Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fortunes urbaines

 | 
Laurent Bourquin
, 
Philippe Hamon

Quatrième partie. Entrepreneurs et négociants des Lumières

Un manufacturier manceau au siècle des Lumières : Leprince d’Ardenay et sa fortune

Benoît Hubert

Texte intégral

  • 1 Jean-Baptiste-Henri-Michel Leprince d’Ardenay, Mémoires d’un notable manceau au siècle des Lumière (...)
  • 2 Archives du château d’Ardenay – dossiers no 32 et 33.
  • 3 Reçu avocat en Parlement en 1761, il s’apprêtait à suivre la voie ouverte par son oncle Leprince d (...)
  • 4 Mémoires, op. cit., p. 61-62.

1Jean-Baptiste Leprince d’Ardenay (1737-1819) nous a laissé des Mémoires1, plus précisément une autobiographie, exercice d’introspection touchant au plus intime : l’amour, les joies, les honneurs, la mort, les peines, ses faiblesses, ses peurs… Jamais il n’y parle d’argent tant ce genre d’allusion paraîtrait impudique à ses yeux. Pourtant, l’argent, la fortune, la richesse sont au cœur de la vie de Leprince. La position sociale même de la famille est liée à l’argent puisque son père achète une charge de secrétaire du roi en 1763, la célèbre « savonnette à vilain ». Au delà des Mémoires apparaît un autre Leprince, le négociant qui conserve dans ses archives deux livres de comptes2 : celui des ventes de sa manufacture de cires et bougies (mémorial ou brouillon) entre 1771 et 1783 et le « livre des affaires particulières distinguées du commerce », tenu depuis 1764 jusqu’à 1813. Derrière le jeune homme de bonne famille, le « joli cœur », le maire du Mans ou encore le bienfaiteur de l’Église se dissimule un redoutable homme d’affaires, un manufacturier avisé, un gestionnaire scrupuleux des affaires publiques comme de l’état de sa propre fortune. Bien que sa nature l’ait conduit dès le plus jeune âge vers le service de Dieu, que sa formation et son milieu lui aient renvoyé comme modèle social celui de l’homme de loi3, son père le pousse vers le monde du négoce, c’est-à-dire celui de l’argent : « Il me fit sentir tous les avantages du commerce qui m’assureroit un sort plus sûr du coté de la fortune. Le résultat de mes reflexions et de mes calculs fut qu’il étoit beaucoup plus profitable pour moy et plus dans l’ordre de suivre l’état de mes pères et de m’attacher a une manufacture solide et avantageusement établie depuis plusieurs générations dans ma famille4. »

2Que reste t-il aujourd’hui de ce que d’aucun avaient vu comme le dernier d’une prestigieuse dynastie négociante ? Les traces de la fortune de Leprince sont encore partiellement visibles. Dans la capitale cénomane, elles consistent en un hôtel de style Louis XV sur la place des Halles (aujourd’hui place de la République), un ensemble immobilier sur la rive droite de la Sarthe situé sur l’emplacement de la manufacture qui porte le nom de « résidence Jean Leprince », la rue et la résidence de Claircigny (Leprince de – frère du mémorialiste). Enfin, la gloire de Leprince s’incarne surtout dans la terre et le château d’Ardenay, situés à une vingtaine de kilomètres à l’est du Mans.

3Reconstruire et comprendre une si extraordinaire aventure industrielle et une telle fortune nécessitent d’une part d’en distinguer les origines et de mettre à jour le processus d’accumulation du capital ; son livre de compte particulier révèle, d’autre part, son niveau de consommation privée qui permet de le situer socialement, de déterminer les influences et les modes auxquelles il était sensible ; ces deux étapes aboutissent naturellement à une troisième qui éclaire la construction d’un notable à travers l’usage qu’il fait de son argent pour devenir membre de « la fraction de la population où se concentrent puissance, autorité et influence » (Guy Chaussinand-Nogaret).

À l’origine de la richesse : la manufacture de cires et bougies

Une légende contredite par les sources

  • 5 Mémoires du Comte Alexandre de Tilly, pour servir à l’histoire des mœurs de la fin du XVIIIe siècle (...)

4La réputation des bougies du Mans n’était déjà plus à faire au XVIIIe siècle lorsque Alexandre de Tilly y fit allusion dans ses Mémoires : « Je suis né en 1764 dans une ville de province célèbre par la beauté de ses bougies renommées dans toute la France5. » La légende véhiculée jusqu’à nos jours par les érudits locaux expliquait que les Leprince avaient repris une manufacture fondée vers 1600 par Hallay, auquel succéda Hossard qui maria en 1658 sa fille à un certain Jean Leprince venu de Bellême dans le Perche. C’est plus précisément en faisant son tour de France, que le dénommé Hallay aurait remarqué que l’air du Mans était propre à blanchir les cires et atteindre une pureté inégalée.

  • 6 Le lecteur pourra se reporter aux travaux de la généalogiste Odile Halbert (http://www.odilehalber (...)

5Quelques éléments généalogiques viennent contredire cette version6. D’abord l’un des fils de Hallay, André, a pour parrain le doyen de la collégiale Saint-Pierre de la Cour, et pour marraine la fille du Lieutenant Général. Une ascension sociale aussi vertigineuse est peu crédible et pour tout dire presque impossible. Par ailleurs, d’un second mariage, il eut trois enfants dont Denis qui eut comme parrain Anthyme-Denis Cohon, célèbre prédicateur qui prêcha à la mort de Louis XIII et au sacre de Louis XIV. Comment un simple ouvrier, fût-il talentueux, pouvait-il affirmer autant de proximités avec un personnage aussi éminent ? Cohon était le fils d’un cirier de Craon, et l’on sait qu’un mariage avait uni dès 1595 Renée Hallay (peut-être une sœur aînée du cirier manceau) et François Cohon. Le lien de parenté n’est pas précis (oncle ? cousin ?) mais il est établi. La présence des Cohon dans le Maine est renforcée par la venue de nombreux membres installés dans des cures du Haut-Maine à la faveur de l’influence du chanoine de Saint-Julien. Là est probablement la clé du mystère de l’établissement de la première manufacture de cires et bougies au Mans. Hallay a t-il été apprenti chez le père de Cohon ? Les deux familles sont-elles liées par un intérêt commercial ? Les réponses ne sont à ce jour pas apportées mais comment ne pas imaginer une bienveillance au plus haut niveau de l’État et de l’Église dès lors que les ciriers manceaux obtiennent en 1617 par lettres patentes l’autorisation de se constituer en corporation et de se séparer des apothicaires, droguistes et confiseurs auxquels ils étaient associés (comme cela restera le cas pour de très nombreuses grandes villes du royaume) ?

6Présenté par l’historiographie locale comme un simple et jeune ouvrier percheron de passage au Mans, Jean Leprince rentra apprenti chez Julien Hossard (successeur de Hallay) dont il épousa la fille en 1658. La légende oublie de préciser que son contrat de mariage mentionne qu’il est accompagné de maître Zacharie Renoul (un oncle ?), du siège présidial de Bellême, et qu’il apporte une dot de 6 000 livres. Il laisse à sa mort, en 1711, une succession de 60 000 livres. Dès le début du XVIIe siècle, les ciriers se font donc une place de choix dans le patriciat urbain et marient leurs filles dans les familles bourgeoises les plus anciennes et les plus respectables.

  • 7 Conseiller au présidial rebelle en 1787 puis maire du Mans à deux reprises sous l’Empire, René Nég (...)
  • 8 Manuscrit inédit des archives diocésaines du Mans (non classé).

