Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fortunes urbaines

 | 
Laurent Bourquin
, 
Philippe Hamon

Deuxième partie. Officiers et gestionnaires

Richesse et pouvoir municipal en Basse Bretagne à la fin du XVIe siècle

Philippe Jarnoux

Texte intégral

1Les rapports entre la richesse des individus et leur participation à la vie municipale dans la France d’Ancien Régime sont complexes. La richesse est-elle nécessaire, voire même indispensable, pour envisager de s’engager dans une carrière politique locale ? Permet-elle d’espérer occuper des fonctions plus élevées, de mener des carrières plus durables et plus complètes ? Intervientelle dans les déroulements des carrières et l’utilise-t-on dans ses fonctions politiques ? Le fonctionnement des institutions municipales suppose-t-il que les plus riches y participent ou bien ceux-ci ne s’en désintéressent-ils pas ?

2S’il est clair que la vie municipale est très largement réservée à une élite sociale aisée, cela ne signifie pas nécessairement que les plus riches monopolisent les postes les plus importants. On a souvent mis en évidence des exemples inverses ou à tout le moins contrastés. Notre objet sera ici d’éclairer cette question à partir de quelques cas bretons au tournant des XVIe et XVIIe siècles.

  • 1 Poids d’autant plus remarquable en Basse Bretagne où les villes sont extrêmement faibles. Pour une (...)
  • 2 Représentative du modèle urbain le plus habituel de la Basse Bretagne, Quimperlé n’a pas été l’obj (...)
  • 3 Sur ce point voir Philippe Jarnoux, « Horizons maritimes : les bourgeoisies urbaines en Bretagne s (...)

3L’observation s’appuiera sur les exemples de deux villes de Basse Bretagne, Quimper et Quimperlé, entre 1580 et 1620. Quimper, siège d’un évêché et d’un présidial depuis 1552, est une petite capitale de 6 000 à 7 000 habitants avec un rayonnement local important et il faut aller jusqu’à Morlaix ou Vannes, soit à quelque 80 à 100 kilomètres, pour trouver des villes de taille équivalente. On peut la qualifier de ville moyenne à l’échelle du royaume de France mais dans la province de Bretagne, elle pèse d’un poids significatif1. Quimperlé en revanche, est une petite ville de 2 000 à 3 000 habitants au maximum, sans véritable fonction de commandement autre que celle d’être le siège d’une modeste sénéchaussée royale et d’une abbaye importante, l’abbaye de Sainte-Croix, qui est aussi le seigneur de la ville et qui appartient depuis les années 1570 à la famille Gondi2. Quoique dans une situation différente, les deux villes présentent le point commun d’être des petits ports de fond d’estuaire, assez dynamiques pour commercer par la voie maritime dans tout le golfe de Gascogne et jusqu’en Espagne et pour avoir développé des groupes de commerçants aux revenus tout à fait respectables3.

  • 4 La situation de Quimper pendant la Ligue est assez bien connue grâce au remarquable témoignage du (...)
  • 5 Voir par exemple pour une vision générale, James Collins, La Bretagne dans l’État royal, Rennes, P (...)

4Le contexte de la fin du XVIe et du début du XVIIe siècle n’est évidemment pas indifférent puisqu’il s’agit d’un contexte de guerre civile, celui des guerres de la Ligue. En 1589-90, les deux villes sont passées dans le camp des Ligueurs. Mais, même si elles restent ligueuses jusqu’en 1594 pour Quimper et jusqu’en 1598 pour Quimperlé, il semble bien que l’unanimité n’ait jamais été atteinte en leur sein et que subsistent, dans les deux cas, des noyaux monarchistes ou au moins modérés plus ou moins importants. Autant qu’on puisse en juger par des sources trop discrètes, les élites politiques locales ont été divisées tout au long du conflit4. La reprise de Quimper par les troupes royales en 1594, la signature de l’édit de Nantes et le départ des troupes espagnoles en 1598 ne ramènent pas immédiatement une situation « normale » et sans problèmes. Les conflits de la Ligue laissent des traces jusqu’en 1610, voire 1615. Les sorties de guerre, au XVIIe siècle comme aujourd’hui, sont aussi l’occasion de règlements de compte, à tous les sens du terme5.

L’investissement municipal : deux cas exemplaires

5Le questionnement sur le rapport entre la richesse et la participation à la vie municipale peut s’appuyer sur deux exemples concrets. Le premier concerne Quimperlé.

René et Charles Luhandre à Quimperlé

  • 6 À Quimperlé, les miseurs sont en charge du 1er mars d’une année au 28 février de la suivante.
  • 7 Le compte Le Nihouarn a donc été clos en moins de deux ans, une rapidité qui tranche avec le compt (...)
  • 8 Arch. dép. Finistère, 105 J 1040.

6En 1617, Charles Luhandre présente devant la Chambre des comptes à Nantes, le compte de sa gestion « des deniers communs et des deniers d’octroi de Quimperlé dont il était le miseur pour l’année 1607-086 ». Les magistrats des comptes, un rien perfides, ont inscrit une annotation des plus significatives en marge du compte : « Ce comptable prend bien son temps. Le compte rendu par Yves Le Nihouarn précédent miseur est clos du 15 janvier 16097. » Si la reddition de ce compte a traîné près de 10 ans, c’est que les affaires de Charles Luhandre sont complexes. Il espère en effet en rendant ce compte se faire rembourser des frais auxquels il a du faire face en tant que miseur en 1607 mais aussi des avances que son père René Luhandre avait consenties en tant que membre du conseil de la ville, puis comme miseur en 1589, et que lui-même avait effectué comme procureur syndic en 1596. Le compte de 1607 rendu en 1617 est donc un document passionnant pour comprendre les fonctionnements et les enjeux financiers de la vie municipale en ces temps troublés, puisque les données qui y sont évoquées s’étendent sur toute la période de 1585 à 16078.

