Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fortunes urbaines

 | 
Laurent Bourquin
, 
Philippe Hamon

Troisième partie. Le clergé et les biens de ce monde

Les prélats et l’argent dans la première moitié du XVIe siècle

Cédric Michon

Texte intégral

1Le règne de François Ier se caractérise dans le domaine religieux par une politique hésitante qui oscille entre ouverture à la Réforme et crispation catholique. La seule question sur laquelle le pouvoir royal maintient une politique ferme et continue tout au long du règne est celle du concordat de Bologne. Pourtant, on observe au cours du règne une véritable course aux bénéfices. Comment expliquer que des hommes souvent puissants, bien introduits dans les cercles du pouvoir, n’hésitent pas à affronter le pouvoir royal pour essayer d’obtenir des bénéfices sur lesquels ils n’ont aucun droit particulier ? C’est très vraisemblablement l’argent qui explique l’âpreté des ambitions. Quels sont les montants concernés et les pratiques au cours de ces années ? Telles sont les questions auxquelles cette contribution souhaiterait essayer d’apporter quelques éléments de réponse.

Les prélats et les revenus de leurs bénéfices : estimation des revenus des abbayes et des diocèses

2Disons le d’emblée, la plus grande prudence est de rigueur lorsque l’on aborde la question des revenus ecclésiastiques, tant le terrain est mal balisé.

Les abbayes

  • 1 BnF, ms. frcs 15769, fo 499-503.
  • 2 J.-M. Le Gall, Les moines au temps des Réformes (1450-1550), Seyssel, Champvallon, 2001, p. 437-43 (...)
  • 3 En 1546 par exemple, le cardinal Jean de Lorraine afferme les revenus de Cluny, estimés à 20 000 l (...)
  • 4 Soit l’équivalent des dépenses de la maison du roi en 1546 (BnF, ms. frcs 17329, fo 82-84 vo : P. (...)
  • 5 Par exemple les familles Ribaud-Guérin au Bec-Hellouin, La Voue à Bonneval, Martigny à Saint-Etien (...)
  • 6 J.-M. Le Gall, Les moines… op. cit., p. 445.
  • 7 J.-M. Le Gall, Les moines… op. cit., p. 436.

3Les revenus cumulés des abbayes à disposition des rois de France sont tout à fait considérables. Ainsi, le revenu global des 319 abbayes françaises de bénédictins peut être évalué à 1,46 millions de livres1. Or, vers 1540, au terme de plusieurs décennies de progression constante, 314 de ces 319 maisons sont tenues en commende2. Si l’on considère qu’un commendataire a la possibilité de jouir de 50 % des revenus d’une maison3, cela signifie que le roi dispose de près de 700 000 lt annuelles pour récompenser ses serviteurs et ses courtisans, rien qu’en puisant dans le vivier des abbayes bénédictines4. D’ambitieux prélats de cour ou prélats d’État affrontent alors de véritables dynasties familiales qui entendent de leur côté défendre ce qu’elles considèrent comme un patrimoine familial5. Cet attachement aux monopoles familiaux s’explique en partie par l’importance des revenus des abbayes. Quelques exemples l’illustreront. Louis de Bourbon tire près de 13 000 lt de Saint-Denis en 15286 ; François de Tournon, près de 10 000 lt de Saint-Germain-des-Prés en 15357, tandis que Jean de Lorraine afferme, en 1546, une partie des revenus de Cluny pour 11 000 lt.

  • 8 J.-M. Le Gall, Les moines… op. cit., p. 444.

4De telles sommes sont bien plus importantes que ce que de nombreux diocèses peuvent offrir. Elles sont d’autant plus alléchantes qu’elles sont largement cumulées. Là encore, quelques exemples parlent d’eux-mêmes. Ainsi, François de Tournon détient, outre Saint-Germain-des-Prés, Saint-Etienne-de-Caen, Saint-Florent-de-Saumur, La Chaise-Dieu et Ferrières, tandis que Jean Du Bellay possède les abbayes de Breteuil, Saint-Maur, Lérins, Longpont, Barbeaux, La Trappe, Notre-Dame-de-l’Aumône, Cormery, Saint-Vincent-du-Mans et Montolieu. Louis de Bourbon est de son côté titulaire de Saint-Valéry d’Amiens, Saint-Denis, Colombes, Saint-Vincent de Laon et Jean de Lorraine de Blanche-Couronne, La Trinité-de-Fécamp, Gorze, Marmoutiers, Saint-Ouen-de-Rouen, Saint-Médard-de-Soissons et Cluny8.

  • 9 C. Michon, La Crosse et le Sceptre… op. cit., p. 253-256.

5On peut essayer d’estimer le montant cumulé des revenus des abbayes détenues par les prélats les plus cumulards. Pour cela, un sondage a été effectué sur l’année 1540. Une estimation grossière est inévitable en raison du manque de travaux sur les aspects financiers de l’histoire des abbayes au XVIe siècle. En se basant sur les revenus connus, on peut considérer que les abbayes pour lesquelles on ne dispose pas d’indication de revenus sont d’un rapport moyen situé entre 2000 et 4000 lt annuelles. Cela signifie qu’en 1540, Jean Du Bellay tire de ses abbayes, des revenus situés entre 26 500 lt et 38 500 lt, Louis de Bourbon entre 30 000 lt et 34 000 lt, Jean de Lorraine, entre 35 000 lt et 39 000 lt, enfin, François de Tournon entre 21 000 lt et 25 000 lt9. On peut considérer qu’il s’agit là d’estimations basses, même s’il est inutile, encore une fois, de masquer le côté approximatif du calcul.

Les revenus des diocèses

  • 10 M.M. Edelstein, “The Social Origins of the Episcopate in the Reign of Francis I”, French Historica (...)
  • 11 Il est clair dès le XVIe siècle, que « les revenus des bénéfices étaient officiellement tarifés à (...)
  • 12 BnF, ms. frcs 17658.
  • 13 Les revenus de Gap sont, en 1563, de 18 000 l.t., sur lesquels sont prélevés 1 908 l.t. de décimes (...)

6Sur l’ensemble du règne de François Ier, ce sont 182 évêques français qui sont nommés sur 114 évêchés qui ne représentent pas tous le même intérêt financier10. Il est très difficile d’avoir une idée précise des revenus exacts des diocèses. Tout d’abord, ces revenus connaissent des variations annuelles importantes, du fait de leur nature (dîmes par exemple). Ensuite, les nombreuses lacunes documentaires posent problème. Enfin, la faible fiabilité des documents existants s’ajoute aux difficultés précédentes. Les documents sont en effet rarement actualisés, lacunaires, ou encore, très difficiles à interpréter. C’est le cas en particulier des estimations de revenus faites par Rome qui sont figées et ne mentionnent pas toutes les pensions dont les diocèses sont grevés11. C’est le cas également des informations dont on dispose sur les décimes. On a conservé le relevé des « Taxes des 1 500 000 livres sur les bénéfices de France en l’année 156312 ». C’est là un document qui est non seulement postérieur au règne de François Ier, mais qui reste de surcroît délicat à exploiter. En effet, il n’est pas facile de calculer les revenus d’un diocèse par le biais des décimes, car le pourcentage observé pour établir le montant des décimes n’est pas toujours le même. S’il tourne dans certains cas autour de 10 %, il est parfois beaucoup plus faible13. Si les décimes ne constituent pas un révélateur absolu, il n’en reste pas moins que les diocèses à plus forte décime ont, presque toujours, des revenus importants. Il est en revanche plus aventureux d’inférer de faibles décimes de faibles revenus épiscopaux.