7La légende des ciriers manceaux tournerait-elle à la farce ? Il est possible que celle-ci se soit construite pour combler les lacunes des historiens des siècles passés. La tentation romanesque bâtie autour de mariages improbables – mais d’amour – serait peut-être aussi à l’origine de la gloire et de la fortune. La vision républicaine des historiens de la fin du XIXe et du début du XXe siècle la transformerait en un exemple de méritocratie tout à fait louable. Toutes ces explications peuvent se conjuguer ; pourtant celle qui semble la plus pertinente reste celle du « rideau de fumée ». Sur la question des origines on s’aperçoit que Leprince d’Ardenay reste assez vague et passe curieusement très vite sur une page fondatrice et flatteuse de l’histoire de sa famille. Quand Négrier de la Crochardière7, maire du Mans et érudit, reprend la légende évoquée précédemment, cela prouve qu’il n’en sait pas davantage. Il marie pourtant son fils à la fille du cirier Leprince de Claircigny et semble bien aux premières loges pour s’informer. L’inspecteur des manufactures, Nioche de Tournay8, ne s’attarde pas sur le sujet et se contente de l’étrange vérité. Dès le siècle des Lumières, le milieu social et familial des ciriers s’entoure d’opacité… pour mieux protéger un secret de fabrication bien gardé : le célèbre « blanc du Mans », à l’origine du succès des ciriers de la ville.

Le triomphe de la cire : de l’atelier à la manufacture, de l’autel au bal

  • 9 Thomas Cauvin, Extraits des registres de l’Hôtel de Ville du Mans depuis 1533 jusqu’à 1784, Le Man (...)
  • 10 René Négrier de La Crochardière, Observations sur la ville du Mans, Ms. cité, tome II, p. 184-190.

8Le blanchiment de la cire d’abeille commença à partir du XVIe siècle. On y introduisit d’abord du bleu de cobalt puis, selon un procédé dit « vénitien », on exposa la cire aux impressions de la rosée et du soleil qui dissolvait l’huile. Le phénomène chimique d’oxydation donnait à la cire son blanc transparent, et la rosée faisait office de lubrifiant et empêchait à la cire de coller à la toile disposée sur des carrés de bois exposés dans les vergers de la manufacture. Lors de son passage au Mans en 1614, le jeune Louis XIII accompagné de sa mère et de plusieurs grands du royaume (Comtesse de Soissons, Charles de Lorraine, Cardinal de Reims, Mr de Villeroy…) se vit offrir de nombreuses pièces de cire tout à fait originales et luxueuses : flambeaux de table, de nuit, carrés, bougie dorée, jaspée9… La mode était désormais lancée. Les pièces de cire devinrent les présents offerts à chaque personnalité de marque de passage au Mans qui en firent à leur tour la publicité à Paris et à la cour. La maîtrise des ciriers du Mans se déclina autour d’autres spécialités comme les « pièces de cabinet », tel « un pâté, un rôti et des fruits exécutés en cire » envoyés au marquis de Fervaques en 1716, futur gouverneur du Maine. La plus grande prouesse réalisée en cire reste néanmoins les douze torches de la fête Dieu (ou Sacre) en forme de tentes carrées, ornées de colonnes, de festons, de corniches, portant une impériale chargée de vases de fleurs, de fruits et d’une infinité de cierges allumés en forme de girandoles, le tout peint argenté ou doré. À l’intérieur étaient représentées des histoires ou scènes historiques, tirées de l’Ancien et du Nouveau Testament, avec des groupes de personnages en cire, de grandeur naturelle, où les artistes devaient varier de sujets sous peine d’amendes. Ces ensembles nécessitaient jusqu’à vingt-cinq porteurs et étaient emmenés en procession chaque année. Symbole du cérémonial du Grand Siècle, cette fête unique (partagée un peu plus tard avec Angers) se poursuivit jusqu’en 169010.

9Le tournant du XVIIIe siècle marqua le début d’une déstructuration du système de pratiques et de dévotions. La vie sociale collective se laïcisa. De nouvelles utilisations de la cire apparurent comme la bougie de table. Ce nouveau produit, pour de nouveaux usages, était induit par le développement d’un nouveau style de vie, celui de la recherche de l’intimité, de la clarté, du confort, du développement de la lecture et des pratiques ludiques et du loisir avec en particulier l’ouverture de nombreuses salles de spectacle. Les pièces des maisons et des châteaux se spécialisèrent et la lumière des bougies, pour mieux se refléter, fut associée aux glaces, aux trumeaux et à des surfaces polies de cuivre ou d’argent dont la lumière se réfléchissait sur des plafonds de couleur claire. La bougie de cire devint un produit de luxe pour une clientèle privilégiée. L’usage profane et festif l’emporta sur la vocation originelle et sacrée du produit ; la bougie triompha du cierge. Les débouchés économiques s’élargirent et les ciriers du Mans se lancèrent à la conquête du marché national, voire international. L’atelier de l’artiste se transforma en manufacture pour une production de masse. Cette mutation industrielle fut opérée avec beaucoup d’opportunisme par trois grandes familles de ciriers : les Orry et les Le Romain, toutes deux nouvelles dans le métier, et les Leprince, héritiers du fondateur Hallay.

La société « Leprince, père et fils ainé », une réputation mondiale

10La société de commerce « Leprince, père et fils ainé » est une entreprise familiale au capital de 300 000 livres. Jean-Baptiste (le fils aîné) y est associé en 1763 après la fin de ses études à Paris. Son père lui cède 25 % du capital, soit la somme de 75 000 livres, somme sur laquelle son père consent à lui donner 20 000 livres, par avancement de droits successifs, avec réversion envisagée en cas de décès du fils. Prévu pour une durée de neuf années, le traité de société est renouvelé en 1772 puis en 1781. Dès 1772, deux de ses frères, Beaufond et Claircigny, sont associés à leur tour dans la société. Aucun article du traité ne sera modifié, excepté la répartition du capital qui voit Jean-Baptiste-Jacques et son épouse disposer de la moitié du capital, et chacun des frères du 1/6e.

  • 11 A. D Sarthe – 28J 294

11L’analyse des statuts de la société11 montre que Leprince père entend rester le maître au sein de sa manufacture. Il se laisse le droit de prélever chaque année 9 000 livres, portées au débit de son compte courant, pouvant disposer de la totalité de ce dernier en l’annonçant six mois à l’avance (sauf entre août et octobre, à cause de l’achat des cires). Il conserve aussi l’entière liberté de prélever des fonds sur son capital ou son compte courant pour payer les taxes sur sa charge de secrétaire du roi « ou pour tout autre employ qui ne pourroit être differé ». Un dernier profit à titre personnel consiste à bénéficier des services des ouvriers et domestiques employés par la société pour divers travaux à réaliser à l’Hôtel des Halles, dans les vignes de Claircigny ou faire le cidre pour son compte personnel, et enfin utiliser le charbon acheté pour l’usage de la manufacture.

  • 12 « Il fut obligé de changer de correspondant […] ; il se présenta un asses grand nombre de sujets. (...)
  • 13 Lettre de Beaufond à son frère aîné (8 octobre 1770), A. D-Sarthe – 28J 295.

12Afin de se rapprocher de sa clientèle, l’approvisionner et recouvrer les créances, Leprince doit se résoudre à établir un dépôt dans la capitale. Pour tenir son magasin de Paris, rue Dauphine, Leprince père y envoie Beaufond et Malessard (2e et 3e frères) pour remplacer un associé, système toujours risqué dans le cadre d’une structure familiale12. L’apprentissage des fils y est effectué sous une étroite surveillance par la mise en place de comptes-rendus écrits hebdomadaires et d’un système de caisse à triple clef. Ils sont entretenus selon les principes d’une rigoureuse économie, car ces jeunes gens doivent se préparer à leur future activité par une éducation stricte à travers laquelle on apprend les principes très bourgeois de l’importance du travail et de la valeur des choses. Ils doivent donc vivre chichement et écrivent de longues lettres de plaintes à leur frère aîné resté au Mans pour espérer se faire envoyer quelques paniers d’œufs, tant les prix sont élevés dans la capitale. Le pauvre Beaufond achève sa lettre du 8 octobre 1770 par une supplique : « Enfin, j’espère que vos bontés viendront a notre secours ; car on est bien a plaindre quand on a rien et qu’il faut encore dépenser beaucoup pour mal vivre13. »

