. La première réforme de taille vise à l’unicité de la conduite de la guerre avec la création d’un ministère de la Défense nationale composé de quatre sous-secrétariats : terre (ou guerre), marine, air et munitions. Indalecio Prieto met ainsi fin à une situation duale qui voyait la coexistence d’un ministère de la Guerre et d’un ministère de la Marine et de l’Air. Afin de parfaire cette réforme, un état-major central est créé et confié au colonel Vicente Rojo. Un poste « que ce dernier avait refusé en mars à Largo Caballero. Les mauvaises langues disent que, privé de Rojo, Miaja ne peut guère se suffire à lui-même ; c’est une autre raison de penser que le chef d’EMG annonce le généralissime ». En outre, dans la partie de son rapport du 29 mai 1937 qu’il consacre à l’organisation de « l’armée régulière de la République », Morel tient à préciser – hormis le rôle de cet état-major (« Les chefs des états-majors des armées de terre ; de l’aviation, de la marine, inspectent la partie des forces armées qui dépendent d’eux. Un chef d’état-major central coordonne leur action. Ce chef, c’est le chef de l’état-major de l’armée de terre. ») – que cette armée a « renoncé aux offensives sanglantes et inutiles de diversion » et qu’elle « économise ses munitions17 ».

  • 18 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militai (...)
  • 19 SHD/DAT, idem.
  • 20 SHD/DAT, idem. Voir aussi l’analyse de Jaime Martinez Parrilla, Las fuerzas armadas francesas ante (...)
  • 21 Fonds privé Morel, correspondance active Morel/de Lattre, lettre du 30 janvier 1934, (s.l.).

8Au-delà de cette réforme « organisationnelle », l’autre mesure d’importance prise par le gouvernement Negrín tient à la « création d’une armée politiquement obéissante », c’est-à-dire laissée temporairement aux mains des communistes. À leur initiative, les décrets de discipline se multiplient et Morel de remarquer très justement que « par haine du désordre, les modérés se sont donnés aux communistes qui représentent l’ordre – sans réfléchir à la nature de cet ordre, et au prix final de cette adhésion18 ». Même si, une nouvelle fois, il émet de sérieuses réserves quant à l’avenir de l’ingérence soviétique en Espagne : « En temps de guerre, on peut douter que le peuple espagnol que l’amour d’une liberté poussé jusqu’à l’anarchie a soutenu seul dans la lutte, accepte de mourir pour défendre une dictature contre une autre dictature19. » Puis, poussant son raisonnement plus loin encore, il conclut : « Je m’excuse de ces considérations politiques qui paraissent sortir de ma spécialité, mais dans une guerre civile, elles commandent et expliquent. Si le gouvernement d’ici devait perdre la guerre, ce ne serait pas pour des fautes tactiques et techniques, mais pour avoir porté atteinte à sa seule force, l’élan révolutionnaire de l’armée20. » Il est intéressant de constater qu’il revient ici sur un thème qui lui est cher, celui de l’identité du peuple espagnol : ce peuple que « l’amour d’une liberté poussé jusqu’à l’anarchie a soutenu seul dans la lutte ». Cette allusion est-elle le fruit d’un vieux réflexe nationaliste, évidemment stéréotypé, ou le reflet d’un certain goût bien personnel pour la liberté et l’anarchie ? « Belle fin pour un intellectuel anarchiste21 » glissait-il ironiquement à de Lattre en 1934. On se souvient, en outre, que ces considérations sur les Espagnols apparaissaient déjà dans son « Introduction à une étude de l’organisation militaire espagnole » parue en 1935 dans la Revue militaire française.

  • 22 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri More (...)
  • 23 Guy Hermet, La guerre d’Espagne…, p. 148.
  • 24 Le plus fort de la crise entre les deux hommes n’intervenant qu’en novembre. Cf. Ricardo Miralles,(...)

9Dans le courant de l’automne 1937, le ministre de la Défense Indalecio Prieto fait adopter un texte « interdisant une fois de plus la politique dans l’armée22 ». Mais à la différence des précédents décrets, l’objectif du ministre est de reprendre le contrôle de l’armée républicaine et donc de desserrer l’étau communiste. Pour l’historien Guy Hermet, « anticommuniste déclaré », Indalecio Prieto est « partisan d’une dépolitisation totale de l’armée23 » ; or la première étape de cette dépolitisation passe bien évidemment par la neutralisation du commissariat politique. Témoin du bras de fer qui s’engage entre Prieto et Álvarez del Vayo, Henri Morel livre à Édouard Daladier et à l’EMA une analyse parfaitement claire de la situation et ce, dès le 6 octobre 193724 :

  • 25 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri More (...)

« Tout porte à croire que pour rétablir l’État dans toute sa souveraineté et pour profiter personnellement du même coup, des avantages de manouvre que donne une autorité unique, le ministre de la Défense s’efforce d’éliminer ses rivaux et ceux qui le contrôlent. Le chef du commissariat politique, M. Alvarez del Vayo a représenté depuis octobre le commandement spirituel et moral de l’armée : c’était “l’autre moitié de Dieu”. Maître du corps des commissaires politiques qu’il avait choisis, leur adressant des directives en dehors de la hiérarchie militaire, il est, pour qui veut dominer l’armée, un adversaire redoutable ou un collaborateur encombrant. Aussi l’avait-on donné comme successeur probable de M. Prieto. Il se pourrait, d’après certains renseignements, que la lutte s’engageât bientôt entre le “chef temporel” et le “chef spirituel” de l’armée au sujet du commissariat de guerre. Il est assez difficile de concevoir une armée apolitique, contrôlée par des commissaires politiques qui, dans la conception qu’ils se font de l’orthodoxie, ne sauraient oublier leurs idées originelles. Quand le parti communiste prêchait l’“apoliticisme” dans l’armée, on comprenait très bien qu’il voulait simplement en éliminer les tendances qui n’étaient pas les siennes. Quand M. Prieto qui est un homme de gouvernement, au fond sans parti, reprend les mêmes affirmations, c’est autre chose, et l’on ne voit pas très bien l’application de cette doctrine coïncider avec l’exercice de leur autorité tel que le conçoivent les commissaires politiques actuels. L’ordre de M. Prieto pourrait donc bien préparer la mainmise du ministère de la Défense sur le commissariat politique ou une diminution de ses attributions25. »

  • 26 SHD/DAT, idem.
  • 27 Fonds privé Morel, À la veille de la conférence de limitation des armements quelques aspects du pr (...)

10Cette mainmise du gouvernement Negrín sur l’armée républicaine est aussi révélatrice de la méfiance que les politiques éprouvent envers les officiers qui leurs sont restés fidèles ; ce qui amène l’attaché militaire français à conclure son rapport en citant… Saint-Just : « Pour résumer l’ordre de M. Prieto, il suffirait de rappeler la brève parole de Saint-Just lors de son refus du vote des militaires “La force armée est essentiellement obéissante”. Il n’est pas douteux qu’il est bon qu’elle le soit : les réflexions qui précèdent montrent que Ministre de la Défense, dans une manœuvre politique dont on n’aperçoit pas encore tous les prolongements, a intérêt à ce qu’elle le soit26. » Le contexte aidant, Morel se permet d’afficher ici un légalisme pour le moins intransigeant : « Il n’est pas douteux qu’il est bon qu’elle le soit », juge-t-il. Mais, là encore, cette remarque n’est en rien circonstancielle. En 1932, lors d’une conférence faite au CHEM, Morel fustigeait déjà les principes napoléoniens octroyant les « pleins pouvoirs » au haut commandement français en temps de guerre27. Ce qui, bien évidemment, éclaire un pan entier de son attitude vis-à-vis de la rébellion militaire espagnole. En outre, cette référence à Saint-Just consacre le libre-penseur reniant plus que jamais toute forme de dogmatisme intellectuel.

11Lorsqu’Indalecio Prieto obtient la démission de Julio Álvarez del Vayo (fin novembre 1937), Morel rédige un bref bilan de l’action du commissariat politique dans lequel il revient sur le peu d’emprise politique des Soviétiques mais aussi sur l’importance de la ferveur révolutionnaire au sein de l’armée républicaine :

  • 28 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri More (...)

