Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fortunes urbaines

 | 
Laurent Bourquin
, 
Philippe Hamon

Troisième partie. Le clergé et les biens de ce monde

Le chanoine et l’argent à travers trente années du journal d’un chanoine de la cathédrale du Mans (1759-1789)

Sylvie Granger

Texte intégral

1Le Mans, février 1759 : René-Pierre Nepveu de La Manouillère devient chanoine de la cathédrale. À bientôt 27 ans, ce cadet d’une famille de nobles officiers royaux commence alors à tenir, irrégulièrement, un journal. Avec une intensité variable selon les périodes, il conservera cette habitude jusqu’en sa vieillesse : ses notes s’arrêtent trois ans avant son décès, survenu le 31 mai 1810.

2C’est peut-être le changement de vie entraîné par son accession au canonicat qui a suscité en lui l’envie, ou le besoin, de consigner ce qu’il observait. Les premières pages ressemblent à un cérémonial plus qu’à un journal : le jeune homme décrit le déroulement des solennités auxquelles il assiste, attentif tant à la liturgie qu’aux usages sociaux qui l’accompagnent. Il manifeste un souci de précision (« toutes les Cloches de la ville ont sonné depuis cinq heures du soir jusqu’à six »), accompagné parfois de didactisme (« voici comment cela se pratique »). Par ses notes méticuleuses, le chanoine débutant voulait-il aider sa mémoire à fixer les rites et les usages qu’il voyait mis en œuvre au sein de sa compagnie ? Les neuf entrées de 1759 sont étroitement liées à la vie canoniale, sauf la toute dernière qui rapporte une promotion obtenue par un gentilhomme manceau, frère il est vrai d’un chanoine.

  • 1 Nepveu de La Manouillère baptise ses notes articles. J’emploierai plutôt le mot entrées, généralem (...)

3Cet écho est annonciateur de ce qui, peu à peu, va gagner de la place sous la plume du diariste : au fil des ans, le cérémonial devient chronique, le relevé des usages capitulaires se mue en gazette familiale et mondaine. Le journal se fait chambre d’enregistrement des événements grands ou petits qui affectent la société mancelle, et chambre d’écho des bruits, rumeurs et bavardages qui la parcourent. L’aide-mémoire liturgique aboutit à une sorte de base de données prosopographique avant la lettre. Le rédacteur conçoit d’ailleurs ses entrées comme des notices, renvoyant lui-même de l’une à l’autre : ainsi, le 3 mars 1774, « on peut voir son âge à l’article de son Canonicat », article situé quatre ans auparavant1. L’écriture déborde du chœur pour englober la ville, ainsi que les tentacules développées par les milieux urbains supérieurs vers les campagnes avoisinantes. En même temps que l’aire concernée s’élargit, le volume écrit se dilate : le nombre des entrées atteint 60 à 80 par an durant les années 1770. L’évolution du poids typographique du journal est éloquente.

Périodes

Nombre de signes (espaces compris)

1759-1764

35 000

1765-1769

55 000

1770-1774

162 400

1775-1779

181 000

1780-1784

140 400

1785-1789

140 000

  • 2 On retrouvera ce découpage en tranches quinquennales plusieurs fois dans les pages qui suivent. La (...)

Fig. no 1 – Nombre de signes typographiques par tranche de cinq ans2 durant les trente premières années du journal de René-Pierre Nepveu de La Manouillère, [chiffres arrondis].

  • 3 Gustave Esnault, Mémoires de René-Pierre Nepveu de La Manouillère, chanoine de l’Église du Mans [1 (...)
  • 4 Benoît Hubert et Martine Taroni ont tous deux consacré leur thèse à un document du for privé : Ben (...)

4Ce long texte a été publié en 1877 par l’un des grands érudits locaux du Mans, l’abbé Gustave Esnault, sous le titre fautif de « mémoires3 ». Depuis lors, il a été utilisé par tous les historiens amenés à travailler sur le Maine au temps des Lumières ou de la Révolution, qui, par bribes, le citent volontiers. De la même façon, durant mes dépouillements de thèse, je l’avais lu intégralement pour y repérer toutes les allusions à la musique, à la danse, au théâtre, à la sociabilité de loisirs… Avec deux autres chercheurs du CERHIO, Benoît Hubert et Martine Taroni, nous préparons actuellement une restitution de la version originale de ce journal, traquant les toilettages de langage opérés par l’abbé Esnault, rétablissant les mots, les expressions, parfois les passages entiers qu’il avait cru nécessaire de couper pour rendre son édition plus « correcte4 ». Cette double circonstance – mes relevés antérieurs et ce travail de restitution alors à peine amorcé – m’avait conduite à proposer à Laurent Bourquin et Philippe Hamon, coordonnateurs du projet « Élites et richesse », un exposé sur la manière dont le chanoine affectait une part de son budget à ses loisirs et à ses plaisirs culturels. Le projet était de reprendre les nombreux éléments déjà repérés, en les interrogeant au prisme de l’argent dépensé et de l’ostentation. Tout le journal de Nepveu de La Manouillère, en effet, est sous-tendu par un art de vivre qu’on devine plaisant, confortable et raffiné. Il me semblait donc, de loin, qu’il y avait là une large matière pour aborder la problématique des dépenses culturelles chez les élites urbaines des provinces au XVIIIe siècle.

  • 5 Lorsqu’il parle d’argent, le diariste canonial évoque d’ailleurs beaucoup plus souvent des revenus (...)

5Or, en replongeant dans l’épaisseur du journal avec cette nouvelle perspective, j’ai très vite pris conscience que le sujet n’était pas faisable. Les nombreuses informations à caractère culturel qui parsèment effectivement les notations du chanoine ne sont quasiment jamais connectées à une notion de valeur financière5. Sur le plan de la méthode, cette étape est révélatrice de l’usage qui a été réservé au gros journal de La Manouillère. Ma quête passée de thésarde à travers ses pages est l’équivalent de ce qu’ont fait jusqu’à présent tous ceux qui se sont intéressés à lui : le considérer comme une carrière inépuisable, dans laquelle on vient piocher les matériaux dont on a besoin, jamais les mêmes selon les chercheurs, chacun y trouvant peu ou prou ce qu’il convoite, tant le texte est foisonnant et riche. Mais en pratiquant ainsi une lecture sélective, qui ne capte que des échantillons très parcellaires et néglige tout le reste, considéré comme hors sujet par rapport à la cible visée, on s’interdit bien sûr toute possibilité d’obtenir une vision continue de l’activité du chanoine et tout espoir de saisir quelque chose de sa mentalité.

  • 6 Sylvie Mouysset, Papiers de famille, Introduction à l’étude des livres de raison (France, XVe-XIXe(...)

6En revanche, renouant avec le texte en ayant à l’esprit les problématiques suggérées par le thème « Élites et richesse », une évidence m’a sauté aux yeux : il parle souvent d’argent, de richesse, de fortune, d’aisance…, ou de leur contraire, de pauvreté, d’impécuniosité, de gêne… En pointillés, explicitement ou en filigrane, ces notions reviennent de manière récurrente sous sa plume. Toutefois si La Manouillère parle d’argent, c’est de celui des autres, de la richesse, ou de la pauvreté des autres, rarement de son cas à lui. D’où un premier enseignement : son journal n’est pas le livre de compte déguisé que sont souvent les livres de raison. Il n’autorise pas à faire une « archéologie de la fortune familiale » selon l’expression de Sylvie Mouysset6. Il s’avère aussi impossible de traiter l’argent du chanoine que ses dépenses culturelles. Ce qu’il fallait donc faire, c’était, beaucoup plus globalement, scruter son rapport général à l’argent, entendu au sens large.