13À la tête de la manufacture, Leprince d’Ardenay, éloigné depuis longtemps du travail de la « matière », modernise la gestion en faisant valoir le fruit de son éducation à Paris : licence de droit, stage de banque chez son cousin manceau Valienne et de notariat chez Maître Doucet : « Dès lors, écrit-il dans ses Mémoires, je m’occupay plus serieusement et presque uniquement de mon état. Je m’appliquai à mettre à profit les connoissances et les instructions que j’avois prises chez le banquier. Avec l’agrément de mon père, je fis quelques réformes dans la tenue des livres ; j’établis un nouvel ordre dans les écritures et la correspondance. Les notions que j’avois sur le commerce avec l’étranger nous donnèrent les moyens de tirer de divers pays de bonnes cires et de les avoir souvent à meilleur compte, en profitant du bénéfice des changes, des saisons les plus avantageuses pour les achats et des voies les moins dispendieuses pour les faire venir en France. Notre correspondance avec l’étranger nous procura un autre avantage, celuy d’y faire connoître notre manufacture et d’y trouver un débouché assés important de nos bougies. »

14Le succès est spectaculaire et laisse apparaître un chiffre d’affaires décennal de 2 465 335 livres. Le bénéfice est plus compliqué à estimer tant la valeur des matières premières utilisées est difficile à évaluer. La masse salariale apparaît réduite et ne doit pas dépasser 180 000 livres. Quant au profit industriel, il est bien peu évident à déterminer. On sait toutefois que, pendant ses douze premières années d’activité, Leprince passe de 70 000 à 149 042 livres de capital net (déduction faite des emprunts et des rentes, non compris meubles, bijoux et effets précieux).

Catégorie de clientèle

Valeur des marchandises (en livres)

Résultat en %

Aristocrates

831 517

33,72

Marchands épiciers

423 088

17,16

Sociétés de commerce, négociants

416 216

16,87

Magasin de Paris

299 081

12,13

Établissements de spectacles

249 178

10,1

Clientèle indéterminée

93 181

3,78

Banquiers

87 673

3,55

Vente de détail occasionnelle

34 145

1,38

Autres

18 514

0,75

Clergé

12 742

0,51

Tableau 1 – Clientèle et ventes de la manufacture Leprince (1771-1783).

  • 14 Louis-Jean-Marie de Bourbon, fils du Comte de Toulouse, devint comme héritier des bâtards légitimé (...)
  • 15 Mémoires, op. cit., p. 59.

15Les grandes maisons de la noblesse française représentent la part la plus considérable de la clientèle. Les trains de vie parfois fastueux de la princesse de Lamballe, du comte de Maurepas, de la duchesse de Mazarin, du duc de Praslin, du marquis de Sourches, du prince de Condé font la fortune des Leprince. Parmi eux le richissime duc de Penthièvre14 (10,55 % des ventes totales) dont Leprince, encore étudiant, visite le château de Crécy avec son père, qui était son fournisseur en bougies. On s’aperçoit alors que ce n’est pas la richesse de cet homme qui le fascine, mais son mode de vie : « Il y vivoit pour ainsi dire en solitaire, souvent en prière ou en méditation, il visitoit tous les jours et servoit luy même les pauvres de l’hopital ; et chaque année il alloit faire une retraite à la trappe. Toutes les parties de la dépense de sa maison étoient réglées avec la plus grande économie15. » 17,16 % des clients sont des épiciers (surtout parisiens, comme les Gillet, Pia, Thomé, Perrot, Charrier, Emery, Bridault…). Les grands établissements de spectacle de Paris (Comédie italienne, Opéra, le Colisée, le Concert spirituel) constituent 10 % de la clientèle du cirier manceau. Enfin, les sociétés de commerce et les plus importants manieurs d’argent de Paris représentent 16,87 % des ventes. Ils réexpédient les marchandises outre-Atlantique et dans toute l’Europe : ce sont les Vandenyver, la société Dangirard et Le Coulteux du Moley, représentés au conseil d’administration de la nouvelle Compagnie des Indes et de la Caisse d’Escompte.

  • 16 François Dornic, L’industrie textile dans le Maine et ses débouchés internationaux (1650-1815), Le (...)

16On sait aussi que, parfois, le circuit de la cire empruntait celui de l’étamine, le plus souvent pour compléter des cargaisons en partance des grands ports de l’Atlantique16. Il est donc difficile d’évaluer les volumes et de cartographier les circuits commerciaux de ce « commerce silencieux ». Pourtant Négrier de la Crochardière livre dès 1796 le chiffre de 300 000 kg de cire blanchie dont un quart était exportée. La place insignifiante du clergé dans la clientèle peut surprendre, mais en fait, les Leprince ont rapidement fait évoluer leur production pour un usage profane. Les nombreux établissements religieux du Maine et du Royaume sont approvisionnés par l’autre grande manufacture mancelle (Le Romain) pour laquelle le sacré représente encore 30 % de la clientèle.

« Le plus grand de tous les abus serait que les riches ne dépensassent point ; tout serait sans chaleur et sans vie17 »

  • 17 François Véron Duverger de Forbonnais, Eléments du commerce (1754), 2e édition, 1755, tome II, p.  (...)
  • 18 « Livre des affaires particulières distinguées du commerce », archives du château d’Ardenay – doss (...)
  • 19 Mémoires, op. cit., p. 139.

17Au moins jusqu’en 1782, date à laquelle il hérite de ses parents, la majeure partie de la fortune de Leprince est immobilisée en grande partie dans les capitaux industriels. Pourtant, la vie est douce et belle puisque sa fortune a été multipliée par 2,5 depuis 1764. Il est vrai que ses dépenses personnelles sont modestes car il occupe un appartement dans l’hôtel de son père, place des Halles. Le prix de la pension est modique, soit 600 livres par an pour le couple et 200 livres pour leur domestique Samson, engagé au cours de l’année 176818 : « Et je ne m’occupois qu’à faire valoir de mon mieux les fonds que j’avois dans le commerce ; il étoit assés brillant alors, et les bénéfices me donnoient d’autant plus le moyen de satisfaire mes goûts et ceux de ma femme, qu’étant en pension chez mon père nous n’avions d’autre dépense essentielle que notre entretien19. »

L’espace et les choses : indicateurs de la richesse

  • 20 Mémoires, op. cit., p. 139.

18Son premier achat important est sa maison, rue des Quatre Roues, acquise en 1776. Leprince est alors placé face à un dilemme : rester vivre avec ses parents ou prendre sa liberté. Fallait-il choisir entre la liberté et l’aisance et la fortune ? Leprince estime dans ses Mémoires que, « après avoir vécu ainsi pendant douze ans très agréablement […] il étoit tems et bien naturel de vivre un peu pour nous même et de nous procurer une certaine liberté qui nous manquoit ; en conséquence je songeay sérieusement a acquérir une maison20 ». Pour disposer de liquidités, il multiplie les rentes constituées. Au nombre de 47, elles représentent une somme de 183 435 livres. Quinze d’entre elles sont contractées auprès de membres de sa famille pour 85 500 livres (46,61 % de la valeur totale) : ses beaux-parents Godard, sa belle-sœur Lefebvre, son frère Malessard, son beau-frère Gauvain du Rancher et son cousin Maulny.

  • 21 Située à trois lieues à l’ouest du Mans, « composée d’une maison de maître fort commode, un grand (...)

19Sa liberté prise, il quitte ses parents en 1778 après achèvement des travaux de son hôtel. Cette demeure est située à 300 mètres de celle de ses parents pour ne pas s’éloigner de son commerce. Elle lui a coûté la somme de 22 000 livres. Un agrandissement est réalisé en 1785 par l’annexion de la maison voisine pour 8 000 livres. Il acquiert enfin « une campagne » en 1781, la Houltière21, à deux lieues du Mans, pour 43 641 livres. Leprince meuble ses acquisitions pour une somme de 25 000 livres environ, la Houltière restant pratiquement vide puisque son père meurt l’année suivante en lui léguant la terre et le château d’Ardenay (achetés 194 000 livres en 1767).