  • 9 La prise de parti pour la Ligue semble s’être faite sans rupture particulière à Quimperlé. C’est l (...)
  • 10 Entre octobre et décembre 1589, il y a au moins six fournitures de vin aux soldats de la garnison.

7Résumons les faits dans leur ordre chronologique pour les rendre plus intelligibles. Depuis 1584 au moins, René Luhandre a régulièrement avancé de l’argent à la municipalité sans en être toujours remboursé. Mais avec le déclenchement de la guerre en 1589, ces avances se sont multipliées. Le 4 octobre 1589, le syndic Mathieu de Coëtnours avait proposé aux habitants de « nomer l’un d’eux qui feroit les advances tant pour faire le magazin de ladite ville, entretenement dudit sieur de Mesle et ses soldats, les fortifications et réparations de ladite ville que autres frais nécessaires9 ». René Luhandre a été nommé et a accepté cette charge, l’acte passé par la communauté spécifiant qu’il serait remboursé et cru sur serment pour les dépenses faites. Dès le lendemain, 5 octobre 1589, Mathieu de Coëtnours lui a emprunté au nom de la ville 300 livres pour « le sieur de Mesle gouverneur et capitaine en lasdite ville auquel il était nécessaire de fournir nombre d’argent, vin et autres choses nécessaires pour l’entretenement de luy et ses soldats afin d’assister et conserver lesdits bourgeois ». Avant la fin de l’année, Luhandre aura ainsi fourni à ses frais pour 136 écus (un écu vaut trois livres) de vin et d’armes à la petite garnison du sieur de Mesle, payé 150 livres pour des réparations à l’une des portes de la ville et versé 51 écus à sa belle-sœur Charlotte Hervou, tenant une hôtellerie, pour l’accommodement et les dépenses des gens de la ville et des militaires10. Les paiements de ce type se prolongent au moins jusqu’en 1593 et en 1614 les héritiers de René Luhandre ont déjà engagé une procédure devant le parlement pour se faire rembourser une somme totale de 1 353 livres et 17 sols.

  • 11 Armée royaliste cette fois.

8Parallèlement aux dépenses du père, Charles Luhandre, le fils, est un des bailleurs de fonds régulier de la municipalité. En juillet 1594, il prête 600 livres ; en août, il s’engage conjointement avec le procureur syndic au nom de la ville pour 840 écus envers le sieur du Pou de Kermoguer, capitaine ligueur et seigneur des environs. Il est aussi l’un des fournisseurs réguliers de vin et de grains pour les armées qui sillonnent la région. Fournisseur obligé évidemment, répondant dans l’urgence aux réquisitions impérieuses de la soldatesque. Alors qu’il est procureur syndic en 1596 il est encore contraint d’avancer pour le général des habitants « 40 minots de froment pour parfaire le nombre de 15 tonneaux qu’ils avaient promis de fournir à l’armée espagnolle étant alors à Blavet » (il en demande 240 livres de dédommagement dans le compte rendu en 1617). En août 1597 enfin, il fournit deux des douze barriques de vin qui sont livrées sur le quai de la ville à l’armée du baron de Molac11.

9Pourtant, c’est après la fin de la guerre que les pires difficultés lui surviennent. En 1595, il avait été taxé à 400 écus dans la cotisation faite pour payer une taxe de 4 000 écus imposée par l’armée du maréchal d’Aumont après la reprise de Quimper. Les Quimpérois, déjà surchargés par un autre emprunt forcé, paraissent avoir voulu faire payer cette taxe à toutes les villes du diocèse et il semble que Quimperlé ne s’en soit pas entièrement acquitté. Toujours est-il que « le 14.4.1599 ayant allé à Quimpercorentin, il auroit esté arresté pour la debte générale de ladite ville de Quimperlé par Me Jean Le Predour huissier, faulte audits habitants de luy avoir payé la somme de deux cent trente trois escus dix sols restant de plus grande somme à laquelle lesditz habitants avoient esté cottisés pour leur part de deux cents mil escuz promis au roi en sa venue en ce pays. Et ayant depuis obtenu dudit Predour delay de huitaine de le satisfaire ou a faute de ce de se rendre audit Predour… Ayant faict son debvoir d’assembler lesdits habitans pour mettre ordre à la liberté dudit hostage, ils n’en auroient faict aucune dilligence, de sorte qu’il auroit esté contraint de se représanter audit Prédour audit Quimpercorentin où il fut détenu en arrest d’hostage et y auroit esté depuis le 17e d’avril quatre vingt dix neuf jusques au quinziesme de decembre audit an ».

10En 1600, Charles Luhandre retrouve donc la liberté, après « avoir faict nombre de sommations et protestations vers lesdits habitants pour l’acquiter et libérer », tandis que son père est mort l’année précédente. Il estime ses huit mois de prison à 2 800 livres. Sa carrière municipale n’est pourtant pas terminée puisqu’il deviendra miseur en 1607, comme on l’a vu plus haut. On comprend un peu au récit de ces années municipales mouvementées, les raisons du long retard de sa reddition de compte entre 1607 et 1617 puisque le compte est en fait l’occasion de solder tous les contentieux entre la famille Luhandre et la municipalité et toutes les dettes de celle-ci envers Charles Luhandre. On imagine aisément aussi la difficulté à obtenir des reçus ou des quittances pour les multiples dépenses engagées dans l’urgence et dans un contexte politique et militaire des plus incertains.