7Pour cela, la priorité était bien évidemment de plonger dans la (re)lecture de ce journal, si riche mais si rébarbatif aussi, monocorde, tournant en boucle dans un monde délimité. En cette seconde moitié du XVIIIe siècle, Le Mans est une petite capitale de province, forte de 16 000 à 17 000 habitants, que font vivre diverses activités artisanales et manufacturières (cires et bougies, étamine, chanvre et lin, cuir). Ces productions, et le commerce qui en découle, ont enrichi une frange de négociants qui s’ajoutent aux magistrats du présidial, aux officiers des administrations royales, à ces Messieurs des chapitres, ainsi qu’à des familles de la noblesse terrienne qui vivent une partie de l’année à la ville, pour constituer une aristocratie urbaine nuancée au sein de laquelle le chanoine Nepveu de La Manouillère évolue à son aise.

8Au sein de ce foisonnement d’informations à la fois hétéroclites et répétitives, il fallait être attentif à tout ce qui touche, directement ou non, à l’argent, à la dépense, aux revenus, aux prix des choses, et plus globalement aux notions de richesse et de pauvreté. Quelle place ces thèmes occupent-ils sous sa plume ? Comment en parle-t-il ? Avec quelle fréquence ? Mais plus encore : à quelles occasions ? Dans quel contexte ? Avec quelles nuances ? Quels sont les termes qu’il emploie toujours – ceux qui reviennent comme une antienne et ceux qui, à l’inverse, ne lui échappent qu’une fois en passant ? Pour cela, il m’a paru primordial de ne pas me contenter d’impressions, mais de relever méthodiquement, de compter, afin de fortifier de quantitatif l’impressionnisme qualitatif auquel le texte a été condamné jusqu’alors…

9Ce travail s’est limité aux trente premières années du journal. Pour essayer d’approcher la mentalité de base du chanoine, il m’a paru plus rigoureux, en effet, d’arrêter à la veille de la Révolution dont on soupçonne qu’elle va détraquer la vie du digne ecclésiastique : « Depuis ce temps-là, il y a eu bien des choses pour tout ce qui se passe dans notre Ville, qui ne méritent pas la peine d’estre écrites » soupire-t-il en juillet 1791…

Le poids de l’argent

10La première démarche a consisté à chercher le poids des sujets liés à l’argent dans les notes du chanoine. Ont donc été comptées les entrées qui évoquaient cette thématique, que ce soit de près ou de plus loin, directement ou plus allusivement, avec ou sans chiffrage.

Fig. n° 2 – Proportion d’entrées comportant un thème lié à l’argent dans les trente premières années du journal de René-Pierre Nepveu de La Manouillère.

11Au total, sur l’ensemble des trente ans observés, la proportion générale s’établit à un tiers (33,6 %). On peut donc retenir que sur dix soirs où La Manouillère prend la plume, c’est trois à quatre fois pour noter des informations ayant un quelconque rapport avec l’argent, au sens large. La proportion est loin d’être stable tout au long de la période. Il existe d’importantes variations annuelles : en 1761, 8 % seulement des entrées comportent un propos d’ordre financier, contre 57 % en 1784. Mais les contrastes annuels sont lissés par le regroupement en tranches de cinq ans. Et les moyennes quinquennales, après une première décennie stable et basse (20 %, 19 %), laissent assez clairement apparaître un accroissement : 29 %, 34 %, 43 % puis 44 %. Comment expliquer ce renforcement des sujets financiers sous la plume du chanoine ? Peut-être est-ce tout simplement un effet mécanique de l’âge : il est de mieux en mieux inséré dans la société mancelle, de plus en plus familier de plus de monde… donc il a de plus en plus souvent l’occasion d’être au courant des arrangements financiers concoctés au sein des familles. C’est ainsi qu’en 1779, par exemple, il est choisi comme procureur par des héritiers parisiens pour régler « les partages des biens laissés par Mme Courcelle leur mère ». Il ne manque pas de noter que « la succession monte encor à au moins 50 000 livres ». Doit-on penser en sus que le sujet l’intéresse davantage qu’autrefois ? En effet, la part des entrées liées à l’argent est inversement proportionnelle à celle des entrées consacrées à la liturgie, qui décline sensiblement au fil du temps.

Les mots de l’argent

  • 7 27 janvier 1771, à propos du directeur du grenier à sel.
  • 8 2 mars 1780, à propos du sieur Besnard, dit La Jeunesse, domestique de la famille Nepveu.
  • 9 N’a bien sûr été retenue dans ce calcul que l’acception liée à l’idée de prix à payer, et non cell (...)

12Pour préciser cette première approche et pénétrer dans le discours du chanoine, observons les mots qu’il emploie pour dire la richesse, la pauvreté ou les soucis d’argent. Dans cette enquête, il y eut tout d’abord des mots prometteurs puis décevants. Ainsi du mot aise : « Il est mort mal à son aise, et ses enfans n’auront rien de luy7 », « C’est un garçon bien à son aise, et qui a amassé par son commerce qu’il fait depuis longtemps8 … » En dépit de ces deux superbes exemples de sentences assenées par le chanoine sur le niveau de fortune de ses contemporains, le mot n’est finalement employé que trois fois dans cette acception. Il en va de même pour le mot intérêt, avec toutes ses variantes orthographiques (« le mariage a manqué pour cause d’intérest », 1777) : six occurrences seulement, toutes situées dans la seconde moitié de la période balayée. Le mot prix ne surgit que sept fois9, et l’adjectif cher ou son dérivé cherté se révèlent à peine plus fréquents : onze fois en trente ans. Il ne faudra donc pas compter sur cette source pour nous instruire de ce qui pouvait être ressenti comme cher ou à l’inverse bon marché par un chanoine du temps des Lumières. Et ce d’autant moins que certaines des occurrences sont rattachées au prix du pain, au sujet duquel on peut penser que le diariste manceau exprime plutôt une observation généralement reçue au moment où il écrit qu’un jugement personnel : « De temps immémorial on n’avoit point vu le pain si cher » (28 juillet 1770).

13Quelques autres mots interviennent un peu plus souvent, tout en restant en deçà d’une occurrence par an : dette (dettes, endetté…), 19 fois ; fortune (peu de fortune, point de fortune, sans fortune), 23 fois ; payer (paiement, payant…), 28 fois. Au-delà, on parvient à des termes qui, sans être fréquents, apparaissent en moyenne un peu plus d’une fois par an. Le mot somme, dans le sens de totalité d’un compte, est employé 36 fois sur les trente années étudiées, dont quelques-unes en redondance avec le mot prix, qu’il concurrence sans doute : « Le 17 Aoust 1764 le chapitre m’a adjugé la maison proche les Cordeliers… pour les prix et somme de 285 livres. »

  • 10 Précisons que ces 39 occurrences du mot pauvre n’englobent pas le nom de la rue Saint-Julien-le-Pa (...)

14Le mot pauvre surgit 39 fois : on reste dans le même ordre de grandeur10. Toutefois, il est employé tantôt au singulier, tantôt au pluriel, et la distinction entre les deux ne manque pas d’intérêt. Au singulier, c’est un adjectif, et cela véhicule ce qu’il nous intéresse au plus haut point de trouver sous la plume du chanoine : l’expression d’un jugement (« c’étoit un pauvre tailleur », 1789), mais plus encore d’un classement, d’un agencement de la société en fonction d’une hiérarchie où richesse et pauvreté jouent leur partition, mais ne sont manifestement pas les uniques critères pris en compte. Ainsi en 1785, à propos d’un canonicat vacant dont on ne sait encore qui l’aura : « On croit que ce sera Mr du Bourneuf, un très pauvre cadet de noblesse, dont la mère demeuroit dans un petit bordage dans les landes de Chauffour. » Chaque fois que le diariste reparle de ce personnage, l’adjectif revient : « Mr de Bourneuf est de condition, mais pauvre » (1786) ; l’archidiacre de Passais (l’un des dignitaires du chapitre) « ne pouvoit mieux faire que de donner son Archidiaconné à Mr du Bourneuf, qui est de très bonne Maison, mais très pauvre ; il a plusieurs sœurs qui ont besoin de luy » (1789). On sent la « très bonne » naissance peiner à compenser cette pauvreté insistante qui a logé la mère à la même enseigne qu’une paysanne, mais sans doute y parvenir tout de même puisque le choix de l’archidiacre est approuvé.

