Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fortunes urbaines

 | 
Laurent Bourquin
, 
Philippe Hamon

Troisième partie. Le clergé et les biens de ce monde

« La meilleure vie du monde ? » Entre discrétion et ostentation : les chanoines des cathédrales bretonnes et la richesse au XVIIIe siècle

Olivier Charles

Texte intégral

  • 1 B. Bennassar, L’homme espagnol : attitudes et mentalités du XVIe au XIXe siècle, Paris, Complexe, (...)
  • 2 P. Goujard, L’Europe catholique au XVIIIe siècle. Entre intégrisme et laïcisation, Rennes, PUR, 20 (...)
  • 3 D. Roche, Histoire des choses banales. Naissance de la consommation (XVIIe-XIXe s.), Paris, Fayard (...)

1« La meilleure vie du monde. » C’est ainsi qu’un ambassadeur vénitien du XVIe siècle qualifie l’existence des chanoines de la cathédrale de Tolède, que de très importants revenus autorisent à vivre dans une solide aisance1. Il ne s’agit évidemment pas ici d’assimiler les chapitres bretons à la mieux dotée des cathédrales ibériques. Cependant, à une époque qui voit le rôle, l’image, la rémunération même du prêtre évoluer2, se développer la consommation, s’amplifier le débat sur le luxe3, la question du rapport du clergé séculier à l’argent et à son utilisation n’est pas dénuée d’intérêt, surtout dans le cadre urbain tenu en forte suspicion par l’Église.

  • 4 A. Croix, « Le clergé paroissial, médiateur du changement domestique ? Quelques remarques méthodol (...)
  • 5 M. Venard (dir.), Histoire du christianisme des origines à nos jours, t. IX, L’âge de raison (1620 (...)
  • 6 C. Berthelot du Chesnay, « Le clergé diocésain français au XVIIIe s. et les registres d’insinuatio (...)

2Dans ce domaine, on peut considérer la cause entendue, s’agissant des recteurs ruraux auxquels des revenus et des modes de vie différents de ceux de leurs paroissiens confèrent le statut de notables même si, du fait d’une réelle disparité des situations, certains sont tributaires des hausses successives de la portion congrue4. À l’autre extrémité du spectre, on ne se pose guère la question au sujet des évêques – grands aristocrates le plus souvent – tant on considère qu’ils ont de par leurs fonctions un rang à tenir à la fois dans la sphère religieuse et dans la sphère politique5. En revanche, la situation est moins claire pour ces représentants d’un moyen clergé tel que l’avait défini Berthelot du Chesnay que sont les chanoines6. Ce constat vaut aussi pour les recteurs urbains, notamment ceux des cités épiscopales qui eux aussi vivent dans une société urbaine diversifiée, hétérogène, dans laquelle il faut s’affirmer face aux autres ecclésiastiques, face aux laïcs.

3Le corpus des chanoines des cathédrales bretonnes fournit à cet égard un cas d’espèce intéressant. Ce sont en effet incontestablement de bons représentants des élites cléricales et sociales par leur position dans la société d’ordres. Chargés par définition du salut de leurs contemporains – quoique titulaires de bénéfices sans charge d’âmes –, ils doivent de surcroît assurer un culte permanent dans l’église-mère du diocèse et assurer la continuité d’une institution face à des évêques de passage. Prêtres gradués ayant le plus souvent suivi des études parisiennes, leur formation les singularise également. Issus pour la plupart de la noblesse, ils sont liés aux familles de notables provinciales ou locales. Beaucoup sont en effet des représentants des familles du Parlement, des présidiaux, de la chambre des comptes, des corps de ville, de la marchandise et se distinguent donc du commun par leurs origines sociales. Il s’agit donc d’un groupe armé d’une richesse patrimoniale, culturelle et symbolique qui doit satisfaire des besoins, des habitudes liées à ses origines et à sa formation, à la place qu’il se doit d’occuper.

4Il convient donc ici de se demander de quels revenus disposent les chanoines, c’est-à-dire, en d’autres termes, d’où provient leur argent. Se posera ensuite la question de l’utilisation de cet argent : existe-il une manière licite de dépenser son argent lorsque l’on est un ecclésiastique ? Enfin, il sera temps de voir les chanoines à l’œuvre ; des serviteurs de Dieu, certes, mais aussi des hommes qui peuvent aimer le bon, le beau, le confortable.

Un chanoine gagne-t-il beaucoup d’argent ?

  • 7 Voir les toujours stimulantes pistes proposées par J. Meuvret, « La situation matérielle des membr (...)
  • 8 B. Hours, L’Église et la vie religieuse dans la France moderne (XVIe-XVIIIe siècle), Paris, PUF, 2 (...)

5Envisager ce problème revient en réalité à aborder la délicate question des revenus encore mal connus des chanoines en particulier, du clergé séculier en général. L’entreprise expose en effet à deux écueils : la difficile mesure de la fortune totale d’un individu7 et la méconnaissance des biens personnels des clercs8. En réalité, à la provocation de la question initiale correspond une réponse triplement nuancée. Mais, au préalable, il ne paraît pas inutile de rappeler le cadre général de la rétribution des chanoines. Ces derniers sont titulaires d’un bénéfice appelé le canonicat et, à ce titre, perçoivent une prébende assise sur les finances capitulaires. Cette prébende se décompose en deux grandes parties : le « gros » et les distributions. Le premier, identique pour tous les prébendés et versé à l’issue de l’année capitulaire, est le noyau de la prébende. Les secondes en constituent la partie variable et récompensent l’assiduité aux heures, aux messes, aux processions, aux chapitres.

  • 9 Il convient de rappeler ici une limite de la source utilisée. En 1790, les déclarations de revenus (...)

6Au-delà de ce principe, valable dans toutes les compagnies bretonnes – et du royaume – les situations varient. D’abord, en fonction des chapitres. En 1790, les chanoines de Nantes, les mieux dotés, estiment ainsi leurs prébendes à 2 200 livres par an alors que leurs confrères rennais affirment se contenter de 1 070 livres9. Loin derrière ceux d’Angers, Béziers, Bordeaux, Paris, Lyon ou Saint-Bertrand-de-Comminges, où les prébendes dépassent, parfois de beaucoup, 3 000 livres, le Nantais se rapproche des prébendés d’Agen, Aurillac, Metz, Périgueux ou Chartres. Ses collègues bretons font, quant à eux, souvent pâle figure à côté de tous ces chanoines bien dotés.

7Les registres de délibérations du chapitre de Rennes permettent de mesurer les parts respectives du gros et des distributions. Le gros – 400 livres – ne représente ainsi que 40 % de la prébende des chanoines les mieux payés. Ce poids énorme des distributions se retrouve à Vannes et Tréguier ainsi qu’à Quimper pour de nombreuses prébendes. En revanche, ailleurs, le gros porte bien son nom puisqu’il constitue au moins les trois-quarts de la valeur des prébendes.

  • 10 900 livres à Dol, 1 000 à 1 200 à Saint-Malo, 800 à 900 à Saint-Brieuc, 600 à 800 à Tréguier, près (...)
  • 11 En 1741, il vaut 100 livres. À partir de 1746, la mense – ici le comptable du chapitre – « ayant a (...)
  • 12 O. Charles, Chanoines de Bretagne. Carrières et cultures d’une élite cléricale au siècle des Lumiè (...)

8Le montant de la prébende n’est cependant pas fixé une fois pour toute, puisque Colbert de Croissy révèle des montants inférieurs dans les chapitres des villes qu’il inspecte en 166510. Les prébendes peuvent en effet être affectées par des variations à court ou à long terme. Lorsque les comptes capitulaires sont excédentaires, les chanoines n’hésitent pas à se prononcer pour une augmentation de la valeur du gros, comme à Rennes où il passe progressivement de 93 livres au début du siècle à 400 livres en 178611. Cette progression apparaît comme une évolution de longue durée qui n’est pas sans rappeler la hausse de la portion congrue des recteurs. Dans le chapitre, comme dans les paroisses, il faut en effet faire face à la hausse du coût de la vie. Mais, il faut certainement aussi soutenir la comparaison avec les recteurs des paroisses de la ville. D’ailleurs, d’une manière générale, les sommes affectées par les compagnies aux distributions ont, elles aussi, tendance à augmenter12.

  • 13 Il est difficile de situer les prébendes bretonnes par rapport aux autres prébendes du royaume. L’ (...)
  • 14 À Quimper, la moyenne atteint 1 600 livres par an. Mais, chaque prébende étant ici attachée aux dî (...)

Tableau 1 – La valeur de la prébende dans plusieurs chapitres français à la veille de la Révolution13.
Note1414

  • 15 Les chanoines de Notre-Dame de Nantes reçoivent 657 livres par an à la fin de l’Ancien Régime, alo (...)
  • 16 Dans le diocèse de Nantes, on peut estimer que 137 des 242 cures ont, en 1789, un revenu brut supé (...)

9Cependant, ces prébendes doivent être situées sur une échelle des revenus provinciaux. Le niveau de revenu du chanoine témoigne en effet de son inscription dans la société de sa ville, de la manière dont il s’y fond ou s’y distingue. Si l’on comprend que les chanoines des collégiales de Nantes et de Saint-Brieuc regardent avec envie les prébendes des cathédrales15, on peut douter que les recteurs des paroisses urbaines ou des bonnes cures soient tentés par ces bénéfices souvent moins ou à peine plus lucratifs : les mieux dotées des prébendes bretonnes ne représentent que trois fois la portion congrue, portée à 700 livres pour un recteur en 1786, quand les moins profitables – à Quimper, Rennes, et certainement Tréguier – la dépassent de peu16.

  • 17 J. Meyer (dir.), Histoire de Rennes…, p. 251.
  • 18 F. Saulnier, Le Parlement de Bretagne, 1554-1790. Répertoire alphabétique et biographique de tous (...)
  • 19 A. Lespagnol, Messieurs de Saint-Malo. Une élite négociante au temps de Louis XIV, Rennes, PUR, 19 (...)
  • 20 A. Lespagnol (dir.), Histoire de Saint-Malo et du pays malouin, Toulouse, Privat, 1984, p. 144.

10Bénéfice modeste, la prébende bretonne ne permet pas de surcroît de rivaliser avec certains représentants de l’élite locale. Quelques comparaisons, aux limites évidentes, permettent de nourrir ce constat. Puisant dans des milieux différents, elles s’appuient sur des connaissances déséquilibrées selon les cas et ne concernent parfois qu’une fraction des revenus réels. Alors que le chanoine rennais de 1790 gagne au mieux un peu plus de 1 000 livres, un avocat débutant du Parlement qui plaide environ cinquante fois dans l’année gagne plus de 2 000 livres17 ; un conseiller au Parlement peut en espérer 1 200 et un président à mortier 3 000, sans les émoluments ni les pensions18. De même, à Saint-Malo, que pèse une prébende de la cathédrale face aux fortunes des grands négociants de la place19 ? Et finalement, un capitaine qui part à la pêche à la morue, avec son pot-de-vin de 500 à 600 livres et sa part sur les prises, fait bonne figure derrière le chanoine20.

