Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fortunes urbaines

 | 
Laurent Bourquin
, 
Philippe Hamon

Première partie. Les riches dans les sociétés urbaines

La richesse discrète des élites du Maine

Frédérique Pitou

Texte intégral

  • 1 Frédérique Pitou (dir.), Élites et notables de l’Ouest, XVIe-XXe siècle. Entre conservatisme et mo (...)
  • 2 Mémoires de J.-B.-H.-M. Leprince d’Ardenay, publiés et annotés par l’abbé Gustave Esnault, Le Mans (...)
  • 3 Michel Figeac, La douceur des Lumières. Noblesse et art de vivre en Guyenne au XVIIIe siècle, Bord (...)
  • 4 Mémoires de René-Pierre Nepveu de La Manouillère, publiés et annotés par l’abbé Gustave Esnault, Le (...)

1Cette communication répond au programme des deux journées d’étude « Élites et richesses dans les villes de l’Ouest », en choisissant de se pencher sur une partie de cet Ouest, le Maine, et sur les deux principales villes de cette province, Le Mans et Laval. Elle est aussi le prolongement de travaux déjà réalisés sur les Élites de l’Ouest1 et l’occasion d’utiliser les écrits des contemporains, journaux, mémoires ou tout écrit décrivant la vie des citadins. Ainsi, sont particulièrement précieux les mémoires de Leprince d’Ardenay, avocat en Parlement, négociant en cire, juge-consul et maire du Mans2. Leprince est incontestablement un membre de l’élite mancelle, un homme du XVIIIe siècle, représentatif de cette « douceur des Lumières » que Michel Figeac décrit pour la Guyenne3. Il est né en 1737, est fils et petit-fils d’un marchand cirier et également petit-fils d’un maître de forge ; il meurt en 1819. Dans ses Mémoires, écrits à partir de 1801, on trouve peu de références à ses affaires, à ses gains, à sa fortune… mais beaucoup d’informations sur son mode de vie. De la même façon, les Mémoires du chanoine René-Pierre Nepveu de La Manouillère (1732-1810)4, très introduit dans la société mancelle, participant à sa sociabilité, sont riches de renseignements sur les élites du Mans.

  • 5 Essentiellement Médiathèque du Mans (MM), Ms B 21, et Arch. départ. de la Sarthe (ADS), 111 AC 21.
  • 6 Médiathèque de Laval (ML), Ms 210 à 213 et Arch. départ. de la Mayenne (ADM), 1 Mi 146 R 6 et 7. V (...)

2D’autres écrits sont moins faciles à classer : ce sont ceux de Négrier de la Crochardière (1749-1817), magistrat du présidial du Mans, polygraphe et compilateur qui, parmi les documents multiples qu’il a rassemblés5, a laissé des tableaux relatifs à la société mancelle du XVIIIe siècle. Pour une période juste antérieure (il écrit de 1712 à 1767), le magistrat lavallois Pichot de la Graverie nous livre, dans son Recueil de Sentences6 quelques épisodes de la vie urbaine de son temps.

3Par ailleurs, les discours de moralistes tels Frain du Tremblay nous informent sur les valeurs partagées par les magistrats qui composent une partie des élites des villes du Maine. Ils nous permettront, après avoir rappelé ce que l’on sait déjà sur ces élites à propos de cette question de la richesse, et repéré ce que nous disent en particulier les Mémoires de Leprince d’Ardenay sur son utilisation, d’examiner des valeurs concurrentes avec lesquelles elles doivent compter.

Les élites des villes du Maine, leur composition, leur niveau de fortune

  • 7 Frédérique Pitou, Laval au XVIIIe siècle, Laval, Société d’archéologie et d’histoire de la Mayenne (...)
  • 8 Jean-Marie Constant, « Pouvoir municipal et patriciat dans une ville de l’Ouest de Louis XI à la R (...)

4On peut considérer que, dans les villes du Maine, les élites viennent de trois horizons différents. On compte tout d’abord, parmi eux, les officiers détenteurs de pouvoirs, ceux des différents sièges (siège ordinaire, siège royal) à Laval7, ceux du présidial au Mans8. Dans l’un et l’autre cas, ce qui est frappant n’est pas tant l’importance des corps de magistrats parmi les membres de l’Hôtel de ville que le sentiment de ses membres de composer une élite. Vient ensuite le monde des affaires, l’élite de la fortune, des négociants en toiles à Laval ou en étamine au Mans et, dans la même ville, les négociants en bougie, ainsi que dans les deux villes, les maîtres de forges. L’aristocratie, naturellement détentrice d’influence et d’autorité, est peu nombreuse dans la province, notamment l’ancienne noblesse. Dans le Bas-Maine, elle est en position de repli, ainsi que l’observaient déjà les contemporains ; décrivant la société du Bas-Maine, Leclerc du Flécheray écrit :

  • 9 Leclerc du Flécheray, Description du Comté de Laval, son histoire, ses moeurs, ses habitants, ses m (...)

« Tout ainsi que les lapins chassent les lièvres d’un terroir, de même les marchands chassent les gentilshommes, c’est-à-dire que comme le commerce s’est augmenté et porté jusques au point qu’il a été dans le siècle dernier, et qui a enrichi plusieurs roturiers, les gentilshommes ont emprunté de ces roturiers, lesquels ont ensuite, ou volontairement, ou par force, déterré les nobles qui ont été contraints d’abandonner leurs terres en paiement de leurs dettes9. »

5Ce qui est là exprimé là, ce n’est pas seulement que la bourgeoisie dispose de moyens financiers que l’aristocratie a parfois perdus, mais c’est aussi, peut-être, un bouleversement des valeurs des élites et la place plus importante accordée à l’argent.

  • 10 Philippe Guignet, Les sociétés urbaines dans la France moderne, Ellipses, 2006.
  • 11 Frédérique Pitou, « Notables lavallois au dernier siècle de l’Ancien Régime », dans Gens de l’Oues (...)

6Philippe Guignet écrit qu’il y a incompatibilité entre la « morale des marchands », fondée sur une utilité sociale qui exalte la richesse, sur la valeur décisive de l’argent dans les rapports humains, et l’éthique nobiliaire. Il n’y aurait donc pas de fusion des élites, car l’argent de la bourgeoisie ne suffit pas à souder des groupes dont les visions du monde restent différentes10. Dans un article sur les notables lavallois11, je suggérais au contraire que ces élites étaient telles à Laval qu’il n’y avait pas incompatibilité précisément à cause de la rareté ou peut-être même de l’absence de la haute aristocratie capable de mépris et de morgue. Pour se faire une idée de l’attitude des grands nobles, on rappellera l’anecdote, rapportée par Pichot, du dédain pour les magistrats de Laval et pour la cérémonie préparée à leur intention par le duc et la duchesse de Penthièvre qui passent par Laval mais refusent de s’y arrêter dans un retour Bretagne-Paris… Les élites peuvent donc se caractériser par la spécificité de leur rapport à l’argent, et leur adhésion ou non à l’option intellectuelle selon laquelle la société doit se fonder non sur la naissance et le privilège mais sur l’argent et le mérite individuel.

  • 12 Les contributions directes. Instructions. Recueil de textes et notes, Paris, 1914. L’article 18 dét (...)
  • 13 La comparaison est possible avec Lyon, Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Pari (...)