« Le commissariat politique créé en septembre 1936 par M. Alvarez del Vayo sous l’inspiration de M. Rosenberg, ambassadeur de l’URSS, a rempli pendant un an un rôle capital. […] Mais cette autorité politique était nulle : aussi le commissaire politique qui, à défaut de science représentait la flamme révolutionnaire, a-t-il joué un rôle moral qui fut pour beaucoup dans la cohésion dont l’Armée Républicaine fit preuve dans la première moitié de 1937. […] Les cadres subalternes de l’armée sont toujours très médiocres. Les cadres supérieurs, ou médiocres ou peu sûrs. Le commissaire était un mal, mais peut-être était-il un mal nécessaire. Lui seul représentait encore une étincelle de l’ardeur révolutionnaire disparue28. »

12Les sévères critiques de l’état-major de l’armée, dénonçant la partialité dont il avait pu faire preuve au cours de l’année 1936, n’ont eu aucune espèce d’influence sur son approche de la guerre d’Espagne. Morel continue, en effet, à afficher son antifascisme qui se traduit par une évidente complaisance à l’égard des républicains espagnols. Au-delà des analyses politiques qu’ils contiennent, ses rapports sont parfois révélateurs d’opinions bien personnelles sur le légalisme, l’individualisme (confinant parfois à l’anarchisme), ou encore sur le crédit militaire qu’il octroie à « l’ardeur révolutionnaire ».

Détail des relations de l’attaché militaire français avec le gouvernement républicain

  • 29 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militai (...)
  • 30 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militai (...)
  • 31 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri More (...)
  • 32 SHD/DAT, idem.

13Reste à savoir si cette approche positive du gouvernement Negrín ainsi que cette attention particulière portée d’emblée aux réformes entreprises ont facilité la mission de l’attaché militaire auprès des autorités républicaines. Le 3 juin 1937, alors qu’il rend compte de l’entretien qu’il vient d’avoir avec le sous-secrétaire d’État à la guerre, Morel débute son rapport par cette phrase : « Depuis la constitution du nouveau ministère, j’ai repris mes démarches, dont j’ai l’honneur de vous signaler les difficultés et l’insuccès, en vue d’obtenir communication de renseignements sur le matériel italien et allemand capturé par les troupes gouvernementales : je n’ai jamais perdu de vue que vos directives me donnaient cette recherche comme constituant l’essentiel de ma mission présente29. » Toutefois, comme la suite du document le laisse entendre, ce premier entretien avec le nouveau sous-secrétaire d’État, Antonio Fernandez Bolaños « ancien colonel du génie, chargé depuis la guerre civile de missions d’achat en France et aux États-Unis30 », se révèle plus fructueux ; puisque ce dernier va jusqu’à confier à l’attaché militaire français « qu’il ne verrait personnellement que des avantages à une liaison plus étroite entre les deux armées et à la venue d’une mission française pour suivre les opérations31 ». Si Henri Morel ne cache pas ses réserves face à une telle proposition, qui pourrait s’avérer compromettante pour le gouvernement français si le général Franco devait l’emporter rapidement, il ne peut s’empêcher d’indiquer que « cette offre [marque] l’indice de possibilités futures que la situation militaire générale, toujours imprécise ne nous permet pas pour le moment ni d’accueillir, ni moins encore d’écarter avec dédain32 ». Bien sûr l’opportunité d’envoyer une mission française composée de spécialistes de l’armement afin d’étudier le matériel italien et allemand utilisé dans les récents combats espagnols ne devait pas échapper au haut commandement français. Mais une fois encore, le ton employé ne manque pas de surprendre, même si aucun élément ne permet de connaître les réactions qu’un tel avertissement a pu générer tant dans les couloirs du cabinet du ministre que dans ceux de l’EMA.

  • 33 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militai (...)
  • 34 SHD/DAT, ibid., p. 1-2.
  • 35 SHD/DAT, ibid., p. 3.
  • 36 SHD/DAT, idem. Édouard Daladier donne son accord pour l’envoi d’une mission de techniciens de l’ar (...)

14Dans les mois qui suivent, les entretiens de l’attaché militaire français avec le sous-secrétaire d’État à la guerre, Fernandez Bolaños, se multiplient. Si bien qu’à la fin septembre 1937, Morel juge l’homme « intelligent et fin, franc et compréhensif », « un esprit réaliste […] [qui] entrevoit la victoire gouvernementale comme très éloignée33 ». Ayant réitéré sa demande de renseignements sur le matériel étranger, Morel précise qu’il n’a pas hésité à avancer « que si [il] n’avait pas le droit d’être traité comme le représentant d’un pays allié, [il] avait tout de même celui de n’être pas traité absolument comme un neutre34 ». L’éventualité de la venue d’une mission militaire française étant à nouveau évoquée par le sous-secrétaire d’État, l’attaché militaire se borne cette fois-ci à conclure : « Je vous transmets toutefois à nouveau cette suggestion dont il ne m’appartient pas au surplus de juger l’opportunité35. » L’enthousiasme qui était perceptible dans son précédent rapport a laissé place à un ton plus mesuré reflétant, outre l’exaspération de ne pas être renseigné directement lui-même, « l’idée […] que la venue de la mission était attendue dans un but de propagande, dans l’espoir de présenter des observateurs comme des conseillers36 ».

  • 37 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri More (...)

15Au demeurant, cette dernière remarque n’empêche pas Antonio Fernandez Bolaños d’apparaître comme un interlocuteur précieux aux yeux de l’attaché militaire français qui, à la fin de l’année 1937, en arrive à partager ses analyses sur la guerre civile : « J’ai eu avec le sous-secrétaire à la Guerre un long entretien au cours duquel il a examiné devant moi avec beaucoup d’objectivité la situation militaire. J’ai trouvé fort raisonnables ses propos, sans doute parce qu’ils coïncident exactement avec mon propre sentiment37. » Ces lignes sont extraites d’un rapport de six pages, rédigé en décembre 1937, qui dénote un réel parti pris. À plusieurs reprises, en effet, Henri Morel corrobore – plus ou moins explicitement – les remarques relatives à la politique de la France à l’égard de la République espagnole formulées par le sous-secrétaire d’État à la Guerre :

  • 38 SHD/DAT, ibid., p. 5 et 6.

« M. Fernandez Bolaños termine par le couplet obligatoire sur la nécessité d’une aide militaire française. Il le fait avec une grande discrétion et sans illusion. […] En terminant le secrétaire à la Guerre me répète combien il regrette que la France n’ait pas accordé son aide au Gouvernement Républicain, fut-ce sous la forme réduite d’envoi de techniciens militaires et d’officiers d’état-major. Je crois devoir vous transmettre ces propos qui sont modérés et aussi objectifs que peuvent l’être ceux d’un homme qui a une responsabilité écrasante. L’organisation de l’armée est son œuvre. […] Dans les paroles, dans l’attitude du Sous-Secrétaire à la Guerre, il n’y a qu’énergie et optimisme raisonnable38. »

  • 39 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militai (...)
  • 40 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militai (...)

16En fait, l’idée d’un « abrazo de Vergara39 » – d’une paix de compromis – anime toujours Morel. Une Espagne « partagée » préserverait les intérêts de la France en annihilant, pour un temps, toute velléité de revanche et toute alliance viable avec l’Allemagne ou l’Italie, aussi voici ce qu’il écrit : « Je dis à M. Fernandez Bolaños que beaucoup de français désireraient une paix sans vainqueur parce qu’ils croient qu’une victoire totale de l’un ou de l’autre parti ne serait qu’une trêve et le prélude d’une autre guerre civile40. » On se souvient que Morel avait salué à plusieurs reprises les réformes entreprises par Largo Caballero ; de ces réformes dépendait en effet la survie de la République espagnole et donc la préservation des intérêts français. L’arrivée au pouvoir de Juan Negrín, « bourgeois modéré » et autoritaire, n’a pu que constituer un espoir pour l’attaché militaire français qui, en dépit des défaites de l’armée républicaine, a perçu dans la volonté de cet homme une potentialité de résistance au fascisme plus forte encore.

