Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un officier français dans la guerre d’Espagne

 | 
Anne-Aurore Inquimbert

Deuxième partie. De l’École supérieure de guerre au deuxième bureau de l’état-major de l’armée (1927-1936)

Chapitre 5. Dans les rouages de l’état-major de l’armée : la section des armées étrangères du 2e bureau

Texte intégral

1Lieu d’analyse de l’information secrète, organe chargé du « renseignement », service d’espionnage et de contre-espionnage, le 2e bureau de l’EMA véhicule son lot de conceptions troubles. Pourtant, c’est en qualité d’analyste que le capitaine breveté Henri Morel intègre la section des armées étrangères. Après deux années passées comme stagiaire à la section anglaise, il s’impose en 1933 à la tête de la section Méditerranée. Brillant conférencier et « écrivain militaire de talent », comme le stipule sa notation, ses réflexions se démarquent cependant rapidement des conceptions stratégiques de l’EMA relatives au système d’alliance de la France. Tout d’abord réservé quant au bien-fondé d’une alliance franco-italienne, les critiques que formule Morel à l’encontre du régime mussolinien se font de plus en plus virulentes et deviennent gênantes pour la direction du 2e bureau. Même si sa notation s’en ressent, sa volonté de quitter l’EMA est antérieure à ces désaccords. Il évoque, en effet, dès 1934, son désir de présenter sa candidature pour un poste d’attaché militaire de « deuxième zone ». Cette candidature n’est, dans un premier temps, qu’un palliatif à ses problèmes d’avancement. Puisqu’il devra, en effet, attendre l’âge de 47 ans pour être nommé lieutenant-colonel à titre définitif. Sans pour autant afficher le moindre regret quant à son choix de carrière, sa correspondance avec Jean de Lattre dévoile cependant une amertume récurrente.

Officier stagiaire à la section anglaise (1929-1931)

Retour au 2e bureau

  • 1 SHD/DAT, 13 Yd 602, dossier du général de brigade Louis Henri Morel. Notation extraite du relevé d (...)
  • 2 Fonds privé Morel, « Note au sujet des renseignements en cas de crise pour le col. Martin chef du (...)
  • 3 D’après Annuaire officiel des officiers de l’armée active (à la date du 1er juillet 1935), Paris, (...)

2C’est en toute logique que le capitaine breveté Henri Morel effectue son stage « d’application » au 2e bureau de l’état-major de l’armée. Ancien chef du service de renseignement d’Afrique du Nord, la maison ne lui est pas totalement inconnue. Il s’y est déjà fait remarquer tant par ses qualités d’analyste que d’organisateur ; au reste pour le chef du 2e bureau d’alors son retour s’imposait1. Les rares documents se rapportant à cette période nous montrent un Morel assez à l’aise pour envoyer à la direction du 2e bureau une note « au sujet des renseignements en cas de crise », où il propose d’échelonner l’utilisation des agents de renseignement afin d’améliorer l’efficacité des postes auxquels ils sont rattachés2. Un document intéressant qui n’a pu que « redescendre » à la section de renseignement dont dépend, entre autres, le service de renseignement d’AFN. Une SR qui n’est, en fait, qu’une composante du 2e bureau, lui-même composante de l’état-major de l’armée. Au cours des années 1930, l’EMA est une « grosse » administration tant en terme d’effectif qu’en terme de pouvoir d’influence. Composé de quatre bureaux et de six sections, il compte près de deux cents officiers commandés par quatre officiers généraux : un général de division, « chef de l’état-major général de l’armée » et trois généraux de brigade, « sous-chefs de l’état-major général de l’armée3 ». À noter que, si l’on en croit l’Annuaire de juillet 1935, l’appellation « état-major général de l’armée » perdure dans les titres de fonction des officiers généraux, chef et sous-chefs, bien que la réorganisation du haut commandement soit effective depuis janvier 1935, date à laquelle l’état-major général de l’armée est devenu l’état-major de l’armée.

3Les deux premières années de la Grande Guerre ont profondément marqué la perception du haut commandement par le pouvoir politique. Dans son décret du 28 juillet 1911, le ministre de la Guerre Adolphe Messimy octroyait les pouvoirs de vice-président du Conseil supérieur de la guerre et de chef d’état-major général de l’armée à un seul homme. Cependant en 1920, échaudé par quatre années de guerre, le gouvernement décidait de séparer les deux fonctions. Ainsi, le chef d’état-major général de l’armée n’était plus le commandant en chef désigné pour le temps de guerre, attribution que lui conférait les fonctions de vice-président du Conseil supérieur de la guerre, mais devenait le chef d’état-major du commandant en chef. Son action était donc limitée à la préparation, en temps de paix, des forces terrestres à leurs missions du temps de guerre. Cependant cette partition du haut commandement, bien que rassurante sur le plan politique, s’avéra être un véritable casse-tête sur le plan organisationnel. Si de 1920 à 1930, l’octroi au maréchal Pétain du poste de vice-président du Conseil supérieur de la guerre tendit à atténuer les effets de ce bicéphalisme, les généraux Buat et Debeney qui se succédaient au poste de chef d’état-major général étant des « disciples ». Rien n’alla plus après son départ.

  • 4 Maxime Weygand, Mémoires, tome 2, Mirages et réalités, Paris, Flammarion, 1953, p. 366.
  • 5 Maurice Gamelin, Servir, tome 2…, p. 91.

4Dès 1931, le général Maxime Weygand, nommé vice-président du Conseil supérieur de la guerre et inspecteur général de l’armée, se heurte au chef d’état-major général « seul qualifié pour adresser au commandement des troupes et des ordres et des directives qu’il signe “pour le ministre et par son ordre”, de traiter quotidiennement les questions avec le ministre : le vice-président du CSG ne le voit que lorsqu’il est appelé par lui ou qu’il lui demande audience4 ». De fait, les deux hommes, de tempérament différents et de culture militaire dissemblable, se détestent. Dans ses Mémoires, le général Maurice Gamelin, chef d’état-major général, fait lui aussi état des difficultés générées par la dualité de ces deux fonctions mais, se gardant bien d’évoquer sa propre mésentente avec le vice-président du CSG, il met en avant les difficultés relationnelles de ce dernier avec le ministre : « Une autre particularité et qui eut les plus graves conséquences, fut l’antipathie personnelle qui dressa rapidement l’un contre l’autre M. Daladier et le général Weygand. […] C’est ainsi que s’éleva presque un antagonisme, en tout cas une incompréhension, entre le ministre et l’ensemble des officiers généraux plus particulièrement attachés au général Weygand par leur confiance en lui ou les liens de leurs carrières5. » Le décret du 18 janvier 1935 met fin à cette situation. Weygand atteint par la limite d’âge quitte le poste de vice-président du CSG et cède la place au général Gamelin qui cumule, dès lors, les deux fonctions, flanqué de deux adjoints : le général Alphonse Georges, major général et le général Louis Colson, chef d’état-major de l’armée.

  • 6 Jean Nicot et Gilbert Bodinier (dir.), Inventaire des archives de la guerre, série N 1920-1940, to (...)
  • 7 Maurice Gauché, Le 2e bureau au travail, (1935-1940), Paris, Amiot-Dumont, 1953, p. 9.

5Partie exécutive du haut commandement, puisque « placé sous la haute autorité du vice-président du CSG et sous la direction du chef d’état-major général de l’armée6 », l’état-major de l’armée regroupe l’ensemble des organes d’étude des questions relatives à la défense du territoire et à la préparation des opérations de guerre. Son chef a pour mission de coordonner le travail des quatre bureaux et des six sections. En outre, toujours selon le décret du 18 janvier 1935, ce dernier est appelé, en cas de mobilisation, à rester auprès du ministre comme « chef d’état-major général à l’intérieur ». Le chef de l’état-major dispose de trois généraux sous-chefs : le premier est en charge du 2e bureau, de la section du chiffre et de la correspondance télégraphique ainsi que de la section d’outre-mer ; le deuxième coiffe les 3e et 4e bureaux, la section administrative et le service historique ; quant au troisième, il est en charge du 1er bureau, de la section de l’armement et des études techniques ainsi que de la section du personnel du service d’état-major. Les quatre bureaux et cinq des six sections sont dirigés par des officiers supérieurs du grade de colonel ou de lieutenant-colonel. Le 1er bureau traite des questions relatives à l’organisation des armes et services. Il répartit les ressources en personnel, animaux et matériel et tient à jour l’ordre de bataille. Le 3e bureau est chargé de la préparation et de la conduite des opérations ainsi que de l’instruction des unités. Le 4e bureau a pour mission d’établir le plan de transports et de ravitaillement. Quant au 2e bureau, selon la définition qu’en donnera plus tard l’un de ses chefs, il est « chargé en temps de paix de renseigner le commandement et le gouvernement sur les armées étrangères et singulièrement sur celles que la conjoncture politique désigne comme l’ennemi probable. Mais c’est en période de tension politique et surtout en période de guerre, lorsque l’ennemi probable devient l’ennemi déclaré, que l’activité du 2e bureau atteint son plein développement en raison des conditions impératives d’espace et de temps qu’impose la guerre. De quoi s’agit-il alors ? D’épargner au commandement une double surprise : la surprise technique et la surprise stratégique7 ».

  • 8 Qui ont pour sigles : SI, SO, SAE, SM, SIAM, SR et SCR.
  • 9 SHD/DAT, 7 N 2484, EMA/2, « État nominatif des officiers au Bureau à la date du 15 septembre 1931 (...)

6Composé de sept sections (« instruction », « organisation et mobilisation », « armées étrangères », « missions », « information des attachés militaires », « renseignement » et « centralisation du renseignement »8), le 2e bureau compte un effectif de plus de quarante officiers au début des années 19309. La section des armées étrangères est la plus importante puisque subdivisée en quatre sous-sections géographiques (« allemande », « anglaise », « Orient » et « Méditerranée »), elle compte seize officiers. Pour autant l’examen d’un organigramme de la SAE fait apparaître, outre un découpage géographique pour le moins étonnant, une forte disproportion dans la répartition de cet effectif. Ainsi la section allemande, qui est en charge de l’Allemagne, de l’Autriche, de la Belgique, des Pays-Bas, du Luxembourg, de la Suisse, du Danemark, de la Suède et de la Norvège, nécessite neuf officiers. Autant dire que l’Allemagne « occupe » à elle seule la totalité de ces officiers puisque parmi ces pays, cinq sont neutres. Les sections anglaise (Empire britannique, Égypte, Éthiopie, États-Unis et Asie) et Orient (URSS, Pays Baltes, Pologne, Roumanie et Turquie) comptent, chacune, deux officiers. La section Méditerranée ou midi est, quant à elle, constitué de trois officiers pour traiter de l’Italie, de l’Espagne, du Portugal, du Maroc espagnol, de l’Afrique du Nord italienne, de la Tchécoslovaquie, de la Hongrie, de la Yougoslavie, de la Bulgarie, de l’Albanie et de la Grèce.

  • 10 Fonds privé Morel, correspondance active Morel/de Lattre, lettre d’avril 1933, Chambéry (42 route (...)
  • 11 SHD/DAT, 14 Yd 415, dossier du général de corps d’armée Louis Koeltz, état des services.

7Lorsque Morel intègre le 2e bureau à la fin 1929, l’influence de Weygand y est perceptible. L’exemple du lieutenant-colonel Louis Koeltz, avec lequel Morel entretient d’excellents rapports10, est éloquent. Sa carrière au sein du 2e bureau débute, en décembre 1917, au GQG et s’y poursuit presque sans interruption pendant dix-sept ans. Remplissant dans l’immédiat après-guerre les fonctions d’analyste à la section allemande de la SAE, il devient sous-chef (en 1930) puis chef du 2e bureau d’octobre 1932 à décembre 193411. Fin connaisseur de l’armée allemande, Koeltz est un élément important dans l’entourage du général Weygand. Sollicité par l’intermédiaire de son chef d’état-major au Conseil supérieur de la guerre, le lieutenant-colonel de Lattre, sur la question de l’influence des militaires (et en particulier ceux du 2e bureau) au ministère des Affaires étrangères, Koeltz répond :

  • 12 Institut de France, fonds de Lattre de Tassigny, dossier C1, C1135, note manuscrite du lieutenant- (...)

« La section militaire d’étude des traités sert d’organe de liaison avec les Affaires étrangères. Cette liaison ne peut-être établie par le 2e bureau. Parce que les AE ont la phobie des militaires et particulièrement du 2e bureau. La confiance nécessaire ne peut s’établir que par des officiers n’appartenant pas officiellement à l’EMA, allant toujours en civil aux Affaires étrangères, plutôt en amis, et en camarades qu’en mission officielle. […]. Conclusion : La section d’études doit être intégrée à l’état-major du général Weygand. Par elle le généralissime aura le son de cloche exact des AE et des renseignements d’ordre politique qu’il ne pourra recevoir par la voie de l’EMA. Par elle, le généralissime pourra faire passer aux Affaires étrangères telle ou telle idée qui y arrivant officiellement noir sur blanc risquera fort d’être rejetée12. »

8Si cette note est révélatrice du clientélisme alors en vogue au sein du haut commandement, elle dévoile aussi la problématique des relations entre le 2e bureau et plus largement l’état-major de l’armée et le ministère des Affaires étrangères.

  • 13 SHD/DAT, 13 Yd 1594, dossier du général de brigade Jean Émile Vautrin. Notation du lieutenant-colo (...)
  • 14 SHD/DAT, ibid., notation du lieutenant-colonel Louis Koeltz, chef du 2e bureau de l’EMA, 1er octob (...)
  • 15 Sur le rôle de René Massigli à la tête du Service français de la SDN, voir Raphaële Ulrich-Pier, R (...)
  • 16 Fonds privé Morel, « Conférence sur l’armée britannique. À la veille de la conférence de limitatio (...)
  • 17 Il est licencié en droit et diplômé de l’École des sciences politiques.
  • 18 Notation de René Massigli, ministre plénipotentiaire, directeur adjoint des affaires politiques au (...)