7Il reste que différents indicateurs nous permettent de qualifier de modeste la richesse des élites du Maine. Nous disposons des rôles de la contribution mobilière de Laval (ce n’est malheureusement pas le cas pour Le Mans) qui permettent de donner, pour l’extrême fin du siècle, une impression d’ensemble des richesses lavalloises. L’échelle des fortunes est fixée, au niveau national, sur les loyers supposés. Elle comprend dix-huit classes12 : la première classe comprend les loyers de plus de 12 000 livres par an, la dix-huitième classe les loyers inférieurs à 100 livres. À Laval, cent quatre-vingt six personnes, soit 8 % des actifs, ont un loyer supérieur à 200 livres, alors qu’à Lyon, Maurice Garden a établi que ce sont plus de 20 % des actifs qui ont des loyers supérieurs à deux cents livres13. Les vingt-quatre Lavallois considérés comme les plus riches en 1791 ont un loyer supérieur à 500 livres (il s’agit de 1 % des citoyens actifs) ; le loyer estimé à la somme la plus élevée l’est à 900 livres.

8D’autres témoignages vont dans le même sens. Dans les renseignements qu’il nous donne sur la ville de Laval, Pichot de la Graverie attire l’attention sur la fortune de quelques personnages, en général à leur mort ; il se trouve qu’au tournant de la décennie 1750/1760, un certain nombre de « grosses » fortune lavalloises disparaissent :

  • 14 Pichot de La Graverie, Sentences, ADM, 1 Mi 146 R 7.

« Le 9 mai 1759, le sieur Berset de la Coupelière négociant et ancien secrétaire du roi est décédé, âgé de 94 ans, il avait acquis la terre d’Hautrives et d’Argentré, et celle de Sumeraine de Mr de Vassé la somme de (blanc). On prétend qu’il est mort riche de plus de 600 000 livres quoique son bien et celui de son épouse allât tout au plus à 60 000 livres ; il n’avait qu’un fils unique lequel a épousé la demoiselle Lilavois, fille de Me Sébastien Lilavois avocat, ils ont plusieurs enfants vivants, preuve certaine que le commerce des toiles enrichit notre ville et procure des fortunes considérables14. »

9Berset est l’exemple même du bourgeois gentilhomme enrichi dans le commerce des toiles, acquéreur de seigneuries, et bien aidé dans la préservation de son patrimoine d’une part par sa longévité, d’autre part par le fait de n’avoir qu’un fils unique.

  • 15 id.

« Le sieur Jean-François Richard de la Fournière, négociant est décédé le 17 février 1765 et a relaissé une fortune considérable et de plus de 360 000 livres à huit enfants quoiqu’il n’eût dans le commencement avec sa femme qu’environ 20 000 livres et il en a eu l’obligation au commerce des toiles15. »

10La fortune de Richard de la Fournière (c’est le nom d’une blanchisserie) est effectivement due au commerce de toiles, mais plus précisément à l’activité lavalloise du blanchiment.

  • 16 id.

« Le 9 juin 1760, Me François Leclerc du Moulin célèbre avocat au siège ordinaire et procureur du roi du siège des exempts est décédé à l’âge de 75 ans et a relaissé à ses enfants une des plus brillantes fortunes qu’aucun avocat ait jamais faite en cette ville étant riche de plus de 300 000 livres quoiqu’il n’eût fait que la seule profession d’avocat plaidant et que tenir des assises en qualité de sénéchal16 ».

11On remarque que pour Pichot, Leclerc du Moulin est avocat ; le fait qu’il soit également magistrat au siège des exempts ne semble pas devoir compter beaucoup dans la constitution de sa fortune.

  • 17 id.

« Le 16 mai 1760 Me Jean Louis Bidault de Glatigné, conseiller à la Cour des monnaies de Paris, est décédé dans une élévation et une fortune à laquelle on ne se serait jamais attendu. Il était fils de Me Jean Bidault des Landes avocat consultant à Laval. Il avait aussi pris le parti du barreau et été longtemps avocat au siège ordinaire. Mais ne trouvant pas les occasions d’y faire fortune et ayant épousé une delle Beudin, sœur du sieur Duparc, curé du Genest, qui lui procura les moyens de prendre de grosses fermes. Il fut pendant plusieurs années fermier de l’abbaye de Clermont et de la terre de Thévalles en Chemeré appartenant à mademoiselle de Bourbon ce qui lui procura de grandes protections avec lesquelles il réussit d’obtenir la ferme de la traite par terre dont le mérite n’avait point été connu et la fit régir par des commis habiles en sorte qu’on prétend qu’il y gagna pendant plusieurs années plus de 10 000 livres par an, ce qui le mit en état d’acheter la terre de Cornesse, celles du Châtelier et de Maineuf dans lesquelles il fit construire des bâtiments à la moderne. Il fit aussi bâtir une belle maison dans la rue de Renaise proche la Trinité17. »

12L’itinéraire de Bidault de Glatigné est ainsi bien retracé ; il ne rencontre sans doute pas autant de succès dans la profession d’avocat que son confrère Leclerc du Moulin, mais ce sont les fermes, d’abord de grandes terres puis d’impôts qui expliquent sa richesse. Sa fortune lui permet d’acquérir des biens fonciers mais aussi un office puisqu’il meurt conseiller à la Cour des monnaies.

  • 18 Philippe Laborie, Approche de deux familles de grands négociants du Mans sous l’Ancien Régime, Les (...)
  • 19 Jean-François Belhoste, Jean-Philippe Bouvet, Dominique Éraud, Diane de Maynard, Évelyne Robineau,(...)
  • 20 Paul Bois, Histoire de Nantes, Toulouse, Privat, 1977.

13Les inventaires après décès de notables manceaux confirment ce niveau de fortune. Les Fréart et les Garnier, grands négociants en étamine du Mans ont été étudiés par Philippe Laborie dans le cadre d’un mémoire de maîtrise18. L’inventaire après décès du négociant Pierre Garnier, en 1776, fait état de 19 879 livres en meubles mais de 226 967 livres de dettes actives, soit une fortune de plusieurs centaines de milliers de livres. Concernant les maîtres de forge19, si leurs fortunes sont bien assises, leur train de vie n’est pas considérable : au milieu du XVIIe siècle, Jacques Tréton de Fiefgirard dispose d’une fortune de 180 000 livres se composant d’une maison à Laval, de quatre métairies, d’une closerie, 16 500 livres de numéraire et des créances actives. Plusieurs centaines de milliers de livres semble bien être le niveau qui marque, dans le Maine, une grosse fortune. Une comparaison sommaire avec Nantes20 livre de tout autres fortunes ; chez les négociants nantais, François de Tollemare possède à sa mort, en 1785, 1 521 000 livres. Le plus riche Nantais, Bouteiller, a 8 ou 10 millions de livres en 1789 ; les Drouin presque autant…

14Ces fortunes sont souvent transmises. Les observateurs attentifs des sociétés urbaines, lavalloise et mancelle, que sont Pichot et Nepveu de la Manoullière notent ces héritages. Ainsi, Pichot écrit-il, à la date du 9 juin 1760, après avoir évoqué la mort de Leclerc du Moulin :

  • 21 Pichot de La Graverie, Sentences, ADM, 1 Mi 146 R 7.

« En sorte que les plus riches de nos habitants sont décédés dans l’espace de deux mois, savoir le sieur Dubois de la Flécherie maître de forges de Port Brillet et ensuite de Chailland, le sieur Bidault de Glatigné et le sieur Leclerc du Moulin qui ont tous amassé de grands biens et relaissé à leurs enfants de riches successions par différentes routes, mais tous trois par leur industrie et par leur savoir21. »

15Quant au chanoine Nepveu de la Manouillère, il rapporte les décès de beaucoup de notables sur le mode suivant :

« Le 12 mai 1771, Madame d’Oigny mère est morte, âgée de 84 ans, elle laisse un petit fils dont le père et la mère sont morts. Il sera très riche à la mort de son grand père. Il a 20 ans. »

16Ou au contraire :

  • 22 Nepveu de la Manouillère, Mémoires, op. cit.