11Au total, Charles Luhandre réclame à la municipalité de Quimperlé pour les dix années de guerre de 1589 à 1598 plus de 4 500 livres que lui-même ou son père auraient avancées ou fournies en nature (vin et blé principalement) et qui ne lui auraient pas été remboursées. Les dettes correspondent environ au tiers des sommes avancées sous une forme ou sous une autre par les Luhandre, les autres avances ayant été apparemment remboursées et n’entrant pas dans les contestations. La vie municipale coûte donc cher aux Luhandre qui, même s’ils n’ont été en charge des affaires de la ville que trois années sur dix, y auraient dépensé en moyenne plus de 1 200 livres par an.

Le compte de Rolland Le Denic à Quimper en 1594

  • 12 Sur le détail de ces événements, voir Jean Moreau, op. cit., p. 159-160.
  • 13 Ibid., p. 138-148.
  • 14 Ibid., p. 169-196.

12Le cas quimpérois entre 1594 et 1596 est assez similaire et présente l’intérêt d’être assez bien documenté et très mouvementé. La ville, ligueuse depuis 1589, voit pendant l’été 1594 l’approche de l’armée espagnole qui opère de nombreuses violences autour de Rosporden, exige une forte somme d’argent des Quimpérois pour ne pas se nourrir sur le pays puis repasse ensuite régulièrement à proximité pour aller défendre Crozon (tout cela entre août et octobre)12 ; elle subit ensuite en septembre une tentative de coup de main royaliste mené par le gouverneur de Concarneau13 puis elle est enfin assiégée et prise par l’armée royaliste du maréchal d’Aumont en octobre 159414. L’année est très importante militairement et politiquement, puisque Quimper bascule finalement et que la perte de Quimper, après celle de Morlaix, marque un repli très net des positions ligueuses en Basse Bretagne.

  • 15 Commandant Faty, « Comptes des miseurs de la ville de Quimper en fonction pendant les années 1594, (...)

13Comment cette situation de crise brutale et ce basculement militaire se traduisent-il dans le financement de la vie municipale et dans la participation directe des membres du corps de ville à ce financement ? Nous disposons cette fois de deux comptes, celui de 1594 rendu par Rolland Le Denic et celui de 1596 de Jean et François L’Honoré (il y a deux responsables successifs car Jean est mort au cours de l’été 1596 et c’est son frère François qui a conclu l’exercice)15.

  • 16 Ibid., p. 132-135 et p. 145.
  • 17 C’est-à-dire des droits d’octroi de la ville.

14En 1594, les charges de la ville de Quimper sont extraordinairement élevées ; elles dépassent 56 000 livres alors qu’habituellement elles s’élèvent seulement autour de 10 000. Cet excédent résulte de deux lourdes exigences militaires, celle des Espagnols de Don Juan d’Aquila tout d’abord en août 1594 qui monte à 7 200 livres, puis un emprunt de 11 000 écus (33 000 livres) imposé par le maréchal d’Aumont et versé entre la fin octobre et la mi décembre16. Ces sommes sont rassemblées sous forme de taxes levées sur les habitants par l’intermédiaire de commissions constituées par des membres du conseil de ville. Un homme y joue, apparemment, un rôle prépondérant : Merry Girondeau. Girondeau est un marchand et brasseur d’argent, fermier de la pancarte de la ville17, qui avance probablement lui-même de l’argent et qui, entre autres, emprunte auprès du gouverneur royaliste de Brest, Rieux-Sourdéac, 9 000 livres. Ici, les montants sont toutefois trop élevés pour que des personnes s’y engagent à titre individuel ou qu’elles y soient contraintes par leurs fonctions. Il faut à la fois faire appel à l’ensemble de la population et endetter le corps de ville en empruntant à l’extérieur. Nul dans la ville ne semble disposer de liquidités suffisantes pour répondre rapidement aux demandes.

  • 18 Faty, art. cit., p. 136-137.
  • 19 On peut noter à nouveau, comme à Quimperlé, la longueur du délai entre la fin de la gestion et la (...)
  • 20 Il s’agit du sieur d’Arradon de la Grandville, frère du gouverneur d’Hennebont et de l’évêque de V (...)
  • 21 Ibid., p. 149.

15Mais, en dehors de ces charges exceptionnelles, les procureurs syndics, miseurs et élus divers, engagent aussi des sommes propres. Au début de l’année 1594, Le Denic a ainsi avancé 1 355 livres pour faire face aux dépenses de quatre capitaines ligueurs et de leurs petites troupes logées et entretenues par la ville18. Le conseil de ville n’a pas encore remboursé cette avance quand le compte est présenté à la Chambre des comptes douze ans plus tard, en 160619. Et la Chambre des comptes refuse d’avaliser cette dépense car le miseur n’en a conservé aucune quittance. En septembre, le sieur de la Grandville, autre capitaine ligueur, est venu défendre la ville contre une première tentative royaliste20. À son départ, il offre de payer ses frais d’hébergement : 249 livres. Les bourgeois du conseil lui demandent de ne pas le faire, l’assurant que le miseur s’en chargerait. Mais la ville étant ensuite passée du côté monarchiste, le conseil refusera alors cette dépense et il faudra que Le Denic engage une procédure en 1595 pour obtenir un arrêt en sa faveur en janvier 159621.