9Henri Morel est affecté à la section anglaise au mois de septembre 1929 avec l’un de ses camarades de promotion : le lieutenant (puis capitaine) Jean Vautrin. Une affectation plutôt surprenante pour ce dernier, car – en plus de l’anglais – Vautrin maîtrise parfaitement l’allemand, le néerlandais et le russe et a, en outre, servi plusieurs années en Allemagne et aux Pays-Bas. A-t-il désiré ce poste ou lui a-t-il été imposé ? Une nouvelle fois les éléments manquent pour répondre à cette question ; le processus de sélection des officiers par le 2e bureau nous échappe largement faute de documents. Toujours est-il que Vautrin se trouve en charge des questions relatives aux États-Unis et à l’Asie, Morel traitant, quant à lui, de l’Empire britannique, de l’Égypte et de l’Éthiopie. Cette période de collaboration et d’échange n’a pu être que fructueuse pour ces deux ex-universitaires. Cependant au début de l’année 1931, c’est Vautrin qui est mis à disposition du ministère des Affaires étrangères pour suivre « du point de vue militaire les questions touchant la limitation des armements13 ». En 1932, il est détaché au Service français de la Société des Nations (SFSDN) où il est le collaborateur « immédiat14 » de René Massigli, ministre plénipotentiaire, chef du Service français de la SDN15, avec lequel il travaille en parfaite intelligence. Dans le cadre de la conférence de limitation des armements, Morel se contente pour sa part de réaliser quelques interventions au Centre des hautes études militaires16. Est-ce en raison de ses connaissances linguistiques que Vautrin a été choisi pour être détaché aux Affaires étrangères puis au SFSDN ? Ou bien est-ce la nature de ses diplômes17 qui ont amené l’EMA à proposer sa candidature à la direction politique du Quai d’Orsay ? Si l’on en croit les appréciations de René Massigli, le capitaine Vautrin a fait montre de réelles qualités diplomatiques et d’une grande pondération en toutes circonstances18.

  • 19 Maurice Gauché, Le 2e bureau…, p. 19.
  • 20 Ibid., p. 10-11.
  • 21 Alain Dewerpe, Espion…, p. 237.
  • 22 Idem.

10« Faire connaître une méthode et maintenir une tradition, tel a bien été le souci constant des chefs du 2e bureau qui se sont succédé boulevard Saint-Germain entre 1918 et 193919 » devait écrire le général Maurice Gauché au début des années 1950. Milieu fermé et conservateur, le 2e bureau est donc – à l’instar de toute l’armée française – attaché à préserver la « méthode » qui a conduit à la victoire de 191820. Une méthode définie par l’historien Alain Dewerpe comme un véritable « programme polytechnicien, rationaliste, bureaucratique », pour lequel « l’esprit de sérieux, la précision intellectuelle et le refus de l’imagination »21 sont les valeurs maîtresses ; une méthode tout entière basée sur la volonté d’« énoncer des vérités universelles22 ». Dans son élan de légitimation, l’ex-chef du 2e bureau pose les principes et les vertus nécessaires à la quête et à l’analyse du renseignement :

  • 23 Maurice Gauché, Le 2e bureau…, p. 21.

« Il est bien vrai, en effet, que la recherche, la discrimination, l’interprétation des renseignements exigent une expérience et une technique qu’on ne saurait acquérir sans une sérieuse préparation. Et aussi, nous l’avons vu, une méthode de raisonnement qui implique une tournure d’esprit positive et réfléchie, un jugement solide se défiant des entraînements d’une imagination non contrôlée, une conscience scrupuleuse, et, par-dessus tout, le goût du travail en équipe dans un climat de confiance absolue et de franche camaraderie. L’officier du 2e bureau est un logicien ayant horreur du vague et de l’indéterminé. Pour discerner le vrai du faux, il analyse, raisonne, classe contrôle avec une impartiale objectivité, et lorsque, après tout ce travail d’épuration préalable, il n’a plus devant lui que des faits, il cherche à en pénétrer le rapport, l’enchaînement et l’idée directrice23. »

11À la lecture de cette démonstration, on comprend aisément les problèmes auxquels l’ancien élève de l’École normale supérieure a pu être confronté, tant cette méthode se situe à l’opposé de l’approche philosophique, et donc critique, fondement de sa formation. Pour autant, au cours de ces premières années passées au boulevard Saint-Germain, Morel s’impose comme un analyste brillant et productif dont l’intérêt pour les systèmes militaire et politique britanniques semble sans limite…

Un analyste politique ?

  • 24 Fonds privé Morel, Impressions d’Angleterre juin 1930, « rapport du capitaine Morel (2e bureau EMA (...)
  • 25 Fonds privé Morel, ibid., annotation manuscrite, p. 1.

12À l’été 1930, Morel effectue un assez long séjour en Grande-Bretagne : « Le mois de séjour en Angleterre qui m’était accordé pouvait être utilisé de deux façons différentes. Je pouvais prendre au pied de la lettre l’expression “congé linguistique” […]. Je pouvais aussi profiter de ce temps pour visiter l’Angleterre, […] et mettre du concret derrière le travail abstrait qui est à Paris ma besogne quotidienne. […] J’ai donc voyagé sans arrêt. […] il n’est pas de région que je n’aie approchée, traversée ou visitée24. » C’est ainsi que débute un étonnant rapport de 40 pages rédigé pour la direction du 2e bureau, qui prendra soin d’en transmettre un exemplaire à l’attaché militaire en poste à Londres et un exemplaire à la section de renseignement25.

  • 26 Fonds privé Morel, ibid., p. 3 et 4.
  • 27 Fonds privé Morel, ibid., p. 6.
  • 28 Fonds privé Morel, ibid., p. 19.
  • 29 Fonds privé Morel, ibid., p. 37.
  • 30 Fonds privé Morel, ibid., p. 36.
  • 31 Fonds privé Morel, ibid., p. 37.
  • 32 Fonds privé Morel, ibid., p. 29.
  • 33 Fonds privé Morel, ibid., p. 30.

13Étonnant tant par son style que par son contenu, ce rapport nous apprend tout d’abord que son auteur n’éprouve aucune sympathie pour ce pays. Au-delà de la latinité qu’il revendique et oppose à la civilisation anglo-saxonne26, les dommages de la crise économique, qui frappe alors de plein fouet la Grande-Bretagne, en sont aussi probablement l’une des raisons : « Tant de luxe et tant de Gloire, tant de richesse et tant d’orgueil. Pas un gazon négligé et la faim aux portes27. » Décrivant la misère des quartiers ouvriers de Glasgow, Newcastle, Liverpool ou Londres, Morel évoque « une vision de cauchemar28 ». Mais parallèlement, les mesures prises par le Parti travailliste imposant des droits de succession de près 70 % aux grands propriétaires terriens le consternent. En outre pour lui, il ne fait aucun doute que le modèle des petites entreprises britanniques, confronté à la crise, est voué à l’effondrement en raison sa fragilité financière et de son inadaptation à la concurrence. Au bilan, la Grande-Bretagne paie au prix fort les conséquences d’une « hégémonie politique qui n’existe plus29 » et qui, de fait, condamne son économie et sa société tout entière ; et Morel d’évoquer la « décadence30 ». Aussi bien, la solution ne réside pas en une « nationalisation de l’industrie » (prônée par les travaillistes) ou en un « protectionnisme impérial31 » (voulu par les libéraux et les conservateurs), mais en un changement de mode de vie : plus de travail et moins de loisirs, plus d’épargne et moins de dépenses inutiles32. Une analyse singulière qui repose à la fois sur une démonstration historique efficace et sur un empirisme « petit-bourgeois » élémentaire et réactionnaire. Ainsi, à l’instar de bon nombre de ses études, celle-ci renferme une nouvelle fois ce subtil mélange d’intellectualisme et de bon sens – dont il se peut que Morel ait usé pour prétendre à une certaine objectivité – et qui, quoi qu’il en soit, s’inscrit toujours dans un courant de pensée proche de l’Action française. Les quelques pages qu’il consacre à l’examen du système de « l’Empire free trade » (ou « protectionnisme impérial ») qualifié de « remède de charlatan33 » est, à ce titre, très révélatrice. En condamnant cette doctrine économique, certes isolationniste car octroyant la priorité aux échanges entre la Grande-Bretagne et ses colonies alors que le pays est l’un des principaux partenaires commerciaux de la France, Morel affiche un réel nationalisme économique.

  • 34 Maurice Gauché, Le 2e bureau…, p. 25.
  • 35 Fonds privé Morel, L’Irak et le traité du 30 juin 1930, étude manuscrite, (s.d.), 33 pages.

14Autre caractéristique de cette étude de quarante pages : pas un seul paragraphe n’est consacré à l’armée britannique. Aucune ligne, aucun mot, Morel n’a semble-t-il pas rencontré l’ombre d’un soldat au cours de son voyage. Cela nous amène à une réflexion plus large sur la nature des études réalisées par les officiers de la section des armées étrangères du 2e bureau. Qu’elle est la part de l’analyse purement militaire et celle de l’analyse politico-économique ou encore politico-diplomatique ? On trouve, à ce sujet, un en-tête de chapitre éclairant dans l’ouvrage du général Maurice Gauché : « Entre tous les facteurs qui conditionnent l’évolution de la force militaire d’un pays, le plus important est le facteur politique. Le truisme est bien connu, d’après lequel une armée est au service d’une politique, celle-ci exerçant une action constante et déterminante sur l’esprit, l’organisation et le mode d’emploi de celle-là. Aussi bien, tout en accordant la première place à la recherche du renseignement militaire, mais pour donner à celui-ci toute sa signification et toute sa portée, le 2e bureau s’est-il attaché à suivre de très près l’évolution politique de l’Allemagne hitlérienne34. » Ce qui vaut pour l’Allemagne hitlérienne vaut pour le monde entier, cette remarque dévoile une méthode de travail. Et c’est bien dans ce cadre du suivi de « l’évolution politique » de l’Empire britannique que s’inscrit une autre étude, intitulée L’Irak et le traité du 30 juin 193035, rédigée par un Morel très au fait des problématiques politiques britanniques au Moyen-Orient.

  • 36 Fonds privé Morel, ibid., p. 26.
  • 37 Fonds privé Morel, ibid., p. 4 et 6.
  • 38 Fonds privé Morel, idem.
  • 39 Fonds privé Morel, ibid., p. 7.
  • 40 Fonds privé Morel, ibid., p. 23.

15« Il n’y a pas à proprement parler une question d’Irak, mais deux questions traitées actuellement dans un même chapitre36. » En octroyant son indépendance à l’Irak par le traité du 30 juin 1930, la Grande-Bretagne renonce au mandat qu’elle exerçait sur le pays depuis la fin de la Première Guerre mondiale et le démantèlement de l’Empire ottoman. Morel semble implicitement saluer ce choix qui, non sans présenter un certain danger pour la France, est le fruit d’une politique étrangère réaliste. Ainsi les « deux questions traitées dans un même chapitre » sont : d’une part, la sécurisation des voies de communication aériennes entre la métropole britannique et ses colonies – visant in fine à la préservation de l’unité de l’Empire – et d’autre part, l’accès privilégié aux régions pétrolifères de Mossoul37. Ainsi à la différence de la Syrie sous mandat français, qui « ne conduit nulle part », ou plutôt qui « ne conduit, comme Bagdad, qu’à Mossoul », l’Irak mène « à Bombay et conduira à Sydney »38. En transformant son mandat en traité d’alliance, Londres met fin à une situation qui, de toute évidence, ne pouvait être que transitoire et tente habilement de préserver son influence politique dans la région. « De toutes façons, pour l’avenir des lignes aériennes comme pour celui des pétroles kurdes, il faut que l’Angleterre dure en Irak. Alors que l’on pourrait dire, avec l’inexactitude de toute formule frappante, que nous sommes en Syrie, pour “hier”, on peut dire que l’Angleterre est dans l’Irak pour “demain”39. » Un constat qui contraste avec les conclusions auxquelles il parvenait dans sa précédente étude. Mais comment admettre alors que ce pays, en proie à la « décadence », cumule à ses atouts « géographiques » des prétentions en matière de politique étrangère que la France est loin d’avoir ? Comme la formulation pouvait le laisser entendre, Morel ne s’y résout pas et précise à la fin de son texte : « Dans cette zone du Moyen-Orient où les anglais jugent indispensable une absolue liberté de manœuvre, leur susceptibilité est extrême. […] Comme sur tous les points où nous touchons à des intérêts anglais, il faut connaître la susceptibilité britannique, pour ne la heurter, si nous voulons le faire, que volontairement et utilement40. »

  • 41 Fonds privé Morel : Forces militaires des colonies britanniques d’Afrique, (s.d.), 35 pages ; À la (...)
  • 42 SHD/DAT, 7 N 2527, EMA/2, SAE, « Quatre conférences de politique militaire. Essai d’explication, é (...)
  • 43 Fonds privé Morel, À la veille de la conférence de limitation des armements quelques aspects du pr (...)
  • 44 Fonds privé Morel, ibid., p. 5-6.

16La complémentarité des fonds d’archives exploités a, toutefois, permis de réunir plusieurs études portant sur le système militaire britannique41. Certaines analyses se répercutant de texte en texte, il était fondamental de les mettre en exergue. Même si toutes ou presque tentent d’apporter une réponse à la question suivante : sur quelles forces britanniques la France pourrait-elle compter en cas de conflit contre l’Allemagne42 ? La première remarque formulée par Morel concerne la finalité de l’armée britannique dont il rappelle qu’elle est avant tout une armée impériale et ce, quel que soit, la nature de son recrutement. Les troupes coloniales, nombreuses, ont pour mission essentielle de sauvegarder le « territoire dont elles dépendent43 ». Quant à l’armée régulière, qui se compose de 100 000 hommes, elle forme un corps expéditionnaire dont le financement est en partie assuré par les colonies. Dès lors, « il reste que l’ensemble de l’armée régulière est une force spécifiquement impériale, que la Grande-Bretagne aurait scrupule à utiliser pour des fins qui ne seraient pas impérialistes. […]. Utiliser dans des affaires strictement européennes des unités pour lesquelles l’Inde ou Chypre fournissent des subsides est presque un détournement, le point de vue n’a certainement pas été étranger aux répugnances qu’ont eues les Gouvernements britanniques au maintien d’unités de l’armée régulière sur le Rhin44 ». Si la conception britannique d’emploi de la force militaire obéit à des options politiques différentes des options françaises, le système de recrutement des deux pays renvoie, selon lui, à des conceptions de l’État diamétralement opposées. Cette thématique lui est chère et constitue, probablement, la raison essentielle de son intérêt pour la Grande-Bretagne, puisque liée à la prédominance du système de l’armée de métier sur celui de l’armée de conscription.