15Au pluriel, il s’agit de toute autre chose : les pauvres sont une masse indistincte qu’il faut assister (« le chapitre a donné… la somme de 1 000 livres pour le soullagement des pauvres, vû la misère des temps et la disette des bleds dont l’espèce a presque manqué », 1770), mais qui malgré cela ne sont pas reconnaissants (« Le froid a été on ne peut pas plus fort et il y a eu une grande misère ; mais les pauvres ont été bien soulagés par le bureau de charité. Malgré cela, les pauvres et les ouvriers pauvres ont été piller et rompre les bois des environs de la Ville, surtout les sapins », janvier 1789). Alors que le mot pauvres au pluriel n’était employé qu’une seule fois durant les dix premières années du journal, il explose à la fin de l’hiver 1770 en lien avec les débats suscités par le projet « de faire un Bureau de Charité pour cette année et pour l’avenir afin d’empescher aucuns pauvres de demander par les rues ». Le journal du chanoine se fait l’écho des querelles entre le présidial et l’évêque à ce sujet, querelles dont, sans toutefois le dire explicitement, il semble suggérer que ce sont les pauvres les principales victimes : « Le nombre des pauvres de la ville est de quatre mille et la queste n’a été que de deux mille livres » (17 mars 1770).

  • 11 À titre d’exemple, n’ont pas été prises en compte les tournures comme « un bel ornement rouge comp (...)

16Pour tenter de cerner le rapport de La Manouillère à l’argent, il restait quelques termes à interroger, dont précisément le mot argent. Lui aussi s’est avéré décevant. N’ayant été retenu que quand il s’agissait clairement de finances sonnantes et trébuchantes, et non de matière en argent11, il est utilisé dans cette acception 42 fois en trente années. À moins de trois fois tous les deux ans, on aurait mauvaise grâce à soupçonner le digne chanoine d’en être obsédé…

17Deux autres vocables, en revanche, ont donné de meilleurs résultats. Le mot fortune s’étant on l’a vu révélé peu productif, il fallait trouver par quoi il pouvait être remplacé sous la plume du diariste : c’est au mot bien qu’échoie la fonction d’évoquer les possessions des gens dont on parle. Le plus souvent employé au singulier, le mot a au moins deux atouts : autonome, il ne nécessite ni complément ni précision chiffrée pour faire sens ; global, il peut inclure la totalité des possessions, qu’elles soient immobilières, mobilières ou financières. Là encore, précisons que bien n’a évidemment pas été comptabilisé les très nombreuses fois où le chanoine l’emploie comme un adverbe (« c’étoit un homme bien respectable »), ni comme un adjectif (« Il est très bien et sera riche »). N’ont été retenus que les cas où bien désigne clairement un élément de la richesse : « Il y a du bien dans cette maison », « il est mort à Paris après avoir mangé tout son bien », « il laissa un enfant sans bien », et le summum : « Elle laisse bien du bien et un bon mobilier… » On aboutit à 78 occurrences répondant à ce sens, qui sont toutes, sauf une, situées après 1769. Cela correspond d’une part à l’intensification de l’écriture, et d’autre part à la multiplication des sujets liés à la notion de richesse à partir de 1770 [voir figures no 1 et no 2].

18Mais dans ces mots de l’argent, celui qui incontestablement revient le plus souvent, c’est l’adjectif riche. Que l’on trouve à 122 reprises, ce qui ferait en moyenne quatre occurrences par année, s’il n’y avait de très fortes variations au cours des trente années examinées : en effet, riche n’apparaît qu’une seule fois avant 1770 ! Ce fait observé, concentrons l’observation sur les vingt années suivantes : on rencontre alors le mot six fois par an en moyenne, et sa fréquence ne cesse d’augmenter au fil du temps.

Fig. n° 3 – Nombre d’occurrences du mot riche par tranche quinquennale dans le journal de René-Pierre Nepveu de La Manouillère entre 1770 et 1789.

19L’adjectif prend sous la plume du chanoine une sorte de sens absolu. Lancé brut, laissé seul, sans être étayé de chiffres, de preuves, ni même d’un commencement d’explication, il est autonome et semble parler par lui-même. Ainsi, dans la première tranche quinquennale ici retenue (1770-1774), sur les 18 occurrences, une seule est suivie et précisée de l’évocation d’une somme : « Riche de plus de soixante mille livres. » Les 17 autres fois, le mot riche suffit au scripteur : « Ils sont tous deux riches, il n’est pas mort riche, il est mort bien riche, il est et sera très riche, ils sont très riches, il étoit d’un certain âge et riche, le père est, dit-on, riche, elle n’est pas riche… » Bref, on est riche ou pas riche, le fait est asséné comme une évidence qui ne requiert pas démonstration.

  • 12 6 décembre 1788, à propos de deux vieilles demoiselles nobles décédées la même semaine au Mans.

20Cela n’exclut pas cependant quelques nuances. Au fil des trente ans observés, les trois quarts des occurrences interviennent dans des formulations positives : riche, assez riche, bien riche, fort riche, très riche… À l’inverse, 25 % seulement trouvent place dans des formulations négatives, elles aussi soigneusement graduées (pas bien riche, peu riche, pas riche, point riche…). On relève au passage un intérêt pour les histoires de fortune cachée, telles qu’en rapportaient canards et occasionnels : « Quoique point riches, cadettes, on dit qu’on leur a trouvé de l’argent dans la paillasse de leur lit ; elles étoient très économes et ne faisoient point de feu dans leur chambre par économie12. » Le chanoine ne chiffre pas la somme trouvée dans la paillasse… Sans plus de chiffre, on sourit à ce qui peut apparaître comme une tautologie : « Mr de Chassilly est très riche et avoit beaucoup d’argent » (1780), lapalissade peu informative en elle-même, même si l’on entrevoit une différence possible entre être riche et avoir de l’argent.

21De toutes ces remarques, doit-on conclure que ce cher chanoine aurait une pudeur face à l’argent qu’on évoquerait souvent mais ne compterait jamais ? Tel n’est pas le cas : au contraire, le journal est parsemé de chiffres !

Les chiffres de l’argent

22Si l’adjectif riche était le plus souvent suivi d’un point de fin de phrase, il est un autre terme qui, lui au contraire, est presque toujours accompagné d’une indication chiffrée : c’est le mot rente, utilisé à 97 reprises. Là encore, les occurrences ne se distribuent pas de manière régulière au cours des trente ans étudiés : 13 fois seulement durant la première moitié, et 84 fois, assez également réparties, durant les quinze années suivantes. On retrouve le basculement déjà observé pour la multiplication du mot riche, simplement placé un peu plus tard, vers le milieu des années 1770 et non dès leur début. Mais plus que le nombre d’occurrences, ce sont les chiffres accompagnant le mot rente qui nous intéressent. En effet, grâce à eux, on peut tenter de mesurer ce qu’est être pas bien riche, riche, ou fort riche aux yeux du chanoine manceau.