  • 22 Il s’agit d’Alain Le Guiriec de Bonescat et de Pierre Guegant ; l’un est membre du présidial, l’au (...)
  • 23 Faty, op. cit., p. 147.
  • 24 Jean Moreau, op. cit., p. 140.

16Le miseur Le Denic n’est pas le seul à avancer de l’argent. Les députés envoyés pour représenter la ville aux États prévus à Dinan au cours du printemps 1594, le font à leurs propres frais et se font aussi rembourser ensuite22. De même, lors de la prise de la ville par le maréchal d’Aumont en novembre, la ville offre un banquet aux principaux chefs des troupes royalistes. Mais il en vint plus que prévu et pour éviter tout trouble, c’est un autre membre du conseil de ville, Simon Chevillard, qui traite ceux qui ne pouvaient pas participer – faute de place – au repas principal. Il lui en coûte plus de 100 livres23. En ces temps militairement troublés, ce sont donc au moins quatre des membres de la municipalité qui ont à un moment ou un autre alimenté dans l’urgence le budget municipal ou l’ont soulagé en prenant à leur charge certaines dépenses. Pour d’autres encore, la participation politique s’accompagne aussi de dépenses diverses. Ainsi lors de la première attaque monarchiste sur Quimper, le chanoine Moreau nous apprend que les frères L’Honoré offraient alors à manger aux notables de la ville. Les buts politiques n’étaient probablement pas absents de ce repas qui rassemblait notables, marchands et membres du présidial en un contexte particulièrement délicat24.

17La multiplication de ces exemples semble donc montrer que cette pratique d’avance financière n’est pas inhabituelle et exceptionnelle et qu’elle n’est pas réservée aux miseurs.

Un modèle à interroger

18On pourrait développer d’autres cas extraits de ces redditions de comptes car ils montrent bien que les élus municipaux engagent directement leurs revenus et qu’il est donc nécessaire qu’ils aient une certaine fortune avant de se lancer dans la carrière municipale. Cet usage de l’argent et cette réalité de la richesse des magistrats municipaux posent néanmoins un certain nombre de questions.

Les sources de la richesse

19Il faut d’abord essayer de voir d’où ces élus municipaux tirent leurs revenus et s’ils apparaissent effectivement comme les plus riches des villes en question. Les sources sont évidemment imprécises et incomplètes mais elles permettent néanmoins de constater que ces individus comptent bien parmi les élites de la richesse.

  • 25 Un compte de la coutume des vins perçue par l’abbaye de Sainte-Croix sur le commerce du port de Qu (...)
  • 26 Arch. dép. Finistère, 105 J 1040.
  • 27 Nous n’avons pas de preuves certaines de leur implication dans ces domaines. Mais ils sont en tout (...)

20Les Luhandre sont des marchands et on les voit intervenir comme tels depuis les années 1530 au moins à Quimperlé, armant des navires régulièrement vers Bordeaux ou vers l’Espagne25. Ils achètent du vin et le redistribuent dans l’arrière pays de Quimperlé ; ils y enlèvent d’autre part les grains qu’ils vendent à Nantes ou en Espagne ; ils semblent aussi trafiquer le bois. Commerce et affaires classiques sur la côte méridionale de la Bretagne. Ils sont aussi entrepreneurs. En 1586, René Luhandre a par exemple obtenu l’adjudication des travaux de réparation des ponts de la ville, travaux importants puisqu’ils se montent à 800 écus. Les deux tiers (533 écus) lui ont été payés mais en 1617 la municipalité est toujours redevable du troisième tiers qui n’a pas été réglé depuis 158926. Ils sont encore brasseurs d’argent et fermiers d’impôts. En tant que miseurs, les Luhandre prennent à ferme les deniers d’octroi de la ville mais ils ont aussi participé aux recettes du domaine royal, aux fermes diocésaines de l’impôt et billot, et il n’est pas impossible qu’ils participent parfois aux fermes des dîmes27.

  • 28 Arch. dép. Finistère, 5 H 109.
  • 29 Arch. dép. Finistère, 7 H 17.

21Enfin, dernière source de revenus et d’activité – et non la moindre – les Luhandre ont été pendant au moins 18 ans les fermiers généraux de l’abbaye de Sainte-Croix. René est devenu fermier pour la première fois en juillet 1584 avec deux associés ; en 1588, le bail est modifié et les associés deviennent de simples cautions. En juillet 1593, au cœur des troubles, Henri de Gondi est venu lui-même à Quimperlé signer un nouveau bail. Pour des raisons que nous ne connaissons pas, il est alors attribué à Jacques de Crec’hquivillic, le chambrier de l’abbaye. Mais celui-ci n’est qu’un intermédiaire puisque le 16 août suivant, il passe un contrat de sous-ferme avec René Luhandre. À sa mort en 1599, son frère Yvon Luhandre continue le bail, probablement jusqu’à son terme prévu en 160228. La gestion du temporel de l’abbaye seigneur de la ville est une des plus importantes affaires de la région. Elle s’élève entre 2 000 et 3 000 livres annuelles selon les baux, et suppose donc une lourde mise de fonds initiale, mais elle est d’autant plus rentable que lors des ventes de biens ecclésiastiques des années 1570 et 1580, l’abbaye de Sainte-Croix a été relativement épargnée au détriment de sa voisine, Saint-Maurice de Carnoët dont on soupçonnait l’abbé de sympathie pour les hérétiques29.