  • 45 Fonds privé Morel, ibid., p. 7.
  • 46 Raymond Aron, Introduction à la philosophie politique…, p. 25.
  • 47 Idem.
  • 48 Fonds privé Morel, À la veille de la conférence…, p. 9.

17Ainsi pour Morel, au-delà de la situation géographique de la Grande-Bretagne, le fait que le pays ait banni la conscription tient essentiellement à « la lutte de l’individu contre l’État et de la victoire de l’individu45 ». On se souvient que ses Essais de psychologie tactique pour servir d’introduction à la tactique réaliste, rédigés en 1923, contenaient déjà un raisonnement très proche de celui-ci. À l’instar du philosophe Alain qui réprouvait le fait que « l’adoration des pouvoirs46 » puisse servir de fondement à l’obéissance. Celui-ci estimait, en effet, que l’État constituait « une sorte de danger permanent à la fois pour la liberté des citoyens et pour la paix47 ». Aussi, il n’est guère étonnant de voir Morel développer son analyse philosophique des raisons de l’adoption du système de l’armée de métier par les Britanniques sur un ton semblable : « L’opinion anglo-saxonne répugne donc profondément à voir l’État s’emparer des corps des individus pour en faire des soldats. Elle considère que le fait, pour un État de pouvoir réquisitionner à sa guise les corps des citoyens est un pouvoir exorbitant. […]. Le vrai mode de contrôle des citoyens sur les desseins de l’État, c’est de pouvoir contrecarrer ses velléités guerrières en restant chez soi48. »

  • 49 Henri Morel, « Réflexions sur le règlement anglais de 1929… », p. 45.
  • 50 Fonds privé Morel, À la veille de la conférence…, p. 14-15.

18L’autre point de divergence entre les deux pays tient à la conduite de la guerre, qui, en Grande-Bretagne, est du seul ressort du gouvernement : « L’unité de direction et le contrôle des forces “sont exercés par les ministres d’État, qui sont responsables de la conduite de la guerre […]”. Ainsi, en haut il y a l’État assisté de ses conseillers qui représentent les trois éléments des forces armées de l’Empire. En bas, il y a l’exécutant, le commandant en chef, maître seulement dans le domaine de l’exécution49. » Et Morel d’expliciter la conception britannique à laquelle, nous savons par avance, qu’il adhère pleinement : « Les Anglais, qui ont échappé à l’influence napoléonienne conçoivent encore la guerre comme entièrement contrôlée par l’État, assisté de conseillers militaires. […] Notre conception purement militaire de la guerre est, avec la conscription, le cadeau dangereux que les Anglais accusent la Révolution d’avoir fait au monde. […] D’où une tendance malsaine chez les disciples de Napoléon tant Prussiens que Français à usurper le rôle qui ne peut appartenir qu’à l’État50. » Bien qu’en un sens, elle soit un prétexte à la diffusion de ses propres opinions et conceptions, il est difficile de remettre en cause une telle analyse. Si, à l’instar de ses études et articles précédents, ces textes recèlent toujours cette part de subjectivité – qui, au fond, atteste parfaitement de la franchise du personnage – ils révèlent un réel attachement à la légalité et à la suprématie du pouvoir civil. Ce qui, une nouvelle fois, peut paraître surprenant. Doit-on y voir, pour autant, un nouveau paradoxe ? Alain n’affirmait-il pas : « Résistance et obéissance, voilà les deux vertus du citoyen. Par l’obéissance il assure l’ordre ; par la résistance il assure la liberté. »

  • 51 Fonds privé Morel, ibid., p. 22. Thème qu’il aborde aussi dans l’un de ses articles ultérieur : «  (...)
  • 52 Citons notamment le philosophe allemand Oswald Spengler, Le Déclin de l’Occident, 2 vol., Paris, N (...)
  • 53 Fonds privé Morel, EMA/2, Réflexions sur les États-Unis, 1933, p. 8.
  • 54 Se reporter au portrait de Georges Bernanos dans l’ouvrage de Michel Winock, Nationalisme, antisém (...)

19Le dernier thème récurrent est celui du « préjugé anglo-saxon de la race : supériorité de la race blanche51 » sur lequel repose la forte ségrégation régnant au sein de l’armée et qui, selon lui, rend impossible tout stationnement de troupes indigènes sur le sol britannique, contrairement aux choix français qu’il paraît réprouver (même si ces derniers sont, comme il l’admet, la conséquence des menaces qui pèsent aux frontières de la France). Approche paradoxale, puisque Morel semble distinguer des préjugés racistes spécifiquement anglo-saxons auxquels il adhère malgré tout. Plus largement, ce thème de la « supériorité de la race blanche » s’intègre aux réflexions contemporaines d’une certaine élite intellectuelle européenne sur le concept même de civilisation52. Aussi il n’est guère étonnant de le retrouver abordant ces thèmes au milieu d’articles ou d’études destinés à un public militaire. Mais Morel se pose avant tout en défenseur des valeurs d’une civilisation gréco-latine dont les fondements sont culturels et non basés sur un progrès matériel exacerbé. D’où ce mépris pour la civilisation anglo-saxonne qui atteint son summum dans une courte étude consacrée aux États-Unis. Dans ce texte virulent, il estime, en effet, que la crise économique frappant le pays condamne une « non civilisation » reposant sur le seul matérialisme : « Toutes ces constatations ne sont pas faites pour étonner outre mesure si on les rapproche de la suivante : on ne peut nier que dans le monde, certaines régions géographiques se soient révélées au cours des siècles particulièrement aptes à l’éclosion et au développement de civilisations complètes – le type le plus représentatif de ces régions semble bien être la Méditerranée. Pourquoi n’imaginerait-on pas, par analogie, que certaines régions seraient réfractaires au développement de toute véritable civilisation originale ? Ce pourrait être le cas des États-Unis où seuls des fragments de civilisations différentes vivant juxtaposés sous une forme affaiblie sans être remplacées par rien d’autre que par une attitude commune devant certaines règles de vie dans une Société où les commodités matérielles de l’existence prennent une place anormale53. » Force est de constater que ce diagnostic s’inscrit dans une approche critique de la société américaine que l’on retrouve alors chez un Georges Duhamel (Scènes de la vie future, Mercure de France, 1930), ou encore chez un Louis-Ferdinand Céline (Voyage au bout de la nuit, Denoël, 1932) et qui se fera plus virulente encore, quelques années plus tard, dans le récit fortement teinté d’antisémitisme de Georges Bernanos : La France contre les robots (Robert Laffont, 1947)54.

  • 55 Il commande le 1er bataillon du 28e RTT.
  • 56 Fonds privé Morel, correspondance active Morel/de Lattre, lettre d’avril 1933, Chambéry.
  • 57 SHD/DAT, 13 Yd 602, dossier du général de brigade Louis Henri Morel. Extrait de la notation du lie (...)
  • 58 Notation destinée à l’avancement (modèle E) signée par le général Maxime Weygand, chef d’étatmajor (...)

20Le 25 mars 1931, Henri Morel est promu au grade de chef de bataillon. C’est au 28e régiment de tirailleurs tunisiens, stationné à Chambéry, qu’il effectue son temps de commandement réglementaire ; ce qui lui vaudra de porter le képi bleu ciel et les insignes de l’armée d’Afrique jusqu’en 1939. Ainsi cet officier, blâmant dans ses écrits le stationnement des troupes coloniales sur le sol de la métropole, se retrouve à la tête d’un bataillon d’un régiment de tirailleurs tunisiens installé dans les Alpes55. Il est, en outre, probable qu’il ait lui-même opté pour cette affectation proche de sa maison de campagne située dans la petite ville de Crémieu dans le nord de l’Isère. Plus paradoxalement encore, Morel avoue à de Lattre début 1933 ses regrets d’avoir à se séparer de sa troupe et son rêve de « finir colonel d’un régiment de tirailleurs » : « J’ai perdu, il y a huit jours, le contingent avec lequel je m’étais trouvé il y a dix mois. Je l’avais accompagné à Marseille. Les hommes se jetaient sur moi pour m’embrasser ! J’ai été bien payé. Finir colonel d’un régiment de tirailleurs, voilà mon rêve. J’irai au bout de l’Afrique pour retrouver cette race à la fois passive et ardente qui sait aimer56. » En octobre, il regagne le 2e bureau « sur la demande du chef du 2e bureau et sur ordre spécial du général chef d’état-major général au 2e bureau de l’EMA57 » : ses qualités d’analyste ayant précédemment attiré l’attention du général Weygand58. Il est nommé chef de la section midi de la section des armées étrangères du 2e bureau de l’état-major de l’armée.

Un observateur critique de l’Italie à la tête de la section Méditerranée (1933-1936)

Quelle perception de l’Italie fasciste et de la politique d’alliance de la France ?

  • 59 Fonds privé Morel, correspondance active Morel/de Lattre, lettre du 30 janvier 1934, Paris.
  • 60 Notons que Conquet a passé cinq années à la tête de la section midi. SHD/DAT, 14 Yd 795, dossier d (...)

21« Vautrin m’a dit hier que vous aviez remarqué mon silence. Je me flattais qu’il avait passé inaperçu. Tout de suite, je répare en vous faisant des excuses. En fait, depuis trois mois que je suis ici, j’ai été incroyablement absorbé. J’ai voulu être, par vanité, aussi rapidement que possible au courant de mes domaines. J’ai plus travaillé que jamais, je crois, dans ma vie. Je commence à planer. Mais j’ai eu l’impression de la noyade, mon prédécesseur avait fait une telle inflation et laissé un tel désordre… Mais paix à sa mémoire. Je viens de mettre au point quelques-unes de mes idées sur l’Italie. Je vous montrerai ça59. » De nouveau installé à Paris, « dans un appartement trop étroit » avec sa femme et leurs quatre enfants, Henri Morel, tout en s’abritant derrière de la densité de son travail, s’excuse de ne pas avoir félicité son ami Jean de Lattre de sa récente affectation à l’état-major du général Weygand au Conseil supérieur de la guerre. De fait, cette lettre date de janvier 1934 et bien qu’il ait réalisé une première conférence en décembre 1933, ce n’est qu’à partir du printemps 1934 que le chef de bataillon Morel livre à la direction du 2e bureau la plupart de ses études sur l’Italie. Quant au prédécesseur désordonné auquel il ait fait allusion, il s’agit du lieutenant-colonel Alfred Conquet : l’un des hommes liges du maréchal Pétain (dont il ne tarde d’ailleurs pas à rejoindre le cabinet lorsque celui-ci est nommé ministre de la Guerre le 7 février 1934)60.

  • 61 SHD/DAT, 7 N 2527, EMA/2, SAE, Quatre conférences de politique militaire. Essai d’explication, élé (...)
  • 62 Henri Morel, « Évolution des forces militaires italiennes de 1929 à 1934. Caractères et tendances (...)
  • 63 Ibid., p. 83. Sur cet aspect du fascisme se reporter à l’analyse d’Éric Vial dans son ouvrage Guer (...)
  • 64 Henri Morel, « Évolution des forces militaires italiennes… », p. 83.
  • 65 Ibid., p. 78.
  • 66 Ibid., p. 92.

22Dès ses premières études sur l’Italie fasciste, Morel se plaît à relever les aspects illusoires du régime mussolinien. « L’Italie actuelle est le pays des mirages61 » peut-on lire dans les premières lignes du texte d’une conférence prononcée au Centre des hautes études militaires au printemps 1934 ; ou encore cette réflexion sur l’ordre qui invite à s’interroger sur ce que dissimule le « vernis » fasciste : « L’ordre vaut-il par lui-même ou par la valeur de la matière dont il règle l’emploi ? […] Peut-être le Fascisme doit-il sa puissance profonde, non à l’ordre qu’il a réalisé, mais à la période de désordre à laquelle il a mis fin62. » S’attachant donc à restituer la « théâtralité » du régime, Morel estime que sa valeur militaire ne doit pas être surestimée. Le culte de la violence répandu dans toute la société italienne est avant tout destiné « à la réforme des mœurs par le moyen d’une mystique guerrière63 », car comme il le souligne si bien, Mussolini est un disciple de Georges Sorel : « La violence, mythe salutaire, purificateur, excitateur, voilà ce Mussolini a tiré de ces confuses théories de son vieux maître. (…) D’où une sorte de religion avec ses sacrements, ses rites, ses objets cultuels, matérialisation d’une idéologie et d’une véritable théologie. D’où cet éloge de la guerre, du rôle des baïonnettes, ce mépris de la paix de la part d’un homme qui pour poursuivre son œuvre intérieure a besoin de la paix et la cherche, à sa façon, dans sa politique extérieure64. » Pour le normalien aux racines italiennes, le fascisme est synonyme de régression. L’Italie « sentimentale » dirigée par des « individualités brillantes » et « une bourgeoisie plus cultivée et plus raffinée que la bourgeoisie française » n’existe plus. C’est le retour à un ordre archaïque, primitif, dominé par un autocrate : « Mussolini “autocrator” : l’autocrator et sa cour, ses favoris qu’il disgracie, si haut placés qu’ils soient, ses caprices de dieu, ce pouvoir total de la police, ce mépris des individualités, ce goût des pompes et des constructions inutiles et triomphales65. » Morel doute encore de cette armée italienne, qu’il voit mal, dans une conclusion prophétique, « à Lyon ou à Belgrade : ou ce serait alors la suite d’un effondrement militaire, dont les Italiens n’auraient été que partiellement les auteurs66 ».

  • 67 Henri Parisot (1881-1963). Saint-cyrien, breveté d’état-major en 1910, il sert notamment au cours (...)
  • 68 SHD/DITEEX, 1 K 213, fonds du général Lucien Loizeau, carton 12, Impressions retirées du séjour au (...)
  • 69 Fonds privé Morel, Manœuvres 1934, Italie (Impressions du chef de bataillon Morel, mission militai (...)