20De la liberté ou de la fortune, Leprince n’eut donc pas à faire de choix. Sa richesse ne lui attira que deux difficultés : l’absence d’héritier car sa femme était stérile et une certaine jalousie des notables urbains, tant l’hôtel de la place des Halles qu’il habita avec ses parents jusqu’en 1778 dominait avec insolence le cœur économique de la ville. C’est cette ostentation qui suscita la moquerie de l’avocat Vasse :

  • 22 Lors des travaux de l’hôtel Leprince, les sœurs de la Visitation, leurs voisines, firent masquer l (...)

« Sur un côteau riche et charmant
S’élève un pompeux édifice.
Le prince a prodigué ses soins et son argent
Pour en faire un lieu de délices ;
Mais, près de là, loge prieure austère
Qui craint pour ses nonnains un regard assaillant
Et, pour parer les traits que l’on forge à Cythère
Vient de lui masquer le devant22. »

  • 23 Mémoires, op. cit., p. 140.

21S’il est « fier et content d’avoir pignon sur rue23 », l’appropriation de l’espace ne suffit pas à l’affirmation sociale de sa réussite et de sa richesse. L’importance et la qualité des services de sa domesticité en constitue un élément complémentaire tout à fait essentiel. Leprince père et fils disposent chacun d’un secrétaire et d’un domestique particulier, Mme Leprince et sa belle-fille ont toutes deux d’une femme de chambre, en plus de quatre autres domestiques attachés à la maison. Au château d’Ardenay, la famille peut compter sur les services d’un couple de régisseurs, d’un jardinier et d’un garde chasse. Le couple fait aussi appel à des services extérieurs. Enhardis par l’aisance dès 1764, Marie-Anne Godard d’Assé (Madame Leprince) passe un contrat, pour un service à domicile, avec une coiffeuse, Mademoiselle Belardent, moyennant 36 livres par an. Elle révise ses dispositions trois ans plus tard pour être coiffée trois fois par semaine (pour 42 livres). Leprince ose la coquetterie vers 1768 et fait appel au perruquier manceau Quinquis afin de venir « l’accommoder » tous les jours, poudre et pommades exclues (48 livres par an).

Le « livre des affaires particulières distinguées du commerce »

  • 24 Mémoires, op. cit., p. 75.

22« J + M. Au Nom de Dieu Amen. Livre des affaires particulières distinguées du commerce de moy Jean-baptiste-Henry – Michel Leprince l’ayné avocat en parlement, en communauté de bien avec Marie-Anne-Louise Godard Dassé mon épouse, commencé en 1764 ». Placé sous la protection de Jésus et Marie, le grand livre de compte du ménage est un registre de comptes de négociant pré-margé comprenant 176 folios. La protection divine invoquée se retrouve aussi sur sa comptabilité professionnelle. Elle correspond bien au plan de vie que le jeune couple s’était proposé après le mariage : « Notre règle étoit simple et uniforme, accomplir ponctuellement les devoirs de la relligion et de notre état, remplir ceux de la société et satisfaire à toutes les bienséances24. » Leprince l’a divisé en trois chapitres. Le premier présente « des biens et de ce qui y a rapport », c’est-à-dire l’état de la communauté avec sa femme et un tableau annuel de sa fortune divisé en rubriques : biens fonds, commerce, actifs mobiliers, crédits et intérêts, et une dernière incluant ses meubles, sa bibliothèque et les bijoux de son épouse ; le second, intitulé « du Ménage et entretien », relève ses dépenses quotidiennes, celles de sa femme, les dépenses extraordinaires (souvent des obligations et des petits cadeaux), les comptes de la coiffeuse et du perruquier, celui du cordonnier, l’état des linges et hardes du couple, l’état des bijoux et des meubles précieux, les dépenses distinguées de l’entretien et leurs pensions ; le troisième comptabilise ses dettes passives, c’est-à-dire l’état des rentes contractées, le détail de sa capitation et des impositions révolutionnaires. L’état de sa fortune commence en 1764 et s’achève en 1813, quatre ans avant sa mort ; il en est de même pour l’état des rentes. L’entretien du couple, qui évoque sa consommation quotidienne, prend fin en 1778 par ces mots « depuis le 1er avril 1778, j’ay porté tous les articles de dépenses à chacun des Comptes ouverts sur le livre du menage » (appelé plus loin « petit cayer »). Si la conception du registre est de Leprince lui-même, la tenue des dépenses est de l’écriture de son épouse, donc l’affaire de la femme gestionnaire.

  • 25 Mémoires, op. cit., p. 79. Voir aussi sur le sujet Sylvie Granger, Musiciens dans la ville, Paris, (...)

23Les dépenses au quotidien vont au plus intime de la vie du couple et comportent plusieurs thèmes : le vêtement, les cadeaux offerts, les livres achetés, les dépenses de voyage, les charités, les dépenses de musique et de chant et les pertes au jeu. Les trois derniers thèmes peuvent être plus particulièrement retenus car ils reflètent des traits de mentalité du couple vivant alors avec les parents. Le jeune couple semble avoir été pris du « démon du jeu » dès 1766, augmentant sans cesse les dettes jusqu’en 1771 (1 166 livres pour cette période). Une passion en chasse une autre avec la musique et le chant qui apparaissent dans la comptabilité en 1770 jusqu’en 1778 (et se poursuivent au moins jusqu’en 1780). Ce goût lui était venu très jeune puisqu’il avait commencé la musique vocale à l’âge de 10 ans. Son père voulut lui faire donner des leçons de violon mais le conseil de conscience des pères de l’Oratoire le lui interdit de peur qu’il ne « fasse danser les jeunes filles ». Son voyage de noces est une autre occasion de retrouver ce plaisir par la fréquentation de concerts d’abonnés et d’un violon de l’Opéra, ainsi que des grandes salles de spectacles de la capitale dont l’Opéra Comique qui lui laissa d’impérissables souvenirs. Les bonnes résolutions des jeunes mariés, certainement influencées par leur éducation teintée de jansénisme, tournent court : « Nous étions partis pour Paris ma femme et moy dans l’intention de ne point aller aux spectacles. Après avoir résisté pendant trois semaines aux instances réitérées de nos amis, nous succombâmes à la tentation. Je me déterminay parce que ce n’étoit qu’en passsant, nous n’étions pas dans le cas d’en contracter d’habitude et je ne voiois pas à beaucoup près le même danger pour des gens mariés que pour de jeunes personnes25. » Quel qu’ait été le sort des tentatives d’établissement des sociétés de musique au Mans avant son mariage, à partir de 1774 ou avec l’ouverture de la salle de concerts en 1775, la famille Leprince chanta et joua toujours de la musique en famille ou entre amis. Tout commença avec l’achat d’un clavecin puis les dépenses se montèrent à 1 734 livres au total jusqu’en 1778. Le vent des Lumières avait, au moins sur ce point, supplanté le rigorisme religieux.

  • 26 Jeu de cartes où celui qui fait le moins de levées et de points gagne la partie.
  • 27 Anne Fillon, Les trois bagues aux doigts. Amours villageoises au XVIIIe siècle, Paris, Robert Laff (...)

24Leprince semble avoir arrêté le jeu de 1772 jusqu’à 1776 – en tout cas son épouse ne reporte aucune dette : peut-être commence t-il à gagner ? – pour reprendre avec fureur au moins jusqu’en 1780. Les pertes s’envolent alors à 2 295 livres pour trois années. Il raconte d’ailleurs passer plusieurs heures par jour à jouer au reversi26 avec sa belle-sœur. Celle-ci demande à Leprince de composer un couplet contre ce jeu qui « l’impatientait ». Il le met sur l’air de « Lison dormait », chanson un peu légère de l’époque27 :

  • 28 Mémoires, op. cit., p. 154. Chequina est le diminutif italien de Françoise, prénom de Madame de Bea (...)

Le reversi m’impatiente,
me fait jurer par ci, par la
depuis long tems il me tourmente
la peste soit de ce jeu là ;
on se fait une grande affaire
et des as et de Quinola,
de Quinola (bis)
J’aimerois mieux avoir à faire
Sur cet air là (bis)
deux cents couplets pour Chequina28.