  • 30 Qui sont d’ailleurs souvent des parents des Luhandre.
  • 31 Pierre de Gondi a reçu l’abbaye en commende en 1573. Henri en devient titulaire en 1588 et restera (...)
  • 32 Arch. dép. Finistère, 1 E 346.

22Cette ferme est enfin d’autant plus intéressante qu’elle met en contact les fermiers avec des personnages fort influents. Dans les années 1570 et 1580, la ferme de Sainte-Croix est en effet payée en deux termes, « rendus en la maison du sieur André Ruy à Nantes ». Si les contrats sont passés devant des notaires locaux30, les abbés sont parfois directement présents lors de la signature comme c’est le cas pour Henri de Gondi en juillet 159331. Dans ces mêmes années 1580, André Ruiz, depuis Nantes, prend à ferme, l’impôt et billot de Cornouaille. Or, localement, ses sous-fermiers sont René Luhandre et Jacques Morice32. Les deux hommes sont beaux-frères et Jacques Morice s’est aussi porté caution de Luhandre dans sa prise à ferme du temporel de l’abbaye. Le bail de l’abbaye est donc un des éléments qui permettent à René Luhandre de rencontrer les riches financiers espagnols de Nantes et d’entrer ainsi dans les milieux de la finance provinciale. Ces liens ne sont évidemment pas inutiles dans un contexte politique et militaire compliqué, ils placent clairement les Luhandre dans le « parti » ligueur. Les Morice auxquels ils sont associés sont, de toute évidence, les marchands les plus riches et les plus solides de Quimperlé dans les années 1590 et leurs liens familiaux avec les Luhandre sont particulièrement étroits. En trente ans entre 1550 et 1580, trois mariages ont rapproché les deux familles qui partagent aussi de nombreux cousinages communs.

  • 33 Arch. dép. Finistère, 1 E 620.
  • 34 Arch. dép. Finistère, 105 J 528.

23Ces multiples activités de finances et de commerce ont permis la constitution de solides fortunes. En 1595, on l’a vu, Charles Luhandre est imposé à lui seul pour un dixième de la taxe générale demandée par le maréchal d’Aumont. Depuis les années 1570, on voit régulièrement les mêmes hommes acquérir pour plusieurs centaines de livres les biens fonciers aliénés par le clergé dans la région. Ces marchands récemment enrichis se sont ainsi constitué rapidement de solides patrimoines fonciers. En 1599, le partage des biens fonciers entre les neuf héritiers de Charles Morice couvre un gros cahier d’une centaine de pages et chaque lot représente un revenu de 200 à 400 livres, pour un total supérieur à 3 000 livres par an33. Lorsqu’est réglé, en 1606, l’héritage d’une grande tante, Supplice Luhandre, demoiselle restée célibataire et rentière, il représente 600 livres en biens mobiliers, 1 734 livres en créances et 7 400 livres en biens fonds34.

24À Quimper, les L’Honoré constituent aussi une des fortunes les plus solides, appuyée sur la terre, mais aussi sur la participation aux affaires financières. D’ailleurs, les deux frères L’Honoré ont épousé deux filles de la famille Morice de Quimperlé et cela traduit les liens existants de ville à ville entre des familles pratiquant les mêmes activités et suivant des itinéraires sociaux similaires. De fait, même si l’on n’a pas de données quantitatives sûres et précises, il est manifeste que les familles et les individus qui gèrent et administrent les deux villes dans les années 1580-1620 comptent parmi les plus riches. Des indices assez nombreux laissent à penser qu’il en va un peu de même à Hennebont ou à Auray.

L’usage de l’argent dans la vie municipale

  • 35 Voir sur la gestation et l’évolution de la fonction de miseur, Jean-Pierre. Leguay, Vivre dans les (...)

25La richesse croissante des édiles transforme-t-elle la vie municipale ou influe-t-elle sur elle ? On peut souligner tout d’abord que la pratique des avances, telle qu’on l’a constatée précédemment, semble être un phénomène courant, banal et presque systématique. Les corps de ville n’ont évidemment pas de budget prévisionnel. Ils vivent des avances des miseurs, elles-mêmes théoriquement appuyées sur les rentrées fiscales des octrois ou de la pancarte. En pratique, le rôle du miseur est donc bien d’avancer l’argent de la ville, qui ne fait que transiter par ses mains, mais l’adéquation entre recettes et dépenses étant impossible, le miseur avance ses propres deniers. Cela explique qu’il doive fournir des garanties lors de son entrée en charge et l’on sait que depuis le XVe siècle souvent, les miseurs font presque systématiquement partie des plus riches de leur cité35. Mais la responsabilité financière et la prise de risque ne se limitent pas aux miseurs, puisqu’on voit régulièrement les procureurs-syndics ou de simples membres du conseil agir ainsi pour répondre à des besoins immédiats. Il n’y a là en apparence rien d’exceptionnel. Les méthodes sont les mêmes à une autre échelle pour la gestion des généraux de paroisses. Elles se perpétueront tout au long du XVIIe siècle, tant que les comptabilités municipales ne seront pas plus encadrées et surveillées. Cela signifie que l’argent, voire la fortune, sont nécessaires à l’exercice du pouvoir politique municipal. On ne peut guère envisager de désigner un individu insolvable à des charges ayant d’éventuelles implications financières quand on sait – et tout le monde le sait dans des villes qui restent de taille modestes et où les affaires et les revenus sont facilement estimables – qu’il devra avancer de l’argent.