23À l’été 1934, les « idées » du chef de bataillon Morel sur l’Italie se précisent un peu plus. En effet, au mois d’août, le chef de la section midi est désigné pour accompagner le général Loizeau (sous-chef de l’EMA en charge du 2e bureau), le lieutenant-colonel Debeney et le commandant Bergeret pour suivre les « grandes manœuvres » de l’armée italienne près de Bologne. Arrivée en Italie dans l’après-midi du 18 août, la mission militaire française est prise en charge par l’attaché militaire en poste à Rome, le colonel Henri Parisot67. Ces « grandes manœuvres » de l’armée italienne, souvent évoquées, ne sont connues que par deux rapports (bien que les cinq officiers présents en aient rédigé un)68 : celui de Morel, intitulé Manœuvres 1934, Italie (impressions du chef de bataillon Morel, mission militaire française, chef de la section midi), existant dans ses seules archives personnelles et celui du général Lucien Loizeau, chef de la mission, intitulé Impressions retirées du séjour aux manœuvres italiennes, retrouvé là encore dans des archives personnelles69. Même s’il ne s’agit pas de tirer de conclusions hâtives, notons que les originaux de ces rapports – qui auraient dû se trouver dans les archives du 2e bureau de l’EMA – ont disparu. En outre, aucun document se rapportant en propre à ces manœuvres n’a pu être identifié dans les papiers de l’attaché militaire.

  • 70 SHD/DITEEX, ibid., p. 20.
  • 71 Colonel Catoire, Journal de ma mission à Rome (1934-1937), document dactylographié, bibliothèque T (...)
  • 72 Ibid., p. 21.
  • 73 SHD/DAT, 13 Yd 1563, dossier du général de corps d’armée Henri Parisot. Extrait de la notation du (...)

24En réunissant un effectif de plus de 100 000 hommes et en effectuant, de fait, les plus grandes manœuvres jamais organisées, la propagande mussolinienne atteint son objectif : prouver à l’Europe qu’il faut désormais compter avec l’armée italienne. Le général Loizeau en revient conquis : « Certes ces manœuvres nous ont laissé sur l’armée italienne une impression favorable, bien supérieure à ce que nous en attendions. » Après une vingtaine de pages d’une description technique et stratégique de ces six jours passés en compagnie de 116 généraux et de plus de 2 000 officiers, le sous-chef de l’EMA parvient à la conclusion suivante : « Il est bien certain que, du point de vue purement militaire, un rapprochement franco-italien – même s’il ne garantissait que la neutralité de l’Italie – améliorerait singulièrement notre situation en cas de guerre, tant par le renfort qu’il permettrait d’apporter à nos Armées du Nord-Est que par l’avantage que procurerait la sécurité de nos communications en Méditerranée occidentale et orientale70. » Et les Italiens de faire montre d’une courtoisie sans égale à l’égard des Français71 : la mission française est la seule à être admise dans le poste de commandement de l’une des armées en cours de manœuvre et les conversations engagées « ont prouvé qu’au fond du cœur Italien existaient pour nous des sentiments profonds et naturels de sympathie et la satisfaction de voir les divergences s’aplanir par une compréhension saine des intérêts communs72 ». Selon Loizeau, toutes les conditions sont réunies pour un rapprochement avec l’état-major de l’armée italienne ; au reste, l’attaché militaire français s’y emploie déjà depuis plusieurs mois. Aussi, dès son retour en France, le sous-chef de l’EMA séduit tant par la personnalité que par les analyses du colonel Parisot, plaide en faveur de son avancement. Moins d’un mois après le retour de la mission à Paris, ce dernier est nommé général de brigade73. Un sourd désaccord va, dans les mois qui suivent, opposer Parisot à Morel.

  • 74 Fonds privé Morel, Manœuvres 1934…, p. 9-10.

25L’épais rapport remis à la direction du 2e bureau par Morel rejoint celui de Loizeau sur de nombreux points : à l’évidence, ces manœuvres ont été une réussite. Les seules réserves émises se rapportent à la composition de l’état-major au sein duquel, Morel ne voit que des courtisans, habitués au mensonge : « Entourage de despote, anxieux de plaire, paralysé par la crainte. » Pour autant, cette impression n’est « gênante » que « parce qu’elle indique une situation grave en ce qui concerne la valeur de l’armée italienne en guerre74 ». Sinon, artillerie, cavalerie, infanterie et bersagliers sont très rapides et manœuvrent efficacement en terrain accidenté. En conclusion, Morel se borne à signaler que cette armée est toute entière tournée vers l’offensive et que son approche défensive est « anachronique ». Il ne fait aucun commentaire sur une éventuelle alliance franco-italienne ; ce rapport n’est destiné qu’à compléter celui du chef de la mission. Il faut atteindre l’année 1935, pour voir Morel formuler des réserves de plus en plus évidentes quant à la viabilité d’une alliance entre la France et l’Italie.

  • 75 Fonds privé Morel, « Note succincte sur les avantages et les inconvénients d’une alliance franco-i (...)
  • 76 Fonds privé Morel, ibid., p. 2.
  • 77 Fonds privé Morel, idem.

26Peu après la signature des accords de Rome en janvier 1935 entre Pierre Laval (succédant à la tête du ministère des Affaires étrangères à un Louis Barthou alors initiateur du rapprochement franco-italien) et Mussolini, Morel rédige à l’attention de la direction du 2e bureau une « note succincte sur les avantages et les inconvénients d’une alliance franco-italienne75 ». Dès les premières lignes, le ton est nuancé voire cynique : « On sait ce qu’on gagne, on ne sait pas exactement ce qu’on perd76. » Bien sûr, l’alliance avec l’Italie apporte « sécurité » dans les Alpes, « liberté » en Méditerranée et peut-être même une certaine facilité pour le ravitaillement de la Petite Entente77. Néanmoins, la conclusion reste empreinte d’un scepticisme évident :

  • 78 Fonds privé Morel, ibid., p. 8.

« Un bilan, dont certains postes sont libellés en une monnaie dont la valeur est incertaine, ne présente qu’une sécurité douteuse. Il y a lieu d’être extrêmement prudent dans l’évaluation de ses résultats. L’alliance italienne n’est certainement pas désavantageuse : on l’a vu, par l’exposé immédiat qu’elle nous procure. Mais on doit l’envisager avec plus d’appréhension que d’enthousiasme et ne jamais cesser de surveiller avec soin les développements ; tout en affichant une générosité verbale, il faudra fixer avec exactitude les charges qu’elle nous impose et limiter les aventures où elle nous entraîne, et, si l’on peut se permettre une métamorphose vulgaire, rédiger le contrat d’un épicier avec un marchand de tapis78. »

  • 79 SHD/DAT, 7 N 2917, EMA/2, SAE, commandant Morel, Impressions et réflexions de voyage. Italie 1935,(...)
  • 80 SHD/DAT, ibid., p. 1. L’allusion à ses précédents voyages en Italie renvoie probablement à des vis (...)
  • 81 SHD/DAT, idem.
  • 82 SHD/DAT, ibid., p. 2 et 3.
  • 83 SHD/DAT, ibid., p. 4.
  • 84 SHD/DAT, ibid., p. 6.

27L’invasion de l’Éthiopie par les troupes italiennes à la fin 1935 met un terme à son attitude réservée et l’amène sur le terrain de la critique – plus ou moins ouverte – quant au bien-fondé de l’alliance. À l’instar du voyage « d’études » qu’il avait réalisé en Grande-Bretagne cinq ans auparavant, Morel choisit cette fin d’année 1935 pour effectuer un voyage identique sur les terres italiennes. Et une nouvelle fois, les Impressions et réflexions de voyage79 qu’il rédige, dès son retour, au profit du 2e bureau ont de quoi surprendre. L’introduction révèle d’emblée son état d’esprit : « J’ai retrouvé l’Italie, après 12 ans de fascisme. Avant la guerre, j’y allais tous les ans et je parlais l’Italien. Je l’ai revu après la guerre en pleine convulsion. Je la retrouve pour quelques jours avec un fascisme installé et digéré : je ne sais plus la langue (…)80. » Son parcours se limitant aux zones touristiques autorisées (Naples, Salerne, Bénévent, Toscane, Ombrie et Rome), il constate avec réalisme que le fascisme ne montre que ce qu’il veut montrer81. Toutefois, la guerre d’Éthiopie focalise les conversations et c’est parfois sans faire preuve de la moindre retenue que les Italiens la déplorent. « Dans deux villes, j’ai vu des “Vive Matteoti” tous frais. Pas de “Vive le Duce” dans les graffitis neufs82. » écrit-il ; la remise en cause du régime commencerait-elle à poindre ? Les magasins, les restaurants sont vides, « la circulation est insignifiante » : « L’Italie n’a jamais été bien riche. Mais il semble bien que l’État maintenant a tout pris83. » La jeunesse sous-alimentée est aussi décervelée, l’université a été vidée de ses intellectuels : « Le chef de cabinet du Ministre est un Général : les intelligences, comme les corps, sont menées tambour battant et marchent au pas84. » Un bivouac de la milice, croisé au hasard, lui laisse l’impression d’une profonde incohérence. Au bilan, et en dépit des progrès réalisés en l’espace de dix ans, il rappelle que le régime fasciste est un colosse aux pieds d’argile.

  • 85 Addis-Abeba est prise le 5 mai 1936.
  • 86 Fonds Morel, « Note sur la situation actuelle en Éthiopie et sur ses développements possibles », E (...)
  • 87 Colonel Catoire, Journal de ma mission à Rome…, p. 76.
  • 88 Idem.

28Début mai 1936 alors que les troupes de Mussolini font leur entrée dans la capitale éthiopienne85, prouvant par là même que les sanctions économiques prises par la Société des Nations à l’encontre du régime fasciste ont été d’une inefficacité patente, Morel estime que la résistance éthiopienne peut encore s’organiser et que la pratique de la guérilla pourrait compromettre une conquête italienne86 ; mais Mussolini célèbre sa victoire trois jours plus tard. Parallèlement, la récente remilitarisation de la Rhénanie (mars 1936) a replacé l’alliance italienne au premier plan de la politique étrangère française. Ce qui n’empêche pas la méfiance du chef de la section midi de s’accroître voire, même, de se traduire par une certaine agressivité. Début juin 1936, l’attaché militaire adjoint du général Parisot à Rome, le capitaine Catoire, est envoyé en mission à Paris par l’ambassadeur. À charge pour lui de convaincre l’état-major de l’armée que la levée des sanctions contre l’Italie est désormais une nécessité si l’on veut prévenir une « conjonction italo-allemande » : « 1° Dans le climat actuel, l’Italie est prête à affronter la guerre contre toute puissance qui menacerait son nouvel “Impero”. 2° Elle reprendra son entière liberté d’action vis-à-vis de la France si celle-ci après le 15 juin, persiste dans sa politique sanctioniste [sic]. Et de là à la conjonction italo-allemande, il n’y a qu’un pas qui peut-être vite franchi. C’est essentiellement cela que je suis venu dire ici afin que chacun puisse prendre ses responsabilités en toute connaissance de cause87. » Aussi dès le 1er juin, Catoire rencontre les généraux Bloch (sous-chef de l’EMA en charge du 1er bureau) et Gamelin : « Le général Bloch lui fait une rapide synthèse des derniers renseignements. Puis Gamelin prend rapidement connaissance des documents que je lui apporte et déclare que tout cela ne fait que confirmer son point de vue88. » Enfin, sur les conseils du chef d’état-major général de l’armée, Catoire et Bloch se rendent rue Saint-Dominique pour s’entretenir avec le ministre de la Guerre, le général Maurin, qui se contente de leur faire savoir qu’il informera son successeur (le gouvernement du Front populaire est constitué dans les jours qui suivent).

29Le 3 juin, le capitaine Catoire est de nouveau à l’état-major de l’armée où il rencontre les généraux Colson, Gérodias et Schweisguth (respectivement chef de l’EMA et sous-chefs de l’EMA en charge des 2e et 3e bureaux). Voici comment cet épisode est relaté dans son journal :

  • 89 Ibid., p. 77-78.

« Partout j’ai trouvé un accueil compréhensif. Ce que j’apportais était d’ailleurs confirmé par avance pour une toute récente démarche de l’attaché militaire italien à Paris auprès du général Gamelin. Cette démarche avait même produit une fâcheuse impression de chantage que je m’efforçais de réduire à ses justes proportions. En fait, ces trois grands chefs m’ont paru soucieux mais parfaitement calmes et déjà convaincus de l’importance du facteur italien. Dois-je dire que si tous m’ont inspiré la plus entière confiance du point de vue purement militaire, par leur aspect sérieux, honnête, et tout emprunt de la plus rigide conscience professionnelle, aucun d’eux ne m’a paru avoir une envergure suffisante pour s’imposer aux grands requins de la politique.
En repassant au 2e bureau, je romps des lances avec le commandant Morel, qui m’accuse d’avoir dansé la “danse du scalp” autour des victoires italiennes. Je proteste énergiquement en lui rétorquant que rien ne sert de faire la politique de l’autruche et qu’il faut voir la force militaire italienne comme elle est en ce mois de juin 1936 : force d’appoint très appréciable qui si elle n’est pas avec nous sera contre nous89. »

  • 90 Jean-Marie Palayret, L’alliance impossible. Diplomatie et outil militaire dans les relations franc (...)
  • 91 Idem. L’auteur interprète ici de précédents commentaires formulés autour de l’extrait du journal d (...)

30L’accrochage dut être violent. Bien qu’aucune date ne figure sur son manuscrit, Catoire a certainement réécrit ce journal après la Deuxième Guerre mondiale ; or, le fait même d’avoir maintenu cet incident témoigne de son importance. Dans sa thèse consacrée aux relations franco-italiennes, Jean-Marie Palayret formule, à propos de cet extrait, le commentaire suivant : « Les obstructions dressées [vis-à-vis de l’alliance italienne] au sein même de la section midi, par des officiers étiquetés “de gauche” comme Morel, Jacquot et Valluy, n’arrangent pas les choses90. » Mais ce qui est, très probablement, vrai pour le capitaine Pierre Jacquot ne l’est pas pour Valluy et encore moins pour Morel. Même si, dans les faits, son opposition à tout projet d’alliance avec l’Italie fasciste est, à partir de 1936, manifeste ; étiqueter Morel « de gauche » relève de la gageure. Puis, reformulant le texte de Catoire, Jean-Marie Palayret poursuit : « [Morel] accuse Parisot d’être intoxiqué par la propagande fasciste et Catoire “de s’être livré à la danse du scalp autour du cadavre de l’Éthiopie”91. » Cette dernière interprétation nous montrant un Morel particulièrement critique à l’encontre de l’attaché militaire est, en revanche, tout à fait crédible même si les sources manquent pour l’affirmer de manière aussi directe. Plus largement, il ne fait guère de doute que ses idées, concernant notamment l’alliance italienne, ont contribué à sa marginalisation au sein du 2e bureau.

