Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fortunes urbaines

 | 
Laurent Bourquin
, 
Philippe Hamon

Deuxième partie. Officiers et gestionnaires

Fortune et style de vie dans la magistrature nantaise au XVIIe siècle

Vincent Gallais

Texte intégral

1La question de la constitution de la fortune et de son usage à l’époque moderne peut être abordée sous différents angles d’observation, notamment celui de la notabilité robine ; notre choix s’est porté sur le monde des gens de justice nantais, et ses magistrats, au XVIIe siècle. Les principaux héros de cette présentation sont Jean Blanchard (1575-1650), baron du Bois de la Musse, et son fils César-Auffray (1612-1671), marquis du Bois de la Musse, tous deux premiers présidents à la chambre des comptes de Bretagne. À l’originalité du cas exposé, peuvent être confrontés d’autres exemples locaux. La première étape consiste à évaluer la fortune et les revenus, et donc à tenter de cerner la situation financière des individus. La composition du patrimoine et l’approche de leur univers doivent ensuite aider à brosser le portrait social du magistrat.

Du patrimoine et des revenus

  • 1 Vincent Gallais, « De la cour à la ville. Jean Blanchard, maire de Nantes (1611-1613) » dans Guy S (...)
  • 2 Vincent Gallais, « Culture et information royale au Grand Siècle : le premier président Blanchard (...)

2Si l’évaluation du patrimoine au décès reste une opération difficile en raison de l’absence de comptabilité exhaustive, il est néanmoins possible de reconstituer en amont l’état des fortunes et de suivre la voie de l’enrichissement. Nos deux individus, objets d’étude, ont connu une ascension rapide, à divers degrés, dont le patrimoine matériel constitue à la fois un moyen et le résultat. Jean Blanchard gravit les échelons et emprunte des accès parallèles qui le conduisent au plus près du pouvoir royal : procureur au présidial de Nantes (1602), procureur général (1612), puis premier président (1634) à la chambre des comptes de Bretagne, maire de Nantes (1611-1613), second puis premier commissaire du roi aux états de Bretagne (1617-1645), conseiller d’État (1619), il est également employé dans de nombreuses missions officielles, ou secrètes, en Bretagne, pour la monarchie tant dans le domaine fisco-financier que politique1. César-Auffray, bénéficie des efforts de son père et sa trajectoire s’en trouve accélérée : président au présidial de Nantes (1634), premier président à la chambre des comptes de Bretagne (1641), conseiller d’État (1642)2.

3L’entrée dans la clientèle d’un Grand est une voie traditionnelle d’ascension empruntée par les gens de robe. Entre le barreau du parlement ligueur de Nantes et la plus haute charge de la chambre des comptes, le parcours de Jean Blanchard passe par la maison de César de Vendôme, gouverneur de Bretagne. L’association avec ce remuant prince est essentielle dans son parcours. C’est en mai 1619 qu’il prend le poste de surintendant de cette maison, conservé jusqu’en 1630. Le duc lui propose l’emploi sur la recommandation de son médecin, Pierre Bedeau, cousin de Jean Blanchard. Dans un premier temps, ce dernier le refuse puis, finalement, l’accepte sur ordre de Louis XIII, qui le charge de surveiller son demi-frère. Leur collaboration s’achève, de manière classique, par un procès : l’un se plaint de ne pas avoir perçu tous ses gages, l’autre l’accuse de prévarications.

4Cette période est propice aux acquisitions importantes. On constate une hausse très forte et régulière dans la période 1620-1630 ; la direction des affaires du prince coïncide avec un enrichissement rapide. Les appointements de Blanchard, 12 000 livres annuels, même versés irrégulièrement, constituent un apport non négligeable pour le magistrat. Pour autant, il ne saurait expliquer à lui seul la hausse du niveau de fortune. La formule de La Bruyère « jeunes princes, sources de richesses » semble prendre ici tout son sens.

  • 3 ADLA, B 6827, B 6838, B 6848, B 6997, E 757, 4E2/202, 4E2/208, 4E2/210, 4E2/1263, 4E2/1279 ; Vince (...)

5Le problème du passif méconnu, ou mal connu, est un écueil dans l’étude du patrimoine au décès ; cette question est d’autant plus présente que nous savons le recours quasi systématique au crédit de ces notables. La fortune au décès de Jean Blanchard, en 1650, monte à 147 000 livres sans l’office de premier président valant 160 000 livres. Celle de son fils atteint 350 000 livres (y compris l’office) à sa mort en 1671. Ces niveaux sont comparables à ceux de leurs collègues, office compris3. En 1677, Julien Boux, prévôt de Nantes, dispose de 160 000 livres ; la même année, Jacques Charette, successeur de César-Auffray Blanchard à la chambre des comptes, laisse environ 200 000 livres dans lesquelles n’est pas comprise sa seigneurie de Montbert. Vers 1690, Jean-Baptiste de Cornulier, président à la chambre des comptes, détient un patrimoine de 212 000 livres, et l’alloué lieutenant général, Claude Bidé, possède 161 000 livres. Enfin, en 1702, Louis Charette, sénéchal et président au présidial, laisse 400 000 livres à ses héritiers. Les actes de succession fournissent des instantanés dont nous ne saurions cependant nous contenter.

  • 4 ADLA, 103J 15.
  • 5 AN, MC, CXV, 48, fait à Paris en l’hôtel de Mercœur.

6La capacité à doter les filles fournit un indice supplémentaire du niveau de fortune des pères. Le 7 juillet 1621, le duc de Vendôme accueille chez lui, à Rennes, en l’hôtel de La Costardais, la famille de son surintendant afin d’y conclure l’acte d’union entre Jeanne Blanchard et François Becdelièvre, seigneur de la Busnelays, conseiller au parlement de Bretagne4. La mariée reçoit, en plus des habits nuptiaux, une dot de 40 000 livres, dont 13 375 en espèces et le solde en créances sur divers officiers de justice ou finances locaux. Jean Blanchard implique davantage les siens dans la maison de Vendôme en accordant la main de sa seconde fille Marie à Louis du Plessier, seigneur de Genonville, premier gentilhomme de la chambre du duc de Vendôme, gouverneur des ville et château d’Ancenis et maître des eaux et forêts de la baronnie d’Ancenis5. Le contrat est signé le 2 juillet 1624 ; à cette occasion, le père promet également de fournir 40 000 livres.

  • 6 ADLA, 4E2/196 (22 février 1670) et 4E2/198 (18 février 1672).
  • 7 ADLA, 4E2/210 (1er juillet 1681).

7La moyenne des apports délivrés par les magistrats nantais sous le règne de Louis XIV, entre 1670 et 1697, avoisine ce montant mais les disparités peuvent être importantes. Le chiffre évolue également en fonction du nombre de filles à marier. Les dots les plus élevées sont celles du sénéchal Jean Charette qui accorde à ses deux filles 56 000 et 40 000 livres (1670 et 1672)6 ; le premier président Jacques Charette donne 72 000 livres à sa fille en 16817.

  • 8 Voir Dominique Le Page, De l’honneur et des épices. Les magistrats de la chambre des comptes de Br (...)

8Les Blanchard ont laissé des livres de compte permettant d’identifier en partie leurs sources de revenus et surtout de rendre compte de leur poids respectif. Les ressources de nos magistrats varient par l’origine, le montant, la nature et même le mode de réception : pensions, gages, gratifications diverses, produits des rentes constituées et obligations, revenus des terres (baux, rentes seigneuriales). On ne retiendra ici que les revenus significatifs. L’étude des revenus des charges est ardue en raison de l’irrégularité des versements et de confusions entre gages, pensions et gratifications8. Ainsi, les comptes laissés par César-Auffray Blanchard se présentent comme une suite de chiffres aux montants très irréguliers. L’intéressé y cumule annuellement toutes ses rémunérations. Les dons ponctuels et exceptionnels de la monarchie ainsi que les sommes versées au titre de services ou enquêtes particulières entraînent des variations importantes selon les années.