23Bien sûr, selon le contexte, il peut s’agir de deux types de rentes assez différents, tous deux éclairants d’ailleurs quant à la conception qu’ont de la richesse les élites urbaines des Lumières. Ainsi le mot est-il de temps à autre employé pour des sommes léguées à des domestiques par leur maître dont le chanoine mentionne le décès : « Il a fait un testament pour ses deux domestiques à qui il donne chacun 100 livres de rente viagère » (1783).

24Un exemple mérite d’être cité in extenso : il croque en quelques lignes le savoureux portrait d’une veuve exotique.

  • 13 L’abbé Esnault avait cru bon de couper la dernière phrase… qui gâchait l’effet des 5 500 messes lé (...)

« Le 18 décembre 1780, Mme de la Fosse est morte agée d’environ 75 ans. elle étoit veuve de Mr la Fosse, Lieutenant de l’Election, mort il y a plus de 18 ans. C’étoit une femme d’esprit qui ne voyoit que des hommes. Elle n’a jamais eu d’enfans. Elle étoit originaire de la Cayenne, elle avoit une jolie terre près saint Calais. Comme elle n’a point de parent proche, elle a fait son légataire universel Mr Gousseaut l’élu ; elle avoit un nègre qui étoit son cuisinier, a qui elle a donné 800 livres de rente viagère. Elle donne 5 500 messes à faire dire. Elle aimait à boire et c’est cela qui l’a fait mourir13. »

25Les 800 livres léguées à ce cuisinier noir correspondent au plus haut niveau de rente viagère servie à un domestique que l’on rencontre dans l’univers du chanoine. Les autres chiffres mentionnés sont « vingt écus et six boesseaux de bled » (1762), 60 livres (1778), 100 livres (1776, 1783), ainsi que « 300 livres de rente viagère à sa femme de chambre et 400 livres de rente viagère à son laquais » (1784).

26La plupart du temps, le mot rente désigne les revenus annuels touchés par la personne dont parle le chanoine, sans qu’il précise si ces revenus sont d’origine foncière, manufacturière, commerciale, ou résultent de placements financiers. On peut parfois le deviner d’après le contexte, mais La Manouillère a rarement eu le souci de le spécifier. J’ai cherché les cas où une évaluation chiffrée est associée à l’émission d’un jugement sur le niveau de richesse. C’est relativement rare, puisque, comme il a été observé ci-dessus, l’avis exprimé à l’aide de l’adjectif riche n’est pas souvent accompagné de chiffres. Néanmoins, voici quelques exemples de l’échelle des valeurs du chanoine.

  • 14 1784, à propos de l’épouse d’un nouveau receveur des consignations fraîchement arrivé de Paris.

27En 1787, à propos d’un ancien garde de Monsieur, il écrit : « Il n’est pas riche ; il a dissipé une partie de sa fortune et il ne luy reste que 600 livres de rente au plus. » On a bien compris que ce niveau de base, pas riche, était néanmoins très différent de ce que serait être pauvre. Au dessus, la tournure peu riche est employée en 1782 pour parler d’un capitaine en second des Dragons : « Il est de Normandie et peu riche ; il a une petite terre qui, dit-on, pourra valoir 3 000 livres de rente, où demeure Mme sa mère. » De 600 à 3 000 livres, on mesure le saut qui sépare pas riche de peu riche, malgré la proximité de la formulation. Peut-être est-ce dû au fait que les 3 000 livres du capitaine normand ne sont pas vraiment effectives, madame sa mère étant encore vivante. Toutefois, pour le même niveau de rente exactement, et lui aussi exprimé au futur, on peut être qualifié de assez riche, voire de riche : « On dit qu’elle est riche. C’est la fille d’un avocat de Paris que l’on dit assés riche ; elle aura, dit-on, 3 000 livres de rente14. »

28À l’autre extrémité de l’échelle, on trouve des sommes qui n’ont aucune commune mesure avec celles qui viennent d’être évoquées. En juin 1763, l’oncle du chanoine meurt brutalement d’une apoplexie, « riche de plus de cent mille écus ». Ce simple riche pour une somme aussi importante surprend. Mais c’est que le neveu, alors juste trentenaire, est directement concerné – cas rare dans l’ensemble du journal – et qu’il ressent la richesse de son oncle sur le mode de l’amertume : « Auquel bien je nay pas beaucoup eu de part ayant fait un testament par lequel à ma sœur ainée et à moy il ne nous donne qu’une rente viagère. » Il faut également réviser le niveau de fortune évoqué, car il s’agit ici d’une évaluation globale des biens de l’oncle, et non du revenu régulier de ses rentes. Si l’on revient à des chiffres annuels, le montant le plus élevé mentionné par La Manouillère concerne le Comte de La Girouardière, en 1782 : « C’est une maison très riche ; il y a au moins 40 ou 50 mille livres de rente, une belle terre appelée Mouline près Beaugé en Anjou où il avoit le projet de faire un beau château. » Les éléments constitutifs de la représentation classique de la richesse sont ici rassemblés : en plus des rentes, il y a la belle terre et le beau château.

29La hiérarchie qui se dessine est donc qu’à 600 livres de rente on n’est pas riche, à 3 000 livres on est selon les cas peu ou assez riche et à 40 000 ou 50 000 on est très riche. Tout cela paraît logique. Ce n’est pas aussi simple…

Les nuances de l’argent

30La formule très riche peut être employée pour des niveaux de rente très différents. Ainsi, en 1777, à propos d’un noble ancien protestant resté célibataire et qui vient de mourir, le chanoine écrit : « Il étoit très-riche pour un garçon, il jouissoit de 20 000 livres de rente. » En novembre 1780, à propos du Receveur général du Tabac, il explique que sa commission « vaut au moins 10 000 livres de rente » et en déduit « Mr de Beauvais est très riche ». Ces trois niveaux de rente si différents (10 000, 20 000 et précédemment 40 000 ou 50 000 livres), tous trois accompagnés du jugement très riche prouvent qu’à l’évidence le barème du rédacteur est loin d’être absolu.

  • 15 L’expression « ces cantons-là » désigne la région de Montrichard.

31Nepveu de La Manouillère est d’ailleurs conscient lui même que ses critères sont soumis à diverses fluctuations. La formule pour un garçon que l’on vient de rencontrer sous sa plume montre que le chanoine sait le rôle joué en général par les alliances conjugales dans l’accroissement des patrimoines. Avoir atteint le niveau de 20 000 livres de rentes annuelles avec ses seuls biens propres est une performance. L’estimation du niveau de richesse peut donc être nuancée en fonction du statut matrimonial. Elle peut l’être aussi en fonction des lieux concernés. En 1774, le chanoine écrit, à propos d’un marquis de la Touraine solognote qui vient d’épouser une jeune Mancelle : « Il jouist d’environ cinq ou six mille livres de rente, ce qui est riche pour ces cantons-là, car la Noblesse y est bonne, mais peu riche15. » Riche en Sologne, peu riche dans le Maine : 5 000 à 6 000 livres de rente, ce n’est manifestement pas bien riche vu du Mans.

  • 16 D’autres traces de cette réprobation envers la fortune acquise par certaines voies parsèment le jo (...)
  • 17 Le domaine acheté par Mr de Beauvais est celui du Gros Chesnay à Fillé-sur-Sarthe, au sud du Mans.