L’armée républicaine

Perception « organisationnelle »

  • 41 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militai (...)
  • 42 Notamment avec l’emploi du terme « rouges », comme le souligne Antoine Prost dans sa préface de l’ (...)

17Au cours de l’année 1937, Morel s’emploie à signaler aux autorités françaises chacune des mesures prises par le gouvernement républicain espagnol en faveur de l’organisation de « l’armée régulière de la République41 », comme il l’écrit dans son rapport du 29 mai. En fonction des renseignements que l’état-major central veut bien lui communiquer, il s’attache à expliciter son ordre de bataille ou encore à détailler les efforts fournis par son commandement pour en faire un « outil » fiable. Il est important de remarquer que Morel n’emploie jamais de terme péjoratif pour qualifier cette armée populaire alors fort peu considérée par le haut commandement français42. Aussi, bien que décrivant une réalité – l’organisation des forces républicaines –, l’attaché militaire s’oppose aux jugements souvent très sévères portés dans les milieux militaires français sur l’armée républicaine espagnole.

  • 43 Les Leçons de la guerre d’Espagne, Paris, Plon, 1938, 237 pages et Les Espagnols et la guerre d’Es (...)

18Les deux ouvrages publiés par le général (en retraite) Maurice Duval en sont une excellente illustration43. Sa première visite des lignes franquistes, en 1937, lui inspire ses Leçons de la guerre d’Espagne publiées l’année suivante chez Plon. La préface signée du général Weygand nous éclaire, presque à elle seule, sur les opinions très nettement favorables au général Franco alors en vogue chez des officiers généraux libérés de leur devoir de réserve :

  • 44 Général Maurice Duval, Les Leçons de la guerre d’Espagne, Paris, Plon, 1938, préface du général Ma (...)

« [Le conflit] qui nous occupe oppose […], à l’origine, un gouvernement établi et un petit groupe d’hommes décidés à libérer leur pays d’une insupportable servitude. Au début, le premier possède tous les éléments de supériorité, l’armée et son matériel, la plus grande étendue du territoire, l’or, les ports et presque toute la flotte, et par là l’aptitude à recevoir l’aide de l’extérieur. Mais ce gouvernement n’a pas d’unité, il subit la tare d’une influence étrangère. Il peut avoir des passions, mais non un idéal. Aussi se montre-t-il inapte à organiser une armée ; il ne rassemble sous ses drapeaux qu’une foule. Cette impuissance originelle se retrouve dans le domaine stratégique lorsqu’il s’agit d’établir un plan et la faiblesse de l’organisation et de la conception se retrouvent fatalement, malgré l’acharnement des combattants, dans la conduite des opérations.
Après dix-huit mois de lutte, la situation est renversée. Le gouvernement national est maître de plus de la moitié du territoire, et y assure une activité et une existence normales ; il a une armée et une flotte, il a su conquérir la liberté de la mer. Son succès s’affirme de jour en jour parce qu’il possède à sa tête un homme, un chef animé d’un ardent patriotisme, qui sait et qui veut. Sa ligne de conduite, droite et courageuse sur le plan politique, s’affirme réalisatrice quand il s’agit d’organiser une armée, prévoyante et persévérante dans la fixation de ses objectifs stratégiques, méthodique et offensive dans la conduite des opérations. La victoire ne peut sortir de l’anarchie et de l’ignorance44. »

  • 45 Revue militaire générale, « Livres et revues », 1938, 2e série, tome IV, p. 419-420.
  • 46 SHD/DAT, fonds Moscou, 2e versement, EMA/2 Espagne, extrait d’une lettre manuscrite adressée au li (...)

19Cet ouvrage trouve indéniablement son lectorat parmi les militaires d’active. Ainsi, dès sa parution, la Revue militaire générale lui réserve une place de choix dans ses chroniques et n’hésite pas à saluer « une œuvre durable, indépendante des fluctuations politiques ou militaires », dont la conclusion « logique et émouvante » expose comment le gouvernement espagnol de Front populaire « “flottant sur une masse chaotique, inarticulée, inadaptable à une tâche guerrière” a tout laissé tomber de ses mains ». Alors que dans sa « très belle préface », « l’ancien généralissime formule cette vérité : “La victoire ne peut sortir de l’anarchie et de l’ignorance”45. » Au reste, dans une lettre adressée au lieutenant-colonel Gauché, Morel se plaint de ce livre et surtout de sa préface qui aurait contribué à réduire à néant une partie de son travail : « Il y a un article du général Weygand qui est lui aussi une catastrophe. C’est une préface à un livre du général Duval. Je ne la connais pas. Mais tout le monde en parle ici et l’on nous dit : “Nous savons ce que les officiers français pensent de nous.” Bref deux maladresses, coïncidant avec la défaite de Teruel, rendent ma position en ce moment fort pénible. J’allais justement obtenir des renseignements promis sur les attaques par aviation : la porte s’est largement fermée. La patience ne me manque pas. Mais le diable sort des imbéciles46 ! »

  • 47 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri More (...)
  • 48 SHD/DAT, ibid.

20Dans les papiers qu’il consacre à l’organisation du haut commandement républicain, il est intéressant de remarquer que Morel privilégie presque systématiquement l’approche politique. Deux rapports rédigés en octobre 1937 sont, à ce titre, très éloquents. Dans l’un, l’attaché militaire suggère que la perte de la ville de Malaga n’est pas l’unique raison du limogeage des généraux Asencio Torrado, Martinez Cabrera et Martinez Monje47. Remarque qui l’amène à aborder l’importance du clientélisme pour le gouvernement républicain qui « à tort ou à raison, […] redoute des trahisons [qu’il] s’efforce […] d’empêcher par la crainte48 ». Si la décision d’écarter le général Asencio est inévitablement liée aux relations privilégiées que ce dernier a pu entretenir avec Largo Caballero, Morel précise que le nouveau président du Conseil s’est, pour sa part, attaché le colonel Vicente Rojo. Mais ses réflexions sur les affinités politiques des militaires espagnols ne se limitent pas à ces seules considérations qui, en un sens, relèvent de l’évidence. Morel développe, en effet, une analyse véritablement saisissante selon laquelle un certain nombre d’officiers nationalistes seraient susceptibles de rejoindre le gouvernement républicain qui apparaîtrait désormais « comme le vrai gouvernement national » :

  • 49 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militai (...)

« Il n’y aurait rien d’étonnant à ce que la fidélité d’une partie des cadres de l’armée nationaliste au Gouvernement de Burgos ne fut pas absolue. L’élément “carliste” (clergé, parti monarchiste, réactionnaires purs) semble l’emporter chez les Nationalistes, sur l’élément du “mouvement” (phalange, militaires libéraux). Or il faut se souvenir que depuis plus d’un siècle, l’armée a toujours penché vers ce que nous appelons “la gauche”. Sa désaffection a causé la chute de la dictature Primo ; les juntes d’officiers ont toujours représenté un facteur anticlérical et anti-conservateur. Beaucoup de militaires importants sont affiliés à la franc-maçonnerie. […] Dans la mesure où le Gouvernement de Valence se débarrasse des extrémistes, dépend moins des Russes et redevient un Gouvernement qui gouverne, il peut apparaître à certains nationalistes comme le vrai gouvernement national49. »

  • 50 Se reporter à Éric Saunier (dir.), Encyclopédie de la franc-maçonnerie, Paris, Le livre de poche, (...)
  • 51 SHD/DAT, 7 N 2761, bulletins de renseignements divers Espagne, télégramme chiffré de « attaché mil (...)