Année

Montant en livres (l.), sols (s.), deniers (d.)

1641

Environ 7 379 l.

1642

6 738 l. 7 s.

1643

6 726 l. 8 d.

1644

4 816 l. 17 s.

1645

8 024 l. 3 s. 19 d.

1646

4 684 l. 13 s. 6 d.

1647

7 552 l. 11 s.

1648

9 066 l. 11 s. 15 d.

1649

9 204 l. 16 s.

1650

9 592 l. 17 s. 6 d.

1651

13 810 l. 5 s. 4 d.

1652

14 639 l. 13 s. 11 d.

1653

13 635 l. 4 s. 2 d.

1654

9 102 l. 6 s. 9 d.

1655

12 210 l. 5 s.

1656

13 835 l. 16 s. 5 d.

1657

13 083 l. 4 s. 3 d.

1658

14 639 l. 15 s. 2 d.

1659

15 044 l. 8 s. 10 d.

1660

9 275 l. 12 s.

1661

10 644 l. 5 s. 9 d.

1662

14 918 l. 18 s. 11 d.

1663

6 693 l. 12 s. 2 d.

1664

8 136 l. 15 s.

1665

8 158 l. 12 s. 10 d.

1666

7 808 l. 18 s. 2 d.

1667

8 381 l. 11 s. 3 d.

1668

8 225 l. 10 s. 9 d.

1669

environ 8 244 l.

1670

environ 6 771 l.

Revenus de la charge de premier président (1641-1670). (ADLA 103J 17, cahier tenu par César-Auffray Blanchard).

  • 9 ADLA B 239, B 247.

9On associe à ce montant, les sommes allouées, symboliquement, à l’entrée en charge, appelées « get d’argent ». À leur installation comme premier président à la chambre des comptes, chacun de nos deux individus reçoit 36 livres9.

  • 10 ADLA, 103J 4, B 71 et B 182, lettres patentes données à Paris le 30 novembre 1612 et vérifiées à l (...)
  • 11 ADLA, B 75, lettres données à Versailles, enregistrées à la chambre le 6 mars 1634. Son prédécesse (...)
  • 12 ADLA, B 75, lettres données à Chantilly et vérifiées à la chambre le 4 novembre 1634. Jean Coupper (...)
  • 13 ADLA, B 77, lettres données à Saint-Germain-en-Laye le 14 décembre 1641 ; ADLA B 78 et B 279, lett (...)
  • 14 ADLA, 103J 17.

10Les pensions constituent une part appréciable du revenu professionnel. Elles permettent au bénéficiaire de maintenir son rang dans la cité. En vertu des services rendus et du surcroît de responsabilité entraîné par la garde des clefs du trésor des chartes, la pension du procureur général à la chambre, Jean Blanchard, initialement fixée à 600 livres en 1612, est augmentée de 400 livres quelques semaines avant qu’il ne quitte ses fonctions en 161910. Le premier février 1634, Louis XIII lui alloue, en qualité de premier président, une pension de 2 000 livres11. En 1634, César-Auffray Blanchard est gratifié, à l’instar de ses prédécesseurs à la présidence du présidial, Charles et Louis de Harouys, de 800 livres de pension annuelle12. De même, son entrée à la chambre des comptes lui permet de percevoir 2 000 livres de pension annuelle, augmentée de 1 500 livres en 1644, puis de 1 000 livres supplémentaires en 165113. Enfin, en 1671, au décès de César-Auffray Blanchard, le roi ordonne que l’on verse à la famille une gratification d’un montant de 6 000 livres « en consideration de ses services, et pour lui donner moyen de les continuer14 ».

  • 15 ADLA, B 239, les fonds doivent être pris ainsi : 300 livres sur les sommes destinées à la pension (...)
  • 16 ADLA, B 240.
  • 17 Le 20 août 1647, on ordonne que le premier président prendra 200 livres « par chascun an sur les d (...)

11Face aux retards de paiement des pensions accordées par leur souverain, les deux magistrats apportent régulièrement et sans relâche leurs plaintes à l’audience. Par exemple, le 9 mars 1634, Jean Blanchard obtient un arrêt ordonnant qu’on lui verse 900 livres à valoir sur la demi-année de sa pension15. De même, César-Auffray Blanchard est pourvu le 8 juillet 1634, d’une ordonnance de paiement d’un montant de 200 livres pour la moitié de sa dotation de président au présidial pour l’année qui échoit au Noël suivant16. Pour sa pension de premier président des comptes, il bénéficie d’assignations sur les deniers des « restes17 ».

  • 18 ADLA, 103J 26.

12À partir de 1681, Charles, fils de César-Auffray Blanchard, assigne en justice la chambre des comptes à laquelle est réclamée la somme de 12 800 livres qui reste, selon lui, due à son défunt père pour un certain nombre de déplacements effectués à Rennes et à Paris18. Les missions prétendument non rémunérées, et pour lesquelles le premier président avait pourtant obtenu ordonnance de paiement, sont ainsi rappelées. Le 10 décembre 1655, la cour lui concède 5 130 livres, soit 30 livres par jour, pour les 171 journées passées auprès du Conseil du roi entre le 5 septembre 1654 et le 6 février 1655. Le même jour, la chambre lui a alloué 4 650 livres, au semblable tarif, pour son voyage de 155 jours « relatif aux gages des officiers » et qui s’est achevée le 27 juillet 1655. Le 8 mars 1661, les officiers lui octroient la somme de 1 440 livres, au tarif de 24 livres journalières, pour avoir conduit à la Cour la délégation de la chambre pendant soixante jours, entre le 23 juillet et le 8 novembre 1660, notamment pour « feliciter le roi de son mariage ». Enfin, le 9 mars 1662, un nouvel arrêt lui assure 1 608 livres, toujours à 24 livres par jour, pour les 66 journées de députation auprès du souverain du 18 décembre et le 22 février 1662. Mais ces sommes correspondent, au moins en théorie, à un défraiement et non à une rémunération de services.

  • 19 ADLA, 103J 5, extrait des comptes de Guillaume Martin, trésorier de France, receveur général des f (...)
  • 20 ADLA, B 247, arrêt donné le 19 mars 1637 ; il doit recevoir le reste dans un délai indéterminé.
  • 21 ADLA, B 258, ses collègues sont ainsi payés de leur service : 300 livres pour le sénéchal René Cha (...)
  • 22 ADLA, 103J 17, état du paiement dressé par Etienne Jehannot de Bartillat, trésorier général de la (...)
  • 23 ADLA, 103J 4, l’inventaire des papiers relatifs aux charges publiques de Jean Blanchard contient « (...)

13Pour sa participation aux états de Nantes, en 1621, Jean Blanchard, second commissaire du roi, perçoit « sept vingtz dix livres » pour son « droit d’assistance19 ». En 1637, il réclame au trésorier de France Guillaume Martin, le paiement de son « salaire » de commissaire du roi aux états de Bretagne pour les années 1633, 1634 et 1635. On lui accorde le règlement de son « droit d’assistance à la tenue des Estats » de 1635, « preferablement », soit un montant de 150 livres20. Le 12 février 1640, ordre est donné de verser à Jean Blanchard 450 livres en guise de rémunération pour la réformation du domaine royal dans le comté nantais21. De même, en marge de l’établissement du procès-verbal de l’évaluation des domaines bretons délaissés à la reine régente pour paiement de son douaire en date du 9 août 1644, figure le montant des rémunérations des commissaires. Ainsi, le premier président est-il rétribué 2 000 livres22. Enfin, les deux hommes perçoivent, avec retard, 2 000 livres de gages en qualité de conseiller d’État et privé23.

14Concernant les revenus privés, les comptes qui nous sont parvenus montrent d’importantes variations dans le produit annuel du marquisat du Bois de la Musse, qui constitue le cœur des possessions des Blanchard. Les fortes disparités proviennent des échéances ou des avances de paiement des baux à ferme consentis pour les droits d’usage des biens, d’exploitation des terres et clos de vigne. Les droits de passage sur les ponts reliant les vallées ligériennes sont également affermés ; ils portent notamment sur les charretées de foin qui les empruntent au moment de la récolte.