  • 14 C. Michon, La Crosse… op. cit., p. 307-308.
  • 15 Archives départementales de la Gironde (désormais AD 33), G 330, G 516, G 523.
  • 16 AD 33, 3 E 1066 et P. Roudié, « Les embarras financiers de François Ier et leurs répercussions en (...)
  • 17 Catalogue des actes de François Ier, 10 vol. , Paris, Imprimerie nationale, 1887-1902 [désormais CA (...)
  • 18 AD 33, G 330.
  • 19 Le franc est une monnaie de compte équivalente à la livre tournois.
  • 20 Archivio di Stato di Modena, Canc. est., Cart. amb., Francia, busta 21, lettre de Giulio Alvarotti (...)
  • 21 AD 33, G 804.
  • 22 AD 33, G. 851 : Lettres patentes faisant droit aux réclamations du cardinal Du Bellay, archevêque (...)
  • 23 AD 33, G 330.
  • 24 AD 33, G 516 et G 523.
  • 25 AD 33, G 804.
  • 26 À titre de comparaison, il n’en rapporte que 7 000 au début de la décennie 1560, et 16 000 entre 1 (...)

7L’exemple de Bordeaux souligne la difficulté qu’il y a à établir les revenus d’un diocèse. Si l’on ne dispose pas d’estimations romaines pour les revenus de l’archevêché, on sait en revanche qu’il est taxé à 4 000 florins, soit à peu près 12 000 lt, qui doivent être payées par tout nouveau titulaire. Ce montant place Bordeaux dans le premier tiers des diocèses français pour ce qui est des taxes romaines14. Par ailleurs, ses revenus sont estimés à 8 000 lt en 154415. Cela signifie-t-il que Jean Du Bellay dispose, lors de l’obtention du siège, en 1544-1545, de 8 000 lt de revenus ? Non, et cela pour diverses raisons. La première, on le voit bien, est que la taxe romaine le prive de l’intégralité de son revenu la première année, et ampute même celui de l’année suivante ; la deuxième, que le temporel de l’archevêché a été saisi en 154416 ; la troisième, qu’il ne prête serment pour le temporel que le 3 août 154617 ; la quatrième enfin, que, suite à un accord en date du 17 février 1504, les archevêques de Bordeaux doivent consacrer un quart de leurs revenus à la réparation du palais épiscopal et des prisons qui en dépendent18. En admettant que le temporel lui soit remis et que, après trois ans de possession, la taxe romaine ait été intégralement remboursée, ce sont chaque année 2 000 lt qui lui échappent au titre des réparations de la cathédrale. Dernier point, l’ambassadeur de Ferrare nous apprend que, pour obtenir ce bénéfice, Du Bellay a accepté de verser une pension de 2000 francs à un personnage qui nous est inconnu19. Or, sur décision de l’amiral d’Annebault, cette pension a été doublée, pour atteindre 4 000 lt20. Ce sont donc 2 000 lt seulement qui restent théoriquement à Jean Du Bellay, sur un revenu de départ de près de 8 000 lt. Et encore, c’est compter sans les décimes. Jean Du Bellay réclame donc leur diminution. Il obtient qu’elles soient d’un sol par livre (soit un vingtième du revenu total)21. En 1553, par exemple, elles sont de 300 lt, ce qui suppose pour cette année des revenus qui, avant les prélèvements divers, ne devaient pas, normalement, dépasser les 6 000 lt22. Cela signifie-t-il que le cardinal touche 1 700 lt de son archevêché ? Non, car il décide de ne pas respecter les engagements passés entre ses prédécesseurs et le chapitre. Ainsi, entre 1544 et 1550, il ne paie pas une seule fois les 2 000 livres dues au titre des réparations de la cathédrale et des prisons23. Le 18 mars 1550, le Grand Conseil le condamne d’ailleurs à payer la somme due24. On le voit, la gestion des revenus d’un diocèse est une affaire compliquée. C’est la raison pour laquelle Jean Du Bellay choisit de l’affermer à des banquiers italiens, les Parenty et Barthely, « à raison de 10 000 livres par an25 ». Voilà enfin une information à peu près fiable. Elle permet de considérer que l’archevêché de Bordeaux rapporte 10 000 livres à Jean Du Bellay dans la décennie 155026. En fonction des sources et des calculs, l’estimation des revenus de l’archevêché de Bordeaux au temps de l’épiscopat de Du Bellay varie donc de 1 700 à 10 000 lt. Pour arriver à une estimation à peu près fiable, il a fallu croiser des archives conservées à Bordeaux, Paris et Modène. Il est clair que chaque diocèse mériterait le même traitement.

Le Concordat et le roi ou le bal des vautours

8Le concordat de Bologne à partir de 1516 pose les bases nouvelles des rapports entre le roi, les bénéfices et les prélats. Le roi a désormais, encore plus qu’avant, le contrôle sur les nominations aux bénéfices. Quelle est alors l’attitude des prélats ou des aspirants prélats par rapport à cette situation partiellement nouvelle ?

Les prélats d’État, le Concordat et le roi

  • 27 A. Tallon écrit ainsi à propos d’Arnaud Du Ferrier : « Défenseur farouche des privilèges royaux, j (...)
  • 28 Archivio Segreto Vaticano, A. A. Arm. I-XVIII, no 2514 : Gabriel de Gramont à Clément VII, Plaisan (...)

9On a peu de traces de protestations gallicanes dans la correspondance des prélats sous le règne de François Ier. On sait d’ailleurs qu’elles ne sont pas exclusives de protestation de fidélité à Rome27. Une fois le pape mis dans la position d’une sorte de « seigneur éminent » dont on peut attendre honneurs, récompenses ou promotion cardinalice, les prélats d’État affirment, régulièrement, leur attachement aux libertés de l’Église gallicane. Gabriel de Gramont qui se déclare « a jamais serviteur feable et vray disant » de Clément VII, considère comme « frivole » le mécontentement proclamé du pape devant l’octroi de décimes par l’Église gallicane. Pour lui, c’est une chose parfaitement naturelle qui n’appelle ni commentaire, ni mécontentement28. Du Bellay lui, n’hésite pas à se déclarer ouvertement gallican lors du transfert à Bologne du concile de Trente. Paul III hésite à valider ce transfert et le cardinal demande à Henri II d’exiger de Paul III qu’il se prononce, ajoutant :

  • 29 G. Ribier éd., Lettres et mémoires d’Estat des Roys, Princes, Ambassadeurs et autres ministres sou (...)

« lequel jugement vous ne devez laisser floter vostre Eglise Gallicane, ne sçachant pas à quel vent elle doit tourner ; je dis vostre, pour autant que vous en estes par vos tiltres et privilèges Apostoliques le vray Protecteur, selon le serment que vous en avez fait à vostre Sacre, comme tous les Roys vos Prédécesseurs depuis Clovis29. »

10La classique demande d’instructions, légèrement agacée, de l’ambassadeur prend ici la forme d’un manifeste gallican. Ces protestations de gallicanisme signifient-elle une acceptation du pouvoir royal sur l’Église de France ? Quelle est, notamment, l’attitude des prélats français face à l’autorité du souverain en matière de nomination aux bénéfices ?