« Le 7 janvier 1771, Mr Jean-Pierre Gillebert des Arcis, directeur du grenier à sel, est mort, âgé d’environ 60 ans ; il a été enterré au grand cimetière, sans aucune cérémonie, parce qu’il n’est pas mort riche. Il laisse deux enfants… Il est mort mal à son aise et ses enfants n’auront rien de lui22. »

17Ces fortunes sont parfois facilement acquises, d’où l’importance des alliances. Lorsque Nepveu évoque les mariages de la bonne société mancelle, il mentionne toujours la richesse (éventuellement à venir) des époux. Comme leur âge ou leur fonction dans la ville, la plus ou moins grande richesse des personnages est une de leur caractéristique. Si tous les mariages ne ressemblent pas à celui, presque caricatural, intervenu le 26 juin 1774, de Marie Charlotte Cureau (fille d’un négociant en étamine et secrétaire du roi) âgée de 22 ans avec Balthazar Michel de Montesson, lieutenant de 26 ans, à propos duquel Nepveu parle d’une fortune considérable, la mention de la richesse des époux figure également dans des unions visiblement plus modestes, par exemple : « Le 17 janvier 1771, Mr Trouillard, gendarme de la garde du roi, a épousé Mlle Poulard, nièce de Mr Neveu, riche de plus de 60 000 livres, héritière de père et de mère. Elle est âgée d’environ 25 ans et Mr Trouillard d’environ 39 ans. Il sera très riche. »

  • 23 Benoît Hubert, Mémoires d’un notable… op. cit., chapitre v : Les 4 dernières années de ma jeunesse

18Lorsque, dans ses Mémoires, Leprince évoque les « dernières années de sa jeunesse » et les jeunes filles qu’il aurait pu épouser, les jugements sur elles prennent toujours en considération leur fortune. L’une d’elles « était bien avec de très belles espérances pour la suite », l’autre « eut même pu m’être avantageuse du côté de la fortune, elle était faite pour être riche… » Quant à la troisième, « l’âge, l’état, la fortune, tout cadrait très bien… » Si lui même ne s’en inquiétait pas, ses parents s’en chargeaient ; ainsi d’une jeune fille dont il a parlé, « ils (ses parents) demandèrent des informations exactes sur la famille et la fortune de cette demoiselle ». Sa future femme elle même refuse un prétendant à cause de son manque de fortune : « Elle le refusa par la raison qu’il n’était pas riche23. »

19Les mariages permettent en particulier – l’image est classique – l’union de la noblesse très honorable et très titrée et de la fortune des négociants, ce que Pichot confirme en partie pour Laval. En novembre 1735 il écrit :

  • 24 Pichot de La Graverie, Sentences, ML, Ms 211, novembre 1735.

« Il s’est fait plusieurs mariages considérables dans cette ville cette année. La demoiselle Maucourt de Bourjolly a épousé le sieur Turpin d’Angrie, d’une ancienne noblesse, la demoiselle du Plessis Lasnier le sieur Dupont, conseiller au Parlement de Bretagne et gentilhomme, la demoiselle Berset des Allerais le sieur d’Aubert de Launay, écuyer, la demoiselle Leclerc du Flécheray le sieur de Valleaux des Saudrais, écuyer, la demoiselle des Houllières de Boisbureau le sieur du Plessis de Mongenard, écuyer.
Ce qui fait connaître qu’on revient de l’erreur où on était autrefois dans cette ville de négliger les alliances et le mariage avec les gentilshommes et nobles, parce qu’on a reconnu par expérience et par le malheur des temps qu’il est avantageux d’acquérir l’exemption de la taille et autres impositions publiques qui se multiplient à l’infini, que les maisons nobles se soutiennent beaucoup mieux et se poussent plus facilement que les roturières par les avantages qu’ont les aînés nobles sur leurs puînés.
D’un autre côté, les gentilshommes sont revenus du mépris qu’ils faisaient des roturiers, à l’exemple des plus illustres maisons qui, pour se soutenir et se relever, ont contracté des alliances avec les filles des plus fameux négociants. Ce qui fait aujourd’hui que les nobles ont plus de considération pour leurs femmes roturières qui les enrichissent et qu’elles sont aussi heureuses et souvent plus que si elles avaient épousé des hommes de robe et des officiers, surtout lorsqu’elles sont en état de demeurer dans les villes ou du moins d’y passer les hivers, ainsi qu’il se pratique à Château-Gontier, où tous les gentilshommes ont des maisons pendant l’hiver, ce qui se peut aisément faire lorsque le mari et la femme se trouvent à la tête de 4 000 ou 5 000 livres de rente24. »

20Pichot insiste bien sur l’enrichissement que permet aux gentilshommes l’union avec des filles de riches négociants mais, et c’est moins fréquemment mis en avant, il considère la supériorité du mode de transmission des biens dans les maisons nobles, aussi attractif pour les familles roturières que l’exemption de taille qu’une alliance avec la noblesse peut procurer. On notera que le magistrat lavallois met en application ces principes puisqu’il marie sa fille unique à un gentilhomme.

21L’aboutissement classique des fortunes est l’anoblissement (« la noblesse acquise à prix d’argent »). Si l’on en croit les contemporains, le nombre important des anoblis est caractéristique des villes du Maine, qui sont très pauvres en véritable noblesse (il n’y a ni à Laval ni même au Mans de quoi la fixer ou la retenir) ; et l’on peut dire, si l’on suit l’idée de Pichot, que les négociants, en toiles, en étamines ou en cires ne mettent pas leur richesse au service de leur activité commerciale ; mais elle est entièrement tendue vers la recherche des privilèges de la noblesse. À Laval en effet, écrit Pichot :

  • 25 Id.

« On est si convaincu des avantages de la bonne noblesse que le but de tous les roturiers est d’acquérir assez de biens pour obtenir la noblesse, soit par les premières charges de la robe, soit par des offices de secrétaire du roi, et quoique cette dernière noblesse soit très inférieure à la véritable et soit très peu assurée et sujette à de grands inconvénients et à des recherches coûteuses, les roturiers y donnent avec fureur et nous voyons que le moyen a réussi à plusieurs […], et je ne doute point qu’à leur exemple, ceux qui deviendront riches dans la suite n’achètent de semblables offices, ce qui pourra avec le temps par la multiplication de ces noblesses faire tort au commerce et tirer de bons sujets qui auraient augmenté leur fortune25. »

  • 26 Négrier de La Crochardière, MM Ms B 21, t 5, Notice sur la noblesse qui existe dans la ville du Ma (...)

22Du Mans, Négrier de la Crochardière, fait le tableau suivant26 :

« La ville du Mans quoiqu’assez considérable par sa population est peut-être une des villes de France où il y ait aussi peu de ce qu’on appelle vraie et ancienne noblesse. Ce n’est pas que beaucoup de personnes ne veulent et ne se prétendent même de condition, tel s’y fait appeler marquis que son père n’était même pas gentilhomme, ou si il l’était ce n’était que par l’acquisition d’une charge donnant la noblesse ; c’est de ces espèces de nobles que la ville du Mans fourmille. »

23Il cherche ainsi à dénombrer ceux qu’il appelle les « anoblis à prix d’argent » et semble mépriser particulièrement ceux qui ont fait « l’acquisition de la charge vulgairement dite savonnette à vilain ». Sa conclusion est sans appel : « Ces nouveaux nobles ne s’aperçoivent pas que les anciens nobles font fi d’eux. »

L’usage de la richesse

  • 27 Pichot de La Graverie, Sentences, ML, Ms 212, 12 décembre 1739.