Année

Montant en livres (l.), sols (s.), deniers (d.)

1649

992 l. 15 s.

1650

568 l. 9 s.

1651

252 l. 4 s.

1652

1 222 l. 6 d.

1653

1 452 l. 10 s. 1 d.

1654

1 152 l. 11 s. 5 d.

1655

3 782 l. 17 s. 5 d.

1656

768 l. 10 s.

1657

1 127 l. 18 s. 10 d.

1658

238 l. 5 s.

1659

501 l. 12 s. 6 d.

1660

159 l. 16 s. 3 d.

1661

4 777 l. 5 s. 5 d.

1662

435 l. 3 s. 5 d.

1663

437 l. 2 s. 6 d.

1664

au moins 135 l.

1665

551 l. 5 s.

1666

1 263 l. 13 s. 3 d.

1667

630 l. 10 s.

1668

environ 720 l.

1669

environ 1 409 l.

Revenus du marquisat du Bois et du Plessis de La Musse (1649-1669). (ADLA 103J 170, registre des recettes du domaine).

15Les magistrats cumulent les revenus de leurs fonctions – gages, gratifications et pensions – avec le produit de leurs placements financiers, notamment en rentes sur particuliers, et des biens fonciers et immobiliers. Legs et acquisitions permettent de constituer un patrimoine, témoin de l’enrichissement.

De la composition du patrimoine

16L’essentiel des biens est composé par les charges vénales, les terres et l’immobilier urbain. Des questions relatives au mode de paiement des biens achetés surgissent : quelle est l’origine des fonds ? Quelle est la part de crédit, de la mise immédiate, des espèces ? Quel est le rythme de paiement ?

  • 24 Vincent Gallais, Etude sociale des gens de justice nantais sous Louis XIV (1661-1715), mémoire de (...)
  • 25 ADLA, 103J 3, acte judiciaire passé devant Désiré de L’Aubinière, sénéchal de cette juridiction ec (...)

17L’examen de la constitution des fortunes des magistrats, entre 1677 et 1706, montre que les charges publiques occupent une part importante des patrimoines de la Robe, 40 % en moyenne des cas étudiés quel que soit le niveau hiérarchique24. Ainsi, le 30 août 1633, Jean Blanchard achète la charge de premier président de la chambre des comptes de Bretagne après avoir reçu « l’advis des parents des enfants mineurs de feu monsieur de La Busnelays ». En effet, devant la juridiction de Notre-Dame-de-Toutes-Joies, il obtient l’office laissé vacant par le décès de son gendre, François Becdelièvre, « aux mesmes prix, charges et conditions que ledit deffunt lavoit achepté de monsieur de Harrouys et den paier la somme de huit vingt mill livres et les interests25 ».

  • 26 ADLA, 4E2/141 : il s’agit de la charge exercée par Louis du Pont, défunt père du vendeur. Le 14 ju (...)
  • 27 ADLA, 4E2/465, Jean Blanchard s’est engagé par acte sous seing privé passé le 3 novembre 1643 à dé (...)

18Devant les notaires du Châtelet de Paris, Jean Blanchard négocie, le 27 mai 1643, une charge de président à la chambre des comptes de Bretagne avec Christophe Juchault, seigneur des Blottereaux, lui même président des comptes, agissant pour Guy du Pont d’Echevilly, époux de la petite fille de l’acquéreur26. Plus tard, le 9 juin 1645, il se démet définitivement de l’office au profit de Jacques Huteau, seigneur des Burons, qui l’occupe déjà. Jean Blanchard apparaît comme un médiateur tant dans la négociation que dans le règlement des frais inhérents à la prise de possession de la fonction qu’il n’a jamais remplie27.

  • 28 Voir Vincent Gallais, « Robe provinciale, réseaux de crédit et finances royales en Bretagne. Portr (...)
  • 29 ADLA, E 759.

19À la fois fonction publique et objet de ferme fiscale, le greffe des insinuations apparaît comme un investissement conforme à la physionomie de l’État de finances dans lequel ses agents directs et périphériques placent leurs liquidités avec confiance. Ainsi, les Blanchard de La Musse ne restent pas sourds à l’appel monarchique concernant les greffes bretons. Le 3 mai 1629, ils s’associent avec Jean de Choisy, secrétaire des finances, Jean Habert du Mesnil, conseiller d’État, Simon Coulon, trésorier de l’extraordinaire des guerres, Anne Jacquelain, intendant de la maison du duc de Montmorency, Ferry Gervaise, trésorier général de la maison du grand prieur de Vendôme, Georges Henry de La Mothe, Michel-Antoine Scarron de Vaures, maître d’hôtel ordinaire de sa majesté et Claude Vanel de Trécourt. Les deux derniers figurent au palmarès des plus entreprenants traitants de leur époque28. Le montant total de l’acquisition monte à 265 760 livres29. Jean Blanchard est l’actionnaire le plus important avec les 2/8e des parts, soit une mise de 66 440 livres. Dès les premiers mois, une série de transactions assure à ses amis et familiers le monopole des revenus des greffes de Bretagne. Cela nous rappelle la proximité, sociale et financière, qui existe entre les magistrats administrateurs monarchiques et les gens de finances intéressés dans les affaires du roi.

  • 30 ADLA, 103J 93, dossier relatif au Bois de la Musse.

20La plus grande partie du patrimoine des robins est constituée par les terres, comme on peut l’observer dans l’état des biens au décès de Jean Blanchard. Il hérite de son père la terre de l’Essongère, située à Saint-Herblain. En récompense de ses services accomplis en qualité d’informateur de la monarchie, Louis XIII érige l’Essongère en seigneurie, en août 1614, à l’occasion de sa venue à Nantes. En 1623, Blanchard acquiert, pour 60 000 livres, la châtellenie du Bois de la Musse, située dans l’ouest nantais et s’étendant sur les paroisses de Chantenay, Saint-Herblain, Couëron et Indre. L’opération est menée par César de Vendôme qui lui sert de prêtenom auprès de François Le Porc de la Porte, baron de Vezins30. Le domaine est érigé en baronnie en 1644, puis en marquisat en 1651. Mais face à l’opposition des voisins, ces dernières lettres patentes ne sont enregistrées qu’en 1660 après l’intervention du procureur général du parlement de Paris, Nicolas Fouquet, dont l’amie et confidente, Suzanne de Bruc, marquise du Plessis-Bellière, est la belle-sœur de César-Auffray Blanchard.

Actif

Le Bois de La Musse

60 000 livres

L'Essongère

25 000 livres

La Bodardière

21 000 livres

La Basse Lande

15 000 livres

Les Divettes

3 000 livres

Logis rue de Verdun

16 000 livres

Greffes des insinuations de Bretagne

66 400 livres

Mobilier

12 400 livres

Espèces

2 600 livres

Créances sur particuliers

2 000 livres

Total

223 400 livres

Passif

Dettes

76 400 livres

Solde

147 000 livres

État des biens de Jean Blanchard en 1650. (Sources : ADLA 103J 15 et 103J 170)

21Les deux magistrats n’ont de cesse pendant un demi-siècle d’accroître leurs domaines par achats, échanges et action judiciaire. La négociation cède parfois le pas à la pression plus ou moins franche. Les terres et les droits ajoutés sont le plus souvent limités à de petites parcelles mais témoignent de l’obsession des magistrats à consolider leur patrimoine, l’un des plus importants du comté nantais. La valeur du Bois de la Musse est comparable aux fiefs possédés par leurs collègues. Ainsi, l’alloué Claude Bidé détient pour près de 70 000 livres de terres en 1692 et le prévôt Julien Boux pour 45 000 livres. Les Blanchard disposent d’un hôtel nantais, situé rue de Verdun, face à la maison commune, ainsi que de deux logis de rapport adjacents. Les autres magistrats investissent également dans le quartier de séjour des pouvoirs : un triangle formé par la mairie, la chambre des comptes et le présidial-sénéchaussée. Les grandes familles de la magistrature, notamment les Charette et Becdelièvre, y possèdent un hôtel avec dépendances. L’alloué Claude Bidé habite un hôtel estimé à 16 000 livres et le prévôt Julien Boux est propriétaire d’une résidence valant 3 400 livres. La description des biens permet de traduire socialement le rôle de la fortune.