  • 21 Cela concerne 177 des 218 dignitaires bretons du XVIIIe siècle.

11Enfin, une dernière donnée interdit de considérer le monde capitulaire comme un ensemble homogène. Les situations varient en effet en fonction des individus. Dans chaque chapitre, quelques-uns ajoutent à leur prébende les rétributions, variables selon les lieux, d’une dignité21. Ainsi, à Dol, le chantre peut compter sur 2 715 livres quand le scolastique ne dispose que de 240 livres. À Saint-Malo, l’archidiacre de Porhoët, qui ne touche presque rien, fait pâle figure face au doyen et à ses 4 108 livres. Cependant, le plus souvent un dignitaire reçoit au titre de sa dignité des sommes qui lui permettent de bien arrondir les revenus de sa prébende. Ainsi, à la fin de l’Ancien Régime, alors que la chantrerie rennaise procure près de 2000 livres à Loaisel de La Villedeneu, son canonicat ne lui en rapporte que 634.

12De plus, les chanoines peuvent légitimement cumuler leur prébende avec d’autres bénéfices sans charge d’âmes. En 1790, il ne paraît pas déraisonnable d’avancer que près de la moitié des chanoines bretons sont dans ce cas.

Dol

Rennes

Quimper

Saint-Pol-de-L.

Nombre de déclarations

17

19

12

16

Avec mentions de bénéfices

9

12

5

10

– dont abbayes

1

4

1

1

– dont prieurés

5

3

1

2

– dont chapellenies 10 5 3 16

– dont pensions sur des bénéfices

2 (abbayes)

3 (abbayes) 2 (évêchés)

1 (cure)

4 (abbayes)

Tableau 2 – Les bénéfices complémentaires des chanoines en 1790.

  • 22 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1 Q 816, arrêté du district de Dol, 1er mars 1791, fixation du trait (...)
  • 23 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1 Q 195, état du clergé de l’église de Dol avec l’état du revenu net (...)

13La diversité des situations fait que tous ne retirent pas les mêmes sommes de ce cumul. Dans tous les chapitres, une sorte d’aristocratie canoniale, peu nombreuse, réussit à doubler ou à tripler les revenus de la prébende. À Dol, par exemple, François de Hercé – titulaire de bénéfices très divers (une abbaye, une chapellenie et deux prieurés22) – ajoute près de 17 000 livres à sa prébende. À Quimper, Herculin de Langan complète quant à lui sa prébende avec les 7 000 livres de revenu d’une abbaye du Maine. À Rennes enfin, huit des douze chanoines qui ont déclaré leurs revenus en 1790 reçoivent plus d’argent de leurs bénéfices complémentaires que de leur prébende. À l’opposé, quelques-uns ne touchent que des sommes dérisoires : trois chanoines ne perçoivent qu’une vingtaine ou une trentaine de livres de leurs chapellenies et trois autres reçoivent moins de 200 livres. Les autres, près de la moitié, encaissent des compléments de revenus qui restent appréciables : 200 à 1 400 livres à Dol, 400 à 1 000 livres à Saint-Pol-de-Léon, 200 à 600 à Quimper, 200 à 700 livres à Rennes23.

  • 24 De l’ordre d’un quart à un tiers des chanoines. Les inventaires après décès mentionnent les papier (...)
  • 25 Respectivement : Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 1 Q 504, domaines nationaux, biens de deuxième orig (...)
  • 26 Arch. dép. du Finistère, 1 Q 3120 et 1 Q 3221.
  • 27 Arch. dép. de Loire-Atlantique, G 834, 838, 851 et 849.

14De nombreux chanoines complètent leurs revenus par les loyers de leurs propriétés immobilières24. Nous connaissons malheureusement rarement les revenus que procurent ces biens, pour l’essentiel ruraux. Les frères Le Mintier, chanoines de Rennes, afferment ainsi leur métairie de la Chesnay en Mégrit plus de 600 livres par an à la fin de l’Ancien Régime, quand leur prébende leur rapporte autour de 900 livres. Leur collègue Rommilley perçoit 1 600 livres pour trois fermes en Thourie et Mordelles, soit deux fois plus que sa prébende qui lui procure autour de 800 livres par an25. À la même époque, Limoges reçoit 400 livres pour la Barre-Limoges en Maure, 536 livres pour des métairies situées en Bruz, Chartres et Saint-Jacques-de-la-Lande près de Rennes, et 500 livres pour ses propriétés en Plouénan près de Saint-Pol-de-Léon : soit un revenu de plus de 1 400 livres, ce qui lui permet de gagner pratiquement l’équivalent d’une seconde prébende, évaluée à 1 983 livres. Son confrère Prigent ajoute prés de 400 livres à sa prébende grâce à la location de ses deux maisons26. À Nantes, Jouault loue ses deux maisons nantaises pour 275 livres par an et Sesmaisons, ses terres pour 700 livres par an au début des années 1730, alors que leurs prébendes sont évaluées autour de 600 livres. Binet de la Blottière, loue quant à lui sa métairie – à laquelle il faudrait ajouter les revenus de ses marais salants de Bourgneuf – pour près de 200 livres au milieu du siècle ; à la même époque, Le Febvre de Laubrière perçoit 430 livres au titre de sa maison angevine… et nous ne savons rien de ce que lui rapportent ses métairies. Rappelons que la prébende nantaise vaut alors un peu plus de 800 livres27.

  • 28 O. Charles, Chanoines de Bretagne…, p. 177.
  • 29 P. Jarnoux, Les bourgeois et la terre. Fortunes et stratégies foncières à Rennes au XVIIIe siècle,(...)
  • 30 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 588, inventaire après décès, 16 juillet 1751 ; P. Jarnoux, Les b (...)
  • 31 G. Aubert, Le président de Robien. Gentilhomme et savant dans la Bretagne des Lumière, Rennes, PUR (...)
  • 32 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 9972, inventaire après décès, 19 décembre 1719.
  • 33 G. Saupin, Nantes au XVIIe siècle. Vie politique et société urbaine, Rennes, PUR, 1996, p. 221.

15Ces quelques exemples montrent bien que la prébende peut n’être qu’un élément des revenus des chanoines. Il n’est donc pas aisé de répondre à la question initiale. Au-delà des différences entre chapitres et entre individus, il importe en effet de savoir si l’on se contente d’évoquer la valeur de la prébende ou si l’on tente d’identifier l’ensemble des sources de revenus des individus. Quant à l’évaluation de la richesse, en utilisant les indications fournies par les inventaires après décès, à défaut d’être incontestable, elle n’en permet pas moins de replacer les chanoines dans les tissus locaux. Sans surprise, ils relèvent des groupes dominants. Ainsi, que ce soit dans le diocèse de Saint-Pol-de-Léon ou dans celui de Rennes, leurs fortunes mobilières surclassent celles des prêtres diocésains28. Au-delà du clergé, les inventaires de chanoines rennais se rapprochent de ceux du gros des artisans, de certains marchands détaillants, des officiers subalternes pour les plus modestes, de ceux de certains nobles parlementaires, d’avocats ou d’hommes de loi pour les mieux dotés29. Ainsi, Pierre-Gilles Aulnette, avec des biens mobiliers évalués à 19 143 livres, fait bonne figure derrière les parlementaires Jean-Baptiste du Plessis de Grénédan, Huchet de La Bédoyère30 – 25 804 et 28 843 livres –, Le Gonidec ou Le Vicomte31 – 19 418 et 20 407 livres. À Nantes, un chanoine comme Jean Barrin de La Galissonnière, dont l’inventaire frôle les 10 000 livres en 171932, se place devant bien des avocats mais loin derrière le sénéchal président du présidial Louis Charrette33.

Comment dépenser son argent ?

  • 34 Les propositions avancées ici ont plus pour vocation d’ouvrir des champs de réflexion que de propo (...)
  • 35 F. Meyer, Un chanoine de Cavaillon au grand siècle. Le livre de raison de Jean-Gaspard de Grasse ( (...)
  • 36 Mémoires de René-Pierre Nepveu de La Manouillère, chanoine de l’Église du Mans (1759-1807), publiée (...)

16La question est simple et d’importance : existe-t-il une manière légitime de dépenser son argent pour un ecclésiastique qui n’est pas soumis au vœu de pauvreté34 ? On ne dispose malheureusement pas en Bretagne de témoignages, de réflexions privées de chanoines qui permettent de percevoir leur rapport à l’argent, à la richesse, à l’aisance. La province est en effet dépourvue de livres de raison ou de mémoires de chanoines comme les beaux textes du chanoine de Cavaillon Jean-Gaspard de Grasse35, ou du Manceau Nepveu de La Manouillère36.

  • 37 O. Charles, « Un précurseur ? Christophe-Michel Ruffelet (1725-1806), chanoine et historien à l’ép (...)

17En première analyse, le chanoine se trouve à la croisée de plusieurs influences. Celle de son milieu d’origine en premier lieu, qui prédispose à un mode de vie. Il faut ainsi avoir présent à l’esprit l’importance de l’érudition dans une branche de la famille du chanoine briochin Christophe-Michel Ruffelet pour comprendre, en partie, l’importance qu’il accorde à l’achat de livres et à la constitution de son immense bibliothèque37. L’influence du lieu est également importante : Rennes, et ses parlementaires, n’est pas Saint-Pol de Léon ou Dol. L’intensité de la vie sociale du prébendé ne doit pas non plus être négligée.

  • 38 « Ne vous amassez pas de trésors sur la terre, où les mites et les vers font tout disparaître, où (...)
  • 39 D. Julia, « L’éducation des ecclésiastiques en France aux XVIIe et XVIIIe siècles », Problèmes d’h (...)
  • 40 D. Roche, La France des Lumières, Paris, Fayard, 1993, p. 509.
  • 41 J. Quéniart, Les Hommes, l’Église et Dieu dans la France du XVIIIe siècle, Paris, Hachette, 1978, (...)