24Nous avons quelques témoignages de l’usage que font de leur fortune les élites des villes du Maine. Comme dans la société d’Ancien Régime en général, l’individu n’est pas isolé mais on évoque fréquemment « les maisons » ; les contemporains sont en effet très sensibles à ce qu’il advient des enfant des notables. Pichot est très attentif à leur capacité d’installer dans la vie plusieurs enfants. La situation est évidemment différente pour les filles et pour les garçons. Lui-même se félicite du mariage de sa fille unique avec un aristocrate, à des conditions très avantageuses. Il insère d’ailleurs le contrat de mariage de sa fille dans son texte et indique qu’il est « très avantageux27 ». Lorsqu’il évoque la vie de Bidault de Glatigné, il porte à son actif l’éducation apportée à ses enfants :

  • 28 Pichot de La Graverie, Sentences, ADM, 1 Mi 146 R 7, 16 mai 1760.

« Il en mit quatre au service dans le régiment de Piémont et il leur acheta à chacun une compagnie et leur fournit tout l’argent nécessaire pour s’y distinguer, trois ont obtenu la croix de Saint-Louis, il acheta au cinquième une charge de substitut du Parlement de Paris et celle de lieutenant de prévôt de la ville de Château-Gontier pour le quatrième qui s’y maria richement28. »

  • 29 Benoît Hubert, Mémoires d’un notable, op. cit., chapitre i : Origine, naissance première éducation

25L’attention portée aux enfants se remarque particulièrement dans les Mémoires de Leprince ; il prend en effet le temps d’évoquer son enfance29, ses parents qui se sont toujours occupés de lui : « mes parents s’occupèrent de bonne heure des moyens de former mon esprit et mon cœur. Je dois à leurs soins assidus tout ce que je puis valoir. » Ils ont en particulier veillé à son éducation, dont il nous livre un tableau complet :

« Dès que je fus capable de quelque intelligence, on m’enseigna à lire ; j’ai l’obligation de cette première connaissance à l’abbé Desiles […] Melle Aubry l’aînée, bonne maîtresse, mais sèche et sévère, me commença pour l’écriture. Sitôt que je pus griffonner j’appris les éléments de la langue latine ; on m’envoya aux petites écoles, chez Mr Briffaut […] Pour seconder le zèle de ce bon maître, mon père, qui ne désirait que mon avancement, me donna un précepteur, il choisit l’abbé Boyère, qui n’avait pas encore 18 ans. Il demeura à la maison jusqu’à l’époque de son élévation à la prêtrise. »

26Sa première éducation est donc marquée par une pratique caractéristique des familles de l’élite urbaine : l’appel à un précepteur. Leprince se souvient ensuite de ses années de collège :

« J’entrai au collège des PP de l’Oratoire à la St Luc 1745. Je n’avais que 8 ans ; j’eus pour régent le P. Brochard, sous lequel j’ay fait mes cinq années d’humanités. Je fis ensuite deux années de rhétorique sous le P. Orry et mon cours de philosophie sous le P. Cochet. […] Je sortis de philosophie en juillet 1754, je n’avais pas encore 17 ans, je quittais le collège à regret, mon père fut un peu tenté de me faire faire une année de théologie, mais il pensa ensuite qu’il valait mieux emploier le temps que je devais rester au Mans à suivre plus exactement les leçons des différents maîtres que j’avais commencées, l’écriture, le dessin, les mathématiques, les armes et la danse remplissaient une grande partie de mes journées ; j’allais parfois gratter le papier marqué chez un avocat pour prendre quelques connaissances de la pratique et au surplus je travaillais dans le cabinet de mon père à apprendre les éléments du commerce. »

27Autres témoignages de l’investissement mis par sa famille dans son éducation, celle-ci lui offre, en plus de ses études d’humanités, toute une séries de leçons particulières destinées à lui permettre de bien se comporter en société (les armes, la danse). La transition entre les études et l’activité professionnelle est assurée par la fréquentation du bureau de son père où il prend contact avec le commerce et de celui d’un avocat où il s’initie au droit. On lui offre ensuite un séjour à Paris en tant que clerc chez un procureur, puis chez un notaire et enfin chez un banquier où il apprend la comptabilité en partie double. Parallèlement, il fait des études de droit, et est reçu avocat en 1761 avant de revenir au Mans travailler chez son père.

28L’entourage familial est évidemment présent dans le choix d’un « état ». Dans le cas de Leprince, les hésitations du jeune homme (l’Église, ou la robe) sont balayées par la certitude que l’entreprise familiale serait plus rémunératrice :

  • 30 Benoît Hubert, Mémoires d’un notable, op. cit., chapitre v : Les 4 dernières années de ma jeunesse

« Mon premier penchant avait été presque dès l’enfance pour l’état ecclésiastique… j’avais 18 ans lorsque j’en fis l’ouverture à mes parents [Mon père] emploia peu à peu, sans affectation, mais assez finement tous les moyens de me faire changer de résolution. […] Je jetais mes nouvelles vues du côté de la robe […] j’étais même sur le point de traiter lorsque mon père me fit faire beaucoup de réflexions. Sans blâmer et en approuvant même jusqu’à un certain point le parti que j’avais envie de prendre, il me fit sentir tous les avantages du commerce qui m’assurerait un sort plus sûr du côté de la fortune30. »

29Les élites du Maine adoptent un certain style de vie, celui de la double résidence, en ville l’hiver et à la campagne l’été, comme l’écrivait Pichot pour les notables de Château-Gontier. C’est le mode de vie que préfèrent les notables car il arrive très vite à partir d’un certain niveau de fortune. L’aspect des villes est évidemment lié à l’investissement des élites dans des constructions neuves ou dans des améliorations de bâtiments anciens. On construit au XVIIIe siècle des hôtels particuliers. À Laval, l’Hôtel de Bel Air, édifié vers 1780 par Pierre-François Delaunay sieur de Fresnay, négociant anobli par Louis XVI en raison de son apport au développement de la manufacture, témoigne de l’importance de cette activité pour atteindre les sommets de la reconnaissance sociale : le fronton de sa demeure est orné, sans beaucoup de grâce, des trois lettres VLT, comme Vive la toile. Dans la même ville, le gendre de Pichot, du Mans de Chalais, apporte des améliorations à sa maison, que le beau-père décrit :

  • 31 Pichot de La Graverie, Sentences, ML, Ms 212, août 1740.

« Monsieur du Mans de Chalais a aussi dans la présente année augmenté et embelli considérablement sa maison située sur la place des halles et mise dans le goût moderne, ce qui fait d’un côté une très belle face et décoration et rend sa maison la plus belle et la plus commode de la ville et inspirera aux plus riches le dessein de l’imiter et de bâtir avec goût31. »

30La disposition de cet édifice est caractéristique de bien des demeures lavalloises ; le très beau tympan sculpté ornant la façade ne se voit que du jardin, la maison n’offre à la rue qu’un pignon sans décoration. Dans l’un et l’autre cas, les deux demeures témoignent de l’affichage discret d’une certaine richesse.

  • 32 Benoît Hubert, Mémoires d’un notable… op. cit., chap 15 : Acquisition de mes maisons et de la terr (...)
  • 33 Benoît Hubert, Mémoires d’un notable… op. cit., passim.