Une traduction sociale

  • 31 ADLA, 103J 98 (vers 1650) et B 1914 (1679).

22L’usage de la fortune trouve son illustration dans les dépenses. Les habitats sont aménagés selon un modèle accordant une large place à la mise en scène sociale. Un mobilier de prestige garnit les pièces de réception ; il s’associe aux vêtements, aux instruments de loisir, aux objets précieux, aux chevaux et véhicules pour affirmer le rang social et la fortune de l’occupant. De plus, la double résidence est un miroir de la vie noble à laquelle aspirent nos magistrats. Les descriptions des intérieurs et des abords des résidences nous permettent de cerner l’espace de vie des Blanchard, châtelains et notables urbains31.

23Vers 1650, le château du Bois de la Musse, à Chantenay, s’offre ainsi à nous : après avoir traversé un bois de haute futaie par « l’advenue dudit mannoir », on pénètre dans la cour d’honneur « qui est fort grande et toutte entourée de logements, scavoir une fuye, un fort grand pressouer, des celiers, un four avecq sa boulangerie et buanderie, laiteries, trois escuries a mettre vingt quatre chevaux » auxquels s’ajoutent des granges, une forge, cinq remises à carrosses « fermantes a clefs » surmontées de cinq greniers. Quant au logis principal, dont les murs sont d’une « extraordinaire épaisseur », il possède « cinq départements » pourvus d’« estages fort haults ». À l’intérieur, les résidants disposent de chambres « fort grandes ». Sous la charpente « qui est très belle », s’étendent trois vastes greniers. De la « salle », on a accès, vers l’est, à un jardin privatif, appelé le « jardin du seigneur », où s’élève une chapelle « fort grande et fort hantée pour la dévotion que l’on y a, étant dédiée a la vierge sous le tiltre de nostre dame de recouvrance ». À côté du jardin, se situe un parc arboré dans lequel serpentent « diverses allées » et « promenoirs ». Puis, au nord, on découvre un nouveau grand jardin, dit « du jeu de paulme », à l’extrémité duquel est bâtie la maison du métayer du lieu. De l’autre bord, on accède à un verger également cerné de murs où sont installés de « beaux espalliers d’abricots » ainsi que « quantité d’arbres fruictiers des meilleurs fruitz nouvellement plantés ». Enfin, au sortir de la cour, vers le sud, on entre dans un pré clos de murailles, dans lequel se trouve un étang entouré de nouveaux arbres fruitiers. À l’entour du château, la famille possède six clos de vigne et un autre étang creusé « dans la lande ». Le décor est complété par la présence d’une ferme attenante équipée d’un moulin à vent.

  • 32 ADLA, B 70, 4E2/245.
  • 33 ADLA, B 1862, 4E2/127, 4E2/245.

24La maison de l’Essongère s’élève dans la paroisse de Saint-Herblain ; sa façade haute d’un étage coiffée de toits pentus couverts d’ardoise regarde la rivière de la Chézine32. L’édifice est entouré de jardins et vergers privatifs, d’un pressoir et d’une chapelle séparés. Au-delà, le seigneur possède quelques vignes, prairies et bois mis en valeur par les titulaires des deux métairies du domaine. Non loin de là, dans la même paroisse, Jean Blanchard dispose d’un autre manoir : la Bodardière33. À l’ombre d’un pigeonnier, les lieux se présentent de semblable manière qu’à l’Essongère. Cependant, le magistrat n’y réside pas et préfère louer, par moitié, l’ensemble de la propriété.

  • 34 AN, MC, CXV, 68, rapporté dans l’acte de vente passé le 31 décembre 1634.
  • 35 AN, MC, CXV, 54.
  • 36 AN, MC, CXV, 65.
  • 37 AN, MC, CXV, 68.

25Suite à son entrée au service de César de Vendôme, en 1619, Jean Blanchard s’installe dans la capitale où il loue divers logements, toujours situés à proximité du Louvre, avant d’acquérir un domicile fixe, évoqué plus loin. Il reproduit alors son mode de vie nantais. Le 12 juin 1627, il achète à Gabriel Dumas et Pierre Chandelier une maison, située rue du Monceau, à Saint-Cloud « près de cette ville de Paris et vulgairement appellée l’hostel de Bourbon34 ». Au fil des années, il organise et agrandit son domaine. Ainsi, dès le 5 novembre 1627, le magistrat convient d’un échange de pièces de vigne avec François Langlois, doyen des chanoines de l’église de Saint-Cloud, protonotaire du Saint-Siège et aumônier du roi, afin de faciliter la mise en valeur des terres rendue malaisée par leur dispersion35. De même, le 16 février 1633, Jean Blanchard acquiert de Martin Taillandier, tonnelier, six perches de terres « au lieu du Chaillou », en bordure de sa propriété, pour 18 livres36. Enfin, une description précise de la propriété nous est fournie par l’acte de vente signé le 31 décembre 163437. Le nouveau propriétaire, Jean Tournayre, commissaire ordinaire de l’artillerie de France, fait entrer dans son patrimoine « un grand corps de logis de quatre travées de long », pourvu d’une grande cour décorée de « bassin et fontaine en icelle » et associé à une basse-cour avec ses « logis et bastiments estant a l’entour » dont un pressoir équipé de ses « cuves et ustensiles ». Derrière la bâtisse, se cache un jardin clos « ou il y a fontaine et autres aysances ». Au-delà, s’étendent un « pré a foin » de 212 perches, un second de 74 perches, 16 perches de terres labourables et des vignes sur 429 perches. Il est également fait mention du « clos devant la maison » comportant 10 perches de vigne. La cession est faite moyennant 14 000 livres. Jean Blanchard cède également pour 120 livres divers matériaux et outils.

  • 38 ADLA, 103J 3, Jean Blanchard en prend possession le 21 mars 1626.
  • 39 ADLA, 103J 3, cette obligation est rappelée dans l’inventaire des actes effectué après le décès de (...)

26Les magistrats investissent également dans les villes-mêmes. Le 21 janvier 1626, Jean Blanchard, achète à Nantes « une maison avecq ses appartenances situées rue de Verdun », proche de l’hôtel de ville, pour la somme de 10 100 livres payées comptant38. En 1632, s’y ajoutent, acquis par adjudication faite au présidial, deux corps de logis, aussi rue de Verdun, dépendants de la « chapelainie des Bailleulz » et portant une rente annuelle de 100 livres. Aussitôt, l’acquéreur promet de fournir un nouveau fonds « pour la seureté et continuation de ladite rente39 ».

  • 40 Antoine Furetière rappelle la charge symbolique de la porte cochère dans les familles du monde jud (...)
  • 41 ADLA, 4E2/1602 : la rémunération en argent se fera en trois termes égaux au début, à mi-chemin et (...)
  • 42 ADLA, 4E2/1602.
  • 43 ADLA, 4E2/1605, le 4 septembre 1671, il revient à Charles, fils de César-Auffray Blanchard, de rég (...)