25En contrepoint, les charités apparaissent régulières à partir de 1771 et montent pour les huit années suivantes à 8 477 livres. Ce chiffre considérable est-il le fruit d’un souvenir du vertueux duc de Penthièvre ou une tentative de rédemption pour ces soirées passées dans le péché à jouer aux cartes ? Il s’agit plus probablement d’une obligation morale pour le chrétien, et statutaire pour le négociant qui se met en place et participe à la construction de sa notabilité.

Être et paraître à travers le vêtement : modes et influences

26De 1764 à 1785, Leprince et sa femme dépensent respectivement pour s’habiller 10 373 livres (moyenne annuelle 518 livres) et 11 993 livres (moyenne annuelle 599 livres). Les dépenses vestimentaires apparaissent assez régulières, sans excès significatif. Leprince dépense davantage lors de son voyage en Suisse et en Allemagne en 1767, en triplant les sommes annuelles ordinaires ; l’année suivante, son épouse, commet à son tour quelques « folies » avec 1 099 livres en tenues diverses. Il s’agit là d’un comportement de jeune couple qui s’adonne à quelques frivolités mais, très vite, ils adoptent un rythme plus régulier. Les valeurs en augmentation entre 1775 et 1777 correspondent probablement à l’engouement des élites de la ville lors de l’ouverture de la salle de spectacles.

  • 29 Étoffe croisée, rase, sèche, quelquefois de laine, le plus souvent chaîne coton et trame de laine, (...)
  • 30 Étoffe de coton portant le nom de la ville chinoise où elle était fabriquée à l’origine.
  • 31 Étoffe de laine faite ordinairement de poil de chèvre, avec laine ou soie.
  • 32 Taffetas léger fabriqué d’abord à Florence, et qui devint aussi une spécialité de Lyon, Avignon et (...)
  • 33 Sorte de toile peinte ou d’indienne qu’on importait autrefois de l’Inde, et à laquelle on attribua (...)
  • 34 Petite étoffe fort mince, travaillée comme la toile.

27Les goûts vestimentaires de Leprince sont marqués par une certaine simplicité : vestes de toile de coton, de circassienne29, vêtements légers pour l’été et adaptés aux activités d’un négociant. Les habits de moire teintée de noir, de nankin30, de camelot31ou de velours paraissent destinés à des occasions plus importantes. Les culottes sont d’étamine, de nankin, de drap, de velours, de coton. Ces vêtements sont toujours accompagnés des accessoires traditionnels du costume aristocratique masculin : les cols, les broderies, les galons et les boutons qui, à eux seuls, peuvent représenter jusqu’à 80 % de la valeur du vêtement. De 1764 à 1769, Madame Leprince achète 12 robes, de dauphine (grande toilette de soie), de taffetas de Florence32, de Perse33, de gros de Naples, de ras de Saint-Maur, d’indienne, de coton, de mousseline, de toile d’Orange ou d’étamine34 qui habillent la femme en représentation, léger dans son intérieur ou simple et pratique pour le travail à la manufacture. Les accessoires qui accompagnent ces robes (d’une valeur de 64 à 208 livres) sont des rubans, la blonde, la gaze d’Italie, les dentelles de Flandres ou les garnitures de Valenciennes (268 livres). Ils sont souvent plus chers que la robe elle-même. Elle en possède pour 1 452 livres, soit le double de la valeur des robes. Le rythme de renouvellement, loin des excès parisiens, est d’un peu plus de deux robes par an. La consommation de Madame est marquée par un désir de confort, parfois de luxe, d’abondance, mais jamais de gaspillage. Elle rejoint en cela les habitudes vestimentaires de la noblesse provinciale « à l’aise », sensible à la modernité, pratiquant une certaine « ostentation réservée » pour reprendre l’expression de Daniel Roche.

28Assurer sa position sociale est donc bien l’objectif majeur du vêtement. Les bijoux y participent également : ils sont à la fois indicateurs de richesse et un investissement. En outre, ils permettent de satisfaire un désir social d’ostentation. Madame Leprince possède pour 6 086 livres de joyaux dont des boucles d’oreilles en diamants (2 500 l), ainsi que des bracelets d’or et diamants (1 172 l).

Du bon usage de la fortune

  • 35 Anne Fillon, « La coutume égalitaire, élément majeur de l’identité du Maine », Gens de l’Ouest, Le (...)

29Au delà de la consommation, de la recherche de raffinement et de distinction, d’une quête croissante de confort, d’une manifestation de supériorité sociale, existe-il chez Leprince une justification et un bon usage de la richesse ? Leprince s’emploie à justifier cette fortune en adoptant une vie où l’activité personnelle, privée et publique, tend vers l’harmonie sociale et l’utilité publique. Les principes d’une certaine modestie et de la charité conduisent en effet sa vie. Ce comportement social où les Leprince adoptent la posture de notables s’exerce dans un contexte particulier, celui d’une province à la coutume la plus égalitaire de France. L’application scrupuleuse de la coutume crée un « esprit d’égalité » qui « resserre les espaces entre catégories sociales35 ». Discrets, les Manceaux n’ont jamais affiché avec ostentation leurs richesses, préférant les réserver pour leurs intérieurs. L’expression populaire parle d’ailleurs de : « Ces Messieurs de Nantes, des gens d’Angers et des gars du Mans ».

Charités privées : au carrefour de l’Évangile et des Lumières

  • 36 Gustave Esnault, Mémoires de René-Pierre Nepveu de La Manouillère, 2 tomes, Le Mans, Pellechat, 18 (...)
  • 37 22 mars 1774 – « Nottes pour Ardenay » – Archives du château d’Ardenay – dossier no 34.
  • 38 Testament de J-B-Jacques Leprince (1781) – Archives du château d’Ardenay – dossier no 27.
  • 39 Anne Fillon, « Eléonor Froger, Curé des Lumières », Fruits d’écritoire, Le Mans, Laboratoire d’His (...)

30Les charités de Leprince d’Ardenay s’observent au Mans. Elles se montent à 8 477 livres entre 1770 et 1778, soit une moyenne annuelle de 942 livres. Il distribue en moyenne deux à trois livres par jour pendant cette période. La pauvreté est considérable dans la ville, réceptacle de toutes les misères des campagnes. L’effondrement du commerce de l’étamine amplifie le phénomène. On peut l’estimer à environ 25 % de la population, soit quatre mille indigents entre 1770 et 1785, si l’on en croit le bien informé chanoine Nepveu de La Manouillère36. Pour ce fervent catholique influencé par les Lumières qu’est Leprince, la règle de vie fixée au moment de son mariage était claire et consistait à remplir les obligations de son état et de la vie chrétienne. La voie avait été tracée par son père qui s’était toujours comporté comme un homme bon et généreux. Il dressait des listes de pauvres des deux paroisses dont il était seigneur afin de mieux identifier les secours à distribuer et faisait préparer des moutures à distribuer aux indigents des villages (Ardenay et Soulitré) pendant l’hiver. Leprince disposait d’un « pense-bête », petit cahier destiné à consigner les tâches à réaliser, surtout matérielles. Au bas d’un de ces feuillets, sa sensibilité transparaît lorsqu’il évoque en quelques lignes le cas d’une petite pauvresse en guenilles : « Demander à France (une domestique) de quoy couvrir un corps en chamoise à petite rayure et de la flanelle grise minée pour doubler le corps et les manches. De quoy faire deux petits tabliers de chamoise. Un rouleau d’étoffe grise qui est dans le bas du placard aux draps, de quoy faire un fourreau de dauphinne grise37. » Cette note peut être perçue comme une action de secours des pauvres dans la ligne de la charité chrétienne la plus élémentaire. Mais cette attention démontre davantage. Dans l’esprit des Lumières, Leprince accorde en effet, même aux plus humbles et en particulier aux enfants, un droit à la dignité, à une apparence décente, à la propreté. Anne Fillon voit dans cette attention particulière accordée à l’individu un germe de « l’esprit des droits de l’homme ». Il reconnaît aussi aux humbles un droit à l’instruction, sujet pourtant très controversé à la société Royale d’Agriculture du Mans, dont il nous laisse un indice dans son testament : « De même que les livres acheptés à leurs intentions qui sont connus par ma femme et par mon fils aîné et que les pauvres des paroisses de Gourdaine, de Sainte-Croix, de Pontlieue, d’Ardenay et de Soulitré y ayent la meilleure part38. » Les pauvres doivent-ils être instruits ? Voltaire et Rousseau avaient répondu par la négative. Cette question avait déjà agité le bureau de la société d’agriculture dès 1766, dont faisait partie son oncle Leprince d’Amigné et au sein de laquelle Leprince fils aîné avait été admis en tant que membre associé dès 1777. L’abbé Froger, curé de Mayet, avait déposé au bureau de la société un projet de manuel très avant-gardiste où, s’appuyant sur les Écritures, il proposait l’égalité dans le couple : « Que les époux, ne faisant qu’une seule chaire, les obligations et tous les droits de l’homme et de sa femme (soient) égaux39. » Il recommandait aussi que les enfants soient éduqués par la raison et la religion. On devait encore, comme le préconisait Rousseau, « badiner avec eux, les caresser et leur montrer de la tendresse ». Le manuel fut finalement tiré à six cents exemplaires chez Lacombe, à Paris, en 1769. Une seconde édition enrichie ne vit jamais le jour. Le livre du curé de Mayet est-il le même que celui évoqué par Leprince père et dont malheureusement il ne donne pas le titre ? La preuve absolue n’est pas donnée mais l’intention de Leprince est déjà éloquente, même s’il s’agit d’un autre manuel. Mécènes d’un projet d’éducation populaire, les Leprince associent la mise en pratique d’une idée philosophique à la certitude qu’ont les négociants que seuls le travail et l’éducation sont facteurs de progrès. D’une manière analogue, son cahier de dépenses évoque la somme de 65 livres pour payer la moitié de l’apprentissage de la fille de Limay (peut-être un des ouvriers de sa manufacture ?).