Concordat de Bologne et droit de nomination royal

  • 30 A. Tallon, Conscience… op. cit., p. 110-122.
  • 31 C. de Seyssel, La monarchie de France et deux autres fragments politiques, éd. J. Poujol, Paris, É (...)
  • 32 A. Tallon, Conscience… op. cit., p. 113.
  • 33 Pas toujours dans la circonscription concernée par le concordat d’ailleurs. Jean Le Coullon (1526- (...)
  • 34 A. Tallon, Conscience… op. cit., p. 114 et id., La France et le Concile de Trente (1518-1563), Rom (...)
  • 35 A. Tallon, Conscience… op. cit., p. 118.

11Alain Tallon a évoqué la « vague déferlante » des vitupérations contre le droit de nomination royal formulé dans le concordat de Bologne30. On connaît l’opposition de départ du Parlement et de l’Université de Paris. On connaît aussi la défense nuancée du principe de l’élection aux bénéfices majeurs faite par Claude de Seyssel31. Toutefois, sous François Ier et Henri II, la monarchie fait tout pour bâillonner cette opposition32. Les prélats d’État sont parfois concernés par les nominations précoces qui font scandale33. Il faut toutefois attendre la crise politique et religieuse des années 1560 pour que l’opposition s’exprime pleinement, y compris chez des proches du pouvoir comme le cardinal de Lorraine et d’autres prélats français qui, à Trente, regrettent un droit de nomination royal, qui permet au pouvoir de confier des évêchés à des brutes, des hérétiques et des ignares34. Par la suite, chaque fois que le clergé de France a l’occasion de s’exprimer comme ordre, il demande le rétablissement des élections, notamment aux États de Blois de 1576 ou lors des assemblées du clergé de 1582 et 1585 ou encore lors des seconds États généraux de Blois en 1588-158935. Quelle est la position des prélats d’État sur cette question, alors que le pouvoir royal est fort et qu’ils ont tout à gagner à un quasi monopole dans l’attribution des bénéfices ? On ne sera pas surpris qu’il n’y ait aucune hostilité exprimée au principe du droit de nomination royal. Cela signifie-t-il pour autant qu’ils sont disciplinés lorsqu’ils convoitent un bénéfice ?

12Le principe de l’élection, en raison du contrôle toujours possible des électeurs, est sans doute envisagé par certains comme un moyen de préserver leur pré carré contre les incursions du pouvoir central. Il s’agit encore une fois de se ménager des revenus traditionnellement détenus par la famille.

Le cardinal de Clermont : l’insolence d’un prélat d’État des marges

13Quelques rares prélats jouent toutefois la carte canoniale contre le patronage royal. C’est ainsi que le cardinal de Clermont dispute la promotion de Georges de Selve à Lavaur. Une lettre de François Ier à Clément VII montre clairement comment le roi de France entend utiliser le concordat de Bologne pour récompenser ses serviteurs :

  • 36 ASV, Principi, vol. IX, anno 1516-1547, fo 262v°-268, lettre de François Ier à Clément VII, Bordea (...)

« Tressainct pere, pource que nous avons en tresgrande et singuliere Recommandation et avancement en Saincte Eglise de nre cher et bien ame maistre Georges de Selve prothonotaire du sainct siege apotolicque filz de nre ame et feal conseiller messire Jehan de Selve premier president en nre court de parlement a Paris, tant pour les bonnes meurs vertuz et honnestete qui sont en sa personne que en faveur et contemplacion des grans louables vertueux et recommandables services que son sondict pere a parcy devant faictz continuellement chacun jour a nous et a la chose publicque de nre royaume36. »

  • 37 À la fin de 1522, il est envoyé auprès du nouveau pape Adrien VI porteur d’instructions pour tente (...)
  • 38 Il écrit les 1er juillet et 25 août 1516 et le 25 juillet 1517 à Philippe-Jean II de Rabastens, vi (...)

14Pourtant, la promotion de Georges de Selve, malgré le soutien public de François Ier, ne se fait pas sans peine. En effet, le cardinal François-Guillaume de Clermont-Lodève, archevêque d’Auch et légat d’Avignon, se met sur les rangs. On l’a vu servir François Ier comme diplomate et tout récemment, en 1525, comme lieutenant du gouverneur de Provence37. Neveu de Louis d’Amboise, ancien évêque d’Albi, il a déjà posé problème en 1515, lorsqu’il a été élu par le chapitre de la cathédrale Sainte-Cécile, qui a refusé la résignation de Charles Robertet en faveur de son frère Jacques, chanoine d’Albi et son vicaire général. François Ier a dû intervenir pour permettre à Jacques Robertet de faire son entrée à Albi38. À Lavaur, en 1526, la même situation se reproduit. Par une série de lettres, qui soulignent la résistance du prélat, François Ier et sa mère demandent au cardinal légat de s’effacer. Dans une lettre datée du 1er avril, de Saint-Germain, François Ier écrit :

« Pour l’amour de moy et de ma prière, [je vous prie] vous désister de la poursuite dudict evesché, vous demettant au proffict du filz dudict premier president de tout le droit que pouvez avoir et prétendre audict evesché. »

15Quant à Louise de Savoie, après une prière courtoise mais ferme, elle est plus directe :

  • 39 BnF, Carré d’Hozier, vol. 579. Le début de la lettre est à peine moins ferme : « Mon cousin, vous (...)

« Je vous prie, mon cousin, que vous complezes au Roy et a moy du contenu cy dessus et vous vous en trouverez bien39. »

  • 40 BnF, Carré d’Hozier, vol 579 : « Monsr de Lavaur, mon amy, j’ay receue la lettre que m’avez escrip (...)
  • 41 BnF, ms. frcs 5145, fo 132. Charles Hémard de Denonville et Georges de Selve à François de Tournon (...)

16Devant une telle insistance, le cardinal de Clermont juge plus prudent d’obtempérer. Il reçoit alors de Georges de Selve une lettre de remerciement40. La courtoisie de sa réponse ne doit pas masquer le fait que le roi, pour imposer ses vues et la promotion qu’il a décidée, doit non seulement compter avec des chanoines nostalgiques de leur ancien droit d’élection, mais encore, avec un prélat soucieux d’accroître ses revenus. Toutefois, le cas de Clermont est exceptionnel. Il est d’ailleurs significatif que le seul prélat à s’opposer à plusieurs reprises à la volonté royale soit un prélat des marges, qui, comme légat d’Avignon, est concerné plus que d’autres par une double fidélité au roi et au pape. Sa résistance à la volonté royale ne s’arrête pas d’ailleurs à Lavaur et à Albi. Il s’oppose par exemple à la création de nouveaux chanoines dans le chapitre de l’église collégiale de Romans en Dauphiné et donc à la promotion de Jean de Monluc41. La même année (1537), le légat s’attaque à plus forte partie, lorsqu’il fait des difficultés pour céder l’archevêché d’Auch, très rémunérateur, à François de Tournon. Ce dernier s’en offusque, qui proteste auprès de Montmorency, avec un jeu de mots :

  • 42 M. François éd., Correspondance du cardinal François de Tournon, Paris, Picard, 1946, p. 182 : Fra (...)

« Je ne veux plus avoir a faire a luy [le cardinal de Clermont] et ayme myeulx en prendre l’aventure ; si je meurs plus tost que lui, je n’ay que faire ne daulx [Auch] ne d’ongnons ; s’il meurt plus tost que moy, j’espère, à l’aide de Dieu, que le Roy ne changera de la bonne volunté dont il luy a pleu m’asseurer42. »

  • 43 AD 33, G. 286, fo 116. Gabriel de Gramont, évêque de Tarbes, est nommé chanoine prébendé et ensuit (...)
  • 44 Le mercredi 14 juillet, les chanoines étant réunis en chapitre au nombre de 34, pour l’élection du (...)