27En 1669, César-Auffray Blanchard entreprend des aménagements importants dans l’hôtel familial, afin de lui donner plus de confort et de lustre grâce à l’ampleur et à la qualité des ouvrages envisagés. Il engage le maçon Jean Tessier et le charpentier Augustin Guibert afin qu’ils mènent à bien ces travaux. En premier lieu, il faut démolir le mur, le grand et le petit portail qui donnent sur la rue et les reconstruire « en face de celui de mademoiselle des Ormeaux » et sur le modèle de celui du président de Pontual. L’entrée de la résidence du premier président doit refléter le prestige et l’autorité de sa fonction, la hauteur de son rang dans la société urbaine et provinciale ainsi que la solidité de sa fortune40. Ensuite, ils devront abattre deux logis contigus à l’hôtel dont le mauvais état est constaté par les entrepreneurs. De plus, le mur qui sépare la propriété familiale du couvent des Clarisses sera remis à neuf et rehaussé. À l’emplacement ainsi libéré, on élèvera deux remises à carrosses ouvertes par « deux arcades de tuffeau » ainsi qu’une écurie dont la porte sera surmontée « d’une fenestre de largeur et haulteur competante pour y donner jour ». On prévoit aussi de paver la cour, l’écurie et les remises, y compris l’espace situé « devant le grand logis » en prenant soin d’y aménager une pente « pour porter les eaux » jusqu’au milieu du grand portail. Enfin, il est stipulé que le charpentier devra utiliser du « bon bois de chene et sapin de flandre ». La livraison est exigée pour le 15 août suivant. En guise de rétribution, les ouvriers toucheront 1 400 livres et cinq barriques de vin du cru41. Le marquis ordonne ensuite que l’on aménage sous les deux remises à carrosses, « une cave voûtée et cintrée de tuffeau » d’une hauteur de neuf pieds « sous la clef » et dont l’accès à la cour se fera par des « marches de grison42 ». Le coût de ce travail s’élèvera à 8 livres, 10 sols la toise, déduction faite des 100 livres versées d’avance43.

  • 44 AN, MC, CXV, 53.
  • 45 AN, MC, CXV, 53.

28À partir de 1627, Jean Blanchard, surintendant de la maison de Vendôme, emménage dans son hôtel parisien, installé rue du Faubourg Saint-Honoré, face à l’église Saint-Roch ; il est le résultat de l’accumulation et de l’aménagement de bâtiments et terrains acquis distinctement. À l’origine, il y eut l’achat, le 15 mai 1627, à Marguerite Sanson, veuve de Pierre Le Breton, procureur au parlement de Paris, d’une maison comportant deux corps avec cour et jardin44. Le premier corps, qui a vue sur la rue « jusques soubs la porte cochere », est constitué d’un « petit bas », de deux chambres à l’étage, d’un grenier et d’une cave. Le second, séparé du précédent par une cour, contient une salle basse assortie d’une cuisine, une succession de deux étages couronnée de deux greniers. Derrière se trouve un jardin avec son « allée et descente ». La propriété est mitoyenne d’une maison à laquelle est pendue l’enseigne « la queue du regnard », d’une salle de jeu de paume dit « de liberté », d’une bâtisse appartenant à l’hôpital des Quinze-Vingts et enfin du manège et de la grande écurie du roi. La vente est conclue moyennant une rente de 937 livres, 10 sols constituée sur César de Vendôme que Jean Blanchard délivre immédiatement. En outre, l’acquéreur devra acquitter chaque année une rente de 25 sols à l’hôpital voisin. En juin suivant, Jean Blanchard poursuit ses acquisitions en contractant avec Nicolas Guillet, « marchand bourgeois », et son épouse Marguerite Le Breton45. Il prend possession, moyennant une rente de 400 livres aussi à prendre sur le duc de Vendôme, d’un corps de logis avec une cour et flanqué d’un jeu de paume couvert, revendu peu après.

  • 46 AN, MC, CXV, 55.

29Enfin, le 29 avril 1628, il achète à Robert Lemercier, marchand de vin, et à son épouse Anne Guillet, un jardin touchant le bien de l’acquéreur, l’auberge baptisée « l’image de Sainte Geneviève » et qui aboutit d’un côté au manège royal et de l’autre chez les vendeurs46. Il est convenu que Jean Blanchard fera bâtir un mur de séparation dont l’alignement suivra « l’entablement du corps d’hostel du derrière de la maison dudit sieur de lessongère » ; les travaux devront débuter dans les huit jours. Sa réfection éventuelle sera désormais à charge des vendeurs, dans la limite des 10 pieds de hauteur. La vente est conclue pour 5 060 livres versées comptant par l’acheteur.

  • 47 AN, MC, CXV, 35, Jean Blanchard rencontre à plusieurs reprises Clément Métezeau et ses associés qu (...)
  • 48 ADLA, 103J 3, à cette occasion, il leur verse 6 000 livres dues pour le marché passé avec eux.

30Dès lors, il ne reste plus à Jean Blanchard qu’à faire remanier l’ensemble, encore hétérogène, pour élever une résidence digne de son ambition de conseiller d’État et de surintendant de la maison d’un prince de sang royal. Pour concevoir le projet, il fait appel à Clément Métezeau, architecte ordinaire des bâtiments du roi et de Monsieur47. Le 8 septembre 1631, il achève le règlement de la facture, d’un montant de total de 12 000 livres, adressée par l’architecte et les entrepreneurs Pierre Resneau et Simon Delespine48. Nous ne disposons pas des plans et les descriptions parcimonieuses de l’hôtel proviennent des actes de cession, particulière, puis intégrale, du prestigieux logement.

  • 49 AN, MC, CXV, 65.

31Ainsi, le 18 février 1633, le magistrat loue une partie de la propriété à Claude Roger de Comminges, marquis de Vervins, mestre de camp d’un régiment entretenu pour le service du roi et à son épouse Gabrielle de Pouilly49. Les preneurs habiteront pour les six prochaines années, moyennant une redevance trimestrielle de 1 800 livres, le « corps d’hostel de derrière de fondz en comble ayant veue sur la court et sur le jardin ». En outre, ils disposeront de « l’escurye estant soubz partie du corps » ainsi que du droit « d’aller et venir » dans les cours, allées et jardin dont l’entretien leur incombe. Quant au bailleur, il se réserve « une partie a son usage ».

  • 50 AN, MC, CXV, 68.

32Or, devant faire face aux événements familiaux imprévus de juin 1633 – la succession de son gendre le premier président François Becdelièvre et la tutelle de ses enfants – Jean Blanchard et les siens doivent rentrer à Nantes. Le 17 août 1634, il se sépare définitivement de sa résidence parisienne au profit d’une veuve, Gabrielle du Chastelet, marquise de Fiefmarcon, pour la somme de 52 000 livres50. Le poids de la plus-value nous invite à soupçonner la réalisation d’investissements indéterminés mais importants de la part de Jean Blanchard, qui s’ajoutent à la hausse de la cote du quartier. On ne peut donc écarter complètement le caractère spéculatif de l’opération. Les protagonistes fixent un échéancier pour le paiement : 12 000 livres au premier janvier 1635, puis 20 000 livres d’ici trois années et enfin, le solde dans les six ans. L’acheteuse aura la jouissance du bien à compter du premier octobre suivant ; Jean Blanchard a pu profiter de ce délai pour prendre les dispositions qui s’imposent, notamment en ce qui concerne l’ameublement de la demeure. Pour finir, voici de quelle manière sommaire, mais évocatrice, l’objet de la transaction nous est décrit : « scavoir une grande maison et hostel assis audit faubourg Saint Honoré en la grande rue du lieu contenant deux corps de logis, court au milieu et ung jardin derrière ».

33La culture matérielle témoigne bien du niveau de fortune et des goûts et modes de vie Blanchard. À l’instar de chez leurs collègues, leur mobilier est plus précieux en ville qu’aux champs et manifeste mieux leur aisance. L’inventaire du mobilier de l’hôtel de la rue de Verdun, entraîne les priseurs dans neuf pièces habitables réparties sur trois niveaux : « petite salle basse » et « cuisine » au rez-de-chaussée ; « grande salle », « chambre » et « antichambre » au premier étage ; « grande chambre haulte », « antichambre », « seconde antichambre » et « cabinet dudit deffunct » au second étage.