26Le contexte de guerre, à partir de 1589, n’explique pas cette situation mais la rend plus inévitable. Les charges municipales sont très souvent accrues, les calendriers plus incertains, les demandes militaires aléatoires : de toute évidence, la guerre et l’insécurité qu’elle génère, rendent plus indispensable une certaine aisance financière des élus municipaux. Ce qui apparaît clairement dans les comptes observés précédemment, c’est le caractère à la fois imprévisible et impérieux des dépenses militaires, qu’il s’agisse de payer des rançons pour libérer des députés ou d’abonder des emprunts, de fournir des grains ou du vin à des troupes de passage, d’héberger des compagnies de gens de guerre ou d’engager des dépenses de fortifications. Dans tous les cas, il faut faire vite et réagir dans l’urgence. La guerre accroît les risques, alourdit les charges et accélère les demandes, mais elle ne les crée pas. Ce type de pratique n’est pas une nouveauté de la guerre : l’ampleur en est simplement plus grande.

  • 36 Arch. dép. Finistère, 105 J 1040 et J. Moreau, op. cit., p. 265-269. L’armée de Molac est estimée (...)

27La guerre, et ses risques, suppose toutefois que les fortunes mises à contribution, soient facilement et rapidement mobilisables. Cela exclut en partie des fortunes uniquement ou massivement foncières, des revenus qui seraient basés sur l’office ou sur des patrimoines immobiliers. À l’inverse, cela favorise (si l’on peut dire) des revenus liés à la finance ou au commerce. Ces revenus sont en effet plus irréguliers mais plus vite disponibles car ils proviennent des échanges quotidiens et supposent souvent l’existence de réserves monétaires ou de stocks de produits. Ainsi en août 1597, quand l’armée du baron de Molac s’avance vers Quimperlé pour l’une des dernières batailles importantes dans la région – la bataille de Quimerc’h – elle exige de la municipalité cinq tonneaux de froment et douze barriques de vin. Ce sont les marchands de la ville, dont le procureur-syndic Charles Luhandre, qui les avancent. Les douze barriques sont sorties des entrepôts et distribuées sur le quai aux troupes qui traversent la ville36. On travaille et on obéit dans l’urgence mais ce sont bien les fortunes des commerçants qui sont mises à contribution.

  • 37 Faty, art. cit., p. 164-165.

28À tout cela, on peut voir deux conséquences. D’une part, la richesse est plus que jamais nécessaire à l’exercice de fonctions municipales et elle peut être un argument décisif pour faire pencher la balance lors d’une élection. Seuls les plus riches sont alors en mesure de protéger efficacement la ville et leurs concitoyens contre une agression ou une demande imprévue. D’autre part, ceux qui le sont moins ont d’autant plus d’intérêt à se retrancher derrière eux. Les plus riches cherchent d’ailleurs parfois à échapper à la charge en sortant de la ville. C’est ce que tente de faire Jean L’Honoré en 1596 au prétexte qu’il ne réside plus dans Quimper intra-muros, mais dans le faubourg Saint-Mathieu. Peine perdue : le corps de ville le désigne néanmoins pour les fonctions de miseur37.

  • 38 Même si cette tentation monarchiste paraît sensible à Quimper de la part des officiers du présidia (...)

29La deuxième conséquence est que cette situation encourage la prise de responsabilités municipales par le monde du commerce et de l’argent. Si l’on a souvent observé les choix municipaux du temps de la Ligue en fonction de clivages religieux (protestants/catholiques), juridiques (nobles/roturiers), politiques (ligueurs/monarchistes), professionnels (robins/commerçants) ou sociaux (bourgeoisie d’office/bourgeoisie seconde), il faut peut-être faire intervenir aussi des critères de richesse et de nature de richesse. La montée en puissance ou la mise en avant d’une bourgeoisie d’affaires ou d’une bourgeoisie de commerce qui occupe alors des fonctions municipales ne peut-elle pas résulter également d’un intérêt bien compris des élites locales ? Placer les marchands les plus riches au pouvoir, c’est aussi, potentiellement, s’assurer des garanties face aux demandes militaires. Or, il apparaît assez clairement que dans des villes comme Quimper ou Quimperlé, cette bourgeoisie marchande occupe les fonctions municipales dominantes pendant l’épisode ligueur. Ce n’est peut-être pas seulement le résultat d’un conflit politique avec une bourgeoisie d’office plus encline à un loyalisme monarchiste38 ; on peut aussi l’interpréter comme le résultat de choix dictés, ou au moins suggérés, par des réalités économiques.

30Quel peut-être dans cette perspective l’intérêt de la participation au pouvoir municipal pour ces marchands enrichis ? Il faut souligner tout d’abord que l’exercice des charges n’est pas toujours déficitaire et que cette participation peut aussi procurer des revenus. De fait, les hommes qui contrôlent alors les municipalités s’intègrent aussi aux circuits financiers et fiscaux ; ils encadrent les perceptions d’octroi, prennent à ferme les impôts et billots, les dîmes et les décimes du clergé ou participent aux grandes fermes seigneuriales. En ces temps difficiles, si l’on prend des risques dans la vie municipale, on peut aussi retirer des bénéfices à côtoyer André Ruiz, les Gondi ou les gens de finances nantais qui s’agitent autour du duc de Mercoeur.

  • 39 C’est la terminologie utilisée dans l’acte mais, dans la pratique, il s’agit presque systématiquem (...)
  • 40 19 autres personnes servent de caution ou attestent de la solvabilité des preneurs.