17À l’exception du cardinal de Clermont, rares sont les prélats qui s’opposent à la volonté du roi. Tout au plus peut-on signaler le cas curieux de l’élection de Gabriel de Gramont à l’archevêché de Bordeaux. Chanoine et doyen de Bordeaux depuis 152643. Gabriel de Gramont est élu le 14 juillet 1529 contre Bertrand de Goulard, chanoine et sacriste du chapitre44. Or, loin de se réjouir de cette élection, il semble s’en inquiéter et affirme sur son honneur qu’il avait sollicité le bénéfice pour son frère Charles, évêque d’Aire :

  • 45 BnF, ms. Dupuy 452, fo 49 : Gabriel de Gramont à François Ier, Florence, 23 août 1529 ; voir aussi (...)

« Sire jay este adverty que les chanoines et chappitre de bourdeaulx mont esleu en arcevesque suivant le privilleige du pappe que jay de le pouvoir estre et ne fays aucune difficulte que vous ne soyez asseure que ce a este sans aucun pourchatz mien et vous puys tesmoigner que ce a este a mon desceu et sans que je y pancasse jamais. Car vous scavez sire que les requestes que je vous ay faict faire ny vous ay faictes ont este tousiours en faveur de monsieur dayre mon frere lequel me semble la deservy vers vous et le merite trop myeulx que moy. À ceste cause sire je vous supplie tant humblement quil mest possible quil vous playse non seulement avoir ladicte ellection pour aggreable mays voulloir consentir que je reccoure au droict pretendu en faveur dudict evesque dayre et je prens sur ma vie et sur mon honneur que oultre le soulagement que ce sera pour le pays vous perpetuerez la ung serviteur qui mectra biens et personne pour vre service. Il est vray sire quil y a quelque competiteur lequel sera besoing recompencer ce que luy ne moy ne scaurions faire sans demourer pouvres et inutilles pour vous faire service sil ne vous plaist consentir que ledict evesche dayre luy demeure qui est cause que pour la grande seurete que jay de moy destre a vous seul je men hardys de vous supplier treshumblement de vouloir que ainsy soit45. »

  • 46 AD 33, G. 286, fo 198.
  • 47 AD 33, G. 286, fo 197.

18L’affaire est d’autant plus surprenante qu’il n’est question à aucun moment de Charles de Gramont, dans les éléments de procédure qui ont été conservés. Quoi qu’il en soit, Gabriel conserve l’archevêché un an, puis le cède à son frère Charles en échange d’une pension annuelle de 4 000 lt sur les revenus de l’archevêché46. Le registre des chanoines rapporte que le 6 juin 1530, Me Sauvat de Pommiers, conseiller au parlement de Bordeaux, prête serment entre les mains de Gaston de Lamartonie, évêque de Dax, au nom et comme procureur de Charles de Gramont, qui a été nommé archevêque de Bordeaux, en vertu de bulles du pape Clément VII47.

Le jeu avec le Concordat des prélats d’État

  • 48 C. Michon, La crosse et le sceptre… op. cit., p. 226-229.
  • 49 R. Scheurer éd., Correspondance du cardinal Jean Du Bellay, Paris, Société de l’histoire de France (...)

19De manière générale donc, les prélats ne remettent pas en cause le concordat de Bologne. Jouant avec les règles du jeu et le pouvoir de patronage du souverain, ils s’efforcent d’obtenir les bénéfices qu’ils convoitent par une méthode en trois temps. D’abord, ils scrutent le marché des bénéfices à l’affût de toute vacance. Ils orchestrent ensuite un véritable lobbying pour obtenir l’objet de leur désir et n’hésitent pas, enfin, à payer pour l’obtenir48. Il est frappant de voir avec quelle avidité les prélats tournent autour des malades et, attentifs aux macabres rumeurs des décès, revendiquent avec force arguments leur héritage. C’est ainsi que Jean Du Bellay, avec son style puissant et imagé, résume une succession de transferts à la suite de la mort de quelques prélats : « Voyla les vendanges qui se font par decza a la cheutte des feuilles49. »

  • 50 BnF, ms. frçs. 6639, fo 25 (lettre de 1529) : « Monseigneur, pour ce que je suis adverty que ledic (...)
  • 51 BnF, ms. frçs. 3053, fo 62 : Charles Hémard de Denonville à Montmorency, de Rome, le 9 novembre 15 (...)
  • 52 CCJDB, t. I, p. 134 (Jean Du Bellay à Nicolas Berthereau, de Blois, le 18 mars 1530).
  • 53 CCJDB, t. I, p. 135 (Jean Du Bellay à Nicolas Berthereau, de Blois, le 23 mars 1530).

20Avant les bilans toutefois, les prélats sont tributaires des rumeurs qui doivent leur permettre de se positionner. Il ne s’agit pas toujours de maladie, mais parfois simplement de rumeurs de permutation ou de promotion. Ainsi, le président des comptes de Provence, Balthazar de Jarente, chanoine d’Aix depuis 1500, désireux d’obtenir un bénéfice important, évoque à Montmorency les manœuvres de Gramont pour obtenir l’archevêché de Bordeaux et postule en conséquence sa résignation de Tarbes dont il se verrait bien profiter50. De son côté Charles Hémard de Denonville apprend la maladie de l’abbé de Bedellay et rappelle à Montmorency la promesse que le roi lui a fait de lui attribuer son bénéfice51. Toutefois, les prélats sont souvent contraints de déplorer, à la manière de Jean Du Bellay : « Il ne meurt evesque ne riens52. » Heureusement, les bonnes nouvelles chassent les mauvaises et le malheureux Du Bellay peut s’exclamer, cinq jours après cette triste constatation : « Dieu soyt loué de tout ! Depuys troys jours est venu advis que monsr d’Aulx estoyt a l’extremité53. »

  • 54 En l’occurrence, François-Guillaume de Clermont-Lodève ne meurt qu’en 1540.

21Pourtant, trois bémols atténuent généralement leur joie. Le premier, c’est la fausseté des rumeurs54. Lorsque Du Bellay apprend que l’archevêque de Bordeaux, qu’il croyait mourant, n’est pas mort, il commente :

  • 55 Jean Du Bellay à Anne de Montmorency, de Londres, le 30 juin 1529 : CCJDB, t. I, p. 56-57. Jean Du (...)

« Je ne suys pas d’opinion que le Roy se mesle plus de guerir des escrouelles : il aura plus d’honneur de rescusciter les evesques, combien que ce seroyt chose ung peu pernicieuse pour la chose publique55. »

22Le second élément qui atténue l’attrait des bénéfices vacants, sont les pensions qui diminuent considérablement leurs revenus. Le dernier élément est la multiplicité des candidats sur chaque poste. Ainsi, lors de ses tentatives pour obtenir l’archevêché de Bordeaux qui fait l’objet d’une rude concurrence, Du Bellay écrit à Montmorency :

  • 56 Jean Du Bellay à Anne de Montmorency, de Londres, le 16 juin 1529 : CCJDB, t. I, p. 41-42.

« Bien vous veulx, Monsr, mectre ung mot de l’evesché dont la pénultieme depesche vous escripviz, que ne vouluz mectre pour lors saichant que communiqueriez mes lectres au Roy et a Madame […] trouveroye-je fort estrange que […] ledict [personnage désigné par un sigle non déchiffré] […] vint manger le pain en la main de ceulx à qui desja il est donné et qui font au Roy quelque service […] ; si l’autre a si grant envye d’estre evesque, qu’il prene mon evesché, le cas advenant de l’autre, et qu’il ne m’y empesche poinct et j’en seray content56. »

23C’est pourquoi, pour obtenir un bénéfice, les prélats d’État mettent en branle tout leur réseau de relation et développent un argumentaire soigneusement huilé, qui va jusqu’au discrédit de la concurrence, pour s’efforcer d’obtenir ce qu’ils estiment leur revenir de droit. C’est ainsi que Jean de Langeac juge

  • 57 BnF, ms. frçs. 20506, fo 93 : Langeac à Montmorency (?), Venise, 23 août [1528].