34On pénètre dans la maison par une petite pièce modestement agencée où peuvent patienter les visiteurs que l’on invite à s’asseoir sur des chaises couvertes de tapisserie et d’étoffe verte ou sur quatre pliants de même facture autour d’une table ronde en noyer. Les interlocuteurs de moindre importance y sont probablement reçus. À côté se trouve le centre nerveux de la vie quotidienne du domicile où s’activent les domestiques : la cuisine. Autour de la grande table de noyer, flanquée de ses bancs, chaudrons, tourtières, marmites, poêles, poêlons, cassolette, bassinoire, grilles, s’entassent 63 livres de vaisselle d’étain dans les coffres de chêne et les armoires de sapin. On y loge aussi un serviteur qui y dispose d’une petite couchette d’osier pourvue d’une couette et d’une « faillye » couverture blanche.

35Puis, au-dessus, on accède à l’espace de réception. Dans la grande salle qui surmonte la cuisine, la décoration se fait plus précieuse pour recevoir dignement les personnes qui se présentent au logis du magistrat. Les fenêtres y sont garnies de rideaux tandis que les murs portent dix tableaux représentant « la figure de la Vierge », « le Roy », « la Reyne », « le feu Roy Henry Quatre », « la feue Reyne Anne d’Autriche », « le feu seigneur de Mercœur », « le Roy Louis treze », « le Cardinal de Richelieu » et enfin, des portraits de « Courtizannes ». De plus, la pièce est ornée d’un grand tapis de Turquie, d’un « autre vieil tapy façon de turquye » et d’une tenture de tapisserie dite « de verdure ». Pour l’exercice de la sociabilité, « un lit de repos avecq deux petits mathelats de crin et sa housse de point de Hongrie » et douze chaises identiques, proches de la table longue « qui setire » et du rafraîchissoir de cuivre, sont à disposition des résidants et convives. Dans le prolongement s’étend un lieu dévolu au coucher ; on y recense deux lits en noyer et chêne foncé avec leurs paillasses et matelas couverts de futaine ou de toile, des couvertures de serge ainsi que des tapis et tapisseries de Bergame et de nouvelles tables et chaises de paille. Dans l’antichambre qui suit, on conserve entre autres un « lit pliant avecq ses sangles », une malle, un fauteuil et deux tabourets revêtus de taffetas sans oublier trois « habits de lacquais d’estoffe verte et les pourpoints d’estoffe jaune ».

36Pour finir, au dernier étage se situe le domaine du premier président. Sa chambre est la pièce la plus richement décorée avec une tenture de tapisserie de haute lisse et un grand miroir « ayant quinze glaces ». À côté du lit en noyer, pourvu d’une garniture de taffetas rouge, les priseurs notent la présence d’un second lit moins voyant, de deux fauteuils, cinq pliants et deux chaises « d’estoffe rouge » et de deux tables. Parmi les contenants, on remarque deux malles couvertes de cuir noir et surtout deux cabinets en noyer, l’un « façon de flandre » et l’autre peint en noir où le premier président enferme ses papiers. La dévotion du magistrat est perceptible par la présence d’un prie-Dieu, d’une croix de bois et de quatre tableaux représentant « la Magdelaine », « la resurrection de Nostre Seigneur », « la Vierge » et enfin, « Saint François de salle ». Dans les antichambres qui s’ouvrent, sont entreposés des morceaux de tissu (serge, taffetas, damas, satin, soie, velours, futaine ou encore cuir doré), de petits meubles et quantité d’objets divers dont un jeu de trictrac, de délicats coussins « en broderye » et des pièces de porcelaine et de faïence. Cependant, l’attention est surtout retenue par la profusion de vêtements qui est signalée par le greffier. La garde-robe du magistrat se compose de trois « robes de palais », l’une de drap noir doublé de velours noir à la bordure, une autre de raz noir et la dernière de velours noir, une robe de chambre de satin noir doublée de velours noir, un vieil habit de drap d’Espagne noir, un vieux justaucorps de drap noir, un haut de chausse, un justaucorps de taffetas « changeant », un pourpoint d’étamine, un manteau de bouracan du Poitou doublé de ratine, un manteau de drap de Hollande, une cape de beau drap, des soutanes noires de drap, de taffetas, d’étamine ou de moire lisse et un vieux chapeau.

  • 51 Les libraires nantais Michel Mareschal et Pierre Guerraud estiment la bibliothèque à 378 livres.

37Plus loin, dans le « cabinet », l’encombrement semble encore plus net mais le visiteur doit avant tout admirer la qualité des biens inventoriés. En effet, l’espace privatif de César-Auffray Blanchard regorge d’articles et bibelots personnels. Le mobilier reflète le caractère privé de cette pièce : « un miroir de deshabiller », quatre écritoires, une petite table de travail avec son « chandelier a vitre », un petit cabinet noir équipé de tiroirs et même une « boiste noire en forme de cave ». Mais la majeure partie du lieu est occupée par une douzaine de coffres, cassettes et autres boîtes, couvertes de cuir ou de velours noir, rouge ou vert, incrustés d’écaille ainsi que par trois armoires en chêne et sapin. En ouvrant une petite cassette couverte de velours vert, les priseurs découvrent une série de nouveaux objets : un « deshabiller avec sa toilette de velours », un petit coffret couvert de velours et garni d’argent, une « petite paire de mulle couverte de satin vert en broderye, une escritoire verte et longue avecq un cornet dargent », une « espoussette » au manche d’argent, un « estuit a mettre les peignes couvert de velours vert garny de dentelle dargent » contenant deux peignes d’ivoire et trois autres en écaille. De même, à l’intérieur d’une petite cassette rouge, se sont trouvées « les espèces cy après » : cinq scapulaires, un petit tableau avec une croix, un cadran universel, deux petits napperons, neuf bourses de cuir à fond d’argent, une paire d’heures, un paquet de chapelets, des rubans rouges ou verts, brodés et parfois parsemés de perles fines. On y conserve également les armes dans un « rastelier de boys » où sont déposés un mousqueton, deux mousquets, une paire de pistolets à rouet avec leurs fourreaux et quatre petits pistolets. Enfin, le premier président y garde son épée en argent équipée d’un baudrier aux boucles de semblable métal, un trébuchet avec ses poids, une plume d’argent « armoryée au bout des armes dudit deffunct » et un « petit tableau sur du papier ». Par ailleurs, les armoires de la pièce renferment les 792 volumes de la bibliothèque du magistrat : 169 livres in folio reliés en parchemin et cuir, 150 autres in quarto reliés en parchemin, 333 livres in octavo reliés en parchemin, 140 livres de plus petit format revêtus de cuir et parchemin51.

38Mais, le cabinet contient encore bien d’autres richesses. En effet, dans les coffres, on découvre une partie importante de la fortune mobilière du maître de maison, sa « vexelle dargent », dont la liste est précisément dressée : trente-six assiettes, quatre assiettes « mazarines », quatre porte-assiettes, une écuelle, deux couvercles d’écuelle, douze assiettes creuses, quatre assiettes de vermeil, deux grandes assiettes, deux soucoupes, vingt-sept cuillères, vingt-quatre fourchettes, six couteaux aux manches brisés, douze couteaux dont le manche est pourvu d’un bouton d’argent, deux bassins ovales, un bassin rond, huit grands plats ronds, deux aiguières couvertes, une aiguière coupée, un flacon, une salière, un sucrier, un vinaigrier, un réchaud, un poêlon, deux chandeliers, quatre flambeaux, deux flambeaux carrés, des mouchettes avec une assiette munie d’une chaîne, une « buye » et un « bassin à faire le poil ». L’ensemble pèse plus de 350 marcs et son estimation atteint environ 9 000 livres, soit plus de la moitié de la valeur du prisage des biens mobiliers du premier président. Au milieu de cet amoncellement, on distingue quelques objets remarquables : une montre en argent à six faces, un anneau d’argent, un « petit boitier aveq une nostre dame y soudée » en argent ainsi que 189 jetons d’argent. L’argenterie constitue à la fois un objet de thésaurisation, transformable en espèces à l’hôtel des monnaies proche, et un témoignage de la consommation de luxe de César-Auffray Blanchard. Un train de vie de notable s’accompagne de l’emploi d’une vaisselle de métal précieux, remisant l’usage de l’étain aux jours ordinaires. Elle peut également être exposée aux regards des visiteurs mais sans pour autant rivaliser avec les buffets dits d’argenterie des Grands. Les descriptions sont parcimonieuses concernant la qualité des objets qui sont désignés selon leur usage. Le poids et le poinçon prévalent sur toute considération esthétique.