31Leprince, dont nous utilisons encore le témoignage, consacre tout un chapitre à cette question de l’habitation32. Il explique qu’après avoir vécu chez ses parents, à l’approche de la quarantaine, il acquiert une maison au Mans, satisfait, écrit-il « d’avoir pignon sur rue ». Mais rapidement, il fait aussi l’acquisition d’une jolie terre, la Houletière, située à deux lieues du Mans sur la route de Mayenne. C’est en effet un trait que nous retrouvons chez tous les notables : l’attrait pour les demeures rurales. On sait qu’il peut y avoir une base économique à cet intérêt, en particulier dans le cas de notables urbains se réservant des maisons de maître ou des chambres à maître dans des terres dont ils sont propriétaires. Mais certains d’entre eux, Leprince en particulier, témoignent d’un amour réel de la campagne, de la nature. Témoigne de ces sentiments la façon dont il évoque les parties de campagne lors desquelles il accompagne son père et les lieux qu’il fréquente33. Antoigné, « séjour de [sa] première enfance », Lucé-sous-Ballon, chez les parents de sa femme, dont « le jardin est grand et agréable, orné par la seule nature », Forbonnais ou Ardenay, que son père acquiert et qu’il embellit. Leprince lui même y fait de fréquents séjours et fait même de ses voyages en ce lieu un de ses passe-temps :

« Lorsque j’avais deux ou trois jours libres, d’un coup de sifflet, je réunissais un ou deux, quelquefois trois ou quatre compagnons et nous partions gaiement, chacun un bâton à la main, notre petit nécessaire dans nos poches. Un domestique portait la provision pour faire halte à moitié chemin. Là, assis à l’ombre d’un arbre touffu ou sur le rebord d’un clair ruisseau nous nous reposions et réparions nos forces avec un léger repas toujours assaisonné par le meilleur appétit. »

32La promenade à pied est en effet pour Leprince et sa femme un délassement habituel :

« Nous avions contracté l’heureuse habitude de promenades assez longues dans les environs de la ville. Il ne se passait pas de semaines dans la belle saison que nous ne fissions au moins deux tournées, les moindres d’une demi lieue, souvent d’une et de deux lieues et plus avec un ou deux de nos bons amis qui aimaient comme nous ce genre d’exercice si utile à la santé et bien plus agréable que toutes les parties de jeu de carte possibles… »

33Les Mémoires de Leprince témoignent en effet de la douceur de vivre entre amis ; il écrit, à propos de la campagne de Forbonnais : « Aux agréments du local se joignaient ceux d’une excellente société peu nombreuse mais toujours bien choisie ». Le récit de ses séjours à la campagne est aussi l’occasion d’évoquer, dans une perspective très rousseauiste, ses loisirs, jeux variés, musique et vers. À l’occasion de la visite de sa belle sœur en 1780, il parle de « la joie vraie et toujours pure qui règne dans ce séjour de l’innocence et de la paix et qui est absolument ignorée dans les grandes cités ».

  • 34 Id.

34Cet amour de la campagne n’est pas incompatible, notamment chez les plus riches des notables, avec des voyages lointains qu’impliquent les activités des négociants. Chez les plus « modernes » d’entre eux, et Leprince peut être considéré ainsi, on voit même, dans les déplacements effectués, un véritable programme de tourisme, ainsi de l’un de ses retours de Paris au Mans : « Nous nous déterminâmes à revenir par la levée pour voir les villes intéressantes qui se rencontrent sur cette agréable route » ou d’une visite à la foire de Guibray, à l’occasion de laquelle son épouse et lui envisagent d’aller voir Caen et la mer34.

  • 35 Inventaire après décès de Letourneur de Teilleul, arch. dép. de la Mayenne, 3 E 9/334.

35Les demeures des notables témoignent d’un certain confort. Les inventaires après décès montrent, en effet, la multiplication du nombre des objets du quotidien, notamment vaisselle et linge et la présence d’objets de luxe (pièces d’argenterie en particulier, mais aussi d’objets de confort, comme une baignoire). On trouve, par exemple, 180 assiettes dans la maison urbaine du négociant lavallois Letourneur du Teilleul (il est décédé en mars 1789) et dans la rubrique « linge », 98 mouchoirs de poche, 110 chemises, 135 draps, 102 essuie-mains, 35 douzaines (420) de serviettes, 91 nappes35. La multiplication des objets est telle, à Ardenay, que Benoît Hubert parle d’« explosion ». L’historien a d’ailleurs retrouvé un « livre des affaires particulières distinguées du commerce », conservé au château d’Ardenay, dont les rubriques sont, par exemple « Mon entretien particulier », « Entretien de ma femme », « Compte de la coiffeuse », « Compte du cordonnier ».

  • 36 Pichot de La Graverie, Sentences, ML, Ms 211.

36Autant que l’abondance et parfois le raffinement de la vie privée, ce qui caractérise le riche notable dans le Maine, est son action publique, tournée vers le dévouement pour la communauté et le service des autres en cas de difficultés. À Laval, lors des grandes disettes des années 1740, l’aide apportée aux pauvres est exposée dans le Recueil de Sentences de Pichot36. Ce sont les grosses fortunes du commerce qui permettent de mobiliser des ressources ; l’assemblée de ville, le 10 septembre 1738, décide de faire venir des blés pour nourrir les pauvres :

« On a tenu une assemblée de la maison de ville générale et fort nombreuse… Tout le monde est convenu qu’il était nécessaire de faire venir des blés des provinces où on en pourrait trouver et qu’il en fallait au moins cent mille boisseaux, que tous devaient concourir à fournir de l’argent et le prêter pour en acheter. »

37La même démarche se retrouve au Mans, peut-être facilitée, comme l’explique Leprince, par l’existence d’une juridiction consulaire :

  • 37 Benoît Hubert, Mémoires d’un notable… op. cit., chapitre viii : De la juridiction consulaire.

« Cette compagnie a donné dans tous les temps et plusieurs fois pendant que j’ai eu l’honneur d’en être membre des preuves souvent réitérées de son patriotisme en concourant de tout son pouvoir avec les autres corps et compagnies au bien de la ville et de la province, en faisant dans les années de disette des avances considérables pour l’achat des subsistances et en fournissant un fond annuel pour le soulagement des pauvres du Mans37. »

38Comme l’indique Pichot, un certain nombre de fonctions remplies par les notables sont un mélange d’honneurs et de dévouement. Leprince évoque les fonctions qu’il a exercées d’administrateur des hôpitaux, en écrivant :

« De toutes les fonctions publiques auxquelles j’ai été appelé, celles d’administrateur des hôpitaux que j’ai exercées pendant neuf années avant la révolution ont le plus flatté mon amour-propre et mon inclination… mon goût naturel pour le service et le soulagement des pauvres et des malades. » Ses fonctions de membre du bureau de charité, ou de membre de la société d’agriculture font qu’il se place dans la droite ligne de son père dont il dit qu’il était « un vrai père des pauvres au soulagement desquels il consacrait tous les ans des sommes considérables. »

  • 38 Pichot de La Graverie, Sentences, ADM, 1 Mi 146 R 6, 1746.

39Si la fortune des notables sert régulièrement au soulagement des plus pauvres, on ne peut qu’être frappé de la modestie des investissements communs. À Laval, les mentions que l’on peut relever dans les écrits de Pichot sont bien rares et ne relèvent pas d’un dessein concerté. Ainsi, en 1745, l’aménagement d’une promenade se fait chichement sur les fonds du duc de la Trémoille. À l’égard de la nouvelle maison de ville (il s’agit de l’acquisition d’une maison qui coûterait plus de 30 000 livres), la dépense est critiquée sous le prétexte que l’on craint que la ville de Laval, considérée comme très riche, ne soit plus lourdement taxée… Pour les bâtiments communs, on préfère faire appel à un quasi-mécénat comme le montre l’exemple du grenier à sel construit par Mr du Mans38 et loué à un prix raisonnable à la ferme générale. Dans le fonds, la richesse des élites du Maine ne semble pas avoir vocation à se faire remarquer, sans doute parce que circulent des valeurs qui s’y opposent.