« raisonnable de previlegier moy qui suis hors du royaume consumant le myen et audangiers de ma personne [plutôt que] ceulx qui vivent de leurs comoditez et en leur maison57 ».

24De son côté, Jean Du Bellay s’acharne sur Gabriel de Gramont. Le différend entre les deux hommes commence au plus tard en 1527. Dans une lettre particulièrement perfide, Du Bellay rapporte des propos de Wolsey hostiles à Gramont :

  • 58 V.-L. Bourrilly et P. de Vaissière éd., Ambassades en Angleterre de Jean Du Bellay, Paris, Alphons (...)

« Monsieur de Tarbe […], par trop cuyder faire le subtil et ne l’estre poinct et trop donner à entendre qu’il est homme de pratique, mect les affaires en très grandz et évidens dangiers58. »

  • 59 Bnf, ms Dupuy, 495, fo 51 : « Monseigneur, pour ce que avez esté averty de l’estat des affaires de (...)

25Gramont est obligé de se justifier59. La raison essentielle de l’hostilité de Du Bellay à l’égard de Gramont, réside dans la concurrence directe des deux hommes pour les mêmes fonctions, avec un net avantage au Navarrais, qui obtient Bordeaux contre l’Angevin et qui est promu cardinal dès 1530. La dimension personnelle de l’animosité apparaît à la suite de l’élection à Bordeaux de Gabriel et de sa promotion comme cardinal. À ce moment là, Du Bellay se dit prêt à refuser un bénéfice car il n’accepte pas de récupérer les miettes de Gramont :

  • 60 CCJDB, t. I, p. 135 : Jean Du Bellay à Nicolas Berthereau, de Blois, le 23 mars 1530.

« Plustost vouldroye demourer toute ma vie comme je suys que de prendre les demourans, mesmes estans telz qu’ilz sont, de celluy qui n’a guerez myeulx servy que moy et qui auroyt myeulx occasion de se contenter d’avoir desja eu du Roy XX mil l. de rente et reserves de plus de XL, oultre Bordeaulx qu’il eut l’an passé et oultre l’asseurance du chapeau, que moy qui ayt si peu receu de bien ne avancement60. »

  • 61 BnF, ms frçs 3071, fo 23 : Gabriel de Gramont à Montmorency, Paris, 19 avril [1531] : « Monseigneu (...)

26Notons en passant que Gramont n’est pas rancunier, qui propose un an plus tard la candidature de Du Bellay, qui n’est toujours que simple évêque de Bayonne, au chapeau de cardinal61.

Bilan : Jean de Lorraine, un prélat cumulard appliqué

  • 62 Julio Alvarotto, ambassadeur du duc de Ferrare, diffusant la rumeur d’une grave maladie de Jean de (...)
  • 63 G. Laffont, Histoire manuscrite des archevêques de Narbonne, 1719 [exemplaire, unique à ma connais (...)
  • 64 G. Laffont, Histoire… op. cit., p. 576 : « Notre Jean cardinal de Lorraine, archevêque de Narbonne (...)
  • 65 CAF, t. II, p. 512, no 6266 ; CAF., t. III, p. 11, no 7498.
  • 66 British Library [désormais BL], ms. Calig, E II, fo 143 ; BL, Calig E II, fo 144 (ancienne paginat (...)
  • 67 BnF, ms frçs 3635, fo 88 (à propos de l’évêché d’Albi) ; ms frçs 3095, fo 20 et 22 (à propos de l’ (...)
  • 68 P. Choné, « Jean de Lorraine (1498-1500), cardinal et mécène », dans F. Lemerle, Y. Pauwels et G. (...)
  • 69 Voir C. Michon, « Une ville contre son seigneur. Albi dans la première moitié du XVIe siècle », Ca (...)
  • 70 AD 54, 3 F 438, fo 39 : « il y a mis pres de Cinquante mil francs en deniers clers receuz par nous (...)

27Dans son rapport à l’argent, le cardinal Jean de Lorraine est une incarnation parfaitement représentative du prélat cumulard. Au total, ce sont 12 évêchés et 9 abbayes qui passent entre ses mains62. Dans la gestion des revenus de ses bénéfices, Jean de Lorraine montre une application et une constance sacerdotales. Il refuse systématiquement toutes concessions d’argent à ses diocésains. C’est le cas en particulier à Narbonne. Lors de la prise de possession de l’archevêché, Jean de Lorraine entre en conflit avec le chapitre cathédral de Saint-Just qui lui demande le droit de son entrée. Le chapitre obtient un arrêt du parlement de Toulouse pour lui faire saisir la troisième partie des revenus de l’archevêché pour être employés aux réparations de la cathédrale. Jean de Lorraine transige avec le chapitre et s’oblige de fournir trois mille livres chaque année pour les réparations. Il fait ensuite intervenir François Ier qui, par des lettres du 29 mars 1526 adressées au parlement de Toulouse, ordonne que Jean de Lorraine sera tenu de fournir cette somme durant trois ans seulement63. De la même manière, toujours comme archevêque de Narbonne, il entre en conflit avec l’évêque de Mirepoix, le monastère de Montolieu, et quelques autres bénéficiers sur la question des dîmes. Un arrêt du parlement de Toulouse lui donne cette fois-ci raison64. Il multiplie la création de foires et de marchés dans les territoires sous son contrôle, en tant qu’archevêque de Narbonne, abbé de Cluny ou archevêque de Reims65. Lorsqu’au début de juillet 1528, il est dans l’impossibilité de jouir des revenus de son évêché de Thérouanne, Jean de Lorraine s’adresse à la régente de Flandres, à Wolsey, à Jean Du Bellay et à Anne de Montmorency, après avoir demandé au roi d’intervenir en sa faveur66. Pour jouir de ses revenus, il n’hésite donc pas à solliciter un souverain, une régente, un légat, un ministre et un ambassadeur. Enfin, il se montre particulièrement tenace dans la poursuite de bénéfices67. La raison de cette application dans la gestion bénéficiale réside sans doute dans ses besoins d’argent colossaux. C’est en effet un prince plein de magnificence. Il a de très nombreux serviteurs, de nombreuses maîtresses – qu’il dote pour les marier – et il se caractérise par un mécénat architectural, musical et littéraire très actif, quand il ne participe pas au financement des fêtes royales68. Il paie des pensions à des agents du roi à l’étranger, en particulier à des cardinaux italiens. Il paie ainsi une pension de 1 000 écus au cardinal Salviati, une à Jean de Médicis (futur Clément VII) sur son évêché de Valence et une autre de 2 000 livres tournois au cardinal de Bologne sur son évêché d’Albi69. Il emprunte fréquemment à son frère, le duc Antoine de Lorraine70. À sa manière, Jean de Lorraine incarne bien les rapports avides à l’argent des prélats de cour du règne de François Ier.

Notes

1 BnF, ms. frcs 15769, fo 499-503.

2 J.-M. Le Gall, Les moines au temps des Réformes (1450-1550), Seyssel, Champvallon, 2001, p. 437-439.

3 En 1546 par exemple, le cardinal Jean de Lorraine afferme les revenus de Cluny, estimés à 20 000 lt (BnF, ms Frçs 15769, fo 500) pour 11 000 lt (Philippe Hamon, L’argent du roi. Les finances sous François Ier, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1994, p. 79).