  • 40 Mémoires, op. cit., p. 159.
  • 41 Anne Fillon, Louis Simon villageois de l’ancienne France, Rennes, Éditions Ouest France, 1996, p.  (...)

31Le récit de la mort de son père, en 1782, nous éclaire sur les valeurs de ce groupe social, conduisant bien à la notabilité mais qui requièrent les principes de l’« honnête homme ». Leprince relate ainsi, dans son chapitre XVIII : « La compagnie des consuls dont il étoit doyen assista à ses funérailles. Le convoy étoit suivi et accompagné d’un grand nombre de personnes : grands et petits, riches et pauvres, vieillards et jeunes gens, pères, mères et enfans, tous pleuraient amèrement la perte de ce respectable défunt et regrettoient en luy un parent parfaitement bon, un amy excellent un Négociant habile, un juge intègre, un maître doux et humain, un protecteur zélé, un appuy sûr dans les affaires épineuses, dans l’infortune et les revers et un vrai père des pauvres au soulagement desquels il consacroit tous les ans des sommes considérables40. » Notre mémorialiste reprend ici en partie les modèles des sermons des curés de villages. La proximité avec le villageois Louis Simon, malgré leur différence considérable de fortune, est étonnante quand ce dernier conseille à ses enfants, dans ses Mémoires, « être bon père, bon fils, bon mari, bon voisin, bon citoyen, et bon patriote honnête en obéissant aux lois civiles sans murmure41 ». À bien des égards, les écarts de richesses sont « écrasés » en partie par les proximités de mentalités, de valeurs souvent induites par l’« esprit d’égalité » du Maine.

Une certaine idée du « bien public »

  • 42 Mémoires, op. cit., p. 184.

32C’est ce fléau de la pauvreté qui conduit Leprince d’Ardenay à participer activement à la création du bureau de charité au Mans, en 1785. Le négociant était membre actif à la fois de la société d’agriculture et de la juridiction consulaire qui, toutes deux, finirent par décider l’évêque à donner son accord. Leprince est alors désigné pour visiter son district, l’un des plus miséreux de la ville. Le spectacle décrit dans ses Mémoires est édifiant : « Des vieillards impotents, couchés sur de mauvais grabats, sans autre couverture que des haillons, et exposés aux injures de l’air ; de pauvres ouvriers manquant souvent de travail, exténués par le défaut de nourriture ; des malades et infirmes, sans secours, attendant sur un lit de douleur, le moment où ils pourraient obtenir une place à l’hôpital ; des mères désolées de ne pouvoir satisfaire à leurs besoins et à ceux de leur famille ; des troupeaux d’enfants, presque nus, criant à la faim et demandant en vain un peu de pain pour la soulager et, pour comble de malheur, la plupart de ces victimes de l’infortune étaient entassées dans les plus tristes réduits, dans les caves, dans les greniers, dans des lieux infectés de la plus mauvaise odeur42. »

  • 43 Mémoires, op. cit., chapitre viii, p. 83. Il ne précise pas la date de cet important vote, mais Lep (...)

33L’action publique de Leprince s’exprima aussi comme administrateur des hôpitaux les neuf dernières années de l’Ancien Régime. Sa qualité de négociant le fit s’occuper des trois manufactures créées pour faire travailler les vieillards, les femmes et les enfants trouvés. L’objectif des corps constitués de la ville était de faire disparaître la mendicité en mettant les pauvres au travail pour juguler le vagabondage. Il consacre le chapitre XIX de ses Mémoires à justifier l’intérêt et la nécessité de cette entreprise, mais aussi à présenter la comptabilité excédentaire et flatteuse pour lui de sa propre gestion. Son action à la juridiction consulaire, de 1764 à 1789, lui fait utiliser les expressions de « satisfaction d’être utile à mes concitoiens », de donner « des preuves de patriotisme », « pour le bien de la ville et de la province ». À la suite de l’échec de l’établissement du bureau de charité en 1770, dû à des chicanes entre le présidial et l’évêque, il est très vraisemblable qu’il participa à la décision des consuls de voter un fonds annuel pour le secours des pauvres43.

  • 44 Mémoires, op. cit., p. 191.
  • 45 Mémoires, op. cit., p. 229.

34Sur un plan plus politique, c’est probablement sa réputation d’homme honnête, intègre, instruit, dévoué à la cause publique et d’une grande bonté qui conduisit Leprince à être sollicité. Dès 1787, il participe comme député à l’assemblée provinciale du Maine pour le tiers état, fonction qu’il cumula avec celle de syndic. Il s’y distingua par son esprit de concorde : « Nous nous concertâmes (avec Mr de Montesson pour la noblesse et le clergé) toujours pour tout ce qui pouvoit contribuer au plus grand avantage des trois ordres de la province44. » La fonction de syndic demandait un travail considérable. Il dut embaucher un autre secrétaire particulier pour le seconder dans cette mission. Ses livres de comptes témoignent qu’il ne fut indemnisé que deux ans après le début des travaux (en 1789), ayant dû avancer pour chaque année la somme de 2 400 livres qui lui était remboursée. Cette fonction le conduisit naturellement à devenir le secrétaire de l’assemblée de la noblesse pour les États généraux où il fut accueilli avec beaucoup d’égards par la noblesse ancienne du Maine. On le chargea de la rédaction du procès-verbal. Son passage à la Mairie du Mans fut un souvenir douloureux, et pourtant le pouvoir révolutionnaire lui confia en juillet 1794 la tâche de distribuer les secours militaires, pour laquelle il eut « la satisfaction de rendre justice à ceux dont les droits étoient duement justifiés45 ».

La société Leprince, une manufacture des Lumières ?

  • 46 A. D Sarthe – 28J294 (contrats de société et divers).

35Comme nous l’avons vu, Leprince indique en haut de chaque page de ses livres de comptes « J + M, Au nom de Dieu Amen ». La gestion de la manufacture apparaît empreinte de valeurs religieuses et des principes des Lumières. Les statuts de la manufacture apparaissent en effet, jusqu’à sa fermeture en 1810, très soucieux de se soumettre à la volonté du Tout Puissant, notamment à travers l’article 27 : « Nous convenons que pour attirer la Bénédiction de Dieu sur nos travaux, il sera prélevé 1/100 sur les bénéfices nets en faveur des pauvres de la ville du Mans ou de la Province du Maine46. » Bien plus encore, des avantages sociaux ont été établis pour les ouvriers de la manufacture, probablement dès le milieu du siècle. La restauration des facteurs et commis (400 livres par an), des ouvriers et des domestiques (250 livres par an) et des femmes (150 livres par an) est payée par la société pour tous, « tant sains que malades », évoquant implicitement l’idée d’une solidarité dans la maladie. Nourris, logés, blanchis et soignés, la prise en charge des ouvriers est totale, comme le montre le règlement des frais de sépulture de Pierre Cabaret par Leprince car l’estimation de ses hardes ne monte qu’à 101 livres et ne couvre ni ses dettes ni les frais de ses obsèques.