  • 92 Voir Michel Winock, Le siècle des intellectuels, Paris, Points Seuil, 2006, annexe, p. 780-781.
  • 93 Ibid., p. 326.
  • 94 Ibid., p. 328 et suivantes.

31Par ailleurs, en adoptant de telles positions vis-à-vis de l’Italie fasciste, Morel rompt aussi totalement avec l’Action française. En septembre 1935, dans un article incendiaire, Charles Maurras qualifiait d’assassins les 140 parlementaires qui avaient signé un manifeste contre l’expédition italienne en Éthiopie. Il était suivi quelques jours plus tard par la publication dans le journal Le Temps d’un autre manifeste – connu sous le titre « Manifeste des intellectuels pour la paix en Europe et la défense de l’Occident » – dans lequel le très maurrassien Henri Massis (rédacteur en chef de La Revue universelle) appelait au soutien de « l’œuvre colonisatrice » entreprise par Mussolini en Éthiopie92. Selon Michel Winock, « cette apologie du régime fasciste se donn[ait] pour objectif immédiat de peser sur les décisions qu’[allait] prendre le gouvernement Laval » et mieux encore opposait au Comité antifasciste (formé par une majorité d’intellectuels de gauche) « un regroupement, sinon fasciste, à tout le moins, selon l’expression de Brasillach, “anti-antifasciste”93 ». Ce manifeste devait cependant donner naissance à plusieurs contre-manifestes signés par certains démocrates-chrétiens et « autres catholiques de gauche94 » condamnant Mussolini, parmi eux citons Jacques Maritain avec lequel Morel avait partagé le sommaire de La Revue universelle dans les années 1920. In fine, l’attitude de Morel n’est en rien paradoxale, son « maurrassisme » ayant toujours comporté un certain nombre de limites. Aussi, à l’instar d’un Georges Bernanos, plus le radicalisme de l’Action française s’est affirmé et plus Morel s’en est éloigné ; quand il ne s’y est pas totalement opposé.

Accords et désaccords avec la direction du 2e bureau

  • 95 SHD/DAT, 13 Yd 1280, dossier du général de brigade Maurice Gauché.
  • 96 SHD/DAT, dossiers des stagiaires de l’École supérieure de guerre, non cotés. 48e promotion (1926-1 (...)
  • 97 SHD/DAT, 13 Yd 1280, dossier du général de brigade Maurice Gauché, extrait de la notation du génér (...)
  • 98 SHD/DAT, ibid., appréciation pour l’avancement (modèle E) signée par le général Gamelin (octobre 1 (...)

32Les conséquences de la réorganisation du haut commandement du 18 janvier 1935 ne tardent pas à toucher directement le chef de la section midi. Avec la nomination du général Gamelin aux postes de chef d’état-major général de l’armée et de vice-président du Conseil supérieur de la guerre, l’organigramme de l’EMA connaît quelques changements. Ainsi en mars 1935, le lieutenant-colonel Louis Koeltz, chef du 2e bureau, est remplacé par un homme apprécié de Gamelin : le chef de bataillon puis lieutenant-colonel Maurice Gauché95. Saint-cyrien, Gauché a lui aussi réalisé la majeure partie de sa carrière au sein du 2e bureau. Il est le type même de l’officier d’état-major : Première Guerre mondiale passée, pour l’essentiel, à l’état-major de la IVe armée et, dès 1920, affectation à la section allemande de la SAE du 2e bureau de l’EMA. En 1926, il est admis à l’École supérieure de guerre où il est rapidement perçu comme un « homme de cabinet », « digne, sage, prudent », « desservi […] par une difficulté foncière à réfléchir, décider et agir vite96 ». Sa nomination à la tête du 2e bureau, le 25 mars 1935, n’a pourtant rien d’un hasard. Tout d’abord car, à l’instar de ses prédécesseurs, il a servi de longues années à la section allemande et, ensuite, car il possède une qualité très rassurante pour sa hiérarchie : la sûreté. Peu importent donc ses difficultés intellectuelles. En 1936, le général Gérodias (sous-chef de l’EMA en charge du 2e bureau) mentionne dans sa notation cette fameuse « justesse de vue97 », qui ponctue les appréciations des officiers dont les jugements vont rarement à l’encontre de ceux de leurs supérieurs. Notation que corrobore le général Gamelin dans une proposition d’avancement datée, elle aussi, de 1936 : « A eu cette année une charge très lourde dont il s’est remarquablement tiré. À faire arriver au plus tôt. Très appuyé98. »

33Aussi cet officier dénué de souplesse se heurte rapidement à l’esprit critique de l’ancien élève de l’ENS, chef de la section midi. Si les sources personnelles manquent pour cerner leurs difficultés relationnelles, Gauché et Morel vont cependant s’opposer sur de nombreux points, dès 1935, et ce jusqu’à ce que Morel quitte définitivement le 2e bureau de l’EMA en septembre 1939. Cela va bien évidemment transparaître dans sa notation, car le lieutenant-colonel Gauché ne va pas tarder pas à user de l’unique moyen de coercition directe dont il dispose. Voici la notation qu’il signe en septembre 1935 :

  • 99 SHD/DAT, 13 Yd 602, dossier du général de brigade Louis Henri Morel. Notation du lieutenant-colone (...)

« Le commandant Morel a continué à affirmer à la tête de la Section Midi sa forte personnalité qui lui vient de sa haute culture et des qualités maîtresses qu’il tient de son origine : le commandant Morel est un conférencier brillant et un écrivain militaire de talent. Malheureusement cet officier n’a pas encore su se plier à la discipline intellectuelle du milieu militaire où il vit. Il est en toutes circonstances délicat à manier et parfois difficile à diriger. Quoi qu’il en soit, le commandant Morel est un officier de grande valeur qui doit être inscrit au prochain tableau d’avancement99. »

  • 100 Se reporter à André Bach, L’armée de Dreyfus…, p. 525.

34Si cette appréciation à la fois allusive et maladroite révèle l’ampleur du contentieux entre les deux hommes, elle révèle aussi la conception que pouvait avoir le chef du 2e bureau de ce que devait être un « officier du 2e bureau » et, visiblement, Morel ne remplissait pas toutes les « conditions » qu’il estimait nécessaires. De fait, avec cette notation, le lieutenant-colonel Gauché reprend, ni plus ni moins, les codes en vigueur à l’état-major de l’armée à la fin du XIXe siècle : il convenait alors de repérer et éventuellement d’écarter les officiers qui ne se conformaient pas à aux règles implicites de conduite100. Ce qui nous amène à remarquer, une nouvelle fois, la forme d’ostracisme dont Morel a pu souffrir en raison de son origine.

  • 101 Fonds privé Morel, correspondance active Morel/de Lattre, lettre d’avril 1933, Chambéry.
  • 102 Fonds privé Morel, ibid., lettre du 30 janvier 1934, Paris.
  • 103 À cette date, le général Jules François est directeur de l’infanterie au ministère de la Guerre et (...)
  • 104 Fonds privé Morel, correspondance active Morel/de Lattre, lettre du 25 décembre 1935, Paris.
  • 105 Fonds privé Morel, idem.

35Sans, toutefois, se plaindre du sort qui lui est réservé Henri Morel s’ouvre régulièrement, de façon plus ou moins directe, de ses difficultés à Jean de Lattre. Bien sûr, restant fidèle à ses principes, il ne sollicite jamais l’aide de son camarade mais les constats qu’il formule à cette période sont éclairants. En 1933, résigné, il apporte une réponse à la question que de Lattre n’a peut-être jamais osée lui poser : « Je vous en prie ne voyez pas en cette lettre ni mécontentement ni aigreur. Quand je me suis donné à l’armée, je n’ai passé nul contrat. Il est probable que ma réussite dans l’université n’eut pas été supérieure. J’ai fait encore une bonne affaire. Je n’ai jamais rien regretté101. » Début 1934, toujours résigné, il lui concède qu’il n’a pas « l’esprit de la maison » : « Venez donc me voir. Venir chez moi, ce n’est pas venir au 2e bureau : je ne représente que mes méditations. Je n’ai pas l’esprit de la maison mais j’ai de l’affection pour Koeltz. Je resterai là jusqu’à un 5e galon éloigné. Puis j’essayerai d’avoir un poste d’attaché militaire de 2e zone. Je ne l’aurai pas, parce que je ne le demanderai pas assez fort102. » À la fin 1935, alors qu’il figure au tableau d’avancement pour le grade lieutenant-colonel, il fait implicitement allusion aux conséquences qu’auraient pu avoir pour sa carrière la précédente notation de Gauché tout en refusant, toujours, toute forme de clientélisme : « Il y a trois mois ce tableau m’eut paru impossible. Ce qui l’a rendu probable, (puis) sûr, c’est la fidélité du souvenir de François103 à une collaboration africaine. Il m’a sauvé des périls que courrait la “lanterne rouge” de l’EMA. Une seule chose m’ennuie. Louchet, présenté avant moi, a sauté. Je souhaite qu’il croie à ma loyauté. Je n’ai pas levé le petit doigt, ni dis mot pour ma défense104. » Puis, dans la même lettre, par provocation ou par dépit, le propos se fait brusquement antimilitariste : « Il faudrait au 2e bureau quelqu’un qui parle plus haut qu’un chef de bataillon commandant : la vérité militaire a des galons105. »

  • 106 SHD/DAT, 7 N 2917, EMA/2, Italie, « “Instructions pour le général Parisot, attaché militaire à Rom (...)
  • 107 SHD/DAT, ibid., compte rendu du lieutenant-colonel Gauché sur sa mission à Rome auprès du 2e burea (...)
  • 108 SHD/DAT, 1 N 43, CSG, « Note au sujet des relations franco-italiennes (novembre 1934) », p. 3.
  • 109 Jean-Marie Palayret, L’alliance impossible…, p. 498. Gamelin expose sa vision des relations franco (...)
  • 110 Jean-Marie Palayret, L’alliance impossible…, p. 498.

36Pour le haut commandement français, l’alliance franco-italienne devait se traduire, dès février 1935, par la mise en place de « pourparlers » entre les états-majors des deux armées. Et assez étonnamment, ces pourparlers avaient pour objectif principal l’échange de renseignements entre les deux 2e bureaux, voici un extrait des instructions envoyées à l’attaché militaire : « En ce qui concerne les échanges de renseignements, le général Parisot fera savoir au maréchal Badoglio que le commandement français est heureux de voir se nouer des relations entre les 2e bureaux français et italiens ; […]. Il est suggéré de procéder dans ce domaine (échanges de synthèse) à des échanges directs entre 2e bureaux des deux états-majors, les chefs de 2e bureau ou leur représentant qualifié pouvant se rencontrer périodiquement, soit à Rome, soit à Paris. Si le commandement italien agrée cette procédure, le ou les représentants français pourraient se rendre à Rome dans le courant de mars106. » Le lieutenant-colonel Gauché se rend effectivement à Rome à la fin mars et consigne ses impressions, dénuées de toute ambiguïté, dans un compte rendu daté du 2 avril 1935 où il conclut que l’échange d’officiers entre les 2e bureaux italiens et français est la condition nécessaire à un travail de fond sur l’Allemagne107. De fait, au cours des années 1934-1936, le haut commandement français est plus que jamais convaincu qu’une alliance avec l’Italie fasciste – même réduite à une simple neutralité bienveillante108 – est « un élément stratégiquement crucial en cas de conflit franco-allemand109 ». Peu importe donc la guerre d’Éthiopie, l’essentiel étant qu’elle ne remette pas en cause l’alliance qui représente alors, selon Jean-Marie Palayret, pour le général Gamelin « l’alpha et l’oméga de la stratégie française face à l’Allemagne110 ».

37Dans ce cadre, les analyses du chef de la section midi, vouant d’abord une certaine méfiance puis une réelle hostilité à l’Italie fasciste, ne peuvent que poser problème. En février 1936, Morel confie franchement à de Lattre ses impressions sur la politique étrangère de la France :

  • 111 Fonds privé Morel, correspondance active Morel/de Lattre, lettre de février 1936, Paris.

« On n’aperçoit pas dans la politique extérieure de renversements profonds. La droite et la gauche sont d’accord pour affoler l’opinion au sujet de l’Allemagne, les uns pour faire rentrer l’Italie dans le front de Stresa et sauver le fascisme, les autres pour justifier l’accord russe.
Pour l’accord russe, vous savez mon sentiment constant. Ecarter les possibilités d’un nouveau Rapallo. Ce simple résultat négatif justifie amplement l’accord. L’Angleterre inquiète en Baltique n’y pas défavorable. C’est le retour à 1914. L’Italie n’est pas de taille à remplacer la Russie. Elle sortira dans un tel état d’usure du conflit éthiopien que l’on doit la considérer pour un temps comme quantité négligeable. Elle aura besoin d’argent, fut Mussolini syndic de sa faillite. Seuls l’Angleterre et nous pourrons lui refaire un fonds de roulement. Elle ne peut donc aller franchement vers l’Allemagne. Pour la Petite Entente, elle tend à se décomposer. […]
Le bluff italien redouble. Je fais une note aujourd’hui sur la victoire de l’Enderta. D’après des documents italiens vieux de 20 jours, il y avait sur les positions conquises 2 500 hommes et 4 000 dans un rayon de 20 km. Cette victoire est donc une affaire type Malmaison menée avec des forces écrasantes (60 à 80 000) contre une toute petite garnison. Tout le reste est propagande et fantaisie111. »

  • 112 Notons ici que Morel, à l’instar d’un Charles de Gaulle, n’emploie jamais le terme « Union soviéti (...)
  • 113 Sur les rapports politico-stratégiques franco-soviétiques se reporter notamment à : David Burigana (...)

38Le constat qu’il dresse sur l’une des victoires italiennes en Éthiopie est symptomatique de sa perception de l’Italie mussolinienne : bluff et propagande insupportables, victoire sans gloire obtenue face à un piètre adversaire en déployant des moyens excessifs. Autant d’éléments qui remettent en cause l’intérêt d’une alliance italienne, à laquelle il préfère celle de la « Russie112 ». Cette lettre est importante car elle est l’un des rares documents retrouvés dans lequel figure son opinion sur la problématique « alliance russe » contre « alliance italienne ». Même s’il ne s’agit pas ici de reprendre le détail des rapports politico-stratégiques franco-soviétiques113, il est nécessaire de préciser quelques faits afin de comprendre dans quel « courant de pensée » Henri Morel s’inscrit.