21Comment l’attaché militaire a-t-il pu considérer que des officiers francs-maçons auraient pu s’engager, dans un premier temps, auprès du général Franco – dont l’hostilité à l’encontre de la franc-maçonnerie était notoire50 – pour ensuite se rendre compte du caractère « réactionnaire pur » de la rébellion militaire et donc rejoindre le gouvernement républicain à Valence ? Notons que le premier décret antimaçonnique émanant du gouvernement nationaliste date du 15 septembre 1936 ; on voit mal comment des « militaires importants […] affiliés à la franc-maçonnerie » auraient pu, si tant est qu’ils aient pris part au putsch, rester dans les rangs de l’armée franquiste jusqu’à la fin 1937. En fait, cette analyse semble plus être le fruit d’une sorte d’intime conviction et d’un état d’esprit particulier que la description d’une réalité vraiment observée, même si une information de cette nature lui a bien été communiquée51, tant il paraît improbable que des officiers nationalistes aient rejoint en nombre, courant 1937, les rangs de l’armée républicaine pour des raisons idéologiques. Toutefois, ce rapport est révélateur des sentiments d’Henri Morel à l’égard du gouvernement Negrín. Il est évident que lorsque les informations qu’il reçoit du gouvernement républicain correspondent à sa perception subjective des événements, ces dernières font l’objet d’un rapport.

Perception « tactique »

  • 52 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri More (...)
  • 53 SHD/DAT, idem.
  • 54 SHD/DAT, idem.
  • 55 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militai (...)
  • 56 Sur le problème de l’autonomie de l’aviation et de la lutte d’influence entre ministère de la Guer (...)
  • 57 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri More (...)
  • 58 SHD/DAT, 7 N 2758, EMA/2 SAE et SHD/Air, 2 B 78 et 79, EMAA/2e bureau, Espagne. Trois attachés de (...)

22Après la conquête de Bilbao (11 juin 1937), l’armée nationaliste resserre l’étau autour du dernier débouché républicain sur l’océan Atlantique situé entre les villes d’Oviedo et de Santander. Toutefois au début juillet, l’état-major républicain décide de tenter une manœuvre de diversion et lance une offensive à quelques dizaines de kilomètres à l’ouest de Madrid en direction de la ville de Brunete. Pour l’attaché militaire français, cette bataille est l’occasion d’observer la « médiocrité » des unités terrestres – toujours aussi sous encadrées et sous équipées – de la « nouvelle » armée républicaine qui, de fait, a poussé le commandement à « confier le rôle principal à l’aviation52 ». Mais si l’aviation républicaine « énergique et disciplinée, s’est prodiguée sans compter », elle « n’a pas été suivie par des forces terrestres, molles et sans âme qui n’ont pas su exploiter la brèche ouverte dès le premier jour dans la résistance ennemie ni profiter de l’attaque elle-même53 ». Ce qui l’amène inévitablement à conclure que l’on court de grands risques à concevoir l’aviation « comme une panacée54 ». Une remarque qu’il avait déjà formulée fin 1936 au sujet des bombardements de l’aviation nationaliste sur Madrid55. Morel reste donc très influencé par la doctrine française d’emploi de l’arme aérienne telle que voulue par un haut commandement composé pour l’essentiel d’officiers de l’armée de terre56. Dès lors les simples résultats négatifs de la bataille de Brunete tendent à confirmer que l’autonomie de l’aviation n’est pas concevable. Ce qui, pour autant, ne va pas l’empêcher de se montrer de plus en plus intéressé par les questions relatives à l’aviation et notamment celles se rapportant à l’aviation de bombardement en laquelle il voit, avant tout, une arme aux effets psychologiques redoutables57. Ajoutons qu’en traitant de ces questions Morel apporte de précieux éléments au 2e bureau de l’état-major de l’armée de l’air, qui ne dispose plus d’attaché sur place depuis le début de l’été. Afin de pallier l’absence d’information, le ministre de l’Air a été contraint de solliciter le ministre de la Guerre pour obtenir la transmission des doubles des rapports de l’attaché militaire jusqu’à la nomination d’un nouvel attaché de l’air58.

  • 59 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri More (...)
  • 60 Madeline Astorkia, « L’aviation et la guerre d’Espagne : la cinquième arme face aux exigences de l (...)
  • 61 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri More (...)

23La médiocrité tactique des forces terrestres espagnoles et, parallèlement, l’impression d’être confronté à un renouveau de la stratégie offensive en raison de l’emploi massif de l’aviation ont inévitablement amené Henri Morel à s’interroger sur le rôle dévolu à cette arme dans une guerre future. Il n’est donc pas étonnant de le voir consacrer presque l’essentiel de ses « Leçons tactiques de la guerre d’Espagne59 » à l’aviation. Force est aussi de constater que ces réflexions interviennent peu après que l’aide soviétique, tant dans le domaine matériel qu’en matière de formation des pilotes, a permis la mise sur pied d’une véritable armée de l’air républicaine60. Dès lors, après les batailles de Guadalajara et de Brunete, l’attaché militaire est contraint de remarquer que l’aviation a permis le « succès de l’offensive61 », bien qu’étant lui-même un partisan de la doctrine défensive. On se souvient toutefois qu’il avait émis des réserves sur les missions d’observations auxquelles était cantonnée l’aviation lors de sa scolarité à l’ESG. Aussi, et même si son rapport est essentiellement consacré aux conséquences psychologiques dévastatrices des bombardements de masse sur les troupes terrestres, il parvient au raisonnement suivant : seule l’aviation peut faire face à l’aviation.

  • 62 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militai (...)

« On peut donc conclure qu’à cette aviation employée comme une artillerie il faut de toute nécessité opposer ce que j’appellerais une “contre batterie aérienne” efficace. J’ai eu l’honneur de vous signaler que la leçon essentielle de la bataille de Brunete était, que si intense que fût l’action de l’aviation, ses résultats étaient nuls si une bonne infanterie ne savait pas exploiter la panique momentanée qu’elle avait causée. Inversement l’infanterie doit être protégée par une action aérienne contre l’action aérienne de l’assaillant : laissée à elle-même la résistance terrestre risque de s’effondrer.
Même en faisant la part de la médiocrité de la troupe espagnole il semble bien que contre des attaques aériennes massives, la DCA ne puisse jouer ce rôle de protection. Soumis à l’épreuve d’un bombardement intense, les servants des armes anti-aériennes se terrent et ne tirent pas. À Guadalajara les troupes italiennes pourvues d’armes anti-aériennes n’ont ébauché aucune riposte. Pendant les deux premiers jours de la bataille de Brunete, les armes anti-aériennes nationalistes prises à partie par l’aviation gouvernementale ont été muettes. Dans le cas concret exposé plus haut, aucun coup de feu n’a été tiré contre les avions. On tire contre un avion, deux avions, trois avions. On ne tire pas contre trente avions qui défilent à faible hauteur au-dessus de vous.
Il serait à coup sûr désirable, comme je le disais à propos des combats de Guadalajara, que la troupe attaquée fît face au ciel avec toutes ses armes et se couvrit de balles qui seraient fort dangereuses contre des avions volant bas et peu ou pas blindés. On peut s’efforcer de dresser la troupe à cette riposte anonyme et massive. Mais il ne faut pas se dissimuler que dans le cas de bombardements intenses, la riposte est aléatoire, il ne faut pas trop demander à l’homme, surtout au début d’une guerre62. »

  • 63 Madeline Astorkia, « L’aviation et la guerre d’Espagne… », p. 335-336.

24Selon Madeline Astorkia, le 2e bureau de l’état-major de l’armée de l’air hésite pourtant longtemps à formuler des conclusions sur le rôle que pourrait jouer l’aviation et, par-là même une doctrine offensive, dans un futur conflit impliquant la France. Au-delà des luttes d’influence entre les hauts commandements des trois armées, l’historienne estime que l’attaché militaire est en partie responsable de ces hésitations, car ce dernier « minimise singulièrement les résultats obtenus par l’aviation en invoquant les conditions particulières à la guerre espagnole63 ». Ces conclusions méritent d’être nuancées. Concernant les échecs répétés des chars, si Morel insiste parfois lourdement sur le cadre spécifique de leur emploi, il le fait non pas en minimisant leur efficacité mais au contraire en sous-entendant que cette efficacité pourrait être accrue en d’autres circonstances :

  • 64 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri More (...)