4 Soit l’équivalent des dépenses de la maison du roi en 1546 (BnF, ms. frcs 17329, fo 82-84 vo : P. Hamon, L’argent…, op. cit., p. 5).

5 Par exemple les familles Ribaud-Guérin au Bec-Hellouin, La Voue à Bonneval, Martigny à Saint-Etienne de Caen, Crevant à La Trinité de Vendôme, Brilhac à Saint-Père-en-Vallée de Chartres, Lenoncourt à Saint-Rémy de Reims. Voir Cédric Michon, La Crosse et le Sceptre. Les prélats d’État sous François Ier et Henri VIII, Paris, Tallandier, 2008, p. 251-255 Dans les grandes monarchies occidentales de la fin du Moyen Âge, on observe une implication considérable des prélats dans le service royal. Dans chaque royaume, quelques dizaines d’entre eux connaissent un investissement tel qu’ils constituent une institution informelle, présente de manière significative, voire déterminante, dans tous les secteurs de l’administration monarchique. Dans la France de la fin du XVe et de la première moitié du XVIe siècles, ces « prélats d’État » constituent le tiers des conseillers du roi, près de la moitié de ses diplomates, et d’importants relais du pouvoir central dans les provinces.

6 J.-M. Le Gall, Les moines… op. cit., p. 445.

7 J.-M. Le Gall, Les moines… op. cit., p. 436.

8 J.-M. Le Gall, Les moines… op. cit., p. 444.

9 C. Michon, La Crosse et le Sceptre… op. cit., p. 253-256.

10 M.M. Edelstein, “The Social Origins of the Episcopate in the Reign of Francis I”, French Historical Studies, t. VIII, 1974, p. 378.

11 Il est clair dès le XVIe siècle, que « les revenus des bénéfices étaient officiellement tarifés à un taux inférieur à la réalité. On dit que ce taux correspondait à la moitié du revenu réel » : R. Doucet, Les Institutions de la France au XVIe siècle, Paris, Picard, 1948, qui s’appuie sur une information donnée par Cavalli en 1546 dans N. Tommaseo, Relations des ambassadeurs vénitiens sur les affaires de France au XVIe siècle, Paris, Collection de documents inédits sur l’histoire de France, 1838, t. I, p. 299.

12 BnF, ms. frcs 17658.

13 Les revenus de Gap sont, en 1563, de 18 000 l.t., sur lesquels sont prélevés 1 908 l.t. de décimes ; ceux de Dax sont de 4 000 lt sur lesquels sont payées 380 lt. À l’inverse, les revenus d’Agen, de 7 951 l.t. en 1521 sont taxés à 318 l.t. pour les décimes : F. Baumgartner, Change and Continuity in the French Episcopate, Durham, Duke University Press, 1986, p. 59-61.

14 C. Michon, La Crosse… op. cit., p. 307-308.

15 Archives départementales de la Gironde (désormais AD 33), G 330, G 516, G 523.

16 AD 33, 3 E 1066 et P. Roudié, « Les embarras financiers de François Ier et leurs répercussions en Bordelais », Société Archéologique de Bordeaux, t. 78, 1987, p. 75-82.

17 Catalogue des actes de François Ier, 10 vol. , Paris, Imprimerie nationale, 1887-1902 [désormais CAF], t. VII, p. 404, no 25273.

18 AD 33, G 330.

19 Le franc est une monnaie de compte équivalente à la livre tournois.

20 Archivio di Stato di Modena, Canc. est., Cart. amb., Francia, busta 21, lettre de Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Verneuil, 1er juin 1545 : « Il re di Francia ad instancia di madama di Tampes dono lo arcivescovo di bordeos al carli de belai con carico pero di pagar due millia franchi di pensione ad un altro non sa a chi. Il cardinale lo accetto », puis il apprend que la pension a été élevée à 4 000 francs à la demande de l’amiral avec lequel il a alors une altercation très vive.

21 AD 33, G 804.

22 AD 33, G. 851 : Lettres patentes faisant droit aux réclamations du cardinal Du Bellay, archevêque de Bordeaux et fixant les décimes de l’archevêché à 300 lt (1553).

23 AD 33, G 330.

24 AD 33, G 516 et G 523.

25 AD 33, G 804.

26 À titre de comparaison, il n’en rapporte que 7 000 au début de la décennie 1560, et 16 000 entre 1600 et 1620 : AD 33, G 804 : « feust rabatu par ledict sieur Cardinal et ses héritiers la somme de trois mil livres sur la dernière année de leur afferme ». Pour le début du XVIIe siècle, voir J. Bergin, Crown, Church and Episcopate under Louis XIV, Yale, Yale University Press, 2004, p. 110.

27 A. Tallon écrit ainsi à propos d’Arnaud Du Ferrier : « Défenseur farouche des privilèges royaux, jusqu’à en friser l’érastianisme, devant le concile de Trente, quand celui-ci lui semble donner un avantage décisif au pape sur le roi, à l’Église sur l’État, il est capable de modifier radicalement sa position quand la situation inverse se présente et que l’État royal empiète sur les libertés ecclésiastiques. […] L’attachement à deux maîtres, le roi et le pape, permet de neutraliser les prétentions de l’un comme de l’autre et d’assurer la pérennité des libertés gallicanes. » : A. Tallon, Conscience nationale et sentiment religieux en France au XVIe siècle, Paris, PUF, 2002, p. 162.

28 Archivio Segreto Vaticano, A. A. Arm. I-XVIII, no 2514 : Gabriel de Gramont à Clément VII, Plaisance, 29 décembre [1532] : « Avons nous entendu que vous marchandez fort de vous laisser aller (prenant quelque foys fondement sur loctroy des decymes que leglise gallicane a faict au roy) et autres choses frivoles dont vous estes servy apresent pour entremectz. »

29 G. Ribier éd., Lettres et mémoires d’Estat des Roys, Princes, Ambassadeurs et autres ministres sous les Regnes de François premier, Henry II et François II, Paris, 1666, t. 2, p. 162. Jean Du Bellay au roi, de Rome, le 14 septembre 1548 : A. Tallon, Conscience… op. cit., p. 92-93.

30 A. Tallon, Conscience… op. cit., p. 110-122.

31 C. de Seyssel, La monarchie de France et deux autres fragments politiques, éd. J. Poujol, Paris, Éditions d’Argence, 1961, p. 126, cité par A. Tallon, Conscience… op. cit., p. 112.

32 A. Tallon, Conscience… op. cit., p. 113.

33 Pas toujours dans la circonscription concernée par le concordat d’ailleurs. Jean Le Coullon (1526-1587), laboureur à Ancy, près de Metz, écrit dans son journal : « En ce temps-là estoit Evesque de Metz Jean cardinal de Lorraine. C’est celuy que l’on dist avoir estez evesque au ventre de sa mère. Sy ce eust estez une fille, c’eust estez une evesqueresse. » : G. Cabourdin, Histoire de la Lorraine, Les Temps modernes, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1991, p. 21.

34 A. Tallon, Conscience… op. cit., p. 114 et id., La France et le Concile de Trente (1518-1563), Rome, École française de Rome, 1997, p. 664 sq.