  • 114 Frédéric Guelton, « Les relations militaires franco-soviétique dans les années trente » in Mikhail(...)
  • 115 SHD/DAT, 7 N 3143, EMA/2, URSS, « Note sur les avantages et les inconvénients de l’alliance russe  (...)
  • 116 Frédéric Guelton, « Jean de Lattre de Tassigny et les relations franco-soviétiques au début des an (...)
  • 117 Notons qu’après la signature du pacte de non-agression en novembre 1932, la France et l’URSS avaie (...)
  • 118 Se reporter à André Bach, Le colonel Mendras et les relations militaires franco-soviétiques (1932- (...)
  • 119 SHD/DAT, 7 N 3143, EMA/2, URSS, « Note sur les avantages et les inconvénients de l’alliance russe  (...)
  • 120 « Ces deux années [1935-1936] concourent à délimiter le rôle du Deuxième Bureau dans la perception (...)
  • 121 Signé en avril 1922 entre l’Allemagne et la Russie : les deux pays renonçaient à toute réparation (...)

39De 1933 à 1935, les relations franco-soviétiques sont orchestrées, au plan militaire, par l’un des membres de l’état-major du général Weygand au Conseil supérieur de la guerre : le lieutenant-colonel Jean de Lattre de Tassigny. Weygand et de Lattre semblent alors partager la même option stratégique faisant de l’URSS le véritable allié de revers de la France114. Mais au sein de l’état-major de l’armée, cette option est loin de faire l’unanimité. Quand elle n’est pas totalement réprouvée115. C’est au prix d’une manouvre montée par de Lattre que Weygand parvient à imposer à l’un des postes de sous-chef de l’EMA, fin 1933, un général favorable à cette option : Lucien Loizeau116. Peu de temps auparavant, de Lattre avait aussi œuvré pour obtenir la nomination d’un attaché militaire à Moscou117 capable de mener à bien le rapprochement tant souhaité. Il avait trouvé cet officier « russophile » en la personne du colonel Edmond Mendras118. Celui-ci devient la véritable cheville ouvrière des relations militaires franco-soviétiques jusqu’à la fin 1934, et ce, en dépit de l’hostilité rencontrée à l’EMA. À la fin avril 1935, dans une « note sur les avantages et les inconvénients de l’alliance russe », le 2e bureau conclut à une « alliance peu tentante » : « La force militaire russe apparaît donc comme un appoint éventuel, d’efficacité variable suivant l’attitude de la Pologne, et incapable de faire sentir sa pression dès les premiers jours des hostilités, sauf par son aviation. Nous apporterions certainement plus que nous ne recevrions dans un contrat conclu avec un partenaire peu sûr, qui pourrait nous entraîner dans une aventure et nous abandonner. L’alliance est, dans ces conditions, peu tentante119. » De fait, en février 1936, au moment où Morel rédige sa lettre, les tentatives en faveur d’un rapprochement militaire franco-soviétique initiées par de Lattre s’enlisent : la réorganisation du haut commandement a contribué à écarter les membres de la « maison Weygand » des postes importants120. À la lumière de ces faits, on pourrait estimer que l’opinion négative de Morel sur l’Italie s’explique, en partie, par le rôle joué par de Lattre dans les relations franco-soviétiques au début des années 1930 ; cependant aucun document ne permet de l’établir. La référence au traité de Rapallo121 et l’allusion à la puissance militaire soviétique (« L’Italie n’est pas de taille à remplacer la Russie ») laissent penser que Morel est parvenu à un raisonnement proche de celui de Lattre concernant l’alliance franco-soviétique sans, pour autant, avoir été nécessairement influencé.

  • 122 Ce qui lui fait écrire : « J’avais été envoyé en URSS pour savoir si la valeur de son armée était (...)
  • 123 Voir, notamment, Sabine Dullin, Des hommes d’influences…, p. 154.

40L’approche négative de l’alliance franco-soviétique par l’état-major de l’armée tend à se formaliser plus encore à partir de 1936, et ce en dépit de la ratification du pacte franco-soviétique et de la remilitarisation de la Rhénanie (qui, on l’a vu, amène l’EMA à favoriser l’alliance italienne). Il faut citer à titre d’exemple le sort réservé au rapport de mission du général Loizeau qui, soulignant le potentiel de guerre de l’Armée rouge, tombe dans l’oubli122 pour être supplanté par celui, très réservé, du général Schweisguth (alors sous-chef de l’EMA en charge des 3e et 4e bureaux), rédigé à son retour d’Union soviétique à la fin 1936123.

« Puis j’essayerai d’avoir un poste d’attaché militaire de 2e zone124 »

  • 124 Fonds privé Morel, correspondance active Morel/de Lattre, lettre du 30 janvier 1934.
  • 125 Fonds privé Morel, ibid., lettre de février 1936, Paris.

« Vous avez blâmé ma candidature pour Madrid. J’ai posé il y a bien longtemps cette candidature parce que je ne pensais pas avoir mon tableau, j’estimais que mon départ du 2e bureau était nécessaire et que cette place était une récompense adéquate pour une activité somme toute honorable125. »

Attaché militaire

  • 126 Fonds privé Morel, ibid., lettre du 25 décembre 1935, Paris.

41La décision de présenter sa candidature pour un poste d’attaché militaire apparaît, on l’a vu, dans la correspondance qu’Henri Morel échange avec Jean de Lattre à la fin janvier 1934. Ainsi, elle n’est pas – a priori – la conséquence immédiate de son désaccord avec la direction du 2e bureau ; puisque, à cette date, le 2e bureau est toujours commandé par le lieutenant-colonel Koeltz et, aussi, car le commandant Morel change d’avis, en décembre 1935, juste après avoir été inscrit au tableau d’avancement pour le grade de lieutenant-colonel : « Puisque je suis payé, je suis décidé à retirer ma candidature d’attaché militaire et à me mettre “à disposition”126. » Sa volonté de quitter le 2e bureau tenait donc, dans un premier temps, essentiellement à une question d’avancement. Toutefois la suite de la lettre datée de février 1936 est éclairante, car Morel explique à un de Lattre courroucé que son choix n’est en fait qu’un pis-aller :

  • 127 Le général Jean Ménard a été le chef du cabinet militaire du ministre de la Guerre de mai 1935 à j (...)
  • 128 Fonds privé Morel, correspondance active Morel/de Lattre, lettre de février 1936, Paris. Cette cor (...)

« Quand j’ai eu mon tableau, j’ai été voir mon chef de bureau. Je lui ai dit que j’étais payé et même débiteur et que si le commandement avait, en me donnant mon tableau, eu l’intention de m’utiliser en fonction de mon nouveau grade, j’étais prêt à servir où que ce soit et je n’insistais plus pour une place d’attaché militaire. […] Mais actuellement, je ne me crois pas plaçable. Ni au 2e bureau où je ne collaborerai pas volontiers avec X [?]. Ni à la SR où les successeurs sont promis. Ni chez Gamelin à qui, s’il me connaissait je serais antipathique (et réciproquement). Ni chez Georges, où une place va s’ouvrir qui est promise vous savez à qui. J’ai une certaine répugnance à aller dans un cabinet de ministre : Ménard127 d’ailleurs qui me connaît bien, sait que je ne suis pas adapté. Y [ ?] qui me connaît aussi ne m’a offert de place à l’École de guerre. Donc sauf offre nette de mes chefs, il me reste à aller trois ans à Madrid128. »

  • 129 Anne-Aurore Inquimbert, « Considérations sur les attachés militaires. Approche théorique à travers (...)

42Le recrutement des attachés militaires est, avant tout, fondé sur le volontariat. Les connaissances linguistiques sont souhaitables mais ne constituent pas, pour autant, des critères rédhibitoires ; contrairement au brevet d’état-major que l’EMA estime nécessaire pour pouvoir occuper la plupart des postes. Une fois la candidature de l’officier retenue par l’EMA, celle-ci est transmise au ministre de la Guerre puis au ministère des Affaires étrangères, qui charge alors le chef de la mission diplomatique de l’ambassade de France concernée d’informer officieusement le ministre des Affaires étrangères du pays hôte d’une future nomination129. C’est ainsi que le 27 mars 1936, le Quai d’Orsay avise l’ambassadeur de France en Espagne de la désignation du commandant Morel comme futur attaché militaire :

  • 130 CADN, ambassade de France en Espagne, C 15, le ministère des Affaires étrangères, direction des af (...)

« M. le ministre de la Guerre me fait savoir que le colonel Jouart, attaché militaire auprès de votre ambassade, devant être atteint par la limite d’âge de son grade le 18 juillet prochain, il se propose de le remplacer par le chef de bataillon d’infanterie breveté Morel, de l’EMA. […] Le commandant Morel a été apprécié partout comme un officier de grande valeur et de haute culture. Il connaît les langues espagnole, anglaise et italienne et réunit à ses connaissances professionnelles les qualités de tact, de pondération et d’éducation qui le qualifient entièrement pour remplir les fonctions d’attaché militaire à Madrid. Cet officier supérieur est inscrit au tableau d’avancement pour le grade supérieur et M. le général Maurin compte étudier la possibilité de le nommer lieutenant-colonel à titre fictif dès le début de sa mission. J’ai l’honneur de vous prier de bien vouloir, si le choix du commandant Morel ne soulève pas d’objection de votre part, notifier sa désignation au Gouvernement espagnol à titre officieux et par courtoisie, et m’aviser de l’accomplissement de cette formalité130. »

43Bien que répercutant l’avis favorable du ministre espagnol des Affaires étrangères, la longue réponse de l’ambassadeur Jean Herbette n’en contient pas moins certaines mises en garde étonnantes :

  • 131 CADN, brouillon de la lettre de l’ambassadeur de France en Espagne, Jean Herbette, au ministre des (...)

« […] j’ai l’honneur de rendre compte à Votre Excellence que j’ai fait dès aujourd’hui au Ministre d’État, à qui j’avais précisément l’occasion de faire visite, la notification dont j’étais chargé. […] M. Barcia m’a remercié de cette notification faite à titre officieux et par courtoisie. Il a pris connaissance avec intérêt des [« brillants » a été ajouté] états de service du commandant Morel. Je crois être d’accord, à la fois, avec les intérêts de notre pays et avec les vœux du Gouvernement espagnol en exprimant le souhait que notre nouvel attaché militaire, tout en restant naturellement étranger à la politique intérieure du pays où il résidera, sache s’adapter aux diverses situations que ce pays peut traverser. Quelques préférences que chacun soit en droit d’avoir dans son for intérieur pour telle ou telle doctrine politique ou sociale, il importe en effet d’éviter, non seulement dans l’attitude extérieure, mais jusque dans les jugements les plus confidentiels, toute espèce de parti pris ou de prévention. La valeur même des renseignements recueillis ou des appréciations formulées dépend essentiellement de leur objectivité. Les relations personnelles qu’on peut nouer dans les milieux qu’on est professionnellement amené à fréquenter peuvent certes présenter autant d’utilité que d’agrément ; mais elles ne doivent jamais exercer d’influence sur l’opinion qu’on se fait des hommes et des événements, cette opinion devant être fondée uniquement sur l’expérience du passé [« convenablement interprétée » a été rayé], sur l’observation impartiale du présent [« des faits » a été rayé] et sur la notion de l’intérêt national qu’on a mission de représenter. Je suis convaincu, d’après ce que le Département veut bien me dire sur les qualités de tact, de pondération et d’éducation qui caractérisent le commandant Morel, que cet officier réalisera le souhait que je viens d’exprimer. Peut-être lui faciliterait-on toutefois la tâche, si l’on voulait bien attirer dès maintenant son attention sur les nécessités définies ci-dessus131. »

44Ces avertissements, dont on ne sait s’ils ont atteint leur destinataire, n’apparaissent pas dans les brouillons des lettres de Jean Herbette concernant les nominations des deux précédents attachés militaires à Madrid : les colonels Variot (1932-1935) et Jouart (1935-1936). Ces « consignes » particulières auraient-elles été adressées à un Morel dont les « affinités » monarchistes auraient été connues ? Ambassadeur de France en Espagne depuis juin 1931, Jean Herbette a été le témoin de l’avènement houleux de la IIe République espagnole. Ferait-il part ici, de manière plus ou moins explicite, de ses réserves quant à la désignation d’un attaché militaire aux opinions politiques a priori peu républicaines ? Faute de sources, il ne s’agit-là que d’hypothèses.

  • 132 Journal officiel du 12 juin 1936.
  • 133 Fonds privé Morel, EMA/2e bureau, « Rapport du chef de bataillon Morel, désigné comme attaché mili (...)

45Le commandant Henri Morel est nommé attaché militaire auprès de l’ambassade de France à Madrid et de la légation de France à Lisbonne par décret du 29 mai 1936132. Dans les faits, il n’entrera en fonction que le 18 juillet ; date à laquelle son prédécesseur aura atteint la limite d’âge de son grade. Il est cependant intéressant de constater qu’il se fait d’emblée une idée très précise de sa mission et qu’il n’hésite pas à la présenter par écrit à la direction du 2e bureau. De fait, ce rapport « au sujet de la mission de l’attaché militaire en Espagne133 » comporte, après quelques généralités sur le statut d’attaché militaire, les directives qu’il estime applicables au poste de Madrid. Quant à la conclusion, elle semble même répondre aux doutes formulés par l’ambassadeur :

  • 134 Fonds privé Morel, ibid., p. 10 et 11.

« Pour ce qui est de la politique intérieure, il va sans dire que l’attaché militaire n’a pas à prendre parti ni en acte, ni même en pensée. Il est spectateur entièrement objectif : mais les rapports avec des officiers espagnols supposent une certaine souplesse tactique et une connaissance des circonstances les plus favorables, tant à l’exercice de sa curiosité qu’à l’intérêt militaire français. […]. Pour ce qui est de la politique extérieure, il va également sans dire qu’il y a un Département, seul chargé de décider en matière de politique étrangère. L’ambassadeur est son seul conseiller et son seul représentant. Mais ce Département ne fait que confronter, arbitrer, composer des points de vue particuliers. Il y a un point de vue militaire sur la politique étrangère comme il y a un point de vue commercial. L’ordre est dans la subordination sincère de ces points de vue à une décision des seuls organes responsables, non dans le silence134. »

L’Espagne

  • 135 Fonds privé Morel, ibid., p. 2.
  • 136 Fonds privé Morel, ibid., p. 9.
  • 137 Fonds privé Morel, ibid., p. 9 et 10.