« Il faut naturellement limiter cette impuissance [des chars russes] au cas particulier espagnol : ni le char rapide italien ni les chars légers allemands et russes, manœuvrés par des espagnols, mal accompagnés par une infanterie médiocre, sans action combinée de feux d’infanterie ni d’artillerie, agissant sur les terrains particuliers du plateau de Castille, de la vallée de l’Ebre ou dans les montagnes Cantabriques n’ont réussi à jouer un rôle décisif. Il serait de la dernière imprudence de généraliser les conclusions tirées de ces constations particulières64. »

25Notons que cette remarque vaut également pour les défaillances mentales générées par les bombardements massifs :

  • 65 SHD/DAT, ibid., p. 7.

« Il serait imprudent de penser que la fragilité nerveuse de l’Andalous ou du Murcien est seule en cause. Des confessions concordantes me conduisent à insister sur les effets nerveux causés par des explosions continues de bombes de 50 à 250 kg et par le bruit véritablement hallucinant des trimoteurs volant à basse altitude65. »

  • 66 SHD/DAT, ibid., p. 10.

26En revanche il est certain qu’en continuant à proclamer la primauté de la doctrine défensive, l’attaché militaire ne fait que conforter les options stratégiques du haut commandement français. Aussi lorsqu’il conclut son rapport sur la nécessité d’adapter la défensive « aux forces et faiblesses de l’action aérienne66 », il apporte une telle nuance à ses précédentes observations que celles-ci ne peuvent que s’effacer au profit de ces dernières lignes bien plus au goût de ses lecteurs.

Faste de la vie diplomatique ?

Conditions de vie

  • 67 SHD/DAT, fonds Moscou, 2e versement, EMA/2 Espagne, extrait d’une lettre manuscrite adressée au gé (...)

27Dans une lettre adressée au général Gérodias en octobre 1936, le lieutenant-colonel Morel formulait cette étrange remarque : « Plus tard, je serai heureux d’avoir vécu cette expérience dont l’intensité n’a d’égale dans mon souvenir que celle de la guerre : intensité et étrangeté67. » Sans revenir sur la violence qu’il a lui-même endurée lors des premiers mois passés à Madrid, il a paru intéressant de traiter des conditions morales et matérielles dans lesquelles il a vécu.

  • 68 Fonds privé Morel, correspondance active Morel/de Lattre, lettre du 14 février 1937, Grand Hôtel, (...)
  • 69 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri More (...)
  • 70 SHD/DAT, ibid., p. 3.
  • 71 SHD/DAT, ibid., p. 3-4.

28Il ressort de la rare correspondance personnelle retrouvée que l’absence de sa famille lui a beaucoup pesée. La période du siège de Madrid semble avoir été particulièrement difficile puisqu’il va jusqu’à écrire qu’elle « a dépassé [ses] plus mauvais souvenirs de guerre » : « Le plus dur a été la séparation d’avec ma famille. Le mois de novembre à Madrid a dépassé mes plus mauvais souvenirs de guerre. J’ai résisté parce que je suis encore solide. Corsini arrivé à Valence a failli mourir d’épuisement nerveux68. » En outre, l’impossibilité de rapatrier sa famille auprès de lui a eu, pour autre conséquence, le doublement de ses dépenses de logement. En mai 1937, alors que la section des missions du 2e bureau lui demande des précisions sur l’emploi de son budget, il explicite sa situation : « Depuis juillet, ma femme, mes quatre enfants et leur gouvernante vivent à l’hôtel. J’ai gardé à Paris un appartement démeublé, mes meubles sont dans un garde-meuble. J’ai un appartement meublé à Madrid, une villa à Valence69. » Pour autant et en dépit de ces frais importants, Morel parvient à faire des économies grâce notamment à une monnaie peu chère. Sa franchise le pousse même à écrire que les indemnités de l’attaché militaire français en Espagne « ont toujours été larges70 ». Il demande toutefois le maintien de ces dernières ainsi que de celles de son nouveau secrétaire, l’adjudant Antoine Dargent. Tout en précisant aussi qu’étant « resté deux mois sans pouvoir établir une liaison avec la France », à l’automne 1936, il a perdu une partie de ses propres économies du fait de la dévaluation du franc71.

  • 72 SHD/DAT, 7 N 2767, EMA/2 Espagne, lettre manuscrite adressée à un officier de la section des missi (...)
  • 73 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri More (...)
  • 74 SHD/DAT, 7 N 2756, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri More (...)
  • 75 SHD/DAT, 7 N 2767, EMA/2 Espagne, lettre manuscrite adressée à un officier de la section des missi (...)

29Un mois plus tard, il revient sur ses conditions de vie dans une lettre manuscrite, où il confie qu’il a « en réalité plus de dépenses [qu’il] ne peut l’expliquer » et que de ce fait, il peut à tout moment se trouver à la limite de son budget. Et le « bon samaritain » de se dévoiler dans l’énumération de la « tribu » qu’il héberge dans sa villa à Valence : « […] j’ai une tribu qui vit à mes dépens et que je dois supporter parce qu’un señorito ne doit pas regarder à la dépense. Le fermier et sa femme, la mère dudit, un enfant réfugié de Madrid. Deux enfants du Grad (port de Valence), deux bonnes et les invités de tout le monde. Moyennant quoi, on sait que le “ señor coronel” n’est pas un mufle. […] Bref, je tiendrai tête à la nouvelle dévaluation, mais je serai à la limite. […] On m’a supprimé l’indemnité de déplacement à Valence. J’ai dit amen. Mais il y aura un moment où je ne pourrai plus me défendre72 ». Phrase prémonitoire car, en effet, sa situation financière ne va cesser de se dégrader. Du fait des menues économies signalées, ses indemnités ne connaissent aucune revalorisation. Aussi, au début 1938, les dépenses générées par sa famille logée à l’hôtel en France l’obligent à engager ses propres ressources73. En 1939, il est contraint de réclamer des crédits supplémentaires74. Ces problèmes matériels ajoutés à un isolement de plus en plus difficile à supporter l’amènent à évoquer à plusieurs reprises l’éventualité de son rappel75. Mais l’EMA, qui avait envisagé ce rappel en 1936, estime désormais cette demande inopportune. Le contexte politique a changé tant en Espagne qu’en Europe.

  • 76 Fonds privé Morel, correspondance active Morel/de Lattre, lettre du 17 septembre 1936, ambassade d (...)
  • 77 BCAAM, dossier no 7011911, états de service du colonel Charles Barthélemy Corsini.
  • 78 SHD/DAT, 7 N 2767, EMA/2 Espagne, lettre manuscrite adressée au lieutenant-colonel Joseph de Mierr (...)
  • 79 « Je pense que le 2e bureau sera heureux de lui donner une compensation au camouflet dont il a été (...)

30Une nouvelle fois les documents manquent pour appréhender les relations que l’attaché militaire a pu entretenir avec son personnel. Seules quelques remarques sur ses deux secrétaires apparaissent dans sa correspondance officielle et/ou personnelle. Henri Morel fait la connaissance de Charles Corsini lorsqu’il arrive à Madrid en août 1936. L’estime que l’officier supérieur va alors porter à son premier secrétaire mérite d’être soulignée. Il intercède du reste très vite en sa faveur en demandant son passage dans le corps des officiers. « J’ai trouvé ici, Dieu merci ; un de vos anciens subordonnés qui a été admirable : l’adjudant Corsini dont il faut faire un officier. Il en est un de fait et je le traite comme tel. Je ne peux dire ce que j’aurais fait sans lui. Si vous pouvez vous employer en sa faveur, faites-le le moment venu. Ne désirant rien pour moi, c’est en sa faveur que je ferai mon effort76 » écrit-il à de Lattre de Tassigny dès l’automne 1936. Inscrit au tableau d’avancement dans les mois qui suivent, Charles Corsini est promu sous-lieutenant en septembre 193777. Morel est certes moins élogieux avec son successeur, l’adjudant Antoine Dargent, mais néanmoins, appréciant ses qualités de sang-froid et d’honnêteté78, il n’hésite pas à le soutenir lorsque l’EMA le relève de son poste au début 1939 en raison d’opinions politiques supposées79. Si les relations qu’il a entretenues avec ses subordonnés semblent avoir été marquées par la simplicité et la cordialité, il en va différemment de ses rapports avec les ambassadeurs successifs.