35 A. Tallon, Conscience… op. cit., p. 118.

36 ASV, Principi, vol. IX, anno 1516-1547, fo 262v°-268, lettre de François Ier à Clément VII, Bordeaux, 15 avril [1526]. La lettre se termine ainsi : « À ceste cause tressainct pere, et affin que mre george de selve soit trouve capable de tenir evesche archevesche ou autre dignite ecclesiastique dont le pourrons faire cy apres pourveoir, nous supplions et requerons vre sainctete que le bon plaisir dicelle soit a nre priere et requeste, luy octroyer et faire expedier telle dispense quil luy sera pour ce necessaire et convenable selon le memoire qui en sera de par nous presente a V.S. Laquelle en ce faisant nous fera tresgrant et singulier plaisir. Priant Dieu tressainct pere quil vueille Icelle V. S longuement preserver maintenir et garder au bon regime et gouvernement de sa saincte eglise. Escript a Bourdeaulx, le XVème jour davril. Vre devot filz le roy de France, Duc de Millan seigneur de Gennes. Francoys. »

37 À la fin de 1522, il est envoyé auprès du nouveau pape Adrien VI porteur d’instructions pour tenter une conciliation avec l’empereur, sans rien céder sur les revendications sur Milan (A. N., J 965, 5, no 3, instructions, datées de Blois, du 11 août 1522). Voir aussi J.-P. Amalric (1522-1523), Bulletin de la Société archéologique et historique du Gers, 2001, t. CXVIII, p. 490-504. Il est nommé lieutenant du gouverneur de Provence le 27 mars 1525 : CAF, t. VII, p. 127, no 2384.

38 Il écrit les 1er juillet et 25 août 1516 et le 25 juillet 1517 à Philippe-Jean II de Rabastens, vicomte de Paulin, pour le prier de tenir la main à la possession de l’évêché par Robertet : A. Vidal, Les Vicomtes et la Vicomté de Paulin, Albi, [s. n.], 1911, p. 54-55. En novembre 1517, il nomme un commissaire pour faire cesser les troubles qui sont apparus dans la ville d’Albi à la suite du différend sur la nomination : BnF, ms frcs 5500, fo 277 : Commission donnée pour faire cesser les troubles dont la ville d’Alby est le théâtre, depuis que l’évêque Charles Robertet s’est démis de son siège et que son frère Jacques Robertet a été nommé à sa place.

39 BnF, Carré d’Hozier, vol. 579. Le début de la lettre est à peine moins ferme : « Mon cousin, vous avez par cy devant entendu le désir que le Roy et moy avons que le filz de Monsieur le premier president soict pourveu de l’evesché de Lavaur, et pour ce que ledict seigneur et moy n’avons encore eu responce de vous qui en ce satisface a nostre intencion, j’ay esté meus, mon cousin, de rechief vous en rescrire, vous priant tres affectueusement […] vous désister de la poursuite et aussi de […] tout le droict que vous pouvez pretendre audict benefice ; estant asseuré que le dit sgr et moy aurons memoire de ce plaisir en melheure chose, de sorte que vous en serez content, vous advisant au demourant et pour conclure que ledit sr et moy porterons tout outre le filz dudit premier président en cest affaire jusques en faire la nostre propre ; pour ce je vous prie encores ung bon coup, mon cousin, que vous veulhez bien y pencer et en cest endroict obtemperer a la tres affectionnée requeste dudit sgr et de moy ». Ces lettres sont des copies qui ne mentionnent pas l’année, mais le jour et le mois, et doivent être considérées dans l’ensemble comme datant du printemps 1527. Les deux lettres sont datées de Saint-Germain en Laye, le 1er avril. La première est de François Ier, la seconde, de Louise de Savoie.

40 BnF, Carré d’Hozier, vol 579 : « Monsr de Lavaur, mon amy, j’ay receue la lettre que m’avez escripte, et n’est besoing user de remerciement en mon endroit car je suis trop et de tout temps amy de vostre père, et luy vouldrois faire et à toute la rasse plaisir. Vous adviserez de vostre cousté si en autre chose me voulez emploier et ne me trouverez jamais autre que bon frere plus par effect que de parolle ; et ainsi vous prie le croyre ; qui sera la fin de la présente après avoir prié le Créateur vous tenir en sa saincte garde. D’Avignon ce 22 de jung. Vostre meilleur frere et amy. F. Cal de Clermont. »

41 BnF, ms. frcs 5145, fo 132. Charles Hémard de Denonville et Georges de Selve à François de Tournon, Rome, 24 octobre 1537 : « Monseigneur, il y a environ deux ans que a la rescription et commandement du Roy, moy de Mascon poursuivis envers nostre Sainct Pere, et obtins de sa sainctete une reformation du chapitre de l’Église collégiale de Romans en Daulphine, ou suyvant lancienne fondation furent erigez nouveaulx chanoines jouxte la volunte dudict seigneur Roy et donna sa sainctete lune des prebendes nouvellement erigee au Prothonotaire de Monluc […] lequel a esté adverty que ladicte creation et reformation est empeschée par Messr les Legat d’Avignon et archevesque de Vienne. Ce que nous avons trouvé estrange attendu que moy de Mascon ay eu lettres dudict sr de Vienne en recommandation dudict affaire et quant à monsr le légat d’Avignon il nous semble que puisque le pape y a mis la main ce nest plus à luy à en congnoistre, dont nous vous avons bien voulu escripre en faveur dudict de Monluc et supplyer vouloir faire part de vostre faveur et auctorité à ladicte erection. »

42 M. François éd., Correspondance du cardinal François de Tournon, Paris, Picard, 1946, p. 182 : François de Tournon à Anne de Montmorency, Lyon, 9 juin 1537.

43 AD 33, G. 286, fo 116. Gabriel de Gramont, évêque de Tarbes, est nommé chanoine prébendé et ensuite pourvu de la dignité de doyen (7 avril 1526).

44 Le mercredi 14 juillet, les chanoines étant réunis en chapitre au nombre de 34, pour l’élection du nouvel archevêque, 14 voix se portent vers Gabriel de Gramont, contre 9 pour Bertrand de Goulard, dit de Brassac, chanoine et sacriste de ladite église et président à la cour des enquêtes (AD 33, G. 286, fo 181).

45 BnF, ms. Dupuy 452, fo 49 : Gabriel de Gramont à François Ier, Florence, 23 août 1529 ; voir aussi BnF, ms frcs 20504, fo 103.

46 AD 33, G. 286, fo 198.

47 AD 33, G. 286, fo 197.

48 C. Michon, La crosse et le sceptre… op. cit., p. 226-229.

49 R. Scheurer éd., Correspondance du cardinal Jean Du Bellay, Paris, Société de l’histoire de France, 1969 (désormais CCJDB), t. I, p. 213 : Jean Du Bellay à François de Dinteville, Compiègne, 17 septembre 1531.

50 BnF, ms. frçs. 6639, fo 25 (lettre de 1529) : « Monseigneur, pour ce que je suis adverty que ledict seigneur de Tarbes poursuict lexpedition de larcevesche de bourdeaulx et qui est pour habandonner celluy quil tient je vous supplie que si lon congnoit que jaye merite quelque chose que je ne soye point oblye car comme vous scavez je me suys trouve non seullement de pardeca aux grans affaires et adversitez du roy mais encores en suisse et en ytalie du temps que vous y estiez sans avoir eu aucun avancement. » Tarbes ira finalement à Antoine de Castelnau, neveu de Gabriel de Gramont. Balthazar de Jarente devra attendre août 1530 pour obtenir un évêché.