36L’inventaire de la manufacture de 1832 indique que sept des corps de bâtiments regroupent vingt chambres (parfois équipées d’une cheminée) et quatre cabinets. De toute évidence, les ouvriers sont presque tous logés sur leur lieu de travail. Cet exemple est, au Mans, la seule expérience connue avant la Révolution d’une « concentration à l’anglaise » dont le modèle triomphera au siècle suivant. Pour garantir ces engagements, une clause spécifique mentionne qu’« au cas de décez de Le Prince Père et de la Dame Le Prince, avant la fin de la présente société, il sera pris entre les trois enfans associés des mesures convenables pour tenir le ménage et fournir la nourriture de ceux dont le Prince père se charge par le présent acte ». Dans son testament, aucun de ses ouvriers n’est oublié. Louis le Barbier, premier ouvrier, reçoit la somme de 100 livres, Michel Huzard, jardinier et la veuve Chevallier de la Blanchisserie 30 livres de rente viagère sur leur tête, etc… Il ajoute enfin : « Je donne à tous mes domestiques à chacun autant de pièces de 6 livres qu’ils auront d’année de service depuis le jour de leur entrée […]. 200 livres à partager entre les ouvriers et ouvrières de la maison du Mans et de ma blanchisserie dont ma femme et mon fils aîné feront la distribution comme ils jugeront convenable, leur recommandant de préférer les plus pauvres et ceux qui gagnent le moins et qui me sont attachés de plus ancienne date ».

  • 47 Pierre Lamard, Histoire d’un capital familial au XIXe siècle : le capital Japy (1777-1910), Belfor (...)

37Le précapitalisme industriel développé par les Leprince présente des caractères originaux, la norme pour l’industrie de la célèbre étamine mancelle étant le « homework ». Sur un édifice basé sur les structures traditionnelles d’une vie façonnée par la religion, l’entrepreneur se révèle un « père protecteur ». Peut-on déjà parler de « paternalisme », au sens utilisé par les historiens et les économistes du XIXe siècle, c’est-à-dire un système basé sur l’encadrement et la surveillance des ouvriers ? Les similitudes avec la manufacture Japy47 de Belfort (qui fabrique des montres et horloges) sont intéressantes : l’approche humaine et éthique, la taille des deux structures ne dépassant pas cinquante ouvriers. Leprince aurait pu dire, à l’instar d’un Frédéric Japy : « Je veux que mes ouvriers ne fassent avec moi et les miens qu’une seule et même famille ». Mais les différences avec ce modèle sont tout aussi importantes : absence de système de production capitaliste agressif envers le petit artisanat, pas d’appel véritable à une réserve de main-d’œuvre paysanne, pas d’installation à la campagne.

38Grand bourgeois ? anobli ? aristocrate ? La classification sociale de Leprince ne semble plus avoir de pertinence au XVIIIe siècle. Les élites ont largement fusionné, et il apparaît plutôt comme l’archétype du notable de l’Ouest de la France, détenant pouvoir et influence par sa richesse, l’exemplarité de sa réussite professionnelles et l’expression de valeurs morales. Adepte d’une « religion aimable » (Pierre Chaunu), celle du XVIIIe siècle, très incarnée, dans laquelle les débats théologiques sont dépassés, où les points de rencontre avec les Lumières sont rendus possibles, Leprince n’a de souci que celui de se comporter en « honnête homme » et assurer le progrès de la société. La fortune est pour lui, certes, un bienfait mais d’abord un don de Dieu. Son créateur a fait de lui un dépositaire, un instrument chargé de faire un usage utile et chrétien de son argent pour secourir son prochain.

  • 48 Archives de la Société d’Agriculture, Sciences et Arts, XVII B 29. Discours prononcé à l’ouverture (...)

39De l’Ancien Régime à la Restauration, il passa tous les régimes ; non pas comme une girouette mais avec la même constance dans ses valeurs et le même sens du service public. Cette attitude lui valut le respect de tous les pouvoirs et des nominations à différentes fonctions sociales et politiques jusqu’en 1816. Après son retrait des affaires en 1805, il garde espoir dans le rétablissement de son commerce, ruiné par la Révolution, l’émigration de beaucoup d’aristocrates et la fermeture des marchés internationaux. Il chantait alors les louanges de Bonaparte puis de l’Empereur, qu’il voyait comme un homme providentiel : « Grâces immortelles soient rendues au génie tutélaire de la France, Bonaparte premier consul, au jeune héro qui, parvenu à peine à l’âge viril, a surpassé par toute sorte de gloire les hommes les plus illustres de tous les siècles et de tous les pays48. » Le blocus continental mit un terme aux espérances de Leprince, et son vieux rêve de faire ériger sa société en manufacture royale, dans laquelle la fortune s’associerait à la gloire, s’évanouit.

Années

Mr Leprince

Mme Leprince

1764

826 livres 5 sols

1 398 livres 12 sols

1765

214 livres 7 sols

498 livres 9 sols

1766

363 livres 5 sols

520 livres 8 sols

1767

1 500 livres

619 livres 9 sols

1768

301 livres

1 099 livres 13 sols

1769

470 livres

356 livres

1770

279 livres 9 sols

474 livres 11 sols

1771

388 livres 4 sols

262 livres 16 sols

1772

619 livres 7 sols

262 livres 11 sols

1773

426 livres 8 sols

468 livres 4 sols

1774

590 livres 11 sols

863 livres

1775

601 livres 3 sols

711 livres 18 sols

1776

795 livres 6 sols

648 livres 8 sols

1777

601 livres 3 sols

548 livres 12 sols

1778

443 livres 17 sols

774 livres 4 sols

1779

555 livres 11 sols

630 livres 15 sols

1780

211 livres 3 sols

474 livres 8 sols

1781

350 livres 10 sols

383 livres 7 sols

1782

439 livres 4 sols

560 livres 7 sols

1783

396 livres 13 sols

438 livres 6 sols

Total

10 373 livres 6 sols

11 993 livres 9 sols

Tableau 2 – Les dépenses vestimentaires de J-B Leprince et de son épouse en livres (1764-1783), d’après le « livre des affaires particulières distinguées du commerce », « mon entretien particulier », folios 41 à 43 et « Entretien de ma femme », folios 47 à 50.

Années

Montant de la fortune en livres

Années

Montant de la fortune en livres

1764

70 000

1789

273 565

1765

77 400

1790

273 866

1766

86 556

1791

265 532

1767

95 106

1792

274 739

1768

104 180

1793

276 879

1769

109 741

1794

282 410

1770

113 335

1795

279 713

1771

117 288

1796

262 168

1772

124 486

1797

260 899

1773

131 152

1798

263 196

1774

138 122

1799

303 950

1775

144 692

1800

308 016

1776

149 042

1801

310 202

1777

166 326

1802

314 687

1778

169 391

1803

322 255

1779

171 905

1804

323 127

1780

173 840

1805

163 951

1781

174 903

1806

172 372

1782

177 356

1807

175 143

1783

260 621

1808

178 810

1784

272 119

1809

180 217

1785

275 999

1810

186 264

1786

279 484

1811

192 604

1787

285 777

1812

196 156

1788

284 812

1813

203 500

Tableau 3 – Evolution de la fortune de Leprince d’Ardenay (1764-1813), d’après le « livre des affaires particulières distinguées du commerce », « tableau de notre fortune », folios 7 à 12, 78 à 100 et 150 à 176.
Nota bene :
1783 : Après les partages de la succession de ses parents.
1789 : À partir de 1789, les meubles du Mans, la bibliothèque, les effets et bijoux, les provisions du Mans, les meubles et effets et provisions d’Ardenay et les meubles de la Houltière sont compris (au total 44 000 livres).
1791 : Leprince explique que cette année s’est soldée par un déficit de 8 334 livres. Les pertes sont principalement dues à un défaut de consommation et à la réduction des prix des marchandises.
1799 : Après la succession de ses beaux-parents.
1805 : Il se retire du commerce et laisse ses intérêts à ses neveux.