32Si les raisonnements du chanoine prennent en compte un relativisme familial et un relativisme géographique, ils s’appuient surtout sur un relativisme social, ce qui ne nous étonnera pas. Celui-là, sa plume ne l’exprime jamais directement. Lorsque Daniel de Beauvais, le Receveur général du Tabac dont nous venons de faire la connaissance en novembre 1780, meurt un mois plus tard, La Manouillère écrit : « Il laisse une bonne maison. On ne pouvoit luy reprocher que de trop excompter ou faire la Banque. » Le diariste laisse poindre sa réprobation envers cette richesse acquise par des trafics financiers16… Et l’on comprend que malgré l’achat d’un domaine « qu’il a bien augmenté et amélioré depuis 20 ans qu’il en est possesseur17 », le « Directeur du tabac » n’appartient pas au même monde que le Comte de La Girouardière avec sa belle terre en Anjou. Il n’est donc pas mesuré à la même aune. La Manouillère n’a pas écrit qu’il était très riche pour un officier du Tabac, mais on peut parier qu’il l’a pensé. De la même façon, il écrit au sujet du curé de l’une des seize paroisses du Mans : « Il étoit riche et jouissoit au moins de 1 500 livres de rente » (1775). Au vu des chiffres précédemment rassemblés, il paraît clair qu’il a voulu exprimer qu’il était riche pour un curé. La barre ne se situe pas au même niveau pour un curé que pour un gentilhomme, un acquéreur d’office ou un négociant.

33Une autre nuance n’échappe pas au chanoine dans son évaluation des patrimoines qui l’entourent : c’est la distinction entre l’argent réellement disponible et l’argent à venir. Le meilleur exemple est énoncé après la mort de la jeune marquise de Broc : « Mr son père vit, ainsi que Mme sa mère ; elle auroit été très riche. Après leur mort, le fils en profitera ; elle avoit seize mille livres de rente en argent, bien payée tous les ans » (1786). Ses 16 000 livres sont ce dont elle disposait réellement : des rentes solides, régulièrement payées, qui la mettaient à coup sûr au rang des riches, si l’on compare avec les cas précédents. Mais c’est après la mort de ses parents seulement qu’elle aurait été très riche… Quant à son fils, qui récupère à la fois les réalités et les espérances maternelles, sans parler de ce qui peut lui venir du côté paternel, il le sera plus encore.

34Les pages du chanoine pullulent de mentions d’espérances : « Il jouist actuellement de 15 000 livres de rente ; il en aura encore autant après la mort d’une grande mère et d’un oncle » (1782), « Il jouist, dit-on, de douze mille livres de rente, et après la mort d’une tante, il en aura beaucoup plus » (1783). Ces considérations s’accompagnent parfois de raisonnements que nous pourrions juger quelque peu scabreux aujourd’hui. Ainsi, le 26 juin 1774, à propos du mariage de Mr de Montesson âgé de 26 ans, lieutenant dans le Régiment du Roy, le chanoine explique : « Il est de bonne famille et des plus anciennes noblesses de la Province ; il est cadet, mais Mr son frère ainé est infirme et contrefait. Il a espérance de devenir l’ainé et alors il pourroit avoir de ses père et mère peut-estre vingt-cinq mille livres de rente. » Dans ce cas-ci, ce n’est pas seulement la mort des parents qui rendra riche ou très riche, mais aussi la mort du frère aîné handicapé.

Bénéfices, mariages et enterrements : les occasions de parler argent

35Il y a finalement trois moments majeurs où le diariste a le réflexe d’évoquer l’argent, la richesse, les arrangements financiers : deux sont liés à la vie des familles de la province (mariages, décès), et l’autre à la vie de l’institution ecclésiastique (résignations et collations de bénéfices, chapelles, cures, canonicats).

  • 18 Située sur la rive gauche du Loir, à 3 kilomètres au sud-est de Château-du-Loir, la paroisse de Ba (...)

36La valeur des diverses cures du diocèse est un sujet qui intéresse fort le chanoine manceau, et sur lequel il ne manque guère de rédiger quelques notes. Il se contente souvent d’un jugement : « C’est une très petite cure », « une bonne cure » ou bien une cure « qui est très bonne ». Sans davantage donner de chiffre, il rapporte que le fils de l’ancien notaire capitulaire a refusé de devenir curé de la minuscule paroisse de Banne, « proche le Château du Loir » : « Il a remercié parce qu’elle est trop modique » (20 juillet 1774)18. À 17 reprises durant les trente ans balayés, le diariste a précisé le revenu des cures qu’il évoquait, avec une intensité maximale durant les années 1770 (12 fois de 1770 à 1779). Ces 17 cas chiffrés s’échelonnent de 1 000 livres (« Semur, proche Connerré », en 1767) à 6 000 livres (Saint-Denis de Gastines, en 1761, « vaut au moins mille écus de revenus »). On devine que le chanoine raisonne par paliers (2 400 livres, qu’il exprime aussi par « 100 louis », écho sans doute de la réalité de l’usage, de même que l’était la formulation « mille écus »), et par approximations (« environ », « au moins », « peut valoir », « doit valoir »…). Ses chiffres sont donc à prendre avec précautions.

Fig. n° 4 – Répartition selon leur niveau approximatif de revenus des cures évoquées dans le journal de René-Pierre Nepveu de La Manouillère entre 1759 et 1789 (total : 17).

37Certains commentaires ne laissent aucun doute sur les critères qui font qu’une cure est jugée bonne par les contemporains. Ainsi, à propos de celle de Thorigné en 1778 : « C’est une des plus belles Cures du Haut-Maine ; elle vaut environ cinq à six mille livres de revenu, bien logé et un beau jardin. »

38Jamais La Manouillère ne parle de richesse à l’occasion des naissances. Lorsqu’il évoque la venue au monde d’un enfant, ce sont deux autres éléments qui lui viennent à l’esprit. Il note si l’accouchement s’est bien (« Mme de Bellefille est accouchée bien heureusement d’une fille ») ou mal passé (« elle a été trois jours dans les douleurs »), puis il précise les noms et qualités de ceux qui ont nommé l’enfant, le parrain et la marraine. Mais on ne croise pas de « il sera riche » péremptoire à propos d’un nouveau-né. Probablement parce que la mortalité infantile est encore trop présente et qu’il convient de ne pas tirer des plans sur la comète.

39En revanche, et assez logiquement, les décès ouvrent aisément la voie à des commentaires d’ordre pécuniaire. Cela peut être bref, juste un rappel de ce qu’était le niveau de richesse du défunt : « Il a été enterré au grand Cimetière, sans aucune cérémonie parce qu’il n’est pas mort riche » (1771), ou à l’inverse « il est mort bien riche, et avec deux Abbayes » (13 avril 1771, à propos d’un chanoine honoraire nonagénaire). Cela peut être davantage étayé, et les chiffres ne manquent guère de fleurir alors, où l’on retrouve tout l’éventail social déjà croisé : ainsi, à deux mois d’intervalle, l’héritage d’un maître de forge est-il évalué par le chanoine à 18 000 livres par an, et celui d’un épicier à 2 000 (janvier et mars 1776), puis l’année suivante celui d’un chanoine de la collégiale voisine à 12 000 livres (avril 1777), ces sommes étant toutes des rentes annuelles.

  • 19 Par cette clause, madame de La Moustière, épouse d’un anobli récent, s’affranchit du partage noble (...)

40Le contenu des testaments et le niveau des successions sont des préoccupations régulières, abordées plus de cinquante fois durant les trente ans étudiés. Toutefois, les débuts du journal se contentent de mentionner la présence ou l’absence de testament (19 occurrences de 1759 à 1769), et éventuellement ses clauses essentielles, avant tout lues sous l’angle liturgique. Tandis qu’ensuite l’information du chanoine s’élargit à la présentation des héritiers et des héritages. On passe de « il avoit fait un testament par lequel il demandoit à estre inhumé dans l’église… » (1761) à « elle a fait un testament pour rendre sa succession égasle à ses enfans » (1785)19, « elle a fait un testament considérable » (1787) ou, prosaïque et précis, « il luy a donné, par testament, seulement la somme de 300 livres de rente viagère remboursable à la volonté des héritiers pour 5 000 livres » (1788).