18On peut aussi s’attendre à ce qu’un ecclésiastique tienne compte du message du catholicisme sur la richesse et son usage. À dire vrai, les Écritures sont assez lapidaires sur le sujet38. Mais si la question de l’argent et de son usage n’est pas abordée de front au cours du passage au séminaire – les séminaristes de Saint-Sulpice ne doivent ainsi pas prendre de plaisir à s’entretenir « de belles maisons, de festins, de voyages, de procès, de richesses, du bonheur de ceux qui s’établissent et qui font fortune dans le monde39 » –, l’Église n’est pour autant pas muette sur la question. S’appuyant sur la Bible, elle est attentive à l’usage qui en est fait : si l’avarice est un péché, la charité est une vertu. Et elle se préoccupe particulièrement des conditions de l’enrichissement. L’enjeu essentiel de la vie sur terre est l’au-delà. L’Église légitime donc l’existence de riches et de pauvres, à charge pour les premiers de redistribuer une partie des biens dont ils ont été pourvus aux seconds afin de préparer l’accès à l’au-delà dans de bonnes conditions. Cette redistribution, fondée sur le don et la charité, suppose « l’égalité de tous hors du monde40 ». La question importante est donc celle de la bonne utilisation des biens. Et force est de reconnaître qu’à cet égard l’Église est beaucoup moins radicale que face aux exigences ou aux excès de la chair41.

  • 42 Ne sont sollicités que quatre casuistes au sein d’un océan de publications du même type, Jean Delu (...)
  • 43 R. Bonal, Le cours de la théologie morale, dans lequel les cas de conscience sont amplement enseig (...)
  • 44 R. Bonal, Le cours de la théologie morale…, colonne 597.
  • 45 A.-A. de Bussy de Lamet, G. Fromageau, Le dictionnaire des cas de conscience décidés suivant les p (...)
  • 46 R. Bonal, Le cours de la théologie morale…, colonne 593.
  • 47 J. Pontas (de), Dictionnaire des cas de conscience ou décisions des plus considérables difficultés (...)

19En effet, toutes les influences évoquées ci-dessus – du milieu, du lieu… – sont des échos parfaits de certaines analyses des casuistes les plus réputés de leur temps42. Ainsi, lorsqu’il s’agit de définir « l’honnête entretien que le bénéficier a droit de prendre des revenus de son bénéfice », l’analyse se fait subtile. En effet, « on ne peut pas prescrire une règle générale » et « il faut avoir égard au lieu et aux autres circonstances, se pouvant faire qu’il y aura tel bénéficier à qui deux cents livres suffiront, là où quatre cents et davantage ne suffiront pas à un autre43 ». Quel usage un ecclésiastique doit-il faire de ses revenus ? Les exigences semblent assez fermes s’agissant des fruits de son bénéfice, et notamment du surplus une fois qu’il a dépensé – à hauteur d’une somme raisonnable s’entend, modestie et réserve ecclésiastiques obligent ; « l’état ecclésiastique, selon même le sens commun, requiert la modération, la bienséance, la frugalité tant recommandées par tous les conciles44 » – ce dont il a besoin pour vivre. En effet, on rappelle que les ecclésiastiques ne sont pas les propriétaires de leurs bénéfices mais « n’en sont que les dispensateurs et les économes45 ». Dans cet esprit, on insiste donc sur la nécessité du don aux pauvres. Cela dit, pour ce qui est de l’usage profane de l’argent, le casuiste estime à nouveau qu’il faut « juger par les circonstances46 ». En revanche, pour ce qui est des revenus que le bénéficier retire de ses biens personnels… il ne semble pas y avoir de restriction. De surcroît, il peut légitimement « prendre sa subsistance et son entretien » sur les revenus de son bénéfice et préserver les revenus de son patrimoine. Le casuiste reconnaît évidemment qu’il serait plus vertueux de dépenser ses biens propres si l’on en a, mais remarque que « quoiqu’une opinion soit la plus sûre, elle n’est pas pour cela toujours la plus véritable47 ».

  • 48 R. Bonal, Le cours de la théologie morale…, colonnes 596-597. Voir aussi A.-A. Bussy de Lamet, G. (...)
  • 49 A.-A. de Bussy de Lamet, G. Fromageau, Le dictionnaire des cas de conscience…, colonne 407.
  • 50 A.-A. de Bussy de Lamet, G. Fromageau, Le dictionnaire des cas de conscience…, colonne 407.
  • 51 J. Pontas (de), Dictionnaire des cas de conscience…, bénéficiers, cas XIX, colonne 456.

20Et revient en filigrane, comme dans d’autres domaines, la nécessité de tenir son rang, c’est-à-dire d’adopter un style de vie qui honore la place que l’on occupe dans la société. Pour les casuistes, il semble acquis qu’une extraction supérieure autorise à « taxer une plus grande somme pour son entretien ». En effet, « les bénéficiers qui sont de grandes maisons, sont ordinairement plus utiles à l’Église » et « si elle leur tenait cette rigueur que de ne permettre point qu’ils fissent un peu plus de dépenses que les autres ; elle leur ôterait toute sorte d’envie de se faire d’Église, et ainsi n’y ayant dans l’état ecclésiastique que des personnes de basse condition, l’Église en serait moins assistée48 ». La localité dans laquelle est implanté le bénéfice doit aussi être considérée car « il y en a où l’on fait de certaines dépenses qui ne se font pas ailleurs49 ». Enfin, la nature du bénéfice peut justifier des pratiques différentes. En effet, « un évêque et le doyen d’une grande Église sont obligés à plus de dépenses qu’un simple chanoine50 ». Un évêque ou un dignitaire ne peuvent donc pas être comparés au modeste chanoine du cru et encore moins au pauvre prêtre de paroisse. Et l’exemple des dépenses de table se veut décisif puisque « la table d’un évêque doit être meilleure que celle d’un curé, ou d’un autre simple bénéficier : chaque bénéficier pouvant sans crimes faire une dépense convenable à son état, et telle que le commun usage du pays le permet, par rapport à ceux avec lesquels il est obligé de vivre51 ». En définitive, le souci des casuistes d’associer la nécessaire discrétion liée à l’état ecclésiastique et la légitime ostentation afférant à l’ordre social témoigne d’un réel pragmatisme de l’Église.

  • 52 Arch. dép. de Loire-Atlantique, 36 J 1, déclaration de revenus du chapitre de la cathédrale (posté (...)
  • 53 Arch. nat., G 8-79, tableau des revenus et des charges du chapitre de l’Église de Rennes, 1785.
  • 54 Arch. nat., G 8-80, état présenté par le chapitre cathédral de Saint-Brieuc à l’Assemblée générale (...)
  • 55 Sur cette question, voir O. Charles, Les nobles dignités, chanoines et chapitres de Bretagne. Chan (...)

21Évidemment, préoccupés par la nécessité de tenir leur rang, les chanoines ont tendance à ne considérer que les fruits de leur canonicat et à oublier les revenus de leurs biens personnels. C’est particulièrement vrai pour les prébendés des plus grandes villes, en contact avec les conseillers de la chambre des comptes à Nantes, les parlementaires à Rennes. Au milieu du XVIIIe siècle, les chanoines de Nantes estiment que leurs prébendes « ne peuvent aujourd’hui fournir de quoi vivre et s’entretenir honnêtement, attendu la cherté des vivres, des loyers, des habillements et de toutes sortes d’ouvrages52 ». En 1785, leurs confrères rennais font remarquer, alors que se prépare l’augmentation de la portion congrue, que « le revenu d’une prébende n’égalera pas celui de la moindre des cures portée au taux que l’on croit nécessaire pour l’entretien du curé, tandis que dans une grande ville, la cherté des loyers, le prix excessif des vivres, la nécessité de soutenir son rang exigeraient pour un chanoine beaucoup au-delà de ce qui suffirait à un curé53 ». Dans les petites villes, le souci est le même : en 1786, les chanoines briochins s’indignent du fait que « les chanoines n’ont que le simple nécessaire, et que l’augmentation des prestations mettra leur sort bien au-dessous de celui des curés54 ». Pessimistes, les chanoines le sont assurément. C’est que dans les têtes, rôde un traumatisme aux effets durables. Les compagnies bretonnes ont en effet été durement frappées par l’effondrement du système de Law qui avait, par exemple, contraint le chapitre de Rennes à consentir une diminution du montant des distributions des chanoines en 1720 ; réduction des revenus synonyme d’abaissement de la compagnie et de ses membres aux yeux de la société locale55. Depuis lors, les chanoines réagissent de façon épidermique à toutes les menaces de mise en cause de leurs revenus.

  • 56 M. Venard (dir.), Histoire du christianisme, t. 9 …, p. 1007-1012.
  • 57 R. Bonal, Le cours de la théologie morale…, colonne 428.
  • 58 B. Clavero, La grâce du don. Anthropologie catholique de l’économie moderne, Paris, Albin Michel, (...)

22Il est donc entendu que les chanoines peuvent dépenser l’argent de leurs bénéfices pour tenir leur rang. Peuvent-ils pour autant chercher à s’enrichir ? En matière de prêt à intérêts, au milieu du XVIIIe siècle, si la position officielle de l’Église – la condamnation – n’a pas changé, « elle est de plus en plus en porte-à-faux par rapport à la réalité et à ses propres justifications56 ». On reconnaît en effet que la rente constituée est licite « pourvu qu’il n’y ait point de condition et pacte injuste57 ». Il semble même que – pour certains théologiens – le prêt puisse être moral s’il est considéré comme un bienfait, si le prêteur entend obtenir la gratitude de l’emprunteur, s’il exclut l’usure mentale. Il existe donc une morale catholique encline à accepter l’intérêt s’il est l’expression de la reconnaissance du débiteur58.

  • 59 M.-P. Cariou, Etude sur le clergé léonard au XVIIIe siècle à travers les inventaires après décès, (...)
  • 60 Quatre sur quinze à Rennes, six sur quinze à Nantes, six sur quinze à Saint-Pol-de-Léon.
  • 61 Aulnette prête près de 34 000 livres cumulées en neuf contrats de constitutions consentis entre 17 (...)
  • 62 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 6869, inventaire après décès, 9 mars 1733.
  • 63 Arch. dép. du Finistère, 6 B 450, inventaire après décès, 16 mars 1784.
  • 64 Respectivement : Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 661, inventaire après décès, 21 mars 1776 et 2 (...)
  • 65 Ainsi, le Léonard Pierre-Louis Le Sparfel de Kergonvel emprunte 4 033 livres au denier 20 en trois (...)