51 BnF, ms. frçs. 3053, fo 62 : Charles Hémard de Denonville à Montmorency, de Rome, le 9 novembre 1536 : « Monseigneur le cardinal le Veneur ma escript dudict XXe questant adverty par mes amys de Paris de lextreme maladie de labbé de Bedellay et saichant que de longtemps le Roy men avoit donné la réserve, il le lui ramentoit, la luy demandant de nouveau pour moy. Ce que ledict seigneur luy accorda de bon cueur. Et pource monseigneur que le bien et honneur que jay eu jusque icy vient de vous […] jay advisé vous supplier quil vous plaise en cest endroit me tenir la main de sorte que je ne soye frustré de ce bien, lequel m’aydera a mentretenir au degré quil vous plaist me procurer, si Dieu me faict la grace d’y parvenir, ce que autrement ne pourroys faire honnestement pour le petit bien que jay qui ne sçauroit monter plus de neuf mil francz par an. »

52 CCJDB, t. I, p. 134 (Jean Du Bellay à Nicolas Berthereau, de Blois, le 18 mars 1530).

53 CCJDB, t. I, p. 135 (Jean Du Bellay à Nicolas Berthereau, de Blois, le 23 mars 1530).

54 En l’occurrence, François-Guillaume de Clermont-Lodève ne meurt qu’en 1540.

55 Jean Du Bellay à Anne de Montmorency, de Londres, le 30 juin 1529 : CCJDB, t. I, p. 56-57. Jean Du Bellay se trompait : Jean d’Orléans était bien mort le 25 juin.

56 Jean Du Bellay à Anne de Montmorency, de Londres, le 16 juin 1529 : CCJDB, t. I, p. 41-42.

57 BnF, ms. frçs. 20506, fo 93 : Langeac à Montmorency (?), Venise, 23 août [1528].

58 V.-L. Bourrilly et P. de Vaissière éd., Ambassades en Angleterre de Jean Du Bellay, Paris, Alphonse Picard, 1905, p. 66-68 : Jean Du Bellay à Montmorency, Londres, 14 décembre 1527.

59 Bnf, ms Dupuy, 495, fo 51 : « Monseigneur, pour ce que avez esté averty de l’estat des affaires de dessà et par le chiffre devez entendre à plus près l’intention de ceulx à qui avons à besogner, je vous prie que teniez main que ayions aucune conclusion, car je doute que la longueur pourroit estre dommageable à la conduite & fin de la paix […] s’il ne plaist au Roy avoir pitié de moy, je croy que je n’en partiray jamais pour le chemin que prend cette négociation : je la vois longue et ignore la fin, qui est cause que j’ay recours à vous d’autant que sçavez que l’on attribueroit sa longueur plustost à ma sottise qu’à autre chose pour le long temps que ay demouré par dessà. Je m’en rapporte à Mr le Président de Calvimont qui vous esript et qui, combien qu’il n’ayt esté sur les lieux comme moy, en a bonne cognoissance pour les façons de faire de dessà. »

60 CCJDB, t. I, p. 135 : Jean Du Bellay à Nicolas Berthereau, de Blois, le 23 mars 1530.

61 BnF, ms frçs 3071, fo 23 : Gabriel de Gramont à Montmorency, Paris, 19 avril [1531] : « Monseigneur, vous scavez que le roy me dict lautre jour quil vouloit avoir trois cardinaulx. Il nomma monseigneur de [Toulouse] pour ung. Les autres deux non. Je me suys ce jourdhuy oublie luy demander et daultant que ne les nommer point serviroit dexcuse au pappe et a messeigneurs les cardinaulx et que renvoyer pour entendre son intention mectroit laffaire a la longue, je me suis advise vous en escripre affin de ne perdre s’il est possible les quatre temps de la penthecouste et sil playsoit audict seigneur que monsr de bayonne en feust lun je le solliciteroyt de bon cueur et en feroyt oultre le commandement dudict seigneur mon propre affaire […] pour estre ledict seigneur de bayonne qualiffie et pour luy faire service a ladvenir comme il a fait par le passe. »

62 Julio Alvarotto, ambassadeur du duc de Ferrare, diffusant la rumeur d’une grave maladie de Jean de Lorraine, écrit, le 20 novembre 1546 : « Dalla sua morte nasceria una grà [grande] vacantia de beneficii in Francia » : AS Modena, Canc. est., Cart. amb., Francia, busta 23.

63 G. Laffont, Histoire manuscrite des archevêques de Narbonne, 1719 [exemplaire, unique à ma connaissance, consultable aux archives communales de Narbonne], p. 567-568. G. Laffont renvoie à « Archives de l’archevêché de Narbonne, Arm. Cais. Du chapitre St Just cotées No 124 » et à différentes lettres dont il ne donne pas la cote dans les archives de l’archevêché de Narbonne. Il poursuit : « Tellement que ce fut sans doute alors ou peu apres qu’en consequence de cela notre prélat fit faire les beaux et riches parements dornement de velour rouge cramoisi avec des figures en broderie d’or que ce chapitre etale au grand autel de son eglise et se sert pour le divin service et office à certaines festivités de l’année et les donna à ceste église pour son droit d’entrée. »

64 G. Laffont, Histoire… op. cit., p. 576 : « Notre Jean cardinal de Lorraine, archevêque de Narbonne et Guillaume Duverger recteur d’Honcus eurent différent avec David Bethoun cardinal decosse evesque de Mirepoix, le syndic du monastere de Montolieu, le prieur de manse et le recteur d’Ourzans au sujet de certaines dismes qu’ils contestoient ensemble mais par arrest rendu par la cour de Parlement de Toulouse en l’an 1541 notre prélat et le recteur d’Honous furent maintenu en la possession et jouissance de percevoir les dismes ». Voir également aux archives de Haute Garonne, B 34, fo 399, un « règlement des contestations qui s’étaient élevées entre le syndic du monastère de Montolieu, l’archevêque de Narbonne, les recteurs d’Orsans et d’Honnoux et le prieur de « Manses » au sujet des fruits décimaux et de l’administration des sacrements », 21 juillet 1541.

65 CAF, t. II, p. 512, no 6266 ; CAF., t. III, p. 11, no 7498.

66 British Library [désormais BL], ms. Calig, E II, fo 143 ; BL, Calig E II, fo 144 (ancienne pagination : 180) ; BnF, ms frçs 3635, fo 52.

67 BnF, ms frçs 3635, fo 88 (à propos de l’évêché d’Albi) ; ms frçs 3095, fo 20 et 22 (à propos de l’abbaye de Cluny).

68 P. Choné, « Jean de Lorraine (1498-1500), cardinal et mécène », dans F. Lemerle, Y. Pauwels et G. Toscano éd., Les Cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique, Lille, Septentrion, 2009, p. 89-104.

69 Voir C. Michon, « Une ville contre son seigneur. Albi dans la première moitié du XVIe siècle », Cahiers du CRHQ, Cahier no 1, 2009 (en ligne : http://www.crhq.cnrs.fr/cahiers/page-article.php?num=305&ch=6).

70 AD 54, 3 F 438, fo 39 : « il y a mis pres de Cinquante mil francs en deniers clers receuz par nous pour nos particulieres necessitez et entretien de nostre estat. Oultre les frais par luy soustenus aux faitz de noz provisions, mesmes de notre dignité de cardinal, montant à plus de trente mil francs, sans autres frais et parties inopines de grande somme » (acte du 14 août 1540). Deux mois plus tôt, le duc Antoine de Lorraine s’est encore porté garant auprès d’un marchand florentin pour une somme de 6 000 ducats prêtés à Jean : AD 54, 3 F 312, le 14 juin 1540.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540