46Comme chef de la section Méditerranée, Morel se devait de posséder une certaine connaissance de l’Espagne ; même si ce pays neutre focalise peu l’attention du 2e bureau. « Attaché militaire dans un pays de 2e zone », écrivait-il à Jean de Lattre en 1934 ; et de fait, au milieu des années 1930, la péninsule Ibérique ne présente un intérêt pour la France presque uniquement car ses « bases navales atlantiques et méditerranéennes commandent nos communications avec l’Afrique du Nord135 ». De cette approche stratégique découle donc, pour partie, sa perception du problème des « influences étrangères » dans le pays : « L’état de l’Espagne qui nous est le plus favorable est donc celui d’une force moyenne, qui la préserve des influences étrangères et la maintienne vraiment neutre. L’Espagne de Primo de Rivera, s’était orientée nettement vers un rapprochement italien qui eut étranglé nos communications. Nous avons intérêt à ce qu’aucun pouvoir fort ne s’installe en Espagne136. » Morel énonce alors l’option politique qu’il estime la plus favorable à la France : « En toute objectivité, on peut remarquer par ailleurs que bien qu’aucun parti ne soit germanophile et que seule le soient des individualités isolées de la masse, les tendances politiques de gauche sont un antidote utile à des influences soit italiennes, soit allemandes considérées sous l’angle doctrinaire de l’hitlérisme et du fascisme. L’intérêt français peut donc momentanément tirer avantage de ses aversions et en profiter. Il y a des chances très grandes pour qu’un gouvernement de droite favorise dans l’armée les tendances germanophiles et italophiles. Sans voir dans l’attitude de la gauche une assurance durable et sincère, d’amitié, c’est déjà quelque chose que soient annulées au moins provisoirement des possibilités dangereuses137. » Les observations critiques qu’il formulait à l’encontre de l’Italie au début des années 1930 ont donc cédé la place à des analyses désormais marquées par un antifascisme avéré. Même s’il est impossible de savoir comment ce rapport a été reçu et interprété par la direction du 2e bureau, il est en de nombreux points précurseur de ce que sera son attitude au cours de la guerre civile.

  • 138 Henri Morel, « Introduction à une étude de l’organisation militaire espagnole », Revue militaire f (...)
  • 139 Ibid., p. 74.
  • 140 Idem.
  • 141 Ibid., p. 75 et 78.
  • 142 Ibid., p. 79.
  • 143 « La République espagnole apparaît “dans un certain sens, comme un mouvement anachronique, comme u (...)

47Il importe, en outre, de préciser que Morel avait préalablement affiché les raisons de son intérêt pour l’Espagne dans un article paru dans la Revue militaire française en octobre 1935138. Cette « Introduction à une étude de l’organisation militaire espagnole », prétexte une nouvelle fois à différents épanchements philosophiques, dévoilait clairement son aversion pour les États militarisés : « L’armée n’est pas une fin en soi : dans une société saine, ses variations suivent avec exactitude les besoins de la politique extérieure, besoins conçus, naturellement, dans un esprit de prévision139. » Après avoir répondu, en préambule, à la question que le lectorat de la RMF devait nécessairement se poser – pourquoi s’intéresser à l’organisation militaire d’un pays neutre ? – par la réponse implicite suivante, l’Espagne n’est pas l’Italie, ni l’Allemagne alors parlons d’elle ; Morel s’érigeait en défenseur des « droits de l’individu et de ses libertés » face aux éventuelles tendances totalitaires d’un État. Aussi les lecteurs de la RMF pouvaient lire dès la deuxième page de cet article : « L’État n’existe que pour assurer les conditions d’existence de l’individu. Si, en vertu de la tendance naturelle à tout État, il se conçoit comme une fin en lui-même, il outrepasse son rôle naturel et l’individu a le droit de s’insurger140. » S’en suivaient alors des considérations sur les limites de l’ordre et de la collectivité : « L’ordre est pareillement conçu comme la somme des conditions nécessaires au libre développement de l’individu. S’il devient un culte qui appelle des sacrifices inutiles de l’individu, il est mauvais. » « On peut concevoir aussi que des individus veuillent être eux-mêmes, fût-ce aux dépens de la puissance de la collectivité. L’État, la société, leur prospérité matérielle, sont désirables, mais dans la mesure où les libertés individuelles ne leur sacrifient rien d’essentiel141. » Au-delà de leur ton très libéral, ces lignes révèlent une approche pour le moins singulière de la société espagnole. En effet, en ponctuant son article des termes « individus », « individualité », « individualisme », Morel tend à faire de l’Espagne un pays exemplaire où le fascisme ne peut avoir d’emprise (car il nie l’individualisme, fondement de l’identité espagnole)142. Est-il paradoxal de lire sous la plume d’un « monarchiste » l’exposé des vertus de cette République espagnole à la politique extérieure mesurée et quelque part « anachronique143 » dans une Europe aux tendances totalitaires ?

48Peu de temps avant son départ, Henri Morel confie à Jean de Lattre ses dernières impressions sur l’Espagne et sur sa mission :

  • 144 Fonds privé Morel, correspondance active Morel/de Lattre, lettre du 29 juin 1936, Paris.

« J’espérais un peu vous voir avant mon départ. Je vais prendre les consignes à Madrid du 8 au 12 juillet. Je reviens et repars avec ma famille pour Saint-Sébastien le 20 juillet.
Je vous avais écrit, il y a assez longtemps, pour vous dire exactement ma position à l’égard du poste d’attaché militaire à Madrid. Depuis, sans intervention de ma part, ma candidature a abouti. J’ai eu l’impression que l’état actuel de l’Espagne, la position délicate d’un officier dans un pays où les politiques intérieures réciproques se compénètrent, avaient fait considérer ma candidature comme opportune. Madrid n’est plus un poste de représentation : c’est un poste qui dans un plan secondaire, est actif et délicat.
Les rapports avec l’ambassadeur, aujourd’hui monsieur Herbette, demain peut-être un homme politique français, sont eux aussi délicats. Bref, on est content je crois, que je parte là-bas. Du moins me l’a-t-on dit. Je ferai mon possible. Mais la tâche est difficile. Elle peut le devenir de plus en plus.
Je n’emmène pas ma famille sans quelque appréhension. Octobre peut-être mauvais et les promenades d’enfants peu sûres. Je prendrai les précautions raisonnables. Ma femme est consentante. C’est l’essentiel. L’un et l’autre, nous faisons confiance à l’Espagne nouvelle. Aucun être ne naît sans douleur. Il y a toujours eu du désordre autour des accouchements144. »

49Cette « Espagne nouvelle », en laquelle il a confiance, est celle du gouvernement de Front populaire récemment élu (février 1936) et le « désordre », auquel il fait allusion, a été généré par les réformes radicales initiées par ce même gouvernement à l’encontre de l’ancienne classe dirigeante : bourgeoise, catholique et conservatrice. Doit-on une nouvelle fois s’étonner de le voir formuler ce style de remarques ? Remarques qui, au demeurant, ne font que confirmer la cohérence de son propos sur l’Espagne.

Notes

1 SHD/DAT, 13 Yd 602, dossier du général de brigade Louis Henri Morel. Notation extraite du relevé de note destiné à l’avancement signée par le colonel Dumont, chef du 2e bureau de l’EMA.

2 Fonds privé Morel, « Note au sujet des renseignements en cas de crise pour le col. Martin chef du 2e bureau », s.d., manuscrit, p. 2.

3 D’après Annuaire officiel des officiers de l’armée active (à la date du 1er juillet 1935), Paris, Librairie militaire Berger-Levrault, 1935, p. 11-13.

4 Maxime Weygand, Mémoires, tome 2, Mirages et réalités, Paris, Flammarion, 1953, p. 366.

5 Maurice Gamelin, Servir, tome 2…, p. 91.

6 Jean Nicot et Gilbert Bodinier (dir.), Inventaire des archives de la guerre, série N 1920-1940, tome 1, Vincennes, 1995, p. XIX.

7 Maurice Gauché, Le 2e bureau au travail, (1935-1940), Paris, Amiot-Dumont, 1953, p. 9.

8 Qui ont pour sigles : SI, SO, SAE, SM, SIAM, SR et SCR.

9 SHD/DAT, 7 N 2484, EMA/2, « État nominatif des officiers au Bureau à la date du 15 septembre 1931 avec indication sommaire des questions qu’ils traitent. » Cette liste dactylographiée fait état de 43 noms.

10 Fonds privé Morel, correspondance active Morel/de Lattre, lettre d’avril 1933, Chambéry (42 route de Bassens).

11 SHD/DAT, 14 Yd 415, dossier du général de corps d’armée Louis Koeltz, état des services.

12 Institut de France, fonds de Lattre de Tassigny, dossier C1, C1135, note manuscrite du lieutenant-colonel Koeltz, (s.d.). « AE » pour « Affaires étrangères ».

13 SHD/DAT, 13 Yd 1594, dossier du général de brigade Jean Émile Vautrin. Notation du lieutenant-colonel de Charry, chef du 2e bureau de l’EMA, 16 novembre 1931.

14 SHD/DAT, ibid., notation du lieutenant-colonel Louis Koeltz, chef du 2e bureau de l’EMA, 1er octobre 1932.

15 Sur le rôle de René Massigli à la tête du Service français de la SDN, voir Raphaële Ulrich-Pier, René Massigli (1888-1988). Une vie de diplomate, Bruxelles, Peter Lang, 2006, volume 1, p. 274-316. Notons que l’auteur fait, à tort, du capitaine Vautrin un officier de l’armée de l’air.

16 Fonds privé Morel, « Conférence sur l’armée britannique. À la veille de la conférence de limitation des armements, quelques aspects du problème militaire britannique », conférence faite le 9 janvier 1932 au Centre des hautes études militaires.

17 Il est licencié en droit et diplômé de l’École des sciences politiques.

18 Notation de René Massigli, ministre plénipotentiaire, directeur adjoint des affaires politiques au ministère des Affaires étrangères, 15 juin 1933. SHD/DAT, 13 Yd 1594, dossier du général de brigade Jean Émile Vautrin.

19 Maurice Gauché, Le 2e bureau…, p. 19.

20 Ibid., p. 10-11.

21 Alain Dewerpe, Espion…, p. 237.

22 Idem.

23 Maurice Gauché, Le 2e bureau…, p. 21.

24 Fonds privé Morel, Impressions d’Angleterre juin 1930, « rapport du capitaine Morel (2e bureau EMA), congé d’un mois (4 juin-4 juillet) Angleterre », p. 2.

25 Fonds privé Morel, ibid., annotation manuscrite, p. 1.

26 Fonds privé Morel, ibid., p. 3 et 4.

27 Fonds privé Morel, ibid., p. 6.

28 Fonds privé Morel, ibid., p. 19.

29 Fonds privé Morel, ibid., p. 37.

30 Fonds privé Morel, ibid., p. 36.

31 Fonds privé Morel, ibid., p. 37.

32 Fonds privé Morel, ibid., p. 29.

33 Fonds privé Morel, ibid., p. 30.

34 Maurice Gauché, Le 2e bureau…, p. 25.

35 Fonds privé Morel, L’Irak et le traité du 30 juin 1930, étude manuscrite, (s.d.), 33 pages.

36 Fonds privé Morel, ibid., p. 26.

37 Fonds privé Morel, ibid., p. 4 et 6.

38 Fonds privé Morel, idem.

39 Fonds privé Morel, ibid., p. 7.

40 Fonds privé Morel, ibid., p. 23.

41 Fonds privé Morel : Forces militaires des colonies britanniques d’Afrique, (s.d.), 35 pages ; À la veille de la conférence de limitation des armements quelques aspects du problème militaire britannique, conférence faite au CHEM, 9 janvier 1932, 32 pages. SHD/DAT, 7 N 2527, EMA/2, SAE, Quatre conférences de politique militaire. Essai d’explication, éléments de jugement, commandant H. Morel, printemps 1934 (dont « Les forces militaires britanniques et leur possibilité d’intervention dans un conflit », 17 pages). Articles parus dans la Revue militaire française : « Réflexions sur le règlement anglais de 1929 : services des armées en campagne. Tome II : opérations », juillet 1930, p. 42-58 ; « Les forces militaires de l’Empire britannique. Synthèse et essai d’explication », Revue militaire française, juin 1931, p. 413-443.

42 SHD/DAT, 7 N 2527, EMA/2, SAE, « Quatre conférences de politique militaire. Essai d’explication, éléments de jugement », commandant H. Morel, printemps 1934 : « Les forces militaires britanniques et leur possibilité d’intervention dans un conflit », p. 5.

43 Fonds privé Morel, À la veille de la conférence de limitation des armements quelques aspects du problème militaire britannique, conférence faite au CHEM, 9 janvier 1932, p. 4.

44 Fonds privé Morel, ibid., p. 5-6.

45 Fonds privé Morel, ibid., p. 7.

46 Raymond Aron, Introduction à la philosophie politique…, p. 25.

47 Idem.

48 Fonds privé Morel, À la veille de la conférence…, p. 9.

49 Henri Morel, « Réflexions sur le règlement anglais de 1929… », p. 45.

50 Fonds privé Morel, À la veille de la conférence…, p. 14-15.

51 Fonds privé Morel, ibid., p. 22. Thème qu’il aborde aussi dans l’un de ses articles ultérieur : « Empire britannique 1930 », Revue militaire française, mars 1931, p. 379-380.

52 Citons notamment le philosophe allemand Oswald Spengler, Le Déclin de l’Occident, 2 vol., Paris, NRF, 1931 et 1933 ; Der Mensch und die Technik, Munich, C.-H. Beck, 1931.

53 Fonds privé Morel, EMA/2, Réflexions sur les États-Unis, 1933, p. 8.

54 Se reporter au portrait de Georges Bernanos dans l’ouvrage de Michel Winock, Nationalisme, antisémitisme et fascisme en France, Paris, Points Seuil, 1990, p. 399-415.

55 Il commande le 1er bataillon du 28e RTT.

56 Fonds privé Morel, correspondance active Morel/de Lattre, lettre d’avril 1933, Chambéry.

57 SHD/DAT, 13 Yd 602, dossier du général de brigade Louis Henri Morel. Extrait de la notation du lieutenant-colonel Louis Koeltz, chef du 2e bureau de l’EMA, 25 octobre 1934.