La méfiance à l’égard de la richesse

  • 39 Id., ADM, 1 Mi 146 R 6, 7 octobre 1746.

40Il y a l’éternelle méfiance fiscale dont témoigne Pichot : « notre ville affecte trop de donner en ces éclats ce qui peut la faire considérer pour plus considérable et plus riche qu’elle n’est39 », mais il y a aussi l’idée que l’argent peut être dangereux.

41La première règle de conduite à tenir est de bien évaluer ce que permet la fortune dont on dispose et de ne pas imiter les plus riches. Pour l’avoir méconnu, et pour avoir voulu marier sa fille au-dessus de sa condition, un notable lavallois, Delauney de Montaleu, a été amené à accepter la curatelle d’un mineur, dans les revenus duquel il trouve une ressource. D’où la remarque moralisatrice de Pichot :

  • 40 Id., ML, Ms 211, 12 mars 1734.

« Ce qui doit servir d’un bel exemple aux pères et mères qui marient leurs enfants de ne pas s’engager à plus qu’ils ne doivent et se rendre malheureux le reste de leurs jours pour procurer à des enfants des mariages trop considérables dont ils sont la victime et causent souvent leur ruine et celle de leurs enfants et toujours le mécontentement et les chagrins des uns et des autres40. »

42Il n’est pas sûr non plus que Pichot approuve toujours le caractère démonstratif de la richesse des négociants, comme le montrent ses remarques sur les sépultures ; le 22 novembre 1728, à l’occasion de la sépulture d’un avocat, lors de laquelle le sceau était porté par leur doyen, il écrit :

  • 41 Id., ML, Ms 210, 22 novembre 1728.

« Autrefois on ne mettait une tente et un sceau qu’aux premiers officiers, mais présentement on porte le cérémonial à l’excès, les négociants qui donnent ordinairement dans le faste et qui sont en état de le soutenir donnent lieu à ces abus et dépenses superflues, et les autres se croient mal à propos obligés de les imiter41. »

43Au contraire, les membres de la famille Leprince, sa tante et sa marraine, puis sa grand-mère et enfin son père réclament des funérailles « sans aucune pompe ».

  • 42 « La naissance de la « rude coutume » du bonnet vert à la fin du XVIe siècle », in Jean-Pierre Pou (...)

44Les fortunes négociantes sont parfois démonstratives, mais elles sont aussi fragiles. Les affaires de faillite sont très sensibles à Laval où la coutume du bonnet vert persiste. Denise Turrel lui consacre deux publications42 dans lesquelles elle rappelle que le parlement de Paris, en 1582, ordonne le port du bonnet vert pour les cessionnaires (c’est à dire ceux qui ont été mis en prison pour dette et qui, pour en sortir, cèdent leurs biens à leurs créanciers), confirmant ainsi une sentence rendue à Laval et reprenant donc ce que Denise Turrel appelle la « coutume locale » d’un « petit pays de l’Ouest français… » Pichot justifie d’évoquer ces questions, qui entachent l’honneur et la réputation des familles, précisément parce que de savoir ce qui est arrivé permet selon lui d’éviter la reproduction de ces accidents. Il raconte ainsi par le menu la faillite Duchemin en 1735 :

« Le 6 janvier 1735 on a appris à Laval la fâcheuse nouvelle de la banqueroute du sieur Duchemin Barberie, négociant, demeurant dans la ville de Nantes et lequel était fils du sieur Duchemin de la Brochardière de Laval, on l’a annoncé être de plus de 400 000 livres et que les négociants de Laval s’y trouvaient intéressés de plus de 50 000 écus. »

45Outre l’ampleur des sommes en cause et le caractère frauduleux de la mésaventure, Pichot insiste sur la façon dont tous les membres de la famille sont intervenus :

  • 43 Pichot de La Graverie, Sentences, ML, Ms 211.

« La famille des Duchemin et celle de sa femme, alarmées du déshonneur qui aurait retombé sur elles, ont mis tout en usage pour le sauver, mais inutilement et elles ont été obligées de se cotiser pour faire une somme d’argent capable d’apaiser les créanciers qui avaient des lettres fausses auxquels on a payé la moitié de leur dû et à ce moyen le procès criminel a été assoupi, ses parents ont eu le crédit d’obtenir une lettre de cachet pour le faire enfermer le reste de ses jours dans le château de Saumur en conséquence de laquelle il y a été transféré des prisons de Nantes, et il y est actuellement trop heureux d’en être quitte à si bon marché, méritant une punition exemplaire et étant bien heureux d’avoir eu des parents en état de le tirer d’affaire, chacun d’eux a fourni à proportion de leur fortune et quelques uns quoiqu’éloignés de parenté et cousins au 4e degré, mais qui portaient le même nom ont donné jusqu’à 500 livres43. »

46Trente ans plus tard, les faillites de Gravelle et de Pouteau du Plessis, lorsqu’elle ont été rendues publiques, ont entamé beaucoup de la confiance qu’on accordait au commerce de la ville. Souvent dans le Maine, la richesse est issue du commerce et donc fragile. Mais il est une autre raison pour laquelle la richesse seule ne peut constituer une valeur : beaucoup de notables sont liés à des magistrats.

  • 44 Dominique Lepage (dir.), Usages et images de l’argent dans l’Ouest Atlantique aux Temps modernes. (...)
  • 45 Pichot de La Graverie, « Discours sur les qualités des juges », ML, Ms 216.
  • 46 Frain du Tremblay, Essais sur l’idée du parfait magistrat où l’on fait voir une partie des obligat (...)
  • 47 Exode, 18-21.
  • 48 Ecclésiaste, 31-5.

47L’idéal du parfait magistrat n’accorde pas à l’argent une grande place. Or les élites des deux principales villes du Maine sont largement composées d’officiers. Dans l’introduction d’un ouvrage précisément consacré à l’image de l’argent dans l’Ouest atlantique44, Dominique Lepage évoque « l’argent qui a permis à la cité [Nantes], dans la seconde moitié du XVIIe siècle, de se lancer dans l’aventure atlantique et de s’affirmer, au siècle suivant, comme l’un des premiers ports français. Les profits réalisés ont permis la formation d’une bourgeoisie fortunée qui a contribué aux aménagements urbains du siècle des Lumières ». Mais l’ouvrage s’intéresse aussi aux magistrats, et un article de Yann Lignereux est consacré aux harangues d’un premier président de la Chambre des comptes de Bretagne, fin XVIe-début XVIIe siècles. Dominique Lepage indique que dans ces remontrances, « l’argent n’y est pas évoqué, ce qui peut sembler paradoxal quand on considère la fonction qu’il occupait et quand on sait les liens qu’il entretenait avec des hommes de finances ». Yann Lignereux rappelle le discours du parfait magistrat du XVIe siècle. Dans les versions ultérieures des devoirs des juges, la référence à l’argent et aux richesses est bien présente… Ces derniers y sont objets de méfiance. Par rapport à une valeur positive, le désintéressement, l’amour de l’argent, la volonté d’en accumuler sont souvent considérés comme son contraire et critiqués comme relevant de l’avarice. Pichot, dans son discours de 1749 sur les qualités des juges, dénombre : « L’amour de la justice et de la vérité, la crainte de Dieu et l’horreur de l’avarice45. » Le terme d’avarice est explicité si l’on lit le texte de Frain du Tremblay46 : pour le magistrat angevin, les juges doivent être « des hommes sages et qui craignent Dieu, qui aient l’amour de la vérité et haïssent l’avarice ». Frain écrit explicitement qu’il emprunte ces mots aux paroles de Jethro à Moïse. En fait, les paroles du beau-père de Moïse sont : « Choisis-toi parmi tout le peuple des hommes capables, craignant Dieu, sûrs, incorruptibles47. » Le glissement du qualificatif d’incorruptible à la notion de haine de l’avarice témoigne de la force de cette idée chez Frain ; c’est aussi ce qui explique que l’un de ses chapitres porte comme titre : « Le parfait magistrat hait l’avarice ». On y trouve le même type de transposition ; d’une sentence de l’Ecclésiaste : « Celui qui aime l’argent n’échappe guère au péché, celui qui poursuit le gain en sera la dupe48 », il traduit : « Celui qui aime l’or ne saurait être juste ». Un autre de ses chapitres s’intitule « De la frugalité du parfait magistrat », où l’on trouve que les grands magistrats ont montré leur mépris pour les richesses. Frain passe rapidement du mépris pour les richesses au désintéressement, puis à la frugalité. Il déplore « l’excès du luxe parce qu’il est la cause de presque tous les maux ». Frain va très loin, et le moraliste qu’il est fustige ce luxe en des termes très sévères :