  • 20 Voir le texte intégral de cette entrée en annexe.
  • 21 Le déséquilibre des âges est presque toujours au bénéfice de l’homme. Un exemple parmi d’autres : (...)
  • 22 Sylvie Granger, Musiciens dans la ville, 1600-1850, Belin, 2002, 320 pages, p. 34.

41Lorsqu’il évoque les mariages, le chanoine a le souci de mesurer si les deux époux seront bien assortis : « Ce mariage a fait plaisir à tout le monde, par la convenance » (1786)20. Les critères de convenance sont principalement la fortune et secondairement l’âge : « Ils sont tous deux riches. Le marié peut avoir environ trente ans et la demoiselle peut avoir vingt ans » (1771). Quand la convenance n’y est pas, on devine le jugement critique qui se colporte dans la société mancelle : « Tout le monde a été surpris de ce mariage » (1772) ou « tout le monde trouve ce mariage-là singulier car Mr Rey est riche » (1774). L’inadéquation des âges étant fréquente21, la critique de l’anonyme « tout le monde » porte essentiellement sur l’inadéquation des fortunes : « Elle sera riche et auroit pu faire un meilleur mariage… » (1775). Les noces qui dûrent faire le plus jaser sont en 1780 celles de Mr de Saint-Mars, frère de la marquise de Fondville, reine de la société mancelle22 : il « a épousé une fille qu’il avoit chés luy, depuis plusieurs années. Il l’avoit amenée de sa terre de Tremblevif en Sologne, où elle gardoit les moutons ».

  • 23 Sur la place grandissante reconnue à l’amour au cours du XVIIIe siècle : Anne Fillon, Les Trois ba (...)

42La plume du chanoine révèle parfois des corrélations qui expliquent, voire justifient, une marge de tolérance envers les mariages mal assortis. Il en est deux principales, en quelque sorte complémentaires. D’une part une relation entre beauté (féminine exclusivement) et pauvreté, la première compensant la seconde, dans un équilibre somme toute fort moral : « Elle est jeune et jolie, mais peu de fortune » (1777), « demoiselle sans fortune, mais tout à fait aimable en tout point » (1776). Et à l’inverse une liaison entre laideur (féminine, toujours…) et richesse : « Il n’est pas riche ; pour elle, elle le sera beaucoup […]. Elle n’est pas jolye » (1782), ou, pire : « Comme elle est horriblement laide, elle doit payer bien cher pour s’attacher quelqu’un » (1776). Lorsque la mariée n’a ni beauté ni fortune, comme dans l’histoire de ce vicomte à 12 000 livres de rente épousant une demoiselle qui n’en a que 3 000 et qui de surcroît « n’est pas jolie », alors le chanoine ne comprend pas : « Ce mariage a paru surprenant » (1783). De même, l’égarement de Mr de Saint-Mars envers sa servante de ferme s’accompagnait de circonstances manifestement aggravantes aux yeux de La Manouillère : « Cette fille peut avoir environ 30 ans ; elle n’est point jolie et n’a point d’esprit. » Heureusement le diariste acide se laisse aller parfois à reconnaître que l’amour existe : « Le 28 novembre 1780, Melle Dagues a épousé Mr Raison fils ainé qui […] n’est pas riche […]. C’est un mariage d’inclination23. »

43Le journal de La Manouillère permet de comparer au passage les apports au mariage dans les différents milieux avec lesquels il est en contact. À commencer par celui du domestique du chanoine lui-même, François Hemery, dit La Roze, dont le solide pécule se monte à 2 000 livres. Il est vrai qu’il a déjà 46 ans, et « qu’il a gagné dans son commerce de graine de tresfle et de bled et de tout ce qu’il peut acheter ». Sa future, cuisinière chez un curé de la ville, apporte 400 livres (août 1784).

44Quel que soit leur niveau, les autres contrats évoqués se différencient de celui du domestique sur un point important : au lieu de sommes brutes, les apports prennent la forme de rentes, en principe plus durables que le pécule de La Roze. Parmi les plus faibles mentionnées, les 1 000 livres de rente données à sa fille par un Maître particulier des Eaux & Forêts, dont le chanoine explique : « Il a beaucoup d’enfans… » (1777). On devine à plusieurs reprises sous sa plume cette nuance dépréciative envers les familles trop chargées d’enfants, et à l’inverse le ton assuré lorsqu’il y en a peu (« Mr de Montulé est fils unique ; il sera riche » [1789], ou « elle aura bien quatre vingt mille livres, elle est fille unique » [1775]). Une dot de 2 000 à 2 500 livres de rente semble la norme dans le monde négociant : quand la dernière des demoiselles de La Moustière (dont la famille est dans le négoce de l’étamine) se marie, le diariste note : « Elle aura en mariage 2 000 livres de rente comme les autres » (1787) ; dix ans auparavant, un ancien militaire issu de la bourgeoisie mancelle apporte en mariage 2 500 livres de rente, tandis que sa femme, « fille d’un riche Négotiant de Laval » en apporte 2 000 (1777).

45Bien sûr, le chanoine mentionne à l’occasion des dots bien supérieures. Ainsi en va-t-il de mademoiselle de Beauregard dont les parents ont leur bien dans les îles : « On luy donne en mariage seize mille livres de rente » (1778). Et en 1774, lorsque Mr de Montesson, « de bonne famille et des plus anciennes noblesses de la Province » épouse mademoiselle Cureau, fille d’un des principaux négociants en étamine du Mans, « on donne à la demoiselle quatre vingt mille livres en mariage ». C’est le chiffre le plus élevé rencontré pour une dot sous la plume de La Manouillère. On peut penser qu’il correspond à un mécanisme classique de compensation noblesse/argent. Mais le chanoine se garde de commenter…

  • 24 Voir en annexe le texte titré « un mariage très convenable ».

46Pour les apports au mariage comme pour les successions, de même que pour les séparations dont il n’a pas été ici traité, on est frappé par la connaissance qu’a le diariste de la hauteur des sommes en jeu, ainsi que des particularités des arrangements, des transactions, des partages24 … Il faut se souvenir que les contrats de mariage sont des moments forts de la sociabilité des élites urbaines, des rendez-vous mondains auxquels assiste un cercle d’invités qui va bien au-delà de la parentèle proche, ce qui donne de fait une publicité assez large aux conventions adoptées. Au sein des élites de la ville et même de la province, l’architecture des fortunes est pour l’essentiel connue, surtout quand elle repose sur la terre dont les revenus sont estimables de l’extérieur. Les bénéfices commerciaux sont plus fluctuants et plus difficiles à évaluer ; pourtant, au fil des années, on voit les négociants de plus en plus présents dans le journal de La Manouillère. Tout se passe comme s’il y avait vraiment un basculement à partir du milieu des années 1770. Le chanoine est alors dans sa quarantaine, actif, sociable et optimiste, c’est une période qui s’affiche dynamique et heureuse, pour lui comme pour la société des Lumières. Son excellente intégration dans les milieux aisés du Mans, sa curiosité et son entregent lui permettent d’amasser des données de toutes sortes. La formulation de ses notes révèle l’origine orale de ce qu’il rapporte : à propos d’un négociant de la place des Halles « on dit que Mr Duhail donne à chacune de ses filles 10 000 livres » (1775), ou à propos d’un chanoine de la collégiale Saint-Pierre « on assure qu’il jouissoit d’environ douse mille livres de rente » (1777). On dit, on assure… tout indique l’intense circulation orale de ces informations dans la bonne société mancelle : on peut penser que tout ce qui se retrouve dans le journal du chanoine avait d’abord été amplement commenté, répété (et déformé ?) dans les salons et les cercles, dans les sacristies et jusque dans les stalles du chœur… Inversement, on perçoit bien son regret quand il ne sait pas : après la mort du négociant en cire Leprince en septembre 1781, il est obligé d’écrire « on ignore comment sont les affaires de la maison ». Ou quand un Manceau délocalise ses noces trop loin, tel ce capitaine d’artillerie en garnison à Oléron qui épouse la fille d’un baron de l’île : « On ne sait pas au Mans sa fortune » (1783).