23Dans ce contexte, comme les prêtres du Léon ou les chanoines de Guyenne59, certains prébendés bretons placent des sommes plus ou moins importantes. Près du tiers des chanoines d’un échantillon de 45 inventaires après décès prêtent ainsi de l’argent au titre de rentes constituées ou de rentes viagères60. Les sommes prêtées sont souvent importantes et, cumulées, les rentes peuvent fournir un bon complément à la prébende. Le Rennais Pierre-Gilles Aulnette touche près de 1 200 livres de rentes lors de son décès en 1751, alors que le gros de sa prébende ne lui rapporte pas 300 livres. Guillaume-Marie du Breil de Pontbriand s’est assuré une rente viagère de 1 100 livres en 1735, ce qui lui permet de s’assurer des revenus lorsque, accaparé par des travaux administratifs et historiques, il n’assiste pratiquement plus aux offices et ne reçoit presque rien au titre de sa prébende61. Le Nantais Pierre-Christophe Jouault perçoit à l’heure de son décès, en 1733, 659 livres au titre de deux rentes viagères et quatre contrats de constitutions, plus qu’une prébende moyenne62. Les inventaires ne mentionnent le plus souvent que les rentes qui ne sont pas éteintes à l’heure du décès : les autres mouvements d’argent nous échappent donc en grande partie. Si l’indigence de la documentation interdit la moindre conclusion, elle a le mérite d’attirer l’attention sur un aspect de la culture canoniale : l’homme de Dieu n’hésite pas à faire fructifier l’argent dont il dispose et quelques-uns ont même pu prendre part au développement du capitalisme maritime, comme François-Augustin de Gouyon, chanoine de Saint-Pol-de-Léon et détenteur d’une action « dans la Société formée pour la pêche de la sardine à Roscoff63 ». Le chanoine est par ailleurs une ressource pour la famille, les communautés religieuses ou les élites citadines. À Rennes, Gouyon de Vaurouault prête ainsi à quatre de ses parents et Aulnette aux Ursulines ainsi qu’à un conseiller au Parlement de Bretagne, tandis qu’à Nantes Jouault prête au président de la Chambre des comptes64. Pour certains chanoines, les sommes engagées sont le fruit d’héritages, alors que pour d’autres elles résultent d’un sens de l’épargne indéniable. Cette capacité à prêter rappelle par ailleurs l’inégalité des situations dans une compagnie : certains, faute de moyens, en sont incapables et doivent, au contraire, emprunter parfois des sommes considérables65.

24En tout état de cause, les prébendés doivent articuler deux logiques en apparence contradictoires : contrôler étroitement l’usage de leur superflu et tenir leur rang. C’est entre ces deux pôles qu’ils doivent en permanence osciller. Et en la matière, l’Église semble tenir un discours qui justifie la réalité sans vraiment tenter de modeler le réel. Confrontée à la prégnance des comportements et des attitudes, elle fait preuve de pragmatisme et paraît adapter ses prescriptions à la réalité.

Comment tenir son rang ?

25Si tenir son rang, c’est-à-dire donner à voir sa richesse par un certain style de vie qui s’expose publiquement, semble légitime pour un ecclésiastique, il reste à examiner la manière dont les chanoines honorent leur position de membres du premier ordre de la société et leur statut de représentants naturels des élites sociales urbaines. Trois pratiques semblent ici se dégager.

26La première consiste à afficher sa différence à l’égard du plus grand nombre. Les chanoines que croisent les citadins à proximité des cathédrales se distinguent en effet du commun. Un des témoignages les plus visibles de leur style de vie est leur maison, même si l’on ne peut oublier qu’au travers des maisons prébendales ce sont au moins autant les compagnies qui se mettent en scène.

  • 66 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 1 Q 1/33, P.V. d’estimation du grand archidiaconé, 17 janvier 1791.

27Les chanoines vivent le plus souvent dans les rues entourant la cathédrale, dans de grandes maisons composées pour la plupart de plusieurs « corps de logis » desservis par une cour fermée à laquelle on accède par une porte cochère. Souvent complétées par diverses constructions annexes – hangars, appentis, écuries, pavillons, voire chapelle66 – elles figurent parmi les belles maisons des cités épiscopales. Ce sont souvent des habitations spacieuses. Si quelques maisons n’ont pas plus de pièces qu’un appartement, les autres comprennent en moyenne neuf à dix pièces. Quelques-unes sont particulièrement bien dotées : celle de Le Sparfel de Kergonvel à Saint-Pol-de-Léon se compose d’une cuisine, d’un office, de quatre chambres, une salle, un salon, une bibliothèque, cinq cabinets. Si l’on excepte les plus petits appartements, un chanoine breton dispose au moins d’une cuisine, de chambres, d’un ou plusieurs cabinets, d’un salon et/ou d’une salle. Rares sont donc les chanoines qui vivent à l’étroit. Même s’ils logent plusieurs domestiques, voire des membres de leur famille, l’espace semble suffisamment vaste et compartimenté pour éviter la promiscuité.

  • 67 Notons que c’est loin d’être le cas à Rennes où, à la fin de la période, les mentions de telles co (...)
  • 68 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 1 Q 1/33, P.V. d’estimation de la trésorerie, 10 janvier 1791.
  • 69 « Timidités urbaines » qui semblent donc caractériser les élites rennaises : G. Aubert, Le préside (...)
  • 70 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1 Q 395, P. V. d’estimation de la maison occupée par monsieur de Rom (...)
  • 71 O. Charles, « Chanoines, jardinage et agriculture dans la Bretagne du XVIIIe siècle », in F. Quell (...)

28Les maisons attachées aux dignités semblent cependant se distinguer. Ainsi, à Tréguier – où les maisons du chapitre sont construites en pierres67 –, on accède à la maison principale de la trésorerie « construite en maçonnerie » par un perron, après avoir traversé une cour « en parterre » ouverte sur la rue, dans laquelle trône le puits. Derrière ce bâtiment, dont les extrémités de la façade sont « saillantes en forme de pavillon », une allée cailloutée et une petite cour permettent, après avoir emprunté un escalier à neuf marches, d’accéder au jardin. Cet espace, protégé par des murs mitoyens, abrite des espaliers de différentes espèces, des vignes, des arbres fruitiers et diverses plantations68. Il ne faut cependant pas se méprendre car d’autres demeures peuvent rivaliser avec elles… le caractère bucolique en moins. À Rennes par exemple, où les maisons du chapitre se fondent par leur sobriété extérieure dans le paysage de l’aristocratique quartier de la cathédrale69, l’hôtel de Fontainebleau se compose de deux grands bâtiments couverts d’ardoises desservis « par une grande porte cochère sur la rue des dames ». L’édifice donnant sur cette rue est à pans de bois, celui de la place de la Monnaie, dont la façade est ornée de balcons, associe la pierre au rez-de-chaussée et le bois aux étages. Ici, les chanoines ne disposent pas de l’agrément d’un jardin70. La structure urbaine y est pour beaucoup : quasi absents dans les grandes villes que sont Nantes et Rennes, ils sont communs à Saint-Brieuc, Tréguier ou Vannes. Cela dit, il n’est pas déraisonnable de penser que plus de la moitié des chanoines bretons logés dans une maison du chapitre disposent de l’agrément d’un jardin, le plus souvent associé à une cour et cerné de murs. Si l’on en croit les descriptions révolutionnaires de Tréguier et Saint-Pol-de-Léon, presque tous les jardins sont entretenus et plantés de fruitiers en espaliers ou en buissons ainsi que de vignes71.

  • 72 Dans le comté nantais, « un recteur disposait couramment de deux ou trois domestiques et parfois d (...)
  • 73 T.J.A. Le Goff, Vannes et sa région…, p. 52.
  • 74 L’examen de 45 inventaires après décès de chanoines indique la présence de domestiques chez au moi (...)
  • 75 C. Prigent, Maîtres et domestiques pour le meilleur et pour le pire. Regards sur les relations maî (...)
  • 76 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 9972, inventaire après décès, 19 décembre 1719.
  • 77 Arch. dép. du Finistère, 23 B 369, scellés, 7 mai 1766.
  • 78 Arch. municip. de Rennes, CC 724.
  • 79 P. Loupès, Chapitres et chanoines de Guyenne…, p. 309.
  • 80 Les montants des gages sont extraits des inventaires après décès et des dossiers de saisies révolu (...)

29Les chanoines s’affichent également au travers de leurs domestiques. Fréquent dans le milieu ecclésiastique72 – et indispensable pour des célibataires qui ne travaillent pas de leurs mains – l’entretien d’un ou de plusieurs domestiques n’en est pas moins la manifestation d’une certaine aisance73. Les chanoines n’y dérogent pas : les trois quarts en emploient74. À Rennes, la plupart des chanoines rémunèrent au moins deux domestiques : une cuisinière et un valet de chambre le plus souvent, ce qui leur permet de faire bonne figure à côté des nobles parlementaires et des bourgeois de la ville75. Les registres de capitation montrent par ailleurs que, tout au long du XVIIIe siècle, les prébendés rennais emploient en moyenne deux domestiques. À Nantes, la plupart des inventaires ne font état que d’un domestique par chanoine, mais Jean Barrin de la Galissonnière en emploie trois : un cocher, un homme de chambre et une cuisinière76. En ce domaine, les plus gros employeurs semblent être l’archidiacre de Léon, Jean-François Le Grand de Tromelin, qui s’offre les services d’une gouvernante et de quatre « serviteurs domestiques » – il est vrai qu’il se partage entre sa maison prébendale à Saint-Pol-de-Léon et son manoir de Kerantraou77 – et le trésorier rennais Pierre-François Huart de Bœuvre qui emploie neuf domestiques78, rappelant en cela les dignitaires de la cathédrale de Bordeaux79. Combien coûte l’entretien de ce personnel ? Ici, nous sommes condamnés à n’évoquer que quelques exemples80. La valeur de la prébende ne semble pas agir sur le nombre des domestiques : ainsi, les trois chanoines rennais étudiés dépensent le tiers de leur modeste prébende pour en entretenir deux ou trois ; à Dol, Nantes, Saint-Malo et Saint-Pol-de-Léon, où les prébendes sont plus importantes, l’entretien du personnel pèse beaucoup moins sur le budget des chanoines.

Chanoines

Lieux

Dates

Gages par an

Part de la prébende

P. de Vertamon

Nantes

1730

60 livres à une dom.

10 %

G. M. du Breil de Pontbriand.

Rennes

1767

310 livres à 2 dom.

28 %

R. H. Boureau de Maisonneuve

Nantes

1771

120 livres à 2 dom.

13 %

F.A. de Gouyon

Saint-Pol-de-Léon

1784

132 livres à 2 dom.

7 %

Hay de Bonteville

Rennes

1785

294 libres à 3 dom.

33 %

N. J. Destouches

Dol

1790

108 livres à 2 dom.

5 %

J. F. de Keroulans

Saint-Pol-de-Léon

1790

160 livres à 3 dom.

8 %

P. P. Fournier

Rennes

1790

276 livres à 2 dom.

27 %

G. Heurtault de la Villemorin

Saint-Malo

1790

180 livres à 2 dom.

12 %

Tableau 3 – Gages des domestiques par rapport à la valeur de la prébende (estimation).