« Il n’y a rien qui semble moins convenir avec la gravité de la magistrature que tout l’attirail de ce luxe, cet extérieur si peigné, si poli, si brillant, que rien ne rend les magistrats plus méprisables aux yeux des personnes d’un juste discernement que de s’amuser à toutes les niaiseries que composent le luxe, que d’occuper leur esprit de la disposition d’un appartement, d’un jardin, d’un ameublement, d’une livrée… »

48Mais le parfait magistrat sait ce qu’il doit faire pour éloigner de lui tout soupçon d’avarice : la charité envers les pauvres. Leprince donne un exemple d’un magistrat au comportement exemplaire, Mr de Chennevières, ancien président du présidial, administrateur honoraire du Bureau de charité,

  • 49 Benoît Hubert, Mémoires d’un notable… op. cit., chapitre xxii : Du Bureau de Charité.

« qui a donné jusqu’à la mort un exemple rare du détachement le plus parfait des richesses. Il versait dans le sein des pauvres tout le produit de ses revenus qui étaient considérables, il se réservait à peine de quoi pourvoir au plus strict nécessaire, à sa subsistance, à celle de sa respectable compagne, digne émule de ses vertus et au modique entretien de 3 domestiques qui concourraient à l’exemple et sous les yeux de leurs maîtres à faire et multiplier leurs bonnes œuvres49 ».

  • 50 René Négrier de la Crochardière, Journal historique et critique de ce qui s’est passé dans la magi (...)

49Dans le Journal historique et critique de ce qui s’est passé dans la magistrature, récit persifleur de ce qui s’est passé au Mans lors de la réforme Lamoignon de 1788, le conseiller au Présidial Négrier de la Crochardière distingue les bons magistrats (quelques confrères et lui, opposés à la réforme, donc au despotisme ministériel, partageant l’opinion parlementaire, donc citoyens et patriotes) et les mauvais, les tenants de la réforme. Les critiques portent quelquefois sur les idées, mais plus souvent sur les personnes et l’un des reproches essentiels adressé aux mauvais magistrats est de ne voir dans la réforme que leur intérêt… mais souvent compris et exprimé comme intérêt pécuniaire. Les mauvais magistrats sont en effet, selon lui, sensibles à l’appât du gain. Le lieutenant général en particulier est moqué parce qu’il a en réalité peu de fortune et est donc très sensible à tout ce qui pourrait l’augmenter. Négrier indique à propos de sa charge même, qu’il l’a prise pour y faire de l’argent : « Il a donc acheté la charge de lieutenant général, pour la faire valoir, comme un paysan une métairie qu’il prend à ferme ». Négrier insiste également sur l’amour de l’argent du conseiller Chesneau : « son adage est malheureusement celui de bien d’autres. Il faut faire argent de tout »50. Ainsi le rôle moteur de ce dernier dans la création au Mans d’une salle de spectacle qui pourrait le faire considérer comme l’un de ceux qui tentent de combler un certain retard culturel n’est présenté par Négier que comme le souci de gagner de l’argent… Enfin ces élites du Maine, dont la composition fait qu’elles n’ont pas de raisons de sacrifier à l’idéal nobiliaire, sont au contraire fortement imprégnées de valeurs bourgeoises.

  • 51 ADM, 17 J 189.

50Pour évoquer cet idéal bourgeois, le grand modèle est lavallois ; il s’agit de René Hardy, maire de Laval et frère de Pierre Hardy, curé de Saint-Médard. Nous possédons sa correspondance, et notamment les courriers qu’il adresse à ses fils, étudiants à Angers51. Toutes les dépenses sont discutées, et l’on voit un rapport à l’argent dramatisé mais qui est essentiellement une pédagogie du sérieux. Il écrit en effet :

« Ménagez vos hardes, tenez un mémoire exact du linge que vous mettez à la lessive : il ne suffit pas de dire que vous avez consommé l’argent que je vous ai relaissé, vous en ferez le détail. Vous ne devez pas l’employer en choses inutiles. » Mais aussi, pour faire travailler un fils : « Nous nous privons de tout pour vous procurer de l’éducation, nous serions consolés si nous voyions le cadet soutenir, il devrait songer que ses pères et ses oncles n’y ont point manqué, qu’il est le premier qui se néglige, qu’il songe donc à étudier le reste de l’année et ces vacances pour se mettre en état de préparer l’année prochaine […] le temps qui passe ne revient point. »

51On retrouve dans les Mémoires de Leprince le fait que son père, vivant dans une certaine opulence, entend éduquer ses enfants selon des principes stricts à travers lesquels on apprend la valeur du travail et la vertu.

  • 52 Benoît Hubert, Mémoires d’un notable… op. cit., p. 47.

52Une des caractéristiques souvent rapportées à propos des élites du Maine est l’influence janséniste. Elle est évidente pour les Manceaux, qui fréquentent l’Oratoire. Leprince évoque d’une manière assez amusante la réaction de l’entourage janséniste de ses parents à son désir de jouer du violon : « Le conseil de conscience tint une séance extraordinaire dans laquelle, après de longs et graves débats, il fut décidé, par les pères de l’église janséniste que je n’apprendrais point à jouer du violon. Ce décret fut motivé sur la crainte que je n’abusasse de ce talent en l’employant à faire danser les jeunes filles. » Le jeune homme finit même par intérioriser ce refus du divertissement quand il évoque un séjour parisien : « Je ne parle point de la Comédie et de l’opéra, mon goût m’y eut porté, mais fidèle aux premiers principes de mon éducation, sentant et craignant le danger de les fréquenter à mon âge, j’aimai mieux y renoncer52. » On retrouve dans la famille Hardy qu’on ne peut certainement pas taxer de jansénisme, cette volonté de vivre à l’écart du siècle. La correspondance familiale rappelle des principes essentiels : « Il faut avoir un cœur pur, un esprit droit et simple, songer que l’on n’est dans le monde que pour la grande affaire du salut, en vivant et conversant avec les autres hommes il faut éviter la corruption du siècle et rompre toute liaison avec ceux qui suivent trop ouvertement les maximes du siècle ». Quelle que soit la réalité de l’influence janséniste, celle d’un christianisme rigoureux est nette chez les élites, et le rapport à l’argent en est affecté.