Conséquences de la nomination d’un nouvel ambassadeur

  • 80 CADN, Ambassade de France en Espagne, C 15 : ministère des Affaires étrangères, direction des affa (...)
  • 81 Fonds privé Morel, brouillon d’une lettre du lieutenant-colonel Morel à l’ambassadeur Jean Herbett (...)

31Même s’il ne s’agit pas ici de traiter de l’épineuse question de la représentation diplomatique française auprès du gouvernement républicain, il reste que la position particulière de l’ambassadeur Jean Herbette, replié à Saint-Jean-de-Luz, favorable à la reconnaissance du gouvernement du général Franco, a très nettement compromis les rapports tant personnels que hiérarchiques entretenus avec l’attaché militaire. En 1935, le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, Alexis Léger, rappelait à l’ensemble des chefs de missions diplomatiques l’importance de faire appliquer l’Instruction générale sur le service des attachés militaires et navals contraignant les attachés militaires à soumettre, pour lecture, leurs rapports aux chefs de missions diplomatiques80. Or, fin décembre 1936, un problème réel ou supposé de transmission de correspondance non respectée donne lieu à un échange assez vif entre Herbette et Morel. Le brouillon d’une lettre de l’attaché militaire adressée à l’ambassadeur révèle alors à mots couverts l’antagonisme qui s’est instauré entre les deux hommes : « J’ai toujours dans le bordereau de mon courrier, mentionné qu’un des quatre exemplaires devait vous être envoyé et tous mes télégrammes portaient comme adresse : “Ministre de la Guerre et M. Jean Herbette”. Je serais désolé que vous n’eussiez pas été tenu au courant de toute mon activité. […] Je me suis toujours guidé dans tous mes actes sur ce que je savais être le désir du Gouvernement Français et le vôtre. Loyauté vis-à-vis du Gouvernement régulier auprès duquel j’étais accrédité : examen bienveillant de ses efforts81. »

  • 82 Yves Denéchère, Jean Herbette (1878-1960)…, p. 291 à 312 ainsi que p. 308 et 375.
  • 83 Jean Baillou (dir.), Les Affaires étrangères et le corps diplomatique français, tome 2, 1870-1980,(...)
  • 84 Ibid., p. 529-534, article « Eirik Labonne, ambassadeur de France (1888-1971) ».

32Les contacts de plus en plus fréquents et de plus en plus visibles de Jean Herbette avec les franquistes ainsi que les plaintes récurrentes du gouvernement Negrín déplorant l’absence d’un ambassadeur français à Valence conduisent le ministre des Affaires étrangères, Yvon Delbos, à notifier au début octobre 1937 son rappel à Jean Herbette82. Il est alors remplacé par un homme issu de la Carrière : Eirik Labonne. Directeur adjoint des affaires politiques et commerciales du ministère depuis 1936, c’est un proche du secrétaire général, Alexis Léger, dont l’influence dans cette nomination paraît évidente. L’arrivée de ce nouvel ambassadeur à Valence va, en un sens, conforter Morel dans son approche. Homme à la « personnalité foncièrement originale et complexe et d’une intelligence remarquable83 », Eirik Labonne est un libéral. Né à Paris le 3 octobre 1888, il débute sa carrière diplomatique en 1913. À la fin des années 1920, Labonne quitte le cabinet du ministre Édouard Herriot pour rejoindre Moscou où il est, entre autres, le conseiller de l’ambassadeur Jean Herbette. Pratiquant parfaitement le russe, c’est un spécialiste de l’Union soviétique (notamment des questions industrielles et énergétiques). Il consacrera dix ans de sa vie aux relations franco-russes. Après avoir rempli les fonctions de secrétaire général du protectorat marocain puis de ministre plénipotentiaire au Mexique, il rejoint le Quai d’Orsay en 1933 pour y être nommé sous-directeur d’Amérique puis directeur adjoint des affaires politiques et commerciales84. Les douze mois que Labonne passe en Espagne aux côtés de Morel sont empreints d’une estime réciproque et surtout d’une lecture des événements politiques souvent similaire.

  • 85 SHD/DAT, fonds Moscou, 2e versement, lettre manuscrite du lieutenant-colonel Henri Morel adressée (...)
  • 86 SHD/DAT, 7 N 2767, EMA/2 Espagne, lettre manuscrite adressée au lieutenant-colonel Maurice Gauché, (...)
  • 87 Documents diplomatiques français (1936-1939), tome VIII, 27 septembre 1937-16 janvier 1938, Paris, (...)

33La première mission que l’attaché militaire remplit au profit du nouvel ambassadeur, arrivé le 8 octobre 1937, est le changement de résidence. Le gouvernement républicain espagnol s’est en effet transporté à Barcelone à la mi-novembre. Chargé de la reconnaissance des locaux dans la capitale catalane et du déménagement de l’ambassade, ce qui semble l’exaspérer, Morel livre ses sentiments sur les diplomates dans une lettre adressée au lieutenant-colonel Gauché : « Vous savez qu’il faut me prendre comme je suis : pendant ces seize mois j’aurai porté à bout de bras ce qui nous sert d’Ambassade et les quatre chargés d’affaires successifs. D’où une certaine lassitude […]. Notre voyage de Valence à ici a été calme : j’ai dû faire le déménagement de l’Ambassade : les diplomates sont des poissons chinois fragiles qu’on transporte d’aquarium en aquarium85. » Puis, quelques jours plus tard, dans une nouvelle lettre, il décrit enfin ses premiers contacts avec Labonne : « […] je mets au courant le Nouvel Ambassadeur. Je représente les archives vivantes de l’Ambassade et de la Révolution. Comme il dit, il me feuillette. Il loge provisoirement chez nous et nous parlons en toute confiance le jour et jusqu’à une heure avancée de la nuit. Il n’y a, je crois, aucune chance pour que vous ayez des ennuis provenant d’un désaccord entre l’Ambassadeur et l’Attaché militaire86 ». Dès son arrivée à Barcelone, Eirik Labonne est reçu par Juan Negrín et son ministre des Affaires étrangères, José Giral. Aussi et en fonction des précédentes confidences de Morel, il n’est guère étonnant de constater que le rapport qui fait suite à cette entrevue adopte un style et un argumentaire très proche de ceux de l’attaché militaire. Un peu comme si Labonne, après avoir trouvé de réelles affinités chez Morel, s’était en quelque sorte approprié certaines de ses analyses : « Voilà donc après 18 mois de guerre, ce gouvernement de guerre, ces armées populaires qui saluent du poing, cette foule des villes et des campagnes nivelées par la misère autant que par la doctrine, cette “canaille” de jadis, ces “hordes marxistes” d’à présent dirigées par d’authentiques professeurs d’université, par des hommes d’une grande distinction naturelle d’esprit et de manières et dépourvus de sectarisme. Leur langage reflète les nécessités de la décision et de l’action87. »

  • 88 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, lettre manuscrite adressée au lieutenant-colonel Maurice Gauché, (...)

34Les relations entre ces deux personnalités, aussi fortes qu’originales, connaissent toutefois quelques heurts. L’attaché militaire, qui avait jusque-là bénéficié d’une large autonomie, se plaint à plusieurs reprises de l’ingérence de l’ambassadeur dans les questions militaires et notamment de la récupération de renseignements qu’il estime devoir être destinés au seul ministère de la Guerre88. En outre, sur un plan plus personnel, Morel essuie, début 1938, la colère de Labonne pour avoir rapatrié sa femme et ses enfants auprès de lui à Barcelone et se voit intimer l’ordre de ramener sa famille en France. Cela n’empêche cependant pas l’ambassadeur de solliciter une promotion exceptionnelle pour son attaché militaire. La lettre adressée au ministère de la Guerre par celui des Affaires étrangères et signée par Alexis Léger, semble parfaitement refléter l’entente « politique » qui a régnée entre Labonne et Morel :

  • 89 SHD/DAT, 7 N 2767, Le ministre des Affaires étrangères à monsieur le président du Conseil, ministr (...)