30Maisons et domestiques traduisent ainsi un certain affichage de l’aisance. Mais il est une autre voie pour tenir son rang, visible seulement si l’on entre dans les maisons. Elle témoigne d’un repli discret sur la sphère privée et constitue certainement l’usage le plus licite qui soit de l’argent, son usage privé.

  • 81 Par exemple, les maisons de Tréguier. Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 1 Q 1/33, P.V. d’estimation de (...)
  • 82 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 597, inventaire après décès, 7 octobre 1755.
  • 83 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, G 205, délibération du 28 août 1750. Il gagne à peu près la même som (...)
  • 84 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 1 Q 480, récolement des effets chez François Accard, 7 novembre 1793

31La plupart des chanoines disposent en effet des moyens pour recevoir dans de bonnes conditions leurs confrères ou leurs amis. Vaisselle abondante et diversifiée, chaises et fauteuils très nombreux dans les chambres à coucher ou dans les pièces de réception témoignent de l’importance de la sociabilité dans le monde capitulaire. Comme on veut accueillir dans les meilleures conditions, nombre de cuisines sont, à la veille de la Révolution, équipées d’un potager qui permet de faire mijoter les préparations et de réaliser des plats de plus en plus complexes et raffinés81. Certains ont de surcroît – signe de distinction ou moyen de se passer d’une cuisinière ? – recours aux services de traiteurs et se font livrer les repas à domicile. Ainsi, à Rennes, le sieur Mignard s’engage « à donner à dîner au sieur abbé Gardin et à souper à son laquais à raison d’une livre dix sols par jour82 ». Entre juillet 1752 et juin 1754, Godefroy-Jean Gardin de la Bourdonnaye verse 823 livres à son traiteur, soit un peu plus de 410 livres par an, presque l’équivalent du montant de sa prébende évalué à 415 livres en 175083. Il n’est vraisemblablement pas le seul à procéder de la sorte, mais nous ne disposons que d’une seule autre mention. En 1793, les priseurs trouvent chez son confrère briochin François Accard deux plats ronds appartenant selon la domestique au sieur Bazil « qui donnait à manger à Accard84 ».

  • 85 D. Roche, La France des Lumières…, p. 574.
  • 86 Ainsi, à Nantes, Barrin, qui possède dès 1719 une jatte, une soucoupe, deux gobelets, quatre grand (...)

32De plus, si les chanoines possèdent toujours de la vaisselle en argent – un luxe sécurisant –, ils sont de plus en plus sensibles à la porcelaine dont ils attendent « la confirmation de la curiosité d’esprit, l’intérêt esthétique, le goût du nouveau confort alimentaire, le raffinement85 ». Alors que l’on entre dans le dernier tiers du XVIIIe siècle, elle est effectivement courante dans les intérieurs capitulaires, en particulier à Nantes où la proximité des contacts avec Lorient, la Compagnie des Indes et l’ouverture maritime l’ont fait entrer plus rapidement dans les mœurs. Associée à une fortune importante, la possession de vaisselle en porcelaine, véritable marqueur social, montre que les chanoines adoptent les habitudes de consommation des catégories les plus distinguées de la société86.

  • 87 D. Roche, La France des Lumières…, p. 572.
  • 88 P. Jarnoux, « La noblesse bretonne au XVIIIe siècle : les tiraillements de la modernité », in J. K (...)

33Cette tendance est confirmée par le goût de nombreux chanoines pour les produits exotiques en vogue à cette époque. Amateurs de café, de plus en plus nombreux à apprécier le thé, découvrant timidement le chocolat, les chanoines confirment le schéma général de diffusion de ces produits87. Ces habitudes de consommation font des prébendés des représentants des élites sociales qui se convertissent progressivement aux pratiques des plus riches88. La mode des produits coloniaux, la consommation de ces produits parmi les plus raffinés, inscrivent les chanoines dans la fraction la plus dynamique, la plus curieuse, la plus ouverte de la société. C’est d’un véritable art de vivre qu’ils témoignent. En adoptant ces produits, nombre de chanoines deviennent des représentants d’un bon goût gastronomique dont la possession d’une cave peut être un autre indice.

  • 89 Malheureusement, les priseurs n’indiquent que très rarement les types de vins conservés. Est-ce pa (...)
  • 90 Respectivement, Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 9972, inventaire après décès, 19 décembre 1719 e (...)
  • 91 M. Lachiver, Vins, vignes et vignerons. Histoire du vignoble français, Paris, Fayard, 1988, p. 294 (...)
  • 92 Qui est le principal client de Bordeaux après la Hollande au début du siècle : M. Lachiver, Vins, (...)
  • 93 Arch. dép. du Finistère, 23 B 333, inventaire après décès, 17 octobre 1770.
  • 94 Comme les vingt-et-un verres et les quatre carafes à liqueur de Le Sparfel à Saint-Pol-de-Léon (Ar (...)
  • 95 Par le nombre de barriques, de bouteilles, par la diversité des crus, par la valeur globale des ca (...)
  • 96 C. Petitfrère, « Vies de chanoines à Tours de Louis XIV à Louis XVI », Foi, fidélité, amitié en Eu (...)
  • 97 N. Lemaître, « Les collections de bonnes bouteilles à la fin de l’Ancien Régime », La France d’Anc (...)

34De nombreux chanoines laissent en effet lors de leur décès des réserves de vin. Mal connues89, elles sont souvent désignées par de laconiques mentions de « vins rouges » et « vins blancs », qui semblent d’ailleurs moins recherchés même si certains chanoines possèdent les deux. Les vins de qualité sont avant tout des vins de Bordeaux dont on connaît rarement l’origine précise : Graves chez Barrin, Saint-Emilion chez Branlard à Nantes90. Il est à noter que la présence de vin de Graves n’est pas anodine chez un chanoine aisé comme Jean Barrin de La Galissonnière : au cours du premier tiers du siècle, les Graves prennent en effet la tête du vignoble bordelais et se vendent à des prix élevés91. Un tel achat permet donc d’affirmer un statut social et une image de personnage distingué au travers d’habitudes de consommation. Cette présence massive des bordeaux dans les caves des chanoines bretons s’explique par ailleurs aisément si l’on se souvient de l’importance des expéditions des négociants bordelais vers la Bretagne à cette époque92. La présence de vin du Languedoc est exceptionnelle. On en trouve chez un chanoine de Saint-Pol-de-Léon à la cave bien pourvue : Le Sparfel possède en effet une barrique de vin rouge du Languedoc évaluée 100 livres, une barrique de vin rouge de Bordeaux évaluée 75 livres et vingt-trois bouteilles de vin d’Espagne évaluées 40 livres93. Ce vin espagnol, dont l’arrivée est facilitée par les liens entre les ports bretons et la péninsule ibérique, domine d’ailleurs parmi les vins étrangers. Seulement six chanoines de la fin du siècle possèdent des vins de liqueurs dont la présence est un critère pour établir la distinction d’une cave. Ces « liqueurs de différentes qualités » sont malheureusement rarement énumérées : vins espagnols – Malaga, Alicante, Rota –, vin d’Afrique du Sud ou du Cap, liqueur des îles semblent appréciés. À défaut de bouteilles, des services à liqueurs témoignent parfois de l’intérêt des chanoines pour ces boissons94. Cela dit, les chanoines bretons possèdent des caves modestes95 et ne cherchent pas à diversifier leurs vins. Pourtant représentatifs d’un clergé qui affiche sa distinction par la consommation de vins de qualité96, les mieux pourvus ne peuvent rivaliser avec les plus fortunés de leurs contemporains97.

  • 98 Arch. diocésaines de Vannes, AA 18, correspondance reçue par le vicaire général Bonin, papiers de (...)
  • 99 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 9983, vente, 17 décembre 1759.
  • 100 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 597, vente, 11 octobre 1755.
  • 101 Arch. dép. du Finistère, 23 B 369, vente, 2 avril 1767.
  • 102 C.-M. Ruffelet, Annales briochines, publiées par S. ROPARTZ, Saint-Brieuc, Prud’homme, 1851, p. xi (...)
  • 103 C. Berthelot du Chesnay, Les prêtres séculiers…, p. 560.
  • 104 R. Kerviler, Répertoire général de biographie et de bio-bibliographie bretonne, Rennes, Plihon et (...)
  • 105 Le Briochin Christophe-Michel Ruffelet, le Dolois Gilles Déric, le Malouin René-Joachim Porée du P (...)
  • 106 G. Aubert, « La question de l’érudition historique dans les villes bretonnes sous l’Ancien Régime  (...)

35Tenir son rang, enfin, c’est aussi cultiver, parfois, un jardin secret. La constitution puis l’enrichissement d’une bibliothèque en un très bon exemple. Lettrés, bien des chanoines achètent en effet régulièrement des livres. Cette habitude est cependant difficile à cerner tant les comptes personnels sont rares. Seul en témoigne celui laissé par Charles-René Bonin de la Villebouquais à Vannes, qui achète, en 1778, un Bréviaire en quatre volumes, un dictionnaire latin et le Dictionnaire français de Lallemant pour 23 livres98. Par conséquent, la source la plus intéressante semble être la vente qui survient après le décès d’un confrère. Il faudrait analyser toutes les ventes de bibliothèques de chanoines disponibles pour avoir une vue d’ensemble du phénomène. À défaut, il suffit de montrer, à travers quelques exemples, que les chanoines, certainement inégalement, complètent leurs bibliothèques tout au long de leur vie en profitant de la possibilité de se procurer des ouvrages au moindre coût. Ainsi, à Nantes, François de Ramaceul achète un atlas, Isaac-Bénigne Regnon du Page un Concile de Trente, Nicolas de Luker le Traité de l’amour de Dieu pour moins de deux livres et Jean de La Tullaye les Lois ecclésiastiques de Héricourt pour seize livres quand la bibliothèque de Pierre Christi de La Masière est vendue en 175999. À Rennes, François-Ange de Rommilley et Paul Picaud de La Pommeraye dépensent respectivement 24 et 41 livres lors de la vente de la bibliothèque de Jean Godefroy Gardin en 1755100. À Saint-Pol-de-Léon, Yves de Kermenguy consacre plus de cinquante livres, Hervé Prigent 41 livres, Jean-René Chrestien de La Masse 5 livres et Joseph-François de Dourmap de La Fosse quelques livres à l’achat de volumes de la bibliothèque de Jean-François Le Grand de Tromelin en 1767101. Ces quelques exemples montrent l’attention accordée par certains chanoines à l’enrichissement de leur bibliothèque. La très forte présence du livre est d’ailleurs un trait de culture des chanoines, quelques bibliothèques dépassant 1 000 volumes. Signe de leur attachement à leurs livres, ils sont le plus souvent rangés dans leur chambre à coucher ou dans une pièce adjacente… qui se voit ainsi assignée le rôle de cœur intellectuel du logis. C’est ainsi avant tout un usage privé de la richesse intellectuelle qui apparaît ici. Il ne vient pas, en effet, à l’idée d’un chanoine d’ouvrir sa bibliothèque sur l’extérieur ou même de prêter des livres. L’anecdote savoureuse du Briochin Ruffelet qui préfère acheter des livres à sa nièce plutôt que de les lui prêter – « un livre se donne, mais ne se prête pas » – est là pour nous le rappeler. En revanche, conscient d’avoir patiemment rassemblé un trésor, et pour éviter sa dispersion, par testament, il lègue sa bibliothèque de plus de 4 000 volumes au séminaire du diocèse au début du XIXe siècle102. Il imite en cela le Rennais Ferret qui exige au début du XVIIIe siècle que tous les prêtres du diocèse puissent accéder à la bibliothèque du séminaire à laquelle il a donné ses 866 livres103. Le Nantais Barrin de La Galissonnière est quant à lui l’un des bienfaiteurs de la bibliothèque publique installée à l’Oratoire104. S’agissant de l’ouverture sur la ville au travers de travaux historiques, force est de constater qu’hormis quelques rares individualités105 on retrouve le désert breton déjà relevé en matière d’érudition urbaine106.