58 Notation destinée à l’avancement (modèle E) signée par le général Maxime Weygand, chef d’étatmajor général, le 19 septembre 1930. SHD/DAT, ibid.

59 Fonds privé Morel, correspondance active Morel/de Lattre, lettre du 30 janvier 1934, Paris.

60 Notons que Conquet a passé cinq années à la tête de la section midi. SHD/DAT, 14 Yd 795, dossier du général de brigade Alfred Conquet.

61 SHD/DAT, 7 N 2527, EMA/2, SAE, Quatre conférences de politique militaire. Essai d’explication, éléments de jugement, commandant H. Morel, printemps 1934 (dont « Valeur militaire de l’Italie fasciste », p. 73).

62 Henri Morel, « Évolution des forces militaires italiennes de 1929 à 1934. Caractères et tendances de cette évolution », Revue militaire française, juillet 1934, p. 89-90.

63 Ibid., p. 83. Sur cet aspect du fascisme se reporter à l’analyse d’Éric Vial dans son ouvrage Guerres, sociétés et mentalités. L’Italie au premier XXe siècle, Paris, Seli Arslan, 2003, p. 118-121.

64 Henri Morel, « Évolution des forces militaires italiennes… », p. 83.

65 Ibid., p. 78.

66 Ibid., p. 92.

67 Henri Parisot (1881-1963). Saint-cyrien, breveté d’état-major en 1910, il sert notamment au cours de la Première mondiale à l’état-major de 3e armée italienne puis à l’état-major du maréchal Foch (en 1918, il assiste à la signature de l’armistice allemand à Rethondes). Nommé colonel en 1930, il commande le 12e régiment d’infanterie puis est désigné pour suivre les cours du CHEM. Il est nommé attaché militaire auprès de l’ambassade de France à Rome en juin 1933. Poste qu’il quitte en 1938 et qu’il rejoint à nouveau en décembre 1939. Nommé général de corps d’armée en juin 1940, il est membre de la délégation française de la commission d’armistice avec l’Italie. SHD/DAT, 13 Yd 1563, dossier du général de corps d’armée Henri Parisot.

68 SHD/DITEEX, 1 K 213, fonds du général Lucien Loizeau, carton 12, Impressions retirées du séjour aux manœuvres italiennes, 15 septembre 1934, p. 1.

69 Fonds privé Morel, Manœuvres 1934, Italie (Impressions du chef de bataillon Morel, mission militaire française, chef de la section midi), (s.d.), 29 pages. SHD/DITEEX, 1 K 213, fonds du général Lucien Loizeau, carton 12, Impressions retirées du séjour aux manœuvres italiennes, 15 septembre 1934, 22 pages.

70 SHD/DITEEX, ibid., p. 20.

71 Colonel Catoire, Journal de ma mission à Rome (1934-1937), document dactylographié, bibliothèque Terre du SHD (TU 212), p. 3.

72 Ibid., p. 21.

73 SHD/DAT, 13 Yd 1563, dossier du général de corps d’armée Henri Parisot. Extrait de la notation du général Lucien Loizeau, sous-chef de l’EMA, 30 septembre 1934.

74 Fonds privé Morel, Manœuvres 1934…, p. 9-10.

75 Fonds privé Morel, « Note succincte sur les avantages et les inconvénients d’une alliance franco-italienne », (EMA, 2e bureau SAE, section midi), (s.d.), 8 pages.

76 Fonds privé Morel, ibid., p. 2.

77 Fonds privé Morel, idem.

78 Fonds privé Morel, ibid., p. 8.

79 SHD/DAT, 7 N 2917, EMA/2, SAE, commandant Morel, Impressions et réflexions de voyage. Italie 1935, 23 pages.

80 SHD/DAT, ibid., p. 1. L’allusion à ses précédents voyages en Italie renvoie probablement à des visites faites en famille dans ses jeunes années.

81 SHD/DAT, idem.

82 SHD/DAT, ibid., p. 2 et 3.

83 SHD/DAT, ibid., p. 4.

84 SHD/DAT, ibid., p. 6.

85 Addis-Abeba est prise le 5 mai 1936.

86 Fonds Morel, « Note sur la situation actuelle en Éthiopie et sur ses développements possibles », EMA/2, 6 mai 1936, 12 pages.

87 Colonel Catoire, Journal de ma mission à Rome…, p. 76.

88 Idem.

89 Ibid., p. 77-78.

90 Jean-Marie Palayret, L’alliance impossible. Diplomatie et outil militaire dans les relations francoitaliennes, Vincennes, Service historique de la marine, 2004, p. 465.

91 Idem. L’auteur interprète ici de précédents commentaires formulés autour de l’extrait du journal de Catoire par Claude Carré : « Il serait intéressant d’étudier dans quelle mesure l’opposition des commandants Jacquot et Morel de la section midi du 2e bureau à la politique de rapprochement avec le fascisme, préconisé par le général Parisot et souhaitée par le général Gamelin, n’explique pas ce silence. » Claude Carré, Les attachés militaires français (1920-1945). Rôle et influence, mémoire de maîtrise sous la direction de Jean-Baptiste Duroselle, université Paris I Panthéon-Sorbonne, 1975-1976, p. 165.

92 Voir Michel Winock, Le siècle des intellectuels, Paris, Points Seuil, 2006, annexe, p. 780-781.

93 Ibid., p. 326.

94 Ibid., p. 328 et suivantes.

95 SHD/DAT, 13 Yd 1280, dossier du général de brigade Maurice Gauché.

96 SHD/DAT, dossiers des stagiaires de l’École supérieure de guerre, non cotés. 48e promotion (1926-1928), dossier Gauché ; M., capitaine, infanterie.

97 SHD/DAT, 13 Yd 1280, dossier du général de brigade Maurice Gauché, extrait de la notation du général Gérodias, sous-chef de l’EMA en charge du 2e bureau.

98 SHD/DAT, ibid., appréciation pour l’avancement (modèle E) signée par le général Gamelin (octobre 1936).

99 SHD/DAT, 13 Yd 602, dossier du général de brigade Louis Henri Morel. Notation du lieutenant-colonel Maurice Gauché, chef du 2e bureau de l’EMA, 15 septembre 1935.

100 Se reporter à André Bach, L’armée de Dreyfus…, p. 525.

101 Fonds privé Morel, correspondance active Morel/de Lattre, lettre d’avril 1933, Chambéry.

102 Fonds privé Morel, ibid., lettre du 30 janvier 1934, Paris.

103 À cette date, le général Jules François est directeur de l’infanterie au ministère de la Guerre et donc influent. Quant à leur « collaboration africaine », elle remonte probablement à l’année 1927 : le capitaine Morel était alors chef de la SRAN et le lieutenant-colonel François sous-chef d’état-major du 19e corps d’armée.

104 Fonds privé Morel, correspondance active Morel/de Lattre, lettre du 25 décembre 1935, Paris.

105 Fonds privé Morel, idem.

106 SHD/DAT, 7 N 2917, EMA/2, Italie, « “Instructions pour le général Parisot, attaché militaire à Rome”, le 8 février 1935, objet : “Pourparlers avec l’état-major italien” ». « Approuvé le 7 février 1935 par le général vice président du CSG », signé Colson.

107 SHD/DAT, ibid., compte rendu du lieutenant-colonel Gauché sur sa mission à Rome auprès du 2e bureau italien, le 2 avril 1935.

108 SHD/DAT, 1 N 43, CSG, « Note au sujet des relations franco-italiennes (novembre 1934) », p. 3.

109 Jean-Marie Palayret, L’alliance impossible…, p. 498. Gamelin expose sa vision des relations franco-italiennes dans un sous-chapitre de ses mémoires qui débute par ces mots : « L’autre question importante que j’eus à traiter, dès mon entrée en fonctions, fut celle de nos rapports avec l’Italie. J’ai toujours été partisan d’une collaboration franco-italienne. » Maurice Gamelin, Servir, tome 2, Le prologue du drame…, p. 161 (p. 161-182).

110 Jean-Marie Palayret, L’alliance impossible…, p. 498.

111 Fonds privé Morel, correspondance active Morel/de Lattre, lettre de février 1936, Paris.

112 Notons ici que Morel, à l’instar d’un Charles de Gaulle, n’emploie jamais le terme « Union soviétique ».

113 Sur les rapports politico-stratégiques franco-soviétiques se reporter notamment à : David Burigana, Armi e diplomazia. L’Unione sovietica e le orgini della Seconda Guerra Mondiale (1919-1939), Edizione Polistampa, Florence, 2006, 456 pages ainsi qu’à l’article du même auteur, « Les rapports politico-stratégiques franco-soviétiques, 1930-1934 : naissance d’une alliance manquée ? », Cahiers du CEHD, no 3, 1997, p. 27-47 ; Mikhail Narinski, Georges-Henri Soutou (dir.), La France et l’URSS dans l’Europe des années 1930, Paris, PUPS, 2005, 192 pages ; Sophie Coeuré, La Grande lueur à l’Est. Les Français et l’Union soviétique 1917-1939, Paris, Seuil, 1999, 364 pages ; Sabine Dullin, Des hommes d’influences. Les ambassadeurs de Staline en Europe (1930-1939), Paris, Payot, 2001, 383 pages.

114 Frédéric Guelton, « Les relations militaires franco-soviétique dans les années trente » in Mikhail Narinski, Georges-Henri Soutou (dir.), La France et l’URSS…, p. 66.

115 SHD/DAT, 7 N 3143, EMA/2, URSS, « Note sur les avantages et les inconvénients de l’alliance russe », 24 avril 1935, p. 8.

116 Frédéric Guelton, « Jean de Lattre de Tassigny et les relations franco-soviétiques au début des années trente », Revue historique des armées, no 2/2002, p. 5.

117 Notons qu’après la signature du pacte de non-agression en novembre 1932, la France et l’URSS avaient entériné la décision d’échanger des attachés militaires.

118 Se reporter à André Bach, Le colonel Mendras et les relations militaires franco-soviétiques (1932-1935), mémoire de maîtrise sous la direction de Jean-Baptiste Duroselle, université de Paris I Panthéon-Sorbonne, 1981, 230 pages.

119 SHD/DAT, 7 N 3143, EMA/2, URSS, « Note sur les avantages et les inconvénients de l’alliance russe », 24 avril 1935, p. 21.

120 « Ces deux années [1935-1936] concourent à délimiter le rôle du Deuxième Bureau dans la perception de la puissance militaire soviétique dans le passage de la gestion Koeltz à celle du colonel Gauché, de l’analyse neutre, semble-t-il, au “filtrage” politique. » David Burigana, « Les rapports politico-stratégiques franco-soviétiques, 1930-1934 : naissance d’une alliance manquée ? », Cahiers du CEHD, no 3, 1997, p. 35.

121 Signé en avril 1922 entre l’Allemagne et la Russie : les deux pays renonçaient à toute réparation de guerre et renouaient des relations diplomatiques, économiques et militaires.

122 Ce qui lui fait écrire : « J’avais été envoyé en URSS pour savoir si la valeur de son armée était de nature à justifier un accord militaire. Je m’illusionnais… ». SHD/DITEEX, 1 K 213, fonds du général Lucien Loizeau, carton 12, extrait de la correspondance à propos de l’article qu’il avait rédigé sur sa mission de 1935 en URSS.

123 Voir, notamment, Sabine Dullin, Des hommes d’influences…, p. 154.

124 Fonds privé Morel, correspondance active Morel/de Lattre, lettre du 30 janvier 1934.

125 Fonds privé Morel, ibid., lettre de février 1936, Paris.

126 Fonds privé Morel, ibid., lettre du 25 décembre 1935, Paris.

127 Le général Jean Ménard a été le chef du cabinet militaire du ministre de la Guerre de mai 1935 à juin 1936. Date à laquelle, il a été remplacé par le général Victor Bourret. SHD/DAT, 13 Yd 1232, dossier du général de division Jean Ménard.

128 Fonds privé Morel, correspondance active Morel/de Lattre, lettre de février 1936, Paris. Cette correspondance n’est pas la correspondance originale envoyée par Morel, mais celle que de Lattre a fait dactylographier. C’est la raison pour laquelle certains noms ont disparu.

129 Anne-Aurore Inquimbert, « Considérations sur les attachés militaires. Approche théorique à travers l’exemple de quelques postes près les ambassades et légations de France à Lisbonne, Madrid, Moscou et Varsovie au cours des années 1930 », Revue d’histoire diplomatique, no 2/2005, p. 153 et suivantes.

130 CADN, ambassade de France en Espagne, C 15, le ministère des Affaires étrangères, direction des affaires politiques et commerciales, Europe, à monsieur Jean Herbette, ambassadeur de France à Madrid, Paris le 27 mars 1936. « À/S : nomination d’un attaché militaire. » signé : Bargeton.

131 CADN, brouillon de la lettre de l’ambassadeur de France en Espagne, Jean Herbette, au ministre des Affaires étrangères Yvon Delbos, Madrid le 1er avril 1936.

132 Journal officiel du 12 juin 1936.

133 Fonds privé Morel, EMA/2e bureau, « Rapport du chef de bataillon Morel, désigné comme attaché militaire à Madrid, au sujet de la mission de l’attaché militaire en Espagne », 6 juin 1936, 15 pages.

134 Fonds privé Morel, ibid., p. 10 et 11.

135 Fonds privé Morel, ibid., p. 2.

136 Fonds privé Morel, ibid., p. 9.

137 Fonds privé Morel, ibid., p. 9 et 10.

138 Henri Morel, « Introduction à une étude de l’organisation militaire espagnole », Revue militaire française, octobre 1935, p. 73-83.

139 Ibid., p. 74.

140 Idem.

141 Ibid., p. 75 et 78.

142 Ibid., p. 79.

143 « La République espagnole apparaît “dans un certain sens, comme un mouvement anachronique, comme une romantique éclosion démocratique”. » Maria de Los Angeles Egido Leon, La conception de la politica exterior española durante la Segunda Republica (1931-1936), Madrid, 1987, p. 310-311. Cité par Jean-François Berdah, La démocratie assassinée : la République espagnole et les grandes puissances, Paris, Berg international, 2000, p. 11.

144 Fonds privé Morel, correspondance active Morel/de Lattre, lettre du 29 juin 1936, Paris.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540