53Les villes du Maine n’abritent pas ces institutions essentielles pour la monarchie que sont l’Intendance, comme Tours, ou le Parlement, comme Rennes ; elles ne connaissent pas non plus, comme Nantes, les aventures portuaires et l’argent facile. Elles accueillent les notables « moyens » des subdélégations et des sièges de présidiaux et, loin des ports, des fortunes commerciales de second ordre. Leurs élites ne sont donc pas tournées vers l’extérieur et c’est sur leurs « pays » qu’elles rayonnent. Dans ce cadre limité, elles ont conscience de devoir se comporter comme un modèle, c’est la raison pour laquelle elles prônent des valeurs chrétiennes, la rigueur bourgeoise et l’esprit de sérieux et sont attentifs aux malheurs de leurs concitoyens contre lesquelles elles essaient, autant que possible, d’agir.

Notes

1 Frédérique Pitou (dir.), Élites et notables de l’Ouest, XVIe-XXe siècle. Entre conservatisme et modernité, Rennes, PUR, 2003, 320 p.

2 Mémoires de J.-B.-H.-M. Leprince d’Ardenay, publiés et annotés par l’abbé Gustave Esnault, Le Mans, Leguicheux-Gallienne, 1880. Ce texte a été réétudié récemment par Benoît Hubert, qui donne le texte intégral des Mémoires ainsi que d’autres documents conservés au château d’Ardenay, Mémoires d’un notable manceau au siècle des Lumières, 1737-1817, Jean-Baptiste-Henri-Michel Leprince d’Ardenay, texte préparé et présenté par Benoît Hubert, Rennes, PUR, 2007.

3 Michel Figeac, La douceur des Lumières. Noblesse et art de vivre en Guyenne au XVIIIe siècle, Bordeaux, Mollat, 2001.

4 Mémoires de René-Pierre Nepveu de La Manouillère, publiés et annotés par l’abbé Gustave Esnault, Le Mans, Leguicheux-Gallienne, 1877-1879, 3 vol.

5 Essentiellement Médiathèque du Mans (MM), Ms B 21, et Arch. départ. de la Sarthe (ADS), 111 AC 21.

6 Médiathèque de Laval (ML), Ms 210 à 213 et Arch. départ. de la Mayenne (ADM), 1 Mi 146 R 6 et 7. Voir Frédérique Pitou, La robe et la plume. René Pichot de La Graverie, avocat et magistrat à Laval au XVIIIe siècle, Rennes, PUR, 2003.

7 Frédérique Pitou, Laval au XVIIIe siècle, Laval, Société d’archéologie et d’histoire de la Mayenne, 1995.

8 Jean-Marie Constant, « Pouvoir municipal et patriciat dans une ville de l’Ouest de Louis XI à la Révolution », dans Claude Petitfrère, Construction, reproduction et représentation des Patriciats urbains, de l’Antiquité à nos jours, Tours, 1999.

9 Leclerc du Flécheray, Description du Comté de Laval, son histoire, ses moeurs, ses habitants, ses manufactures et plusieurs remarques curieuses à ce sujet (vers 1696), Laval, Godbert, 1860, p. 62 et 63.

10 Philippe Guignet, Les sociétés urbaines dans la France moderne, Ellipses, 2006.

11 Frédérique Pitou, « Notables lavallois au dernier siècle de l’Ancien Régime », dans Gens de l’Ouest, Le Mans, Laboratoire d’Histoire anthropologique du Mans, 2001, p. 259 à 303.

12 Les contributions directes. Instructions. Recueil de textes et notes, Paris, 1914. L’article 18 détaille les différentes classes.

13 La comparaison est possible avec Lyon, Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, Les Belles-Lettres, 1970, p. 177-179.

14 Pichot de La Graverie, Sentences, ADM, 1 Mi 146 R 7.

15 id.

16 id.

17 id.

18 Philippe Laborie, Approche de deux familles de grands négociants du Mans sous l’Ancien Régime, Les Fréart et les Garnier, mémoire de maîtrise sous la direction de Anne Fillon et de Jean-Marie Constant, Université du Maine, 1990.

19 Jean-François Belhoste, Jean-Philippe Bouvet, Dominique Éraud, Diane de Maynard, Évelyne Robineau, La métallurgie du Maine, De l’âge du fer au milieu du XXe siècle, Cahiers du Patrimoine, 2003.

20 Paul Bois, Histoire de Nantes, Toulouse, Privat, 1977.

21 Pichot de La Graverie, Sentences, ADM, 1 Mi 146 R 7.

22 Nepveu de la Manouillère, Mémoires, op. cit.

23 Benoît Hubert, Mémoires d’un notable… op. cit., chapitre v : Les 4 dernières années de ma jeunesse.

24 Pichot de La Graverie, Sentences, ML, Ms 211, novembre 1735.

25 Id.

26 Négrier de La Crochardière, MM Ms B 21, t 5, Notice sur la noblesse qui existe dans la ville du Mans.

27 Pichot de La Graverie, Sentences, ML, Ms 212, 12 décembre 1739.

28 Pichot de La Graverie, Sentences, ADM, 1 Mi 146 R 7, 16 mai 1760.

29 Benoît Hubert, Mémoires d’un notable, op. cit., chapitre i : Origine, naissance première éducation.

30 Benoît Hubert, Mémoires d’un notable, op. cit., chapitre v : Les 4 dernières années de ma jeunesse.

31 Pichot de La Graverie, Sentences, ML, Ms 212, août 1740.

32 Benoît Hubert, Mémoires d’un notable… op. cit., chap 15 : Acquisition de mes maisons et de la terre de la Houletière

33 Benoît Hubert, Mémoires d’un notable… op. cit., passim.

34 Id.

35 Inventaire après décès de Letourneur de Teilleul, arch. dép. de la Mayenne, 3 E 9/334.

36 Pichot de La Graverie, Sentences, ML, Ms 211.

37 Benoît Hubert, Mémoires d’un notable… op. cit., chapitre viii : De la juridiction consulaire.

38 Pichot de La Graverie, Sentences, ADM, 1 Mi 146 R 6, 1746.

39 Id., ADM, 1 Mi 146 R 6, 7 octobre 1746.

40 Id., ML, Ms 211, 12 mars 1734.

41 Id., ML, Ms 210, 22 novembre 1728.

42 « La naissance de la « rude coutume » du bonnet vert à la fin du XVIe siècle », in Jean-Pierre Poussou dir, Histoire des familles de la démographie et des comportements, Hommage à Jean-Pierre Bardet, PUPS et « Les juges et le bonnet vert : les valeurs des notables urbains au grand siècle », in Jean-Pierre Poussou dir, Les sociétés urbaines au XVIIe siècle, PUPS.

43 Pichot de La Graverie, Sentences, ML, Ms 211.

44 Dominique Lepage (dir.), Usages et images de l’argent dans l’Ouest Atlantique aux Temps modernes. Études de documents, Enquêtes et documents, CRHIA, no 35, PUR, 2007. Dont Yann Lignereux « Les remontrances d’Auffray de Lescouët, premier président de la Chambre des comptes de Bretagne, 1596-1619 », p 307-339.

45 Pichot de La Graverie, « Discours sur les qualités des juges », ML, Ms 216.

46 Frain du Tremblay, Essais sur l’idée du parfait magistrat où l’on fait voir une partie des obligations des juges, 1701.

47 Exode, 18-21.

48 Ecclésiaste, 31-5.

49 Benoît Hubert, Mémoires d’un notable… op. cit., chapitre xxii : Du Bureau de Charité.

50 René Négrier de la Crochardière, Journal historique et critique de ce qui s’est passé dans la magistrature, arch. dép. de la Sarthe, 111 AC 62.

51 ADM, 17 J 189.

52 Benoît Hubert, Mémoires d’un notable… op. cit., p. 47.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540