*

  • 25 Esnault écrit dans sa préface (op. cit., page xi) : « René-Pierre Nepveu avait reçu de la nature u (...)

47Arrivant au terme de cette exploration, je sais maintenant que les échantillons relevés au cours de cet article ou livrés in-extenso en annexe sont représentatifs de l’esprit du chanoine en ce qui concerne son rapport à l’argent et sa perception de la richesse. Parfois mesquin, parfois délicatement perfide, voire carrément mauvaise langue – malgré les affirmations de l’abbé Esnault qui le voulait « exempt de passion et d’aigreur25 » – Nepveu de La Manouillère s’intéresse incontestablement aux questions d’argent et fait de la richesse un curseur majeur, quoique non unique, pour situer les individus sur son échelle de l’estime.

48De la société dans laquelle il évolue, il ne perçoit certes que la frange aisée, mais cette minorité il sait la sentir avec finesse, il en saisit les nuances et les clivages, il ressent le jeu subtil du nom et des écus… Sans méthode ni rigueur, mais avec une belle constance, il note à la volée mille détails, aujourd’hui introuvables ailleurs. Sa position n’est pas celle d’un observateur extérieur, mais celle d’un acteur impliqué au cœur du groupe social dont il donne l’écho à longueur de pages. De ce fait, il manque au chanoine la distance nécessaire pour analyser et déchiffrer ce qu’il sent et rapporte. Du moins fournit-il un très riche matériau brut qu’il appartient à l’historien de décoder.

Annexes

ANNEXE. Morceaux choisis : quelques extraits du journal de René-Pierre Nepveu de La Manouillère au sujet de l’argent…

N.B. : les titres sans guillemets sont de l’auteure du présent article et non du chanoine.

« Il avoit fait un testament »

Le 16 avril 1768, Mr Joseph Gilles Nepveu Curé de Savigné mon oncle, est mort âgé de 82 ans. Il avoit fait un testament par lequel il me donnoit cinq cent livres de rente viagère, douse couverts d’argent, sept grandes cuillères, deux jattes, deux sucriers et neuf plats octogones et sa bibliothèque. Outre celà, je suis revenu à partage qui, à la vérité, n’a pas été considérable.

« Gagné beaucoup au commerce d’étamines »

Le 18 janvier 1775, Mme Marie Bodier, épouse de Mr Cureau, ancien Echevin en titre, de l’Hotel de Ville, âgée de 78 ans [est morte]. Son mary, qui ne pouvoit vivre avec sa femme, demeure à Lion, où sa femme luy faisoit douse mille livres de rente. Elle laisse quatre enfans, savoir : Mr Cureau, négotiant au Mans et secretaire du Roy, qui est riche et n’a que trois enfans ; encor un autre fils qui n’est point marié et fait du commerce à Cadix où il demeure ; deux filles dont une a épousé Mr Pinceloup de la Moustière ; qui ont six enfans, deux demoiselles sont mariées, il reste 2 garçons et deux demoiselles ; ils sont aussi négotiants et ont achetté une charge de secretaire. Elle avoit encor une Demoiselle qui an secondes nopces, a épousé Mr le baron de Goulet Maréchal de camps, qui a plusieurs pensions pour ses services ; ils ont un garçon qui est dejà bien avancé. Tous les enfans de Mme Cureau sont tous riches et c’est cette Dame qui a fait travailler beaucoup pendant sa vie et a gagné beaucoup au commerce d’étamines. La belle maison qui est proche de la ruelle des Falottiers est à elle.

Du peu de rapport des charges politiques en comparaison du commerce…

Le 16 octobre 1780, Mr Du Verger est mort agé de 85 ans ; […] Il reste Mlle de la Grassinnière agée de 37 ans au moins ; elle n’aura pas beaucoup de fortune. Mr du Verger n’ayant que sa maison qui est au carrefour de la sirène et l’endroit de la Croix. C’est une perte : c’étoit un homme de mérite qui s’est sacrifié pour le public ; il a été longtemps à l’Hotel de Ville. Il étoit secrétaire perpétuel du bureau d’Agriculture. Il avoit été Négociant pour les étamines, mais il avoit abandonné ce commerce.

La maîtresse de forges et son carrosse

Le 22 juin 1784 Mr Le Romain fils, a épousé la fille de Mr Pinchenat ; Mr Le Romain fait le commerce de cire et Mr Pinchinat père fait commerce d’épicerie en gros. La mère de Mr Le Romain, qui vit encore, avoit mal fait ses affaires ; elle a avec elle une demoiselle qui est très-jolie. Je crois que tout le monde vit ensemble avec le commerce de cire. Mr Pinchinat avoit une demoiselle qui avoit épousé Mr Paton qui avoit deux forges dans le Bas-Maine ; son mary est mort tout jeune. Elle a épousé Mr Lecomte dont elle n’a pas eu de fortune, mais elle gagne beaucoup, mais beaucoup dans ses forges. Elle passe les hivers au Mans et a un carrosse, voit les personnes de la première qualité pendant que ses parents ne sont pas riches. Elle n’a pas d’enfans.

Mon teinturier est riche

Le 18 juin 1781, Melle Drugeon, agée d’environ 17 ans a épousé Mr … qui est secrétaire de l’Intendance a Allençon ; on dit que sa place vaut environ 15 000 livres de rente. Le père de Melle Drugeon est riche ; il est teinturier et demeure au bout du pont de saint Jean dans une belle maison.

Un mariage très convenable

Le 13 février 1786, Mr Lambert fils, avocat au Mans, demeurant au Mans chés Mr son père, Rue des Chapelains, a épousé Melle de la Fuye, âgée de 25 ans, dont on dit beaucoup de bien. Mr de la Fuye le père, étoit lieutenant particulier aux Eaux et Forests de la Maîtrise du Mans, et Mme de la Fuye est sœur de Mr Fay le Receveur des Décimes, et de Mr l’abbé Fay le Chanoine, qui avoit été Grand vicaire. Cette demoiselle sera très-riche ; elle a un frère, très bossu, qui probablement ne se mariera pas. Melle de la Fuye avoit été sur le point d’épouser Mr Livré l’appoticaire ; ce mariage n’étant pas du goust de Mrs Fay, leurs oncles, pour engager le père à rompre ce mariage, ils s’obligèrent à donner 800 livres de rente, savoir Mr Fay, le Receveur des Décimes 600 livres et Mr Fay, le Chanoine, 200 livres. Ce mariage a fait plaisir à tout le monde, par la convenance : Mr Lambert a un cabinet qui luy produit beaucoup. Ils demeureront ensemble chès le père Lambert et les jeunes gens tiendront le ménage ; Melles Lambert, sœurs du marié, seront aussi en pension.

Triomphe de l’amour…

La nuit du 21 au 22 may 1787, Mr Blin des Roches, Conseiller au Présidial de cette Ville, âgé d’environ 38 ans, a épousé Melle de Blanchardon l’ainée, fille de Mr de Blanchardon, maître particulier des Eaux et Forests de cette ville. Il y avoit longtemps qu’ils s’aimoient ; Mr de Blanchardon, pour raison d’humeur et d’intérest, ne vouloit pas y consentir ; c’est la grande mère qui l’a fait finir. Elle sera riche ; elle est l’ainée de trois demoiselles ; elle a 22 ans. Mr des Roches a environ 3 000 livres de rente et sa charge ; son bien est à Vallon. Il a un frère qui l’ainé, Procureur du Roy et point marié.