31L’investissement dans la vie municipale peut aussi permettre de profiter par ailleurs d’opportunités économiques. En 1592 par exemple, le sénéchal de Quimper nommé par Mercoeur, Guillaume Le Baud, membre d’une des plus riches familles de gens de finances de Quimper, et dont le frère est un des chefs les mieux considérés des Ligueurs de la ville, assure la prise à ferme des biens saisis « sur les hérétiques et fauteurs d’hérésie dans la juridiction39 » : 28 biens, seigneuries, domaines ou maisons diverses sont attribués à 18 individus pour une valeur totale de 7 453 écus40. Or parmi ces 18 bénéficiaires et nouveaux gestionnaires de biens saisis sur l’ennemi, 11 au moins sont des membres réguliers du corps de ville ligueur de Quimper. On retrouve parmi eux, Merry Girondeau, le fermier des droits d’octroi de la ville, tout comme quatre membres de la famille L’Honoré. La vie municipale a des risques financiers… mais elle offre aussi des opportunités.

32La richesse, évidemment, n’est pas un critère obligatoire ou exclusif de participation à la vie municipale. Ce n’est de toute évidence qu’un critère parmi d’autres et sa prise en compte ne doit pas conduire à négliger ou à sous-estimer les motivations proprement politiques ou religieuses des choix ou des prises de parti lors des troubles. Si le risque financier existe dans l’engagement municipal, il n’est pas systématique et la charge peut être compensée. Elle peut l’être par l’ouverture d’autres sources de revenus ; elle l’est aussi évidemment par le prestige politique. De plus, si les plus riches ne refusent pas ou ne craignent pas cette participation au pouvoir politique, c’est qu’elle correspond aussi à des habitudes sociales fortement ancrées. Il y a du pouvoir dans le don que l’on fait à sa communauté et qui l’oblige, qui suppose de sa part une certaine reconnaissance ultérieure. L’investissement de cette richesse, souvent fraichement acquise, dans la vie municipale peut ainsi apparaître comme une forme d’ennoblissement de cette richesse, de gain de respectabilité ou d’honorabilité, voire de purification d’un argent qu’on regarde parfois d’un mauvais œil.

33Les temps terribles de la Ligue révèlent les fragilités des finances municipales et peuvent mettre les villes sous le contrôle ou à la merci des plus riches. La tendance existait déjà auparavant et la munificence, la largesse financière de certains, la nécessité d’offrir des cadeaux ou des banquets renvoient aussi aux pratiques de l’aristocratie ou à celles du pouvoir souverain. On pourrait sans doute faire une lecture anthropologique du phénomène. Le pouvoir, c’est aussi du don. Et dans les élites municipales comme ailleurs, l’argent est aussi ce qui permet de s’élever, de tenir son rang et de manifester sa réussite.

*

34Il est bien sûr impossible d’établir un bilan comptable précis des investissements et des coûts de l’exercice du pouvoir municipal pour les familles ou pour les individus. Dans les deux villes observées, le temps de la mainmise ligueuse apparaît assez clairement comme celui d’une montée en puissance d’un monde de commerçants riches, qui affirme par sa participation municipale, son ascension et son accession au sommet des hiérarchies sociales locales. Mais on constate que les familles de négociants et de financiers qu’on trouve alors à la tête des municipalités s’effacent quelque peu au XVIIe siècle.

  • 41 Seule une branche de la famille s’affirme un peu plus. On la retrouve parmi les officiers de la sé (...)

35À Quimperlé, outre les Luhandre, quatre familles semblent dominer les milieux commerçants à la fin du XVIe siècle : les Coëtnours, Hervou, Morice et Lohéac. Les déboires municipaux des Luhandre contribuent probablement à un affaiblissement de leur situation économique. S’ils restent souvent présents à la municipalité jusqu’aux années 1620, leur situation matérielle semble se détériorer ; dans les générations suivantes, les descendants ne seront que des marchands moyens, des prêtres de campagne ou de modestes procureurs au présidial de Quimper41. La famille n’a pas fait fortune, pas plus que les Hervou qui restent des simples marchands ou que les Coëtnours qui, pratiquant le commerce depuis la fin du XVe siècle, ne parviendront même plus à prouver une noblesse pourtant bien réelle lors de la réformation de la noblesse des années 1660 et peinent à se maintenir comme petits notables locaux. Si les deux autres familles, Morice et Lohéac, réussissent mieux, c’est probablement parce qu’elles s’engagent rapidement dans le monde des offices et qu’elles délaissent en partie et très tôt les charges municipales et le commerce. À Quimper, les Le Denic sombrent dans la médiocrité, les Girondeau disparaissent (mais ils n’étaient probablement pas quimpérois), les Le Baud s’affaiblissent aussi tandis qu’à l’inverse, les L’Honoré sont passés dans le monde des offices comme les Morice ou les Lohéac. Dans certains cas, on pourrait presque se demander si l’investissement (à tous les sens du terme) dans la vie municipale n’est pas en partie à l’origine de déboires financiers et d’un certain déclassement social.

Notes

1 Poids d’autant plus remarquable en Basse Bretagne où les villes sont extrêmement faibles. Pour une vision générale de l’histoire de Quimper, voir Jean Kerhervé (dir), Histoire de Quimper, Toulouse, Privat, 1994.

2 Représentative du modèle urbain le plus habituel de la Basse Bretagne, Quimperlé n’a pas été l’objet d’études historiques de synthèse. On pourra néanmoins utiliser Bernard Tanguy (dir), L’abbaye de Sainte-Croix de Quimperlé des origines à la Révolution, colloque de Quimperlé, 1998, Brest, CRBC, 1999, qui à partir de l’abbaye dresse souvent un tableau de la ville en particulier les communications de Jean-Pierre Leguay, Dominique Le Page, Guy Saupin et Philippe Jarnoux.