36Toutes ces pratiques révèlent une réelle aisance ainsi qu’une réelle attention à un certain art de vivre. L’argent est un moyen pour suivre les modes. On s’adresse à la fois à son monde et aux autres en arbitrant entre ce qui peut être montré et ce qui relève de l’intime.

37En définitive, tout en étant les représentants d’une même élite cléricale, les chanoines des cathédrales bretonnes définissent un monde hétérogène, ne serait-ce que du fait de la diversité de leurs sources de revenus, mais aussi de la variété des dépenses indispensables pour honorer leur place dans la société d’Ancien Régime et y maintenir un niveau de vie à la hauteur de leur statut. Cela dit, le même problème se pose à tous : vivre honorablement et conformément à leur rang. En la matière, l’argent n’est évidemment pas leur valeur refuge, mais ils semblent en faire un usage tout à fait décomplexé.

  • 107 Ainsi, en ce qui concerne la consommation de vin, G. Garrier, Histoire sociale et culturelle du vi (...)
  • 108 Ainsi, pour l’entretien d’un jardin, F. Quellier, « Le jardinage, une signature du bon prêtre trid (...)

38Ils doivent en réalité articuler deux logiques. Ils respectent tout d’abord des valeurs, celles de l’Église tridentine, celles que tout prêtre, chanoine ou pas, a intériorisées, celles des représentants de Dieu, séparés, graves, distants, attentifs à l’usage qu’ils font de l’argent. Et puis, il y a la réalité. Un chanoine agit aussi parce qu’il trouve qu’une chose est belle ou bonne ou désirable ou utile ! Il n’agit pas toujours en représentant de son chapitre ou de l’Église. Son argent n’est pas uniquement destiné à l’aumône ! L’Église elle-même leur offre semble-t-il le compromis. Puisque l’argent est un moyen et non une fin, en de nombreux domaines, ce qui n’est pas permis, c’est l’excès107 et certaines dépenses sont même loin d’être illégitimes108. L’Église tridentine ne condamne ni l’argent, ni la possession d’argent, ni la richesse en soi. En tous domaines, s’il y a modération, on peut finalement dépenser.

  • 109 J.-P. Camus, Traité de la pauvreté évangélique, Besançon, J. Thomas, 1634, cité par R. Taveneaux, (...)

39C’est donc une utilisation à bon escient de l’argent en marge des activités « professionnelles » qui est recherchée. Peut-être est-ce là d’ailleurs la véritable richesse : avoir du temps. N’est-ce pas ce qui peut distinguer le riche du pauvre, ce dernier étant celui qui ne peut se permettre de disposer du temps puisque « celui-là seul est vraiment pauvre qui n’a d’autre moyen de vivre que son travail ou industrie soit d’esprit soit de corps109 ». Donc, dans ce cadre, les loisirs distingués jouent un rôle essentiel. Jardinage, voyages, lectures, travaux d’érudition permettent de mettre en scène les moyens dont on dispose et le temps que l’on maîtrise… et montrent en définitive que l’on peut s’affranchir des contingences.

Notes

1 B. Bennassar, L’homme espagnol : attitudes et mentalités du XVIe au XIXe siècle, Paris, Complexe, 1975, p. 203.

2 P. Goujard, L’Europe catholique au XVIIIe siècle. Entre intégrisme et laïcisation, Rennes, PUR, 2004, p. 61-103.

3 D. Roche, Histoire des choses banales. Naissance de la consommation (XVIIe-XIXe s.), Paris, Fayard, 1997.

4 A. Croix, « Le clergé paroissial, médiateur du changement domestique ? Quelques remarques méthodologiques, quelques résultats », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 94, 1987, p. 459-474 ; F. Roudaut, « Les recteurs des campagnes bretonnes au XVIIe s. : des notables ? », C. Bougeard, P. Jarnoux (sous la direction de), Elites et notables en Bretagne de l’Ancien Régime à nos jours, Brest, Centre de Recherche Bretonne et Celtique, 1999, p. 83-95 ; J. Quéniart, « La culture des prêtres de campagne bretons au XVIIIe siècle », in M. Venard, D. Julia (dir.), Sacralité, culture et dévotion. Bouquet offert à Marie-Hélène Froeschlé-Chopard, Marseille, La Thune, 2005, p. 257-266.

5 M. Venard (dir.), Histoire du christianisme des origines à nos jours, t. IX, L’âge de raison (1620-1750), Paris, Desclée, 1997, p. 242-259.

6 C. Berthelot du Chesnay, « Le clergé diocésain français au XVIIIe s. et les registres d’insinuations ecclésiastiques », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, t. X, 1963, p. 241-269.

7 Voir les toujours stimulantes pistes proposées par J. Meuvret, « La situation matérielle des membres du clergé séculier dans la France du XVIIe siècle. Possibilité et limites des recherches », Revue d’Histoire de l’Église de France, t. 54, 1968, p. 47-68.

8 B. Hours, L’Église et la vie religieuse dans la France moderne (XVIe-XVIIIe siècle), Paris, PUF, 2000, p. 265.

9 Il convient de rappeler ici une limite de la source utilisée. En 1790, les déclarations de revenus des chanoines aux autorités ont tendance à exagérer ceux-ci. En effet, l’administration révolutionnaire va s’appuyer sur ces déclarations pour fixer leur nouveau traitement. Les registres de délibérations du chapitre de Rennes permettent de prendre la mesure de cette stratégie. En 1790, le chanoine le plus assidu, Fénieux de Pinbernard, touche en fait 1 015 livres alors que le moins consciencieux, le chantre Loaisel de la Villedeneu, ne reçoit que 634 livres. Par conséquent, la déclaration aligne les revenus de chacun sur les plus fortes prébendes, alors que leur valeur moyenne est de 925 livres et que seuls quatre des quatorze chanoines qui touchent le gros gagnent plus de 1 000 livres (deux chanoines sont absents et ne touchent pas les gros fruits) : Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1 G 702*, délibération du 6 août 1790.

10 900 livres à Dol, 1 000 à 1 200 à Saint-Malo, 800 à 900 à Saint-Brieuc, 600 à 800 à Tréguier, près de 1 000 à Saint-Pol-de-Léon, 900 à 1 000 à Vannes et de rien à 1 600 livres à Quimper. J. Kerhervé, F. Roudaut, J. Tanguy, La Bretagne en 1665 d’après le rapport de Colbert de Croissy, Brest, Centre de Recherche Bretonne et Celtique, 1978, p. 71, 86, 112, 135, 169, 232, 194.

11 En 1741, il vaut 100 livres. À partir de 1746, la mense – ici le comptable du chapitre – « ayant acquitté ce qu’elle devait », il est fixé à 120 livres, à 150 livres en 1747, puis à 200 livres l’année suivante. À partir de 1771, la progression reprend : 250 livres en 1771, 300 livres en 1772, 350 livres en 1778. Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, G 203/1, délibération du 2 août 1718 ; G 204/3, délibérations du 9 janvier 1741, du 22 avril 1746, du 9 juillet 1747, du 10 mai 1748 ; G 700*, délibérations du 9 août 1771, du 7 août 1772 ; G 701*, délibération du 3 août 1778 ; G 702*, délibération du 4 août 1786.

12 O. Charles, Chanoines de Bretagne. Carrières et cultures d’une élite cléricale au siècle des Lumières, Rennes, PUR, 2004, p. 174.

13 Il est difficile de situer les prébendes bretonnes par rapport aux autres prébendes du royaume. L’absence d’étude globale contraint à brosser un tableau impressionniste et à se contenter de les comparer avec celles de quelques autres chapitres cathédraux sans prétendre à l’exhaustivité. Pour les chapitres bretons, voir les déclarations de revenus des chapitres. Respectivement : Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1 Q 207 (Rennes) ; Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1 Q 214 (Saint-Malo) ; Arch. dép. du Finistère, 1 Q 2473 (Saint-Pol-de-Léon) ; Arch. dép. du Morbihan, L 865 (Vannes) ; Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1 Q 195 (Dol) ; Arch. dép. de Loire-Atlantique, Q 33 (Nantes) ; Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 10 L 48 (Saint-Brieuc).

14 À Quimper, la moyenne atteint 1 600 livres par an. Mais, chaque prébende étant ici attachée aux dîmes d’une ou plusieurs paroisses, cette moyenne arbitraire dissimule de profondes inégalités : six des douze chanoines dont nous connaissons la déclaration de revenu touchent ainsi moins de 1 000 livres et trois gagnent plus de 2000 livres. Arch. dép. du Finistère, 18 l 11, suppression de l’évêché et du chapitre de Quimper, traitements et pensions des chanoines (1790-1792).

15 Les chanoines de Notre-Dame de Nantes reçoivent 657 livres par an à la fin de l’Ancien Régime, alors que ceux de Saint-Guillaume de Saint-Brieuc en perçoivent en moyenne 333. Respectivement : S. de La Nicollière, Église royale et collégiale de Notre-Dame de Nantes, monographie historique et archéologique, Nantes, Forest et Grimaud, 1865, p. 203 ; Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 10 L 48, examen de la déclaration de revenus fournie par les chanoines de la collégiale Saint-Guillaume au district des Côtes-du-Nord, 21 janvier 1791.