Notes

1 Nepveu de La Manouillère baptise ses notes articles. J’emploierai plutôt le mot entrées, généralement utilisé par les travaux sur les écrits du for privé (Catherine Bogaert et Philippe Lejeune, Un Journal à soi, Histoire d’une pratique, Paris, Textuel, 2003, 215 pages ; Jean-Pierre Bardet et François-Joseph Ruggiu (dir.), Au plus près du secret des cœurs. Nouvelles lectures historiques des écrits du for privé en Europe du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, PUPS, 2005, 262 pages).

2 On retrouvera ce découpage en tranches quinquennales plusieurs fois dans les pages qui suivent. La première tranche, de février 1759 à 1764, couvre en réalité près de six années, mais on a déjà souligné que 1759, première année du journal, ne comportait que neuf entrées, ce qui ne déséquilibre donc guère les comparaisons.

3 Gustave Esnault, Mémoires de René-Pierre Nepveu de La Manouillère, chanoine de l’Église du Mans [1759-1807], Le Mans, Pellechat, 1877-1878, 2 vol., 378 et 436 pages (+ un volume d’index).

4 Benoît Hubert et Martine Taroni ont tous deux consacré leur thèse à un document du for privé : Benoît Hubert, Jean-Baptiste-Henri-Michel Leprince d’Ardenay, Mémoires d’un notable manceau au siècle des Lumières, Rennes, PUR, 2007, 293 pages ; Martine Taroni, François-Yves Besnard, (1752-1842) Un prêtre en révolution, souvenirs d’un nonagénaire, Rennes, PUR, 2011, 399 pages. La saisie du journal de La Manouillère a été effectuée par Mathilde Chollet, agrégée d’histoire, actuellement doctorante à l’Université du Maine. Les citations respectent rigoureusement l’orthographe de la source. Les incohérences (par exemple dans la manière de libeller les nombres, tantôt en chiffres, tantôt en lettres) sont donc imputables au digne chanoine et non à l’auteure du présent article. On trouvera en annexe quelques extraits choisis en lien avec le thème de l’argent.

5 Lorsqu’il parle d’argent, le diariste canonial évoque d’ailleurs beaucoup plus souvent des revenus que des dépenses. Lorsque des dépenses sont évoquées, elles sont rarement chiffrées. Ainsi dans la perfidie suivante, bien représentative de la langue du chanoine : « Elle est très riche ; aussi dépense-t-elle beaucoup » (6 décembre 1788, à propos de Mme de Médavy). Mais combien font « très riche » et « beaucoup » ?

6 Sylvie Mouysset, Papiers de famille, Introduction à l’étude des livres de raison (France, XVe-XIXe siècles), Rennes, PUR, 2007, 347 pages.

7 27 janvier 1771, à propos du directeur du grenier à sel.

8 2 mars 1780, à propos du sieur Besnard, dit La Jeunesse, domestique de la famille Nepveu.

9 N’a bien sûr été retenue dans ce calcul que l’acception liée à l’idée de prix à payer, et non celle de récompense ou de trophée comme dans « je suis allé à Ponlevoie pour voir mon neveu qui est a l’École militaire depuis le 28 avril dernier. Il y fait très bien et il a deux prix dans sa classe » (1780).

10 Précisons que ces 39 occurrences du mot pauvre n’englobent pas le nom de la rue Saint-Julien-le-Pauvre, assez souvent mentionnée car située sur l’itinéraire des processions : « On est revenu par la Rue de St Julien le Pauvre, la rue de Quatre-Roues et la Grande Rue » (18 mai 1785, « Procession généralle pour demander de la pluye »).

11 À titre d’exemple, n’ont pas été prises en compte les tournures comme « un bel ornement rouge complet ; il est de velours cramoisy avec des orfrais d’étoffe d’or et des fleurs d’argent » (1771).

12 6 décembre 1788, à propos de deux vieilles demoiselles nobles décédées la même semaine au Mans.

13 L’abbé Esnault avait cru bon de couper la dernière phrase… qui gâchait l’effet des 5 500 messes léguées par Mme de La Fosse ! Née Françoise-Marguerite Rolle, elle était « venue de Cayenne », et c’est sans doute de Guyane aussi qu’elle avait ramené son domestique. Ce « nègre qui étoit son cuisinier » a pris place dans le premier tome du Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne dirigé par Érick Noël, professeur à l’Université des Antilles-Guyane, Genève, Droz, 2011, p. 356.

14 1784, à propos de l’épouse d’un nouveau receveur des consignations fraîchement arrivé de Paris.

15 L’expression « ces cantons-là » désigne la région de Montrichard.

16 D’autres traces de cette réprobation envers la fortune acquise par certaines voies parsèment le journal. Voici un exemple de formule assassine utilisée par le chanoine : « En faisant les affaires des autres, il n’a pas négligé les siennes » (14 septembre 1788, à propos de Mr Prudhomme de La Boussinière, père du futur évêque constitutionnel du Mans, que La Manouillère n’aime pas, et ce bien avant la Révolution).

17 Le domaine acheté par Mr de Beauvais est celui du Gros Chesnay à Fillé-sur-Sarthe, au sud du Mans.

18 Située sur la rive gauche du Loir, à 3 kilomètres au sud-est de Château-du-Loir, la paroisse de Bannes comptait sur son territoire une abbaye cistercienne féminine, Notre-Dame de Bonlieu en Bercé, qui quoique modeste s’est maintenue jusqu’à l’automne 1792. En 1807, Bannes et ses 388 habitants ont été intégrés à la commune de Dissay-sous-Courcillon (Sarthe).

19 Par cette clause, madame de La Moustière, épouse d’un anobli récent, s’affranchit du partage noble pour conserver le partage strictement égalitaire caractéristique de la coutume du Maine, la plus égalitaire du royaume avec celle de l’Anjou.

20 Voir le texte intégral de cette entrée en annexe.

21 Le déséquilibre des âges est presque toujours au bénéfice de l’homme. Un exemple parmi d’autres : « Le 2 avril 1777, Melle Garnier a épousé Mr Duplessis, Maistre de forges […]. Melle Garnier est âgée de 16 ans et Mr du Plessis en a 36. »

22 Sylvie Granger, Musiciens dans la ville, 1600-1850, Belin, 2002, 320 pages, p. 34.

23 Sur la place grandissante reconnue à l’amour au cours du XVIIIe siècle : Anne Fillon, Les Trois bagues aux doigts ; Amours villageoises au XVIIIe siècle, Robert-Laffont, 1989, 527 pages.

24 Voir en annexe le texte titré « un mariage très convenable ».

25 Esnault écrit dans sa préface (op. cit., page xi) : « René-Pierre Nepveu avait reçu de la nature un caractère pacifique, exempt de passion et d’aigreur, et c’est ainsi que la lecture de ses Mémoires le fera connaître à tous. Très rarement il émet un jugement sévère ou même défavorable, et c’est seulement au milieu des scènes barbares et cruelles de la Révolution qu’il lui échappe quelque expression vive ». Esnault avait bien su orienter le jugement du lecteur, en coupant justement ce qui était « expression vive » ou « aigreur » et qui pourtant parsème le journal aussi avant la Révolution !

Table des illustrations

Légende Fig. n° 2 – Proportion d’entrées comportant un thème lié à l’argent dans les trente premières années du journal de René-Pierre Nepveu de La Manouillère.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/123903/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. n° 3 – Nombre d’occurrences du mot riche par tranche quinquennale dans le journal de René-Pierre Nepveu de La Manouillère entre 1770 et 1789.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/123903/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende Fig. n° 4 – Répartition selon leur niveau approximatif de revenus des cures évoquées dans le journal de René-Pierre Nepveu de La Manouillère entre 1759 et 1789 (total : 17).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/123903/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 53k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540