39Dans les coffres des autres magistrats nantais, nous trouvons beaucoup de vaisselle d’argent. Chez le prévôt Julien Boux, en 1677, elle est estimée à 1 536 livres soit 17 % de la valeur des meubles et chez le premier président de la chambre et sénéchal de Nantes, Jacques Charrette, à 6 502 livres d’argenterie, soit 28,5 %. Quant à l’alloué lieutenant général Claude Bidé, il détient, en 1692, 3 155 livres d’argenterie, soit 25,7 % de la prisée. Enfin, chez le sénéchal Louis Charette, on trouve en 1702, 7 620 livres de vaisselle d’argent, qui atteignent 44,48 % de la valeur du mobilier.

  • 52 On recense trois selles dont la plus précieuse est faite de velours vert assorti de passement d’ar (...)

40Avant de quitter l’hôtel Blanchard, une visite de l’écurie, également évocatrice du rang social de notre hôte, s’impose. On y compte sept chevaux de carrosse blancs dont l’état et la valeur sont variables : « le Souverain », « le Monarque » et « le Marquis » valent 120 livres, « le Vicompte », plus âgé, est estimé à 90 livres, « le prince » et « l’empereur » sont prisés 80 livres et « le compte », « gasté et incommodé aux partyes genitoires » ne vaut guère plus que 30 livres. Ces derniers devaient tirer un « grand carrosse doré » pourvu de ses harnais, guides et autres appareils, « doublé de damas de gennes rouge », d’une valeur de 1 500 livres. Le magistrat se déplaçait aussi dans un autre carrosse, moins précieux, revêtu de serge verte valant 200 livres ainsi que dans une calèche valant 150 livres. À proximité, sont rangés les « casaques » des laquais ainsi que le manteau et le haut de chausse du cocher. Trois chevaux de selle sont également présents : « le Coueron », âgé de cinq ou six ans, à la robe blanche, « lapize » et « le risollet » au pelage gris blanc pour un total de 110 livres52.

41L’équipage – chevaux et carrosse – constitue un moyen d’exhiber sa respectabilité et son degré de fortune. Lors des visites effectuées aux domiciles d’officiers de justice, seuls ceux des plus hauts magistrats recèlent cet attribut de distinction sociale qu’est le carrosse, « voiture commode pour aller par la ville et à la campagne » comme nous l’enseigne le dictionnaire de Trévoux. Ils sont de différentes formes et de valeurs très inégales. Si l’on en possède à la ville et aux champs, le premier est toujours le plus précieux. On les garnit de coussins et de peaux de bêtes et on y conserve souvent des armes à feu. Ce sont des lieux de protection contre les intempéries et la convoitise humaine. Les chevaux dits de carrosse (2, 3, 4 ou 6) représentent aussi un certain prix. Le sénéchal Louis Charette possède trois carrosses : un grand de valeur et muni de deux petites et trois grandes glaces, un second « coupé » tendu de velours rouge, et un vieux garni d’étoffe verte pour se rendre à sa campagne de la Gâcherie. Son cousin, le premier président Jacques Charette, dispose d’un carrosse garni de velours rouge à fond de satin comportant quatre glaces valant 800 livres, tiré par quatre chevaux noirs valant 1 300 livres. Celui de Claude Bidé, alloué de Nantes, fait figure de vaisseau : un grand carrosse doré, équipé de « sept glaces de Venise » valant 1 200 livres dont l’intérieur est garni de velours rouge cramoisi à fleurs et agrémenté de rideaux de damas vert, de deux coussins décorés de franges de soie mêlée ; il est tiré par trois chevaux gris sale et pommelés valant 1 600 livres. On précise même qu’il est muni de « doubles suspantes », un gage de confort pour le maître sur des voies qui sont, au mieux, pavées.

*

42L’éclairage porté sur la fortune des magistrats nantais au XVIIe siècle nous montre donc des individus soucieux d’offrir au regard de leurs contemporains, la double image de l’honnête homme et du seigneur féodal. La terre, la propriété urbaine et l’office représentent les fondements du patrimoine. Cette situation correspond à une tendance traditionnelle observée chez les magistrats nantais dont on a pu examiner la situation. Le recours à une politique de mise en valeur, de décoration et d’embellissement accompagne une stratégie de constitution et de transmission des biens et d’entretien du prestige social. Ces dépenses expriment tout à la fois une recherche de respectabilité, d’ordre, de confiance et de distinction.

Notes

1 Vincent Gallais, « De la cour à la ville. Jean Blanchard, maire de Nantes (1611-1613) » dans Guy Saupin (éd.), Le pouvoir urbain dans l’Europe atlantique du XVIe au XVIIIe siècle, Nantes, Ouest Editions, 2002, p. 35-55.

2 Vincent Gallais, « Culture et information royale au Grand Siècle : le premier président Blanchard aux états de Nantes (1657) », dans Dominique Le Page (éd.), « Usages et images de l’argent dans l’Ouest atlantique au Temps modernes », Etudes et documents, no 35, Rennes, PUR, 2007, p. 133-153.

3 ADLA, B 6827, B 6838, B 6848, B 6997, E 757, 4E2/202, 4E2/208, 4E2/210, 4E2/1263, 4E2/1279 ; Vincent Gallais, « Les comportements économiques des gens de justice nantais sous Louis XIV », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, tome 104, no 2, Rennes, PUR, 1997, p. 59-77.

4 ADLA, 103J 15.

5 AN, MC, CXV, 48, fait à Paris en l’hôtel de Mercœur.

6 ADLA, 4E2/196 (22 février 1670) et 4E2/198 (18 février 1672).

7 ADLA, 4E2/210 (1er juillet 1681).

8 Voir Dominique Le Page, De l’honneur et des épices. Les magistrats de la chambre des comptes de Bretagne (XVIe-XVIIe siècles). Contribution à l’étude du monde des offices dans l’Ouest atlantique à l’époque moderne, mémoire d’habilitation à diriger des recherches, Université de Nantes, décembre 2008.

9 ADLA B 239, B 247.

10 ADLA, 103J 4, B 71 et B 182, lettres patentes données à Paris le 30 novembre 1612 et vérifiées à la chambre le 26 avril 1613 ; la pension est augmentée par lettres données à Paris le 12 mars 1619 et enregistrées à la chambre le 31 mai 1619. Son prédécesseur, Pierre Bernard a reçu d’Henri IV, le 31 juillet 1601, une pension de 200 écus (ADLA, 103J 4).

11 ADLA, B 75, lettres données à Versailles, enregistrées à la chambre le 6 mars 1634. Son prédécesseur bénéficiait du même revenu depuis les lettres données le 13 janvier 1633 qui furent validées à la chambre le 4 mars suivant.

12 ADLA, B 75, lettres données à Chantilly et vérifiées à la chambre le 4 novembre 1634. Jean Coupperie, qui lui succède en 1637, la perçoit également dès cette année là (ADLA, B 76).

13 ADLA, B 77, lettres données à Saint-Germain-en-Laye le 14 décembre 1641 ; ADLA B 78 et B 279, lettres données à Paris et enregistrées à la chambre le 12 mai 1645 ; la somme sera prélevée sur les deniers extraordinaires délaissés à la reine régente ; ADLA, 103J 3.

14 ADLA, 103J 17.

15 ADLA, B 239, les fonds doivent être pris ainsi : 300 livres sur les sommes destinées à la pension de Jacques Raoul, évêque de Saintes et ancien sénéchal de Nantes ; 500 livres sur la pension de feu François Becdelièvre et 100 livres sur les deniers affectés à celle du président au présidial de Nantes. En mars 1638, pour Jean Blanchard, on ordonne le paiement de 1 000 livres à prendre sur les casuels extraordinaires de la juridiction de Rhuys (ADLA, B 250) ; en mai 1641, un arrêt lui accorde 800 livres pour la pension de l’année précédente à prendre sur les fouages de Tréguier mais il ne touche finalement que la moitié prélevée sur le « fond des appurements » (ADLA, B 263).