3 Sur ce point voir Philippe Jarnoux, « Horizons maritimes : les bourgeoisies urbaines en Bretagne sous l’Ancien Régime. Enclavements et ouverture », in Frédérique Pitou (dir.), Élites et notables dans la France de l’Ouest XVIe-XXe siècle. Entre conservatisme et modernité, Rennes, PUR, 2003, p. 247-262.

4 La situation de Quimper pendant la Ligue est assez bien connue grâce au remarquable témoignage du chanoine Moreau (Jean Moreau, Mémoires du chanoine Moreau sur les guerres de la Ligue en Bretagne, Henri Waquet (publ), Quimper, 1960). En revanche, le cas de Quimperlé est moins bien documenté.

5 Voir par exemple pour une vision générale, James Collins, La Bretagne dans l’État royal, Rennes, PUR, 2006, p. 156-163.

6 À Quimperlé, les miseurs sont en charge du 1er mars d’une année au 28 février de la suivante.

7 Le compte Le Nihouarn a donc été clos en moins de deux ans, une rapidité qui tranche avec le compte suivant.

8 Arch. dép. Finistère, 105 J 1040.

9 La prise de parti pour la Ligue semble s’être faite sans rupture particulière à Quimperlé. C’est l’installation d’une petite garnison menée par Claude du Chatel de Mesle, cadet d’une éminente famille noble de Basse Bretagne, probablement en septembre 1589, qui marque véritablement l’entrée de Quimperlé dans les tensions militaires locales.

10 Entre octobre et décembre 1589, il y a au moins six fournitures de vin aux soldats de la garnison.

11 Armée royaliste cette fois.

12 Sur le détail de ces événements, voir Jean Moreau, op. cit., p. 159-160.

13 Ibid., p. 138-148.

14 Ibid., p. 169-196.

15 Commandant Faty, « Comptes des miseurs de la ville de Quimper en fonction pendant les années 1594, 1596 et 1597 », Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, t. XII, 1885, p. 129-212.

16 Ibid., p. 132-135 et p. 145.

17 C’est-à-dire des droits d’octroi de la ville.

18 Faty, art. cit., p. 136-137.

19 On peut noter à nouveau, comme à Quimperlé, la longueur du délai entre la fin de la gestion et la présentation du compte devant la Chambre. C’est un indicateur de la difficulté des temps.

20 Il s’agit du sieur d’Arradon de la Grandville, frère du gouverneur d’Hennebont et de l’évêque de Vannes. Faty, art. cit., p. 148-149.

21 Ibid., p. 149.

22 Il s’agit d’Alain Le Guiriec de Bonescat et de Pierre Guegant ; l’un est membre du présidial, l’autre est marchand et ils voyagent avec le sieur de la Garenne, député du chapitre de Quimper : J. Moreau, op. cit., p. 154-58. Ils sont capturés près de Pontivy et le corps de ville paiera pour eux 4 000 écus de rançon : Faty, art. cit., p. 187.

23 Faty, op. cit., p. 147.

24 Jean Moreau, op. cit., p. 140.

25 Un compte de la coutume des vins perçue par l’abbaye de Sainte-Croix sur le commerce du port de Quimperlé entre 1538 et 1541 permet de constater que les Luhandre participent à 14 des 59 cargaisons taxées. La famille Hervou, celle de l’épouse de René Luhandre, est intéressée dans 16 cargaisons. À elles seules, ces deux familles réalisent alors environ la moitié du trafic des vins de la ville : Arch. dép. Finistère, 5 H 234.

26 Arch. dép. Finistère, 105 J 1040.

27 Nous n’avons pas de preuves certaines de leur implication dans ces domaines. Mais ils sont en tout cas très liés aux familles qui y participent et ces liens familiaux recouvrent souvent des liens d’affaires.

28 Arch. dép. Finistère, 5 H 109.

29 Arch. dép. Finistère, 7 H 17.

30 Qui sont d’ailleurs souvent des parents des Luhandre.

31 Pierre de Gondi a reçu l’abbaye en commende en 1573. Henri en devient titulaire en 1588 et restera abbé jusqu’en 1622 date à laquelle l’abbaye passe à Jean-François Paul de Gondi, le futur cardinal de Retz.

32 Arch. dép. Finistère, 1 E 346.

33 Arch. dép. Finistère, 1 E 620.

34 Arch. dép. Finistère, 105 J 528.

35 Voir sur la gestation et l’évolution de la fonction de miseur, Jean-Pierre. Leguay, Vivre dans les villes bretonnes au Moyen Age, Rennes, PUR, 2009.

36 Arch. dép. Finistère, 105 J 1040 et J. Moreau, op. cit., p. 265-269. L’armée de Molac est estimée autour de 800 hommes.

37 Faty, art. cit., p. 164-165.

38 Même si cette tentation monarchiste paraît sensible à Quimper de la part des officiers du présidial. Moreau s’en désole régulièrement.

39 C’est la terminologie utilisée dans l’acte mais, dans la pratique, il s’agit presque systématiquement de nobles combattant au service du roi et ayant joué un rôle politique local remarqué : Arch. dép. Finistère, A 34.

40 19 autres personnes servent de caution ou attestent de la solvabilité des preneurs.

41 Seule une branche de la famille s’affirme un peu plus. On la retrouve parmi les officiers de la sénéchaussée de Lesneven et dans le monde des receveurs du domaine du roi. Mais cette branche a quitté Quimperlé vers 1620/30.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540