« Ayant pris son poste à la veille de la guerre civile espagnole, notre Attaché Militaire à Barcelone a suivi les événements avec une grande perspicacité et un jugement sûr, sans se départir d’un souci d’objectivité que les circonstances ont souvent rendu méritoire. D’autre part notre Ambassadeur se félicite hautement de la collaboration que le lieutenant-colonel Morel lui a apportée avec un sens averti des intérêts essentiels stratégiques ou politiques de notre pays. Dans ces conditions, j’estime pour ma part qu’il y aurait intérêt à reconnaître les services rendus par cet officier supérieur, et je vous serais obligé de bien vouloir examiner la possibilité de l’inscrire au tableau exceptionnel d’avancement de septembre 1938, dans le cas où il réunirait par ailleurs les conditions requises pour cette promotion89. »

35L’évolution du contexte politique de l’Espagne républicaine a indéniablement influencé la perception qu’Henri Morel a pu avoir des événements. Schématiquement, le gouvernement Negrín, de part sa volonté de résistance et d’organisation, a constitué pour lui une possibilité de préservation des intérêts français. Aussi l’orientation de la plupart de ses conclusions est sous-tendue par les deux cas de figures qu’il estime favorables aux intérêts de la France : soit les républicains espagnols parviennent, au prix d’un renversement de situation, à sortir vainqueurs de la guerre civile, soit ils parviennent à obtenir un « abrazo de Vergara » qui, aboutissant de fait au partage de l’Espagne, annihile tout risque d’alliance avec l’Allemagne et l’Italie.

Notes

1 SHD/DAT, 7 N 2767, Le ministre des Affaires étrangères à monsieur le président du Conseil, ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « A/S du lieutenant-colonel Morel breveté d’état-major », Paris, le 20 septembre 1938. Signé : Léger.

2 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, « extrait d’une lettre adressée par le lieutenant-colonel Morel au lieutenant-colonel Gauché », Valence, le 25 mai 1937.

3 Pierre Vilar, La guerre d’Espagne…, p. 71.

4 Idem.

5 Ibid., p. 70.

6 Bartolomé Bennassar met en exergue l’influence déterminante des communistes (et donc de Moscou) dans la chute de Caballero. Bartolomé Bennassar, La guerre d’Espagne…, p. 302.

7 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre. « Situation militaire fin mai », Valence, le 29 mai 1937.

8 Guy Hermet, La guerre d’Espagne…, p. 144-145.

9 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, « extrait d’une lettre adressée par le lieutenant-colonel Morel au lieutenant-colonel Gauché », Valence, le 25 mai 1937.

10 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre. « Situation militaire fin mai », Valence, le 29 mai 1937.

11 Pour Peter Jackson, « les points de vue de Morel n’ont aucune influence sur l’état-major. La conviction qu’une révolution mondiale est le premier objectif de la politique étrangère soviétique était trop fermement ancrée à l’intérieur du haut commandement pour être disloquée par les rapports de l’attaché ». Peter Jackson, « Stratégie et idéologie : le haut commandement français et la guerre civile espagnole », Guerres mondiales et conflits contemporains, no 199, 2001, p. 128.

12 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre. « Au sujet de la politique dans l’armée », Valence, le 6 octobre 1937.

13 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre. « Affaire de Teruel », Barcelone, le 12 janvier 1938.

14 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre. « Entretien avec M. I. Prieto », Barcelone, le 29 janvier 1938.

15 Se reporter à Ricardo Miralles, Juan Negrín. La República en guerra, Madrid, Ediciones Temas de Hoy, 2003, p. 49-52.

16 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre. « Entretien avec M. Negrin », Barcelone, le 22 avril 1938.

17 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre. « Situation militaire fin mai », Valence, le 29 mai 1937.

18 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre. « Au sujet d’un décret sur la discipline de l’armée populaire », Valence, le 21 juin 1937.

19 SHD/DAT, idem.

20 SHD/DAT, idem. Voir aussi l’analyse de Jaime Martinez Parrilla, Las fuerzas armadas francesas ante la guerra civil española (1936-1939), Madrid, Ediciones Ejercito, 1987, p. 108-109.

21 Fonds privé Morel, correspondance active Morel/de Lattre, lettre du 30 janvier 1934, (s.l.).

22 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre. « Au sujet de la politique dans l’armée », Valence, le 6 octobre 1937.

23 Guy Hermet, La guerre d’Espagne…, p. 148.

24 Le plus fort de la crise entre les deux hommes n’intervenant qu’en novembre. Cf. Ricardo Miralles, Juan Negrín…, p. 187-192.

25 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre. « Au sujet de la politique dans l’armée », Valence, le 6 octobre 1937. Constatons qu’il parle « d’apoliticisme » et non « d’apolitisme », comme s’il s’agissait d’un processus.

26 SHD/DAT, idem.

27 Fonds privé Morel, À la veille de la conférence de limitation des armements quelques aspects du problème militaire britannique, conférence faite au CHEM, 9 janvier 1932, p. 14-15.

28 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre. « Au sujet du Commissariat politique », Barcelone, le 29 novembre 1937.

29 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre. « Entretien avec M. Fernandez Bolaños, sous-secrétaire d’État à la guerre », Valence, le 3 juin 1937.

30 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre. « Entretien avec M. Fernandez Bolaños, sous-secrétaire d’État à la guerre », Valence, le 3 juin 1937. Ingénieur militaire, Antonio Fernandez Bolaños quitte l’armée en 1931 pour entamer une carrière politique au sein du PSOE. En 1936, il est chargé par le gouvernement républicain de l’achat de matériel de guerre en France et aux États-Unis. Après avoir brièvement exercé les fonctions d’attaché militaire de la République espagnole en France au début 1939, il réside en région parisienne après la victoire de Franco. Archivo general militar de Segovia, seccion 1°, F-277, état des services du commandant Antonio Fernandez Bolaños, corps des ingénieurs militaires.

31 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre. « Entretien avec M. Fernandez Bolaños, sous-secrétaire d’État à la guerre », Valence, le 3 juin 1937.

32 SHD/DAT, idem.

33 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre. « Entretien avec M. Fernandez Bolaños, sous-secrétaire d’État à l’armée de terre », Valence, le 27 septembre 1937, p. 1.

34 SHD/DAT, ibid., p. 1-2.

35 SHD/DAT, ibid., p. 3.

36 SHD/DAT, idem. Édouard Daladier donne son accord pour l’envoi d’une mission de techniciens de l’armement au début de l’année 1938. Voir SHD/DAT, 7 N 2758, EMA/2 SAE, compte rendu de la mission de techniciens militaires en Espagne gouvernementale (9-20 février 1938).

37 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre. « Entretien sur la situation militaire avec le sous-secrétaire d’État à la Guerre », Barcelone, le 12 décembre 1937, p. 1.

38 SHD/DAT, ibid., p. 5 et 6.

39 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre. « Au sujet de la politique dans l’armée », Valence, le 6 octobre 1937.

40 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre. « Entretien sur la situation militaire avec le sous-secrétaire d’État à la Guerre », Barcelone, le 12 décembre 1937, p. 5.

41 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre. « Situation militaire fin mai », Valence, le 29 mai 1937.

42 Notamment avec l’emploi du terme « rouges », comme le souligne Antoine Prost dans sa préface de l’ouvrage de Rémi Skoutelsky. Rémi Skoutelsky, L’espoir guidait leurs pas…, p. 11.

43 Les Leçons de la guerre d’Espagne, Paris, Plon, 1938, 237 pages et Les Espagnols et la guerre d’Espagne, Paris, Plon, 1939, 247 pages.

44 Général Maurice Duval, Les Leçons de la guerre d’Espagne, Paris, Plon, 1938, préface du général Maxime Weygand, p. III et IV.