16 ADLA, B 240.

17 Le 20 août 1647, on ordonne que le premier président prendra 200 livres « par chascun an sur les deniers des restes pour partie de sa pension » (ADLA, B 141). La chambre conserve dans ses archives un acte identique en date du 21 mars 1661 au bas duquel César-Auffray Blanchard a écrit : « J’ay receu la somme de deux cent livres a moy deue pour les causes portées par la présente ordonnance, fait a Nantes ce vingt huitiesme juillet mil six cent soixante et un » (ADLA, B 153). On trouve dans ses archives, vingt-quatre documents de cette sorte, du 15 mai 1646 au 11 avril 1669 (ADLA, 103J 26).

18 ADLA, 103J 26.

19 ADLA, 103J 5, extrait des comptes de Guillaume Martin, trésorier de France, receveur général des finances en Bretagne, préposé au paiement des commissaires. Le commissaire a touché la même somme en 1619 (ADLA, B 141, arrêt du 19 mars).

20 ADLA, B 247, arrêt donné le 19 mars 1637 ; il doit recevoir le reste dans un délai indéterminé.

21 ADLA, B 258, ses collègues sont ainsi payés de leur service : 300 livres pour le sénéchal René Charette, 210 livres pour Jean Le Segaller, procureur du roi au présidial et 200 livres pour le greffier Jean Mercier. L’acte reçoit l’approbation de Pierre Prévost, fermier général des domaines royaux en Bretagne.

22 ADLA, 103J 17, état du paiement dressé par Etienne Jehannot de Bartillat, trésorier général de la maison de la reine régente, le 29 août 1645, pour un total de 14 450 livres.

23 ADLA, 103J 4, l’inventaire des papiers relatifs aux charges publiques de Jean Blanchard contient « un extrait du cinquième rolle comptant de l’espargne de l’année 1619 veriffié et arresté au Conseil d’estat du Roy pour les finances a paris le 4e de mars 1622. Ledit extrait signé françois par lequel se void que ledit sieur de lessongère y est emploié pour les gages de Conseiller au Conseil d’estat durant l’année 1619 ».

24 Vincent Gallais, Etude sociale des gens de justice nantais sous Louis XIV (1661-1715), mémoire de maîtrise, Université de Nantes, 1994, p. 82-83.

25 ADLA, 103J 3, acte judiciaire passé devant Désiré de L’Aubinière, sénéchal de cette juridiction ecclésiastique de l’ouest du comté nantais. En conséquence, Jean Blanchard paie les 3 750 livres pour la réception des provisions et 648 livres pour le marc le 29 novembre 1633. En 1636, Dubuisson-Aubenay estime la charge de premier président Blanchard à 50 000 écus dans Alain Croix, dir, La Bretagne d’après l’itinéraire de monsieur Dubuisson-Aubenay, Rennes, PUR-SHAB, 2006, p. 698.

26 ADLA, 4E2/141 : il s’agit de la charge exercée par Louis du Pont, défunt père du vendeur. Le 14 juin 1643, Guy du Pont ratifie l’acte de « composition d’office » après l’avoir « leu et murement considéré ». Le document ne mentionne aucune somme.

27 ADLA, 4E2/465, Jean Blanchard s’est engagé par acte sous seing privé passé le 3 novembre 1643 à délaisser à Jacques Huteau l’office acheté à Guy du Pont. L’acquéreur doit rembourser 22800 livres empruntées à René Foucault, conseiller au Grand conseil, tandis que Jean Blanchard a déjà donné, le 12 septembre 1644, à Feydeau, conseiller au parlement de Paris, 22 000 livres dont 21 000 livres qui sont à valoir sur les 36 000 dues par Guy du Pont à celui-ci. Enfin, Jacques Huteau doit encore acquitter 15 000 livres au vendeur, plus les frais d’expédition des lettres de provision, avancés par Jean Blanchard, qui montent à 533 livres, 6 sols et 8 deniers.

28 Voir Vincent Gallais, « Robe provinciale, réseaux de crédit et finances royales en Bretagne. Portrait d’un commissaire pourvoyeur dans la première moitié du XVIIe siècle » in Françoise Bayard, (dir.), Pourvoir les finances en province sous l’Ancien Régime, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2002, p. 175-191 ; voir également Vincent Gallais, « La plume et l’argent. César de Renouard, magistrat et financier nantais (1603-1675) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, tome 111, no 1, Rennes, PUR, 2004, p. 47-63.

29 ADLA, E 759.

30 ADLA, 103J 93, dossier relatif au Bois de la Musse.

31 ADLA, 103J 98 (vers 1650) et B 1914 (1679).

32 ADLA, B 70, 4E2/245.

33 ADLA, B 1862, 4E2/127, 4E2/245.

34 AN, MC, CXV, 68, rapporté dans l’acte de vente passé le 31 décembre 1634.

35 AN, MC, CXV, 54.

36 AN, MC, CXV, 65.

37 AN, MC, CXV, 68.

38 ADLA, 103J 3, Jean Blanchard en prend possession le 21 mars 1626.

39 ADLA, 103J 3, cette obligation est rappelée dans l’inventaire des actes effectué après le décès de César-Auffray Blanchard qui a reçu vingt quittances du « sieur Garnier, chapelain des bailleux » ; la dernière est datée du 10 juillet 1670 (ADLA, 103J 16).

40 Antoine Furetière rappelle la charge symbolique de la porte cochère dans les familles du monde judiciaire qui ont réussi : « Je ne vois point qu’il y ait de meilleur métier que celui de procureur postulant. Vous ne voyez point de fils de paysan ou de gargotier qui soit entré dans une telle charge, la plupart du temps à crédit, qui au bout de sept à huit ans n’achète une maison à porte cochère […] Alors on faisoit une grande différence entre la maison à porte cochère et la maison à petite porte. C’est d’après cela que l’on calculoit la fortune du propriétaire […] » dans Edouard Fournier (éd.) Le Roman bourgeois d’Antoine Furetière, nouvelle édition avec des notes historiques et littéraires, Paris, chez P. Jannet, 1854, p. 100-101.

41 ADLA, 4E2/1602 : la rémunération en argent se fera en trois termes égaux au début, à mi-chemin et à la fin de la besogne. Quant au paiement en vin, les entrepreneurs auront deux barriques à l’Ascension et les trois autres à l’achèvement des travaux.

42 ADLA, 4E2/1602.

43 ADLA, 4E2/1605, le 4 septembre 1671, il revient à Charles, fils de César-Auffray Blanchard, de régler les dernières factures de son père. Jean Tessier et Augustin Guibert lui réclament 1 252 livres : 500 livres pour le marché du 8 mai 1669, 357 livres pour le marché du 9 mai 1669 et 395 livres pour d’autres travaux de « maçonnerie et charpante ». Le marquis conteste le montant car il semble que les travaux n’aient pas été effectués en totalité. En définitive, les créanciers se contentent de 1 000 livres versées comptant.

44 AN, MC, CXV, 53.

45 AN, MC, CXV, 53.

46 AN, MC, CXV, 55.

47 AN, MC, CXV, 35, Jean Blanchard rencontre à plusieurs reprises Clément Métezeau et ses associés qu’il charge, au nom de César de Vendôme, de la rénovation de l’hôtel de Mercœur et de divers travaux dans les châteaux du prince.

48 ADLA, 103J 3, à cette occasion, il leur verse 6 000 livres dues pour le marché passé avec eux.

49 AN, MC, CXV, 65.

50 AN, MC, CXV, 68.

51 Les libraires nantais Michel Mareschal et Pierre Guerraud estiment la bibliothèque à 378 livres.

52 On recense trois selles dont la plus précieuse est faite de velours vert assorti de passement d’argent.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540