16 Dans le diocèse de Nantes, on peut estimer que 137 des 242 cures ont, en 1789, un revenu brut supérieur à la prébende (C. Berthelot du Chesnay, Les prêtres séculiers en Haute-Bretagne au XVIIIe siècle, Rennes, PUR, 1984, p. 291). En 1790, dans le diocèse de Rennes, 110 des 141 cures des districts de Rennes, Fougères et Vitré ont un revenu brut supérieur à la prébende de la cathédrale (A. Rébillon, La situation économique du clergé à la veille de la Révolution dans les districts de Rennes, Fougères et Vitré, Rennes, Oberthur, 1913). Dans le Léon, près de 40 % des recteurs gagnent plus que les chanoines de la cathédrale (proportion établie à partir de D. Bernard, « Le clergé séculier dans le Finistère en 1790 : diocèse de Léon », Bulletin Diocésain d’Histoire et d’Archéologie, janvier-juin 1941, p. 1-104). Dans le diocèse de Vannes, les recteurs les mieux pourvus du Vannetais, ceux de Saint-Patern à Vannes, de Sarzeau et de Grand-Champ, reçoivent plus que les chanoines de la cathédrale avec 2 500 à 2 600 livres de revenu par an (T.-J.-A. Le Goff, Vannes et sa région, ville et campagne dans la France du XVIIIe siècle, Loudéac, Salmon, 1989, p. 231). Dans le diocèse de Tréguier, plusieurs riches paroisses semblent réservées à des recteurs issus de la noblesse, clientèle traditionnelle du chapitre, qui gagnent beaucoup plus que les chanoines (notamment les paroisses de Quemper-Guézennec, Bourbriac, Pommerit-le-Vicomte et Ploumiliau : G. Minois, Un échec de la Réforme catholique en Basse-Bretagne : le Trégor du XVIe au XVIIIe siècle, thèse dactylographiée, Université Rennes 2-Haute-Bretagne, 1984, volume II, p. 540-545). Dans le diocèse de Saint-Malo – où de très nombreuses paroisses sont certes à portion congrue – que vaut une prébende face à la cure de Pipriac estimée à 3 300 livres de revenus en 1789 (C. Berthelot du Chesnay, Les prêtres séculiers…, p. 294) ? À Rennes, les revenus bruts « très moyens » des recteurs n’en demeurent pas moins pour quatre d’entre eux – Saint-Etienne (2 400 livres sans le casuel), Saint-Germain (1 500 livres), Saint-Sauveur (1 383 livres) et Saint-Jean (1 188 livres) – supérieurs à la valeur de la prébende de la cathédrale (J. Meyer (dir.), Histoire de Rennes, Toulouse, Privat, 1972, p. 194).

17 J. Meyer (dir.), Histoire de Rennes…, p. 251.

18 F. Saulnier, Le Parlement de Bretagne, 1554-1790. Répertoire alphabétique et biographique de tous les membres de la Cour, Rennes, Plihon, 1902, t. I, p. xlii. J. Meyer précise que dans la première moitié du siècle, un conseiller peut y ajouter 700 à 1 400 livres d’épices : J., Meyer, La noblesse bretonne au XVIIIe siècle, Paris, S.E.V.P.E.N., 1966, t. II, p. 948.

19 A. Lespagnol, Messieurs de Saint-Malo. Une élite négociante au temps de Louis XIV, Rennes, PUR, 1996, t. 2, p. 713-732 et p. 734.

20 A. Lespagnol (dir.), Histoire de Saint-Malo et du pays malouin, Toulouse, Privat, 1984, p. 144.

21 Cela concerne 177 des 218 dignitaires bretons du XVIIIe siècle.

22 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1 Q 816, arrêté du district de Dol, 1er mars 1791, fixation du traitement de Hercé.

23 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1 Q 195, état du clergé de l’église de Dol avec l’état du revenu net de chacun de ses membres, 1790 et 1 Q 207, déclarations de revenus des chanoines de Rennes, 1790 ; Arch. dép. du Finistère, 1 Q 2473, domaines nationaux, biens de première origine : dossiers individuels, chapitre de Léon et 18 L 11, suppression de l’évêché et du chapitre de Quimper, traitement et pension des chanoines, 1790-1792.

24 De l’ordre d’un quart à un tiers des chanoines. Les inventaires après décès mentionnent les papiers des défunts dont l’exploitation systématique est riche de renseignements de toutes natures et permet par exemple de repérer les propriétés des chanoines.

25 Respectivement : Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 1 Q 504, domaines nationaux, biens de deuxième origine : dossiers individuels ; Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1 Q 1111, domaines nationaux, biens de deuxième origine : dossiers individuels.

26 Arch. dép. du Finistère, 1 Q 3120 et 1 Q 3221.

27 Arch. dép. de Loire-Atlantique, G 834, 838, 851 et 849.

28 O. Charles, Chanoines de Bretagne…, p. 177.

29 P. Jarnoux, Les bourgeois et la terre. Fortunes et stratégies foncières à Rennes au XVIIIe siècle, Rennes, PUR, 1996, p. 128.

30 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 588, inventaire après décès, 16 juillet 1751 ; P. Jarnoux, Les bourgeois et la terre…, p. 122.

31 G. Aubert, Le président de Robien. Gentilhomme et savant dans la Bretagne des Lumière, Rennes, PUR, 2001, p. 78.

32 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 9972, inventaire après décès, 19 décembre 1719.

33 G. Saupin, Nantes au XVIIe siècle. Vie politique et société urbaine, Rennes, PUR, 1996, p. 221.

34 Les propositions avancées ici ont plus pour vocation d’ouvrir des champs de réflexion que de proposer une réelle interprétation.

35 F. Meyer, Un chanoine de Cavaillon au grand siècle. Le livre de raison de Jean-Gaspard de Grasse (1664-1684), Paris, Editions du C.T.H.S., 2002 (notamment p. XLIII, LXXXI et LXXXII).

36 Mémoires de René-Pierre Nepveu de La Manouillère, chanoine de l’Église du Mans (1759-1807), publiées par G. Esnault, Le Mans, Pellechat, 1877-1879, 3 volumes. Voir dans ce volume la contribution de Sylvie Granger.

37 O. Charles, « Un précurseur ? Christophe-Michel Ruffelet (1725-1806), chanoine et historien à l’époque des Lumières », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 111, 2004, p. 93-94.

38 « Ne vous amassez pas de trésors sur la terre, où les mites et les vers font tout disparaître, où les voleurs percent les murs et dérobent. Mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où ni les mites ni les vers ne font de ravages, où les voleurs ne percent ni ne dérobent. Car où est ton trésor, là aussi sera ton cœur » (Matthieu, 6,19) ; « Vendez ce que vous possédez et donnez-le en aumône » (Luc, 12,33) ; « Nul ne peut servir deux maîtres : ou bien il haïra l’un et aimera l’autre, ou bien il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et l’Argent » (Matthieu, 6,24) ; « Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le Royaume de Dieu » (Marc, 10,25 et Matthieu, 19,24).

39 D. Julia, « L’éducation des ecclésiastiques en France aux XVIIe et XVIIIe siècles », Problèmes d’histoire de l’éducation. Actes des séminaires organisés par l’Ecole française de Rome et l’Università di Roma – La Sapienza (janvier-mai 1985), Rome, Ecole Française de Rome, 1988, p. 167.

40 D. Roche, La France des Lumières, Paris, Fayard, 1993, p. 509.

41 J. Quéniart, Les Hommes, l’Église et Dieu dans la France du XVIIIe siècle, Paris, Hachette, 1978, p. 164.

42 Ne sont sollicités que quatre casuistes au sein d’un océan de publications du même type, Jean Delumeau considérant en effet que 600 auteurs catholiques auraient rédigé des traités de casuistique au cours de la seule période 1564-1663 : J. Delumeau, L’aveu et le pardon. Les difficultés de la confession (XIIIe-XVIIIe siècle), Paris, Fayard, 1991, p. 133. Les auteurs considérés ici sont ceux qui figurent le plus souvent dans les bibliothèques des chanoines bretons du XVIIIe siècle.

43 R. Bonal, Le cours de la théologie morale, dans lequel les cas de conscience sont amplement enseignés, Paris, Coignard, 1685, volume I, leçon 34e, colonne 596.

44 R. Bonal, Le cours de la théologie morale…, colonne 597.

45 A.-A. de Bussy de Lamet, G. Fromageau, Le dictionnaire des cas de conscience décidés suivant les principes de la morale, les usages de la discipline ecclésiastique, l’autorité des conciles et des canonistes et la jurisprudence du royaume, Paris, Coignard, 1733, volume I, biens d’Église, colonnes 399-400.

46 R. Bonal, Le cours de la théologie morale…, colonne 593.

47 J. Pontas (de), Dictionnaire des cas de conscience ou décisions des plus considérables difficultés touchant la morale et la discipline ecclésiastique, nouvelle édition, Paris, Langlois, 1734, volume I, bénéficiers, cas XXIII, colonnes 460 et 462.

48 R. Bonal, Le cours de la théologie morale…, colonnes 596-597. Voir aussi A.-A. Bussy de Lamet, G. Fromageau, Le dictionnaire des cas de conscience…, colonne 407. Sainte-Beuve est plus nuancé puisque selon lui « la naissance doit être peu considérée par rapport à la dépense d’un ecclésiastique, et il ne doit point vivre noblement, quoi qu’il soit noble, mais ecclésiastiquement, parce qu’il est ecclésiastique ; c’est-à-dire simplement, frugalement et modestement, comme il est ordonné par le concile de Trente sess. 25 aux évêques premièrement, et puis à tous les ecclésiastiques » : J. de Sainte-Beuve, Résolutions de plusieurs cas de conscience touchant la morale et la discipline de l’Église, Paris, Desprez, t. II, 1692, cas CLXVII, p. 556.

49 A.-A. de Bussy de Lamet, G. Fromageau, Le dictionnaire des cas de conscience…, colonne 407.

50 A.-A. de Bussy de Lamet, G. Fromageau, Le dictionnaire des cas de conscience…, colonne 407.

51 J. Pontas (de), Dictionnaire des cas de conscience…, bénéficiers, cas XIX, colonne 456.

52 Arch. dép. de Loire-Atlantique, 36 J 1, déclaration de revenus du chapitre de la cathédrale (postérieure à 1749).

53 Arch. nat., G 8-79, tableau des revenus et des charges du chapitre de l’Église de Rennes, 1785.

54 Arch. nat., G 8-80, état présenté par le chapitre cathédral de Saint-Brieuc à l’Assemblée générale du clergé de France à fins d’indemnités et de secours, 1786.

55 Sur cette question, voir O. Charles, Les nobles dignités, chanoines et chapitres de Bretagne. Chanoines et chapitres cathédraux de Bretagne au siècle des Lumières, thèse de doctorat (sous la direction de J. Quéniart), Université Rennes 2-Haute-Bretagne, 2002, volume II, p. 279-281 et G. Minois, Un échec de la Réforme catholique en Basse-Bretagne : le Trégor du XVIe au XVIIIe s., thèse de doctorat, Rennes, Université Rennes 2-Haute-Bretagne, 1984, t. II, p. 440-442.