Notes

1 Jean-Baptiste-Henri-Michel Leprince d’Ardenay, Mémoires d’un notable manceau au siècle des Lumières, édition préparée et présentée par Benoit Hubert, Rennes, P.U.R., 2007, 293 pages.

2 Archives du château d’Ardenay – dossiers no 32 et 33.

3 Reçu avocat en Parlement en 1761, il s’apprêtait à suivre la voie ouverte par son oncle Leprince d’Amigné, conseiller au siège présidial du Mans (Mémoires, op. cit., p. 49-50 et p. 52).

4 Mémoires, op. cit., p. 61-62.

5 Mémoires du Comte Alexandre de Tilly, pour servir à l’histoire des mœurs de la fin du XVIIIe siècle, édition présentée et annotée par Christian Melchior-Bonnet, Paris, Mercure de France, 2003, p. 62.

6 Le lecteur pourra se reporter aux travaux de la généalogiste Odile Halbert (http://www.odilehalbert.com/Famille/Cohon.pdf).

7 Conseiller au présidial rebelle en 1787 puis maire du Mans à deux reprises sous l’Empire, René Négrier de la Crochardière a laissé ses notes érudites « Observations sur la ville du Mans » en 5 tomes, rédigées probablement en 1796 (Médiathèque du Mans, Ms 21A-tome II, p. 184-190 et p. 333).

8 Manuscrit inédit des archives diocésaines du Mans (non classé).

9 Thomas Cauvin, Extraits des registres de l’Hôtel de Ville du Mans depuis 1533 jusqu’à 1784, Le Mans, 1835, p. 31-32.

10 René Négrier de La Crochardière, Observations sur la ville du Mans, Ms. cité, tome II, p. 184-190.

11 A. D Sarthe – 28J 294

12 « Il fut obligé de changer de correspondant […] ; il se présenta un asses grand nombre de sujets. Outre les talens, il falloit avoir de quoy répondre et une fidélité bien certaine. » (Mémoires, p. 59.) Lorsque les Le Romain font faillite, leur bilan indique et rend responsable de leurs déboires le correspondant de leur magasin de Paris, parti avec les fonds du commerce et réfugié en Hollande.

13 Lettre de Beaufond à son frère aîné (8 octobre 1770), A. D-Sarthe – 28J 295.

14 Louis-Jean-Marie de Bourbon, fils du Comte de Toulouse, devint comme héritier des bâtards légitimés de Louis XIV, l’homme le plus riche de France.

15 Mémoires, op. cit., p. 59.

16 François Dornic, L’industrie textile dans le Maine et ses débouchés internationaux (1650-1815), Le Mans, 1955, p. 150. On remarque une cargaison de 2 695 livres de bougies envoyée sur le vaisseau espagnol le Saint-Jean-Baptiste vers Cadix.

17 François Véron Duverger de Forbonnais, Eléments du commerce (1754), 2e édition, 1755, tome II, p. 144. Le célèbre économiste est l’oncle de Marie-Anne Godard d’Assé, épouse de Leprince d’Ardenay (1764). Ces voyages de Leprince à Forbonnais, terre de son parent, sont fréquentes, et les allusions à l’illustre économiste et agronome sont régulières dans ses Mémoires (p. 71, 77, 95, 96). L’influence du grand homme sur le jeune négociant est évidente.

18 « Livre des affaires particulières distinguées du commerce », archives du château d’Ardenay – dossier no 33, « compte de nos pensions », folio 77.

19 Mémoires, op. cit., p. 139.

20 Mémoires, op. cit., p. 139.

21 Située à trois lieues à l’ouest du Mans, « composée d’une maison de maître fort commode, un grand parterre avec une pièce d’eau, un petit bosquet de futaie, 24 journaux de taillis, une belle ferme et un bon bordage. » (Mémoires, op. cit., p. 143).

22 Lors des travaux de l’hôtel Leprince, les sœurs de la Visitation, leurs voisines, firent masquer leur couvent par une palissade. Cité par André Bouton, La vie pittoresque du Mans au temps des carrosses et des chandelles, Le Mans, 1963, p. 81. Les Leprince quittent la vieille ville, exiguë, enserrée dans ses remparts, et abandonnent la maison de Hossard proche de la cathédrale.

23 Mémoires, op. cit., p. 140.

24 Mémoires, op. cit., p. 75.

25 Mémoires, op. cit., p. 79. Voir aussi sur le sujet Sylvie Granger, Musiciens dans la ville, Paris, Belin, 2002.

26 Jeu de cartes où celui qui fait le moins de levées et de points gagne la partie.

27 Anne Fillon, Les trois bagues aux doigts. Amours villageoises au XVIIIe siècle, Paris, Robert Laffont 1989, chapitre vi. L’auteur montre que les chansons du milieu du siècle diffusées dans les livrets de colportage influencent non seulement les villageois mais aussi la bourgeoisie et même la noblesse.

28 Mémoires, op. cit., p. 154. Chequina est le diminutif italien de Françoise, prénom de Madame de Beaufond, sa belle-soeur née à Florence.

29 Étoffe croisée, rase, sèche, quelquefois de laine, le plus souvent chaîne coton et trame de laine, dont l’usage était répandu pour les vêtements d’été.

30 Étoffe de coton portant le nom de la ville chinoise où elle était fabriquée à l’origine.

31 Étoffe de laine faite ordinairement de poil de chèvre, avec laine ou soie.

32 Taffetas léger fabriqué d’abord à Florence, et qui devint aussi une spécialité de Lyon, Avignon et Zurich.

33 Sorte de toile peinte ou d’indienne qu’on importait autrefois de l’Inde, et à laquelle on attribuait par erreur une origine persane.

34 Petite étoffe fort mince, travaillée comme la toile.

35 Anne Fillon, « La coutume égalitaire, élément majeur de l’identité du Maine », Gens de l’Ouest, Le Mans, Laboratoire d’Histoire anthropologique du Mans, 2001, p. 40.

36 Gustave Esnault, Mémoires de René-Pierre Nepveu de La Manouillère, 2 tomes, Le Mans, Pellechat, 1877, tome II, p. 86 et 89.

37 22 mars 1774 – « Nottes pour Ardenay » – Archives du château d’Ardenay – dossier no 34.

38 Testament de J-B-Jacques Leprince (1781) – Archives du château d’Ardenay – dossier no 27.

39 Anne Fillon, « Eléonor Froger, Curé des Lumières », Fruits d’écritoire, Le Mans, Laboratoire d’Histoire anthropologique du Mans, 2000, p. 311-332.

40 Mémoires, op. cit., p. 159.

41 Anne Fillon, Louis Simon villageois de l’ancienne France, Rennes, Éditions Ouest France, 1996, p. 82-85.

42 Mémoires, op. cit., p. 184.

43 Mémoires, op. cit., chapitre viii, p. 83. Il ne précise pas la date de cet important vote, mais Leprince fut omniprésent au sein de la juridiction en différentes qualités (consul puis Grand-Juge). Son attachement à cette institution le conduisit à en devenir l’historien (A. D Sarthe – B 3868).

44 Mémoires, op. cit., p. 191.

45 Mémoires, op. cit., p. 229.

46 A. D Sarthe – 28J294 (contrats de société et divers).

47 Pierre Lamard, Histoire d’un capital familial au XIXe siècle : le capital Japy (1777-1910), Belfort, Société belfortaine d’émulation, 1988.

48 Archives de la Société d’Agriculture, Sciences et Arts, XVII B 29. Discours prononcé à l’ouverture de la première séance publique de la Société libre des Arts du Mans (1801).

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540