45 Revue militaire générale, « Livres et revues », 1938, 2e série, tome IV, p. 419-420.

46 SHD/DAT, fonds Moscou, 2e versement, EMA/2 Espagne, extrait d’une lettre manuscrite adressée au lieutenant-colonel Maurice Gauché, Barcelone, le 22 février 1938.

47 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre. « Haut commandement », Valence, le 22 octobre 1937.

48 SHD/DAT, ibid.

49 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre. « Situation militaire à la mi-octobre », Valence, le 14 octobre 1937.

50 Se reporter à Éric Saunier (dir.), Encyclopédie de la franc-maçonnerie, Paris, Le livre de poche, 2002, p. 315.

51 SHD/DAT, 7 N 2761, bulletins de renseignements divers Espagne, télégramme chiffré de « attaché militaire à Guerre », Valence le 1er octobre 1937.

52 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre. « Brunete. La bataille vue du côté gouvernemental », Valence, le 15 juillet 1937.

53 SHD/DAT, idem.

54 SHD/DAT, idem.

55 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre. « Situation militaire au 4 décembre », Valence, le 4 décembre 1936.

56 Sur le problème de l’autonomie de l’aviation et de la lutte d’influence entre ministère de la Guerre et ministère de l’Air, voir notamment Sabine Jansen, Pierre Cot…, p. 163-171.

57 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre. « Envoi d’une note sur la bataille pour Guadalajara », Valence, le 22 mars 1937.

58 SHD/DAT, 7 N 2758, EMA/2 SAE et SHD/Air, 2 B 78 et 79, EMAA/2e bureau, Espagne. Trois attachés de l’air se succèdent en Espagne. Le commandant Cahuzac est remplacé en mars 1937 par le commandant Mairey. Tout comme son prédécesseur, ce dernier est un spécialiste du matériel aéronautique. À ce titre, il a été amené à accompagner l’inspecteur général de l’aéronautique Martinot-Lagarde en mission en Union soviétique courant 1934 (voir Patrick Perrier, « Relations aéronautiques franco-soviétiques (1933-1939) », Revue historique des armées, 4/1991, p. 108-116). Le nouvel attaché de l’air successeur du commandant Mairey, en l’occurrence le lieutenant-colonel Quir-Montfollet, n’arrive qu’en décembre 1937.

59 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre. « Leçons tactiques de la guerre d’Espagne », Valence, le 22 octobre 1937, 10 pages.

60 Madeline Astorkia, « L’aviation et la guerre d’Espagne : la cinquième arme face aux exigences de la guerre moderne », Deutschland und Frankreich 1936-1939, Munich, Artemis, 1981, p. 327. Le détail des modèles d’appareils ayant pris part à la guerre d’Espagne figure dans : Jean Massé, Des avions pour l’Espagne. La guerre civile aérienne en Espagne vue de France, Saint-Estève, Les Presses littéraires, 2006, 146 pages.

61 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre. « Leçons tactiques de la guerre d’Espagne », Valence, le 22 octobre 1937, p. 2.

62 SHD/DAT, ibid., ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre. « Leçons tactiques de la guerre d’Espagne », Valence, le 22 octobre 1937, p. 8-9.

63 Madeline Astorkia, « L’aviation et la guerre d’Espagne… », p. 335-336.

64 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre. « Leçons tactiques de la guerre d’Espagne », Valence, le 22 octobre 1937, p. 3.

65 SHD/DAT, ibid., p. 7.

66 SHD/DAT, ibid., p. 10.

67 SHD/DAT, fonds Moscou, 2e versement, EMA/2 Espagne, extrait d’une lettre manuscrite adressée au général Gérodias, Madrid, le 23 octobre 1936.

68 Fonds privé Morel, correspondance active Morel/de Lattre, lettre du 14 février 1937, Grand Hôtel, Banyuls sur Mer. L’adjudant-chef Charles Corsini est le secrétaire de Morel jusqu’au début mai 1937.

69 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre, EMA, 2e bureau, missions. Valence, le 10 juin 1937, p. 2.

70 SHD/DAT, ibid., p. 3.

71 SHD/DAT, ibid., p. 3-4.

72 SHD/DAT, 7 N 2767, EMA/2 Espagne, lettre manuscrite adressée à un officier de la section des missions du 2e bureau, 6 juillet 1937.

73 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre. « Situation financière du poste », Barcelone, le 9 avril 1938.

74 SHD/DAT, 7 N 2756, EMA/2 Espagne, ambassade de France en Espagne, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire, au ministre de la Défense nationale et de la Guerre. « Demande de crédits pour 1939 », Barcelone, le 2 janvier 1939.

75 SHD/DAT, 7 N 2767, EMA/2 Espagne, lettre manuscrite adressée à un officier de la section des missions du 2e bureau, 6 juillet 1937 et lettre manuscrite adressée au général Henri Dentz alors sous-chef de l’EMA en charge du 2e bureau, Barcelone, le 18 juin 1938.

76 Fonds privé Morel, correspondance active Morel/de Lattre, lettre du 17 septembre 1936, ambassade de France à Madrid. C’est lui qui souligne.

77 BCAAM, dossier no 7011911, états de service du colonel Charles Barthélemy Corsini.

78 SHD/DAT, 7 N 2767, EMA/2 Espagne, lettre manuscrite adressée au lieutenant-colonel Joseph de Mierry, adjoint au chef du 2e bureau, La Fusa, Crémieu, le 29 juillet 1939.

79 « Je pense que le 2e bureau sera heureux de lui donner une compensation au camouflet dont il a été victime. Ce petit fonctionnaire, modèle, type même du petit bourgeois français dévoué à l’État, éliminé du poste comme suspect de “marxisme”, cela m’a paru une vraie rigolade. » Idem.

80 CADN, Ambassade de France en Espagne, C 15 : ministère des Affaires étrangères, direction des affaires politiques et commerciales, Europe, (lettre collective), le président du Conseil, ministre des Affaires à M. Jean Herbette, ambassadeur de la République française à Madrid, (1935) : objet : « Correspondance des attachés militaires, navals et de l’air ».

81 Fonds privé Morel, brouillon d’une lettre du lieutenant-colonel Morel à l’ambassadeur Jean Herbette, Valence, 31 décembre 1936.

82 Yves Denéchère, Jean Herbette (1878-1960)…, p. 291 à 312 ainsi que p. 308 et 375.

83 Jean Baillou (dir.), Les Affaires étrangères et le corps diplomatique français, tome 2, 1870-1980, Paris, CNRS, 1984, p. 529.

84 Ibid., p. 529-534, article « Eirik Labonne, ambassadeur de France (1888-1971) ».

85 SHD/DAT, fonds Moscou, 2e versement, lettre manuscrite du lieutenant-colonel Henri Morel adressée au lieutenant-colonel Maurice Gauché, Barcelone, le 18 novembre 1937.

86 SHD/DAT, 7 N 2767, EMA/2 Espagne, lettre manuscrite adressée au lieutenant-colonel Maurice Gauché, Barcelone, le 23 novembre 1937.

87 Documents diplomatiques français (1936-1939), tome VIII, 27 septembre 1937-16 janvier 1938, Paris, Imprimerie nationale, 1973, M. Labonne, ambassadeur de France à Madrid, à M. Delbos, ministre des Affaires étrangères, Barcelone, le 27 novembre 1938, p. 502-508.

88 SHD/DAT, 7 N 2755, EMA/2 Espagne, lettre manuscrite adressée au lieutenant-colonel Maurice Gauché, Barcelone, le 16 mars 1938.

89 SHD/DAT, 7 N 2767, Le ministre des Affaires étrangères à monsieur le président du Conseil, ministre de la Défense nationale et de la Guerre, « A/S du lieutenant-colonel Morel breveté d’état-major », Paris, le 20 septembre 1938. Signé : Léger. Il ne bénéficiera pas de cette promotion exceptionnelle. Morel n’est, en effet, promu au grade de colonel à titre temporaire qu’en septembre 1939.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540