56 M. Venard (dir.), Histoire du christianisme, t. 9 …, p. 1007-1012.

57 R. Bonal, Le cours de la théologie morale…, colonne 428.

58 B. Clavero, La grâce du don. Anthropologie catholique de l’économie moderne, Paris, Albin Michel, 1996, p. 82-89 notamment.

59 M.-P. Cariou, Etude sur le clergé léonard au XVIIIe siècle à travers les inventaires après décès, mémoire de maîtrise, Université de Brest, 1981, p. 89 ; P. Loupès, Chapitres et chanoines de Guyenne aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 1985, p. 295.

60 Quatre sur quinze à Rennes, six sur quinze à Nantes, six sur quinze à Saint-Pol-de-Léon.

61 Aulnette prête près de 34 000 livres cumulées en neuf contrats de constitutions consentis entre 1742 et 1751, Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 588, inventaire après décès, 16 juillet 1751. Pour Du Breil de Pontbriand, Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 634, inventaire après décès, 4 mai 1767.

62 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 6869, inventaire après décès, 9 mars 1733.

63 Arch. dép. du Finistère, 6 B 450, inventaire après décès, 16 mars 1784.

64 Respectivement : Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 661, inventaire après décès, 21 mars 1776 et 2 B 588 ; Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 6869, inventaire après décès, 9 mars 1733.

65 Ainsi, le Léonard Pierre-Louis Le Sparfel de Kergonvel emprunte 4 033 livres au denier 20 en trois contrats de constitution entre 1748 et 1750. Il doit donc 201 livres de rentes par an. Arch. dép. du Finistère, 23 B 333, inventaire après décès, 17 septembre 1770.

66 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 1 Q 1/33, P.V. d’estimation du grand archidiaconé, 17 janvier 1791.

67 Notons que c’est loin d’être le cas à Rennes où, à la fin de la période, les mentions de telles constructions sont rares dans les procès verbaux d’estimation. Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 1 Q 1/33, P.V. d’estimation des biens nationaux de première origine, Tréguier et Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1 Q 395, P.V. d’expertises et de ventes. Rennes : chapitre.

68 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 1 Q 1/33, P.V. d’estimation de la trésorerie, 10 janvier 1791.

69 « Timidités urbaines » qui semblent donc caractériser les élites rennaises : G. Aubert, Le président de Robien…, p. 134.

70 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1 Q 395, P. V. d’estimation de la maison occupée par monsieur de Rommilley, prêtre, et autres locataires, 20 novembre 1790.

71 O. Charles, « Chanoines, jardinage et agriculture dans la Bretagne du XVIIIe siècle », in F. Quellier, G. Provost (dir.), Du Ciel à la terre. Clergé et agriculture (XVIe-XIXe siècle), Rennes, PUR, 2008, p. 56-58.

72 Dans le comté nantais, « un recteur disposait couramment de deux ou trois domestiques et parfois de quatre. » : C. Berthelot du Chesnay, Les prêtres séculiers…, p. 372.

73 T.J.A. Le Goff, Vannes et sa région…, p. 52.

74 L’examen de 45 inventaires après décès de chanoines indique la présence de domestiques chez au moins onze des quinze Nantais, chez quatorze des quinze Rennais et chez neuf des quinze Léonards considérés.

75 C. Prigent, Maîtres et domestiques pour le meilleur et pour le pire. Regards sur les relations maîtres-domestiques. Rennes, 1700-1789, mémoire de maîtrise, Université Rennes 2 Haute-Bretagne, 1994, p. 33-34.

76 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 9972, inventaire après décès, 19 décembre 1719.

77 Arch. dép. du Finistère, 23 B 369, scellés, 7 mai 1766.

78 Arch. municip. de Rennes, CC 724.

79 P. Loupès, Chapitres et chanoines de Guyenne…, p. 309.

80 Les montants des gages sont extraits des inventaires après décès et des dossiers de saisies révolutionnaires de la sous-série 1 Q qui les mentionnent lorsque des sommes sont dues aux domestiques.

81 Par exemple, les maisons de Tréguier. Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 1 Q 1/33, P.V. d’estimation des biens nationaux de première origine – Tréguier.

82 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 597, inventaire après décès, 7 octobre 1755.

83 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, G 205, délibération du 28 août 1750. Il gagne à peu près la même somme entre 1751 et 1755, à une époque où la portion congrue d’un recteur est de 300 livres.

84 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 1 Q 480, récolement des effets chez François Accard, 7 novembre 1793.

85 D. Roche, La France des Lumières…, p. 574.

86 Ainsi, à Nantes, Barrin, qui possède dès 1719 une jatte, une soucoupe, deux gobelets, quatre grands et quatre petits saladiers de porcelaine, est le plus riche chanoine de l’échantillon 1726-1735 avec un inventaire évalué à près de 9 500 livres : Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 9972, inventaire après décès, 19 décembre 1719.

87 D. Roche, La France des Lumières…, p. 572.

88 P. Jarnoux, « La noblesse bretonne au XVIIIe siècle : les tiraillements de la modernité », in J. Kerhervé (dir.), Noblesse de Bretagne du Moyen Âge à nos jours, Rennes, PUR, 1999, p. 188.

89 Malheureusement, les priseurs n’indiquent que très rarement les types de vins conservés. Est-ce par manque de temps, d’intérêt, de compétence ? On ne peut évidemment écarter cette hypothèse mais il semble plus vraisemblable que les produits ne retiennent l’attention que s’ils le méritent. On apprend ainsi que chez Pierre de Vertamon à Nantes les barriques inventoriées, « percées et goûtées, se sont trouvées toutes gâtées » : Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 9976, inventaire après décès, 25 août 1730.

90 Respectivement, Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 9972, inventaire après décès, 19 décembre 1719 et B 6909/2, inventaire après décès, 31 mars 1773.

91 M. Lachiver, Vins, vignes et vignerons. Histoire du vignoble français, Paris, Fayard, 1988, p. 294-305.

92 Qui est le principal client de Bordeaux après la Hollande au début du siècle : M. Lachiver, Vins, vignes et vignerons…, p. 307. À ce sujet, voir également N. Mainet-Delair, Vins et négociants d’Aquitaine vers la Bretagne finistérienne de 1660 à 1795, Nantes, Coiffard, 2007.

93 Arch. dép. du Finistère, 23 B 333, inventaire après décès, 17 octobre 1770.

94 Comme les vingt-et-un verres et les quatre carafes à liqueur de Le Sparfel à Saint-Pol-de-Léon (Arch. dép. du Finistère, 23 B 333, inventaire après décès, 17 octobre 1770) ; les quatre petites carafes à liqueur de Hay à Rennes (Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 4 B 4893, inventaire après décès, 24 janvier 1785).

95 Par le nombre de barriques, de bouteilles, par la diversité des crus, par la valeur globale des caves.

96 C. Petitfrère, « Vies de chanoines à Tours de Louis XIV à Louis XVI », Foi, fidélité, amitié en Europe à l’époque moderne. Mélanges offerts à Robert Sauzet, Tours, Université de Tours, 1995, t. 1, p. 101 ; A. Croix, « Le clergé paroissial, médiateur du changement domestique ? », op. cit., p. 467.

97 N. Lemaître, « Les collections de bonnes bouteilles à la fin de l’Ancien Régime », La France d’Ancien Régime. Etudes réunies en l’honneur de Pierre Goubert, t. 2, Toulouse, Privat, 1984, p. 388 ; A. Pardailhe-Galabrun, La naissance de l’intime. 3 000 foyers parisiens (XVIIe-XVIIIe siècles), Paris, Presses Universitaires de France, 1988, p. 298-299 ; P. Ponsot, « Les boissons d’un parlementaire bressan-bourguignon au XVIIIe siècle », Le vin des historiens. Actes du premier symposium vin et histoire, Suze-la Rousse, Université du vin, 1990, p. 153-160 ; P. Haudrère, « Le cadre de la vie quotidienne des nobles à Angers au XVIIIe siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 106, 1999, no 3, p. 93-104 ; P. Marchand, « La cave d’un bourgeois lillois. 1767-1787 », in A. Croix, A. Lespagnol, G. Provost (dir.), Église, Éducation, Lumières… Histoires culturelles de la France (1500-1830). En l’honneur de Jean Quéniart, Rennes, PUR, 1999, p. 317-328 ; S. Lachaud, « Le verre et le vin à la table du haut clergé bordelais sous l’Ancien Régime », in C. Bourneau, M. Figeac (dir.), Le verre et le vin de la cave à la table du XVIIIe siècle à nos jours, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2007, p. 49-62.

98 Arch. diocésaines de Vannes, AA 18, correspondance reçue par le vicaire général Bonin, papiers de fonction de vicaire général.

99 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 9983, vente, 17 décembre 1759.

100 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 597, vente, 11 octobre 1755.

101 Arch. dép. du Finistère, 23 B 369, vente, 2 avril 1767.

102 C.-M. Ruffelet, Annales briochines, publiées par S. ROPARTZ, Saint-Brieuc, Prud’homme, 1851, p. xiii ; Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 3 E 3, 126, étude Conan, testament de C.-M. Ruffelet, 30 juillet 1806.

103 C. Berthelot du Chesnay, Les prêtres séculiers…, p. 560.

104 R. Kerviler, Répertoire général de biographie et de bio-bibliographie bretonne, Rennes, Plihon et Hervé, t. I, 1886, p. 146.

105 Le Briochin Christophe-Michel Ruffelet, le Dolois Gilles Déric, le Malouin René-Joachim Porée du Parc, le Rennais Guillaume-Marie du Breil de Pontbriand.

106 G. Aubert, « La question de l’érudition historique dans les villes bretonnes sous l’Ancien Régime », Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, t. LXXXIV, 2006, p. 443-474.

107 Ainsi, en ce qui concerne la consommation de vin, G. Garrier, Histoire sociale et culturelle du vin, Paris, Larousse, seconde édition 2002, p. 113-115.

108 Ainsi, pour l’entretien d’un jardin, F. Quellier, « Le jardinage, une signature du bon prêtre tridentin (XVIIe-XVIIIe siècle) », in F. Quellier, G. Provost (dir.), Du Ciel à la terre…, p. 27-39.

109 J.-P. Camus, Traité de la pauvreté évangélique, Besançon, J. Thomas, 1634, cité par R. Taveneaux, Le catholicisme dans la France moderne, Paris, Sedes, 1994, tome I, p. 204.

Table des illustrations

Légende Tableau 1 – La valeur de la prébende dans plusieurs chapitres français à la veille de la Révolution13.Note1414
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/123900/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 141k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540